Version classiqueVersion mobile

Ports et littoraux de l'Europe atlantique

 | 
Michel Bochaca
, 
Jean-Luc Sarrazin

Première partie. Ports et littoraux français du golfe de Gascogne

Les ports de la Baie à la fin du Moyen Âge : évolution des rivages et problèmes d’accès

Jean-Luc Sarrazin

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Apparu, en toute hypothèse, dans le courant du xiiie siècle et dérivé par « déglutination » du mot abbaia1, le terme de Baya, Baie, Bae désignait,à la fin du Moyen Âge, le vaste plan d’eau délimité au sud-ouest par l’île de Noirmoutier, à l’est par la côte de la seigneurie de Beauvoir-sur-Mer et par l’île de Bouin, au nord par le littoral des seigneuries de Bourgneuf, de Machecoul, de Prigny et de Pornic incluses dans la baronnie de Rays. Ses eaux et ses rivages se partageaient entre le comté de Poitou, le duché de Bretagne et les marches séparantes pictavo-bretonnes2.

Principale zone d’exportation de sel à destination des pays du Nord et d’approvisionnement, par la Loire et ses affluents, des provinces de l’intérieur du royaume de France, la Baie constituait, à la fin du Moyen Âge, l’un des ensembles portuaires les plus fréquentés de toute la côte atlantique. Elle se présentait comme une nébuleuse hiérarchisée de zones de mouillage, de ports d’accostage et de ports d’étier. Sels et ...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search