Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du pèlerinage

 | 
Luc Chantre
, 
Paul d’Hollander
, 
Jérôme Grévy

Troisième partie. Quand les cultures politiques suscitent leurs propres pèlerinages

Des « blancs » de France à Frohsdorf. Voyages et pèlerinages politiques

Bruno Dumons

Texte intégral

  • 1 Marc Abeles, Anthropologie de l’État, Paris, Colin, 1990, p. 138-145 ; Jérôme Grevy, Garibaldi, Pa (...)
  • 2 Bruno Dumons et Hilaire Multon (dir.), « Blancs » et contre-révolutionnaires en Europe. Espaces, r (...)
  • 3 Steven D. Kale, Legitimism and the Reconstruction of the French Society, Baton Rouge, Louisiana St (...)

1La démarche pèlerine constitue un acte religieux par excellence, invitant un croyant à se mettre en route vers un lieu de dévotion ou une terre sacrée. Le champ politique peut parfois revêtir cette quête du sacré lorsqu’il suscite des martyrs et un culte. Historiens et anthropologues du politique ont mis en exergue depuis plusieurs années le processus de cette ritualité dans lequel le pèlerinage a toute sa place, de la dernière demeure de Garibaldi à Caprera en Sardaigne à la marche rituelle de François Mitterrand à Solutré1. Les contre-révolutionnaires ont eux aussi fabriqué des lieux de pèlerinages afin de nourrir leur propre culture politique comme en témoigne l’érection des chapelles expiatoires et des monuments funéraires, chargée d’entretenir une mémoire politique auprès de pèlerins2. Ces formes de pèlerinages politiques sont nombreuses dans l’Europe contre-révolutionnaire du XIXe siècle, croisant deux histoires, celles de l’exil et de la légitimité3. Nous nous attarderons seulement sur un seul pèlerinage, mal connu de l’historiographie française, qui a cependant rencontré un réel succès au sein des réseaux légitimistes, celui de Frohsdorf en Autriche entre 1844 et 1883.

  • 4 Luigi Bader, Les Bourbons de France en exil à Gorizia. Paris, Perrin, 1977 ; Philippe Levillain, « (...)
  • 5 Gérald Gobbi, Le Comte de Falloux (1811-1886), Rennes, PUR, 2011, p. 35-37.
  • 6 Vicomte de La Rochefoucauld, Pèlerinage à Goritz, Paris, Houdaille, 1839.
  • 7 Ibid., p. 20.
  • 8 Ibid., p. 21-24.
  • 9 Ibid., p. 44 et 61.

2Chassés du trône par la révolution de Juillet, les Bourbons ont pris le chemin de l’exil, s’établissant dans l’empire autrichien, là où flotte encore en Europe l’étendard de la légitimité : Prague, Goritz, Frohsdorf. Dans ce périple, les cours princières ont suivi et les visiteurs se sont pressés auprès du souverain pour lui témoigner de leur fidélité4. Les responsables du parti légitimiste n’hésitent pas à entreprendre le long voyage qui les mène auprès de la Maison de France. Ainsi, le jeune comte de Falloux s’emploie dès 1834 à faire le « pèlerinage de fidélité » jusqu’à Prague5. Sosthène de La Rochefoucauld est, quant à lui, en relation constante avec Charles X en exil puis avec son fils Louis XIX, duc d’Angoulême. Soucieux de restituer aux partisans de la légitimité un témoignage sur la vie du prétendant, il publie le récit d’un pèlerinage qu’il a effectué en mars 1839 à Goritz6. Il y retrace les affres du voyage entre accident, avaries et intempéries. À peine arrivé, son premier geste est celui « d’aller s’agenouiller sur les cendres de celui que j’ai tant aimé », écrit-il avec émotion en évoquant le souvenir de Charles X7. La description du lieu saint au monastère de Castagnavizza est poignante8. S’en suit l’évocation des premières audiences auprès de Louis XIX, le roi en personne, et du duc de Bordeaux, le jeune héritier de la couronne de France. L’écriture de sa plume entame ensuite la visite de la maison abritant la famille royale qui ressemble davantage à une « habitation de quelque bourgeois retiré du commerce » et recense les personnes rencontrées sur place, venues elles aussi, faire le pèlerinage de l’exil comme les familles de Puységur et de Pontgibault9. Le pèlerin poursuit son écriture avec la restitution de quelques pages de son journal, entre le 24 mars et le 5 avril, qui font état des rencontres vécues dans l’intimité de la famille royale. Le retour vers la France s’effectue dans la tristesse de devoir quitter les lieux de l’exil et la joie de poursuivre le culte voué à la légitimité. Le succès de sa publication l’amène à envisager une deuxième édition en 1840, participant à la création d’une littérature apologétique sur la famille royale en exil.

  • 10 Marquis de Noailles, Le Bureau du Roi (1848-1873). Le Comte de Chambord et les monarchistes, Paris (...)

3En 1844, à la mort du duc d’Angoulême, le trône de France revient au duc de Bordeaux, son neveu, « l’enfant du miracle » comme se plaît à le dénommer Lamartine. Prenant le titre du comte de Chambord, il se fixe avec son entourage et son personnel au château de Frohsdorf, au milieu d’un vaste domaine de trois mille hectares, à une soixantaine de kilomètres de Vienne, acquis par la duchesse d’Angoulême à la fidèle famille de Blacas. Le prince y restera jusqu’à sa mort en 1883 tout en effectuant des séjours réguliers à Goritz ou à Venise, les lieux d’exil lors de sa jeunesse. Grâce à un bureau politique actif, il demeure en contact étroit avec les responsables légitimistes en France qui s’efforcent de lui rendre visite après 185110. Frohsdorf devient un lieu qui attire les partisans des Bourbons. On vient désormais des quatre coins de France pour faire le pèlerinage de l’exil. Nobles et bourgeois de passage, attachés à la légitimité, côtoient parfois des ouvriers venus présenter leurs hommages à Monseigneur. Les carnets du comte de Chambord témoignent de ces fréquentes visites de Français qui font de Frohsdorf un « haut lieu » de la culture politique « blanche ». Plusieurs témoignages sur ce pèlerinage politique ont également été recueillis grâce au récit donné par des hommes de fidélité, en Provence et en Lyonnais, permettant de mesurer l’impact symbolique d’un tel voyage pour ces pèlerins de la légitimité.

Des pèlerins venus de France

  • 11 Henri comte de Chambord, Journal (1846-1883). Carnets inédits. Texte établi et annoté par Philippe (...)

4Comme à Goritz, des visiteurs français viennent régulièrement présenter leurs hommages au prétendant. Ils entament le long voyage depuis la France qui les conduit par chemin de fer jusqu’à Vienne puis à Wiener-Neustadt, au sud de la capitale autrichienne. Ceux-ci se font annoncer auprès de la maison du Roi, dirigée par le duc de Lévis jusqu’en 1863, dont la mission demeure l’accueil des hôtes et des étrangers de passage, admis en audience. Les archives du château ayant été éparpillées à la mort du souverain, il n’y a plus guère de traces disponibles de ces visites pèlerines si ce n’est dans les écrits des acteurs eux-mêmes de la rencontre. Du côté du souverain, l’essentiel de ses publications porte sur des textes politiques et des récits de voyage. Car le prince en exil est un grand voyageur, il se déplace beaucoup en Europe, entre de multiples séjours à Venise et Goritz, des déplacements en Suisse, en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas et en Angleterre, et des pèlerinages à Rome et en Terre Sainte. Il se fait lui aussi pèlerin pour témoigner de sa dévotion au pape Pie IX. La question romaine le touche puisqu’il se rendra furtivement et incognito sur le champ de bataille de Castelfidardo, en mai1868, pour faire mémoire des zouaves pontificaux tombés en martyre. Le reste du temps, il demeure à Frohsdorf dans ce château où le temps s’écoule doucement. Outre la chasse qui l’occupe lorsque le temps le permet, le prince lit beaucoup la presse française et dépouille le courrier venu de France, par porteur spécial, souvent des gentilshommes désireux de voir le souverain et soucieux de cette mission secrète, nécessitant de déjouer la vigilance des douaniers et des gendarmes. L’accueil des visiteurs constitue une manière de rompre la monotonie des journées à Frohsdorf et de conserver des liens avec la France au travers des familles et des personnalités qui lui sont restées fidèles. La publication récente du journal du comte de Chambord, entre 1846 et 1883, permet de faire état de ces visites qui se succèdent au château11. Dans ces trente-huit agendas, sont consignées des notes souvent brèves sur les activités et les rencontres de la journée. Le plus souvent, des extraits ont été publiés, ne permettant pas de retrouver des visiteurs dont on sait par ailleurs la venue et la présence. Malgré cela, cette source demeure précieuse.

  • 12 Ibid., p. 61.
  • 13 Marquis de Segur, Les martyrs de Castelfidardo, Paris, Tolra, 1891 ; Simon Sarlin, « Henri de Cath (...)

5Dès les premières années de son installation à Frohsdorf, le prince reçoit des visiteurs venant de France. Le 27 mars 1846, il est fait mention de l’arrivée du comte Michel de Bouillé, noble émigré et pair de France, ancien précepteur du prince, avec son cousin Roger, artiste peintre. Le 24 novembre de la même année, le marquis de Pissy et Louis de Rougé sont « les premiers Français venus de France » après le mariage princier12. Le 6 septembre 1848, est de passage le marquis de Pimodan qui sert dans l’armée autrichienne. Héritier d’une vieille famille légitimiste, il incarne le martyr de Castelfidardo puisqu’il sera tué au cours de cette bataille en 1860. Au lendemain de cette défaite, son ami Henri de Cathelineau, petit-fils du « saint d’Anjou », qui a lui aussi livré le combat sous les couleurs pontificales, fait le détour par l’Autriche pour venir s’incliner au pied de l’héritier du trône de France et lui rendre compte du désastre militaire. Pimodan et Cathelineau sont des patronymes qui résonnent de la légitimité13. Ils témoignent de la fidélité du premier ordre. Ainsi, beaucoup de visiteurs qui entament le pèlerinage de Frohsdorf, appartiennent aux milieux nobiliaires. En janvier 1849, le prince reçoit successivement Fernand de la Ferronnays (le 13) et Raymond de Nicolay (le 15), deux de ses plus fidèles serviteurs. La haute noblesse s’y rend aisément comme le duc Louis de Rivière (18 décembre 1851) et le duc Joseph de Luynes (11 septembre 1864). Parfois, des représentants de la famille orléaniste font acte de respect comme le comte d’Haussonville, reçu le 4 février 1863. Parfois, des gens de plus petite noblesse font le déplacement comme le marquis d’Aubigny, venant de Mâcon, arrivant le 31 août 1856 et repartant le lendemain.

  • 14 Charles Didier, Une visite à M. le duc de Bordeaux, Paris, Michel Lévy frères, 1849.

6Le prince ouvre également ses portes à des personnes de plus modeste condition. Le 12 décembre 1848, il accueille pour souper l’écrivain Charles Didier, auteur de récits de voyage. De passage à Vienne après l’abdication de l’empereur, ce républicain modéré fait le détour par Frohsdorf. Il en gardera un souvenir ému qu’il publiera en 1849. L’opuscule connaîtra une quinzaine d’éditions successives. C’est dire combien le prince en exil attise la curiosité du public14. La même année sort une petite brochure écrite par un jeune Corse, François Viale, narrant sa visite à Frohsdorf, le 12 mars. Exalté par son ardeur méditerranéenne mais dévoué, légitimiste de cœur, porteur de la fidélité de plusieurs familles de l’île, celui-ci témoigne de la vive émotion qui l’a envahie à la vue du prince :

  • 15 François Viale, Un jeune Corse auprès de Henri de France, Bastia, Fabiani, 1849, p. 6-7.

« Le moment était venu... J’étais en présence du Roi !... Longtemps dans ma jeune imagination, je me l’étais représenté comme un être mystérieux, grand et sévère, difficile à aborder..., mais le voile se déchira15. »

  • 16 François Viale, Un Corse auprès de Henri de France. Impressions, convictions, Paris, Ledoyen, 1851
  • 17 Henri comte de Chambord, Journal (1846-1883). Carnets inédits, op. cit., p. 389.
  • 18 Ibid., p. 104.

7Passé ce moment, s’en suivent des discussions sur la famille royale, la patrie, la Corse, dans un climat de grande simplicité. Une seconde visite en mai 1850 l’amène à étoffer son récit par une réédition augmentée l’année suivante16. À l’heure des révolutions et des coups d’État, le pèlerinage de l’exil entre dans le genre littéraire du récit merveilleux qu’il convient de raconter comme le font les voyants des apparitions mariales. D’ailleurs, le 12 avril 1865, la visite du voyant de La Salette, Maximin Giraud donne un ton apocalyptique à la rencontre puisque celui-ci affirme l’existence de Louis XVII devant un prince plus que perplexe17. Moins extravagantes sont les rencontres avec des gens modestes et simples venus rendre le culte au souverain exilé. Le 9 novembre 1851, est reçu Mr Penat, contremaître d’une manufacture près de Vienne. Auparavant, le 15 avril 1849, « il vient un Français en blouse ; on le renvoie avec quelque argent18 ». En ces temps de mystique ouvrière, le prince témoigne d’une certaine sollicitude envers les populations laborieuses. Lors d’un voyage en Allemagne durant le mois d’août 1850, il reçoit de nombreux Français dont une délégation d’ouvriers de Paris. Il assiste à leur banquet et se voit offrir une relique : la tête de l’ancienne statue d’Henri IV sur le Pont Neuf, conservée ensuite dans la galerie des souvenirs du château.

  • 19 Ibid., p. 197 ; Édouard Lecanuet, Berryer, sa vie et ses œuvres (1790-1868), Paris, Bloud et Barra (...)
  • 20 Gersende Le Jariel, Lucien Brun ou le légitimisme absolu (1822-1898), thèse de doctorat, Universit (...)
  • 21 Henri comte de Chambord, Journal (1846-1883). Carnets inédits, op. cit., p. 764-765.
  • 22 Ibid., p. 389.
  • 23 Ibid., p. 641.
  • 24 Philippe Levillain, Albert de Mun. Catholicisme français et catholicisme romain du Syllabus au Ral (...)
  • 25 Henri comte de Chambord, Journal (1846-1883). Carnets inédits, op. cit., p. 718.

8Lorsque la République est proclamée en 1870, les principales personnalités du légitimisme s’étaient déjà rendues à Frohsdorf, tant pour rendre hommage au prince que lui faire état de la situation politique. Ainsi, épris de fidélité mais partisan du compromis parlementaire, Pierre-Antoine Berryer était venu dès 1852, à la suite d’Alfred de Falloux l’année précédente, saluer le comte de Chambord comme il l’avait fait auprès de Charles X en 183519. Mais avec l’effondrement du régime impérial et l’espoir d’une possible restauration, s’intensifient les visites au sanctuaire de Frohsdorf. Les pèlerins sont plus nombreux parmi lesquels des hommes de fidélité et des parlementaires. Ainsi, arrive le 27 novembre 1870, Joseph du Bourg, zouave pontifical, désireux de servir la cause du roi. Lui est confié en 1875 la représentation des onze départements du Sud-Ouest. Plus fréquentes encore sont les visites de Lucien Brun, cet avocat lyonnais devenu sénateur inamovible en 1877. Ce dernier avait déjà entrepris plusieurs voyages réguliers pour aller à la rencontre du prince afin d’examiner avec lui les conditions d’une possible restauration. Il le rencontre d’abord à Lucerne en 1860 avec ses amis de La Gazette de Lyon, une feuille légitimiste dirigée par Joannès Blanchon, tout juste supprimée par le pouvoir impérial. Le souverain exilé tient à remercier ses fidèles collaborateurs lyonnais parmi lesquels s’affirme la plume autorisée de Lucien Brun, un anti-Berryer sans concession, dont la fidélité est garantie par le passage au collège jésuite de Fribourg comme le sont également ses proches conseillers, Stanislas de Blacas et Maxence de Damas20. Il fera le pèlerinage de Frohsdorf jusqu’à la fin avec ses fils21. À partir de l’été 1871, de nombreux parlementaires cherchent à rencontrer le souverain. Certains le font lors de plusieurs séjours du prince en Belgique. Le 25 février 1872, il reçoit une délégation du Nord composée deux cents personnes22. Les députés se succèdent désormais à Frohsdorf. Amédée Pontalis, député d’Eure-et-loir, arrive le 23 août 1873 ; Paul Mayaud, industriel et député du Maine-et-Loire, est de passage, le 9 septembre. Quelques jours plus tard, le 17, le comte de Sugny est reçu, le 23, c’est au tour du comte de Kergolay, représentant de l’Oise. Les années suivantes, le prince n’a jamais été autant visité par les parlementaires restés fidèles à la légitimité. Ils débarquent parfois en groupe comme le baron Joseph de Carayon-Latour (Gironde), le marquis de Saluces (Gironde) et Gabriel de Saint-Victor (Rhône), le 29 décembre 1874. D’autres élus demandent audience au nom d’une province. Ainsi, le 5 juin 1876, le conseiller général du Vaucluse, le baron de Chabert, dépose au pied du souverain exilé un livre d’heures offert par les dames d’Avignon et du Midi23. Quant aux royalistes de Marseille, une délégation dirigée par l’armateur Louis Bergasse a fait le voyage jusqu’à Goritz pour rencontrer le prince dans sa villégiature d’hiver. Ils y croisent Albert de Mun, en visite lui aussi24. Le pèlerinage à Frohsdorf semble même devenir une pratique mondaine. Le 9 août 1880, le baron et la baronne de Coubertin, accompagnés de leur fils Pierre, sont reçus alors « qu’ils étaient venus indiscrètement visiter le château25 ». Tandis que la maladie du prince s’aggrave en 1883, la médiatisation s’empare de l’agonie du dernier des Bourbons. De nombreux journalistes font le voyage à Frohsdorf où ils sont reçus avec bienveillance. Ils contribuent à fabriquer une légende qui entoure l’exilé royal et font de Frohsdorf un haut lieu de la culture politique « blanche », au même titre que la littérature hagiographique de souvenirs qui sera intensément publiée avec la fin de tout espoir de restauration monarchique.

Témoignages de pèlerins

  • 26 Ibid., p. 763.
  • 27 Le Figaro 20 mai 1883.
  • 28 Le Clairon, 12 juin 1883. Il écrit avec émotion : « Une porte s’ouvre, Henri V est devant moi, sou (...)
  • 29 Jules Cornely, Le czar et le roi. Souvenirs et impressions de voyage, Paris, Bureaux du Clairon, 1 (...)
  • 30 La maladie, la mort et les obsèques de Monsieur le Comte de Chambord, Paris, Publications de La Ga (...)

9Au printemps 1883, la maladie du prince est sérieuse au point de ne plus pouvoir recevoir des Français de passage comme ces « cinq personnes de Grenoble26 ». Les rumeurs enflent sur l’état de santé qui devient un événement médiatique. Les journalistes demandent audience et se succèdent à la porte de la demeure royale comme Pierre Giffard, reporter au Figaro (19 mai), Jules Cornély, directeur du Clairon (6 juin), Alexandre Hepp du Voltaire et Louis Besson de L’Événement (7 juin). Tous relatent l’accueil chaleureux qui leur est réservé. Ainsi, dès le lendemain de sa visite à Goritz, Le Figaro publie à la « une » la dépêche de son « envoyé spécial », relatant un prince accueillant, sur la voie du rétablissement, soucieux des événements du monde et de la France27. À Frohsdorf, certains journalistes sont fascinés par la rencontre avec le prince. Jules Cornély tombe en admiration ainsi qu’il le raconte dans un long compte-rendu publié dans son journal28. L’édition du jour s’est arrachée en kiosque et devant ce succès, un livre est publié l’année suivante29. C’est la dernière visite de journalistes français. Le prince s’enfonce dans la maladie. L’agonie est relatée à distance par des articles dans La Gazette de France qui seront ensuite réunis dans un ouvrage30.

  • 31 Henri Arsac, Goritz, Frohsdorf ou les stations de l’exil, Nancy, L’auteur, 1884.
  • 32 Marquis de Belleval, De Venise à Frohsdorf. Souvenirs et récits, Paris, Dentu, 1880, p. 20-21.
  • 33 Ibid., p. 207 et s.
  • 34 René de Belleval, Souvenirs contemporains, Paris, Vivien, 1900.

10Avec la mort du prince et l’éclatement de la dynastie des Bourbons, vient le temps de la mémoire qui ravive le culte royal et les pèlerinages de l’exil. Désormais, se constitue une littérature de souvenirs qui aura pour vocation d’entretenir cette mémoire en circulant dans les milieux légitimistes jusque dans l’entre-deux-guerres. Dès 1884, les récits de l’exil royal à Goritz et Frohsdorf sont remémorés par Henri Arsac, journaliste à La Gazette de l’Est à Nancy31. Parmi ceux qui ont approché le comte de Chambord et partagé son exil, certains ont pris la plume pour perpétuer leurs souvenirs. C’est le cas de René de Belleval qui avait fréquenté assidûment le prince. Il s’est plu à raconter dès 1880 ses premiers voyages d’exil entre Venise et Frohsdorf. À l’entrée du palais Cavalli dans la cité des Doges, il avoue être pris d’une vive émotion « en présence de l’héritier de nos rois32 ». Ses souvenirs sont précis, décrivant le prince et son entourage dans les moindres détails. Après la cession de la Vénétie à l’Italie, ses pèlerinages d’exil sont essentiellement effectués à Frohsdorf. Sa plume tente de saisir la mémoire des lieux, imprégnés d’une atmosphère de fidélité et de tradition33. Vingt ans plus tard, à l’heure de la République triomphante, le marquis de Belleval achève la publication de ses souvenirs. Il y évoque de nouveau l’exil de Frohsdorf, cherchant à en restituer l’âme secrète, comparable à un « lieu saint34 ».

  • 35 René Monti de Reze, Souvenirs sur le comte de Chambord, Paris, Émile-Paul frères, 1930 (réédité en (...)
  • 36 Henri comte de Chambord, Journal (1846-1883). Carnets inédits, op. cit., p. 758.

11Ces livres de mémorialistes connaissent un certain succès au sein des réseaux restés fidèles à la légitimité, au moins jusque dans les années Trente. Ainsi, en témoigne la publication des souvenirs du comte René de Monti de Rezé qui a été un des gentilshommes du prince dans lesquels il perpétue la mémoire de cette terre sacrée qu’a été Frohsdorf35. La même année, le maréchal Lyautey publie ses lettres de jeunesse dans lesquelles il évoque la mission dont il est chargé auprès du pape Léon XIII. à cette occasion, il a fait le détour par Goritz pour rencontrer le prince. Il est reçu le 15 mars 1883, à la villa Baeckmann36. À minuit ¾, au terme de la visite, il écrit, ébloui, à son ami Antonin de Margerie :

  • 37 Lyautey, Lettres de jeunesse, Paris, Grasset, 1931, p. 20.

« Je viens de Le quitter. L’émotion est telle, l’emprise si forte que je ne parviens pas à reprendre conscience de ma personnalité, abdiquée, fondue en lui, pendant ces heures de grâces – le Roi de France – je l’ai vu, je l’ai touché, je l’ai entendu37... »

  • 38 Ibid., p. 25.
  • 39 Ibid., p. 28.

12Dans les lignes qui suivent, il évoque le pèlerinage qui le mène près des tombeaux de la famille royale, le « petit Saint-Denis » érigé sur la colline des Capucins, l’entretien au cours duquel il a « l’impression d’une investiture, celle de la parole royale » qu’il lui appartient de transmettre puis le dîner qui le met en présence du roi38. Dès le lendemain, il lui faut quitter « ce coin de vraie France en terre autrichienne39 ».

  • 40 Natalie Petiteau, « 1848 en Vaucluse ou l’impossible république bourgeoise », Cahiers d’Histoire, (...)
  • 41 Pierre Gourinard, « Fidélité et clientèles dans le monde ultra et légitimiste du Gard et du Vauclu (...)
  • 42 Vaucluse. Dictionnaire annuaire et album, Paris, Flammarion, s. d., p. 311 et 704.
  • 43 Paul Girard, Une visite au comte de Chambord à Frohsdorf le 14 septembre 1880, Avignon, Seguin, 19 (...)
  • 44 Ibid., p. 63.

13Si une telle littérature apologétique des pèlerinages d’exil a trouvé un lectorat à l’échelle nationale, notamment dans les cercles militants d’Action Française, il s’est également diffusé une mémoire de ces voyages politiques au sein des bastions régionaux du courant légitimiste dès la fin du XIXe siècle. Dans le Sud-Est de la France, ces réseaux sont principalement ancrés en Provence et en Lyonnais. Dans le Midi provençal, les milieux « blancs » ont toujours été actifs malgré l’adhésion massive des populations à la République. Ainsi, les familles de Blacas et de Foresta qui ont assuré un service direct auprès du souverain en exil, appartiennent à l’armorial de Provence, installées depuis longtemps dans les terres du Haut-Var ou aux abords de la cité phocéenne. Bien que le département voisin du Vaucluse bascule dans le camp républicain vers 1848, il demeure en Avignon et en terres comtadines des bastions de légitimité s’appuyant sur de solides réseaux familiaux et culturels40. Le parti royaliste y est actif par ses cercles et ses dirigeants comme les vicomtes Jules de Salvador et Guy d’Averton41. Ce dernier préside le Cercle des Amis de l’Ordre d’Avignon. En novembre 1880, y est donnée une conférence qui relate la visite faite à Frohsdorf, quelques mois auparavant, par un de ses membres, Paul Girard. Légitimiste convaincu, celui-ci est négociant en tissus, associé à la maison Valabrègue à Orange et chargé de la succursale d’Avignon42. Elle existe depuis 1879, installée dans l’ancien hôtel du baron Chabert où se serait tenue en 1873 une réunion de la noblesse de Provence, présidée par le comte de Chambord lui-même, venu pour l’occasion incognito. Triste et désenchanté de voir son pays devenir résolument républicain, l’auteur publie vingt-huit ans après cette conférence dans une petite brochure pour raviver la mémoire de ce pèlerinage43. Il s’explique d’ailleurs sur le besoin de rendre public le souvenir de cette journée mémorable qu’a été pour lui le 14 septembre 1880, récit qu’il avait jusque-là réservé uniquement à ses amis politiques. Un peu comme un missionnaire revenant sur sa terre d’origine, il est sollicité par les membres du cercle légitimiste auquel il appartient pour parler du pèlerinage de Frohsdorf dont il avait rêvé depuis si longtemps44.

14Après avoir reçu l’accord du comte de Blacas pour être reçu par le souverain exilé, il se mit en route le 2 septembre. Passant par la Suisse et l’Allemagne, il arrive le 11 septembre à Vienne où l’attachement pour la religion et le roi est indissociable. Le rendez-vous royal est fixé au 14 septembre à 10 heures. Le voyage se déroule en train jusqu’à la gare de Neustadt puis en calèche vers le château de Frohsdorf. Son récit est plein d’émotions, décrivant tout ce qu’il voit, le parc, les appartements et les personnes qu’il rencontre, du laquais au gentilhomme. Tout est objet ou lieu de mémoire. Conduit à la chapelle, il est recueilli lorsque le roi fait son entrée avec la reine et ses neveux. C’est la première fois qu’il voit le visage de ce prince adoré depuis son enfance. Il écrit ainsi sa vive émotion :

  • 45 Ibid., p. 76-77.

« Je ne vous dirai pas toutes les impressions, ni la multitude des grands et touchants souvenirs, des pensées qui alors envahirent mon âme !... Je priais, incliné et avec ardeur. Jamais peut-être, je n’avais prié avec tant de bonheur et de larmes en même temps. Quelquefois, je levais avec respect mon regard vers la tribune royale pour contempler les traits admirables de celui qui était l’objet de ces prières et de ces larmes, et les douces émotions n’enivraient alors davantage encore45. »

  • 46 Ibid., p. 81.
  • 47 Ibid., p. 82.

15L’heure de l’audience approche enfin. L’émotion est à son comble, l’âme se trouble et le cœur bat à briser la poitrine. Une dernière porte s’ouvre et là, le visiteur se trouve seul, en présence du roi. Il s’incline et murmure ces paroles : « Monseigneur ! Mon roi ! », semblable à celle de l’apôtre Thomas au Cénacle46. Le portrait qu’il brosse du prince, est majestueux, l’achevant ainsi : « Qu’il est noble et beau notre Roi, Messieurs47 ! ! ! » Le souverain s’approche de lui, le relève et lui demande des nouvelles d’Avignon, de sa population et de ses amis du Comtat. Paul Girard lui donne la description d’une bonne ville d’Avignon semblable à une Vendée de Provence où demeurent encore la fidélité et le dévouement au roi. C’est à ses yeux le fruit de l’action menée par le Cercle des Amis de l’Ordre, vantant pour l’occasion les mérites de Jules de Salvador. Il se met alors à rêver de l’entrée triomphale de son roi en Avignon, accueilli par une population bienveillante et enthousiaste. Il lui parle de sa famille, de ses parents attachés à leurs souvenirs royalistes depuis le passage en 1829 de « l’enfant du miracle » à L’Isle-sur-la-Sorgue, d’une vieille domestique de 86 ans gardant près d’elle un drapeau blanc de 1814 devenu précieuse relique. Le prince est alors ému devant tous ces actes de fidélité qui lui sont ainsi rapportés d’Avignon et du Comtat.

  • 48 Ibid., p. 102.
  • 49 Ibid., p. 114.
  • 50 Ibid., p. 117.

16Une fois l’audience terminée, c’est le moment d’être présenté à la reine qu’il décrit comme « l’ange de l’exil48 ». Le déjeuner est servi dans une salle magnifique où a été dressée une table somptueuse. Le déroulement du repas est minutieusement décrit, suivi d’une réunion au salon gris où il est présenté aux neveux du roi, le duc de Parme et le comte de Bardi. Les discussions se poursuivent sur la France, l’Europe, Avignon mais aussi l’agriculture, l’industrie, le commerce, l’armée et les écoles libres menacées. Durant une heure, le visiteur n’a pas quitté du regard son roi. Puis, se levant pour prendre congé de sa cour et de ses invités, le prince prend quelques photographies signées de sa main et les remet à chaque pèlerin en leur disant : « Voilà un souvenir, Monsieur ! Un souvenir du prince que vous êtes venu voir dans son exil49. » Muni de son précieux présent qui fait office d’image pieuse de pèlerinage, il sort dans les jardins où il cueille encore quelques fleurs comme souvenirs. Le soir même, il en enverra une à sa mère. À réception de la lettre, elle aurait baisé et pressé sur son cœur cette fleur de l’exil50. Juste avant le départ, le comte de Blacas lui propose de faire un détour par la pièce où sont conservés de nombreux objets ayant appartenu aux princes et aux rois de la maison de Bourbon. Une émotion indescriptible l’envahit au regard de toutes les reliques exposées provenant des martyrs de la famille royale. Une fois dans la voiture qui le ramène à la gare, ses yeux pleins de larmes voient disparaître au loin, pour la dernière fois, la demeure de l’exil.

  • 51 Ibid., p. 127-128.
  • 52 Ibid., p. 168.
  • 53 Bernard Jacquier, Le légitimisme dauphinois (1830-1870), Grenoble, CHRESI, 1976.

17Le retour se fait par Venise. Le passage du train à Trieste et Goritz suscite méditations et prières sur la dynastie des Bourbons51. Dans la cité des Doges, le pèlerin s’attarde quelques heures pour se rendre au palais Cavalli où, pendant vingt ans, le comte de Chambord a passé l’hiver. De nouveau, il est ému à l’idée de s’imaginer son roi bien aimé en compagnie de sa mère et de sa cousine, Marie-Thérèse de France ou « Madame Royale ». Le voyage se poursuit par Milan puis Turin qui lui fait se souvenir de l’illustre maison de Savoie mais aussi de Cavour, « cet ennemi implacable de la papauté52 ». Après la traversée de Mont-Cenis, il fait étape à Grenoble, capitale dauphinoise où le légitimisme n’a pas disparu53. Il arrive en Avignon, le 21 septembre, au terme de treize jours de voyage. Paul Girard est un pèlerin comblé. Il a rencontré son roi. Il se doit comme un apôtre de porter la bonne nouvelle qu’il a reçu et comme un voyant raconter ce qu’il a vu. C’est l’objectif de la conférence qu’il prononce au sein de son cercle puis de la brochure qu’il édite afin de raviver chez les Avignonnais le culte du souverain.

Un pèlerin exemplaire

  • 54 Christian Ponson, Les catholiques lyonnais et la Chronique Sociale (1892-1914), Lyon, PUL, 1979 ; (...)
  • 55 Gabriel de Saint-Victor (1824-1893), Lyon, Jevain, s. d. ; Bruno Dumons, « Gabriel de Saint-Victor (...)
  • 56 Archives privées de Gabriel de Saint-Victor, carton 7, Journal politique (1870-1893), dix carnets (...)
  • 57 Ibid. (28 septembre 1878), p. 505-506.
  • 58 Ibid. (27 octobre 1878), p. 512-513.

18En terre lyonnaise, le courant légitimiste est solidement enraciné depuis les années 1850. Il compte d’ardents propagandistes parmi les élites catholiques du barreau, de la terre et du négoce54. Il s’exprime largement autour de personnalités politiques et d’organes de presse. Dans ce cercle politique régional, se distingue un grand propriétaire foncier du Haut-Beaujolais, Gabriel de Saint-Victor, proche du chef de file qu’est Lucien Brun que l’on retrouve comme fondateur de La Gazette de Lyon avec Prosper Dugas puis député et sénateur inamovible. Comme lui, il est un ancien élève du collège jésuite de Fribourg, un promoteur de la presse légitimiste avec le journal La Décentralisation et un homme politique engagé dans la défense de la légitimité55. Il est élu député du Rhône en 1871, appartient au groupe des chevau-légers en 1873, participe à l’organisation des comités royalistes à Paris en 1878. Son dévouement au comte de Chambord est sans borne. Très tôt, il a fait le pèlerinage de l’exil avec son père, auprès de Charles X, à Goritz en novembre 1837. Il se met au service de l’héritier de la Maison de France dès 1847 et effectue son premier pèlerinage à Frohsdorf. Il en effectue douze autres jusqu’en 1883, sans compter ceux qui l’ont mené jusqu’à Venise sous le Second Empire. Il voue alors un véritable culte au souverain exilé. Son journal politique qui s’ouvre en juillet 1870, en témoigne largement56. Ainsi, lorsqu’il demande la main de sa future épouse, Mathilde de Saint-Paulet en septembre 1878, il prend soin de solliciter l’autorisation du comte de Chambord, allant jusqu’à préciser que son mariage peut être suspendu sur un simple ordre du roi afin qu’il se mette entièrement à son service57. La réponse ne tarde pas. Le 1er octobre, l’approbation parvient. Le contrat de mariage porte même la signature du couple royal58. Chaque année, il prend la route de Frohsdorf pour s’incliner devant son souverain.

  • 59 Ibid. (15 août 1883), p. 587.
  • 60 Ibid. (16 août 1883), p. 588
  • 61 Ibid. (24 août 1883), p. 599.
  • 62 Ibid. (25 août 1883), p. 601 ; Philippe Levillain, « Un chevau-léger de 1871 à 1875 : Joseph de La (...)
  • 63 Ibid. (1er septembre 1883), p. 615.
  • 64 Ibid. (10 septembre 1883), p. 634-635.

19À l’été 1883, les nouvelles de la maladie du prince deviennent alarmantes. Le 14 août en matinée, il reçoit dans son château de Ronno un télégramme du duc de Parme, un neveu du roi, qui lui conseille de venir le rejoindre. L’après-midi même, il part pour Paris où il trouve une nouvelle dépêche à son hôtel : « Venez immédiatement59 ! » Ce départ précipité vers le roi n’aurait jamais été imaginable s’il n’avait pas été convoqué : « Le dévouement le plus sincère doit se soumettre à cette loi60 ? » Le voyage se fait en compagnie du duc de Parme. Ils arrivent à Frohsdorf le 21 août, reçus par le comte Stanislas de Blacas de service avec le couple René de Monti de Rezé dont l’épouse est attachée auprès de Madame. Gabriel de Saint-Victor n’est pas autorisé à voir le prince mourant. Il écrit dans son journal tout ce qu’il voit de l’agitation qui règne dans le château. Tout ce monde est réuni à la chapelle, seuls les proches de la famille peuvent aller à la rencontre du souverain malade. Les jours suivants, les princes alliés à la famille royale sont venus de toute l’Europe. Ils ne sont reçus que dans la nuit du 24 août. Le journal de Gabriel de Saint-Victor précise que le roi est mort à 7 h 27 et avec lui « la monarchie sans doute61 ». Arrivé depuis quatre jours à Frohsdorf, il ne l’aura pas revu en vie, seulement quelques moments plus tard, dans le salon où repose le corps du roi ceint du grand cordon du Saint-Esprit, s’attardant sur la beauté du visage du souverain comme pour lui rendre un ultime culte lors de ce voyage. Au milieu des têtes couronnées venues rendre un dernier hommage, se distinguent certains de ses amis, des « blancs » de France arrivés la veille comme le marquis de Foresta de Marseille et le vicomte Joseph de la Bouillerie, eux aussi anciens chevau-légers62. Gabriel de Saint-Victor est ainsi aux premières loges de ce qui constitue le dernier grand pèlerinage de la légitimité à Frohsdorf. Il note et observe dans son journal le règlement sur les détails des funérailles et de la succession : « Je ne puis consigner les noms de tous les royalistes venus pour saluer une dernière fois le roi de France63. » Le 2 septembre, il est dans le train spécial qui achemine jusqu’à Goritz le corps du souverain avec la famille et la maison du roi. Le lendemain, il décrit avec précision les absoutes puis la montée du convoi funéraire vers le monastère de Castagnavizza. Le 5, il revient à Frohsdorf, devenu silencieux et déserté, puis en repart, le 8, pour la France où il est chargé de mettre fin aux comités royalistes de la Seine64.

  • 65 Ibid. (6 et 7 mars 1884), p. 645.
  • 66 Ibid. (22 août 1884), p. 647.
  • 67 Ibid. (18 et 19 août 1889), p. 719.
  • 68 Ibid. (13 et 22 août 1890), p. 726-727
  • 69 Gabriel de Saint-Victor (1824-1893), op. cit., p. 74 et s.

20Malgré la mort du roi, sa mission n’est pas finie. Sa fidélité à la famille royale le conduit à se mettre au service de la dynastie des Bourbon-Parme représentée par le neveu du comte de Chambord, Charles de Bourbon, prince espagnol portant le titre de courtoisie de duc de Madrid. Son épouse est la princesse Marguerite de Parme, fille de Louise-Marie de France et petite-fille du duc de Berry, en exil à Viareggio. Dès février 1884, Gabriel Saint-Victor reprend la route en direction de l’Italie. Le 6 mars, il se rend à Goritz pour s’incliner devant le caveau royal et être reçu à la table de Madame65. Il y retourne, le 22 août, pour rejoindre toute la maison du roi et les nombreux Français qui ont servi le souverain en exil66. Chaque année, il fait le pèlerinage de la fidélité. Ainsi, en août 1889, il part à Fribourg pour la neuvième réunion des anciens élèves du collège puis rejoint Frohsdorf pour le service anniversaire du 24 août qu’il n’a jamais manqué67. L’année suivante, il fait le même périple au mois d’août qui le mène à Fribourg puis à Frohsdorf où il rencontre de nombreuses connaissances68. Son journal s’achève en février 1893 alors qu’il est l’hôte du duc de Madrid et de son épouse à Viareggio. Le 29 janvier, il est le témoin de la mort subite de la princesse Marguerite. Le 12 mars, de passage à Rome, il meurt lui aussi subitement. Les télégrammes de condoléance signés par les princes de Bourbon témoignent des nombreux liens qui ont pu être tissés à l’occasion de ces voyages en terres d’exil69.

  • 70 Dominique Lambert de la Douasnerie, Le drapeau blanc en exil. Lieux de mémoire (1833-1883), Paris, (...)
  • 71 Emmanuel Tronco, Les carlistes espagnols dans l’Ouest de la France (1833-1883), Rennes, PUR, 2010.

21Retracer l’histoire des pèlerinages de l’exil et de la fidélité, c’est emprunter un chemin bien peu défriché des processus de politisation qui ont caractérisé les réseaux légitimistes et contre-révolutionnaires dans l’Europe au XIXe siècle. à l’heure où le voyage et sa littérature séduit davantage les élites de ce temps, il semble que la circulation des cultures politiques dans l’espace européen se soit beaucoup effectuée grâce à certains types de voyages qui ont pris la forme religieuse du pèlerinage où règne la dimension du sacré, générant un culte à la dévotion et des reliques à vénérer. Celui de Frohsdorf en est un exemple parmi d’autres70. Lorsque le lieu cesse définitivement d’appartenir à la famille des Bourbons en 1941, le pèlerinage se déplace sur un autre site, en particulier à Sainte-Anne d’Auray en Bretagne où une statue du comte de Chambord avait été érigée depuis 1897 face au sanctuaire. Là, se font face deux pèlerinages, le religieux en faveur de la sainte, le politique en mémoire du souverain exilé. Ce dernier s’effectue encore chaque année aux alentours de la date anniversaire du 29 septembre, jour de la Saint-Michel et de la naissance du comte de Chambord. Ce lieu de mémoire a été tour à tour utilisé par les « blancs » d’Espagne, les camelots de l’Action Française ainsi que les réseaux légitimistes et traditionalistes71. Le centième du nom aura lieu en septembre 2012. Par conséquent, la pratique du pèlerinage peut recouvrir de multiples aspects. L’usage politique en est un et pas des moindres. L’exploration de cette piste de recherche devrait permettre d’étoffer une réflexion sur ce qui pourrait constituer une approche en termes d’histoire religieuse du politique.

Notes

1 Marc Abeles, Anthropologie de l’État, Paris, Colin, 1990, p. 138-145 ; Jérôme Grevy, Garibaldi, Paris, Presses de Sciences Po, 2001 ; Jérôme Grevy... (dir.), Garibaldi et garibaldiens en France et en Espagne. Histoire d’une passion pour la démocratie, Bordeaux, PUB, 2011.

2 Bruno Dumons et Hilaire Multon (dir.), « Blancs » et contre-révolutionnaires en Europe. Espaces, réseaux, cultures et mémoires (fin XVIIe-début XXe siècles). France, Italie, Espagne, Portugal, Rome, EFR, 2011.

3 Steven D. Kale, Legitimism and the Reconstruction of the French Society, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 1992 ; Hugues de Changy, Le mouvement légitimiste sous la monarchie de Juillet (1833-1848), Rennes, PUR, 2005 ; Sylvie Aprile, Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010.

4 Luigi Bader, Les Bourbons de France en exil à Gorizia. Paris, Perrin, 1977 ; Philippe Levillain, « De Coblence à Frohsdorf : les lieux de l’émigration royaliste au XIXe siècle », L’émigration politique en Europe aux XIXe et XXe siècles, Rome, EFR, 1991, p. 161-169 ; Jean-Paul Bled, Les lys en exil ou la seconde mort de l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1992.

5 Gérald Gobbi, Le Comte de Falloux (1811-1886), Rennes, PUR, 2011, p. 35-37.

6 Vicomte de La Rochefoucauld, Pèlerinage à Goritz, Paris, Houdaille, 1839.

7 Ibid., p. 20.

8 Ibid., p. 21-24.

9 Ibid., p. 44 et 61.

10 Marquis de Noailles, Le Bureau du Roi (1848-1873). Le Comte de Chambord et les monarchistes, Paris, Hachette, 1932 ; Jean-Paul Bled, Les lys en exil..., op. cit., p. 166-171.

11 Henri comte de Chambord, Journal (1846-1883). Carnets inédits. Texte établi et annoté par Philippe Delorme, Paris, François-Xavier de Guibert, 2009.

12 Ibid., p. 61.

13 Marquis de Segur, Les martyrs de Castelfidardo, Paris, Tolra, 1891 ; Simon Sarlin, « Henri de Cathelineau et l’expérience du volontariat armé contre-révolutionnaire dans l’Europe du XIXe siècle », Bruno Dumons et Hilaire Multon (dir.), « Blancs » et contre-révolutionnaires en Europe. Espaces, réseaux, cultures et mémoires (fin XVIIIe-début XXe siècles)..., op. cit., p. 365-377.

14 Charles Didier, Une visite à M. le duc de Bordeaux, Paris, Michel Lévy frères, 1849.

15 François Viale, Un jeune Corse auprès de Henri de France, Bastia, Fabiani, 1849, p. 6-7.

16 François Viale, Un Corse auprès de Henri de France. Impressions, convictions, Paris, Ledoyen, 1851.

17 Henri comte de Chambord, Journal (1846-1883). Carnets inédits, op. cit., p. 389.

18 Ibid., p. 104.

19 Ibid., p. 197 ; Édouard Lecanuet, Berryer, sa vie et ses œuvres (1790-1868), Paris, Bloud et Barral, 1893, p. 266-267. Le comte de Falloux a relaté sa visité dans ses Mémoires d’un royaliste, t. 2, Paris, Perrin, 1888, p. 27-42 ; ibid., p. 170 ; Gérald Gobbi, Le Comte de Falloux (1811-1886)..., op. cit., p. 159-160.

20 Gersende Le Jariel, Lucien Brun ou le légitimisme absolu (1822-1898), thèse de doctorat, Université Lyon III, 2000, p. 80-81 ; Bruno Dumons, « Exils jésuites, réseaux romains et mémoires “blanches”. La naissance d’une fraternité politique au collège Saint-Michel de Fribourg (1827-1847) », Schweizerische Zeitschrift für Religions und Kulturgeschichte. Revue Suisse d’Histoire Religieuse et Culturelle, 2012, p. 51-64.

21 Henri comte de Chambord, Journal (1846-1883). Carnets inédits, op. cit., p. 764-765.

22 Ibid., p. 389.

23 Ibid., p. 641.

24 Philippe Levillain, Albert de Mun. Catholicisme français et catholicisme romain du Syllabus au Ralliement, Rome, EFR, 1983, p. 501-504.

25 Henri comte de Chambord, Journal (1846-1883). Carnets inédits, op. cit., p. 718.

26 Ibid., p. 763.

27 Le Figaro 20 mai 1883.

28 Le Clairon, 12 juin 1883. Il écrit avec émotion : « Une porte s’ouvre, Henri V est devant moi, souriant, affable. Il se lève, la main tendue, fait quelques pas vers moi et me dit en riant : – Hé bien ! vous voyez que je ne suis pas encore mort ! – Ah ! Monseigneur, lui dis-je, voici un moment que j’ai désiré longtemps !... Et sur l’invitation du Roi, je pris un siège en face de lui. »

29 Jules Cornely, Le czar et le roi. Souvenirs et impressions de voyage, Paris, Bureaux du Clairon, 1884.

30 La maladie, la mort et les obsèques de Monsieur le Comte de Chambord, Paris, Publications de La Gazette de France, 1883.

31 Henri Arsac, Goritz, Frohsdorf ou les stations de l’exil, Nancy, L’auteur, 1884.

32 Marquis de Belleval, De Venise à Frohsdorf. Souvenirs et récits, Paris, Dentu, 1880, p. 20-21.

33 Ibid., p. 207 et s.

34 René de Belleval, Souvenirs contemporains, Paris, Vivien, 1900.

35 René Monti de Reze, Souvenirs sur le comte de Chambord, Paris, Émile-Paul frères, 1930 (réédité en 1931).

36 Henri comte de Chambord, Journal (1846-1883). Carnets inédits, op. cit., p. 758.

37 Lyautey, Lettres de jeunesse, Paris, Grasset, 1931, p. 20.

38 Ibid., p. 25.

39 Ibid., p. 28.

40 Natalie Petiteau, « 1848 en Vaucluse ou l’impossible république bourgeoise », Cahiers d’Histoire, 1998, no 2, p. 223-245.

41 Pierre Gourinard, « Fidélité et clientèles dans le monde ultra et légitimiste du Gard et du Vaucluse (1814-1883) », Fidélités, solidarités et clientèles, Enquêtes et Documents, t. 11, Nantes, Université de Nantes, 1985, p. 227-238.

42 Vaucluse. Dictionnaire annuaire et album, Paris, Flammarion, s. d., p. 311 et 704.

43 Paul Girard, Une visite au comte de Chambord à Frohsdorf le 14 septembre 1880, Avignon, Seguin, 1908.

44 Ibid., p. 63.

45 Ibid., p. 76-77.

46 Ibid., p. 81.

47 Ibid., p. 82.

48 Ibid., p. 102.

49 Ibid., p. 114.

50 Ibid., p. 117.

51 Ibid., p. 127-128.

52 Ibid., p. 168.

53 Bernard Jacquier, Le légitimisme dauphinois (1830-1870), Grenoble, CHRESI, 1976.

54 Christian Ponson, Les catholiques lyonnais et la Chronique Sociale (1892-1914), Lyon, PUL, 1979 ; Catherine Pellissier, Loisirs et sociabilités des notables lyonnais au XIXe siècle, Lyon, ELAH, 1996 ; Catherine Pellissier, La vie privée des notables lyonnais au XIXe siècle, Lyon, ELAH, 1996.

55 Gabriel de Saint-Victor (1824-1893), Lyon, Jevain, s. d. ; Bruno Dumons, « Gabriel de Saint-Victor », Xavier de Montclos (dir.), Dictionnaire du monde religieux de la France contemporaine, vol. 6, Paris, Beauchesne, 1994, p. 383-384. Il a également participé à la fondation de l’Université Catholique de Lyon (1875) et l’Union du Sud-Est des Syndicats Agricoles (1888) : Gilbert Garrier, « L’Union du Sud-Est des Syndicats Agricoles avant 1914 », Le Mouvement Social, 1969, n ° 67, p. 17-38 ; Bruno Dumons, « Réseaux identitaires et élites agrariennes. Les administrateurs de l’Union du Sud-Est des Syndicats Agricoles (1888-1940) », Pierre Cornu et Jean-Luc Mayaud (dir.), Au nom de la terre. Agrarisme et agrariens en France et en Europe du XIXe siècle à nos jours, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2007, p. 235-255.

56 Archives privées de Gabriel de Saint-Victor, carton 7, Journal politique (1870-1893), dix carnets retranscrits. Nous remercions très chaleureusement Jean-François de Saint-Victor de nous avoir autorisé à consulter le journal politique de son aïeul.

57 Ibid. (28 septembre 1878), p. 505-506.

58 Ibid. (27 octobre 1878), p. 512-513.

59 Ibid. (15 août 1883), p. 587.

60 Ibid. (16 août 1883), p. 588

61 Ibid. (24 août 1883), p. 599.

62 Ibid. (25 août 1883), p. 601 ; Philippe Levillain, « Un chevau-léger de 1871 à 1875 : Joseph de La Bouillerie », Revue Historique, janvier-mars 1977, t. 257, p. 81-122.

63 Ibid. (1er septembre 1883), p. 615.

64 Ibid. (10 septembre 1883), p. 634-635.

65 Ibid. (6 et 7 mars 1884), p. 645.

66 Ibid. (22 août 1884), p. 647.

67 Ibid. (18 et 19 août 1889), p. 719.

68 Ibid. (13 et 22 août 1890), p. 726-727

69 Gabriel de Saint-Victor (1824-1893), op. cit., p. 74 et s.

70 Dominique Lambert de la Douasnerie, Le drapeau blanc en exil. Lieux de mémoire (1833-1883), Paris, Guénégaud, 1998.

71 Emmanuel Tronco, Les carlistes espagnols dans l’Ouest de la France (1833-1883), Rennes, PUR, 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540