Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du pèlerinage

 | 
Luc Chantre
, 
Paul d’Hollander
, 
Jérôme Grévy

Première partie. Quand les pouvoirs publics interviennent dans les pèlerinages religieux

Le pèlerinage à La Mecque, une menace épidémique ? Hajj et choléra au XIXe siècle

Sofiane Boudhiba

Texte intégral

1L’Europe a été le théâtre de terribles épidémies de choléra tout le long du XIXe siècle. Pour contrer le fléau, les grands empires coloniaux ont organisé quatorze grandes conférences sanitaires internationales entre 1851 et 1938, avec pour objectif principal la neutralisation du choléra autour du bassin méditerranéen.

2Lors de la conférence sanitaire internationale de 1866, qui s’est tenue à Gatalasaray en Turquie, Sulpice Antoine Fauvel, considéré comme le grand spécialiste des épidémies dans l’empire ottoman, a pu démontrer que le choléra est transmis par les déjections des cholériques, et a proposé la mise en place d’un système de quarantaines. Les conférences sanitaires avaient également souligné la menace épidémique représentée par le pèlerinage à la Mecque (hajj), et abouti à la nécessité de le contrôler.

3Cet article traite du rôle joué par le pèlerinage à la Mecque comme vecteur de propagation du choléra dans l’Europe du XIXe siècle. Dans quelle mesure le hajj était-il une menace épidémique ? Quelles ont été les mesures diplomatiques, militaires, sanitaires, prises par les Européens pour limiter le risque de choléra lié aux déplacements massifs de pèlerins ? L’empire ottoman a-t-il accepté de contrôler l’accès de la Mecque afin de limiter la propagation du choléra, comme demandé par les puissances européennes ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles je me propose de trouver des éléments de réponse.

4Ma réflexion se fera en trois étapes. Je commencerai par examiner la menace réelle représentée par le hajj en ce qui concerne le choléra au XIXe siècle. J’essaierai ensuite de voir quelles ont été les grandes mesures prises par les puissances européennes pour limiter l’accès des pèlerins à la Mecque. Le rôle ambigu de l’empire britannique dans les fermetures et réouvertures successives de la route maritime du hajj sera également examiné ici. Enfin, la dernière partie de l’article s’attachera à expliquer le revirement de la position de l’empire ottoman, sous l’effet des pressions des communautés musulmanes.

Le Hajj et le choléra au XIXe siècle

5Jusqu’au début du XIXe siècle, le choléra se cantonnait en Inde, et plus précisément autour du delta du Gange, son réservoir naturel. Bien que les épidémies aient largement débordé les frontières de l’Inde, ravageant la Chine et l’Indonésie, on ne commencera à user du terme de « pandémie » que lorsque le vibrion atteindra le Maghreb, puis les Amériques.

Le choléra au XIXe siècle dans le bassin méditerranéen

  • 1 Bacille du choléra, isolé pour la première fois isolé par l’anatomiste italien Filippo Pacini en 1 (...)
  • 2 Il y en eut sept dans le monde.

6La révolution des transports du XIXe siècle va accélérer la propagation des épidémies de choléra dans le bassin méditerranéen. La généralisation de l’usage du bateau à vapeur va ainsi ouvrir à vibrio cholerae1 la voie maritime. L’ensemble du bassin méditerranéen sera frappé de plein fouet par le choléra à deux reprises : une première fois, durant la troisième pandémie2 qui, partie de Chine en 1846, frappe le Maghreb et en particulier l’Algérie, puis l’Europe, avant de s’achever en 1861. La quatrième pandémie, qui dure de 1863 à 1876, touchera l’Europe du Nord, la Belgique, la France, puis le Maghreb avant de traverser l’Atlantique en direction de l’Amérique du Sud.

Le Hajj, vecteur de choléra

  • 3 Laurence Husson, Sécurité et problèmes sanitaires à la Mecque : le cas des pèlerins indonésiens, i (...)

7En 1866, une commission d’enquête organisée par les Ottomans démontre que 13 épidémies de choléra ont touché la Mecque entre 1831 et 18653. En 1865 précisément, une terrible épidémie de choléra gagne l’Europe, accompagnant le retour massif de pèlerins de la Mecque, et fait plus de 200 000 victimes. Un vent de panique souffle sur l’Europe, le pèlerinage à la Mecque est pointé du doigt, et le hajji est diabolisé, accusé de ramener le virus de la lointaine Asie jusqu’au cœur de l’Europe.

8De nombreux travaux et récits de voyage témoignent ainsi de l’omniprésence du choléra auprès du hajji tout au long de son périple, frappant les esprits des lecteurs. Le récit de Charles Montagu Doughty, géologue anglais, qui voyagea durant deux ans dans le hijjez, et eut l’occasion d’accompagnés des pèlerins à la Mecque, nous donne une vision de l’état d’esprit qui régnait alors. Il écrit ainsi :

  • 4 Charles Montagu Doughty, Travels in Arabia deserta, 1888, réédité par Payot, Paris, 1994.

« Le hajj rapportait avec lui la petite vérole. Cette terrible maladie et le choléra sont les fléaux destructeurs de l’Arabie nomade. Les caravanes de pèlerins (dont beaucoup viennent des provinces arabes elles-mêmes) sont comme les canaux par lesquels la contamination des cités se répand, année après année, à travers la vaste péninsule4. »

  • 5 En souvenir de la substitution d’Ismaël par un mouton, alors même que son père Abraham voulait le (...)
  • 6 Laurence Husson, Sécurité et problèmes sanitaires à la Mecque : le cas des pèlerins indonésiens, i (...)

9En fait, la promiscuité, la fatigue du voyage, la manque d’eau potable, l’hygiène exécrable, la chaleur, sot autant de facteurs qui multiplient les risques de transmission du choléra au sein de la communauté des pèlerins. Le rituel du sacrifice du mouton5 est souvent considéré comme le point de départ des épidémies de choléra. En effet, l’abattage de milliers de bêtes et l’entassement de leurs carcasses par une température dépassant les 50° favorise la prolifération bactérienne6.

10C’est dans ce contexte de psychose sanitaire que les grandes puissances européennes décident de réagir de concert.

Les Européens face au choléra du Hajj

  • 7 Chiffoleau Sylvia, Le pèlerinage à la Mecque à l’époque coloniale : matrice d’une opinion publique (...)

11Au milieu du XIXe siècle, il devient évident que le hajj joue le rôle de « redistributeur, vers l’Occident, de l’épidémie de choléra qui ravage une grande partie du monde cette année-là [1865]7 ». En 1850, la France propose la mise en place d’un blocus sanitaire pour protéger l’Europe. En 1851, la première convention internationale est signée entre la France, l’Italie et la Sardaigne. Mais ce n’est qu’en 1866 que le pèlerinage à la Mecque est expressément mentionné dans les conventions sanitaires internationales.

Les conférences sanitaires internationales

12Face au danger, les empires européens ont organisé une série de conférences sanitaires, la première ayant lieu à Paris en 1851. La Turquie et l’Égypte ont été invitées à participer aux travaux de cette conférence, en tant que gardiennes des portes orientales de la Mer méditerranée. Depuis cet évènement historique, quatorze conférences sanitaires internationales ont été organisées entre 1851 et 1938, avec pour objectif principal l’harmonisation de la stratégie de quarantaines aux frontières, mais également celui de créer des bureaux de contrôle sanitaire tout le long de la Méditerranée.

  • 8 Expression désignant le choléra.

13Deux principaux bureaux furent ouverts, le premier à Constantinople en 1838, le second en 1881 à Alexandrie, peu de temps après l’ouverture du canal de Suez. Il est vrai que la percée du canal en 1869 a mis directement en contact la Méditerranée occidentale et la Mer Rouge, accroissant ainsi la peur de l’Occident face au péril fécal8.

La ségrégation sanitaire

14Deux grandes décisions ont été prises durant les huit mois de la conférence sanitaire internationale de Galatasaray. D’abord, il fut décidé de mettre en place des stations de quarantaine tout le long des voies maritime et terrestre dans le bassin méditerranéen.

  • 9 Appartenant à l’empire ottoman.

15Plus tard, les Européens ont construit une station de contrôle sanitaire sur l’île de Perim Island, en Méditerranée, et en 1881, deux nouveaux lazarets furent construits sur l’île de Kamaran9 et dans le détroit de Bab el Mandeb. Peu à peu, les Européens ont transformé la Méditerranée en un immense lazaret filtrant l’entrée des pèlerins vers l’Europe.

16Dès l’ouverte du canal de Suez en 1869, les gouvernements européens ont demandé aux Ottomans d’être plus vigilants, et de fermer immédiatement le passage entre la Mecque et les ports maghrébins et égyptiens, à la moindre signalisation de cas suspects chez les pèlerins. L’argument des Européens était qu’il fallait obliger les pèlerins de retour à traverser le désert, ce qui prenait suffisamment de temps pour constituer une quarantaine efficace.

La position de l’Empire britannique

17Tout au long du XIXe siècle, les Britanniques se sont distingués par une position ambivalente vis-à-vis du choléra provenant de la Mecque.

18En effet, les Britanniques considéraient la mise en place des quarantaines et la fermeture des routes maritimes comme un frein à leurs activités commerciales avec le Moyen Orient, et un risque de perdre leur hégémonie sur la Méditerranée. Par ailleurs, le transport de millions de pèlerins était une activité lucrative pour les compagnies de transport maritimes britanniques.

  • 10 Denys Bray, Secrétariat d’État aux affaires étrangères et politiques, 1918, Secret-War, File no 43 (...)

19Les Britanniques ne craignaient pas seulement pas pour leur économie. En effet, ils avaient l’obligation d’aider les communautés musulmanes dans leurs colonies orientales, et subissaient la pression des lobbies islamiques en Inde. C’est pourquoi ils ont essayé de faciliter le pèlerinage afin de convaincre les indiens musulmans de leurs bonnes intentions. Même au début du XXe siècle, en pleine guerre des Balkans (1912-1913) et Durant la première guerre mondiale, les Britanniques s’arrangeront, au grand dam de leur propre ministère des armées, pour affecter quelques bateaux à vapeur pour le transport des pèlerins du hajj10.

20Ainsi, pour les Britanniques, admettre que le choléra était contagieux, c’était reconnaître que le pèlerinage à la Mecque était une menace pour l’Europe. C’est pourquoi lorsque Robert Koch découvre le bacille vibrio cholera en 1884, le gouvernement britannique continuera à renier systématiquement la transmission d’homme à homme.

  • 11 Mishra Saurabh, The politicization of a holy act: the hajj from the Indian subcontinent during col (...)

21En réaction à cette attitude trop bienveillante vis a vis de la communauté musulmane, les autres nations européennes ont proposé des restrictions sur les navires britanniques, menaçant l’hégémonie commerciale des Britanniques en Méditerranée11.

  • 12 Du 7 février au 3 avril 1894.

22Ce n’est qu’en 1894, sous la pression grandissante des autres nations européennes, que la Grande Bretagne acceptera de reconnaître cette évidence, en signant la convention sanitaire de Paris12.

23Voyons à présent comment l’Empire Ottoman a géré la menace cholérique provenant de la Mecque

La position des Ottomans

24Durant la deuxième partie du XIXe siècle, une partie des pays du bassin méditerranéen est encore sous la domination de la Sublime porte. Les Ottomans se trouvent donc face à l’une des plus graves crises sanitaires de tous les temps, les pandémies successives de choléra leu attribuant peu à peu le rôle de gendarme sanitaire de la Méditerranée. Ils deviennent également les gardiens des routes maritimes et terrestres de la Kaaba, qui constituent une voie privilégiée entre les rives occidentales et orientales de la Méditerranée.

  • 13 Qui a pour mission, en particulier, de délivrer les patentes de santé des navires arrivant au port (...)
  • 14 Grandes réformes mises en chantier 1839 à 1870 par l’empire ottoman.

25En octobre 1847, en pleine épidémie de choléra, le Dr Sulpice Antoine Fauvel s’installe à Istanbul pour occuper le poste stratégique d’inspecteur sanitaire13, au moment même où les autorités ottomanes lancent les tanzimet14. Dans l’empire ottoman, la menace cholérique est prise très au sérieux, depuis que le choléra a subitement emporté dix mille soldats à Alexandrette, puis six mille autres à Smyrne, mettant en péril l’équilibre politique dans la région.

Les réactions hygiènistes de l’Empire ottoman

26Les ottomans ont rapidement adopté les comportements hygiénistes des Européens. En 1835, le Sultan Mahmoud II décide de mettre en place le Conseil sanitaire de l’Empire Ottoman, et installe une chaîne continue de lazarets tout le long du pourtour méditerranéen, jusqu’au hijjaz. La fin du XIXe siècle verra la mise en place d’une ligne de stations sanitaires quasi ininterrompues d’une extrémité à l’autre du basin méditerranéen, de Tanger à Istanbul.

27Cette situation n’avait pourtant pas satisfait les Européens, pour deux raisons. D’abord, ces derniers étaient sceptiques quant à la capacité des Ottomans, peu habitués à la culture hygiéniste, de gérer une telle situation de crise. Il est vrai que :

  • 15 Chiffoleau Sylvia, Le pèlerinage à la Mecque à l’époque coloniale : matrice d’une opinion publique (...)

« Malgré leur bonne volonté, les membres de la mission médicale envoyée chaque année au Hedjaz, généralement des médecins syriens, trop peu nombreux, ne peuvent guère faire que veiller à la propreté relative des espaces urbains et à donner l’alerte lorsque survient une épidémie15. »

28Mais il était surtout considéré humiliant pour les Européens de voir leurs propres navires contrôlés par les Ottomans. Les Européens ont alors commencé à craindre de perdre leur hégémonie en Méditerranée. C’est à partir de là que les mesures de contrôle sanitaire mises en place par les Ottomans ont créé d’âpres négociations dans les représentations consulaires, entre diplomates, scientifiques, commerçants et capitaines de vaisseaux.

29Cependant, les Ottomans commencent à changer d’attitude vis à vis des Européens, concernant leur rôle de gendarme sanitaire en Méditerranée.

Le changement d’attitude des Ottomans

  • 16 Communauté musulmane mondiale.

30Sous la pression populaire, les monarques musulmans ont commence à craindre d’être accusés de servitude vis a vis des empires européens. En effet, le vieil antagonisme entre chrétiens et musulmans s’était réveillé à l’occasion de l’âpre lutte pour le contrôle sanitaire de la Méditerranée. Les chefs musulmans se devaient donc de se montrer bien plus solidaires avec la oumma16.

31En effet, la fermeture des voies maritimes méditerranéennes a causé une grande frustration chez les populations du Maghreb. La mer Méditerranée s’est transformée en une vaste zone tampon : au nord des populations chrétiennes, riches et en bonne santé. Au sud, des peuples musulmans pauvres, sales et malades. Avec l’augmentation du nombre de victimes des épidémies de cholera, les Européens – sauf les Britanniques – ont accru leur pression sur les ottomans pour filtrer les mouvements maritimes. Cela provoqua un début de rébellion chez les populations colonisées du Maghreb.

32L’opinion publique au Maghreb avançait l’argument selon lequel sous couvert de principes hygiénistes, l’Europe visait à contrôler les routes maritimes méditerranéennes. Si la révolte grondait, c’est parce que la fermeture des passages maritimes avait un effet désastreux sur les musulmans du Maghreb : cela risquait d’empêcher purement et simplement des millions de pèlerins d’accomplir le hajj, pèlerinage vers la Mecque.

Les Ottomans et la route maritime du Hajj

33Suite aux nombreuses conférences sanitaires internationales qui se sont tenues tout le long du XIXe siècle, avec la participation active des ambassadeurs ottomans, les Européens ont mis en place la procédure du « means tests », consistant à sélectionner rigoureusement les candidats maghrébins au pèlerinage, selon des critères exclusivement sociaux.

34De fait, seules les personnes les plus riches, ayant les moyens de voyager dans de bonnes conditions d’hygiène (bien manger, boire de l’eau fraîche, se laver régulièrement, habiter des chambres individuelles) étaient autorisées à embarquer vers le hijez. D’un point de vue épidémiologique, cela semblait porter ses fruits, mais sur le plan humain c’était inacceptable.

  • 17 David Arnold, Colonizing the Body : State Medicine and Epidemic Disease in Nineteenth-Century Indi (...)

35Les Maghrébins musulmans, les plus pauvres en particulier, étaient conscients de constituer une « classe dangereuse17 ». En effet, le « means tests » était considéré comme scandaleux, l’Islam favorisant une égalité des chances pour tous les croyants pour accomplir le hajj, quelque soit le rang social.

  • 18 Achille Proust, Essai sur l’hygiène, avec une carte indiquant la marche des épidémies de choléra p (...)

36La pression exercée par l’Europe sur l’Empire Ottoman a continué à augmenter, comme en atteste Achille Proust, Professeur d’hygiène à la Faculté de médecine de l’Université de Paris : « L’Europe a réalisé qu’elle ne pouvait pas rester ainsi, chaque année à la merci du pèlerinage à La Mecque18. »

37Il est vrai que l’année 1885 a vu un renforcement drastique des mesures de contrôle sanitaire maritime entre le Maghreb et l’Arabie. Ainsi, une politique de quarantaine a été imposée pour tout navire suspecté de transporter un passager infecté par le cholera. Le contrôle était strict au point que les passagers tentant de débarquer d’un navire en quarantaine étaient systématiquement abattus par l’armée.

38Les Ottomans se sont soudain retrouvés entre le fer et l’enclume. D’une part, leur puissance et leur rayonnement leur conféraient des responsabilités politiques internationales, et ils se devaient d’être les garants de la sécurité en Méditerranée. D’autre part, ils étaient les représentants du monde musulman et les gardiens de la Kaaba, et de ce fait ils se devaient de faciliter le pèlerinage de l’ensemble des musulmans provenant du Maghreb.

39Dès 1886, les Ottomans ont commencé à refuser de collaborer à l’impitoyable stratégie sanitaire des Européens. Ils ont avancé l’argument que cela contribuait uniquement à isoler le Maghreb, d’autant plus que des mesures similaires n’étaient guère prises sur les rives européennes de la mer Méditerranée.

40Les Ottomans ont rappelé aux Britanniques que l’armée anglaise avait été le principal vecteur de l’épidémie de choléra qui avait secoué le Népal et l’Afghanistan en 1818, et que de plus la marine marchande britannique avait transporté le virus du choléra de l’Afrique de l’Est vers la Chine en 1820. Les Ottomans ont également clamé haut et fort que les armées anglaise et française avaient propagé la cholera d’Europe vers les côtes orientales de la Méditerranée en 1854, lorsqu’elles avaient participé à la guerre de Crimée, et qu’aucune mesure sanitaire sérieuse n’avait alors été prise.

  • 19 “Barefoot believers”, expression célèbre employée par Ali Shariati (Hajj : Reflections on its Ritu (...)

41Le changement d’attitude des Ottomans était également appuyé par l’argument suivant : fermer les routes maritimes en Méditerranée revenait à condamner ces milliers de « croyants aux pieds nus19 », qui étaient obligés de traverser le désert, faute de pouvoir embarquer sur un navire. Même l’élite moderne et européanisée vivant au Maghreb a élevé de vives protestations, refusant de voir la mer Méditerranée devenir le lazaret de l’Europe.

42Il semblait que la position intransigeante adoptée par les empires coloniaux européens avait dans une très large mesure contribué à renforcer l’esprit communautaire parmi les populations maghrébines musulmanes. De nombreux chroniqueurs occidentaux ont alors commence à évoquer une montée du panislamisme dans le Maghreb.

  • 20 Mois lunaire durant lequel a lieu le hajj.

43Lors de la conférence sanitaire de 1894, tenue à Paris, les Ottomans ont été ouvertement accusés de négligence et de corruption dans l’administration du hajj. Comme pour prouver leur bonne foi, ils adoptèrent une série de réformes sanitaires, en renforçant le corps médical durant le mois de dhou el hajja20, en installant des pharmacies aux alentours de la Kaaba, en construisant de nouveaux hôpitaux et modernisant les structures existantes, et en créant un corps de police sanitaire.

44On l’a vu tout au travers de ces réflexions, les épidémies de choléra qui se sont abattues sur le bassin méditerranéen tout au long du XIXe siècle ont placé l’empire Ottoman dans une posture singulière : d’une part, il se devait d’assurer la sécurité sanitaire des empires européens contre toute épidémie parvenant du Maghreb.

45D’autre part, il était le défenseur des hautes valeurs de l’Islam, et devait de ce fait tout mettre en œuvre pour assurer aux pèlerins les meilleures conditions de transport, d’hébergement, dans les délais imposés par le rituel sacré du hajj.

46Après avoir longtemps hésité face à ce dilemme, l’empire ottoman finira par épouser la cause de l’Islam, tout en sachant conserver de bonnes relations diplomatiques avec les autres empires.

47Cette brève étude aura eu le modeste mérite de montrer jusqu’à quel point les épidémies de choléra qui se sont abattues sur le bassin méditerranéen tout au long du XIXe siècle ont pu mettre à mal les relations diplomatiques entre les grandes puissances coloniales.

Bibliographie

Bibliographie

Baldwin Peter, Contagion and the State in Europe (1830-1930), Cambridge University Press, 1999.

Bourdelais Patrice, Les épidémies terrassées, La Martinière, France, 2003 ; – (sous la direction de), Les hygiénistes, enjeux, modèles et pratiques, Belin, Paris, 2001.

Chiffoleau Sylvia, Le pèlerinage à la Mecque à l’époque coloniale : matrice d’une opinion publique musulmane ?, in Les pèlerinages au Maghreb et au Moyen-Orient : espaces publics, espaces du public, Beyrouth, Institut Français du Proche-Orient, août 2005.

Conrad Lawrence, Neve Michael, Nutton Viviane, Porter Roy, Wear Andrew, La lutte contre la maladie, Les empêcheurs de penser en rond, France, 1999.

Doughty Montagu Charles, Travels in Arabia deserta, 1888, réédité par Payot, Paris, 1994.

Duguet Firmin, Le pèlerinage de la Mecque au point de vue religieuse, social et sanitaire, Paris, Reider, 1932.

Flahault Antoine et Zylberman Patrick, Des épidémies et des hommes, La Martinière, France, 2008.

Freney Jean et Hansen Willy, Des bactéries et des hommes, Privat, France, 2002.

Gallagher N., Contagion and quarantine in Tunis and Cairo, 1800-1870, in the Maghreb review, 1982, p. 108-111.

Husson Laurence, Sécurité et problèmes sanitaires à la Mecque : le cas des pèlerins indonésiens, in Archipel 56, Paris, 1998.

Notes

1 Bacille du choléra, isolé pour la première fois isolé par l’anatomiste italien Filippo Pacini en 1854, puis « redécouvert » par l’allemand Robert Koch en 1883.

2 Il y en eut sept dans le monde.

3 Laurence Husson, Sécurité et problèmes sanitaires à la Mecque : le cas des pèlerins indonésiens, in Archipel 56, Paris, 1998, p. 328.

4 Charles Montagu Doughty, Travels in Arabia deserta, 1888, réédité par Payot, Paris, 1994.

5 En souvenir de la substitution d’Ismaël par un mouton, alors même que son père Abraham voulait le sacrifier.

6 Laurence Husson, Sécurité et problèmes sanitaires à la Mecque : le cas des pèlerins indonésiens, in Archipel 56, Paris, 1998, p. 329.

7 Chiffoleau Sylvia, Le pèlerinage à la Mecque à l’époque coloniale : matrice d’une opinion publique musulmane ?, in Les pèlerinages au Maghreb et au Moyen-Orient : espaces publics, espaces du public, Beyrouth, Institut Français du Proche-Orient, août 2005, p. 140.

8 Expression désignant le choléra.

9 Appartenant à l’empire ottoman.

10 Denys Bray, Secrétariat d’État aux affaires étrangères et politiques, 1918, Secret-War, File no 438-490.

11 Mishra Saurabh, The politicization of a holy act: the hajj from the Indian subcontinent during colonial times, Oxford, p. 1.

12 Du 7 février au 3 avril 1894.

13 Qui a pour mission, en particulier, de délivrer les patentes de santé des navires arrivant au port, rôle autrefois attribué au consul.

14 Grandes réformes mises en chantier 1839 à 1870 par l’empire ottoman.

15 Chiffoleau Sylvia, Le pèlerinage à la Mecque à l’époque coloniale : matrice d’une opinion publique musulmane ?, in Les pèlerinages au Maghreb et au Moyen-Orient : espaces publics, espaces du public, Beyrouth, Institut Français du Proche-Orient, août 2005, p. 141.

16 Communauté musulmane mondiale.

17 David Arnold, Colonizing the Body : State Medicine and Epidemic Disease in Nineteenth-Century India, Berkeley, University of California Press, 1993, p. 186-189.

18 Achille Proust, Essai sur l’hygiène, avec une carte indiquant la marche des épidémies de choléra par les routes de terre et la voie maritime, Paris, 1873.

19 “Barefoot believers”, expression célèbre employée par Ali Shariati (Hajj : Reflections on its Rituals)

20 Mois lunaire durant lequel a lieu le hajj.

Auteur

Professeur de démographie à l’université de Tunis, Tunisie. Il est spécialiste des grandes crises de mortalité, et en particulier les épidémies de choléra, peste et fièvres hémorragiques. À ce titre, il a travaillé en tant que consultant pour les Nations Unies sur les questions de morbidité et mortalité, et en particulier avec l’OMS, le FNUAP (Fonds des Nations Unies pour la Population) et ONUSIDA. Il vient de publier un livre sur la mortalité urbaine en Tunisie.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540