Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du pèlerinage

 | 
Luc Chantre
, 
Paul d’Hollander
, 
Jérôme Grévy

Les auteurs

Texte intégral

1Katia Batut-Lucas termine sa thèse, intitulée « le sionisme chrétien contemporain aux États-Unis, entre religion et politique », en Études Anglophones au sein de l’université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, sous la direction de Mme B. Rigal-Cellard et la codirection de madame S. Lefebvre (Faculté de Sciences des Religions de l’université de Montréal, Québec). Elle est rattachée à l’équipe d’accueil du CLIMAS, Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3 et de la Chaire, Culture, Religion et Société, université de Montréal, Québec, Canada. Ses recherches portent sur les évangéliques et l’activisme pro-israélien et se fondent sur des études de terrain, des entretiens et des observations au Texas et à Washington DC.

2Sofiane Boudhiba est Professeur de démographie à l’université de Tunis, Tunisie. Il est spécialiste des grandes crises de mortalité, et en particulier les épidémies de choléra, peste et fièvres hémorragiques. À ce titre, il a travaillé en tant que consultant pour les Nations Unies sur les questions de morbidité et mortalité, et en particulier avec l’OMS, le FNUAP (Fonds des Nations Unies pour la Population) et ONUSIDA. Il vient de publier un livre sur la mortalité urbaine en Tunisie.

3Yves Bruley, agrégé d’histoire, ancien pensionnaire de la Fondation Thiers, docteur en histoire des relations internationales contemporaines (thèse sur Le Quai d’Orsay sous le Second Empire¸ Paris-Sorbonne), actuellement chargé de mission à l’Académie des sciences morales et politiques et chargé de conférences à Sciences-Po Paris.

4Il a publié d’une part sur l’histoire religieuse (le Que sais-je ? Histoire du catholicisme ; le Tempus Histoire de la papauté) et l’histoire de la laïcité (1905, les textes fondateurs, Perrin, Tempus, 2004), d’autre part sur l’histoire de la diplomatie française au XIXe siècle (Le Quai d’Orsay impérial, en 2011, aux Éditions Pedone).

5Michaël Busset est assistant d’enseignement au Laboratoire d’anthropologie culturelle et sociale de l’université de Lausanne (Suisse) où il réalise sa thèse de doctorat sous la direction de la prof. Irene Maffi. Ses recherches portent sur la question de la construction et du maintien des « identités nationales » en Serbie en prêtant une attention particulière à la manière dont les individus vivent et expriment ces ‘identités’ au quotidien. Ses recherches actuelles portent plus spécifiquement sur la pratique des pèlerinages politiques serbes au Kosovo.

6Agnès Casado, après des études au collège euro-latino-américain de Sciences-Po et en Argentine, est étudiante de l’École doctorale de l’IEP de Paris.

7Nicolas Champ, agrégé d’histoire, est maître de conférences en histoire contemporaine (Centre d’Études des Mondes Moderne et Contemporain, université Bordeaux Montaigne). Ses travaux portent sur l’affirmation des identités confessionnelles dans l’espace public français du long XIXe siècle. Remaniée, sa thèse La religion dans l’espace public. Catholiques, protestants et anticléricaux en Charente-Inférieure au XIXe siècle a été publiée en 2010 (Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest). Il a codirigé la publication des Appartenances religieuses. Confessions, sensibilités et particularismes dans l’histoire du Sud-Ouest (Bordeaux, FHSO/FSSCM, 2012) et des mélanges offerts au professeur Marc Agostino, Contributions à une histoire du catholicisme. Papauté, Aquitaine, France et Outre-Mer (Paris, Karthala, 2013).

8Jean-Pierre Chantin est chercheur associé de l’équipe RESEA (REligions, Sociétés Et Acculturation, université Lyon 3) du LARHRA (UMR 5190). Il a publié notamment La jansénisme, entre hérésie imaginaire et résistance catholique (XVIIe - XIXe siècle), Paris, Cerf-Fides, coll. Bref, 1996, 126 p. ; Les Amis de l’Œuvre de la Vérité. Jansénisme, miracles et fin du monde au XIXe siècle, Lyon, PUL, 1998, 186 p. ; Le régime concordataire français. La collaboration des Églises et de l’État (1802-1905), Paris, Beauchesne, coll. Bibliothèque Beauchesne, 2010, 299 p.

9Luc Chantre est docteur en histoire, administrateur territorial et ancien élève de l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il est chercheur associé au CRIHAM à université de Poitiers où il enseigne l’histoire de l’Europe et des impérialismes européens à l’époque contemporaine. Ses travaux portent sur les relations entre Europe et le monde musulman aux XIXe et XXe siècles (thèse sur l’organisation du pèlerinage à La Mecque dans les empires français, anglais et italien). Il a publié notamment « Entre pandémie et panislamisme. L’imaginaire colonial du pèlerinage à La Mecque (1866-1914) » in Archives de Sciences Sociales des Religions, 163, 2013, p. 165-189 ; « Se rendre à La Mecque sous la IIIe République. Contrôle et organisation des déplacements des pèlerins du Maghreb et du Levant entre 1880 et 1939 » in Cahiers de la Méditerranée, no 78 (série « migration et Religion en France (II) »), 2009, p. 203-227 ; « Échanges et pèlerinage à travers les récits de trois voyageurs musulmans à La Mecque », in J. Tolan (dir.), L’Échange, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 75-89, « Le drapeau vert du Sultan Rouge. Esquisse d’une symbolique des couleurs sous le régime hamidien », in Denise Turrel et al., Signes et couleurs des identités politiques du Moyen Âge à nos jours, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 409-418.

10Dominique Danthieux est enseignant en histoire-géographie dans le secondaire, titulaire d’une thèse de doctorat d’histoire contemporaine de l’université Paris IV intitulée « le Département rouge : république, socialisme et communisme en Haute-Vienne, 1895-1940 » (éditée en 2005 aux Pulim). De 1999 à 2003, il a bénéficié d’un détachement au service éducatif du Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane.

11Bruno Dumons est directeur de recherches au CNRS-LARHRA (Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes). Spécialiste d’histoire politique et religieuse contemporaine, il a publié « Blancs » et contre-révolutionnaires en Europe. Espaces, réseaux, cultures et mémoires (fin XVIIIe -début XXe siècles). France-Italie-Espagne-Portugal avec Hilaire Multon (EFR-2011) et Le catholicisme en chantiers. France (XIXe-XXe siècles) avec Christian Sorrel (PUR-2013). Il travaille actuellement sur les circulations transnationales des cultures politiques « blanches » au XIXe siècle.

12Jérôme Grevy est agrégé d’histoire et docteur de l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Poitiers et enseigne également à Sciences Po. Il est directeur du CRIHAM (EA 4270), équipe pluridisciplinaire de recherche (universités de Poitiers et Limoges) qui a organisé le colloque : « politiques du pèlerinage ».

13Ses travaux personnels de recherche sont consacrés à l’histoire politique de la France (La République des Opportunistes, 1998) et en particulier aux rapports entre politique et religion (« Le cléricalisme ! Voilà l’ennemi ! Un siècle de guerre de religion », 2005) ainsi qu’à l’histoire politique de l’Italie contemporaine (Garibaldi, 2002).

14Rémy Hême de Lacotte, ancien élève de l’ENS Lettres et Sciences humaines et agrégé d’histoire, est ATER à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV) où il achève une thèse sur la grande aumônerie de France sous l’Empire et la Restauration (1804-1830) sous la direction du professeur Jacques-Olivier Boudon. Il travaille sur le clergé français dans la première moitié du XIXe siècle, envisagé plus spécialement dans ses rapports avec le pouvoir

15Paul d’Hollander est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Limoges. Spécialiste d’histoire religieuse, il a notamment publié L’Église dans la rue : les cérémonies extérieures du culte en France au XIXe siècle, Limoges, PULIM, 2001 et La bannière et la rue : les processions dans le Centre-Ouest au XIXe siècle (1830-1914), Limoges, PULIM, 2003.

16Ouria Kahil est doctorante en Sciences politiques à l’EHESS, en fin de thèse sur la politisation du pèlerinage à la Mecque, sous la direction d’Olivier Roy. Ses travaux concernent les rituels politico-religieux avec des sujets tels que la sacralisation de la laïcité et le culturalisme scientifique, la rhétorique du choc des civilisations.

17Éric Kocher-Marboeuf, ancien élève de l’ENS de Fontenay/St Cloud, agrégé d’Histoire, docteur en Histoire de l’IEP de Paris, est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Poitiers. Ses recherches portent sur les acceptations et les résistances aux mutations politiques, économiques, sociales dans la France du XXe siècle. Il a publié Le patricien et le général : Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France (ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie), 2003, 2 volumes, 1207 p., ainsi que de nombreux articles.

18Ludovic Laloux est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bordeaux IV. Il a publié Le Mouvement eucharistique des jeunes (MEJ), Paris, Fayard, 1988 ; Passion, tourment ou espérance ? Histoire de l’Apostolat des laïcs, en France, depuis Vatican II, Paris, Éd. de Guibert, 2002 ; Histoire du christianisme au XXe siècle, Paris, Éd. de Guibert, 2004 et, en collaboration avec Michel Emmanuel et Élisabeth Masson-Leruste, Histoire des Associations familiales catholiques. Un siècle d’action civique et sociale, Paris, Éd. de Guibert, 2005.

19Bruno Maes, membre du CRULH (ÉA 3945), est maître de conférences en Histoire moderne à l’université de Lorraine (site de Nancy). Il s’intéresse aux liens entre culture politique et culture religieuse dans le cadre des pèlerinages (thèse sur Le roi, la Vierge et la nation. Pèlerinages et identité nationale entre guerre de cent ans et Révolution, Publisud, 2002), et prépare une HDR en histoire du livre et de l’éducation (Les livrets de pèlerinage en France de Gutenberg à la Révolution. Une démythisation de la culture ?). Il a édité une topographie mariale (Pèlerinages et sanctuaires mariaux au XVIIe siècle. Le manuscrit du dominicain Vincent Laudun au XVIIe siècle, CTHS, 2008), et participé au Dictionnaire de l’Ancien Régime de Robert Muchembled (Armand Colin, 2004). Il dirige aux Éditions Dominique Guéniot la collection « Sanctuaires et pèlerinages » où il a publié Notre-Dame de Liesse, une Vierge noire en Picardie (2009).

20Gilles Malandain est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Poitiers. Ses recherches portent sur l’histoire politique et sociale de la Restauration, en particulier l’attentat politique. Il a publié : L’introuvable complot Attentat, enquête et rumeur dans la France de la Restauration, Éditions de l’EHESS, coll. « En temps & lieux », vol. 22, 2011. Il a organisé des journées d’études sur la biographie, l’événement, le charisme.

21Denise Péricard-Méa est médiéviste, docteur en histoire, spécialiste de saint Jacques et Compostelle. Elle a entrepris des études d’histoire après être allée en pèlerinage à Compostelle à cheval, en 1982. En 1996, elle a soutenu à la Sorbonne une thèse sur les cultes à saint Jacques au Moyen Âge qui a été publiée aux PUF. Pour prolonger ses travaux de façon pluridisciplinaire et les étendre jusqu’à l’époque contemporaine, elle réunit des chercheurs dans une association, la « Fondation David Parou Saint-Jacques ». Dès le début de ses travaux sur le Moyen Âge, elle a constaté combien Franco a favorisé les recherches compostellanes, tant espagnoles que françaises.

22Julia Peyron est doctorante en géographie au sein du laboratoire ADES (Aménagement, Developpement, Environnement, et Société) de l’université Bordeaux 3, sous la direction de Denis Retaillé. Elle a mené plusieurs études concernant les populations tsiganes dans le cadre de sa maîtrise et son master 2 (Associationnisme et populations tsiganes dans l’agglomération toulousaine/Du concept de diaspora : les populations tsiganes en Europe). Aujourd’hui ses recherches de thèse portent sur les mobilités des populations tsiganes en France, et plus particulièrement sur les mobilités religieuses, autant dans le cadre du monde catholique que dans le cadre du monde pentecôtiste.

23Giovanni Sedita est chargé de cours d’Histoire des partis politiques à l’université de Camerino. Il est diplômé de philosophie de l’université La Sapienza de Rome. Il a été boursier de l’Institut italien pour les Études historiques (Naples) et de la Fondation Salvatorelli (Pérouse). Ses travaux portent sur les rapports entre les intellectuels et le pouvoir, en particulier pendant le fascisme italien. Il est l’auteur de Gli intellettuali di Mussolini (Le Lettere, 2010) e La « Giovane Italia » di Lelio Basso (Aracne, 2006). Il a publié dans les revues : “Journal of Modern Italian Studies”, “Nuova Storia Contemporanea”, “Strumenti Critici”.

24Simonetta Sitzia travaille en l’histoire de la Sardaigne médiévale au sein de la Faculté de Sciences de la formation de l’université de Cagliari, où elle assure le cours de méthodologie de la recherche. Elle collabore avec l’Institut d’Histoire de l’Europe Méditerranéenne du CNR de Cagliari et y développe des recherches d’histoire sociale et religieuse de la Sardaigne médiévale et moderne. Parmi ses dernières publications, deux monographies : San Giacomo e altri santi. Storia dei culti e delle devozioni a Soleminis tra Medioevo ed Età moderna et Gli spazi del sacro. Culti e devozioni a Gesico (2011), l’essai Le visite pastorali sarde tra XVI e XIX secolo : riflessioni storiografiche e annotazioni metodologiche, in Studi per Francesco Cesare Casula (2009) et l’article « Il clero cagliaritano alla fine del XV secolo nei minutari del notaio Andrea Barbens (1469-1484) » (2013).

25Christian Sorrel est professeur d’histoire contemporaine à l’université Lyon 2 et spécialiste de l’histoire du catholicisme français contemporain. Il a travaillé notamment, dans un cadre régional ou national, sur la crise de la Séparation et les réactions des catholiques face aux défis du monde moderne : La République contre les congrégations. Histoire d’une passion française 1899-1914 (CERF, 2003) ; Libéralisme et modernisme. Mgr Lacroix (1855-1922). Enquête sur un suspect (Cerf, 2003) ; Le Temps des congrès catholiques. Bibliographie raisonnée des actes de congrès tenus en France de 1870 à nos jours (avec Claude Langlois, Brepols, 2010).

26Sara Teinturier a soutenu sa thèse de doctorat en science politique à l’université Rennes 1, en 2013, L’Enseignement privé dans l’entre-deux-guerres. Socio-histoire d’une mobilisation catholique, dont la publication est en cours de préparation. Spécialiste du catholicisme contemporain, elle poursuit ses recherches comme post-doctorante rattachée au GSRL (EPHE-CNRS, UMR 8582), dans plusieurs directions : religions, éducation et pluralisme d’une part ; normes religieuses et bioéthique, d’autre part ; gestion de la diversité culturelle et religieuse enfin.

27Junko Terado, anthropologue des faits religieux, Ph. D de l’université de Tokyo, elle fait son terrain à Lourdes sur le pèlerinage des malades, depuis 1992, puis développe le sujet sur les communautés de l’Arche, où vivent ensemble les personnes avec et sans handicap mental. Chargée de cours à l’université de Sensyu et dans d’autres universités aux environs de Tokyo, elle enseigne l’anthropologie, les études religieuses, la mythologie, la sémiologie et l’histoire du Christianisme. A publié notamment L’Univers du pèlerinage des malades à Lourdes, Tokyo, Chisen shokan, 2006, 556 p. (en japonais. Une recension écrite par Fabienne Duteil-Ogata et Jean-Pierre Berthon, in Archives de Sciences Sociales des Religions, no 142, avriljuin 2008, p. 306-308.) ; « Qui est mon prochain ? La construction du lien social dans les activités des Hospitalités de Lourdes », in Revue d’Histoire de l’Église de France, no 237, Juillet-Décembre 2010, p. 489-505 ; “Religion and the ‘public/private’ problematic : the three ‘public’ spheres of the Lourdes pilgrinage”, in Social Compass, vol. 59 no 3, September 2012, p. 345-356.

28Simone Visciola, professeur suppléant en histoire contemporaine à l’université de Florence (2007-2012). Il a été Visiting Lecturer à Stanford University (2010-2011) et Professeur Invité (2008-2009) et chercheur invité à l’université de Poitiers (janvier 2012-juin 2012). Actuellement il est A.T.E.R. À l’université de Poitiers. Spécialiste d’histoire de l’historiographie, histoire politique et sociale en Italie et en Europe (XIXe-XXe siècle). Parmi ses divers ouvrages et collaborations à des travaux collectifs et articles dans des revues spécialisées, Risorgimento. Studi e riflessioni storiografiche, Florence, Cet, 2011 (avec Z. Ciuffoletti) ; I Rosselli. Eresia creativa eredità originale, Napoli, 2005 (avec G. Limone) ; « Interpréter le Risorgimento pour sortir des crises. La culture historique en Italie de la fin du XIXe siècle au fascisme », dans J. Grévy (dir.), Sorties de crise. Les mécanismes de résolution de crises politiques XVIe-XXe siècles, Rennes, 2010, p. 207-220 ; « La question de Nice dans la culture historique italienne. De l’Unité à la Seconde Guerre mondiale », dans R. Schor et H. Courrière (dir.), Le Comté de Nice, la France et l’Italie. Regards sur le rattachement de 1860, Nice, 2011, p. 73-84 ; « Campagnes et sociétés rurales en Italie aux XIXe et XXe siècles : un problème d’historiographie », dans J. C. Caron et F. Chauvaud (dir.), Les campagnes dans les sociétés européennes France, Allemagne, Espagne, Italie (1830-1930), Rennes, 2005, p. 55-75.

29Fabrice Vigier est maître de conférences d’histoire moderne à l’université de Poitiers.

30Sa thèse a porté sur le clergé paroissial du diocèse de Poitiers au XVIIIe siècle. Ses premiers travaux ont donc eu pour objets l’histoire religieuse, l’histoire de l’Église du Centre Ouest français, et plus largement l’histoire des mentalités religieuses aux XVIIe et XVIIIe siècles.

31Depuis quelques années, il s’intéresse aussi à la justice d’Ancien Régime, aux mondes des auberges et des cabarets aux XVIIe et XVIIIe siècle, ainsi qu’à l’histoire de l’université de Poitiers à l’époque moderne.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540