Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du pèlerinage

 | 
Luc Chantre
, 
Paul d’Hollander
, 
Jérôme Grévy

Première partie. Quand les pouvoirs publics interviennent dans les pèlerinages religieux

Le pèlerinage et le sionisme chrétien aux États-Unis. Le cas du Christians United For Israel

Katia Batut-Lucas

Texte intégral

1Le sionisme chrétien est un mouvement qui rassemble beaucoup d’évangéliques américains et qui a notamment donné naissance à l’organisation chrétienne pro-Israël, Christian United For Israel (CUFI), en 2006. Celle-ci se compose de plus d’un million de membres depuis mars 2012. Son succès grandissant serait dû notamment à son dirigeant charismatique et médiatisé, le pasteur texan John Hagee qui aurait reçu l’appel divin de rassembler les chrétiens et les juifs en l’honneur d’Israël.

  • 1 Genèse 12 : 3 ; Ésaïe 62 : 1, Bible, La Traduction œcuménique de la Bible, TOB, consultable en lig (...)

2Beaucoup de partisans du CUFI croient que les prophéties de la Bible ne sont pas caduques et qu’elles se sont déjà réalisées. Ainsi, les prophètes de la Bible auraient prédit la création de l’État d’Israël (1948) et la conquête de Jérusalem par les juifs (1967). Ces croyants sont des évangéliques fondamentalistes qui interprètent littéralement la Bible. Ils obéissent également à Genèse 12 : 3 : « Je bénirai ceux qui te béniront ; qui te bafouera, Je le maudirai... » ; ainsi qu’à cette injonction en Ésaïe 62 : 1 : « À cause de Sion je ne me tairai pas1. » Rappelons toutefois que tous les évangéliques ne sont ni forcément sionistes ni fondamentalistes.

3Le terme pèlerinage est formé de « pèlerin », du latin peregrinus, qui signifie étranger ou d’un autre pays. Nous entendons le sens de voyage organisé, porteur de sens et de déplacement vers un lieu sacré ou profane.

4D’une part, le premier type de pèlerinage international fait par les chrétiens sionistes est en Israël. Il se confond avec le voyage touristique, la quête spirituelle et le militantisme. D’autre part, le second type de niveau national a lieu aux États-Unis.

5À la lumière des discours et des études de terrain, nous verrons comment le pèlerinage est instrumentalisé par ce groupe, et comment la frontière entre le religieux et le politique est difficile à cerner. Le politique tend à occulter le religieux. Enfin, la pratique lobbyiste est marquée par une forme de religiosité. Nous explorerons ainsi le rapport entre le religieux et le politique à travers le prisme du pèlerinage. Pourquoi les chrétiens sionistes se rendent-ils en Israël, à Washington D. C. ? Quels sont les aspects politiques des pèlerinages ? Qui sont ces pèlerins et qu’expérimentent-ils ?

6Tout d’abord, nous ferons un rapide historique des pèlerinages en Israël, nous verrons le soutien du ministère du Tourisme israélien et le type de pèlerinage sioniste qui se pratique, avant de nous focaliser sur le groupe de Hagee. Nous porterons ainsi notre intérêt sur le sommet washingtonien du CUFI.

Les pèlerinages en Israël

7Les voyages en Israël se sont développés depuis des années notamment par le soutien du gouvernement israélien. Les circuits sont adaptés en fonction des idées politico-religieuses.

Historique de la politisation du pèlerinage

  • 2 Sizer S., Christian Zionism, Road-Map to Armageddon ?, Leicester, Inter-Varsity Press, 2006, p. 33 (...)

8Les pèlerinages en Israël se développent dès la fin du XIXe siècle. Tandis que le canal de Suez s’ouvre dès 1869, le pionnier du tourisme Thomas Cook décide d’emmener son premier groupe touristique à Jérusalem et il contribue à faciliter le contact des évangéliques avec la Terre Sainte2. C’est ainsi que débutent les pèlerinages en Israël.

  • 3 Belhassen Y. & Ébel J., « Tourism, faith and politics in the Holy Land : an ideological analysis o (...)

9Depuis la création de l’État d’Israël, les voyages évangéliques se politisent avec l’influence du gouvernement israélien. Les relations entre les États-Unis et Israël tendent également à renforcer les liens entre les chrétiens sionistes et les politiciens israéliens conservateurs. Pour poursuivre les ententes, le tourisme devient l’outil idéal3. Dès 1977, le premier ministre Menahem Begin (1913-1992) travaille avec les dirigeants de la Droite Religieuse pro-Israël dans le développement de voyages organisés afin d’inciter les évangéliques à venir en Israël.

10À partir de 1996, le tourisme des chrétiens sionistes en Israël est renforcé avec le premier ministre Benyamin Netanyahou. Sa stratégie est d’amener des pèlerins chrétiens en Israël afin de mobiliser leur soutien pour influencer la politique étrangère américaine. Ainsi les pèlerinages deviennent de véritables instruments politiques.

  • 4 Ibid., p. 371.

11Depuis plus de trente ans, les « pèlerinages pro-sionistes » américains n’ont cessé d’augmenter. Ils dynamisent l’économie israélienne et le soutien politique pro-Israël. Bien qu’ils aient des raisons politiques, les responsables israéliens croient avant tout que les évangéliques représentent un « réservoir fiable et important de touristes » ; ils cherchent donc à aider les organisateurs évangéliques4.

Tourisme, Israël et les évangéliques

  • 5 Shapiro F., « To the Apple of God’s Eye : Christian Zionist Travel to Israel », Journal of Contemp (...)
  • 6 Belhassen Y. & Ébel J., op. cit., p. 362.

12Les évangéliques n’ont cessé d’affluer en grand nombre surtout depuis les années 1970. En outre, le ministère israélien du tourisme estime que les évangéliques représentent un tiers des visiteurs américains dans l’État hébreu5. Toutefois, il est encore difficile de pouvoir calculer exactement ce nombre de visiteurs. En 2006, il y aurait eu environ cent mille visiteurs qualifiés de « pèlerins6 ».

  • 7 Weber T., On the Road of Armageddon: How Evangelicals became Israel’s Best Friend, Grands Rapids, (...)

13Depuis les années 1980, le ministère du tourisme israélien recrute des dirigeants évangéliques et il les invite gratuitement en Israël à participer aux visites dites de « familiarisation ». Ainsi les dirigeants religieux sont formés lors du voyage. Ayant vécu une expérience politiquement biaisée en Israël, ils peuvent recruter à leur tour des pèlerins7. Ils entendent ainsi des discours pro-israéliens à travers le prisme prophétique.

14Pendant les périodes de crise, les pèlerinages évangéliques continuent. En effet, encouragés par les dirigeants évangéliques, les pèlerins affluent dans l’État hébreu après la seconde Intifada (2000-2006) notamment pour montrer leur solidarité et leur réconfort envers le peuple israélo-juif. Par ailleurs, la majorité des croyants dit qu’elle ne craint pas pour sa propre sécurité puisqu’elle croit fermement que Dieu est de son côté si elle bénit Israël en la soutenant économiquement.

  • 8 Solomont E. B., « Meseznikov and US Evangelicals push for tourism boom », Jerusalem Post, 17 janvi (...)

15Depuis les années 2000, le gouvernement israélien et les organisations évangéliques poursuivent leurs alliances afin d’augmenter les voyages en Terre sainte. En 2010, le ministre Stas Meseznikov lance une campagne de 38 millions de dollars pour amplifier le tourisme des juifs et des non-juifs, soit deux fois plus qu’en 2009. Le premier ministre Benyamin Netanyahu, Meseznikov et le pasteur John Hagee dirigent ensemble un partenariat la même année8. Les divergences religieuses sont toujours mises de côté au profit de la stratégie économique et sioniste.

Le circuit des pèlerins chrétiens sionistes : quel programme ?

  • 9 Halsell, G., Forcing God’s Hand, Beltsville, Maryland, Amana publications, 2003. Halsell G., Proph (...)
  • 10 Sizer, S., Christian Zionism, Road-Map to Armageddon ?, op. cit., p. 219.

16Les critiques à l’encontre des pèlerinages sionistes chrétiens concernent les visites programmées : les pèlerins ne fréquentent pas ou rarement les villes de Bethléem ou de Nazareth et ils ne vont pas au contact de la population locale et chrétienne arabe. La journaliste Grace Halsell dénonce le côté politique de ces voyages qui laisseraient peu de place au religieux en choisissant les destinations9. Le théologien Stephen Sizer estime que ces excursions évitent volontairement le contact avec la communauté des chrétiens palestiniens10 qui ne sont pas généralement sionistes.

  • 11 Belhassen Y. & Ébel J., op. cit., p. 375.

17Toutefois, ces circuits politico-religieux ne sont pas inévitablement des lavages de cerveau bien qu’ils soient orientés par l’idéologie sioniste. Ces tours n’endoctrineraient pas les pèlerins en raison des opinions divergentes entre les visiteurs et les organisateurs. Le tourisme ne représenterait donc pas « la clef parfaite » pour recruter des sionistes11.

  • 12 Shapiro F., op. cit., p. 312.

18Puisque le ministère du tourisme israélien veut présenter son pays sous son meilleur jour et tient à répondre aux attentes des évangéliques, des tours opérateurs se chargent de leur montrer Israël « fort et vital » à travers le prisme sioniste. Les guides sont motivés à leur faire visiter leur pays et accueillent vivement le soutien international de ces chrétiens. Leur but est de faire de ces visiteurs des acteurs pro-Israël12. Ces pèlerins veulent aussi constater l’accomplissement des prophéties en Israël. Ainsi les sites historiques ne sont pas plus importants que les institutions modernes. Ces chrétiens désirent voir « la résurrection du peuple d’Israël et de la terre d’Israël » en négligeant parfois ce qui se réfère à l’histoire.

  • 13 Shapiro F., loc. cit.

19Ensuite, les évangéliques préfèrent avoir un guide sabra et s’attendent à visiter l’Israël « béni de Dieu ». Les visites et les commentaires sont subjectifs et politisés afin de faire de ces pèlerins des activistes pro-israéliens. Par ailleurs, les accompagnateurs israéliens sont conscients de ne pas faire que du tourisme religieux, mais bien de faire comprendre aux évangéliques combien leur soutien leur est cher. Selon leur logique, si les chrétiens s’étaient levés pour défendre les juifs lors de la Seconde Guerre Mondiale, la Shoah aurait pu ainsi être évitée13. En résumé, les juifs comme les chrétiens sont comblés : les premiers répondent aux attentes de ces derniers qui satisfont à leur tour les expectatives israéliennes sionistes.

Le CUFI et les pèlerinages en Israël

20Le CUFI propose des voyages en Israël afin de former les pèlerins à l’activisme.

Le voyage du CUFI pour les évangéliques : des militants ou des pèlerins ?

21A priori, les voyagistes qui s’allient avec cette organisation ne déclarent pas emmener des militants chrétiens, mais des pèlerins. Le terme pilgrim en anglais est utilisé en référence aux personnes handicapées pour qualifier le circuit dans la brochure de l’église de Hagee en 2012. Ce prospectus intitulé « Dans Ses pas » propose une « expérience qui change la vie » des croyants. Il s’agit d’un pèlerinage fondé sur l’expérience spirituelle et un schéma classique de visites évangéliques de sites historiques et bibliques tels que la via Dolorosa, le saint Sépulcre, le mont des Oliviers, le jardin de la tombe ou les plaines de Megiddo. A priori, le pèlerinage paraît religieux, mais la fin de celui-ci est marquée par le sommet de Jérusalem du CUFI où l’invité d’honneur est Benyamin Netanyahou. Les pèlerins font ensuite une marche solidaire dans les rues de la capitale d’Israël. Défiler dans Jérusalem relève d’une démarche géopolitique. Les croyants deviennent ainsi des pèlerins militants.

  • 14 Ils croient en effet qu’ils règneraient lors d’une période de mille ans, le Millenium, avec Jésus (...)

22Par ailleurs, il semblerait que, plus les pèlerins se familiarisent avec Israël et l’idéologie sioniste, plus le religieux s’efface au profit du politique. C’est le cas des croyants qui ont déjà voyagé. En effet, le programme diffère des visites séculières : l’institut Ayalon, un musée qui narre l’héroïsme des combattants juifs lors de la guerre d’indépendance d’Israël ; puis le Hall de l’indépendance où fut déclarée la création de l’État d’Israël. Ensuite, les pèlerins rencontrent les militaires de la défense israélienne à la frontière du Liban. Ce circuit met en exergue la bravoure des Israéliens et leurs victoires de guerres militaires avec l’aide de Dieu. Ces derniers combattent également les terroristes comme le font les États-Unis. Le courage et le patriotisme israélien sont des thèmes chers aux évangéliques américains. Cela fait partie du processus de renforcement des convictions politico-religieuses des chrétiens sionistes. Pour eux, Israël n’est pas qu’un lieu touristique rempli d’histoire biblique, mais une terre déchirée entre deux peuples, une terre que les juifs tenteraient de faire prospérer malgré les attaques ennemies. Une fois cette prise de conscience, ces pèlerins peuvent devenir des activistes sionistes. Enfin, un passage à l’Institut du Temple est programmé, ce qui répond aux attentes eschatologiques des croyants14. Ces visites mêlent ainsi religion et politique.

Le voyage du CUFI pour les pasteurs

  • 15 La traduction en français : « Comment un tel mal a pu être perpétré sur un peuple aussi précieux ? (...)
  • 16 [http://www.cufi.org/site/PageServer?pagename=GeorgiaTour about]. Consulté le 12 avril 2012.

23En décembre 2011, le CUFI organise le GA Pastors Tour to Israel grâce à la générosité d’un donateur anonyme géorgien qui souhaitait faire de ces pasteurs des sionistes. Cette pérégrination réunit trente-cinq dirigeants religieux de la Géorgie. C’est stratégiquement que le sionisme chrétien grandit profondément dans les consciences pastorales notamment après les visites du mémorial de Yad Vashem. Saisi par les émotions, chacun semble avoir une question en tête : « How could such evil be perpetrated upon such a precious people15 ? » La compassion et le désir de défendre un peuple qui a souffert poussent ces pasteurs à vouloir s’engager pour la cause sioniste afin d’éradiquer le mal qui attaque les juifs. Après ces visites, ils sont déterminés à s’engager pour le CUFI notamment dans le but de ne pas laisser un autre holocauste se produire et pour lutter contre l’antisémitisme16.

24Par ailleurs, les lieux qui semblent les avoir le plus émus sont des espaces séculiers et institutionnels comme les bases militaires, mais aussi la rencontre avec le premier ministre Netanyahou. Les expériences faites avec l’Israël moderne paraissent donc avoir plus d’impact émotionnel pour les pasteurs que les sites biblico-historiques.

25En outre, le but est de faire prendre conscience qu’Israël est la nation que Dieu a choisie et restaurée en 1948, mais qu’elle est l’alliée des Américains. En effet, ces pasteurs marchent au rythme de l’idéologie sioniste en passant des moments privilégiés avec le peuple juif et les autorités locales israéliennes. Les organisateurs du CUFI opèrent ainsi un processus de rationalisation en montrant l’État d’Israël peuplé de juifs rescapés, menacés et combattant ses ennemis. Cet « éveil » répond parfaitement à la prédisposition des évangéliques qui favorise déjà Israël pour des raisons religieuses. À celles-ci s’ajoutent des arguments militaires, défensifs, politiques voire patriotiques : les juifs sont les alliés des Américains qui luttent contre le terrorisme au nom de la liberté et de la démocratie.

26Une fois la prise de conscience qu’Israël n’est pas qu’une terre biblico-historique, mais réellement moderne, les pasteurs peuvent endosser le rôle de leaders sionistes qui comprennent l’ordre divin de bénir Israël littéralement et de propager rapidement la bonne nouvelle sioniste à tout leur réseau. Le but est de changer la vision des pasteurs sur Israël, afin qu’ils ne soient plus « neutres » ou « indifférents » sur le conflit au Moyen-Orient, qu’ils s’identifient mieux avec les israéliens d’un point de vue culturel, biblique et enfin judéo-chrétien. Ces ministres du culte américains étaient religieux lors de leur départ et ils reviennent sionistes. La mission du CUFI est donc réussie.

27Pourquoi emmener des pasteurs d’un seul État ? D’une part, convertir au sionisme chrétien le plus possible de dirigeants religieux d’un État est stratégique. En effet, chaque pasteur peut à son tour convaincre les fidèles de leurs églises et leur réseau. Ensemble, ils peuvent alors mobiliser un grand nombre d’activistes pour la cause sioniste afin de faire pression sur les dirigeants politiques étatiques, comme le sénateur, le gouverneur de leur État et bien d’autres élus. Ces pasteurs recevraient ainsi la mission de former conjointement un bastion sioniste géorgien militant en faveur d’Israël.

28Le pèlerinage en Israël, sous l’angle du christianisme et du sionisme chrétien, les amène à « marcher dans les pas de Jésus Christ ». De plus, cela les conduit sur les routes où vivent les « frères » actuels de Jésus, c’est-à-dire selon leur théologie, les Juifs, et celles au final du royaume de Christ millénariste. Une fois la pérégrination terminée, les évangéliques pro-Israël peuvent rentrer chez eux pour militer avec ardeur et entamer un tout autre pèlerinage, cette fois-ci vers la capitale des États-Unis.

Le sommet du CUFI à Washington D. C. du 16 au 20 juillet 2011

  • 17 Le groupe de pression pro-Israël, The American Israel Public Affairs Committee, né en 1951, rassem (...)

29En 2011, cinq mille militants participent au sommet washingtonien qui est « l’évènement pro-Israël le plus important de l’année » suggérant qu’il primerait sur les rassemblements du lobby juif de l’AIPAC17.

Le pré-sommet

  • 18 Voir le prospectus en ligne de cette assemblée [http://www.fbci.org/ministries/isradocs/cufi2011. (...)
  • 19 L’expression, « Manifest Destiny » en anglais, a été inventée par le journaliste John O’Sullivan. (...)

30Un groupe de l’assemblée Faith Bible Chapel, mené par le pasteur George Morrison, membre de l’exécutif du CUFI, décide d’ajouter une visite touristique en bus avant le sommet pour voir les monuments de Washington D. C. de nuit18. Un guide touristique attire l’attention sur l’héritage chrétien, ce qui donne un sens à leur militantisme. Ces pèlerins se battent au nom de la religion, mais aussi au nom du patriotisme et de la démocratie. Ce circuit touristique représente un pèlerinage politico-religieux, introducteur de ce qui attend les pèlerins. Ils ne marchent pas dans les pas de Jésus comme en Israël, mais dans les pas des Pères Fondateurs afin de concourir à la Destinée Manifeste19 et d’influencer la nation, de son gouvernement. Investis d’une mission divine, celle de soutenir Israël et le peuple juif, ces pèlerins militants répondraient ainsi à l’appel de Dieu de convaincre les représentants politiques de protéger l’État hébreu. Par cette action, ils espèrent être bénis et attirer la bénédiction sur tout le territoire américain, fruit de cette obéissance. En effet, ils se croient élus comme le peuple juif et ont la profonde conviction de défendre les valeurs judéo-chrétiennes.

31Les autres militants arrivent normalement aussi le dimanche, un jour gardant un caractère religieux pour ces croyants ; ils peuvent assister à une session de louange et d’adoration suivie d’un d’enseignement sur la prière pour Israël et les juifs. Toutefois, l’accent est mis sur les trois jours les plus politisés. Le religieux semblerait être davantage occulté. En effet, lors de cette recherche de terrain, l’accès autorisé au congrès ne concernait que le politique d’où une certaine volonté de certains dirigeants du CUFI de politiser leur discours et leur action, le plus séculièrement possible, afin de crédibiliser le groupe de pression. Ces chrétiens militants apprennent à parler le langage politique pour influencer Washington en mettant de côté leur vernaculaire évangélique. « Avoir un cœur pour Israël » ou « c’est le peuple de Dieu qu’il faut bénir », comme le clament ces croyants, doit se traduire en termes séculiers.

Pèlerinage ou pas pèlerinage ?

  • 20 Interview avec le pasteur John Hagee, San Antonio, le 17 mai 2011.

32Pour John Hagee, cette manifestation n’est ni un pèlerinage ni un évènement politique, mais un rassemblement biblique20 qui parle au nom d’Israël parce que la Bible le commanderait. Les personnes interrogées distinguent pourtant la part du religieux de celle du politique. Certains considèrent que ce sommet est un pèlerinage qui réunit des individus, juifs et chrétiens, pour une seule et même cause : Israël. Le sommet permet aussi de combattre toutes divergences théologiques ou politiques. Ainsi, il n’y a plus d’étiquettes, ni de néoconservateurs, de démocrates et de républicains, ni de protestants, de baptistes, de pentecôtistes, de catholiques, d’indépendants, etc., mais des « chrétiens unis pour Israël » ou du moins des sionistes associés.

  • 21 Interview d’une participante après le sommet, le 24 juillet 2011.

33Quand bien même certains participants disent ne pas concevoir ce rassemblement comme un pèlerinage religieux, la description reste proche de l’univers évangélique. C’est comme si certains se rendaient dans leur grande congrégation. Pour une croyante membre d’une megachurch, la comparaison est naturelle21.

  • 22 Interview d’un participant, le 10 octobre 2011.

34En outre, ce sommet peut être un évènement qui change la vie des croyants. C’est aussi l’occasion de former des activistes et de consolider l’engagement des militants confirmés. Un chrétien sioniste qui n’est encore jamais allé à Washington est frappé par l’impact de ce rassemblement dans la vie de ses coreligionnaires ce qui le motive à s’y rendre à son tour22. Ainsi, les participants entendent les « dernières nouvelles au sujet d’Israël », autrement dit des informations inédites qui ne seraient diffusées nulle part ailleurs : ce sont des révélations séculières. Des versions différentes des médias sur le Moyen-Orient leur sont proposées ipso facto renforçant leur croyance politisée et leur activisme. Les thématiques des défenses militaires en juillet 2011 ont notamment marqué les esprits des pèlerins. Par conséquent, le congrès devient le lieu du dévoilement, soit pour confirmer l’engagement des chrétiens sionistes, soit pour convertir les plus indifférents ou les plus ignorants des actions, des politiques, des éthiques d’Israël et des attaques auxquelles ce « petit État » est confronté. C’est dans cette perspective que le sommet poursuit la destinée mythique des États-Unis depuis la cité sur la colline pour éclairer cette fois-ci les chrétiens sionistes.

35Nonobstant, ce rassemblement peut aussi être le site de la « révélation négative », en ne satisfaisant pas les attentes de certains chrétiens pro-Israël. À la fin de celui-ci, un des participants décide de ne plus soutenir le CUFI. Il s’attendait à ce que le congrès soit uniquement religieux. Finalement, il est trop politisé, humaniste et œcuménique à son goût. Il regrette l’accent mis sur la Constitution à la place du Christ lors du discours du néoconservateur Glenn Beck et le fait que le CUFI accueille des mormons, des « hérétiques » selon lui. Ce sommet serait donc inclusif et pas strictement évangélique.

36Par ailleurs, Washington DC. représente le lieu de la révélation du Salut. Certains juifs sionistes, curieux de voir ces chrétiens passionnés assistent au congrès. D’après quelques militants, des juifs auraient accepté le Christ comme leur messie grâce au témoignage philosémite de ces derniers.

37Outre ces traits révélateurs, le pèlerinage se caractérise par des processions et des rituels. En effet, les participants prient pour l’évènement à tout moment de la journée. Pour ces pragmatiques, faire partie du sommet et rencontrer les élus en tant qu’ambassadeurs du Christ sur terre pourrait ainsi aider les implorations spirituelles pour que leur nation bénisse Israël. Les gens dansent aussi, ils entonnent les hymnes américains et israéliens ainsi que des chants juifs en hébreu et en anglais. Beaucoup apportent des symboles pro-Israël ; ils brandissent les drapeaux patriotiques et les bougent pendant les temps musicaux et les discours. La majorité porte le pin’s du CUFI. D’autres ont mis à leur cou l’étoile de David et sur leurs épaules le châle de prière juif. Chaque participant doit obligatoirement avoir uniquement le sac à l’effigie du CUFI pour ranger ses affaires personnelles pour des raisons de sécurité, mais aussi de publicité. De plus, ils doivent porter le badge donné lors de l’enregistrement à l’évènement qui comporte l’inscription : Christians United For Israel de couleur jaune pour les organisateurs, verte pour les étudiants, bleue pour les participants, et orange pour les membres de la presse. Un code vestimentaire se distingue pendant ce rassemblement.

38Dans le hall, les militants peuvent aller visiter le musée de l’Holocauste et méditer sur cet évènement tragique avant de se rendre aux réunions ou avant de sortir du centre de convention. Des participants prennent en photos certaines peintures ou sculptures de ce musée. Rares sont ceux qui ne furent pas touchés émotionnellement par la visite de ce grand stand.

39Chaque été depuis 2006, les pèlerins-militants marchent ensemble par groupe étatique jusqu’au Capitole. Cette action est répétée afin de faire entendre la voix chrétienne pro-Israël. Les pèlerins s’engagent ainsi sur le chemin du pèlerinage de William E. Blackstone, le père des chrétiens sionistes américains qui pétitionna le président Wilson. Bien qu’il n’ait pas voyagé, ses pétitions sont arrivées à Washington. Sur cette marche, des chrétiens pro-Israël se regroupent, issus de diverses dénominations et confessions. Des juifs, des catholiques, des mormons et des étrangers (canadiens, japonais, etc.) rejoignent également ce mouvement. En outre, pour ceux qui se rendent à pied au Capitole le troisième jour à la fois officiel et politisé (il semble symbolique puisque Jésus aurait été ressuscité le troisième jour), ils se dirigent vers le centre du pouvoir temporel ; chaque pèlerin peut alors prendre conscience de son action politico-religieuse tout en tissant des liens avec d’autres militants qui viennent du même État. Lors de cette marche, tous communient pour la cause sioniste en faisant une démonstration de force et d’unité. L’expérience est collective afin de former une seule voix défensive en faveur d’Israël.

40Enfin, le voyage à ce sommet est perçu comme un pèlerinage à faire au moins une fois dans la vie d’un chrétien pro-Israël. Défendre Israël et participer à ce type de pérégrination devient culturel ; ce déplacement s’ancre notamment dans la culture évangélique comme un catholique irait à Lourdes ou un musulman à la Mecque. Les croyants peuvent faire le voyage chaque année au centre de convention de Washington D. C.

41Finalement, partir en pèlerinage en Israël ne semblerait pas plus essentiel que de se rendre à Washington D. C. pour militer en faveur de l’État hébreu et obéir à Dieu selon ce que les chrétiens sionistes enseignent.

42La capitale américaine se transforme en centre de pèlerinage et d’unité pour tous les chrétiens qui se reconnaissent par l’étiquette religieuse « chrétiens » (Christians) et pour les individus qui apprécient la cause « unis pour Israël » (United For Israel). Tout comme n’importe quel chrétien irait sur les traces de Jésus en Israël, tout croyant peut se rendre à ce sommet pour honorer Israël : cet État devient le catalyseur de cette union pro-Israël.

Les pèlerins

  • 23 La version la plus proche pour traduire le sens des chrétiens sionistes se trouve dans la version (...)

43Les participants qui passent les détecteurs de métaux en juillet 2011 peuvent lire les bannières portant ce verset : For such a time as this23, « si ce n’est pas pour un temps comme celui-ci ». Il s’agit d’un véritable slogan, extrait du Livre d’Esther, chapitre 4, verset 14. C’est ainsi que les militants chrétiens endossent le rôle de pèlerin « Esther ».

44De plus, ce sont des milliers d’Esther qui croient parler au Roi, c’est-à-dire aux élus politiques, contre Haman, soit l’Iran et le président Mahmoud Ahmadinejad, le nouvel Haman des temps modernes. Ces pèlerins veulent donc obéir à la volonté de Dieu. Si celle-ci passe par le CUFI, dont la majorité pense que l’organisation doit son succès et sa croissance à Dieu, chaque chrétien doit participer à ces rassemblements pour sauver le peuple juif et Israël selon le modèle du personnage d’Esther. Et pour ce faire, les croyants avec le CUFI rendent visite auprès des élus en parlant la langue politique. Être chrétien sioniste, c’est ainsi devenir ce pèlerin « Esther » qui parle aux hommes du pouvoir temporel sans crainte. Par conséquent, il joue avec d’autres son destin d’homme et met en action sa foi pour marquer l’histoire de son temps.

45Par ailleurs, notons que tous les participants ne sont pas sionistes. On peut compter quelques faux pèlerins chrétiens ou juifs, des journalistes, des chercheurs cachés ou des individus anti-Israël qui viennent assister sous la couverture de chrétien sioniste à ce congrès. Ensuite, ils font des rapports et écrivent des critiques ou des commentaires par le biais d’articles, de messages sur des blogs, etc. Ils représentent un type d’espion pour lutter contre l’organisation. Ainsi, ils font partie d’une autre forme de pérégrination : le contre-pèlerinage s’opposant à l’idéologie chrétienne sioniste. Aussi, avant 2011 les contestataires de ce genre de manifestations pro-Palestine avaient l’habitude de défiler avec des pancartes devant le centre de convention. Ils pouvaient de cette façon passer un contre-message aux médias.

46En résumé, les pèlerinages politico-religieux en Israël répondent notamment aux politiques économiques ou sionistes. Le CUFI cherche à diffuser l’idéologie sioniste chrétienne en envoyant des pèlerins en Israël et en recrutant des activistes avant et pendant le sommet washingtonien. Le pasteur John Hagee représente le pape des chrétiens sionistes. C’est un « homme de Dieu oint pour parler au nom d’Israël » dans sa nation pour la majorité des croyants qui le soutient. Tel un Moïse, Hagee prend son bâton en quête de chrétiens sionistes pour se rendre dans la capitale et répandre ses idées pro-Israël.

47Chaque pèlerinage est aussi chargé d’émotions et semble être une expérience qui change la vie des pérégrins qui reviennent plus que convaincus pour leur cause pro-Israël. Ils franchissent en groupe la sphère religieuse pour la sphère de l’engagement sioniste mélangeant la religion et la géopolitique puis le biblique et le séculier. Les pratiques pérégrines font donc partie du sionisme chrétien. Elles s’inscrivent dans la tradition et la culture évangélico-sioniste et permettent de préserver le mouvement.

Bibliographie

Bibliographie

Bible, La Traduction œcuménique de la Bible, TOB, consultable en ligne [http://bibliotheque.editionsducerf.fr/par%20page/120/TM.htm].

Belhassen, Y. & Ebel, J., « Tourism, faith and politics in the Holy Land: an ideological analysis of evangelical pilgrimage », Current Issues in Tourism, no 12 (4), 2009, p. 359-378.

Halsell G., Forcing God’s Hand, Beltsville, Maryland, Amana publications, 2003.

Halsell G., Prophecy and Politics, Militant Evangelists on the Road to Nuclear War, Lawrence Hill & co., 1987.

Shapiro F., « To the Apple of God’s Eye : Christian Zionist Travel to Israel », Journal of Contemporary Religion, no 23 (3), 2008, p. 307-320.

Sizer S., Christian Zionism, Road-Map to Armageddon?, Leicester, Inter-Varsity Press, 2006.

Weber T., On the Road of Armageddon: How Evangelicals became Israel’s Best Friend, Grands Rapids, Michigan, Baker Academy, 2004.

Article en ligne

Solomont E. B., « Meseznikov and US Evangelicals push for tourism boom », Jerusalem Post, 17 janvier 2010 [http://www.jpost.com/Israel/Article.aspx?id=165915]. Consulté le 18 avril 2012.

Sites internet

[http://www.cufi.org/site/PageServer].

[http://www.cufi.org/site/PageServer?pagename=GeorgiaTourabout].

Notes

1 Genèse 12 : 3 ; Ésaïe 62 : 1, Bible, La Traduction œcuménique de la Bible, TOB, consultable en ligne [http://bibliotheque.editionsducerf.fr/par%20page/120/TM.htm].

2 Sizer S., Christian Zionism, Road-Map to Armageddon ?, Leicester, Inter-Varsity Press, 2006, p. 33-34.

3 Belhassen Y. & Ébel J., « Tourism, faith and politics in the Holy Land : an ideological analysis of evangelical pilgrimage », Current Issues in Tourism, no12 (4), 2009, p. 363.

4 Ibid., p. 371.

5 Shapiro F., « To the Apple of God’s Eye : Christian Zionist Travel to Israel », Journal of Contemporary Religion, no 23 (3), 2008, p. 310.

6 Belhassen Y. & Ébel J., op. cit., p. 362.

7 Weber T., On the Road of Armageddon: How Evangelicals became Israel’s Best Friend, Grands Rapids, Michigan, Baker Academy, 2004, p. 214.

8 Solomont E. B., « Meseznikov and US Evangelicals push for tourism boom », Jerusalem Post, 17 janvier 2010. [http://bibliotheque.editionsducerf.fr/par%20page/120/TM.htm]. Consulté le 18 avril 2012.

9 Halsell, G., Forcing God’s Hand, Beltsville, Maryland, Amana publications, 2003. Halsell G., Prophecy and Politics, Militant Evangelists on the Road to Nuclear War, Lawrence Hill & co., 1987.

10 Sizer, S., Christian Zionism, Road-Map to Armageddon ?, op. cit., p. 219.

11 Belhassen Y. & Ébel J., op. cit., p. 375.

12 Shapiro F., op. cit., p. 312.

13 Shapiro F., loc. cit.

14 Ils croient en effet qu’ils règneraient lors d’une période de mille ans, le Millenium, avec Jésus depuis Jérusalem dans le monde entier à la fin des temps. Le temple juif serait alors reconstruit.

15 La traduction en français : « Comment un tel mal a pu être perpétré sur un peuple aussi précieux ? »

16 [http://www.cufi.org/site/PageServer?pagename=GeorgiaTour about]. Consulté le 12 avril 2012.

17 Le groupe de pression pro-Israël, The American Israel Public Affairs Committee, né en 1951, rassemble un grand nombre de juifs sionistes faisant pression sur le gouvernement américain.

18 Voir le prospectus en ligne de cette assemblée [http://www.fbci.org/ministries/isradocs/cufi2011. pdf]. Consulté le 12 avril 2012.

19 L’expression, « Manifest Destiny » en anglais, a été inventée par le journaliste John O’Sullivan. Il s’agit du mythe fondateur qui imprègne encore les États-Unis et d’une idéologie qui consiste à croire que l’Amérique avait pour mission divine d’amener la démocratie et la civilisation, autrement dit, il fallait soutenir l’expansion du pays. Aujourd’hui, les États-Unis sont culturellement marqués et influencés par cette idéologie.

20 Interview avec le pasteur John Hagee, San Antonio, le 17 mai 2011.

21 Interview d’une participante après le sommet, le 24 juillet 2011.

22 Interview d’un participant, le 10 octobre 2011.

23 La version la plus proche pour traduire le sens des chrétiens sionistes se trouve dans la version Louis Second (1910) : « Si ce n’est pas pour un temps comme celui-ci. »

Auteur

Katia Batut-Lucas termine sa thèse, intitulée « le sionisme chrétien contemporain aux États-Unis, entre religion et politique », en Études Anglophones au sein de l’université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, sous la direction de Mme B. Rigal-Cellard et la codirection de madame S. Lefebvre (Faculté de Sciences des Religions de l’université de Montréal, Québec). Elle est rattachée à l’équipe d’accueil du CLIMAS, Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3 et de la Chaire, Culture, Religion et Société, université de Montréal, Québec, Canada. Ses recherches portent sur les évangéliques et l’activisme pro-israélien et se fondent sur des études de terrain, des entretiens et des observations au Texas et à Washington DC.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540