Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du pèlerinage

 | 
Luc Chantre
, 
Paul d’Hollander
, 
Jérôme Grévy

Deuxième partie. Quand les pèlerins politisent un espace religieux

Les pèlerinages d’hommes dans la France des années 1890-1900

Christian Sorrel

Texte intégral

  • 1 Maës B., « Les pèlerinages de 1873, préparation d’une restauration monarchique ? », P. dHollander(...)

1Les historiens évoquent régulièrement les pèlerinages de la décennie 1870 liés à la politique de l’Ordre moral, même si leur lecture est parfois réductrice1. Ils ignorent en revanche les pèlerinages d’hommes de la fin du XIXe siècle et du début du siècle suivant. Il est vrai que ceux-ci sont dispersés et surtout éphémères. Ils n’en jouent pas moins un rôle significatif dans la conjoncture qui porte la France de la IIIe République du Ralliement à la Séparation et leur organisation permet de questionner à nouveaux frais le processus de politisation du religieux et le renouvellement des formes de mobilisation des foules croyantes. Sans prétendre à l’exhaustivité dans une enquête rendue malaisée par la rareté des sources, il importe, dans un premier temps, de prendre la mesure du mouvement pour analyser ensuite la manière dont le rapport du politique et du religieux se noue au cœur de ces manifestations et comprendre leur déclin ou, plus fondamentalement, les déplacements qui leur sont associés dans le catholicisme national.

Un bref élan

2L’organisation de pèlerinages d’hommes dans la France de la fin du XIXe siècle s’inscrit pour partie dans le prolongement de la mobilisation pèlerine des années 1870, dont la retombée avait été rapide dès la fin de la décennie, marquée par la victoire républicaine. Elle s’enracine dans la prise de conscience que les hommes – donc les électeurs – constituent le point faible du maillage paroissial et diocésain, malgré la place occupée par les hommes d’œuvres, des notables en majorité, dans la vie de l’Église. Le « respect humain », ennemi redoutable, les tient trop souvent éloignés du confessionnal et de l’autel, ce dont les anticléricaux ne manquent pas de tirer argument pour disqualifier le catholicisme, tout juste valable pour les femmes et les enfants. Il importe dès lors de ranimer les ardeurs viriles en faisant nombre et en se rendant visibles aux yeux des adversaires.

  • 2 Une enquête nationale à travers les « Semaines religieuses » serait nécessaire pour préciser la ch (...)
  • 3 Revue du diocèse d’Annecy, 1888-1897 ; Sorrel C., « Les sanctuaires contemporains entre ancrage ré (...)
  • 4 Les Hommes à Notre-Dame du Laus. Le pèlerinage des trois mille le samedi 20 et le dimanche 21 juin (...)

3Les premières initiatives diocésaines en ce sens prennent forme à la fin des années 1880 dans des pays de tradition chrétienne dont une fraction des électeurs catholiques cède à la tentation de la « double conscience » en votant pour la gauche républicaine2. Le diocèse d’Annecy organise en 1888 un convoi d’hommes vers le sanctuaire suisse de Notre-Dame des Ermites à Einsiedeln. Il renouvelle sa démarche en 1890 à Paray-le-Monial, en 1892 à Einsiedeln, en 1895 à Saint-Maurice d’Agaune, en Valais, et en 1897 à Myans, centre marial du diocèse de Chambéry3. De son côté, l’abbé France, directeur de La Croix de l’Isère, organise dans le diocèse de Grenoble les « pèlerinages des mille » vers la montagne de La Salette. En 1896, le diocèse de Gap suit son exemple en invitant les hommes à Notre-Dame du Laus à l’initiative de La Croix des Hautes-Alpes4.

  • 5 Jean-Baptiste Lemius est affecté à Montmartre en 1893 après deux ans de supériorat au sanctuaire d (...)
  • 6 Lemius J.-B., Montmartre, les pèlerinages d’hommes au Sacré-Cœur, Paris, Imp. Levé, 1894, 15 p.
  • 7 Manuel des Hommes de France au Sacré-Cœur, Paris, Bureau de la Basilique, 1905, p. 22-28 ; Benoist (...)

4Dans le même temps, le supérieur des chapelains de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, le Père Jean-Baptiste Lemius, oblat de Marie Immaculée, s’intéresse à la mobilisation des hommes dans le sillage des pèlerinages ouvriers organisés à Rome par Léon Harmel et des manifestations programmées à Reims pour le quatorzième centenaire du baptême de Clovis5. Il publie une brochure sur ce thème en 1894 et fonde les « Hommes de France voués au Sacré-Cœur », dotés en 1898 d’un organe, Le Drapeau du Sacré-Cœur6. Ils sont bientôt intégrés à l’Archiconfrérie du Sacré-Cœur de Jésus et rattachés à sa seconde section, celle des Adorateurs perpétuels, par la décision de l’archevêque de Paris, le cardinal Richard, et du pape Léon XIII7.

  • 8 Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. 19, 1981, col. 1297-1298.
  • 9 Poulat É. (éd.), Utopie ou anticipation ? Le « Journal d’un prêtre d’après-demain » 1902-1903 de l (...)
  • 10 Veuillot F., Les Hommes de France à Lourdes. Souvenirs du pèlerinage national d’hommes du 17 au 21 (...)

5L’initiative du Père Lemius ne vise cependant au départ qu’à conforter l’attraction du sanctuaire montmartrois, et c’est la rencontre de l’abbé Henri Fontan qui lui donne une autre ampleur. Ce dernier est le disciple de l’un des abbés démocrates, Théodore Garnier, collaborateur de Léon Harmel, mais aussi du Père Lemius, fondateur de l’Union nationale, directeur du Peuple français, qui se fait le promoteur, à la suite des encycliques de Léon XIII, d’une action sociale dans le cadre républicain et incite le clergé paroissial à sortir de la sacristie pour rejoindre les ouailles les plus éloignées8. Supérieur des Missionnaires du travail créés à Tarbes en 18939, l’abbé Fontan agit auprès des paysans puis des ouvriers et rêve « d’entraîner les hommes à Lourdes [...] afin que, de leur foule, un grand cri de reconnaissance et d’amour, d’hommage et de supplication montât jusqu’au trône de Dieu par les mains de sa Mère10 ». Le projet, approuvé par des directeurs d’œuvres ou de pèlerinages et par les Pères du Sacré-Cœur de Bétharram, chapelains du lieu, piétine cependant jusqu’à l’intervention du Père Lemius à la demande de l’abbé Fontan, qui plaide pour une démarche bien distincte du « pèlerinage national » organisé par les Assomptionnistes et tourné en priorité vers les malades. Les deux prêtres s’appuient aussi sur les initiatives prises par Léon XIII à l’approche du nouveau siècle qu’il consacre en 1899 au Cœur de Jésus dans un « solennel hommage d’adoration et de reconnaissance », doublé d’une expiation pour les souillures du siècle écoulé (encyclique Annum sacrum).

  • 11 La Croix, 3-4 février 1901.
  • 12 Lagrée M., Religion et cultures en Bretagne 1850-1950, Paris, Fayard, 1992, p. 192.

6De 1899 à 1901, sans atteindre les records des années 1870, les pèlerinages nationaux se succèdent à Lourdes (avril 1899, avec de 50 000 à 70 000 hommes à l’apogée du rassemblement, et avril 1901), Rome (4 000 en mai 1900) et Paray-le-Monial (35 000 en juin 1901). Les démarches locales prennent le relais, à l’exemple des diocèses du Mans (5 000 hommes à Notre-Dame du Chêne, 1899), de Chambéry (8000 à Notre-Dame de Myans, 1899) et de Valence (1500 à Notre-Dame de Fresneau, 1899). « Nous voulons une religion virile, fortement appuyée sur des milliers d’apôtres, où les hommes du peuple soient rapprochés de Dieu, ramenés à la foi, formés à une certaine piété », affirme un rédacteur de La Croix en souhaitant que le XXe siècle soit celui de « l’évangélisation des hommes11 ». L’objectif est clair, « multitudinaire12 », interclassiste et national, comme le souligne le même quotidien en décrivant le pèlerinage de 1899 à Lourdes :

  • 13 La Croix, 21 avril 1899.

« Tous les rangs sociaux sont confondus dans la fraternité chrétienne : le paysan coudoie le patricien, les ouvriers et les patrons unissent leurs voix et leurs âmes. Tous chantent ou prient avec ces accents de la force surhumaine qu’on n’entend qu’à Lourdes... Toutes les langues et [tous les] patois de France se sont donné rendez-vous pour chanter d’un même cœur les louanges de la Très Sainte Vierge13. »

  • 14 Les Hommes à Notre-Dame du Laus..., op. cit., p. 15.
  • 15 Veuillot F., Les Hommes de France..., op. cit., p. 63.

7Il s’agit, en cet âge des foules qui fascine et inquiète les contemporains, tel Zola, visiteur critique du sanctuaire pyrénéen, de créer un nouvel habitus pour que les hommes se montrent « chrétiens partout dans leurs familles, dans leurs paroisses et dans le monde » en les conduisant à se « montrer chrétiens sur les lieux de pèlerinage14 ». « On est jeté tout hors de soi-même à la vue de ces manifestations puissantes ; on est secoué par les grands cris de la foule ; on tressaille avec la multitude ; on sent vibrer en soi toute l’âme du peuple au plus profond duquel on est éperdu. Souvent on est remué jusqu’au cœur et frémissant jusqu’à la moelle des os devant un élan de piété merveilleuse et de foi sereine... On ne raisonne point ; on admire, et l’on est heureux », commente le secrétaire du Père Lemius, François Veuillot, fils d’Eugène et neveu de Louis15.

  • 16 Ibid., p. 30.
  • 17 Ibid., p. 25-26.
  • 18 La Croix, 24 mai 1900 ; Veuillot F., Les Hommes de France à Rome. Le jubilé, la canonisation du bi (...)
  • 19 Veuillot F., Les Hommes de France..., op. cit., p. 63.
  • 20 Ibid., p. 9.

8Les pèlerinages d’hommes adoptent sans doute les rites propres aux sanctuaires ou ceux diffusés depuis Lourdes, telle la procession aux flambeaux. Mais ils leur confèrent une ampleur inédite, comme en 1899 à Lourdes même où la procession du Saint-Sacrement quitte pour la première fois le domaine de la Grotte en « enlaçant la ville entre les anneaux d’une chaîne ininterrompue de bannières et de cantiques16 ». Dans le même temps, ils valorisent les démarches d’expiation et d’affirmation de la foi sous la forme de dialogues sonores entre le prédicateur, qui « jette les invocations », et la foule, qui les reprend en « un écho vivant, un écho pétri d’âmes17 ». Le modèle est fixé à Lourdes en 1899 autour de quatre étapes qui sont associées l’année suivante, à Rome, aux quatre basiliques majeures18 : rénovation des promesses du baptême et de la confirmation, proclamation du Décalogue, profession de foi et consécration au Sacré-Cœur et à la Vierge. Toutes revêtent un « double caractère : individuel en tant que chacun des assistants se proclame chrétien pour prendre son rang dans la grande armée de Dieu qui doit relever la patrie ; national en tant que, par la voix de ses représentants, la patrie s’affirme chrétienne », précise François Veuillot19. Le secrétaire du Père Lemius met ainsi en évidence la dimension à la fois religieuse et politique des pèlerinages d’hommes au tournant des années 1890 et 1900, même s’il privilégie la lecture religieuse d’une démarche visant à transformer ses acteurs « en vrais soldats du Christ afin de les précipiter ensuite à travers la nation, comme une force agissante, armée de Dieu lui-même20 ».

Enjeux et déplacements

  • 21 Les Hommes à Notre-Dame du Laus..., op. cit., p. 11-12.
  • 22 Dumont M., Le Saint-Siège et l’organisation politique des catholiques français aux lendemains du R (...)

9Il est évident, en effet, que la conjoncture politique pèse sur ces démonstrations de foi et de force destinées aux électeurs qui ne peuvent être indifférents, rappelle l’abbé France, à « la valeur intellectuelle et morale des hommes auxquels seront confiées les destinées du pays21 ». Les difficultés s’accumulent autour du Ralliement, jamais vraiment accepté par beaucoup de notables catholiques. L’échec de la droite aux législatives de 1898 aggrave les tensions et conduit à la dislocation de la Fédération électorale organisée par Étienne Lamy et restée dans l’ambiguïté par rapport au régime républicain du fait de ses divisions. Dans le même temps, « l’esprit nouveau » s’épuise et l’affaire Dreyfus favorise le retour offensif de l’anticléricalisme d’État, nourri par la violence de la presse des Assomptionnistes qui contribuent à la paralysie de la Fédération électorale en s’opposant notamment à l’Union nationale de l’abbé Garnier22. La formation du gouvernement de la Défense républicaine, deux mois après le premier pèlerinage des hommes à Lourdes, et la préparation de la loi contre les congrégations religieuses dégradent dès lors le climat politique qui pèse lourdement sur les manifestations de 1900 et 1901. Il serait pourtant excessif de réduire les pèlerinages d’hommes à une réponse conjoncturelle aux tensions renouvelées de la fin de la décennie 1890, d’autant que le projet et ses réalisations initiales coïncident avec les premiers pas du Ralliement.

  • 23 Lemius J.-B., L’Union des catholiques français par le Sacré-Cœur. Discours prononcé à la clôture d (...)
  • 24 Pèlerinage national d’hommes à Notre-Dame de Lourdes 17-22 avril 1899. Groupe du diocèse de Cambra (...)
  • 25 Veuillot F., Les Hommes de France..., op. cit., p. 72-77.
  • 26 La Croix, 20 avril 1899 et 23-26 avril 1901. On peut noter toutefois la présence de membres de la (...)

10Alors que les promoteurs des pèlerinages de la décennie 1870 inscrivaient leur action dans une optique monarchique, il n’en est pas de même pour leurs successeurs des années 1890, qui sont des ralliés. C’est le cas d’abord du Père Lemius, censeur virulent de la politique républicaine, mais défenseur convaincu du terrain constitutionnel, comme le montrent ses discours aux congrès catholiques de Paris ou de Lille23. C’est le cas aussi de François Veuillot, fidèle à l’inflexion donnée par son père à L’Univers, et de l’abbé Garnier, dont le rôle de premier plan contribue à tenir les Assomptionnistes à distance d’une démarche qui fait figure de rivale du pèlerinage national qu’ils animent lors de la fête de l’Assomption. Les orateurs s’inscrivent dans la même perspective, à l’exemple du dominicain Thomas Étourneau, nouveau prédicateur de Notre-Dame de Paris, de sensibilité démocrate : « Ce n’est ni à coups de poings, ni à coups de sabre, ni en cherchant parmi les hommes des messies, ni en descendant dans la rue pour conspuer les uns et acclamer les autres que nous résoudrons la question sociale... Si vous n’aimez pas, votre action demeurera stérile », affirme-t-il en 189924. De même, l’évêque de Tarbes, Mgr Billère, s’emploie à rassurer l’opinion en annonçant que le Christ doit régner « dans notre patrie non pour la déshériter d’aucune de ses conquêtes, d’aucune de ses libertés, mais au contraire pour les épurer, les vivifier, les enrichir toutes25 ». Quant aux hommes politiques présents, visibles surtout en 1901 à la veille du vote de la loi sur les associations, ils placent leur action sur le terrain constitutionnel et rejoignent au début du XXe siècle la nouvelle Action libérale populaire, tels Albert de Mun, Hyacinthe de Gailhard-Bancel, l’amiral de Cuverville ou l’abbé démocrate Hippolyte Gayraud, élu député du Finistère en 1897 contre un candidat monarchiste26.

  • 27 Bouvier P., Le Réveil de la foi. Discours prononcé à Lourdes à l’occasion du pèlerinage national d (...)

11Pour tous, une priorité s’impose, par-delà les soubresauts conjoncturels, la régénération de la nation française, blessée par les fautes individuelles et les reniements collectifs. Le thème est récurrent d’un orateur à l’autre, d’un pèlerinage à l’autre. « Le mal dont nous souffrons, le mal dont nous mourrons si nous n’y appliquons un prompt remède n’est pas à la surface. Il a son siège au plus intime de l’âme nationale », affirme le jésuite Pierre Bouvier en 189927. Et d’insister sur les conséquences du choix de ceux qui « se sont contentés d’un minimum de christianisme qu’ils s’efforçaient de dissimuler à tous les regards » :

« À la faveur de cet effacement, le blasphème a pu se produire en toute liberté. Tombé des chaires officielles, il a été recueilli par tous les organes de la publicité quotidienne et, d’écho en écho, il est arrivé jusqu’aux dernières extrémités du pays... Ils ont renversé l’une après l’autre les digues élevées par la main vigilante et courageuse de l’Église... Ils ont supprimé la notion chrétienne du devoir, conséquence de la souveraineté de Dieu, et ils ont proclamé qu’il n’y avait d’autre droit que celui du nombre et de la force... Ils ont voilé la grande idée de la Providence pour y substituer celle du hasard. Eh bien, le peuple se flatte de pouvoir diriger ou modifier à son gré cette force aveugle, un jour par son suffrage omnipotent, un autre jour, s’il le faut, par l’audace et la violence. »

  • 28 La Croix, 26 avril 1901. Le kantisme est l’une des cibles privilégiées des catholiques du temps.
  • 29 Pèlerinage national d’hommes..., op. cit., p. 28-37.

12Les racines du mal sont dans la Révolution française, rappelle en 1901 de manière classique l’abbé Gayraud, qui dénonce aussi « la prétendue science », l’« athéisme couvert des oripeaux du savoir », la « philosophie venue des brouillards d’outre-Rhin28 ». Il rejoint ainsi son ancien confrère, le dominicain Gaffe, qui oppose en 1899 l’Évangile et le Contrat social29 :

« Par l’Évangile, Dieu entrait comme le principe générateur et essentiel de la société... Par le Contrat social, Dieu en est repoussé comme un élément de trouble et un dissolvant de la paix publique. L’opposition qui existe entre la vieille France et la nouvelle n’est donc ni dans la forme des pouvoirs publics, ni dans le nom que porte le gouvernement... ; [elle] est plus radicale et gît en ceci que l’une admet l’Évangile, c’est-à-dire la loi de Dieu telle qu’il lui a plu de nous la faire connaître par son fils Jésus-Christ, et de plus le libre et solennel exercice de cette loi divine, tandis que l’autre refuse d’en reconnaître l’existence et les manifestations officielles... Dieu, en s’en allant, emmène avec lui la justice et le droit, qui sont les deux bases de tout édifice social... La justice absente, reste la politique, le droit absent, reste la force... Un des attentats les plus coupables de l’esprit révolutionnaire est d’avoir prétendu détacher la France moderne de l’ancienne France... Cette monstrueuse prétention n’allait à rien moins qu’à ruiner jusqu’aux fondements l’idée même du patriotisme... Nous sommes des citoyens qui, tout en acceptant loyalement, comme je le disais tout à l’heure, les modifications que la marche du temps impose, ne veulent pas abdiquer les grandeurs du passé. »

  • 30 Veuillot F., Les Hommes de France..., op. cit., p. 19.
  • 31 Menozzi D., Sacro Cuore. Un culto tra devozione interiore e restaurazione christiana della sociétà (...)
  • 32 Ibid., p. 209-210.
  • 33 Veuillot F., Les Hommes de France..., op. cit., p. 56-57.
  • 34 La Croix, 27 avril 1901.

13Les promoteurs des pèlerinages d’hommes entendent dès lors revivifier la mission historique confiée à la France en lui rendant son « antique croyance » et en actualisant le « pacte » scellé au baptistère de Reims : « C’est l’âme de la France qu’il s’agit de délivrer et de raviver..., c’est le Christ qu’il faut aujourd’hui garder ou réintégrer en France30. » Ils proposent pour cela un instrument privilégié, la dévotion au Sacré-Cœur, culte militant, force pour mener le combat contre-révolutionnaire et établir le « règne social du Christ31 ». Plus que tout autre, le Père Lemius est le propagandiste ardent de ce projet, même s’il reste en deçà des positions des intransigeants liés au sanctuaire de Paray-le-Monial qui associent, avec le jésuite Giovanni Maria Sanna Solaro, le règne social à la restauration de l’État catholique32. À sa suite, les orateurs insistent sur l’édification prioritaire de la société chrétienne. « Jésus est Roi – Roi de France », affirme le jésuite René Farjou en 189933. « Vous venez ici, au nom de la France, proclamer que vous choisissez Jésus-Christ pour Roi et que vous voulez être ses soldats... Entre le Cœur de Jésus et le Cœur de la France, il y a un pacte sacré..., brisé par la Révolution », explique son confrère Stephen Coubé en 190134.

  • 35 Veuillot F., Les Hommes de France..., op. cit., p. 19.
  • 36 Veuillot F., Le Drapeau du Sacré-Cœur, Paris, Tobia, 1898, 93 p. ; Leroy H.-J., Au drapeau ! Franc (...)
  • 37 Les Hommes à Notre-Dame du Laus..., op. cit., p. 7.
  • 38 Veuillot F., Les Hommes de France..., op. cit., p. 32-33.

14Cette conviction trouve un prolongement dans l’apposition du Sacré-Cœur sur le drapeau national, anticipation privée de la reconnaissance officielle espérée en référence à l’une des demandes que le Christ avait chargé Marguerite-Marie Alacoque de transmettre à Louis XIV en 168935. La démarche, née avec la polémique autour du centenaire de la Révolution, se diffuse à partir de 1890 dans les groupes de jeunesse ou les œuvres et les pèlerinages d’hommes constituent un vecteur de son succès36. Au Laus, en 1896, les pèlerins découvrent à l’entrée du sanctuaire un drapeau en berne qui est ensuite déployé devant le tabernacle, laissant apparaître le Sacré-Cœur37. À Lourdes, en 1899, lors de la profession de foi, l’hostie « trônant sur l’autel [est] ombragée du drapeau national aux armoiries du Sacré-Cœur » et nombre de drapeaux qui suivent la procession du Saint-Sacrement ont la même caractéristique38.

  • 39 Menozzi D., op. cit., p. 264-265.
  • 40 Sorrel C., « Réseaux congréganistes et cultures politiques blanches en France au XIXe siècle », B.(...)
  • 41 Veuillot F., Le Drapeau..., op. cit., p. 21.
  • 42 Mayeur J.-M., L’Abbé Lemire, 1853-1928, un prêtre démocrate, Paris, Casterman, 1968, p. 184 et 279

15L’apposition du Cœur de Jésus sur le drapeau tricolore ne fait cependant pas l’unanimité parmi les catholiques. Refusée par les monarchistes hostiles à toute acceptation de l’étendard révolutionnaire, elle divise les ralliés et révèle des rapports différents à la modernité politique. François Veuillot, qui s’oppose aux catholiques résignés à la laïcisation de l’État comme à leurs coreligionnaires attendant le salut du retour à la monarchie, voit dans le nouvel emblème un symbole capable de réunir les fidèles et de les mobiliser en vue du règne social du Christ39. Il prend acte de l’acceptation majoritaire des trois couleurs par les Français et se refuse à identifier le destinataire du message de 1689 au roi seul. Il prolonge ainsi la réflexion des jésuites Henri Ramière ou Marin de Boyslesve, convaincus dès 1871 que le peuple est appelé à suppléer le monarque défaillant40 : « Le Sacré-Cœur embrassait, dans la puissante ampleur de ses miséricordieux désirs, la nation tout entière et, par elle, toutes les nations41. » À l’opposé, l’abbé Jules Lemire, député du Nord, étranger aux pèlerinages d’hommes, exclut toute modification du drapeau, une question en débat dès 1895 dans les congrès démocrates-chrétiens. Il se veut un républicain sans épithète, distinguant bien le spirituel du temporel et prêt à collaborer avec les non-croyants sur la base de valeurs communes : « Gardons notre drapeau tel qu’il est et n’ayons pas l’air, en voulant y ajouter un symbole, de paraître ne l’accepter qu’avec des réticences et des sous-entendus », déclare-t-il en 190042. Il s’oppose ainsi à des compagnons de route comme les abbés Garnier et Gayraud, mais aussi au Saint-Siège qui approuve le Père Lemius en janvier 1900 sous la plume du cardinal Mazzella, préfet de la Congrégation des rites :

  • 43 Leroy H.-J., op. cit., p. 35.

« Rien qui aille mieux au but que ces processions où les hommes affirment publiquement leur foi..., que cet emblème sous lequel ils marchent, qui leur apprend à s’unir dans la charité et à mêler dans leur cœur l’amour de la patrie à l’amour de Jésus-Christ et de l’Église43. »

  • 44 La Croix, 27 avril et 3 mai 1901.

16Cet encouragement ne suffit pourtant pas à empêcher l’abandon rapide des pèlerinages nationaux d’hommes. Ils sont d’abord victimes de la polémique autour des propos véhéments du Père Coubé, coutumier du fait, qui aurait parlé du « glaive électoral » à Lourdes en 1901 et déclenché un geste de protestation du nouvel évêque de Tarbes, Mgr Schoepfer, un républicain proche du pouvoir, avant de provoquer la colère de la gauche. La Croix tente de calmer le jeu en estimant que le prélat ne voulait pas interrompre le prédicateur, mais empêcher les applaudissements, indécents en présence du Saint-Sacrement, tout en admettant son hostilité à la publication du sermon, « de crainte que sa forme ardente ne fût méchamment interprétée par les ennemis de Dieu et de l’Église44 ». Un autre coup dur est la mise à l’écart au même moment du Père Lemius, obligé de s’effacer à Montmartre devant un confrère moins exposé aux attaques anticléricales à la demande du cardinal Richard, soucieux de ménager le pouvoir et de sauver le Ralliement. Tout s’enchaîne ensuite rapidement, de la crise congréganiste au débat sur la Séparation, qui déstabilise profondément le catholicisme français.

  • 45 Dumons B., Les Dames de la Ligue des femmes françaises (1901-1914), Paris, Cerf, 2006, 519 p.
  • 46 Sorrel C., « Les congrès diocésains et la mobilisation des catholiques après la Séparation », dans(...)
  • 47 Le Moigne F., « La manifestation catholique (1902-1950) », J. Balcou et al. (dir.), Les Bretons et (...)
  • 48 On peut noter que des pèlerinages d’hommes reprennent après 1919 dans un but pastoral, par exemple (...)

17Il semble toutefois que l’arrêt des pèlerinages d’hommes, loin d’être le simple résultat de la conjoncture, permet de repérer des déplacements majeurs dans le catholicisme français et ses stratégies de mobilisation des croyants. Plus que jamais à l’heure de la Séparation puis de la reconstruction des diocèses, le thème du militant (miles Christi) est central dans le discours ecclésial, comme il l’était dans les pèlerinages d’hommes, portés par un vocabulaire martial (« croisade nouvelle », « armée résolue », « armée de Dieu »). Mais le militant n’est plus seulement un homme depuis l’entrée en scène des ligues féminines en 190145. Et la mobilisation privilégie des voies nouvelles, celles du congrès puis, surtout après la Grande Guerre, de la manifestation. Le démarrage des congrès catholiques, avec leurs séances de travail et leurs réunions publiques, remonte sans doute à la décennie 1870. Jusqu’en 1900, ils sont toutefois encore largement réservés aux notables et prennent rarement un caractère de masse. Désormais, sous la direction immédiate des évêques, ils tendent au rassemblement et à la mobilisation46. Quant aux manifestations contre le Cartel des Gauches, elles se réfèrent explicitement à un mode d’action politique laïque47. Dans ce contexte, le pèlerinage ne disparaît pas comme lieu de ressourcement collectif et d’affirmation de l’identité catholique. Mais le plus souvent, en dépit de retours en arrière, notamment sous le régime de Vichy, il n’est plus un lieu de politisation des masses catholiques et assume avant tout une fonction spirituelle et pastorale48.

18Les pèlerinages d’hommes dans la France des années 1890-1900, rarement pris en compte par les historiens des mobilisations catholiques en raison de leur caractère éphémère et de leurs résultats limités, constituent un observatoire intéressant des connexions du politique et du religieux sur deux fronts, l’un classique, celui de la lutte entre les catholiques et les anticléricaux, l’autre nouveau, celui des divergences entre les partisans du Ralliement. Ils révèlent dans le même temps un moment de transition dans le champ catholique où le militantisme, amplifié par la crise de la Séparation, s’apprête à investir en priorité d’autres lieux (congrès, manifestation) dans une démarche proche des modèles de la société laïque. La figure du militant n’élimine pas celle du pèlerin, qu’il peut être aussi pour soutenir son apostolat. Mais elle tend cependant à l’emporter à partir de l’entre-deux-guerres, et surtout après la Seconde Guerre mondiale, dans la hiérarchie des valeurs catholiques.

Notes

1 Maës B., « Les pèlerinages de 1873, préparation d’une restauration monarchique ? », P. dHollander (dir.), L’Église dans la rue. Les cérémonies extérieures du culte en France au XIXe siècle, Limoges, Pulim, 2001, p. 285-295.

2 Une enquête nationale à travers les « Semaines religieuses » serait nécessaire pour préciser la chronologie et la géographie des initiatives diocésaines, parfois précédées par des démarches réservées aux membres des œuvres d’hommes.

3 Revue du diocèse d’Annecy, 1888-1897 ; Sorrel C., « Les sanctuaires contemporains entre ancrage régional et enjeux nationaux. Les mutations du pèlerinage dans les diocèses de Savoie », Mélanges de l’École française de Rome-Italie et Méditerranée, t. 117/2, 2005, p. 565-600.

4 Les Hommes à Notre-Dame du Laus. Le pèlerinage des trois mille le samedi 20 et le dimanche 21 juin 1896, Grenoble, Imp. Vallier, s. d. [1896], 15 p.

5 Jean-Baptiste Lemius est affecté à Montmartre en 1893 après deux ans de supériorat au sanctuaire de Pontmain (Catholicisme, t. 7, 1975, col. 285-286). Les archives de sa congrégation ne conservent aucun document sur son action (communication du Père Michel Courvoisier, Marseille).

6 Lemius J.-B., Montmartre, les pèlerinages d’hommes au Sacré-Cœur, Paris, Imp. Levé, 1894, 15 p.

7 Manuel des Hommes de France au Sacré-Cœur, Paris, Bureau de la Basilique, 1905, p. 22-28 ; Benoist J., Le Sacré-Cœur de Montmartre de 1870 à nos jours, Paris, Les Éditions ouvrières, t. 1, 1992, p. 546-550.

8 Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. 19, 1981, col. 1297-1298.

9 Poulat É. (éd.), Utopie ou anticipation ? Le « Journal d’un prêtre d’après-demain » 1902-1903 de l’abbé Calippe, Paris, Casterman, 1961, p. 53.

10 Veuillot F., Les Hommes de France à Lourdes. Souvenirs du pèlerinage national d’hommes du 17 au 21 avril 1899. Récit d’un pèlerin, Paris, Librairie Bloud et Gay, 1899, p. 7-10. Voir aussi Goupil G., Pèlerinage national, avril 1899. 70 000 hommes à Lourdes, Paris, Le Peuple français, 1899, 84 p.

11 La Croix, 3-4 février 1901.

12 Lagrée M., Religion et cultures en Bretagne 1850-1950, Paris, Fayard, 1992, p. 192.

13 La Croix, 21 avril 1899.

14 Les Hommes à Notre-Dame du Laus..., op. cit., p. 15.

15 Veuillot F., Les Hommes de France..., op. cit., p. 63.

16 Ibid., p. 30.

17 Ibid., p. 25-26.

18 La Croix, 24 mai 1900 ; Veuillot F., Les Hommes de France à Rome. Le jubilé, la canonisation du bienheureux de La Salle. Souvenir du pèlerinage national du 19-29 mai 1900. Récit d’un pèlerin, Paris, Bloud et Barral, 1900, 63 p.

19 Veuillot F., Les Hommes de France..., op. cit., p. 63.

20 Ibid., p. 9.

21 Les Hommes à Notre-Dame du Laus..., op. cit., p. 11-12.

22 Dumont M., Le Saint-Siège et l’organisation politique des catholiques français aux lendemains du Ralliement 1890-1902, Paris, Honoré Champion, 2012, p. 421-449.

23 Lemius J.-B., L’Union des catholiques français par le Sacré-Cœur. Discours prononcé à la clôture du congrès national de Paris, Paris, Aux bureaux de la basilique du Sacré-Cœur, 1897, 16 p. ; Moulinet D., Laïcat catholique et société française. Les Comités catholiques (1870-1905), Paris, Cerf, 2008, p. 370.

24 Pèlerinage national d’hommes à Notre-Dame de Lourdes 17-22 avril 1899. Groupe du diocèse de Cambrai, Tourcoing, Lemoine, 1899, p. 49.

25 Veuillot F., Les Hommes de France..., op. cit., p. 72-77.

26 La Croix, 20 avril 1899 et 23-26 avril 1901. On peut noter toutefois la présence de membres de la famille d’Orléans à Lourdes et Paray-le-Monial en 1901.

27 Bouvier P., Le Réveil de la foi. Discours prononcé à Lourdes à l’occasion du pèlerinage national d’hommes le 19 avril 1899, Paris, Maison de la Bonne Presse, 1899, 16 p.

28 La Croix, 26 avril 1901. Le kantisme est l’une des cibles privilégiées des catholiques du temps.

29 Pèlerinage national d’hommes..., op. cit., p. 28-37.

30 Veuillot F., Les Hommes de France..., op. cit., p. 19.

31 Menozzi D., Sacro Cuore. Un culto tra devozione interiore e restaurazione christiana della sociétà, Roma, Viella, 2001, 319 p.

32 Ibid., p. 209-210.

33 Veuillot F., Les Hommes de France..., op. cit., p. 56-57.

34 La Croix, 27 avril 1901.

35 Veuillot F., Les Hommes de France..., op. cit., p. 19.

36 Veuillot F., Le Drapeau du Sacré-Cœur, Paris, Tobia, 1898, 93 p. ; Leroy H.-J., Au drapeau ! France et Sacré-Cœur, Nancy, Imp. Vagner, 1901, IV-71 p.

37 Les Hommes à Notre-Dame du Laus..., op. cit., p. 7.

38 Veuillot F., Les Hommes de France..., op. cit., p. 32-33.

39 Menozzi D., op. cit., p. 264-265.

40 Sorrel C., « Réseaux congréganistes et cultures politiques blanches en France au XIXe siècle », B. Dumons, H. Multon (éd.), « Blancs » et contre-révolutionnaires en Europe. Espaces, réseaux, cultures et mémoires (fin XVIIIe-début XXe siècles), Rome, École française de Rome, 2011, p. 307-320.

41 Veuillot F., Le Drapeau..., op. cit., p. 21.

42 Mayeur J.-M., L’Abbé Lemire, 1853-1928, un prêtre démocrate, Paris, Casterman, 1968, p. 184 et 279.

43 Leroy H.-J., op. cit., p. 35.

44 La Croix, 27 avril et 3 mai 1901.

45 Dumons B., Les Dames de la Ligue des femmes françaises (1901-1914), Paris, Cerf, 2006, 519 p.

46 Sorrel C., « Les congrès diocésains et la mobilisation des catholiques après la Séparation », dans Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 87, 2005, p. 85-100 ; Sorrel C., Langlois C., Le Temps des congrès catholiques. Bibliographie raisonnée des actes de congrès tenus en France de 1870 à nos jours, Turnhout, Brepols, 2010, 438 p.

47 Le Moigne F., « La manifestation catholique (1902-1950) », J. Balcou et al. (dir.), Les Bretons et la Séparation (1795-2005), Rennes, PUR, 2006, p. 345-355.

48 On peut noter que des pèlerinages d’hommes reprennent après 1919 dans un but pastoral, par exemple dans le diocèse de Chambéry où les hommes et les femmes sont convoqués deux jours différents pour la fête patronale de Notre-Dame de Myans, et cela jusqu’aux années 1960. Voir Sorrel C., « Pèlerinage marial et pastorale missionnaire : Myans de la Révolution française au concile Vatican II », dans L’Éboulement du Granier et le sanctuaire de Myans, Chambéry, Académie de Savoie, 1999, p. 343-380.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Lyon 2 et spécialiste de l’histoire du catholicisme français contemporain. Il a travaillé notamment, dans un cadre régional ou national, sur la crise de la Séparation et les réactions des catholiques face aux défis du monde moderne : La République contre les congrégations. Histoire d’une passion française 1899-1914 (CERF, 2003) ; Libéralisme et modernisme. Mgr Lacroix (1855-1922). Enquête sur un suspect (Cerf, 2003) ; Le Temps des congrès catholiques. Bibliographie raisonnée des actes de congrès tenus en France de 1870 à nos jours (avec Claude Langlois, Brepols, 2010).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540