Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Barcelone

 | 
Stéphane Michonneau

1re partie. Les lieux de la commémoration (I) : la mémoire libéral-provincialiste

Chapitre 6. Conflits de mémoire

Texte intégral

1Projets ambigus et avortés parsèment l’histoire de la mémoire. L’ambiguïté naît d’une hésitation sur le sens à tirer d’un monument : plusieurs interprétations s’affrontent, se recoupent, s’annulent partiellement. Au total, le monument devient opaque, son sens éclaté et contradictoire. Dans ces luttes pour imposer une lecture univoque du monument, il faut voir les affrontements politiques entre des factions politiques adverses qui entendent chacune tirer une leçon particulière de la mémoire en jeu. Le monument à Prim est le parfait exemple d’une polysémie qui peut aboutir à une véritable cacophonie. Naturellement, comprendre par exemple pourquoi Barcelone échoue à quatre reprises à édifier un panthéon des Illustres Catalans relève de la gageure : l’historien s’affronte alors aux silences, aux manques et aux oublis. Mais à travers ces trous de mémoire, c’est l’impasse de la vision libéral-provincialiste qui se dessine au début des années 1890.

Les synthèses du libéral-provincialisme

2On se souvient de la statue au général Prim qui fut au milieu des années 1870 la plate-forme d’une alliance objective entre la frange conservatrice et catholique de la ville et Alphonse XII. Ce projet reposait sur une ferveur impérialiste qui se manifestait déjà dans le monument aux guerres d’Afrique de 1860 et trouvait une autre expression dans le monument à Colomb. La mémoire libéral-provincialiste tenta de capitaliser cet héritage et de l’enrichir. On se souvient également que dans sa version de 1874, Prim avait acquis une connotation militariste qui perpétuait la tradition du culte du chef jusqu’alors exprimée par les effigies royales. De même, parmi les six projets en concurrence en mai 1882, c’est l’interprétation impérialiste du sculpteur Lluís Puiggener qui est retenue : à cheval, « arrogant dans le geste, il remercie Barcelone de l’ovation qu’elle lui fait pour honorer ses faits glorieux ». Deux bas-reliefs représentent la bataille de Castillejos et l’expédition au Mexique.

3Toutefois, en septembre 1882, lors de la pose de la première pierre, le monument acquiert un contenu politique différent. Pour le maire Rius i Taulet [ill. 14] :

  • 1 LR, 25/09/1882, p. 6656.

« La Municipalité de Barcelone ne vient pas aujourd’hui honorer la mémoire de l’homme politique, du chef illustre de la sacro-sainte cause du progrès. Ni celle du militaire qui, dans cent combats, fit preuve de bravoure, le héros de Castillejos. Ni celle de l’expert diplomatique qui dans des conditions délicates montra tant de sagacité. Ni celle du martyr de la liberté qui avec son sang scella son amour intense pour la patrie. Barcelone vient uniquement aujourd’hui honorer la mémoire de l’illustre Catalan qui honorait et aimait tant cette capitale, qui la priait de demander ce qu’elle souhaitait avec la ferme assurance de ne pas être rabrouée1. »

  • 2 Ibid.

4Oublié le militaire, oublié le révolutionnaire qui renversa Isabelle II lors de la révolution de la Gloriosa, en 1868 ! Du mythe de Prim, on ne retient que le Catalan influent au cœur de l’État, dans la lignée du rêve interventionniste de la classe politique barcelonaise à Madrid. Du coup, c’est un événement mineur de la vie du général Prim qui retient l’attention : la cession des terrains militaires de la Citadelle. Prim n’est plus qu’un évergète local qui lave Barcelone d’une humiliation séculaire : « Si ce qui était pour Barcelone un lieu d’opprobre et de honte s’est converti en un lieu d’expansion et de récréation, on le doit à l’illustre comte de Reus2 […]. » C’est pourquoi la statue de Prim se trouve au cœur du parc de la Citadelle.

5Ces paroles réactivent le mythe de la Citadelle-Bastille. Commémorer la destruction du fort militaire, c’est rappeler que dans l’histoire de l’Espagne, la Catalogne cultive plus qu’une autre la liberté. Seul un Catalan parvenu au sommet de l’État (il n’y en eut que deux au xixe siècle) put le comprendre. Cependant, on peut penser que le Prim conquérant passe au second plan sans pour autant totalement disparaître : dans la lecture libéral-provincialiste, on sait que le dessein industrialiste et le colonialisme ont partie liée. Ici, la prise de Tetuan en 1860 et la « prise » de la Citadelle par Barcelone en 1870 s’en font l’écho. Finalement, on voit bien qu’en 1887, les promoteurs de la statue de Prim s’efforcent de dépasser la figure du général conquérant, idée qui présida la naissance du monument, pour l’intégrer à l’image de chef d’État remarquable qui sut conquérir Madrid au nom de l’idéal libéral-provincialiste. Cet esprit de synthèse conduit naturellement Rius i Taulet à vouloir ériger un panthéon des Illustres Catalans.

La passion capitoline

6Depuis le début des années 1880, Barcelone s’enfièvre pour l’idée d’un panthéon. Le projet est ambitieux puisqu’il s’agit de rassembler symboliquement tous les éléments susceptibles de raconter l’histoire libéral-provincialiste depuis les origines des temps, une sorte de compendium de l’histoire de l’Espagne, version catalane.

  • 3 Josep M. Mas i Solench, El Palau de Justícia de Barcelona, Generalitat de Catalunya, Departament d (...)
  • 4 Jordi Casassas 1989, p. 63-70 : l’auteur a montré que l’origine du projet date de 1873, en même te (...)
  • 5 PU, 05/10/1883, « Ferias i fiestas de la Merced », p. 11696.

7Le xixe siècle est particulièrement friand de séries, de collections liées aux notions de panthéon ou de capitole. Depuis qu’en 1820, à Rome, Canova a transporté sur le Capitole sa collection de bustes d’hommes célèbres, le siècle s’adonne alors avec délectation au spectacle de ces rangées de bustes qui rythment les façades. À Barcelone, sur la façade du théâtre de Santa Cruz, au bas des Ramblas, on trouve une série de bustes de 1846 représentant des auteurs célèbres et des interprètes. La façade de la capitainerie générale, édifiée au Pla del Palau, arbore les bustes de six capitaines généraux de Barcelone autour d’un blason royal. Dans le vestibule de l’Université de Barcelone (1863), se trouve une galerie de cinq statues historiques. L’euphorie qui précède l’ouverture de l’Exposition universelle de 1888 développe jusqu’à l’obsession l’application de séries de bustes sculptés sur les façades des immeubles : l’Hôpital clinique, la Prison modèle, le Palais de Justice et le Collège des notaires. Par exemple, le Palais de Justice dont la première pierre est posée en avril 1887 compte une frise de 48 bustes et reliefs sculptés, sans compter d’innombrables figures allégoriques. En pleine campagne pour le recouvrement du droit civil catalan, le ton dominant du programme iconographique reflète le combat des conservateurs barcelonais. C’est d’ailleurs Manuel Planas i Casals, le chef de file du parti conservateur canoviste dans la capitale, qui est chargé de la sélection3. En 1881 enfin, le maire Rius i Taulet a inauguré dans le palais municipal une galerie des Illustres Catalans4, comme à Manchester (1868) ou à Paris (1879). Chaque année, après délibération, le conseil municipal choisit deux personnages, l’un appartenant à l’Antiquité, l’autre à l’époque contemporaine. Le 5 octobre 1883, un article de La Publicidad suggère de peupler la Rambla de bustes des hommes célèbres confinés dans la Galerie des Illustres Catalans : « Cela offrirait constamment et à la vue de tous une leçon et un exemple symbolisés par les nobles effigies de ceux qui ont travaillé à la prospérité de la patrie5. »

8Quelques jours plus tard, le 30 octobre, on décide d’ornementer de huit statues le Saló de Sant-Joan qui conduit au Parc. Pour sélectionner les figures, on rédige des notices biographiques de personnages célèbres à partir des histoires de Víctor Balaguer complétées par Barcelona antigua y moderna de Pau Piferrer et l’Historia General de España de Víctor Ghebart. Le choix reflète les présupposés de l’histoire balaguérienne : sur-représentation de l’époque médiévale (6 personnages sur 8), exaltation des libertés catalanes, de ses codes et de ses défenseurs, localisme exclusif. Les personnalités sont : Geoffroy le Velu, le fondateur supposé de la nationalité catalane, Ramon Berenguer Ier le Vieux, le législateur des Usatges, Bernard Desclot, le chroniqueur, Arnaldo de Vilanova, le médecin du xiiie siècle, Roger de Llaúria, le conquérant de la Sicile, Pedro Blay, l’architecte renaissant, auteur de la façade du palais de la Généralité, Antonio Viladomat, le peintre fondateur de l’école catalane et Rafael Casanova, le dernier conseiller en chef de Barcelone, tombé grièvement blessé lors de la prise de la capitale par les troupes de Philippe V le 11 septembre 1714. On ne connaît pas les raisons pour lesquelles Pedro Blay et Vilanova sont éliminés en 1886 au profit du juriste et chanoine de la cathédrale au xiiie siècle, Pedro Albert et de l’un des principaux architectes de la cathédrale, Jaume Fabre (ou Febrer). Le choix d’un défenseur du droit catalan et d’un constructeur de cathédrale à l’heure où le banquier Girona offre une façade néogothique à la cathédrale de Barcelone accentue le conservatisme de l’ensemble.

  • 6 En témoigne le texte de la commission de Gobernación : « Afin de compléter sa décoration [au pg. S (...)
  • 7 IC, 31/08/1888, n° 195, p. 250-251 ; IC, 28/05/1888, n° 335, p. 178.

9L’installation des huit statues le long du Saló de Sant-Joan entre 1886 et mai 1888 ne donne pas lieu à des inaugurations. Pour les commentateurs, au contraire, la dimension commémorative est plus importante que l’aspect ornemental6. Joan Barta, dans Ilustració Catalana, pense que « l’idée de décorer la ville avec des monuments et des statues qui sont destinés à rappeler des faits ou des temps d’intérêt pour la localité est très judicieuse et digne d’éloge7 ». Dans les années suivantes, ce panthéon en plein air devient le prétexte à des manifestations du souvenir, notamment de la part des régionalistes qui utilisent là une potentialité relativement inexploitée par la municipalité libérale. Prim et le panthéon : deux projets ambitieux à la mesure d’une mémoire sûre d’elle-même censée livrer aux générations futures la vérité d’une l’histoire revisitée. Mais cependant, deux échecs retentissants…

Prim révolutionnaire… et républicain ?

  • 8 PU, 25/5/1887, « Crónicas Generales », p. 1

10Prim conquérant et chef d’État, fort bien. Mais c’était oublier un peu vite le Prim-Caudillo libéral que cultivaient les républicains pour se rassembler en ce début des années 1880. Après l’espèce de trou d’air que constitua pour eux l’échec de la Première République en 1873 et le retour consécutif des Bourbons au pouvoir, l’idée républicaine revient en 1886 à la faveur d’une libéralisation du régime voulue par le gouvernement libéral de Sagasta. Dans la Publicidad qui maintient une ligne éditoriale républicaine modérée, on trouve des articles qui s’insurgent contre une inauguration faite « toute passion politique éteinte » : « Est-il possible que Mr Rius [le maire] ou tout autre personne se prétendant libérale puisse oublier que le général Prim fut le héros de la Révolution de Septembre [1868]8 ? »

  • 9 PU, 26/5/1887, « ¡Jamás, Jamás, Jamás ! », p. 1.

11Vingt ans après la Gloriosa, les républicains donnent au monument un contenu nouveau alors même qu’ils s’étaient farouchement opposés au projet en 1874. La presse républicaine fait succéder les portraits géants et les évocations flatteuses. Un gros titre de La Publicidad reprend les mots prononcés par Prim lorsque, cherchant un roi pour l’Espagne en 1870, on lui proposa un Bourbon : « ¡Jamás, Jamás, Jamás ! ». Le Prim révolutionnaire, celui qui abat la Citadelle « symbole de l’absolutisme », est donc devenu républicain au mépris de l’histoire : en effet, Prim était un monarchiste convaincu ! Les républicains divisés trouvent dans le général un trait d’union, le symbole de la souveraineté populaire contre celle de la monarchie. Pour La Publicidad, « la statue est superbe et majestueuse, à l’image du pouvoir de la souveraineté nationale rachetée par l’épée, digne et tranquille comme l’assurance du peuple libéré qui peut tout, qui possède tout9 ».

  • 10 Ce n’est pas un hasard si deux projets à un monument à Espartero voient le jour à cette époque. Le (...)
  • 11 IA, 13/06/1887, n° 285, p. 196. Voir aussi LR, 25/05/1887, p. 3081-2.

12L’identification de la souveraineté populaire avec la figure du militaire de pronunciamiento ouvre la voie au césarisme politique. Les républicains n’abandonnent pas l’idée chère au xixe siècle espagnol du mythe d’Espartero, c’est-à-dire du général fougueux défendant les intérêts du peuple par un pronunciamiento libéral10. On ne sera pas surpris de lire de nombreux articles établissant un parallèle frappant entre le général Prim, César conquérant et assassiné par traîtrise, et Napoléon Ier instituant pour toujours les principes de la Révolution française11. En somme, pour les républicains des années 1887-1888, la statue est une promesse de coup d’État républicain. Ce culte révèle combien les républicains conservent comme horizon un messianisme révolutionnaire hors d’époque, si bien qu’on peut le considérer comme une nouvelle formulation du mythe de la Gloriosa. Si pour les masses populaires républicaines, la promesse révolutionnaire permet d’entretenir l’attente chimérique d’un changement radical, occultant ainsi l’implacable exclusion dont elles sont sujettes sous la Restauration, pour les élites conservatrices espagnoles, ce mythe sert d’épouvantail et d’alibi à la répression.

13En 1887, le monument de Prim est plurivoque. Dans les premières années de la Restauration, alors que les conservateurs tiennent la ville, il renferme un contenu impérialiste, écho du monument des guerres d’Afrique. Il porte ensuite les espoirs interventionnistes des élites libéral-provincialistes. Il devient enfin le point de ralliement d’un républicanisme qui se cherche, après que la Restauration a montré des preuves d’une incontestable stabilité. Devenu embarrassant pour les autorités, le culte de Prim est mis en sourdine. La mémoire libéral-provincialiste n’a pas su s’assurer d’un monopole d’interprétation.

Les deux sources du panthéon

14Dans le cas du panthéon, l’échec est tout aussi patent. Comme le montre Juan Miguel Muñoz et Jordi Casassas, la proposition déjà ancienne est reprise en 1881 par le maire Rius i Taulet. La complexité du cas vient de ce que le panthéon fusionne deux traditions de mémoire distinctes remontant aux années soixante et étrangères l’une à l’autre : d’une part, la constitution d’un panthéon d’Illustres Catalans et de l’autre, un hommage aux martyrs de la guerre d’Indépendance.

  • 12 A. Dip. Ll 1003, 1864. Voir Dictamen du 7 juin 1864.
  • 13 Aujourd’hui, le choix de Cervera paraît curieux. L’une des conséquences du décret de Nova Planta e (...)
  • 14 Cette liste est intéressante pour l’histoire qu’elle raconte : on y trouve mentionés Ramon Berengu (...)
  • 15 Carolyn Boyd, 2004, p. 15-40.

15C’est pour la première fois en 1864 que naît l’idée d’un panthéon provincial élevé sur le site du sanctuaire de Montserrat. Première interférence entre deux programmes de mémoire : en 1863, la Députation de Barcelone propose de réunir autour de l’urne du général Mansó les restes d’autres personnages célèbres, dont Aribau12. En février 1865, la municipalité de Barcelone débat des conditions pratiques de l’hommage : un lieu unique, si possible Montserrat, mais éventuellement aussi le monastère de Ripoll, l’ancienne nécropole comtale au pied des Pyrénées, ou bien la chapelle de l’Université de Cervera13 ; un ensemble « simple et modeste » avec une simple plaque commémorative ou bien une urne funéraire ; un délai minimum de quarante ans après le décès pour examiner la candidature ; la création d’une commission spéciale chargée d’étudier les candidats ; l’approbation immédiate d’une première liste d’élus14. Quoi qu’il en soit, faute d’accord du gouvernement pour réaliser le panthéon, le projet disparaît pendant quinze ans. Il faut dire qu’à Madrid, un projet concurrent de panthéon national est lancé le 20 juin 186915, même si dès 1875, la monarchie se contente de réunir quelques éminents personnages dans l’église d’Atocha, à Madrid.

  • 16 A. DIP., Ll.1003, 1867-1876.

16À cette même époque en 1876, à Gérone, le gouverneur civil de cette place fait état de son indignation à la Députation de Barcelone : sa lettre atteste les travaux commencés en 1867 pour construire un mausolée au général Alvarez de Castro, le défenseur de la capitale ampurdane contre l’envahisseur français en 1809. Interrompus par le Sexenio, les travaux ont laissé les restes glorieux dans un état jugé déplorable16. Ce document est à l’origine de la formidable renaissance du culte aux héros de la guerre d’Indépendance qui se manifeste à Barcelone dans la décennie 1880. En janvier 1879, une pétition émanant de l’Associació d’excursions catalana se propose d’honorer les restes de huit héros barcelonais exécutés par les Français le 3 juin 1809, suite à un complot avorté. Leurs restes se trouvent dans des caisses en bois, dans un coin obscur de la cathédrale. L’idée est née après qu’une conférence a été donnée aux membres du Centre excursionniste par un chanoine de la cathédrale dans les locaux du Fomento de la producción española : l’activité des conservateurs est décidément débordante.

  • 17 Juan Miguel Muñoz Corbalán, 1987, p. 185-200. Le glissement de l’emplacement de la cathédrale à l’ (...)
  • 18 AA, Exp. 1004, Ll 21, n° 6, 1878/1879 et Exp. 50, Gobernación, Serie D, 1881.
  • 19 AA, CMP, 18/01/1884.
  • 20 DdBcn, 4/12/1885, « Algo sobre el parque y jardines de la Ciutadella », p. 14176-14178. Voir égale (...)

17Les deux programmes commémoratifs, – le panthéon provincial et l’hommage aux martyrs de la guerre d’Indépendance –, se rencontrent alors. Première tentative sous l’égide de Duran i Bas, entre 1877 et 1882, pour associer les tombes de Capmany et d’Aribau dans une chapelle latérale à la cathédrale, à côté des martyrs de 1809 dont s’occupe le conservateur Joan Coll i Pujol. La cathédrale devient le point de rencontre naturel des deux cultes encore distincts. Seconde tentative, sous l’influence de Carles Pirozzini. On destine le mausolée des martyrs à tous les Illustres Catalans. On parle désormais du « panthéon des martyrs de la guerre d’Indépendance et autres Illustres Catalans ». Le maire Rius i Taulet propose comme emplacement l’ex-église de la Citadelle, au cœur du parc, à quelques mètres du lieu du supplice des martyrs de 180917. Au cours de l’été 1881, les pétitions en faveur du panthéon affluent. En juillet 1882, la Commission exécutive créée six mois auparavant demande de sauver l’église de la destruction18. Pour autant, les pressions exercées ne parviennent pas à accélérer les travaux d’aménagement du bâtiment : en janvier 1884, une commission enfin formée à cet effet ne se réunit que deux ans plus tard19. Malgré l’appui du Diario de Barcelona et de La Renaixença20, rien n’a avancé au lendemain de l’Exposition universelle de 1888.

  • 21 AA, Exp. 1965, 1884, Ll. 8, fol. 16, 24/08/1881. Le mot de « collectivité » est une traduction ins (...)

18Le choix de l’ex-église de la Citadelle répond aux impératifs de la mémoire libéral-provincialiste. En 1881, la municipalité souligne « la signification et les souvenirs d’une forteresse qui joua un rôle si terrible dans l’histoire de notre émancipation politique et sociale ». Pour la Commission, « l’église de la Citadelle est un souvenir, une leçon et un exemple […]. Et puisque c’est dans cette enceinte qu’eurent lieu les cruelles agonies de tant de martyrs, ne serait-ce pas une sorte de vengeance, une véritable réhabilitation, que de glorifier là, perpétuellement, ces mêmes Illustres Catalans qui donnèrent leurs vies ou consacrèrent leur génie et leurs forces à la collectivité21 ? »

  • 22 AA, CMP, 19/12/1889. C’est la même logique qui a poussé le parlement de Catalogne à s’installer ré (...)
  • 23 AA, CMP, 20/03/1890 et 11/04/1890.

19Le retournement symbolique d’un lieu d’oppression en un lieu de glorification des victimes de cette oppression justifie pleinement le choix de ce lieu au détriment du cloître de la cathédrale ou de la chapelle royale de Sainte Agathe, près du Palais-Royal, qui avaient la préférence du clan conservateur22. On notera également qu’à l’inverse des cas anglais ou italien mais comme en France, c’est une église déconsacrée qui deviendrait une nécropole. C’est pourquoi les conservateurs de retour aux commandes de la ville en janvier 1890 tentent de réaffecter le lieu au culte catholique, en vain23. Ils ne peuvent défaire la décision du 12 juillet 1881, réaffirmée solennellement le 17 février 1889.

  • 24 AA, Exp. 2342, serie A, Fomento 3/0, Ll. 8, fol. 52, 1894. De manière générale pour le panthéon, v (...)

20Les martyrs de 1809 forment le noyau autour d’une collection qui comprend trois personnalités du xixe siècle : Capmany, Aribau et le peintre Fortuny. Cette sélection témoigne de l’inspiration libéral-provincialisme de ses promoteurs : d’un côté la guerre d’Indépendance, premier acte de la révolution libérale espagnole et symbole de la cohésion idéologique de la nation et de l’autre, trois figures de la Renaixença. La Renaixença devient l’ultime aboutissement du combat pour la liberté et le panthéon, une pièce du système symbolique élaboré dès le début des années soixante. Toutefois, le panthéon est un projet avorté. L’architecte municipal Pere Falqués, chargé de concevoir un plan de restauration et d’adaptation de l’ancienne église, remet ses plans en 1894 mais en 1897, rien n’a bougé. En 1901, l’architecte en chef conseille de transformer la chapelle en bibliothèque publique, en musée liturgique ou bien en centre d’archives pour la presse24. La faillite du panthéon, malgré la ferme volonté de mémoire qui en préside la destinée, annonce un déclin.

Les raisons d’un double échec

21Derrière les conflits d’interprétation qui déchirent le culte rendu au général Prim, un débat impossible à trancher s’est ouvert, très caractéristique de l’ambiguïté politique des défenseurs de la mémoire libéral-provincialiste.

22La première contradiction tourne autour du caudillisme. La caractéristique majeure du système de la Restauration réside précisément dans l’élimination du pronunciamiento comme instance régulatrice de la vie politique et par conséquent, le retrait de l’armée des sphères du pouvoir. Les rêves insurrectionnalistes des républicains révèlent donc un décalage de leur univers symbolique avec la réalité. Mais les caudillos Espartero et Prim, chassés tous deux de la scène politique, sont en quelque sorte revenus sous la forme d’un mythe révolutionnaire tenace, tout aussi dangereux pour le régime. En s’emparant de la figure de l’illustre général putschiste, les républicains sont parvenus à poser indirectement la question de la souveraineté populaire. La Restauration aura beau introduire le suffrage universel en 1890, le régime n’a jamais prétendu associer les classes populaires à la conduite des affaires. L’exclusion sociale et le déni démocratique sont l’essence même de la monarchie constitutionnelle que soutiennent les élites catalanes dans leur ensemble depuis 1875.

23Or, pour les groupes conservateurs, Prim n’a jamais cessé de représenter le guerrier dont la légitimité politique repose sur la victoire par les armes, une symbolique qui n’appartenait qu’au monarque et qui tend à faire de l’autorité militaire l’arbitre de la vie politique. À cet égard, la multiplication à cette époque des statues équestres n’est pas fortuite : à Madrid, on compte dans les années 1880 trois projets ; à Barcelone, trois projets à Espartero, Jaume Ier et Berenguer el Gran ; à Valence, la statue à Jaume Ier. Libertadores et monarques conquérants défendent une même conception de la souveraineté qui se fonde sur la légitimité des armes. Lorsque l’armée qui fut l’âme des révolutions libérales devint le fondement de l’ordre établi de la monarchie conservatrice, les cultes aux héros démocratiques se convertirent en hommage aux défenseurs de l’autoritarisme. Ce glissement convient bien aux monarques espagnols qui ne cessent d’alimenter le mythe du Roi-militaire, de plus en plus éloigné de l’image du Roi constitutionnel. En définitive, une clé du régime de la Restauration réside dans la consolidation d’une définition antidémocratique de la souveraineté qui conduit de la statue équestre de Prim en 1887 à celle de Franco en 1942. Le fil est celui de la genèse d’une politique de mémoire réactionnaire à Barcelone. Ce que l’échec du monument Prim met en valeur, c’est donc l’impasse politique d’un libéralisme traditionnel pris entre démocratie et autoritarisme militariste. Pourtant, dans l’Espagne de 1888, ce choix s’imposait.

Le panthéon, un monument décalé

24Le panthéon figure également une limite atteinte par la politique de mémoire libéral-provincialiste : si la synthèse opérée entre deux commémorations antérieures ne conduit à aucun consensus, c’est que cette association paraît contre-nature en 1888. D’un côté, les restes des héros de l’Indépendance, à la cathédrale, sont les noyaux d’une politique de mémoire réactionnaire et espagnoliste. De l’autre, les pères de la Renaixença sont l’objet d’une récupération de la part des catalanistes. L’échec du panthéon révèle l’avènement d’une structuration nouvelle de la vie politique entre espagnolisme et catalanisme.

  • 25 Joan Lluís Marfany, 1990, p. 38 sq.

25De plus, cette mémoire est en décalage avec la sensibilité du modernisme triomphant. Être moderniste implique une opposition radicale à la pratique la plus ancrée de la société : son culte du passé. Les modernistes luttent contre l’immobilisme de la société de la Restauration : le caciquisme, le centralisme, le triomphalisme provincial incarné par une Exposition prétentieuse, le retard scientifique et culturel, l’art académique de l’art réaliste, le romantisme nostalgique de la Renaixença et des Jeux Floraux. Comme le dénonce Joan Brossa, la société catalane « vit du passé » et s’enferme dans le ressassement commémoratif. Pour la jeune génération, « modernité » s’oppose à « passé » et Brossa conclut : « Les autels qu’une autre génération a construits n’attirent plus notre dévotion. » Ce qui caractérise le mieux l’esprit artistique des années 1890, c’est l’attraction pour le changement perpétuel, l’adaptation continuelle du présent à la nouveauté, « l’intronisation de la mode comme canon » selon Joan-Lluís Marfany25. Dans ces conditions, la commémoration des années 1890 est amenée à connaître des bouleversements importants.

26La politique de mémoire n’est pas, contre toute attente, un programme préconçu de souvenirs prêts-à-porter qu’une élite aurait façonné et imposé à la ville. Au contraire, elle est par essence conflictuelle : c’est dans les combats pour tenter d’imposer une vision propre de l’histoire que se fixe la limite entre un souvenir partagé, rassembleur et fondateur de la communauté imaginée d’une part, et un souvenir de discorde de l’autre. Les années 1890 sont donc celles de la dislocation de la mémoire libéral-provincialiste élaborée au début des années 1860. À bien des égards, le monument à Colomb, dernier grand projet monumental de l’époque de l’Exposition, est le chant du cygne de cette lecture originale de l’histoire de l’Espagne.

Notes

1 LR, 25/09/1882, p. 6656.

2 Ibid.

3 Josep M. Mas i Solench, El Palau de Justícia de Barcelona, Generalitat de Catalunya, Departament de Justícia, Barcelona, 1990, p. 63.

4 Jordi Casassas 1989, p. 63-70 : l’auteur a montré que l’origine du projet date de 1873, en même temps que fut promu le monument à Güell. Voir AA, CMP, 09/05/1873.

5 PU, 05/10/1883, « Ferias i fiestas de la Merced », p. 11696.

6 En témoigne le texte de la commission de Gobernación : « Afin de compléter sa décoration [au pg. Sant-Joan], il ne reste plus qu’à déterminer si les objets qui rehausseront la beauté de ce lieu doivent consister en des vasques, des bustes ou des statues. »

7 IC, 31/08/1888, n° 195, p. 250-251 ; IC, 28/05/1888, n° 335, p. 178.

8 PU, 25/5/1887, « Crónicas Generales », p. 1

9 PU, 26/5/1887, « ¡Jamás, Jamás, Jamás ! », p. 1.

10 Ce n’est pas un hasard si deux projets à un monument à Espartero voient le jour à cette époque. Le premier apparaît en 1877 à Sabadell, œuvre de Bonaventura Llauradó (J. Subirachs i Burgaya, 1994, p. 226). Le second est un projet barcelonais de 1879. Un article de La Renaixença datant du 25 décembre 1883 parle du concours artistique de cette statue équestre. Voir AA, Exp 267, Serie B Gobernación, 1879 et LR, 25/12/1883, « La estatua ecuestre del general Espartero », p. 7673-7075.

11 IA, 13/06/1887, n° 285, p. 196. Voir aussi LR, 25/05/1887, p. 3081-2.

12 A. Dip. Ll 1003, 1864. Voir Dictamen du 7 juin 1864.

13 Aujourd’hui, le choix de Cervera paraît curieux. L’une des conséquences du décret de Nova Planta est le déplacement de l’Université de Barcelone à Cervera, petite ville de l’intérieur de la Catalogne. Penser construire là le panthéon montre que Cervera n’est pas encore perçue comme le symbole néfaste du centralisme bourbon, comme il l’est de nos jours.

14 Cette liste est intéressante pour l’histoire qu’elle raconte : on y trouve mentionés Ramon Berenguer III le Grand, Jaume Ier le Conquérant, Pere III Le Grand et son amiral Roger de Llaúria, le peintre Viladomat, Pablo Claris, l’historien Antoni de Capmany, le chroniqueur Muntaner, l’historien Pujades et l’écrivain Pere Garcia plus connu sous le nom de Recteur de Vallfogona. Le choix est certes déterminé par une difficulté d’ordre matériel : la récupération des dépouilles. Mais comment expliquer l’absence de Geoffroy le Velu qui repose au monastère de Ripoll ou de Ramon Berenguer Ier dont la tombe se trouve dans la cathédrale de Barcelone ? Comment justifier les oublis d’Alphonse le Chaste qui repose à Poblet ou de Martin l’Humain, le dernier roi en ligne directe des comtes de Barcelone ? Le législateur pense à Pau Claris, le président de la Généralité pendant la guerre des Segadors, mais ne mentionne pas Rafael Casanova dont les restes, – les contemporaions le savent–, reposent à Sant-Boi de Llobregat. En l’absence de notes explicatives, il est difficile de se faire une opinion sur les critères retenus.

15 Carolyn Boyd, 2004, p. 15-40.

16 A. DIP., Ll.1003, 1867-1876.

17 Juan Miguel Muñoz Corbalán, 1987, p. 185-200. Le glissement de l’emplacement de la cathédrale à l’ex-église de la Citadelle s’opère sans que l’on sache s’il est dû à l’initiative de Pirozzini ou bien à un refus du Chapitre d’accueillir tant de monde d’un coup.

18 AA, Exp. 1004, Ll 21, n° 6, 1878/1879 et Exp. 50, Gobernación, Serie D, 1881.

19 AA, CMP, 18/01/1884.

20 DdBcn, 4/12/1885, « Algo sobre el parque y jardines de la Ciutadella », p. 14176-14178. Voir également : AA, Exp. 165, Ll. 8, fol. 16, 1884.

21 AA, Exp. 1965, 1884, Ll. 8, fol. 16, 24/08/1881. Le mot de « collectivité » est une traduction insatisfaisante de Generalidad.

22 AA, CMP, 19/12/1889. C’est la même logique qui a poussé le parlement de Catalogne à s’installer récemment dans les murs du bâtiment central de l’ancienne Citadelle.

23 AA, CMP, 20/03/1890 et 11/04/1890.

24 AA, Exp. 2342, serie A, Fomento 3/0, Ll. 8, fol. 52, 1894. De manière générale pour le panthéon, voir également : AA, CMP, 18/01/1884, 21/02/1889, 28/03/1889, 12/12/1889, 19/12/1889, 20/03/1890, 11/04/1890 et 30/10/1894.

25 Joan Lluís Marfany, 1990, p. 38 sq.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540