Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du pèlerinage

 | 
Luc Chantre
, 
Paul d’Hollander
, 
Jérôme Grévy

Deuxième partie. Quand les pèlerins politisent un espace religieux

La visite aux ruines de Port-Royal au début du XIXe siècle

Jean-Pierre Chantin

Texte intégral

1À propos des ruines du monastère de Port-Royal-des-Champs, dans les actuelles Yvelines, celui qui signe « citoyen » Grégoire, et qui est encore évêque de Blois de la récente Église gallicane, écrit ceci en 1801 :

  • 1 En italique dans le texte. « Les Ruines de Port-Royal, en 1801, par le citoyen Grégoire », paru da (...)

« Tous les ans, à la belle saison, le zèle y amène des voyageurs qui vont s’attendrir sur ces décombres, comme les descendants d’Israël sur les ruines de Jérusalem : ils chantent quelques cantiques dans le lieu nommé le Désert ; ils prient sur la place où était l’église, et ils y dinent... Près d’ici était la cour du plus orgueilleux des despotes1. »

  • 2 Imprimerie-librairie chrétienne, 40 p.
  • 3 M. Grégoire, Les ruines de Port-Royal-des-Champs en 1809, année séculaire de la destruction de ce (...)
  • 4 « Les Ruines de Port-Royal, en 1801... », op. cit., p. 65.
  • 5 Sur ce point voir Marcel Gauchet, « La question du jansénisme dans l’historiographe de la Révoluti (...)

2On connaît la double réputation qu’a cet article qui devient vite un petit opuscule2, puis est réédité et augmenté en 18093 : il est vu à la fois comme une manifestation postromantique, un caractère que souligne Sainte-Beuve au milieu du siècle, mais aussi un manifeste politique qui lie le monastère détruit un siècle plus tôt, et le mouvement janséniste qui y est attaché, à la Révolution dont tous seraient les précurseurs, « non dans ces excès qui ont fait gémir toutes les âmes honnêtes, mais dans ces principes de patriotisme qui, en 1789, éclatèrent d’une manière si énergique » proclame Grégoire4. De là vient son succès postérieur chez les historiens républicains tels que Louis Blanc ou Henri Martin5.

  • 6 J.-P. Chantin, « Les jansénismes tardifs dans la France du XIXe siècle : réflexions et pistes de r (...)

3Une analyse rapide conclurait à la récupération d’un sanctuaire à des fins politiques. Mais il faut réexaminer ce qu’était le pèlerinage à Port-Royal, dans la vallée de Chevreuse, un lieu marqué à la fois par une forte spiritualité et l’opposition de Louis XIV. Il s’agit ensuite de comprendre le sens de la démarche de réactivation par « l’abbé Grégoire » en 1801 puis 1809, sans oublier qu’elle ne concerne pas tous les « voyageurs » aux ruines de ce siècle tardif pour le mouvement port-royaliste6.

Port-Royal : entre lieu relique et symbole d’une opposition

  • 7 La Vie quotidienne des jansénistes aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Hachette Littérature, 1973, (...)

4Le monastère a donc été détruit sur ordre de Louis XIV entre 1711 et 1713. La date qui est retenue par Grégoire est en fait celle de la dernière dispersion forcée de la vingtaine de religieuses bénédictines, le 29 octobre 1709, après que le roi eut obtenu du pape Clément XI une bulle d’extinction du monastère des Champs. Comme le souligne René Taveneaux, il s’agit pour le roi d’éradiquer toute tentative de dissidence en France mais aussi de contrer ceux qui s’érigent en de possibles opposants à l’ordre monarchique qu’il a établi ; il les qualifie pour cela de « républicains7 ». C’est ce qui explique l’originalité du pèlerinage à Port-Royal dès l’origine.

  • 8 Le pèlerinage de Port-Royal, Paris, Perrin, coll. Essais sur le XVIIe siècle, 13e édition, s. d. [ (...)
  • 9 Idem, p. 184-190.
  • 10 Ib., p. 100.
  • 11 Op. cit., p. 128.

5Le lieu était dès avant sa destruction une destination particulière. Henri Hallays rappelle que ce « saint voyage » était déjà fait en 1697 par exemple par six demoiselles de Paris alors que la fin programmée du monastère est en route8. Le « culte des reliques », que René Taveneaux date de la mort en 1643 de Saint-Cyran, directeur de conscience des religieuses et des Solitaires, ne pouvait qu’attirer des pénitents à l’endroit où sont inhumés nombre de ceux dont la vie est pour beaucoup un modèle édifiant. Mais le signe surnaturel recherché n’a pas qu’une fonction thaumaturgique ; il est aussi une justification divine de la difficile persistance de la position portroyaliste malgré les coups répétés des autorités civiles et religieuses9. Est-ce là l’explication de l’acharnement mis à la disparition de toute trace matérielle des bâtiments ? Taveneaux prétend que le monastère « devenant un lieu de pèlerinage », un soin particulier est mis dès 1711 à la destruction, jusqu’à disperser aussi les milliers de corps dans les cimetières paroissiaux voisins10. Mais Hallays nuance cette affirmation en reprenant l’arrêt du Conseil d’État qui avait estimé en janvier 1710 que la charge d’entretien des bâtiments était trop lourde et que la démolition était donc nécessaire11.

  • 12 De la cause de Dieu à la cause de la Nation. Le jansénisme au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, col (...)
  • 13 Idem, p. 479. Voir Christine Gouzi, L’Art et le jansénisme au XVIIIe siècle, Paris, Nolin, coll. U (...)
  • 14 Cité par C. Maire, op. cit., p. 481.

6Quoi qu’il en soit, c’est à partir de 1710 que Port-Royal-des-Champs est intégré comme symbole de la lutte des Amis de la Vérité contre l’erreur, et plus particulièrement comme l’a montré Catherine Maire dans une lecture figuriste des temps qui s’élabore au même moment avec l’abbé d’Étemare et ses Gémissements d’une âme vivement touchée par la destruction du saint monastère de Port-Royal des Champs qui paraissent de 1710 à 171412. Dans son Histoire abrégée de l’abbaye de Port-Royal, l’abbé Michel Tronchay prédit dès 1710 que « les ruines mêmes de ce lieu si digne de vénération élèveront pour ainsi dire leur voix et serviront de témoignage éternel » ; les Mémoires sur la destruction de l’abbaye de Port-Royal-des-Champs décrivent très précisément le site, comme les célèbres illustrations du graveur Magdeleine Horthemels13. Après 1720, alors qu’est relancé l’appel à un concile général contre la condamnation par le pape de cent-une propositions tirées des Réflexions morales de l’oratorien Pasquier Quesnel, la parution du Nécrologe de l’abbaye de Notre-Dame de Port-Royal-des-Champs (1723) vient asseoir pour tous la réputation de ces religieuses et solitaires « qui se sont [sanctifiés] de notre temps, qui ont vécu en quelque manière sous nos yeux et dans notre propre pays14 ». La parution d’histoires de l’abbaye complète ce mouvement au milieu du siècle, au moment de la campagne des refus de sacrements pour les appelants.

  • 15 Rappelé par Dominique Julia, « Le Pèlerinage chrétien », in Régine Azria et Danièle Hervieu-Léger (...)
  • 16 Sur ce mouvement : Catherine-Laurence Maire, Les Convulsionnaires de Saint-Médard. Miracles, convu (...)
  • 17 Cité par Arlette Farge, Le cours ordinaire des choses dans la cité du XVIIIe siècle, Paris, Seuil, (...)
  • 18 Nicolas Lyon-Caen, La boîte à Perrette. Le jansénisme parisien au XVIIIe siècle, Paris, Albin Mich (...)
  • 19 Au désert, 322 p. L’ouvrage est anonyme. En 1760 est paru un Abrégé chronologique de l’histoire de (...)
  • 20 Idem, 1re partie, p. 5.
  • 21 Ib., 1re partie, p. 5.
  • 22 L’expression est de Marie-Christine Gomez-Géraud, « Culte des reliques et dévotion aux ruines de P (...)

7Mais un réel pèlerinage sur les ruines de Port-Royal ne s’organise que dans les années 1730. Ce n’est qu’alors que sont réunies les trois caractéristiques classiques que sont l’existence d’un lieu de rencontre avec une puissance surnaturelle, la pérégrination avant la rencontre comme épreuve nécessaire et un ensemble de pratiques essentielles au bon accomplissement de la démarche15. L’initiative en revient au mouvement des jansénistes convulsionnaires après la fermeture en janvier 1732 par ordre du roi du cimetière de Saint-Médard à Paris où, depuis cinq ans, ils venaient rechercher des guérisons sur le tombeau du diacre Pâris16. En 1733, les Nouvelles ecclésiastiques estiment à trois cent le nombre de personnes qui se sont rendues aux Champs le 20 mai ; en avril déjà, le « frère Hilaire » (Hilaire de Blaru, comte de Tilly) est dans les ruines avec une boite qui contient comme relique la main de l’abbé de Pontchâteau, le « jardinier de Port-Royal » décédé en 1690, avec laquelle il se frappe la poitrine17. En 1738, des paroissiens de Saint-Médard y sont arrêtés au moment où ils plantent une croix ; d’ailleurs seule une partie d’entre eux est convulsionnaire18. Ce n’est qu’avec la publication de guides du pèlerinage, qui font suite à des règlements manuscrits, que le pèlerinage est justifié et son organisation établie. Le principal d’entre eux est en 1767 le Manuel des pèlerins de Port-Royal-des-Champs, attribué à Jean-Antoine Gazaignes19. Outre un rappel de l’histoire du lieu et de sa destruction ou des conseils pratiques aux pèlerins, le chanoine de Saint-Benoit justifie chacune des treize stations proposées par la présence des corps de religieuses ou de Solitaires et autres « bienheureux de ce monastère sanctifié20 », à l’exception de celles de la maison des Granges et de « Port-Royal-des-Champs en arrivant ». Pour chacune sont indiqués les psaumes et prières à faire. Aux Champs, qualifiés de « sacrés débris21 », une justification est donnée pour ce qui devient un « lieu relique22 » où est proposé un Office des saintes reliques complet :

  • 23 Manuel des pèlerins..., 3e partie, p. 49 (station à Saint-Lambert).

« Les cahots que font ces sortes de voitures [qui emportent les corps exhumés], furent cause que plusieurs parties de ces précieux restes tombèrent le long du chemin, et que des passants les ayant trouvés, les enterrèrent sur le chemin même23. »

8Mais la démarche est encore identitaire et s’ancre bien dans l’opposition qui est la marque du mouvement port-royaliste de ce XVIIIe siècle. L’auteur s’exclame donc :

« Accourons au tombeau des Bienheureux qui l’ont habité ; allons-y révérer ces gages précieux, ces cendres pleines encore de la vertu du Dieu vivant ; leur tombeau est le berceau de notre attachement à la vérité, de notre courage et de notre fermeté à la défendre. »

  • 24 Idem, 1re partie, p. 24.

9Dieu par ses prodiges justifie là la juste cause des élus24. Et il propose de proclamer pendant les oraisons :

  • 25 Ib., 3e partie, p. 24 et 40-41 (station à Port-Royal-des-Champs).

« Heureuse Cité, céleste Jérusalem, dont le nom annonce la paix ; vous êtes bâtie dans le ciel, de pierres vivantes, et couronnée de la multitude triomphante des esprits mortels... Dieu, qui dans ce désert de Port-Royal aviez préparé à votre Majesté suprême un Temple de pierres vivantes et choisies..., exhaussez nos prières, et par l’intercession de Bienheureux et Bienheureuses dont nous y reverrons et honorons les reliques de toute l’affection de notre cœur, accordez à tous ceux qui viennent vous y prier, qu’en quelque tribulation qu’ils se trouvent, ils ayent le bonheur d’éprouver les effets consolants de vos miséricordes25. »

  • 26 Sur cette évolution très « politique » voir les contributions au volume « Jansénisme et Révolution (...)
  • 27 M.-C. Gomez-Géraud, op. cit., p. 176 et 182.
  • 28 Exemples donnés par N. Lyon-Caen, op. cit., p. 119.

10La signification de la visite aux ruines de Port-Royal est donc dès l’origine double. Il s’agit d’un lieu identitaire d’une opposition qui se transforme et s’affirme face aux coups portés par le pouvoir royal, associé à Rome, au fur et à mesure qu’avance le siècle, non sans divisions mais dans une lecture figuriste de la fin des temps en marche26. Les pèlerins de Port-Royal sont pourtant peu inquiétés. Ne s’agit-il pas toujours et dans le même temps d’un pèlerinage plus classique, mémorial et thaumaturgique, « temple de Dieu où réside sa grâce », et plutôt individuel27 ? On y emporte de la terre, des pierres, des carreaux, ou des paquets de feuilles d’oseille et de chicorée sauvage dont le goût amère est le symbole de ce que doit être une vie pénitente28.

Les ruines de « l’abbé » Grégoire : une récupération politique

11Le petit écrit d’Henri Grégoire remet en lumière le pèlerinage aux ruines de Port-Royal. Il s’agit dans sa première mouture de 1801 de proposer davantage une explication qu’un guide pour les « voyageurs » qui viennent tous les ans, dans laquelle il introduit une lecture politisée de « l’école de Port-Royal » dont les lieux sont le symbole.

  • 29 Sur cet organisme : Bernard Plongeron, L’abbé Grégoire et la République des savants, Paris, Éditio (...)
  • 30 C. Maire, op. cit., p. 589-592.
  • 31 BPR, fonds Grégoire, Procès-verbal du Concile métropolitain de Paris, p. 48-64 (cité par Rodney J.(...)
  • 32 Mémoires de l’abbé Grégoire, ancien évêque de Blois, député à l’Assemblée constituante, sénateur, (...)
  • 33 Les circonstances précises sont rapportées par Augustin Gazier, Histoire générale du mouvement jan (...)
  • 34 A. Gazier, op. cit., p. 169.

12Sans composer de chapitres, Grégoire retrace d’abord assez classiquement ce qu’a été l’histoire modèle du monastère et de ses occupants au sein de la controverse à propos du jansénisme, jusqu’à la destruction. C’est pour lui l’occasion de donner une description des vestiges en rappelant l’existence non loin, à Saint-Lambert, de la sépulture des corps qui ont été exhumés (p. 10-11), et la destiné des lieux jusqu’à la Révolution, dont la maison des Granges pour laquelle il fournit une longue liste de Solitaires mais aussi d’« Amis », jusqu’à ses contemporains (p. 13-14). Il va jusqu’à évoquer le « sentiment religieux » qui pénètre son âme (p. 37) lorsqu’il est sur les lieux et qu’il déambule aux côtés des grandes figures disparues. Mais nul conseil pratique n’est donné : l’évêque de Blois renvoie pour davantage de précisions au Manuel de Gazaignes, dont il ignore l’auteur, et à ses prières (p. 34). Grégoire donne surtout des pistes précises pour resituer son écrit dans le cadre de l’action des derniers fidèles qui, « écrivains nationaux attachés à Port-Royal » (p. 15), ont fondé autour de lui à Paris en avril 1795 une Société de Philosophie Chrétienne dont dépendent d’ailleurs les Annales où il publie son premier texte en mai 180129. Ces derniers « Amis », marqués par le figurisme millénariste30, organisent un pèlerinage au monastère en octobre (mois anniversaire de la dispersion des religieuses) ; ils sont surtout engagés avec notre auteur depuis 1794 dans la réorganisation d’une Église gallicane pour laquelle ils réaffirment dans une profession de foi, en vue du Concile métropolitain de Paris de juin 1801, la nature, la nécessité, la gratuité et l’efficacité de la grâce31. Henri Grégoire s’est retiré près de Port-Royal pour composer à la fois son texte des Ruines et préparer une autre importante rencontre, dont il est l’un des instigateurs : le second Concile national de la fin juin. Il est accueilli à Saint-Lambert dans la maison de l’historien port-royaliste Le Nain de Tillemont (décédé en 1698)32, propriété depuis 1798 de Mme Desprez qui a acquis auparavant les illustres ruines lors de la vente des biens nationaux et reçoit « à la belle saison » les port-royalistes de passage33. C’est aussi à partir de cette année que le chanoine port-royaliste genevois Eustachio Degola, après avoir participé au Concile national, se lance pour neuf années dans un minutieux relevé des ruines et des sépultures alentours34.

  • 35 Pour la première hypothèse : Rita Hermon-Belot, L’abbé Grégoire. La politique et la vérité, Paris, (...)
  • 36 Pour plus de détails et de preuves : C. Maire, op. cit., p. 593-594.

13Si on a beaucoup disserté sur le jansénisme de l’« abbé Grégoire », il est acquis qu’un rapprochement décisif se fait dès ces lendemains de révolution, qu’il s’agisse d’une « intensification » ou d’une réelle « conversion35 ». Son opuscule des Ruines a pourtant un objectif plus politique. On remarque dès les premières pages sur l’histoire du monastère qu’il fustige au passage un camp adverse qui, à l’inverse des précédentes histoires, n’est pas à rechercher selon lui du côté des Jésuites et de Rome mais bien plutôt d’un « prince qui avait tourmenté les protestants ; et qui, libertin et dévot, n’avait pas le courage de s’élever jusqu’à la piété » (p. 8). L’allusion est encore plus claire un peu plus loin : les « savants de Port-Royal peuvent être cités comme les précurseurs de la révolution » car « ils détestaient d’autant plus tout toute espèce de despotisme, qu’ils étaient sévères observateurs des lois » (p. 22) ; il fait de ce qu’il nomme « École de Port-Royal » une « double barrière » exemplaire et toujours actuelle contre les menées du despotisme politique et de l’ultramontanisme (p. 27). En fait Grégoire semble adapter « son » Port-Royal à l’idéal politique qui a été le sien, dans une démarche ascendante qui lui fait arranger ses sources afin de tendre à tout prix vers ce but, fût-ce à celui de leur manipulation. Comme l’a montré Catherine Maire, il voit ainsi affirmé chez Saint-Cyran le principe de la souveraineté du peuple, là où le futur confesseur des religieuses de Port-Royal n’évoquait dans sa Question royale que l’organisation des corporations (p. 23), ou tire des conclusions hâtives des évocations de la république par Pascal et Arnauld (p. 24). Plus grave, il oublie sciemment des passages qui gênent sa démonstration en citant un extrait du Renversement de l’Église gallicane du chanoine Le Gros (p. 25-26)36.

  • 37 Sur cet aspect : Bernard Plongeron, L’abbé Grégoire (1750-1831) ou l’Arche de la Fraternité, Paris (...)
  • 38 Bernard Plongeron, « Entre Rome et la République, la revendication identitaire de l’Église consttu (...)
  • 39 Sur le détail des négociations concordataires et des préparatifs du concile : Rodney J. Dean, op. (...)

14Ainsi fait, Port-Royal devient une référence non plus pour les seuls « Amis de la vérité » mais plus généralement pour les « amis de la liberté » qui s’en réclament à juste titre (p. 27). L’École est tout autant louée pour ses œuvres – langue, sciences, éducation, presse indépendante du pouvoir – qui viennent comme en écho à certains des projets défendus pendant les douze dernières années par Grégoire lui-même et qui contribuent, comme il l’écrit lui-même, à « la marche de l’esprit humain » (p. 29)37. Pourtant, même s’il est marqué par des réflexions très personnelles de son auteur, le texte des Ruines est aussi une sorte de manifeste collectif lorsqu’il parait dans les Annales de la religion, organe depuis mai 1795 de la réorganisation post-thermidorienne d’anciens évêques constitutionnels (dits « Évêques réunis ») qui entendent proposer aux Français une Église nationale et républicaine en l’ancrant pour la légitimer dans la tradition gallicane38, ce qui pour une partie d’entre eux inclut l’exemplaire résistance de Port-Royal comme on l’a vu. Or, quand parait l’article en mai, leur attention à tous est portée sur la préparation de leur second concile national pour le mois prochain, alors que des divisions internes refont surface et que, au même moment, les négociateurs français sont sur le point de conclure un accord concordataire avec les envoyés du pape, qui est signé en juillet. Dans les Annales sont parues deux lettres du 8 mars 1801 dans lesquelles les Évêques réunis appellent au Concile et réitèrent leur opposition à un Concordat avec Rome39.

  • 40 L’expression est de Bernard Plongeron, L’abbé Grégoire..., op. cit., p. 9.
  • 41 Affirmation d’Hippolyte Carnot, op. cit., p. 247.

15N’y a-t’il pas là aussi une volonté de marquer dans un moment délicat pour leur survie même tous les bienfaits que Bonaparte aurait à retirer d’une telle organisation ecclésiale, respectueuse de la forme du gouvernement et de l’héritage révolutionnaire tout en se situant dans une tradition de résistance aux empiètements de Rome ? Il s’agirait donc non seulement d’une justification des efforts d’Henri Grégoire pour « christianiser la révolution40 », mais aussi d’une référence nécessaire lancée à tous les lecteurs – dont Bonaparte à qui Grégoire a donné lui-même un exemplaire en main propre41 – pour asseoir ce double héritage sur d’exemplaires précurseurs. La fin du texte est pourtant plutôt pessimiste : après avoir appelé à l’édification d’un nouvel établissement à l’emplacement de la « Thébaïde chrétienne », et « dans les mêmes vues » (p. 38), Grégoire entrevoit très vite qu’il s’agit d’un projet impossible en de telles circonstances.

La transfiguration des ruines

16La part politique du pèlerinage aux ruines semble l’emporter avec la publication de Grégoire. Ce serait oublier que le mouvement port-royaliste ne se restreint pas au groupe des « Amis de la Religion et de la Patrie » qui édite son texte, ni même à une partie d’entre eux. La part proprement religieuse subsiste bien entendu chez tous, et de nouveaux « voyageurs » donnent un sens différent au périple à Port-Royal-des-Champs.

  • 42 Anecdote citée par B. Plongeron, L’abbé Grégoire..., op. cit., p. 31. Elle n’est pas citée par R. (...)
  • 43 In Les Ruines..., op. cit., p. 10.
  • 44 Les Ruines..., op. cit., p. 174.
  • 45 Commentaire d’H. Carnot, op. cit., p. 246-247 ; Augustin Gazier, op. cit., p. 176.

17La tentative de 1801 est un échec. Après que le Concordat a été signé en juillet, le Concile de l’Église gallicane se clôt le mois suivant par une messe funèbre dans l’église parisienne de Saint-Sulpice tendue en noir42. Grégoire envoie d’ailleurs sa démission d’évêque en octobre à l’archevêque de Bourges, son métropolitain, avant d’être élu au Sénat deux mois plus tard, une assemblée où il se range parmi les opposants résolus à Bonaparte. L’adhésion républicaine subit enfin elle-même un revers avec la proclamation de l’Empire héréditaire le 18 mai 1804 (28 floréal an XII). La réédition de ses Ruines en 1809, considérablement augmentées, intervient en fait à l’occasion de la célébration du bicentenaire de la réforme décisive du monastère par la mère Angélique Arnauld et du centenaire de l’ultime dispersion. Henri Grégoire en profite pour corriger quelques erreurs qui lui ont été reprochées, mais surtout, comme l’a bien analysé Rita Hermon-Belot, il « aiguise son propos43 » en renforçant sa ligne politique. Il est enfin plus optimiste quand il déclare dans cette nouvelle mouture : « Les sentiments que doivent inspirer à jamais l’aspect et le souvenir de Port-Royal, acquièrent plus de force à la fin de la période séculaire, et empruntent une nouvelle énergie dans les circonstances où nous sommes placés44. » Pour l’heure, son texte aurait irrité l’empereur pour ses propos sur le despotisme, déjà présents en 1801 ; il est donc saisi par la police45.

  • 46 Bibliothèque de Port-Royal, Rev. 688-9ms, « relation de ce qui s’est passé le dit jour sur les rui (...)
  • 47 « Discours... », op. cit., fol. 14.
  • 48 Bibliothèque de Port-Royal, Rev. 688-14ms, « ... par un ami de la Vérité, et de cette sainte maiso (...)
  • 49 Idem, fol. 18-19.
  • 50 « Réflexions... », op. cit., fol. 6.
  • 51 Les deux chanoines italiens sont de cette même tendance : Marina Caffiero, « La postérité du figur (...)
  • 52 Idem, fol. 8 et 10.
  • 53 René Taveneaux, « Permanences jansénistes au XIXe siècle », XVIIIe siècle, 1980, p. 397-414.

18La rencontre de 1809 est surtout marquée par une célébration purement religieuse. Dès le 28 octobre, le chanoine de Gênes Eustachio Degola, qui on l’a vu a participé au Concile, et celui de la cathédrale d’Asti Vejluva, se sont rendus avec quelques autres Amis à la ferme de Port-Royal pour réciter sur les ruines les premières vêpres et les autres prières telles que préconisées par le Manuel de Gazaignes. Le lendemain matin, un « grand concours de fidèles » est réuni à l’église de Saint-Lambert pour assister à la grand’messe puis trois cent personnes se retrouvent aux ruines pour écouter Degola, invité à présider cette cérémonie par le groupe port-royaliste parisien. Après une quête en faveur des pauvres de la région, quelques-uns se rendent pour prier sur les « restes précieux » du cimetière de Saint-Lambert et assistent aux vêpres dans l’église, pendant que d’autres restent sur les ruines. La journée s’achève par un Te Deum46. Le discours du chanoine de Gênes est édifiant et diffère des écrits de son ami et compagnon de voyage Grégoire car il est exempt de ses références politiques : l’adversaire est à nouveau identifié aux seuls Jésuites dont les armes ont été fournies par « Rome et Louis XIV47 ». Il est d’ailleurs l’écho de « réflexions sur le pèlerinage de Port-Royal-des-Champs... » qu’il a déjà faites cinq années auparavant, plus incisives48. En fait, Degola fustige les pèlerins qui ne voient dans les ruines que désolation et s’adonnent à une vénération inutile, même s’il ne remet pas en cause la sainteté du lieu et de ses occupants dont il rappelle le parcours édifiant. Port-Royal est pour lui le lien nécessaire qui permet aux Amis de se tenir dans la Vérité, « une nouvelle Pentecôte destinée à renouveler la face de l’Église49 », au milieu d’un déferlement de maux « qui couvrent le champ du Seigneur50 » et annoncent une fin prochaine des temps. Cette vision figuriste et millénariste, on l’a vu dominante dans le port-royalisme tardif51, est accompagnée d’un véritable plan d’action destiné comme il le proclame lui-même à « nous occuper par tous les moyens d’un zèle éclairé et généreux à sauver [l’Église] de cette grande dépravation ». Ainsi les Amis deviendraient à nouveau, et d’abord, à l’exemple de leurs devanciers de Port-Royal, des « défenseurs de la foi52 ». C’est là l’orientation principale que prend le groupe port-royaliste parisien qui, sans renier ses préférences politiques, va en priorité se préoccuper de contrer l’ultramontanisme menaçant53.

  • 54 Cité par A. Gazier, op. cit., p. 156.
  • 55 Michel Albaric, « Regard des jansénistes sur l’Église de France de 1780 à 1789 d’après les Nouvell (...)
  • 56 T. 2, no 27, p. 21-25, « Extrait d’un ouvrage du P. Quesnel, sur la souveraineté des rois ».
  • 57 Leur teneur fait l’objet d’un nouvel article dans le no 28, « Lettre au sujet de l’ouvrage du P. Q (...)
  • 58 Bernard Plongeron, Les Réguliers de Paris devant le serment constitutionnel. Sens et conséquences (...)

19L’accaparement politique de Port-Royal par Grégoire a également été aussitôt discuté par d’autres Amis de la Vérité qui ne se reconnaissent pas dans son engagement de chrétien patriote. Dès son premier écrit de 1801, il est critiqué par la véritable institution que sont les Nouvelles Ecclésiastiques, le 20 juin, pour son « léger vernis d’impartialité à la mode », même si le texte est en grande partie retranscrit et son auteur estimé comme « ami sincère de Port-Royal54 ». On peut voir là la préoccupation d’une feuille qui, même favorable à la Constitution civile du clergé de 1789, s’est fixée comme ligne éditoriale de ne se consacrer qu’aux « affaires religieuses55 ». Une critique plus sévère est portée sur le texte de 1809 par l’aile la plus conservatrice du mouvement qui ne parvient à s’exprimer publiquement qu’après la Restauration par la voix de l’ancien conseiller-auditeur à la Cour des Comptes, Louis Silvy. En réponse à un article de L’Ami de la religion et du Roi de 1814, dans lequel le lien fait par Grégoire entre Port-Royal et la Révolution est rappelé56, deux courriers ont été adressés au périodique conservateur par des port-royalistes qui contestent les propos de l’ancien évêque de Blois, dont l’un des deux est très certainement Silvy, qualifié d’« ancien magistrat57 ». Ce dernier fustige « M. G. « qui souille tout ce qu’il touche, et qui est désavoué par toutes les âmes honnêtes » avant de signaler à son tour que cet auteur s’est permis de tronquer ses sources. Puis il reproche à L’Ami lui-même d’avoir « jeté des nuages sur les sentimens de l’école de Port-Royal relativement à la fidélité due aux souverains » et le fait à son tour à grand renfort de citations tirées des plus grandes plumes du parti. Silvy est en fait le représentant d’une ligne critique de la Révolution, comme le dominicain Lambert ou le prêtre forezien Jacquemont, des convulsionnaires modérés tenant de ce que Bernard Plongeron appelle « le mouvement réfractaire libre » et qui soutiennent une solution monarchique éclairée de type joséphiste. Ils se distinguent en cela d’une troisième tendance, représentée par les anticoncordataires de Lyon, qui sont des contre-révolutionnaires intransigeants et adeptes du courant convulsionnaire pinéliste58.

  • 59 Edmond Rethore, « Du jansénisme et de sa longue survivance à Argenteuil », Argenteuil et son passé (...)
  • 60 L’ordre a été modifié dans la Table d’un exemplaire de 1767, p. 104 (coll. part.). Sur les Bonjour (...)
  • 61 Des détails dans A. Gazier, op. cit., p. 177-178, qui résume son article « Manzoni à Port-Royal en (...)

20Ce sont d’ailleurs des groupes convulsionnaires qui perpétuent un pèlerinage plus populaire et spirituel à Port-Royal-des-Champs. La communauté d’Argenteuil organise le voyage autour de la fête de la Mère Angélique que leur calendrier des saints de Port-Royal fixe au 6 août. Le périple se fait à pied, toujours par le même itinéraire, et comprend sur les trois jours qu’il dure une première nuit de prières à Saint-Lambert et, au retour, un passage par Saint-Médard à l’occasion d’une halte à Paris pour la seconde nuit. Il rassemble chaque année pendant tout le siècle une trentaine de personnes qui, aussitôt revenues à Argenteuil, relatent à tous les autres adeptes leur voyage avant qu’une cérémonie vienne clore ce temps59. À Fareins (Ain), les Bonjouristes ont toujours à leur disposition un exemplaire du Manuel de Gazaignes dont l’ordre des stations a été modifié pour commencer à Saint-Médard de Paris60. En contrepoint, lorsque Henriette Blondel, épouse du célèbre écrivain Alessandro Manzoni mais surtout protestante convertie en 1810 par Eustachio Degola, se rend à Port-Royal avec son mari pour faire « dévotement » le pèlerinage, n’est-ce pas plutôt un signe identitaire d’attachement à une famille de pensée certes port-royaliste mais surtout libérale, un pas que franchit alors Manzoni lui-même61 ?

  • 62 A. Gazier, op. cit., p. 208. L’évêque, Jean Brumauld de Beauregard, est accusé par l’oratorien Ron (...)
  • 63 Le projet, qui se réalise en 1838, entend réunir autour de la défense des libertés gallicanes (Bib (...)
  • 64 A. Gazier, op. cit., p. 209.
  • 65 p. 138.
  • 66 No d’Août, p. 96.
  • 67 C. Maire, « Port-Royal. La fracture religieuse », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Par (...)
  • 68 Idem, p. 2634.
  • 69 Ib., p. 2640.
  • 70 Véronique Alémany, « Le renouveau de Port-Royal-des-Champs au XIXe siècle », Chroniques de Port-Ro (...)
  • 71 Port-Royal-des-Champs, notice historique à l’usage des visiteurs, Paris, Imp. E. Martinet, 16 p. I (...)
  • 72 Cité par V. Alémany, op. cit., p. 196.

21Une page semble pourtant se tourner à partir des années 1820. Dès lors, la visite aux ruines recoupe trois conceptions qui peuvent se rejoindre partiellement : le désir d’une démarche spirituelle, celui d’une marque plus identitaire et politique et, nouvelle venue, la simple curiosité touristique. Dans la première catégorie, outre les pèlerins argenteuillais et sans doute d’autres que l’on ne décèle pas, il faut placer l’initiative de Louis Silvy qui loue d’abord en 1823 la ferme de l’abbaye puis se porte à partir de l’année suivante acquéreur majoritaire du domaine, et de la maison de Saint-Lambert, contrant peut-être ainsi un projet d’achat de l’évêque d’Orléans62. Mais il agit avec des associés qui, membres d’une société tontinière, appartiennent à la structure parisienne qui a fait paraître avec Grégoire une Chronique religieuse de 1818 à 1821. Cette union sacrée des deux tendances politiques se perpétue d’ailleurs avec le projet de publication d’une Revue ecclésiastique à partir de 1832 qui entend s’opposer à l’ultramontanisme qui s’affirme davantage63. Quoiqu’il en soit, le nouveau propriétaire entreprend d’importants aménagements pour mettre en valeur le site, par exemple en reconstituant l’ancienne Solitude ou en faisant dresser une croix de fer au milieu du cimetière des religieuses, puis en en élevant une chapelle oratoire à l’emplacement du chœur de l’église disparue où il entendait rassembler des souvenirs64. La démarche plus identitaire n’est pas absente de cet aménagement du site. C’est d’ailleurs avec « une certaine satisfaction » que la Revue signale la visite des ruines par la reine Marie-Amélie et ses enfants le 10 octobre 183865 puis le 22 juillet 183966. Mais elle se déconnecte de l’aspect plus proprement religieux au moment où une « mémoire de Port-Royal », qui prend en compte la lecture politique de Grégoire, achève de se construire67. C’est alors que participent au périple des féministes anglaises à partir des années 183068, ou à la fin du siècle le théologien protestant Félix Pécaut qui y emmène ses élèves de l’École normale supérieure de jeunes filles de Fontenay-aux-Roses69. C’est enfin à partir de la construction du chemin-de-fer sur la rive gauche de la Seine, en 1839, que ce « double musée à ciel ouvert70 » accueille les touristes de plus en plus nombreux, ce qui conduit en 1874 les membres de la Société Saint-Augustin, nouveau propriétaire port-royaliste des ruines depuis six ans, à proposer à ces nouveaux visiteurs une notice historique. Son auteur, le professeur Augustin Gazier, ne peut pourtant pas s’empêcher de qualifier son histoire de Port-Royal comme étant celle du « catholicisme libéral et intelligent71 ». Mais les temps ont changé. Lorsqu’en 1909 la Société se pose la question de commémorer comme un siècle plus tôt la dispersion des religieuses, la réponse est négative et désabusée : « Aujourd’hui, une réunion semblable serait impossible ; il s’y trouverait des juifs, des protestants, des libres penseurs, des athées même, et pas un prêtre catholique. » On se contente donc de réunir une trentaine de ses membres pour une réunion de prière et une messe des morts en une sorte de « pèlerinage intime72 ».

  • 73 Cité par D. Julia, op. cit., p. 868.
  • 74 Expressions de B. Plongeron, op. cit.

22Le pèlerinage à Port-Royal-des-Champs a toujours été à l’intersection du religieux et du politique. Il s’agit d’un rite singulier qui s’organise librement hors de toute structure ecclésiastique officielle au moment même où l’Église entend encadrer et redéfinir ce « geste » par définition « anecclésial » selon Alphonse Dupront73. La démarche devient aussi identitaire dans la lecture figuriste puis convulsionnaire qui se développe au XVIIIe siècle chez les port-royalistes face à ce qui est considéré comme une « stigmatisation » appuyée par la monarchie française. C’est cette identité qui est à nouveau instrumentalisée en 1801 par la nouvelle Église gallicane et Henri Grégoire au service d’un projet à la fois politique et religieux qui masque finalement la diversité des approches port-royalistes et du mouvement lui-même, une tendance à l’uniformatisation tactique tout autant employée par leurs opposants. En fait, la perception du pèlerinage aux ruines n’a-t’elle pas toujours été multiple ? Il y a bien une lecture proprement religieuse du périple, qui n’exclut pas l’aspect identitaire du mouvement, chez les convulsionnaires puis tous ceux qui en ont finalement un usage classique, hors du quotidien de la vie croyante, et souvent thaumaturgique. Une autre facette de ce versant religieux, plus intellectualisée, identifie Port-Royal à la lutte contre une Église qui s’engouffre dans l’erreur, qu’elle poursuive les Amis de la vérité au XVIIIe siècle ou qu’elle tente d’imposer l’ultramontanisme au siècle suivant. Le changement de sens vers le politique ne concerne au final que ceux qui, après l’opuscule de Grégoire, s’identifient par Port-Royal au projet d’une religion citoyenne, « démocrate chrétienne » avant l’heure ou de « chrétiens éclairés74 », une option qui connaît un succès certain parmi les libéraux puis les républicains. Si l’on ajoute le passage à une démarche qui ne devient que culturelle, l’étude du pèlerinage aux ruines en ce début du XIXe siècle est un bon révélateur des enjeux pluriels de ce siècle charnière pour l’évolution des identités religieuses.

Notes

1 En italique dans le texte. « Les Ruines de Port-Royal, en 1801, par le citoyen Grégoire », paru dans les Annales de la religion, ou Mémoire pour servir à l’histoire des XVIIIe et XIXe siècles ; par une société d’Amis de la religion et de la patrie, no 2, t. XIII, an IX de la république Française, p. 74 et 77. L’Église gallicane est la réorganisation d’une structure nationale par des membres de l’ancienne Église constitutionnelle en novembre 1794, après l’abolition de la Constitution civile du clergé en septembre 1793.

2 Imprimerie-librairie chrétienne, 40 p.

3 M. Grégoire, Les ruines de Port-Royal-des-Champs en 1809, année séculaire de la destruction de ce monastère, nouvelle édition considérablement augmentée, Paris, Levacher, 1809, 178 p. Le texte a été republié récemment et annoté par Rita Hermon-Belot, Réunion des Musées Nationaux, coll. « Sources », Paris, 1995, 171 p.

4 « Les Ruines de Port-Royal, en 1801... », op. cit., p. 65.

5 Sur ce point voir Marcel Gauchet, « La question du jansénisme dans l’historiographe de la Révolution », in Chroniques de Port-Royal, no 39, Jansénisme et Révolution (Catherine Maire, dir.), 1990, p. 15-23.

6 J.-P. Chantin, « Les jansénismes tardifs dans la France du XIXe siècle : réflexions et pistes de recherche », Chroniques de Port-Royal, no 55, 2005, p. 325-337.

7 La Vie quotidienne des jansénistes aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Hachette Littérature, 1973, p. 95-96 et 98. Les deux reproches seraient de « placer l’autonomie de la conscience avant la raison d’État » et leurs « aspirations à la démocratie cléricale ». On peut ajouter d’autres motifs possibles : la rencontre passée de certains avec le parti dévot très critique vis-à-vis de la politique étrangère du roi, la nécessité pour la France d’une alliance tactique avec Rome contre la maison d’Autriche, ou le rôle des jésuites à la Cour.

8 Le pèlerinage de Port-Royal, Paris, Perrin, coll. Essais sur le XVIIe siècle, 13e édition, s. d. [1932], p. 96.

9 Idem, p. 184-190.

10 Ib., p. 100.

11 Op. cit., p. 128.

12 De la cause de Dieu à la cause de la Nation. Le jansénisme au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », 1998, « L’Emblème de Port-Royal », p. 182-204.

13 Idem, p. 479. Voir Christine Gouzi, L’Art et le jansénisme au XVIIIe siècle, Paris, Nolin, coll. Univers de Port-Royal, 2007, 320 p.

14 Cité par C. Maire, op. cit., p. 481.

15 Rappelé par Dominique Julia, « Le Pèlerinage chrétien », in Régine Azria et Danièle Hervieu-Léger (dir.), Dictionnaire des faits religieux, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2010, p. 864-870. Voir aussi l’étude classique d’Alphonse Dupront, Du sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langages, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », 1987, 541 p.

16 Sur ce mouvement : Catherine-Laurence Maire, Les Convulsionnaires de Saint-Médard. Miracles, convulsions et prophéties à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard/Julliard, coll. « Archives », 1985, 268 p.

17 Cité par Arlette Farge, Le cours ordinaire des choses dans la cité du XVIIIe siècle, Paris, Seuil, coll. « La librairie du XXe siècle », 1994, p. 119.

18 Nicolas Lyon-Caen, La boîte à Perrette. Le jansénisme parisien au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, coll. L’évolution de l’humanité, 2010, p. 119.

19 Au désert, 322 p. L’ouvrage est anonyme. En 1760 est paru un Abrégé chronologique de l’histoire de Port-Royal-des-Champs. Office et pèlerinage en l’honneur des saints et saintes qui ont habité ce saint désert. Pour l’utilité de ceux qui ont la dévotion de visiter les ruines de ce célèbre monastère et les lieux où reposent les corps qui en ont été exhumés.

20 Idem, 1re partie, p. 5.

21 Ib., 1re partie, p. 5.

22 L’expression est de Marie-Christine Gomez-Géraud, « Culte des reliques et dévotion aux ruines de Port-Royal », Chroniques de Port-Royal, no 55, « L’abbaye de Port-Royal-des-Champs, VIIIe centenaire », 2005, p. 175.

23 Manuel des pèlerins..., 3e partie, p. 49 (station à Saint-Lambert).

24 Idem, 1re partie, p. 24.

25 Ib., 3e partie, p. 24 et 40-41 (station à Port-Royal-des-Champs).

26 Sur cette évolution très « politique » voir les contributions au volume « Jansénisme et Révolution », op. cit.

27 M.-C. Gomez-Géraud, op. cit., p. 176 et 182.

28 Exemples donnés par N. Lyon-Caen, op. cit., p. 119.

29 Sur cet organisme : Bernard Plongeron, L’abbé Grégoire et la République des savants, Paris, Éditions du C.T.H.S., 2001, p. 100. La date, indiquée par Grégoire, est précisée par Emmanuel Lacam dans sa « Bio-chronologie commentée de l’abbé Henri Grégoire (1750-1831) », in Valérie Guittienne-Mürger et Jean Lesaulnier (dir.), L’abbé Grégoire et Port-Royal, Paris, Nolin, 2010, p. 129.

30 C. Maire, op. cit., p. 589-592.

31 BPR, fonds Grégoire, Procès-verbal du Concile métropolitain de Paris, p. 48-64 (cité par Rodney J. Dean, L’Église constitutionnelle, Napoléon et le Concordat de 1801, chez l’auteur, 2004, p. 92).

32 Mémoires de l’abbé Grégoire, ancien évêque de Blois, député à l’Assemblée constituante, sénateur, membre de l’Institut, suivies de la note historique sur Grégoire d’Hippolyte Carnot, présenté par Jean-Michel Leniaud, Paris, Éditions de la Santé, 1989, p. 246-247 [notes de Carnot, de 1840].

33 Les circonstances précises sont rapportées par Augustin Gazier, Histoire générale du mouvement janséniste depuis ses origines jusqu’à nos jours, Paris, t. 2 (1713-1884), 1924, p. 151-154.

34 A. Gazier, op. cit., p. 169.

35 Pour la première hypothèse : Rita Hermon-Belot, L’abbé Grégoire. La politique et la vérité, Paris, Seuil, coll. L’univers historique, 2000, p. 429 ; en faveur de la seconde : Catherine Maire, op. cit., p. 586. Une rapide synthèse : Mayyada Kheir et Nicolas Lyon-Caen, « Grégoire janséniste ? Linéaments d’une question historiographique », in Valérie Guittienne-Mürger et Jean Lesaulnier (dir.), op. cit., p. 21-32.

36 Pour plus de détails et de preuves : C. Maire, op. cit., p. 593-594.

37 Sur cet aspect : Bernard Plongeron, L’abbé Grégoire (1750-1831) ou l’Arche de la Fraternité, Paris, Letouzey et Ané, 1989, 109 p.

38 Bernard Plongeron, « Entre Rome et la République, la revendication identitaire de l’Église consttutionnelle (1780-1801) », in Des résistances religieuses à Napoléon (1799-1813), Paris, Letouzey et Ané, coll. « Mémoire chrétienne au présent », 2006, p. 93-121.

39 Sur le détail des négociations concordataires et des préparatifs du concile : Rodney J. Dean, op. cit.

40 L’expression est de Bernard Plongeron, L’abbé Grégoire..., op. cit., p. 9.

41 Affirmation d’Hippolyte Carnot, op. cit., p. 247.

42 Anecdote citée par B. Plongeron, L’abbé Grégoire..., op. cit., p. 31. Elle n’est pas citée par R. J. Dean, op. cit., p. 273-274.

43 In Les Ruines..., op. cit., p. 10.

44 Les Ruines..., op. cit., p. 174.

45 Commentaire d’H. Carnot, op. cit., p. 246-247 ; Augustin Gazier, op. cit., p. 176.

46 Bibliothèque de Port-Royal, Rev. 688-9ms, « relation de ce qui s’est passé le dit jour sur les ruines de Port-Royal », par l’oratorien Rondeau, 3 fol., à la suite du « Discours prononcé le 29 octobre 1809, jour anniversaire et année séculaire de la destruction de Port-Royal-des-Champs sur les ruines de ce saint monastère par M.*** chanoine de Gênes », fol. 23.

47 « Discours... », op. cit., fol. 14.

48 Bibliothèque de Port-Royal, Rev. 688-14ms, « ... par un ami de la Vérité, et de cette sainte maison », Paris, 8 avril 1804, 21 fo. Sur un exemplaire consulté par Valérie Guittienne-Mürger (« Les pèlerins de 1809 », in L’abbé Grégoire et Port-Royal, op. cit., p. 73), le discours a été adressé à « M. Audran ». Il s’agit de Prosper-Gabriel Audran, professeur au Collège de France mais surtout l’un des responsables de l’organisation port-royaliste parisienne.

49 Idem, fol. 18-19.

50 « Réflexions... », op. cit., fol. 6.

51 Les deux chanoines italiens sont de cette même tendance : Marina Caffiero, « La postérité du figurisme en Italie », in Jansénisme et Révolution, op. cit., p. 241-252.

52 Idem, fol. 8 et 10.

53 René Taveneaux, « Permanences jansénistes au XIXe siècle », XVIIIe siècle, 1980, p. 397-414.

54 Cité par A. Gazier, op. cit., p. 156.

55 Michel Albaric, « Regard des jansénistes sur l’Église de France de 1780 à 1789 d’après les Nouvelles Ecclésiastiques », in Jansénisme et Révolution, op. cit., p. 65-79 ; et Yann Fauchois, « Les jansénistes et la Constitution civile du clergé », idem, p. 195-209.

56 T. 2, no 27, p. 21-25, « Extrait d’un ouvrage du P. Quesnel, sur la souveraineté des rois ».

57 Leur teneur fait l’objet d’un nouvel article dans le no 28, « Lettre au sujet de l’ouvrage du P. Quesnel », p. 193-196. Il paraitrait surprenant qu’il s’agisse de Pierre-Jean Agier, d’ailleurs toujours président de la Cour de Paris et de surcroit ancien collaborateur aux Annales de la religion.

58 Bernard Plongeron, Les Réguliers de Paris devant le serment constitutionnel. Sens et conséquences d’une option (1789-1801), Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1964, p. 143-146. Sur François Jacquemont, curé de Saint-Médard-en-Forez (Loire) et la « Petite Église » de Lyon : J.-P. Chantin, Les Amis de l’œuvre de la Vérité. Jansénisme, miracles et fin du monde au XIXe siècle, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1998, 186 p.

59 Edmond Rethore, « Du jansénisme et de sa longue survivance à Argenteuil », Argenteuil et son passé, no 6, s. d. (1967), p. 17 ; Sylvain Hilaire, Une communauté janséniste à Argenteuil au XIXe siècle. Du terreau janséniste à l’engagement sectaire, mémoire de maîtrise, Paris XIII, Marie-José Michel (dir.), 1999, p. 166.

60 L’ordre a été modifié dans la Table d’un exemplaire de 1767, p. 104 (coll. part.). Sur les Bonjouristes : J.-P. Chantin, Les Amis..., op. cit.

61 Des détails dans A. Gazier, op. cit., p. 177-178, qui résume son article « Manzoni à Port-Royal en 1810 » paru dans la Revue politique et littéraire du 14 mars 1908.

62 A. Gazier, op. cit., p. 208. L’évêque, Jean Brumauld de Beauregard, est accusé par l’oratorien Rondeau d’agir au nom des Jésuites.

63 Le projet, qui se réalise en 1838, entend réunir autour de la défense des libertés gallicanes (Bibliothèque de Port-Royal, « correspondance Silvy », lettres de M. Morillon à Ravisé, 22/11 et 28/11/1832).

64 A. Gazier, op. cit., p. 209.

65 p. 138.

66 No d’Août, p. 96.

67 C. Maire, « Port-Royal. La fracture religieuse », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, coll. Quarto, t. 2, 1997, plus particulièrement les pages 2629-2641. Voir aussi Adrienne Alix, La mémoire de Port-Royal (XIXe-XXe siècles). Histoire, mythes et acteurs, mémoire de D.E.A., M. J. Michel (dir.), Paris XIII, octobre 2002.

68 Idem, p. 2634.

69 Ib., p. 2640.

70 Véronique Alémany, « Le renouveau de Port-Royal-des-Champs au XIXe siècle », Chroniques de Port-Royal, no 55, « L’abbaye de Port-Royal-des-Champs, VIIIe centenaire », 2005, p. 185-207.

71 Port-Royal-des-Champs, notice historique à l’usage des visiteurs, Paris, Imp. E. Martinet, 16 p. Il note, dans une réédition de 1905, que depuis sa première brochure le site a été visité par plus de 100 000 visiteurs (Paris, Plon-Nourrit, p. 10).

72 Cité par V. Alémany, op. cit., p. 196.

73 Cité par D. Julia, op. cit., p. 868.

74 Expressions de B. Plongeron, op. cit.

Auteur

Chercheur associé de l’équipe RESEA (REligions, Sociétés Et Acculturation, université Lyon 3) du LARHRA (UMR 5190). Il a publié notamment La jansénisme, entre hérésie imaginaire et résistance catholique (XVIIe - XIXe siècle), Paris, Cerf-Fides, coll. Bref, 1996, 126 p. ; Les Amis de l’Œuvre de la Vérité. Jansénisme, miracles et fin du monde au XIXe siècle, Lyon, PUL, 1998, 186 p. ; Le régime concordataire français. La collaboration des Églises et de l’État (1802-1905), Paris, Beauchesne, coll. Bibliothèque Beauchesne, 2010, 299 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540