Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Barcelone

 | 
Stéphane Michonneau

3e partie. La société commémorante

Chapitre 17. L’expertise de mémoire

Texte intégral

1Qui sont les acteurs de la mémoire ? Reconnaître le promoteur de mémoire est une tâche difficile parce que la mémoire n’est ni un métier, ni un hobby, ni même une fonction sociale reconnue qu’on peut afficher sur une carte de visite ou un curriculum vitae. La mémoire, bonne fille, semble appartenir à qui l’investit. Pourtant, la mémoire n’est pas l’affaire de tous. Proposer une commémoration, ériger une statue demande une compétence particulière, une parole autorisée. Les promoteurs de mémoire prétendent non seulement définir ce qui vaut, ou pas, d’être rappelé par leur société mais aussi monopoliser l’exercice de la mémoire par la commémoration publique. Tous ont un point commun : ils s’habilitent eux-mêmes et sont habilités par l’autorité politique à définir ce qui vaut d’être souvenu. On peut parler d’experts qu’on trouve dans les comités exécutifs, les commissions monumentales, les jurys de concours artistique, les pétitions et les souscriptions. En effet, les comités et commissions monumentaux comportent une dimension élitaire intrinsèque : ils réunissent les meilleurs des représentants possibles afin de rendre le projet performant. Un jury artistique s’efforce par exemple de réunir les meilleurs représentants possibles du monde de l’art. Mais par un effet de retour justifié, la participation à un comité monumental assure du prestige social qui conforte la position dominante du représentant dans son domaine propre. Le cercle est vertueux : il permet de structurer la société en champs d’activité autonomes et fortement hiérarchisés.

Le monde économique : pépinière d’experts en mémoire

2Le monde économique un acteur primordial de la promotion de la mémoire des défenseurs du projet industrialiste catalan (monuments à Güell, López, Aribau, Urquinaona entre autres). Le combat protectionniste a structuré de puissantes associations patronales. Dans les années 1860, ce tissu associatif défend, plus largement, un modèle de société conservatrice sous la tutelle de ses figures patriarcales dont Güell et López sont les symboles. C’est pourquoi le champ d’intervention des entités économiques dépasse-t-il la simple cause protectionniste pour toucher les monuments à Colomb, Milà i Fontanals, Batlle ou Guimerà. Au premier plan, on trouve les nombreuses associations de défense des intérêts économiques telles que le Fomento del trabajo nacional, la Cámara de comercio, le Casino mercantil ou encore la Sociedad económica Barcelonesa de los amigos del país (Sebap), mais aussi les associations de propriétaires telles que la Cámara mútua oficial de la propiedad (CMOP) et l’Instituto agrícola catalán de San Isidro (IACSI). Cette nébuleuse associative reflète fidèlement l’influence des conservateurs qui, perdant sur le terrain politique au début des années 1880, ont investi le domaine associatif.

  • 1 Borja de Riquer, 1990.

3Dans les comités monumentaux, on repère facilement les personnalités de ce monde associatif patronal : Joan Coll i Pujol, par exemple, est présent dans quatre comités (Colomb, López, Pitarra, Martyrs de l’Indépendance). Ce grand juriste est propriétaire de nombreuses parcelles à Barcelone, Badalone et la Barceloneta. Il est président de la Sebap et de l’Académie de jurisprudence et de législation. Protectionniste à tous crins, il constitue avec Manuel Duran i Bas le Cercle conservateur libéral dont il est le plus éminent représentant au conseil municipal : il est conseiller en 1879, 1883, 1887, 1890, 1895 et 1897, député aux Cortes pour Barcelone en 1896 et sénateur en 1899, 1901 et 1903. Il parvient à plusieurs reprises à la plus haute magistrature urbaine en 1884-1885, 1890-1891, 1897, 1900-1901 et 1909. Manuel Duran i Bas, lui, participe aux monuments à Aribau, Colomb et au projet de panthéon. Grâce aux travaux de Borja de Riquer, on connaît désormais bien cette haute figure du conservatisme barcelonais à travers sa lutte juridique autant que politique1. Défenseur acharné des valeurs traditionnelles et catholiques, il est le principal représentant d’un courant qui s’efforce de trouver à la Catalogne une place dans l’État libéral. Son activité associative comme président de l’Ateneu català, de l’Ateneu barcelonès, vice-président du Comité exécutif de l’Exposition universelle, président des Jeux Floraux de 1884 et des Estudis universitaris catalans en 1907, en fait l’un des pivots des initiatives commémoratives de la fin du xixe siècle.

  • 2 Juan José Lahuerta, 1993.

4Eusebi Güell remporte la palme des participations, avec les monuments à López (c’est-à-dire à son beau-père. – Il en a une reproduction en bronze dans le bureau de son palais –), Güell (son père, Joan), Urquinaona, Aribau, Jaume Ier, martyrs de l’Indépendance et Guimerà. Juan José Lahuerta a déjà attiré l’attention sur l’apolitisme trompeur qu’affiche Eusebi Güell2 : après de brèves incursions dans l’action politique au début de la Restauration, – il est conseiller de la ville en 1875 et député provincial de Gràcia en 1877 –, Güell se retire apparemment de toute activité politique directe. Mais cet apolitisme sert une éthique très aristocratique du service, où la seule présence du richissime industriel suffit à donner toute sa valeur à une entreprise de mémoire. L’assiduité de Güell dans les comités équilibre son absentéisme politique, comme si son prestige politique grandissait de manière inversement proportionnelle à son engagement réel dans la vie politique. Présider les Jeux Floraux, discourir à l’Académie des beaux-arts de Sant-Jordi, acheter une œuvre d’art ou commander un palais, patronner un monument : telles sont les différentes facettes d’une même manière de faire de la politique, sans avoir l’air d’y toucher.

5Au xixe siècle, les industriels jouissent d’un grand ascendant sur la politique de mémoire. Leur influence diminue au début du xxe siècle, soit parce qu’ils ont trouvé d’autres relais à leur action, notamment dans le parti de la Lliga fondé en 1901, soit parce que la professionnalisation de l’expertise en mémoire tend à exclure ceux dont les compétences ne répondent pas parfaitement à l’exercice. L’important est de souligner la qualité des experts : ceux qui s’engagent dans les commissions jouissent toujours d’une position prépondérante dans le domaine d’activité économique : Güell, Girona, López en sont la parfaite illustration. Le promoteur de mémoire déploie en quelque sorte une stratégie destinée à imposer puis à garantir son statut social. En retour, la commémoration se nourrit du nom de ses participants.

Expertise en art, expertise en mémoire

6Le monde de l’art est un autre exemple caractéristique de l’élitisme de la société de mémoire. Le représentant du monde de l’art se trouve soit dans les comités, soit dans les jurys artistiques qui sélectionnent les œuvres en lice lorsque le projet fait l’objet d’un concours public. On en connaît bien cinq (les monuments à Güell, Colomb, Prim, Rius i Taulet et Verdaguer).

7Ici, le monde de l’association ne pèse pas tant. À la fin du xixe siècle, la structuration du monde de l’art en Catalogne est double : d’une part, une organisation traditionnelle et académique où l’artiste est rétribué par des bourses ; d’autre part, une organisation récente autour d’expositions et de galeries. Depuis 1844, les organisations protectionnistes prennent le relais d’un monde académique en déclin en incluant les expositions artistiques dans de plus larges manifestations consacrées à l’industrie espagnole. À partir de 1846, une association des Amis des beaux-arts est créée dans les locaux de la puissante Sebap. Les expositions artistiques bisannuelles dépendent d’un comité d’artistes indépendants chapeauté par un délégué de la société. En 1851, l’Institut industriel fondé par Joan Güell accueille les Beaux-Arts dans ses expositions de produits industriels. En 1860, l’Exposition industrielle et artistique du Principat épaule la campagne protectionniste. Une troisième initiative provient d’une Asociación para el fomento de las exposiciones de bellas artes que le critique d’art Francesc Miquel i Badia fonde en 1866. Cette dernière entité est si puissante qu’elle parvient à édifier en 1868 un Palais d’exposition sur la Gran Via d’après le modèle des pavillons d’exposition universelle. Son promoteur est le grand banquier Manuel Girona, fondateur de la Banque de Barcelone. Il faudrait encore évoquer les expositions de l’Académie de Sant-Jordi, à partir de 1866, celles de l’Ateneu barcelonès, à partir de 1875, ou bien encore celles de l’Asociación artística-arqueológica de Barcelona à partir de 1877.

8À la différence du monde de l’art espagnol fondamentalement structuré par les académies de beaux-arts – celle de San Fernando en tout premier lieu – et les Expositions nationales que l’État réunit depuis 1856, les artistes barcelonais sont habitués à vivre autant de commandes publiques que d’achats de particuliers. D’un côté, bon nombre des œuvres couronnées par les concours alimentent un fonds municipal propre qui servira de base au futur musée des Beaux-arts. Mais de l’autre, les expositions dont le critère dominant est l’intégration de l’art à l’industrie selon la conception libéralprovincialiste, servent également à l’éducation artistique de la bourgeoisie catalane et stimule sa politique d’achat somptuaire. Si bien qu’à côté du marché public se constitue un solide marché privé : l’ouverture de la première galerie d’art en Espagne, la Sala Parès, en 1877, en est la preuve. Ce fourmillement est le signe de l’affirmation d’un marché de l’art autonome.

9Dès lors, il n’est pas étonnant que dans les comités monumentaux, les critiques d’art l’emportent largement sur les académiciens. Miquel i Badia, est présent dans les comités pour les monuments aux guerres d’Afrique, à Güell, à Rius i Taulet, et participe activement au projet de panthéon. Critique d’art au Diario de Barcelona depuis 1866, il est l’âme des expositions artistiques des années de la Restauration. Romantique et conservateur déclaré, il est très proche des idées de son rédacteur en chef, Joan Mañé i Flaquer. Il est le défenseur le plus acharné de l’intégration de l’art à la cause libéral-provincialiste. La vieille garde conservatrice est également représentée par Bonaventura Bassegoda, critique d’art à La Renaixença et au Diario de Barcelona (monument à Jaume Ier et à Verdaguer) et Joaquim Cabot i Rovira. Les critiques d’art qui jouent un rôle si important dans la définition du marché privé de l’art et du goût artistique bourgeois, peuplent le monde de la commémoration.

10Ici encore, l’expertise de mémoire est fortement valorisante et contribue à renforcer la domination de certaines personnalités sur l’ensemble de leur corps d’origine : ainsi, si les critiques d’art dominent les académiciens et les artistes, les architectes ont évincé à leur tour les ingénieurs du monde de l’expertise. En retour, la structuration des domaines d’activités sous forme d’associations, d’expositions ou d’écoles permet l’élection des meilleurs pour déterminer la mémoire légitime. En bref, la commémoration participe à la constitution même de la société en champs d’activité structurés. L’autonomie des domaines d’activité en ressort renforcée par une sorte de division sociale du travail d’expertise. Le monde des Beaux-Arts, par exemple, a généré un champ relativement fermé où le jugement esthétique est monopolisé par quelques critiques d’art. La puissance du critique repose sur sa parole : il dicte qui vaut la peine d’être vu, exposé, acheté par un commanditaire public. La constitution d’un monopole esthétique à la fin du xixe siècle a une double conséquence : d’une part, l’expert est systématiquement consulté en tant que tenant de la vérité artistique. D’autre part, les autres corps intéressés à l’édification du monument (associations, municipalité, etc.) intériorisent progressivement leur illégitimité à se prononcer sur ces questions esthétiques. Les domaines de compétence sont donc strictement délimités.

11Comme on le voit, n’est pas faiseur de mémoire qui veut. Une position socialement dominante est globalement nécessaire, même si elle ne suffit pas à garantir l’élection : d’une part, l’expert est doté d’une reconnaissance intellectuelle doublée d’une compétence humaine (sa formation religieuse, son âge, son engagement politique, etc.) qui en fait un « spécialiste » de la mémoire. Ces caractéristiques lui permettent d’occuper la place et d’adopter la posture de celui qui édicte la mémoire du groupe tout entier. D’autre part, la possession de ces ressources se complète d’un travail d’auto-légitimation.

La crise de l’expertise

12La décennie moderniste, après 1890, remet en cause l’expertise de mémoire. La structure des comités monumentaux s’en ressent logiquement. Comme l’a dit Joan-Lluís Marfany, les modernistes forment au départ un petit noyau cohérent et marginal qui fait front à la culture dominante. L’art y est conçu comme une passion, une rébellion. Mais leur contestation n’implique de leur part aucune stratégie de substitution des cadres périmés ; c’est pourquoi on ne voit pas d’artistes modernistes pénétrer le cercle étroit des experts en mémoire, exceptées les apparitions fugaces de Santiago Rusiñol dans le comité Rius i Taulet en 1896, de Ramon Casellas, critique d’art à l’Avenç puis à La Vanguardia et enfin à la Veu de Catalunya pour le monument à Jaume Ier et enfin de Miquel Utrillo pour le monument à Pi i Margall. En revanche, les modernistes ont souci d’instituer une sorte de parlement des artistes souverain et critique qui s’exprimerait par voie de presse à l’encontre des choix de leurs aînés. Ainsi, la tradition des tribunes libres offre à l’aréopage moderniste le moyen de peser sur la politique de mémoire sans y participer directement.

13Dans le nouveau monde littéraire en gestation, l’expertise est moins valorisante. Les chefs de file de l’avant-garde la boudent. Angel Guimerà est le symbole de cette génération. Il participe à cinq comités entre 1883 et 1908, à l’époque de son apogée littéraire. À partir de 1879 où il écrit Gal. la Placídia, le dramaturge accumule les succès retentissants. Son immense popularité vient lorsqu’il adapte à la scène des épisodes de la vie contemporaine marqués par une forte sensibilité envers les problèmes sociaux de son temps (Pólvora en 1893 raconte une grève). Maria rosa (1894), La festa del Blat (1896) et surtout terra Baixa (1897) assurent au dramaturge une renommée qui en fait le meilleur candidat au prix Nobel de littérature de 1914. Ce qui motive sa présence dans les comités, c’est son charisme, sa faculté à mobiliser les foules commémorantes bien au-delà des cercles littéraires qui l’ont vu naître.

14Dans ces années, l’activité catalaniste de Guimerà est infatigable : directeur de La Renaixença depuis 1874, il déploie une énergie hors du commun à travers d’innombrables discours, de la présidence de Jeux Floraux dans tout le pays (son discours d’inauguration de 1889 est resté célèbre), d’actes académiques en tous genres, etc. L’immense popularité dont il jouit le convertit bientôt en patriarche des lettres catalanes, la caution obligatoire du catalanisme. Ainsi, la figure de Guimerà ne relève plus de la simple logique de l’expertise mais de celle de la diffusion de masse. En Guimerà, la foule est invitée à reconnaître un symbole vivant : c’est le sens qu’il faut donner à l’hommage extraordinaire de 1909 au cours duquel des milliers de Barcelonais viennent saluer le vieil écrivain, place de Catalogne. Le profil de l’expert en mémoire semble donc évoluer : il est moins le spécialiste d’autrefois que le point de cristallisation d’aspirations qui dépassent très largement son domaine d’activité.

15Parallèlement, de nouvelles institutions composent le paysage culturel : pour ce qui touche au monde de l’art, l’Exposition universelle favorise l’éclosion de nombreux musées dont Barcelone était dépourvue. Dans le Parc, un palais des Beaux-arts accueille la première rétrospective archéologique et artistique catalane jamais effectuée. En 1890, la municipalité crée une Commission de conservation des édifices publics et de construction de musées : outre qu’il se voue explicitement à la sauvegarde du patrimoine, cet organisme fonde un musée municipal des Beaux-arts et organise chaque année une exposition internationale des Beaux-arts et des Industries artistiques afin de nourrir les collections. De 1891 à 1911, ces événements barcelonais marquent profondément le paysage artistique catalan. Le directeur de ces Expositions municipales, également secrétaire de la Junta autónoma de museos et rédacteur en chef du quotidien régionaliste La Renaixença, est Carles Pirozzini. Il est l’un des experts les plus nommés dans les commissions monumentales : monument à Colomb dont il est le secrétaire et le président du jury artistique, buste d’Aribau, projet de panthéon, monuments à Claris, Rius i Taulet et la plupart des bustes du parc de la Citadelle. Avec Pirozzini, l’expertise de mémoire se professionnalise.

16Dans le domaine littéraire, l’équivalent du directeur de musée est l’historien, un professionnel des questions relatives au passé. Il faut distinguer de ce point de vue la présence de Víctor Balaguer ou même d’Antoni de Bofarull dans les commissions des années 1860-1880 de celle d’Antoni Rovira i Virgili ou de Francesc Carreras Candi au xxe siècle. Les premiers sont appelés à remplir un rôle de pure représentation conforme au modèle traditionnel de l’expertise. Leurs participations à des comités commémoratifs correspondent à la position honorifique qu’ils occupent en fin de carrière : Balaguer pour le monument Rius iTaulet (1896) ; Bofarull, dans les comités Aribau (1882) et Claris (1889). Les seconds sont des historiens professionnels en exercice : c’est cette compétence qui motive leur présence et non pas une position dominante ou leur réputation dans le monde de la culture.

17Francesc Carreras Candi est, quant à lui, une bonne illustration de la professionnalisation de l’expertise : historien de la municipalité, il est très lié aux cercles excursionnistes. Il est conseiller conservateur de la ville en 1891-1893, puis à nouveau en 1910-1913. En tant que chargé des publications historiques de la municipalité, il dirige l’édition critique du Manual de Novells Ardits (en 16 volumes) et des Chroniques de Bruniquer. Entré à l’Académie des belles-lettres en 1898, il en anime le Bulletin (1901) et organise le premier congrès d’histoire de la couronne d’Aragon en 1908, événement majeur de l’histoire intellectuelle qui débouche, rappelons-le, sur le monument à Jaume Ier. Les Estudis Universitaris Catalans l’accueillent comme premier titulaire de la chaire d’histoire de Catalogne entre 1903 et 1905. Spécialiste de l’histoire urbaine de Barcelone, sa proximité à l’administration municipale lui donne un rôle dans de nombreuses commissions monumentales ; c’est aussi à lui qu’on confie la tâche d’harmoniser la nomenclature urbaine à partir de 1897. C’est encore lui qui définit les critères de la dénomination de rues en 1905.

18Antoni Rovira i Virgili et Ferran Soldevila ne sont pas des experts de mémoire si influents. Le premier, célèbre journaliste (il fonde El Poble Català en 1904 et collabore activement à La Publicidad à partir de 1916), homme politique catalaniste, démocrate et fédéraliste (il fonde également Acció Catalana en 1922) a pour ambition la rédaction d’une Histoire nationale de la Catalogne, parue partiellement entre 1922 et 1934 et malheureusement inachevée. Sa pensée critique et rationnelle en fait un excellent historien mais l’exercice de cette vocation souffre de ne pas s’appuyer sur une quelconque institution, chaire à l’université, direction d’archives ou administrateur. Le second, secrétaire de l’Institut d’estudis catalans à partir de 1914, se plonge dans les Arxius d’Aragó afin de rédiger plusieurs ouvrages monographiques fondamentaux pour l’histoire médiévale. Son érudition positiviste alliée à une identification sentimentale pour l’épopée nationale catalane le prédisposerait sans doute à la profession d’expert de mémoire. Mais au fond, la conviction d’une incompatibilité de nature entre histoire et mémoire les retient. En s’affirmant comme discipline scientifique autonome, l’histoire tente de se libérer de l’emprise de la mémoire.

La municipalité, un parlement de mémoire

19Au fondement du pouvoir de l’expert, on trouve la sanction d’un avis qui le rend légitime. L’instance municipale fonctionne, en dernier ressort, comme un parlement de mémoire où siégeraient des experts autorisés. L’engagement de la municipalité dans l’élaboration des mémoires est très inégal. La composition de 51 comités monumentaux entre 1875 et 1930 montre la part occupée par les délégués et les fonctionnaires de la mairie. L’implication absolue de la municipalité est rare : on la constate en 1875 pour le monument aux guerres d’Afrique (par moitié avec des délégués de la Députation), pour le monument à Prim, pour les premières commissions du monument à Pi i Margall jusqu’en 1907. Mais la plupart du temps, la municipalité s’associe à un comité constitué en dehors d’elle : trois délégués envoyés dans la Commission du monument à Colomb en janvier 1875, cinq pour le comité aux martyrs de l’Indépendance en décembre 1881. En général, la nomination de représentants municipaux transforme le simple comité de citoyens en une Commission exécutive para-officielle dont la force d’impact est plus grande. En fait, dès lors qu’elle accepte le bien-fondé de l’hommage, la municipalité intervient presque toujours dans la composition des comités : le maire occupe le poste de président honorifique, le conseil municipal élit ses représentants et même, cas plus rare, détermine la part des différents secteurs de la société invités à participer. Pour le monument à Pitarra par exemple : trois conseillers municipaux, deux amis de la famille, deux journalistes, un représentant du Théâtre Romea, trois auteurs dramatiques de la Société des auteurs. Bien souvent, la tutelle municipale n’est que de pure forme : pour le monument Rodó en 1917, les conseillers municipaux intègrent le comité quelques jours avant l’inauguration. Cependant, même réduit à sa plus simple expression, il y a toujours sanction municipale.

20Cette présence municipale en pointillé n’empêche pas de se développer une véritable administration de la mémoire qui renforce la professionnalisation de cette activité. La bureaucratie chargée de la gestion de la mémoire tend à exercer un monopole de fait. Ce qui frappe au xixe siècle, c’est l’instabilité et la multiplicité des commissions chargées de ces questions, y compris les commissions spéciales. Les attributions des commissions sont floues, les administrations de tutelle changeantes, les catégories budgétaires fluctuantes. Progressivement, des éléments de rationalisation se mettent en place et aboutissent à la constitution d’un corps de fonctionnaires spécialisés dans une tâche de mieux en mieux circonscrite. Trois directions présidents à cette évolution : la détermination d’un domaine de compétence, la fixation de règlements et de normes qui régulent la politique de mémoire et enfin, l’apparition d’une organisation institutionnelle qui prend en charge la gestion de la mémoire.

  • 3 Par exemple, AA, CMP 17/1/1865.
  • 4 C’est le cas par exemple de l’avenue République-argentine. L’administration vérifie si elle n’empi (...)
  • 5 AA, CMP 27/04/1860 : le projet de monument aux guerres d’Afrique est transmis à l’Académie des bea (...)

21Premièrement, le domaine de la compétence municipale se définit à tâtons, au gré des conflits. Elle est de prime abord territoriale : pour dénommer une rue, l’administration n’intervient que sur les voies publiques de la commune. Il faut résister à la pression des propriétaires qui, en offrant à la commune le droit de dénommer un passage privé, entendent monnayer une viabilisation gratuite de la voie particulière3. À l’inverse, il faut batailler contre ces propriétaires qui, ayant cédé des terrains pour qu’une voie publique soit percée, entendent donner le nom comme bon leur semble. Il faut enfin définir les limites de l’intervention communale pour ne pas entrer en conflits avec d’autres autorités provinciales, la Députation en particulier4. De plus, la municipalité acquiert une compétence technique. L’architecte municipal en chef, – Pere Falqués occupe le poste dans les années 1890 –, juge des conditions de réalisation des projets monumentaux sous l’angle urbanistique. Il émet ses opinions à la demande des commissions spécialisées, élabore des budgets et des calendriers de travaux en vue d’une amélioration ou d’un embellissement de la voie publique en fonction du monument. À l’inverse, l’administration municipale s’interdit d’entrer dans des questions d’ordre artistique : elle en confie la responsabilité à l’Académie des beaux-arts dès 18755. De même, le recours au système des concours artistiques dotés d’un jury apparaît pour la première fois en 1869 (monument aux Cortes). Il se multiplie par la suite, d’abord sous contrôle de la municipalité (monuments à Colomb et à Prim, en 1882) puis en totale indépendance (monuments à Rius i Taulet [1897], à Pi i Margall [1907] ou à Verdaguer [1912]). L’ingérence des autorités politiques se limite, au mieux, mais pas toujours, à la présidence du maire.

  • 6 AA, CMP, 20/08/1861.
  • 7 Ces ordres peuvent être complétés de décrets particuliers concernant telle ou telle commémoration (...)
  • 8 En 1911, la municipalité refuse pour ce motif le nom de Sanllehy, maire de Barcelone de septembre (...)

22Deuxièmement, la municipalité définit les règles qui s’appliquent. Certes, l’État a son mot à dire, même si les monuments n’ont jamais fait l’objet d’une législation particulière, les décisions s’y rapportant étant soumises au régime général des municipalités. Dans le cas des noms de rues également, l’État n’intervient pratiquement pas : l’Ordre royal du 24 février 1860 confie aux municipalités le soin de baptiser les rues, confirmé par celui du 8 mars 1904. Le 30 juillet 1860, l’État oblige la municipalité à confectionner un registre des nomenclatures de rues et de numération des édifices6. Enfin, l’Ordre du 10 février 1905 limite les changements de noms au strict nécessaire et impose un délai de dix ans après le décès d’un personnage pour imposer son nom à la voie publique7. Comme on le sait, l’interprétation des normes est plus importante que leur promulgation. Si la règle de la non-répétition est appliquée, c’est pour des raisons pratiques évidentes : l’acheminement du courrier pour l’administration des postes ; la confection des listes électorales pour l’administration centrale. Par contre, la règle des dix ans après décès est appliquée au cas par cas8. Au total, la détermination d’un champ d’action structuré par des normes contribue à définir la mémoire comme objet administratif à part entière. Il faut à présent comprendre sur quelles pratiques administratives repose cette gestion.

La bureaucratisation de la mémoire

23La bureaucratisation de la mémoire conduit à l’effacement relatif de l’expert de mémoire au profit d’un nouveau professionnel. Au xixe siècle, l’initiative appartient en priorité encore aux conseillers municipaux. Mais rapidement, de nombreuses commissions municipales confisquent cette prérogative et s’octroient une autorité considérable.

  • 9 Les commissions acquièrent une importance croissante, une capacité de manœuvre toujours plus grand (...)
  • 10 Si ses auteurs demandent la procédure d’urgence, la proposition échappe au contrôle des commission (...)

24En principe, les 50 conseillers municipaux composent une assemblée délibérante souveraine. Les accords sont immédiatement exécutifs. La périodicité des séances est hebdomadaire ; un nombre minimal de présents est requis pour les votes. Le travail du conseil municipal (ou conseil permanent) est préparé par des commissions qui s’interposent entre la population et ses magistrats. Si dans les années 1860 il est fréquent de traiter d’une initiative commémorative au conseil permanent, au fur et à mesure que se développe l’administration de la commune, les commissions tranchent seules : les dictámenes qu’elles soumettent alors au conseil permanent sont le plus souvent enregistrés sans débats9. Certes, les conseillers peuvent toujours faire usage de leur droit d’initiative : c’est une proposition s’ils sont au moins trois, une motion s’ils sont moins10. Cependant, si l’on examine les décisions concernant les altérations de noms de rues entre 1910 et 1930, il ressort que les dictámenes issus de commissions l’emportent très largement sur ceux issus de motions ou de propositions. Autrement dit, au sein de l’administration municipale, les conseillers perdent leur pouvoir au profit des commissions spécialisées.

  • 11 Par exemple, AA, CMP 21/11/1881 : c’est la commission de Gobernación qui propose d’acheter une rep (...)
  • 12 En mars 1898, un conseiller inquiet de l’avancement des travaux concernant la répétition des noms (...)

25La commission municipale s’impose donc comme le cœur de la politique de mémoire. Mais pour les questions relatives à la mémoire, les domaines de compétence sont extrêmement flous. Par exemple, le choix des noms de rue dépend depuis 1864 de la commission d’Ensanche composée de représentants de la municipalité (le maire et deux conseillers), de représentants techniques (un médecin, un avocat, un architecte) et de représentants civils (deux propriétaires de l’Eixample). Mais l’application concrète des choix (confection d’une plaque de rue, pose, entretien, etc.) dépend de la commission des travaux publics. Cette division des tâches, confirmée en novembre 1871, se complique d’une répartition géographique entre la commission d’Ensanche et la commission de Interior, compétente uniquement dans la vieille ville. Cette extrême complexité donne naissance à de nombreux conflits11 et il n’est pas rare que des conseillers s’y perdent eux-mêmes12 ! Un moyen de contourner le dédale administratif est de créer une commission spéciale : c’est la raison d’être des Commissions exécutives des monuments ou des Ponencias de rotulación. Pour ce qui est des noms de rue, la première sous-commission connue date de 1891 et la seconde de 1897. Mais ces Ponencias sont soumises au rythme bisannuel du renouvellement de la moitié du consistoire, ce qui les rend particulièrement volatiles. Dès 1899, la Ponencia de rotulación a disparu ! D’autres Ponencias voient le jour en 1901, 1917 et 1926. Elles échappent progressivement à la tutelle de la commission d’Ensanche et se voient adjoindre un service technique propre. Pendant la dictature, le directeur de la Ponencia de rotulación, Ignacio Ros i Puig, est l’archétype du bureaucrate de la mémoire : le temps des experts de mémoire est passé.

  • 13 Lorsque la commission exécutive au monument Rius i Taulet avoue en 1901 un déficit de 25 000 ptas, (...)

26Quant aux monuments, leur gestion échappe à l’entendement. En tant qu’édifices publics, elle revient aux commissions permanentes de Fomento (parcs, jardins, ornementation, édifices municipaux, etc.) et d’Ensanche (pour le territoire imparti). La commission de Cultura intervient parfois : elle se charge des expositions d’art, des académies et des musées. La répartition des tâches est obscurcie par la multiplication des commissions spéciales qui s’occupent temporairement d’une question déterminée : la commission de la citadelle par exemple, a pleine juridiction sur le Parc et c’est elle qui décide de l’affectation de l’ex-église que le maire veut voir transformée en panthéon. Enfin, la municipalité a pu créer des commissions spéciales monumentales pour les monuments à Colomb, à Pi i Margall et aux Volontaires Catalans. Ces commissions prestigieuses sont étroitement soumises aux aléas politiques et ce type de solution se révèle généralement inopérant. De plus, ces commissions ont une tendance fâcheuse à s’indépendantiser en prenant des décisions financières dont la municipalité est solidaire, à sa grande colère13 ! La délimitation imparfaite des champs de compétence est la cause de l’inefficacité municipale.

27En somme, on constate une bureaucratisation de la politique de mémoire quand l’appareil administratif municipal se complexifie. Lorsque le champ des mémoires se fonctionnarise, le bureaucrate tend à remplacer l’expert. L’administration municipale devient un acteur à part entière dans les politiques de mémoire. Ce rôle qu’elle s’est octroyé, elle le défend jalousement contre d’autres institutions susceptibles de le lui disputer.

La compétition des instances productrices de mémoire

28La municipalisation de la mémoire barcelonaise conduit à exclure d’autres promoteurs de mémoire. Contrairement à ce qu’on pouvait attendre, le pouvoir de désignation de ce qui est digne du souvenir n’est pas une pomme de discorde entre l’Église et la municipalité. Usant et abusant du vocabulaire religieux, les promoteurs de mémoire n’ont jamais le sentiment de profaner Dieu. Pour l’Église, les défilés et les cérémonies commémoratives ne font l’objet d’aucune interdiction ni d’aucune réserve, contrairement au carnaval ou aux courses de taureaux par exemple. Tout se passe comme si la commémoration n’appartenait pas à la sphère de l’Église tout en ayant fort à faire avec le religieux. Dans les comités, l’Église est pratiquement absente : deux prêtres sur 51 commissions. Au cours des cérémonies, il n’y a aucune liturgie proprement religieuse au pied d’un monument ou d’une plaque de rue entre 1860 et 1923, ni même une simple bénédiction. Les clercs présents lors des cérémonies sont là en officiels, non pas en officiants : ils représentent une institution sociale, pas une instance de production de symbole. Les seules exceptions que souffrent cette règle concerne le IVe Centenaire de Colomb et le culte aux héros de la guerre d’Indépendance en 1911. Le premier est un culte d’État. Le second fait long feu. La dictature a mêlé plus étroitement l’Église à la gestion de la mémoire comme en témoigne le Día de la Raza au pied du monument Colomb mais il faudra attendre le franquisme pour que se confondent deux champs de productions symboliques relativement étrangers l’un à l’autre.

29On constate une séparation identique des champs symboliques avec l’État. La municipalité constitutionnelle définie à Cadix en 1812 se situe à mi-chemin entre un modèle centraliste qui considère la municipalité comme un rouage administratif inférieur dans la chaîne des pouvoirs de l’État, et une conception municipaliste qui insiste sur la fonction représentative de la population. Inspirée du modèle français, la structure administrative évolue au xixe siècle vers la centralisation au détriment du modèle municipaliste défendu notamment par Barcelone au nom de l’héritage médiéval du Conseil des Cent. L’Alcalde constitutionnel, à la fois président effectif du conseil municipal et premier des conseillers par le rang, et délégué local de l’État, illustre cette ambiguïté.

30En théorie donc, le gouverneur civil est le supérieur immédiat de l’Alcalde. En Catalogne, la fonction du gouvernorat civil se confond avec celle du gouvernorat militaire, au nom d’une conception militariste de l’administration de cette province réputée rebelle. Il a un droit de contrôle absolu et a posteriori sur les décisions municipales : depuis 1845, seule sa signature rend exécutoire un dictamen voté en conseil municipal ; il intervient dans le processus d’élection des conseillers ; il est l’ultime recours en cas de contestation d’une décision municipale ; il peut suspendre ou destituer les conseils municipaux ; il a le monopole de la force publique. En pratique cependant, la présidentialisation de l’alcalde en tant que chef de l’administration s’accentue : il nomme des délégués à la présidence des commissions, les Tenientes de Alcalde ; il contrôle le processus électoral au niveau du district ; il obtient le droit de veto sur les accords municipaux ; il élabore le budget ; il dirige les établissements publics ; il représente la municipalité au cours des cérémonies officielles, etc.

  • 14 Nous n’avons pas trace de conflits, sauf lorsque le gouverneur s’oppose au retrait de la statue dé (...)

31Dans ces conditions, la ligne de clivage qui sépare le tenant du centralisme des défenseurs du municipalisme passe entre l’Alcalde et les conseillers, et non pas entre le gouverneur et la municipalité unie. C’est pourquoi sous la Restauration, l’ambiguïté de la structure du pouvoir municipal conduit à un affrontement violent entre l’Alcalde et un corps municipal politiquement affranchi, notamment en 1908. Cette configuration des pouvoirs locaux explique également la rareté des interventions de l’État central ou du gouverneur civil dans la définition de la politique de mémoire14. Jusque très tard, l’État semble relativement indifférent à ces questions.

32De fait, la dernière instance susceptible de rivaliser avec la municipalité dans la définition de la politique de mémoire serait la Députation provinciale. Mais sa participation se limite à quelques contributions financières distribuées au hasard des pétitions. Elle n’a conduit qu’un seul projet monumental : celui de Verdaguer. Décidément à Barcelone, il n’y a de politique de mémoire que municipale.

  • 15 Jordi Casassas i Ymbert, 1986.
  • 16 Jacques revel, 1995, p. 63-84.

33L’ensemble des experts de mémoire forme une authentique société de mémoire extrêmement volatile. Le groupe est instable, en constante recomposition et il tarde à s’institutionnaliser : il n’existera jamais une quelconque académie de mémoire. Au xixe siècle, la mémoire est principalement une activité sociale qui échappe à l’analyse juridique et institutionnelle15. La mémoire se contente de rassembler autour de pratiques communes de mobilisation du passé un ensemble aux contours mouvants. En portant uniquement son attention sur les groupes sociaux institutionnalisés, l’historiographie moderne s’empêche bien souvent de penser ce système d’interrelations dynamique et changeant qui définit le noyau commémorant16. Tout se passe comme si la mémoire était une activité sociale d’un genre particulier, requérant pour chaque objectif concret une configuration sociale unique mais adéquate à l’objectif qu’elle poursuit ponctuellement. Plutôt que de chercher à figer ce qui ne l’est pas, l’analyse doit dès lors tenter de repérer les mécanismes sociaux qui président à la détermination de la meilleure combinaison sociale possible pour atteindre le but poursuivi : le principe élitaire en est un.

34Mais l’expert en mémoire change au début du xxe siècle. La fonction élitaire de la commission exécutive s’enraye. Désormais, le comité est peuplé de symboles vivants de la communauté qui valent pour leur capacité de rassemblement, comme Guimerà, et de techniciens de la mémoire issus d’institutions culturelles importantes (musées, université, municipalités, bibliothèques, etc.). Au fur et à mesure que s’accentue la professionnalisation, certains intellectuels remettent en cause leur aptitude à servir la mémoire. Parallèlement, la mémoire s’installe au cœur du système administratif de la municipalité. Le souvenir se gère, s’administre et finit par susciter la création des institutions nécessaires à son entretien. La municipalité est alors juge et partie : d’une part, elle tranche les conflits de mémoire à l’œuvre dans la société commémorante ; de l’autre, elle pèse de tout le poids de son appareil administratif dans la balance des décisions.

35Acteur de mémoire à part entière, l’administration municipale s’intéresse à la mémoire quand d’autres instances du pouvoir n’en saisissent pas encore la portée : l’État central est singulièrement absent de ce processus. En considérant la municipalisation de la mémoire, on peut considérer que cette instance tend à exercer un monopole de mémoire, c’est-à-dire de la production symbolique. Finalement, nos conclusions tendent à renforcer et à nuancer tout à la fois l’hypothèse formulée au début des années 1990 d’une faible nationalisation de l’Espagne à cause d’un État inopérant. Certes, l’État ne semble guère engagé dans la politique de mémoire mais la cité, oui : c’est qu’en Espagne à la différence de la France qui est à tort considérée comme un modèle de nationalisation, les identités collectives n’ont pas pour moteur principal l’État mais d’autres instances comme l’association, la municipalité ou même l’Église.

Notes

1 Borja de Riquer, 1990.

2 Juan José Lahuerta, 1993.

3 Par exemple, AA, CMP 17/1/1865.

4 C’est le cas par exemple de l’avenue République-argentine. L’administration vérifie si elle n’empiète pas sur le domaine réservé de la Députation.

5 AA, CMP 27/04/1860 : le projet de monument aux guerres d’Afrique est transmis à l’Académie des beaux-arts pour avis sur sa forme et son emplacement. De même, pour la place Royale en 1876, un conseiller se scandalise de ce que la fontaine choisie pour remplacer la statue équestre à Ferdinand le Catholique n’ait fait l’objet d’aucune consultation de l’Académie des beaux-arts. La Commission permanente refuse cette éventualité sous prétexte qu’il ne s’agit pas d’une œuvre monumentale ou artistique.

6 AA, CMP, 20/08/1861.

7 Ces ordres peuvent être complétés de décrets particuliers concernant telle ou telle commémoration nationale, par exemple ceux du 28 février 1888 et du 9 janvier 1889 relatifs au quatrième centenaire de Colomb.

8 En 1911, la municipalité refuse pour ce motif le nom de Sanllehy, maire de Barcelone de septembre 1906 à janvier 1908. Mais en octobre 1915, elle ne s’oppose pas à l’apposition du nom de Ramon Battle pourtant décédé en novembre 1906 : il faut dire que la pétition est signée par le Fomento del trabajo nacional, la Cámara industrial et le Fomento industrial. De même, après quelque résistance, la commission accepte finalement celle du nom de Fabra i Puig en novembre 1918, quelques mois après la disparition de l’industriel.

9 Les commissions acquièrent une importance croissante, une capacité de manœuvre toujours plus grande. En particulier, elles ont la faculté de retirer un dictamen au cours du débat et de le représenter autant de fois qu’elles le souhaitent. Mais sur simple demande, un conseiller peut exiger la suspension d’un débat sans se justifier : on dit que le dictamen reste « sur table ». Au bout de trois renvois, le conseiller doit expliquer ses raisons et ne peut plus retarder le vote. Au cours du débat, le dictamen peut faire l’objet d’amendements de la part d’un ou plusieurs conseillers. La commission émet un avis consultatif immédiat. On passe ensuite à un vote nominal à un tour et à la majorité.

10 Si ses auteurs demandent la procédure d’urgence, la proposition échappe au contrôle des commissions. En cas de votes favorables (l’un pour voter le principe de l’urgence, l’autre pour voter la proposition), la mesure est immédiatement exécutive. Si la proposition est simple ou si l’urgence est refusée, elle est renvoyée en commission qui s’engage à opiner sur le sujet dans un délai raisonnable. En effet, le renvoi en commission équivaut le plus souvent à rejeter la proposition.

11 Par exemple, AA, CMP 21/11/1881 : c’est la commission de Gobernación qui propose d’acheter une reproduction de la statue équestre de Jaume Ier que le sculpteur Vallmitjana a confectioné pour Valence. La commission de Fomento, d’accord sur le principe, lui conteste ce droit d’initiative qui lui est habituellement réservé.

12 En mars 1898, un conseiller inquiet de l’avancement des travaux concernant la répétition des noms de rues se voit répondre que la commission de Fomento s’en charge. En décembre de la même année, le même conseiller est surpris d’apprendre que l’affaire relève désormais de la commission d’ensanche !

13 Lorsque la commission exécutive au monument Rius i Taulet avoue en 1901 un déficit de 25 000 ptas, la question se pose au Conseil permanent de savoir si elle doit être considérée comme un organe de la municipalité ; si oui, la municipalité est solidaire de ses dettes. À d’autres occasions, la commission exécutive est vue comme une institution indépendante dont la municipalité n’est pas financièrement responsable. Dans le cas du monument à Pi i Margall, l’argument (fallacieux) de l’indépendance institutionnelle de la commission a servi à protéger le monument : en effet, les Ordenanzas Municipales interdisent à la municipalité de revenir sur un accord qui engage une entité extérieure à elle. Clause qui interdisait donc la municipalité d’annuler purement et simplement l’édification du monument sous la dictature.

14 Nous n’avons pas trace de conflits, sauf lorsque le gouverneur s’oppose au retrait de la statue dédiée à Ferdinand le Catholique sur la place Royale en 1866.

15 Jordi Casassas i Ymbert, 1986.

16 Jacques revel, 1995, p. 63-84.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540