Version classiqueVersion mobile

Politiques du pèlerinage

 | 
Luc Chantre
, 
Paul d’Hollander
, 
Jérôme Grévy

Deuxième partie. Quand les pèlerins politisent un espace religieux

Les Journées mondiales de la jeunesse1 : des pèlerinages sous une forme actualisée ? Stratégies de mise en œuvre et réception dans l’espace public

Ludovic Laloux

Texte intégral

  • 1 Voir le chapitre « La participation française aux Journées mondiales de la jeunesse : points de re (...)

1Les médias, confessionnels ou non, utilisent fréquemment le terme de « pèlerins » pour désigner les jeunes qui participent aux Journées mondiales de la jeunesse, rencontres de jeunes avec le pape qui se déroulent tous les deux ou trois ans à son initiative en différents points du globe. Les autres années, le rassemblement s’effectue à l’échelon des diocèses. À y regarder de plus près, la formule de « pèlerins » peut paraître abusive. Le fait qu’à l’appel du pape des jeunes se réunissent autour de lui ne justifie pas de facto l’emploi de ce terme. De plus, l’absence de sanctuaire, de lieu de pèlerinage ou de reliques à vénérer, comme ce fut le cas à Sydney en Australie en juillet 2008, ne légitime pas non plus l’emploi des termes de « pèlerins » et de « pèlerinages ». Il est vrai que l’expression de pèlerinage est parfois employée en d’autres circonstances, sur les plans politique ou spirituel comme l’évoquait frère Roger Schutz de Taizé qui répétait, souvent, l’invitation à un « pèlerinage de confiance » sans connotation avec un sanctuaire spécifique.

2Sous Pie XII et Paul VI se déroulait à Rome, à l’occasion des Rameaux, une rencontre du pape et des jeunes. Point d’orgue du pontificat de Jean-Paul II, les Journées mondiales de la jeunesse intègrent fréquemment les pèlerinages mais non d’une manière systématique. Dans quelle mesure ces derniers confèrent-ils à ces rencontres une tonalité particulière ? Il convient d’essayer d’apprécier l’ampleur de la participation des jeunes qui bouleverse bien des schémas ecclésiaux préétablis, ainsi que d’appréhender l’importance de ces manifestations qui offrent une indéniable visibilité dans l’espace public et qui conduisent, inévitablement, les dirigeants de la Cité à prendre en compte ce genre d’initiative sur le plan politique. Seront successivement étudiés : les fondements et l’ancrage de l’idée de pèlerinage ; la venue à Saint-Jacques-de-Compostelle en 1989 et à Czestochowa en 1991 en des lieux de pèlerinages séculaires ; depuis 1997 à Paris, des oscillations entre fêtes et pèlerinages.

Fondements et ancrage de l’idée de pèlerinage

  • 2 Jean XIV, 6.

3Le 8 novembre 1978, Jean-Paul II, alors Pape depuis seulement 23 jours, rencontre 10 000 jeunes italiens en la basilique Saint-Pierre de Rome. Son expérience d’aumônier d’étudiants en Pologne, notamment, et cela est important pour ce pays, lors des pèlerinages à pied effectués avec eux à Czestochowa, lui permet de trouver facilement le ton juste. Cette rencontre montre, s’il le fallait, son attachement à la jeunesse. « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie2 » est la phrase d’Évangile qui structure l’exhortation pontificale.

  • 3 Y compris environ 500 Français venus par le biais de l’Emmanuel, de groupes de la basilique du Sac (...)

4Sur la proposition d’un membre du mouvement italien « Communion et libération », Jean-Paul II invite les jeunes à se joindre au jubilé spécial programmé pour eux, en la Ville éternelle, du 11 au 15 avril 1984 au moment où s’achève l’Année sainte commémorant le 1950e anniversaire de la Rédemption. Pour l’organisation de cette vaste rencontre qui rassemble 200 000 jeunes3, le Conseil pontifical pour les laïcs demande aux groupes qui animent le lieu d’accueil romain qu’est le centre San Lorenzo, de l’épauler. Parmi ces organisations figurent : Communion et libération, les Focolari, l’Emmanuel ou encore le Chemin néocatéchuménal.

5Le succès conduit Jean-Paul II à réitérer son invitation l’année suivante, à Rome, d’autant que celle-ci est décrétée « Année internationale de la jeunesse » par l’Organisation des nations unies. Originaires de 60 pays, 250 000 jeunes se rendent à Rome les 30 et 31 mars 1985. Fondatrice des Focolari, Chiara Lubich qui avait prévu pour son mouvement une grande rencontre internationale appelée « Gen Fest », en ce lieu et à cette période de l’année, accepte de transformer son projet pour l’ouvrir à tous ces pèlerins, terme adéquat car il s’agit bien d’un pèlerinage que ces jeunes accomplissent en venant à Rome.

6Lors de ces rencontres de 1984 et de 1985, l’appellation de « Journées mondiales de la jeunesse » n’a pas cours. Pourtant, l’impulsion est déjà donnée : démarche de pèlerinage en se rendant à Rome ; chemin de croix autour du Colisée, catéchèses dans les basiliques et confessions jalonnent ces journées romaines. En 1984, au moment de refermer la Porte sainte de la basilique Saint-Pierre de Rome, Jean-Paul II remet aux jeunes la croix de l’Année sainte. Désormais, cette croix pérégrine car elle est présente à chacune des Journées mondiales de la jeunesse. Entre deux rencontres, elle circule dans le pays d’accueil et est dressée lors de temps de prière préparatoires au rassemblement mondial.

7La première Journée mondiale de la jeunesse est prévue aux Rameaux 1986 à l’échelle des diocèses avec un rythme tous les deux ans. Dans le cadre de l’Hexagone, cette proposition ne recueille que très peu d’échos et ne se concrétise guère. En alternance, l’autre année est prévue au plan international. Le 12 avril 1987, la première rencontre mondiale se déroule en Argentine à Buenos Aires avec 700 000 jeunes, en réalité essentiellement avec des Argentins. Prévue par la Commission épiscopale enfance-jeunesse, l’effectif de la délégation officielle française, assez dérisoire, se limite à la venue de sept jeunes provenant chacun de l’un des mouvements suivants : Focolari, Guides de France, Jeunesse étudiante chrétienne, Jeunesse indépendante chrétienne féminine, Mission étudiante, Mouvement eucharistique des jeunes et Scouts de France. L’effectif des Français triple finalement en raison de la venue de 16 jeunes (Emmanuel, Équipes Notre-Dame jeunes, Scouts unitaires de France, Guides et scouts d’Europe, Fédération sportive et culturelle de France, Conférence internationale catholique du scoutisme) invités par les instances romaines. Aucune dimension de pèlerinage n’apparaît ici.

Saint-Jacques-de-Compostelle (1989) et Częstochowa (1991) : lieux de pèlerinages séculaires

  • 4 Jean XIV, 6.

8En revanche, la situation diffère en 1989. Haut lieu de pèlerinage depuis l’époque médiévale, Saint-Jacques-de-Compostelle est le site retenu. Pour faciliter la venue des jeunes, la rencontre se déroule durant l’été : les 19 et 20 août 1989. Le thème de ces journées reprend celui de l’exhortation du 8 novembre 1978 : « Je suis le chemin, la vérité et la vie4. » La première partie de la phrase apparaît tel un écho aux jeunes venus nombreux, non pas seulement en car mais aussi à pied, voire en vélo ou en bateau. L’idée de pèlerinage préside dans les programmes des différents groupes qui convergent vers le sanctuaire apostolique. Elle apparaît visible et concrète pour les jeunes réunis auprès du Pape au Mont-de-la-Joie qui est le lieu d’où les pèlerins, arrivant par le Camino francés, découvrent pour la première fois Saint-Jacques-de-Compostelle.

9Force est de constater que les instances officielles françaises manifestent une réelle inertie à solliciter les jeunes pour participer à cet événement : plusieurs dizaines de diocèses n’organisent rien et seuls 18 évêques français effectuent le déplacement à Saint-Jacques-de-Compostelle. La plupart des mouvements de jeunes habituellement en lien avec l’épiscopat, notamment par l’octroi de subventions, refusent de venir ou envoient des jeunes d’une manière parcimonieuse. À l’évidence, une inertie se manifeste du côté ecclésial en France.

  • 5 Guide pour Compostelle – Pèlerins pour l’an 2000, Paris, Le Sarment Fayard, 1989, 384 p.

10En revanche, dès le printemps 1988, un premier groupe de laïcs s’était organisé pour inviter des jeunes à y participer dans le cadre d’une association « Aventure volontaire » qui avait mis au point un projet intitulé « Ultreia », nom éloquent rappelant le vieux cri des Jacquaires. Outre cette première initiative, deux associations françaises de fidèles se distinguent par la qualité et l’ampleur de leur engagement franc et massif : l’Emmanuel et « Jeunes chrétiens services » (JCS), fondée par Philippe de Saint-Germain, qui est une organisation à laquelle s’en agrègent d’autres, notamment les Guides et scouts d’Europe et les Scouts unitaires de France. Avec respectivement 2 000 et 6 000 jeunes, l’Emmanuel et JCS regroupent la moitié des pèlerins français. Le projet de JCS s’intitule « Pèlerins pour l’an 2000 » et s’accompagne d’un livre5 publié spécialement à l’intention des jeunes pèlerins qui se joignent à l’initiative. Il propose six itinéraires avec des animateurs spécifiques :

  • la route occidentale ou chemin du Mont-Saint-Michel : le jésuite André Manaranche ;
  • la route du ponant ou chemin de Paris, avec des pèlerins venant de Częstochowa : la communauté des Serviteurs de Jésus et de Marie ;
  • la route bénédictine ou chemin de Vézelay : la communauté Saint-Jean ;
  • la route orientale ou chemin de Lyon, du Puy, de l’Aubrac (avec regroupement de ceux qui proviennent de Châteauneuf-de-Galaure, Ars, Paray-le-Monial, Taizé) : Mgr Guy Bagnard, évêque de Belley-Ars, et Mgr Henri Brincard, évêque du Puy-en-Velay ;
  • la route du levant ou chemin d’Arles (co-organisé avec des Italiens) : le père Mansour Labaky, prêtre libanais ;
  • la route maritime appelée « Flottille Saint-Jacques » est un pèlerinage réalisé en lien avec la Guilde européenne du Raid. Au départ de la Trinité, son objectif de navigation est La Corogne à 60 kilomètres de Saint-Jacques-de-Compostelle. « L’Étoile », bateau-école de la Marine nationale, accompagne les embarcations jusqu’en Espagne.

11Les propositions de JCS se calquent sur les grandes routes traditionnelles de pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle. La coordination nationale JCS met en place un système de comités locaux pour relayer son action dans une soixantaine de départements. Des haltes spirituelles ponctuent les itinéraires envisagés. « Jeunesse lumière » anime des cérémonies au Mont-Saint-Michel. Celles de Fongombault et de Randol le sont par les moines des deux abbayes. Dom Forgeot, abbé de Fongombault, et Dom de Lesquen, abbé de Randol les président respectivement. À Lourdes, le père Daniel-Ange prêche pour les jeunes venant des différents groupes de Jeunes chrétiens services. Dans la Cité mariale, l’organisation participe à l’animation de la prière le soir du 14 août avec la communauté de l’Emmanuel et le pèlerinage national. Au total, 18 groupes diocésains confient à JCS l’organisation de leur pèlerinage qui coordonne également celui d’autres associations en apportant l’appui de son infrastructure. Ainsi en est-il pour « Cap Vrai-Jeunesse et Marine ». Cette association organise un pèlerinage maritime en rassemblant une centaine de bateaux constituant la « Flottille Saint-Jacques », à laquelle participe la branche « jeunes » de l’Aide à l’Église en détresse (AED). Partant des grands ports européens, les embarcations rallient La Corogne, via des ports tels Les Sables-d’Olonne ou La Rochelle. Le groupe « VTT vers Saint-Jacques », recevant également l’appui de JCS, se constitue pour l’occasion de la rencontre. Grâce à des vélos tout terrain, des jeunes rejoignent le but ultime de leur pèlerinage en partant de Paris et en passant par Rocamadour, Moissac, Lourdes, Roncevaux, Burgos, León et Sarria. Des tronçons sont accomplis en car. Liés également à JCS, d’autres pèlerins partent à cheval.

12Le projet « Jeunes pour Jésus » de l’Emmanuel ponctue également son pèlerinage par le passage en de hauts lieux de l’histoire de la chrétienté. Ainsi, après un départ de Paray-le-Monial, des étapes ou plutôt des haltes spirituelles, sont-elles organisées au Puy-en-Velay, à Rocamadour, Conques, Lourdes, Xavier et León. À Paray-le-Monial, il s’agit de se placer sous le rayonnement du Christ. Au Puy-en-Velay, la protection de la Sainte Vierge est implorée. Un temps d’adoration est proposé à Sainte-Foy, de même à Lourdes au cours de la nuit entière. Le passage par Xavier offre l’occasion de rappeler l’importance de l’évangélisation avec cette localité où est né saint François-Xavier. À León, est proposée la vénération de la Croix de l’Année sainte. Cette route internationale partant de Paray-le-Monial est placée sous la présidence de Mgr Albert-Marie de Monléon, évêque de Pamiers, et de Mgr Guylac.

13D’autres initiatives, plus modestes, existent également. D’autres groupes mettent aussi sur pied des propositions très variées. Les frères et sœurs de la communauté Saint-Jean organisent un pèlerinage-retraite, débutant dès le 5 août, pour des jeunes de 20 à 30 ans. L’itinéraire programmé retient les lieux suivants : Paris, Vézelay, La Chaise-Dieu, Le Puy-en-Velay, Le carmel de Saint-Sever, Lourdes et Saint-Jacques-de-Compostelle. Le père Pierre-Marie de la Trinité prêche les conférences spirituelles qui alternent avec des temps de prière, des marches et des visites de sanctuaires. Les Foyers de charité de Tressaint (22), Châteauneuf-de-Galaure (26) et Courset (62), ainsi que la communauté de Larchant (77) avec le père Alain Bandelier retiennent également une démarche similaire. Les Coopérateurs paroissiaux du Christ-Roi réservent à de jeunes hommes de plus de 17 ans l’offre de se joindre à leur proposition de marche et de prière, de Lugo à Saint-Jacques-de-Compostelle, du 11 au 23 août. Joyeuse lumière propose un pèlerinage du 16 au 22 août. Dans un esprit de pauvreté, d’effort et d’amitié, les Goums organisent plusieurs routes à pied pour des jeunes de 20 à 25 ans : la route française suit les rives de l’Aubrac en direction de Toulouse où elle retrouve la route italienne afin de se diriger ensemble vers Lourdes ; en Espagne, un autre itinéraire conduit les pèlerins de Saragosse à Burgos. Le Groupement d’activités catholiques internationales (GACI) prévoit d’insérer la participation à la rencontre internationale dans une traversée de l’Espagne (Madrid, Tolède et Avila) permettant de goûter la richesse et la spiritualité du pays. Les jeunes handicapés de Foi et Lumière se rendent directement en Galice par un train spécialement affrété pour eux. L’abbé Jean-Luc Morand et une quinzaine de jeunes pérégrinent de la mi-juillet à la mi-août sur la partie française de l’un des chemins de Saint-Jacques. L’émission Le Jour du Seigneur retransmet à la télévision les eucharisties dominicales célébrées successivement au Puy-en-Velay, à Cahors, Moissac, Sauveterre-de-Béarn et Saint-Jean-Pied-de-Port.

14La préparation spirituelle de ces groupes pour se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle accompagne la pérégrination et témoigne d’une authentique démarche de pèlerinage. Elle contraste avec la veillée au Mont-de-la-joie. À l’issue des Journées mondiales de la jeunesse à Saint-Jacques-de-Compostelle, le journaliste Gérard Leclerc fustige dans les colonnes de l’hebdomadaire France catholique, le spectacle mièvre et insipide donné le 19 août 1989 au soir, en présence du pape et des jeunes. Selon lui, ni le fond ni la forme des productions scéniques n’étaient adaptés à la foule des pèlerins présents. À propos de cette veillée, la cassette vidéo coproduite par Antenne 2 et l’émission de télévision Le Jour du Seigneur relève de la même veine. Constituée d’extraits de cette soirée, elle accorde davantage de temps au chanteur sur l’estrade dont les prestations s’intercalent entre les trois interventions pontificales (en italien, espagnol et français) d’une vingtaine de minutes, qu’aux propos du pape lui-même. Pour bien des pèlerins, le décalage s’avère manifeste entre la préparation antérieure et le niveau spirituel régulièrement nivelé au cours de la veillée par les prestations du chanteur.

  • 6 « Pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle », CEF-AP (24-30 octobre 1989), Paris, Conférence des (...)

15Quelques semaines plus tard, en octobre 1989, se déroule l’assemblée plénière annuelle de l’épiscopat. Signé par quatre personnes dont deux évêques, un compte rendu de huit pages6 donné lors d’un huis clos aux évêques est éloquent. Pas une seule fois l’association Jeunes chrétiens services, organisation qui a amené un pèlerin français sur trois, ne se trouve mentionnée. En revanche sont cités le Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC) et la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) qui n’étaient pas présents. De plus, lors de cette assemblée plénière de l’épiscopat, est élu comme président de la Commission épiscopale enfance-jeunesse Mgr Pierre Pican, évêque de Bayeux-Lisieux, et l’abbé Paul Destable, jusque-là délégué diocésain à l’Apostolat des laïcs pour le diocèse de Clermont, est nommé secrétaire national de l’Apostolat des laïcs. Or, dans leurs diocèses respectifs, ces deux personnes n’avaient strictement rien mis en œuvre pour inciter des jeunes à se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle.

  • 7 Jean Coquant, compte rendu du Conseil épiscopal du diocèse de Lille, no 683, 4 août 1990, 4 p., p. (...)

16Après une dimension apostolique avec Saint-Jacques-de-Compostelle en 1989, la destination retenue pour 1991, le sanctuaire marial de Jasna Góra à Częstochowa en Pologne, offre une autre dimension spirituelle. De plus, à une époque marquée par d’incessantes discussions à propos du traité de Maastricht, cette invitation pontificale à Częstochowa rappelle que l’Europe fonctionne avec deux poumons, l’un à l’Est, l’autre à l’Ouest. En même temps, ce double choix paraît prémonitoire à une époque de bouleversements politiques qui frappent l’Europe de l’Est en ces années 1989-1991 : 100 000 jeunes Soviétiques profitent du vacillement de leur pays pour participer en août 1991 à la rencontre de Częstochowa. Du côté français, la mobilisation s’avère plus grande qu’en 1989. Néanmoins, 17 diocèses n’organisent rien et seuls 24 évêques français, soit le quart de l’épiscopat, effectuent le déplacement. Dans le diocèse de Lille, lors d’une réunion du conseil épiscopal dirigé par Mgr Jean Vilnet, le vicaire épiscopal Jean Coquant déclare vouloir « neutraliser le pèlerinage “maritime” organisé à Dunkerque par les “petits gris”7 ». Preuve de la dimension de pèlerinage, plusieurs évêques pérégrinent auprès des pèlerins comme le cardinal Jean-Marie Lustiger ou Mgr Pierre Molères, évêque de Bayonne, qui accomplit avec des jeunes une centaine de kilomètres à pied.

17Deux ans plus tard, le rapport d’un délégué diocésain à l’Apostolat des laïcs de la région parisienne, présent à la rencontre de Denver (1993), relève :

  • 8 « Denver 1993 – 8e JMJ », rapport de l’abbé Jacques Turck, Archives du Secrétariat général pour l’ (...)

« Le thème proposé par Jean-Paul II aurait pu être le fil conducteur de ce pèlerinage. Il a été traduit à bon escient par une réflexion sur la solidarité, mais n’a pas été géré avec suffisamment de précision. Nous sommes passés d’un séminaire d’été à une marche dans les Rocheuses pour aboutir à une réconciliation sacramentelle sans que le lien entre ces diverses formes d’activités ne se fasse autour de la phrase proposée en exergue par Jean-Paul II : “Je veux qu’ils aient la vie et qu’ils l’aient en abondance”8. »

18Sur place, les questions de logistique primèrent souvent sur la qualité liturgique et aucune réunion ne se tint entre responsables sur le fond de la démarche. Le passage par l’Asie avec les Journées mondiales de la jeunesse de Manille en janvier 1995 est, pour beaucoup de Français, la prise de conscience du dénuement que connaissent les Philippins. Cependant, Français et autres Occidentaux constatent que la pauvreté matérielle de leurs hôtes n’altère en rien leur qualité de cœur et leur profondeur spirituelle : ni esprit festif au sens occidental, ni pèlerinage, mais communion avec un peuple pétri de christianisme qui rayonne de sa foi. Tels sont les enseignements qui s’imposent à l’issue de la rencontre de Manille.

Depuis 1997 à Paris, oscillations entre fêtes et pèlerinages

19Initialement envisagées en Afrique, les Journées mondiales de la jeunesse de 1997 se déroulent finalement en France, pays occidental qui entretient des liens étroits avec ce continent et qui paraît le mieux à même d’accueillir une telle rencontre. Cette année-là, pour la première fois, les Journées mondiales de la jeunesse comprennent deux phases : un accueil décentralisé dans chacun des diocèses de la France métropolitaine suivi par la rencontre de Paris. L’innovation qu’est le premier point se trouve diversement appréciée : en plusieurs occasions, crêpes ou bal folk priment sur soirée spirituelle ou temps de prière. Dans la capitale française, des courses de sac organisées par des scouts rivalisent avec des baignades dans les fontaines publiques. Certes les catéchèses des évêques sont suivies assidûment et la remarquable soirée baptismale du samedi à Longchamp offre une dimension spirituelle particulièrement intense mais pour l’ensemble de la rencontre, à l’évidence, la dimension de pèlerinage nettement perceptible jusque-là s’estompe au profit de « la fête » planifiée par des organisateurs pour les jeunes. Le seul pèlerinage finalement accompli est effectué par Jean-Paul II lui-même en se rendant, à Chalô-Saint-Mars dans l’Essonne, sur la tombe de son ami le professeur Jérôme Lejeune auquel il rend ainsi un hommage silencieux et discret.

20Sur le plan épiscopal, presque tous les évêques français sont présents. Un seul mouvement de jeunes, le Mouvement rural de jeunesse chrétienne, pourtant largement subventionné par l’épiscopat, refuse ostensiblement de venir. Plus marquant que le changement ecclésial est peut-être l’attitude des médias. Jusque-là assez discrets à l’égard des Journées mondiales de la jeunesse, ils offrent une couverture relativement bienveillante à l’égard de l’événement, à commencer par les chaînes de télévision qui présentent plusieurs soirs de suite aux journaux télévisés de 20 heures les délégations étrangères et celles des départements et territoires d’Outre-mer. Le ton des médias tranche avec des critiques formulées à propos d’autres faits ecclésiaux. À l’issue de la rencontre, Jacques Julliard devait d’ailleurs déclarer dans Le Nouvel observateur :

  • 9 Jacques Julliard, « Nostra culpa... mea culpa », Le Nouvel observateur, 28 août 1997.

« Une fois de plus, avec une troublante persévérance, les médias se sont ingéniés, jusqu’au phénoménal succès de ces Journées mondiales de la jeunesse, à n’y rien comprendre... Car c’est bien, une nouvelle fois, à un conflit entre l’opinion des élites et celle du peuple que nous avons assisté. Leurs Jean-Paul II ne se ressemblent guère. Celui des élites est un gendarme du sexe, grincheux et réactionnaire. Celui des foules est un prophète de l’amour9. »

21En 2000, à Rome, si certaines scènes parisiennes se renouvellent, auxquelles s’ajoutent les arrosages par des lances à incendie, une tonalité différente apparaît lorsque le samedi 19 août, dès le petit matin, les jeunes effectuent à pied les 12 kilomètres qui séparent Rome de Tor Vergata, lieu prévu pour la veillée pontificale et la messe de clôture du lendemain. Les organisateurs voulaient concrétiser symboliquement leur venue en ce lieu par un pèlerinage. L’esprit de fête est présent mais il n’éclipse pas la démarche de pèlerinage et une profondeur spirituelle. Ce n’est pas un hasard, du reste, si les sacrements (eucharistie et confession) demeurent toujours au centre des Journées mondiales de la jeunesse comme l’attestent les longues files de jeunes devant les confessionnaux du Cirque Maxime de Rome, en l’an 2000, et du Duc in altum Park de Toronto en juillet 2002. Dans cette dernière localité, le chemin de croix se déroule en plein cœur de la ville sur l’avenue University bordée des principaux hôpitaux de Toronto. Le choix de Cologne pour le mois d’août 2005 s’explique notamment par l’invitation à vénérer des reliques des rois mages en la cathédrale du lieu. À l’achèvement du séjour, les 800 000 jeunes présents, parmi lesquels 70 000 Français, convergent vers Marienfeld – la Prairie de Marie – à 25 kilomètres au sud-ouest de Cologne. Comme de Rome à Tor Vergata cinq ans plus tôt, la dimension de pèlerinage se maintient par cette pérégrination que la plupart des jeunes effectuent à pied. De même en est-il en juillet 2008, après la participation au chemin de croix à Sydney, lorsque les jeunes quittent cette ville pour se rendre à pied à environ sept kilomètres de là pour rejoindre l’hippodrome de Randwick afin de participer à la veillée pontificale et à l’eucharistie de clôture du lendemain. En août 2011, un chemin de croix particulier est organisé au cœur de Madrid : la principale avenue de la capitale espagnole, le Paseo de la Castellana, accueille les pasos, ou trônes de la Semaine sainte, provenant de plusieurs grandes villes du pays et qui constituent les différentes stations. La rencontre s’achève par un déplacement de plusieurs kilomètres en direction de l’aéroport de Cuatro Vientos pour la dernière veillée et la messe de clôture du 21 août.

Conclusion

  • 10 Tel est d’ailleurs le cas pour les Journées mondiales de la jeunesse, en 2013, à Rio de Janeiro au (...)

22Si des démonstrations parfois très festives et l’absence de sanctuaire au lieu de la rencontre des Journées mondiales de la jeunesse conduisent à estomper parfois l’idée de pèlerinage, le cheminement des jeunes demeure soutenu par les catéchèses épiscopales, les exhortations pontificales, la vénération de la Croix héritée de l’Année sainte 1983-1984, la réception du sacrement de confession, le chemin de croix en public un vendredi et les différentes eucharisties constituent autant de jalons spirituels de nature à permettre à ces jeunes de renouer au mieux avec leur foi, ce qui correspond à une authentique démarche de pèlerinage. Ainsi, à défaut de lieux de pèlerinage pour certaines Journées mondiales de la jeunesse10, la conduite des jeunes demeure-t-elle bien celle de pèlerins.

Notes

1 Voir le chapitre « La participation française aux Journées mondiales de la jeunesse : points de repère d’un ralliement tardif », dans Ludovic Laloux, Passion, tourment ou espérance ? Histoire de l’Apostolat des laïcs, en France, depuis Vatican II, Paris, Éd. de Guibert, 2002, 410 p., p. 305-323.

2 Jean XIV, 6.

3 Y compris environ 500 Français venus par le biais de l’Emmanuel, de groupes de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre à Paris et d’un groupe de Bordeaux.

4 Jean XIV, 6.

5 Guide pour Compostelle – Pèlerins pour l’an 2000, Paris, Le Sarment Fayard, 1989, 384 p.

6 « Pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle », CEF-AP (24-30 octobre 1989), Paris, Conférence des évêques de France, 1989, 525 p., p. 467-474.

7 Jean Coquant, compte rendu du Conseil épiscopal du diocèse de Lille, no 683, 4 août 1990, 4 p., p. 2. L’appellation de « petits gris » vise, en raison de la couleur de leur vêtement, les frères de la communauté Saint-Jean.

8 « Denver 1993 – 8e JMJ », rapport de l’abbé Jacques Turck, Archives du Secrétariat général pour l’Apostolat des laïcs, 3 septembre 1993, 5 p.

9 Jacques Julliard, « Nostra culpa... mea culpa », Le Nouvel observateur, 28 août 1997.

10 Tel est d’ailleurs le cas pour les Journées mondiales de la jeunesse, en 2013, à Rio de Janeiro au Brésil.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bordeaux IV. Il a publié Le Mouvement eucharistique des jeunes (MEJ), Paris, Fayard, 1988 ; Passion, tourment ou espérance ? Histoire de l’Apostolat des laïcs, en France, depuis Vatican II, Paris, Éd. de Guibert, 2002 ; Histoire du christianisme au XXe siècle, Paris, Éd. de Guibert, 2004 et, en collaboration avec Michel Emmanuel et Élisabeth Masson-Leruste, Histoire des Associations familiales catholiques. Un siècle d’action civique et sociale, Paris, Éd. de Guibert, 2005.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search