Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du pèlerinage

 | 
Luc Chantre
, 
Paul d’Hollander
, 
Jérôme Grévy

Troisième partie. Quand les cultures politiques suscitent leurs propres pèlerinages

Une manifestation de l’attachement des Français pour leur monarque républicain : pèlerinages sur les tombes des présidents défunts de la Ve République (Colombey, Orvilliers, Jarnac)

Éric Kocher-Marboeuf

Texte intégral

1En un peu plus d’un demi-siècle d’existence, la Ve République s’est enracinée dans les mœurs politiques et dans les cœurs des Français. Une majorité de la population admet l’idée selon laquelle un régime trop exclusivement parlementaire conduirait nécessairement à l’impuissance décisionnelle et à l’instabilité ministérielle, deux tares majeures pour résoudre rapidement et efficacement les problèmes posés par la gouvernance moderne. Même s’il est possible de discuter la manière dont ce sentiment a été instillé dans l’opinion dès les premiers temps du régime issu de la crise algéroise de mai 1958, force est de constater que les tenants de la posture du parlementarisme outragé par le régime césarien sinon prétorien du général de Gaulle ont définitivement perdu la partie dès la résolution de la guerre d’Algérie au printemps 1962 et plus sûrement encore quelques mois plus tard avec la crise parlementaire se soldant par l’approbation par référendum du principe de l’élection du président de la République au suffrage universel. Le choc émotionnel provoqué par l’attentat du Petit-Clamart en août 1962 a su être remarquablement exploité par le général de Gaulle pour parachever le basculement du centre de gravité du régime vers le chef de l’État et dès lors accentuer encore dans une partie conséquente de l’opinion le sentiment d’identification de sa personne à la France elle-même. Dans la justification de son idée de faire élire le chef de l’État au suffrage universel, Charles de Gaulle évoque ouvertement sa disparition et sous-entend que sa préoccupation majeure est d’assurer la pérennité du régime au-delà de sa mort. C’est pourquoi il estime que l’élection du chef de l’État au suffrage universel permettra de conférer à ses successeurs une onction populaire et démocratique, en quelque sorte sacrée, qui remplacerait le fameux saint chrême des cérémonies de couronnement des monarques à Reims sous l’Ancien Régime. Charles de Gaulle croit profondément que les peuples ont besoin de se rassembler et de se rattacher autour de symboles et d’une geste nationale. La destruction des rites et symboles de l’Ancien Régime par la Révolution a provoqué une faille dans le continuum historique national que les symboles républicains n’ont pu qu’imparfaitement combler car ils ont eux-mêmes été remis en question par les symboles napoléoniens et les restaurations monarchiques au cours du XIXe siècle. La force de la Ve République réside dans sa capacité de rassemblement autour de la personne du chef de l’État qui doit incarner l’histoire de la France en synthétisant ses forces contradictoires. Pour le général de Gaulle, c’est bien sûr l’épopée de la Résistance et de la France libre qui lui permet de revendiquer cette fusion, en prenant le parti de dénier aux anciens soutiens du régime de Vichy le droit à participer, même en négatif, à une part de l’identité nationale. De Gaulle est donc, d’une certaine manière, l’alchimiste qui va transmuter les anciennes valeurs en une geste unanimiste (au sens de Jules Romains dans Les hommes de bonne volonté) visant à la communion nationale, même si certains en sont temporairement exclus à l’extrême gauche mais plus sûrement encore à l’extrême droite. Le charisme du général de Gaulle lors de ses apparitions publiques en France et au cours de ses voyages à l’étranger, son aura sur la scène internationale où il fait figure de dernier des « géants » de la Seconde guerre mondiale, ses conférences de presse au cours desquelles il décoche ses flèches en tous sens dans une langue inimitable où côtoient faux truismes et formules ciselées à l’effet dévastateur pour les cibles qu’elles visent, l’apparat des cérémonies du régime, tous ces éléments contribuent à forger les éléments d’un protocole voire d’une étiquette propre au président de la Ve République. Tous les successeurs du général de Gaulle se trouvent liés à ce rôle initial et étant donné que les journalistes ont très vite pris l’habitude de comparer Charles de Gaulle à un monarque républicain, c’est cette comparaison élevée qui va imposer son canon. De tous les successeurs de Charles de Gaulle, c’est indubitablement François Mitterrand qui s’est le plus rapproché du style gaullien dont il avait pourtant été le plus brillant pourfendeur au cours de la décennie 1960.

2Dès lors, comment s’étonner qu’à l’instar d’un Saint-Louis, roi thaumaturge par excellence, le président de la Ve République ne fasse pas lui aussi l’objet d’un culte envers sa personne, englobant mais aussi dépassant la fonction exercée. En la matière, il sera un jour intéressant d’analyser le courrier adressé au chef de l’État au sein duquel figurent toutes sortes de requêtes intimes qui montrent à quel point le chef de l’État est assimilé par une partie de la population au roi intercesseur auprès de Dieu des anciens temps. Il n’est pas certain qu’il faille évoquer ici les termes de « vénération » ou « adoration » envers le général de Gaulle, même si des caractères remplis d’affectivité ou de passion aveugle ont pu éprouver et éprouvent parfois encore ce type sentiment. Il y a eu vis-à-vis de lui dès la guerre et plus sûrement à partir de la Libération un sentiment fréquent d’admiration et surtout de remerciement, de gratitude pour l’action menée à Londres, puis Alger et lors de la Libération en 1944. Le « culte » gaullien existait bien déjà à l’époque du RPF, mais il était encore celui du chef au combat ; il change de nature durant la décennie présidentielle en s’identifiant davantage à la défense du régime, des grands choix politiques faits par le chef de l’État. Avec le désaveu infligé au vieux président en avril 1969 par une majorité du corps électoral à l’issue du référendum organisé pour réformer le Sénat et procéder à la réforme régionale, Charles de Gaulle apparaît comme une valeur dépassée, prête à entrer dans l’Histoire. Sa mort subite à la Boisserie en novembre 1970 frappe d’autant plus les imaginations qu’elle n’a pas été précédée par une agonie même brève qui aurait imposé son transport de Colombey à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce par exemple. Beaucoup de Français qui ont appuyé son action, qui se sont rapprochés de son successeur Georges Pompidou ou même qui n’ont pas hésité à lui faire prendre une retraite bien méritée en votant « non » au référendum du 27 avril 1969, éprouvent alors le même sentiment un peu honteux, cette mauvaise conscience, que l’on ressent vis-à-vis de l’annonce du décès d’un proche dont on sait qu’on n’a pas pris le temps d’aller lui rendre visite pour lui dire au revoir parce que, sur le moment, c’était une corvée.

3Dès lors, les ressorts intimes du pèlerinage sont réunis et ils le sont tout particulièrement envers le général de Gaulle car presque tous les Français, jeunes ou âgés, peuvent au fond d’eux-mêmes trouver une raison d’aller « dire quelque chose » à de Gaulle en se rendant sur sa tombe à Colombey, moins pour parler à un mort, qu’évoquer en cours de route, lors de la visite du cimetière, du village, de la Boisserie et plus récemment de l’espace muséal du Mémorial de Gaulle, le lien intime entre soi, sa famille et son pays et même son époque car le message et l’œuvre du général de Gaulle parlent à de nombreux peuples. Lorsqu’il succède au général de Gaulle, Georges Pompidou entend inscrire son mandat dans la voie de la continuité par rapport au général de Gaulle, en particulier dans les domaines diplomatiques, stratégiques et économiques, mais aussi conserver l’image d’une certaine bonhommie qui avait fait sa popularité en tant que premier ministre du Général. Souffrant avant même son élection à l’Élysée des premiers symptômes du mal qui allait l’emporter mais sans en mesurer la gravité dans un premier temps, Georges Pompidou n’entend pas se forger une image pour la postérité. Il désire plutôt renvoyer l’image d’un homme heureux dans son couple, reflétant finalement à sa manière l’hédonisme de la société de consommation triomphante. Au cours d’un entretien télévisé réalisé dans l’intimité de sa maison de campagne d’Orvilliers dans les Yvelines, il explique au journaliste qui l’interroge et à la caméra qui le filme qu’il ne pense pas que l’on vienne en pèlerinage sur sa tombe, reprenant à son compte la célèbre première phrase écrite par Léon Tolstoï dans La guerre et la paix, « les gens heureux n’ont pas d’histoire » et « les peuples heureux ne se souviennent pas de leurs dirigeants » ajoute-t-il. Derrière le trait d’esprit de l’homme de culture, sceptique et distancié vis-à-vis des marques d’honneur et de flagornerie, se masque à peine le voile pudique de l’homme malade qui se sait déjà sans doute condamné.

  • 1 Libération, 9 septembre 1995, reprenant une information de l’Événement du jeudi parue au cours du (...)

4C’est encore la place prise par la maladie au cours du second septennat de François Mitterrand qui va marquer la fin de la plus longue présidence de la Ve République et peut-être influer sur la vision laissée par François Mitterrand aux Français. Les souffrances engendrées par la maladie du président à partir de 1992 ont en effet suscité une empathie qui a dépassé le registre partisan, en particulier au moment du référendum sur le traité de Maastricht. Le choix du futur lieu d’inhumation du président est porté sur la place publique avant même son décès au cours de l’été 1995, l’achat d’une parcelle d’un are au lieu-dit « La chaume » situé au sommet du Mont Beuvray pour le franc symbolique aurait été conclu le 5 mai précédent par François Mitterrand et son épouse Danielle. L’ironie mordante qu’accompagne cette information, infondée ou non, y compris dans Libération qui y consacre un article, témoigne de la vigueur des sentiments anti-mitterrandiens de la période qui s’expliquent en grande partie par les révélations faites par Pierre Péan sur la jeunesse et l’engagement à Vichy de François Mitterrand dans son fameux Une jeunesse française : François Mitterrand, 1934-1947 paru en 19941. L’émotion n’en est pas moins immense dans l’opinion lors du décès du premier président de gauche de la Ve République le 8 janvier 1996 et le choix de l’inhumation dans le caveau familial de sa famille maternelle Lorrain à Jarnac ne manque pas de surprendre compte tenu des prétendues dispositions prises dans le Morvan. La petite ville charentaise ne faisait pas partie jusque là des lieux naturellement associés à François Mitterrand, même s’il était parfois qualifié par certains biographes de « fils de la Charente » ou encore de « Rastignac charentais », par références à la vinaigrerie familiale ou à son parcours scolaire chez les pères à Angoulême. Passées les premières semaines, la fréquentation du cimetière « des Grands Bois » est allée en s’étiolant et n’a pas donné lieu à un flux sans fin à la manière de Colombey. Ce sont plutôt les pèlerinages annuels organisés par l’association des amis de François Mitterrand en compagnie de membres de la famille qui ont entretenu la flamme de la mémoire, toutefois, depuis le début de la décennie 2010, il semble que la mémoire de François Mitterrand soit sur le point de retrouver la place qu’elle mérite à Jarnac, à mesure peut-être que le temps sorte les décennies 1980 et 1990 du purgatoire d’un passé encore récent pour être considéré comme de l’histoire.

Colombey entre pèlerinage de fidélité des compagnons au Général et visite touristique d’un lieu de mémoire

  • 2 INA, Crise de la IVe République, 4 juin 1958 ; Paris-Match, no 493 et 494, septembre 1958 ; INA, T (...)

5Du vivant de Charles de Gaulle, le village de Colombey-les-Deux-Églises où l’officier avait acquis une propriété en 1934 n’a pas été le point de rassemblement des nostalgiques du RPF à l’époque de la traversée du désert. Sous la présidence gaullienne, la commune ne fait guère l’objet d’une curiosité particulière, tout au plus les habitants de la région et quelques touristes s’y rendent-ils à l’occasion d’une promenade familiale pour entrapercevoir les hauts murs entourant la maison et la grille de l’entrée gardée par deux gendarmes. Le village ne connaît que de brèves fièvres médiatiques en 1958 avec le retour du Général sur le devant de la scène politique en mai et le célèbre déjeuner avec le chancelier Konrad Adenauer le 14 septembre ou le 16 juillet 1960 avec le passage du 47e tour de France au cours de sa 20e étape2. La mobilisation des moyens télévisés, radiophoniques, des photographes de presse et correspondants venus du monde entier est tout autre le 12 novembre 1970, jour des obsèques du Général. L’hommage des anonymes aux côtés de la famille et de quelques compagnons emmenés par André Malraux est avant tout celui des habitants de Colombey car la circulation alentour a été filtrée par la gendarmerie. Colombey devient un peu le centre du monde le temps de l’enterrement, même si les « Grands » sont restés dans la capitale où ils assistent à l’office funèbre célébré par l’archevêque de Paris François Marty à Notre-Dame. Le pèlerinage sur la tombe blanche du général de Gaulle peut se suffire à lui-même durant la période de deuil et personne n’envisage de faire de ce petit coin de la Haute-Marne un lieu touristique voué à une quelconque dévotion. Au début de la décennie 1970, Colombey est demeuré une petite commune que l’on peut géographiquement inclure dans la fameuse « diagonale du vide », ce désert français à la faible densité démographique. Elle n’est toutefois pas à l’écart des grandes voies de circulation puisqu’elle est traversée par la route nationale qui relie Paris à Mulhouse et Montbéliard et au-delà à la Suisse, mais le train ne la dessert pas. Hormis la volonté de se recueillir quelques minutes sur la tombe du général de Gaulle, rien ne peut alors capter l’attention d’un touriste. Ce n’est pas pour rien qu’à une vingtaine de kilomètres de là, l’ancienne abbaye de Clairvaux a été de longue date reconvertie en une centrale pénitentiaire réputée pour la dureté de ses conditions de détention ! En dépit de ces handicaps potentiels, le flot de visiteurs dans le petit cimetière et ne tarit pas au cours des deux premières années suivant la disparition du Général. La fréquentation du cimetière est aujourd’hui estimée à plusieurs centaines de milliers de visiteurs en 1971 et 1972. Dans ce premier élan de ce qu’il convient bien d’appeler des pèlerins, on trouve énormément d’anciens résistants, compagnons des Forces françaises libres et de l’intérieur, de militants des différentes périodes du mouvement gaulliste qui viennent le plus souvent en groupes constitués par « fratries », départements ou régions ; et puis il convient d’évoquer une proportion non négligeable de « simples Français », admirateurs du Général, simplement reconnaissants et désireux d’approcher le Grand Homme non plus à l’occasion d’une visite officielle mais en se rendant sur sa tombe.

6L’idée de l’érection d’un mémorial sous la forme d’une grande croix de Lorraine ayant été suggérée par Charles de Gaulle lui-même au soir de sa vie, la réalisation du projet va immédiatement mobiliser les grands noms du gaullisme rassemblés dans le Comité pour le mémorial de Gaulle. Une fois le contenu du mémorial arrêté, il est financé par souscription publique et inauguré le 18 juin 1972 par le président Georges Pompidou. C’est un homme aux traits marqués par la maladie qui l’assaille qui prononce un bref et émouvant hommage national dans lequel il s’adresse au Général de Gaulle comme s’il était déjà à ses côtés :

  • 3 Discours de Georges Pompidou disponible sur le site Ina. fr. Mémorial Charles de Gaulle, 18 juin 1 (...)

« Mais la mort mon Général, la mort, vous le savez est un commencement. Votre légende commence à peine à prendre son vol, et déjà l’ombre de ses ailes recouvre la France et vers elle, et vers vous, monte et montera chaque jour davantage la reconnaissance nationale3. »

7Désormais, la visite au mémorial Charles de Gaulle, à la croix de Lorraine en granite rose breton devant laquelle figure une inscription en lettres de bronze « au Général de Gaulle » entourée de deux citations, va s’imposer en sus de la visite au cimetière. Par crainte de la possibilité d’un attentat perpétré par d’anciens membres de l’OAS, une nouvelle garde de gendarmes mobiles est affectée à la croix en sus de la tombe qui fait déjà l’objet d’une surveillance continue depuis l’inhumation du Général. Le flux de pèlerins peut alors être mieux mesuré car, pour tromper l’ennui, les gendarmes en faction à la croix prennent l’initiative de comptabiliser les visiteurs sur des registres.

  • 4 Institut Charles de Gaulle, carton des coupures de presse sur Colombey-les-Deux-Églises.

8Quelques mois après la disparition d’Yvonne de Gaulle le 9 décembre 1979, la famille de Gaulle décide d’ouvrir une partie du rez-de-chaussée de la maison et du parc de la Boisserie au public afin de pouvoir subvenir à l’entretien de la propriété et de confier la gestion de l’ensemble à la Fondation Charles de Gaulle. Le vestibule, la salle-à-manger, le salon et la bibliothèque avec une vue sur le bureau dans la tour d’angle du Général sont dévoilés aux visiteurs qui n’ont eu connaissance jusque là de l’intimité de la demeure du Général qu’à travers de rares photos de presse ou de furtives images télévisées plutôt tournées depuis la cour. Le succès est immédiat avec plusieurs dizaines de milliers de visiteurs. Avec l’ouverture de la Boisserie, se côtoient différents publics attirés tout à la fois par la magie émanant du lieu, la curiosité envers l’intimité d’un homme plus ou moins assimilé à un être hors-norme. L’émotion est alors fréquemment palpable chez les visiteurs, il faut imaginer les anciens déportés, internés, résistants et maquisards, anciens Français libres d’Angleterre et d’Afrique déambulant dans la Boisserie aux côtés d’autres personnes du troisième âge qui effectuent en car une virée en Champagne avec la Boisserie figurant au programme à côté de la visite de la cathédrale de Reims ou des caves de champagne d’Épernay... Le pèlerinage populaire n’en est pas moins révélateur de l’attachement envers le Général pour des motifs tout à fait divers. Ce qui frappe finalement les visiteurs, ce sont avant tout les photographies et cadeaux des souverains et chefs d’États du monde entier, et l’impression d’ensemble d’un intérieur qui respire l’honnête confort bourgeois qui sied à un général de brigade. Un peu plus de trente ans après son ouverture, l’intérieur de la Boisserie est sans doute davantage figé dans le temps que pour les premiers visiteurs qui étaient encore habitués au vieux poste radiophonique des années 1930 ou 1940 ou au téléviseur au cadre en bois verni de la fin des années 1960. Il se dégage une indéniable d’austérité de l’ensemble, particulièrement visible dans le salon où les canapés et fauteuils ne cèdent en rien au confort des sofas moelleux en vogue dans la décennie 1960. On est bien dans la maison du Connétable. Les reportages écrits dans les mois qui suivent l’ouverture de la Boisserie relatent le mélange parfois incongru des genres, certaines anecdotes sont révélatrices comme celle d’un vieil homme victime d’un malaise cardiaque dans la bibliothèque, puis qui s’effondre sur les graviers de la cour avant de décéder quelques minutes plus tard. Le palmarès des origines géographiques des visiteurs accorde une légère avance aux Alsaciens suivis des Lorrains, Champenois et Parisiens, apportant ainsi la preuve que l’adhésion électorale au gaullisme politique dans le Grand Est nourrit la fusion entre l’attachement à Charles de Gaulle et celui envers la France. Naturellement, les interjections et remarques naïves ou incongrues fusent parfois dans les pièces de la demeure et cela n’est pas sans être mis en exergue par les journalistes, certains pensent que la décision d’ouvrir la Boisserie aux badauds banalise le Général ou bien constitue une sorte de sacrilège4.

  • 5 Le Point, 12 novembre 1999, « Le pèlerinage à Colombey, c’est fini. »

9Un an après l’ouverture de la Boisserie au public, la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle semble signifier une seconde mort politique du gaullisme politique et, de fait, après l’engouement du début, la fréquentation de la Boisserie régresse au cœur de la décennie 1980 pour se stabiliser à un peu moins de 20 000 visiteurs annuels. Il va falloir attendre 1990 avec la commémoration du centième anniversaire de la naissance du Général et le vingtième anniversaire de sa disparition pour que la courbe de la fréquentation touristique reparte durablement à la hausse, mais le nombre des touristes ne doit pas masquer l’importance du pèlerinage politique annuel proprement dit, celui des principaux leaders du mouvement néogaulliste. En effet, chaque 9 novembre entre 1971 et 2000, l’UNR puis le RPR et d’autres mouvements et associations gaullistes ont organisé un pèlerinage sur la tombe du Général qui a pris un relief plus ou moins particulier selon les années. À la manière des convois de malades-pèlerins à destination de Lourdes, les parlementaires et compagnons gaullistes inscrits au déplacement prenaient place dans des wagons réservés à la gare de l’Est jusqu’à Bar-sur-Aube où les attendaient des autocars affrétés pour Colombey. Au fil des ans et du changement de génération des participants, le voyage devient moins l’occasion de d’évoquer les heures glorieuses aux côtés de l’Homme du 18 juin que de commenter les faits et gestes du microcosme politique du moment ou de simplement échanger sur des banalités familiales ou autre. Cette cérémonie d’inspiration politique s’accompagnait d’un dépôt de gerbe et d’un moment de recueillement suivi d’une visite éventuelle à la Boisserie ou à la Croix et enfin d’un déjeuner dans un restaurant de la commune. Hormis, les années durant lesquelles un gaulliste occupe à nouveau Matignon ou l’Élysée qui donnent lieu à une cérémonie officielle en présence du premier ministre ou du président organisée par les cabinets parisiens avec la préfecture de Haute-Marne, le représentant de l’État vient de Chaumont pour déposer la gerbe sur la tombe. Il en fut ainsi sous François Mitterrand. En 2000, l’amiral Philippe de Gaulle et son fils Jean demandent que cesse cette manifestation sur la tombe familiale qui est devenue l’occasion d’un étalage des divisions au sein de la famille politique se réclamant du gaullisme, un feuilleton renouvelé presque chaque année avec des protagonistes différents depuis l’épisode de la guerre Chirac-Balladur sous la deuxième cohabitation en 1994. Les descendants du Général estiment que, « avec le XXIe siècle, la démarche individuelle doit remplacer le pèlerinage collectif, qui avait tendance à devenir un peu mécanique. Le gaullisme appartient à tout le monde, c’est un état d’esprit permanent dont il faut faire preuve chaque jour, pas seulement une fois l’an. Du reste, le gaullisme ne se limite pas aux membres des organisations qui s’en réclament5. » Cette décision n’empêche pas Jacques Chirac de se rendre à plusieurs reprises sur la tombe du Général en compagnie de l’amiral Philippe de Gaulle jusqu’à la fin de son second mandat. D’autres leaders néogaullistes ont fait depuis dix ans le déplacement de Colombey en prenant soin de l’annoncer aux medias, citons par exemple Nicolas Sarkozy avant et après son élection à la présidence en 2007 ou plus récemment Jean-François Copé en tant que secrétaire général de l’UMP.

10La dernière séquence du pèlerinage à Colombey a été entamée à l’occasion de son pèlerinage annuel du 9 novembre 2006 par le président Jacques Chirac, lorsqu’il pose la première pierre du nouveau Mémorial de Gaulle en contrebas de la butte sur laquelle est érigée la grande croix de Lorraine surmontant Colombey et ses environs. La décision de bâtir un espace muséographique dédié au général de Gaulle appartient à la Fondation Charles de Gaulle et au conseil général de Haute-Marne. Le projet architectural confié aux architectes Jacques Millet et Jean-Côme Chilou doit « inscrire le Mémorial dans le paysage sans le perturber », offrir un espace de 4000 m² dédié à une grande exposition permanente, des expositions temporaires, un centre de documentation, un auditorium, un espace de détente et de restauration, un service administratif. L’aménagement des deux étages dédiés à l’exposition permanente retraçant les grandes étapes de la vie de Charles de Gaulle est confié à l’agence d’architectes spécialiste en scénographie muséographique Le Conte-Noirot qui prend le parti de surprendre le visiteur en mettant résolument en perspective les éléments biographiques et les actions de Charles de Gaulle. Ce choix audacieux permet ainsi à tous les visiteurs de retrouver l’empreinte de l’homme sur l’évolution générale du XXe siècle en dix ambiances particulièrement étudiées et surtout laisse la place à une certaine distance en affichant des reproductions de caricatures, de journaux d’opposition, en donnant la voix aux contestataires de l’Algérie française ou aux gauchistes de mai 1968. Ce sont d’ailleurs les petits pavés parisiens en plastique qui symbolisent la révolte étudiante parisienne qui figurent parmi les objets les plus vendus à la boutique du Mémorial qui privilégie avant tout les ouvrages de bonne réputation littéraire ou scientifique et qui pratique une politique stricte vis-à-vis des objets dits « collector ». Avec l’ouverture d’espace muséal, la visite de la croix de Lorraine ne peut plus s’effectuer seule, ce qui décourage certains visiteurs qui ne disposent pas du temps nécessaire pour amortir le prix du billet. Le couplage du billet d’entrée à la Boisserie avec celui du Mémorial offre en revanche au « pèlerin-touriste » la possibilité de passer entre 3 h et 6 h à Colombey en comptant le passage obligé au cimetière, à l’église, en effectuant la promenade dans les rues du village, la pause déjeuner et les éventuels achats de souvenirs dans les boutiques dédiées à la « Gaullomania ». Il est en effet à noter que les médias télévisés consacrent régulièrement des reportages aux boutiques de souvenirs du centre du village qui vendent des objets et reproductions plus ou moins kitsch qui trouvent preneurs à tous les prix. Ces bibelots, ouvrages et autres objets au goût parfois douteux font effectivement penser à l’existence d’un culte gaulliste populaire et païen qui ressemble à s’y méprendre en version laïque à celui des villes de sanctuaires (Lourdes, Lisieux...). L’investissement réalisé à Colombey vise un volume de 125 000 visiteurs annuels, un chiffre ambitieux qui n’est pas encore atteint depuis l’ouverture en dépit d’un budget annuel de communication d’environ 350 000 € et d’un effort tout particulier réalisé par le service pédagogique vers les enseignants de tous les niveaux avec des ateliers spécialement dédiés aux différents groupes d’âges.

11Il est exact qu’une analyse par segments de la population de visiteurs du Mémorial et de la Boisserie montre qu’une proportion non négligeable de visiteurs sont des habitués de Colombey, soit parce qu’ils y viennent et reviennent en accompagnant des membres de leur famille venant leur rendre visite dans la région, soit parce qu’ils éprouvent le besoin de se ressourcer régulièrement sur les pas du général de Gaulle. La tendance observée voici trente ans lors de l’ouverture de la Boisserie demeure globalement exacte, ce sont avant tout les habitants des régions de l’Est de la France qui se rendent à Colombey, suivis des Franciliens ; parmi les Français, ce sont les habitants d’un grand quart sud-ouest qui sont les moins représentés. L’éloignement joue sans doute dans l’explication du phénomène, mais les Bretons et résidents de la Côte d’Azur sont nettement mieux classés en étant pourtant aussi éloignés de la Champagne. Il faut peut-être ici invoquer le moindre attachement au gaullisme dans ces terres jadis radicales et communistes. Les ouvertures des autoroutes A 4, A 5 et A 26, depuis trente ans pour la première et une vingtaine d’années pour les deux autres, ont permis de désenclaver Colombey qui se trouve à moins de 20 minutes d’un échangeur de l’A 5, où la proximité du village est signalée par un panneau touristique conforme à la signalétique en usage sur le réseau autoroutier. Du coup, les circuits par autocars des années 1970, qui privilégiaient le vignoble champenois, associent désormais la halte à Colombey au tourisme mémoriel de la Grande Guerre avec Verdun voire le Chemin des Dames ou d’autres sites. Le développement du tourisme en camping-car a également été une donnée avec laquelle il a fallu s’adapter en prévoyant une aire de stationnement aménagée. Surtout, l’inauguration du nouveau Mémorial le 11 octobre 2008 par le président Nicolas Sarkozy et la chancelière Angela Merkel, 50 ans après le fameux déjeuner de Gaulle-Adenauer à la Boisserie, traduit bien la volonté politique de placer une partie du sens de l’œuvre du général de Gaulle sous les auspices de la réconciliation franco-allemande et par delà de l’union de l’Europe dans la paix et la démocratie. La fréquentation du Mémorial par des visiteurs étrangers, Belges, Luxembourgeois, Allemands, Italiens, Néerlandais milite en ce sens. Enfin, il convient d’insister tout particulièrement sur la fréquentation du site par de nombreuses délégations diplomatiques depuis quarante ans et plus spécifiquement à une période récente par les dignitaires chinois et russes. Les ambassadeurs russe, chinois ou encore suédois en France entretiennent des liens privilégiés avec le Mémorial.

12Un peu plus de quarante ans après la mort de Charles de Gaulle, le pèlerinage à Colombey a changé de dimension. Après le temps des hommages des anciens combattants et compagnons du mouvement gaulliste, le renouvellement générationnel a progressivement figé la haute stature de Charles de Gaulle en statue du Commandeur. Désormais, tout le monde ou presque accepte ou se réclame d’une part de l’héritage gaullien sinon gaulliste. Ainsi le 9 novembre 2013, Anne Hildago, candidate socialiste à la maire de Paris, et Florian Philippot du Front National ont choisi de se recueillir sur la tombe du Général à Colombey en disputant l’héritage à des politiques de droite comme Nicolas Dupont-Aignan venu également en pèlerinage. L’ancien étudiant ou gréviste CGT de mai 1968, l’ancien appelé d’Algérie ou le rapatrié, chacun peut visiter le Mémorial de Colombey en donnant sa version des faits à ses petits-enfants qui retiennent plus ou moins le sens profond de la prodigieuse accumulation d’images, sons, objets et noms mobilisés par la muséographie. Dans le vaste hall d’accueil où trônent la Traction Avant 15 CV utilisée par le Général entre 1954 et 1958 et la DS 19 sur laquelle figurent encore les impacts des balles tirées par le commando de Bastien-Thiry au Petit-Clamart, l’enfant d’aujourd’hui est tout étonné d’apprendre que cette voiture aux formes un peu étranges, qu’il a déjà entraperçue dans vieux film avec Louis de Funès s’appelait déjà Citroën DS comme le modèle hybride qu’utilise le président François Hollande. D’ailleurs, la grande exposition temporaire de 2012 consacrée au 40e anniversaire de l’inauguration de la croix de Lorraine a été placée sous le haut patronage du second président socialiste de la Ve République qui a aussi tenu à commémorer le 50e anniversaire de la messe célébrée à Reims le 8 juillet 1962 pour sceller la réconciliation franco-allemande en présence de Charles de Gaulle et de Konrad Adenauer. L’héritage gaullien est ainsi devenu consensuel et il est vraisemblable que le flux de pèlerins ne cessera pas de sitôt à Colombey.

Orvilliers ou le pèlerinage intimiste des nostalgiques de « la plus heureuse » décennie française du XXe siècle (1962-1974)

  • 6 Tous les éléments concernant Orvilliers ont été recueillis auprès du professeur Alain Pompidou.
  • 7 INA, Pompidoou et l’horoscope, Pompidou et son flipper, 21 avril 1970 ; Paris-Match, Pompidou à Or (...)
  • 8 Le Parisien, 1er avril 2012 et blog de Sophie Primas, sénatrice UMP des Yvelines [www.sophie-prima (...)
  • 9 Voir [http://yvelines.gouv.fr]. Cérémonie de commémoration du 40e anniversaire du président George (...)

13La perspective est radicalement différente dans le village d’Orvilliers situé au sud de Mantes-la-Jolie. Le visiteur peut chercher un long moment le petit cimetière ceint de murs situé un peu en dehors du cœur bâti du centre-bourg. Aucun panneau n’indique en effet le lieu où est inhumé le successeur de Charles de Gaulle. Le risque d’oublier celui qui fut le fidèle collaborateur du Général durant quatorze ans est grand. Pourtant, l’homme a laissé une bonne impression aux Français qui se souviennent de son éternelle cigarette aux lèvres, de son aisance intellectuelle et oratoire de normalien-agrégé qui le conduisait parfois à réciter des vers à l’improviste. Enfin et surtout, les années Pompidou font figure avec le recul de paradis perdu, avec des taux de croissance du PIB supérieurs à l’Allemagne, des réalisations technologiques modernes (Concorde, centrales nucléaires, tours de la Défense et Montparnasse, Aérotrain...) qui permettaient tout à la fois d’en retirer une grande fierté collective et de se payer le luxe de critiquer le « progrès ». À l’intérieur du cimetière, trouver la tombe de Georges et Claude Pompidou réclame également de longues minutes à moins d’avoir de la chance. Le tombeau présidentiel est bien plus modeste que ceux d’autres familles du village, la pierre blanche de Lorraine semblable à celle de Colombey est un peu ternie par les intempéries et les lettres gravées des noms de l’ancien couple présidentiel ne sont pas soulignées par un mince filet doré ou noir comme cela se fait souvent. La volonté d’oubli, de reposer en paix, est ici manifeste et le pèlerin qui vient se recueillir accomplit une démarche solitaire. La résidence secondaire des Pompidou à Orvilliers a été l’unique bien immobilier que le couple ait acquis en dehors de la spartiate ferme de Cajarc dans le Lot revendue après le décès du président. La maison d’Ile de France est demeurée dans la famille et sert aujourd’hui de résidence secondaire au professeur Alain Pompidou. Cet ancien relais de poste fut acquis en 1954 par Georges Pompidou à un Auvergnat qui l’avait transformé en un café-épicerie appelé Yoyette6. Alors maître des requêtes au Conseil d’État et sans fortune familiale, Georges Pompidou sollicita un oncle pour financer l’achat du bien, et le couple consacra plusieurs années à sa restauration en effectuant lui-même de nombreux travaux le temps des week-ends. Un tournage effectué par une équipe de l’ORTF du temps de la présidence, ainsi que plusieurs reportages dans la presse magazine, en particulier pour Paris-Match, ont dévoilé au public certains éléments du cadre de vie simple et détendu des Pompidou à la campagne7. C’est en particulier dans cette maison que Georges Pompidou aimait lire et relire les ouvrages de sa bibliothèque. Pourtant, la maison n’a jamais été ouverte au public et le fils de Georges et Claude Pompidou n’envisage pas de le faire dans l’avenir à l’occasion des journées du patrimoine par exemple. Il est encore moins question d’envisager de transformer la propriété en musée. Le village d’Orvilliers n’a jamais attiré que quelques curieux, y compris lorsque Georges Pompidou était premier ministre ou président de la République ; le chef de l’État louait d’ailleurs la discrétion naturelle des villageois qui lui permettait de se reposer sereinement sans craindre le voisinage. À cette époque, la maison était gardée par les gendarmes mobiles mais depuis des années elle ne fait plus l’objet d’une surveillance régulière, tout au plus la brigade de Septeuil passe-t-elle devant à l’occasion de ses missions de surveillance générale, quant à la tombe elle n’a jamais été gardée. Autre différence notable par rapport à Colombey, l’unique café du village ne s’est pas lancé dans la promotion de quelques objets de collection à connotation « pompidolienne ». Seules quelques cartes postales reproduisant la photo officielle de Georges Pompidou en grand habit de président de la République sont disponibles à la vente. Le fils de l’ancien président n’a que peu d’anecdotes à livrer concernant la présence de pèlerins ou curieux à proximité de sa résidence, tout au plus se souvient-il d’élèves de grandes écoles parisiennes effectuant un rallye touristique qui recherchaient la tombe de son père. Pour autant, le souvenir de Georges Pompidou et l’hommage à sa mémoire demeurent bien présents à Orvilliers. Chaque 2 avril, jour de sa disparition, le conseil municipal se réunit au cimetière en présence des porte-drapeaux des associations d’anciens combattants. En 2012, la sénatrice des Yvelines Sophie Primas a présidé la cérémonie d’hommage en présence du sous-préfet de Mantes-la-Jolie venu déposer la gerbe du président de la République8. Valéry Giscard d’Estaing successeur de Georges Pompidou s’est rendu sur sa tombe le 2 avril 1975, un an après sa disparition, Jacques Chirac est venu régulièrement pendant et en dehors de ses périodes d’exercice de chef de gouvernement et de président de la République. Il est à noter qu’à l’instar de la famille de Gaulle, le couple Chirac est considéré comme appartenant au cercle des amis proches de la famille Pompidou. Bernadette et Claude Chirac n’ont cessé de se fréquenter jusqu’à la disparition de l’épouse de Georges Pompidou en 2007. Sous la présidence de François Mitterrand, puis sous celle de Nicolas Sarkozy qui s’est rendu une fois au moins sur la tombe de Georges Pompidou, c’est un membre du cabinet du président qui est venu chaque année déposer la gerbe présidentielle. La commémoration du 40e anniversaire de la disparition de Georges Pompidou n’a pas donné lieu à une couverture médiatique notable, la cérémonie d’Orvilliers a été présidée par le préfet des Yvelines Erard Corbin en présence de Gilles Clavreul du cabinet du président de la République François Hollande et du sous-préfet de Mantes-la-Jolie qui ont marquée la reconnaissance de l’État auprès de la famille du président défunt. Plusieurs personnalités politiques de droite des Yvelines étaient présentes9. Le véritable espace du souvenir dédié à Georges Pompidou est le musée créé pour abriter les cadeaux présidentiels à Montboudif dans le Cantal, sa commune de naissance et berceau familial, c’est d’ailleurs là que Nicolas Sarkozy a illustré la mémoire du deuxième président de la République le 5 juillet 2011. En revanche, on peut même se poser la question de la persistance à moyen terme de la messe anniversaire organisée par l’association des Amis de Georges Pompidou en l’église de Saint-Louis en l’île. Cette messe du souvenir organisée chaque année, à laquelle Claude Pompidou ne s’est jamais associée, aura peut-être du mal à survivre à la génération des anciens collaborateurs et ministres de Georges Pompidou. Alain Pompidou ne s’y est rendu qu’à compter de 1989 lorsqu’il a été élu député européen et c’est à l’occasion de la montée des tensions entre Édouard Balladur et Jacques Chirac sous la seconde cohabitation que le couple Chirac est venu s’asseoir à côté des membres de la famille ; pour la première fois en 2012 l’ancien président ne s’est pas rendu à ce rendez-vous annuel.

Se rendre en pèlerinage à Jarnac pour comprendre le parcours d’un fils de la Charente passé du conservatisme à l’esprit de progrès

  • 10 Maire socialiste de Jarnac de 2001 à 2014.
  • 11 Libération du 8 janvier 2011, à Jarnac, grands sourires, petites piques.
  • 12 Voir site France 3 Poitou-Charentes, 8 janvier 2014.
  • 13 Le Point.fr du 8 janvier 2012, 18 h 04.

14À Jarnac, la présence de la tombe de François Mitterrand présente une résonnance encore différente de celles observées à Colombey et Orvilliers. Tout d’abord, Jarnac est une petite ville et non un village, la commune présente un attrait touristique moindre que Cognac mais la visite de plusieurs chais de maisons d’eaux de vie réputées mérite en soi le détour ainsi qu’une promenade ou un déjeuner au bord de la Charente. La chapelle familiale dans laquelle François Mitterrand est inhumé au cimetière des Grand’Maisons un peu à l’écart du centre ville est bien indiquée par une signalétique qui permet au visiteur de découvrir également la maison natale de l’ancien président et de s’imprégner de l’ambiance feutrée des belles demeures des notables du bouchon. Une simple promenade à travers les rues du centre ville aide le pèlerin à comprendre l’itinéraire intellectuel et politique du jeune François Mitterrand. La ville de Jarnac entend bien faire de la présence de la sépulture présidentielle un atout pour sa dynamique culturelle grâce à la présence du musée des cadeaux présidentiels du second septennat et au musée ouvert dans l’ancienne maison des Mitterrand qui devrait devenir à terme un lieu de recherches et de rencontres pour les historiens s’intéressant à la longue carrière de l’enfant du pays. Le flux de visiteurs qui a été estimé à plus de 50 000 en 1996 s’est stabilisé depuis plusieurs années autour de 20 000 et aurait plutôt tendance à repartir à la hausse selon le maire Jérôme Royer10. En 2005, à la mort de Colette Landry, sœur de François Mitterrand qui possédait et habitait dans la maison familiale depuis 1968 après son rachat de l’indivision, la ville de Jarnac a pu acquérir l’ancienne demeure et ses bâtiments connexes (vinaigrerie, chai et tonnellerie). La collectivité a fait réaliser d’importants travaux de réhabilitation en vue de l’ouverture au public qui peut ainsi découvrir des manuscrits d’œuvres ou de discours de l’ancien président ainsi que des vêtements symboliques lui ayant appartenu (pardessus, écharpe, chapeau). Progressivement, le pèlerin-militant socialiste cède la place au pèlerin-touriste qui profite d’une villégiature sur le littoral charentais ou d’un trajet en camping-car pour faire un crochet par Jarnac. Le tourisme par autocars des voyagistes prévoit ainsi une halte au cimetière de Jarnac en marge d’une excursion à vocation gastronomique dans le vignoble charentais. Charles de Gaulle et François Mitterrand partagent un point commun : celui de réunir les Français grâce au vignoble ! Il manque cependant à Jarnac l’équivalent du Mémorial de Colombey avec une muséographie moderne évoquant les décennies 1970 et surtout 1980 et 1990 qui apparaissent peutêtre encore proches mais qui sont pourtant déjà entrées dans l’Histoire. Aucun président de la République en exercice ne s’est rendu sur la tombe de François Mitterrand depuis 1996. La présence ou l’absence des leaders socialistes chaque mois de janvier à Jarnac donne toujours lieu à des exégèses de la part des commentateurs. Ainsi, en 2006, pour le 10e anniversaire de la disparition de l’ancien président socialiste, alors que les autres ténors socialistes sont à Jarnac, Ségolène Royal préfère boycotter le rendez-vous organisé dans sa région pour un déplacement aux côtés de Michelle Bachelet, la candidate socialiste à la présidence du Chili. Cette volonté ostensible de se démarquer des éléphants du PS va contribuer à la montée de sa popularité au sein de l’opinion et à sa désignation comme candidate officielle du parti. En revanche, la présidente du conseil régional de Poitou-Charentes, désormais candidate officielle du PS, sera bien présente à Jarnac en janvier 2007. En janvier 2011, Ségolène Royal et Martine Aubry se retrouvent à Jarnac mais non François Hollande qui attend d’être élu comme candidat à l’issue de la primaire socialiste de l’automne 2011 pour effectuer le pèlerinage de Jarnac en janvier 2012. Il existe donc une stratégie de la présence ou de l’absence des caciques socialistes à Jarnac depuis la fin des années 1990 qui n’est pas aisée à gérer pour Jérôme Royer, maire socialiste de la ville depuis 2001, ainsi que pour les principaux animateurs de l’association des Amis de François Mitterrand qui organisent le pèlerinage annuel du 8 janvier. Si le président de l’association Pierre Bergé opte le plus souvent pour l’avion privé jusqu’à l’aéroport de Cognac, Hubert Védrine, président de l’Institut François Mitterrand, Mazarine Pingeot et la grande majorité des autres participants parisiens empruntent le TGV de Paris-Montparnasse jusqu’à Angoulême puis les cars ou les voitures des militants jusqu’à Jarnac. En 2011, le correspondant spécial de Libération observe que le cortège est escorté depuis la gare d’Angoulême par les motards de la gendarmerie11. À Jarnac, la tombe de l’ancien président socialiste ne fait pas l’objet d’une surveillance continue comme celle du général de Gaulle mais est inscrite dans le cadre de la surveillance générale. En revanche, un service d’ordre est mis sur pied chaque année pour assurer le bon déroulement du pèlerinage de janvier. Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy ont respecté chaque année la tradition du dépôt de la gerbe sur la tombe de François Mitterrand depuis 1997. Si François Hollande ne s’est pas rendu à Jarnac depuis son élection, il a délégué la ministre de la Famille, Dominique Bertinotti, le 8 janvier 201412. À quelques mois de l’élection présidentielle, le protocole et le service d’ordre déployé par le groupement de gendarmerie de Charente en présence de son colonel, prennent déjà une forme quasiment présidentielle pour permettre à François Hollande, candidat socialiste intronisé par les primaires citoyennes, d’être mis en valeur et de pouvoir réclamer l’héritage du premier président de la Ve République quand il déclare : « C’est la force de l’esprit qui est ici. J’essayerai d’avoir l’esprit de la force13. »

15Pour Jérôme Royer et une majorité de ses administrés, l’élection d’un président de la famille socialiste à l’Élysée le 6 mai 2012 permet à François Mitterrand de définitivement entrer dans l’Histoire et d’envisager dans l’avenir une relation nouvelle entre les Français et le souvenir des années Mitterrand, une relation plus apaisée à l’image de celle dégagée à Colombey.

16Loin de l’image d’une société matérialiste, plus ou moins débarrassée de référence religieuse et fuyant la mort, le pèlerinage sur les tombes des trois présidents défunts de la Ve République révèle tout d’abord le profond lien entre ces hommes a priori très différents et la religion catholique. En effet, chacune des trois tombes présidentielles comprend une croix : croix surmontant la pierre tombale pour de Gaulle, croix gravée dans la pierre tombale pour Georges Pompidou, croix ornant la chapelle familiale pour François Mitterrand. Cette référence à des racines familiales chrétiennes n’est pas anodine et peut sans doute surprendre des militants attachés aux valeurs laïques dans le cas de la tombe de François Mitterrand qui jouxte de nombreuses autres chapelles de familles catholiques et protestantes du cimetière des Grand’Maisons de Jarnac. Si le nom de pèlerinage peut sans conteste s’employer pour Colombey-les-deux-églises, il n’est pas approprié pour Orvilliers mais peut l’être aussi dans le cas de Jarnac en émettant cependant la nuance qu’il s’agit peut-être en l’espèce d’un pèlerinage en devenir auquel il manque sans doute cette touche intimiste que l’on éprouve en visitant la Boisserie car la maison familiale de Jarnac n’est pas aussi porteuse de l’âme de François Mitterrand qu’auraient pu l’être la bergerie de Latché ou la tour de l’hôtel de la rue de Bièvre à Paris. Cependant, chacune à leur manière, les tombes des présidents et les routes qui y mènent peuvent être aisément réappropriées par les visiteurs pour évoquer ou se remémorer les époques et réalisations des septennats des présidents défunts.

Notes

1 Libération, 9 septembre 1995, reprenant une information de l’Événement du jeudi parue au cours du mois d’août.

2 INA, Crise de la IVe République, 4 juin 1958 ; Paris-Match, no 493 et 494, septembre 1958 ; INA, Tour de France 1960, 20e étape, 16 juillet 1960.

3 Discours de Georges Pompidou disponible sur le site Ina. fr. Mémorial Charles de Gaulle, 18 juin 1972.

4 Institut Charles de Gaulle, carton des coupures de presse sur Colombey-les-Deux-Églises.

5 Le Point, 12 novembre 1999, « Le pèlerinage à Colombey, c’est fini. »

6 Tous les éléments concernant Orvilliers ont été recueillis auprès du professeur Alain Pompidou.

7 INA, Pompidoou et l’horoscope, Pompidou et son flipper, 21 avril 1970 ; Paris-Match, Pompidou à Orvilliers, 1er juin 1969.

8 Le Parisien, 1er avril 2012 et blog de Sophie Primas, sénatrice UMP des Yvelines [www.sophie-primas.fr].

9 Voir [http://yvelines.gouv.fr]. Cérémonie de commémoration du 40e anniversaire du président Georges Pompidou.

10 Maire socialiste de Jarnac de 2001 à 2014.

11 Libération du 8 janvier 2011, à Jarnac, grands sourires, petites piques.

12 Voir site France 3 Poitou-Charentes, 8 janvier 2014.

13 Le Point.fr du 8 janvier 2012, 18 h 04.

Auteur

Ancien élève de l’ENS de Fontenay/St Cloud, agrégé d’Histoire, docteur en Histoire de l’IEP de Paris, est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Poitiers. Ses recherches portent sur les acceptations et les résistances aux mutations politiques, économiques, sociales dans la France du XXe siècle. Il a publié Le patricien et le général : Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France (ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie), 2003, 2 volumes, 1207 p., ainsi que de nombreux articles.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540