Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Barcelone

 | 
Stéphane Michonneau

3e partie. La société commémorante

Chapitre 21. À la conquête de l’espace urbain

Texte intégral

  • 1 Maurice Halbwachs, 1942 (rééd. 1971), p. 138-144.
  • 2 Ibid., p. IX.
  • 3 Olivier Ihl, 1993, p. 15-32.

1Comme l’a montré Maurice Halbwachs, les monuments-reliques constituent pour les générations futures les supports naturels de leurs souvenirs propres1. C’est ainsi que, pour une communauté nouvelle, les traditions des groupes plus anciens sont les points de repère de leur mémoire propre qui les affermissent et les soutiennent comme des tuteurs. À Barcelone, la mémoire nationaliste du début du xxe siècle a réinvesti des monuments construits par la génération libéral-provincialiste en tirant de ces derniers leur matière : le panthéon des Illustres Catalans, les statues du Saló de Sant-Joan dont l’un des éléments, la statue à Rafael Casanova, devient la colonne vertébrale de la nouvelle mémoire en cours. Par contre, certains monuments anciens ne sont pas réinvestis et demeurent comme des coquillages échoués sur le rivage : la statue à Prim, celles à Güell et à López par exemple. Si bien qu’entre la mémoire de nos ancêtres et la nôtre, il n’existe comme point commun qu’un lieu, un espace en commun. Le fondement des mémoires collectives et des traditions reposerait alors sur « leurs projections dans des espaces concrets2 ». Le lieu de la mémoire est un fil conducteur de notre histoire de la mémoire car en transformant l’histoire en monuments et en plaques de rue, la mémoire constitue la ville en univers privilégié de représentation non seulement du pouvoir politique mais plus généralement de son rapport au passé3.

Le monument en mouvement

2L’espace urbain est le terrain de jeu contraignant dans lequel se meuvent les politiques de mémoire : chaque groupe politique exalte ses propres lieux. Des stratégies d’occupation de l’espace public se juxtaposent et se croisent, finissant par composer un paysage des plus contrastés. Elles doivent impérativement composer avec un tissu urbain qui évolue selon sa logique propre. En effet, on sait que le monument-relique assigne le personnage honoré à résidence par la localisation de ses restes symboliques. « Tout martyr a, pour ainsi dire, son domicile déterminé » selon le Dictionnaire de théologie catholique à l’article « culte des saints ». La valeur de la relique dépend de sa rareté : c’est pourquoi la dépouille, unique et irreproductible, est une relique de plus grande valeur que les images qui sont infiniment reproductibles. Pourtant, la relique est dotée du don d’ubiquité : mise en lots, la relique se disperse à partir de sa maison-mère pour enrichir un réseau de succursales qui servent à sa renommée. C’est un miracle de constater que l’efficacité de la relique résiste à sa division, sa dispersion en parcelles. Cette ubiquité permet à la relique de partir à la conquête de l’espace sans craindre l’amoindrissement de ses fonctions vitales. Ce déplacement suit des règles précises qui décrivent, – que l’expression nous soit permise –, un véritable art d’accommoder les restes.

3À Barcelone, le voyage du monument-relique part du cimetière, foyer originel d’une mémoire familiale et intime. En glissant de l’espace des morts à celui des vivants, le monument perd sa valeur funéraire pour gagner une valeur mémorielle nouvelle. D’ailleurs, si comme on l’a vu, funérailles et commémorations sont des cérémonies en miroir, doit-on s’étonner que la mémoire disperse dans la ville sous forme de monuments et de plaques de rue ce que les funérailles avaient concentré dans l’espace clos du cimetière ? Mais entre ces deux promenades dans la ville, la dépouille a toutefois subi une transformation qui n’assimile pas la cérémonie commémorative à l’exhumation sacrilège des morts. Le cas d’Aribau fournit la parfaite illustration de cette transformation symbolique dont le xixe siècle s’est fait le spécialiste. En 1877, Lluís Rigalt, président de l’académie des beaux-arts de Barcelone, propose de transférer les restes du poète économiste dans la chapelle du cimetière, aux côtés de ceux de l’historien Capmany. Plus tard, Duran i Bas a le projet de transférer les dépouilles d’Aribau et de Capmany dans le cloître de la cathédrale. L’idée n’est pas neuve : c’est ce que l’on fit en 1865 avec Balmes dans le cloître de la cathédrale de Vic. Mais à Barcelone, le refus du chapitre de voir transformer la cathédrale en un westminster catalan oblige les promoteurs du souvenir d’Aribau à construire un modeste monument devant la chapelle du cimetière. Les mêmes gens s’occupent enfin d’édifier un monument à Aribau dans le parc de la Citadelle. Du cimetière à la ville, les restes se déplacent.

4Souvent, le mausolée est l’étape intermédiaire entre le tombeau et le monument commémoratif. C’est vrai de Clavé, décédé en février 1874 : la première souscription, ouverte le jour de l’enterrement, se propose d’élever un monument funéraire digne du compositeur. Le projet est conduit par l’architecte Josep Vilaseca i Domènech. Le transfert des cendres dans le mausolée a lieu le 8 octobre 1876. Mais déjà une commission exécutive se charge d’ouvrir la souscription au monument. L’auteur du mausolée, Manuel Fuxà, est également l’auteur du monument. L’exemple illustre le renouveau de la pratique du mausolée au xixe siècle. L’invention radicale consiste en l’exhumation des dépouilles pour le mausolée-panthéon à la manière des corps de Rousseau et Voltaire sous la Révolution française. En Catalogne, la cérémonie de transfert des restes de Ramon Berenguer III de Barcelone à Ripoll en juin 1893, conclut la restauration musclée du site médiéval. La pérégrination des os par chemin de fer manifeste concrètement le lien symbolique entre Barcelone et la nécropole royale élevée au rang de lieu de mémoire catalan. De même, le transfert des cendres des huit martyrs de 1809 du cimetière au cloître de la cathédrale pour le centenaire de leur sacrifice donne lieu à une procession civique imposante. Toutefois dans les faits, ce type de cérémonie se raréfie : en 1917, la proposition consistant à transférer dans la chapelle Sant-Jordi du palais de la Généralité les restes de Prat de la Riba est jugée inconvenante. La réticence à mouvoir les cadavres provient sans doute du risque qu’il y a à exhumer un corps mis en terre selon des rites précis. Le geste profanateur n’est jamais loin.

5Au mouvement des dépouilles réelles, la seconde moitié du xixe siècle préfère un transfert symbolique allant du cimetière à la statue publique. Mais dans l’esprit du temps, il ne s’agit pas de construire en ville un monument funéraire : quand par exemple Carles Pirozzini se voit reprocher d’avoir choisi pour honorer Rius i Taulet un obélisque généralement rattaché à l’art funéraire, il s’en défend énergiquement, admettant donc, avec ses détracteurs, qu’il convient absolument de distinguer le monument funéraire du monument commémoratif. D’une manière semblable en 1915, La Publicitat pense que le buste à Maragall transforme le Parc en « morgue statuaire ». Pour Joan Sacs, il est indispensable de distinguer le monument funéraire qui est « sans vie » du monument commémoratif qui « doit être vivant ». Le premier appartient au mort, le second aux vivants. L’incompatibilité est logique : la fonction commémorative arrache le cadavre à la mort et lui offre une seconde vie. C’est à cette unique condition que le monument peut occuper l’espace des vivants. Le cimetière qui était autrefois au cœur du village a pris au xixe siècle un chemin qui l’éloigne du centre-ville. Au fur et à mesure que les morts partent en banlieue, les monuments-reliques de ces défunts envahissent l’espace urbain. autrement dit, la mort au cimetière, la mémoire en ville.

6Cependant, les liens entre le cimetière et la ville demeurent étroits. On assiste en vérité à un dédoublement des espaces comme si ces deux territoires se construisaient en miroir l’un de l’autre. À la fin du xixe siècle, aucune commémoration en ville ne semble avoir de cérémonie correspondante au cimetière, sur la tombe du personnage honoré. Mais à partir de 1902, les correspondances se multiplient. Cette année-là en effet, une dispute pour récupérer le corps de Verdaguer oppose les municipalités de Vic, Folguerola (le lieu de naissance du poète) et Barcelone comme si la tombe du poète possédait des vertus attractives supérieures à son monument. Mais surtout, en l’absence de monument commémoratif, la mémoire trouve naturellement refuge au cimetière. Chaque année depuis sa mort, une petite cérémonie modeste se déroule au pied de la tombe de Verdaguer : les élèves de l’École Mossèn Cinto récitent des poèmes et apportent quelques fleurs. Plus tard, c’est aussi le cas de la tombe de Martí i Julià qui est régulièrement honorée de 1923 à 1928 en attendant que soit édifié son monument, sur la Diagonale. Parfois même, la tombe continue de cristalliser les cérémonies du souvenir alors même qu’un monument existe dans Barcelone. En juin 1917 par exemple, après avoir inauguré une plaque commémorative sur la façade de la maison de Maragall, des associations s’en vont déposer des couronnes sur la tombe du poète alors même qu’un buste lui est dédié depuis mai 1913 dans le parc de la Citadelle. Ces cas de dédoublement des commémorations sont attestés : en 1910, lors de l’inauguration du buste à Balaguer, le maire confie un bouquet de fleurs au maire de Vilanova i la Geltrù afin qu’il le porte sur la tombe de l’écrivain. En avril 1924, pour le centenaire de la naissance de Clavé, la commission d’hommage porte des couronnes successivement au pied du monument puis sur la tombe. En fait, il n’y a dédoublement que dans deux circonstances bien précises : d’une part, lorsque l’exigent les circonstances politiques. C’est ainsi qu’en 1924, au moment où le dictateur inaugure le monument à Verdaguer sur la Diagonale, un groupe de sympathisants se rassemble au pied de la tombe à Montjuïc. Cette tradition continue sous la République à tel point que le monument devient le mal-aimé des Barcelonais. D’autre part, la tombe peut se substituer au monument dont l’usage est interdit. Par exemple, après l’instauration du régime de la Restauration, les tombes des martyrs de Sarrià, le Xic de les Barraquetes et ses compagnons, sont l’objet d’une commémoration républicaine privée et résistante. Au lendemain de la Semaine Tragique, les anarchistes investissent le souvenir de l’ouvrier Clemente García au cimetière de Montjuïc dans l’impossibilité de rendre hommage à Ferrer i Guàrdia. Même chose pour la tombe de Martí i Julià en 1923, 1924, 1925 et 1928. Le cimetière est donc le lieu privilégié des mémoires contestataires.

Le Parc pour réécrire l’histoire

  • 4 Manuel Guàrdia i Bassols, « Estructura urbana », in Jaume Sobrequés i Callicó, 1993, p. 70-74.

7Le parc public est un autre espace de transition qui remplit une fonction différente du cimetière. À Barcelone, le parc de la Citadelle est un conservatoire des mémoires. Dans les années 1860, le plan Cerdà condamne la forteresse au démantèlement : Cerdà a en effet affecté ces terrains, pièce angulaire de la réorganisation urbaine, en zone de docks et de voies ferrées en liaison avec le port et la gare de France. L’ingénieur ne faisait en cela que reprendre l’idée d’un projet développé en 1854 par Miquel Garriga i Roca, lui-même inspiré du Diccionario geográfico de Pascual Madoz. En 1868, Prim signe la loi de cession des terrains de la Citadelle et les destine à un parc selon une conception d’urbanisme hygiéniste qui trouve l’écho favorable d’une bourgeoisie soucieuse de ménager ses propres espaces de représentation. Parmi les principaux projets d’aménagement du Parc, le choix du plan Fontseré n’est pas fortuit : il perpétue l’effet de barrière que constituait la forteresse puisque le parc empêche le développement urbain vers le levant et occupe l’espace de l’un des principaux carrefours prévus par Cerdà, au croisement du pg. de Sant-Joan, de la Méridienne et du pg. Colom. En même temps, le plan Fontseré manifeste l’aspiration à de nouveaux espaces de sociabilité des élites urbaines comme instrument de l’orgueil civique et expression d’une modernisation d’apparence4. Non seulement le plan Fontseré s’inscrit dans l’entreprise constante de reniement du plan Cerdà mais il réserve à la ville de Barcelone les fonctions les plus « représentatives » qui entraînent le rejet des fonctions industrielles et l’habitat ouvrier à Sants et à Sant-Martí. Le refoulement de la réalité industrielle derrière un écran de verdure susceptible de rappeler les frondaisons du Canigou correspond parfaitement à la pensée anti-industrialiste et ruraliste de la bourgeoisie conservatrice, comme si les champs exprimaient la vérité de la Catalogne industrielle. Dès lors, on ne doit pas s’étonner de voir le parc de la Citadelle s’imposer comme le lieu désigné pour tenir une Exposition universelle des produits industriels en 1888.

  • 5 Dans les années trente, il est logique que le parlement de Catalogne s’installe dans les seuls bât (...)

8Sur le plan des mémoires, le Parc a une valeur particulière qu’il tire de la destruction de la Citadelle. C’est probablement le xixe siècle qui a construit l’image oppressive de la Citadelle : l’exécution des martyrs de la guerre d’Indépendance vient raviver opportunément le souvenir sans doute évanoui de la construction du fort sur les ruines du quartier de la Ribera, après que Barcelone a subi le revers militaire de 1714. Pour la Renaixença, l’arasement de la Citadelle sonne comme la revanche d’une humiliation historique, une tabula rasa qui effacerait le souvenir supposé funeste du siège. Faire table rase du passé relève d’un geste révolutionnaire qui refuse d’en assumer les défaites et organise son oblitération. Sur cette ardoise effacée, la Renaixença a soin de graver les propres repères de son histoire revisitée. C’est pourquoi le Parc se peuple rapidement des statues qui décrivent la vision libéral-provincialiste de l’histoire espagnole : monument à Prim, monument à Aribau, panthéon des Illustres Catalans dans les années 1880 et, pour continuer ce qui devient une tradition, la pléiade des bustes des hommes de la Renaixença édifiés entre 1908 et 1916, le monument aux volontaires catalans, etc. Disposer dans le Parc les principaux repères de la culture nationale catalane prend un sens fondamental : la végétation annule le souvenir de la pierre marquée d’opprobre, organise l’oubli d’un événement que la Renaixença a identifié comme traumatique et fondateur. Le Parc symbolise le rêve d’une réécriture de l’histoire. Les nouveaux monuments du Parc deviennent les mots d’un nouveau récit fondateur, d’un mythe5.

  • 6 DdBCN, 16/01/1883, p. 629-631 ; LV, 07/12/1883, p. 7995. AA, Exp. 1965, Ll8, fol. 16, Fomento, « P (...)

9Dès lors, on comprend pourquoi sur le plan des mémoires, le Parc remplit la même fonction que le musée. Selon Francesc Miquel i Badia par exemple, le projet de panthéon est indissociable de l’édification d’un musée artistico-industriel. En janvier 1884, la commission d’Ensanche approuve les deux projets présentés ensemble par Carles Pirozzini6. Après l’Exposition, en 1891, la municipalité décide d’affecter l’un des palais d’exposition à un musée d’archéologie et des Beaux-arts. Finalement, le palais de l’Industrie accueille un modeste musée des Reproductions artistiques. L’effort pour doter Barcelone de musées devait s’intensifier nettement à partir de 1900 lorsque, par souci pédagogique, la conception du musée-dépôt évolue vers celle d’un musée-vitrine. Vitrine de Barcelone, le Parc a pour fonction d’exposer des biens patrimoniaux et commémoratifs qui disent l’histoire de la ville. Ainsi, l’accumulation des bustes des fondateurs de la Renaixença ressemble à un musée de plein air. Leur proximité fait sens et le comité directeur des Jeux Floraux, promoteur de ces hommages annuels, en est parfaitement conscient. Ici donc, l’espace clos suggère des correspondances et établit un récit historique de facto. Miroir social, le parc de la Citadelle est un espace de représentation où les élites barcelonaises se projettent le film d’une histoire inventée permettant de faire écran à une réalité urbaine dont elles craignent l’irruption inopportune et désordonnée. Le parc propose une promenade dans l’espace et une excursion dans le temps. Il est le laboratoire in vitro d’une stratégie de maîtrise de l’espace qui est susceptible de s’appliquer à la ville toute entière.

L’appropriation de la ville

  • 7 Il s’agit des rues Atenes, Desclot, Barceló et Capmany.

10La géographie toponymique de Víctor Balaguer est la première étape d’une conquête de la ville. Balaguer prend le parti d’une imposition totalement arbitraire des noms par rapport aux rues. L’académie de l’histoire consultée pour l’occasion fait part de son désaccord avec ce principe : à l’inverse, elle préconise le recours à des noms géographiques ou topographiques (par exemple, le paseo de Gracia ou bien encore le nom du Llobregat pour la rue située la plus proche de ce fleuve). En acceptant les propositions originales de Balaguer, à quatre exceptions près, la municipalité ne met pas en cause le dessein général d’une construction entièrement idéologique7.

  • 8 AA, CMP 29/01/1869 et 16/05/1875.

11La nomenclature balaguérienne se déploie dans l’espace de l’Eixample selon une logique spatiale qui veut signifier une histoire de la Catalogne. Il n’est que de regarder un plan de Barcelone : à partir du centre-ville se déroulent de la mer vers la montagne, les noms des institutions catalanes (Les Corts catalanes, Diputació, Consell de Cent), ceux des trois royaumes de la Couronne d’aragon (Aragó, València, Mallorca), ceux des terres catalanes médiévales dans leur ordre d’importance (Provença, Rosselló, Córsega), et enfin ceux de quelques capitales étrangères (Londres, París, Buenos Aires). Dans ce sens, les deux avenues importantes sont celle des Corts Catalanes et celle d’Aragó. Perpendiculairement se déploie le pg. de Gràcia qui relie la place de Catalogne à l’ancien village de Gràcia, aujourd’hui partie constitutive de Barcelone. De part et d’autre de cette avenue se déroulent symétriquement les noms des personnages historiques en commençant par les défenseurs des libertés catalanes pour finir par les hommes de lettres et de science, puis les grandes batailles et les colonies médiévales de second rang (Calabre, Sardaigne, etc.). La place de Catalogne est le point d’attache principal de l’Ensanche avec la ville ancienne. Son nom, qui n’est pas prévu dans Las calles de Barcelona, couronne cependant la logique toponymique de départ8. Ce schéma d’organisation n’a pratiquement pas changé depuis 1860.

  • 9 Albert Garcia Espuche et alii, « La dimensió urbana », in Arquitectura i ciutat a l’exposició univ (...)

12D’un point de vue monumental, les années 1880 refondent les expérimentations urbanistiques du début du siècle dans un schéma global d’organisation des espaces. L’Exposition de 1888 [ill. 29] contient une logique topographique qui répond aux exigences politiques, esthétiques et culturelles que les élites entendent promouvoir, celle d’une Barcelone-capitale. Une équipe de chercheurs a mis en évidence le principe de cette cosmétique urbaine à partir des parcours de promenade que proposent les guides de l’Exposition de 18889. Les itinéraires proposent clairement un parcours de circonvolution qui relie les principaux monuments commémoratifs édifiés dans les années 1885-1888. Ainsi, l’axe du pg. Colom joint les monuments à Colomb, à Galceran Marquet, à López, au Génie catalan et au général Prim. Le dernier tronçon de l’avenue est illuminé et pavé. L’axe de la Rambla qui part du monument à Colomb, effleure la place Royale, fait un détour par le cœur historique (monuments à Jaume Ier et Fivaller) pour atteindre le monument à Güell, la Rambla Catalunya et le monument à Clavé. La place de Catalogne et la Rambla Catalunya sont également décorées et éclairées pour l’occasion. Le troisième axe part de la place de Catalogne, passe par l’arc de triomphe temporaire édifié en l’honneur de la Reine Régente jusqu’aux jardins de la place Tetuan où l’on promet d’élever un monument aux guerres d’Afrique. Enfin, le quatrième axe propose une entrée triomphale de l’Exposition depuis l’arc de Triomphe, le Saló de Sant-Joan avec ses huit statues, puis pénètre dans le Parc en frôlant le monument à Aribau pour aboutir à la statue du général Prim en longeant le futur panthéon des Illustres Catalans.

13L’encerclement du centre-ville propose une puissante vertébration de l’espace urbain. L’itinéraire égraine le chapelet des monuments commémoratifs ainsi que des principales réalisations urbanistiques du siècle en un circuit triomphal qui reflète la mémoire libéral-provincialiste. Dans ce programme, le pg. de Sant-Joan est amené à devenir le pendant oriental de la Rambla : on y retrouve des perspectives monumentales, un développement unitaire des façades et de grands édifices publics tels que le Palais de Justice. Barcelone est désormais dotée de deux allées monumentales parallèles qui accompagnent le glissement tendanciel des activités économiques en direction de la montagne. Le pg. Sant-Joan est le nouveau théâtre du pouvoir en même temps que la frontière infranchissable qui délimite, vers le levant, l’espace de représentation des élites. Enfin, le programme oppose une façade maritime monumentalisée jusqu’à satiété à un hinterland commémoratif encore vierge, seulement atteint par les monuments à Güell et à Clavé. À la fin du xixe siècle, l’Eixample est encore un territoire à conquérir pour les monuments.

La conquête de l’Ensanche

  • 10 AA, Comisión Ejecutiva al Monumento Colón, 31/91/02.
  • 11 AA, Exp. 1414, Ll. 24, fol 64, 1881. Rapport du 16/08/1881.
  • 12 I A, 27/07/1885.
  • 13 La commission exécutive du monument à Verdaguer propose le croisement pg. de Sant-Joan/diagonal ap (...)

14La détermination de l’emplacement des monuments est objet de débats passionnés. Plusieurs motivations d’ordres différents concourent à la logique d’implantation. La première considère le lien possible entre le lieu et le personnage ou l’événement honoré. En 1881 par exemple, Carles Pirozzini travaille au transfert des cendres des martyrs de la guerre d’Indépendance dans l’ex-église de la Citadelle. Pour lui comme pour l’Asociación artístico-arqueológica barcelonesa, le choix est motivé par le lieu du supplice des héros exécutés dans la Citadelle le 3 juin 1809. De même, en 1882, l’architecte du monument à Colomb, Gaietà Buigas, compte au nombre de ses priorités de « voir si l’emplacement a une relation avec le fait ou le personnage dont il s’agit de commémorer le souvenir »10. Des membres de la commission exécutive ont beau rappeler que le débarquement de Colomb à Barcelone s’est plus probablement déroulé sur l’actuelle place Medinaceli, Buigas consacre la place de la Paix en haut lieu historique. Enfin en 1914, la statue de Rafael Casanova est transportée sur le lieu exact où tomba le conseiller en chef, au carrefour de la Ronda Sant-Pere et de la rue Alí-Bey tandis que commence un nouveau culte à l’emplacement du Fossar de les Moreres. Ces exemples montrent que le souci de véracité historique induit la logique d’emplacement. La coïncidence des lieux apporte un surplus de légitimité à la commémoration, comme si la contiguïté des espaces renforçait la continuité du temps. La seconde motivation la plus forte est l’exigence de visibilité, pour mettre le monument en scène. Pour le monument à Güell, le chef de la commission d’urbanisme évoque en août 1881 plusieurs lieux d’installation parmi lesquels s’impose un croisement présentant « des conditions absolument exceptionnelles parmi toutes celles de l’Ensanche, brisant la monotonie d’immenses avenues sans décor11 ». En revanche, il écarte des emplacements n’offrant pas de dégagement ou de perspective. À l’inverse, Ilustración Artística pense en 1885 que l’emplacement du monument à Aribau est mal choisi car trop isolé12. De même, El Poble Català s’avoue déçu de l’emplacement choisi pour le monument Verdaguer, non pas tant à cause du manque de visibilité – le pg. de Sant-Joan présente certainement l’une des plus belles perspectives de Barcelone – qu’en raison d’une mise à l’écart des zones de plus grand passage13.

  • 14 AA, CMP 11/12/1902 (Rius) ; 06/08/1903 (Dr Robert), 02/12/1902 et 17/01/1907 (Pi i Margall), 31/05 (...)

15Les critères de véracité historique, de visibilité et de popularité déterminent donc une hiérarchie des lieux avec une préférence nette pour la localisation en pourtour de la vieille ville et le long de l’axe Rambla-place de Catalogne-pg. de Gràcia. De fait, entre 1902 et 1911, les nouveaux monuments opèrent une conquête significative de l’Ensanche à partir de la Gran Via : le monument Rius i Taulet à l’entrée du Parc ; le monument Robert, place de l’université (mais qui faillit occuper la place Tetuan comme c’est le cas aujourd’hui) ; le monument Pi i Margall au Cinc d’Oros (croisement pg. de Gràcia/diagonal) ; le monument Verdaguer au croisement Diagonal/pg. Sant-Joan14. Il ne reste de libre que la place Tetuan, destinée depuis longtemps au monument des guerres d’Afrique.

16Paradoxalement, aux yeux des contemporains, les meilleurs emplacements urbains de Barcelone ne sont pas les emplacements idéaux. On a le sentiment que la logique d’emplacement est le pis-aller d’une géographie parfaite développée dans l’esprit des Barcelonais. En témoignent en juin 1902 les propositions du courrier des lecteurs de La Veu de Catalunya pour décider de l’emplacement idéal du monument à Verdaguer. Les débats montrent que pour les lecteurs, le centre de gravité symbolique de la ville est situé soit en dehors de la ville soit en son centre imaginaire. Sur 33 propositions de localisation, Barcelone emporte les suffrages de 21 lecteurs contre la montagne de Montserrat (9 lecteurs). À Barcelone, la place de Catalogne emporte les suffrages de 7 lecteurs : ce type de proposition indique que la place est bien perçue comme le centre symbolique de la capitale, « le lieu le plus central de la Barcelone actuelle » dit l’un d’entre eux. Il est significatif qu’un seul lecteur ait pensé à la place Royale, en plein cœur de la vieille cité. De fait toutes les propositions concurrentes s’accordent pour choisir la ville récente : le parc de la Citadelle, la Diagonale, la Sagrada Família, etc. un autre type de proposition s’attache à des lieux excentrés, comme si le centre de gravité symbolique de Barcelone se situait en dehors de la ville réelle, soit au-dessus de Barcelone (Montjuïc mais surtout le Tibidabo), soit au-devant de Barcelone (le port, la jetée ou même une île artificielle, « comme à New York »). Pour contrer la construction du Tibidabo, les républicains avancent des arguments similaires pour le monument à Servet en 1911. En somme, le cœur imaginaire de Barcelone est au milieu, au-dessus ou au-devant de la ville réelle. Un travail social et culturel érige ces endroits en hauts lieux de l’identité urbaine, en « régions morales » à connotation identitaire forte. La politique de mémoire doit nécessairement s’accommoder de cette géographie imaginaire qui hante les habitants de Barcelone.

La barcelonisation de l’espace urbain

17Une fois l’Ensanche symboliquement unifié par les monuments catalanistes, les noms de rue barcelonisent l’ensemble de l’espace urbain. En 1897, la municipalité agrège les villages de la plaine. Barcelone passe de 631 à 1714 rues, soit un gain de 1083 rues en un seul jour ! Il faut une décennie complète pour que l’administration résorbe le problème de la répétition des noms de rue entre des communes autrefois indépendantes mais désormais soumises à une règle d’or pratique : un même nom ne peut apparaître qu’une seule fois dans la ville. La résolution de ce problème entre 1897 et 1907 révèle une hiérarchisation des espaces en fonction de la capacité qu’a chaque quartier à conserver son patrimoine toponymique.

  • 15 Pour obtenir ce chiffre, il faut soustraire aux 457 rues recencées dont le nom est répété celles a (...)
  • 16 AA, Obres i urbanisme, Retolació i numeració de carrers, caixa 22438, document du 27/06/1899.
  • 17 Dans 87 cas seulement, le nom est disputé entre deux quartiers. Mais dans 27 cas, il l’est entre t (...)
  • 18 Pour ce faire, nous avons décomposé les cas de répétition multiple en autant de doublets. Soit un (...)

18Sur les 980 nouvelles rues de Barcelone, 394 présentent un doublon, soit 24,45 % des rues de la nouvelle Barcelone : la proportion est énorme15. La répartition des doublons est très inégale : rapportée au nombre de rues du quartier, le problème affecte la moitié des noms de rue de la Barceloneta mais seulement 10 % des rues du centre-ville, pourtant beaucoup plus grand. L’architecte municipal Pere Falqués évalue à 144 le nombre de noms répétés sur l’ensemble de l’agglomération16. Si ce chiffre est beaucoup moins que le nombre de rues affectées (394), c’est à cause des répétitions triplées, quadruplées, quintuplées, etc.17. Ainsi, l’homogénéité des registres de noms dépend autant du nombre de répétitions que du nombre de noms répétés. Il est évident qu’en cas de répétition, chaque quartier se trouve en compétition avec son voisin afin de garder le nom disputé. À la fin du processus de sélection, l’un des quartiers est victorieux. Autrement dit, tous les noms répétés ne changent pas nécessairement d’affectation. Il existe de ce point de vue trois cas de figure : pour Les Corts, Sant-Martí, Sant-andreu, Sant-Gervasi et Sants, la totalité ou la quasi-totalité des noms répétés changent finalement en 1910. Pour Hostafrancs, La França, Gràcia, et dans une moindre mesure La Barceloneta, les deux tiers environ changent. Et pour le centre-ville, seulement un cinquième. La périphérie la plus lointaine est proportionnellement plus affectée par les changements de noms que la périphérie proche. Afin de préciser la nature du phénomène, on peut exprimer mathématiquement la capacité de chaque quartier à retenir un nom qui lui est disputé18. Le classement obtenu révèle une inégalité importante des quartiers : si Barcelone et Hostafrancs parviennent à conserver largement les noms disputés, La Barceloneta et Gràcia résistent globalement moins bien. Sant-Martí, Sants et Sant-andreu d’une part, Les Corts et Sant-Gervasi de l’autre offrent une capacité de rétention quasiment nulle : le quartier de Les Corts offre 143 fois moins de résistance que le premier, le centre-ville !

  • 19 On peut confronter ces données à celles concernant la période 1914-1918. En reconstituant la résol (...)

19Ainsi, l’unification de l’espace symbolique se fait largement au détriment des quartiers périphériques à demi ruraux tandis que les noyaux urbains proches et plus anciens (Gràcia) parviennent à sauver une partie importante de leur nomenclature. Les quartiers agrégés depuis longtemps à Barcelone (Hostafrancs et Barceloneta) sont prioritaires sur tous les autres. En d’autres termes, la mémoire du centre-ville est nettement privilégiée par rapport à celle de ses périphéries, ce qui dénote de la part de la municipalité une vision extrêmement centralisée de l’espace symbolique19.

20Le travail de mémoire a tissé une géographie des mémoires qui se surimpose au dessin des rues. On peut discerner la structure d’une « topographie civique » : les emplacements de monuments et de noms de rue tendent à affirmer une logique d’emprise spatiale de la ville qui n’est pas celle du simple remplissage de places vides en cours de construction ou de réaménagement. Les vases clos des cimetières, des parcs et des places publiques sont les étapes nécessaires de l’appropriation de la ville par une mémoire organisatrice d’espace. On aboutit finalement à la constitution d’un espace symbolique homogène et centralisé autour du centre-ville. C’est cette représentation unifiée qui permet de désigner un agrégat de territoires mal reliés entre eux du nom de « Barcelone ». En fait, Barcelone n’a aucune évidence s’il n’existait un discours qui la fasse reconnaître comme ville, avec son centre, ses banlieues et ses limites. En tissant le temps, la mémoire a créé de l’espace. L’espace urbain est donc un produit socialement et historiquement élaboré, changeant lorsque varie la configuration sociale qui l’a porté.

Notes

1 Maurice Halbwachs, 1942 (rééd. 1971), p. 138-144.

2 Ibid., p. IX.

3 Olivier Ihl, 1993, p. 15-32.

4 Manuel Guàrdia i Bassols, « Estructura urbana », in Jaume Sobrequés i Callicó, 1993, p. 70-74.

5 Dans les années trente, il est logique que le parlement de Catalogne s’installe dans les seuls bâtiments qui subsistent encore de l’ancienne citadelle militaire.

6 DdBCN, 16/01/1883, p. 629-631 ; LV, 07/12/1883, p. 7995. AA, Exp. 1965, Ll8, fol. 16, Fomento, « Panteón » (1884).

7 Il s’agit des rues Atenes, Desclot, Barceló et Capmany.

8 AA, CMP 29/01/1869 et 16/05/1875.

9 Albert Garcia Espuche et alii, « La dimensió urbana », in Arquitectura i ciutat a l’exposició universal de Barcelona de 1888, Barcelona, 1988, universitat Politècnica de Catalunya, 251 p., p. 131-178.

10 AA, Comisión Ejecutiva al Monumento Colón, 31/91/02.

11 AA, Exp. 1414, Ll. 24, fol 64, 1881. Rapport du 16/08/1881.

12 I A, 27/07/1885.

13 La commission exécutive du monument à Verdaguer propose le croisement pg. de Sant-Joan/diagonal après avoir songé au Tibidabo, à la place Urquinaona, à la place Royale, à la place Sant-Jaume et au carrefour du Cinc d’Oros (pg. de Gràcia/diagonal). Voir : PC, 04/06/1914.

14 AA, CMP 11/12/1902 (Rius) ; 06/08/1903 (Dr Robert), 02/12/1902 et 17/01/1907 (Pi i Margall), 31/05/1911 (Verdaguer).

15 Pour obtenir ce chiffre, il faut soustraire aux 457 rues recencées dont le nom est répété celles amenées à disparaître par des travaux d’urbanisation (22 rues) et celles dont le nom adopte automatiquement le nom de la rue qui se trouve dans leur prolongement direct (c’est le cas de 41 rues).

16 AA, Obres i urbanisme, Retolació i numeració de carrers, caixa 22438, document du 27/06/1899.

17 Dans 87 cas seulement, le nom est disputé entre deux quartiers. Mais dans 27 cas, il l’est entre trois quartiers, dans 18 cas entre quatre, dans 9 cas entre cinq, dans 3 cas entre six et dans 4 cas entre sept !

18 Pour ce faire, nous avons décomposé les cas de répétition multiple en autant de doublets. Soit un nom commun à Barcelone (BCN), Sant-Gervasi (SG) et Gràcia (GR), il existe trois doublets qui rendent comptent de trois affrontements possibles : BCN-SG, BCN-GR et SG-GR. Si Barcelone remporte la mise, le résultat se soldera pour elle à deux victoires (face à Sant-Gervasi et Gràcia). Pour Gràcia, on compte une défaite (face à Barcelone) et un affrontement nul (avec Sant-Gervasi). Pour Sant-Gervasi, une défaite (face à Barcelone) et un affrontement nul (avec Gràcia). Le rapport des victoires sur les défaites donne pour chaque quartier une valeur indicative de sa capacité à conserver un nom.

19 On peut confronter ces données à celles concernant la période 1914-1918. En reconstituant la résolution de 48 enjeux pour un nom répété (37 datant de 1914 et 11 de 1918), on constate une certaine égalisation des situations puisque certains quartiers périphériques ont désormais une puissance attractive supérieure au centre-ville. Horta souffre donc proportionnellement moins de son agrégation à Barcelone que les autres villages. Globalement cependant, le centre-ville conserve une capacité de rétention des noms bien supérieure à celle des quartiers périphériques.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540