Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du pèlerinage

 | 
Luc Chantre
, 
Paul d’Hollander
, 
Jérôme Grévy

Deuxième partie. Quand les pèlerins politisent un espace religieux

La stylisation française du pèlerinage de La Mecque : du rite de devoir aux rituels de pouvoirs

Ouria Shéhérazade Kahil

Texte intégral

  • 1 « Hajj » signifie en arabe littéral « se diriger vers », mais c’est aussi le cinquième pilier de l (...)
  • 2 Arent Van Wensinck, « Se rendre à », « se diriger vers », « hadjdj », dans Encyclopédie de l’Islam (...)
  • 3 « Rites » : succession de comportements symboliques (gestes, paroles, signes émanant d’une intenti (...)
  • 4 « Rituels » : comportements codifiés par une autorité officielle comme l’État ou officieuse comme (...)

1Que représente le pèlerinage à La Mecque ? Nous répondons conventionnellement qu’il s’agit du cinquième pilier de l’islam nommé hajj1. Mais, l’image du hajj2 comme phénomène strictement religieux est un mirage. Pour appréhender l’exception française du pèlerinage de La Mecque, nous retiendrons trois notions, devoir religieux, pouvoir économique, vouloir politique. Si le pèlerinage de La Mecque apparaît essentiellement comme un devoir symbolique, il dissimule aussi bien les pouvoirs de ses organisateurs religieux, économiques, commerciaux, que les vouloirs de ses représentants politiques, au détriment de la liberté du pèlerin dont les rites3 se transforment en rituels4.

2Effectivement, il y a une distinction entre rites et rituels. Alors que les rites sont des pratiques précédées d’un sens personnel permettant à l’individu d’effectuer ou pas le pèlerinage de façon consciente, les rituels sont plus des symboles collectifs et codifiés permettant à l’individu de l’effectuer dans une routine inconsciente, à cause de normes intériorisées, par des pouvoirs publics que sont les États ou des pouvoirs religieux que sont les guides du pèlerinage.

  • 5 Chantre L., « Se rendre à La Mecque sous la IIIe République », Cahiers de la Méditerranée, no 78, (...)
  • 6 Ezzerelli, K., « Le pèlerinage à La Mecque au temps du chemin de fer du Hedjaz (1908-1914) », dans(...)
  • 7 Baubérot J., La laïcité falsifiée, Paris, Éditions La Découverte, 2012, 212 p.
  • 8 RATP : Régie Autonome des Transports Parisiens, établissement public à caractère industriel et com (...)

3À l’époque coloniale, la République française5 opère une intrusion dans la gestion du hajj au détriment de la liberté de mouvement du pèlerin afin de légitimer sa domination sur les sujets musulmans potentiellement contestataires6. Aujourd’hui, la République française use des principes constitutionnels de laïcité7 et de neutralité pour officialiser sa non ingérence dans l’organisation du hajj au détriment de la sécurité et de la santé publique. Le paradoxe réside ici dans le fait que la désinstitutionalisation d’un pèlerinage peut justement créer sa politisation que ce soit au sein d’un régime politique républicain comme la France ou théocratique comme l’Arabie Saoudite. Pour preuve, en 2010, comme à l’époque coloniale avec le commerce maritimes des grands navires français, il se trouve que c’est la candidature française de la RATP8 qui a été examinée avec soin par les pouvoirs publics saoudiens pour le projet de train à La Mecque, Riyad et Médine dans le cadre d’un partenariat pour la modernisation du marché saoudien des transports publics.

  • 9 Amiraux, V., « L’institutionnalisation du culte musulman en Europe. Perspectives comparées », Mohs (...)

4Mais, ce contraste historique du hajj est plus complexe en France. D’un coté, de façon micro sociale, la représentation du pèlerin se transforme, tantôt sujet, administré, voyageur, patient, touriste, client, consommateur, et aujourd’hui citoyen. De l’autre coté, de façon macro sociale, le rapport entre État et islam9 a évolué selon les changements constitutionnels, l’indépendance des colonies françaises, les processus d’immigration et les politiques d’intégration. Ainsi, l’émancipation du statut social du pèlerin musulman conditionne les modes de participation des institutions françaises. La relation entre les autorités françaises et les pèlerins musulmans opère un transfert progressif d’une culture coloniale du hajj, à une culture d’immigration maghrébine du hajj, puis à une culture de citoyenneté musulmane du hajj. Par ailleurs, l’État saoudien est le premier concerné par l’organisation. Il est intéressant de réfléchir à son influence sur les citoyens français.

5Il convient d’étudier comment l’institutionnalisation saoudienne du pèlerinage et au contraire sa désinstitutionalisation française esquissent les contours réciproques des pouvoirs politiques et des pouvoirs religieux.

La politisation française du pèlerinage par sa désinstitutionalisation

L’instrumentalisation politique des croyances religieuses

  • 10 Il s’agit de l’appellation en arabe dialectal au Maghreb et qui signifie grande fête. Mais en arab (...)

6Le judaïsme, le christianisme et l’islam présentent des similitudes puisqu’ils partagent la mémoire commune de la tradition du Prophète Abraham ou Ibra’im en arabe. Mais, en islam, la théologie accorde la priorité à la soumission à Dieu par rapport à la rémission des péchés. Par exemple, pendant le pèlerinage à La Mecque, la fête du sacrifice du mouton de l’Aïd el Kabir10 est la simple commémoration du sacrifice de substitution offert par Abraham à la place de son fils Ismaël, nommé Isma’il en arabe. Il s’agit d’un acte de soumission à l’unicité divine.

  • 11 Les organisateurs sont des guides, des rabatteurs, des associations cultuelles ou des agences de v (...)

7Le processus du sacrifice par la pérégrination se fait aussi bien au nom du divin que pour le compte de ses représentants humains abusant de leur pouvoir qu’il soit sacré ou profane. Ainsi, les alternances entre le référent divin vertical et les références prophétiques horizontales laissent place aux intermédiations humaines obliques initiées par des centres de pouvoirs de nature individuelle ou encore institutionnelle participant à une culture particulière. La culture française d’un pèlerinage mecquois d’immigration maghrébine existe. La particularité du pèlerinage à La Mecque, organisé en France par des acteurs économiques officieux11, réside dans le fait qu’un groupe allant de 10 à 200 personnes soit géré par un seul guide de France affilié à une agence de voyage française. Cela complexifie les rapports de pouvoirs et les échelons décisionnels des acteurs dans l’organisation d’un tel événement. La contestation des conditions difficiles de pérégrination par les pèlerins français musulmans, dont les caractéristiques majoritaires sont les inaptitudes éventuelles concernant le droit français et l’analphabétisme, démontre des préjudices subis dans un rapport de domination, provoquant à long terme une mobilisation collective des pèlerins français en Arabie Saoudite mais aussi en France.

La non ingérence étatique française dans le pèlerinage mecquois

8Il n’y a pas de récupération, de contrôle du politique sur le religieux s’agissant du pèlerinage de La Mecque. Au contraire, c’est le religieux ou encore la société civile confessionnelle française qui exige du politique de s’immiscer dans l’organisation du pèlerinage. En effet, le politique, sous couvert de laïcité, ne participe pas directement à la gestion du pèlerinage, surtout, si les lieux de pérégrination se situent sous l’autorité d’une autre souveraineté étatique, en l’occurrence saoudienne. Le style français du pèlerinage de La Mecque ne se caractérise pas par l’ingérence directe de l’État français dans le déroulement du pèlerinage. Les institutions françaises agissent indirectement sur le pèlerinage de La Mecque par omission, c’est-à-dire en laissant délibérément et historiquement les pratiques coutumières opaques des acteurs économiques, financiers et commerciaux se légitimer, à défaut de pouvoir les légaliser ou de devoir les condamner.

  • 12 Ageron Ch.-R., Les Algériens musulmans et la France, Paris, Éditions Bouchène, 2005.

9Au contraire, ce sont les pèlerins qui exigent une institutionnalisation du hajj. Les premières revendications des pèlerins de France à destination de La Mecque concernent leur santé, l’hygiène et la sécurité. Le domaine sanitaire implique une participation des institutions et des services publics français, à l’image de l’époque coloniale de la France au Maghreb12. Mais la limitation du capital culturel des pèlerins français âgés d’origine maghrébine explique en partie l’absence de leurs revendications au sein des institutions politiques françaises depuis l’abandon de la gestion du hajj par l’État français après l’indépendance de l’Algérie.

  • 13 Roy O., La laïcité face à l’Islam, Paris, Hachette, 2006.
  • 14 Conseil Français du Culte Musulman.
  • 15 Roy O., La sainte ignorance, Paris, Seuil, 2008.

10Il est important de connaître les facteurs de cette désinstitutionalisation. La représentativité sociale des musulmans et la représentation politique du rapport entre l’État et l’islam agissent sur la désinstitutionalisation du pèlerinage de La Mecque. D’abord, la mobilisation des institutions françaises favorables à une politique publique du hajj dépend du potentiel de représentativité des citoyens musulmans qui la revendiquent. Ensuite, l’intervention de l’État français sur l’organisation du hajj dépend de la conception de son rapport au culte. C’est particulièrement la nature de la représentation des musulmans et donc la représentativité confessionnelle13 qui est difficile en France avec le CFCM14 en raison de la diversité ethnique, culturelle et des divergences politiques et doctrinales des musulmans français15.

Quand les pouvoirs économiques se substituent à la puissance publique

11Les institutions françaises ne sont pas directement en contact avec les pèlerins à destination de La Mecque depuis la France. De plus, l’espace de pérégrination que représente La Mecque n’est pas un espace familier, connu, maîtrisé, organisé par les autorités françaises, en dehors des problématiques sanitaires en termes de vaccinations des pèlerins français. Par conséquent, de façon coutumière, les premiers interlocuteurs du champ politique français, c’est-à-dire des institutions françaises, ne sont ni les pèlerins français ni les associations de pèlerins, mais les organisateurs commerciaux et économiques implantés en France, les autorités saoudiennes, les institutions musulmanes en France. Pourtant, un interlocuteur associatif, représenté par « SOS Pèlerin », émerge depuis 2005 et mobilise des pèlerins français pour amorcer une jurisprudence sur le tourisme cultuel, puis un autre « l’association France Pèlerinage ».

12Les caractéristiques des compagnies aériennes dans leur vision actuelle du « marché hajj » ne leur permettent pas de s’ériger en partenaires institutionnels privilégiés pour servir d’intermédiaires entre le pèlerin administré et l’État administrateur en vue d’un assainissement du circuit économique du hajj dans le domaine du transport. Parallèlement, les caractéristiques des agences de voyage pour le hajj ne leur permettent pas de s’ériger en partenaires institutionnels pour servir d’intermédiaires entre le pèlerin et l’État, afin d’assainir les transactions commerciales du hajj, en vu d’une amélioration des conditions de séjour à La Mecque.

  • 16 Loi du 13 Juillet 1982 réglementant les conditions générales du tourisme en France.

13L’organisation du tourisme cultuel nécessite des conditions particulières pour s’inscrire dans un cadre juridique tacite. En dehors des règles générales de la législation française en matière de tourisme16, il n’existe aucune autre règlementation sur la gestion du tourisme cultuel, notamment le hajj. De plus, les dispositifs législatifs du code du tourisme n’ont pas été toujours applicables au tourisme cultuel. Les pèlerins et les voyagistes ont attendu l’année 2007, lors de la condamnation d’une agence de voyage française implantée à Paris, « Ayat Tour », pour faire appliquer la législation sur le tourisme sans exception.

14Ainsi, la politique publique en matière de pèlerinage s’est résumée à confirmer le caractère général et impersonnel du droit français avec l’intervention des trois organes, le pouvoir législatif dans la transposition de la réglementation du tourisme au hajj, le pouvoir exécutif dans l’application de la réglementation par les autorités publiques, et le pouvoir judiciaire dans l’extension du code du tourisme au pèlerinage mecquois. Chaque année, quelques préfectures en France se contentent d’imprimer des centaines de brochures d’informations rédigées par le ministère de l’Intérieur et du Tourisme, puis les transmettent aux centres de vaccinations internationales qui les redistribuent aux pèlerins. Comment la souveraineté saoudienne tiret-elle partie du désengagement français en matière de pèlerinage mecquois ?

La politisation saoudienne du pèlerinage par son institutionnalisation

La double politisation franco-saoudienne du pèlerinage de La Mecque

  • 17 « Bid’a » signifie créer de nouvelles normes religieuses consistant à interdire ou à autoriser des (...)
  • 18 Zeghidour S., « La vie quotidienne de la Mecque, de Mahomet à nos jours », Persée, 1991, no 74, p. (...)

15Concernant le pèlerinage à La Mecque, il n’y a pas d’invention politique de pèlerinages musulmans ou de rituels dans le pèlerinage mecquois du fait de l’interdiction religieuse des actes d’innovations en islam nommées théologiquement bid’a17 par les acteurs sociaux et religieux. Pourtant, il faut nuancer cette position socio-religieuse car il existe des ingérences politiques indirectes. L’immixtion politique dans le pèlerinage de La Mecque a lieu indirectement par des mesures réglementaires royales dans les sphères économiques, financières, urbanistiques, sanitaires, sécuritaires et religieuses. Les autorités saoudiennes n’inventent pas de nouveaux pèlerinages à La Mecque ou de nouveaux rites à l’intérieur de La Mecque. Néanmoins, par la diffusion de guides écrits, elles instaurent des rites que sont des règles établissant une « quotidienation18 » des pèlerins.

16Tandis que le pèlerinage mecquois était un rite d’origine pré-islamique rythmé par l’offrande de l’énergie, de l’espoir, de la confiance du pèlerin en Dieu, sa valeur sociale et politique s’émancipent actuellement par la multiplication des centres de pouvoirs qui y participent. Les centres de pouvoirs participent à la transposition, la traduction et l’interprétation de la règle sacrée en règle profane pour l’établissement d’un désordre social pèlerin. Cela aboutit donc à une pluralité de normes sociales concourantes ou concurrentes selon le statut profane et sacré de leurs auteurs. Il est intéressant de comprendre les identités, les normes, les sources, les pratiques des pèlerins français à destination de La Mecque dans une comparaison dialectique, symétrique, compétitive, du pouvoir profane et du pouvoir sacré à la fois.

17La principale originalité de ce phénomène social est que la rivalité au cœur du hajj n’est pas culturelle. En l’occurrence, il n’y a pas d’opposition culturelle entre l’État français et l’État saoudien. Au contraire, la rivalité est précisément de nature organique ou encore statutaire entre « administrant » et « administré ». Il y a donc une logique politique plus profonde sur laquelle il convient de nous interroger en explorant les interactions entre le religieux et le politique ; le « religieux » étant défini comme tout acteur légitimant ses actes et ses discours sur le fondement du dogme, le « politique » comme tout acteur légitimant ses actes et ses discours sur le fondement de son autorité statutaire. L’appropriation du pouvoir, qu’il soit politique ou religieux, s’effectue par la stratégie de la diffusion, la traduction, l’interprétation, la falsification d’un principe religieux sacré ou politique profane.

Les rituels de pérégrination instaurés par la puissance publique saoudienne

18D’abord la pérégrination est soumise à une délimitation spatiale à l’intérieur de La Mecque, puis à une délimitation temporelle de 30 jours. En cas de violation, le pèlerin s’expose à une double sanction, céleste sacrée par le non agrément de son pèlerinage et terrestre profane par une amende forfaitaire avoisinant les 2 000 euros. Le pèlerin qui effectue la demande d’un « visa hajj » doit avoir un tuteur masculin de la famille si c’est une femme de moins de 45 ans et montrer son carnet international de vaccination dès son arrivée en Arabie. Enfin, la dialectique de la mort et des naissances est banalisée par les agents publics et par les autochtones au point où le pèlerin ne les considère plus comme des événements spécifiques dans l’enceinte sacrée appelée haram.

19Les policiers des mœurs sont les gardiens du haram. Il convient de souligner les deux significations contradictoires du terme arabe « haram ». D’un coté, il veut dire lieu sacré et c’est ainsi que sont nommées les deux grandes mosquées sacrées, l’une à Médine et l’autre à La Mecque. De l’autre coté, il veut dire également l’interdit ou l’illicite. Les deux significations sont opposées car, d’une part, les musulmans se rendent dans l’espace sacré et de l’autre coté, il leur est interdit de franchir l’espace du péché. Concernant la police, de la même façon, elle a deux fonctions opposées mais regroupées en une seule, celle de contrôler les interdits de l’espace sacré du haram, tout en préservant la pureté des lieux. Par exemple, il est interdit aux hommes de délaisser la prière commune aux heures fixées et il est interdit aux femmes de fumer. Aucun contact entre deux pèlerins de sexe opposé ne doit avoir lieu lorsque l’homme n’est pas un des tuteurs de la femme.

L’officialisation de rituels sociaux

  • 19 Doctrine théologique de l’Islam fondée par ‘ Abdul Wahab qui a donné wahhabisme ou encore plus réc (...)
  • 20 Signifie littéralement la voie spirituelle de la justice, dogme ou corpus juridique de hiérarchie (...)

20Il faut préciser que le droit saoudien a institutionnalisé une des interprétations de la jurisprudence doctrinale de l’islam qui est l’école wahhabite19 résultant d’une lecture du Coran restée très littérale et peu évolutive vers un droit positif de la shari’a20. La contextualisation spatio-temporelle de l’interprétation doctrinale ou jurisprudentielle des textes religieux par rapport aux actes et faits juridiques des administrés saoudiens n’est pas prioritaire dans la pensée wahhabite car la lecture ancienne des textes religieux domine et demeure sans réactualisation. Ainsi, il n’y a pas de réflexion personnelle ou de jurisprudence sociétale sur les textes.

  • 21 Hammoudi A., Une saison à La Mecque, Paris, Seuil, 2005 ; « Anthropologie du sacrifice », Esprit, (...)

21Par rapport à l’observance des rites, les fonctionnaires savants wahhabites diffusent un certain nombre de livrets de guide du hajj avec l’interprétation des dogmes, il y est stipulé que « celui qui s’oppose à l’application authentique de la shari’a en Arabie Saoudite ne fait pas partie de la umma, il transgresse la plus gravissime règle de l’unicité divine ». De plus, le wahhabisme comprend un canal de transmission par ses émetteurs puissants, il s’agit particulièrement des libraires saoudiens ou des documentalistes dans les bibliothèques qui offrent des lectures et des ouvrages wahhabites gratuits à Médine pour les musulmans d’Occident. Ils insistent aussi sur les apparences esthétiques sur la voie publique21. Selon de nombreux autochtones, la barbe devient une obligation – elle ne se résume pas à une simple prescription du Prophète Muhammad – et doit atteindre la taille du poing de la main de l’homme.

22Quant à la femme, il ne s’agit pas pour elle de mettre simplement le hijab, recouvrant les cheveux et le cou. Mais, il s’agit de se vêtir du jilbab allant sur les cotés jusqu’aux coudes laissant entrevoir la djellaba du coude jusqu’au poignet. Sur la longueur, le voile doit aller bien au delà des hanches. Cela est mis en évidence par les ouvrages gouvernementaux écrits par les Ulémas en qualités de fonctionnaires et cela est rappelé oralement par les libraires saoudiens. La couleur conseillée pour le voile est le noir, sans motif coloré, ni couture, ni dentelle, la matière est en polyester. Le corps est couvert de trois tissus superposés formant un niqab.

23L’imposition d’une grille de lecture de l’islam crée plusieurs règles avec des contradictions que les pèlerins doivent respecter. Tous les commerces existants dans les lieux du miqat, c’est-à-dire la délimitation spatiale de la pérégrination, à Médine et à La Mecque sont gérés et sont la propriété des hommes, y compris la lingerie fine pour femme et les comptoirs de produits cosmétiques féminins. L’internet est perçu par les agents de police saoudiens comme un outil de mauvaises mœurs pervertissant les jeunes mais surtout les femmes. Les mutawifs, qui sont les guides fonctionnaires saoudiens du pèlerinage, sur décision du gouvernement saoudien, distribuent aussi des tracts de conseils aux voyageurs, en format enveloppe, comprenant trois volets. Il s’agit de prévenir les pèlerins des interdictions wahhabites, et non de l’islam en général, comme l’interdiction pour les femmes de pénétrer dans une mosquée pendant la période de menstruation ou de lochies.

24L’État français se décharge du pèlerinage dans son aspect sécuritaire et sanitaire mais aussi juridique, commercial, économique et politique car il considère qu’il s’agit d’un domaine strictement religieux et donc privé pour chaque citoyen qui pratique une confession. Pourtant, l’accomplissement des rites religieux a un impact direct sur l’ordre public, sur l’intérêt général, sur la santé publique et donc sur le droit du citoyen.

25Cette position révèle le paradoxe des contours de la laïcité qui sélectionne sans critères juridiques distinctifs et objectifs des domaines d’intervention et de non intervention de l’État.

26En France, il y aurait eu un passage historique de la culture coloniale de l’islam contrôlé à la culture d’immigré du hajj négligé, avec une volonté sociale d’aboutissement à la culture de citoyenneté du hajj par l’islam laïcisé. En somme, est en train de se produire un transfert entre la culture immigrée et la culture de citoyenneté du hajj. À l’inverse, l’État saoudien se donne la légitimité de s’immiscer dans la vie quotidienne des pèlerins au nom de sa vision doctrinale de l’islam.

27Pourtant, pour les deux régimes politiques, le rapport entre État et Culte est comparable, il s’agit toujours de styliser par l’action saoudienne ou par l’omission française un pèlerinage politique c’est-à-dire des rituels politiques instaurés, restaurés ou imposés, basés sur des interprétations juridiques non évolutives de la laïcité ou de la shari’a. Le pèlerinage de La Mecque devient politique par une sacralisation de la laïcité française pour la France et une officialisation de l’islam wahhabite pour l’Arabie Saoudite. Au milieu du spectacle franco-saoudien, se joue la mascarade d’intercesseurs et de martyrs aux masques trompe l’œil, un recto politique et un verso religieux.

Bibliographie

Bibliographie

Bayart J.-F., Matière à politique : Le Pouvoir, Les Corps et Les Choses, Karthala, 2004, 256 p.

Blanchard P. et Lemaire S. (dir.), Culture coloniale. La France conquise par son Empire. 1871-1931, Paris, Autrement, 2003.

Blanchard P. et Bancel N., La Fracture coloniale. La société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, La Découverte, 2005.

Bertrand R., Indonésie : la démocratie invisible : violence, magie et politique à Java, Paris, Karthala, 2002, 242 p.

Boutry Ph. et Julia D., Pèlerins et pèlerinages dans l’Europe moderne. Actes du colloque de l’Institut universitaire européen et de l’École française de Rome, 4-5 juin 1993. Rome, Collection de l’École française de Rome, 2000, 518 p.

Chelini J. et Branthomme H., Les chemins de Dieu : Histoire des pèlerinages chrétiens, des origines à nos jours, Paris, 1982.

Dupront A., Du Sacré, Croisades et pèlerinages. Images et langages, Paris, Gallimard, 1987, 541 p Gentile E., Les religions de la politique, entre démocratie et totalitarisme,

Seuil, 2005, 336 p.

Godard B. et Taussig S., Les musulmans en France. Courants, institutions, communautés : un état des lieux, Robert Laffont, 2007, 454 p.

Lascoumes P., « L’usager, un acteur actif de la santé publique », in Cosmopolitiques no 14, mars 2007.

Peters F.-E., Le pèlerinage musulman à La Mecque et aux Lieux Saints, Princeton University Press, 1994, 399 p.

Sayad A., La double absence, Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré. Paris, Seuil, 1999, 438 p.

Notes

1 « Hajj » signifie en arabe littéral « se diriger vers », mais c’est aussi le cinquième pilier de l’Islam que chaque musulman a l’obligation d’accomplir à condition d’en avoir les moyens spirituels, physiques, mentaux, économiques.

2 Arent Van Wensinck, « Se rendre à », « se diriger vers », « hadjdj », dans Encyclopédie de l’Islam, p. 33-39.

3 « Rites » : succession de comportements symboliques (gestes, paroles, signes émanant d’une intention personnelle) répétés suivant un calendrier ou un itinéraire programmé et qui ne recouvrent aucune sanction ou gratification profane.

4 « Rituels » : comportements codifiés par une autorité officielle comme l’État ou officieuse comme un guide sur un territoire à un moment donné, puis qui est susceptible de faire l’objet d’une sanction ou d’une gratification profane.

5 Chantre L., « Se rendre à La Mecque sous la IIIe République », Cahiers de la Méditerranée, no 78, 2009, p. 207-227, en ligne le 15 février 2010, disponible [http://cdlm.revues.org/index4691.html].

6 Ezzerelli, K., « Le pèlerinage à La Mecque au temps du chemin de fer du Hedjaz (1908-1914) », dans Chiffoleau S et Madœuf (dir.), les pèlerinages au Maghreb et au Moyen-Orient, Beyrouth, IFPO, 2005, p. 167-192.

7 Baubérot J., La laïcité falsifiée, Paris, Éditions La Découverte, 2012, 212 p.

8 RATP : Régie Autonome des Transports Parisiens, établissement public à caractère industriel et commercial crée en 1949.

9 Amiraux, V., « L’institutionnalisation du culte musulman en Europe. Perspectives comparées », Mohsen-FInan K., Leveau R. (dir), Musulmans de France et d’Europe, Paris, CNRS, 2005, p. 82-97.

10 Il s’agit de l’appellation en arabe dialectal au Maghreb et qui signifie grande fête. Mais en arabe littéral, au Moyen Orient, la fête est appelée Aïd El Adha. C’est la plus importante fête de l’Islam rappelant le geste d’Ibra’im.

11 Les organisateurs sont des guides, des rabatteurs, des associations cultuelles ou des agences de voyages sans licence.

12 Ageron Ch.-R., Les Algériens musulmans et la France, Paris, Éditions Bouchène, 2005.

13 Roy O., La laïcité face à l’Islam, Paris, Hachette, 2006.

14 Conseil Français du Culte Musulman.

15 Roy O., La sainte ignorance, Paris, Seuil, 2008.

16 Loi du 13 Juillet 1982 réglementant les conditions générales du tourisme en France.

17 « Bid’a » signifie créer de nouvelles normes religieuses consistant à interdire ou à autoriser des pratiques et qui seraient en contradiction et incompatible avec le culte musulman.

18 Zeghidour S., « La vie quotidienne de la Mecque, de Mahomet à nos jours », Persée, 1991, no 74, p. 308-309 disponible [http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr033559851991num7411592t1030800003].

19 Doctrine théologique de l’Islam fondée par ‘ Abdul Wahab qui a donné wahhabisme ou encore plus récemment salafisme consistant à épurer les pratiques religieuse fondamentales contre les influences culturelles anciennes ou contemporaines ou modernes.

20 Signifie littéralement la voie spirituelle de la justice, dogme ou corpus juridique de hiérarchie de normes théologiques comprenant par ordre d’importance, le Coran, la Sunna les recommandations du Prophètes, le fiq’la jurisprudence et l’ijti’ad.

21 Hammoudi A., Une saison à La Mecque, Paris, Seuil, 2005 ; « Anthropologie du sacrifice », Esprit, numéro Janvier 2005, disponible [http://www.esprit.presse.fr/archive/review/article.php?code=7569].

Auteur

Doctorante en Sciences politiques à l’EHESS, en fin de thèse sur la politisation du pèlerinage à la Mecque, sous la direction d’Olivier Roy. Ses travaux concernent les rituels politico-religieux avec des sujets tels que la sacralisation de la laïcité et le culturalisme scientifique, la rhétorique du choc des civilisations.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540