Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rohmer et les Autres

 | 
Noël Herpe

Mélange, mélanges

Noël Herpe

Texte intégral

1L’usage veut qu’en ces sortes d’ouvrages, on fasse passer pour hautement prémédité ce qui n’a été, le plus souvent, que hasard et que nécessité… Je dois à la vérité de dire que ce collectif a pris une forme que je ne prévoyais guère au départ : il est né d’un colloque que j’ai organisé en avril 2001 à l’Université de Chicago, et qui, censé faire dialoguer l’œuvre écrite et l’œuvre filmique d’Éric Rohmer, a surtout fait dialoguer des lectures très contrastées de son cinéma – entre approches « littéraires » à la française et théorie textuelle à l’américaine, entre comparatisme et culturalisme, etc. Loin d’essayer d’estomper cette diversité dans les actes du colloque, je me suis plutôt surpris à la confirmer, en demandant à un certain nombre de chercheurs (dont mes camarades de la revue Vertigo) de trouver leur place dans ces « mélanges » rohmériens. Cela nous a entraînés vers un autre territoire, plus journalistique, au gré de nos rencontres avec Éric Rohmer ou avec ses différents collaborateurs : l’enquête sur une pratique est venue tout naturellement compléter la polyphonie critique.

2Pour autant, cette polyphonie s’orchestre ici selon des mouvements bien distincts : le premier consiste à envisager les « affinités électives » qui inspirent le cinéma de Rohmer – depuis sa filiation éprouvée avec Kleist, avec André Bazin, jusqu’à ses interprétations plus personnelles de Murnau ou de Jean Renoir (en passant par des coïncidences inattendues avec l’art d’un David Hockney…). Le second cercle est celui des études transversales, qui s’attachent à dégager la modernité du récit rohmérien à travers tous les manques qui le constituent ou les ambiguïtés du point de vue ; une modernité à quoi se dérobent en même temps ses personnages, dans leur idéalisme amoureux et leur nostalgie d’une « nature humaine » devenue problématique. Autant d’éléments que précisent six analyses de films, tout en remontant vers un sous-texte métaphorique (dans Le Signe du Lion, dans L’Amour l’après-midi), ou une re-présentation picturale et historique (dans L’Anglaise et le Duc)… Enfin, une série d’entretiens dessine ce qu’on pourrait appeler « l’atelier d’Éric Rohmer » : qu’il s’agisse de production ou de montage, du recours au son direct, à la lumière naturelle ou aux essais vidéo, on y découvre une sorte de conspiration artisanale et familiale, sans exemple depuis Georges Méliès ou Marcel Pagnol – et où un certain ésotérisme dissimule une absolue liberté.

3D’où le choix d’établir une filmographie détaillée, qui sans enfreindre cette culture du secret, rend justice à chacun des « compagnons » de la création rohmérienne (jusque dans ces courts métrages ou ces documents télévisuels qui en sont le passionnant carnet de croquis, et dont on trouvera pour la première fois ici la description complète). D’où l’importance aussi d’une bibliographie extensive, qui réinscrit les écrits de Rohmer dans un réseau beaucoup plus vaste que celui des Cahiers du cinéma : des Temps modernes à La Parisienne, d’Opéra à Arts, on a recensé près de deux cents articles dont la trace était perdue – et qui, au détour d’un éloge de Guitry ou de Mizoguchi, évoquent un Panthéon cinéphile singulièrement mélangé… Manière de revenir à l’origine même de ce collectif, à une infrastructure critique des films de Rohmer qui reste pour une large part à explorer.

4« Une vague – en quoi est-elle un même ? » Cette énigme posée par Valéry (et qui conclut le beau portrait de Rohmer par André-S. Labarthe) est un peu le fil rouge de ce livre, et justifie la variété de ses angles d’attaque : comment aborder autrement un cinéaste à la fois disert et discret, qui ne cesse de rendre hommage et pourtant de brouiller ses sources, qui applique un projet d’auteur très concerté tout en demeurant insaisissable ? En ce qui me concerne, il me semble que c’est ce mélange d’unité et d’irrégularité qui m’a toujours fasciné dans le cinéma d’Éric Rohmer – depuis ces jours où je découvrais Le Beau Mariage, Les Nuits de la pleine lune ou Conte d’hiver, et où exceptionnellement, je restais à la séance d’après, comme pour surprendre quelqu’un d’autre.

5Tous mes remerciements vont à Michelle Herpe-Voslinsky, Mireille Dobrzynski et Arthur Dreyfus, qui ont rendu possible la traduction des textes américains ; à Charles Comman et François Thomas, pour leur aide à la relecture du manuscrit ; à Philippe Fauvel et Priska Morrissey, pour leur participation active à l’établissement du volume ; à Françoise Etchegaray, Pierre-Jean Larroque et à la revue Positif, qui en ont fourni l’iconographie ; à Jean-Pierre Berthomé enfin, sans qui ce livre n’aurait pu voir le jour.

Auteur

Noël Herpe enseigne l’histoire du cinéma à l’Université de Caen et à l’Université de Chicago à Paris. Membre du comité de rédaction de Vertigo, il a écrit dans Positif, La Lettre du cinéma, La NRF, et publié des ouvrages sur René Clair ou Max Ophuls. Il prépare une exposition Sacha Guitry pour la Cinémathèque française.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540