Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du pèlerinage

 | 
Luc Chantre
, 
Paul d’Hollander
, 
Jérôme Grévy

Première partie. Quand les pouvoirs publics interviennent dans les pèlerinages religieux

Franco, saint Jacques et Compostelle. Éclairages donnés par les célébrations des années saintes 1937-1965

Denise Péricard-Méa

Texte intégral

1Franco, dès avant son arrivée au pouvoir, éprouve le besoin d’ancrer la légitimité de sa lutte dans l’histoire de l’Espagne en se référant à l’aide qu’il reçoit du bras armé de saint Jacques, patron de l’Espagne depuis des siècles. Peu importe que le doux apôtre doive ce titre au rôle de chevalier victorieux des Infidèles acquis au fil des siècles et saint Jacques passe du rôle de Matamoros (tueur de Maures) à celui de Matajoros (tueurs de Rouges). Car la guerre civile est bien vécue comme une autre croisade, lancée contre le Communisme, contre l’athéisme, donc dans une lutte qui est la même.

  • 1 Historia Silense, edición crítica e introducción por Dom Justo Pérez de Urbel... y Atilano González (...)

2La référence est ancienne. Le saint devenu Miles Christi apparaît pour la première fois en 1120, dans une chronique espagnole, l’Historia Silense1 : en 938 saint Jacques a participé à l’élimination de 8 000 mahométans du roi de Cordoue, tués à Simancas.

« Au cœur de la bataille saint Jacques l’apôtre est apparu dans l’air avec son épée, sur un cheval blanc, piétinant les escadrons de barbares. »

  • 2 Cantera Orive, Julian, La batalla de Clavijo, « version del texto latino original de Pedro Marcio » (...)
  • 3 Rey-Castelao, Ofelia, Les mythes de l’apôtre Jacques, Pau, Cairn, 2011, p. 59.

3L’image réapparaît plusieurs fois dans diverses chroniques et se fixe dans l’imaginaire vers 1150 par la grâce d’un manuscrit d’un chanoine de Compostelle2, édité fort opportunément en 1944. Il relate une bataille au motif sans doute légendaire, « la bataille de Clavijo » livrée en 844 par le roi chrétien Ramire I (842-850) contre les forces musulmanes de Cordoue. À ce moment, Ramire aurait refusé de livrer à l’émir un tribut payé chaque année depuis des décennies, à savoir 100 jeunes vierges destinées au harem royal. La rencontre aurait eu lieu à Clavijo, un château défendant un défilé rocheux ouvrant sur la plaine de Logroňo3.

« Ramire prit la décision de convoquer à sa Cour de León tous ses vassaux [...] afin d’organiser une offensive contre les Maures et mettre un terme à ce tribut. L’armée chrétienne se dirigea ainsi vers les terres de Castille, où elle affronta les forces mahométanes et subit une terrible déroute qui l’obligea à battre en retraite vers les proches contreforts du mont Clavijo. La nuit tombée, le roi Ramire se reposa dans sa tente et vit en songe saint Jacques qui le réconforta avant la bataille prévue pour le jour suivant. L’apôtre se dirigea vers le roi et lui demanda :
– « Ne sais-tu donc pas que mon seigneur Jésus-Christ [...] a mis l’Espagne sous ma protection ? Demain, vous et les Sarrasins me verrez, habillé de blanc, monté sur un cheval blanc et portant dans la main une bannière blanche. »

4Le lendemain, comme prévu, le bienheureux Jacques est réellement apparu comme il l’avait promis, encourageant notre armée et engourdissant les opposants au cri de :

« Dieu nous aide, et saint Jacques ! Près de soixante-dix mille Sarrasins sont tombés ce jour-là sur le champ de bataille. Lorsque les affaires du royaume reprirent leur cours normal, le roi Ramire, accompagné de son épouse, de son fils et de son frère, de nobles, d’ecclésiastiques et de plébéiens, décida de faire une offrande, un vœu à saint Jacques. »

Ill. 1. – Le songe de Ramire. Clavijo ermitage, Santiago.

  • 4 Cantera Orive, Julian, La batalla de Clavijo, « Las Quatro Partes enteras de la Corona de Espana », (...)

5Le récit du chanoine oublie de spécifier que si le « honteux tribut » avait été promis, c’était en échange de l’aide apportée par l’émir à un prédécesseur de Ramire pour éliminer un prétendant à son trône. Explicitement ou implicitement, l’aide de saint Jacques lors de cette bataille devint une référence constante au fil des siècles. Créé en 1175, l’un des grands ordres militaires espagnols fut placé sous le signe de saint Jacques, l’Ordre de Santiago, dit aussi Saint-Jacques de l’Épée rouge (rougie du sang des infidèles). Entre 1270 et 1280, sous le règne d’Alphonse X, la Prima Cronica general4 fait même remonter sa fondation à cette fameuse bataille, ce qui permit à l’Ordre de revendiquer l’exemption du paiement du Voto de Santiago impôt payé à Compostelle par chacune des régions libérées par l’Ordre de Santiago :

« À cette époque, le roi Ramire a commencé l’Ordre du bienheureux saint Jacques : ce fut la malchance des arabes. »

6L’iconographie n’a curieusement suivi que plus tard et en deux paliers : au XIIIe siècle, saint Jacques est à cheval et brandit une épée, au XIVe siècle, son cheval piétine sauvagement ses ennemis dont il offre les têtes aux rois chrétiens.

Ill. 2. – Matamore Santiago de Cacem, XIVe siècle, cliché M. Nanchen.

Ill. 3. – Béranger de Landore en lutte contre les habitants de Compostelle. Santiago, arch. cath tumbo 9, fol. 1, 1326.

  • 5 Partie II, chap. 58.

7Quant au mot « Matamore », il n’apparaît qu’en 1615, au moment où deviennent criantes l’inutile richesse et la morgue des chevaliers de l’Ordre de Santiago. L’ironie de la situation fait bien vite dévier le sens du mot vers le sens actuel de « fanfaron ». Cervantès, pour la première fois, introduit le mot dans la littérature, lorsque don Quichotte découvre une statue montrant « le patron des Espagnes, à cheval, l’épée sanglante, culbutant des Maures et foulant leurs têtes aux pieds5 ». Il s’écria :

« Oh ! Pour celui-ci, il est chevalier, et des escadrons du Christ ; il s’appelle don Diego Matamoros.
... Sancho : mais pourquoi les espagnols, quand ils veulent livrer quelque bataille, invoquent Santiago Matamoros ?
– Ce grand chevalier de la Croix-vermeille, Dieu l’a donné pour patron à l’Espagne. Aussi l’invoquent-ils comme leur défenseur dans toutes les batailles qu’ils livrent, et bien des fois on l’a vu, en personne, attaquer, enfoncer et détruire des escadrons sarrasins. »

8De fait, saint Jacques perd de sa popularité en Espagne, même s’il émigre en Amérique du sud et suit Charles Quint en Autriche et Pologne dans ses campagnes contre les turcs. En revanche, aux XVIIe et XVIIIe siècles se multiplient les statues du Matamore au-dessus des autels et au fronton des églises. Ces diffusions semblent avoir pour origine la contestation du paiement du Voto de Santiago. En effet, après 1492, les rois Catholiques avaient confirmé ce Voto qui devait servir à l’embellissement du sanctuaire et à la construction du nouvel hôpital portant leur nom. Malheureusement il a surtout servi à enrichir le chapitre et l’archevêque et n’a jamais été populaire, surtout après que son authenticité ait été mise en doute.

Ill. 4. – Matamore dans le recueil de devotion de Jeanne la Folle. Chantilly musée Condé MS 0604_F125v.

  • 6 D’Arce, Laurent, Sur les routes de Compostelle après la Grande Guerre, Avignon, 1925, p. 50.

9Moins connu en France, le Matamore y est cependant présent – ainsi sur un vitrail de Saint-Jacques de Pau – pour que l’abbé Jean-André Pleneau6, prêtre en Gironde, déclare en 1919 en arrivant à Compostelle :

« Je lui ai offert, au grand saint Jacques, mes hommages de Français pour toute la France victorieuse, parce que je suppose qu’il nous aura aidés à repousser le Boche hérétique, comme il aida jadis le vainqueur de Clavijo à remporter sa décisive victoire sur les Maures. »

Vers la guerre civile

10Saint Jacques Matamore n’a rien perdu de sa valeur dans les pires moments qu’a pu connaître l’Espagne des XIXe et XXe siècles. En ces siècles troublés, il descend de ses multiples statues pour, comme au temps de l’archevêque français Béranger de Landore, prêter main-forte à des luttes entre chrétiens, d’abord les Français venus envahir le royaume derrière Napoléon puis ses propres enfants coupables d’être Républicains et incroyants même s’ils avaient été baptisés.

11Dès 1808 on voit le clergé de Galice prendre la tête de l’insurrection et conduire leurs paroissiens pour mettre l’ennemi en déroute... Il invoque :

  • 7 E. Rodriguez Solis, « Los guerilleros de 1808 », La Enciclopedia Democratica, 1895, p. 370.

« La mémoire de l’apôtre saint Jacques, saint et guerrier, et, en son nom, prédit la victoire au peuple comme le saint la prédit au roi Ramire contre les armées musulmanes7. »

12Peu importe que ces ennemis soient des catholiques !

13Le Matamore est encore vanté à la fin du XIXe siècle par Felix Sarda y Salvany (1844-1916), un prêtre ultra-conservateur. Pour lui, Santiago Matamoros est

« la représentation la plus parfaite et la plus adéquate de la foi de notre peuple ; la foi de l’Espagne est une foi militante ; c’est ce qui nous a toujours caractérisés même aujourd’hui... Nous sommes et voulons rester les héritiers et les disciples d’un apôtre en armes et d’un saint Jacques livrant à cheval de sanglantes batailles ».

14Un dessin paru le 25 juillet 1923 dans le journal Galicia, de Vigo montre d’un côté saint Jacques l’évangélisateur à l’air accueillant, tel qu’on le voit au porche de la Gloire ; de l’autre le « Matamore » transformé en matapersonas indefensas (tueurs de personnes sans défense). Pour l’auteur, Alfonse Rodriguez Castelao (1886-1950), considéré comme le père du nationalisme galicien car partisan de l’autonomie (ce qui lui a d’ailleurs valu l’exil), l’image du Matamore était celle d’une Espagne violente, conquérante, centralisatrice, celle du parti des carlistes, conservateurs et nationalistes. Le paisible apôtre de la Galice incarnait l’idée de République. Cette image déchaîna les foudres du chapitre de Compostelle, bien évidemment opposé à tout changement pouvant entraîner un bouleversement dans sa situation.

15Alfonso Rodriguez Castelao avait vu juste car, tout de suite après, saint Jacques devint, ou redevint, officiellement le saint patron des trente régiments de cavalerie répartis sur le territoire. Lors de l’année sainte 1926 fut organisé un grand pèlerinage militaire à Compostelle depuis Valladolid. Le 14 juillet, se rassemblèrent trente groupes de trois volontaires par régiment, accompagnés chacun de trois ordonnances, l’un portant une trompette, l’autre un étendard avec la Croix de Santiago et le dernier l’emblème de son régiment. Le groupe comptait donc 270 cavaliers qui sont arrivés le 25 juillet. Beaucoup plus tard, devenu général de cavalerie, l’un d’entre eux, Salvador Sandoval y Cutoli, témoigne :

  • 8 Revue Reconquista no 7, juillet 1950.

« Le jour de l’apôtre, pendant la messe pontificale, les cavaliers pèlerins, placés dans le chœur, avec leurs étendards attendent l’offertoire. Devant la hiérarchie ecclésiastique, l’infant fait l’offrande de l’Espagne et de son roi. Celle-ci faite, retentissent les trompettes ; le botafumero vole par la travée du transept, tandis que les porte-étendards avancent, pour se prosterner devant monseigneur l’archevêque et déposer à ses pieds une once d’or au nom de leur Corps. Nous avons confié au Chapitre les étendards qui, depuis la naissance de l’armée, avaient annoncé la foi d’une nation et celle de la Cavalerie8. »

Ill. 5. – Caricature du Matamore Vigo, Galicia, 25 juillet 1923.

16Ce jour-là, l’offrande a été faite par l’infant don Fernand de Bavière et Bourbon, au nom du roi Alphonse XII, rappelant que l’Espagne est en guerre au Maroc :

  • 9 Presas Barrosa, Concepcion, La sede episcopal compostelana (1923-1949), Santiago, Xunta de Galice, (...)

« Les sentiments de vive gratitude à la vue de la façon dont Dieu a couronné les efforts de nos troupes au Maroc, leur permettant de réaliser enfin le testament de la plus auguste de nos reines, la grande isabelle la Catholique9. »

17On arrive ensuite à la période cruciale pendant laquelle saint Jacques est devenu le porte-drapeau des combattants franquistes.

Franco et l’année sainte 1937. Espoirs déçus

18En 1931, les jeunes de l’Action catholique n’ont vu dans l’instauration de la République qu’une révolution communiste alimentée par l’Union Soviétique. Ils ont alors lancé l’idée d’un pèlerinage national des jeunes à Compostelle afin de démontrer à ces masses anticléricales que l’Église pouvait aussi mobiliser des foules de jeunes garçons. Le 16 juin 1936, ils éditent à Madrid une revue, Signo, qui avait pour but de publier des « cours pour chefs de pèlerins », destinés à la formation de jeunes chefs qui, à eux tous, devraient être capables de rassembler « cent mille jeunes en état de grâce à Compostelle » durant la prochaine année sainte 1937. Ce grand pèlerinage politique fut bien évidemment ajourné et n’eut lieu que onze ans plus tard, mais Signo devint une sorte de porte-parole de saint Jacques le guerrier. Par exemple, le no 3, daté du 6 juillet 1936, publie une prière qui annonce l’imminence du conflit :

« Veuille nous diriger comme à l’époque de Clavijo, lorsque dans l’air, tu apparus à cheval, blanc de lumière blanche, impulsion vivante, triomphant des Musulmans et exaltant la vertu pour se débarrasser du tribut des cent jeunes filles.
Sois aujourd’hui avec nous qui entamons la lutte contre cette invasion qui surgit de notre propre sol comme une ingrate asphyxie. »

19On va les éliminer comme on le fait des mauvaises herbes qui asphyxient les cultures. Sans nul doute, on va séparer le bon grain de l’ivraie. Cet esprit de croisade lança saint Jacques contre ses propres enfants en qualité de matarrojos. Le no 4 de Signo, imprimé la semaine précédant le 18 juillet 1936, avant les jours d’émeutes, ouvre sur une « Offrande de la jeunesse à son Caudillo » assortie de ce conseil à Franco :

« Recherchez dans le ciel le tracé à jamais gravé de votre chemin. Avec saint Jacques cavalier, élargissez le domaine du christianisme. Nous sommes à vos côtés dans cette mission. »

20Dans ce même numéro, l’un des fondateurs, Manuel Aparici prie « Face à saint Jacques » en l’implorant :

« Tous ceux qui luttent pour l’honneur hispanique, faites-les pèlerins... à l’heure où nous allons lever la grande croisade, la reconquête du monde, pour le Christ, par la force et la foi de l’âme espagnole. »

21Et, dès le début des hostilités, chaque quinzaine la revue publia un tableau d’honneur des noms des jeunes de l’Action catholiques tombés au combat, sous le titre : « Offrande éternelle : ceux qui sont venus à saint Jacques. » Le pèlerinage est devenu croisade, symbole mystique de la guerre. Le bourdon fleuri s’est transformé en fusil et les combattants qui arrivent dans la Compostelle céleste y reçoivent l’étoile de saint Jacques. Signo de novembre conseille aux combattants : « Par saint Jacques à cheval, va en élargissant les domaines de la Chrétienté. »

22Le no 5 de Signo, de décembre 1936 émet un vœu :

« Près du 31 décembre où sera ouverte l’Année Sainte demandons au saint apôtre de nous accorder de la célébrer dans une Espagne en paix et selon nos projets et désirs. »

23Au début de l’année 1937 le Conseil supérieur de la jeunesse Action catholique publie ce vœu collectif, celui des « combattants qui luttent pour le triomphe de la sainte Espagne ».

« Que Dieu fasse coïncider, en cette année de grâce 1937, l’année sainte de Compostelle, avec la victoire définitive.
Toi, jeune homme qui, avec ton bras vigoureux, veut refaire l’Espagne, toi qui, avec des caresses de sang, as conquis pied à pied la terre bien-aimée, tu sens allumés dans ton âme des idéaux de courage hispanique. Paladin éclairé, chevalier errant qui rend la liberté, toi tu es le continuateur de l’histoire de l’Espagne.
Regarde souvent dans le ciel l’ombre protectrice de la lance de saint Jacques et promets-lui d’aller à son sépulcre à Compostelle en hommage fervent et reconnaissant.
Aujourd’hui épée du vainqueur ; demain bâton de pèlerin. Catholiques et Espagnols, doublement à genoux devant la tombe du Patron de l’Espagne. La poitrine ouverte à l’espérance, parce que Dieu nous aide et saint Jacques. »

24Ils reprennent l’antique cri de guerre : Dios ayuda y Santiago. Les jeunes soldats de saint Jacques, ivres de martyr, se voient les sauveurs de la chrétienté. Et, toujours présent, le souhait de venir en pèlerinage d’action de grâces. Dans le décret 325 en date du 21 juillet 1937 Franco ordonne, dans l’article I, la reprise du versement de l’Offrande de la nation qui avait été supprimée par la République. Elle doit être remise par le chef de l’État en personne à l’occasion des années saintes :

« L’apôtre saint Jacques est reconnu comme étant le saint Patron de l’Espagne, et le 25 juillet de chaque année devient un jour de fête où un tribut lui sera versé au moyen d’offrandes. »

25Néanmoins, le 25 juillet de cette année-là le général Franco, retenu par la bataille de Brunette, ne peut pas présenter cette offrande. Il en confie le soin au chef des Armées du Nord, le général Davila qui s’adressa en ces termes à saint Jacques :

« Fils du Tonnerre, Seigneur des batailles, Patron des Chevaliers, Semeur de notre Foi, Soutien de notre esprit, reçoit l’hommage d’un peuple qui lutte bravement pour suivre le chemin que tu lui as tracé et qui défend sa personnalité et son rang dans le monde. »

26Le corps d’armée de la Galice célébra cette fête de l’apôtre en lançant le cri rituel : Dios ayuda y santiago ! Puis il est retourné au combat. Tout au long de l’année, des milliers de soldats nationalistes profitèrent d’une permission pour aller demander la victoire à l’apôtre guerrier.

1938, année sainte exceptionnelle

27Quand se termina le Jubilé de 1937, en pleine bataille de Teruel qui eut lieu entre le 15 décembre 1937 et le 22 février 1938, les jeunes d’action Catholique continuèrent à encourager l’idée du grand pèlerinage reporté à cause de la guerre ou plutôt, disent-ils,

« prolongé sur des voies divergentes, allongeant indéfiniment le temps de marche du pèlerin-soldat, demandant de croire que l’année jubilaire suivante serait plus pleinement triomphante et reconnaissante, par le bien que l’ascèse des combattants aurait fait aux âmes et par le bien suprême de ce qui sera la victoire sous le patronage de l’apôtre ».

28À la déception succède une sorte de résignation perceptible à l’évocation de « l’année jubilaire » suivante, qui ne devait se produire qu’en 1948. Mais dans sa bienveillance à l’égard de cette jeunesse, le pape Pie Xi ne l’a pas laissée attendre 11 ans. il déclara l’année 1938 année sainte exceptionnelle.

Ill. 6. – Franco à Santiago, 25 juillet 1938. Coll. Part.

29Le discours évoque « l’ascèse des combattants » comme étant la promesse de la victoire, sans penser que cette ascèse était assez semblable à celle des combattants du clan adverse. Comment saint Jacques allait-il reconnaître les siens ? Les Républicains ne l’ont-ils jamais invoqué, pétris eux aussi d’histoire nationale ?

30Cette année 1938 a vu se dessiner la victoire du côté Franco, mais le grand pèlerinage des jeunes à Compostelle n’a pas pu encore être organisé. En revanche, le 25 juillet 1938, le général Franco en personne est présent à Compostelle, avec son épouse. L’invocation à saint Jacques est prononcée par le ministre de l’Intérieur Serrano Surer ; en terminant, il implore saint Jacques de faire

« une Espagne, une, grande et libre, phare du monde et lien entre les nations, généreuse avec les égarés, mais ferme et dure comme Vous devant la trahison et les forces du mal ».

31Difficile aujourd’hui de penser que c’est au nom de saint Jacques qu’ont été creusées toutes les fosses où ont été jetés les Républicains et que les représailles ont encore duré de longues années, sous la dictature voulue et acceptée par tout une partie de la population.

1939 « La victoire en priant »

32La guerre se termine le 1er avril 1939. Le 25 juillet 1939 est la première fête de saint Jacques après la victoire. À cette occasion, le quotidien phalangiste Arriba n’en finit pas de rendre grâce à saint Jacques. Et toujours en se référant à Clavijo :

« Le saint espagnol est un saint cavalier à qui le Dieu des batailles, qui est celui du ciel tonnant de l’Ancien Testament, prête assistance... Saint Jacques est pour nous celui de Clavijo décimant les Maures et faisant scintiller les cailloux au passage du coursier avec lequel il se rend au combat... Celui-ci est notre patron et à l’ombre de son épée, nous déposons notre unité qui est le meilleur de notre patrimoine. »

33Il dresse un tableau de l’Espagne d’avant-guerre démontrant que l’unité est revenue grâce à l’épée de saint Jacques et à la Phalange :

« La jeunesse de la Patrie a reconquis, à l’ombre de l’épée de saint Jacques, le chemin de l’unité de destin au sein de l’universel que la Phalange sut trouver, alors qu’une Espagne sans gouvernail naviguait à la dérive de l’histoire.
Et cette épée, qui est en même temps une croix, brille à nouveau à la tête des escadrons bleus alors même que cesse le hurlement de la guerre. Le Patron de l’Espagne continue à nous diriger dans la bataille par ordre de Dieu. »

  • 10 Du 21 juillet au 27 septembre 1936 les troupes nationalistes réfugiées dans l’Alcazar ont été assié (...)

34En ce 25 juillet 1939, le général Moscardo, le héros de l’Alcazar de Tolède10, fut désigné pour présenter l’offrande nationale à saint Jacques, au nom du Caudillo :

« Saint apôtre, patron de l’Espagne, en cette année de la victoire, je viens vers vous comme représentant de notre glorieux Caudillo pour renouveler l’offrande traditionnelle de l’Espagne et confirmer par le sang de nos morts et les lauriers de nos héros l’excellence sans tache de notre triomphe. Toi qui nous animas, nous encourageas lors des moments pénibles de la guerre et qui guidas le Généralissime dans les instants difficiles de la lutte, accueille aujourd’hui la reconnaissance émue d’un peuple qui se sent plus que jamais consumé par le feu de sa foi et de sa dévotion. Et c’est pour cela que nous venons surtout en ce jour solennel, après avoir parcouru la piste d’argent qui marque ton chemin dans le ciel : pour proclamer nos convictions catholiques et nationales face aux négations judaïsantes et cosmopolites de ces dernières années. »

35L’Espagne mise à feu et à sang sous la brillance des étoiles du « chemin de Saint-Jacques ». Saint Jacques a permis la victoire, tout est bien. Aucun espoir de réconciliation nationale. Et pour la première fois l’antisémitisme et la haine des étrangers, sans doute une allusion aux brigades internationales venues soutenir les Républicains.

36L’éditorialiste Arriba, en ce même 25 juillet, à la veille de la guerre mondiale, se projette dans l’avenir et, dans une belle envolée poétique et visionnaire, prédit que l’apôtre va sauver la belle Europe païenne et la faire espagnole :

« L’Europe s’effondre et lorsque les torrents infernaux commencent à la submerger, nous surgissons, saint Jacques à notre tête, pour la retenir par sa chevelure païenne et parfumée et la déposer, respirant au soleil, sur la berge haute de notre rivage. Au cri de Santiago y cierra, Espana, nous livrons mille batailles de gloire et nos chevaliers voient, parmi les coups fulgurants des lances, la foi faite saint Jacques... Victoire après victoire, homme à homme, pierre à pierre, nous élevons le vaisseau immense et rapide de notre Empire, au mât le plus élevé duquel la croix de saint Jacques atteint l’horizon. »

37Alors que les anciens combattants n’en finissent pas de rendre grâce à saint Jacques et à son épée, vont-ils reprendre du service dans le conflit mondial qui s’annonce ?

38Par la suite, à côté de l’invocation au saint Jacques guerrier, chacune des années saintes 1943-1948-1954-1965 et 1971 apporte une occasion d’évoquer et d’implorer le saint messager de paix. Dans l’espoir d’attirer vers l’Espagne pacifiée des pèlerins venus de l’Europe entière l’image de l’apôtre-pèlerin se dessine à nouveau ; progressivement, son épée redevient bourdon. Il est aussi l’apôtre évangélisateur, celui qui au Moyen Âge était considéré comme le rédacteur de l’Épître de Jacques, l’accompagnateur des âmes sur la Voie Lactée, le patron des pèlerins. Au Moyen Âge mais aussi en 1943 encore, lorsque l’éditorial de Ya du 25 juillet cite longuement des passages de cette lettre signée de « notre apôtre ».

39Au fil des années saintes, ces images effacent progressivement celle du saint combattant.

1948, une année sainte déjà tournée « au-delà du rideau de fer »

40L’offrande du 25 juillet fut présentée par le général Franco en personne. Élargissant sa prière finale à toute l’Europe, il exprima le vœu prémonitoire que « le chemin de Saint-Jacques s’ouvre au-delà du rideau de fer ». Selon lui, l’Espagne est appelée à « porter la lumière de l’Évangile » partout dans le monde, « entreprise titanesque qui ne peut se concevoir sans la présence d’un pouvoir surnaturel marchant devant l’épée de nos capitaines ».

41L’été vit enfin se réaliser le grand pèlerinage des jeunes de l’Action catholique projeté en 1936. L’affiche qui l’annonce, à l’allure encore très militaire, ne mentionne que l’Espagne. Pourtant, ce furent des jeunes de toute l’Europe qui se réunirent là, bien que ce pèlerinage ait été très contesté par le gouvernent qui avait écarté du pouvoir les fondateurs de la Phalange et interdit en même temps les mouvements scouts de la Juventudes qui en avaient dépendu. Il ne faut pas oublier que la France avait fermé les frontières vers l’Espagne de mars 1946 à février 1948. Le pèlerinage eut cependant lieu grâce, entre autres, à l’évêque de Barcelone, D. Modrego, qui avait été militaire et soutenait l’influence positive sur la jeunesse du prêtre organisateur. Et Rome avait appuyé et approuvé la démarche dans son ensemble. toujours selon la revue signo, plus de 60 000 jeunes pèlerins sont arrivés à Compostelle à pied ou dans les 900 camions qui les ont transportés.

Ill. 7. – Année sainte 1948.

L’année sainte 1954 « la grande marche de la chrétienté occidentale »

42L’objectif de cette année sainte est de mettre en marche le projet de Franco de porter hors d’Espagne « la lumière de l’Évangile ». Plus concrètement, d’ouvrir l’Espagne à l’Europe (elle entre à l’Onu en 1955) en commençant par le biais des pèlerinages qui avaient été un succès en 1948. La ville de Compostelle offre alors un musée des pèlerinages ouvert en 1951 et un Parador, le vieil hôpital des rois Catholiques, ouvert en 1953.

Ill. 8. – Compostelle 1954. Paris Match, no 279, p. 40.

  • 11 Maurice Feltin (1883-1975), archevêque de Paris (1949). Cardinal en 1953.

43À cette occasion eut lieu un grand pèlerinage organisé par Pax Christi, mouvement catholique international pour la paix. Créé en France en 1945 et présent dans plus de 60 pays, c’est aujourd’hui une organisation non-gouvernementale auprès de l’UNESCO, des nations unies, de la Commission des Droits de l’Homme à Genève et du Conseil de l’Europe. La France s’y est associée, en la personne du cardinal Feltin11, archevêque de Paris, accompagné de Bernard Lafay, président du Conseil municipal de Paris et de Mgr Martin archevêque de Rouen. Il faut noter que, depuis 1950, avait été fondée à Paris une Société des amis de Saint-Jacques dont le but était de rapprocher les deux pays par le biais du pèlerinage à Compostelle, en s’appuyant sur toute la mythologie pseudo-historique mise en place dès le XIXe siècle.

L’année sainte 1965

44Cette année a été particulièrement bien préparée, sous l’influence du ministre du tourisme, Manuel Fraga Iribarne, un jeune galicien soucieux davantage que les plus anciens d’ouvrir l’Espagne au tourisme (en plein essor sur la Costa Brava). Il obtient que de grands travaux soient effectués sur le Camino francés : construction de l’aéroport de Santiago, réfection de points névralgiques du chemin, réouverture de tronçons de chemins disparus, restauration de ponts (pont de la Madeleine à Pampelune), rachat d’anciens hôpitaux (Ouverture du Parador de León dans l’ancien siège de l’Ordre de Santiago transformé en prison, école, haras...), pose de bornes au long des routes et de panneaux à l’entrée des villages, le tout marqué de la coquille et de la mention Camino francés, etc.

Ill. 9. – Santiago, 1963, arrivée du pèlerinage d’Henri Roque. Coll. part.

45En 1963, il profite du pèlerinage à cheval d’Henri Roque, un Provençal parti d’Arles en compagnie de quatre autres cavaliers afin de promouvoir le tourisme équestre pour promouvoir... le pèlerinage. Il fait escorter les Français par quatre cavaliers de l’Armée espagnole et leur offre assistance technique et réceptions somptueuses. Henri Roque l’a bien compris, qui promet d’amener cent cavaliers pour l’Année sainte 1965...

46Dans un article du Diaro de Burgos du 24 mai 1965, le lieutenant général José M. Samaniego y Gomez de Bonilla publiait un article intitulé « Une Europe par saint Jacques » dans lequel il déplore que l’Espagne soit « condamnée à l’isolement par l’Europe » et espère que le pèlerinage aidera à son intégration dans l’Europe. Incapable encore de se défaire du saint Jacques guerrier, il conclut en définissant les jeunes pèlerins attendus comme « la nouvelle milice du saint guerrier protecteur de la renaissance de l’Europe ».

47En juin 1965 eut lieu le 2e pèlerinage Militaire International. Les militaires de toute l’Europe se sont réunis à Hendaye. Plus de 40 000 personnes ont assisté au cortège allant de l’Alameda à la place de l’Obradoiro, sous la présidence du prince Juan Carlos de Bourbon. Avec lui, les deux ministres de l’Armée et de l’Air, les gouverneurs militaires et des personnalités militaires étrangères, précédant les groupes de pèlerins. À 11 h 30 le matin du 1er juin, don Juan Carlos est acclamé lorsqu’il passe en revue une Compagnie du Régiment d’infanterie d’Isabelle la Catholique.

Dans le discours princier

« Seigneur saint Jacques, devant votre autel, nous sommes une représentation des forces militaires. Nous sommes les descendants de ceux qui ont vu le prodige de Clavijo, qui ont parcouru l’Europe et l’Amérique, en invoquant ton nom et qui n’ont pas hésité à offrir leur vie dans la croisade pour défendre les valeurs spirituelles et éternelles. »

48En cette même année, Henri Roque tient sa promesse et réitère son exploit en conduisant à Compostelle une vingtaine de cavaliers. Mais à Paris, c’est René de La Coste-Messelière, qu’Henri Roque avait pris dans la chevauchée de 1963, qui donne de l’ampleur à la publicité faite en France pour Compostelle et pour l’Espagne. À la demande de la Société des Amis de Saint-Jacques dont il est secrétaire, l’Espagne offre à la Mairie de Paris une plaque apposée sur la tour Saint-Jacques. Ce monument que rien de rattache à Compostelle devient ainsi la première et la plus haute des balises sur les chemins contemporains de Saint-Jacques. Paris, donc la France, apporte à l’Espagne franquiste un appui politique camouflé que la plaque camoufle derrière le mythe du pèlerinage médiéval.

49L’année sainte 1965 a conclu une période fortement marquée par ce que l’on pourrait appeler une dévotion de guerre. Franco le Galicien avait enrôlé saint Jacques dans la lutte contre les Rouges mais simultanément Compostelle et saint Jacques jouaient un autre rôle. Ils symbolisaient l’espoir d’autres relations. Si l’année sainte 1971 ne fut marquée d’aucun événement majeur, il n’en fut pas de même de 1982 qui vit arriver à Compostelle un pèlerin déjà célèbre, le pape Jean-Paul II. C’est de Compostelle qu’il lança son appel à l’Europe pour qu’elle retrouve ses racines chrétiennes et y convia la jeunesse pour les JMJ de 1989. La même année 1982, une association galicienne lançait le processus qui aboutit à une nouvelle décision politique. Elle fut prise par le Conseil de l’Europe qui sous la pression de l’Espagne dont il fallait marquer l’entrée dans le Marché commun définit, au cours de l’année sainte 1987, les chemins de Compostelle comme premier Itinéraire Culturel Européen. Le grand mouvement pèlerin contemporain prit progressivement toute son ampleur, d’année sainte en année sainte (1993, 1999, 2004, 2010). La prochaine est en 2021, trop lointaine pour toute l’économie qui s’est développée autour du pèlerinage. Les marchands du Temple s’ingénient à le faire vivre autrement pendant que l’Église découvre qu’il peut être un instrument au service de la nouvelle évangélisation. Compostelle a donné naissance à un phénomène de société en même temps que le mot se trouve employé comme nom commun : un « compostelle » a été ouvert récemment au Canada ! La France quant à elle a commémoré en 2013 le 1 200e anniversaire de la découverte du tombeau de saint Jacques. Anniversaire mythique propre à faire reconnaître l’importance du phénomène et son impact sur une société en quête de sens et de repères.

Notes

1 Historia Silense, edición crítica e introducción por Dom Justo Pérez de Urbel... y Atilano González Ruiz-Zorrilla, Madrid, 1959.

2 Cantera Orive, Julian, La batalla de Clavijo, « version del texto latino original de Pedro Marcio », Vitoria, 1944, p. 141-147.

3 Rey-Castelao, Ofelia, Les mythes de l’apôtre Jacques, Pau, Cairn, 2011, p. 59.

4 Cantera Orive, Julian, La batalla de Clavijo, « Las Quatro Partes enteras de la Corona de Espana », part. 3, chap. II, fol. 39 v°-40 v°, p. 257-258.

5 Partie II, chap. 58.

6 D’Arce, Laurent, Sur les routes de Compostelle après la Grande Guerre, Avignon, 1925, p. 50.

7 E. Rodriguez Solis, « Los guerilleros de 1808 », La Enciclopedia Democratica, 1895, p. 370.

8 Revue Reconquista no 7, juillet 1950.

9 Presas Barrosa, Concepcion, La sede episcopal compostelana (1923-1949), Santiago, Xunta de Galice, 2001, acte 233, p. 100.

10 Du 21 juillet au 27 septembre 1936 les troupes nationalistes réfugiées dans l’Alcazar ont été assiégées par les républicains. Elles ont été sauvées par Franco.

11 Maurice Feltin (1883-1975), archevêque de Paris (1949). Cardinal en 1953.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. – Le songe de Ramire. Clavijo ermitage, Santiago.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/65075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Ill. 2. – Matamore Santiago de Cacem, XIVe siècle, cliché M. Nanchen.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/65075/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Ill. 3. – Béranger de Landore en lutte contre les habitants de Compostelle. Santiago, arch. cath tumbo 9, fol. 1, 1326.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/65075/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Ill. 4. – Matamore dans le recueil de devotion de Jeanne la Folle. Chantilly musée Condé MS 0604_F125v.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/65075/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Ill. 5. – Caricature du Matamore Vigo, Galicia, 25 juillet 1923.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/65075/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Ill. 6. – Franco à Santiago, 25 juillet 1938. Coll. Part.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/65075/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Ill. 7. – Année sainte 1948.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/65075/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Ill. 8. – Compostelle 1954. Paris Match, no 279, p. 40.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/65075/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Ill. 9. – Santiago, 1963, arrivée du pèlerinage d’Henri Roque. Coll. part.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/65075/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

Auteur

Médiéviste, docteur en histoire, spécialiste de saint Jacques et Compostelle. Elle a entrepris des études d’histoire après être allée en pèlerinage à Compostelle à cheval, en 1982. En 1996, elle a soutenu à la Sorbonne une thèse sur les cultes à saint Jacques au Moyen Âge qui a été publiée aux PUF. Pour prolonger ses travaux de façon pluridisciplinaire et les étendre jusqu’à l’époque contemporaine, elle réunit des chercheurs dans une association, la « Fondation David Parou Saint-Jacques ». Dès le début de ses travaux sur le Moyen Âge, elle a constaté combien Franco a favorisé les recherches compostellanes, tant espagnoles que françaises.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540