Version classiqueVersion mobile

Politiques du pèlerinage

 | 
Luc Chantre
, 
Paul d’Hollander
, 
Jérôme Grévy

Troisième partie. Quand les cultures politiques suscitent leurs propres pèlerinages

Introduction

Texte intégral

1Il est admis, depuis les travaux portant sur les cultures politiques contemporaines, que le politique ne relève pas exclusivement d’une rationalité, appuyée sur un discours autorisé et visant à choisir les dirigeants les plus aptes à établir un projet clairement énoncé mais relève d’une démarche complexe, certes intellectuelle pour une part, mais également émotionnelle (S. Berstein, 1999, J.-F. Sirinelli, 2002). Dans cette acception, la politisation des sociétés se mesure non seulement à l’aune de l’évolution des scrutins électoraux mais également par l’examen de l’ensemble des modalités selon lesquelles les sociétés se sont approprié les idéologies politiques et la grammaire selon laquelle elles les ont exprimées. Pour une part, les mots, les gestes et les symboles relèvent d’une religiosité civile dont les pèlerinages politiques constituent l’une des manifestations. Leur existence peut être comprise non seulement comme l’une des modalités informelles de la politique (E. Fureix, 2013) mais également comme le reflet de l’attrait que représente le voyage pour les sociétés occidentales contemporaines (S. Venayre, 2002). Les études qui suivent ne visent pas à en établir un panorama exhaustif, ce qui relèverait d’un travail collectif d’importance, mais à partir de cas bien spécifiques, permettent de caractériser lesdits pèlerinages et surtout de noter ce qui les distingue des pèlerinages religieux ainsi que de comprendre les processus selon lesquels ils ont émergé.

2Le premier âge de la politisation post-révolutionnaire mit principalement aux prises deux blocs antagonistes, les libéraux, défenseurs des acquis de 1789 et les conservateurs, tenants du retour à un Ancien Régime idéalisé. Ces derniers, nourris d’une idéologie contre-révolutionnaire et d’une ecclésiologie ultramontaine, ont prétendu restaurer une monarchie dans laquelle le roi était un saint, selon le modèle de Louis IX. C’est pourquoi les « Restaurateurs » et leurs successeurs donnèrent un sens politique à leurs pratiques religieuses. Ainsi la famille royale renoua avec les pèlerinages aux grands sanctuaires du pays, témoignant ainsi de l’alliance indéfectible nouée entre le trôle et l’autel. Une place particulière fut accordée au pèlerinage au Mont-Valérien, qui devint en quelque sorte le lieu emblématique de l’idéologie au pouvoir, animée de la volonté d’expier les errements révolutionnaires, exprimée par la dévotion à la croix, afin de parvenir à la rédemption. Ce n’était plus toutefois le « roi de gloire » que l’on donnait à admirer mais un souverain pieux qui, sans ostentation, priait avec son peuple (R. Hême de Lacotte). Les pérégrinations entreprises par les dynasties restaurées, à des degrés variables selon les personnes, les lieux et les moments, ne relevaient pas d’une simple instrumentalisation, c’est-à-dire d’une captation des sentiments religieux des peuples et du savoir-faire clérical en matière d’encadrement des foules, mais peuvent être considérée comme la traduction visible de la conception traditionnaliste du pouvoir. L’imprégnation religieuse du rôle et de la mission des dirigeants pouvait se traduire par d’autres mises en forme pérégrines, comme le pèlerinage-voyage des légitimistes qui se rendaient à Frohsdorf auprès du comte de Chambord, considéré comme un roi en attente de la restauration de son trône. Ce n’était pas le roi qui était pèlerin, quoique le comte de Chambord le fût lors d’un déplacement à Rome, mais les fidèles qui venaient vénérer leur souverain. De 1844 à 1883, ces pèlerins de l’exil témoignaient de leur espoir politique et de leur fidélité à leur souverain. Le religieux constituait la toile de fond de leur voyage – la prière à la chapelle du château constituait un acte obligatoire de leur visite – mais c’était bien le souverain et la famille royale qu’une élite politique venait vénérer, puisant dans cette rencontre sa propre légitimité. (B. Dumons).

3D’une certaine manière, le pèlerinage entrepris par Pie IX à Notre-Dame de Lorette en 1857 relevait d’une semblable démarche. Dans une Italie agitée par le mouvement unitaire, qui mettait en cause son pouvoir temporel, la visite au sanctuaire n’était pas le but ultime du voyage pontifical. Le pape-pèlerin, après avoir accompli son vœu marial et témoigné de sa dévotion, s’offrit à la vénération de ses peuples qu’il visita lors d’une circum-déambulation de plusieurs mois, leur proposant ainsi une sorte de pèlerinage inversé. Le message politique s’adressait aux responsables civils qu’il allait rencontrer, leur signifiant que sa légitimité reposait non seulement sur des droits traditionnels immémoriaux mais également sur sa piété personnelle et sur l’amour que lui-même et ses peuples se portaient réciproquement (S. Visciola).

4Ce fut sans doute l’acmé de cette phase. Sous l’effet, peut-être, de la politique de ralliement initiée par Léon XIII, les pèlerinages catholiques de la fin du XIXe siècle et du XXe siècle allaient se dépolitiser, le projet religieux l’emportant nettement sur l’intention politique, ainsi que l’ont montré déjà certaines études de la deuxième partie de cet ouvrage. Le pèlerinage à l’île Madame, institué assez tardivement, à la fin du XIXe siècle, constitua une réponse aux cérémonies instituées par l’État républicain, qui célébraient la Révolution comme un acte fondateur. En honorant les prêtres qui avaient été persécutés par les révolutionnaires, les pèlerins condamnaient sans le dire la Révolution et ses héritiers. Toutefois, cette dimension resta implicite et la finalité religieuse l’emporta sur la dimension politique (N. Champ). La terminologie est elle-même le signe des évolutions : les pèlerinages-congrès organisés par ou à l’intention des enseignants laïcs de l’enseignement catholique comportent certes deux volets, mais ceux-ci sont bien distingués (S. Teinturier).

5Simultanément à ces pèlerinages traditionnalistes, et peut-être en réaction à leur visibilité, des cultures politiques dénuées d’intentions religieuses, voire en concurrence avec l’Église, instituèrent des pèlerinages strictement civils. Qu’il s’agisse des milieux bonapartistes, républicains, fascistes ou gaullistes, ils ont en commun d’avoir recours à des gestes et des mots empreints de religiosité. Cette dimension est liée bien souvent aux deuils politiques, étudiés par E. Fureix, qui prirent une certaine ampleur à partir des premières décennies du XIXe siècle. La destination des pèlerins était le plus souvent la maison mortuaire ou la tombe. L’emprunt à la religion se limitait à l’aspect extérieur du rituel puisqu’il ne s’agissait pas d’invoquer l’appui de Dieu mais de faire revivre, par l’invocation de son souvenir, le grand homme que l’on vénérait. Les destinations des visiteurs pouvaient être multiples et variées : l’île de Sainte Hélène, les Invalides, les tombeaux des généraux, les champs de bataille attiraient les nostalgiques de la geste napoléonienne. Certains lieux de pèlerinages n’eurent qu’un caractère discret, voire confidentiel, en raison souvent de la surveillance des pouvoirs publics, tandis que d’autres pouvaient même être créés artificiellement par des dévots, comme le Parc Noisot aménagé à proximité de Dijon à l’initiative d’un vétéran de la Grande Armée (G. Malandain). La présence de reliques, de statues et de plaques commémoratives contribuait à la sacralisation des lieux et à la création d’une ambiance émotionnelle.

6Les pèlerins venaient raviver avec leurs camarades les souvenirs du passé glorieux. Une hiérarchie des lieux s’établissait implicitement, qui dépendait de multiples facteurs. La visite à la maison de l’exil de Napoléon, à Saint Hélène, était revêtue d’une force émotionnelle importante tandis que, après le retour des cendres, le tombeau des Invalides ne parvint pas à devenir un lieu d’une même intensité tant son caractère officiel empêcha d’en faire un lieu symbolique pour les bonapartistes. La force de Colombey-les-deux-églises venait non seulement de la présence de la tombe du Général De Gaulle dans le cimetière du village mais également du souvenir de la retraite intérieure que le général passa à La Boisserie pendant près d’une décennie (E. Kocher-Marbœuf).

7Les hommes engagés en politique venaient puiser dans le souvenir de quelque geste héroïque la justification de leur programme ainsi que des raisons d’agir et de combattre leurs adversaires. Les républicains venaient ainsi recueillir dans le rappel des engagements et des paroles de Gambetta du temps de la Défense nationale ou des premières années de la IIIe République l’énergie nécessaire à la continuation de leur combat en faveur de la patrie ou contre le cléricalisme (J. Grévy). Les mouvements néo-fascistes profitaient de l’ambiance mortuaire du caveau de Preseppio pour solenniser leur engagement selon le rituel inspiré de l’Antiquité qui avait été en usage du vivant de Mussolini (G. Sedita).

8Parmi les conditions de la réussite de ces pèlerinages politiques, il convient d’en noter deux qui semblent essentielles. D’une part la diffusion, préalable ou simultanée, d’une mythologie politique rapportée sur un mode dramatisé, assortissant un lieu et un événement à un personnage. D’autre part l’existence de « gardiens de la mémoire », auto-proclamés dans cette fonction ou investis de cette charge par une association, un parti, voire l’État lui-même.

9Les pèlerinages politiques ont un caractère relativement éphémère. À la différence des sanctuaires religieux, qui peuvent être ravivés génération après génération, les lieux politiques tombent facilement en désuétude. Lorsque le mythe s’émousse et que personne ne vient le raviver, on lui substitue un autre récit fondateur auquel est parfois associé un autre lieu. Avec le temps, les héros politiques n’ont plus la même force évocatrice pour les visiteurs. Progressivement, au noyau militant initial, se mêlent des touristes de la mémoire, mus par la curiosité pour le lieu où avait vécu un personnage illustre plus que par une intention politique. La muséification de ces lieux traduit alors leur banalisation, leur dépolitisation.

10Quoi qu’il en soit, la réussite des pèlerinages politiques dépend de plusieurs facteurs étroitement liés, qui relèvent d’une incontestable religiosité : la dimension mythique du personnage ou de l’événement célébrés, l’émergence d’un lieu signifiant, la possibilité d’y rassembler, à une date symbolique, les dévots d’une culture politique clairement identifiée. La dimension sacramentelle est alors pleinement à l’œuvre : le pèlerinage signifie une identité et crée une communauté. Il dit ce que les militants sont et les conduit à s’efforcer de le mettre en œuvre par leur action ici et maintenant.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search