Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du pèlerinage

 | 
Luc Chantre
, 
Paul d’Hollander
, 
Jérôme Grévy

Troisième partie. Quand les cultures politiques suscitent leurs propres pèlerinages

Le pèlerinage sur la tombe de Mussolini

Giovanni Sedita

Texte intégral

1Mon intervention sera centrée sur l’analyse du pèlerinage politique sur la tombe de Mussolini. J’analyserai le thème en commençant par rappeler brièvement le processus historique qui a conduit à la « sanctification » du corps de Mussolini pour pouvoir me consacrer ensuite à l’histoire du pèlerinage au tombeau du Duce, de 1957 à nos jours. J’ai utilisé principalement deux fonds : les documents concernant la dépouille de Mussolini conservés dans le fonds du Ministère de l’Intérieur, conservé aux Archives Centrales de l’État de Rome et le registre de la crypte du cimetière de Saint Cassin à Predappio.

Le corps du Duce

  • 1 Sur les péripéties subies par le corps de Mussolini, voir l’importante étude de S. Luzzatto, Il co (...)

2Le 31 août 1957, douze ans après sa mort, le corps de Benito Mussolini fut définitivement inhumé dans le cimetière de sa ville natale, Predappio, dans la province de Forli, en Émilie-Romagne. Avant de rejoindre le tombeau, la dépouille avait dû subir différentes vicissitudes1. Mussolini fut exécuté le 28 avril 1945 à Giulino di Mezzegra, sur les bords du lac de Côme, de la main du commandant des partisans Valerio, le communiste Walter Audisio. Le corps fut ensuite exposé à Milan, sur la place Loreto, durant la matinée du 29 avril 1945. La foule hurlait ; elle qui pendant vingt ans l’avait acclamé, outragea sa dépouille. Au début de l’après-midi du 29 avril, les Alliés sauvèrent les restes de Mussolini et portèrent le corps à la mairie de Milan, où il fut autopsié. Le corps fut inhumé dans une tombe anonyme de la section no 16 du cimetière de Musocco de Milan.

3Une année plus tard, dans la nuit du 22 avril 1946, quelques militants néofascistes à la recherche de notoriété ravirent la dépouille de Mussolini afin de démontrer symboliquement la résurrection du fascisme. Le 12 août 1946, le corps fut retrouvé par les forces de l’ordre, enfermé dans une malle, enroulé dans deux sacs, muré dans une armoire d’une cellule de la Chartreuse de Pavie. Les néofascistes nécrophiles furent arrêtés. Finalement, au nom de la raison d’État, la dépouille de Mussolini fut cachée par les autorités au couvent de Cerro Maggiore à Legnano (Milan), de 1946 à la fin de 1957, moment où, sur la décision du président du conseil chrétien-démocrate Adone Zoli, lui aussi originaire de Predappio, la dépouille fut rendue à la famille et transportée à Predappio.

4Mussolini lui-même avait présagé ses tribulations post mortem en écrivant dans sa Vita di Arnaldo (1932) :

  • 2 Citation de B. Mussolini dans, Vita di Arnaldo, Milano, Popolo d’Italia, 1932, gravée sur la plaqu (...)

« Il serait bien ingénu de demander d’être laissé en paix après la mort. Autour des tombes des Chefs de ces grandes transformations que l’on appelle Révolution, la paix ne peut être établie2. »

5Il est cependant nécessaire de considérer que les aventures survenues au corps du Duce mort, de l’outrage au transfert de la dépouille, contribuèrent incontestablement à la « sanctification » de Mussolini en le délivrant de la « mort honteuse ». En effet, Mussolini ne connut pas la belle mort souhaitée par les fascistes mais mourut en trahissant le fascisme de la République Sociale Italienne : pendant les derniers jours de la RSI, il tenta de fuir avec sa maîtresse Claretta Petacci et beaucoup d’argent, déguisé en soldat allemand. Ni sa mort, ni le sort de son corps ne furent héroïques.

  • 3 Adone Zoli fut nommé Président du Conseil en mai 1957. Depuis quelque temps, l’alliance du parti c (...)

6Ce fut donc seulement au cours de l’été 1957 que la dépouille tourmentée trouva une sépulture dans l’Italie de la Guerre froide, marquée par l’affrontement idéologique entre le communisme et l’anticommunisme. Le gouvernement d’Adone Zoli, par l’intermédiaire duquel la démocratie chrétienne commença de se rapprocher politiquement du Mouvement Social italien (MSI)3, choisit le mois d’août 1957 pour tenter de cacher aux Italiens encore en vacances la controverse sur le retour de Mussolini. Le corps de Mussolini était le symbole d’un insoluble conflit, destiné à perdurer, entre fascisme et antifascisme, entre des mémoires opposées.

Les pèlerins de Mussolini

  • 4 « Un gesto umano », in Corriere della Sera, 31 agosto 1957 (signé P. G.) ; « Nessuna pressione pol (...)
  • 5 « Nous demandons à l’antifasciste de répondre de cela. »

7Le 30 août 1957, les restes furent rapportés à Predappio. Le 31 août, dans la chapelle du cimetière de Saint Cassin, furent célébrées deux messes devant le cercueil contenant les restes de Benito Mussolini, en présence de sa femme Rachel, de son fils Romano et des personnalités du MSI. Le lendemain, 1er septembre, la dépouille fut inhumée après l’arrivée de la fille du Duce, Edda Ciano. Au cours de la journée, l’affluence des premiers pèlerins fut importante : 2 500 visiteurs. En première page, le Corriere della Sera, écartant toute implication politique, évoquait un geste d’humanité résultant d’une « médiation privée » entre le gouvernement italien et la famille de Mussolini4. Le quotidien communiste L’Unità ignora la nouvelle de la restitution du corps du Duce ; le 1er septembre, dans un entrefilet de deuxième page intitulé Di questo chiediamo conto all’« antifascista5 » Zoli initia une polémiqua à l’encontre du Président du Conseil à propos de la réquisition de militaires pour assurer la garde du cercueil. Le quotidien néofasciste Secolo d’Italia publia une édition spéciale dès l’après-midi du 30 août et, le 31, intitulait en première page « Mussolini restitué à l’Italie. San Cassiano est depuis ce jour devenu sanctuaire italique ». Pendant plus d’un mois, il suivit quotidiennement, les pèlerinages et publia les messages adressés par ses « fidèles » au Duce. Ainsi commençait une longue période de pèlerinages au nouveau « sanctuaire italique ».

  • 6 G. Parlato, Fascisti senza Mussolini. Le origini del neofascismo in Italia 1943-1948, Bologna, Il (...)
  • 7 Comuniqué officiel de la presse du MSI, in Archivio Centrale dello Stato (désormais ACS), Minister (...)

8Le MSI fit un usage politique de l’organisation du pèlerinage. Le parti était né des cendres de la RSI, dans l’Italie devenue républicaine, seulement vingt mois après la fin du fascisme. Le « rapport mythique avec le fascisme historique » était l’un des principes fondateurs de l’idéologie néofasciste6. L’hommage sur la tombe du Duce devint un rite fondateur, une liturgie identitaire pour le parti. Le MSI s’estimait dépositaire de la mémoire trahie des fascistes vaincus par la guerre et par la Résistance et s’apprêtait à élaborer des symboles et des liturgies nécessaires pour maintenir vivant le souvenir du régime et de la République sociale italienne. C’est avec un communiqué de la presse officielle du MSI que commença la reconstruction mythologique des derniers jours de Mussolini et le culte de ses épouses. Il est intéressant de noter comment certains traits de la biographie du Chef du fascisme furent volontairement mystifiés au bénéfice d’une sacralisation de son existence. Mussolini était représenté comme « fermement » religieux, comme « fidèle et respectueux de son épouse » ; on parlait d’un « calvaire consacré » pour expliquer le sacrifice des derniers jours du Duce. En réalité, Mussolini fut toujours étranger à la foi – même s’il ne se disait pas athée – et il mourut en « traître ». Cependant, les personnalités du MSI avaient besoin d’une mort héroïque que les pèlerins célèbreraient. Le MSI avait l’intention de fonder sur la tombe de Mussolini « la réconciliation spirituelle des Italiens fidèles à l’Italie, sans laquelle la réconciliation de la Patrie ne pourrait être élevée, approfondie et durable7 ».

  • 8 Toutes les circulaires des secrétariats politiques des fédérations provinciales du MSI (surtout ce (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid., Circulaire no 14 de la Fédération provinciale de Forlì du MSI.
  • 12 Lettre du ministre de l’Intérieur Tambroni au ministre des transports Angelini, 24 septembre 1957, (...)

9Le MSI fit le nécessaire pour faire venir tous ses adhérents au cimetière de Saint Cassin, annonçant les pèlerinages dans Le Siècle d’Italie et ayant soin de les organiser et les discipliner. La Fédération du MSI de Forli avait pensé au vivre et au couvert des pèlerins, donnant une liste et les prix d’auberges et de restaurants « amis ». De nombreuses fédérations provinciales du MSI, dans toute l’Italie proposaient un forfait de voyage qui comprenait le bus, les étapes intermédiaires – les autres résidences du Duce, Villa Carpena et la Rocca delle Caminate – les horaires, les auberges, les restaurants8. Dès les premiers mois du retour de la dépouille furent imprimées les premières biographies qui, à la manière des « vies de saints », devaient être distribuées aux pèlerins ; il s’agissait des premiers exemplaires des objets du souvenir du Duce ; un santon qui reproduisait à côté du visage du Duce la petite caisse en bois dans laquelle le corps avait été restitué, récitait « enfin en paix9 ». Dans les circulaires des fédérations du MSI, on pouvait lire : « Tôt ou tard, tous les bons italiens s’efforceront de rendre un hommage dévot à la tombe de Mussolini10. » Predappio devait devenir la ville sainte du néofascisme. Les diverses fédérations, du Sud au Nord de l’Italie, devaient préparer les pèlerins et les instruire sur le comportement politique juste à observer ; en effet, il y avait le risque de tomber sous le coup de la loi contre l’apologie du fascisme ou dans le piège des provocations des adversaires politiques. Les pèlerins devaient « éviter de porter des tricots et des chemises noires ainsi qu’étendards et fanions » ; on devait raconter « le sentiment, la foi et la passion11 ». Il était important de maintenir une attitude politique impeccable pour sauvegarder la possibilité d’honorer la dépouille de Mussolini mais surtout pour transformer le pèlerinage en un vecteur de propagande électorale en vue des élections de 1958. Le ministre de l’Intérieur Tambroni observa que le MSI avait l’intention d’assurer la continuité des pèlerinages jusqu’aux élections de l’année suivante12.

  • 13 S. Luzzatto, Il corpo del duce, op. cit., p. 283.
  • 14 Voir le quotidien du Parti Communiste L’Unità du 23 septembre 1957.
  • 15 Toutes les rapports du Préfet de Forlì sur les affrontements entre fascistes et antifascistes et l (...)
  • 16 Les manifestations et les grèves de l’été 1960 furent organisées par la Gauche pour protester cont (...)

10En dépit de la prudence ostentatoire du MSI, le retour du corps du Duce raviva immédiatement, dans l’Italie républicaine, l’affrontement entre fascisme et antifascisme qui avait caractérisé la Résistance. Sergio Luzzatto définit ce moment comme la « bataille du deuil13 ». Le 22 septembre 1957, 7 000 pèlerins se retrouvèrent à Predappio en chantant des hymnes, vêtus de chemises noires, portant fanions et étendards, effectuant le salut à la romaine. À Predappio et à Forli, néofascistes et communistes se provoquèrent mutuellement. La préfecture de Forli attribua la responsabilité à la « subornation communiste ». Les forces de l’ordre eurent de la difficulté à calmer les affrontements. Les communistes parlèrent de « graves provocations des fascistes », tandis que les néofascistes dénonçaient les « viles agressions rouges » et les « assauts communistes contre les autobus14 ». La semaine suivante, le 29 septembre, les fédérations locales du Parti socialiste et du Parti communiste prêtèrent main forte aux militants pour attaquer les fascistes qui arrivaient au cimetière. « Des masses d’ouvriers » auraient tenu garnison dans les rues de Forli et Predappio pour en empêcher l’accès aux autobus des néofascistes. À partir du pèlerinage massif du 22 septembre 1957, sans pour autant recourir à des « moyens exceptionnels », le Ministère de l’Intérieur s’efforça de réduire le flot des autobus qui transportaient les visiteurs. Les forces de l’ordre furent mises à dure épreuve ; à partir de l’inhumation fut maintenue une « vigilance continue », jour et nuit15. Dans l’Italie de la fin des années 1950, dans le cadre de l’affrontement idéologique communisme-anticommunisme, l’affrontement jamais éteint fascisme-antifascisme se raviva autour du corps de Mussolini, présageant les violentes rencontres de rue survenues au cours de l’été 1960, qui connurent leur acmé lorsque cinq manifestants furent tués par la police à Reggio Emilia le 7 juillet16. Plus de dix ans après la fin de la Résistance, le conflit des mémoires entre partisans et fascistes était ravivé par les générations suivantes. Luzzato écrivit :

  • 17 S. Luzzatto, Il corpo del duce, op. cit., p. 288.

« Un peu plus d’une décennie après la guerre civile, le moment n’était pas encore venu de plaisanter avec des symboles douloureux. Le cadavre du Duce conservait le pouvoir de susciter aussi bien la vénération des missini que la haine des antifascistes17. »

Les pèlerinages de 1957 à nos jours

  • 18 Rapport confidentiel du préfet de Forlì au ministre de l’Intérieur, 30 septembre 1957 in ACS, Mini (...)

11L’affluence durant le premier mois qui suivit le retour de la dépouille fut exceptionnelle. Les documents de la préfecture nous fournissent les chiffres : durant le premier mois, du 31 août au 29 septembre, furent dénombrés pas moins de 25 510 visiteurs. Toutefois, le préfet de Forli estima que les pèlerins ne pouvaient être poursuivis pour apologie du fascisme parce que à peine 6 % des visiteurs étaient revêtus de la chemise noire tandis que les vêtements étaient variés (chemise, chandail) si bien que, en l’absence de signe distinctif, on ne pouvait considérer que la loi contre les extrêmes devait être appliquée18.

  • 19 R. Mussolini, « La verità sulla salma la dico qui io sola », in Oggi, anno XIII, n. 37, 12 settemb (...)

12Pour autant, la société italienne du « miracle économique » était grisée des exploits de Mussolini et de sa famille. L’opinion publique fut préparée au retour de la dépouille par la presse la plus populaire. À partir du no 30 du 25 juillet 1957, le célèbre hebdomadaire Oggi publiait en épisodes les mémoires de Rachele Mussolini, Benito il mio uomo. Dans le no 37 du 12 septembre 1957 fut publié un reportage entier « La Vérité sur la dépouille, je suis seule à la dire » dans laquelle l’épouse du Duce racontait avec des anecdotes vivantes le dramatique itinéraire de douze années pour obtenir de l’État la restitution du corps de son mari19.

  • 20 Les nombreuses lettres de protestation envoyées au Ministre de l’Intérieur par les associations qu (...)
  • 21 Ibid. Rapport du préfet de Forli, 31 août 1959, sur le « second anniversaire de la restitution des (...)

13Au cours des années suivantes, chaque anniversaire de la restitution du corps fut marqué par des célébrations solennelles du néofascisme et, dans le même temps, par des manifestations d’opposants au fascisme. Le pèlerinage du 30 août 1958 fut promu par Le Siècle d’Italie et vit la participation de 5 000 pèlerins et de personnalités du MSI. L’indignation pour le rassemblement exprimé par les représentants de l’antifascisme fut autrement plus grande : les plus importantes des associations qui défendaient les valeurs de la Résistance demandaient au gouvernement d’appliquer la loi contre l’apologie du fascisme et d’empêcher les célébrations et le pèlerinage20. Lors de l’anniversaire de 1959, le tombeau de Mussolini fut visité par 2 000 personnes venues de toute l’Italie. Progressivement, le flux des pèlerins se serait stabilisé21.

  • 22 Ibid. Rapport du préfet de Forli, 14 mars 1960.
  • 23 Résultats des élections à la Chambre des députés : 5,84 % en 1953, 4,76 % en 1958, 5,11 % en 1963, (...)

14En mars 1960, la préfecture de Forli signalait que « d’une année sur l’autre, l’afflux des visiteurs au cimetière Saint Cassin est allé diminuant ». Par conséquent, la surveillance qui, depuis 1957 avait été mise en place en permanence, jour et nuit, à l’intérieur comme à l’extérieur du cimetière, fut drastiquement réduite à une patrouille de surveillance à l’extérieur et seulement pendant les heures d’ouverture du cimetière22. Le début de l’année 1960 fut pour le MSI un moment d’isolement politique (par suite des événements du mois de juin à Gênes) et de résultats électoraux décevants23. L’important investissement de propagande sur le sépulcre de Mussolini n’avait pas donné les fruits espérés. La propagande consacrée au pèlerinage n’avait pas fait augmenter les votes. Cependant, nonobstant la diminution du pèlerinage, la tombe de Mussolini demeura un lieu de célébration pour le néofascisme. Alors que, dans l’Italie de la fin des années 60, l’affrontement politique avait pris les formes de l’effondrement de la droite et du terrorisme, la tombe du Duce continuait à être un symbole, un « saint sépulcre » pour le néofascisme, la preuve du recul de l’État face aux valeurs de la Résistance pour la droite.

15Au cours de la nuit de Noël 1971, une bombe explosa devant la crypte de Mussolini, provoquant des dégâts importants. On pensa immédiatement à un groupe d’extrême gauche. Pino Romualdi, le secrétaire adjoint du MSI, aurait déclaré :

  • 24 Les rapports de police sur la profanation de la tombe de Mussolini et la déclaration de Romualdi s (...)

« Ceci est malheureusement le triste résultat de la plus ignoble campagne de haine... Cette haine, qui niait non seulement la vérité mais également les valeurs humaines les plus élémentaires, a incité certains hommes et certains partis politiques à trouver logique et politique d’exprimer leur rage impuissante en profanant à la dynamite le silence sacré du cimetière24. »

16Commencèrent alors les années les plus sanguinaires de l’histoire républicaine, l’explosion devant la tombe semblait ouvrir symboliquement une époque caractérisée par la tentative de changer par la violence, de droite comme de gauche, la culture politique et la mémoire de l’adversaire.

  • 25 D’après le décompte effectué récemment par l’auteur d’après les registres des présences à la crypt (...)

17Encore aujourd’hui, le grand sarcophage de pierre qui abrite les restes du Duce est surmonté d’une grosse tête de marbre blanc et d’autres reliques : une chemise noire, un chapeau de Bersaglier, une botte. La crypte où est inhumé le Duce accueille les tombes de ses proches : ses fils, sa femme Rachele, ses parents. En face du grand sarcophage de Mussolini, sur un pupitre, est posé un gros registre, où tous les visiteurs, les pèlerins du Duce, n’oublient pas depuis cinquante cinq années d’apposer un signe de leur passage. On estime aujourd’hui à au moins 24 000 visites annuelles25, concentrées surtout au moment de l’anniversaire du 28 avril (la mort), du 29 juillet (la naissance) et du 28 octobre (la marche sur Rome). Au cours de chacune de ces journées, il est possible de dénombrer au moins 3 000 visiteurs. L’analyse des registres de présence permet de cerner l’actualité du pèlerinage.

  • 26 Dizionario di politica, vol. I, Roma 1940, p. 146-147. Voir sur ce thème E. Gentile, Il culto del (...)
  • 27 Dans la tradition patricienne romaine, le défunt continuait à être présent parmi les vivants à tra (...)

18Les visiteurs d’aujourd’hui arrivent en petits groupes et, dans la plupart des cas, ne sont pas organisés. Depuis décembre 1993, fin du MSI et naissance du parti de l’Alliance nationale (AN) de Gianfranco Fini, s’est produite une véritable révolution idéologique avec l’abandon du « rapport mythique avec le fascisme historique ». La nostalgie et les liturgies du souvenir ont été héritées par de minuscules partis de la galaxie fragmentée de l’extrême droite. Les 24 000 pèlerins d’aujourd’hui sont sympathisants ou inscrits au mouvement, ou bien à de minuscules formations (comme Forza Nuova, Fiamma Tricolore, La Destra). Les groupes plus nombreux et organisés rejoignent Predappio au moment des anniversaires fascistes. Souvent ces groupes mettent en scène, devant le sacophage de Mussolini, des liturgies traditionnelles comme l’Appel fasciste décrit dans le Dictionnaire de politique de 194026. Dès 1918, lors du premier squadrisme, au moment culminant d’une cérémonie funèbre, un des chefs des squadre criait le nom de la victime, et la foule agenouillée répondait « Présent ! ». Ainsi était attestée « la présence de ceux qui s’étaient sacrifiés dans la lutte ». Une telle liturgie reprenait la philosophie qui sous tendait les cultes funéraires de la Rome antique. Dans un certain sens, l’Appel fasciste semblait évoquer sous une autre forme le sens du ius imaginum reconstruit dans les Histoires de Polybe (l. VI, 53) : le défunt continue à exister à travers les vivants et ne participe pas d’une dimension transcendante comme dans le christianisme27.

  • 28 Luzzatto poursuit : « des inscriptions d’adolescents du type “Je t’aime”, considéraient le sépulcr (...)

19Toutefois, outre ces manifestations restreintes du culte politique, le reste de l’année, la plupart des pèlerins arrive individuellement : ce sont des fascistes dispersés, nostalgiques solitaires ou bien de très jeunes visiteurs qui semblent ne rien savoir « ni sur Mussolini, ni sur ce passé fasciste et qui se plaisent à imaginer un avenir différent28 ». Les pèlerins d’aujourd’hui semblent idéologiquement désorientés, descendent dans la crypte et laissent des messages comme « Nous te voudrions pour mettre en ordre notre Italie », « Aide du ciel ton Italie », « Reviens donc », « Duce, aide l’Italie », « Reviens », « Reviens, nous avons désespérément besoin de toi ». Il est rare que le message soit empreint d’idéologie ou fasse référence à des événements de la période fasciste. Parfois, de vagues mots d’ordre fascistes sont ajoutés sous la signature : « à Nous ! », « Dux mea lux », « Présent », « Le bourreau pour celui qui mollit ». Le culte actuel de Mussolini ressemble plus à celui d’un saint mineur que à celui d’un héros. Plus que célébrer un mythe, les pèlerins semblent formuler des demandes de secours venus du ciel ou des miracles, dans le langage de la tradition populaire du culte des saints. Du reste, à la sortie du cimetière, les vendeurs de souvenirs mussoliniens (figurines, calendriers, porte-clés, pipes, bustes, etc.) rivalisent de concurrence, exactement semblables à ceux des localités du tourisme religieux. Ainsi, à chaque anniversaire de la Marche sur Rome, le Musée Mussolini de Villa Carpena (résidence de la famille Mussolini) organise une procession conduite par un religieux autour du cimetière avec récitation du rosaire devant la crypte du Duce.

Conclusion

  • 29 M. Baioni, Predappio, op. cit., p. 504.
  • 30 L. Passerini, Mussolini immaginario. Storia di una biografia (1915-1939), Roma-Bari, Laterza 1991, (...)
  • 31 M. Baioni, Predappio, op. cit., p. 503. Negli anni del consenso, « membri della casa regnante, aut (...)

20Cette étude s’est consacrée au mythe post mortem de Benito Mussolini et aux pèlerinages sur sa tombe dans le cimetière de Predappio. Cependant, la cité natale du Duce fut l’objet d’un pèlerinage bien avant 1957. Le village représentait un lieu de culte déjà du temps du fascisme. Dans les années 1930, Predappio devint l’objet de processions ininterrompues29, guidées par un intérêt qui relevait à la fois de la curiosité dont est l’objet une diva et d’un culte, muséal et sacral30. Du reste, dès l’été 1925, le régime avait envisagé de le moderniser en constituant, à côté du bourg médiéval perché de Predappio un Predappio nouveau de style fasciste. Avec l’accession au pouvoir de Mussolini, la cité était devenue simultanément « un lieu d’histoire et un lieu de mémoire31 ». Ainsi, le pèlerinage au « saint sépulcre » avait été précédé par les processions au « Bethléem » du fascisme.

  • 32 L’étude de référence sur la sacralisation de la politique est G. Mosse, La nazionalizzazione delle (...)
  • 33 E. Gentile, Il culto del littorio, Laterza, Roma-Bari 1993, p. 278.
  • 34 Voir G. Crainz, La « legittimazione » della Resistenza. Dalla crisi del centrismo alla vigilia del (...)

21Les pèlerins de Predappio, aussi bien durant les années du régime que pendant les suivantes, furent des manifestants de la sacralisation de la politique opérée par le fascisme italien. En effet, comme l’ont démontré avec autorité les travaux d’Emilio Gentile, appliquant au fascisme italien les analyses de Georges Mosse32, « le fascisme au pouvoir institua une religion laïque à travers la sacralisation de l’État et la diffusion d’un culte politique33 ». Le régime, à travers la création d’une religion laïque, visait à diffuser sa doctrine et à susciter dans les masses la foi en ses dogmes, l’obéissance à ses commandements, l’assimilation de son éthique et de son style de vie. Ainsi, si la liturgie dans le Predappio des années 1930 représentait les rites d’une religiosité de masse dans une société entièrement fascisée, dans les années 1950-1960, les pèlerinages au cimetière de San Cassiano de 1957 furent des manifestations d’une religion politique que, depuis l’après-guerre, la secte tentait de reconstituer à partir d’un petit noyau de fidèles. Le MSI réutilisait et transformait, dans les années 1950-1960, les symboles et les rites de la mémoire du régime et de la République sociale italienne. Ainsi, le MSI faisait « resurgir » le mythe de Mussolini en édifiant par la propagande le « sanctuaire italique » de Predappio. Le petit parti né à la fin de 1946, reprenant la démarche de sacralisation du fascisme de Mussolini, se consacrait entièrement à la construction d’un rite de masse qui pourrait attirer, dans l’Italie de la Guerre froide, de nouveaux prosélytes et des électeurs. Cependant, cette stratégie fut perdante aussi bien sur le plan politique, puisqu’elle ne permit pas la croissance électorale du Mouvement Social Italien, que sur le plan de la mémoire collective, sur lequel au contraire s’insérait profondément le processus de légitimation idéologique et moral de la Résistance. En effet, depuis les désordres de juillet 1960 et la crise du gouvernement Tambroni, on assistait à « une éclipse du Duce du paysage sentimental des Italiens34 » qui se manifestait aussi avec la diminution progressive de l’affluence au Sépulcre de San Cassiano. Finalement, avec la chute du mur de Berlin et la disparition du MSI de la scène politique, Predappio resta l’objectif d’un tourisme politique résiduel qui semblait avoir perdu le message idéologique d’origine ; ce furent seulement des groupes d’extrémistes isolés qui rendaient un hommage nostalgique isolé aux reliques d’un « saint mineur ». Le rite semblait désormais s’être vidé de toute dimension politique et avoir laissé la place à un pèlerinage dépolitisé.

Notes

1 Sur les péripéties subies par le corps de Mussolini, voir l’importante étude de S. Luzzatto, Il corpo del duce, Torino, Einaudi 1998.

2 Citation de B. Mussolini dans, Vita di Arnaldo, Milano, Popolo d’Italia, 1932, gravée sur la plaque exposée dans la chapelle du cimetière de San Cassiano Mussolini à Predappio.

3 Adone Zoli fut nommé Président du Conseil en mai 1957. Depuis quelque temps, l’alliance du parti chrétien-démocrate avec les petits partis laïques bénéficiait de la majorité au Parlement risicate. La Démocratie chrétienne était tiraillée entre les partisans de la prétendue ouverture à gauche et ceux d’une alliance plus ou moins explicite avec le MSI. Zoli composa un gouvernement monocolore. Le prix à payer pour le soutien du MSI fut précisément le retour à Predappio des restes de Mussolini. Voir P. Scoppola, La Repubblica dei partiti. Profilo storico della democrazia in Italia (1945-1990), Bologna, Il Mulino 1991, p. 239 sq. et S. Luzzatto, Il corpo del duce, op. cit., p. 273 sq.

4 « Un gesto umano », in Corriere della Sera, 31 agosto 1957 (signé P. G.) ; « Nessuna pressione politica », in Corriere della Sera, 31 agosto 1957 (signé U. I).

5 « Nous demandons à l’antifasciste de répondre de cela. »

6 G. Parlato, Fascisti senza Mussolini. Le origini del neofascismo in Italia 1943-1948, Bologna, Il Mulino 2006, p. 82.

7 Comuniqué officiel de la presse du MSI, in Archivio Centrale dello Stato (désormais ACS), Ministero dell’interno, Gabinetto 1957-1960, busta 42, fasc. 11220 Mussolini. Famiglia, carteggio, salma, sottofasc. 3 Mussolini salma.

8 Toutes les circulaires des secrétariats politiques des fédérations provinciales du MSI (surtout celle de Forli) relatives au pèlerinage à Predappio, avec les indications sur l’organisation des voyages pour les membres du parti se trouvent in ACS, Ministero dell’interno, Gabinetto 1957-1960, busta 42, fasc. 11 220 Mussolini. Famiglia, carteggio, salma, sottofasc. 3 Mussolini salma.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Ibid., Circulaire no 14 de la Fédération provinciale de Forlì du MSI.

12 Lettre du ministre de l’Intérieur Tambroni au ministre des transports Angelini, 24 septembre 1957, in ACS, Ministero dell’interno, Gabinetto 1957-1960, busta 42, fasc. 11 220 Mussolini. Famiglia, carteggio, salma, sottofasc. 3 Mussolini salma.

13 S. Luzzatto, Il corpo del duce, op. cit., p. 283.

14 Voir le quotidien du Parti Communiste L’Unità du 23 septembre 1957.

15 Toutes les rapports du Préfet de Forlì sur les affrontements entre fascistes et antifascistes et les dispositions prises par le ministre de l’Intérieur Tambroni sur le pèlerinage sont in ACS, Ministero dell’interno, Gabinetto 1957-1960, busta 42, fasc. 11 220 Mussolini. Famiglia, carteggio, salma, sottofasc. 3 Mussolini salma.

16 Les manifestations et les grèves de l’été 1960 furent organisées par la Gauche pour protester contre le gouvernement chrétien-démocrate de Fernando Tambroni soutenu au Parlement par le MSI. En particulier, à Gênes, la manifestation du 30 juin contestait la décision de permettre la tenue du sixième congrès du MSI dans la ville qui avait reçu la médaille d’or de la Résistance. Les protestations se poursuivirent à Rome le 6 juillet 1960 et à Reggio Emilia le 7 juillet.

17 S. Luzzatto, Il corpo del duce, op. cit., p. 288.

18 Rapport confidentiel du préfet de Forlì au ministre de l’Intérieur, 30 septembre 1957 in ACS, Ministero dell’interno, Gabinetto 1957-1960, busta 42, fasc. 11 220 Mussolini. Famiglia, carteggio, salma, sottofasc. 3 Mussolini salma. Dans ce document, le préfet fournissait des arguments au ministre pour répondre aux interrogations de parlementaires de Gauche.

19 R. Mussolini, « La verità sulla salma la dico qui io sola », in Oggi, anno XIII, n. 37, 12 settembre 1957. Il s’agissait de la huitième partie des mémoires intitulées Benito il mio uomo.

20 Les nombreuses lettres de protestation envoyées au Ministre de l’Intérieur par les associations qui défendaient la mémoire de la Résistance se trouvent in ACS, Ministero dell’interno, Gabinetto 1957-1960, busta 42, fasc. 11 220 Mussolini. Famiglia, carteggio, salma, sottofasc. 3 Mussolini salma.

21 Ibid. Rapport du préfet de Forli, 31 août 1959, sur le « second anniversaire de la restitution des reliques de Benito Mussolini à ses proches ».

22 Ibid. Rapport du préfet de Forli, 14 mars 1960.

23 Résultats des élections à la Chambre des députés : 5,84 % en 1953, 4,76 % en 1958, 5,11 % en 1963, 4,45 % en 1968.

24 Les rapports de police sur la profanation de la tombe de Mussolini et la déclaration de Romualdi se trouvent dans ACS, Ministero dell’Interno, Gabinetto 1971-1975, busta 15, fasc. Forlì Ordine Pubblico.

25 D’après le décompte effectué récemment par l’auteur d’après les registres des présences à la crypte, on ne peut retenir le chiffre de 100 000 avancé en 1996 par M. Baioni, Predappio, in I luoghi della memoria. Simboli e miti dell’Italia unita, a cura di M. Isnenghi, Roma-Bari, Laterza 1996, p. 510.

26 Dizionario di politica, vol. I, Roma 1940, p. 146-147. Voir sur ce thème E. Gentile, Il culto del littorio, 1993, Roma-Bari, Laterza 1993, p. 47-48.

27 Dans la tradition patricienne romaine, le défunt continuait à être présent parmi les vivants à travers son image placée dans un reliquaire de bois, dans le lieu le plus visible de la maison. Polybe écrit que « l’image est un masque de cire qui représente avec une grande fidélité les traits et le teint du défunt. Lors des sacrifices publics, ces images étaient sorties et honorées avec beaucoup de soin ; et lorsque des personnages illustres décédaient, leurs parents les portaient en procession en leur substituant dans le cortège funèbre une personne de même stature et de même aspect ». Voir R. Bianchi Bandinelli, Roma. L’arte romana nel centro del potere, Milano, Bur 2003 (la prima edizione fu francese, R. Bianchi Bandinelli, Rome, le centre du pouvoir, Paris, Librairie Gallimard 1969).

28 Luzzatto poursuit : « des inscriptions d’adolescents du type “Je t’aime”, considéraient le sépulcre du chef du fascisme comme la tombe d’une star du rock » (S. Luzzatto, Il corpo del duce, op. cit., p. 304).

29 M. Baioni, Predappio, op. cit., p. 504.

30 L. Passerini, Mussolini immaginario. Storia di una biografia (1915-1939), Roma-Bari, Laterza 1991, p. 89.

31 M. Baioni, Predappio, op. cit., p. 503. Negli anni del consenso, « membri della casa regnante, autorità dello Stato e del governo, esponenti del clero, studenti e insegnanti di ogni ordine e scuola, reparti militari, giovani universitari, dopolavoristi, carovane di cittadini, fotografie registi » invadono Predappio facendone un « pilastro portante nella costruzione di un “turismo ideologico” ».

32 L’étude de référence sur la sacralisation de la politique est G. Mosse, La nazionalizzazione delle masse, Il Mulino, Bologna 1975.

33 E. Gentile, Il culto del littorio, Laterza, Roma-Bari 1993, p. 278.

34 Voir G. Crainz, La « legittimazione » della Resistenza. Dalla crisi del centrismo alla vigilia del’68, in « Problemi del socialismo », 7, 1986, p. 72-73 ; S. Luzzatto, Il corpo del duce, op. cit., p. 296.

Auteur

Chargé de cours d’Histoire des partis politiques à l’université de Camerino. Il est diplômé de philosophie de l’université La Sapienza de Rome. Il a été boursier de l’Institut italien pour les Études historiques (Naples) et de la Fondation Salvatorelli (Pérouse). Ses travaux portent sur les rapports entre les intellectuels et le pouvoir, en particulier pendant le fascisme italien. Il est l’auteur de Gli intellettuali di Mussolini (Le Lettere, 2010) e La « Giovane Italia » di Lelio Basso (Aracne, 2006). Il a publié dans les revues : “Journal of Modern Italian Studies”, “Nuova Storia Contemporanea”, “Strumenti Critici”.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540