Version classiqueVersion mobile

Politiques du pèlerinage

 | 
Luc Chantre
, 
Paul d’Hollander
, 
Jérôme Grévy

Deuxième partie. Quand les pèlerins politisent un espace religieux

Ils sont fous ces pèlerins ! Politique et religion dans les ostensions des reliques des saints limousins au XIXe siècle

Paul d’Hollander

Texte intégral

  • 1 Philippe Boutry et Michel Cinquin, Deux pèlerinages au XIXe siècle : Ars et Paray-le-Monial, Paris (...)

1La première partie de ce titre n’est pas empruntée au personnage d’Obélix, mais à un article de la très sérieuse Semaine religieuse du diocèse de Limoges, qui, en 1874 publie un poème anonyme – signé « Un pèlerin » – qui est présenté comme une réponse à un, ou des articles, parus dans la presse en août 1873. Article(s) dans le(s)quel(s) les pèlerins étaient présentés comme des « fous ». Les pèlerins ainsi qualifiés en 1873, par une presse probablement républicaine et anticléricale, étaient sans doute ceux qui, à l’été 1873, avaient afflué à Paray-le-Monial, en Bourgogne, sur le lieu des apparitions du Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Alacoque au XVIIe siècle. Paray-le-Monial où avait débuté le 1er juin 1873 un grand pèlerinage national dans lequel, écrivent Philippe Boutry et Michel Cinquin, s’était révélé un catholicisme qui « accorde plus d’importance aux sens qu’à l’intellect et produit une forte impression dans le public : c’est la réponse vive lancée au froid positivisme du XIXe siècle1 ». On connaît le caractère politique de ce pèlerinage dans ce haut lieu du culte du Sacré-Cœur où, dans le cadre de ce pèlerinage national, s’étaient rendus une cinquantaine de députés monarchistes et plus de 100 000 pèlerins. Le périodique Le Pèlerin, créé à ce moment, proclamait dans son premier numéro, le 12 juillet 1873 : la France catholique « n’hésite pas à planter fièrement son drapeau... devant le camp ennemi ».

2Dans le poème composé par ce « pèlerin » anonyme, intitulé « Pourquoi des pèlerins ? », l’auteur montre que la démarche de ses compagnons n’est pas irrationnelle, insensée, mais que, au-delà du geste religieux, il faut voir dans les déplacements et les rassemblements des pèlerins une intention politique :

« Pourquoi des Pèlerins ? – mais pour que les timides
Songent, en contemplant nos bannières splendides,
Que les chrétiens encor marchent, par millions.
Oui, c’est pour nous compter, et pour que l’on nous compte ;
Pour que vous compariez, en rougissant de honte,
Vos bandes à nos légions.

Prudents Machiavels, qui conspirez dans l’ombre
Vous avez proclamé la royauté du nombre...
Et le nombre déclare au pied du saint autel,
Qu’il entend conserver le Dieu de ses ancêtres,
Sa morale, ses lois, ses écoles, ses prêtres !
Le vrai suffrage universel !

  • 2 Semaine religieuse du diocèse de Limoges, 1874, p. 629.

Et le lieu du scrutin c’est le lieu des miracles ;
Et les urnes ce sont les divins tabernacles
[...]
Oui, c’est pour opposer doctrines à doctrines
Que nous avons fixé des croix sur nos poitrines2. »

3Il faut, dans ces rassemblements, faire nombre, proclamer ses idées, et, à une époque où règne la « royauté du nombre », montrer que la majorité veut la royauté divine.

4Trois ans plus tard, en 1877, à propos d’un pèlerinage beaucoup moins fréquenté, le pèlerinage creusois à Notre-Dame de la Borne près d’Aubusson, se développe une polémique entre deux auteurs anonymes : l’un qualifiant le pèlerinage d’« œuvre de religiosité inférieure », l’autre soulignant que, aux supplications et prières traditionnelles, les pèlerins ajoutent une autre dimension, la volonté de proclamer leur foi et leurs convictions en public. Ce dernier écrit :

  • 3 Examen de quelques opinions contemporaines, Aubusson-Guéret, Lavergne, 1877, 207 p.

« Dans un temps où, à force d’incrédulité, les principes conservateurs sont à terre [...] dans un temps d’abaissement général par les jouissances purement matérielles, le pèlerin s’avance dans les rangs sociaux, tenant haut un drapeau où sont écrits ces mots : Dieu, Marie3. »

5Pour cet auteur, la manifestation publique de la foi reste

« une des meilleures méthodes pour ramener au bon sens les masses égarées... On place sous les yeux de ceux qui en ont besoin une leçon et un exemple ».

6Et celui-ci de considérer que la démarche des catholiques se rendant vers un sanctuaire, s’y rassemblant et en y organisant des processions, est identique à celle des hommes politiques. Chacun veut transmettre un message :

« Tous les jours, les personnages importants des divers partis politiques de la France, même M. Gambetta, ne se contentent pas pour le triomphe de leur cause, de l’éloquence de la parole ou de la plume, dans les lieux de leur résidence, mais ils se transportent eux-mêmes et deviennent pèlerins dans les endroits importants du pays, afin de mieux faire goûter les idées qu’ils représentent. »

  • 4 Jean-Marie Allard et Stéphane Capot, Une histoire des Ostensions en Limousin, Limoges, Culture et (...)

7Le caractère politique de certains pèlerinages est perceptible en quelques endroits au cours des Ostensions qui se déroulent en Limousin tous les sept ans, et durant lesquelles les fidèles sont invités à aller vénérer dans un certain nombre de paroisses les reliques des saints locaux4. Il l’est particulièrement des années 1880 à la Première Guerre mondiale, c’est-à-dire au moment où la laïcité et l’anticléricalisme se renforcent et où les mesures prises par les différents gouvernements sont reçues par une partie des catholiques comme visant à affaiblir l’Église. Il se rencontre dans le discours tenu sur les saints limousins par le clergé et les confréries à l’occasion des Ostensions, ainsi que dans les processions organisées à cette occasion.

Des saints protecteurs contre les méfaits des révolutions

8À partir du XIXe siècle, le plus vénéré des saints limousins, Saint Martial, est présenté comme pouvant être invoqué pour se protéger des dangers du temps, c’est-à-dire, dans une ville ouvrière, la « ville rouge », la « Rome du socialisme », suivant l’expression de Pauline Roland, pour combattre les changements politiques et sociaux très importants à partir de la IIe République. Ce recours au premier évêque de Limoges est ainsi conseillé en 1858 par l’abbé Texier, inquiet devant les évolutions que connaît la ville :

  • 5 Jean Bandel, Traité de la dévotion des anciens chrétiens à saint Martial, apôtre de la Guienne, Se (...)

« Attirée par l’élévation des salaires, par les facilités de la vie, par ce mouvement des villes qui est déjà un spectacle et un amusement, une population étrangère à Limoges envahit la ville et les faubourgs. Chaque année le flot monte et grossit comme une menace. Administrateurs, gouvernants, sages, de la justice ou de la science, avez-vous aperçu le travail silencieux qui se fait dans cette foule ?... Revenons aux sentiments qui inspirèrent nos aïeux, si nous voulons retrouver leur sécurité, ce bien inestimable et rare des âges de la foi... La ville de Limoges avait sa garde militaire ; elle s’était ceinte de murailles et de tours, et, après avoir pris ces précautions, elle faisait appel à Dieu par l’intercession de saint Martial, en gravant cette inscription sur la porte Manigne : Que Dieu garde la ville, et que saint Martial garde les personnes, les murailles et les portes5. »

9À partir des années 1880, dans différentes publications émanant du clergé, généralement à l’occasion des Ostensions, le recours aux saints est présenté comme capable d’infléchir le cours des évènements. En 1883, la Semaine religieuse insiste sur le fait que les cérémonies des Ostensions sont l’occasion pour les chrétiens de

  • 6 Semaine religieuse, 1883, p. 418.

« solliciter... par l’intercession de saint Martial, de tous nos Saints, le triomphe de l’Église, la délivrance du Pape, le salut de la France et le renouvellement de la foi et de l’esprit chrétien dans le diocèse de Limoges6 ».

10Cette même année, dans un compte-rendu des Ostensions du Dorat et de Saint-Junien, dont la cérémonie de clôture est marquée par une grande procession dans laquelle les personnages historiques tiennent de plus en plus de place, le comte Alfred de la Guéronnière souligne l’affluence à ces cérémonies, et il affirme que le recours aux saints n’a jamais été aussi important qu’en période de troubles politiques, particulièrement de révolution :

  • 7 Les Ostensions de 1883 au Dorat, à Saint-Junien. Compte-rendu en prose et en vers par le Comte Alf (...)

« Chose digne de remarque, dans les temps troublés, les populations mettent d’autant plus d’empressement à manifester leur culte à leurs bons saints – tradition dorachonne que rien ne peut effacer ! C’est ainsi qu’en 1792 et en 1848, ce sentiment s’est accentué avec une recrudescence restée dans le souvenir7. »

11Au même moment, la Semaine religieuse, toujours à propos des Ostensions du Dorat et des saints qui y sont vénérés, oppose également foi et révolution :

  • 8 Semaine religieuse, 1883, p. 554.

« Le culte de saint Israël et Théobald, c’est la tradition des siècles, c’est l’honneur de la cité, c’est le trésor des vieilles croyances, c’est la foi du passé survivant à tant d’évènements divers, à tous les changements, à toutes les révolutions8. »

  • 9 Père Alfred Deschanps (de la Compagnie de Jésus), L’apôtre Saint Martial, Limoges, Barbou, 1893, p (...)
  • 10 Ibidem, p. 229.
  • 11 En 994, les reliques de saint Martial, patron et protecteur de la ville, ont été tirées de son tom (...)
  • 12 Gerd Krumeich, Jeanne d’Arc à travers l’Histoire, Paris, Albin Michel, 1993, p. 270.

12En 1893 et 1894, deux jésuites s’intéressent à la vie de Saint Martial et tentent d’assigner de nouveaux objectifs à son culte. Pour le Père Alfred Deschamps, la dévotion au premier évêque de Limoges doit être « essentiellement régénératrice » ; elle doit permettre de revenir aux « sources de la vie chrétienne et nationale » : « Débarrassons-nous, décidément, de tout engouement funeste pour les novateurs insensés et pour les innovations décevantes de la Révolution9 », écrit-il. La loi scolaire et les mesures contre les congrégations constituent « quelques opportunités de la dévotion à l’Apôtre Saint Martial10 ». En 1894, à l’occasion du neuvième centenaire du miracle des Ardents11, pour lequel a lieu une ostension extraordinaire du chef du saint, le père Van der Brule, fait le panégyrique de saint Martial dans l’église Saint-Michel des Lions, le 19 novembre. Il rappelle tout d’abord l’évangélisation de l’Aquitaine par Martial puis met en avant la figure de Jeanne d’Arc, héroïne nationale, reconnue par tous, dont le procès de béatification est en cours, et que la droite récupère, comme l’a montré Gerd Krumeich qui parle d’un « net glissement de son culte vers la droite12 ». Le prédicateur insiste sur le fait que, au moment – le 8 juin 1424 – où l’abbé de Saint-Martial décidait une ostension exceptionnelle, Jeanne entendait les voix qui lui confiaient sa mission et il continue :

  • 13 R. P. Van Der Brule, L’Apôtre Saint Martial. Panégyrique prononcé dans l’Église Saint-Michel-des-L (...)

« Aujourd’hui les loups se sont jetés de nouveau sur le troupeau de Dieu ; de leurs dents féroces ils ont arraché les tendres agneaux jusque dans les bras de leurs mères ; ils les ont emportés vers je ne sais quels pâturages empoisonnés, où ils les nourrissent de mensonges... Hélas, ne semble-t-il pas qu’aujourd’hui nous soyons revenus au temps malheureux de Charles VII et de l’invasion étrangère. L’hérésie, l’athéisme, le rationalisme, les ennemis féroces, aidés de leur hideux cortège d’immoralité, ont mutilé la patrie ; et ce qui nous en reste ce ne sont plus que des lambeaux de la France chrétienne... Le sauveur appelé viendra-t-il ? Et serons nous encore une fois relevés ? Le sauveur viendra donc car vous êtes revenus aux pieds de votre Martial. L’heure a sonné enfin où la France va se réveiller dans sa vieille gloire13. »

13Les pieux récits de vie de saints, supports d’une dévotion collective ou individuelle, souvent de facture médiocre, présentent les saints comme des protecteurs et déplorent parfois les mesures prises contre l’Église et la religion. à propos des Saints Israël et Théobald, patrons de la paroisse de La Croix, un auteur oppose les saints « bienfaiteurs de l’humanité » à ceux qui

  • 14 Saint Israël et Saint Théobald. Patrons de la paroisse de la Croix, Limoges, Marc Barbou, 48 p., s (...)

« dénués du sens chrétien et de l’intelligence des véritables intérêts du peuple, font de nos jours une guerre acharnée aux congrégations religieuses, à ces maisons de travail, de dévouement14 ».

  • 15 Saint Victurnien ermite, 1898, Cieux (imp. Saint Joseph), 63 p.

14En 1898, saint Victurnien est présenté comme un modèle, et son imitation permettra de garder la foi des aïeux « malgré le souffle mauvais qui traverse le monde15 ».

15La lettre pastorale publiée par l’évêque de Limoges à l’occasion des Ostensions intègre, à partir de 1897, un message politique, prudent. Aux habituelles incitations à vénérer les saints, à les considérer comme des modèles, s’ajoute une critique voilée de certains gestes politiques. En 1897, Mgr Renouard déplore une nouvelle fois que, dans quelques communes, on ne puisse rendre publiquement hommage aux saints en organisant des processions dans l’espace public – allusion aux arrêtés interdisant les processions pris par quelques maires vers 1880 – et il établit un parallèle avec les hommages publics rendus aux grands hommes en leur élevant des statues (Jourdan, Gay-Lussac, Denis Dussoubs ou Carnot à Limoges) :

  • 16 Semaine religieuse, 1897, p. 287.

« Comme si, écrit l’évêque, les Martial, les Aurélien, pour ne citer que ces deux noms chers à nos cœurs, et tant d’autres héros du Christianisme, n’avaient point rendu à leurs semblables de plus signalés services que tel ou tel personnage dont l’humanité a inscrit les œuvres dans les fastes de son histoire et gravé les traits sur le marbre et sur le bronze16 ! »

  • 17 Semaine religieuse, 1904, p. 137.

16En 1904, le message est plus direct et politique : Mgr Renouard évoque « l’œuvre de destruction », la « persécution », les « démolisseurs suscités par l’Enfer » et se déclare convaincu que « sonnera l’heure de la délivrance17 ».

17Les chefs des confréries, enfin, mettent l’accent sur la gravité du moment, « le mal », « l’imminence des dangers », et le recours nécessaire à Dieu et aux saints. Au banquet qui suit l’ouverture des Ostensions à Limoges, en 1904, le premier Bayle de la Grande Confrérie de Saint Martial, Robert Dupont, parle de « tourmente révolutionnaire », de « plan de domination absolue et de nivellement universel » et s’insurge contre les sociétés secrètes et associations laïques favorisées selon lui par le gouvernement :

  • 18 Semaine religieuse, 1904, p. 407.

« Nos maîtres actuels... font la guerre aux associations religieuses, ils suscitent et favorisent les groupements laïques dont ils espèrent assistance et protection, les mutualités, les syndicats, sans parler de ces sociétés secrètes qui devraient tomber sous l’application de la loi, mais dont ils feignent d’ignorer l’existence. Profitons de l’existence de nos ennemis. Unissons-nous comme eux ; mais, s’ils s’unissent sur le terrain de l’impiété, unissons-nous sur le terrain religieux18. »

Des pèlerinages laïques

  • 19 Semaine religieuse, 1897, p. 655.
  • 20 Semaine religieuse, 1883, p. 416 et 444.
  • 21 En 1897 et en 1911.
  • 22 Alphonse Dupront, Du sacré Croisades et pèlerinages. Images et langages, Paris, Gallimard, 1987.

18En 1897, l’abbé Arbellot, curé de Rochechouart, relate dans un article publié par la Semaine religieuse, les visites effectuées par les catholiques de Limoges (patronages, clergé, associations diverses, paroisses...) dans plusieurs paroisses ostensionnaires pour vénérer les reliques des saints. « Les pèlerinages sont rentrés dans nos mœurs19 » écrit-il. À partir des années 1880, le terme de pèlerinage est utilisé à de nombreuses reprises à propos des Ostensions pour qualifier la démarche des fidèles au cours de ces quarante jours exceptionnels. Dès 1883, la Semaine religieuse, en soulignant la coïncidence signalée plus haut entre l’ostension de 1424 et la mission de Jeanne d’Arc, insiste sur l’importance de « la prière publique et commune20 », déclare qu’ils faut multiplier les pèlerinages à l’occasion des ostensions ; les chrétiens doivent sortir de leur léthargie. Dans plusieurs lettres pastorales l’évêque incite les curés à emmener les fidèles en pèlerinage vers les paroisses ostensionnaires du diocèse21. La démarche des fidèles est bien celle d’un pèlerin, même si la distance parcourue est peu importante. Les gestes et les rites sont ceux que décrit Alphonse Dupront22 : l’attente – tous les sept ans –, le déplacement vers le lieu où repose un corps saint, la rencontre avec le saint, le rite – le baiser, le toucher des reliques –, la fête, la cérémonie, sont là.

19Deux types de pèlerinages dans lesquels une dimension politique est affichée sont à distinguer. Le premier est celui des déplacements organisés par les laïcs à Limoges, où les processions dans l’espace public sont interdites depuis 1880 ; le second concerne les lieux ostensionnaires où les processions se déroulent sous une forme traditionnelle et sous la direction du clergé.

  • 23 Arch. dép. Haute-Vienne, 2 V 17. Selon Louis Guibert, le 6 juin, quatre mille personnes auraient v (...)

20À Limoges, le maire refuse de lever l’interdiction établie en 1880. à trois reprises – 1886, 1890, 1894 – des pétitions circulent dans la ville afin d’obtenir la suspension de l’arrêté municipal pour une journée, afin de pouvoir organiser dans les rues la brillante procession des reliques, telle qu’elle se déroulait avant 1880. En 1894, les pétitionnaires veulent célébrer dignement et avec éclat le neuvième centenaire du miracle des Ardents, occasion d’une ostension exceptionnelle du chef du premier évêque de Limoges. La réponse, toujours négative, du maire décide une poignée de laïcs à organiser à deux reprises, en 1890 et en 1897, années ostensionnaires, un pèlerinage au tombeau de Saint Martial pour contourner l’interdiction de sortir dans la rue avec signes, emblèmes, chants religieux, prêtres en habits liturgiques. En 1890, un « pèlerinage des hommes au tombeau de Saint Martial » se déroule le jour de l’Ascension, le 15 mai. Rassemblement que le préfet qualifie de « pèlerinage laïc », durant lequel, par « petits groupes distincts », sans bannière, des hommes se rendent de la cathédrale à l’église Saint-Michel des Lions pour vénérer la relique du premier évêque. En 1897, le 6 juin puis le 13 juin, jour de la Pentecôte, pour la clôture des Ostensions, les catholiques sont invités à nouveau à se rendre dans les églises pour vénérer les reliques. La foule est « considérable », suivant le préfet et le commissaire de police23. Les membres des confréries de Saint Martial et de Saint Aurélien – la confrérie des Bouchers – marchent en tête avec leurs insignes ; les dames chantent le cantique « Nous voulons Dieu, c’est notre Père » ; d’autres récitent le chapelet à haute voix. Dans les églises visitées – Saint-Pierre du Queyroix, la cathédrale, Saint-Michel – le clergé est présent. Sermons, vêpres et bénédictions se succèdent. À Saint-Michel des Lions, à la fin de la cérémonie, le curé bénit la foule massée au dehors avec la relique de saint Martial à partir du porche. L’étude des campagnes de pétitions, de l’organisation et du déroulement de ces « pèlerinages », permet de mettre en évidence un groupe d’hommes, un journal, nettement marqués politiquement, et un discours très hostile à la Révolution et à la République.

  • 24 Voir Louis Pérouas (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. Le Limous (...)
  • 25 Idem, p. 19.
  • 26 Arch. mun. Limoges, 6 P 4.
  • 27 A. N., F19 6059 ; L. Pérouas, op. cit., p. 102.

21Quelques hommes, tout d’abord, parmi lesquels émerge la figure de Louis Guibert. Issu d’une vieille famille d’émailleurs, représentant à Limoges de la Compagnie générale d’assurances, Louis Guibert est un des leaders du courant monarchiste à Limoges et se passionne pour l’histoire du Limousin sur laquelle il écrit un grand nombre d’ouvrages et d’articles de grande qualité24. Avec l’avocat Henri Baju25, un des chefs également du courant monarchiste, qui a implanté à Limoges un Cercle catholique d’ouvriers, il est l’organisateur en 1890 du pèlerinage des hommes au tombeau de saint Martial. Il est très actif dans la campagne de pétitions en 189426, et, en 1897, il est membre d’un comité permanent pour le rétablissement des processions à Limoges, fondé le 4 juin 1897, avec l’avocat Georges Servois, secrétaire général des Cercles ouvriers de Limoges, l’un des fondateurs en 1893 de La Croix de Limoges, lui aussi très actif dans la campagne de pétitions à l’automne 189427.

  • 28 A.d.H.-V., 2 V 17 (lettre du préfet au Garde des Sceaux du 30 juin 1897).
  • 29 La Gazette du Centre (9 mai 1890).
  • 30 Henri Baju, mort en 1892, était membre également de la Grande Confrérie (Grande-Confrérie de Saint (...)
  • 31 Angélique Pinaud, La Grande Confrérie de Saint-Martial au XIXe siècle (1806-1905), mémoire de maît (...)

22Le journal monarchiste de Limoges, La Gazette du Centre, joue également un rôle important dans la constitution de ce comité, dans la collecte des signatures et ouvre ses portes aux pétitionnaires28. Enfin, la Grande Confrérie de Saint Martial est très active dans l’organisation du « pèlerinage au tombeau de Saint Martial ». En 1890, elle met sur pied la commission chargée de régler le détail de la marche du 15 mai vers Saint-Michel et accueille les pèlerins à leur arrivée dans l’église pour les guider vers le tombeau du saint29. Sur les huit délégués du comité permanent pour le rétablissement des processions mis en place en 1897, cinq sont membres de cette confrérie30. Celle-ci voit dans les dernières décennies du siècle son recrutement évoluer. Dans la première moitié du XIXe siècle, les confrères étaient issus principalement des milieux de la boutique, de l’artisanat, du commerce, comme avant 1789. à partir des années 1860 ils viennent en majorité des métiers du droit, de familles dont le nom porte une particule, de propriétaires rentiers, de milieux conservateurs, parfois franchement contre-révolutionnaires31.

  • 32 Semaine religieuse, 1889, p. 578-583.

23En 1890 et en 1897, les marches pèlerines se font dans le sens cathédrale-Saint-Michel, où se trouve le tombeau de l’Apôtre d’Aquitaine, et non en sens inverse. Or, ce tombeau, ainsi que la figure de saint Martial, renvoient nettement à la Contre-Révolution. En effet, depuis le début du XIXe siècle la châsse contenant le chef du saint était conservée dans la niche d’une chapelle latérale, dans des conditions jugées peu dignes du protecteur de la ville, jusqu’au moment où, dans les années 1880, fut entreprise l’édification d’un tombeau – autel monumental dans l’église Saint-Michel, sous les auspices d’un comité du Monument de saint Martial destiné à recueillir des fonds, placé sous la présidence de l’évêque, et de la Grande Confrérie qui en assurait la maîtrise d’œuvre. Mgr. Renouard, en sollicitant les dons des fidèles pour l’érection de ce monument, s’était montré très virulent à l’égard de la Révolution. Il évoquait les « jours à jamais néfastes de la fin du dernier siècle », l’« esprit du mal qui s’est acharné sur la ville », l’« outrage qu’il [saint Martial] a reçu dans les jours d’égarement et de folie ». Le tombeau-autel, est achevé et béni en 1888, mais il faut attendre le... 10 juillet 1889 pour que les autels soient consacrés, un jour que la Semaine religieuse du diocèse qualifie de « jour de la réparation [...] qui répond triomphalement à l’acte de vandalisme d’il y a cent ans. Ce sont les fils qui vengent leurs pères32 ». Ce tombeau, destination des pèlerinages laïcs dans les années 1890, est le monument de la Contre-Révolution à Limoges.

  • 33 La Gazette du Centre (4, 5, 1O, 12 avril 1890).
  • 34 Ibidem (10 avril).
  • 35 L’Almanach limousin, 1890, p. 184.

24En 1890, en prévision du pèlerinage des hommes au tombeau de saint Martial le 15 mai, un échange de lettres entre Louis Guibert et Henri Baju, publiées par la Gazette du Centre, permet de saisir le sens de cette manifestation33. Partant des églises paroissiales, du siège des cercles, patronages, corporations catholiques, une trentaine de groupes se dirigeront vers Saint-Michel pour déposer une couronne sur le tombeau du protecteur de la cité. « D’une façon légale, écrit H. Baju, nous englobons toute la ville dans un immense réseau qui a pour objet d’honorer le plus Grand Homme de la contrée ». Ce sera un pèlerinage laïque : « Nous serons impitoyable pour la soutane... Les couronnes devront porter à Martial, apôtre de l’Aquitaine34. » En effet, l’hommage rendu au premier évêque de Limoges sera celui rendu à un grand homme, autant, sinon plus qu’à un saint. Pour dénoncer l’arrêté municipal concernant les processions, H. Baju établit une comparaison avec des cortèges profanes destinés à honorer également de grands hommes, et qui se déroulent dans les rues de Limoges avec l’assentiment des autorités civiles. Il rappelle « l’importante cérémonie qui s’est produite récemment à travers nos plus vastes boulevards pour glorifier un des citoyens célèbres de notre cité », allusion à la cérémonie qui s’était déroulée le 2 décembre 1888 dans les rues de Limoges en l’honneur des victimes du coup d’État du 2 décembre 1851 et qui s’était arrêté au pied du monument érigé place d’Orsay en 1882 à la mémoire de Denis Dussoubs, mort sur les barricades en 185135 :

  • 36 La Gazette du Centre (4 avril).

« Ce fut un bien beau spectacle... Toutes les sociétés laïques et républicaines de la ville de Limoges, conseil municipal, loges maçonniques, Libre-Pensée, bataillons scolaires, etc., etc., partirent de l’hôtel de ville, portant des couronnes enrubannées... Mais il est d’autres grands hommes pour beaucoup de nos compatriotes. Il en est un qui se nomme Martial. Ce grand citoyen a pu ignorer ce qu’on appelle les principes Immortels de 89 – Il était né dix huit cents ans plus tôt – Mais il nous a fait connaître les Éternels Principes de la Justice et de la Charité. Ne ferons-nous rien pour lui ? Aurait-on le droit de nous imposer des processions en faveur d’illustrations discutables qui nous importent peu, et ne pourrons-nous pas honorer, par un cortège à peu près identique les grands hommes qui nous importent beaucoup36. »

  • 37 Romain Couty, La commémoration statuaire des grands hommes à Limoges. 1851-1914, mémoire de maîtri (...)

25À un moment où la statuaire publique se développe dans la ville – cinq statues sont implantées en 189037 – les catholiques veulent honorer leur héros en reprenant en partie les rites républicains. Enfin, dans cette correspondance, en évoquant la franc-maçonnerie, présentée comme orchestrant ces manifestations, Louis Guibert se prend à rêver à ce que serait la France si elle n’avait jamais existé :

  • 38 La Gazette du Centre (4 avril).

« Vous imaginez-vous la sanglante révolution d’il y a cent ans remplacée par de pacifiques réformes, la France demeurée chrétienne, monarchique et fidèle à toutes ses glorieuses traditions ; les terribles hécatombes de l’Empire évitées, toutes nos commotions politiques prévenues... Voyez-vous la société française sans divisions et sans haine ? Voyez-vous notre pays sans jacobins, sans saucissonniers, sans francs-maçons38 ? »

Une église et une France catholique persécutées

  • 39 Semaine religieuse, 1904, p. 452.
  • 40 Joseph Biossac, Les Ostensions du Dorat. Compte-rendu des Ostensions de 1911, Le Dorat, p. 21.
  • 41 Semaine religieuse, 1904, p. 452.

26En dehors de Limoges, là où les cérémonies des Ostensions se déroulent librement dans l’espace public, les processions, organisées sous le contrôle du clergé, sont parfois l’occasion de montrer les catholiques en butte aux attaques des anticléricaux et de rappeler les origines chrétiennes de la France. Au Dorat et à Saint-Junien, à la fin du XIXe siècle, les processions prennent beaucoup d’ampleur, en incluant dans leurs rangs des personnages historiques. Pour la clôture des Ostensions, la foule – pèlerins sans doute pour une partie, curieux pour une autre – est estimée à 20 000 ou 30 000 personnes. Toutefois, la représentation d’une Église et d’une France catholique persécutées, n’est attestée qu’au Dorat, au nord de la Haute-Vienne, dans un bastion conservateur, où les monarchistes sont bien implantés, où la grande propriété et l’emprise de notables locaux sur le monde rural demeurent fortes. Suivant la tradition, afin de vénérer les reliques des saints Israël et Théobald, une vingtaine de paroisses des environs, fait son entrée dans la ville, avec curé, maire, une délégation d’hommes portant uniforme et armes, et des personnages costumés. Certaines paroisses présentent des tableaux à forte connotation politique en montrant tout d’abord les liens qui existent entre patriotisme et religion. En 1904, la paroisse de Thiat, où les protestants sont majoritaires, arbore le « drapeau national avec l’inscription Catholiques de Thiat », une manière de distinguer dans la population les bons et les mauvais patriotes39. En 1911, les paroisses de Saint-Léger Magnazeix et Dompierre présentent un groupe allégorique : « la France Chrétienne portant une grande couronne d’or avec une écharpe tricolore » suivie de Jeanne d’Arc40. Sept ans auparavant Saint-Léger Magnazeix avait présenté la même allégorie, portant bouclier et croix, escortée par un groupe de « jeunes gens en chasseurs alpins » suivie de jeunes filles représentant l’Alsace-Lorraine puis de jeunes garçons portant une écharpe tricolore41. Jeanne d’Arc est représentée par plusieurs paroisses à un moment où est soulignée la troublante coïncidence entre les Ostensions et la transmission du message venu du ciel à la bergère lorraine. Nul doute que les prières aux Saints permettront de faire surgir dans le pays un mouvement ou un personnage qui relèvera la France chrétienne.

  • 42 Joseph Biossac, op. cit., p. 19.
  • 43 Voir Jérôme Grévy, « Une cérémonie politico-religieuse : le couronnement de Sainte-Radegonde, 14 a (...)

27En 1911, dans les rangs de la paroisse de Peyrat-de-Bellac, figurent, entre autres, deux groupes : La France au XIIIe siècle, tout d’abord ; « elle est forte parce qu’elle est chrétienne » écrit dans un compte-rendu de ces cérémonies Joseph Biossac, suivi de la France au XXe siècle : « C’est une jeune fille avec les couleurs nationales et tenant un Crucifix dans ses mains enchaînées, tableau douloureux dont la tristesse est adoucie par l’Espérance et la Prière qui la suivent42. » Sept ans plus tôt, en 1904, des paroissiens de Peyrat-de Bellac, avaient parcouru les rues du Dorat avec un Christ porté sur un brancard par Clovis, Sainte Clotilde, Sainte Radegonde et Charlemagne. Depuis la fin du XIXe siècle, les conservateurs catholiques, monarchistes tentent de promouvoir quelques grandes figures historiques qui puissent incarner les origines chrétiennes de la France : le quinzième centenaire du baptême de Clovis avait été célébré avec faste en 1896, ainsi que le treizième centenaire de la mort de Radegonde à Poitiers en 1887 où, fait exceptionnel, sa statue avait été couronnée43.

  • 44 Semaine religieuse, 1897, p. 779
  • 45 Semaine religieuse, 1911, p. 519.
  • 46 Hymnes et cantiques à Saint-Martial, s. d., 4 p.

28Outre les chants classiques « Je suis chrétien », « Nous voulons Dieu », « Catholiques et français toujours », que l’on entend par exemple à Solignac en 189744, plusieurs hymnes composés en l’honneur des saints limousins sont placés sous le signe du combat et de la délivrance. Un « hymne à nos saints limousins » composé à l’occasion des Ostensions de 1911, y fait nettement référence : « C’est pour Dieu que l’on se bat/En avant ! que notre vaillance/se mesurant à l’effort des aïeux/décide enfin de notre délivrance45. » Dans un autre chant, les fidèles invoquent le secours de Dieu et des saints, pour « accomplir l’œuvre de délivrance » à un moment où « l’enfer contre nous se déchaîne46 ».

  • 47 Semaine religieuse, 1904, p. 474. Voir également Françoise Lautman, « Toujours plus belle la fête  (...)
  • 48 Semaine religieuse, 1899, p. 699.

29Il faut souligner en conclusion l’aspect singulier de ces chants, de ces représentations à caractère politique que l’on ne retrouve pas dans les pèlerinages traditionnels, aux sanctuaires mariaux, ni à Saint-Junien où le cortège historique attire sans doute encore plus de monde qu’au Dorat. à Saint-Junien, les différentes institutions, écoles, pensions, font défiler leurs enfants sous des costumes variés. Sainte Clotilde, Jeanne d’Arc y figurent, mais sans message politique ; elles sont noyées dans le flot des saints, des saintes, des martyrs, des légions d’anges et des allégories représentant la Foi, l’espérance ou la charité47. Dans cette ville ouvrière, radicale, on ne sent pas le poids de notables ruraux qui ont su imposer au Dorat leurs propres représentations. Quant aux pèlerinages traditionnels vers les sanctuaires mariaux, ils se font sur le mode de l’imploration ou de l’action de grâce, même si, à Sauvagnac, lors du pèlerinage du 8 septembre 1899 les pèlerins sont conviés à chanter : « Vierge, notre espérance/[...]/Sauve, sauve la France/Ne l’abandonne pas4848. » Il faut se poser enfin la question de la réception par les pèlerins, les curieux, de ces incitations à prier les saints pour renverser le cours politique des choses. Ont-ils été sensibles au message, à la vision de quelques prêtres ou notables voulant imposer leurs propres représentations de l’histoire ?

Notes

1 Philippe Boutry et Michel Cinquin, Deux pèlerinages au XIXe siècle : Ars et Paray-le-Monial, Paris, Beauchesne, 1980, p. 229.

2 Semaine religieuse du diocèse de Limoges, 1874, p. 629.

3 Examen de quelques opinions contemporaines, Aubusson-Guéret, Lavergne, 1877, 207 p.

4 Jean-Marie Allard et Stéphane Capot, Une histoire des Ostensions en Limousin, Limoges, Culture et Patrimoine en Limousin, 2007, 159 p. Les Ostensions qui se déroulent de manière régulière en Limousin depuis la fin du Moyen Âge consistent en l’exposition et la vénération solennelle et publique des reliques de Saints Limousin ; elles ont lieu tous les sept ans du dimanche de Quasimodo au dimanche de la Trinité.

5 Jean Bandel, Traité de la dévotion des anciens chrétiens à saint Martial, apôtre de la Guienne, Seconde édition augmentée de recherches sur le culte et l’authenticité des Reliques de Saint Martial par l’abbé Texier, supérieur du Petit Séminaire du Dorat, Paris, Limoges, Ducourtieux, p. 211-212.

6 Semaine religieuse, 1883, p. 418.

7 Les Ostensions de 1883 au Dorat, à Saint-Junien. Compte-rendu en prose et en vers par le Comte Alfred de la Guéronnière, imp. Chatras, p. 6. Les Ostensions de 1792, probablement fort peu célébrées, on laissé peu de traces et celles de 1848 ne semblent pas avoir revêtu un caractère particulier. L’auteur reconstruit ici l’histoire des Ostensions et leur donne un caractère contre-révolutionnaire qu’elles n’avaient pas.

8 Semaine religieuse, 1883, p. 554.

9 Père Alfred Deschanps (de la Compagnie de Jésus), L’apôtre Saint Martial, Limoges, Barbou, 1893, p. XV.

10 Ibidem, p. 229.

11 En 994, les reliques de saint Martial, patron et protecteur de la ville, ont été tirées de son tombeau et montrées aux fidèles pour mettre fin à une épidémie qui ravageait l’Aquitaine. Cette manifestation est présentée traditionnellement comme la première ostension.

12 Gerd Krumeich, Jeanne d’Arc à travers l’Histoire, Paris, Albin Michel, 1993, p. 270.

13 R. P. Van Der Brule, L’Apôtre Saint Martial. Panégyrique prononcé dans l’Église Saint-Michel-des-Lions de Limoges le 19 novembre 1894, Limoges, imp. P. Dumont, s. d., p. 14-23.

14 Saint Israël et Saint Théobald. Patrons de la paroisse de la Croix, Limoges, Marc Barbou, 48 p., s. d., p. 21.

15 Saint Victurnien ermite, 1898, Cieux (imp. Saint Joseph), 63 p.

16 Semaine religieuse, 1897, p. 287.

17 Semaine religieuse, 1904, p. 137.

18 Semaine religieuse, 1904, p. 407.

19 Semaine religieuse, 1897, p. 655.

20 Semaine religieuse, 1883, p. 416 et 444.

21 En 1897 et en 1911.

22 Alphonse Dupront, Du sacré Croisades et pèlerinages. Images et langages, Paris, Gallimard, 1987.

23 Arch. dép. Haute-Vienne, 2 V 17. Selon Louis Guibert, le 6 juin, quatre mille personnes auraient visité les églises (La Gazette du Centre, 8 juin 1897). Le 15 mai 1890, les participants au « pèlerinage laïc » auraient été moins nombreux : 300 au lieu des 3 000 attendus selon le préfet (Idem, lettre du préfet au ministre de l’Intérieur le 16 mai 1890).

24 Voir Louis Pérouas (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. Le Limousin, Beauchesne, 1994, p. 59.

25 Idem, p. 19.

26 Arch. mun. Limoges, 6 P 4.

27 A. N., F19 6059 ; L. Pérouas, op. cit., p. 102.

28 A.d.H.-V., 2 V 17 (lettre du préfet au Garde des Sceaux du 30 juin 1897).

29 La Gazette du Centre (9 mai 1890).

30 Henri Baju, mort en 1892, était membre également de la Grande Confrérie (Grande-Confrérie de Saint-Martial. Notices, Statuts et Extrais des délibérations. Liste des Confrères. Vie de Saint Martial, Offices, Hymnes et Cantiques. Livret à l’usage des confrères, Limoges, Grande Confrérie de Saint-Martial, 1974. p. 216-235).

31 Angélique Pinaud, La Grande Confrérie de Saint-Martial au XIXe siècle (1806-1905), mémoire de maîtrise, Limoges, 2002, p. 109-113.

32 Semaine religieuse, 1889, p. 578-583.

33 La Gazette du Centre (4, 5, 1O, 12 avril 1890).

34 Ibidem (10 avril).

35 L’Almanach limousin, 1890, p. 184.

36 La Gazette du Centre (4 avril).

37 Romain Couty, La commémoration statuaire des grands hommes à Limoges. 1851-1914, mémoire de maîtrise, Limoges, 2004, 200 p.

38 La Gazette du Centre (4 avril).

39 Semaine religieuse, 1904, p. 452.

40 Joseph Biossac, Les Ostensions du Dorat. Compte-rendu des Ostensions de 1911, Le Dorat, p. 21.

41 Semaine religieuse, 1904, p. 452.

42 Joseph Biossac, op. cit., p. 19.

43 Voir Jérôme Grévy, « Une cérémonie politico-religieuse : le couronnement de Sainte-Radegonde, 14 août 1887 », dans Foules catholiques et régulation romaine. Les couronnements des vierges de pèlerinage à l’époque contemporaine (XIXe et XXe siècles), sous la dir. de Paul dHollander et Claude Langlois, Limoges, PULIM, 2011, p. 153-166.

44 Semaine religieuse, 1897, p. 779

45 Semaine religieuse, 1911, p. 519.

46 Hymnes et cantiques à Saint-Martial, s. d., 4 p.

47 Semaine religieuse, 1904, p. 474. Voir également Françoise Lautman, « Toujours plus belle la fête ! Les Ostensions de Saint-Junien », Ethnologie française, « Les Ostensions limousines », t. 13, no 4, 1983, p. 369, 394.

48 Semaine religieuse, 1899, p. 699.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Limoges. Spécialiste d’histoire religieuse, il a notamment publié L’Église dans la rue : les cérémonies extérieures du culte en France au XIXe siècle, Limoges, PULIM, 2001 et La bannière et la rue : les processions dans le Centre-Ouest au XIXe siècle (1830-1914), Limoges, PULIM, 2003.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search