Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Barcelone

 | 
Stéphane Michonneau

2e partie. Les lieux de la commémoration (II) : la mémoire catalaniste

Chapitre 10. 1908, deux patriotismes antagonistes

Texte intégral

  • 1 Alfred Pérez Bastardas, 2003.
  • 2 Santiago Albertí, 1972, p. 254 sq.
  • 3 Jacques Ier (Jaume Ier en catalan), dit « le Conquérant », (1208-1276), est une personnalité-phare (...)

1En 1908, la municipalité traverse une grave crise politique à l’occasion du vote du budget extraordinaire de la culture : il s’agit d’octroyer des fonds exceptionnels à la bibliothèque de l’Institut d’estudis catalans, créée en 1907, et de lancer un programme d’enseignement ambitieux moyennant la construction de quatre groupes scolaires municipaux. Les maîtres d’écoles y seraient recrutés et payés par la municipalité ; l’enseignement s’y déroulerait en catalan et l’éducation serait neutre d’un point de vue religieux. Le vote du budget extraordinaire, en avril 1908, oppose solidaires (Lliga et Esquerra) et antisolidaires (républicains radicaux1). Mais l’aile droite de la Lliga finit par rejoindre ces derniers : en effet, les catholiques en faveur de l’obligation de l’enseignement religieux dans les institutions municipales, obligent la Lliga à renier son vote initial pour soutenir les milieux cléricaux. Le maire Sanllehy finit par suspendre la clause de laïcité du projet, déclenchant la colère des républicains : ces derniers s’allient aux régionalistes et votent la défiance : Solidaritat catalana a vaincu in extremis. Devant la fronde municipale barcelonaise, le maire est contraint de démissionner et le gouvernement conservateur de Antonio Maura n’ose pas le remplacer. La victoire contre le maire D. Joan Sanllehy est perçue comme le dernier acte de l’offensive anticacique2. Albert Bastardes i Sampere, un esquerrà, devient alors le premier maire de Barcelone élu démocratiquement par le conseil municipal. C’est dans ce contexte difficile que se préparent alors deux anniversaires prestigieux : le septième centenaire de la naissance de Jaume Ier3 et le centenaire de la guerre d’Indépendance. La coalition nationaliste met en cause ici les fondements du patriotisme espagnol en lui opposant un patriotisme catalan. Les deux initiatives sont nées à la fin de l’année 1906.

La grande patrie catalane de Jaume Ier

  • 4 VC, 24/12/1906, Xenius (Eugeni D’Ors) » Para’l centenari del rey En Jaume ».

2Le 8 novembre 1906, au lendemain des grandes manifestations de Solidaritat, des républicains et des régionalistes invitent les Députations des anciens pays de la Couronne d’Aragon à ériger un monument à Jaume Ier. Le 16 mai 1907, la municipalité constitue à cette fin une Commission spéciale. L’initiative reçoit un écho favorable de la part des cercles noucentistes qui prônent la construction d’une identité latine à travers la redécouverte des canons de l’art classique. Dans son Glosari, Xenius s’enthousiasme pour un centenaire qui doit être « l’année de l’affirmation internationale et définitive de la Catalogne nouvelle ». Il souhaite une commémoration de dimension internationale car « toute interprétation régionaliste et localiste serait contradictoire avec la haute signification de l’œuvre d’unité et d’expansion de notre grand roi impérialiste4 ». Le centenaire semble donc concrétiser la résurrection d’un empire déchu en même temps que les rêves expansionnistes du catalanisme hors du Principat. En effet, l’idée d’un hommage au roi conquérant n’est pas née en Catalogne mais à Valence en 1886 qui a érigé une célèbre statue équestre ; la municipalité de Saragosse l’a imitée en octobre 1904. En janvier 1908, Montpellier convie Barcelone à commémorer le VIIe centenaire et en mai 1908, les Jeux Floraux se déroulent exceptionnellement à toulouse. Grâce à l’anniversaire, le vieil empire renaîtrait-il de ses cendres ?

  • 5 Jaume Collell, Lo Gran Rey en Jaume Ier el Conquistador, Barcelona, Biografia popular, 1908, 31 p. (...)

3À Barcelone, le programme des festivités du 4 au 10 juin 1908, prévoit une expédition sur les traces du roi Conquérant à l’initiative du Centre Excursionniste : à partir de Barcelone, le navire part à Salou puis parcourt « les principaux lieux de Majorque immortalisés par la geste du Grand roi ». On voit enfin fleurir à Barcelone une multitude de folletos et conférences données sur le thème de la conquête5. Ces multiples entreprises inscrivent l’anniversaire dans la droite ligne des propositions que Prat de la riba a exposé en 1906 dans La nacionalitat catalana en faveur d’une recomposition nationale des pays de langue catalane, provençale et occitane autour du noyau barcelonais. La « grande nation » des pays catalans oppose à la réalité du partage franco-espagnol du xviie siècle l’image d’une fédération transpyrénéenne. Plus encore, elle offre un cadre de références historiques propres clairement distinct de celui de l’Espagne péninsulaire.

  • 6 PC, 5/1/1908, Gabriel Alomar, « En l’aniversari de la conquesta ».
  • 7 PC, 19/06/1908, « Vettlada commemorativa », p. 3.
  • 8 PC, 28/06/1908, « Centenari del rei En Jaume », p. 2.

4Mais à la dimension proprement impérialiste s’ajoute un contenu démocratique. Gabriel Alomar, dans les pages de El poble Català6, reconnaît bien volontiers que « comme Isabelle la Catholique pour les Castillans, comme Jeanne d’Arc pour les Français, Jaume Ier est pour de nombreux Catalans la figure même de la Catalogne ». La prise de Majorque au xiiie siècle, page glorieuse de l’histoire catalane, serait surtout le fruit d’un pays déjà démocratique dans son essence. À l’inverse, les malheurs de la Catalogne proviendraient de la tradition féodale et aristocratique. Dans une conférence intitulée Les Catalans du xiiie siècle et les Catalans d’aujourd’hui, que le docteur Domènec Martí i Julià, le président de l’Unió catalanista, prononce au Centre nationaliste républicain de Gràcia le 18 juin 1908, on retrouve développée cette idée. Plus que Jaume Ier, il faut commémorer « ce peuple catalan du xiiie siècle, ces générations d’hommes sans les vertus et les qualités desquelles le roi n’aurait jamais pu occuper tant de pages du livre de l’Histoire7 ». L’œuvre d’expansion fut celle d’un peuple libre qui émancipa les peuples voisins en les intégrant dans une fédération, alors que les puissances conquérantes du xxe siècle les réduisaient à néant. Le thème est repris par le député catalaniste Josep Puig i Cadafalch lors de l’inauguration du monument, place du roi8.

  • 9 VC, 17-12-1906, Francesch Valentí, « El centenari d’En Jaume ».

5La lecture démocratique de Jaume Ier vient de ce que l’anniversaire de la conquête coïncide aussi avec la fondation du Conseil des Cent, lointain ancêtre du conseil municipal. Il n’est guère surprenant qu’en ce début de xxe siècle, un conseil municipal jouant le rôle de tribune politique catalane se reconnaisse ainsi dans une assemblée qu’il considère comme le premier parlement démocratique occidental : à l’heure du conflit de 1908, la légende permet encore une fois d’affirmer la prééminence de la démocratie municipale directe mais aussi le rôle moteur de Barcelone et de ses conseillers sur les destinées de la région. Comme l’écrit Francesch Valentí, Jaume Ier « fut de son vivant l’incarnation de la véritable démocratie et de la liberté des peuples9 ». tout un programme pour l’Espagne actuelle ! On le voit, le VIIe centenaire sert davantage à ancrer les valeurs démocratiques parlementaires qu’à exalter l’œuvre de conquête. Et si conquête il y eut, c’était dans le cadre d’une fédération respectant ses composantes. Qu’il soit question d’une fédération espagnole ou d’une fédération de pays catalans, le centenaire défend un projet d’organisation autonomiste à l’horizon fédéraliste. C’est pourquoi l’anniversaire peut paraître comme une arme politique dans les débats parlementaires en cours à propos de la Loi d’administration locale : le gouvernement Maura prévoit une décentralisation formelle de l’état, avec quelques mesures renforçant l’autonomie municipale et la constitution de Mancomunidades c’est-à-dire d’association de provinces.

6La figure de Jaume Ier réunit idéalement ce qu’aucun culte royal n’avait réalisé à Barcelone : l’ancrage local et provincial, le projet nationaliste, et même impérialiste pour certains, et le projet parlementaire libéral, presque fédéral pour d’autres. C’est une synthèse réussie entre deux lectures antagonistes de l’histoire de l’Espagne, mais à l’échelle régionale. Mais alors que les nationalistes construisent un nouveau patriotisme catalan autour de la figure de Jaume Ier, ils n’admettent pas la participation de Barcelone aux célébrations du centenaire de la guerre d’Indépendance que toute l’historiographie libérale du xixe siècle a interprété comme une grande guerre patriotique espagnole.

Le renversement du mythe de la guerre d’Indépendance

  • 10 Christian Demange, 2003.
  • 11 AGA, sección Presidencia, « Medallas y Centenarios, 1881-1925 », Leg 1 à 18. Voir aussi la section (...)
  • 12 PC, 05/09/1906.
  • 13 PC, 10 et 13-12-1906, Eugeni Puigventós, « Un centenari y uns monuments ».

7La commémoration de la guerre d’Indépendance se réfère au modèle national espagnol10. En Catalogne toutefois, l’anniversaire rencontre un écho particulier11. Déjà en septembre 1906 lorsque le gouvernement se propose de réaliser un ancien projet des Cortes de Cadix en vue d’ériger d’un monument à la résistance de Gérone contre les Français, des voix s’élèvent en Catalogne pour condamner « cette idée anachronique et atavique12 ». Le débat rebondit deux mois plus tard sous la plume d’Eugeni Puigventós13 qui exprime son « opposition résolue à la participation de la Catalogne à ces cérémonies ». Puigventós va à contresens de l’interprétation classique d’une guerre de libération nationale : selon lui, « La défense que les Espagnols firent de leur territoire pendant […] ressemble plus à celle de la bête face à l’homme qui prétend détruire sa tanière qu’à l’attitude énergique de l’homme qui défend l’inviolabilité de sa demeure ». Le polémiste souligne qu’en chassant les Français, le peuple a en réalité défendu la cause de Charles IV : « Ce qui semblait être un état de conscience populaire n’était rien d’autre qu’une manifestation de servilité collective ». En conclusion, l’auteur appelle les Catalans à ne pas suivre « le monde officiel de Madrid, secondé par un peuple fétichiste, adorateur inconscient de l’idéal de la tradition, [et qui] se laisse aller à des manifestations inconsidérées de patriotisme ». Il exhorte la Catalogne à s’inspirer de la France qui « donne l’exemple à suivre à la race latine » plutôt que « d’élever des monuments qui puissent servir à ressusciter des antagonismes qui n’auraient jamais dû exister et qui ne doivent jamais plus exister à l’avenir ! ».

  • 14 PC, 07/04/1908, Gabriel Alomar, « Al llindar d’un centenari », p. 1. Voir également PC, 31/05/1908 (...)

8tout au long de l’année 1908, on retrouve dans la presse républicaine catalane des analyses de cette veine : le célèbre éditorialiste de El Poble Català, Gabriel Alomar, n’hésite pas à faire l’apologie d’un afrancesado, Marchena, en qui il voit le premier fédéraliste espagnol. Plus loin, il se moque du Dos de Mayo [1808, à Madrid] qui fut « la révolte d’un peuple qui se soulevait en faveur d’un roi. C’est que là encore [à Madrid], les idées n’avaient pas changé et la volonté populaire coïncidait toujours avec le principe monarchique ». La résistance espagnole n’annonce pour le siècle en cours que « le recul du libéralisme en Espagne, une défaite de la liberté ». Alomar regrette enfin que la guerre d’Indépendance, « épopée xénophobe », ait fait de la Catalogne une Vendée espagnole « supérieurement espagnoliste », face à une « Espagne napoléonienne heureusement afrancesada14 ». La Publicidad reprend cette vision iconoclaste de la guerre d’Indépendance qui met en avant le rôle civilisateur et modernisateur de l’envahisseur.

  • 15 PU, 04/06/1909, « Afrancesados », p. 1.
  • 16 DdBCN, 15/05/1908, « La guerra de Independencia. ¿Fué una guerra dinástica ? », p. 6274-6276 et «  (...)

9L’offensive menée par la presse de gauche renverse radicalement la portée symbolique de la guerre d’Indépendance en la démythifiant. Pour La Publicidad, la guerre des Français – le refus de la terminologie de « guerre d’Indépendance » est en soi significatif –, ne fut jamais une lutte pour la patrie, mais un combat pour le roi et la religion : « A la tête des explosions populaires, provoquées par eux, il y eut avant tout des curés et des moines. C’était le Trône et l’Autel qui étaient menacés ! Pas la Patrie ! ». Et parce que les héros de l’Indépendance firent le jeu de la réaction, ils préfigurent les « guérilleros de nos guerres civiles », c’est-à-dire les carlistes honnis15. La guerre d’Indépendance n’était-elle qu’une guerre dynastique et religieuse comme le soutenaient les républicains ? Et si oui, pouvait-on alors la qualifier de guerre patriotique ? Il en va des fondements de la communauté politique espagnole et du sens à donner au mot de patrie. La polémique fait rage et deux lignes de défense s’établissent. Pour le très conservateur Diario de Barcelona, la guerre fut religieuse mais pas dynastique : « La guerre contre napoléon s’inspira essentiellement de principes religieux et pour eux, on vit l’état ecclésiastique et régulier se mettre à la tête des peuples levés en armes, exactement comme au temps de la reconquête. » Qualifiée de croisade, la guerre d’Indépendance prend place dans le long cours de l’histoire d’une Espagne catholique en lutte contre l’infidèle : « Ce fut toujours le combat du peuple catholique contre l’insolente secte maçonnique qui couvait déjà avec la Constitution gaditane de 1812 et de 1820, avec le testament de Ferdinand en 1833, et qui se montra à visage découvert en 1872, en intronisant la démagogie révolutionnaire16. »

  • 17 La guerra de Independencia, el nostre centenari, Barcelona, La Bandera regional, 1908, 15 p. ; Hom (...)
  • 18 CC, 10/06/1908, Bartolomé trias, « ¡A Manresa ! », p. 1. Voir aussi 05/06/1909, « Centenario cívic (...)

10Le traditionalisme d’origine carliste, quant à lui, assume plus franchement le caractère dynastique et patriotique des guerres napoléoniennes. Son quotidien, El Correo Catalán, défend selon une formule célèbre « la sainte cause du roi, de la Patrie et de la religion ». La propagande carliste vise à instituer le traditionalisme en héritier légitime des héros de la guerre17. La filiation revendiquée légitime le combat contre le monarque usurpateur, Joseph Bonaparte. Du frère de napoléon aux successeurs d’Isabelle II, il n’y a qu’un pas aisément franchi18. Pour la droite donc, la guerre de 1808 est dynastique et religieuse, ce qui la rend de facto patriotique. Il est significatif qu’à droite, on ne souligne jamais le caractère national du conflit. Cela trahit parfaitement la difficulté que rencontre le nationalisme espagnol à se définir comme un culte civique. La nation semble prisonnière d’une conception ancienne de la souveraineté politique qui est en fait une majesté.

11Les opinions s’affrontent donc à coups de chronologies : pour les républicains nationalistes, la guerre est la matrice des malheurs du libéralisme en Espagne. Pour les conservateurs catholiques, elle porte les croisades d’hier et de demain. À chaque fois, l’événement s’inscrit dans la continuité d’une histoire séculaire : le combat de la liberté en Espagne pour les uns, la lutte contre l’infidèle pour les autres. Quelles qu’elles soient, les interprétations font donc des guerres de 1808 l’événement fondateur de la modernité : le carliste Josep Maria R* a raison d’écrire que « La guerre d’Indépendance inaugure en Espagne l’âge contemporain ». C’est ce travail de mémoire qui rend l’événement édifiant.

Et le rôle de la Catalogne dans « l’épopée nationale ? »

  • 19 PU, 01/06/1909, « Homenaje a los mártires », p. 3.
  • 20 Stéphane Michonneau, 005, p. 191- 18 ; Lluis Ferràn Toledano et Gema Rubi, 007, p. 87-110.

12La polémique de 1908 laisse de côté une question cruciale : le rôle de la Catalogne dans le conflit. Un problème redoutable se pose alors : celui de l’articulation entre deux formes d’attachement sincère à la patrie, suivant qu’elle se réfère à l’Espagne ou à la Catalogne. Le fort courant provincialiste hérité du xixe siècle incite naturellement à préférer la dimension locale d’un événement fondateur de l’Espagne. C’est pourquoi en 1908, les autorités catalanes s’accordent pour préférer l’hommage local de ses martyrs de 1809 plutôt que d’encourager la mémoire du Dos de Mayo madrilène19. Le Deux Mai n’est qu’un épisode perdu dans le récit de la « grande épopée » de 1808, sans plus de relief que d’innombrables faits héroïques partout en Espagne. Décidément, Barcelone se plie mal aux exigences d’une commémoration nationale et uniforme qui, de plus, était en plein déclin. Dès lors, les commémorations du Bruc, de Gérone et de Barcelone sont autant d’indices de la régionalisation de l’hommage20.

13Pour ce qui est de ses martyrs [ill. 18], Barcelone prévoit de rassembler dans une chapelle du cloître de la cathédrale de Barcelone les sépultures de cinq héros exécutés à la Citadelle le 3 juin 1809, après que les autorités françaises avaient découvert un complot. Le transfert de leurs restes avait fait l’objet de cérémonies grandioses en octobre 1813 et en mai 1815. On leur avait joint les corps de trois ouvriers barcelonais qui, le jour de l’exécution, avaient sonné le tocsin de la cathédrale afin d’encourager le peuple à la révolte : réfugiés dans le clocher, ils furent arrêtés puis exécutés le 27 juin 1809. L’association des restes suggère que la bannière du roi et de la religion avait été portée par tout le peuple. En 1908, l’initiative de l’hommage aux martyrs barcelonais émane des milieux ecclésiastiques et de l’ancienne élite politique des années 1880. Le programme comprend deux séquences distinctes : le transfert des restes, le 3 juin 1909, en présence d’un public trié sur le volet, puis une « procession civique », le dimanche 6 juin, en présence de nombreuses associations cultuelles et culturelles. L’hommage s’apparente à la fois à un cortège funèbre et à une procession religieuse, ce qui permet à la presse républicaine d’ironiser : « c’était comme une anticipation de la Fête-Dieu » !

14Deux ans plus tard, en juin 1911, on procède à l’inauguration d’un monument dans l’ancienne chapelle Saint-Gabriel du cloître, toujours en place aujourd’hui. romà Fabra, architecte de la cathédrale, conçoit deux niches néogothiques au-dessus desquelles se dressent les statues de la Foi et de la Patrie. Les noms des héros sont inscrits en lettres d’or en dessous des blasons de Barcelone et de l’Espagne. Ironie du sort, un Christ de facture française trône sur l’autel de la chapelle. Le choix des deux statues en dit assez long sur le sens de la cérémonie, dans la suite du transfert des restes de 1908. Mais déjà, le souvenir des héros est assez effacé pour que le modeste monument reste inachevé, faute de moyens. Ce détail montre assez clairement l’échec d’une tentative d’implantation d’un culte patriotique de portée nationale, en dépit d’une très nette accentuation du localisme commémoratif. C’est toute l’articulation entre le sacrifice des Barcelonais et ceux d’autres contrées d’Espagne qui s’en trouve fragilisée.

15Entre le Dos de Mayo à Madrid et le siège de Saragosse, Barcelone est singulièrement absente de la mémoire de la guerre d’Indépendance. En Catalogne, Gérone et surtout le Bruc constituent des repères plus marquants de « l’épopée nationale » : les mythes du tambour du Bruc et de la résistance acharnée de la capitale ampurdane continueront longtemps de représenter la résistance des Catalans en Espagne, à tel point que les dictatures de Primo de rivera et de Franco l’utiliseront abondamment. Barcelone n’a pas réussi à fédérer les divers hommages catalans sous la bannière de ses héros particuliers. Cela s’explique par la tonalité conservatrice des cérémonies du centenaire de 1908. Face aux républicains, le centenaire se refuse à penser la nation autrement que dans et par la royauté et le catholicisme. Face aux régionalistes, il identifie la patrie à l’Espagne, non pas à la Catalogne. On voit donc bien que cette mémoire ne pouvait se satisfaire du terreau barcelonais.

Comment honorer les soldats morts pour la patrie ?

16Désormais à Barcelone, on tend à se sentir soit catalan, soit espagnol. Les deux formes de patriotisme autrefois si intimement liés sont à présent antagonistes. Un dernier épisode souligne avec force la difficile conciliation de deux idéaux patriotiques. À la même époque en effet resurgit un bien étrange projet monumental, celui des gloires de la guerre d’Afrique. Honorer des soldats morts pour la patrie : oui, mais pour quelle patrie ?

  • 21 AA, Exp 549, Gobernación, serie D, 1903 et Boletín oficial del Estado, n° 50, 7/ /1903, Circular n (...)
  • 22 AA, Exp 1 456, Eixample Vells, reg 19, 1910 et CMP, 05/07/1910, vol. 4, fol. 139v, 19/07/1910, vol (...)

17La question de l’hommage aux héros morts dans les campagnes d’outremer de 1895-1898 semblait pourtant avoir été réglée depuis longtemps : en février 1903, un comité national, sous le patronage du général Polavieja, a lancé une souscription afin d’élever un monument « aux soldats et marins morts pour la Patrie dans les campagnes de Cuba et des Philippines ». La réponse de la municipalité barcelonaise est catégorique : la ville ayant elle-même inhumé les corps de ses 750 enfants morts aux colonies au Cimetière de Les Corts, Barcelone refuse de participer à la souscription nationale21. Le découplage entre les commémorations barcelonaises et les festivités espagnoles se confirme. Le projet réapparaît opportunément au printemps 1908 alors que reprennent les hostilités au Maroc. Un an plus tard, en juillet 1909, les quelques survivants du corps expéditionnaire des Volontaires catalans de 1860 se réunissent et ravivent un projet de monument dessiné en 1875. Fort du patronage d’Alphonse XIII, le comité s’adresse en juillet 1910 à la municipalité : le temps presse car la date du cinquantenaire de l’expédition africaine approche. Comme en 1864, on propose l’emplacement de la place Tetuan. Les accords bénéficient de l’appui politique des républicains radicaux dont la culture est volontiers chauviniste. La cérémonie de pose de la première pierre a lieu le 23 juillet 1910, tout juste une année après la Semaine tragique, cette révolte populaire barcelonaise qui eut pour étincelle l’embarquement de conscrits pour le Maroc. Le monument affiche un esprit franchement militariste. Lors de la cérémonie, sont présents tous les généraux d’active, le général Weyler, au nom du roi, et les Volontaires d’Afrique et de Cuba. Quant au programme iconographique, Manuel Fuxà arrange le monument initial de 1875 au goût du jour : il s’agit d’une colonne victorieuse de 40 m juchée sur un immense piédestal circulaire de 20 m de diamètre, le tout construit sur une crypte. Sur la colonne figure une Gloire couronnant la Patrie symbolisée par le lion espagnol. Sur le fût sont inscrites les dates de 1860 et 1909, en souvenir des guerres coloniales. À la base, la statue équestre du général O’Donnell, le général Prim à la tête de ses troupes catalanes, des généraux signant la paix de 1860. Pour figurer les exploits du rif, le général Marina est à cheval flanqué de la prise de Gurugú à gauche, et la soumission des Maures à droite. Le blason de l’Espagne est entouré de ceux des provinces composant « la nation ». Deux plaques commémoratives rappellent les dates des règnes d’Isabelle II et d’Alphonse XIII. Et si la maquette n’avait pas été explicite, les discours insistent encore sur la finalité de l’hommage à la Patrie et à l’Armée. Après la cérémonie d’inauguration de juillet 1910, il n’est plus jamais question du monument aux Gloires d’Afrique. Doit-on s’en étonner ? Outre qu’il constitue un exemple frappant d’oblitération volontaire du Désastre antillais de 1898, le monument a de quoi indigner bon nombre de Barcelonais22 ! Un an après la sanglante répression de la Semaine tragique, le projet paraît incongru. Depuis Solidaritat catalana, la configuration des mémoires barcelonaises ne laisse aucune place à l’exaltation des valeurs que représente ce projet. Pourtant, le fait qu’il soit mené assez loin prouve qu’à Barcelone, il existe bien des secteurs sensibles au patriotisme militariste espagnol qu’Alphonse XIII a soin d’animer.

18L’année 1908 est capitale : la coalition nationaliste solidaire n’hésite pas à revendiquer un nouveau patriotisme qui ne fait désormais référence qu’à la nation catalane. Cette remise en cause touche jusqu’à l’événement prétendument fondateur de la nation espagnole : la guerre d’Indépendance. Contre ces attaques, une droite affaiblie tente d’allumer des contre-feux : elle redéfinit le patriotisme espagnol sur les bases du catholicisme et de la fidélité au roi. N’est-ce pas une réponse d’une autre époque ? L’avenir le démentira. Pour cette frange réactionnaire de l’opinion barcelonaise, la guerre d’Indépendance est l’occasion de relever le défi d’une nouvelle politique de mémoire franchement espagnoliste et militariste. Les dictatures qui viennent en reprendront les fils.

19Entre ces deux patriotismes, la rupture est désormais consommée. Dans ces conditions, l’idée d’un monument aux héros de 1860 perd tout son sens et souligne la violence des conflits de mémoire. Entre un monument aux héros de 1809 confiné dans un recoin du cloître de la cathédrale et un monument aux Gloires d’Afrique avorté, on peut dire qu’une certaine idée de patrie espagnole est morte à Barcelone. Le fait nouveau, ce n’est pas que la nature des politiques de mémoire soit conflictuelle ; c’est plutôt que cette lutte conduise à définir des politiques de mémoire exclusives les unes des autres. Désormais, une mémoire conduit nécessairement à effacer sa rivale. À leur manière, les républicains sont confrontés au même problème face aux nationalistes.

Notes

1 Alfred Pérez Bastardas, 2003.

2 Santiago Albertí, 1972, p. 254 sq.

3 Jacques Ier (Jaume Ier en catalan), dit « le Conquérant », (1208-1276), est une personnalité-phare du xiiie siècle catalan. Fils unique de Pierre le Catholique et de Marie de Montpellier, Jacques acquiert la Couronne à la mort de son père à Muret en 1213. Sous la régence de ses oncles, il doit subir d’incessantes rébellions nobiliaires. Il finit par s’imposer grâce aux conquêtes de Majorque, Ménorque et Ibissa en 1228-1232, et surtout celle du territoire de Valence de 1232 à 1245. Il créé là, ex nihilo, deux royaumes autonomes mais confédérés avec la Couronne d’Aragon. À sa mort, la conception patrimoniale de la conquête veut que la couronne soit partagée entre ces deux fils, ce qui favorise la sécession du royaume de Majorque en 1276, au moins jusqu’à sa réunification à la maison catalane en 1343. Le traité de Corbeil signé en 1258 oblige Jacques Ier à renoncer définitivement au Midi mais le délie d’un lien de vassalité au roi de France contracté sous Charlemagne. La dévolution en 1266 du royaume de Murcie à son gendre, Alphonse X le Sage, roi de Castille, laisse dans l’historiographie catalane autant de mauvais souvenirs que les échecs de ses croisades en terre Sainte. Il meurt en laissant des possessions divisées, sujètes à d’innombrables révoltes nobiliaires et d’insurrections musulmanes. L’histoire libérale a célébré en lui le promoteur du Llibre del Consolat de Mar, premier code maritime européen, le protecteur des juifs, le réformateur monétaire et institutionnel par la création des Corts et du Consell de Cent en 1274. On retient aussi l’essor que connut à la cour la littérature catalane, dont témoignent les œuvres de ramon Llull et du monarque lui-même (Llibre dels Feyts).

4 VC, 24/12/1906, Xenius (Eugeni D’Ors) » Para’l centenari del rey En Jaume ».

5 Jaume Collell, Lo Gran Rey en Jaume Ier el Conquistador, Barcelona, Biografia popular, 1908, 31 p. ; Josep Galvany i Partadé, Excursió a les Illes Balears ab motiu del VII centenari de la naixença del Rey Jaume Ier, Barcelona, L’Avenç, 1908, 42 p. ; Francisco Pi Mas i Oliver, Esperit del Gran Rey En Jaume Ier lo Conqueridor, Barcelona, La hormiga de Oro, 1908, 19 p. ; Conquesta per lo Serenissim Reu En Jaume de Aragó de la Ciutat e Regne de València, Barcelona, L’Avenç, 1908, 21 p.

6 PC, 5/1/1908, Gabriel Alomar, « En l’aniversari de la conquesta ».

7 PC, 19/06/1908, « Vettlada commemorativa », p. 3.

8 PC, 28/06/1908, « Centenari del rei En Jaume », p. 2.

9 VC, 17-12-1906, Francesch Valentí, « El centenari d’En Jaume ».

10 Christian Demange, 2003.

11 AGA, sección Presidencia, « Medallas y Centenarios, 1881-1925 », Leg 1 à 18. Voir aussi la section Asuntos Exteriores, « relaciones culturales », reg n° 4.

12 PC, 05/09/1906.

13 PC, 10 et 13-12-1906, Eugeni Puigventós, « Un centenari y uns monuments ».

14 PC, 07/04/1908, Gabriel Alomar, « Al llindar d’un centenari », p. 1. Voir également PC, 31/05/1908, « Una immobilitat de cent anys », p. 1 et 17/06/1908, « Bruc », p. 1.

15 PU, 04/06/1909, « Afrancesados », p. 1.

16 DdBCN, 15/05/1908, « La guerra de Independencia. ¿Fué una guerra dinástica ? », p. 6274-6276 et « La expectación de la víspera », p. 5321-5322.

17 La guerra de Independencia, el nostre centenari, Barcelona, La Bandera regional, 1908, 15 p. ; Homenaje a los Héroes de la Independencia, Primer centenario, Barcelona, Fiol i Cia, 1908, 64 p.

18 CC, 10/06/1908, Bartolomé trias, « ¡A Manresa ! », p. 1. Voir aussi 05/06/1909, « Centenario cívico-religioso », p. 1.

19 PU, 01/06/1909, « Homenaje a los mártires », p. 3.

20 Stéphane Michonneau, 005, p. 191- 18 ; Lluis Ferràn Toledano et Gema Rubi, 007, p. 87-110.

21 AA, Exp 549, Gobernación, serie D, 1903 et Boletín oficial del Estado, n° 50, 7/ /1903, Circular n° 45 .

22 AA, Exp 1 456, Eixample Vells, reg 19, 1910 et CMP, 05/07/1910, vol. 4, fol. 139v, 19/07/1910, vol. 4, fol. 54, 05/06/191 , vol. 4, fol. 181v, 06/0 /1913, vol. 1, fol. 41. Voir également : PC, 1 /07/1910, « Monuments de guerra » p. 1, et Memoria publicada por el Comité Ejecutivo nombrado por la Corporación de Voluntarios y Soldados supervivientes de la guerra de africa de 1860 para la erección de un monumento conmemorando las glorias del Ejército español, Barcelona, 17 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540