Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Représentation et pouvoir

 | 
Natalie Scholz
, 
Christina Schröer

Première partie. La Révolution, 1789-1799

Rites et contexte dans les cérémonies funèbres en l’honneur des généraux de la République (1796-1800)

Bernard Gainot

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Rapport sur les honneurs à rendre aux guerriers morts les armes à la main, par Daubermesnil, Conse (...)

1Repartons tout d’abord du projet de la République directoriale d’hommages rendus aux militaires morts dans les guerres de la Liberté, selon la rhétorique de l’époque. Le rapport de Daubermesnil en l’an IV distingue soigneusement les honneurs funèbres des funérailles proprement dites et de l’apothéose, ou panthéonisation1. Pour cette dernière, un intervalle temporel est indispensable : « Ce fut un sentiment de sagesse et de justice, qui détermina la Convention à décréter que les honneurs du Panthéon ne seraient accordés à aucun citoyen que dix ans après sa mort. » On se méfie des panthéonisations impulsives, et plus encore des dépanthéonisations tumultueuses, à l’exemple de celles de Mirabeau et de Marat, qui sont désormais synonymes de désordre indigne d’une grande République. Les funérailles sont une cérémonie de nature privée. Seule retiendra ici notre attention la cérémonie des honneurs funèbres, cérémonie publique d’hommage au cours de laquelle la République se commémore elle-même.

2Le projet prévoit un monument, consistant en une « grande table de marbre blanc, verticalement soutenue par la Vertu et la Liberté ; d’un côté sera la Patrie assise, indiquant la table à la Postérité, conduite par le Temps, qui sera de l’autre côté ».

  • 2 Antoine Marbot, Rapport sur les honneurs à rendre aux militaires blessés, Conseil des Anciens, séa (...)

3Bien que le titre de la résolution mentionne explicitement les seuls « guerriers », sont admis aux honneurs par leur inscription sur la table de marbre « tous les citoyens français morts à leur poste, que le Corps législatif croira pouvoir être présentés aux honneurs du Panthéon, après le temps fixé par la Loi ». Ainsi, le programme initial prévoyait d’honorer les civils autant que les militaires (« tous les citoyens de la commune qui ont péri dans quelque fonction que ce soit pour les lois de leur patrie », dont les noms seront inscrits sur le piédestal d’une grande colonne élevée au chef-lieu de chaque municipalité de canton). Cette « grande colonne » était réservée à l’affichage des lois de la République. Dans un rapport annexe, Marbot, général de la République et représentant du Peuple, s’occupait plus particulièrement des honneurs à rendre aux militaires blessés, et il faisait cette digression significative sur l’héroïsme2 :

« Les récits de chaque jour nous apprenant des actions nouvelles, dont la gloire se confond avec les actions de la veille, nous nous sommes accoutumés à regarder l’héroïsme comme une qualité commune à tous les soldats de la République. Là où chacun brille du même mérite, personne ne se distingue. »

4Les honneurs publics ne sont pas réservés aux généraux, et il établit plus loin des exemples historiques sur lesquels nous aurons à revenir :

« Les rois récompensaient aussi les services militaires, mais leurs récompenses étaient réservées pour les chefs, ils comptaient pour rien le rang des subalternes. Des monuments ont été élevés à la mémoire de quelques grands capitaines ; les tombeaux de Turenne et du maréchal de Saxe attirent les regards et le respect des citoyens ; mais celui qui perdit la vie en plaçant la première échelle au pied des remparts du Port-Mahon est resté inconnu. »

5Et il revient sur ce thème à la fin de son discours en l’élevant au rang d’un principe :

« Les peuples libres doivent suivre d’autres principes : si leur discipline est sévère, s’ils commandent le respect et l’obéissance absolue pour les chefs militaires, ils doivent récompenser avec la même générosité et le soldat et le général ; les mêmes égards et les mêmes honneurs doivent les attendre lorsqu’ils rentrent dans leurs foyers […]. Le Conseil remarquera sans doute avec satisfaction que c’est ici une institution vraiment républicaine, empreinte du caractère démocratique ; il y verra une belle application du principe de l’égalité ; application d’autant plus importante, que rien n’est si éloigné de l’égalité civile que le régime militaire. »

6Si on mesure les cérémonies funèbres de 1797 à 1800 à l’aune des déclarations de principe de Daubermesnil et Marbot, force est alors de constater que la République s’est sensiblement éloignée de la démocratie, pour se rapprocher insensiblement du régime militaire, voire des pratiques en honneur sous les monarchies.

7En effet, les cérémonies publiques qui devaient honorer indistinctement tous les citoyens, fonctionnaires civils comme militaires, ne concernèrent en fin de compte que des généraux en instance d’héroïsation. Quant aux colonnes et tables de marbre, elles ne virent pas le jour, faute d’argent vraisemblablement.

La République se commémore elle-même au cours des cérémonies funèbres : l’exemple de Hoche (vendémiaire an VI – septembre 1797)

  • 3 « Programme officiel de la cérémonie funèbre en mémoire du général Hoche, mort à Westlar, le 3ème (...)
  • 4 Ibid.

8La Cité se donne à voir à travers l’ordonnancement du cortège, et la profusion des symboles funéraires : « Au milieu du Champ de Mars, en avant de l’autel de la Patrie, il sera élevé une pyramide, où seront gravés le nom du général Hoche, et celui des principales victoires qu’il a remportées3. » La forme de la pyramide n’est certes pas une innovation. Elle est signe d’immortalité, omniprésente également dans le rituel maçonnique, c’est une figure familière de la culture des Lumières. « L’enceinte de l’autel de la Patrie sera entourée de colonnes funéraires, de trophées, d’inscriptions et de drapeaux, dont les cravates seront de crêpes et de rubans noirs4. »

9La pyramide, au même titre que l’effigie, dont il sera question plus loin, préfigure le triomphe sur la mort, représentée par les colonnes tronquées, et signale donc la nature de l’honneur funèbre, à distinguer des funérailles, organisées autour des cendres.

10Le cortège prend soin de faire la part de la sphère publique et de la sphère privée, de distribuer les rôles selon une représentation des genres. Intermédiaires entre les autorités civiles et militaires, matérialisant la sphère publique, « le père et la famille du général Hoche s’y rendront aussi dans les voitures qui leur seront envoyés par le ministre de l’Intérieur ». C’est une intrusion de l’univers intime dans une cérémonie où il est en principe mis à distance, dans un jeu de miroirs analogue à celui qui se met en place avec l’effigie et la dépouille. L’effigie (ou le buste) est une représentation inversée du cadavre. « Au milieu du cortège, et devant le Directoire, sera portée l’effigie du général Hoche, placée sur un brancard, avec un trophée et les enseignes militaires, qui distinguent un général en chef. Le tout sera porté par quatre anciens militaires. » Elle souligne l’absence tangible des restes, tout en rappelant le corps physique. Elle est une marque de victoire sur la mort, tout en évoquant la présence charnelle. Est-elle un prolongement du baroque funéraire, ou sa mise à distance ?

11« Les membres du Directoire Exécutif, les ministres, et toutes les personnes qui feront partie du cortège, auront à la main une branche de chêne ou de laurier. » Deux forts symboles, le laurier symbolise la guerre, le chêne symbolise la République.

12La canonnade rythme l’avancée du cortège, contribuant, par la mobilisation des sens, à faire de la cérémonie un « spectacle total », où la « rumeur

  • 5 Martin Kaltenecker, La rumeur des batailles, la musique au tournant des xviiie et xixe siècles, Pa (...)

13de la bataille5 » (le son du canon) sert de contrepoint à la mise en scène de la lamentation, portée par la voix féminine qui renvoie à la sphère privée :

« Les chœurs du conservatoire de musique et du théâtre de la République et des Arts, exécuteront un chant funèbre.
Le président du Directoire prononcera un discours.
Des groupes de jeunes filles vêtues de blanc, avec des ceintures de crêpes,
se rangeront autour de la pyramide, et chanteront en chœur.
Un des membres de l’Institut National, tenant à la main une branche de laurier, montera sur les gradins de la pyramide et prononcera l’éloge funèbre du général Hoche.
Le chœur des jeunes filles recommencera. »

14Les orateurs désignés par la représentation nationale donnent le sens civique qui fait entrer le héros dans l’antichambre du Panthéon. Au terme de la cérémonie, la communauté se recompose ; projection de l’unité nationale, ce que souligne bien l’accompagnement musical, la partie féminine rejoint alors cette communauté : « Un chœur d’hommes et de femmes, accompagné de la symphonie, chantera la strophe Amour sacré de la Patrie. Elle sera suivie du Chant du départ. »

  • 6 Nicole Loraux, L’invention d’Athènes, Paris, Payot, 1993 ; Bernard Gainot, « Les mots et les cendr (...)

15Symboles, mise en scène du corps civique qui met à distance le corps mortel, éloge funèbre qui est aussi une pédagogie civique, tout incite à faire le rapprochement avec les cérémonies funèbres de l’Antiquité6.

Rites et politique : un révélateur de l’esprit public

16Le rituel funéraire, comme tout rituel, est une négation de la temporalité, car celle-ci est potentiellement porteuse de germes de décomposition. Il est donc impératif, par le discours et par l’ostension des symboles, de mettre à distance le tumulte qui divise le corps politique, la mort qui putréfie le corps du héros. Ce rituel d’exorcisme n’est pas toujours pleinement réussi.

17Prenons les cérémonies funèbres en l’honneur de Joubert, tué sur le champ de bataille de Novi en fructidor an VII. Les cérémonies se déroulent au début du mois de vendémiaire an VIII, et se confondent plus ou moins avec les fêtes de la Fondation de la République. De façon classique, donc, l’évocation du contexte troublé est surdéterminée par un discours d’apaisement civique chez le représentant Riboud :

« Faisons tourner cette crise au profit de la République seule : éclairés par le passé, faisons taire les passions, fermons les plaies de l’État, ne les déchirons pas. Guerre aux abus […] mais non guerre aux personnes : que la discorde cesse d’agiter ses brandons funestes, que l’union vienne enfin ramener le calme, que la confiance soit établie par la raison et la justice, et bientôt l’aurore de jours plus heureux se lèvera pour la France ! »

18Mais, bien vite, les règles de l’éloge funèbre sont subverties par un discours de vengeance, qui est celui développé depuis le printemps, à la suite de l’attentat de Rastadt et du renversement du Second Directoire. Les Furies s’invitent à la fête. Le président du Conseil des Anciens, le général Laveaux, lit publiquement les inscriptions, et prononce les mots suivants :

  • 7 « Programme officiel de la cérémonie funèbre… », op. cit.

« “Ils seront vengés” […]. Chaque représentant prononcera ensuite, la main droite tendue sur l’autel, les mêmes mots ; Ils seront vengés ! Dès que les membres du Conseil seront à leurs places, la musique exécutera un hymne funèbre.
Elle exécutera, après le discours du président, un morceau de musique analogue à la fête, et terminera par Le chant des vengeances7 »

  • 8 « Éloge funèbre du général Joubert, prononcé dans la salle du tombeau de Turenne, aux ci-devants P (...)

19Sonthonax8, une des principales figures du mouvement démocratique parisien, reprend et élargit le thème de la vengeance :

« Notre désespoir serait moins amer, notre abattement moins profond, si en pleurant la vertu, l’héroïsme, le souvenir des plus atroces trahisons ne venait pas ulcérer nos cœurs, si les revers qui ont amené la mort de l’homme illustre qui cause nos regrets n’en étaient pas le triste résultat. »

20Et le discours de Sonthonax se termine par un appel à la mobilisation, et non à la concorde, exprimant la tension inhérente à tout discours funèbre entre l’évocation directe du contexte et les règles normatives du discours de l’humanisme civique :

« Jeunes conscrits que la patrie appelle à son secours, ne soyez pas insensibles à sa voix. Que les sauvages du Nord n’aient point à se féliciter de longs succès. S’il est des insensés qui puissent souhaiter la ruine de la Patrie, des monstres féroces dont les vœux appellent la dévastation de la France, le massacre de leurs concitoyens et la servitude de leur postérité, ces êtres dégradés ne forment qu’une très petite partie de la nation ; le reste est disposé à s’ensevelir sous les débris de la République, plutôt que de souffrir qu’on porte atteinte à son indépendance, qu’on anéantisse ses lois, qu’on rétablisse l’odieuse royauté. Le sang des héros ne sera pas perdu pour nous ; les Marceau, les Hoche, les Joubert, retrouveront des imitateurs. »

21Remarquons enfin le lieu où ces éloges sont prononcés :

  • 9 Honneurs funèbres rendus au général Joubert par les citoyens de son département, qui se sont trouv (...)

« Le 19 fructidor, an VII de la République française, à six heures du soir, les citoyens du département de l’Ain, se trouvant à Paris, convoqués par la députation du même département, au Museum des antiques, rue des Petits-Augustins, et réunis en la salle du dix-septième siècle, le citoyen Riboud, membre du conseil des Cinq-Cents, placé auprès du mausolée de Turenne9 […] »

22Le pied du mausolée de Turenne est ainsi mis en valeur. Les cendres de Turenne n’ont pas encore été transférées aux Invalides. Ce transfert, réalisé en 1800, a pu être présenté comme une rupture avec la décennie révolutionnaire, une affirmation symbolique de la continuité de la France, à travers la réconciliation avec le passé monarchique. Si rupture il y eut (ce qui reste problématique), il faut la situer antérieurement au Consulat, puisque les mentions de Turenne (et d’autres, Bayard, Catinat, Maurice de Saxe) sont fréquentes dans les éloges funèbres de la République directoriale. Dès l’an IV, Daubermesnil, dans son rapport précédemment cité, anticipait le transfert au temple de Mars, ci-devant Saint-Louis des Invalides :

« Que fait la statue de Vauban, de Catinat et tant d’autres pressées les unes sur les autres dans un dépôt solitaire ? Pourquoi le mausolée de Turenne dans un couvent ? Faites porter ces statues, faites placer ce mausolée et les ossements du grand homme qu’il contient dans cet intéressant palais destiné, comme le dit l’inscription : “au soldat blessé, mais invaincu” ; c’est là que leur ombre aimerait à le retrouver au milieu de ceux qui suivaient leurs traces. Ce général, frappé de la foudre à Sultzbach, couché sur son tombeau, cet homme dont la moralité est connue par plusieurs traits de sa vie privée, placé au milieu des vastes cours ou sous les portiques de cet édifice, présenterait au guerrier mutilé, le guerrier mort, à l’homme souffrant pour la liberté de son pays la reconnaissance permanente de la Patrie. »

23Le discours funèbre marque donc une distance équivoque par rapport à la temporalité.

24La cérémonie met également à distance la dépouille du héros, livrée au scalpel de l’autopsie. Desaix est installé tardivement dans une chapelle de l’Hospice du col du Petit Saint-Bernard, Kléber est placé dans une longue quarantaine au château d’If, sans parler de Leclerc promené de ville en ville depuis Le Cap à Saint-Domingue, en passant par Toulon, puis Marseille, Lyon, Orléans… L’usage veut pourtant que la dépouille repose au carré militaire, avant d’être éventuellement restituée à la famille : ainsi pour Marceau, Hoche, Joubert, ou Championnet.

La cérémonie funèbre est aussi un enjeu de mémoire

25Si la mémoire de Turenne était évoquée au début du Directoire, nous avons vu que c’était de façon ambiguë ; si les monarchies rendaient les honneurs aux grands hommes, elles oubliaient les simples soldats. Cette distance par rapport à l’Histoire n’est plus de mise au début du Consulat. Il n’y a plus de réserves sur les honneurs indistinctement rendus à tous les grands capitaines.

26Carnot, ministre de la Guerre, prononce un discours bref, mais emblématique de cette nouvelle mémoire nationale, le 5e jour complémentaire de l’an VIII (22 septembre 1800), à l’occasion de la translation des cendres de Turenne au temple de Mars (Saint-Louis des Invalides) :

« Vos yeux sont fixés sur les restes du grand Turenne ; voilà le corps de ce guerrier si cher à tout français, à tout ami de la gloire et de l’humanité ; voilà celui dont le nom seul ne manqua jamais de produire la plus vive émotion sur tout cœur enclin à la vertu ; que la renommée proclama chez tous les peuples, et qu’elle doit proposer à toutes les générations comme le modèle des héros. »

27L’héroïsation est, là aussi, un défi à la corruption du temps, et une indifférence à l’espace. Mais le rituel, en présence des cendres du guerrier, n’est plus un rituel de représentation du corps civique, mais une invocation (« le nom seul »), une convocation de la chaîne des générations qui a fait la Nation. La République n’est plus une rupture, mais une continuité :

« Demain, nous célébrons la fondation de la République ; préparons cette fête par l’apothéose de ce que nous laissèrent de louable et de justement illustre les siècles antérieurs. Ce temple n’est pas réservé à ceux que le hasard fit ou doit faire exister sous l’ère républicaine, mais à ceux qui, dans tous les temps, montrèrent des vertus dignes d’elle. »

28La France est une nation réconciliée, qui a exorcisé les démons de la division :

« Honneur au gouvernement qui se fait une étude d’acquitter la Nation envers ses anciens bienfaiteurs ; qui ne redoute point les lumières que répandit leur génie ; qui n’a point d’intérêt à étouffer leur souvenir ! Honneur aux chefs d’une nation guerrière, qui ne craignent point d’évoquer l’ombre de Turenne ! »

  • 10 Le Moniteur universel, 1er et 2e vendémiaire de l’an IX.

29Cette « nation guerrière » invoque désormais les mânes de tous les guerriers morts « pour la défense de leur pays, indépendante de tout système (politique) », et non plus seulement des « guerriers morts dans les guerres de la Liberté », comme s’obstine encore à les honorer Girodet dans son tableau de 1802. « L’amour de la Patrie fut son mobile, comme il fut de nos jours celui des Dampierre, des Dugommier, des Marceau, des Joubert, des Desaix, des La Tour d’Auvergne… » Curieusement, Hoche et Kléber ont été oubliés10.

30Le lendemain, au Tribunat, Andrieux prononce un discours commémoratif qui rectifie quelque peu le sens du discours de Carnot. Il rend hommage, cette fois, aux « guerriers français morts pour la défense de la patrie », et il cite, là encore, Dampierre, Dugommier, Marceau, Chérin, Championnet, Joubert, Caffarelli, La Tour d’Auvergne, Desaix et Kléber. Toujours pas de mention de Hoche. En revanche, Kléber est désormais associé à Desaix, « tous deux dignes lieutenants du grand général, vous Desaix, vous Kléber, qu’une inconcevable fatalité nous enleva presqu’au même instant, l’un aux champs de Maringo [sic], l’autre aux rives du Nil, par le fer d’un vil assassin ! » Mais la mémoire nationale n’est pas oubliée pour autant : « Les huit années de guerre de la révolution offrent plus de glorieux faits d’armes, plus de triomphes militaires, qu’aucun des siècles les plus brillants de notre histoire ! Il faut remonter jusqu’à Charlemagne pour trouver la France aussi vaste en territoire, aussi puissante par la force des armes ! » Le nom de Charlemagne est déjà associé au régime de Bonaparte, jusqu’à devenir la référence des débuts de l’Empire.

31L’inflexion originelle des programmes funéraires n’est pourtant pas oubliée, et Andrieux a le souci, toujours républicain, d’associer les soldats aux généraux :

« Eh, combien tous nos soldats se sont montrés dignes de tels généraux ! […] La plupart de ces généraux eux-mêmes avaient été pris dans les rangs des soldats ! Un temps viendra où le souvenir de tant d’exploits étant encore rendu plus vénérable par l’ancienneté, nos neveux, que dis-je ? Le monde entier vantera cette incroyable bravoure des soldats de la liberté. »

  • 11 Ibid., 4 vendémiaire an IX.

32La matérialisation de la mémoire, prévue dans le discours de Daubermesnil de l’an IV est encore mentionnée ; « le premier magistrat de la République va poser les fondements de la colonne triomphale qui doit transmettre à la postérité leur gloire et nos regrets11 ».

33En fait d’hommage collectif, l’érection de colonnes se bornera, comme on le sait, à multiplier les effigies de Desaix dans l’espace parisien, et à la geste déroulée sur la colonne Vendôme à la gloire de l’Empire.

34N’allons pas conclure trop vite, toutefois, à constater une fois de plus l’abîme de l’intention au fait. Remarquons le lieu d’où parle Andrieux ; rappelons que l’orateur lui-même est un membre de l’Institut, un républicain conservateur proche des Idéologues. Le Tribunat est l’un de leurs derniers lieux d’expression publique. Ce retour sur le programme originel du Directoire, en matière de commémorations publiques, n’est donc pas vaine rhétorique ; c’est un rappel discret de l’esprit des institutions républicaines, une tentative désespérée pour se convaincre soi-même que l’on est encore en République.

Conclusion

35En conclusion, ces brèves évocations du culte des héros guerriers passent par quatre temps forts, quatre moments symboliques, au cours desquels la mémoire des militaires est associée à la commémoration de la Fondation de la République : vendémiaire an V, vendémiaire an VI, vendémiaire an VIII, vendémiaire an IX. Les cérémonies funèbres organisées pour Desaix achèvent un cycle ouvert en 1796 ; la signification symbolique de ce cycle fut bien souvent soulignée au xixe siècle, par exemple, lorsqu’Alexandre Dumas note dans ses Mémoires : « Donc, les hommes qu’il faut mouler quand nous voudrons donner une idée des mœurs républicaines sont ces hommes qui ont échappé au niveau de l’Empire par une mort prématurée : c’est Marceau, c’est Hoche, c’est Desaix, c’est Kléber, c’est mon père. » Bien sûr, il y eut un net infléchissement dans le programme, de l’inspiration jacobine égalitaire, encore bien présente en 1796, jusqu’à la célébration du Panthéon tutélaire et galonné de Girodet.

  • 12 Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, co (...)

36Dans ce glissement, on peut voir encore des transferts de sacralité. Les recueils des actions héroïques des militaires, tel celui que compose le général Championnet peu de temps avant sa mort, sont autant d’exempla, organisés et présentés comme les miracles que l’on trouve dans la « légende dorée » de Jean de Voragine. Ce transfert a été plusieurs fois signalé pour les martyrs de la Liberté, à l’époque du gouvernement révolutionnaire. Le culte des généraux républicains constitue toutefois une étape essentielle dans la constitution d’une mémoire nationale. La construction des éloges funèbres, déterminante pour la constitution des identités civiques, évolue du modèle antique de discours de la communauté civique sur elle-même par le biais de ses magistrats, au modèle classique du grand homme passeur d’histoire12.

Notes

1 Rapport sur les honneurs à rendre aux guerriers morts les armes à la main, par Daubermesnil, Conseil des Cinq-Cents, 5 thermidor an IV (23 juillet 1796), French Revolution Research Collection, Institut d’histoire de la Révolution française, 11.1a/376.

2 Antoine Marbot, Rapport sur les honneurs à rendre aux militaires blessés, Conseil des Anciens, séance du troisième jour complémentaire de l’an IV (19 septembre 1796), French Revolution Research Collection, Institut d’histoire de la Révolution française, 11.1a/378.

3 « Programme officiel de la cérémonie funèbre en mémoire du général Hoche, mort à Westlar, le 3ème jour complémentaire de l’an V de la République, dans la trentième année de son âge », Moniteur, 10 vendémiaire an VI (1er octobre 1797).

4 Ibid.

5 Martin Kaltenecker, La rumeur des batailles, la musique au tournant des xviiie et xixe siècles, Paris, Fayard, 2000, p. 64-80 ; Marie-Hélène Pardoen, « Marengo en chantant », Annales historiques de la Révolution, 324, 2001, spécial : Louis-Charles Desaix, officier du roi, général de la République, p. 99-108.

6 Nicole Loraux, L’invention d’Athènes, Paris, Payot, 1993 ; Bernard Gainot, « Les mots et les cendres. L’héroïsme au début du Consulat », Annales historiques de la Révolution française, 324, 2001, op. cit., p. 127-138.

7 « Programme officiel de la cérémonie funèbre… », op. cit.

8 « Éloge funèbre du général Joubert, prononcé dans la salle du tombeau de Turenne, aux ci-devants Petits-Augustins, le 19 fructidor an VII, par Léger-Félicité Sonthonax », Moniteur, 10 vendémiaire an VI (1er octobre 1797).

9 Honneurs funèbres rendus au général Joubert par les citoyens de son département, qui se sont trouvés à Paris, en fructidor an VII, French Revolution Research Collection, Institut d’histoire de la Révolution française, 11.1a/380.

10 Le Moniteur universel, 1er et 2e vendémiaire de l’an IX.

11 Ibid., 4 vendémiaire an IX.

12 Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, coll. « L’esprit de la Cité », 1998 ; et Jean-Clément Martin « Bara ; de l’imaginaire révolutionnaire à la mémoire nationale », La mort de Bara, catalogue du musée Calvet d’Avignon, 1989, p. 85-110 ; plus que passeur d’histoire, d’ailleurs, Bara illustre parfaitement le héros passeur de mémoire.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540