Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Barcelone

 | 
Stéphane Michonneau

2e partie. Les lieux de la commémoration (II) : la mémoire catalaniste

Chapitre 8. 1901 : Les bouleversements du paysage symbolique

Texte intégral

  • 1 Borja de Riquer, 2000, p. 22-59. p. 42. Gema Rubí, 2006.

1L’année 1901 constitue à Barcelone un tournant politique majeur : les partis dynastiques, libéral et conservateur, sont définitivement exclus du jeu politique local, remplacés par une nouvelle bipolarité politique entre républicains et régionalistes. Selon Borja de Riquer, cette victoire est un profond bouleversement du paysage politique, « brusque et radical1 ». La transition entre la politique clientéliste et caciquiste et la politique de masse implique la montée en puissance de nouveaux partis qui canalisent les aspirations démocratiques de l’électorat, l’hégémonie d’organisations dont la structure militante reste stable autour d’un programme défini et de nouvelles formes de direction, des stratégies susceptibles de capter l’opinion publique en s’appuyant sur une presse politisée. La crédibilité et la légitimité de ces organisations reposent naturellement sur le suffrage universel réintroduit en Espagne en 1890.

  • 2 La Mancomunitat est une institution constituée par l’union des quatre Députations provinciales cat (...)

2Républicains et régionalistes se partagent désormais le pouvoir local. Pour ceux qui dénoncent sans relâche l’incapacité gestionnaire et la corruption des anciens caciques, la conquête de l’administration locale est une priorité. D’une part, elle permet de maîtriser les moyens financiers pour maintenir le large réseau d’associations politiques et culturelles devenues à la fin du xixe siècle les relais indispensables de l’activité politique des partis. D’autre part, elle constitue, du moins chez les régionalistes, la première étape vers un contrôle des institutions provinciales et régionales. Si bien que le conseil municipal barcelonais se transforme en la principale tribune politique de la Catalogne au moins jusqu’à la création de la Mancomunitat de Catalunya en 19142.

3Dans la lutte que les partis démocratiques se livrent, l’occupation de l’espace public est à la fois enjeu politique et enjeu de mémoire. Dans un premier temps, une stratégie commune aux oppositions parvient à bouter hors de la capitale les repères du paysage symbolique monarchique. Les manifestations de Solidaritat catalana en 1906 lancent le coup d’envoi d’une conquête inexorable de la ville par une politique de mémoire catalaniste de plus en plus cohérente. Il n’existe pas réellement de solution de rechange à la catalanisation des mémoires qui, en plus de proposer à l’individu une forme d’inscription dans la collectivité nationaliste, le soumet à une lecture originale de son histoire.

4La redéfinition de l’horizon commémoratif barcelonais condamne les cultes à la monarchie. L’affrontement commence dès octobre 1900 lorsque des républicains s’opposent au vote d’une contribution municipale pour des messes à la mémoire du général Martínez Campos qui avait établi Alphonse XII sur le trône. Le 28 mai 1902, régionalistes et républicains ensemble refusent de participer aux fêtes de couronnement du nouveau monarque, Alphonse XIII. En revanche, de 1901 à 1903, l’entente objective entre républicains et régionalistes aboutit à l’élaboration des deux modèles caractéristiques de la nouvelle configuration des mémoires. D’une part, les régionalistes lancent les projets des monuments au Docteur Robert et à Verdaguer ; de l’autre, les républicains celui du monument à Pi i Margall. En effet, en 1902, un foisonnement d’initiatives lance une grande campagne monumentale qui rappelle celle des années 1880. Les propositions votées à l’unanimité, les commissions équitablement partagées prouvent que la solidarité fonctionne, de sorte que les trois hommages semblent indissociablement liés : le 14 août 1902, de manière significative, le conseil décide d’un seul coup d’avancer la date de pose de la première pierre du monument Verdaguer, de fusionner les quatre souscriptions destinées au monument Robert et de nommer la Commission exécutive du monument Pi i Margall. Si l’on examine les trois cultes proposés aux Barcelonais, on note que leur chronologie ne suit pas celle des décès des personnages honorés : Pi i Margall le 29 novembre 1901, le Dr Robert le 10 avril 1902 et enfin Jacint Verdaguer le 10 juin. D’un point de vue commémoratif, c’est la mort du Dr Robert qui inaugure la série des hommages, suivie de près par les cérémonies à Verdaguer durant l’été 1902 et enfin, par celles à Pi i Margall, un an après sa disparition.

Le Docteur Robert, homme providentiel [Ill. 16 et 17]

5La construction du monument à Robert se déroule du 31 janvier 1904, date de la pose de la première pierre, au 10 novembre 1910, date de son inauguration. Mais l’élan commémoratif remonte au 17 avril 1902 quand le plus grand rassemblement jamais vu à Barcelone accompagne la dépouille mortelle au cimetière de Montjuïc. Deux mois plus tard, c’est autour de Verdaguer que se réunissent des foules innombrables. Le siècle commence et s’ouvre en fanfare l’ère des grandes manifestations de masse si caractéristiques de la vie politique moderne. Nul doute que ces démonstrations de deuil introduisent une rupture majeure dans l’histoire des sensibilités barcelonaises.

  • 3 Bartomeu Robert (1842-1902) est médecin et préside l’Académie des sciences médicales de Catalogne. (...)
  • 4 VC, 13/11/ 1910, « L’home de cor », p. 2.
  • 5 IC, 20/11/1910, « Homenatge al Dc Robert », n° 389.

6La disparition de Bartomeu Robert sert immédiatement les intérêts politiques de la jeune Lliga regionalista qui porte le flambeau du nationalisme et de La Veu de Catalunya, l’organe de presse qui lui correspond3. Certes, le mythe n’est pas sans rapport avec la vie du Dr Robert mais si on admet que les générations du début du siècle peuvent encore avoir un souvenir précis du médecin, on ne comprend pas pourquoi se manifeste, tout juste dix jours après sa mort, la volonté de lui ériger un monument. C’est que la commémoration ne vise pas à réactiver un souvenir encore vivant, mais bien plutôt à confectionner une image légendaire qui puisse se substituer au souvenir. Comme l’avoue plus tard Xenius, pseudonyme d’Eugeni d’Ors, il s’agit de « servir la différence, travailler à la différence et pour la rendre efficace, lui donner des symboles, une mythologie4 ». En définitive, l’Ilustració Catalana a raison de souligner que « le monument n’est pas seulement dédié à un grand homme mais aussi à l’idée qui se cristallisera sur lui5 ».

  • 6 Enric Jardí, 1969.
  • 7 AA, CMP, 15/04/1902, vol. 2, fol. 73 ; 17/07/1902, vol. 3, fol. 138v ; 11/12/1902, vol. 5, fol. 26 (...)

7Dans le souci de renforcer la lutte contre le caciquisme, les commentaires soulignent deux événements de la vie du Dr Robert : d’une part, le tancament de caixes en 1899, lorsqu’en réponse aux réformes fiscales du ministre Villaverde, le maire démissionna en solidarité avec ses administrés qui organisaient un boycott fiscal. Si ce mouvement marquait l’alliance objective des catalanistes et d’une partie des couches moyennes de la bourgeoisie, il manifestait également la naissance d’un nouveau mode d’expression politique alors que le vote était devenu à force de corruption une farce électorale : Robert cristallisait par son geste toutes les rancœurs accumulées contre le système de la Restauration. D’autre part, son élection comme député aux Cortes de Madrid6, en mai 1901, lorsque Robert plaida vigoureusement la cause catalaniste, soutenu par les trois autres députés régionalistes, tous dirigeants de puissantes entités culturelles ou patronales à Barcelone. La protestation des « quatre Présidents » représenta non seulement l’irruption de la « question catalane » sur la scène politique espagnole, mais aussi la prédominance de la Lliga regionalista sur son adversaire républicain. Synonyme de rupture avec « l’Ancien régime », le nom de Robert est naturellement appuyé par la Lliga qui soutient activement la souscription au monument7. Dès le 17 au soir, la Junta directiva du parti nomme une commission exécutive qui se réunit quatre jours plus tard.

8En quelques mois, le projet monumental devient un instrument de lutte, une arme électorale aux mains des catalanistes. En janvier 1904, lors de la cérémonie de pose de la première pierre, la Lliga tente de discréditer les républicains : en effet, la nouvelle dynamique bipolaire de la politique catalane profite dans un premier temps aux républicains dirigés par Lerroux. Ce dernier développe un ouvriérisme pragmatique et un anticléricalisme virulent qui séduit la masse ouvrière. Le culte au Dr Robert, soutenu par les forces intellectuelles et économiques du pays, sert de signe de ralliement à des nationalistes combatifs. À coups de La Marseillaise pour les uns et de Els Segadors, l’hyme catalaniste, pour les autres, les deux camps s’affrontent désormais.

  • 8 VC, 13/11/1910, p. 2-3.

9La force du mythe du Dr Robert est d’articuler quelques thèmes simples. Le premier s’attache à l’homme de cœur proche des souffrances du peuple. Les discours font une large place aux actes de bonté, de désintéressement et de courage du médecin : dévouement exemplaire lors des épidémies de 1870 et 1885, soins dispensés gratuitement aux nécessiteux, etc. Progressivement, cette réputation acquiert une sorte de sacralité car le peuple croit fermement en une capacité de guérison hors du commun. C’est pourquoi, le jour de l’inauguration, les Barcelonais vont recueillir « l’eau miraculeuse » de la fontaine qui jaillit au pied de la statue. L’homme généreux a ses disciples et « c’est toujours par le cœur qu’il conduisit les hommes » mais finalement, « l’apôtre de la liberté de son peuple » sacrifia sa personne. Désormais, sa parole devait être répandue car il était « le modèle achevé de l’homme politique moderne », « l’exemple à suivre8 ». Le mythe emprunte ici tous les éléments de la figure christique.

  • 9 VC, 31/01/1904, p. 3.

10Mais à sa parole de cœur, il faut joindre son action de fermeté et de combat pour la cause catalaniste : c’est ainsi que Robert incarne un Saint Georges contemporain, le saint patron de la Catalogne. Dans un article du 28 janvier 19049, Manuel de Montoliu explique que le mariage des Rois Catholiques unissant couronne de Castille et couronne d’Aragon fut un sortilège : la Castille, avec son idiome, ses lois, ses armes, ses promesses de richesses d’outre-mer endormit sa sœur catalane. « Notre patrie resta nue et muette, désemparée et enchaînée, aux portes de la mort ». Puis vint le temps de la lumière : le poète Verdaguer apprit aux Catalans à lire l’avenir des peuples et les pages du passé. La nation esclave avait enfin pris conscience de ses douleurs. Il fallait désormais qu’un homme brisât l’enchantement, guidant le peuple d’une main et combattant l’ennemi de l’autre. Ce Saint Georges terrassant le dragon castillan n’était autre que Robert : « La Catalogne avait trouvé son homme » ! Ériger un monument au Dr Robert, c’est conclure une histoire qui débuterait avec le mariage des Rois Catholiques ; c’est briser le cercle vicieux de la décadence nationale.

11La popularité du monument auprès des nationalistes tient sans doute au génie du sculpteur Josep Llimona qui réussit à matérialiser les incarnations multiformes du mythe de Robert. La structure pyramidale de ce qui est encore aujourd’hui le plus beau monument de Barcelone associe un large piédestal et un groupe sculpté. La fontaine, logée à la base du monument, ajoute une fonction proprement utilitaire : l’ensemble est dès lors susceptible d’être adopté par les Barcelonais. Sa partie supérieure présente une structure ternaire : deux groupes sculptés de quinze statues forment une guirlande autour d’un rocher duquel se détache le buste de Robert. Le lien essentiel entre ces trois éléments est un immense drapeau de bronze : la Senyera. Le premier groupe, situé à l’arrière du monument, fait référence au médecin : une ribambelle de cinq enfants se dirige vers une femme qui console une petite fille en pleurs. Cette figure maternelle est assimilée très tôt à la médecine soulageant des maux, ou bien à la version laïcisée d’une patronne catalane.

12Le second groupe qui occupe le devant du monument, tranche par son mouvement et la mise en scène de ses personnages. On y reconnaît un prêtre en discussion avec un forgeron et un moissonneur, tous dominés par le jeune poète portant la Senyera. En soi, ce groupe constitue un programme catalaniste éloquent, associant au réveil du sentiment national (la Senyera) le poète de la renaixença et le prêtre catalan. Selon La Veu de Catalunya, le poète et le prêtre portent la bonne nouvelle de la libération du peuple catalan, symbolisé par le forgeron et le moissonneur. Le critique d’art Bonaventura Bassegoda n’hésite pas à reconnaître dans la double figuration du prêtre et du poète le légendaire Verdaguer. Le Dr Robert, l’homme de la Lliga, représente bien le point culminant de l’histoire d’une prise de conscience. quant au poète, il est placé concrètement dans une position d’intermédiaire entre le peuple et son chef, ce qui exprime clairement la subordination de la culture catalane au projet nationaliste.

  • 10 VC, 14/11/1910, « La festa regionalista ».

13Le moissonneur est la figure centrale : Els Segadors symbolise non seulement l’attachement à la terre catalane mais aussi un signe de révolte, en référence à la journée de la Fête-Dieu de 1640 qui inaugura la longue guerre civile contre Philippe IV. De plus, le moissonneur devint le thème de ce qui s’imposait comme l’hymne catalan : El cant dels Segadors. La seconde figure très importante est la Senyera, trait d’union entre les scènes, remarquable par son ampleur. Sa hampe est coiffée de la Croix de Sainte Eulalie, patronne de Barcelone. Ce syncrétisme qui institue Barcelone à la tête de la Catalogne fait de la symbolique politique du drapeau une pièce centrale du travail de mémoire nationaliste. On pourrait dire que l’emblème catalan est le sujet principal du monument. Au sommet enfin, une muse en Hermès parle au buste en marbre de Robert. « Les yeux s’élevèrent vers le buste qui naît comme une idéalité blanche émergeant de l’obscure force du marbre » commente avec lyrisme La Veu de Catalunya10. Les scènes représentées sont autant de thèmes introductifs à l’ascension du regard dont le journaliste nous dit qu’il est « le passage du monde réel au monde idéal », le passage de la Catalogne asservie à la Catalogne libérée. Ainsi se trouvent fixés dans la pierre les thèmes principaux du mythe catalaniste.

Cinto Verdaguer, le poète national

  • 11 Jacint Verdaguer (1845-1902) commence ses études au séminaire de Vic en 1862. Il obtient en 1865 l (...)

14L’enterrement de Mossèn Cinto Verdaguer a peu d’équivalent dans l’histoire de la Catalogne11 ; on pense à la mort de Victor Hugo, cette longue agonie, la vague d’émotion qui emporte Barcelone, la mobilisation sans précédent d’une foule humble pour saluer son poète. À contempler aujourd’hui les clichés de cette journée mémorable, on reste impressionné par l’image de ce cortège compact qui voulut accompagner l’illustre dépouille jusqu’au cimetière de Montjuïc. La vague de fond que soulève un événement apparemment si anodin est une chance pour la politique nouvelle.

  • 12 VC, 14-06-1902, « Dolors de la patria ».

15Pour le catalanisme, Verdaguer est une autre figure christique du renouveau national : « annonçant la bonne nouvelle », « notre poète chanta les grands hommes de la patrie, ses droits et ses gloires, encourageant ceux qui combattaient pour elle et prophétisant le jour de sa libération » écrit La Veu dans son éditorial12. Le prêtre-poète alliant le pastorat à la croisade patriotique a parlé autant à « de nombreux patriotes » qu’à « de nombreux croyants » : la confusion des genres indique assez clairement que le nationalisme est affaire de foi. Au centre de cet éloge, le catalanisme réserve à Atlàntida une place à part : ce formidable récit des origines devient l’équivalent du Paradis perdu de Milton, des Lusiades de Camoens, de l’Enéide de Virgile et de l’Odyssée d’Homère. L’épopée, on l’a dit, livre à la Catalogne un mythe fondateur complet, un instrument d’auto-définition nationale en même temps qu’un réservoir inépuisable de légendes propres. Elle met en évidence la relation intime que les catalanistes établissent entre langue et nation et la place qu’ils réservent à l’écrivain dans l’élaboration de la culture nationale. Dans les années 1870, l’irruption de Verdaguer sur la scène des Jeux Floraux fut un événement. Le poète représentait la rencontre entre une petite intellectualité rurale d’origine vigatine sur le point d’abandonner le carlisme et la culture patricienne et libérale de la Barcelone de la fin de siècle. À la confluence entre un monde rural épuisé par l’impasse culturelle et politique du carlisme et une Renaixença pétrie de nostalgies pour une ruralité à jamais dépassée, Verdaguer traduit une sainte alliance catalaniste en vue de construire une culture nationale propre. Vers 1900, quand le régionalisme trouve une expression politique cohérente, le mythe verdaguien revivifié mobilise à nouveau cet univers symbolique au service d’un projet politique national.

  • 13 LR, 15-06-1902, Domènec Martí i Julià, « L’enterro del poeta ».
  • 14 LR, 17-06-1902, Joaquim Botet i Sisó, « Sinceritat ».

16L’enterrement est le moment précis où resurgit le mythe. Son utilité politique est capitale puisqu’il s’agit d’associer le renouveau linguistique au nationalisme. un incident survenu au cours de la cérémonie donne lieu à polémique avec les républicains car devant la tombe, le conseiller républicain Fabra i Ledesma improvise quelques mots… en castillan ! Pour Domènec Martí i Julià, le président de l’Unió Catalanista, la plus importante plate-forme du catalanisme culturel fondée en 1891, c’est une tentative grossière pour « dénationaliser les hommes […], faire que la gloire de Mossèn Cinto ne soit pas tout entière celle de la Catalogne13 ». Dans La Renaixença, Joaquin Botet i Sisó considère aussitôt que le culte au poète disparu est « comme la consécration d’un des principes essentiels du programme catalaniste : la reconnaissance officielle de notre langue comme langue espagnole, comme langue nationale ». L’hommage à Verdaguer se convertit en programme politique14.

  • 15 PU, 14-06-1902, Eduardo Maluquer, « Al pueblo catalán ».
  • 16 VC, 14/06/1902, « La mort de Mossen Verdaguer ».
  • 17 PU, 14-06-1902, « Entierro de Mossen Jacinto Verdaguer ».

17Toutefois, les républicains contre-attaquent : ils ne sont pas décidés à laisser aux seuls régionalistes le bénéfice du culte à Verdaguer. C’est pourquoi la presse républicaine insiste plutôt sur la condition populaire du poète. Pour elle, la cérémonie fut par exemple « un acte grandiose, imposant, populaire jusqu’au plus haut point15 ». Verdaguer n’est pas comme pour les catalanistes un moment de la conscience nationale, mais un moment de la conscience populaire. Pour dénoncer l’hypocrisie des catalanistes, les républicains rappellent un épisode douloureux de la vie de Verdaguer que La Veu de Catalunya, l’organe catalaniste adverse, prend soin d’éluder16 : depuis la création de Atlàntida en 1878, Verdaguer avait été à la famille Comillas ce que Gaudí était aux Güell, le faire-valoir social de ses mécènes. Adulé du tout Barcelone, Verdaguer connut une vive remise en cause qui le conduisit, sous l’emprise d’un prêtre illuminé, à consacrer son temps aux miséreux du Barrio Chino. Le marquis de Comillas avait bien obtenu de l’évêque de Vic, Morgades, que son poète regagnât sa ville natale, en vain. Verdaguer retourna dans les bas-fonds de Barcelone dès 1895. Morgades invalida aussitôt sa prêtrise et le beau monde se détourna de son ancienne idole : calomnié, insulté, Verdaguer tenta de se défendre dans La Publicidad contre ses anciens protecteurs. Le scandale divisa Barcelone en deux camps : la gauche y voyait le poète persécuté par l’establishment pour s’être tourné vers le peuple. En 1902, La Publicidad rappelle : « sans nous, Verdaguer serait mort enfermé dans un asile, oublié et considéré comme un ennemi de l’Église17 ».

  • 18 Ricard Vinyes, « La metàfora de bronze. El procés de monumentalització a Verdaguer (1902-1924) », (...)

18Ricard Vinyes a montré que ce conflit recouvre une tentative d’appropriation du décès de Verdaguer en occultant ce que la vie du poète révélait de la conflictualité sociale à Barcelone18. L’initiative de construction d’un monument en pierre et en bronze est une opération politique de maquillage de la réalité sociale en même temps que de canalisation des expressions de la culture populaire. L’année 1902 n’est-elle pas celle du plus grand mouvement de grèves qu’ait jamais connu Barcelone ? On peut se faire une idée de la nature de cette conflictivité grâce à la pièce de théâtre que Santiago Rusiñol consacre en 1903 à l’affaire Verdaguer : El Místic. Monté au célèbre théâtre Romea, l’œuvre est interprétée par l’un des acteurs catalans les plus populaires de son temps, Enric Borràs. Son succès retentissant vient de ce qu’il met en scène une version de la rue très différente de ce que tente d’imposer l’élite locale. Rusiñol écrit là pour un public averti qui a une idée encore fraîche des événements, des motifs et des intentions de chacun des protagonistes du drame. A un moment clé du drame, le secrétaire de l’évêque s’écrie : « Nous croyions avoir à faire à un chrétien, à l’un des nôtres, et je crois que nous nous sommes trompés ! » Mais devant le cadavre de Père Ramon (c’est-à-dire Verdaguer), le même s’exclame : « Pleurons-le tous ! C’est un des nôtres qui est mort, un saint et un grand poète ! »tout l’effort d’appropriation institutionnelle et politique de Verdaguer par le catalanisme conservateur se trouve résumé dans ces deux phrases.

  • 19 PU, 14-06-1902, « A Jacinto Verdaguer ».
  • 20 Joan B. Culla i Clarà, 1986, p. 97.

19En outre, s’il est poète du peuple, c’est du peuple espagnol. Les républicains tentent alors de briser le lien qui s’était établi au cours des années 1880 entre le parler catalan et la revendication catalaniste. Par exemple, Juan Valera estime que « L’Espagne est une et continuera de l’être et [que] Jacinto Verdaguer, plus encore en écrivant en catalan, en donne un éclatant et beau témoignage19 ». Autrement dit, la question que pose la figure de Verdaguer est celle de l’usage du catalan au service d’un idéal politique. Si les républicains de cette époque éprouvent une sorte de respect pour l’idéal catalaniste en soi, ils s’élèvent contre l’usage politique que la Lliga fait de cet héritage. L’anticatalanisme républicain se cantonne encore au champ politique20.

20Est-ce la quasi simultanéité de leurs disparitions qui lièrent si fort les légendes du Dr Robert et de Verdaguer ? Pour les nationalistes, les deux récits se recoupent. Le monument à Robert, on l’a vu, ménage une place importante au culte du poète national. Ce sont ces correspondances qui mettent en relief la cohérence interne de la politique de mémoire catalaniste. Le catalanisme s’efforce de tisser dans l’espace urbain barcelonais la trame d’une mémoire particulière dont les éléments se répondent les uns aux autres en un système de correspondances. On peut dire que la force du nationalisme repose autant sur la promotion de mythes mobilisateurs que sur sa capacité à les mettre en relation dans un discours totalisant sur la nation. C’est ainsi que l’éditorial du 14 juin 1902 de La Veu de Catalunya insiste sur la coïncidence des trajectoires politique et littéraire de Robert et Verdaguer :

  • 21 VC, 14-06-1906.

« En deux mois, jour pour jour, la Catalogne a perdu ses gloires les plus légitimes, deux hommes qui incarnaient l’esprit de notre patrie et de nos revendications. Le premier fut la tête pensante ; l’autre, le cœur sentant. Les bons Catalans voient dans le Dr Robert la personnification de nos idéaux politiques […]. Dans Verdaguer, ils voient le chantre qui sublima ces mêmes idéaux21. »

21Entre les deux monuments existe une complémentarité active et organique, un fil qui n’est autre que celui de l’histoire de la Catalogne revisitée par le catalanisme.

La mémoire républicaine avec Pi i Margall [Ill. 19]

  • 22 Francesc Pi i Margall (1824-1901), né à Barcelone, fils d’un travailleur du textile aux idées libé (...)
  • 23 AA, CMP 06/12/1901, vol. 4, fol. 208. Dès qu’est connue la nouvelle du décès, une proposition urge (...)
  • 24 AA, CMP, 02/12/1902, vol. 4, fol. 345.
  • 25 AA, CMP, 02/12/1903, vol. 4, fol. 238-248.

22Les républicains ne demeurent pas passifs : aux commandes de la ville, ils ont à leur tour les moyens de fixer les repères d’une autre mémoire. L’essentiel de ce dispositif repose sur le monument à Pi i Margall22. Comme les monuments antérieurs, celui de Pi i Margall a profité au départ du climat d’entente entre républicains et régionalistes23. C’est seulement à l’occasion du premier anniversaire de la mort de Pi que, grâce à la nouvelle alliance, une nouvelle proposition est adoptée : le 2 décembre 1902, 15 000 ptas de souscription sont votées afin d’ériger un monument à Pi i Margall dont l’emplacement était prévu à la croisée de la Diagonal et du pg. de Gràcia24. Mais le 2 décembre 1903, l’inauguration du portrait de Pi à la Galerie des Illustres Catalans établit un nouveau rapport de forces entre les deux mouvements : les républicains font bloc tandis que la Lliga se divise au moment du vote25. Cette scission est causée par la question accidentaliste qui trouvera son illustration la plus éclatante lors de la visite d’Alphonse XIII à Barcelone en avril 1904 : de fait, l’indifférence toujours professée par la Lliga à l’égard de la nature du régime politique en vigueur en Espagne, – théorie dite de l’accidentalisme –, équivalait à une reconnaissance de la monarchie. Face à un catalanisme de plus en plus enclin à s’identifier aux intérêts du conservatisme, une frange critique, plus proche de l’idée républicaine, se détache du lot : les sept dissidents qui quittent le comité directeur de la Lliga sont ceux qui acceptent les crédits votés à Pi i Margall. Le vote montre ainsi que dès 1903, une fissure existe dans la coalition des forces d’opposition au régime, dès lors que les partis monarchiques ne sont plus en mesure de peser sur la politique locale.

  • 26 VC, 26-04-0904 et PU, 28-04-1904.
  • 27 Le 1er septembre 1904 par exemple, le chef de la Lliga, Cambó, a l’adresse de proposer la confecti (...)

23Malgré tout, c’est un esprit d’union qui semble encore prévaloir lors de l’inauguration d’une plaque commémorative sur la maison natale de Pi, rue Mirallers, le 26 janvier 1904. Si les discours tentent de sauver les apparences d’une alliance républicano-nationaliste (la plaque est juchée sur un charroi et recouverte de la Senyera), du côté régionaliste, on remarque que l’esprit de concorde a été entâché d’incidents mineurs mais pourtant significatifs : les entités républicaines qui défilent en chantant la Marseillaise forcent l’orchestre municipal à jouer l’hymne révolutionnaire en passant devant les locaux du journal régionaliste, La Veu de Catalunya. Cette provocation reflète parfaitement la réalité du climat d’affrontement qui règne entre républicains et régionalistes depuis janvier 1904. Pour sauver l’unanimisme, La Publicidad préfère attribuer la responsabilité de cet acte provocateur au gouverneur civil : une caricature montre une vignette représentant un policier à la poursuite d’un républicain avec comme titre « Pour avoir chanté La Marseillaise », puis une autre représentant un policier à la poursuite d’un régionaliste avec la légende « Pour avoir dansé la sardane », la danse catalaniste. Le commentaire dit : « Après tout ça, on ne pourra pas dire que nous avons des autorités mélomanes26. » Comme souvent en Catalogne, l’attaque contre une institution centrale résout une tension interne à la politique locale. Preuve supplémentaire du fort degré d’autonomie que cette dernière a acquise en Espagne. L’hostilité croissante entre les deux formations politiques entraîne en 1904 une pause dans l’élaboration du monument : la minorité régionaliste pratique systématiquement l’obstruction27. L’attitude désormais hostile des régionalistes s’explique en partie par l’évolution que connaît le mythe pimargalien.

  • 28 PU, 01-12-1901.
  • 29 LV, 30-12-1901.

24À la mort du patricien, il existe en effet une convergence d’analyses pour considérer Pi i Margall comme l’archétype de l’anticacique et pour saluer « l’homme de glace28 », son austérité, sa rectitude et son sens de l’honneur. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il n’y a au début guère de différence entre les figures du Dr Robert et de Pi i Margall. À cette époque d’ailleurs, les républicains ne pensent pas se réclamer clairement du fédéralisme politique, le principal apport de la pensée pimargallienne. La Publicidad, organe républicain, écrit par exemple : « Nous ne le suivions plus en politique depuis longtemps. » La Vanguardia reconnaît ainsi que « si les plus profondes et radicales divergences existent en la matière [politique], il n’y en aura aucune concernant ses qualités personnelles29 ». En 1901, ériger un monument à Pi i Margall, c’est promouvoir l’image de la probité et de la moralité, de sorte que sa figure devient un étendard de plus au service des combattants du régime en place.

  • 30 PU, 26-11-1906.

25Les républicains découvrent sur le tard la valeur politique proprement républicaine du personnage. En effet, au sein du républicanisme barcelonais domine l’Unión Republicana, fondée en mai 1900 par Nicolas Salmerón. Ce parti typiquement régénérationniste n’abandonne pas une conception unitariste de l’État, à bonne distance du catalanisme. Le vieux parti fédéral qui, depuis la mort de son chef Pi i Margall, est dirigé par Josep Maria Vallès i Ribot reste en marge. La tendance autonomiste de ce dernier le pousse vers le catalanisme mais l’éloigne des propositions fédéralistes. Il y a donc un malaise entre les républicains catalans, unionistes ou fédéralistes, et le fédéralisme que professait Pi i Margall. Cela remonte à loin. Il faut rappeler que dans Las nacionalidades, ouvrage paru en 1877, Pi i Margall exposait que le fédéralisme théorique supposait l’égalité des unités qui composaient la fédération. Cette vision est donc incompatible avec l’autonomisme qui souhaite la reconnaissance de droits spécifiques pour la Catalogne. Pour le théoricien, l’autonomie de la Catalogne avait le tort de consacrer un cas particulier. Après l’échec de la Première République dont la constitution fut fédérale, cette divergence théorique divisa le fédéralisme catalan en deux : un versant proprement républicain et un versant plus catalaniste conduit par Valentí Almirall. La rupture s’effectua en 1881 à l’occasion d’un voyage de Pi i Margall à Barcelone, où Almirall défendit contre son maître le « principe particulariste ». Dans son ouvrage Lo Catalanisme paru en 1886, Almirall expliquait que le catalanisme était un fédéralisme appliqué à la Catalogne, qu’il était le maillon le plus solide d’une future fédération espagnole. Il ajoutait enfin que la souveraineté naturelle de chaque région d’Espagne formerait des États particuliers qui composeraient un jour un État composite péninsulaire. tant est si bien qu’en 1906 le républicain Fernando Giner de los Ríos a raison de considérer que « personne n’a repris le programme de Pi depuis sa mort30 ».

26Cette affirmation lapidaire n’est pas entièrement fondée car les régionalistes, eux, ont compris les premiers l’importance de la pensée fédéraliste dans la théorie nationaliste qu’ils défendent. Les Jeux Floraux que Pi i Margall a présidés en 1901 sont pour eux le symbole du rapprochement entre le patricien et le catalanisme. Dans un article de La Veu du 30 novembre 1901, la Catalogne représente la terre de prédilection du fédéralisme pimargallien :

  • 31 VC, 30-11-1901.

« Hors de Catalogne, ceux qui le suivaient le faisaient plus par respect pour sa personne que par dévotion à ses idées. […] La grande erreur de Pi, ce qui fut la cause de la stérilité de ses campagnes, fut de croire que les gens de Madrid et des régions centrales de l’Espagne pouvaient comprendre les solutions fédérales qui s’opposaient à leur mentalité simpliste31. »

27L’article conclut finalement que « [Pi i Margall était] mort comme Moïse, après avoir oublié la terre promise » qu’était la Catalogne. Il n’y a pas de raison de mettre en doute la parole des régionalistes lorsqu’ils proclament honorer Pi i Margall avec le même enthousiasme que le Dr Robert. Est-ce cette lecture régionaliste du fédéralisme qui motive la récupération énergique de Pi menée par les républicains ? La conséquence directe est que le projet monumental souffre désormais du jeu des oppositions idéologiques au sein de la municipalité.

  • 32 PC, 13/11/1906, Gabriel Alomar, « Davant el monument nou », p. 1.

28« Je me souviens qu’une fois, en se référant à une célèbre trinité catalane, Sunyol déclara : Père Cinto [Verdaguer] est le sentiment de la Catalogne ; Pi i Margall en est la pensée ; Le Dr Robert en est la volonté » témoigne Gabriel Alomar, l’intellectuel du catalanisme de gauche32. On sait combien Sunyol œuvra au rapprochement des espaces symboliques régionaliste et républicain à partir de 1905 et la phrase ne prend tout son sens que dans le contexte particulier né de Solidaritat catalana. Pourtant, il est indéniable qu’il existe des relations étroites entre ces trois monuments, promus ensemble à l’aube du xxe siècle. La trilogie, c’est certain, forme le socle sur lequel s’édifieront les édifices de mémoire des années postérieures. un nouveau paysage symbolique est né.

29Le binôme Robert-Verdaguer pour les régionalistes, Pi i Margall pour les républicains, l’union des trois pour les fondateurs d’un républicanisme catalaniste : ces trois monuments dessinent bien tout l’éventail des mémoires possibles en cette Barcelone libérée de toute référence dynastique. La raison en est peut-être qu’à l’origine, ces trois figures incarnent un même régénérationnisme politique, une même exigence de faire de la politique autrement. La lutte contre le caciquisme construit un idéal de militantisme qui va au-delà des contenus politiques et cette nouvelle forme d’engagement inconditionnel est appelée à façonner durablement la culture politique espagnole. Par-delà les divisions ultérieures, ces trois monuments sont issus d’un élan commun pour définir une certaine modernité politique.

Notes

1 Borja de Riquer, 2000, p. 22-59. p. 42. Gema Rubí, 2006.

2 La Mancomunitat est une institution constituée par l’union des quatre Députations provinciales catalanes (comparables aux départements français). Les bases légales de la maincommunauté reposent sur le décret promulgué par le gouvernement conservateur d’Eduardo Dato, le 18 décembre 1913. Seules les Députations catalanes usèrent de ce droit : le 6 avril 1914, la mancomunitat de Catalunya élit comme président Enric Prat de la Riba, président de la Députation de Barcelone depuis 1907. La Mancomunitat est considérée comme la première ébauche d’un pouvoir régional autonome.

3 Bartomeu Robert (1842-1902) est médecin et préside l’Académie des sciences médicales de Catalogne. Président de la Société Économique des Amis du Pays en 1898, il est élu sénateur en 1900. Président de l’Ateneu Barcelonés une première fois en 1881, sa seconde présidence en 1901 répond à la tactique régionaliste d’infiltration des grandes entités barcelonaises qui conduit, en 1901, à la candidature des « quatre Présidents ». Nommés maire de Barcelone en 1884, 1890 et 1893, il s’emploie à nettoyer les listes électorales. En 1899, il soutient le refus des réformes fiscales de Villaverde et démissionne avec fracas. Il s’intègre momentanément à l’union Républicaine puis à la Lliga, formation qu’il représente aux Cortes en 1901. Voir Santiago Izquìerdo Ballester, 2002 (1).

4 VC, 13/11/ 1910, « L’home de cor », p. 2.

5 IC, 20/11/1910, « Homenatge al Dc Robert », n° 389.

6 Enric Jardí, 1969.

7 AA, CMP, 15/04/1902, vol. 2, fol. 73 ; 17/07/1902, vol. 3, fol. 138v ; 11/12/1902, vol. 5, fol. 26v concernant la formation d’une commission d’hommage et du vote d’une contribution.

8 VC, 13/11/1910, p. 2-3.

9 VC, 31/01/1904, p. 3.

10 VC, 14/11/1910, « La festa regionalista ».

11 Jacint Verdaguer (1845-1902) commence ses études au séminaire de Vic en 1862. Il obtient en 1865 les premiers prix des Jeux Floraux et son allure de « bon sauvage » vétu comme un paysan catalan fait forte impression sur le public barcelonais. La parution en 1877 de Atlàntida et en 1879 des Chants mystiques donne le grand poème épique qui manquait à la poésie et clôt l’étape de la Renaixença littéraire proprement dite. Il devint alors le chanteur infatigable d’une renaissance nationaliste aux accents politiques : les Chansons de Montserrat et le virolai font de lui le populaire « Mossèn Cinto ». Le jour de l’inauguration de la campagne de restauration du monastère de Ripoll, l’évêque Morgades se référant au poème épique Canigó publié en 1885, qualifie son auteur de « Poète de Catalogne », tandis que Mistral reconnaît en lui « le hyéropante des initiations patriotiques et nationales ». Sa profonde crise mystique commence vraissemblablement vers 1888 alors que Vedaguer est confesseur du marqués de Comillas. Ses pratiques de l’exorcisme le font entrer en conflit avec la hiérarchie catholique : l’évêque de Barcelone Català lui interdit ces agissements en 1893 et convainc son collègue de Vic, Morgades, de rappeler de poète dans son diocèse. quand Verdaguer retourne finalement à Barcelone, les sanctions ecclésiastiques ne tardent pas à s’abattre : le prêtre sauve de justesse son droit de dire la messe tandis que le mythe du saint persécuté par les riches et les évêques connaît un succès grandissant dans les classes populaires.

12 VC, 14-06-1902, « Dolors de la patria ».

13 LR, 15-06-1902, Domènec Martí i Julià, « L’enterro del poeta ».

14 LR, 17-06-1902, Joaquim Botet i Sisó, « Sinceritat ».

15 PU, 14-06-1902, Eduardo Maluquer, « Al pueblo catalán ».

16 VC, 14/06/1902, « La mort de Mossen Verdaguer ».

17 PU, 14-06-1902, « Entierro de Mossen Jacinto Verdaguer ».

18 Ricard Vinyes, « La metàfora de bronze. El procés de monumentalització a Verdaguer (1902-1924) », in Spagna Contemporanea, 1997, n° 11, p. 65-86.

19 PU, 14-06-1902, « A Jacinto Verdaguer ».

20 Joan B. Culla i Clarà, 1986, p. 97.

21 VC, 14-06-1906.

22 Francesc Pi i Margall (1824-1901), né à Barcelone, fils d’un travailleur du textile aux idées libérales, commence ses études au séminaire en 1831. Collaborateur et critique littéraire dans la presse, il s’impose dans les milieux intellectuels de Barcelone. En 1847, il « monte » à Madrid où ses premières publications (Recuerdos y bellezas de España, Historia de la pintura) lui attirent les foudres de l’Église. Il entre au Parti démocratique en 1849 et participe aux faits révolutionnaires de 1854, après quoi il s’éloigne de la politique pour quelque temps : il publie alors La reacción y la revolución en 1854 et fonde avec Canalejas la revue La Razón en 1856. Impliqué dans les complots de San Gil en 1866, il fuit en France où il complète sa connaissance des pensées socialiste et fédéraliste. Militant du Parti républicain démocrate fédéral, il retourne à Madrid au lendemain de la Gloriosa, élu député aux Cortes pour Barcelone de 1869 à 1873. Assumant le rôle de chef de l’opposition républicaine à la monarchie constitutionnelle d’Amédée de Savoie, il occupe naturellement un poste ministériel en février 1873 dans la jeune République. En juin, il préside le régime mais ne peut résister à la pression conjuguée des cantonalistes et des secteurs exaltés du républicanisme : il démissionne un mois après. À partir de 1875, après la prison, il s’adonne à la réflexion et travaille à son œuvre Las Nacionalidades. Il refonde le Parti fédéral en 1880 et lui fait adopter un projet de constitution fédérale en 1883. Son éloignement de Catalogne et sa vision d’un fédéralisme catalan subordonné à l’espagnol l’éloigne de ses condisciples catalans tels Valentí Almirall. Son attitude résolument anticolonialiste pendant la guerre de Cuba achève de l’isoler complètement sur la scène politique et intellectuelle, y compris dans le Parti fédéral. Élu député aux Cortes en 1899 puis en 1901, il préside les Jeux Floraux cette même année : ce fait symbolise traditionnellement un certain rapprochement avec le catalanisme, inclination que ne partage pas Vallès i Ribot, le nouveau chef du Parti fédéral catalan.

23 AA, CMP 06/12/1901, vol. 4, fol. 208. Dès qu’est connue la nouvelle du décès, une proposition urgente du républicain Joffra prévoit la pose d’une plaque commémorative sur la façade de la maison natale du disparu, rue Mirallers, et celle de son portrait dans la Galerie des Illustres Catalans. Les conservateurs représentés par Sr trabal réussissent néanmoins à détourner l’offensive républicaine en refusant le vote de l’urgence, ce qui renvoie la motion aux commissions préparatoires. On se contente donc d’approuver le coût de la couronne de bronze envoyée à Madrid pour l’enterrement du patricien fédéral.

24 AA, CMP, 02/12/1902, vol. 4, fol. 345.

25 AA, CMP, 02/12/1903, vol. 4, fol. 238-248.

26 VC, 26-04-0904 et PU, 28-04-1904.

27 Le 1er septembre 1904 par exemple, le chef de la Lliga, Cambó, a l’adresse de proposer la confection d’une longue biographie de Pi i Margall à Vallès i Ribot, chef de file des fédéralistes catalans, afin de différer l’emplacement de son portrait à la Gallerie lors des fêtes de la Mercè du mois de septembre (AA, CMP, 04/08/1904, vol. 3, fol. 380 et 01/09/1904, vol. 4, fol. 99v). une autre fois, en novembre, l’urgence d’une proposition républicaine visant à précipiter l’inauguration des plaques de rue au nom de Pi sur la Diagonal est refusée par la Lliga. Le renvoi en commission revient à enterrer l’affaire (AA, CMP, 29/11/1904, vol. 5, fol. 88). En septembre 1905 encore, Francesc Cambó refuse l’urgence d’une proposition républicaine approuvant la participation de Barcelone à une souscription nationale pour ériger un mausolée à Pi i Margall à Madrid (AA, CMP, 26/09/1905, vol. 4, fol. 280).

28 PU, 01-12-1901.

29 LV, 30-12-1901.

30 PU, 26-11-1906.

31 VC, 30-11-1901.

32 PC, 13/11/1906, Gabriel Alomar, « Davant el monument nou », p. 1.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540