Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Barcelone

 | 
Stéphane Michonneau

2e partie. Les lieux de la commémoration (II) : la mémoire catalaniste

Chapitre 9. Solidaritat catalana, éclosion d’une mémoire catalaniste

Texte intégral

1La naissance du Onze septembre, la fête nationale catalane, est une belle démonstration du dynamisme commémoratif qui anime une partie de la société commémorative de ce début de siècle. Elle montre aussi combien le processus de construction d’une nouvelle mémoire nationale est lent et heurté. Au bout du compte, seul le contexte politique favorable né de Solidaritat catalana, à partir de novembre 1905, permet de dépasser le stade d’une commémoration clandestine. En effet, la période solidaire, de 1906 à 1909, modifie sensiblement les conditions dans lesquelles s’affrontent les mémoires barcelonaises. Rappelons qu’en novembre 1905, des soldats exaspérés par une caricature ridiculisant l’armée mettent à sac les sièges d’un célèbre journal satirique, Cu-Cut ! et du journal régionaliste, La Veu de Catalunya. Le gouvernement, plutôt que de défendre la liberté de la presse, fait alors promulguer une ley de juridicciones qui permet aux tribunaux militaires de juger les « crimes contre l’armée et la patrie ». L’affaire fait grand bruit à Barcelone et motive l’union des régionalistes et d’une partie des républicains dits solidaires. Cette coalition est le premier mouvement de masse de l’histoire du catalanisme politique : l’imposante manifestation du 29 avril 1906 marque un tournant majeur dans la popularisation de thèmes politiques qui traverseront tout le siècle.

2Dans l’immédiat, la coalition solidaire remporte aux élections législatives de 1907 un succès écrasant avec 41 sièges sur les 44 attribués à la Catalogne. L’alliance devait avoir d’immenses répercussions sur le républicanisme en Catalogne : d’une part, une majorité de ses membres, les radicaux, résiste à Solidaritat derrière Alejandro Lerroux. De l’autre, une fraction importante du courant républicain rejoint Solidaritat derrière le nouveau quotidien el Poble Català. Ces républicains-nationalistes tentent pour la première fois de concilier catalanisme et républicanisme : cette synthèse originale portera plus tard le nom d’Esquerra (la gauche). La catalanisation d’une partie de la gauche signifie que le nationalisme sort du cadre strictement partisan qui est jusqu’ici le sien, autour de la très conservatrice Lliga regionalista, pour couvrir désormais un spectre politique plus large. Mais l’éclatement du républicanisme est une chance que le catalanisme conservateur sait exploiter pour imposer à Barcelone sa mémoire. Pour l’heure, l’alliance solidaire propose aux Barcelonais un puissant cadre de référence politique qui marque une étape supplémentaire dans la catalanisation en profondeur de la mémoire locale.

Le Onze septembre, une nouvelle commémoration [Ill. 21 et 22]

3L’histoire de la fête nationale montre qu’au sein d’une partie de la société catalane, une mémoire catalaniste mûrit rapidement entre 1901 et 1906.

  • 1 PU, 12-09-1886, p. 2. L’épisode est également rapporté par Lluís Marsans dans un article célèbre p (...)
  • 2 AA, Exp. 103 serie D, Gobernación, 1884. Voiraussi : Sebastià Riera, 1994 ; Joan-Lluís Marfany, 19 (...)
  • 3 La Tramontana, 12/04/1889, cité par Joan-Lluís Marfany, 1995, p. 194. Il est possible que le choix (...)

4Le 11 septembre 1714, le conseiller en chef de Barcelone, Rafael Casanova, tomba sous les balles des troupes assiégeantes de Philippe V. À l’origine, l’anniversaire du 11 septembre est dissocié de la statue de Rafael Casanova. D’un côté, le Onze septembre devient l’objet de commémorations dès 1885 lorsque l’Associació popular regionalista organise une première veillée funèbre en l’honneur des martyrs de 1714. L’année suivante, une messe est dite en l’église Santa-Maria-del-Mar par Mgr. Collell, chanoine de Vic et directeur du journal conservateur La Veu de Montserrat. L’évêque Català condamne la cérémonie car « un lieu de culte ne doit pas être un club politique ». L’office rassemble malgré tout 148 « séparatistes » sous la présidence du directeur de La Renaixença, Angel Guimerà, et du président de Centre català, « l’agitateur » Valenti Almirall1. D’un autre côté, il existe depuis 1888 au Saló de Sant-Joan, près de l’Arc de triomphe, une statue de Rafael Casanova exécutée par le sculpteur Rosend Nobas2. La première manifestation au pied de cette statue a lieu le 7 avril 1889 : un groupe d’étudiants en droit y manifeste son opposition au nouveau Code civil espagnol3. Mais le 11 septembre, rien…

  • 4 LR, 10-09-1897, p. 2727.

5C’est seulement le 11 septembre 1892 que l’Unió catalanista organise un hommage à Casanova. C’est encore à titre privé qu’en 1894 on place quelques rameaux de laurier au pied de la statue : pour la première fois s’établit alors un lien entre la statue du Saló et la commémoration du Onze septembre. En 1897 cependant, une messe à la mémoire des martyrs du 11 septembre 1714 est dite dans l’église de la Mare de Deu del Coll, paroisse de villégiature de la bourgeoisie catalane, sur les hauteurs de Barcelone : selon El Noticiero Universal, « les jeunes qui se pressaient autour de la pittoresque église en s’acquittant de pieuses et patriotiques offrandes » ne sont autres que des fils de bonnes familles4. À Barcelone, il faut attendre 1901 pour que la commémoration se départisse du caractère confidentiel qu’elle a jusqu’alors revêtu.

6Le 10 septembre 1901, en début de soirée, le gouvernement civil interrompt une réunion du groupe catalaniste radical Catalunya y avant !, tenue rue Casador. Les participants se dispersent en petits groupes puis se réunissent clandestinement dans la nuit autour de la statue de Casanova. Les cinq cents jeunes catalanistes « de familles connues de Barcelone » ont à peine le temps de déposer « onze couronnes de laurier ornées de rubans de couleur rouge et jaune » que la police procède immédiatement à trente arrestations. L’incident est déjà remarquable en soi : comme en témoigne le Noticiero Universal,

  • 5 NU, 12, 13 et 14-09-1901.

« [la cérémonie du Onze septembre] était un acte qui, dans les années antérieures, passait inaperçu, réduit à quelques cris sans écho et à quelques couronnes placées au pied de la statue et enlevées par la police quelques instants plus tard, sans détentions, sans rien de plus que l’indifférence générale de la part de l’opinion publique. […] il n’est malheureusement pas nouveau à Barcelone que cette jeunesse irréfléchie profite de n’importe quel acte et le provoque pour faire des manifestations qui pour être peu définies n’en sont pas moins condamnables5 ».

  • 6 VC, 12-09-1901 et 13, 15-09-1901.

7La commémoration du Onze septembre naît donc dans l’illégalité ; plus encore, c’est cette illégalité et la répression qu’elle implique qui fondent sa légitimité. L’intervention des forces de l’ordre place d’emblée les catalanistes dans le rôle de martyrs à l’instar d’un Casanova tombé pour la défense des libertés « nationales ». L’acte rituel vise donc à la répétition d’un événement supposé traumatique et pour les manifestants, les arrestations viennent confirmer l’actualité d’une oppression commencée trois siècles plus tôt. L’originalité de cet incident tient également à la formidable mobilisation qui s’ensuit dans les milieux catalanistes. La Veu et surtout La Renaixença s’emportent contre le gouvernement et ses alliés républicains-fusionnistes. La première revendique dans un éditorial intitulé « La haine envers la Catalogne » le droit à vénérer une statue déjà ancienne, feignant d’ignorer que la statue avait été érigée pour une toute autre leçon politique6. La presse militante cherche à créer l’événement. C’est pourquoi l’Unió catalanista organise le 14 septembre une contre-manifestation afin de porter d’autres couronnes au pied de la statue. La veille, les députés catalanistes aux Cortes ont obtenu la libération des trente inculpés. L’acte de protestation réunit entre six et dix mille personnes place de Catalogne. Le dépôt des couronnes est suivi d’un discours du président de l’Unió, Manuel folguera i Duran, qui exhorte la foule à se disperser dans le calme. En passant devant le siège de Fusión republicana, les manifestants sont insultés aux cris de « Vive la république ! » et « À bas la réaction ! ». Au total, les « faits » de 1901 contribuent à populariser la commémoration du Onze septembre. L’hostilité des autorités et les arrestations ne font qu’augmenter le prestige de ce qu’on appelle désormais la Diada (la Journée). Mais au-delà des cercles étroits du nationalisme, le Onze septembre peine à s’imposer.

Deux fêtes nationales d’un coup

  • 7 Il s’agit de l’Unió catalanista, la Lliga regionalista, Catalunya federal, l’Orfeó català, le Cent (...)
  • 8 AHCB, Fulls volanders, 1905.

8En 1905, on tente de définir une première fête nationale unitaire : la commission est composée de quelques-unes des plus prestigieuses associations culturelles de Barcelone7. Dans sa proclamation faite aux Catalans, la Commission revendique le droit de célébrer une fête nationale8. En général, précisent les auteurs, cette dernière « commémore le jour d’une immortelle victoire ou d’une révolution héroïque, ou encore celui du commencement d’une ère nouvelle » ; Pour la Catalogne renaissante, il leur paraît naturel de choisir le jour de la fête-Dieu :

« Le jour que nous avons choisi pour une si belle manifestation est celui de la fête-Dieu. C’est le jour le plus clair de l’année, la victoire de la lumière, le jour où fleurissent les tons joyeux et les douces notes. […] Il n’y a pas de meilleur jour pour se souvenir de ce terrible événement historique […], prélude de ces dures journées qui montrèrent au monde la vitalité de la Catalogne résistante […] Célébrons-la donc, cette fête nationale ! »

  • 9 Le Centre autonomista de dependents del comerç i de la indùstria, fondé en 1903, est une plateform (...)

9Les « dures journées » auxquelles le texte fait allusion, ce sont encore celles de la fête-Dieu de Sang (Corpus de Sang) de juin 1640 mais pour les organisateurs de la fête nationale nouvelle, il est clair que ces événements historiques sanglants passent au second plan. On notera que ce sont les mêmes associations auxquelles s’est joint le CADCI9 qui se chargent d’organiser l’hommage

  • 10 AHCB, Fulls volanders, 1905.

10à Casanova, le 11 septembre de la même année 1905 : hommage au pied de la statue de Casanova et crèpe noir au balcon sont au programme10.

11Pour résumer, deux journées ont vocation à rassembler les ardeurs nationalistes de ce début de siècle. C’est une de trop, sans doute, mais cela ne suffit pas à les opposer : ce sont bien les mêmes promoteurs de mémoire qu’on trouve à l’origine des deux initiatives, même si le Onze septembre a eu une tonalité plus radicale à ses débuts. Pour autant, il ne s’agit pas de choix équivalents et permutables. D’un côté, la fête-Dieu, réactivée par le mythe que la Renaixença développe autour des Segadors et de la révolte de 1640, se veut optimiste. De façon surprenante, toute référence religieuse à cette résurrection nationale est absente. À l’inverse de la fête nationale basque, l’Aberri eguna, c’est la mythologie romantico-païenne du printemps qui importe. Nulle part le texte ne fait explicitement référence à des événements historiques précis ou à des personnages particuliers : même la figure de Pau Claris, si capitale lors de la révolte, n’apparaît pas. C’est sans doute que la fête, en se greffant sur la procession religieuse la plus ancienne et populaire de Barcelone, n’en a pas besoin. Ainsi, ni lieu ni date n’ont besoin d’être fixés. D’un autre côté, Le Onze septembre, avec ses messes et son rite sacrificiel, offre une version plus morbide. Il a l’avantage de l’ancienneté, pour ne pas dire de la notoriété depuis les incidents de 1901. Il s’identifie clairement à un lieu de mémoire concret : la statue à Casanova. La date, immuable, inaugure l’automne et déjà, les rigueurs de l’hiver. En somme, la cérémonie du Onze septembre contient une promesse de résurrection que la fête-Dieu accomplit : en miroir l’une de l’autre, les deux célébrations répondent à des systèmes symboliques plus complémentaires qu’opposés. On voit ici combien l’invention d’une symbologie nationale nouvelle est un travail de longue haleine, le fruit d’une lente cristallisation des mémoires que précipiteront les événements de 1906.

1906, éclosion d’une commémoration

  • 11 PC, 12/09/1906, « Conmemoració del 11 de setembre ». Voir aussi PC, 18/10/1906, et 21, 22, 23/10/1 (...)

12L’année de Solidaritat catalana est celle de l’entrée du Onze septembre dans l’ère des célébrations publiques : 40 couronnes, 36 entités sont présentes au pied de la statue à Rafael Casanova. La journée, curieusement, inaugure un modèle de célébration auquel on restera fidèle postérieurement. On retrouve par exemple le double rituel de la messe du matin dans l’église de Sant-Just i Pastor suivie du dépôt des couronnes au pied de l’Arc de triomphe. Le public applaudit chaleureusement mais ne chante pas encore, faute de connaître Els Segadors. L’année suivante, en 1906, les incidents sont nombreux : là encore, c’est une tradition. Lerrouxistes et nationalistes s’insultent copieusement sous le regard attentif d’une police qui finit par intervenir fermement11. L’échauffement des esprits est dû à la forte politisation de l’acte : sur les 36 associations venues, 26 entités politiques occupent le premier rang, pour une moitié conservatrices (Lliga), pour une autre progressiste (républicains-nationalistes). L’équilibre de Solidaritat est respecté.

  • 12 LR, 11/09/1897, « Secció política », p. 2338.
  • 13 PC, 13/19/1906, « En l’aniversari », p. 1.
  • 14 PC, 11/069/1906, « La Diada d’avui », p. 1. C’est nous qui soulignons.

13De fait, les commentaires qui accompagnent cette journée de commémoration ont changé de ton : en 1897, par exemple, La Renaixança développe le thème de la décadence inéluctable de la Catalogne depuis 1714 et en appelle à la résurrection de la patrie devenue esclave12. Le propos nostalgique et passéiste cède le pas en 1906 à un discours optimiste et intégrateur, offrant aux Barcelonais la perspective radieuse de l’autonomie politique. Pour El Poble Català, « Ce n’était pas un amour stérile envers le passé qui animait ces foules, c’était mieux une sereine confiance en l’avenir13 ». Le rapport au temps, autrefois morbide, se modifie donc ; le temps ressassé de l’humiliation passée cède le pas au rappel du sang versé comme témoignage de « l’âme généreuse de Catalans qui surent se sacrifier pour un idéal, bon ou mauvais14 ». transmué en symbole d’espoir, le Onze septembre construit une éthique du militantisme où le sacrifice à la cause est une métaphore politique obligée.

  • 15 AA, CMP, 17/04/1906, vol. 2, fol. 292 ; CMP 03/05/1906, vol. 2, fol. 294v. On peut également mettr (...)
  • 16 AA, CMP 29/01/1907, vol. 1, fol. 127. CMP 24/12/1907, vol. 6, fol. 300v, et CMP 31/12/1908, vol. 7 (...)

14À la municipalité, l’union solidaire de 1906 permet à la politique de mémoire catalaniste de trouver son élan. On débloque bon nombre de votes restés en suspens. En avril 1906, sont placés conjointement dans la galerie des Illustres catalans les portraits de Pi i Margall, de figueras, l’autre président de la Première République, du Dr Robert et de Verdaguer15. L’unanimisme commémoratif est à nouveau de rigueur. Du coup, le projet monumental à Pi i Margall reprend : le 17 janvier 1907, on attribue un emplacement définitif au futur monument, on fixe la date de pose de la première pierre, on décide l’ouverture d’un concours artistique et la formation d’une nouvelle commission municipale chargée de surveiller le bon déroulement de la construction. formée le 29 janvier 1907, celle-ci lance la souscription en mars et ouvre le concours artistique en décembre : à l’issue de la délibération du jury artistique qui distingue le projet de Miquel Blay, le 29 janvier 1909, les travaux de fondation commencent en juin16.

  • 17 AA, CMP 17/01/1907, vol. 1, fol. 93v.
  • 18 Joan Cullà, 1986, p. 286. Cite l’existence d’une publication entièrement écrite en catalan, La Pub (...)

15Certes, certains régionalistes se sont fait tirer l’oreille17. Quant aux républicains radicaux, leur foi anti-solidaire ne peut pas aller jusqu’à empêcher l’hommage à un président de la Première République ! tout se passe comme si, au-delà les clivages nés de Solidaritat, la figure de Pi i Margall forçait l’union de tous les républicains18. À la croisée des deux forces politiques prépondérantes naît cette Esquerra qui se propose, selon l’heureuse formule de l’un de ses plus célèbres dirigeants, Jaume Carner, de nationaliser le républicanisme et de républicaniser le catalanisme. Le monument à Pi i Margall concrétise finalement la naissance d’un nouvel espace politique de centre-gauche, grâce à l’Unió federal nacionalista republicà (UFNR) qui devient en 1910 la seconde force politique barcelonaise. Catalyseur de cette troisième voie, le monument à Pi suit les vicissitudes du mouvement politique qui le porte.

L’union par le culte de la langue

  • 19 Angel Guimerà (1845-1924). Né à tenerife mais de parents catalans, il vient vivre à Vendrell à l’â (...)
  • 20 Pere Anguera, 1999, p. 129-155.
  • 21 PC, 24/05/1909, p. 2.

16Il est une autre figure qui symbolise l’unanimisme précaire inspirant Solidaritat catalana, c’est celle d’Angel Guimerà19. Il est pour les nationalistes le symbole du passage d’un catalanisme culturel à sa formulation politique en même temps qu’il personnifie l’identité de la patrie avec la langue catalane20. Dans la matinée du 20 mai 1909 défile en hommage au dramaturge, place de Catalogne, une gigantesque procession civique d’environ cent mille personnes. La réunion coïncide avec le troisième anniversaire de la grande manifestation de Solidaritat, le 20 mai 1906. La cérémonie du souvenir se déroule en deux temps. Dans un premier moment, un immense cortège civique se réunit sur la place de Catalogne où le maire proclame Angel Guimerà fils adoptif de Barcelone. Dans un second temps, l’après-midi, l’écrivain découvre la statue élevée dans le parc de Montjuïc au personnage principal de sa pièce de théâtre Terra Baixa, Manelich. Aux dires d’une presse pour une fois unanime, la cérémonie est le « couronnement solennel » de la journée. figure nationale archétypale, Manelich est appelé à l’immortalité, selon le discours du maire Albert Bastardes, « immortel comme les fils sortis de l’imagination de Shakespeare, de Cervantes, de Victor Hugo, immortels comme Roméo et Juliette, Don Quichote et l’Alcalde de Zalamea21 ».

  • 22 PU, 23/05/1909, R. Vives Pastor, « Al poeta », p. 1.
  • 23 LV, 24/05/1909, « El honenaje a Guimerà », p. 3.

17Par quelle étrange alchimie un personnage de roman parvient-il à incarner l’âme d’un peuple ? La mémoire aime la métonymie qui, pour ne pas honorer un auteur encore en vie, déplace son centre d’intérêt de l’auteur au personnage romanesque qu’il a créé. C’est Guimerà qu’on vise, le poète, le dramaturge qui se serait fait l’écho d’une conscience collective : « toi et la Catalogne, ça ne fait qu’un ! » déclame R. Vives Patos dans un poème lyrique intitulé Al Poeta22 ! L’identité de l’écrivain et de la patrie passe évidemment par la langue : « Vous êtes le Verbe de la langue catalane » proclame Bastardes en s’adressant au patriarche que l’on pressent déjà pour le prix Nobel de littérature. Investi d’une fonction démiurgique nationale, l’écrivain est voué à une religion littéraire irénique et populaire. Selon les propres mots de La Vanguardia, l’hommage est « un référendum de la gloire littéraire23 ! ». Guimerà est hissé au rang des Pères de la langue au même titre que Ramon Llull, Carles Aribau ou Verdaguer. Le culte de l’écrivain masque un culte de l’écriture et de la langue qui est placé au centre de l’univers symbolique catalaniste.

  • 24 PC, 25/05/1909, « Comentaris », p. 1. La Veu, 24/05/1909, « Les festes d’ahir », p. 2. PU, 25/05/1 (...)

18Plus encore que le défilé devant Guimerà, c’est la présence massive des républicains radicaux qui reste l’image forte de l’unanimité du « catalanisme en marche » selon l’expression de La Veu. On pouvait craindre le pire, et la commission organisatrice avait prudemment enjoint les participants de défiler « sans aucun cri d’aucune sorte ». Les commentaires s’étonnent de la « rigueur quasiment militaire » avec laquelle les radicaux antisolidaires ont défilé derrière leurs représentants élus, bien rangés en files de quatre. Ils défilèrent « aussi correctement que s’ils étaient catalanistes », commente El Poble Català24. L’attitude des radicaux suscite la méfiance : pour La Publicidad, ce « troupeau de moutons » voulait « effacer la condition catalaniste de Guimerà pour n’y voir seulement que le poète, le penseur génial, le sage, l’homme de bien ». Et d’ajouter, optimiste :

« [Ce cortège], celui des inconscients, des incultes, de ceux qui ne connaissent rien de Guimerà, peut-être pas même le nom, se dit : “Voilà le poète !”, et ils baissent la tête, humiliés devant sa figure. Et par cette humiliation, ils [les radicaux] se rachètent ».

  • 25 Josep Grau, 2006.
  • 26 LV, 26/09/1909, « El Sentit catalanista », p. 1.

19Tout en exprimant la naïveté et l’élitisme des dirigeants de l’Esquerra, ces mots contiennent un rêve d’unanimité nationale qui transcende les clivages sociaux et politiques25. Pour illustrer cette illusion nationaliste, La Veu de Catalunya qui a le sens des formules rapporte : « Autrefois, il pouvait y avoir des différences entre être catalan et être catalaniste ; aujourd’hui, il n’y en a plus26 ». L’insurrection populaire de juillet 1909, la fameuse Semaine tragique qui suit de quelques jours ces propos, souligne cruellement l’aveuglement de leurs auteurs. Avec l’incendie de Barcelone, la coalition solidaire éclate.

20La période solidaire pose indiscutablement les jalons indiscutables d’une nouvelle identité. Elle met en évidence une ligne de fracture des identifications nationales passant désormais à l’intérieur de la gauche républicaine. Deux couples symbolisent l’alliance objective des nationalistes au-delà du clivage droite-gauche : Dr Robert-Verdaguer pour les régionalistes ; Pi i Margall-Guimerà pour les républicains-nationalistes. Dans l’union symétrique d’un homme politique et d’un écrivain, on reconnaît une structure fondamentale de la mémoire nationaliste. Mais le duo n’est pas égal : l’homme politique, qui « fa país » (littéralement, qui fait le pays) n’équivaut pas au poète, qui dit le pays. Le culte au poète rendu si ostensiblement par le monde politique a un prix : la stricte subordination du monde de la création au projet nationaliste.

21Solidaritat catalana est un tournant majeur : la mémoire catalaniste, en élargissant son public à une nouvelle frange de l’opinion progressiste, s’ancre profondément et dépasse le cercle étroit de la culture militante. 1906 est le moment où la politique de mémoire catalaniste devient hégémonique en Catalogne. Mais à partir de 1908, la consolidation de la mémoire catalaniste implique l’ouverture de plusieurs fronts de résistance : à droite, un patriotisme espagnol tente d’allumer des contre-feux ; à gauche, les républicains radicaux tâchent d’élaborer une vision propre du passé de l’Espagne. La politique de mémoire retrouve le cours normal du conflit.

Notes

1 PU, 12-09-1886, p. 2. L’épisode est également rapporté par Lluís Marsans dans un article célèbre paru dans Renaixement le 11 septembre 1911.

2 AA, Exp. 103 serie D, Gobernación, 1884. Voiraussi : Sebastià Riera, 1994 ; Joan-Lluís Marfany, 1995, p. 193-194 ; Pere Anguera, 2003, p. 17-34.

3 La Tramontana, 12/04/1889, cité par Joan-Lluís Marfany, 1995, p. 194. Il est possible que le choix de Casanova fut motivé par la présence toute proche de l’effigie d’Alonso Martínez, située à l’entrée du Palais de Justice. Ce ministre était en effet celui qui avait promut la réforme si contestée du Code civil. Joan Crexell, 1985, p. 53.

4 LR, 10-09-1897, p. 2727.

5 NU, 12, 13 et 14-09-1901.

6 VC, 12-09-1901 et 13, 15-09-1901.

7 Il s’agit de l’Unió catalanista, la Lliga regionalista, Catalunya federal, l’Orfeó català, le Centre excursionista de catalunya, les Jochs Florals, l’ateneu obrer del districte II (Eixample), le Círcol artístic de Sant-Lluch, le Col.legi de Sant-Jordi, le Centre escolar catalanista et l’Associació de lectura catalana.

8 AHCB, Fulls volanders, 1905.

9 Le Centre autonomista de dependents del comerç i de la indùstria, fondé en 1903, est une plateforme politique et sociale qui a pour objectif la défense du catalanisme et du réformisme social. La propagande et la formation culturelle servirent de tremplin à une entité qui servit de tribune ouverte aux hommes politiques et aux intellectuels. D’abord proche de la Lliga, le CADCI se rapproche ensuite de l’Esquerra. En 1903, il comptait 85 entités affiliées, en 1914 plus de 3 000 et en 1923 environ 10 000, réparties dans toute la Catalogne. Dissous par la dictature, il renaît en 1931.

10 AHCB, Fulls volanders, 1905.

11 PC, 12/09/1906, « Conmemoració del 11 de setembre ». Voir aussi PC, 18/10/1906, et 21, 22, 23/10/1906.

12 LR, 11/09/1897, « Secció política », p. 2338.

13 PC, 13/19/1906, « En l’aniversari », p. 1.

14 PC, 11/069/1906, « La Diada d’avui », p. 1. C’est nous qui soulignons.

15 AA, CMP, 17/04/1906, vol. 2, fol. 292 ; CMP 03/05/1906, vol. 2, fol. 294v. On peut également mettre au crédit de Solidaritat les décisions du 26/9/1905 (vol. 4, fol. 280) et du 18/10/1906 (vol. 5, fol. 286) relatives au vote de 12 000 ptas pour contribuer à la construction du mausolée de Pi i Margall à Madrid.

16 AA, CMP 29/01/1907, vol. 1, fol. 127. CMP 24/12/1907, vol. 6, fol. 300v, et CMP 31/12/1908, vol. 7, fol. 183. CMP 24/06/1908, vol. 4, fol. 2.

17 AA, CMP 17/01/1907, vol. 1, fol. 93v.

18 Joan Cullà, 1986, p. 286. Cite l’existence d’une publication entièrement écrite en catalan, La Pubilla, domiciliée à la Fraternidad Republicana del Pueblo Seco, qui prétendit renforcer l’image catalaniste des antisolidaires ; la revue revendique haut et fort l’héritage politique de Pi i Margall, contre l’autonomie catalaniste réactionnaire et pour l’autonomie démocratique et fédérale.

19 Angel Guimerà (1845-1924). Né à tenerife mais de parents catalans, il vient vivre à Vendrell à l’âge de sept ans. À Barcelone pour ses études, il entre en contact avec la Jove catalunya, première association patriotique exclusivement catalaniste, puis fonde le journal La Renaixença. Au premier congrès catalaniste de 1880, il prend ses distances par rapport à la ligne plus politique définie par Almirall. Il fait toutefois partie de la délégation qui présente en 1885 le Memorial de Greuges. En 1887, il quitte le Centre català d’Almirall pour fonder la Lliga de Catalunya. Président des Jeux floraux en 1889, il y prononce en ouverture un discours patriotique célèbre qui revendique pour la première fois l’officialité du catalan. Élu président de la Lliga cette même année, il poursuit une intense activité nationaliste : en 1892, il participe à la rédaction des Bases de Manresa puis défend énergiquement le droit catalan ; l’année suivante, il appuie à Reus l’intervention des catalanistes dans les élections. Président de l’Ateneu barcelonès en 1895, il y impose l’usage exclusif du catalan, fait rarissime à l’époque. Il favorise la politisation du quotidien qu’il avait fondé en laissant ouvertes les colonnes à Prat de la Riba et Puig i Cadafalch. Critiquant durement l’alliance de la bourgeoisie catalane avec le général Polavieja, il demeure méfiant envers la rénovation politique tentée par la Lliga regionalista, ce qui aboutit au départ des fondateurs de La Veu de Catalunya de son groupe. Il se retire progressivement de l’activité politique à partir de 1901 et perd la direction de La Renaixença en 1903. En 1909, sa figure est plus symbolique que combattante au sein du catalanisme politique. Son œuvre littéraire le fait considérer comme l’un des pères de la Renaixença.

20 Pere Anguera, 1999, p. 129-155.

21 PC, 24/05/1909, p. 2.

22 PU, 23/05/1909, R. Vives Pastor, « Al poeta », p. 1.

23 LV, 24/05/1909, « El honenaje a Guimerà », p. 3.

24 PC, 25/05/1909, « Comentaris », p. 1. La Veu, 24/05/1909, « Les festes d’ahir », p. 2. PU, 25/05/1909, « El homenaje a Guimerà », p. 1.

25 Josep Grau, 2006.

26 LV, 26/09/1909, « El Sentit catalanista », p. 1.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540