Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques du pèlerinage

 | 
Luc Chantre
, 
Paul d’Hollander
, 
Jérôme Grévy

Première partie. Quand les pouvoirs publics interviennent dans les pèlerinages religieux

Introduction

Texte intégral

  • 1 A. Dupront, Du sacré. Croisades et Pèlerinages. Images et Langages, Paris, Gallimard, 1987.
  • 2 C’est seulement après l’apparition des premiers déplacements vers les Lieux Saints de Jérusalem so (...)
  • 3 J. Chélini et H. Branthomme (dir.), Les Chemins de Dieu. Histoire des Pèlerinages Chrétiens des Or (...)
  • 4 Georges Balandier définit l’ordre politique comme « ce qui résulte, pour toute société, de la néce (...)
  • 5 Du Sacré, op. cit., p. 377.
  • 6 P. Boutry, P.-A. Fabre et D. Julia, Rendre ses Vœux. Les Identités Pèlerines dans l’Europe moderne (...)

1Tout départ en pèlerinage s’apparente, pour reprendre les termes d’Alphonse Dupront, à un arrachement1. Arrachement à sa sphère familiale, mais aussi plus largement à sa communauté sociale et politique d’appartenance. Retraçant l’histoire des premiers pèlerinages orientaux, avant la conquête musulmane, Pierre Maraval rappelle ainsi que le mot latin peregrinus désignait à l’origine « l’étranger » par opposition au civis, le sédentaire qui a droit de cité2. En effet, quel que soit son mode de locomotion, le pèlerin est d’abord un vagabond, un gyrovague, qui voyage à travers champs (per ager) et traverse les frontières (per eger)3. Il est ainsi l’Étranger par excellence représentant une menace potentielle pour les pouvoirs publics. Les accusations pleuvent à son sujet. On l’accuse tantôt de voler tantôt de colporter avec lui des maladies. Sa mobilité même semble constituer une menace pour l’ordre établi, un facteur d’entropie à l’intérieur de la communauté4. Ainsi quand Alphonse Dupront voit dans le départ en pèlerinage une « négation de l’ordre établi5 », Philippe Boutry, Pierre-Antoine Fabre et Dominique Julia, évoquent quant à eux une « transgression provisoire » qui « dissout l’ordre ancien et ses pesanteurs pour mieux restaurer, ressourcer, resacraliser le lien social6 ».

2On comprend mieux dès lors la suspicion jetée sur le pèlerin par les monarchies de l’Europe moderne soucieuses de sédentariser leur pouvoir sur des populations flottantes.

3Mais les relations entre pouvoir politique et pèlerinages religieux ne peuvent se limiter à la seule perspective du contrôle des populations allogènes. Le développement et le succès des « pèlerinages nationaux » n’est-il pas la preuve que la tentation est toujours présente, chez les gouvernants, de récupérer l’énergétique de l’acte pèlerin, la ferveur de la communitas au service de leur propre cause ?

  • 7 B. Maes, Le Roi, la Vierge et la Nation. Pèlerinages et Identité Nationale entre Guerre de Cent An (...)

4L’époque moderne constitue de ce point de vue un moment clé de l’affirmation du politique par le pèlerinage. En s’appuyant sur l’exemple de la monarchie française du Grand Siècle, Bruno Maes et Fabrice Vigier expliquent dans quelle mesure il est possible de parler de « politique du pèlerinage » dès la première moitié XVIIe siècle. Dans le prolongement de la Contre-Réforme, les pèlerinages mariaux, de phénomène spontané, ont alors été progressivement instrumentalisés par les États monarchiques jusqu’à devenir « une arme de reconquête catholique ». À travers les exemples de l’inventaire érudit du dominicain avignonnais Vincent Laudun et les travaux des jésuites, Bruno Maes retrace les modalités de construction de cette topographie mariale. Celle-ci, en même temps qu’elle induit une nouvelle forme de spiritualité, établit des frontières confessionnelles. Le pèlerinage marial devient ainsi progressivement le vecteur d’un sentiment d’appartenance nationale, un « support d’unité et d’identités collectives7 ».

5Cette tendance est perceptible à l’échelle locale, à travers l’exemple du diocèse de Poitiers analysé par Fabrice Vigier entre les années 1630 et 1660. Dans cette province du Poitou marquée par les Guerres de Religion, l’enjeu passe par d’abord par la reconquête des âmes. Pendant les années qui précèdent la révocation de l’Édit de Nantes, il va contribuer à faire du Poitou une marche avancée de la reconquête catholique face au calvinisme. Érigé en terre de mission, le diocèse de Poitiers connaît alors une réactivation de ses anciens sanctuaires, dont certains sont directement favorisés par le pouvoir royal, quand ils ne sont pas érigés de toutes pièces à proximité de bastions protestants.

6Ce projet de récupération idéologique du pèlerinage se poursuit à l’époque contemporaine. Denise Péricard-Méa retrace ainsi l’évolution de la figure de Saint Jacques comme figure de proue de la reconquête militaire depuis la fin de la Reconquista jusqu’à nos jours en insistant sur le moment-clé que constitue la guerre civile espagnole. Le patronage de l’apôtre est alors invoqué par les Franquiste et les Phalangistes ; le Matamoros (tueur de Maures) endosse, quelques années durant, le costume du Matarojos (tueurs de Rouges). Symbole de l’« Espagne éternelle », catholique et traditionnaliste, Saint Jacques devient, après le second conflit mondial, le protecteur de l’Europe et d’une Espagne qui, pour des raisons économiques et géopolitiques, poursuit son ouverture sur le reste du continent. À l’heure du développement du tourisme de masse, Saint Jacques troque l’épée pour le bourdon, redevient pèlerin. En 1987, les Chemins de Compostelle sont reconnus comme premier Itinéraire Culturel Européen et connaissent depuis un succès croissant.

7Dès lors, il n’est surprenant qu’une région pourtant éloignée des routes jacquaires comme la Sardaigne prenne l’initiative de tracer ses propres chemins de Saint Jacques. Dans sa contribution, Simonetta Sitzia éclaire les motivations qui ont guidé des communes sardes ayant Saint Jacques pour patron à dessiner un chemin de Saint Jacques en Sardaigne. Conçu à l’origine comme un chemin de spiritualité jacquaire, le programme « Bias de fidi » a été progressivement intégré dans le réseau des chemins historiques de la région jusqu’à devenir aujourd’hui un élément de valorisation de l’identité linguistique et culturelle sarde ainsi qu’un pôle touristique ayant vocation à relancer l’économie locale.

8Quant aux autres grands pèlerinages internationaux que sont Rome, Jérusalem ou La Mecque, ils ont pu contribuer, à un moment donné de leur histoire, ou contribuent encore aujourd’hui à conforter des logiques de rayonnement diplomatique, voire des politiques d’influence.

9Ainsi en est-il du pèlerinage romain pour le gouvernement français. En nous invitant à distinguer soigneusement usage politique et gestion politique du pèlerinage, Yves Bruley nous montre comment, tout en revendiquant officiellement une position neutre d’observation, l’ambassade de France près le Saint-Siège a su habilement tirer parti du succès croissant rencontré par cette manifestation auprès des Catholiques français. Du Second Empire à la Ve République, les gouvernements successifs ont espéré ainsi retirer de cette présence massive de pèlerins français un surcroît d’influence et de prestige pour leur pays dans le monde catholique.

10Organisé avec soin, un pèlerinage international peut tout aussi bien profiter à la puissance accueillante. Le cas des pèlerinages de l’organisation évangélique Christians United For Israel évoqué par Katia Lucas est emblématique puisqu’il a permis à l’État d’Israël d’attirer, depuis plus de trentecinq ans, des milliers de sionistes américains à Jérusalem. Ces voyages organisés sont l’occasion pour l’État d’Israël de bénéficier dans la personne des pèlerins de relais d’influence à Washington. Ils sont même devenus une source non négligeable de revenus touristiques.

11Enfin, des problématiques transnationales véhiculés par les pèlerinages, à l’instar des questions sanitaires, peuvent conduire les États à s’investir dans une manifestation religieuse qui n’était pas a priori de leur ressort. Comme le rappelle Sofiane Bouhdiba, l’histoire du pèlerinage à La Mecque (hajj) à l’époque contemporaine est indissociable des grandes pandémies de peste et de choléra. Stimulé par les nouveaux moyens de communication, le choléra plus particulièrement a trouvé dans le hajj un terrain d’élection, contraignant les puissances européennes à organiser des conférences sanitaires internationales afin d’élaborer un cadre juridique et matériel destiné à protéger l’Europe des épidémies venues d’Orient, quitte à négliger la souveraineté de l’Empire ottoman, protecteur des Lieux Saints de l’islam. À l’heure de la colonisation, une telle politique supposait, pour les États européens, de trouver une échelle d’intervention adaptée. Ceci permet d’expliquer la prise en charge croissante par les empires coloniaux des déplacements et des conditions de séjour de leurs sujets musulmans. Luc Chantre souligne ainsi comment, par-delà des dimensions de police coloniale, ces pèlerinages d’empire, tout en renouant avec des pratiques plus anciennes de protection des déplacements pèlerins, ont conduit à remodeler le hajj en le transformant en instruments de promotion et de gouvernance coloniales pour les empires coloniaux, notamment français, italien et britannique.

12Quelle que soit sa configuration, cette intervention des pouvoirs publics dans l’économie des pèlerinages, quand elle ne crée pas de toute pièce un nouveau pèlerinage, en modifie très profondément la nature et les codes. Il devient dès lors inutile de penser le pèlerinage dans un simple rapport d’opposition et de résistance aux États ; dans certains cas de figure, il est devenu purement et simplement une modalité d’exercice du pouvoir.

Notes

1 A. Dupront, Du sacré. Croisades et Pèlerinages. Images et Langages, Paris, Gallimard, 1987.

2 C’est seulement après l’apparition des premiers déplacements vers les Lieux Saints de Jérusalem sous Constantin que le peregrinus devient pelegrinus. Cf. P. Maraval, Lieux Saints et Pèlerinages d’Orient. Histoire et Géographie des Origines à la Conquête Arabe, Paris, Cerf et CNRS Éditions, 2011 (2e éd.), p. 9.

3 J. Chélini et H. Branthomme (dir.), Les Chemins de Dieu. Histoire des Pèlerinages Chrétiens des Origines à nos Jours, Paris, Hachette, 1982, p. 18.

4 Georges Balandier définit l’ordre politique comme « ce qui résulte, pour toute société, de la nécessité de lutter contre l’entropie qui la menace de désordre », Anthropologie Politique, Paris, PUF, 1999 (4e édition), p. 43.

5 Du Sacré, op. cit., p. 377.

6 P. Boutry, P.-A. Fabre et D. Julia, Rendre ses Vœux. Les Identités Pèlerines dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Éditions de l’EHESS, 2000, p. 7.

7 B. Maes, Le Roi, la Vierge et la Nation. Pèlerinages et Identité Nationale entre Guerre de Cent Ans et Révolution, Paris, Publisud, 2002, p. 20.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540