Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Représentation et pouvoir

 | 
Natalie Scholz
, 
Christina Schröer

Deuxième partie. Consulat et Empire, 1800-1815

« Par la grâce de Dieu et les constitutions, Empereur des Français. »

La représentation anachronique de l’Empire napoléonien dans les régions occupées de l’Allemagne

Armin Owzar

Index terms

Geographical index :

France

Full text

I.

  • 1 Pour l’histoire de l’expansion française en Europe cf. Jean Tulard, Les révolutions de 1789 à 1851 (...)
  • 2 Pour une typologie des régimes d’occupation cf. Helmut Stubbe da Luz, Okkupanten und Okkupierte. N (...)

1Comment stabiliser le pouvoir en Europe, dans un empire qui ne cesse de s’étendre d’année en année1 ? La nécessité d’intégrer des sociétés hétérogènes posait de nombreux problèmes au régime napoléonien, en particulier dans les régions occupées qui ne formaient pas un tout homogène, mais dont les contextes historiques, socioéconomiques et confessionnels étaient si différents2. Au nombre de ces régions figuraient d’une part les protectorats, comme le royaume de Westphalie ou le grand-duché de Berg, c’est-à-dire des États satellites ne faisant pas officiellement partie de l’Empire, mais qui dépendaient presque entièrement de la volonté de l’empereur, principalement pour les affaires militaires et étrangères, et d’autre part les régions annexées. Ces régions correspondaient à des territoires autrefois indépendants (comme les Pays-Bas) et à des enclaves relativement autonomes (comme les cités hanséatiques du Nord de l’Allemagne), mais aussi à des régions depuis longtemps dépendantes (par exemple les comtés de la Marck ou de Clèves-Juliers-Berg qui avaient appartenu à la couronne prussienne). Enfin, on y trouvait des régions qui avaient perdu leur autonomie peu de temps auparavant (comme la principauté épiscopale de Münster que la Prusse avait occupée en 1803 en conséquence du recez [Reichsdeputationshauptschluss]).

  • 3 Cf. Helmut Stubbe da Luz, « Franzosenzeit » in Norddeutschland (1803-1814). Napoleons Hanseatische (...)
  • 4 Cf. Armin Owzar, « Eine Staatsnation auf Widerruf. Zum politischen Bewusstseinswandel im Königreic (...)
  • 5 Ça s’exprime, par exemple, dans la lettre suivante des citoyens bergeois à Napoléon du 1er avril 1 (...)
  • 6 Cf. Mahmoud Kandil, Sozialer Protest gegen das napoleonische Herrschaftssystem. Äußerungen der Bev (...)
  • 7 Le commissaire impérial, Jacques-Claude comte de Beugnot, s’expliquait ce phénomène par des motifs (...)
  • 8 Cf., par exemple, Monika Lahrkamp, Münster in napoleonischer Zeit 1800-1815. Administration, Wirts (...)

2Il est évident que les habitants de ces régions ne formaient pas une population homogène. Ils appartenaient à des communautés religieuses différentes (catholiques, luthériennes, réformées et juives) ; de la même manière, différentes couches sociales y étaient représentées : aristocrates, négociants et marchands, manufacturiers et artisans, serfs et journaliers, paysans et personnes exerçant une profession libérale ; enfin, on y rencontrait des mentalités différentes : des hommes éclairés et des hommes apolitiques, des républicains et des ennemis de la Révolution, des francophiles mais aussi des francophobes. C’est pourquoi, étudiant ces régions, il n’est pas possible de parler d’une seule opinion publique3. Les dispositions des habitants envers les occupants dépendaient de différents facteurs. Elles variaient notamment en fonction de l’appartenance à une couche sociale. Dans les villes, où une bourgeoisie et une intelligentsia avaient commencé à se constituer, les espérances étaient plus grandes que dans les régions rurales4. Mais l’opinion publique pouvait être divisée, comme dans le grand-duché de Berg, par exemple : en effet, si une grande partie de la population désirait encore une annexion de leur région à la France en 18115, de nombreux sujets protestaient de plus en plus violemment contre les conscriptions et les impôts6. De plus, le régionalisme et le confessionnalisme jouaient un rôle important dans les réactions envers le régime napoléonien. Il existait des régions dont la population était majoritairement francophobe. Il s’agissait soit des régions ayant une identité régionale très forte, soit des régions restées fidèles aux anciens souverains, comme le comté de la Marck, où l’attachement à la dynastie prussienne était très fort7. Mais il existait aussi des régions où la majorité des habitants était plus ou moins antiprussienne, comme c’était le cas des villes de Rhénanie et de Westphalie, où l’hostilité envers les anciens occupants prussiens provenait de ressentiments antiprotestants. Dans ces régions, les soldats de l’armée révolutionnaire furent souvent accueillis avec enthousiasme comme les libérateurs du régime prussien haï8. Les réactions envers Napoléon et son empire différaient aussi en fonction des structures sociales, des traditions régionales et confessionnelles.

  • 9 Cf. Elisabeth Fehrenbach, Traditionale Gesellschaft und revolutionäres Recht. Die Einführung des C (...)

3Le régime napoléonien était conscient de cet état de choses, et il tenta d’y remédier. Les mesures qui furent prises ne visèrent pas seulement l’amélioration de la situation matérielle des populations par des réformes politiques, sociales et économiques9, mais aussi les formes que prirent la représentation du régime. En effet, on recourut à une multiplicité de stratégies symboliques ciblées qui cherchaient à intégrer toutes les couches de la société et tous les camps politiques dans les régions occupées. Ces stratégies étaient décidées suivant les circonstances. On avait le choix entre 1) une stratégie militaire glorifiant les victoires des armées napoléoniennes ; 2) une stratégie sociale insistant sur les bienfaits et la générosité de l’Empire ; 3) une stratégie sentimentale mettant l’accent sur la figure paternelle de l’empereur ; 4) une stratégie constitutionnelle soulignant les efforts d’une politique garantissant les acquis de la Révolution française ; 5) une stratégie historique construisant une tradition carolingienne pluriséculaire ; et enfin, 6) une stratégie dynastique magnifiant l’empereur et la famille impériale.

  • 10 Cf. Ekkehard Eggs, « Napoleon und Jacques-Louis David : Heroisierung, Sakralisierung und Embelliss (...)
  • 11 Cf. Jacques Presser, Napoleon. Das Leben und die Legende, traduit du néerlandais par Christian Zin (...)
  • 12 Cf. les 330 reproductions des peintures célèbres dans Napoleon : From Corsica to St. Helena, avec (...)
  • 13 C’est sûrement le tableau de David Bonaparte franchissant les Alpes au Grand-Saint-Bernard (fini e (...)
  • 14 Cf., par exemple, la peinture célèbre d’Antoine-Jean Gros Bonaparte visitant les pestiférés de Jaf (...)
  • 15 Cf. Stephan Laux, « Das Patrizinium “Saint Napoléon” in Neersen (1803-1856). Ein Beitrag zur Rezep (...)
  • 16 Cf., par exemple, les peintures de Jean Louis Ducis Napoléon sur la terasse de Saint-Cloud avec le (...)
  • 17 C’est une copie du célèbre Portrait de Napoléon dans son cabinet de travail (1812), Washington, Na (...)
  • 18 Dans une lettre adressée au cardinal Fesch, Napoléon déclara en 1806 : « Je suis Charlemagne, parc (...)
  • 19 Cf., par exemple, les peintures célèbres de Jean-Dominique Ingres (Napoléon Ier sur le trône impér (...)

4On se servait de tous les médias contemporains : non seulement des textes d’argumentation mais aussi des représentations symboliques, qu’elles soient d’ordre linguistique, iconographique ou rituel. On faisait aussi intervenir plusieurs décors inspirés de différentes cultures : l’Empire ottoman, l’antiquité grecque et romaine et la monarchie française10. En règle générale, les initiateurs de cette propagande plaçaient Napoléon Bonaparte, ou les membres de sa famille, au cœur des représentations11 – le culte de la personnalité connaissait son premier essor. Aujourd’hui encore, ces représentations sont connues de tous12 (y compris en Allemagne) : Napoléon, le héros juvénile et conquérant de génie (fig. 47)13 ; Napoléon, le défenseur et protecteur des malades, des veuves et des orphelins, et de ses grognards14 ; Napoléon, représenté tel un saint (plutôt un saint virtuel)15 ; Napoléon, l’oncle affectueux et le père de famille16 ; Napoléon, en législateur (fi g. 48)17 ; Napoléon, en réincarnation de Charlemagne18 ; Napoléon en Empereur, absolu ou césarien19, et la famille Bonaparte, comme la nouvelle dynastie européenne ayant supplanté les vielles maisons d’Europe (fi g. 49).

  • 20 Cf., par exemple, la constitution du royaume de Westphalie, citée des Regierungsakten des Königrei (...)
  • 21 Cf. Frans Grijzenhout, Een koninklijk museum. Lodewijk Napoleon en het Rijksmuseum, 1806-1810, Ams (...)
  • 22 Cf. Colombe Samoyault-Verlet et Jean-Pierre Samoyault, Château de Fontainebleau. Musée Napoléon Ie (...)

5Souvent plusieurs stratégies étaient combinées entre elles, comme dans le préambule des constitutions, où Napoléon se légitimait en qualité d’Empereur des Français « par la grâce de Dieu et les constitutions20 ». De plus, les rois, frères de Napoléon, n’hésitèrent pas à imiter certaines de ces représentations. Non seulement Louis Bonaparte21, roi de Hollande, mais aussi Joseph Bonaparte, roi d’Espagne, et Jérôme Bonaparte22, roi de Westphalie, copièrent les poses de leur frère aîné (fig. 50 et 51).

II.

  • 23 Cf. Karsten Weber, Führer und Geführte, Monarch und Untertan. Eine Studie zur politischen Ikonolog (...)
  • 24 Cf., par exemple, Paul W. Schroeder, The Transformation of European Politics, 1763-1848 (Oxford Hi (...)
  • 25 Cf. Rainer Wohlfeil, « Napoleonische Modellstaaten », Napoleon I. und die Staatenwelt seiner Zeit, (...)

6Il ressort des travaux de recherche que la représentation napoléonienne était non seulement le produit d’un culte néo-absolutiste, une stratégie anachronique conçue pour impressionner les monarques européens qui n’acceptaient pas le parvenu corse, mais qu’elle avait aussi l’objectif de tromper la population23 : la propagande – une feinte pour dissimuler la trahison de la Révolution française par l’Empereur. Cette interprétation correspond à la critique de la politique intérieure. Si l’on suit cette interprétation, les intentions réformistes n’auraient été qu’un stratagème destiné à camoufl er de simples aspirations au pouvoir24. Même les historiens qui ont révisé cette interprétation conviennent du caractère répressif du régime napoléonien. En dépit de toutes les impulsions données à la modernisation des sociétés dans les régions occupées, ce régime se transforma de plus en plus en une dictature militaire, gouvernée par un despote qui détournait les aspirations libérales à son profi t25.

7Ce point de vue ne s’avère pas complètement erroné. Les mesures réformistes avaient aussi pour objectif de stabiliser l’Empire napoléonien. Et il ne fait aucun doute que la politique expansionniste et impérialiste domina de plus en plus la politique intérieure. Néanmoins, cette perspective, qui s’inscrit dans la tradition de la critique idéologique, ne permet pas d’appréhender toutes les implications des multiples formes de cette représentation car elle se concentre exclusivement sur les intentions du potentat, ce qui fausse l’interprétation. Premièrement, cette approche insiste sur les éléments néo-absolutistes sans les contextualiser ; deuxièmement, elle sous-estime la dynamique propre des processus. Dès lors, on ne fait plus la différence entre les régions occupées et la France dans ses frontières de 1789. N’oublions pas que la société allemande n’avait pas fait l’expérience des bouleversements révolutionnaires et qu’elle ne connaissait pas de constitution libérale. Pour cette société, aussi bien la politique réformiste que les représentations napoléoniennes eurent des effets différents et des conséquences plus modernes que pour la France.

III.

  • 26 Cf. Christopher Buchholz, Französischer Staatskult 1792-1813 im linksrheinischen Deutschland. Mit (...)
  • 27 Cf. Jean Tulard, « Aux origines du bonapartisme : le culte de Napoléon », Karl Hammer et Peter Cla (...)

8Pour la première fois, tous les habitants des régions occupées sont confrontés aux idées de 1789 : dans les journaux, dans les fêtes, dans les serments publics (fi g. 52)26. La représentation napoléonienne, omniprésente, contribue à populariser les notions d’État, de nation et de constitution moderne. En France, en revanche, Napoléon a trahi ces idées. Par conséquent, la représentation de la constitution ne joue qu’un rôle mineur. « Qu’est-ce qu’il y a dans la constitution ? Bonaparte ! » – ce mot rapporté par le Journal de Paris au sujet de la consultation de 1800 est encore vrai quinze ans plus tard27. Sous prétexte constitutionnel on mène une politique soumise à l’approbation populaire, mais celle-ci n’est qu’une simple feinte. Depuis 1804, ni les anciens jacobins ni les libéraux ne nourrissaient guère d’illusions sur la déconstitutionnalisation. Pour eux, la représentation constitutionnelle produisait des effets indésirables.

9À l’opposé, la majorité des populations allemandes, tant dans les régions annexées que dans le royaume de Westphalie, saluait les nouvelles constitutions. Napoléon avait parfaitement perçu la puissance propagandiste qui correspondait à l’octroi d’une constitution libérale : « N’écoutez point ceux qui vous disent que vos peuples, accoutumés à la servitude, recevront avec ingratitude vos bienfaits », écrit-il dans une lettre adressée à son frère Jérôme en novembre 1807.

  • 28 Lettre de Napoléon à son frère Jérôme Bonaparte de 15 novembre 1807, dans Correspondance de Napolé (...)

« On est plus éclairé dans le royaume de Westphalie qu’on ne voudrait vous le persuader ; et votre trône ne sera véritablement fondé que sur la confiance et l’amour de la population. Ce que désirent avec impatience les peuples d’Allemagne, c’est que les individus qui ne sont point nobles et qui ont des talents aient un égal droit à votre considération et aux emplois ; c’est que toute espèce de servage et de liens intermédiaires entre le souverain et la dernière classe du peuple soit entièrement abolie. […] Et s’il faut vous dire ma pensée tout entière, je compte plus sur leurs effets, pour l’extension et l’affermissement de votre monarchie, que sur le résultat des plus grandes victoires. Il faut que vos peuples jouissent d’une liberté, d’une égalité, d’un bien-être inconnus aux peuples Germaniae, et que ce gouvernement libéral produise, d’une manière ou d’autre, les changements les plus salutaires au système de la Confédération et à la puissance de votre monarchie. Cette manière de gouverner sera une barrière plus puissante, pour vous séparer de la Prusse, que l’Elbe, que les places fortes et que la protection de la France. Quel peuple voudra retourner sous le gouvernement arbitraire prussien, quand il aura gouté les bienfaits d’une administration sage et libérale ? Les peuples d’Allemagne, ceux de France, d’Italie, d’Espagne désirent l’égalité et veulent des idées libérales. […] Soyez roi constitutionnel28. »

  • 29 Cf. Michael Hecker, Napoleonischer Konstitutionalismus in Deutschland (Schriften zur Verfassungsge (...)

10Il est vrai que les constitutions napoléoniennes n’étaient pas conformes aux principes d’un gouvernement libéral et que ces constitutions investissaient l’empereur des droits des pleins pouvoirs29. Mais cela ne troublait guère les députés du parlement westphalien. Au contraire, ils étaient satisfaits que Napoléon pût intervenir à son gré. La majorité des personnes qui s’intéressaient à la politique considéraient que l’empereur était plein de bonne volonté. Elles faisaient davantage confiance à Napoléon qu’à d’autres représentants politiques, notamment allemands. À leurs yeux, le principe impérial n’était pas une tare de la constitution mais plutôt une garantie de son bon fonctionnement. C’est pourquoi le culte de l’empereur ne les dérangeait guère, d’autant moins que ce culte n’était pas aussi anachronique qu’il ne le paraît aujourd’hui. Sous l’Ancien Régime, la grâce de Dieu avait été la seule légitimation de la monarchie absolue. D’une part, Napoléon renouait avec cette idée, l’imitait, voire la radicalisait dans la représentation impériale (fi g. 53). D’autre part, cette représentation n’était qu’une représentation parmi beaucoup d’autres. Contrairement à l’Ancien Régime, la représentation napoléonienne se composait de multiples niveaux d’interprétation symbolique.

11Que ces conséquences aient été conformes ou contraires aux intentions et à la volonté de l’empereur, ce « patchwork » de représentations hétérogènes avait un caractère moderne puisqu’il correspondait à l’hétérogénéité politique et sociale de la société contemporaine. On proposait une représentation spécifique à tous les camps politiques, à toutes les couches sociales. Leur juxtaposition permettait non seulement de comparer les stratégies et les différentes formes de légitimation, mais qui plus est de relativiser l’ancienne exclusivité de la légitimité. Les vieux emblèmes de la légitimité perdaient une part de leur autorité et devenaient des éléments d’un patchwork de représentations politiques. C’était donc le régime lui-même qui faisait la démonstration de l’hétérogénéité de la société moderne et de la pluralité des interprétations et des légitimations de l’autorité.

  • 30 Cf. Rüdiger Busch, Die Aufsicht über das Bücher- und Pressewesen in den Rheinbundstaaten Berg, Wes (...)

12Cet effet ne correspondait certainement pas à la volonté de l’empereur. En matière de politique intérieure, Napoléon ne tolérait aucune pluralité. Au contraire, Napoléon et ses fonctionnaires mirent tout en œuvre pour asseoir leur hégémonie en dépit de cette pluralité et ils s’efforcèrent d’en contrôler toutes les interprétations. Le culte de la personnalité fut instauré pour intégrer et réconcilier les différentes classes de la société, mais aussi les différents camps politiques. Plusieurs formes de représentation et plusieurs interprétations servaient à légitimer l’Empire. Mais il n’y avait qu’une personne à sa tête. Dans la personne de Napoléon, le problème de la société pluraliste trouvait sa solution : ceux qui n’acceptaient pas l’omnipotence de l’empereur s’exposaient à diverses représailles. Napoléon et sa police persécutaient tous ceux qui osaient critiquer le régime. Les opposants étaient poursuivis par la censure, risquaient l’emprisonnement, voire la peine capitale30. C’était donc Napoléon lui-même qui violait les principes qui avaient été mis en œuvre sous son impulsion. À cet égard, la représentation napoléonienne était effectivement anachronique.

  • 31 Pour l’ambiguïté du mythe napoléonien en France cf. Jean Tulard, Le mythe de Napoléon, Paris, 1971
  • 32 Cf. les caricatures publiées dans les catalogues Siegfried Kessemeier (dir.), Ereigniskarikaturen. (...)
  • 33 Cf. les inscriptions sur les calices offerts à l’Empereur : il s’agit des « Thränen [larmes] » des (...)

13En conséquence, la stratégie qui visait à imposer des représentations était condamnée à l’échec. Dans les régions occupées de l’Allemagne, c’était Napoléon qui avait inauguré une nouvelle culture politique. Or il s’avérait qu’il était pratiquement impossible de contrôler les interprétations qu’en donnait l’opposition – le combat pour la représentation avait commencé31. Le culte de Napoléon se heurta bientôt à une condamnation radicale de sa personne, à tous les niveaux de la représentation32. Dans cette nouvelle perspective, Napoléon n’est plus le sauveur de l’Europe mais son destructeur ; il n’est plus un héros militaire mais un boucher (fi g. 54), responsable de l’anéantissement de son armée (fig. 55) ; à la fin, il est une bête poursuivie par ses ennemis (fig. 56). Il n’est plus le défenseur et le protecteur des pauvres et des malades mais un despote responsable du malheur de milliers de femmes et d’enfants (fi g. 57)33. Il n’est plus un tendre père de famille mais un mari dominé par une femme bruyante et acariâtre (fig. 58). Il n’est plus l’homonyme d’un saint mais un fils de Satan (fig. 59). Il n’est plus la réincarnation de Charlemagne mais un fugitif ridicule, privé de son empire usurpé (fi g. 60). Enfin, il n’est plus l’empereur unique et universel mais un nain politique, soumis par un général anglais (fig. 61), abandonné par ses anciens amis et ses frères qu’il avait faits rois (fi g. 62).

  • 34 Philippe Kaenel, « L’image de Napoléon : conformité et difformité », Hans Peter Mathis (dir.), op. (...)

14Cette appropriation de la représentation, popularisée par l’Empire napoléonien, ne s’accomplit pas sans péripéties. En regardant attentivement les caricatures antinapoléoniennes, on remarque, entre autres, qu’il s’agit souvent de copies. C’était surtout les caricatures anglaises qui leur servaient de modèle34. Néanmoins, il est intéressant de noter quelques différences significatives entre les caricatures anglaises et allemandes. La critique anglaise de l’Empire napoléonien thématisait tous les aspects de sa politique. La critique allemande laissait généralement de côté la constitution en général, et ses composantes. Un exemple : George Moutard Woodward ne se gênait pas pour critiquer l’émancipation des juifs en Westphalie (fig. 63). Ce motif n’apparaît pas en Allemagne. Il existe évidemment des images qui font rire aux dépens des juifs, mais ce n’était généralement pas le principe de la liberté ni celui de l’égalité qui étaient critiqués.

15Dans les régions occupées de l’Allemagne, la représentation napoléonienne remplissait d’autres fonctions qu’en France. En France, la représentation était en recul d’un pas par rapport à celle de la Révolution française. En Allemagne, en revanche, la représentation était moderne et inventive : ces qualités correspondaient aux intentions de l’empereur. Le fait que la pluralité des représentations répondît à l’hétérogénéité de la société allemande, en pleine évolution, correspondait peut-être aussi aux intentions de Napoléon – qui n’étaient assurément pas l’affaiblissement de l’autorité des emblèmes impériaux. Or ce phénomène était incontestable. C’était Napoléon lui-même qui avait démontré que la légitimité de son pouvoir n’était qu’une interprétation parmi beaucoup d’autres. Et c’était lui-même qui avait, sans l’avoir voulu, ouvert le combat pour la représentation en Allemagne. Un combat qu’il ne pouvait plus gagner.

Notes

1 Pour l’histoire de l’expansion française en Europe cf. Jean Tulard, Les révolutions de 1789 à 1851 (Histoire de France, publié sous la direction de Jean Favier, vol. 4), Paris, 1985, p. 184-188 et 195-206.

2 Pour une typologie des régimes d’occupation cf. Helmut Stubbe da Luz, Okkupanten und Okkupierte. Napoleons Statthalterregimes in den Hansestädten, vol. 1 : Modellkonstruktion – Vorgeschichte – Occupatio bellica, Munich, 2004, p. 80-332.

3 Cf. Helmut Stubbe da Luz, « Franzosenzeit » in Norddeutschland (1803-1814). Napoleons Hanseatische Departements, Brême, 2003, p. 16.

4 Cf. Armin Owzar, « Eine Staatsnation auf Widerruf. Zum politischen Bewusstseinswandel im Königreich Westphalen », Helga Schnabel-Schüle et Andreas Gestrich (dir.), Fremde Herrscher – fremdes Volk. Inklusions- und Exklusionsfiguren bei Herrschaftswechseln in Europa, Francfort-sur-le-Main et al., 2006, p. 43-72.

5 Ça s’exprime, par exemple, dans la lettre suivante des citoyens bergeois à Napoléon du 1er avril 1811 : « Napoleon Le Grand, qui veille sur la destinée de tant de nations, leur tendra Sa main paternelle, et ne rejettera pas les vœux d’un peuple, qui désire être tout à fait le Sien. Oui Sire ! un seul vœu, un seul désir anime les cœurs des habitans du grand Duché ; c’est celui, d’être réuni au grand Empire. […] Dans nos villes, et sous le chaume de nos ouvriers retentit unanimement une seule voix : Puisse cette réunion se concilier avec les Vues de sa Majesté L’Empereur et Roi ! Nous avons vu d’un œil jaloux la réunion du Nord de l’Allemagne à la France et envions son sort. Sire ! Faites nous participer à la Gloire de la France, et que le Bergeois fidèle soit accueilli au nombre des nations qui du Tibre jusqu’à l’Elbe Vous nomment leur Empereur » (Archives nationales, Paris, AFIV, 1839A).

6 Cf. Mahmoud Kandil, Sozialer Protest gegen das napoleonische Herrschaftssystem. Äußerungen der Bevölkerung des Großherzogtums Berg 1808-1813 aus dem Blickwinkel der Obrigkeit, Aix-la-Chapelle, 1995.

7 Le commissaire impérial, Jacques-Claude comte de Beugnot, s’expliquait ce phénomène par des motifs matériels : « Placée aux derniers confins de la monarchie prussienne, cette petite province profitait de toutes les bonnes lois de Frédéric II et échappait par l’éloignement à son avidité fiscale » (rapport de Beugnot de la première semaine de mars 1809, cité de Charles Schmidt, Le Grand-Duché de Berg, 1806-1813. Étude sur la domination française en Allemagne sous Napoléon Ier, Paris, 1905, p. 427).

8 Cf., par exemple, Monika Lahrkamp, Münster in napoleonischer Zeit 1800-1815. Administration, Wirtschaft und Gesellschaft im Zeichen vom Säkularisation und französischer Herrschaft (Quellen und Forschungen zur Geschichte der Stadt Münster NF 7/8), Münster, 1976, p. 92-104 et Wolfgang Maron, « Vom Ende des Fürstbistums bis zur Gründung des Deutschen Reiches (1802-1871) », Frank Göttmann, Karl Hüser et Jörg Jarnut (dir.), Paderborn. Geschichte der Stadt in ihrer Region, vol. 3 : Das 19. und 20. Jahrhundert. Traditionsbindung und Modernisierung, Paderborn/Munich/ Vienne/Zurich, 1999, p. 2-99, ici p. 11.

9 Cf. Elisabeth Fehrenbach, Traditionale Gesellschaft und revolutionäres Recht. Die Einführung des Code Napoléon in den Rheinbundstaaten (Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft 13), Göttingen, 1974 ; Elisabeth Fehrenbach, « Verfassungs- und sozialpolitische Reformen und Reformprojekte in Deutschland unter dem Einfluß des napoleonischen Frankreich », Historische Zeitschrift, 228 (1979), p. 288-316 ; Eberhard Weis (dir.), Reformen im rheinbündischen Deutschland (Schriften des Historischen Kollegs. Kolloquien 4), publié en collaboration avec Elisabeth Müller-Luckner, Munich, 1984, et Harry Siegmund, Der französische Einfluß auf die deutsche Verfassungsentwicklung 1789-1815, Fribourg-en-Brisgau, 1987.

10 Cf. Ekkehard Eggs, « Napoleon und Jacques-Louis David : Heroisierung, Sakralisierung und Embellissement », Heide N. Rohloff (dir.), Napoleon kam nicht nur bis Waterloo. Die Spur des gestürzten Giganten in Literatur und Sprache, Kunst und Karikatur, Francfort-sur-le-Main, 1992, p. 19-54, ici p. 41.

11 Cf. Jacques Presser, Napoleon. Das Leben und die Legende, traduit du néerlandais par Christian Zinsser, Stuttgart, 1977, p. 184-252. Pour les peintures cf. Rainer Schoch, Das Herrscherbild in der Malerei des 19. Jahrhunderts (Studien zur Kunst des neunzehnten Jahrhunderts 23), Munich, 1974, p. 49-88 ; Meinrad Maria Grewenig (dir.), Napoleon. Feldherr, Kaiser, Mensch, Ostfi ldern-Ruit, 1998 et Yveline Cantarel-Besson, Claire Constans et Bruno Foucart, Napoléon. Images et histoires. Peintures du château de Versailles (1789-1815), avec une préface de Pierre Arizzoli-Clémentel, Paris, 2001. Pour les arts plastiques cf. Gérard Hubert et Guy Ledoux-Lebard, Napoléon. Portraits contemporains, bustes et statues, Paris, 1999, et Christopher M. S. Johns, Antonio Canova and the Politics of Patronage in Revolutionary and Napoleonic Europe, Berkeley/Los Angeles/Londres, 1998, p. 88-122. Pour les médailles cf. Lisa Zeitz et Joachim Zeitz, Napoleons Medaillen, Petersberg, 2003. Pour le journalisme cf. Antje Siemer, « “Moi, toujours moi, rien que moi” – Zu einigen Facetten des Napoleonbildes in der deutschen Publizistik », Holger Böning (dir.), Französische Revolution und deutsche Öffentlichkeit. Wandlungen in Presse und Alltagskultur am Ende des 18. Jahrhunderts (Desseforschung 28), Munich, 1992, p. 309-322, ici p. 309-317.

12 Cf. les 330 reproductions des peintures célèbres dans Napoleon : From Corsica to St. Helena, avec une introduction et des descriptions par John L. Stoddard, Chicago. Cela vaut notamment pour les tableaux de Jacques-Louis David qui passait « pour le Premier peintre triomphant de Napoléon » (Antoine Schnapper, « David et Napoléon », Jacques-Louis David, 1748-1825, catalogue d’une exposition organisée par la Réunion des musées nationaux, le musée du Louvre et le musée national du château de Versailles, 26 octobre 1989-12 février 1990, publié sous la direction du ministère de la Culture, de la Communication, des Grands Travaux et du Bicentenaire, Paris, 1989, p. 359-512, ici p. 359).

13 C’est sûrement le tableau de David Bonaparte franchissant les Alpes au Grand-Saint-Bernard (fini en 1800), Rueil-Malmaison, musée de Malmaison, inv. 49.7.1, qui est la plus célèbre peinture de ce genre.

14 Cf., par exemple, la peinture célèbre d’Antoine-Jean Gros Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa (11 mars 1799) de l’an 1804 (Paris, musée du Louvre).

15 Cf. Stephan Laux, « Das Patrizinium “Saint Napoléon” in Neersen (1803-1856). Ein Beitrag zur Rezeption der napoleonischen Propaganda im Rheinland », Jörg Engelbrecht et St. Laux (dir.), Landes- und Reichsgeschichte, publication en l’honneur de Hansgeorg Molitor (Studien zur Regionalgeschichte 18), Bielefeld, 2004, p. 351-381.

16 Cf., par exemple, les peintures de Jean Louis Ducis Napoléon sur la terasse de Saint-Cloud avec les enfants de Murat et de Caroline, de Louis et de Hortense de l’an 1810 (musée national de Versailles) et d’Alexandre Menjaud Napoléon à son déjeuner jouant avec le roi de Rome, exposée pour la première fois en 1812 (dépôt du musée national de Versailles).

17 C’est une copie du célèbre Portrait de Napoléon dans son cabinet de travail (1812), Washington, National Gallery of Art, inv. 1374, peint par David.

18 Dans une lettre adressée au cardinal Fesch, Napoléon déclara en 1806 : « Je suis Charlemagne, parce que, comme Charlemagne, je réunis la couronne de France à celle des Lombards, et que mon empire confine avec l’Orient. J’entends donc que l’on règle avec moi sa conduite sur ce point de vue » (cité de Robert Morissey, « Charlemagne », Pierre Nora [dir.], Les lieux de mémoire, vol. III/3 : Les France. De l’archive à l’emblème, Paris, 1992, p. 630-673, ici p. 651). Cf. aussi Robert Morrissey, L’empereur à la barbe fleurie. Charlemagne dans la mythologie et l’histoire de France, Paris, 1997, p. 349-368 ; Matthias Pape, « Der Karlskult an Wendepunkten der neueren deutschen Geschichte », Historisches Jahrbuch, 120 (2000), p. 138-181, ici p. 142-161 ; Max Kerner, Karl der Große. Entschleierung eines Mythos, Cologne/Weimar/Vienne, 2001, p. 181-191 ; et Dieter P. J. Wynands, « Die Neubelebung des Karlskultes im 19. Jahrhundert », Thomas Kraus et Klaus Papst (dir.), Karl der Große und sein Nachleben in Geschichte, Kunst und Literatur. Zeitschrift des Aachener Geschichtsvereins, 104/105 (2002-2003), p. 213-229, ici p. 218-223.

19 Cf., par exemple, les peintures célèbres de Jean-Dominique Ingres (Napoléon Ier sur le trône impérial, 1806, Paris, musée de l’armée), de Jacques-Louis David (Napoléon en costume impérial, 1805, Lille, palais des Beaux-Arts) et de François Pascal Baron Gérard (Napoléon Ier, l’empereur des Français, vers 1810, Rueil-Malmaison, musée de Malmaison). Sans doute est-ce la peinture Sacre de l’empereur Napoléon Ier et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le décembre 1804 (Paris, musée du Louvre), peint par David du 21 décembre 1805 à mars 1808, qui a produit le plus grand effet jusqu’à aujourd’hui (cf. Sylvain Laveissière, Le Sacre de Napoléon peint par David, avec la collaboration de David Chanteranne et al., Paris/Milan, 2004, p. 109-127).

20 Cf., par exemple, la constitution du royaume de Westphalie, citée des Regierungsakten des Königreichs Westphalen, 1807-1813 (Quellen zu den Reformen in den Rheinbundstaaten 2), publiés sous la direction de Klaus Rob, Munich, 1992, p. 41-57, ici p. 41.

21 Cf. Frans Grijzenhout, Een koninklijk museum. Lodewijk Napoleon en het Rijksmuseum, 1806-1810, Amsterdam, 1999.

22 Cf. Colombe Samoyault-Verlet et Jean-Pierre Samoyault, Château de Fontainebleau. Musée Napoléon Ier. Napoléon et la famille impériale, 1804-1815, Paris, 1986, p. 87-93 et p. 98-105.

23 Cf. Karsten Weber, Führer und Geführte, Monarch und Untertan. Eine Studie zur politischen Ikonologie und ihre unterrichtliche Umsetzung (Geschichte lehren und lernen. Schriftenreihe für Forschung und Unterricht), Francfort-sur-le-Main/Berlin/Munich, 1978, p. 51-77.

24 Cf., par exemple, Paul W. Schroeder, The Transformation of European Politics, 1763-1848 (Oxford History of Modern Europe, publié sous la direction d’Alan Bullock et de William Deakin), Oxford, 1994, p. 291-293 et Johannes Willms, Napoleon. Eine Biographie, Munich, 2005, p. 434. Pour un tour d’horizon sur les recherches concernant le Rheinbund cf. Roger Dufraisse, « Das napoleonische Deutschland. Stand und Probleme der Forschung unter besonderer Berücksichtigung der linksrheinischen Gebiete », Geschichte und Gesellschaft, 6 (1980), p. 467-483, et Elisabeth Fehrenbach, Vom Ancien Régime zum Wiener Kongreß (Oldenbourg Grundriß der Geschichte 12), Munich, 4e éd., 2001, p. 213-227.

25 Cf. Rainer Wohlfeil, « Napoleonische Modellstaaten », Napoleon I. und die Staatenwelt seiner Zeit, publié sous la direction de Wolfgang von Groote, par ordre de la Ranke-Gesellschaft et du MGFA, Fribourg-en-Brisgau, 1969, p. 33-53, et Helmut Berding, Napoleonische Herrschafts- und Gesellschaftspolitik im Königreich Westfalen, 1807-1913 (Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft 7), Göttingen, 1973, surtout p. 109.

26 Cf. Christopher Buchholz, Französischer Staatskult 1792-1813 im linksrheinischen Deutschland. Mit Vergleichen zu den Nachbardepartements der habsburgischen Niederlande, Francfort-sur-le-Main, 1997 ; Stefan Brakensiek, « Die Reichsstände des Königreichs Westphalen », Westfälische Forschungen, 53 (2003), p. 215-240 ; Alwin Hanschmidt, « Herrscherkult und Herrscherfest – oder wie Napoleon an Ems, Hase und Hunte kam. Napoleon-Feiern im Ober-Ems-Departement 1811 bis 1813 », Osnabrücker Mitteilungen, 109 (2004), p. 201-222.

27 Cf. Jean Tulard, « Aux origines du bonapartisme : le culte de Napoléon », Karl Hammer et Peter Claus Hartmann (dir.), Le bonapartisme. Phénomène historique et mythe politique, actes du 13e colloque historique franco-allemand de l’Institut historique Allemand de Paris à Augsbourg du 26 jusqu’au 30 septembre 1975 (Beihefte der Francia 6), avec une préface de Karl Ferdinand Werner, Munich, 1977, p. 5-10, ici p. 9.

28 Lettre de Napoléon à son frère Jérôme Bonaparte de 15 novembre 1807, dans Correspondance de Napoléon Ier, publiée sous la direction d’Henri Plon et de J. Dumaine, vol. 16, Paris, 1864, p. 166-167, ici p. 166.

29 Cf. Michael Hecker, Napoleonischer Konstitutionalismus in Deutschland (Schriften zur Verfassungsgeschichte 72), Berlin, 2005. Pour la discussion récente sur la modernité de la constitution du royaume de Westphalie cf. aussi les articles de Rüdiger Ham, « Die Constitution für das Königreich Westphalen von 1807. Zur Funktion und Funktionsweise der ersten modernen Verfassung in Deutschland », Zeitschrift für Neuere Rechtsgeschichte, 26 (2004), p. 227-245, qui renvoie à l’ambiguïté de la constitution, et d’Ewald Grothe, « Model or Myth ? The Constitution of Westphalia of 1807 and Early German Constitutionalism », German Studies Review, 28 (2005), p. 1-19, qui insiste sur les aspects libéraux.

30 Cf. Rüdiger Busch, Die Aufsicht über das Bücher- und Pressewesen in den Rheinbundstaaten Berg, Westfalen und Frankfurt. Ein Beitrag zur Geschichte der Bücher- und Pressezensur (Studien und Quellen zur Geschichte des deutschen Verfassungsrechts Reihe A, 7), Karlsruhe, 1970.

31 Pour l’ambiguïté du mythe napoléonien en France cf. Jean Tulard, Le mythe de Napoléon, Paris, 1971.

32 Cf. les caricatures publiées dans les catalogues Siegfried Kessemeier (dir.), Ereigniskarikaturen. Geschichte in Spottbildern, 1600-1930, Münster, Landschaftsverband Westfalen-Lippe, 1983, p. 150-182 ; Ekkehard Eggs et Hubertus Fischer (dir.), « Die Kehrseite der Medaille ». Napoleon-Karikaturen aus Deutschland, Frankreich und England, Hanovre, 1985 ; et Hans Peter Mathis (dir.), Napoléon Ier vu à travers la Caricature, un catalogue de collection du musée Napoléon d’Arenenberg contenant 435 caricatures de Napoléon Ier, contributions de Jérémie Benoit et Philippe Kaenel, Zurich, 1998. Cf. aussi Catherine Clerc, La caricature contre Napoléon, Paris, 1985.

33 Cf. les inscriptions sur les calices offerts à l’Empereur : il s’agit des « Thränen [larmes] » des « Witwen [veuves] » et « Waisen [orphelins] ».

34 Philippe Kaenel, « L’image de Napoléon : conformité et difformité », Hans Peter Mathis (dir.), op. cit., p. 28-73, ici p. 60.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Terms of use: http://www.openedition.org/6540