Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Barcelone

 | 
Stéphane Michonneau

3e partie. La société commémorante

Chapitre 18. Vers la commémoration de masse

Texte intégral

1Deux indices suffiraient à indiquer la massification de la société de mémoire. À la fin du xixe siècle, les commissions et comités exécutifs présentent des listes de personnes dont la seule évocation atteste l’importance du projet. En 1882 pour la première fois, c’est la fonction qui prime sur l’identité du représentant : on parle des présidents de « l’Institut du travail national, de l’Association artistico-archéologique de Barcelone, de l’Académie royale des beaux-arts, de l’École des ingénieurs industriels, de l’École d’architecture ». À partir de 1905, la mention de l’entité l’emporte presque toujours sur le nom de son directeur, mis à part les bustes du parc de la Citadelle qui gardent un caractère élitiste. Et déjà en 1915 pour le comité Vayreda, puis en 1917 pour le comité Battle et le comité Maragall, les appels à souscription n’indiquent que le nom des associations.

2Autre indice : à la fin du xixe siècle, les comptes rendus de presse indiquent fidèlement la présence des personnalités de relief, comme si l’inauguration d’un monument s’apparentait à une première au Liceu. À partir de la pose de la première pierre du monument au Dr Robert en janvier 1904, les comptes rendus de cérémonie rapportent systématiquement le détail des entités participantes à l’acte, tandis que la mention des personnalités présentes se limite à quelques noms pris au hasard. Puis les journalistes se contentent de reproduire à l’identique les listes de participation que leur fournissent les comités organisateurs. L’effet de masse est saisissant. La logique représentative ne s’annule pas mais elle se complète de la dimension participative qui introduit un changement de nature de la commémoration : le nombre et la quantité de gens mobilisés importent désormais davantage que la qualité des participants. Quand le critère primordial de la commémoration devient sa popularité, elle est alors un signe manifeste d’une démocratisation de la société espagnole en Catalogne.

La pétition : une contestation populaire organisée

  • 1 Six pétitions pour les années 60, trois pour la décennie 70, aucune pour la décennie 80 (les lacun (...)
  • 2 En 1910, 89 pétitionnaires demandent la conservation du nom de Ferran VII pour la principale artèr (...)
  • 3 On passe de 65 signatures en 1922 à 32 habitants en 1923, 10 en 1925, 56 et 25 en 1926, 20 et 13 e (...)
  • 4 Cette force de mobilisation peut générer des conflits : c’est le cas en 1915 lorsqu’une associatio (...)

3De 1860 à 1930, les archives municipales gardent les traces de 88 pétitions concernant les noms de rue. Globalement, le rythme pétitionnaire augmente et reflète une véritable prise de parole1. Les pétitionnaires changent aussi : au début, ce sont des personnalités ou plusieurs propriétaires arguant de leur qualité. En 1895 apparaît la première association de propriétaires regroupant les habitants de six rues de la Barceloneta. Le comptage des signatures permet de déterminer l’ampleur de la mobilisation : en 1907, une pétition de la rue Burriana rassemble 26 habitants ; en 1909, une autre de 1062. Leur nombre peut aller jusqu’à 171 pour rejeter le nom de Claveguera (égouts). Mais le regroupement d’individu fait long feu3 dans les années 1920 et les unions d’associations l’emportent alors. La première, en 1910, rassemble deux associations en faveur du nom de Lequerica, du nom du député des Amériques aux Cortes de Cadix en 1812. La plus importante pétition reçue réunit 25 associations (soit 1752 signatures) en faveur du nom de Fabra i Puig, un industriel du textile qui a pris soin de faire pétitionner tous ses ouvriers ! De la pétition individuelle au rassemblement d’entités prestigieuses, l’organisation sociale de la pétition s’est amplifiée et complexifiée4.

4Les pétitions peuvent mettre en œuvre des stratégies de persuasion : la plus performante consiste à obtenir l’appui du conseiller municipal qui dirige l’arrondissement, le Teniente de Alcaldía. Une autre stratégie consiste à attendre les meilleures conditions politiques pour voir triompher sa demande : en novembre 1923, les habitants de l’ancienne rue Santa Madrona expriment leur joie de voir instaurer la dictature ; ils demandent la suppression du nom du général Moragas, héros du siège de Barcelone en 1714, expliquant qu’ils ne manifestèrent jamais aucune plainte, « persuadés de l’inutilité de raisonner sous le régime précédent ». En cas d’échec, la pétition cherche à gagner à sa cause des poids lourds de la vie sociale barcelonaise : les habitants de la rue Claveguera, déboutés en 1921, réitèrent une pétition par l’intermédiaire de la puissante Cámara oficial de la propiedad urbana qui réunit d’importants propriétaires fonciers. La stratégie du nombre peut être évaluée à la lumière de ses résultats : on sait d’abord que la pétition ne représente que 15.5 % des initiatives en matière de noms de rue. Promotrice de mémoire de second rang, la pétition est néanmoins efficace : 80 % de réponses favorables entre 1860 et 1898, 73 % entre 1907 et 1923, et seulement 57 % sous la dictature. Même si elle est un moyen de pression qui perd en efficacité, la pétition démontre que la stratégie du nombre est payante.

La souscription n’est pas populaire

5La popularité se mesure également à l’étendue et la nature des souscriptions. L’histoire de la souscription distingue nettement deux périodes : avant 1896, les donateurs affichent un geste de charité sociale qui s’estime à l’importance du don. Avec l’émergence du catalanisme, la souscription devient populaire et massive.

6À la mi-xixe siècle, la souscription est un geste de charité. Comme pour la fontaine monumentale du Pla del Palau, l’objectif de la souscription levée en 1860 est d’ériger un monument en commémoration de la guerre d’Afrique, et [de] créer un fond de pension pour les familles des blessés de guerre. Le même principe est avancé pour le monument Rius i Taulet (la municipalité parle alors d’une aide à la famille du défunt) et pour le mausolée aux soldats morts dans les guerres de Cuba et des Philippines. C’est pourquoi la cérémonie du xixe siècle s’accompagne souvent de distributions de « bons aux pauvres » : lors de l’inauguration de la statue de Prim en 1887 par exemple, la municipalité distribue 1000 ptas en bons aux volontaires des guerres d’Afrique. Si le caritatif se confond avec le commémoratif, c’est que les deux activités sont complémentaires au regard des experts de mémoire comme à celui des classes dominantes. Le devoir de charité et le devoir de mémoire expriment un même sentiment de dette contractée envers les soldats ayant consenti des sacrifices pour satisfaire les rêves de grandeur des dirigeants. La charité et le souvenir sont la rançon d’une position sociale élevée dans une société strictement hiérarchisée : noblesse oblige. En somme, cette intimité de départ exprime parfaitement la réalité de la commémoration comme activité élitaire.

  • 5 Parmi les plus gros souscripteurs, on compte Eusebi Güell (250 ptas), les industriels du textile B (...)

7L’analyse des listes de souscripteurs confirme que la mémoire est bien l’affaire des élites. En fait, la nature élitiste de la souscription populaire limite forcément le bassin de souscription à quelques personnalités ou à quelques entités déterminées. Par exemple, le monument d’Aribau est financé par deux souscriptions : la première, en 1877, rapporte 4690 ptas. La seconde, ouverte en décembre 1884, rapporte 1843 ptas réparties seulement entre 19 personnes5, soit une moyenne très élevée de 97 ptas chacune.

8De même, les 47 000 ptas de la souscription au monument Rius i Taulet, entre décembre 1899 et février 1902, proviennent de 570 participants, soit un don moyen de 82,5 ptas. Ceci explique l’état déficitaire structurel des souscriptions et le recours systématique aux deniers publics. En 1901, un article de El Diluvio se moque du caractère prétendument populaire de la souscription à Rius i Taulet :

  • 6 El Diluvio, 28/09/1901. Souligné dans le texte.

« La souscription populaire s’est réduite, comme chacun sait, à quelques dons octroyés par un nombre infime de collectivités et d’individus et à une mauvaise plaisanterie, plutôt coûteuse, que ces messieurs de la Commission exécutive se sont permis d’infliger à notre budget municipal6. »

  • 7 En 1910, la première liste de souscription du monument Balaguer réunit 1053 ptas réparties entre 4 (...)

9Au xxe siècle, seules les statues du parc de la Citadelle participent de ce modèle de souscription7.

  • 8 DdBCN, 31/07/1881, p. 9608-9616.
  • 9 13 d’entre elles contiennent 69 ouvriers, 79, 90, 89, 76, puis 39, 42, 21, 20 et même 5 ouvriers.

10On comprend pourquoi les commissions exécutives cherchent à élargir le champ des souscripteurs. La commission du monument Güell est la première à le réaliser à grande échelle : entre mars 1878 et janvier 1882, elle recueille les signatures de 16611 particuliers, 15 municipalités, 2 banques, 28 sociétés industrielles et agricoles et 5 Députations provinciales. On a bien affaire à une souscription d’un genre nouveau. Un extrait des listes, publié dans El Diario de Barcelona8, consigne 1 690 noms, soit environ 13 % du total des souscripteurs. L’échantillon contient trois types de souscripteurs : 158 individus riches et patrons importants, des collectifs d’entreprise (dans ce cas, la liste précise les noms et dons de chaque employé) et des associations et entités diverses (Casino, Cercle catholique, etc.). Mais la majorité des dons proviennent des petites et moyennes entreprises industrielles (cristal, chimie, textile9). Le montant des dons reflète la hiérarchie interne de l’entreprise mais la moyenne des contributions est très faible, entre 0,36 ptas et 0,18 ptas par personne. Le caractère populaire de la souscription est ici indéniable.

  • 10 En décembre 1888, la Commisson implore la Députation et la municipalité de combler le déficit : «  (...)
  • 11 A Dip., Exp. 27, Ll 1940.

11Avec 16000 signatures, la souscription Güell appartient déjà à la famille des grandes souscriptions de masse du siècle suivant. L’initiative appartient en priorité à des chefs d’industrie qui ouvrent dans leurs établissements des livres de dons. Dans ces conditions, une certaine contrainte s’instaure et la souscription peut s’apparenter à une contribution obligatoire pour l’ouvrier, un impôt idéologique. Il ne faut pas non plus exclure une participation volontaire des employés sensibilisés par les grandes campagnes protectionnistes relayées par la presse populaire (l’Esquella de la Torratxa ou La Campana de Gràcia). En tout cas, la souscription se révèle un formidable instrument de mobilisation politique qui participe de la naissance d’une opinion publique. La souscription relative au monument Clavé présente un caractère encore plus nettement moderne car l’initiative appartient en effet à un groupement d’associations chorales. La collecte est le produit de dons effectués pendant des concerts. Cette expérience originale connaît de sérieux problèmes de trésorerie10 : reposant uniquement sur la générosité d’un public authentiquement populaire, la quête accuse les conséquences de la crise de 1882 et des épidémies de fièvre jaune qui s’ensuivent11. Le modèle de souscription privé reposant sur l’unique initiative du tissu associatif demeure encore exceptionnel dans les années 80.

12Le monument au Dr Robert [graph. 3] inaugure une nouvelle étape de l’histoire de la souscription. On connaît bien le détail de trois souscriptions importantes : celles du Dr Robert (1902), celles de Verdaguer (1902-1903 mais surtout, 1913-1914), et celle de Guimerà pour un monument jamais réalisé (1924-1925). À ceci s’ajoute des informations partielles sur les souscriptions à Rius i Taulet (1900) Maragall (1913), Pi i Margall (1917) et Iglésias (1928).

13Les sommes recueillies sont importantes : 96 500 ptas pour le monument à Rius, 120 268 ptas pour le Dr Robert, 139 857 ptas pour Verdaguer, 250 127 ptas pour Pi i Margall et seulement 59 283 ptas pour Guimerà. En fait, les souscriptions sont comparables car les autorités (municipalité, députation et éventuellement l’État) y participent en moyenne pour plus de la moitié, exceptée pour la dernière : la collecte populaire avoisine donc toujours les 60 000 ptas. Le rythme des collectes est comparable dans trois cas sur quatre. Le coup d’envoi très rapide assure entre 60 et 70 % des dons en deux ou trois mois puis, le rythme décélère nettement. Dans le cas Guimerà seulement, la souscription connaît une augmentation très régulière, sans doute imputable au mode de diffusion d’une commémoration de résistance. Dans la mesure où tout se joue généralement dans les premières semaines, leur prolongation est improductive : on mesure la popularité et le succès de la collecte à la vitesse à laquelle la souscription est couverte. Pour le Dr Robert, 4 mois et demi suffisent à réunir 120 000 ptas. Pour Guimerà, 8 mois sont nécessaires. Mais pour Verdaguer, il faut compter 19 mois de souscription. Celle de Rius i Taulet, la plus lente de toutes, met 25 mois à réunir 47 000 ptas !

14L’élargissement du bassin souscripteur, déjà perceptible à la fin du xixe siècle, est considérable. Mais il est difficile de connaître le nombre approximatif de donateurs car les associations, les municipalités et les entreprises envoient des sommes globales sans spécifier ni le nombre ni les noms des donateurs. Pour le monument Guimerà, on a 8 424 personnes pour la moitié de la somme totale : par extrapolation, le nombre total de souscripteur serait donc de 17 000 donateurs environ. Pour le monument Iglesias en septembre 1928, on aurait 8 000 signatures selon La Publicitat. Il est par conséquent difficile d’établir des données fiables : on peut estimer qu’au début du xxe siècle, une souscription populaire rassemble entre 15 000 et 20 000 signataires, probablement plus. La souscription est désormais un phénomène de masse.

Portrait-robot du donateur

15Avec la massification, le profil sociologique du donateur change. Généralement, le souscripteur est un homme. Les noms féminins relevés sur les listes de la fin du xixe siècle sont ceux de veuves ou bien d’épouses accolés à celui du chef de famille. Certes, en 1881, la souscription Güell compte 16.7 % de donatrices, chiffre exceptionnellement élevé en raison de l’écrasante proportion d’ouvrières du textile. Lorsque le sexe du donateur est précisé, on note une participation féminine minoritaire mais croissante, jusqu’à 8.3 % de l’échantillon pour la souscription à Guimerà (1924). À leurs côtés, on compte également 52 enfants, soit 0,4 % du total. Après le père, la souscription intéresse les autres membres de la famille, preuve supplémentaire de l’élargissement des cercles de collecte. Globalement cependant, le geste souscripteur s’apparente à la règle du vote : il est réservé au chef de famille, adulte et masculin. 15 000 à 20 000 souscripteurs représentent environ 15 % du corps électoral barcelonais au début du siècle, ce qui équivaut en 1901 au nombre de votants.

  • 12 Rappelons que ces contributions personnelles représentent dans ce cas 52,3 % des sommes souscrites

16Le souscripteur est ensuite majoritairement barcelonais. En 1912, pour la souscription Verdaguer, seulement 8 % des associations participantes sont catalanes et non barcelonaises. C’est encore bien peu. En 1924 pour la souscription Guimerà, la participation provinciale s’accroît nettement : un quart des contributions personnelles provient en effet de Catalogne hors Barcelone12. Ces indices confirment donc la percée tardive mais réelle de la province catalane entre 1912 et 1924. Enfin, la souscription de masse mobilise en priorité dans les riches couches intermédiaires urbaines. Pour le monument Verdaguer (1912), le poids économique des associations économiques et professionnelles (31,2 % et 10 % respectivement) indique clairement la place occupée par les classes supérieures : patrons, médecins, avocats, pharmaciens, notaires, juges, etc. La souscription Guimerà (1924), la plus précise de toutes, indique une très forte proportion d’employés issus d’entreprises petites et moyennes du commerce et de la boutique (« dependents », 52 %). Ensuite, viennent les « groupes d’ouvriers et d’employés » (15 %), les employés de banque (9 %) et les fonctionnaires (3 %). Il reste 21 % d’ouvriers (« obrers », « operaris ») de formations diverses : textile et blanchissage, construction électrique, ferroviaire et automobile, porcelainiers et tailleurs de pierre, métiers du livre et de l’impression. La petite bourgeoisie des employés et des patrons occupe donc la première place parmi les souscripteurs ; la classe ouvrière montre des signes d’intérêt notable qui prouvent son intégration au monde de la commémoration. La démocratisation de la souscription est en marche. Au total, la composition de la souscription reflète la structure sociale dominante : au modèle élitiste fondé sur une aristocratie de l’argent se substitue un modèle de masse drainant les classes moyennes. Le principe participatif l’emporte donc sur le principe représentatif.

L’association, moteur de la participation [Ill. 27]

17La massification de la participation met en relief l’importance du cadre associatif dans l’encadrement des foules commémorantes. La primauté du nombre ne s’accompagne pas d’une atomisation de la société souscrivante. Entre le monument à Colomb (1888) et le monument à Verdaguer (1902), la catégorie regroupant les individus souscrivant à titre personnel s’effondre (de 24 à 4.9 %). Cela signifie entre autres choses que l’individu préfère s’intégrer et s’afficher dans un groupe : inversement, les associations qui ne représentaient que 1,7 % des dons vers 1885 élèvent leur participation à 27 % en 1912, sans compter les listes dressées par municipalités (1,4 %). En vingt ans, l’association s’est imposée comme cadre naturel de la souscription. La souscription pour Guimerà, en 1924, fait exception puisque les particuliers la couvrent à 52.4 % et les associations seulement à 20.4 %. Ces chiffres traduisent une crise de l’association principalement due à la contrainte que fait peser la dictature : les entités professionnelles sont réduites au silence, les associations politiques dissoutes, les Athénées, les chorales et les centres excursionnistes étroitement surveillés. Dans ces conditions, la stratégie du souscripteur consiste à contourner l’obstacle élevé par le régime de contrainte en souscrivant à titre individuel. L’évolution de fond demeure vraie.

18Qui sont les associations concernées ? En nombre comme en contribution, les associations culturelles et politiques ont une place centrale qui en font le moteur de la souscription. Mais la contribution des associations de défense des intérêts économiques qui réunit les classes propriétaires montre le poids encore considérable occupé par les structures associatives élitaires. On peut mieux saisir les associations souscriptrices lors des cérémonies d’inauguration où elles sont présentes. Mais la mobilisation associative étant très inégale, on peut repérer trois cas de figure : un premier regroupe des manifestations intimistes où le nombre d’associations ne dépasse pas la dizaine. Les cérémonies du parc de la Citadelle en sont le modèle : 7 entités présentes pour le buste d’Agulló, 7 pour celui de Lleó Fontova, 10 pour celui de Pepita Teixidor. Un second ensemble, réduit, concerne les cérémonies de masse : 86 entités pour la pose de la première pierre du monument à Robert (1910), 198 pour celle du monument à Verdaguer (1914), 109 pour celle du monument à Pi i Margall (1915). Un groupe intermédiaire réunit les cérémonies les plus nombreuses : 34 entités pour le monument à Pitarra (1906), 39 pour une plaque en l’honneur de Maragall (1917), 21 pour la plaque de rue à Martí i Julià (1921), etc. Au-delà de cette typologie dont les limites explicatives sont évidentes, la question est de savoir quel type d’association préside la commémoration. Seule l’exceptionnelle longévité de la commémoration du Onze septembre de 1906 à 1922 permet de dresser des statistiques concluantes.

19Premièrement, comme pour les souscriptions, l’association est reine. À partir de 1911, la presse note un décalage croissant entre le nombre d’associations et le nombre de couronnes déposées : ceci est imputable au fait que les particuliers apportent un surplus d’offrande qui peut s’élever jusqu’à 24 % du total des couronnes en 1915. En période de répression politique (1917), le nombre de ces particuliers s’effondre, comme si l’association constituait un refuge aux pratiques individualistes. Dans les années suivantes, le nombre d’hommages isolés croît parallèlement à celui des hommages collectifs sans jamais dépasser la proportion de 20 % des couronnes : l’association, quelle qu’elle soit, est bien le cadre incontesté de la commémoration [graph. 1 et 2].

  • 13 En 1924, on trouve des courriers de lecteurs pour s’indigner de l’absence du Football Club Barcelo (...)

20De plus, la part d’associations politiques, quoique majoritaire, va décroissante (de 80 % en 1911 à 52 % en 1922). La presse et les associations professionnelles sont négligeables. Le reste concerne toutes les entités culturelles dont l’importance croît régulièrement jusqu’en 1919 (de 15,3 % en 1912 à 29,1 % en 1919) puis reflue légèrement à la veille de la dictature (19,8 % en 1921 et 16,5 % en 1922). Cette décroissance s’explique par la forte poussée de délégations municipales et étrangères après la Première guerre mondiale qui totalisent 10 % des associations dans les années vingt. Les entités culturelles l’emportent donc tendanciellement : il faut remarquer en particulier l’importance de la trilogie des associations chorales, sardanistes et excursionnistes. Les groupes choraux et autres orphéons varient entre 5 et 6 % des associations ; à partir de 1913, les excursionnistes et les sardanistes occupent entre 2 et 3 % et les institutions d’enseignement, plus irrégulières, autour de 4 %. Restent des cercles artistiques, des groupes dramatiques, et pour la première fois en 1916, des associations sportives (entre 1 et 1,5 % de 1919 à 192213). Au total, souscription et participation aux cérémonies confirment le rôle moteur des associations culturelles et politiques dans la mobilisation collective. Certes, les associations culturelles sont plus nombreuses dans la souscription, les entités politiques plus mobilisées lors des cérémonies, sans que l’on sache si cette répartition correspond à deux modes de mobilisation différents mais complémentaires. Si les rôles sont peut-être différentiés, les associations culturelles et politiques sont bien les premières cellules sociales de la mémoire sociale.

  • 14 Parmi elles on compte en particulier l’Orfeó de Sants, le CADCI, l’Ateneu autonomista du 7e distri (...)

21Existe-t-il des groupes moteurs ou agglutinants susceptibles de cristalliser une présence associative massive ? L’analyse des cérémonies du Onze septembre permet de calculer le taux de renouvellement du tissu associatif sur une série continue. Le pourcentage d’associations ayant au moins une fois participé à la cérémonie (pas nécessairement l’année immédiatement antérieure) est relativement stable : il varie entre 60 % (1912) et 88,3 % en 1917 et se fixe en moyenne autour de 72 %. En moyenne donc, trois associations sur quatre ont déjà assisté à la cérémonie. En étudiant attentivement la composition des délégations, on peut déterminer un noyau dur d’une quinzaine d’associations militantes, présent invariablement chaque année. L’envol des chiffres de participation (300 associations en 1923, 296 en 1922) modifie certes leur poids relatif mais en tant qu’entités vétéran-tes, elles sont dotées d’un prestige supèrieur14. En 1916, ces associations forment la Junta Permanent chargée chaque année d’orchestrer la commémoration sous la direction tournante de l’une d’entre elles. Ce cœur associatif se retrouve sur le devant de la scène lors des moments difficiles, comme en 1917. Les associations y sont très diverses : un groupe choral peut avoir la même valeur symbolique qu’un parti ou un club d’excursionnistes. Autour de ce noyau s’ajustent d’autres séries d’entités qui amortissent éventuellement les coups portés au monde nationaliste. Par lente sédimentation, les associations les plus ferventes gagnent en prestige tandis que les plus récemment venues, plus volatiles sans doute, attirent de nouvelles associations en nombre exponentiel. La structure « en pelure d’oignon » est tout à fait caractéristique du nationalisme catalan. En fin de compte, la ceba (l’oignon, en catalan) nationaliste fait preuve d’une remarquable stabilité : les interactions sociales développées lors des cérémonies s’organisent selon des réseaux relativement invariants. La commémoration permet l’activation de ces relations et leur approfondissement. Elle contribue ainsi à consolider la communauté nationaliste au-delà des aléas de la vie politique. Mais pour grandir, la communauté doit développer des stratégies de mobilisation.

« Als Catalans ! »

22L’appel des commissions monumentales à l’opinion publique est primordial. Lorsque les promoteurs de mémoire en appellent au public, ils reconnaissent implicitement l’existence d’une instance critique et son droit de regard. Mais cette reconnaissance est longue à s’instaurer. Au cours de notre période, trois opinions résument l’évolution de l’attitude des promoteurs de mémoire. Première opinion : en 1855, après que la municipalité décide d’orner la place Royale d’une statue équestre dédiée à Ferdinand le Catholique, un conseiller se félicite « de l’éloge qu’ont fait certains journaux de la Cour des mérites de la statue ». Ici, le tribunal de l’opinion qui exprime la mesure du bon goût est à Madrid. La parole autorisée, celle qui compte et qui est prise en compte par les promoteurs est extérieure à la Catalogne. Cela ne signifie pas que les Barcelonais n’aient pas d’avis sur la question mais simplement que les promoteurs ne s’en soucient pas.

23Deuxième opinion : en 1882, le secrétaire de la Commission exécutive du monument à Colomb, Carles Pirozzini, défend la prééminence du jury pour le choix du sculpteur : « Ces Messieurs du Jury n’ont absolument pas besoin de l’opinion publique pour la connaissance parfaite des œuvres qui sont soumises à son examen et à son jugement. » Ici, Pirozzini est parfaitement conscient de l’affirmation d’une opinion publique autonome et critique ; simplement, il en récuse la compétence et refuse de la prendre en compte. Il s’agit de défendre la parole de l’expert contre celle du quidam, d’affirmer la légitimité d’une opinion contrôlée contre celle de la rue. Ce faisant, Pirozzini admet déjà l’éventualité de la critique et la difficulté qu’il y a à la contourner sans compromettre les chances du culte.

24Troisième et dernière opinion : en 1928, alors qu’on s’apprête à célébrer l’anniversaire de la conquête de Majorque par Jaume Ier, le président de la commission d’hommage avoue : « La commémoration, c’est l’opinion » : il n’est plus question d’échapper à son règne, encore moins de l’exclure ; l’expertise en mémoire est désormais l’un des attributs de l’opinion publique.

25Ces trois attitudes illustrent comment une opinion publique est progressivement reconnue comme tribunal de mémoire. Mais cette dernière est loin de constituer une donnée historique a priori : sa naissance, sa constitution et l’invention de ses modes d’expression sont liées à l’histoire d’une prise de parole critique de la société. Les promoteurs feignent de l’ignorer, acceptant de se soumettre à ce qu’ils croient constituer un jugement infaillible et populaire. La presse joue alors un rôle fondamental de formation, d’expression, de contrôle et de conquête de l’opinion publique.

26Le défi de la publicité exige la mise au point de méthodes de communication pour atteindre et mobiliser le public. C’est pourquoi les comités et les commissions exécutives affectionnent particulièrement la présence d’un homme de presse en leur sein : le directeur du Noticiero Universal pour le monument Clavé, celui du Diario de Barcelona pour les monuments Aribau et Rius i Taulet par exemple. Un cas exemplaire est celui de Francesc Matheu i Fornells, promoteur des bustes du parc de la Citadelle. Fondateur avec Guimerà de l’association Jove Catalunya que l’on peut considérer comme le précédent immédiat de l’Unió catalanista, Matheu participe pleinement à la restauration des Jeux Floraux qu’il préside sept fois de 1880 à 1933. À l’instar de ces amis, il s’essaie à la poésie et obtient le titre de Maître en Gai Saber en 1897. Mais c’est comme éditeur et homme de presse que son action est décisive, autour de la revue Ilustració Catalana. D’abord comme collaborateur en 1880, puis comme directeur à partir de 1893, Matheu s’entoure de tout ce que la Renaixença compte de plumes prestigieuses : Narcís Oller, Joan Maragall, Joaquin Ruyra, Josep Carner et bien d’autres encore. Le succès de presse de ce magazine bimensuel lui permet d’édifier une maison d’édition du même nom qui comprend la célèbre collection de Lectura popular de la biblioteca d’autors catalans.

27Dans la majorité des cas, la presse se limite à un rôle de caisse de résonance sinon d’initiative. Pour preuve, le rôle ambigu de la presse lors d’une souscription où les quotidiens, sans avoir l’initiative de la collecte, se chargent de publier les noms des donateurs et les montants des dons. Cette publicité constitue la rétribution symbolique du don sous forme de prestige social. Non seulement la presse offre les moyens du succès de la souscription mais constitue également l’une de ses fins. Pour la souscription au monument du Dr Robert par exemple, La Veu de Catalunya commence à publier les listes de donateurs avant même que ne se forme une commission exécutive. 16000 ptas sont réunies dès le jour du décès du patricien, le 17 avril 1901. Puis, La Vanguardia et El Diario de Barcelona le 24, La Renaixença le 30 ouvrent leurs colonnes à la souscription. L’engouement est si rapide que le suivi de la souscription est quotidien : l’ascension vertigineuse des sommes crée un effet d’entraînement. Sur les 120 268 ptas que reçoit la Commission exécutive, 95 % ont transité par la presse et 83,7 % uniquement par La Veu de Catalunya.

28Ces faits permettent de mesurer la puissance de l’effet publicitaire. Et les promoteurs de mémoire ne s’y trompent pas : en novembre 1912, le président du comité Verdaguer visite chaque directeur de journal, « et leur demande de publier toute la propagande possible pour que la subvention récemment ouverte donne le meilleur résultat possible ». C’est dire qu’à chaque étape importante de la politique de mémoire, les commissions tâchent de faire la publicité des actes : appel à souscription, formation des comités et jurys, comptes rendus des concours artistiques et des travaux en cours, publication des dates et lieux de commémoration, des ordres de défilés, des recommandations ultimes, etc. En janvier 1900 par exemple, le Comité Rius i Taulet proclame ses intentions dans sept quotidiens barcelonais. Du 15 au 26 juin 1904, La Publicidad publie quotidiennement l’ordre de convocation de la cérémonie d’inauguration d’une plaque commémorative sur la façade de la maison natale de Pi i Margall. La campagne de presse culmine souvent avec la sortie d’un numéro spécial consacré au personnage honoré. Lorsqu’il y a lieu, la publication des commentaires, polémiques, débats et caricatures sous une rubrique spéciale contribue à grandir l’effet publicitaire.

29Il serait inexact de limiter la publicité à la seule action de la presse : les moyens de publicité sont au contraire de plus en plus variés. À la fin du xixe siècle, les commissions affectionnent le Bando, la proclamation publique affichée dans les lieux publics. La tradition se perd lorsque l’annonce se fait par voie de presse. Cependant en mai 1909, le comité pour l’hommage aux martyrs de l’Indépendance prévoit que « seront fixés aux coins de rue et dans les lieux publics des allocutions enthousiastes incitant le peuple à concourir à la manifestation civique ». De même le 10 septembre 1921, une brève de La Publicidad indique que « Le Gouverneur a interdit de placarder dans les rues de Barcelone ou de distribuer entre les associations catalanistes l’affiche publicitaire de la fête de demain. » Au début du xxe siècle, les outils de propagande se multiplient : pour le Festival Pi i Margall célébré en avril 1917, la commission organisatrice met en vente un album de 15 pages qui contient une présentation du futur monument et plusieurs articles de célébrités en faveur du projet. On vend aussi des cartes postales, des agrandissements photographiques de la maquette. Une loterie permet de gagner une médaille commémorative de l’événement. L’ingéniosité des promoteurs de mémoire ne s’arrête pas là : dès 1901, on peut acquérir une reproduction de la statue de Rafael Casanova de 1,20 mètre de hauteur pour 5 ptas seulement, sur simple présentation d’un coupon publié par La Joventut. Enfin, certains monuments se prêtent à la réclame, telle cette reproduction de Christophe Colomb tenant un Havane à la main qu’invente un commerçant du pavillon des Colonies de l’Exposition universelle de 1888 !

30À l’heure des souscriptions et des défilés, les associations sont de puissants vecteurs de mémoire auprès de leurs affiliés. On a constaté déjà leur efficacité pour collecter des fonds, pour exercer d’une forme de contrainte subtile sur tous les membres du groupe. Comment en effet échapper à l’obligation d’un don lorsque tous les adhérents d’une association s’y soumettent ? Plus encore, il faut compter avec les innombrables conférences, réunions, hommages, veillées nécrologiques que les entités organisent dans leurs murs. Deux exemples suffisent à en montrer l’ampleur.

31La semaine précédant la Diada Pi i Margall du dimanche 29 avril 1917, est l’occasion d’une mobilisation citoyenne hors du commun. El Poble Català s’en fait le fidèle écho : le 22, un hommage à Pi i Margall au café Montero (place d’Espagne) puis une conférence à la Fraternitat republicana instructiva « el Pueblo », à El Clot, quartier ouvrier de la capitale. Le 24, réunion publique de la commission organisatrice, conférence de Josep Roca i Roca suivi d’une tertulia au Foment del trabajo nacional. Le 25, trois hommages prévus aux sièges du Centre nationalista català, de l’Unió gremial et à La Fraternitat del Clot. Le 27, une conférence au CADCI est précédée d’une soirée au Comité républicain fédéral de Barcelone. Le 28, un grand meeting est organisé par la Joventut nacionalista republicana. En sept jours, dix actes annoncent la Diada.

32La commémoration du Onze septembre est un autre modèle du genre. En plus de la traditionnelle conférence ou veillée nécrologique, s’ajoutent vers 1910 de nouvelles formes de rappel : le festival choral, le spectacle de sardanes ont de plus en plus la faveur du public. Mais c’est surtout le théâtre qui emporte les suffrages. Une soirée organisée le 11 septembre 1913 au Théâtre Apolo, sur le Parallèle, programme quatre spectacles : « la représentation de l’épisode dramatique en un acte de Josep Burgas, Jordi Erin » dont l’action se déroule en Irlande. Puis, « un grandiose tableau dramatique du même auteur, symbole du glorieux Corpus de Sang et intitulé : Els Segadors de Polonia ». Suit le célèbre monologue de Mestre Olaguer, d’Angel Guimerà, qui a pour cadre dramatique le siège de 1714. Enfin, « un tableau dramatique inédit en un acte de Manel Rocamora, Via Fora Lladres » (Dehors, Voleurs !). Les entractes sont animés par une cobla de sardane. Le prix d’entrée va de 0,3 pta à 1 pta.

33Au total, les voies de la mobilisation populaire sont multiples. Elles attestent la vivacité d’une véritable culture de la mobilisation qui suppose une stratégie de communication : effets d’annonce, effets de redondance à la veille d’une cérémonie, etc.. La gestion de l’information est indispensable, sans quoi la commémoration court au fiasco. C’est le cas de la cérémonie du Fossar de les Moreres, en septembre 1915, qui s’est vue gâchée à cause d’ordres de convocation contradictoires. Lorsque le public parvient au Fossar, l’acte d’hommage est déjà terminé !

Le nombre, critère de légitimité de la mémoire

  • 15 CC, 17/09/1915.

34Dans une société déjà démocratique, le nombre de commémorants est devenu la source unique de légitimité d’une entreprise de mémoire. C’est une épreuve de vérité en même temps qu’un jugement sur la validité de ses prétentions. Pour discréditer une mémoire adverse et dénoncer son aspect artificiel, il suffit d’en évaluer le nombre de participants. Pour El Correo Catalán, le monument Pi i Margall est illégitime car « l’acte fut un échec retentissant ; Barcelone n’assista ni adhéra à la fête. Les manifestants ne dépassèrent pas le nombre de 2 000 »15 À l’inverse, Le nombre incalculable de participants est certainement la meilleure garantie de réussite avancée par les promoteurs de mémoire. La bataille des chiffres fait rage. C’est la raison pour laquelle les articles regorgent de références à l’assistance nombreuse et s’efforcent d’apprécier le degré de participation des Barcelonais, tel La Renaixença du 13 septembre 1901 qui en évalue l’importance à la superficie de voie publique occupée :

  • 16 LR, 12/09/1901.

« Il nous est difficile de faire un calcul exact des milliers de personnes qui sont venues à la manifestation […]. Nous dirons simplement que la masse des manifestants […] allait de la moitié du Saló de Sant-Joan sur toute sa largeur, devant le Palais de Justice, jusqu’au-delà de la rue Ali-Bey, alors que les larges carrefours des rues débouchant sur la promenade se trouvaient totalement encombrés16. »

35Si le nombre est l’objet de tant de commentaires, c’est qu’il exprime symboliquement l’unanimité. Il permet aux manifestants de s’ériger en représentants de la communauté entière, le peuple. Pour preuve, un article de La Publicitat lors de l’enterrement de Ignasi Iglésias, en novembre 1928 :

  • 17 PU, 12/10/1928.

« Il est impossible d’imaginer cet infini cortège. Dire un chiffre serait une chose bien aventureuse. Quand les foules atteignent ces proportions – des têtes et plus de têtes encore, par en bas, par en haut, on n’en voit jamais la fin –, il est impossible de compter : c’est tout un peuple, c’est le peuple, et le peuple est innombrable17. »

36Une telle métonymie qui prend une partie de la société (les participants) pour le tout (la société catalane) repose en définitive sur la croyance que la mémoire est une manifestation spontanée et naturelle dans le corps social. Soit la cérémonie est en accord avec les souvenirs du peuple, et alors son succès et sa légitimité sont assurés ; soit, elle est en désaccord et l’absence de la foule vient la sanctionner. La popularité serait donc la vérité de la commémoration en même temps que sa principale source de légitimité. Le nombre atteste finalement l’authenticité de la mémoire.

37En fin de compte, on est passé d’une société de mémoire élitaire où prédomine une personnalité « agglutinante », à une société de mémoire de masse où prédomine un noyau d’associations « agglutinantes ». La structure fondamentale de la société de mémoire, strictement organisée autour d’un noyau resserré, semble invariable. À l’âge des commémorations modernes, la société de mémoire tâche de conquérir une partie toujours plus importante de la société par l’usage de techniques de mobilisation de masse. Les promoteurs de mémoire parviennent ainsi à faire passer leurs souvenirs particuliers pour des souvenirs collectifs. D’un côté, ils déploient de nombreuses stratégies de mobilisation collective. La nécessité de la publicité exige un savoir faire, un talent d’organisation qui est à l’opposé de la spontanéité. De l’autre côté, la foi du nombre, vérité ultime de la commémoration, repose sur la croyance d’une mémoire populaire naturelle qu’il suffirait de canaliser, comme si le peuple était une entité réelle dotée de souvenirs et qu’il existait une mémoire collective sous-jacente aux efforts des promoteurs. Ainsi, dans une société de masse où le nombre valide toute action politique, les politiques de mémoire ont pour objectif impératif de convaincre bien au-delà des cercles nationalistes, tout en postulant l’existence d’une mémoire collective.

Notes

1 Six pétitions pour les années 60, trois pour la décennie 70, aucune pour la décennie 80 (les lacunes de l’archivage sont sans doute en cause), six pour la décennie 90. On atteint 9 pétitions entre 1907 et 1910, 21 pétitions entre 1911 et 1920, 39 pétitions entre 1921 et 1930.

2 En 1910, 89 pétitionnaires demandent la conservation du nom de Ferran VII pour la principale artère commerçante de Barcelone. En 1916, 64 habitants s’assemblent pour proposer le nom de Torrent de l’Olla ; en 1917, 151 signatures pour proposer le nom de Deu i Mata.

3 On passe de 65 signatures en 1922 à 32 habitants en 1923, 10 en 1925, 56 et 25 en 1926, 20 et 13 en 1927.

4 Cette force de mobilisation peut générer des conflits : c’est le cas en 1915 lorsqu’une association chorale, les Chœurs de Clavé, se heurte aux habitants de la rue Ancha qui refusent de débaptiser la rue. C’est encore le cas en 1922 lorsque le Centre aragonais doit vaincre la résistance des habitants de la rue où siège l’entité afin d’imposer le nom de Joaquín Costa. Il serait donc faux d’assimiler nécessairement l’expression de l’associationnisme à celui d’une voix populaire.

5 Parmi les plus gros souscripteurs, on compte Eusebi Güell (250 ptas), les industriels du textile Battló (250 ptas) et Lluís Ferrer-Vidal i Soler (250 ptas), le banquier Evarist Arnús (250 ptas). Loin derrière s’inscrivent les intellectuels renaissants comme Guimerà (50 ptas), Lluís Cutchet (10 ptas), Melcior de Palau (5 ptas), le journaliste Joaquim Riera i Beltran (5 ptas).

6 El Diluvio, 28/09/1901. Souligné dans le texte.

7 En 1910, la première liste de souscription du monument Balaguer réunit 1053 ptas réparties entre 43 personnes seulement, soit une moyenne de 24,5 ptas chacune. En 1917, le buste à Pepita Teixidor dont nous ignorons le coût total, est entièrement couvert par 122 souscripteurs.

8 DdBCN, 31/07/1881, p. 9608-9616.

9 13 d’entre elles contiennent 69 ouvriers, 79, 90, 89, 76, puis 39, 42, 21, 20 et même 5 ouvriers.

10 En décembre 1888, la Commisson implore la Députation et la municipalité de combler le déficit : « Malgré tous les efforts de cette commission pour combler le déficit qui nous reste, il manque encore la quantité de 7000 ptas. »

11 A Dip., Exp. 27, Ll 1940.

12 Rappelons que ces contributions personnelles représentent dans ce cas 52,3 % des sommes souscrites.

13 En 1924, on trouve des courriers de lecteurs pour s’indigner de l’absence du Football Club Barcelonais lors des souscriptions et actes en l’honneur de Guimerà.

14 Parmi elles on compte en particulier l’Orfeó de Sants, le CADCI, l’Ateneu autonomista du 7e district, Sang nova, l’Esbart català de dançaires, l’Ateneu obrer de Sant-Martí de Provençals, le Centre catalanista de Sabadell, l’Associació nacionalista catalana, Gent nova de Badalona, la Lliga regionalista, l’Unió catalanista, le Foment autonomista català, les écoles Mòssen Cinto Verdaguer, l’Ateneu obrer du 2e district, le Centre autonomista català de Sant-Gervasi, le groupe de El Poble Català.

15 CC, 17/09/1915.

16 LR, 12/09/1901.

17 PU, 12/10/1928.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540