Version classiqueVersion mobile

Politiques du pèlerinage

 | 
Luc Chantre
, 
Paul d’Hollander
, 
Jérôme Grévy

Troisième partie. Quand les cultures politiques suscitent leurs propres pèlerinages

Entre dévotion et politique. Le pèlerinage de Pie IX à Lorette et la visite à ses Peuples (1857)

Simone Visciola

Texte intégral

1Les pages qui suivent se proposent de montrer comment Pie IX mûrit l’intention d’organiser, en 1857, un pèlerinage au sanctuaire de la Vierge de Lorette, en concentrant l’attention sur les implications politiques, au niveau péninsulaire et international, qui caractérisèrent cette démarche. Implications politiques telles qu’elles ont fini par transformer ce pèlerinage de dévotion en une longue visite de Pie IX à ses possessions.

  • 1 Pio IX e i suoi Popoli nel MDCCCLVII, ossia Memorie intorno al viaggio della Santità di N. S. Papa (...)

2En outre, nous proposerons quelques brèves réflexions sur les raisons qui ont amené l’entourage du Pape à rédiger les Mémoires de ce voyage : ce projet résultait des événements de 1859, année cruciale pour les conséquences du processus politique du Risorgimento et, par conséquent, pour le sort des territoires de l’État de l’Église. La publication du premier volume des ces Mémoires est datée de 18601, moment décisif en vue de la résolution concrète du problème de l’unification italienne, dans le cadre des rapports entre les puissances européennes.

Entre dévotion et politique

  • 2 « Già da più anni vagheggiava il Sommo Pontefice Pio IX il pensiero di sottrarsi per pochi giorni (...)
  • 3 Pour une réflexion sur les pratiques des pelèrinages religieux et sur l’évolution du culte marial (...)
  • 4 Chélini J. et Branthomme H., Le vie di Dio. I Pellegrinaggi nel mondo moderno, Milan, Jaca Book, 2 (...)

3Le 4 mai 1857, accompagné d’un cortège d’environ soixante-dix personnes, le pape quitte Rome. Il part pour un pèlerinage, qu’il projetait depuis longtemps, au sanctuaire de Notre-Dame de Lorette2. Enfant, Giovanni Mastai Ferretti avait été consacré par ses parents à la Vierge Marie. Il lui devait une guérison miraculeuse et, par conséquent, son élection sur le trône de Saint Pierre. En 1854 Pie IX définit, ex cathedra, le dogme de l’Immaculée Conception, qui donna une impulsion décisive au développement d’un culte marial en évolution3 et qui allait prendre de nouvelles formes à la suite des apparitions de Lourdes4.

  • 5 Pio IX écrivait à son frère Gabriele le 19 avril 1855 : « È ben giusto render grazia a Dio e a Mar (...)

4En 1857, la situation politique dans la péninsule est en pleine effervescence en raison de la pression du mouvement du Risorgimento et des événements internationaux : d’une part, la difficile réinstallation du Pape à Rome après la fin de la République romaine et, d’autre part, la gestion puis l’issue de la guerre de Crimée (1853-56). En 1855 précisément, au moment même du conflit, le Pape sort indemne de l’effondrement d’un plafond : c’est pour lui un autre signe de la Vierge5.

  • 6 Sur cette question, cf. Martini A., « La Santa Sede e la questione d’Oriente. Dalla controversia p (...)

5Á la suite de ce nouveau miracle, Pie IX envisage d’organiser un pèlerinage à Lorette. Pendant ce temps, la guerre de Crimée se termine et le Pape, qui était intervenu au début du conflit en attirant l’attention des souverains sur la situation des catholiques dans les Lieux Saints, le fait encore à l’ouverture du Congrès de Paris en 1856, s’adressant de nouveau aux trois empereurs russe, autrichien et français6.

  • 7 Cf. sur le congrès de Paris et le rôle de Cavour, Cavour e il suo tempo, vol. III, (1854-1861), Ro (...)
  • 8 Memorie per la storia dei nostri tempi. Dal Congresso di Parigi del 1856 ai nostri giorni, Turin, (...)

6Au Congrès cependant sont exprimées de vives critiques à l’encontre de l’organisation du gouvernement pontifical ; les souverains sont inquiets du mécontentement populaire et jugent excessive la présence autrichienne dans les États de Église. Le premier ministre du Royaume de Piémont-Sardaigne, Camille Benso comte de Cavour, s’associe à cette analyse, exprimée principalement par le ministre anglais George William Clarendon. Son projet politique est de renverser le pouvoir temporel de l’Église7. À Paris, Cavour essaie en effet de faire valider les ambitions d’expansion du Piémont vers les deux Duchés de l’Émilie, ceux de Modène et de Parme8. Mais cette tentative pour le moment restera vaine.

  • 9 Sur Minghetti, cf. principalement, Scritti politici, a cura di Raffaella Gherardi, Rome 1986 et le (...)

7Cavour a eu beau jeu tout de même de présenter la mauvaise administration des Anciens régimes, en concentrant en particulier l’attention sur les Légations, Bologne, Ferrara, Ravenne et Forlì, grâce à un mémoire rédigé principalement par Marco Minghetti, mais aussi par Luigi Carlo Farini, qui, en utilisant des données officielles, montraient le manque d’efficacité financière, le désordre administratif et les lacunes en matière de sécurité publique. L’ensemble de ces éléments troublait les possessions septentrionales du Pape9.

  • 10 Cf. Tre liberali e un Papa. Giuseppe Pasolini, Luigi Carlo Carlo Farini, Marco Minghetti e Pio IX (...)

8Il faut rappeler que Farini, mais surtout Marco Minghetti et avec lui Giuseppe Pasolini ont été collaborateurs très proches de Pie IX, pendant la première période de son pontificat, à l’époque du gouvernement constitutionnel, quand il semblait que le nouveau Pape voulût ouvrir un parcours réformateur, au point d’être salué comme le « Pape Libéral ». Désormais, les choses avaient changées. L’échec de l’expérience de guerre de 1848-1849 et celui du rêve d’une confédération guidée par le Pape ont provoqué le détachement de la politique de Pie IX des notables et des hommes politiques d’inspiration libérale, un détachement de plus en plus marqué lorsque Pie IX, revenu à Rome après l’exil de Gaëte, a montré une fermeture nette à l’égard de chaque idée de réforme10.

9Après ce moment-là, les sujets du Pape, les « plus actifs », ont commencé à proclamer l’incapacité des prélats à gouverner ; ils ont demandé avec insistance de se gouverner ou au moins de s’administrer eux-mêmes, ou éventuellement de se séparer de l’État Pontifical après quelque modification administrative. La France et l’Angleterre, au-delà de la rupture de leurs relations avec le Royaume des Deux Sicile – qui constituait selon eux, un autre exemple de mauvaise gestion – reprochent de toute façon à l’État pontifical (et à l’Autriche qui le soutient) une administration inefficace, laquelle entretient un mécontentement continu et dangereux de la population. Le Pape est sérieusement inquiet.

10C’est aussi en raison de cette situation que prend corps son projet d’associer à un pèlerinage de dévotion et de reconnaissance à la Sainte Vierge de Lorette une visite auprès ses Peuples au nord de Rome, afin de vérifier la solidité des structures de son État et de tester sa popularité. Un voyage donc qui prend forme comme un acte de dévotion, mais qui finit par acquérir en définitive une signification politique.

  • 11 « Nel 1857 l’Imperatore d’Austria aveva fatto un viaggio per le province Lombarde, aggraziando mol (...)
  • 12 Pour ce voyage, cf. Biblioteca Nazionale Marciana (Venise), Raccolta di opuscoli, manifesti, avvis (...)

11Dans ce sens, il convient de souligner que le Pape et son entourage pensent au voyage que l’Empereur François Joseph et la ravissante Impératrice Sissi ont accompli quelques mois auparavant à travers la Lombardie-Vénétie (novembre 1856 – mars 1857). Entre fête, danses, premières théâtrales, donations d’argent pour la réalisation d’œuvres publiques ; entre la libération de quelques détenus politiques et après de nombreuses cérémonies religieuses, l’empereur et son épouse ont voulu donner l’impression d’avoir réussi à connaître, un par un, leurs propres sujets auxquels ils ont tenu à montrer un visage « amical11 ». Un voyage donc bien réussi, on peut le dire, du point de vue médiatique12.

12Le Pape veut essayer de faire la même expérience [renouveler l’expérience] avec l’intention suivante : compter sur le charisme de sa propre autorité spirituelle afin de renforcer la légitimité de son propre pouvoir temporel. En autres termes, faire de manière à ce que Pie IX « Le Pape » puisse aider Pie IX « Le Roi ».

  • 13 Aubert R., Giacomo Antonelli, en Dizionario Biografico degli italiani, vol. III.
  • 14 La figure du Cardinal Giacomo Antonelli reste encore en attente d’un historien qui en puisse donne (...)

13Derrière le projet de transformer le pèlerinage à Lorette en un voyage « politique » se cachait, en réalité, l’action du Secrétaire d’État, Giacomo Antonelli13, figure centrale de la vie politique du Saint-Siège de 1849 à 187614. Il avait terriblement besoin d’un résultat, d’un acte démonstratif afin de montrer au monde que les sujets des États Pontificaux étaient tout à fait attachés et fidèles à leur Pape, qu’ils gardaient une véritable confiance en leur souverain, afin de réfuter toutes les voix diffusées au niveau péninsulaire et international par la presse anglaise, française et piémontaise, voix qui soutiennent [soutenaient], avec force, la thèse de la désaffection des populations des État pontificaux et des Légations à l’égard du gouvernement de Rome et du Pape.

  • 15 Les pages de Cognetti, quoique partisanes, donnent une idée claire des motivations du voyage : « I (...)

14À la veille du départ de Pie IX pour son voyage, la Curie romaine craignait les réactions possibles des populations, surtout dans les territoires les « plus chauds », comme Bologne et la Romagne, en considération du fait que le voyage allait se transformer en un véritable « sondage d’opinion15 ».

Les étapes

15Le Pape voyagea pendant quatre mois, du 4 mai au 5 septembre, en traversant différentes villes de la région du Latium, de l’Ombrie, des Marches et de l’Émilie. Pie IX voulut aussi se diriger au delà des frontières de son État pour visiter Modène et la Toscane. Il ne vaut pas la peine de s’attarder sur les détails de toutes les étapes, mais il convient par contre d’évoquer celles qui, à notre avis, peuvent être considérées comme les principales.

  • 16 Memorie, I, p. 64 sq.

16Le 14 mai Sa Sainteté arrive à Lorette et il s’y arrête pour prier. Mais son étape au Sanctuaire est si brève que, le 18, il est déjà arrivé dans la ville de Fermo pour prendre la route d’Ascoli16.

  • 17 Ibid., p. 124-137.
  • 18 Pour le déroulement des rapports entre Pie IX et le Roi Victor Emmanuel II, Cf. P. Pietro Pirri S. (...)

17Nous voyons comment le prétexte initial, c’est-à-dire le pèlerinage de reconnaissance à la Vierge de Lorette, le céda à l’urgence politique du voyage : après Ascoli, territoire qui lui est le plus fidèle, et après avoir rendu visite à ses vieux diocèses de Spolète et Imola et à Senigallia, sa ville natale, le Pape arrive à Bologne : l’étape la plus significative. Pie IX y restera deux mois17. À Bologne se dérouleront diverses rencontres à contenu politique : la première avec le Comte Boncompagni envoyé par le Roi du Piémont, Victor Emmanuel II, et chargé d’affaires à Florence18. Mais furent surtout importants les entretiens de Pie IX avec ses vieux collaborateurs fidèles, Marco Minghetti et Giuseppe Pasolini.

  • 19 Le deuxième volume (publié en 1861) des Mémoires du voyage de Pie IX en 1857 est entièrement consa (...)

18Les deux hommes politiques ont souligné dans leurs mémoires et dans leurs correspondances l’aversion profonde de Pie IX à l’égard du libéralisme et du régime constitutionnel : l’expérience de l’échec de 1848 et de la République romaine était trop lourde dans la mémoire du Pape. L’hostilité insistante montrée par le gouvernement piémontais contre l’influence de l’Église dans la société lui pesait également. Minghetti et Pasolini tentent de discuter avec Pie IX à propos des réformes, mais celui-ci n’écoute pas ses interlocuteurs sur ce sujet, s’obstinant à souligner que ses Peuples demandent des choses matérielles : des ponts, des rues, des infrastructures, sans jamais faire allusion à la solution du problème italien et sans la moindre allusion aux réformes19. Sont intéressantes à ce propos les pages des Mémoires de Pasolini recueillies, annotées et publiées par son fils :

« La Constitution, [disait Pasolini à Pie IX pendant leur rencontre], est une nécessité de notre temps... Désormais, il n’y a plus d’État qui est régi sans Constitution. Et Votre Sainteté en avait accordé une...
– Il est vrai, mais voyez comme on en a abusé [répondit le Pape].
– C’était en des jours où s’était concentrée à Rome toute la démagogie de l’Italie. Il y avait cependant, il y a encore des hommes droits, honnêtes...
– Qui sont-ils ? En dehors de vous, je ne saurais qui pourrait en être.
– Ici, à Bologne, il y a Minghetti, qui en 1848 est resté fidèle.
– Certes... Minghetti... Je ne dis pas... mais désormais, Minghetti est lié au Piémont, lequel est agité par des idées antireligieuses et veut s’approprier toute l’Italie.
– Votre Sainteté sait que mon sentiment religieux est sincère et profond et que certaines lois du Piémont, l’emprisonnement des évêques, ne me plaisent pas non plus. Il en est toujours ainsi lorsque les questions politiques deviennent religieuses. Votre Sainteté sait bien que, à Rome même, je n’ai jamais vu une procession faite avec autant de dévotion que je l’ai vu à Turin.
– Il est vrai. Mais depuis 1848 le Piémont ne cache pas sa volonté de s’approprier toute l’Italie. »

19La discussion porte alors sur Cavour.

« Le connaissez-vous ? demanda le Pape.
– Je ne le connais pas personnellement mais j’en ai entendu parler par des gens qui le connaissent assez bien. Le Piémont veut chasser les Autrichiens et il y a besoin pour cela d’unir les forces des autres États italiens. »

20Démontrant alors que l’alliance avec l’Autriche et l’absence de Constitution risqueraient de maintenir les États pontificaux dans une situation de dangereuse agitation, Pasolini conclut :

  • 20 Giuseppe Pasolini 1815-1876. Memorie raccolte da suo figlio. Terza edizione accresciuta dall’autor (...)

« Que compte faire Votre Sainteté ?
– La Providence y pourvoira20 ! »

  • 21 Memorie, I, p. 186-205.

21Après Bologne, le Pape quitte ses possessions pour atteindre la ville de Florence dans l’objectif de rencontrer le Grand-duc Léopold II. Sa Sainteté pose la première pierre, le 22 août, de la façade de l’Église de Sainte Croix et, toujours en compagnie du Grand-duc, il se dirige dans la ville de Volterra, où adolescent, il avait fréquenté le collège des Scolopes, lieu où il avait été atteint de la première attaque d’épilepsie, puis avait été guéri grâce à l’intervention de la Sainte Vierge21.

  • 22 Pour les citations de Baragli et Antonelli, Cf. Martina, Pio IX, p. 27.

22Pie IX retourne à Rome donc après quatre mois. Nous sommes le 5 septembre : c’est l’épilogue du dernier voyage d’un Pape-roi à travers les territoires des États de l’Église. On peut lire des jugements contrastés à propos de l’accueil réservé au Pape au moment de son retour. J’en mentionne seulement deux : le modéré Baragli écrit au ministre des Affaires Étrangers de Florence Lenoni que l’« accueil fut froid » que les applaudissements ne furent pas nombreux. Le cardinal Antonelli et la presse du Vatican parlent, au contraire, d’un accueil triomphal, de réjouissance d’une Rome « complètement embrasée » et qui fête le retour du Pape22.

Quelles furent les réactions de la population et les résultats du pèlerinage/voyage ?

23En examinant les différents témoignages, y compris ceux de la partie adverse, on peut relever une donnée : partout, même dans les endroits où on craignait oppositions et désordres, l’accueil avait été respectueux et cordial. Tous étaient restés frappés par l’affabilité du Pape qui avait accueilli, comme nous avons vu, sans récrimination ni amertume, des hommes politiques qui se trouvaient de l’« autre côté de la barricade ». Pasolini et Minghetti, même si tous les deux perdirent espoir à propos de la possibilité d’une nouvelle voie réformatrice, furent très émus lorsqu’ils saluèrent le Pape.

24Pie IX quant à lui demeura satisfait du voyage, répétant à ses interlocuteurs que les administrations locales s’étaient limitées à faire des sollicitations d’ordre matériel. Cependant il ne s’était pas rendu compte que toute cette discrétion était en bonne partie le résultat de l’action d’Antonelli, qui avait sévèrement interdit aux administrations de transmettre toute demande de réforme.

  • 23 Martina, Pio IX, cit., p. 30-31. Monti, Pio IX nel Risorgimento, p. 137-39; Pasolini, Memorie racc (...)

25Le Pape acheva son pèlerinage, sans presque rien comprendre, en réalité, de ce qui se passait dans la Péninsule. Dans quelques pages denses publiées en 1928, Antonio Monti a en effet observé – aspect qui aurait été aussi souligné par Giacomo Martina – que les épisodes les plus significatifs du Risorgimento qui se déroulèrent entre 1857 et 1858 (l’expédition de Carlo Pisacane, la constitution de la Société Nationale et les entretiens de Plombières de 1858) constituèrent des événements insignifiants pour un Pape ébloui à la vue de la foule joyeuse et des arcs de triomphe qui avaient été élevés à son retour. Monti a ajouté : « Sous cette cendre couvait un feu qui juste quelques mois après deviendrait un grand et formidable incendie ». Pasolini a rappelé dans ses Mémoires que ce voyage fut en définitive comme un « triste adieu aux populations qui pendant de plus de mille années avaient obéi au pouvoir temporel des Papes23 ». Alors, si les résultats immédiats du voyage purent en quelque sorte calmer les inquiétudes du Pape et donner à certains l’impression d’une stabilité réelle du régime, les effets profonds furent tout à fait insuffisants, ou mieux, dirais-je, presque nuls. Ceci se verrait, un an plus tard, sous la poussée des événements de 1859.

La publication des Mémoires du Pèlerinage à Lorette et le « problème historiographique » de l’année 1859 vue de Rome

26Pour conclure, je voudrais m’arrêter sur la question relative à la publication des Mémoires du pèlerinage. Une publication, en deux volumes, qui arriva avec trois ans de retard. La décision de rédiger les Mémoires de l’expérience de 1857 a été prise après l’année 1859. Les Mémoires seront publiées à la fin de l’année 1860 : c’était le moment décisif pour le processus d’unification de la Péninsule, l’année de l’expédition des Mille de Giuseppe Garibaldi.

  • 24 Memorie, I, p. VIII. « Allorché il Sommo Pontefice Pio IX, ai riverenti inviti ed alle istanze aff (...)

27Dans l’introduction on peut lire en effet que la décision d’écrire ces Mémoires fut prise à la suite des mutations « violentes qui eurent lieu dans l’État de l’Église durant les derniers dix-huit mois » et que « le récit devait être utile à la vérité, pour voir attesté, à travers les faits universels et incontestables, l’union intime, affectueuse et fidèle entre le Pape et ses Peuples24 ».

  • 25 « Che se non fossero venuti a turbarne il pacifico esplicamento le commozioni guerresche del 1859, (...)

28Cette publication était rendue nécessaire par le fait que le climat des « bons rapports » entre le Pape et ses Peuples avait été irréversiblement bouleversé par les événements de la guerre de 185925.

29Pour le processus du Risorgimento italien et pour le sort politique du Saint Siège, 1859 fut l’année au cours de laquelle émergèrent tous les problèmes concernant un équilibre européen en crise. L’historiographie continue en bonne partie à la négliger. Peut-être parce que toutes les difficultés ne furent pas résolues pendant cette année sauf l’une d’entre elles, à savoir la constatation, par les diplomaties européennes et par les États pré-unitaires de la Péninsule, du total isolement du Saint Siège et, par conséquent, l’exigence de mettre un terme au pouvoir temporel du Pape. Si le cadre historique des dynamiques internationales a été bien reconstruit, il y en revanche une pénurie d’études qui pourraient permettre de bien clarifier la politique déployée par le Saint Siège, entre la guerre de Crimée et l’année 1859, pour comprendre plus en profondeur comment le Saint Siège arriva à ce résultat négatif de son isolement.

  • 26 Ugolini R., La genesi del XX giugno : il problema dello Stato pontificio nel contesto europeo, in (...)
  • 27 Cavour C., Epistolario, vol. XVI, a cura di Carlo Pischedda e Rosanna Roccia, Florence, Olschki, 2 (...)
  • 28 Epistolario di Urbano Rattazzi (1846-1861), a cura di Rosanna Roccia, Rome, Istituto per la Storia (...)
  • 29 Roncalli N., Cronaca di Roma, 1859-1861, vol. IV, a cura di Domenico M. Bruni, Rome, Istituto per (...)

30Il faudrait diriger alors la recherche sur la politique pontificale – entre 1856 et 1860, avec une attention spéciale à portée à l’année 1859 – du point de vue de Rome26, afin de mieux exposer certaines initiatives du gouvernement et les autres initiatives entreprises en charge directement par Pie IX. L’étude des nouvelles sources (on pense par exemple aux derniers onze volumes de la correspondance de Cavour27, la correspondance d’Urbano Rattazzi28 et le 4e volume de la Chronique de Rome de Nicola Roncalli29, sources croisées avec les Mémoires des protagonistes, que j’ai citées auparavant, et avec des autres sources connues depuis longtemps) peut sans doute permettre de poursuivre une nouvelle piste de recherche : faire la lumière d’abord sur le rapport entre les différents centres du pouvoir au sein de l’État de l’Église, c’est-à-dire le rapport entre Pie IX et son Secrétaire d’État, Giacomo Antonelli et entre ce dernier et la curie romaine.

31Une reconstruction encore plus précise de ces rapports peut aider à mieux cerner la difficile stratégie mise en place par le gouvernement de Rome afin de convaincre sa population de se sentir « en dehors du principe de nationalité » : le pèlerinage de Pie IX à Lorette a été transformé en un voyage politique à travers ses Peuples pour sonder leur opinion.

  • 30 Cette interprétation, plutôt répandue, sur les motivations réelles du Pape était, en effet, partag (...)
  • 31 Ugolini R., La genesi del XX giugno, p. 15-16.

32Au-delà, donc, de l’aspect dévotionnel et spirituel30, si la première intention politique d’Antonelli consistait à convaincre les Puissances catholiques et les populations de l’État pontifical de la nature spéciale du pouvoir temporel du Pape, l’autre aspect de sa politique concernait le scénario européen dans sa complexité. Il faut souligner à ce propos qu’Antonelli avait de sérieux problèmes de communication avec les Nonces Apostoliques de Paris et de Vienne. Sacconi, Nonce à Paris, ne jouissait pas, peut-être à cause de son caractère difficile, de bons rapports avec les milieux du Second Empire : en conséquence il ne pouvait pas recueillir des informations satisfaisantes. Le cardinal De Luca, Nonce à Vienne, envoyait par contre à Rome des informations intermittentes à cause de ses mauvais rapports avec le Secrétaire d’État. Nous sommes donc face à un Antonelli contraint de se renseigner tout seul, comme il peut, en lisant la presse, surtout française, ou en sollicitant des informations auprès du corps diplomatique accrédité à Rome31.

  • 32 Ibid., p. 16.

33Ces conditions de communications si défavorables ont amené le Secrétaire d’État, dans l’évolution rapide des événements de 1859, à l’adoption d’une « stratégie diplomatique de type défensif32 ». Antonelli avait connaissance de l’alliance du Second Empire avec le Royaume de Sardaigne, mais il en ignorait totalement les objectifs de guerre. Il avait reçu la transcription du discours prononcé par Napoléon III à l’inauguration de la session parlementaire et la transcription de la discussion qui avait eu lieu en Angleterre auprès de la Chambre des Communes : deux cas dans lesquels était confirmée l’anomalie de la présence des armées étrangères à l’intérieur des États Pontificaux et la nécessité de mettre en place un programme sérieux de réformes pour satisfaire les aspirations de la population.

  • 33 Roncalli, Cronaca di Roma, IV, p. 47-81.

34Dans ce cadre – comme on peut apprendre encore plus en détail de la Chronique écrite par Nicola Roncalli – Antonelli élabore une stratégie qui sème la panique dans les milieux de la Curie romaine : il décide de retirer dans les six mois les contingents étrangers présents dans l’État pontifical. Une nouvelle qu’Antonelli a voulu rendre publique. Son idée était claire : désamorcer le principal chef d’accusation dirigé contre le Saint Siège et rassurer sur la capacité du gouvernement de Rome d’administrer ses propres territoires sans aide extérieure. Cette initiative se révèlera absolument contre-productive. La guerre de 1859 fera tomber le Saint Siège dans une position d’extrême faiblesse : auparavant Antonelli avait demandé le retrait des troupes puis était revenu très vite sur cette requête en demandant, avec insistance, la présence militaire autrichienne à Ferrare et Bologne et la présence militaire française à Rome33.

35Le résultat de la bataille de Magenta et l’entrée de Napoléon III et de Victor Emmanuel II à Milan marquent la fin de l’impasse à laquelle l’État pontifical était confiné. Pour affronter ses adversaires, l’Autriche décide, sans avertir Rome, de rappeler les troupes affectées à Bologne, Ancône et Ferrare. Cavour lance ainsi le signal des insurrections dans les Légations, dans les Marches et dans l’Italie centrale. Dans cet état de crise, la politique du Sainte Siège ne peut plus être attentiste.

  • 34 Ugolini R., Cavour e Napoleone III nell’Italia centrale. Il sacrificio di Perugia, Roma, Istituto (...)
  • 35 Lauri P. T., Schmidt e il Reggimento estero contro Perugia, en Il XX giugno 1859, p. 89-106.
  • 36 Magliani S., La « pesantissima » missione di Luigi Lattanzi tra intelligence e diplomazia, ibid., (...)

36Des travaux désormais classiques de Romano Ugolini consacrés à Napoléon III et l’Italie centrale34 et de récentes sources documentaires, on peut tirer d’importants éléments nous permettant de soutenir que, dans la semaine du 14 au 20 juin 1859, ce fut Pie IX qui, personnellement, prit en main la direction politique de son État en ordonnant au Premier Régiment étranger suisse, commandé par le colonel Anton Schmid, de se diriger vers la ville de Pérouse, tombée sous le contrôle des insurgés, pour la reporter sous le pouvoir du Saint Siège par le biais d’une dure répression qui aurait pu servir d’exemple aux autres localités en révolte. Cette initiative militaire provoqua un violent pillage de la ville et le massacre de la population pérousine35. L’événement aura non seulement un large écho au niveau européen, mais aussi intercontinental : une famille américaine présente à Pérouse, la famille Perkins, fut objet de violences de la part des troupes mercenaires suisses36. (La nouvelle fut rapportée par le New York Times). L’armistice de Villafranca donna à Rome juste l’espoir momentané de reprendre les Légations. Le point à souligner est qu’à la fin de 1859, l’Europe pouvait constater que la politique du Saint Siège était établie désormais selon des principes anachroniques et dans une logique qui restait en dehors de la dynamique des idées de nationalité et des nouveaux équilibres internationaux.

37La possibilité d’une restauration pareille à celle de 1849 était impossible. Dix ans étaient passés, la Grande-Bretagne, avec le nouveau ministre Palmerston, n’aurait plus permis ni à la France ni à l’Autriche de penser à une hégémonie en Italie. Et Napoléon III avait différents motifs d’hostilité envers le Saint Siège. L’Autriche était occupée à résoudre ses problèmes intérieurs et quant à la Russie et à la Prusse, il était absolument impensable que des puissances non catholiques viennent au secours du Pape.

  • 37 Memorie, I, p. XXX.

38Au regard des faits, donc, furent publiées, à la fin de 1860, les Mémoires du voyage de 1857 comme opération visant à vouloir montrer l’affection de la population des États Pontificaux à leur Pape pèlerin et dévoué à la Vierge, désireux de se déplacer dans ses territoires pour embrasser ses Peuples. Après « les commotions guerrières de 185937 », cette opération se révélait à la fois tardive et très peu utile au Saint Siège dont l’image était désormais compromise – en grande partie par l’écho des événements mêmes de Pérouse – parmi ses sujets, au niveau péninsulaire et dans le contexte international.

Notes

1 Pio IX e i suoi Popoli nel MDCCCLVII, ossia Memorie intorno al viaggio della Santità di N. S. Papa Pio IX per l’Italia centrale, t. I, Rome, Tipografia dei S. S. Palazzi Apostolici, 1860, t. II, 1861 [désormais Memorie].

2 « Già da più anni vagheggiava il Sommo Pontefice Pio IX il pensiero di sottrarsi per pochi giorni alla capitale ed intraprendere un breve viaggio alla volta di Loreto, affin di prostrarsi riverente su quel suolo di cui mai il più santo, a rendere grazie alla sua Celeste Regina pei ricevuti favori ed impetrarne da lei che ogni Grazia è fonte ancor de’novelli... », Memorie, op. cit., t. I, p. 37

3 Pour une réflexion sur les pratiques des pelèrinages religieux et sur l’évolution du culte marial en particulier celui de Lorette, Cf. Cardini F., La devozione popolare e i pellegrinaggi, en Arte, religione, comunità nell’Italia rinascimentale e barocca, Saccardo L., Zardin D. (dir.), Milan, Vita e Pensiero, 2000, p. 53-72.

4 Chélini J. et Branthomme H., Le vie di Dio. I Pellegrinaggi nel mondo moderno, Milan, Jaca Book, 2006, p. 91 sq.

5 Pio IX écrivait à son frère Gabriele le 19 avril 1855 : « È ben giusto render grazia a Dio e a Maria SS. ma per un prodigio così segnalato. Camera non grande che contiene 130 prsone, che tutte piombano improvvisamente nel piano inferiore, in mezzo alle macerie, ma nemmeno riporti una frattura o una ferita grave : è veramente un solenne miracolo. In quanto a me non ebbi la più piccola lesione, nemmeno una graffiatura. Anche le vesti mi rimasero illese, né vi succedette alcun strappo. Si aggiunge a tutto questo la tranquillità di spirito e la fiducia in Dio e in Maria Vergine, che mi accompagnò nella caduta ove caddi, e nell’uscita ; e poi ripeto con tutta ragione che il prodigio è stato veramente solenne », cit. dans Monti A., Pio IX nel Risorgimento italiano. Con documenti inediti e illustrazioni, Bari, 1928, p. 133.

6 Sur cette question, cf. Martini A., « La Santa Sede e la questione d’Oriente. Dalla controversia per i luoghi Santi al Congresso di Parigi (1853-1856) », La Civilità Cattolica, 1958, I, p. 587-596 ; II, p. 149-162 ; IV, p. 169-181 et 494 et suivantes ; 1959, I, p. 165 et suiv.

7 Cf. sur le congrès de Paris et le rôle de Cavour, Cavour e il suo tempo, vol. III, (1854-1861), Rome-Bari, Laterza, 1984, p. 151-250.

8 Memorie per la storia dei nostri tempi. Dal Congresso di Parigi del 1856 ai nostri giorni, Turin, Utet, 1865.

9 Sur Minghetti, cf. principalement, Scritti politici, a cura di Raffaella Gherardi, Rome 1986 et les autres travaux de Gherardi ; sur Farini, Cf. Zama P., Luigi Carlo Farini nel Risorgimento italiano, prefazione di G. Martino, Lega, Faenza, 1962.

10 Cf. Tre liberali e un Papa. Giuseppe Pasolini, Luigi Carlo Carlo Farini, Marco Minghetti e Pio IX nelle Memorie di Giuseppe Pasolini raccolte da suo figlio, a cura di Antonio Patuelli, Bologne, Analisi, 1991.

11 « Nel 1857 l’Imperatore d’Austria aveva fatto un viaggio per le province Lombarde, aggraziando molti imputati, detenuti, e condannati per reati politici ; perloché grandi feste furon fatte dovunque, e specialmente a Milano, dove l’imperatore dimorò per qualche giorno. La stampa piemontese accolse male queste grazie ; malissimo le feste e le luminarie, e col solito sistema mise in ridicolo il governo imperiale, e si sforzò a far credere quelle dimostrazioni esser fatte sotto la pressione delle baio », Cognetti B., Pio IX ed il suo secolo. Dalla rivoluzione francese del 1789 alla proclamazione del Regno d’Italia, vol. II, Naples, Stabilimento Tipografico di P. Androsio, 1868, p. 136-137.

12 Pour ce voyage, cf. Biblioteca Nazionale Marciana (Venise), Raccolta di opuscoli, manifesti, avvisi, omaggi poetici, riguardanti il viaggio nel Lombardo Veneto dell’imperatore Francesco Giuseppe ed Elisabetta, 1856-1857, Collocation : Misc. 3074.1 ; et Il viaggio imperiale, n. 1. Venise, Lipsia, J. J. Weber, 1857.

13 Aubert R., Giacomo Antonelli, en Dizionario Biografico degli italiani, vol. III.

14 La figure du Cardinal Giacomo Antonelli reste encore en attente d’un historien qui en puisse donner une biographie complète. Les références principales les plus récentes, à notre avis, restent : Falconi C., Il cardinale Antonelli. Vita e carriera del Ricehelieu italiano nella Chiesa di Pio IX, Milan, Mondadori, 1983; Coppa F.-J., Cardinal Giacomo Antonelli and Papal Politics in European Affairs, Albany, State University of New York, 1990.

15 Les pages de Cognetti, quoique partisanes, donnent une idée claire des motivations du voyage : « Intanto che d’ogni parte e la politica, e la rivoluzione si affaccendavano a prepararsi alla lotta contro l’Austria e i Principi d’Italia, il Pontefice Pio IX, deciso a visitare il Santuario della Casa di Loreto, volle prendere quella occasione per fare un giro in tutto lo Stato, ed indagare lo spirito delle popolazioni ed i loro bisogni », Pio IX e il suo secolo, p. 114.

16 Memorie, I, p. 64 sq.

17 Ibid., p. 124-137.

18 Pour le déroulement des rapports entre Pie IX et le Roi Victor Emmanuel II, Cf. P. Pietro Pirri S. J., Pio IX e Vittorio Emanuele dal loro carteggio privato, vol. II, La questione romana (1856-1864), Rome, Pontificia Università Gregoriana, 1944-1951.

19 Le deuxième volume (publié en 1861) des Mémoires du voyage de Pie IX en 1857 est entièrement consacré aux actes du Pape en faveur de ses peuples.

20 Giuseppe Pasolini 1815-1876. Memorie raccolte da suo figlio. Terza edizione accresciuta dall’autore, Turin-Florence-Rome-Naples, Fratelli Bocca, 1887, p. 213-214. Il y a dans cet ouvrage une partie de la correspondance Pasolini-Minghetti ; Cf. pour le dialogue entre Minghetti et Pie IX, Minghetti M., Miei Ricordi, 1850-1859, vol. III, Turin, Editori L. Roux e C., 1890, p. 177-186.

21 Memorie, I, p. 186-205.

22 Pour les citations de Baragli et Antonelli, Cf. Martina, Pio IX, p. 27.

23 Martina, Pio IX, cit., p. 30-31. Monti, Pio IX nel Risorgimento, p. 137-39; Pasolini, Memorie raccolte da suo figlio, I, p. 270.

24 Memorie, I, p. VIII. « Allorché il Sommo Pontefice Pio IX, ai riverenti inviti ed alle istanze affettuose che gliene vennero quasi da tutte le province e dalle citta precipue dello Stato, consentì che un viaggio intrepreso come per il pellegrinaggio devoto alla Santa Casa, si estendesse ad essere una visita abbastanza prolissa alle province ed alle città stesse dello Stato ; [...] Ed è indubitato che un Principe che trovasi di presenza nei vari luoghi nel mezzo dei suoi sudditi, che vede coi suoi occhi, che sente coi suoi orecchi, pùo recare assai miglior giudizio degli uomini e delle cose ; e dall’altra parte il trovarsi egli stesso pesente colà, dove i provvedimenti sono a prendere e ad attuare, può dare all’eseguimento di questi quella speditezza e quella istantaneità ; che talora vale due terzi del buon effetto ; e la quale nondimeno non è possibile nele condizioni ordinarie, quando, trovandosi il Sovrano a distanza più o meno notevole dai luogghi e della persone, le notizie e le provvisioni debbono passare per molti canali che, a pur supportli sempre fedeli, non sono sempre speditissimi nelle loro trasmissioni. Volle dunque il S. Padre che quel viaggio fosse fecondo di salutari effetti pei suoi sudditi ; e fu in fatto fecondissimo », ibid., p. XXIX-XXX.

25 « Che se non fossero venuti a turbarne il pacifico esplicamento le commozioni guerresche del 1859, con i lamentabili casi che ne furono le non impreviste e forse volute conseguenze, si sarebbero sentiti assai maggiori dai popoli i vantaggi di quelle provvisioni, le quali solo dal tempo poteano acquistare il pieno loro valore », ibid., p. XXX.

26 Ugolini R., La genesi del XX giugno : il problema dello Stato pontificio nel contesto europeo, in Gian Biagio Furiozzi (dir.), Il XX giugno 1859. Dall’insurrezione alla repressione, Pise-Rome, Fabrizio Serra editore, 2011, p. 13 sq.

27 Cavour C., Epistolario, vol. XVI, a cura di Carlo Pischedda e Rosanna Roccia, Florence, Olschki, 2000, vol. XVI (1859), 3 tomi. Id., vol. XVII (1861), 6 tomi, a cura di Pischedda e Roccia, Florence, Olschki 2005 ; vol. XVIII (1861), 3 tomi, a cura di R. Roccia, Florence, Olschki, 2008.

28 Epistolario di Urbano Rattazzi (1846-1861), a cura di Rosanna Roccia, Rome, Istituto per la Storia del Risorgimento italiano, 2009.

29 Roncalli N., Cronaca di Roma, 1859-1861, vol. IV, a cura di Domenico M. Bruni, Rome, Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano, 2009.

30 Cette interprétation, plutôt répandue, sur les motivations réelles du Pape était, en effet, partagée aussi par des personnalités qui n’étaient tout à fait pas en accord avec la politique pontificale, comme le cas du « cavourien », Giuseppe Massari auquel fait référence Tomassini L., Roma, il Papa, il Re. L’Unità d’Italia e il crollo dello Stato Pontificio, Milan, Il Saggiatore, 2001, p. 154.

31 Ugolini R., La genesi del XX giugno, p. 15-16.

32 Ibid., p. 16.

33 Roncalli, Cronaca di Roma, IV, p. 47-81.

34 Ugolini R., Cavour e Napoleone III nell’Italia centrale. Il sacrificio di Perugia, Roma, Istituto per la Storia del Risorgimento italiano, 1973.

35 Lauri P. T., Schmidt e il Reggimento estero contro Perugia, en Il XX giugno 1859, p. 89-106.

36 Magliani S., La « pesantissima » missione di Luigi Lattanzi tra intelligence e diplomazia, ibid., p. 28-65.

37 Memorie, I, p. XXX.

Auteur

Professeur suppléant en histoire contemporaine à l’université de Florence (2007-2012). Il a été Visiting Lecturer à Stanford University (2010-2011) et Professeur Invité (2008-2009) et chercheur invité à l’université de Poitiers (janvier 2012-juin 2012). Actuellement il est A.T.E.R. à l’université de Poitiers. Spécialiste d’histoire de l’historiographie, histoire politique et sociale en Italie et en Europe (XIXe-XXe siècle). Parmi ses divers ouvrages et collaborations à des travaux collectifs et articles dans des revues spécialisées, Risorgimento. Studi e riflessioni storiografiche, Florence, Cet, 2011 (avec Z. Ciuffoletti) ; I Rosselli. Eresia creativa eredità originale, Napoli, 2005 (avec G. Limone) ; « Interpréter le Risorgimento pour sortir des crises. La culture historique en Italie de la fin du XIXe siècle au fascisme », dans J. Grévy (dir.), Sorties de crise. Les mécanismes de résolution de crises politiques XVIe-XXe siècles, Rennes, 2010, p. 207-220 ; « La question de Nice dans la culture historique italienne. De l’Unité à la Seconde Guerre mondiale », dans R. Schor et H. Courrière (dir.), Le Comté de Nice, la France et l’Italie. Regards sur le rattachement de 1860, Nice, 2011, p. 73-84 ; « Campagnes et sociétés rurales en Italie aux XIXe et XXe siècles : un problème d’historiographie », dans J. C. Caron et F. Chauvaud (dir.), Les campagnes dans les sociétés européennes France, Allemagne, Espagne, Italie (1830-1930), Rennes, 2005, p. 55-75.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search