Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du pèlerinage

 | 
Luc Chantre
, 
Paul d’Hollander
, 
Jérôme Grévy

Troisième partie. Quand les cultures politiques suscitent leurs propres pèlerinages

Le pèlerinage républicain à la mémoire de Gambetta

Jérôme Grévy

Texte intégral

1Léon Gambetta mourut subitement le 31 décembre 1882 dans sa petite maison de la banlieue parisienne. Des amis l’entouraient. Spontanément, dès le lendemain, des milliers de badauds affluèrent pour rendre un dernier hommage à celui qui, depuis 1869, était devenu l’un des chefs du « parti républicain » et qui, jouissant d’une immense popularité dans le pays, incarnait la République aux yeux des Français. Dès lors, chaque année et pendant plusieurs décennies, ses amis et ses admirateurs puis ses héritiers politiques prirent l’habitude de se retrouver dans la maison dont Gambetta avait fait l’acquisition en 1878 et où il était décédé. Cette rencontre annuelle prit peu à peu la forme d’une cérémonie qui fut spontanément qualifié par les protagonistes et les observateurs de « pieux pèlerinage ». Notre conviction est que l’emprunt d’une terminologie religieuse n’est pas fortuit et que ces moments peuvent être considérés comme un pèlerinage politique.

  • 1 Pour réaliser cette étude, nous avons croisé deux types de sources. D’une part les relations publi (...)
  • 2 Olivier Ihl, La fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996.

2La renommée de Gambetta explique sans aucun doute l’ampleur que prirent ses funérailles mais ne permet pas de comprendre pourquoi et comment les rencontres du souvenir prirent le caractère d’un rituel empreint de religiosité. La reconstitution des modalités selon lesquelles elles se déroulaient, à partir des récits des témoins, des comptes rendus de presse et les discours prononcés par les orateurs1, nous a permis de dégager leurs traits particuliers, d’analyser le processus de passage d’un deuil funéraire intime à une manifestation publique d’ampleur – à rapprocher des cérémonies et fêtes étudiées par Oliver Ihl2 –, et de saisir la place importante qu’elle eut dans la France de la fin du XIXe siècle et du premier quart du XXe siècle, suivie de son irrémédiable déclin.

Du deuil funéraire intime à la célébration républicaine

3Dès le premier anniversaire de la mort de Gambetta, ses amis voulurent honorer sa mémoire en se retrouvant dans le lieu même où il avait vécu ses derniers instants, entouré de quelques proches. Ils se donnèrent rendez-vous dans la maison des Jardies le 31 décembre 1883 à 10 heures.

4Étaient présents des proches, voire des intimes de Gambetta, de Auguste Péphau, ancien camarade de lycée devenu directeur des Quinze Vingt et de l’École Braille, aux rédacteurs des journaux gambettistes Eugène Spuller, Joseph Reinach, Dionys Ordinaire, Isambert, en passant par les députés Léon Renault, Raynal, Eugène Étienne, Joigneaux, Germain Casse, Henri Liouville, Emmanuel Arène, Challemel-Lacour, Paul Bert, Jules Cazot, sans compter les membres de son comité électoral, à commencer par le fidèle Métivier, président du comité électoral du XXe arrondissement de Paris. À première vue, il s’agissait d’un deuil funéraire ordinaire organisé par des hommes appartenant à une même mouvance politique.

  • 3 « Anniversaire des funérailles de Gambetta », Journal des débats politiques et littéraires, 7 janv (...)
  • 4 Le discours de Paul Bert fut publié dans le journal de Gambetta, la République française, dès le l (...)

5Avec solennité et en silence, ils montèrent ensemble dans la chambre mortuaire que l’on avait pris soin de rétablir dans la disposition qu’elle avait lors des derniers moments de Gambetta et des premiers hommages qui lui furent rendus au lendemain du décès. Sur le lit furent déposés des bouquets et des couronnes de fleurs. Ils redescendirent ensemble et, depuis le seuil de la maison, des discours furent prononcés. Spuller rappela à la foule la vie de Gambetta3. Paul Bert, qui présidait alors le groupe parlementaire de l’Union républicaine, exprima l’émotion qui l’étreignait4.

  • 5 « Heureux miracle de l’hiver, le soleil se jouait dans la petite pièce où tout redisait une présen (...)

6Cette première commémoration avait fixé les cadres de la cérémonie qui fut immédiatement qualifiée de « pieux pèlerinage » par les gambettistes. Elle se déroulait à une date facile à retenir, le jour anniversaire du décès qui était également le dernier jour de l’année. Les cœurs étaient manifestement à l’unisson de la grisaille hivernale. Et lorsqu’un rayon de soleil avait percé, les récits ne manquaient pas de souligner que les esprits s’étaient réjouis de ce signe annonciateur de vitalité5.

7Autre trait qui apparentait la cérémonie à un pèlerinage : le déplacement, qui était le plus souvent collectif, vers un lieu symbolique. Puisque la maison de Gambetta était éloignée du centre de Paris, la commémoration du décès de Gambetta nécessitait un voyage vers la banlieue, lequel se faisait en groupe par le train, depuis la gare Saint Lazare. Les premières retrouvailles avaient lieu à la montée ou la descente du train, puis une fois arrivés à Ville d’Avray, les pèlerins gambettistes marchaient ensemble de la gare à la maison de Gambetta. La marche collective se prolongeait par la déambulation dans la maison, du salon situé au rez-de-chaussée à la chambre mortuaire située au premier étage – une station y était consacrée au dépôt de couronnes de fleurs sur le lit de Gambetta –, puis la descente et un nouveau rassemblement devant le seuil de la maison.

  • 6 Vincent Robert, Le temps des banquets. Politique et symbolique d’une génération, Paris, Publicatio (...)

8La rencontre se continuait par un repas partagé par les pèlerins. Non seulement la commensalité appartient aux plus anciens rites de deuil mais, de plus, les banquets politiques constituaient, depuis les années 1830, un trait saillant de l’identité républicaine car ils avaient alors permis de contourner l’interdiction de réunions politiques6. Du temps de l’Ordre moral, Gambetta lui-même avait participé à de nombreux banquets en compagnie de ses amis.

9Le pèlerinage n’était pas totalement terminé. Les récits n’en font pas mention, mais le temps du retour, par le train de la fin d’après-midi, ne doit pas être négligé. Il est fort probable que, après le banquet, les conversations continuaient et que, en période électorale, elles avaient un caractère politique. Nous ne devons pas oublier non plus de considérer le récit de cette journée, rapporté par les journaux républicains. Ils permettaient aux uns de prolonger le temps du pèlerinage, aux autres de le faire par procuration. Certes, ceux-ci ne lui donnaient pas un caractère démesuré. Les articles variaient de quelques brèves lignes – 13 en 1884, 6 en 1888, 26 en 1894 dans Le Petit Parisien – à un compte rendu conséquent – 112 lignes en 1900, 173 en 1902. Les titres signifiaient l’intimité de la rencontre : « Le pèlerinage des amis de Gambetta à sa petite maison des Jardies, à Ville d’Avray, a eu lieu hier matin », pouvait-on lire dans Le Petit Parisien du 9 janvier 1893, à la rubrique « Les réunions d’hier ».

  • 7 Le Petit Parisien, 4 janvier 1897, p. 1, col. 2 et 3.

10Immédiatement, les participants se firent la promesse de renouveler annuellement cette rencontre. Les amis de Gambetta revinrent fidèlement chaque année. Les journalistes présents en donnaient la liste, comme pour bien indiquer que pas un ne manquait. Les absences étaient justifiées : le 2 janvier 1888, Eugène Étienne avait été chargé de porter une couronne sur la tombe de Gambetta, à Nice ; Paul Bert, Spuller, Challemel-Lacour disparurent successivement et leur souvenir fut associé à celui de Gambetta7.

11La répétitivité du déplacement et du rassemblement aux Jardies donna un caractère identitaire au lieu et à la cérémonie qui s’y déroulait annuellement. Se retrouver à la gare, voyager ensemble, échanger des souvenirs de la ou des rencontres des années précédentes, manger ensemble, tous ces petits moments construisaient une mémoire qui se superposait à celle de Gambetta.

12La rencontre était solennelle, mais il s’agissait d’une sacralité sans religion et surtout, sans Église. Gambetta avait été le héraut de l’anticléricalisme des années 1870 et ses amis étaient fidèles à ce principe. Ils se réunissaient pour faire mémoire ensemble de leur ami et raviver son esprit. L’invoquer permettait en quelque sorte de le rendre présent. Les paroles de Paul Bert sont, à ce sujet, fort éloquentes :

  • 8 Discours de Paul Bert lors de la cérémonie du 4 janvier 1884, édité par l’auteur dans Paul Bert, à (...)

« En vérité, deux années se sont écoulées, et je ne puis croire que la mort absurde ait eu si facilement raison de cette nature exubérante de vie ; cependant ces témoins matériels du drame dont j’ai vu le fatal dénouement me rappellent à la réalité. Mais citoyens, Gambetta ne peut être de ces morts dont Luther disait : “Heureux les morts, parce qu’ils reposent !” Ce repos qu’il n’a pas connu pendant sa vie, la tombe silencieuse ne l’y a pas condamné. Il agit encore, sinon par la parole, du moins par le conseil et l’exemple. Son souvenir engendre l’énergie et l’activité. Il semble qu’en son tombeau une flamme soit cachée.
Regardez autour de vous ; c’est ainsi que la nature domptée par l’hiver apparaît engourdie et comme morte. Mais vous savez bien que dans ces branches dénudées, que sous ces écorces rigides, une sève latente est prête à circuler, et qu’au premier rayon la vie va renaître et splendide et féconde, avec son cortège de fleurs et de fruits.
Que notre pieuse amitié soit ce premier rayon, et de la tombe de Gambetta surgiront, non certes les qualités personnelles qui y sont à jamais enfouies, et le génie créateur, et l’incomparable éloquence, mais l’enseignement des vertus imitables et accessibles : la ténacité indomptable, la joyeuse humeur dans les revers, la modération dans les succès, la grandeur d’âme, l’amour absolu et sans rival de la Patrie, si bien que le mot de la divine Lorraine lui pouvait être appliqué, et qu’il avait pour premier soin la “grande pitié du pays de France”, et par-dessus tout peut-être l’indulgence sans mesure et cette bonté douce et virile qui nous charmait tous et à qui il a tant dû8 ! »

13Cette invocation de l’esprit du défunt devint l’un des stéréotypes des discours aux Jardies. Dans une démarche de religiosité intemporelle, les vivants rassemblés tentaient, par leur invocation, de convoquer les mânes du défunt et de capter son énergie. En 1920, Deschanel ayant décidé de célébrer Gambetta en mars, l’atmosphère printanière inspira au journaliste du Petit Parisien une chronique aux accents romantiques :

  • 9 Le Petit Parisien, 29 mars 1929, p. 1, col. 3.

« Une âme sort de cette belle maison, du sol, des arbres, de cette foule de fidèles et d’amis, de l’air que nous respirons, des mille choses qui nous entourent, l’âme de Gambetta, elle s’éveille pour nous et vit aujourd’hui avec nous9. »

14Le « pieux pèlerinage » institué par les amis de Gambetta conserva longtemps sa dimension émotive. La mémoire se ravivait à chaque anniversaire et plongeait ses amis dans la souffrance née de l’absence.

  • 10 Journal des débats politiques et littéraires, 6 janvier 1895, p. 3, col. 3.

« Depuis onze années, dit Jules Cazot en janvier 1895, nous venons dans cette demeure avec les mêmes regrets, toujours aussi vifs. Le vide produit par la mort de Gambetta dans le parti républicain est immense. Notre plaie saigne toujours10. »

  • 11 Jérôme Grévy, La République des opportunistes, Perrin, 1998.
  • 12 Francis Laur, Le cœur de Gambetta, Paris, Payot, p. 7-8.

15Se retrouvaient lors du pèlerinage commémoratif des hommes qui appartenaient aux différents cercles opportunistes : ceux qui avaient combattu l’Empire, ceux qui avaient rejoint Gambetta au moment de la Défense nationale, ceux qui avaient lutté contre l’Ordre moral, ceux qui l’avaient secondé dans les fonctions parlementaire ou ministérielles11. Certains venaient à titre individuel12 tandis que d’autres étaient membres d’associations, dont l’objet était plus large mais qui intégraient à leurs pratiques l’hommage annuel à Gambetta. Ainsi en fut-il de l’association Alsace-Lorraine, dont la mission première était d’aider les Alsaciens et les Mosellans qui avaient choisi la nationalité française et s’étaient établis en France. Ainsi également du comité républicain de Belleville, dont la fonction était avant tout électorale et qui revendiquait le patronage de celui qui, en 1869, avait défié l’Empire en proclamant le fameux programme radical. D’autres comités républicains, celui du Lot par exemple, prirent l’habitude d’envoyer une délégation ou une couronne pour le pèlerinage des Jardies. En 1883 et 1884, la Ligue des Patriotes envoya également une délégation.

  • 13 L. Desmoulins, « Aux Jardies », Le Gaulois, 3 avril 1911, p. 1, col. 2.

16Le nombre des participants était variable selon les années. Pendant la première décennie qui suivit le décès, il fut assez modeste, variant de quelques dizaines à plusieurs centaines, puis il connut un apogée de la fin des années 1890 à la Première guerre mondiale. « Les amis de Gambetta sont d’autant plus nombreux que son ombre n’éveille plus aucune jalousie », ironisait le journaliste du Gaulois13. Différentes associations républicaines envoyaient leurs délégations : orphéons, vétérans, sociétés de gymnastique et autres amicales. À leurs représentants autorisés s’ajoutaient des admirateurs anonymes et des badauds.

  • 14 Ils étaient 300 le 7 janvier 1900. Le Petit Parisien, 8 janvier 1900, p. 2, col. 3.

17La municipalité républicaine de Sèvres tenait absolument à être le maître d’œuvre de la cérémonie. Le maire accueillait solennellement les délégations à la gare. Des habitants de la banlieue qui étaient venus directement attendaient avec lui14. La fanfare conduisait la délégation en musique jusqu’aux Jardies. Le canon tonnait. Le maire de Sèvres prononçait le discours de bienvenue. Puis la délégation municipale montait déposer sa couronne dans la chambre mortuaire. Les gestes accomplis ne relevaient plus du souvenir mais d’un rite.

  • 15 Loustalot, « Une répétition générale aux Jardies », Le Gaulois, 3 janvier 1887, p. 2, col. 3 et 4.
  • 16 L. Desmoulins, « Aux Jardies », Le Gaulois, 3 avril 1911, p. 1, col. 2 et 3.

18Les amis de Gambetta rappelaient ensuite son souvenir, puis des représentants d’associations prenaient la parole. Le rédacteur du journal bonapartiste Le Gaulois ironisait sur ces formules creuses de certains orateurs et donnait en exemple la phrase de Métivier : « Quelle que soit la sérénité du ciel, il est du devoir des peuples de songer à la possibilité des orages et de se prémunir contre eux15. » Certains discours étaient davantage remarqués, comme celui du directeur du Temps, Adrien Hébard, en 191116.

  • 17 En 1902, en raison de la tension politique qui divisait le pays, le cortège fut dirigé par le comm (...)

19Après les discours d’usage, l’orphéon de service jouait la Marseillaise, l’Hymne de la Fraternité et autres morceaux du répertoire républicain. Durant toute la cérémonie, les pompiers de Sèvres assuraient le service d’ordre17.

20En raison du nombre de personnes, le banquet était organisé dans un autre lieu, comme le préau de l’école de Sèvres. Il revenait au président de l’association gambettiste organisatrice de la rencontre de porter un toast.

  • 18 Journal des débats politiques et littéraires, 4 janvier 1896, p. 3, col. 1 et 2.

21À la fin des années 1890, la cérémonie des Jardies attira une foule plus nombreuse. Les journaux opportunistes annonçaient la rencontre et en précisaient les horaires. Des curieux et des badauds se pressaient dans la maison pour visiter la chambre et dans le jardin pour écouter les discours. L’affluence des visiteurs fit perdre aux cérémonies leur caractère recueilli si bien que, en 1895, l’association des gambettistes, qui s’était érigée en gardienne des lieux, voulut redonner plus de solennité au pèlerinage. Un train spécial fut commandé pour transporter les délégations des différentes associations. Des fauteuils et des chaises furent installés au rez-de-chaussée, là où se trouvaient le salon et la salle à manger. Un registre fut déposé afin que les visiteurs pussent apposer leur signature. Du coup, les intimes de Gambetta préféraient se retrouver le 31 décembre même pour une « simple visite familiale », tandis que le « pèlerinage officiel » se déroulait le dimanche suivant18.

Sacralisation de la maison des Jardies

22Les récits de ceux qui participaient au pèlerinage annuel présentent le choix du lieu comme allant de soi. Mais en réalité, le rassemblement aux Jardies n’eut rien d’une évidence et ne résulta pas d’une démarche spontanée.

23Certes, la maison des Jardies était liée à la mémoire de Gambetta. Il ne s’agissait cependant pas d’une mémoire vive, liée à des événements vécus. En effet, la maison des Jardies avait été acquise par Gambetta seulement en 1878 et il aspirait à s’y retirer au calme, avec sa maîtresse Léonie Léon. Seuls quelques privilégiés étaient alors admis en ce lieu. Aucun souvenir collectif ou public n’y était attaché, à la différence du siège du journal La République française ou du Palais-Bourbon.

24De fait, d’autres lieux entrèrent en concurrence avec les Jardies sans jamais susciter une pérégrination ritualisée. Les funérailles nationales se déroulèrent à Paris et, sur décision familiale, la dépouille mortelle fut ensuite transférée et inhumée à Nice. Le tombeau fut l’objet d’un pèlerinage, dont le caractère fut modeste. Sa ville natale de Cahors célébra également sa mémoire mais ce fut autour de la statue et non de la maison natale que se tinrent les cérémonies d’hommage. Pourquoi, alors, la maison des Jardies fut-elle immédiatement l’objet d’une reconstruction mémorielle qui prit la forme d’une visite annuelle ? Deux éléments nous semblent avoir été décisifs : d’une part le souvenir du décès de Gambetta, forgé et transmis par les amis ; d’autre part la portée symbolique de cette maison, qui devenait emblématique de la République.

25Il convient tout d’abord de ne pas oublier à quel point les amis de Gambetta avaient été saisis par la disparition brutale de ce dernier. Gambetta, alors âgé de quarante-quatre ans, était dans la force de l’âge et, en dépit de l’échec du Grand ministère, semblait appelé à jouer encore un rôle politique de premier plan. Son état de santé avait connu des hauts et des bas et avait alimenté la presse. À la fin décembre, il semblait d’être amélioré si bien que, lorsque des proches avaient été appelés en catastrophe dans la nuit du 31 décembre pour assister aux derniers instants de leur ami, le choc fut immense et resta gravé dans leur mémoire. Paul Bert était saisi par l’émotion en rappelant les derniers instants de Gambetta :

  • 19 Paul Bert, op. cit. p. 17-18.

« Je ne suis pas venu souvent ici : je n’y suis venu que dans les jours de deuil ; mais de ma vie entière, si longue qu’elle soit, je n’oublierai jamais ce que nous avons ressenti, ici, avec l’ami Spul1er. Il y a un an, nous arrivions à cette porte à dix heures du soir, par la nuit froide du 31 décembre. Notre ami ne nous reconnaissait plus19. »

  • 20 Le Petit Parisien, 8 janvier 1894, p. 2, col. 5.

26Venir aux Jardies, c’était raviver le souvenir de ce moment tragique et se laisser saisir par l’émotion. C’est pourquoi, alors que la maison avait été rapidement vidée de ses meubles, le lit de bois noir fut rapporté dans la chambre, toute tendue de crêpe, pour le premier anniversaire. Gravir l’escalier en silence puis se recueillir devant le lit mortuaire constitua le temps fort du pèlerinage. L’habitude fut prise de décorer le lit avec du lierre ; les pèlerins y déposaient couronnes, palmes et bouquets. Lorsque la foule devint nombreuse, on le descendit dans le salon afin d’éviter l’encombrement dans l’étroit escalier20. Il était devenu une relique. Chaque visiteur voulait le voir, le toucher, y déposer la couronne de fleurs qu’il avait apportée.

  • 21 Le Petit Parisien, 5 janvier 1903, p. 3, col. 3.

27La maison des Jardies fut sacralisée par le souvenir et par la présence annuelle des amis de Gambetta, qui s’approprièrent les lieux où celui-ci avait aimé passer des moments paisibles. « Nous nous y réunirons désormais chaque année, dit Paul Bert dès le premier anniversaire, car cette maison est la nôtre. » Les amis de Gambetta, réunis en association, rachetèrent la maison, la meublèrent de nouveau pour lui redonner l’aspect qu’elle avait du temps de leur ami. Cette étape de restauration fut bien vite oubliée : les visiteurs étaient persuadés que tout était resté en l’état depuis la mort de Gambetta et en étaient émus21.

28La reconstitution de l’intime se doubla d’un discours de la symbolique. Paul Bert opposa l’hommage officiel rendu par le pays à celui des amis et souligna la modestie du lieu :

  • 22 Paul Bert, ibid.

« Ailleurs, on élèvera un monument digne de son génie et des services qu’il a rendus à la Patrie ; mais cette petite maison désolée, qui me semble encore plus nue et plus humble, restera comme le monument de son désintéressement22. »

29Tous les commentaires s’extasiaient sur la modestie du lieu et de son dernier occupant. Le thème ainsi décliné rendait hommage dans un même mouvement à Gambetta et à la République. Il démentait l’accusation d’enrichissement que la gauche radicale avait maintes fois formulée à l’encontre de Gambetta et il opposait implicitement les fastes de l’Ancien Régime ou ceux du Second Empire à l’austérité de la République.

  • 23 Le Petit Parisien, 1er janvier 1893, p. 3, col. 4.
  • 24 Le Temps, 20 janvier 1893, p. 3, col. 2.
  • 25 Le Petit Parisien, 1er janvier 1906, p. 1, col. 4.
  • 26 Sur le dépeçage dont fut l’objet la dépouille de Gambetta, voir Pierre-Barthelemy Gheusi, La vie e (...)

30Il s’agissait cependant de la maison d’un mort, devenue cénotaphe. Des objets, ex-voto laïques, furent déposés par les fidèles : le moulage du visage et de la main du défunt, un tableau représentant les derniers instants de Gambetta, une couronne de fleurs en perle, une gravure représentant Gambetta23. Les lycéens et professeurs de Cahors firent faire, pour la chambre mortuaire, une couronne en bois sculpté encadrant le buste de Gambetta, qu’entouraient les vues des coins pittoresque du lycée24. Antonin Proust donna deux œuvres d’art, destinées à embellir la chambre mortuaire25. L’urne funéraire dans laquelle Paul Bert avait recueilli le cœur de Gambetta fut déposée sur un meuble, puis dans le monument commémoratif26.

  • 27 Journal des débats politiques et littéraires, 13 juillet 1883, p. 3, col. 4.

31Le comité électoral du 20e arrondissement apposa une première plaque commémorative à la veille du 14 juillet 188427. D’autres suivirent. La sacralité du lieu fut étendu au jardin, dans lequel fut érigé un monument, à l’initiative des associations d’Alsaciens et Lorrains. Bartholdi fut chargé du projet. L’inauguration eut lieu en 1894. Le monument, dans lequel fut déposé le cœur de Gambetta, représentait le tribun avec à ses pieds les allégories des deux provinces.

  • 28 Le Temps, 9 janvier 1899, p. 1, col. 3 et 4.
  • 29 Paul Robiquet (éd.), Discours et opinions de Jules Ferry, Paris, A. Colin, t. 6, 1897, p. 267 sq. (...)

32Le lieu fut investi d’une charge sacrale. Gambetta y était honoré comme un « saint laïque ». Cette démarche fut en outre facilitée par la superposition du souvenir de Balzac, qui avait possédé la propriété, à celui de Gambetta. Il était devenu le « temple de la religion de la patrie28 ». Le souvenir du décès, la restitution de l’état originel, la présence de l’urne funéraire firent du rassemblement un moment de forte émotion. La religiosité qui imprégnait la démarche des pèlerins déplut probablement à certains républicains rationalistes. Il n’est pas anodin de constater que, hormis lors des obsèques nationales, Jules Ferry s’abstint de venir aux Jardies ; ce fut à Cahors, lors de l’inauguration de sa statue, qu’il choisit de rendre hommage à Gambetta29.

33Honorer Gambetta le jour anniversaire de sa mort ne relevait pas seulement d’une démarche mémorielle. Le pèlerinage à la maison des Jardies délivrait un message de nature politique. Venir en ce lieu, le décrire et le montrer revenait à affirmer qu’il était à l’image de Gambetta. Le vrai Gambetta, celui que ses proches avaient côtoyé et non celui qu’avait dénoncé l’extrême-gauche, en dressant le portrait d’un homme devenu avide de luxe et de confort. Venir aux Jardies pour le pèlerinage annuel constituait de ce fait une opération de réhabilitation de Gambetta et de la politique opportuniste si souvent vilipendée par la droite comme par l’extrême-gauche. Il s’agissait de réhabiliter la mémoire de Gambetta, mais également de le prendre en exemple, comme le conseilla aux pèlerins gambettistes Joseph Reinach, qui avait été très proche de celui-ci :

  • 30 Joseph Reinach, 5 janvier 1890, in Joseph Reinach, Mon compte rendu : discours, propositions et ra (...)

« Je n’ai point à vous remercier, Messieurs, d’être revenus en si grand nombre au lieu du pieux pèlerinage où nous ramène, tous les ans, le retour du douloureux et cruel anniversaire. Les uns et les autres, nous trouvons en nous-mêmes notre satisfaction quand nous reprenons le chemin de cette humble maison pour apporter les fleurs du souvenir dans la chambre mortuaire de notre ami et pour en remporter des pensées, des méditations, des enseignements toujours plus fortifiants pour les luttes et les combats du lendemain30. »

Une manifestation politique

  • 31 Tartakowsky, Danielle, Nous irons chanter sur vos tombes. Le Père-Lachaise xixe-XXe siècle, Paris, (...)

34Les proches de Gambetta se réunissaient pour célébrer une amitié politique, c’est-à-dire d’une amitié qui résultait de convictions partagées, d’un engagement et de combats menés en commun. Le fait de transformer un deuil en manifestation politique fut une pratique courante au xixe siècle. Les obsèques des personnalités libérales, sous la Restauration, puis des républicains, sous le Second Empire et l’Ordre moral furent souvent le point de départ de mouvements contestataires, lesquels purent prendre un caractère insurrectionnel31. Le fait de répéter annuellement ce cérémonial différencie cependant le pèlerinage gambettiste des deuils républicains du xixe siècle, qui avaient un caractère spontané et unique.

35La rencontre des Jardies eut donc toujours une tonalité politique car les personnes présentes étaient toutes des républicains convaincus. Les traits caractéristiques de la pensée et l’action de Gambettiste étaient rappelés. Les orateurs les donnaient comme source d’inspiration. Ainsi de Jules Cazot, en 1895 :

  • 32 Journal des débats politiques et littéraires, 6 janvier 1895, p. 3, col. 3.

« L’ère des difficultés que notre illustre ami avait prévue n’est pas close. Mais que l’ombre de Gambetta se rassure ; le grand homme n’est pas mort tout entier, il vit dans nos esprits et dans nos cœurs. Nous ne nous réunissons pas ici seulement pour glorifier sa mémoire mais surtout pour nous inspirer de son génie et de ses exemples32. »

36Le pèlerinage était donc l’occasion de promouvoir une certaine idée de la République, héritée des idéaux de la Révolution française, teintés d’une forte coloration anticléricale et patriote.

  • 33 Le Temps, 7 janvier 1889, p. 2, col. 4. Voir aussi Joseph Reinach, Mon compte rendu : discours, pr (...)

37Comme les proches de Gambetta étaient députés, sénateurs, ministres, maires, conseillers généraux ou municipaux, l’actualité politique imprégnait les discours. En 1886, Paul Bert évoqua la crise ministérielle. En 1889, Isambert et Métivier appelèrent les républicains à suivre l’exemple de Gambetta pour combattre le boulangisme33.

  • 34 Journal des débats politiques et littéraires, 23 octobre 1893, p. 2, col. 2

38L’hommage au Patriote fut également l’occasion d’initiatives en matière de politique extérieure. En 1893, sans doute à l’invitation de Joseph Reinach et Eugène Spuller, en marge des fêtes officielles organisées à Paris en l’honneur de la marine russe, des journalistes russes furent conduits aux Jardies34.

39L’identification de Gambetta au patriotisme républicain explique la présence de certains mouvements comme la Ligue des patriotes ou les associations d’Alsaciens-Lorrains. Ces dernières tenaient particulièrement à ce pèlerinage d’hommage à Gambetta, qui incarnait le refus de la cession des deux provinces à l’Allemagne. Ceux qui avaient opté pour la nationalité française et étaient venus s’installer en France s’étaient regroupés dans des associations dont l’objet était d’aider leur installation et de maintenir les liens de solidarité. Honorer Gambetta, c’était rappeler la petite patrie.

  • 35 Eugène Spuller, Inauguration du monument de Gambetta, Paris, Quantin, 1888.
  • 36 L’État en fit un musée du souvenir. En 1921, les bâtiments annexes et le jardin furent mis en vent (...)
  • 37 Le Temps, 9 janvier 1899, p. 1, col. 3 et 4.

40Or les hommages officiels rendus à Gambetta semblaient se détourner des Jardies. Les obsèques avaient été parisiennes et la dépouille avait été inhumée à Nice. La ville natale de Cahors avait édifié la statue inaugurée par Jules Ferry le 14 avril 1884. Le monument national fut érigé à Paris, place du Carrousel, le 13 juillet 188835. Pour faire bonne mesure, les Alsaciens-Lorrains décidèrent d’élever un autre monument aux Jardies. Un comité fut constitué, qui fut présidé par le sénateur alsacien Scheurer-Kestner. Une souscription fut lancée ; des fonds furent récoltés en France mais également en Alsace et en Lorraine. La famille accepta de céder non seulement le terrain nécessaire à cette érection mais également la maison et le jardin. Le comité donna à l’État la maison des Jardies36. L’Alsacien Bartholdi fut choisi pour réaliser le monument. Sa composition associait Gambetta, représenté debout, serrant sur son cœur le drapeau brisé de la France, à deux allégories des provinces perdues. Alors que les deux premières statues représentaient le Patriote pointant un canon vengeur et levant un bras accusateur, celui des Jardies évoquait l’émotion qui étreignait aussi bien Gambetta que les allégories des deux provinces. Une urne de marbre abritait le cœur de Gambetta. Les discours officiels furent prononcés devant le monument devenu mausolée37 : l’hommage prenait la forme traditionnelle de l’invocation devant le tombeau, dont les républicains avaient été privés par la translation des restes à Nice. La cérémonie perdait encore plus le caractère intimiste voulu par les amis.

  • 38 Journal des débats politiques et littéraires, 5 janvier 1885, p. 2, col. 6.
  • 39 Journal des débats politiques et littéraires, 2-3 janvier 1887, p. 3, col. 3.

41Outre la dispersion et la dénaturation, le pèlerinage fut affaibli par les dissensions qui minaient les républicains. Pour le deuxième anniversaire, une délégation d’une centaine de personnes fut conduite par Paul Bert et Liouville le 31 décembre 1885 tandis que la Ligue des patriotes honorait Gambetta par le dépôt de sa propre couronne. Quant aux comités républicains, ils se retrouvèrent le dimanche 3 janvier38. L’année suivante, les amis de Gambetta se donnèrent rendez-vous le vendredi 31 décembre ; Paul Déroulède et la délégation de la Ligue des patriotes le samedi 1er janvier ; les associations républicaines de Belleville le dimanche 2 janvier39.

  • 40 Le Temps, 2-3 janvier 1898, p. 1, col. 5 et 6 et p. 3, col. 3-4.
  • 41 Le député avait critiqué les désinences des noms alsaciens et lorrains, accusant implicitement ceu (...)
  • 42 Le Temps, 9 janvier 1899, p. 1, col. 3 et 4.

42Au tournant du XXe siècle, le pèlerinage gambettiste fut donc moins pieux et prit des allures plus ouvertement politiques. L’émotion n’était plus de mise et les gouvernements successifs cherchaient à capter à leur profit la renommée de Gambetta en venant l’honorer lors du pèlerinage annuel. Au plus fort de l’Affaire Dreyfus, les héritiers de Gambetta, menés par Scheurer-Kestner et Joseph Reinach, prirent parti pour Dreyfus. Le 2 janvier 1898, le discours que Waldeck-Rousseau prononça aux Jardies avait des accents programmatiques. Le rappel du souvenir de Gambetta permettait de dresser les lignes d’une action gouvernementale : alliance avec la Russie en politique extérieure, union derrière un chef pour le parti républicain, tolérance et concorde à établir en politique intérieure40. La cérémonie aux Jardies fut parfois le théâtre des déchirements qui agitaient la France. En 1899 se produisit un incident, lors du discours de Sansbœuf, président de la Fédération des associations d’Alsaciens-Lorrains. Ce dernier rappelait les discordes et échecs et dénonçait ceux qui menaient une campagne révisionniste, lorsqu’il fut interrompu par M. Gast, cousin du lieutenant-général Picquart, lequel dénonçait les paroles d’un député nationaliste à la Chambre des députés41. Des cris fusèrent alors, acclamant la République, la justice, l’armée. Un homme cria « à bas les Juifs ». Des militaires en retraite, très décorés, affirmèrent leur patriotisme42.

  • 43 Le Petit Parisien, 8 janvier 1900, p. 2, col. 3.

43En 1900, le gouvernement envoya une représentation et Jules Cazot dénonçait les « traîtres à la République. Dans son discours, le maire de Sèvres invoqua Gambetta comme un génie tutélaire : « Gambetta inspire et guide le Président du Conseil. Son souffle l’anime et l’affermit. Sur nous tous, il veille43. » Le pèlerinage de 1901 fit beaucoup de bruit. Il y eut deux cérémonies officielles car le comité gambettiste de Paris ne voulait pas célébrer avec la municipalité de Sèvres, nationaliste depuis les récentes élections.

  • 44 Le Petit Parisien, 7-8 janvier 1901, p. 1, col.

44Le Petit Parisien se contenta de décrire et rapporter les paroles du député Henri Blanc44. Le Journal des débats littéraires et politiques fut plus disert, dénonçant la récupération dont la cérémonie était manifestement l’objet. Le ministre de la Guerre et le ministre des Colonies étaient présents tandis que les ministres de la justice et des Affaires étrangères étaient représentés.

« Pour la première fois, depuis la mort de Gambetta, le pèlerinage que ses “amis” font annuellement aux Jardies a eu le caractère d’une manifestation de parti. Les vivants ne suffisent plus pour défendre la politique, ministérielle on éprouve la nécessité d’exhumer et de faire intervenir les morts. »

45Le journal reprochait aux amis de Gambetta d’avoir fait fête au général André.

  • 45 « L’anniversaire de Gambetta », Journal des débats politiques et littéraires, 8 janvier 1901, p. 1 (...)

« Gambetta voulait avoir l’armée ; ses “amis” se contentent d’avoir un général, et quel général ! Là a été le caractère de la manifestation d’hier. Nous aimions mieux celles des années précédentes. Elles étaient discrètes, recueillies et pieuses : celle-ci a été tapageuse et banale comme une réunion publique45. »

  • 46 Le Petit Parisien, 5 janvier 1903, p. 3, col. 3 et 4 et 4 janvier 1904, p. 3, col. 5-6 et p. 4, co (...)
  • 47 Georges Trouillet, Pour l’idée laïque, Paris, Fasquelles, 1906.

46Les mânes de Gambetta furent invoqués également par le gouvernement d’Émile Combes. En 1903, deux pèlerinages se succédèrent aux Jardies à l’occasion du vingtième anniversaire de la mort de Gambetta. Le général André, ministre de la Guerre, était de nouveau présent. Lors du banquet officiel, il prononça un toast en faveur de la politique de Combes. Ce cérémonial en deux temps fut reproduit en 1904, de nouveau en présence du général André46. En 1905, le ministère du Commerce dénonça ceux qui refusaient la politique anticléricale et affirma que le vrai Gambetta était partisan de la Séparation de l’Église et de l’État47.

  • 48 En 1909, le général Picquart vint en voiture. La cérémonie eut lieu le 24 janvier. Le Petit Parisi (...)

47Les années suivantes et jusqu’à la guerre, le pèlerinage gambettiste fut investi par les gouvernements successifs. Les ministres de la Guerre étaient systématiquement présents : le gambettiste Eugène Étienne en 1906, le général Picquart en 1907, 1908 et 190948, le général Brun en 1910, Millerand en 1912. Le ministre de la Guerre et le ministre du Travail étaient présents en 1907. Le Président du conseil Aristide Briand participa au pèlerinage de 1910 et Poincaré à celui de 1912.

48En ces années de montée des périls, le pèlerinage aux Jardies prenait l’allure d’une cérémonie de début d’année obligatoire pour le gouvernement. La foule était plus nombreuse. Les photographies des journaux représentaient les ministres prononçant leurs discours.

  • 49 Le Petit Parisien, 22 mai 1916, p. 2, col. 2.

49Pendant la guerre, le pèlerinage retrouva un caractère plus intime. Les amis proches et les associations d’Alsaciens-Lorrains conservaient la flamme du souvenir. En raison des circonstances, on renonça à organiser la cérémonie en 1915. Le 21 mai 1916 fut organisée une cérémonie en présence du ministre de l’Intérieur, du ministre de la Guerre et du ministre de la Marine. Freycinet, qui avait secondé Gambetta pendant la Défense nationale de 1870, présidait ; il invoqua ses souvenirs et appela à la confiance49. Lors du pèlerinage suivant, M. Sansbœuf, président de la Fédération des sociétés des Alsaciens-Lorrains, déposa une branche de sapin et un sachet « rempli de la terre de l’Alsace-Lorraine ».

  • 50 Le Petit Parisien, 25 novembre 1918, p. 2, col. 2.

50La République victorieuse ne fut pas ingrate. Les républicains tinrent à remercier solennellement celui qu’ils avaient tant de fois invoqué depuis 1900. Deux semaines après l’armistice, à l’appel de l’Alliance républicaine démocratique, fut organisée une grande cérémonie aux Jardies. La foule était nombreuse, le service d’ordre important. Couronnes, palmes, drapeaux décoraient à profusion le monument. Une tribune pavoisée avait été édifiée devant le monument pour accueillir les représentants du gouvernement, les députés et les sénateurs, les représentants des associations gambettistes. Joseph Reinach prononça le premier discours, qui fut suivi de bien d’autres ; des poésies furent déclamées par leurs auteurs ; un artiste de l’Opéra chanta la Marseillaise. Les visiteurs se pressèrent jusqu’à la nuit50. Le 31 décembre, la cérémonie fut de nouveau exceptionnelle.

  • 51 Le Petit Parisien, 29 mars 1920, p. 1, col. 3, 31 octobre 1920, p. 1, col. 5 et 6.
  • 52 Le Petit Parisien, 29 juillet 1920, p. 2, col. 2.
  • 53 Véronique Magnol-Malhache, Léon Gambetta : un saint pour la République ?, Paris, Caisse nationale (...)

51En 1920, l’apothéose de Gambetta donna le signal du déclin du pèlerinage aux Jardies. En effet, le gouvernement décida de célébrer dans une même fête le cinquantenaire de la République et la victoire. Gambetta était en effet l’homme qui ne voulait pas capituler en 1870, qui pensait sans relâche à la revanche. En mars, le Président Deschanel déposa sur le lit mortuaire de Gambetta les drapeaux de 1870 enveloppés dans ceux de 1918 ; le 11 novembre, le cœur de Gambetta fut transporté jusqu’au Panthéon, où il rejoignit le corps du soldat inconnu, puis fut déposé dans la crypte51. La panthéonisation du cœur de Gambetta, réclamée par certains depuis plusieurs années, fut contestés par d’autres. Gheusi, député de Haute-Garonne et parent de Gambetta, aurait voulu conserver le cœur dans le « sanctuaire intime » des Jardies ; le point de vue du ministère de l’enseignement l’emporta52. Mais Gheusi avait raison : le Panthéon, qui n’avait jamais réussi à devenir un lieu de pèlerinage populaire, mit fin aux cérémonies qui pendant quarante années avait été célébrées aux Jardies. La cérémonie du 11 novembre 1920 fut le dernier grand pèlerinage gambettiste. Le parcours du char funèbre transportant le cœur de Gambetta effectua une grande procession à travers Paris, depuis la Porte Maillot jusqu’au Panthéon en passant par l’Hôtel de Ville, la place de la Nation, la place de la République, le Lion de Belfort. Le cycle des pèlerinages gambettistes fut ainsi clôturé par une inversion : ce n’étaient plus les pèlerins qui venaient se recueillir dans le lieu sacralisé par la relique mais la relique qui effectuait une solennelle déambulation en passant par les lieux marqués par le souvenir de Gambetta53.

52Les Jardies continuèrent malgré tout à accueillir des pèlerins gambettistes. Des fidèles continuaient d’y venir, mais les visiteurs étaient désormais plus nombreux sur les tombes des cimetières qui jalonnaient la ligne de front. Le pèlerinage disparut avec les derniers amis de Gambetta.

  • 54 Le Petit Parisien, 31 décembre 1932, p. 1, col. 7 – le journal publia un entretien avec le Guadelo (...)
  • 55 Le Petit Parisien, 7 avril 1938, p. 1, col. 1-2-3.
  • 56 Terme du journaliste du Petit Parisien, 1er janvier 1933, p. 1, col. 2.
  • 57 L’écrivain de l’Action française, Léon Daudet, participa à cette opération de déconstruction de la (...)

53En deux dernières occasions, ceux qui se considéraient comme les héritiers de Gambetta tentèrent, sinon de raviver son culte, du moins d’invoquer son souvenir pour surmonter les difficultés que connaissait le pays. Le 31 décembre 1932, à l’occasion du cinquantenaire de sa mort, le Président du conseil Paul-Boncour, accompagné de Camille Chautemps et Édouard Daladier, vint aux Jardies prononcer un discours qui fut radiodiffusé. Les ondes permirent aux auditeurs d’effectuer par procuration le pèlerinage. Une seconde cérémonie eut lieu à Cahors, où Gabriel de Monzie, maire de la ville et ministre de l’Éducation nationale, inaugura un musée contenant des objets-reliques ayant appartenu à Gambetta. Une troisième cérémonie eut lieu à Nice le 14 janvier54. Cet éclatement des lieux est le signe de l’appauvrissement de la référence à Gambetta, qui perdait son caractère émotionnel pour prendre la forme d’un hommage officiel. En 1938, pour le centenaire de la naissance de Gambetta, dans un climat de crise ministérielle et de marche à la guerre, on invoqua de nouveau le souvenir de Gambetta pour raviver l’espérance. Édouard Herriot, Président de la Chambre des députés, et Théodore Steeg, au nom du gouvernement, prirent la parole aux Jardies. Nice, Marseille et Cahors célébrèrent également Gambetta. Préférant le fait divers à l’histoire politique, le journaliste du Petit Parisien développa longuement la question de la blessure de Gambetta et, à côté de la photographie de la maison des Jardies, fabriqua un montage qui représentait deux mains et un révolver55. La maison des Jardies n’était plus perçue comme l’humble demeure du grand patriote, mais soit comme une « bicoque de jardinier56 », soit comme la maison du crime57.

54Le déclin du pèlerinage gambettiste est le reflet de l’évolution du regard porté sur la IIIe République. Le temps du récit, sur le mode épique, de l’instauration de la République, était terminé et la France se livra à un inventaire critique. Les maux de l’entre-deux-guerres furent attribués aux erreurs initiales des fondateurs du régime. Les héros d’hier furent, au pire, rendus responsables des errements du temps présent, au mieux rangés au placard des accessoires désormais inutiles.

Conclusion

55Ce parcours aux côtés des pèlerins gambettistes nous permet de mieux caractériser un pèlerinage politique dans la France de la IIIe république. L’anticléricalisme des républicains s’imprégna d’une religiosité intemporelle. Au cours de la cérémonie laïque, les pèlerins effectuaient en groupe un parcours rituel dans une maison sacralisée, se recueillaient devant des meubles et des objets, apposaient leur signatures et déposaient leurs d’exvoto invoquaient le souvenir du défunt puis partageaient un repas funèbre. Ceux qui avaient connu Gambetta étaient les grands prêtres de la cérémonie. Le républicanisme rationaliste, laïque, anticlérical avait revêtu les atours d’une religion.

  • 58 De Gaulle admirait l’énergie déployée par Gambetta pendant la Défense nationale et l’œuvre de redr (...)

56Le caractère public de la rencontre, l’augmentation du nombre des visiteurs et la récupération par les gouvernements firent perdre à cette cérémonie son caractère sacré, puis sa dimension pèlerine, ce qui, ajouté aux transformations rapides des enjeux de société au XXe siècle, conduisit finalement à sa disparition. Après la Seconde guerre mondiale, les pèlerinages gaullistes et communistes en hommage à la résistance fleurirent sur le terreau du pèlerinage gambettiste58.

57La maison des Jardies fut restaurée au début des années 1930 puis au cours des années 1990. Aujourd’hui, elle constitue un modeste musée de banlieue qui s’efforce tant bien que mal d’attirer des visiteurs curieux de sortir des sentiers battus.

Notes

1 Pour réaliser cette étude, nous avons croisé deux types de sources. D’une part les relations publiées par la presse républicaine. En effet, jusqu’à la Première guerre mondiale du moins, les journaux politiques jouaient le rôle d’un organe interne. Ils annonçaient par exemple les rencontres et précisaient les horaires et les lieux de rendez-vous. C’est ainsi que Le Petit Parisien, le Temps, le Figaro, le Journal des débats politiques et littéraires rendaient fidèlement compte du pèlerinage annuel. Le journal bonapartiste Le Gaulois les commentait parfois, avec un esprit critique. En revanche, Le Siècle, le Petit Journal ou l’Intransigeant l’ignoraient. Par souci de cohérence, nous avons privilégié le Petit Parisien, sans nous interdire de recourir aux autres journaux lorsque nécessaire. Les discours prononcés lors de ces rencontres ou les souvenirs des participants nous ont apporté d’autre part des éléments qui permettaient de compléter par des documents venus des protagonistes.

2 Olivier Ihl, La fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996.

3 « Anniversaire des funérailles de Gambetta », Journal des débats politiques et littéraires, 7 janvier 1884, p. 2, col. 6.

4 Le discours de Paul Bert fut publié dans le journal de Gambetta, la République française, dès le lendemain et fut repris dans Paul Bert, à l’ordre du jour, Paris, P. Ollendorff, 2e édition 1885, p. 17-18.

5 « Heureux miracle de l’hiver, le soleil se jouait dans la petite pièce où tout redisait une présence humaine. » Le Petit Parisien, 1er janvier 1933, p. 2, col. 5.

6 Vincent Robert, Le temps des banquets. Politique et symbolique d’une génération, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

7 Le Petit Parisien, 4 janvier 1897, p. 1, col. 2 et 3.

8 Discours de Paul Bert lors de la cérémonie du 4 janvier 1884, édité par l’auteur dans Paul Bert, à l’ordre du jour, Paris, P. Ollendorff, 2e édition 1885. p. 20-21.

9 Le Petit Parisien, 29 mars 1929, p. 1, col. 3.

10 Journal des débats politiques et littéraires, 6 janvier 1895, p. 3, col. 3.

11 Jérôme Grévy, La République des opportunistes, Perrin, 1998.

12 Francis Laur, Le cœur de Gambetta, Paris, Payot, p. 7-8.

13 L. Desmoulins, « Aux Jardies », Le Gaulois, 3 avril 1911, p. 1, col. 2.

14 Ils étaient 300 le 7 janvier 1900. Le Petit Parisien, 8 janvier 1900, p. 2, col. 3.

15 Loustalot, « Une répétition générale aux Jardies », Le Gaulois, 3 janvier 1887, p. 2, col. 3 et 4.

16 L. Desmoulins, « Aux Jardies », Le Gaulois, 3 avril 1911, p. 1, col. 2 et 3.

17 En 1902, en raison de la tension politique qui divisait le pays, le cortège fut dirigé par le commissaire de police.

18 Journal des débats politiques et littéraires, 4 janvier 1896, p. 3, col. 1 et 2.

19 Paul Bert, op. cit. p. 17-18.

20 Le Petit Parisien, 8 janvier 1894, p. 2, col. 5.

21 Le Petit Parisien, 5 janvier 1903, p. 3, col. 3.

22 Paul Bert, ibid.

23 Le Petit Parisien, 1er janvier 1893, p. 3, col. 4.

24 Le Temps, 20 janvier 1893, p. 3, col. 2.

25 Le Petit Parisien, 1er janvier 1906, p. 1, col. 4.

26 Sur le dépeçage dont fut l’objet la dépouille de Gambetta, voir Pierre-Barthelemy Gheusi, La vie et la mort singulières de Gambetta, Paris, Albin Michel, 1932, p. 301 à 305. Le 6 novembre 1891, Mme Paul Bert remit à Scheurer-Kestner, président du comité, l’urne contenant le cœur de Gambetta. Cf. le discours de Ranc prononcé lors des obsèques de Scheurer-Kestner et publié dans la brochure destinée à garder la mémoire de cette cérémonie. Scheurer-Kestner, Paris, P.-V. Stock, 1900, p. 16-17.

27 Journal des débats politiques et littéraires, 13 juillet 1883, p. 3, col. 4.

28 Le Temps, 9 janvier 1899, p. 1, col. 3 et 4.

29 Paul Robiquet (éd.), Discours et opinions de Jules Ferry, Paris, A. Colin, t. 6, 1897, p. 267 sq. Le légendaire républicain officiel taisait le différend qui avait séparé les deux hommes.

30 Joseph Reinach, 5 janvier 1890, in Joseph Reinach, Mon compte rendu : discours, propositions et rapports, 1889-1893, Digne, impr. de Chaspoul, Constans et Vve Barbaroux, 1893, p. 51.

31 Tartakowsky, Danielle, Nous irons chanter sur vos tombes. Le Père-Lachaise xixe-XXe siècle, Paris, Aubier, collection historique, 1999. Healey, Catherine, Bowie, Karen, Bos, Agnès (dir.), Le Père-Lachaise, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 1998. Emmanuel Fureix, La France des larmes. Deuils politiques à l’âge romantique, 1814-1840, Paris, Champ Vallon, 2009.

32 Journal des débats politiques et littéraires, 6 janvier 1895, p. 3, col. 3.

33 Le Temps, 7 janvier 1889, p. 2, col. 4. Voir aussi Joseph Reinach, Mon compte rendu : discours, propositions et rapports, 1889-1893, Digne, impr. de Chaspoul, Constans et Vve Barbaroux, 1893, p. 51-58.

34 Journal des débats politiques et littéraires, 23 octobre 1893, p. 2, col. 2

35 Eugène Spuller, Inauguration du monument de Gambetta, Paris, Quantin, 1888.

36 L’État en fit un musée du souvenir. En 1921, les bâtiments annexes et le jardin furent mis en vente car leur entretien était trop coûteux.

37 Le Temps, 9 janvier 1899, p. 1, col. 3 et 4.

38 Journal des débats politiques et littéraires, 5 janvier 1885, p. 2, col. 6.

39 Journal des débats politiques et littéraires, 2-3 janvier 1887, p. 3, col. 3.

40 Le Temps, 2-3 janvier 1898, p. 1, col. 5 et 6 et p. 3, col. 3-4.

41 Le député avait critiqué les désinences des noms alsaciens et lorrains, accusant implicitement ceux-ci d’être en réalité des Allemands.

42 Le Temps, 9 janvier 1899, p. 1, col. 3 et 4.

43 Le Petit Parisien, 8 janvier 1900, p. 2, col. 3.

44 Le Petit Parisien, 7-8 janvier 1901, p. 1, col.

45 « L’anniversaire de Gambetta », Journal des débats politiques et littéraires, 8 janvier 1901, p. 1, col. 1 et 2.

46 Le Petit Parisien, 5 janvier 1903, p. 3, col. 3 et 4 et 4 janvier 1904, p. 3, col. 5-6 et p. 4, col. 1.

47 Georges Trouillet, Pour l’idée laïque, Paris, Fasquelles, 1906.

48 En 1909, le général Picquart vint en voiture. La cérémonie eut lieu le 24 janvier. Le Petit Parisien, 25 janvier 1909, p. 2, col. 2 et 3.

49 Le Petit Parisien, 22 mai 1916, p. 2, col. 2.

50 Le Petit Parisien, 25 novembre 1918, p. 2, col. 2.

51 Le Petit Parisien, 29 mars 1920, p. 1, col. 3, 31 octobre 1920, p. 1, col. 5 et 6.

52 Le Petit Parisien, 29 juillet 1920, p. 2, col. 2.

53 Véronique Magnol-Malhache, Léon Gambetta : un saint pour la République ?, Paris, Caisse nationale des monuments et des sites, 1996.

54 Le Petit Parisien, 31 décembre 1932, p. 1, col. 7 – le journal publia un entretien avec le Guadeloupéen Sarlat, dernier survivant de la Chambre de 1881 – et 1er janvier 1933, p. 1, milieu de page.

55 Le Petit Parisien, 7 avril 1938, p. 1, col. 1-2-3.

56 Terme du journaliste du Petit Parisien, 1er janvier 1933, p. 1, col. 2.

57 L’écrivain de l’Action française, Léon Daudet, participa à cette opération de déconstruction de la mythologie républicaine. Léon Daudet, Le drame des Jardies. Roman contemporain, Paris, Fayard, 1934. Ironie de l’histoire : Gaston Leroux, qui popularisa le genre du roman policier, repose au cimetière du château à Nice, non loin de Gambetta.

58 De Gaulle admirait l’énergie déployée par Gambetta pendant la Défense nationale et l’œuvre de redressement militaire effectué par les républicains mais rendait le système politique de la IIIe République responsable de la décadence de la France pendant l’entre-deux-guerres. Il rompit donc radicalement avec cet héritage.

Auteur

Agrégé d’histoire et docteur de l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Poitiers et enseigne également à Sciences Po. Il est directeur du CRIHAM (EA 4270), équipe pluridisciplinaire de recherche (universités de Poitiers et Limoges) qui a organisé le colloque : « politiques du pèlerinage ». Ses travaux personnels de recherche sont consacrés à l’histoire politique de la France (La République des Opportunistes, 1998) et en particulier aux rapports entre politique et religion (« Le cléricalisme ! Voilà l’ennemi ! Un siècle de guerre de religion », 2005) ainsi qu’à l’histoire politique de l’Italie contemporaine (Garibaldi, 2002).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540