Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Représentation et pouvoir

 | 
Natalie Scholz
, 
Christina Schröer

Troisième partie. Restauration, 1814-1830

« Les funérailles de la monarchie » ou « l’impossible oubli1 »

Bettina Frederking

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Les deux parties du titre sont empruntées respectivement à François René de Chateaubriand (Mémoire (...)
  • 2 François René de Chateaubriand, Mémoires sur le duc de Berry, Œuvres complètes de Chateaubriand, t (...)

« Dans cette famille de France rien ne change, quand même le royaume est changé : c’est ainsi qu’elle ramène à la longue, par son immobilité, les institutions à un point fixe, et donne au gouvernement une forme impérissable2. »

  • 3 Ibid. Pour une description des festivités, cf. ibid., 2 L 1 chap. vii sqq. ; Françoise Waquet, Les (...)
  • 4 Jo Burr Margadant, « The duchesse de Berry and royalist political culture in postrevolutionary Fra (...)

1C’est ainsi que Chateaubriand commente le mariage de Charles-Ferdinand duc de Berry, fils cadet du comte d’Artois et futur Charles X, avec Marie-Caroline de Naples en juin 1816, calqué sur le mariage de Louis XV3. Si l’on néglige d’abord la question de savoir si ce propos représente les convictions profondes de Chateaubriand, on peut néanmoins constater que la vision des Bourbons qu’il présente ici correspond parfaitement à celle de l’historiographie actuelle qui regarde cependant cet immobilisme des Bourbons non pas comme une cause de la stabilité du régime, mais comme une des raisons de la chute de la dynastie qui aurait été incapable de s’adapter à la France post-révolutionnaire. Jo Margadant a constaté dans un article que les Bourbons utilisaient des « outdated cultural scripts4 » dans leur façon de tenir la cour et de représenter la famille royale, et que ceci contribua à l’effondrement rapide du régime en 1830.

  • 5 Charte constitutionnelle, 4 juin 1814, préambule : « En cherchant ainsi à renouer la chaîne des te (...)
  • 6 Avner Ben Amos, Funerals, Politics, and Memory in Modern France, 1789-1996, Oxford/N.Y., Oxford Un (...)

2La réintroduction du cérémonial de l’Ancien Régime qui atteste de la volonté de Louis XVIII de « renouer la chaîne des temps5 » et d’ » oublier » l’interrègne révolutionnaire clos en 1814 paraît être un des symboles les plus éclatants du caractère réactionnaire de la Restauration. Ainsi, Françoise Waquet parle-t-elle dans son étude des fêtes de la monarchie restaurée de « l’Ancien Régime retrouvé ». Ce jugement est partagé par Avner Ben Amos, qui regarde les trois funérailles d’État de la Restauration – celles du prince de Condé, du duc de Berry et de Louis XVIII – comme « another demonstration of the retrograde character of the regime6 ».

  • 7 Louis Philippe Joseph d’Orléans, appelé « Philippe Égalité », père du futur « Roi des Français » L (...)
  • 8 Pour le contexte politique de l’assassinat, cf. Guillaume de Bertier de Sauvigny, La Restauration, (...)

3Les funérailles du duc de Berry eurent lieu dans une situation politique hautement explosive. La mort du prince, qui succomba le 14 février 1820 à la suite d’un attentat commis la veille par Louis-Pierre Louvel, mit en péril la dynastie, car il était le seul à pouvoir donner l’héritier tant attendu et empêcher ainsi la succession de la branche cadette, les Orléans, décriés comme régicides7. L’assassinat du duc de Berry survint pendant une période d’anxiété politique. Le gouvernement des royalistes modérés sous Élie Decazes, ministre de l’Intérieur et favori de Louis XVIII, sortait fortement affaibli des élections de septembre 1819 qui avaient confirmé les succès précédents de l’opposition de gauche. En plus, l’élection de l’abbé Grégoire, dénoncé comme régicide, avait fait scandale. La situation européenne semblait confirmer les pires craintes des royalistes et indiquer, avec le meurtre de Kotzebue en mars 1819, et la révolte militaire en Espagne au printemps 1820, un renversement de l’ordre conservateur de l’Europe8.

4Si la droite interprétait le crime comme une conséquence de la propagation générale des idées « révolutionnaires » et libérales, et incriminait Decazes et sa politique, la gauche dénonça l’instrumentalisation politique de l’assassinat. Elle condamna la réforme électorale, préparée suite aux élections de 1819, ainsi que les deux lois d’exception pour rétablir la censure des journaux et suspendre la liberté individuelle. Toutes les trois furent présentées le 15 février aux Chambres et semblaient indiquer un tournant réactionnaire de la Restauration.

  • 9 Alfred Nettement, Histoire de la Restauration, t. 5, Paris/Lyon, Jacques Lecoffre, 1866, p. 202.
  • 10 Pour l’expression « fête funèbre » cf. Alain Corbin, Noëlle Gérôme et Danielle Tartakowsky, Les us (...)
  • 11 Ibid., p. 9.
  • 12 Françoise Waquet, op. cit., p. 78.

5C’est dans ce contexte de crise qu’eurent lieu les cérémonies funéraires du duc de Berry. Les obsèques du prince assassiné furent-elles vraiment, comme le pense l’historien légitimiste Nettement, « une trêve de Dieu au milieu des agitations passionnées des partis9 » ? La monarchie réussit-elle, lors des « fêtes funèbres10 », à affirmer son pouvoir, à rassembler et à « produire de la légitimité11 » dans un contexte de crise, ou bien « les fêtes de la mort12 » eurent-elles pour effet de polariser davantage, d’affaiblir la monarchie par l’usage d’un cérémonial anachronique, et de contribuer ainsi, en fin de compte, aux « funérailles de la monarchie » ?

  • 13 Cette charge était dans la famille depuis 1701. C’est au marquis de Dreux-Brézé que Mirabeau donna (...)
  • 14 Les questions posées au roi et ses réponses sont soigneusement rapportées par Dreux-Brézé qui décr (...)
  • 15 Ibid. Il s’agit de Charles de France, duc de Berry (1686-1714), petit fils de Louis XIV et fils du (...)

6C’est le marquis de Dreux-Brézé, grand maître des cérémonies sous l’Ancien Régime et de nouveau sous la Restauration13, qui proposa le projet de cérémonial pour les cérémonies en l’honneur du feu prince. Mais ce fut Louis XVIII lui-même qui l’agréa, proposa de nombreux changements et résolut les « questions à résoudre » que lui soumit le grand maître14. Pour le cérémonial funèbre de son neveu, Louis XVIII accepta la proposition de Dreux-Brézé de « se conformer, autant que possible, pour les obsèques de Mgr. le Duc de Berry à ce qui s’est passé en 1714 à celles de Mgr. le Duc de Berry fils du Grand Dauphin15 ».

  • 16 Les changements du cérémonial funéraire ont récemment été étudiés par Emmanuel Fureix, Mort et pol (...)

7La reprise du cérémonial d’Ancien Régime ne pouvait cependant pas se faire à l’identique. La monarchie restaurée avait été obligée d’y intégrer les institutions et honneurs de la France post-révolutionnaire, mais aussi de trouver des formes adéquates pour honorer les membres de la famille royale, victimes de la Révolution, et de remédier aux destructions révolutionnaires de la nécropole royale. Il en résulte un mélange de reprises, intégrant même certains usages abandonnés bien avant la chute de la monarchie, de réaménagements, et de quelques nouveautés, aussitôt transformées en tradition16. Le souci du grand maître était de respecter autant que possible les précédents historiques, tout en les adaptant aux exigences de la situation nouvelle :

  • 17 « Obsèques et pompe funèbre… », op. cit., AN, O3/527. Le grand maître reconnaissait cependant les (...)

« Le Cérémonial usité sera observé, ainsi qu’il se pratiquait jadis, pourtant avec les changemens que nécessite le nouvel ordre politique17. »

  • 18 Cf. Emmanuel Fureix, op. cit., p. 435.

8Cependant, la prise en compte des innovations révolutionnaires fut réduite au minimum18. On peut par ailleurs supposer que le public n’était pas forcément en mesure de distinguer après l’intermède révolutionnaire et impérial entre reprise à l’identique, réaménagements proclamés usages authentiques et véritables nouveautés.

  • 19 Pour une meilleure comparaison avec la translation du corps, la translation des entrailles est tra (...)

9L’analyse suivra le rythme des cérémonies funéraires accordées au duc de Berry : chapelle ardente, translation et service d’inhumation à Saint-Denis, translation des entrailles à Lille et services funèbres célébrés dans toute la France19.

Chapelle ardente et translation à Saint-Denis

  • 20 La dérogation à l’usage d’exposer le corps d’un prince défunt dans sa résidence – dans le cas de B (...)
  • 21 Contrairement au culte des « martyrs révolutionnaires », la monarchie n’exhiba point le corps et l (...)
  • 22 « Obsèques et pompe funèbre… », op. cit., AN, O3/527 ; Moniteur, n° 56, 25-02-1820, p. 277.

10Après la mort du prince à l’Opéra, son corps fut transféré sur ordre de Louis XVIII au Louvre et déposé provisoirement dans un salon de l’appartement du gouverneur20. L’acte de décès ayant été établi par le chancelier de France, le public fut admis dans la journée du 14 et la matinée du 15 février pour voir le corps du prince, exposé d’abord selon l’usage à visage découvert21 sur un lit de parade dans une salle tendue de noir22.

  • 23 « Procès-Verbal de l’Embaumement du corps de très-haut et très-puissant prince Charles-Ferdinand, (...)

11Après une confrontation de Louvel avec le corps de sa victime, vaine tentative des magistrats de provoquer des aveux sur ses présumés complices, on procéda à l’ouverture du corps pour constater la cause du décès et on embauma le corps du prince. Le cœur et les entrailles furent enlevés et embaumés à part pour être inhumés séparément23.

  • 24 Sur la tripartition, cf. Jean Nagle, La civilisation du cœur. Histoire du sentiment politique en F (...)
  • 25 Il y avait des enterrements séparés du cœur parmi les nobles (duchesse de la Rochefoucauld, 1797), (...)
  • 26 Lors de la mort de Louis XVIII, quatre ans plus tard (16 septembre 1824), les incisions pratiquées (...)

12En rétablissant la tripartition, Louis XVIII renoua avec une ancienne tradition monarchique, permettant de souligner le rang du défunt et de multiplier les prières pour son âme24. Mais il ne fut pas le seul : ce rite, et en particulier l’enterrement séparé du cœur, était revenu à la mode au début du xixe siècle, peut-être même à la suite de l’engouement révolutionnaire pour le cœur de Marat25. Il faut cependant ajouter que Berry fut le dernier prince de la famille royale à bénéficier d’un enterrement séparé de corps, cœur et entrailles26.

  • 27 Les colliers de l’ordre de Saint-Louis et de la Légion d’honneur ne furent ajoutés aux autres honn (...)
  • 28 Ibid., Moniteur, n° 50, 19-02-1820, p. 200 ; Dieu, la religion, le roi, la patrie. Gallia spem sua (...)

13Du 17 au 22 février, le corps de Berry fut exposé dans une chapelle ardente au Louvre, située au-dessus du guichet du Pont des arts du côté de la cour. La salle était entièrement tendue de noir, décorée de fleurs de lys, larmes en argent, écussons, palmes et armoiries du prince et éclairée uniquement par de nombreux candélabres et lampes sépulcrales. Le cercueil du prince reposait sous un dais sur une estrade à trois degrés, accompagné de tous les insignes de son rang : la couronne ducale, le manteau à la royale, les colliers des ordres du Saint-Esprit et de la Toison d’or27, et l’épée du prince. La boîte du cœur était placée sur le cercueil, l’urne renfermant des entrailles suspendue en dessous28. Le décor impersonnel n’évoquait ni la vie, ni la mort violente du prince, mais uniquement son rang dynastique et le deuil.

  • 29 Le rite de l’eau bénite, en partie abandonné depuis Louis XIII, avait été réactivé lors des funéra (...)
  • 30 « Service solennel d’inhumation de Mgr. le duc de Berry. Supplément aux ordres déjà donnés par le (...)

14Dans les jours suivants, des membres de la famille royale, de la cour et des institutions civiles et militaires, mais aussi des simples particuliers se pressaient pour jeter de l’eau bénite sur le cercueil du prince29. Le 22 février, après les neuf jours traditionnels d’exposition, le corps du prince fut solennellement transféré à Saint-Denis. Louis XVIII avait ordonné « de faire concourir les honneurs militaires aux autres honneurs rendus autrefois aux fils de France30 », ce qui donnera un aspect très militaire au cortège.

  • 31 Le vert était la couleur de la livrée du comte d’Artois.
  • 32 Mémoires des fournisseurs du décor des cérémonies, AN, O3/320.
  • 33 « Obsèques et pompes funèbres… », op. cit., AN, O3/527 ; Moniteur, n° 54, 23-02-1820, p. 220 ; n° (...)

15Le cortège funèbre, qui se composait de plus de sept mille personnes, quitta le Louvre vers dix heures du matin, une salve de 21 coups de canon annonçant le départ. Il fut ouvert par des détachements de la gendarmerie, de l’armée, de la garde royale et de la garde nationale (chacun entre 600 et 2 000 personnes), suivis par des officiers de tous grades en activité, mais aussi à la retraite et en demi-solde, 400 pauvres en drap noir et vert31 avec un cierge à la main et une centaine de membres du clergé parisien chantant des psaumes. Le corbillard du prince, conduit par huit chevaux, était décoré aux symboles dynastiques, funèbres et fleuraux (fleurs de lys, couronne ducale, génies funèbres aux torches renversées, flambeaux funèbres, feuilles d’acanthe et de laurier, guirlandes…)32, et suivi immédiatement du cheval de bataille du prince. Le char funèbre était précédé de douze carrosses de deuil drapés et aux armoiries du prince défunt avec les principaux officiers de sa maison, du carrosse du duc d’Orléans et celui des ecclésiastiques portant le cœur du prince, ainsi que des hérauts d’armes et du roi d’armes. Après le corbillard du prince suivirent d’autres carrosses de deuil avec des pairs et maréchaux de France, des membres des différents ordres royaux et du corps municipal de Paris, et des détachements de la garde nationale, de la garde royale et de l’armée, puis de la gendarmerie33.

  • 34 « Description des tentures et Décors établis à l’Eglise royale de St. Denis, pour la translation d (...)

16Vers 15 heures, le cortège arriva à Saint-Denis. Pour l’occasion, la porte de la ville et le portail de la basilique étaient couverts de draperies funèbres portant les armes du prince, des symboles de la monarchie et du deuil34. À la porte principale de l’église, le cortège fut accueilli par le chapitre de Saint-Denis. Le doyen, l’abbé Grandchamp, fit un court discours.

  • 35 Cf. note 21.

17Si jusque-là le rituel de deuil avait été relativement « neutre » dans la mesure où ni le décor, ni la présentation du corps du prince35, ni le déroulement de la cérémonie exprimaient autre chose que le deuil du prince et la grandeur de la monarchie, ceci changea fondamentalement avec le discours de Grandchamp.

  • 36 Sur la « politique d’oubli » et la « rhétorique expiatoire » (l’expression est de Martin Papenheim (...)

18Son discours est un parfait exemple de la « rhétorique expiatoire » de la Restauration qui contient, d’une part, la condamnation globale de la Révolution, considérée dans la tradition de Maistre et de Bonald comme une punition divine ; d’autre part, l’affirmation d’une culpabilité collective de la France et la demande d’expiation nationale qui s’ensuit. En cela, la « rhétorique expiatoire » s’oppose à la politique d’oubli et de pardon pratiquée par Louis XVIII et entérinée dans l’article 11 de la Charte36. Le doyen ne se contenta pas d’exprimer la tristesse sur la perte du prince et de louer sa fin pieuse, mais mit l’assassinat et le régicide sur le même plan et stigmatisa l’ » athéisme » et la « philosophie » comme les véritables causes de la mort de Berry :

  • 37 Grandchamps fait référence à la messe funèbre pour Louis XVI, célébrée tous les 21 janvier à Saint (...)
  • 38 Moniteur, n° 55, 24-02-1820, p. 224.

« A peine sortis de cette basilique où l’élite de France s’était réunie pour expier le crime des régicides37, il paraît tout-à-coup un monstre qui, par l’attentat horrible commis sur l’auguste personne de très-haut et très-excellent prince Mgr le duc de Berry, fils de France, vient ensanglanter les marches du trône des Bourbons, et replonger la France et l’Europe entière dans le plus grand deuil. L’auteur de ce crime aurait-il plongé le poignard dans le sein du meilleur des princes, si son ame n’avait été nourrie des principes monstrueux de l’athéisme, qui ne cesse de blasphémer le Dieu qu’il redoute ? Arrête donc ta rage, perfide philosophie38 ! »

  • 39 Ibid., « Description des tentures et Décors établis à l’Eglise royale de St. Denis, pour la transl (...)
  • 40 Le décor de la chapelle ardente était semblable à celle du Louvre ; en plus, on avait placé les dr (...)

19Le cercueil fut ensuite porté dans l’église, qu’on avait tendue de draperies noires, décorées aux chiffres du prince, aux écussons de France et aux larmes, et installé sous un dais suspendu à la voûte, sur un catafalque à trois degrés, surmonté d’une pyramide soutenant un poêle de velours noir39. Après la cérémonie qui se limita à une messe basse, le cercueil du prince fut amené dans la chapelle Saint-Louis, transformée en chapelle ardente, où il resta accessible au public jusqu’à l’inhumation40.

  • 41 Cf. lettre de Jules Duflox au préfet de Police de Paris, 19-02-1820, Archives de la préfecture de (...)
  • 42 Cf. Gazette de France, n° 54, 23-02-1820, p. 211 ; Felix Caballo, un réfugié espagnol, estime dans (...)
  • 43 Cf. correspondance entre le préfet de Police et le grand maître des cérémonies, APP, Aa 364, n° 23 (...)
  • 44 Bulletin de Paris, 22 février 1820, AN, F7/3874 ; dans le même sens : les bulletins du 23 et 24 fé (...)

20À en croire les différents récits, l’exposition du corps du prince et sa translation à Saint-Denis attirèrent les Français en masse. Au Louvre, la foule fut si importante qu’elle menaça de déborder les gendarmes contrôlant l’accès à la chapelle ardente41. La translation du corps du prince, seule cérémonie accessible au tout-venant, rassembla au minimum 100 000 personnes, c’est-à-dire environ un habitant de Paris sur cinq42. Plusieurs centaines de charbonniers, dames et forts de la halle se joignirent spontanément au cortège et l’accompagnèrent à pied de Paris jusqu’à Saint-Denis43. Même s’il ne faut pas confondre présence et adhésion, on peut considérer ces cérémonies comme un succès pour la monarchie. Les rapports de surveillance de l’ » esprit public » soulignent le « concours immense de peuple » et son « attendrissement et douleur très remarquable, très visible » lors du passage du char funèbre, ainsi que le fait que la translation se passa sans la moindre perturbation44.

  • 45 Par exemple, L’Ami de la Religion et du Roi, t. 23, 1820, p. 66.
  • 46 « Un silence religieux et profond a partout régné sur le passage du cortège : la plus douloureuse (...)

21Les récits publiés dans les journaux ne contiennent aucune critique de la cérémonie. Pour la presse royaliste, l’éclat de la translation était une manière adéquate de pleurer le prince45. Mais la presse oppositionnelle de gauche n’émit aucune critique non plus. Ceci peut s’expliquer par une convergence d’intérêts : la gauche n’avait aucun intérêt à remettre en question la version officielle d’une France pleurant le prince à l’unisson46, car celle-ci pouvait servir d’argument pour montrer que la France n’avait pris nulle part à la mort du prince et, par conséquent, ne devait pas être punie par des lois d’exception. Pour prouver et l’inutilité et l’injustice de ces lois, le Constitutionnel insista en particulier sur le deuil des « classes dangereuses » :

  • 47 Constitutionnel, n° 54, 23-02-1820, p. 2.

« Une foule immense s’était portée sur la route de Paris à Saint-Denis pour être témoin de cette lugubre cérémonie. Dans ce jour de deuil, le plus grand ordre s’est fait remarquer ; parmi le peuple de Paris, il n’y avait qu’un sentiment, celui d’une douleur profonde47. »

22Cette union sacrée n’incluait pourtant pas l’oraison prononcée par l’abbé Grandchamp, vivement critiquée pour son esprit de vengeance :

  • 48 Censeur Européen, n° 55, 24-02-1820, p. 3.

« Un seul journal rapporte le discours prononcé hier par M. l’abbé Grand-Champ, doyen du chapitre de l’église de Saint Denis ; et cependant nous sommes forcés d’avouer que c’est encore trop d’un. Il était plus qu’inutile, à ce qu’il nous semble, de répéter les paroles de vengeance proférées par un prêtre sur un cercueil. […] Un prêtre […] ne doit pas s’écrier, près d’un tombeau, sur lequel tous les partis ont versé des larmes : arrête donc ta rage, perfide philosophie ! Il doit s’abstenir d’accuser d’un crime abominable des principes qui réprouvent tous les crimes de quelque nature qu’ils soient48. »

Les funérailles du duc de Berry

  • 49 Conformément à l’usage, la veuve du prince et son père n’assistaient pas aux funérailles du duc. T (...)
  • 50 Les drapeaux funèbres des douze légions de la garde nationale, portés par des officiers de ces lég (...)
  • 51 « Obsèques et pompes funèbres… », op. cit., AN, O3/527.

23Le 14 mars 1820, le duc de Berry fut inhumé en présence des membres de la famille royale49, des députations des deux Chambres, des cours souveraines et du corps municipal, des membres du gouvernement, du corps diplomatique, des membres de la Maison du roi et de celles des princes du sang. Des places avaient également été réservées pour les membres des différents ordres royaux. Comme lors de la translation du corps du prince, une place importante fut accordée à la garde nationale, dont les drapeaux funèbres devaient entourer le catafalque50, ainsi qu’à l’armée. Louis XVIII avait ordonné de réserver une partie de la croix du chœur et la majeure partie de la nef de l’église aux officiers en activité, en non-activité et en retraite. Une trentaine de places étaient attribuées aux charbonniers et forts de la halle que le roi voulait récompenser d’avoir accompagné le corps du prince lors de sa translation51.

  • 52 Mondor, Beaux-arts. Cérémonies des obsèques de S. A. R. monseigneur le duc de Berry. Décoration de (...)

24Le décor de la basilique, qu’on avait entièrement tendue de noir pour l’occasion, de sorte qu’elle ne recevait aucune lumière de dehors, présentait avant tout des signes dynastiques et des signes de deuil relativement impersonnels, comme cela avait déjà été le cas pour la chapelle ardente et lors de la translation. Seul les armes du prince et deux urnes symbolisant les deux enfants que le prince avait perdus en bas âge rappelaient l’identité du défunt. Mais le décor pouvait aussi être interprété comme un rappel de la mort pieuse du prince : une grande croix ardente d’environ six mètres de haut s’élevait derrière l’autel et terminait la perspective52.

  • 53 Entrevue de Dreux-Brézé et Louis XVIII du 8 mars 1820, « Obsèques et pompe funèbre… », op. cit., A (...)
  • 54 Françoise Waquet, op. cit., p. 135 ; Raymond Deniel, Une image de la famille et de la société sous (...)

25Contrairement au cérémonial d’Ancien Régime, Louis XVIII assistait – incognito – aux funérailles de son neveu. D’après le récit du grand maître des cérémonies, la décision du roi d’assister à l’inhumation était avant tout émotionnelle : « Mr. de Brézé, mon cœur n’y tient plus, il faut que j’aille à Saint-Denis53. » Mais cette décision était aussi extrêmement habile, car elle correspondait parfaitement à la propagande officielle. Bien que les deux hommes ne fussent pas particulièrement proches, l’assassinat de son neveu permit au roi de se présenter en « bon père » de la famille royale, et, par extension, de toute la nation française. L’image du « Roi-père » était essentielle dès le début de la Restauration comme moyen de légitimation et de démarcation du régime napoléonien, permettant de présenter la Restauration comme une « affaire de famille54 » tout en soulignant le caractère pacifique du régime.

  • 55 Dans les récits de l’agonie du duc de Berry, le comte d’Artois ne joue aucun rôle notable. Les pro (...)
  • 56 Après la mort de son fils, le comte d’Artois était trop accablé pour recevoir en personne des visi (...)

26Lors de l’agonie et de la mort du duc de Berry « en famille », ce n’est pas son père biologique, mais son « père symbolique », le roi, qui occupa la place centrale55, ferma les yeux à « son fils » – comme il appelait le duc de Berry – et présida au cérémonial de deuil en recevant les visites de condoléances56, des gestes qui furent largement divulgués par la presse, comme dans le Moniteur :

  • 57 Moniteur, n° 77, 17-03-1820, p. 343.

« Le Roi dont les mains augustes avaient fermé les yeux de la victime, le Roi qui avait été témoin des derniers momens d’un neveu, d’un fils chéri, a eu le courage de vouloir être présent aux derniers devoirs qui lui étaient rendus57. »

  • 58 L’Ami de la Religion et du Roi, t. 23, p. 161 : « A Saint-Denis, le Roi, à qui l’usage de la cour (...)

27En assistant au service, Louis XVIII était en phase avec ses contemporains, car le fait que même le très traditionnel Ami de la Religion et du Roi expliquait le caractère exceptionnel de la présence du roi montre que son absence n’aurait peut-être pas été comprise par ses sujets58.

  • 59 Louis XVIII se trouvait sur une tribune spéciale où il se rendit sans être vu. L’Ami de la Religio (...)

28Une décision semblable avait déjà été prise en 1814, lors de la messe célébrée le 14 mai à Notre-Dame en l’honneur des membres de la famille royale victimes de la Révolution, à laquelle Louis XVIII assista incognito59, ainsi que sa nièce, la duchesse d’Angoulême, alors que selon l’usage, le roi ne devait point assister aux cérémonies funéraires de son prédécesseur, ni la duchesse aux funérailles de ses parents.

  • 60 Lettre du grand maître des cérémonies au ministre de la Maison du roi, 10 février 1821, AN, O3/520 (...)

29Si Louis XVIII était prêt à faire une entorse au cérémonial traditionnel pour remplir ses « devoirs de famille », cela ne pouvait cependant se faire que dans des moments exceptionnels, où la présence du roi soulignait la pérennité du pouvoir monarchique face à une menace future ou passée. Lorsque le grand maître des cérémonies proposa un an plus tard de concilier le cérémonial avec le précédent du service d’inhumation et d’instaurer, pour la messe anniversaire du duc de Berry, une présence virtuelle du roi par moyen de son fauteuil, son prie-Dieu et son drap de pied, Louis XVIII refusa car « c’était trop faire faire au Roi, qui ne devait point paraître dans cette circonstance60 ».

30La cérémonie de l’inhumation dura plus de quatre heures, dont une heure et quart pour l’oraison funèbre du prince, prononcée par Mgr de Quelen, coadjuteur de l’archevêque de Paris. Vers 15 h 30, Berry fut inhumé dans le caveau des Bourbons, sa maison dissoute et sa mort proclamée par les hérauts d’armes.

  • 61 Cf. Bulletin de Paris du 15 mars 1820, AN, F7/3874 ; lettre du colonel de la ville et de la gendar (...)
  • 62 Même si certaines parties traditionnelles du rituel, comme l’offrande et la dissolution de la mais (...)
  • 63 David Skuy, Assassination, Politics, and Miracles. France and the Royalist Reaction of 1820, Montr (...)

31Comme lors de la translation du prince, la cérémonie elle-même ne suscita aucun désordre61 ni aucune critique62. On ne peut certainement pas, comme le fait David Skuy, présumer que les funérailles étaient une « counter-revolutionary fête » et que la présence – tout à fait normale ! – de la famille royale et des dignitaires du royaume « proved that royalists were ready to fight for their patrie63 ». Ce n’était pas la cérémonie en elle-même, mais l’oraison funèbre qui souleva encore une fois des critiques. Si Louis XVIII avait manifesté une volonté d’union en associant, lors de la translation et de l’inhumation, les membres de l’ex-armée impériale au deuil de la monarchie, et en accordant l’honneur de porter le poêle à deux maréchaux de France, conjointement avec deux lieutenants généraux, l’oraison funèbre devait créer un tout autre effet. Mgr de Quelen interpréta la mort du prince comme un châtiment divin, mérité par l’impiété de la France qui n’aurait rien appris depuis la Révolution :

  • 64 Hyacinthe-Louis de Quelen, Oraison funèbre de très-haut, très-puissant et très-excellent prince Ch (...)

« Oui, ce sont nos iniquités accumulées jusqu’au ciel qui ont forcé le Seigneur de faire pleuvoir sur nous ce déluge de maux qui tombe encore après trente ans64. »

32D’après Quelen, la mort du duc de Berry

  • 65 Ibid., p. 26 sq.

« […] n’est pas l’œuvre d’un seul, ni la vengeance d’un homme, mais le résultat d’un système que l’impiété est en possession d’établir par des principes et de démontrer par des exemples. Ce n’est pas un fer criminel, mais mille plumes empoisonnées qui ont causé cette prompte et cruelle mort65 ».

  • 66 Ibid., p. 26, 28. Pendant son agonie, le duc de Berry avait exprimé des regrets de ne pas mourir s (...)

33L’ » esprit de pénitence », auquel se réfère Quelen, consiste en l’abjuration des valeurs révolutionnaires, le retour au sein de l’Église, et à une fidélité renouvelée à la dynastie. Quelen espère que la leçon donnée par la mort du prince « régénère » et « sauve » la France pour laquelle le prince aurait voulu donner sa vie66.

  • 67 Bien que Louis XVIII ait accordé en 1814 une décoration à Quelen pour le récompenser d’une oraison (...)

34L’oraison funèbre déplut au monarque qui ne la fit pas imprimer dans le Moniteur67. Si la presse ultra était élogieuse, le discours suscita la critique de la gauche. Le Constitutionnel critiqua la thèse de culpabilité collective propagée par Quelen comme ne rendant pas justice au deuil de la France :

  • 68 Constitutionnel, n° 75, 15-03-1820, p. 3. Le fait que la critique du Constitutionnel n’était pas p (...)

« Mgr de Quelen a eu de beaux mouvements d’éloquence, mais certes ce ne sont pas ceux, où, en présence du monarque et des grands pouvoirs constitutionnels de l’état, il a cru pouvoir attribuer la mort du prince que la France entière pleure, moins au fer de l’assassin qu’à mille plumes empoisonnées68. »

  • 69 Censeur européen, n° 77, 18-03-1820, p. 2.
  • 70 Au départ, quatre oraisons funèbres étaient prévues : l’évêque de Troyes, Mgr de Boulogne, devait (...)

35Le Censeur européen avança même la thèse que l’oraison funèbre aurait inspiré au monarque d’interdire ultérieurement les oraisons funèbres dans les services célébrés dans toute la France69, mais cette décision était déjà prise avant les pompes funèbres du prince70.

La translation des entrailles du duc de Berry à Lille

  • 71 Cf. note 19.

36Le cœur et les entrailles du prince avaient été transférés avec le corps à Saint-Denis et déposés après l’inhumation dans la sacristie, puis dans une chapelle particulière, où le cœur devait rester jusqu’en 182471. En mars 1820, Louis XVIII agréa une proposition du grand maître des cérémonies, qui avait trouvé l’approbation des ministres et ordonna

  • 72 Journal de Paris, n° 89, 29-03-1820, p. 1 ; « Relation du Transport des Entrailles de Mgr. le Duc (...)

« […] qu’en mémoire des témoignages d’amour et de dévouement qu’ils [les habitants de Lille] ont donnés au Roi, et en considération de l’affection particulière que leur portait Mgr le duc de Berri, les entrailles de ce prince seraient transportées dans leurs murs et déposées dans l’église principale72 ».

  • 73 « Sire, si la ville de Cravant pouvait espérer posséder dans son sein quelques restes précieux de (...)

37Le don des entrailles était encore considéré comme un honneur en 1820, au moins parmi les royalistes. Dans son adresse de condoléances, la ville de Cravant (Oise) avait en vain tenté d’obtenir de Louis XVIII quelques restes du prince en soulignant sa fidélité à la dynastie depuis la guerre de Cent Ans73. Il faut toutefois ajouter qu’il n’y a qu’une seule demande de cette nature parmi les environ 600 adresses de condoléances consultées.

  • 74 Cité dans François René de Chateaubriand, op. cit., 2 L 1, chap. v ; cf. ibid., 2 L 2, chap. x ; c (...)
  • 75 Adresse de la ville de Lille, 18-02-1820, Registre des délibérations du conseil municipal, p. 190, (...)

38Le choix de la ville de Lille était très habile, car il permettait de rehausser le prestige du prince en soulignant ses liens avec son grand aïeul, Henri IV. En 1815, Berry y avait présidé le collège électoral du département du Nord et souligné dans son discours d’ouverture la volonté de réconciliation du monarque après les Cent-Jours. Avant de partir, Berry s’attribua un propos d’Henri IV et dit, comme celui-ci, à la ville : « Désormais, entre nous, c’est à la vie, à la mort74. » Lorsque survint l’assassinat du prince, ce bon mot n’était pas encore oublié et fut cité dans l’adresse de condoléances du conseil municipal75.

  • 76 Cf. Jean Nagle, op. cit., p. 118.

39La translation des entrailles du duc de Berry permit à la monarchie de répéter la translation parisienne une deuxième fois devant un public nouveau tout en soulignant le lien entre la dynastie et les provinces. Comme les entrailles étaient considérées traditionnellement comme le siège de la charité élémentaire76 et que le prince était connu pour sa générosité, la translation aurait pu être une excellente occasion d’exploiter ce thème, fortement intégrateur.

  • 77 Lettre du comte de Nantouillet, premier écuyer du duc de Berry, à Papillon de la Ferté, intendant (...)

40Selon la volonté de Louis XVIII, la translation devait se faire « avec quelqu’éclat77 ». Dans toutes les villes traversées, le cortège devait être accueilli par les autorités locales et le clergé ; des honneurs militaires devaient être rendus au prince défunt.

  • 78 « Extrait du Cérémonial approuvé par le Roi le 4 avril 1820 pour le transport des entrailles de Mg (...)

41Les entrailles quittèrent Saint-Denis au matin du 17 avril 1820 et rejoignirent Lille en quatre jours en traversant quatre départements et les villes de Beauvais, d’Amiens et d’Arras78. Le cortège était composé de deux carrosses de deuil attelés de huit chevaux, ornés aux armes du prince et escortés par une vingtaine de gendarmes, de membres de la garde royale et de la garde du comte d’Artois. Dans le premier carrosse se trouvaient deux gentilshommes d’honneur et deux aides de camp du prince défunt, dans le deuxième les entrailles du prince, accompagnées par Mgr de Bombelles, évêque d’Amiens et premier aumônier de la duchesse de Berry, l’abbé de Sambucy et le Baron Saint-Felix, premier aide des cérémonies.

  • 79 « Ici sont les Entrailles de très haut et très puissant Prince Charles Ferdinand d’Artois duc de B (...)
  • 80 Ibid.
  • 81 Ibid.

42L’urne de plomb renfermant les entrailles du prince se trouvait dans un coffre couvert de velours noir, parsemé de larmes d’argents et décoré aux quatre coins des armes du prince. Une plaque en vermeil fixée sur le haut du coffre rappelait la mort violente du prince79 ; le coffre était surmonté par la couronne du prince et par les colliers et cordons de l’ordre du Saint-Esprit, de Saint-Louis, de la Légion d’honneur et de la Toison d’or80. Le coffre était placé « de manière qu’il pouvait être vu entièrement par les Portières dont on devait tenir les glaces baissées dès que l’on traverserait une ville ou un village81 ».

43À Beauvais où le cortège devait passer la nuit, il fut accueilli par Clausel de Coussergues, vicaire général d’Amiens. Encore une fois, l’oraison prononcée à cette occasion transforma la fête funèbre du prince en tribunal de la Révolution. Clausel de Coussergues mit l’assassinat du duc de Berry au même rang que la mort de l’ancien évêque de Beauvais, François-Joseph de la Rochefoucauld, assassiné au Couvent des Carmes en septembre 1792, les transformant tous les deux en martyrs :

  • 82 Transport des entrailles de S. A. R. Mgr. le duc de Berri à Lille. Réception des cendres du prince (...)

« Il nous semble voir, en ce moment, l’ombre vénérable d’un nouveau Zacharie, toute resplendissante de la pourpre du martyr, qui vient à la rencontre de cette nouvelle Victime Royale, et qui, en échange d’une couronne périssable, lui présente un diadême immortel82. »

  • 83 Transport des entrailles de S. A. R. Mgr. le duc de Berri à Lille, op. cit., p. 3 sq.

44La mort de Berry n’était pas due à Louvel, mais à « une impiété meurtrière » qui aurait « tranché les jours » du prince83.

  • 84 Lettres du préfet de la Somme au directeur général de l’administration départementale et de la pol (...)

45Ce n’est certainement pas un hasard si le seul incident qu’il y ait eu pendant ces quatre jours était de nature anticléricale : lors du départ du cortège d’Amiens, le 19 avril 1820, trois fourriers insultèrent, sous le regard de certains de leurs supérieurs, des séminaristes faisant partie du cortège, et crachèrent sur leurs surplis84.

  • 85 Cf. lettres de la préfecture et de la gendarmerie de l’Oise, de la Somme et du Pas-de-Calais au mi (...)
  • 86 « Relation du Transport des Entrailles de Mgr. le Duc de Berry dans l’Eglise de St. Maurice… », op (...)
  • 87 Le monument avait été conçu par Victor Leplus (1798-1851), élève médailliste de l’École d’architec (...)

46La translation des entrailles du duc de Berry attira les habitants des communes traversées et environnantes qui l’accueillirent souvent hors les murs et l’accompagnèrent un bout à la sortie de la ville85. Lors de son arrivée à Lille, la foule était tellement dense que le cortège avait du mal à entrer dans Saint-Maurice. Après une veillée funèbre que se disputèrent la garde nationale et la garnison, le service solennel pour la remise des entrailles fut célébré le 21 avril en présence de toutes les autorités, des officiers et des habitants qui avaient pu trouver place ; « l’Eglise retentissait de sanglots et […] plusieurs dames s’évanouirent86 ». Pour ce service, un modèle en bois du futur monument à élever dans l’église avait été établi, représentant, sur un autel antique, la ville de Lille en pleurs, consolée par la Religion lui montrant le ciel87.

47Si ce monument ne fut pas un monument expiatoire proprement dit, il souligna la religiosité exemplaire des Bourbons, rendant ainsi plus difficile de distinguer entre la ligne pratiquée de l’Église et celle de la monarchie. Le commentaire du groupe statuaire dans le Moniteur insiste sur l’alliance du trône et de l’autel :

  • 88 Moniteur, n° 119, 28-04-1820, p. 558.

« En lui montrant le ciel, elle semble lui dire : “L’homme pieux, l’homme qui fut toujours fidèle à la religion de ses pères, peut, ainsi que le prince que nous pleurons, jouir un jour, aux pieds du Dieu de Clovis et de Saint-Louis, du bonheur éternel88.” »

Les services funèbres du duc de Berry célébrés dans toute la France

48Conformément à l’usage, la monarchie ordonna de célébrer des messes funèbres pour le prince défunt dans toute la France. La circulaire royale aux évêques du 13 mars insista sur les liens d’affection et d’identification entre les Français et la dynastie et sur leur unité dans le deuil du prince :

  • 89 « Lettre de Sa Majesté Louis XVIII, Roi de France et de Navarre, à M. l’Evêque d’Angers », Mandeme (...)

« La France entière a partagé notre douleur. Chaque famille a ressenti, comme une blessure faite à elle-même, le coup qui a frappé notre famille Royale89. »

49Si la mort pieuse du prince est également évoquée, c’est pour souligner son caractère exemplaire, preuve d’une relation privilégiée des Bourbons avec Dieu, et non pas pour établir des responsabilités dans la mort du prince :

  • 90 Ibid.

« C’est avec un profond sentiment de confiance que nous invoquons cette Providence divine qui a permis que le Prince, que le fils que nous pleurons, se survécût en quelque sorte à lui-même, pour recevoir les secours de la Religion, et développer, en peu d’heures, les vertus et la magnanimité qui auroient embelli une longue vie90. »

50Mais ce ton conciliateur ne fut pas partagé par le clergé, qui se plut au contraire à réveiller par ses écrits et ses discours les clivages politiques et historiques en rappelant la Révolution dont Berry fut considéré comme la dernière victime.

  • 91 Cf. Sheryl Kroen, op. cit. ; Ernest Sevrin, Les missions religieuses en France sous la Restauratio (...)

51Il faut souligner que cette « rhétorique expiatoire » n’était pas le seul fait des missionnaires sur lesquels Ernest Sevrin et Sheryl Kroen ont mis l’accent, mais également de l’Église séculière dont le discours s’opposait ainsi constamment à la politique d’oubli de Louis XVIII91. Le roi était parfaitement conscient de ce danger. Dans sa circulaire aux évêques, il ordonna une interdiction générale des oraisons en l’honneur de son neveu, comme il l’avait déjà fait pour les messes anniversaires en mémoire de Louis XVI et de Marie-Antoinette :

  • 92 « Lettre de Sa Majesté Louis XVIII, Roi de France et de Navarre, à M. l’Evêque d’Angers »,Mandemen (...)

« […] notre intention est qu’il soit célébré un Service solennel dans toutes les Eglises du Royaume, le 24 de ce mois. Nous voulons qu’il ne soit prononcé aucun Discours ni Oraison funèbre92. »

  • 93 « Outre les raisons politiques qui ont fait interdire de prononcer les oraisons funèbres de Louis (...)

52Cette interdiction devait empêcher la politisation des services funèbres et permettre un contrôle de la mémoire du prince. La restriction des oraisons à un petit nombre était d’ailleurs conforme à l’usage93.

  • 94 Cf. la correspondance des évêques avec le ministère de l’Intérieur, AN, F19/5466. Contrairement à (...)
  • 95 L’évêque de Troyes, Étienne-Antoine de Boulogne, prononça lui-même l’oraison funèbre lors d’un ser (...)
  • 96 Cf. BnF, Lb48-1464 à 1480 et Lb48-3144 à 3149. Pour une analyse détaillée des oraisons funèbres en (...)

53L’ordre royal ne pouvait cependant pas empêcher le développement de la « rhétorique expiatoire » après la mort de Berry. D’une part, il fut proclamé beaucoup trop tard. Dans un certain nombre de diocèses, des services funèbres avaient été organisés avant l’ordre royal à l’initiative des évêques, des autorités civiles ou sur demande de la population, et celles-ci comprenaient évidemment des oraisons94. D’autre part, certains évêques considéraient que l’interdiction royale n’était valable que pour le service funèbre du 24 mars, mais pas pour les autres95. Dans les seuls fonds de la Bibliothèque nationale de France, on ne trouve pas moins d’une vingtaine d’oraisons funèbres, prononcées lors de divers services, et imprimées ensuite, parfois en plusieurs éditions96.

54En admettant au sein des cérémonies officielles, tenues en présence de toutes les autorités, la « rhétorique expiatoire », le régime devait produire l’impression ou bien d’être impuissant vis-à-vis d’elle, ou bien de la soutenir. De plus, le même problème se posa avec les mandements épiscopaux, cependant nécessaires à la monarchie pour propager les ordres royaux. Dans

55sa brochure au titre significatif La France justifiée de complicité dans l’assassinat du duc de Berry, ou réflexions sur le mandement de M. le cardinal archevêque de Paris relatif au service pour le repos de l’âme de ce prince, Pierre-Jean Agier se plaint :

  • 97 Pierre-Jean Agier, La France justifiée de complicité dans l’assassinat du duc de Berry, ou réflexi (...)

« Vainement on n’a pas permis que l’Oraison funèbre, prononcée à Saint-Denis, fût publiée selon l’ancien usage. On y supplée par des mandements qui, imprimés, lus au prône, envoyés dans toutes les communautés, répandus partout, et affichés dans toutes les églises, produisent bien un autre effet97. »

  • 98 Pour une analyse détaillée des mandements, je renvoie à ma thèse en cours sous la direction de Jea (...)

56En analysant les mandements publiés à l’occasion de la mort du duc de Berry, on constate que nombre d’évêques font le lien entre la mort du prince et le passé révolutionnaire de la France et attribuent le crime moins à son auteur, qu’à l’impiété générale de la France que beaucoup d’entre eux avaient déjà dénoncé dans leur mandement de carême98.

  • 99 Ni Louis XVI, ni le duc de Berry pouvaient prétendre à une mort ex odio fidei, condition théologiq (...)

57Abandonnant toute prudence théologique99, certains vont jusqu’à prôner une régénération de la France grâce au sang des « martyrs » de la famille royale et à une expiation collective :

  • 100 Mandement des Vicaires généraux, administrateurs du diocèse de Strasbourg, 18-03-1820, p. 6, AN, F (...)

« Sang du Roi-martyr ! sang de Berry ! vous ne crierez pas au Ciel vengeance contre le peuple fidèle rassemblé dans nos temples. Ce peuple abhorre et les doctrines impies et les crimes qu’elles conseillent : prosterné devant la majesté du Très-Haut, il fera, au pied de ses autels, amende honorable des forfaits qu’il a en abomination, et le conjurera de couronner des vertus que la mort a épurées et rendues dignes de lui plaire100. »

  • 101 Ordonnance de Monseigneur l’Evêque de Limoges, Pour une Cérémonie expiatoire, et pour un Service s (...)
  • 102 Mandement de Monseigneur l’Evêque de Séez, Au sujet de la mort de S. A. R. feu Mgr. le Duc de Berr (...)

58Certains évêques transformèrent les prières pour le repos de l’âme du prince en expiation collective. L’évêque de Limoges donna des ordres pour une « Cérémonie expiatoire, et pour un Service solennel à l’occasion de la Mort de Son Altesse Royale Monseigneur Charles-Ferdinand d’Artois101 » et fit précéder la messe par un « Miserere, psalmodié le plus gravement possible, à la suite duquel on chantera trois fois, les bras élevés au Ciel, Parce Domine, Parce populo tuo, etc. » Une liturgie semblable fut ordonnée par l’évêque de Séez, « en expiation de l’attentat commis sur S. A. R.102 ».

  • 103 Ainsi, l’évêque de Nancy, Antoine-Eustache d’Osmond, considéra que les « prières expiatoires » éta (...)

59Même si de telles pratiques ne faisaient pas l’unanimité au sein de l’épiscopat français103, il n’en est pas moins qu’elles nourrissaient l’image d’une monarchie ressassant sans cesse le passé, nonobstant toute promesse d’oubli, au lieu de rassembler la nation autour de la famille royale endeuillée. Il paraît plus qu’incertain que les auditeurs purent distinguer entre la position modérée de la monarchie et celle de l’Église en entendant la lecture des mandements dont la lettre royale était une partie obligatoire.

60Il n’est donc pas étonnant que les services aient pu devenir la cible des critiques, comme à Alençon, où un placard dénonçant aussi bien les prétentions de l’aristocratie, l’attitude du clergé et les tentatives de transformer le duc de Berry en exemple, fut affiché à l’église Notre-Dame, le jour même où les chevaliers de Saint-Louis et les autorités de la ville s’apprêtaient à célébrer un service solennel pour le prince assassiné :

  • 104 Copie de l’affiche trouvée le 1er mars 1820 à la porte de l’église Notre-Dame & des Halles à Alenç (...)

« Eh bien donc canaille qu’on appelle noblesse ; vous marchands d’oré mus, d’indulgences & de messes ; grands fabricants de dieux à vingt cinq sous la pièce ; & autres imbécilles, supports de l’Esclavage ; pourquoi cette douleur ; pourquoi nouveau tapage ?
Je vous vois seuls en pleurs, qu’y a-t-il d’affligeant ?
Qu’un franc cochon de plus qui valait peu d’argent, pour votre carnaval,
cesse d’être vivant104. »

  • 105 Sur Louis XVI, « roi-cochon », cf. Annie Duprat, Le roi décapité. Essai sur les imaginaires politi (...)

61Ainsi le duc de Berry n’hérita pas seulement du « martyre » de son oncle, mais aussi de la stigmatisation de celui-ci en « cochon105 ».

Conclusion

  • 106 En octobre 1820, le gouvernement envoya une proclamation royale contenant des recommandations élec (...)

62L’analyse des cérémonies funéraires accordées au duc de Berry montre lesdifficultés d’une monarchie ayant besoin de l’Église à la fois comme acteur des fêtes officielles et comme relais d’information et de propagande106, mais ne réussissant que dans une moindre mesure à contrôler et empêcher le discours de cette dernière qui, en condamnant sans cesse le passé révolutionnaire et impérial, sapait le potentiel intégrateur des cérémonies royales et la crédibilité de la volonté d’ » oubli » du régime.

  • 107 Eric Hobsbawm et Terence Ranger, The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press (...)

63Bien que le respect du précédent historique – ou à défaut, « the invention of tradition107 » – fût la ligne directrice du grand maître des cérémonies et du roi, cela n’empêchait pas une adaptation prudente et limitée du cérémonial à la situation de la France post-révolutionnaire, destinée soit à intégrer les nouvelles institutions et honneurs, soit à affirmer la pérennité du pouvoir royal et la prééminence dynastique. Mais ce parti pris recelait d’autres dangers pour la monarchie dans un monde qui avait connu d’autres gouvernements et où la légitimité de la dynastie restaurée n’était nullement acquise d’avance, mais avait besoin d’être constamment réaffirmée.

64Si Chateaubriand présente dans le texte cité en introduction « l’immobilité » des Bourbons comme un facteur de stabilité des institutions, voire de leur légitimité, il montre aussi dans son commentaire visionnaire des funérailles du duc de Berry l’impossibilité de tout retour en arrière, quand bien même la « rhétorique expiatoire » ne contrecarrerait pas les appels à l’oubli prônés par la monarchie restaurée :

  • 108 François René de Chateaubriand, op. cit., 2 L 2, chap. x.

« Les honneurs qui avaient fui Mgr le duc de Berry pendant sa vie l’accablèrent pendant sa mort. La basilique de Saint-Denis, tendue de noir dans la longueur de sa voûte, ressemblait à un vaste tombeau. […] On chantait, on agitait des cloches, on tirait le canon autour d’un cercueil muet : il y avait tant de grandeur dans cette pompe, qu’on aurait cru assister aux funérailles de la monarchie. Et que de sentiments divers dans cette foule. La révolution avait convoqué et rassemblé en présence de son dernier crime, comme pour la juger, les générations que trente années avaient produites : tout ce qui avait triomphé ou souffert se rencontrait en ce moment à Saint-Denis. Et cette église de l’apôtre de la France, que ne disait-elle pas elle-même ! Elle étalait extérieurement les richesses de la mort ; mais on avait arraché de ses entrailles ses trésors funèbres108. »

  • 109 Cf. Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard (...)
  • 110 Le souvenir révolutionnaire est tout aussi présent dans l’ode « Les funérailles de Louis XVIII » d (...)

65Le commentaire de Chateaubriand souligne l’impossibilité d’un simple « oubli » du passé et l’omniprésence du passé révolutionnaire de la France. Le seul rang dynastique du prince n’était plus suffisant pour justifier une telle pompe après que la patrie ait découvert les « grands hommes109 ». La grandeur des funérailles met au contraire en relief le décalage entre l’éclat de la cérémonie et le peu de mérite personnel du prince et montre la fragilité d’une monarchie qui a un tel besoin de se rassurer qu’elle semble déjà annoncer ses propres funérailles. L’ » interrègne » que la monarchie cherche à exorciser n’est pas seulement présent dans les valeurs, mais dans les participants même de la cérémonie dont certains sont issus des anciennes élites révolutionnaires et impériales. Si la mort du duc de Berry devient, d’après Chateaubriand, l’occasion de juger la Révolution, la victoire de celle-ci est assurée, car la basilique de Saint-Denis, haut lieu de la monarchie française, est devenue elle-même un « lieu de mémoire » de la Révolution110. Au lieu de consacrer, par le rétablissement des anciens rites, le triomphe de la monarchie sur la Révolution, les pompes funèbres du duc de Berry révèlent pour Chateaubriand l’échec symbolique de celle-ci.

  • 111 D’après Chateaubriand, le sacre de Charles X était « la représentation d’un sacre, non un sacre », (...)

66Pourtant, on ne peut nullement affirmer que le sort de la monarchie restaurée fut déjà scellé en 1820 – rappelons qu’elle avait encore les deux tiers de son existence à vivre. Le jugement de Chateaubriand en 1820, qui préfigure déjà celui qu’il énoncera dans les Mémoires d’outre-tombe sur le sacre de Charles X111, permet cependant d’appréhender une des difficultés majeures de la Restauration : trouver des formes de représentation adéquates à la situation post-révolutionnaire, permettant de réconcilier les éléments anciens et nouveaux sans aboutir à des contradictions inextricables.

  • 112 Cf. Sheryl Kroen, op. cit. ; Pamela Pilbeam, Th e Revolution of 1830 in France, New York, St. Mart (...)

67L’historiographie récente, qui met maintenant aussi l’accent sur la culture politique dans l’analyse des origines de la Révolution de 1830, a souligné l’importance qu’il faut accorder aux relations entre l’Église et l’État et aux sentiments anticléricaux comme facteurs qui permettent d’expliquer l’effondrement rapide du régime en 1830112. Si le mythe d’une prise de pouvoir du pouvoir clérical et celui d’un « Roi jésuite » pouvait acquérir de plus en plus de crédibilité sous le règne de Charles X après la cérémonie du sacre, la loi sur le sacrilège et le jubilé de 1826, c’est que les années précédentes en avaient préparé le terrain. Des cérémonies officielles telles que les fêtes funèbres du duc de Berry nourrirent le fantasme d’une confusion entre le pouvoir séculier et le pouvoir spirituel, bien que la Restauration utilisât de facto les mécanismes de contrôle de l’Église garantis par le Concordat de 1801. Vu sous cet angle, Chateaubriand n’a donc pas entièrement tort lorsqu’il considère les obsèques du duc de Berry comme les « funérailles de la monarchie ».

Notes

1 Les deux parties du titre sont empruntées respectivement à François René de Chateaubriand (Mémoires sur le duc de Berry, cf. note 2) et à Denis Richet (François Furet et Denis Richet, La Révolution, t. II, Paris, Hachette, 1966, p. 6).

2 François René de Chateaubriand, Mémoires sur le duc de Berry, Œuvres complètes de Chateaubriand, t. 9, Paris, Acamedia, 1997 (reproduction de l’éd. de Paris, Garnier, 1861, 1re éd. 1820), 2 L 1 chap. x.

3 Ibid. Pour une description des festivités, cf. ibid., 2 L 1 chap. vii sqq. ; Françoise Waquet, Les fêtes royales sous la Restauration ou l’Ancien Régime retrouvé, Genève, Droz, 1981, p. 68 sqq.

4 Jo Burr Margadant, « The duchesse de Berry and royalist political culture in postrevolutionary France », History Workshop Journal (Oxford), 43 (1997), p. 23 sq.

5 Charte constitutionnelle, 4 juin 1814, préambule : « En cherchant ainsi à renouer la chaîne des temps, que de funestes écarts avaient interrompue, nous avons effacé de notre souvenir, comme nous voudrions qu’on pût les effacer de l’histoire, tous les maux qui ont affligé la patrie durant notre absence. »

6 Avner Ben Amos, Funerals, Politics, and Memory in Modern France, 1789-1996, Oxford/N.Y., Oxford University Press, 2000, p. 6.

7 Louis Philippe Joseph d’Orléans, appelé « Philippe Égalité », père du futur « Roi des Français » Louis-Philippe, avait voté à la Convention la mort de Louis XVI en 1793.

8 Pour le contexte politique de l’assassinat, cf. Guillaume de Bertier de Sauvigny, La Restauration, Paris, Flammarion, 1974 (réimpression 1990), p. 162 sqq. ; Emmanuel de Waresquiel et Benoît Yvert, Histoire de la Restauration, 1814-1830. Naissance de la France moderne, Paris, Perrin, 1996, p. 287 sqq., 295 sqq.

9 Alfred Nettement, Histoire de la Restauration, t. 5, Paris/Lyon, Jacques Lecoffre, 1866, p. 202.

10 Pour l’expression « fête funèbre » cf. Alain Corbin, Noëlle Gérôme et Danielle Tartakowsky, Les usages politiques des fêtes aux xixe-xxe siècles, actes du colloque (Paris 22-23 novembre 1990), Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 427.

11 Ibid., p. 9.

12 Françoise Waquet, op. cit., p. 78.

13 Cette charge était dans la famille depuis 1701. C’est au marquis de Dreux-Brézé que Mirabeau donna sa célèbre réplique le 23 juin 1789.

14 Les questions posées au roi et ses réponses sont soigneusement rapportées par Dreux-Brézé qui décrit son propre rôle lors de ces débats : « Le Grand Maitre des Cérémonies a dû se borner à raisonner, et à attendre la décision du Roi » (« Obsèques et pompe funèbre de très-haut et très-puissant Prince Charles Ferdinand d’Artois Duc de Berry fils de France », AN, O3/527).

15 Ibid. Il s’agit de Charles de France, duc de Berry (1686-1714), petit fils de Louis XIV et fils du Grand Dauphin Louis (1661-1711), mort le 4 mai 1714.

16 Les changements du cérémonial funéraire ont récemment été étudiés par Emmanuel Fureix, Mort et politique à Paris sous les monarchies censitaires : mises en scène, culte, affrontements, 1814-1835, thèse s. dir. d’Alain Corbin, université Paris I, 2003.

17 « Obsèques et pompe funèbre… », op. cit., AN, O3/527. Le grand maître reconnaissait cependant les limites d’une telle politique : « Notre ordre politique étant changé, ce n’est que par analogie qu’on peut se laisser guider par les anciens usages » (ibid.). Pour déterminer, par exemple, les préséances pour les institutions nouvelles, Dreux-Brézé leur accordait un rang égal aux institutions « équivalentes » dans l’Ancien Régime.

18 Cf. Emmanuel Fureix, op. cit., p. 435.

19 Pour une meilleure comparaison avec la translation du corps, la translation des entrailles est traitée ici avant les services funèbres, bien qu’elle fût postérieure. La translation du cœur du prince dans la chapelle de l’hospice Saint-Charles, érigée par la duchesse de Berry sur son domaine à Rosnysur-Seine, n’eut lieu que le 29 mars 1824. Son contexte politique était très différent de celui de l’assassinat, suite à la prise de pouvoir des ultras en 1821 et leur renforcement dans les élections de la « Chambre retrouvée » en février-mars 1824, aussi ne sera-t-elle pas traitée ici.

20 La dérogation à l’usage d’exposer le corps d’un prince défunt dans sa résidence – dans le cas de Berry, le palais de l’Élysée-Bourbon – peut s’expliquer par la volonté de Louis XVIII de donner plus d’éclat aux cérémonies dans un contexte de crise.

21 Contrairement au culte des « martyrs révolutionnaires », la monarchie n’exhiba point le corps et la blessure du prince qu’on montra uniquement à son assassin dans le cadre de la procédure judiciaire. Par contre, plusieurs des monuments élevés en l’honneur du duc de Berry montrent le corps du prince, à moitié dénudé et avec la blessure bien visible, cf. Bettina Frederking, « Dem “Helden” zur Ehre oder der Nation “zur Sühne” ? Die Denkmäler für den Duc de Berry im Frankreich der Restaurationszeit », Creating Identities, Die Funktion von Grabmalen und öffentlichen Denkmalen in Gruppenbildungsprozessen. Internationale Fachtagung, 30.10.-2.11.2003, Kassel, Arbeitsgemeinschaft Friedhot und Denkmal e.v., 2007, p. 251-261 (sous presse).

22 « Obsèques et pompe funèbre… », op. cit., AN, O3/527 ; Moniteur, n° 56, 25-02-1820, p. 277.

23 « Procès-Verbal de l’Embaumement du corps de très-haut et très-puissant prince Charles-Ferdinand, duc de Berri, fils de France », Hapdé, Relation historique, heure par heure, des événements funèbres de la nuit du 13 février 1820, d’après des témoins oculaires, 6e édition, revue et augmentée de détails authentiques, Paris, Pillet aîné, 1825, p. 69 sqq.

24 Sur la tripartition, cf. Jean Nagle, La civilisation du cœur. Histoire du sentiment politique en France du xiie au xixe siècle, Paris, Fayard, 1998.

25 Il y avait des enterrements séparés du cœur parmi les nobles (duchesse de la Rochefoucauld, 1797), les militaires (d’Hautpoul, 1810) et le clergé (Eméry, supérieur de St. Sulpice, 1819). Jean Nagle, op. cit., p. 278 sq. Pour le culte du cœur de Marat, cf. Jacques Guilhaumou, La mort de Marat, Bruxelles, Complexe, 1989.

26 Lors de la mort de Louis XVIII, quatre ans plus tard (16 septembre 1824), les incisions pratiquées sur le corps suscitèrent des critiques comme lèse-majesté, cf. Jean Nagle, op. cit., p. 277 ; Emmanuel Fureix, op. cit., p. 68.

27 Les colliers de l’ordre de Saint-Louis et de la Légion d’honneur ne furent ajoutés aux autres honneurs qu’au matin de la translation du corps sur une proposition de Dreux-Brézé, agréée par le roi. « Obsèques et pompe funèbre… », op. cit., AN, O3/527.

28 Ibid., Moniteur, n° 50, 19-02-1820, p. 200 ; Dieu, la religion, le roi, la patrie. Gallia spem suam, conjux amantem, pauperes patrem perdidere. Relation de la déplorable mort de S. A. R. monseigneur le duc de Berry, assassiné le 13 février 1820 ; suivie d’une notice très intéressante sur la vie de ce prince, Toulouse, Bénichet aîné, s. d., p. 7.

29 Le rite de l’eau bénite, en partie abandonné depuis Louis XIII, avait été réactivé lors des funérailles du prince de Condé en 1818. Contrairement à l’usage, Louis XVIII fit convoquer les Chambres, les cours souveraines et le corps municipal pour jeter de l’eau bénite sur le corps et se fit lui-même représenter par le duc d’Orléans, pour donner plus de pompe à la cérémonie. Cf. Emmanuel Fureix, op. cit., p. 160, 424. Ce précédent fut suivi en 1820, et le rite de l’eau bénite largement divulgué par le Moniteur, n° 56, 25-02-1820, p. 227.

30 « Service solennel d’inhumation de Mgr. le duc de Berry. Supplément aux ordres déjà donnés par le Roi », AN, O3/527.

31 Le vert était la couleur de la livrée du comte d’Artois.

32 Mémoires des fournisseurs du décor des cérémonies, AN, O3/320.

33 « Obsèques et pompes funèbres… », op. cit., AN, O3/527 ; Moniteur, n° 54, 23-02-1820, p. 220 ; n° 56, 25-02-1820, p. 278 sq.

34 « Description des tentures et Décors établis à l’Eglise royale de St. Denis, pour la translation de S. A. R. Mgr le Duc de Berry, le 22 février 1820 », AN, O3/527.

35 Cf. note 21.

36 Sur la « politique d’oubli » et la « rhétorique expiatoire » (l’expression est de Martin Papenheim), cf. Sheryl Kroen, Politics and Theatre. The Crisis of Legitimacy in Restoration France, 1815-1830, Berkeley/Los Angeles/Londres, University of California Press, 2000, première partie ; Martin Papenheim, « Les oraisons funèbres de Louis XVI et Marie-Antoinette des années 1814-15-16 : La rhétorique expiatoire », Saint-Denis ou le jugement dernier des rois, actes du colloque organisé du 2 au 4 février 1989 à l’université Paris VIII à Saint-Denis, Saint-Denis, Éditions PSD, 1993,p. 315-23.

37 Grandchamps fait référence à la messe funèbre pour Louis XVI, célébrée tous les 21 janvier à Saint-Denis en présence des dignitaires du royaume.

38 Moniteur, n° 55, 24-02-1820, p. 224.

39 Ibid., « Description des tentures et Décors établis à l’Eglise royale de St. Denis, pour la translation de S. A. R. Mgr le Duc de Berry, le 22 févier 1820 », AN, O3/527.

40 Le décor de la chapelle ardente était semblable à celle du Louvre ; en plus, on avait placé les drapeaux funèbres de la garde nationale de Paris auprès du cercueil. « Descriptions des tentures et Décors établis à l’Eglise royale de Saint-Denis, pour la translation de S. A. R. Mgr le Duc de Berry, le 22 février 1820 », AN, O3/527.

41 Cf. lettre de Jules Duflox au préfet de Police de Paris, 19-02-1820, Archives de la préfecture de police de Paris (désormais APP), Aa 364, n° 89.

42 Cf. Gazette de France, n° 54, 23-02-1820, p. 211 ; Felix Caballo, un réfugié espagnol, estime dans un » État nominatif », « d’après un calcul mathématique et mûrement examiné », que 272 744 personnes auraient assisté au passage du cortège (AN, CC/430, l. 59, pétitions écartées).

43 Cf. correspondance entre le préfet de Police et le grand maître des cérémonies, APP, Aa 364, n° 23 et 52-58.

44 Bulletin de Paris, 22 février 1820, AN, F7/3874 ; dans le même sens : les bulletins du 23 et 24 février, ibid., ainsi que le rapport du colonel commandant la première légion de la gendarmerie royale, APP, Aa 364, n° 62.

45 Par exemple, L’Ami de la Religion et du Roi, t. 23, 1820, p. 66.

46 « Un silence religieux et profond a partout régné sur le passage du cortège : la plus douloureuse impression était sur toutes les physionomies. Les larmes de toutes les classes de citoyens ont accompagné jusqu’à la dernière demeure royale, le petit-fils de tant de Rois, le brave, le loyal, le bienfaisant prince, non moins cher à la patrie qu’à l’auguste famille, dont il eût soutenu la gloire, en égalant ses vertus » (Moniteur, n° 54, 23-02-1820, p. 220). Le Moniteur souligne en particulier le deuil des vétérans de l’armée impériale pendant la cérémonie : « Le recueillement le plus profond et le plus religieux a régné pendant toute la cérémonie, et n’était interrompu que par les accents de la douleur et les sanglots des personnes qui formaient le deuil. Les vieux guerriers versaient des larmes en abondance » (Moniteur, n° 55, 24-02-1820, p. 224).

47 Constitutionnel, n° 54, 23-02-1820, p. 2.

48 Censeur Européen, n° 55, 24-02-1820, p. 3.

49 Conformément à l’usage, la veuve du prince et son père n’assistaient pas aux funérailles du duc. Tous les autres membres de la famille royale et les princes du sang furent présents, Louis XVIII avait même invité le duc de Chartes, fils du duc d’Orléans, bien qu’il n’eût pas encore été présenté.

50 Les drapeaux funèbres des douze légions de la garde nationale, portés par des officiers de ces légions, avaient déjà fait partie du cortège funèbre.

51 « Obsèques et pompes funèbres… », op. cit., AN, O3/527.

52 Mondor, Beaux-arts. Cérémonies des obsèques de S. A. R. monseigneur le duc de Berry. Décoration de la basilique royale de Saint-Denis, s. l. n. d. (extrait des « Annales françaises des arts, des sciences et des lettres », t. V) ; Mémoires des fournisseurs du décor des cérémonies, AN, O3/320.

53 Entrevue de Dreux-Brézé et Louis XVIII du 8 mars 1820, « Obsèques et pompe funèbre… », op. cit., AN, O3/527.

54 Françoise Waquet, op. cit., p. 135 ; Raymond Deniel, Une image de la famille et de la société sous la Restauration (1815-1830). Étude de la presse catholique, Paris, Les Éditions ouvrières, 1965, p. 131 sqq.

55 Dans les récits de l’agonie du duc de Berry, le comte d’Artois ne joue aucun rôle notable. Les propos de Monsieur sont rarement rapportés, contrairement aux conversations du prince mourant avec son frère et sa belle-sœur, le duc et la duchesse d’Angoulême. Les représentations iconographiques de l’agonie du prince attribuent d’une façon générale une place centrale à Louis XVIII, tandis que le père du prince ne joue qu’un moindre rôle (p. ex. BnF, Estampes, Collection de Vinck, 10572, 10581). Certaines gravures ont même rajouté la figure du roi dans des scènes qui eurent lieu avant son arrivée, p. ex. BnF, Estampes, Collection de Vinck, 10570, Coll. Hennin, 14023.

56 Après la mort de son fils, le comte d’Artois était trop accablé pour recevoir en personne des visites de condoléances, ce qui contribua à son effacement en public.

57 Moniteur, n° 77, 17-03-1820, p. 343.

58 L’Ami de la Religion et du Roi, t. 23, p. 161 : « A Saint-Denis, le Roi, à qui l’usage de la cour interdisoit de paroître publiquement à cette triste cérémonie, mais qui avoit voulu joindre en cette occasion ses prières à celles de sa famille et de son peuple, occupoit une tribune dans la croisée du midi, presque en face du catafalque et de la chaire. »

59 Louis XVIII se trouvait sur une tribune spéciale où il se rendit sans être vu. L’Ami de la Religion et du Roi, t. 1, p. 116.

60 Lettre du grand maître des cérémonies au ministre de la Maison du roi, 10 février 1821, AN, O3/520 (souligné dans le texte). Après la mort de Louis XVIII, la volonté d’affirmer le pouvoir royal dans une situation de crise amena des changements dans le cérémonial : Ainsi, Charles X reçut dès le lendemain de la mort de son frère les hommages et condoléances de la famille royale et des principaux corps constitués, contrairement à l’usage qui voulait que le successeur du roi restait caché avant l’enterrement. Dans le même esprit, on abandonna la coutume de briser le bâton du commandement de la Maison du roi lors des funérailles et on se contenta de le baisser, pour éviter toute impression de vacance du pouvoir. Cf. Emmanuel Fureix, op. cit., p. 387.

61 Cf. Bulletin de Paris du 15 mars 1820, AN, F7/3874 ; lettre du colonel de la ville et de la gendarmerie royale de Paris, 15 mars 1820, APP, Aa 364, n° 15.

62 Même si certaines parties traditionnelles du rituel, comme l’offrande et la dissolution de la maison du duc, ne furent pas relatées par tous les journaux, elles ne soulevèrent aucune controverse.

63 David Skuy, Assassination, Politics, and Miracles. France and the Royalist Reaction of 1820, Montréal/ Kingston, McGill Queen’s University Press, 2003, p. 130. Contrairement à ce qu’indique Skuy, la duchesse n’assista pas aux funérailles de son mari, cf. note 49.

64 Hyacinthe-Louis de Quelen, Oraison funèbre de très-haut, très-puissant et très-excellent prince Charles-Ferdinand d’Artois, fils de France, duc de Berry, prononcée dans l’église royale de Saint-Denis, le 14 mars 1820, Paris, Le Clère, 1820, p. 25.

65 Ibid., p. 26 sq.

66 Ibid., p. 26, 28. Pendant son agonie, le duc de Berry avait exprimé des regrets de ne pas mourir sur le champ de bataille en défendant sa patrie.

67 Bien que Louis XVIII ait accordé en 1814 une décoration à Quelen pour le récompenser d’une oraison pour Louis XVI reflétant également la « rhétorique expiatoire », les mêmes attaques contre l’ » impiété » et la propagation des « idées révolutionnaires » lui déplurent après l’assassinat de son neveu, car elles mettaient en question la politique de son favori, Decazes.

68 Constitutionnel, n° 75, 15-03-1820, p. 3. Le fait que la critique du Constitutionnel n’était pas plus acerbe peut s’expliquer par la condamnation récente du rédacteur responsable de la Bibliothèque historique à cause d’un article sur les messes anniversaires de Louis XVI.

69 Censeur européen, n° 77, 18-03-1820, p. 2.

70 Au départ, quatre oraisons funèbres étaient prévues : l’évêque de Troyes, Mgr de Boulogne, devait prononcer une oraison à Saint-Denis, Mgr de Quelen une à Notre-Dame, Mgr de Frayssinous une dans l’Église de l’Assomption, église paroissiale du prince, et Félicité de Lamennais une dans la chapelle du Temple (Moniteur, n° 49, 18-02-1820, p. 197). Le jour de la translation du prince, un démenti fut publié : il ne devait y avoir qu’une seule oraison, prononcée à Saint-Denis par Mgr de Quelen (Moniteur, n° 53, 22-02-1820, p. 217).

71 Cf. note 19.

72 Journal de Paris, n° 89, 29-03-1820, p. 1 ; « Relation du Transport des Entrailles de Mgr. le Duc de Berry dans l’Eglise de St. Maurice, Eglise principale de la ville de Lille, dept. du Nord, 17, 18, 19, 20 et 21 avril 1820 », AN, O3/527.

73 « Sire, si la ville de Cravant pouvait espérer posséder dans son sein quelques restes précieux de l’auguste victime dont elle pleure la perte, elle oserait les réclamer de Votre Majesté, en lui rappelant, comme preuve de son antique et inviolable attachement à ses princes, qu’elle a soutenu en 1423 un siége contre les Anglais ; qu’elle a été la première ville de l’Auxerrois à se soumettre à Henri IV, et qu’elle a défendu et conservé jusqu’au fatal 20 mars 1815 le drapeau chéri et sans tache qui n’a cessé de flotter dans toutes les cérémonies publiques » (Adresse de la ville de Cravant, « par l’organe de ses maire, curé et principaux habitans », s. d., Moniteur, n° 62, 2-03-1820, p. 257).

74 Cité dans François René de Chateaubriand, op. cit., 2 L 1, chap. v ; cf. ibid., 2 L 2, chap. x ; cf. Pierre Pierrard, Lille. Dix siècles d’histoire, Paris, Stock/Norsogepress, 1981, p. 138.

75 Adresse de la ville de Lille, 18-02-1820, Registre des délibérations du conseil municipal, p. 190, Archives municipales de Lille, registre 15, 1 D2 15. D’autres versions de ce propos se trouvent sur la médaille frappée en 1822 par la monnaie de Lille pour commémorer l’inauguration du monument des entrailles du duc de Berry à Saint-Maurice ainsi que sur le piédestal de la statue du duc de Berry érigé à Lille en 1829 sur décision du Conseil départemental d’août 1820. Liste des souscripteurs pour la médaille destinée à perpétuer le souvenir de la faveur qui a rendu la ville de Lille dépositaire des entrailles de Mgr le duc de Berri, Paris, impr. de Le Normant, s. d. [1822]. Sur les monuments, cf. Frederking, art. cit., cf. note 21.

76 Cf. Jean Nagle, op. cit., p. 118.

77 Lettre du comte de Nantouillet, premier écuyer du duc de Berry, à Papillon de la Ferté, intendant des Menus plaisirs, 6-04-1820, AN, O3/1600.

78 « Extrait du Cérémonial approuvé par le Roi le 4 avril 1820 pour le transport des entrailles de Mgr. le Duc de Berry à Lille, Département du Nord », AN, BB 17 A4, dossier 2 ; « Relation du Transport des Entrailles de Mgr. le Duc de Berry dans l’Eglise St. Maurice… », op. cit., AN, O3/527.

79 « Ici sont les Entrailles de très haut et très puissant Prince Charles Ferdinand d’Artois duc de Berry, fils de France, mort à Paris le 14 février agé de 42 ans et 20 jours ; victime d’un attentat commis la veille sur sa personne. », « Relation du Transport des Entrailles de Mgr. le Duc de Berry dans l’Eglise de St. Maurice… », op. cit., AN, O3/527. Des plaques avec une inscription analogue furent attachées à l’urne du cœur du prince et à son cercueil lors des funérailles.

80 Ibid.

81 Ibid.

82 Transport des entrailles de S. A. R. Mgr. le duc de Berri à Lille. Réception des cendres du prince dans la cathédrale de Beauvais, le 17 avril 1820. Discours prononcé par M. le vicaire général d’Amiens, résidant en la dite ville de Beauvais, Beauvais, impr. de Desjardins, 1820, p. 1 sq. Clausel de Coussergues reprend ici l’allocution prononcée par Pie VI dans le consistoire secret du 17 juin 1793 qui laisse conjecturer une issue positive à la cause de Louis XVI comme martyr : « Nous avons la ferme confiance qu’il a heureusement échangé une couronne royale toujours fragile, et des lys qui se seroient flétris bientôt, contre cet autre diadème impérissable que les anges ont tissû [sic] des lys immortels. » Lors de la mort du duc de Berry, le Vatican n’avait pas encore refusé d’introduire une procédure de canonisation de Louis XVI. Philippe Boutry, « “Le roi martyr”, la cause Louis XVI devant la cour de Rome (1820) », Revue d’histoire de l’Église de France, 76 (1990), p. 57-71, citation p. 61.

83 Transport des entrailles de S. A. R. Mgr. le duc de Berri à Lille, op. cit., p. 3 sq.

84 Lettres du préfet de la Somme au directeur général de l’administration départementale et de la police, 22 et 28 avril 1820, AN, F7/6746 ; d’autres lettres sur cet incident dans AN, BB 18/1063, n° 3976.

85 Cf. lettres de la préfecture et de la gendarmerie de l’Oise, de la Somme et du Pas-de-Calais au ministre de l’Intérieur ou au directeur général de l’administration départementale, AN, F7/6746 ; Moniteur, n° 112, 21-04-1820, p. 521 ; n° 115, 24-04-1820, p. 536.

86 « Relation du Transport des Entrailles de Mgr. le Duc de Berry dans l’Eglise de St. Maurice… », op. cit., AN, O3/527.

87 Le monument avait été conçu par Victor Leplus (1798-1851), élève médailliste de l’École d’architecture de Lille. Il fut inauguré le 15 janvier 1822. Les sculptures furent exécutées par Edme Étienne Gois (1765-1838).

88 Moniteur, n° 119, 28-04-1820, p. 558.

89 « Lettre de Sa Majesté Louis XVIII, Roi de France et de Navarre, à M. l’Evêque d’Angers », Mandement de Monseigneur L’Évêque d’Angers, À l’occasion de la mort de Son Altesse Royale Monseigneur le Duc de Berry, Angers, L. Pavie, 1820, p. 7 sq., AN, F19 5466.

90 Ibid.

91 Cf. Sheryl Kroen, op. cit. ; Ernest Sevrin, Les missions religieuses en France sous la Restauration (1815-1830), Paris, Procure, 1948, 2 vol.

92 « Lettre de Sa Majesté Louis XVIII, Roi de France et de Navarre, à M. l’Evêque d’Angers »,Mandement de Monseigneur L’Évêque d’Angers, À l’occasion de la mort de Son Altesse Royale Monseigneur le Duc de Berry, op. cit., p. 7 sq., AN, F19/5466.

93 « Outre les raisons politiques qui ont fait interdire de prononcer les oraisons funèbres de Louis 16 et de la reine lesquelles s’étendent à feu Mgr. le Duc de Berry mort comme eux victime d’un fanatisme révolutionnaire, il n’est pas d’usage de livrer la mémoire des princes à tout orateur qui veulent prononcer leur éloge. On ne se sert d’oraisons funèbres qu’à leurs funérailles et dans les services solennels célébrés à Paris ou à St. Denis » (Brouillon d’une lettre du ministre de l’Intérieur à l’archevêque de Tours, 20-04-1820, AN, F19 5466, orthographe corrigée).

94 Cf. la correspondance des évêques avec le ministère de l’Intérieur, AN, F19/5466. Contrairement à ce qu’écrit David Skuy, les autorités locales n’attendaient nullement la permission du gouvernement pour organiser les cérémonies. Celles-ci n’étaient pas non plus homogènes, comme le pense Skuy qui semble baser sa description du « typical service » sur l’analyse de deux des 50 diocèses —malheureusement justement pas « typiques » – et paraît totalement ignorer l’interdiction royale de prononcer une oraison funèbre. Cf. Skuy, op. cit., p. 148.

95 L’évêque de Troyes, Étienne-Antoine de Boulogne, prononça lui-même l’oraison funèbre lors d’un service funèbre organisé le 19 avril 1820 dans la cathédrale de Troyes par les chevaliers de Saint-Louis.

96 Cf. BnF, Lb48-1464 à 1480 et Lb48-3144 à 3149. Pour une analyse détaillée des oraisons funèbres en l’honneur du duc de Berry et la construction du « martyre » du prince, cf. Bettina Frederking, « Auf der Suche nach dem “wahren” Frankreich : Das Attentat auf den Duc de Berry am 13. Februar 1820 », Michael Einfalt, Joseph Jurt et al. (dir.), Konstrukte nationaler Identität : Deutschland, Frankreich und Großbritannien (19. und 20. Jahrhundert), Wurtzbourg, 2002, p. 35-57.

97 Pierre-Jean Agier, La France justifiée de complicité dans l’assassinat du duc de Berry, ou réflexions sur le mandement de M. le cardinal archevêque de Paris relatif au service pour le repos de l’âme de ce prince, Paris, Baudouin frères, 1820, p. 12 sq. Si le gouvernement ne fit pas imprimer l’oraison de Quelen dans le Moniteur, celle-ci parut néanmoins comme brochure, avec plusieurs éditions à Paris et en province. Des extraits parurent également dans des journaux ultraroyalistes, p. ex. la Quotidienne n° 76, 16-03-1820, p. 2 sq.

98 Pour une analyse détaillée des mandements, je renvoie à ma thèse en cours sous la direction de Jean-Clément Martin (université Paris I).

99 Ni Louis XVI, ni le duc de Berry pouvaient prétendre à une mort ex odio fidei, condition théologique pour obtenir le statut de martyr. Cf. note 82.

100 Mandement des Vicaires généraux, administrateurs du diocèse de Strasbourg, 18-03-1820, p. 6, AN, F19/5466 ; sur la mort « régénératrice » de Louis XVI cf. Susan Dunn, The Deaths of Louis XVI : Regicide and the French Political Imagination, Princeton, Princeton University Press, 1994.

101 Ordonnance de Monseigneur l’Evêque de Limoges, Pour une Cérémonie expiatoire, et pour un Service solennel à l’occasion de la Mort de Son Altesse Royale Monseigneur Charles-Ferdinand d’Artois, Duc de Berry, Fils de France, Limoges, L. Barbou, s. d. [21-02-1820].

102 Mandement de Monseigneur l’Evêque de Séez, Au sujet de la mort de S. A. R. feu Mgr. le Duc de Berry, s. l. n. d. [21 mars 1820], p. 11, AN, F19/5466.

103 Ainsi, l’évêque de Nancy, Antoine-Eustache d’Osmond, considéra que les « prières expiatoires » étaient « hors de propos en cette circonstance, et surtout quand elles sont faites avec des formes ridicules les bras élevés ». Lettre de l’évêque de Nancy au ministre de l’Intérieur, 18 mars 1820, AN, F19/5466 (souligné dans le texte).

104 Copie de l’affiche trouvée le 1er mars 1820 à la porte de l’église Notre-Dame & des Halles à Alençon, AN, BB18/1062, n° 3821.

105 Sur Louis XVI, « roi-cochon », cf. Annie Duprat, Le roi décapité. Essai sur les imaginaires politiques, Paris, Éditions du Cerf, 1992, p. 170 sqq.

106 En octobre 1820, le gouvernement envoya une proclamation royale contenant des recommandations électorales aux évêques qui la firent lire au prône et publier dans leurs mandements. La lettre d’accompagnement montre sans ambages le rôle que devait jouer l’Église : « Les paroles royales publiées aux lieux où se font entendre les paroles saintes, seront écoutées des peuples avec plus d’attention ; elles produiront sur leur esprit un effet plus salutaire et les habitueront de plus en plus, à associer dans leur respect et dans leur amour, l’Autel et le Trône » (lettre du ministre de l’Intérieur à l’évêque d’Amiens, AN, F19/5466).

107 Eric Hobsbawm et Terence Ranger, The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1993.

108 François René de Chateaubriand, op. cit., 2 L 2, chap. x.

109 Cf. Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1998, Martin Papenheim, Erinnerung und Unsterblichkeit. Semantische Studien zum Totenkult in Frankreich (1715-1794), Stuttgart, Klett-Cotta, 1992.

110 Le souvenir révolutionnaire est tout aussi présent dans l’ode « Les funérailles de Louis XVIII » de Victor Hugo où les funérailles du roi, loin d’être le sujet principal du poème, sont le point de départ d’une réflexion sur les destructions des tombeaux royaux sous la Terreur, le régicide et l’échec de Napoléon à usurper le lieu de sépulture royale.

111 D’après Chateaubriand, le sacre de Charles X était « la représentation d’un sacre, non un sacre », qui ne put « faire illusion » à personne. François René de Chateaubriand, Mémoires d’Outretombe, XXVIII, 5.

112 Cf. Sheryl Kroen, op. cit. ; Pamela Pilbeam, Th e Revolution of 1830 in France, New York, St. Martin’s Press, 1991.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540