Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Barcelone

 | 
Stéphane Michonneau

2e partie. Les lieux de la commémoration (II) : la mémoire catalaniste

Chapitre 12. Mémoire et noucentisme

Testo integrale

1L’architecture des mémoires nationalistes repose sur le binôme deux fois répété de l’homme politique et de l’homme de littérature : Dr Robert et Verdaguer pour la version conservatrice, Pi i Margall et Guimerà pour la progressiste. En Catalogne, à partir de 1835 environ, la Renaixença a assigné à la littérature une valeur organisatrice et une fonction disciplinaire de la société. Elle a figé des canons littéraires en pivots d’une culture dominante : la poésie, le théâtre dramatique, le roman historique. Mais ce n’est qu’au début du xxe siècle que la culture catalane standardisée rencontre le programme politique nationaliste et donne naissance au noucentisme. L’entreprise conduit, à partir de 1912, à une floraison de monuments d’hommes de théâtre et de bustes d’hommes de lettres, tous issus de la Renaixença. Les catalanistes réinventent donc la Renaixença comme la première étape d’un réveil national, alors même qu’elle avait un contenu libéral-provincialiste. Mais l’expérience noucentiste ne survit pas à la crise politique de 1917.

Pitarra, entre culture populaire et haute culture

  • 1 Frederic Soler (Barcelone, 1839-1895), plus connu sous le pseudonyme de Serafí Pitarra, est le fon (...)
  • 2 VC, 24-12-1906, « El Monument den Pitarra », et PU, 26-12-1906, « La glorificación del poeta ».
  • 3 Il n’est d’ailleurs pas innocent que la municipalité et la députation aient accordé largement leur (...)

2C’est le 27 février 1896 que voit le jour une proposition pour ériger un monument à Pitarra [ill. 20], pseudonyme de Frederic Soler, auteur prolixe de théâtre des années 18701. La première pierre en est posée le 28 septembre 1897 mais l’inauguration tarde jusqu’au 26 décembre 1906. Pitarra, c’est le Clavé du théâtre populaire. La presse dit que « Serafí Pitarra était l’incarnation du peuple, du peuple barcelonais2 », qu’il fut « animé d’idéaux modestes » et que son œuvre avait « l’esprit franchement catalan3 ». Parce que Pitarra avait choisi d’utiliser le « catalan comme il se parle », on lui sait gré d’avoir ouvert au peuple la voie des formes supérieures de la culture renaissante. Comme pour Clavé, l’engagement de Pitarra pour le catalanisme progressiste est passé sous silence, de même que les polémiques des années 70 entre les Xarons dont Pitarra était le chef de file et les défenseurs des Jeux Floraux. En effet, parallèlement à la Renaixença s’était développé un renouveau culturel progressiste et populaire façonné par la bohème barcelonaise, les Xarons (littéralement, gens de mauvais goût), constituée notamment par les inventeurs du modernisme littéraire Albert Rusiñol et Ramon Casas. Aux Jeux Floraux, ils opposaient les Jeux Artificiels, fondés sur un catalan de la rue avec une prédilection particulière pour le théâtre, principal divertissement populaire en Espagne. Si la Renaixença des Jeux Floraux se développait sous les auspices des autorités politiques, le théâtre populaire dut affronter les rigueurs de la censure, notamment en 1867 quand un décret royal interdit qu’un personnage s’exprime en catalan sur scène.

  • 4 LR, 28/09/1897, p. 2611-1612.
  • 5 VC, 28-12-1906, Xenius (Eugeni d’ORS), « Glosari ».

3Ces oublis contribuent à forger l’image d’une Renaixença uniforme et homogène dans son contenu. Sous la plume de Moliné i Brasés dans le journal La Renaixença, Pitarra devient même le divulgateur d’un art de haute culture, l’agent d’une standardisation de la culture catalane selon les critères définis par l’intelligentsia4. Pourtant, le monument à Pitarra ne cesse d’être paradoxal : l’œuvre de Pitarra peut à juste titre être considérée comme l’expression d’une culture populaire dans la langue vernaculaire et c’est pour cette raison même qu’il ne cesse d’être suspect au regard des intellectuels. Eugeni d’ors, créateur du noucentisme, va jusqu’à remettre en cause les mérites de Pitarra à qui il dénie la qualité de fondateur du théâtre catalan : « Frederich Soler à qui l’on vient d’ériger une statue, n’est pas un classique5. » La critique touche à la définition des classiques de la littérature. L’entreprise de normalisation culturelle dont Eugeni d’ors est le chef de file entend séparer le grain de l’ivraie, fixer une fois pour toutes les contours de ce qui mérite d’être lu et appelé littérature.

  • 6 PC, 28 et 29-12-1906, Pere Pous i Pagès, « Tot passant : a propòsit d’un monument ».

4Quant à Pere Pous i Pagès, il n’a pas de mots assez durs pour rejeter l’esthétique du nouveau monument qu’il compare aux confiseries qui s’étalent dans les devantures à Pâques6. Le lendemain, il propose de détruire « ces monuments de biscuit et de chantilly qui infectent notre ville ». Pour un courant d’opinion qui préconise l’esthétique classique et l’insertion de l’édifice monumental dans le tissu urbain, voire l’introduction du monument comme élément restructurateur de la ville, ce monument au style éclectique a de quoi choquer.

  • 7 AA, CMP, 27/05/1909, vol. 3, fol. 221.

5Les deux exemples montrent combien pour le noucentisme, la récupération de l’héritage de la Renaixença est difficile, voire hasardeuse dans le cas de Pitarra. D’autres refus ou silences sont tout aussi éloquents : pourquoi repousser le projet de monument consacré à Isaac Albéniz7, tout comme celui à Enrique Granados ? Les deux musiciens catalans sont célèbres pour la réutilisation moderne qu’ils font de thèmes musicaux inspirés du folklore populaire andalou. or, la culture nationale catalane s’est probablement construite sur un refus de considérer ce pan de la culture espagnole. De même, le refoulement de la littérature catalane exprimée en castillan est infiniment plus fort que celui de la littérature castillane proprement dite. Ce choix repose sur le partage des fonctions sociales que les catalanistes entendent attribuer à chaque littérature en Catalogne : le catalan pour la haute culture et le castillan pour la littérature populaire. Le constat peut s’appliquer au champ musical. Comme la Renaixença à son époque, le noucentisme nourrit une franche hostilité envers tout ce qui ne sert pas directement son objectif : la littérature en castillan, et plus généralement la culture populaire vivace, écrite tant en castillan qu’en catalan.

Honorer la Renaixença

6Si les nouveaux intellectuels catalans envisagent le culte des hommes de la Renaixença, c’est parce qu’ils partagent avec eux le souci de standardiser la culture catalane. Après Pitarra vient l’édification des monuments à Emili Vilanova et Manuel Milà i Fontanals (1908), Ferran Agulló (1909), Víctor Balaguer et Lleó Fontova (1910), Joan Maragall (1911), Teodor Llorente (1912), Francesc Soler i Rovirosa (1912) et Frédéric Mistral (1914). on peut ajouter le projet avorté consacré à Joaquim Rubió i ors (1918). Les bustes aux peintres Carles Fortuny (dont la première initiative date de 1912), Joaquim Vayreda (1915) et Pepita Teixidor (1917) complètent cette pléiade dans le registre des arts plastiques. La pose de la première pierre du monument à Verdaguer en mai 1914 est l’apogée de l’offensive nationaliste.

  • 8 IC, Set-dic 1905, Pera Aldavert, « L’Emili Vilanova », 1905, p. 554-555. C’est nous qui soulignons

7Il va sans dire que l’on honore des personnages depuis longtemps disparus de la scène culturelle. D’ailleurs, les jeunes générations catalanistes semblent tout ignorer des « pères de la Renaixença » comme le remarque Pere Aldavert lors de l’inauguration du buste au folkloriste Emili Vilanova : il se souvient qu’à l’enterrement de son compagnon de lettres, sept ans auparavant, « il n’y avait pas un de ces jeunes catalanistes ». Il ajoute plein d’amertume : « on en a tant oublié [d’hommes de lettre] que pour beaucoup d’entre eux [les jeunes catalanistes de 1908], la grande figure littéraire de Vilanova leur est pratiquement inconnue, comme l’est celle de beaucoup d’autres aujourd’hui réduits en cendres8 […] »

  • 9 PC, 04/05/1908, p. 1, « Cinquantenari dels Jocs Florals », p. 1. Voir également Josep Yxart, La de (...)

8De l’aveu même des derniers survivants d’une génération oubliée, la mémoire est bien artificielle ! Mais tous les écrivains ne sont pas logés à l’enseigne de l’oubli : la mémoire du grand universitaire, Manuel Milà i Fontanals est honorée à l’occasion du cinquantenaire des Jeux Floraux qui comprend, outre les actes habituels, un festival de danse populaire, diverses conférences scientifiques, des rencontres littéraires à l’Ateneu, une excursion commémorative à Vic et à Folguerola où naquit Cinto Verdaguer, et la pose de la première pierre d’un autre monument à Milà i Fontanals à Vilafranca del Penedès, sa ville natale. L’écho exceptionnel que rencontrent ces manifestations s’explique par la place centrale que les catalanistes du xxe siècle accordent à Milà dans la génération renaissante : en tant que président des premiers Jeux Floraux de 1859, en tant que scientifique exemplaire et enfin, en tant qu’insigne représentant de la jeune université de Barcelone. Conservateur situé à la croisée des Jeux Floraux et de l’université, c’est-à-dire des deux institutions qui structurèrent le mieux la jeune culture provinciale, Milà est le prototype de l’intellectuel renaissant dont les catalanistes ont besoin. Le relief particulier pris par Milà i Fontanals vient aussi de ce qu’il symbolise au xixe siècle le passage de la Renaixença à de nouvelles préoccupations qui sont, plus que jamais, celles de 1909 : l’élaboration de normes linguistiques, la confection d’une grammaire et d’un dictionnaire, l’approfondissement de la recherche historique sur le catalan. Autrement dit, c’est l’entreprise de standardisation de la culture catalane qu’on célèbre à travers lui. En somme, tout en s’affirmant « fils spirituels des inoubliables instaurateurs des Jeux Floraux », les contemporains considèrent que « la mission littéraire et sociale des Jeux est terminée9 ». L’heure n’est plus à l’imitation du langage archaïque des monuments littéraires médiévaux. Déjà en 1891, Josep Yxart dans un essai intitulé La decadència dels Jocs Florals abondait dans ce sens.

  • 10 AA, CMP, 08/06/1911, vol. 3, fol. 329v et 13/06/1911, vol. 4, fol. 28 pour Fortuny. Vayreda : 04/1 (...)
  • 11 Jordi Canal, « Carlisme i catalanisme a la fi del segle xx. notes sobre unes relacions complexes » (...)

9Six projets constituent le noyau dur de la commémoration de la Renaixença. En effet, depuis mai 1908, le comité directeur des Jeux Floraux a institué la tradition de placer un buste au parc de la Citadelle à l’issue de la joute poétique. Ce programme statuaire comprend les bustes de Vilanova, Milà, Agulló, Balaguer, Llorente, Maragall et Rubió i ors plus connu sous son pseudonyme, « Lo Gayter del Llobregat ». Le tout présente une cohérence tout à fait inhabituelle en matière de pratique commémorative : un même comité exécutif, des relais identiques auprès de la société, un même emplacement dans le parc de la Citadelle, une manière identique de célébrer le souvenir d’année en année. on peut bien parler ici de programme de mémoire. Après 1914, les hommages artistiques continuent de s’étendre : c’est au tour de la peinture d’accéder au panthéon. En juin 1911, le régionaliste Lluhí lance un projet de monument au peintre Carles Fortuny qui verra le jour en 1942 seulement. Avec le même enthousiasme, les catalanistes votent les projets monumentaux au peintre olotin Marià Vayreda (1915) et à la peintre barcelonaise Pepita Teixidor10 (1917). La tonalité franchement conservatrice de ces hommages n’échappe à personne : Marià Vayreda a toujours professé un catalanisme proche du traditionalisme qui favorisa l’intégration du carlisme catalan au régionalisme. Il est un illustre représentant d’une école olotine qui, tant sur le plan politique que culturel, connut un rayonnement idéologique considérable entre 1889 et 189411.

  • 12 VC, 06/05/1912, « La festa dels Jochs Florals », p. 1. VC, 12/05/1909, p. 1, « Homenatge a l’Agull (...)

10À partir de 1914, le ton nationaliste se renforce grâce au soutien d’institutions locales à majorité catalaniste : les gardes municipaux, les emblèmes de la Ville, les discours du maire, la présence du président de la Députation, Enric Prat de la Riba. La catalanité s’affiche au grand jour dans une normalité désormais assumée. Elle revendique ouvertement une Grande Catalogne dont on honore l’unité culturelle originelle à travers Milà i Fontanals (Vilafranca del Penedès), Balaguer (Vilanova i la Geltrú), Agulló (Majorque), Llorente(Valence) et Mistral (la Provence). À travers ses hommages, Barcelone assume non seulement son statut de capitale catalane mais également de tout ce qu’on commence à appeler à cette époque « les pays catalans12 ». Le renouveau du pancatalanisme méridional à l’aune barcelonaise trahit les aspirations impérialistes du catalanisme déjà perceptibles dans le culte à Jaume Ier. Au total, le noucentisme associe un projet politique catalaniste, une définition stricte de la haute culture et un programme expansionniste conduit par Barcelone. on peut bien parler d’une seconde Renaixença.

Le panthéon s’élargit aux noms

11La toponymie est un terrain tout désigné pour créer la culture nationale catalaniste. Entre 1910 et 1923, on compte à Barcelone 252 modifications de noms de rue dont 83 % correspondent à des changements de noms et 17 % à des baptêmes de rues. Il faudrait en outre ajouter les 68 noms de la ville de Sarrià qui s’agrège à Barcelone en 1922. La répartition des toponymes par catégorie confirme la priorité donnée aux noms de personnages (168 noms, soit 66,6 % du total). Les noms géographiques arrivent loin derrière (37 noms, soit 14,7 % du total). Les événements (batailles, dates historiques) et les noms abstraits (institutions, concepts) sont très minoritaires (1,5 % et 4,7 % respectivement). Enfin, les critères de dénomination de l’époque moderne ont pratiquement disparu : noms de famille de propriétaires (4,3 %), noms religieux (4 %), noms topographiques (6,7 %) et noms de métiers (absents).

  • 13 On compte le républicain Estevánez, le valencianiste Blasco Ibáñez, le député américain aux Cortes (...)

12L’anthroponymie sort largement victorieuse. Parmi les noms de personnes, les hommes politiques et les militaires représentent chacun un grand quart des attributions (24 % et 23,2 % du total des noms de personnes respectivement). Les artistes occupent plus d’un tiers de la nomenclature (37,4 %) avec en priorité les hommes de plume (19,6 %) puis les musiciens (8,3 %), les peintres (6,5 %) et enfin – catégorie nouvelle –, les autres professions artistiques (architectes, acteurs, sculpteur, etc. : 3 %). Les savants font une percée (14,2 %), suivis des industriels (6 %). À l’inverse, les religieux disparaissent (1,7 %). Les représentants des arts et des sciences triomphent mais la dépolitisation du registre des noms n’est qu’apparente. D’abord, l’horizon de mémoire est foncièrement péninsulaire, presque exclusivement catalan. Le localisme est si fort que les artistes espagnols non catalans sont vite comptés : Velázquez, Francisco Giner et Pérez Galdós et Menéndez Pelayo. Deux de plus appartiennent au courant régionaliste (Joaquin Costa pour l’Aragon et Rosalía de Castro pour la Galice). Même phénomène chez les hommes politiques13. De même, deux noms géographiques sur trois font référence au Principat (auxquels on pourrait ajouter ceux du Roussillon français). une certaine catalanisation de la mémoire s’accentue donc.

  • 14 Les noms de La-Motte et du 26-janvier-1641, date de la bataille de Montjuïc, rappelle la guerre de (...)
  • 15 L’excursionnisme (la randonnée-excursion) est une pratique sportive qui a généré en Catalogne un m (...)

13Ensuite, la vision romantique de la Catalogne telle que l’avait construite les hommes de la Renaixença est modernisée : le Moyen-Âge ne comprend que trois noms (dont Ermengarda et son fils, Mir Geribert). La mémoire n’a plus besoin de marteler les origines médiévales de la nation et se désintéresse presque du souvenir de ses conflits prétendument traumatiques14. Par contre, le xixe siècle connaît une inflation extraordinaire avec 91,5 % des noms de personne : la toponymie investit tout le tissu culturel et politique du pays. Chez les savants, on trouve à présents des médecins, des géographes, des historiens, des géologues, des botanistes, des philosophes. Les économistes et les défenseurs du protectionnisme côtoient de grands industriels. Le Tout-Barcelone culturel est là : les grands présidents d’entités culturelles (Picó i Campanar), les excursionnistes15 (Vidal et Maspons entre autres), les grands écrivains (Maragall, Verdaguer, Llorente, etc.) et les moins grands (Casas i Amigó, Manuel Angelón, Cutchet), beaucoup de journalistes (le quartier du Carmelo leur est réservé sur instance du Collège des journalistes avec Joan Mañé i Flaquer et Teodor Baró du Brusi, Francesc Miquel i Badia, Pere Sala de El Diluvio, Ezequiel Boixet de La Vanguardia). Les deux tendances politiques majoritaires, régionaliste et républicaine, sont également représentées : Enric Prat de la Riba, Ferran Alsina, Francesc Rahola entre autres, mais aussi Nacionalitat Catalana pour une avenue et Cortes Catalanes pour les uns ; Sol i ortega, Vallès i Ribot, Martí i Julià, mais aussi les hommes du Sexenio (Altadill, Estevanez, Pau Alsina, Joan Tutau, etc.) pour les autres. on trouve également une avenue République-argentine pour célébrer son centenaire et une place République-portugaise pour fêter la proclamation de cette dernière. Le conseil municipal rejette in extremis le nom de République-de-Cuba : trop polémique.

14Finalement, le candidat idéal au nom de rue a un portrait-robot : le nom de rue désigne un homme, espagnol et catalan, né au xixe siècle, bourgeois et barcelonais, plus volontiers artiste que politicien, républicain ou catalaniste conservateur. L’histoire que racontent les noms de rue est moins légendaire, moins lointaine que le récit de Balaguer. Le héros perd de son unicité, de son exceptionnalité ; on lui préfère le notable presque anonyme du catalanisme bourgeois, l’inventeur patient de la culture nationale. Ce catalogue des noms de rue est le miroir de ce que la classe dirigeante barcelonaise s’imagine être et savoir. Il lui renvoie l’image d’un progressisme se piquant de science et de culture, mais doté d’une haute culture catalanisée, localiste et conservatrice. Les silences sont éloquents : on ne trouve ni étrangers, ni femmes, ni représentants de l’avant-garde, ni même une trace de la culture populaire. Que ce soit par le biais de bustes dispersés dans le parc de la Citadelle ou bien par l’intermédiaire de noms de rue dispersés dans Barcelone, le sens de ce panthéon de la culture nationale est identique : une intelligentsia barcelonaise profondément castillanisée s’empare de la langue parlée et de la culture des classes subalternes pour la leur renvoyer, mais associée cette fois à des valeurs symboliques inédites.

Le pacte noucentiste

  • 16 VC, 29/05/1914.

15En 1860 comme en 1906, la construction de la culture nationale implique la stricte subordination du champ artistique et littéraire au politique. L’évêque de Vic, Josep Torras i Bages, l’exprime clairement lors de l’inauguration du monument à Verdaguer en 1914 : « Culture et nation sont pour ainsi dire une seule et même chose. Faire œuvre de culture, c’est construire la patrie16 (fer pàtria). » Pour peu qu’il respecte scrupuleusement la place que la société nationaliste lui assigne, l’artiste-écrivain assure son intégration professionnelle dans un champ culturel structuré par un réseau dense d’institutions dépendantes du pouvoir local : la municipalité de Barcelone en tout premier lieu, puis la Mancomunitat à partir de 1914. En somme, le catalanisme offre aux intellectuels catalans l’opportunité de s’épanouir à l’abri d’institutions contrôlées et de financements assurés, sous la protection garantie d’un public captif à la fois lecteur et électeur. Les honneurs insistants rendus aux intellectuels de la Renaixença sont la garantie faite aux intellectuels du début du xxe siècle de leur future insertion dans une société hautement catalanisée. C’est le fondement de ce que nous appelons « le pacte noucentiste ».

  • 17 PU, 22/04/1918, « El monumento a Iscle Soler », p. 5.

16Il est justement frappant de constater qu’à travers les grands hommes du Parc, ce sont des institutions culturelles que l’on entend honorer. À travers Mistral, on loue la création du musée archéologique d’Arles ; à travers Llorente, la conception des Jeux Floraux valenciens ; à travers Agulló, le développement de la bibliothèque de l’université de Barcelone ; à travers Milà, le fait qu’il fut « toujours en premier lieu titulaire d’une chaire de l’université de Barcelone » ; les 41000 volumes de sa bibliothèque constituèrent en outre le noyau de la future Bibliothèque de Catalogne. Quant aux hommes de théâtre, Pitarra, Fontova et Soler, leurs hommages équivalent à « la pose de la première pierre du Théâtre national dont Barcelone a besoin17 ». L’ensemble des bustes du Parc forment un hymne aux Jeux Floraux construits et reconnus par la génération noucentiste comme l’institution-mère. Pour les noucentistes, l’évocation des hommes de la Renaixença est donc l’occasion de célébrer les institutions appelées à fonder la future culture catalane : bibliothèques, théâtres, instituts et laboratoires de recherche, universités, etc.

17L’idéologie noucentiste a justement affirmé la nécessité de poursuivre l’enracinement de la Renaixença par le développement d’un réseau d’institutions culturelles nouvelles. À l’heure où la Lliga conquiert la Députation, la Mairie de Barcelone et la Mancomunitat, un nouveau réseau culturel est tissé : l’Institut d’études catalanes en 1907, la Junte des musées de Barcelone en 1907, l’école industrielle en 1910, l’école du travail en 1913, la Bibliothèque de Catalogne en 1914, l’Escola de funcionaris de l’administració en 1914, le Service de conservation et catalogation des monuments historiques en 1915, le musée d’Arts antiques et modernes en 1915, la Junta de ciències naturals, le réseau des bibliothèques populaires à partir de 1918, etc. En définitive, les célébrations du Parc reposent sur l’idée qu’il existe une convergence d’intérêt entre la culture et le politique qui fonde la possibilité de construire la culture nationale catalane.

18Rares sont les voix critiques qui s’élèvent contre ces idées. En 1906, un article de Manuel de Montoliu paru dans El Poble Català s’insurge contre l’excès d’hommages rendus aux écrivains de la Renaixença :

  • 18 PC, 31-12-1906, Manuel de Montoliu, « Al voltant del nou monument ».

« Ce qui est certain, c’est que nous nous trouvons dans le pire des états pour juger correctement les figures et les œuvres de notre littérature ; et ceci non seulement parce que nous sommes encore trop proches d’elles pour pouvoir apprécier la véritable place qu’elles occupent par rapport à celles d’autres peuples et d’autres époques, mais aussi et principalement à cause de l’état d’excitation morale dans laquelle nous met la sainte cause de la liberté de notre peuple, état qui fait de nous un peuple d’hallucinés qui voit tout hors de proportion en soumettant tout à une fin obsédante, comme une idée fixe. Que cesse avec l’inauguration du monument à Pitarra l’ère de confusion et d’égarement produites par l’application prédominante du critère patriotique au jugement des œuvres de notre littérature18 ! »

  • 19 Ce besoin d’unanimité est manifeste dans : VC, 26-12-1906, « El monument d’en Pitarra ».

19Ce vœu, original et lucide, conteste une certaine manière de penser les rapports de la culture et de la politique. Montoliu, directeur littéraire du quotidien, illustre bien le malaise que peut ressentir une partie des avant-gardes de la culture face au noucentisme. Son opinion fait écho à une lassitude générale de la politisation des commémorations et du caractère conflictuel qu’elles ont toujours revêtu depuis 190119. En effet, la politique de mémoire dessinée par la génération noucentiste laisse entendre qu’il n’existe pas d’autres chemins que celui dessiné par elle, tout comme la Renaixença à son époque. En ce sens, la politique de mémoire est principalement un instrument de pouvoir symbolique aux mains d’une classe dirigeante soucieuse d’assurer les moyens de sa domination sociale en exerçant le monopole de l’usage de l’histoire. La mémoire, instrument de conservation sociale, réalise dans l’ordre du symbolique ce que les classes dominantes ont tant de peine à imposer dans l’ordre politique et social : l’ordonnancement du monde.

Note

1 Frederic Soler (Barcelone, 1839-1895), plus connu sous le pseudonyme de Serafí Pitarra, est le fondateur du théâtre catalan. D’origine modeste, l’apprenti horloger qu’il est se fait rapidement connaître pour ses pièces de boulevard écrites dans un catalan de la rue, « el català com es parla ara », selon l’expression de son ami Pere Mata. Il appartient donc à ce groupe qui s’oppose parfois durement aux restaurateurs des Jeux Floraux qui cultivent au contraire un catalan médiévalisé. Son succès repose sur un goût prononcé des couches populaires pour le théâtre parodique et comique et la zarzuela. Avec Les joies de la Roser en 1866, Pitarra compose un drame qui marque la naissance d’un théâtre catalan de haute culture ; puis, s’éloignant de ses prémices, il ne rechigne pas à participer aux concours floraux : il gagne la fleur naturelle en 1872, la fleur et l’églantine en 1875 et est consacré Maître en Gay Saber la même année. Il préside enfin les Jeux en 1882. Sa sensibilité politique passe du conservatisme provincial au catalanisme progressiste : il fonde en 1882 le Centre Català aux côtés de Valentí Almirall dont il occupe la présidence quelque temps après. Il participe au premier quotidien en catalan et aux travaux du II Congrès Catalaniste ainsi qu’à la rédaction du Memorial de Greuges en 1885. Les dernières années de sa vie voient la désaffection grandissante du public qui préfère les vers d’Angel Guimerà. Il meurt à 56 ans alors que sa renommée faiblit.

2 VC, 24-12-1906, « El Monument den Pitarra », et PU, 26-12-1906, « La glorificación del poeta ».

3 Il n’est d’ailleurs pas innocent que la municipalité et la députation aient accordé largement leur soutien à une cérémonie organisée pour le cinquantenaire des Chœurs de Clavé, qui consista à poser une plaque commémorative sur la façade de sa maison natale, le 3 juin 1906. Voir A. Dip, Ll3796, exp 89 et AA, Exp 679, serie D, Gobernación, 1906.

4 LR, 28/09/1897, p. 2611-1612.

5 VC, 28-12-1906, Xenius (Eugeni d’ORS), « Glosari ».

6 PC, 28 et 29-12-1906, Pere Pous i Pagès, « Tot passant : a propòsit d’un monument ».

7 AA, CMP, 27/05/1909, vol. 3, fol. 221.

8 IC, Set-dic 1905, Pera Aldavert, « L’Emili Vilanova », 1905, p. 554-555. C’est nous qui soulignons.

9 PC, 04/05/1908, p. 1, « Cinquantenari dels Jocs Florals », p. 1. Voir également Josep Yxart, La decadència dels Jocs Florals, 1891, in, R. Cabré, « Josep Yxart », Anuari Verdeguerià, p. 255-294.

10 AA, CMP, 08/06/1911, vol. 3, fol. 329v et 13/06/1911, vol. 4, fol. 28 pour Fortuny. Vayreda : 04/12/1913, vol. 7, fol. 21v ; 13/12/1913, vol. 7, fol. 291v ; 10/03/1914, vol. 1, fol. 353v ; 16/07/1914, vol. 3, fol. 287v, 06/05/1915, vol. 3, fol. 134 et 09/12/1915, vol. 6, fol. 125.

11 Jordi Canal, « Carlisme i catalanisme a la fi del segle xx. notes sobre unes relacions complexes », in Le discours sur la nation en Catalogne aux xixe et xxe siècles, 1995, p. 211-230.

12 VC, 06/05/1912, « La festa dels Jochs Florals », p. 1. VC, 12/05/1909, p. 1, « Homenatge a l’Agulló ».

13 On compte le républicain Estevánez, le valencianiste Blasco Ibáñez, le député américain aux Cortes de Cadix, Mejía Lequerica, et l’épouse d’Alphonse XIII, la Reina Victoria. On ajoute Antonio Hurtado (Cáceres 1825-Madrid 1872), gouverneur de Barcelone dans les années 1860.

14 Les noms de La-Motte et du 26-janvier-1641, date de la bataille de Montjuïc, rappelle la guerre des Segadors, tandis que general-Moragues et Sitio-de-1714 rappelle la guerre de Succession.

15 L’excursionnisme (la randonnée-excursion) est une pratique sportive qui a généré en Catalogne un mouvement culturel et civique. Le contact avec la nature, la connaissance du passé et des monuments historiques est à l’origine des premiers clubs de randonneurs à la fin du xixe siècle. En 1876 naît à Barcelone la Associació catalanista d’excursions científiques. En 1890 apparaît le Centre excursionista de Catalunya qui popularise de nombreux itinéraires, publie des guides et participe de la définition de symboles mythiques de la catalanité, comme la montagne du Canigou ou le monastère de Ripoll.

16 VC, 29/05/1914.

17 PU, 22/04/1918, « El monumento a Iscle Soler », p. 5.

18 PC, 31-12-1906, Manuel de Montoliu, « Al voltant del nou monument ».

19 Ce besoin d’unanimité est manifeste dans : VC, 26-12-1906, « El monument d’en Pitarra ».

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540