Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Barcelone

 | 
Stéphane Michonneau

1re partie. Les lieux de la commémoration (I) : la mémoire libéral-provincialiste

Chapitre 5. La fièvre de l’or monumentale

Texte intégral

  • 1 Narcís Oller, 1980, vol. 1, p. 71.

1L’Exposition universelle de 1888 n’est pas la cause première des formidables transformations urbaines que connaît Barcelone dans le dernier quart du xixe siècle mais elle concentre et cristallise des évolutions antérieures. En effet, une illusion rétrospective répandue à Barcelone veut que la vague monumentale des années quatre-vingts soit née de « l’Expo ». En fait, ce programme trouve son origine dans l’idéologie libéral-provincialiste des années soixante et se nourrit des expériences et des réorientations du Sexenio : l’Exposition est son aboutissement en même temps que son couronnement. En effet, à partir de 1879 et surtout de 1881, une véritable « fièvre de l’Or » monumentale déferle sur Barcelone. Dans le célèbre roman qui porte ce titre, Narcís Oller condamne l’affux d’un argent qui n’est pas le fruit du travail et qui ne conduit qu’à la maladie sociale, le délire ou la fièvre. Opposant l’éthique du travail bourgeois au modèle de la consommation à outrance, Oller condamne le nouveau mode de vie bourgeois de son personnage principal, Gil Foix, qui se manifeste autant dans les riches demeures particulières que dans l’espace public de Barcelone1. L’auteur se moque de la mégalomanie du nouveau riche prêt à tout pour déguiser un intérêt spéculatif en s’adonnant à la passion « statuomaniaque » [Ill. 5].

De nouveaux patriciens

2Les monuments à Güell et à López [Ill. 11 et 12] sont l’incarnation de la Barcelone de la fièvre de l’Or. Dans la tradition populaire, ils portent respectivement les surnoms de l’avi negre et l’avi blanc car le premier est en bronze et le second en pierre de Montjuïc. La couleur noire du « vieux » López vient également de l’origine de sa fortune amassée dans le commerce d’esclaves ; on l’appelle aussi el negre Domingo. Ces expressions montrent combien les contemporains sont immédiatement sensibles au lien qui unit des monuments apparemment distincts : l’affirmation d’un nouveau patriarcat à Barcelone.

  • 2 L’Institut industrial de Barcelona, fondé en 1848, est l’un des creusets du capitalisme industriel (...)

3D’un côté, Antonio López i López, né à Comillas, dans un village de pêcheurs de la côte cantabre, gagne Cuba en 1831 où il bâtit une fortune considérable dans le trafic d’esclaves. De retour à Barcelone en 1856, il se consacre principalement au transport maritime en ouvrant la première ligne entre Alicante, Barcelone et Marseille puis en obtenant en 1861 le service des postes entre la métropole et les Antilles. Il fonde en 1876 la Banque hispano-coloniale pour financer la guerre de Cuba. Il est également vice-président du Círculo hispano ultramarino de Barcelona, institution destinée à défendre l’esclavage contre les courants abolitionnistes et dont le président est Joan Güell. López est aussi membre du comité exécutif de la Liga nacional. Toute sa fortune tourne autour des intérêts coloniaux : Crédito mercantil (1864), Compañía transatlántica española, Compañía de tabacos de Filipinas. Il obtient le marquisat de Comillas en 1878 et la grandeur d’Espagne en 1881. Il décède à Barcelone en 1883. Joan Güell i Ferrer, quant à lui, s’initie aux affaires coloniales avec son père, à Torredembara. Lorsqu’il revient de Cuba en 1835, il dispose d’une fortune immense, encore accrue par des alliances matrimoniales successives avec les sœurs Bacigalupi, héritières d’une vieille lignée de banquiers génois installés à Barcelone. Il investit rapidement dans une société textile et fait adopter la fabrication à l’anglaise dans l’établissement du Vapor vell de Sants en 1840. Il s’associe au percement du canal d’Urgell puis participe à la fondation de l’entreprise métallurgique La Maquinista terrestre i marítima, la plus importante d’Espagne à la fin du xixe siècle. Influencé par l’économiste Eudald Jaumendreu à la Junta de comercio, il se lance à corps perdu dans la défense du protectionnisme industriel. Il fonde pour cela l’Institut industrial puis anime le Fomento de producción nacional2. Il marie son fils, Eusebi, à la fille de López, Isabel en 1871 : cette union, célébrée comme l’un des événements mondains les plus importants du dernier tiers du siècle, symbolise le triomphe de la bourgeoisie commerciale et industrielle. Il souligne la cohésion et la puissance incontestée de cette dernière.

  • 3 Pour le monument Güell : AA, Exp 242, Serie B, 1879 ; Exp 1414, Ll 24, fol 64, 1881 ; Exp 1890, fo (...)
  • 4 Le Fomento de la producción española, créé en 1876, fusionne en 1889 avec l’Instituto de fomento d (...)

4Les élites barcelonaises s’identifient impudiquement à ces deux personnages en les consacrant comme les nouvelles idoles de la fièvre de l’Or. C’est précisément le comité directeur du Fomento de la producción qui, le 27 mars 1878, constitue une commission d’hommage à Joan Güell. Le 23 décembre, elle approuve l’idée d’une souscription privée. Il ne reste plus à la municipalité et à la Députation qu’à obtempérer3. Quant au monument à López, l’initiative appartient à Manuel Girona, célèbre banquier et membre influent du Fomento de producción española4. Dans les deux cas, l’identité des promoteurs est frappante : les grands industriels Josep Ferrer-vidal, ramón Estruch i Ferrer, Enric Batlló, le banquier Manuel Girona, ou Evaristo Arnús, l’imprimeur Joan Antoni Bastinos, les grands financiers Fontrodona. Sans exercer d’action politique directe, ces conservateurs influencent les associations de producteurs qui sont de véritables relais d’opinion. D’un côté, López n’a jamais caché ses sympathies pour la cause monarchiste et appuie financièrement le retour des Bourbons en 1875, tout comme Güell. Dans le palais somptueux qu’il fait construire à Comillas, il reçoit la famille royale tous les étés. De l’autre, Güell est député de l’Union libérale d’O’Donnell de 1857 à 1858 et son influence politique est déterminante à l’heure où le clan conservateur se mobilise en défense du protectionnisme.

5La lutte des groupes économiques mais aussi des fédéralistes et des catalanistes contre l’abaissement des tarifs douaniers est au cœur de la vie politique catalane de cette époque. Elle mobilise bien au-delà des cercles conservateurs comme en témoigne la grande manifestation du 11 juin 1881. Devant la menace d’un traité de libre-échange avec la Grande-Bretagne en 1884, la classe politique barcelonaise fait front. Le 11 janvier 1885, une assemblée réunissant les plus importantes entités économiques, culturelles et politiques de la ville, aboutit à la rédaction d’un mémoire de plaintes, le Memorial de Greuges : ce texte soutenu par Güell est considéré comme la première manifestation du catalanisme politique.

Des monuments pour la campagne protectionniste

  • 5 Homenaje que la Ciudad de Barcelona. rinde al Excmo. Sr. don Antonio López i López, 1883, p. 21. V (...)

6La campagne protectionniste utilise les deux monuments à López et à Güell comme les plateformes d’une conquête de l’opinion publique. Les programmes iconographiques qu’ils développent illustrent la défense de liens commerciaux privilégiés que l’industrie catalane a tissés avec les colonies, à l’abri de la concurrence française et britannique. Pour la municipalité et la Députation, l’érection de ces monuments permet de « perpétuer la mémoire protectionniste ». D’un côté, le monument à López se fait l’apologie de la liberté d’entreprise : les quatre bas-reliefs qui décorent le très haut piédestal représentent le Crédit marchand et la Banque coloniale, l’union des chemins de fer espagnols avec la France, la Compagnie des vapeurs transatlantiques et une plantation de tabac aux Philippines. La corniche qui les surplombe supporte les blasons de Barcelone, de Santander, capitale de la province de Comillas, de La Havane et de Manille. Le manifeste colonial est on ne peut plus clair. Dans le recueil de 150 pages d’éloges que la municipalité consacre à cette entreprise monumentale, López est « un nouveau conquistador », éminent représentant du « groupe catalan ». Plus loin, « López représente l’œuvre de notre siècle5 ». D’un autre côté, le programme iconographique du monument Güell est tout aussi éloquent. Le piédestal carré est flanqué de quatre matrones assises figurant l’Agriculture, l’Industrie, la Navigation et le Commerce et les Arts. La corniche qui les surplombe est décorée d’écussons de Barcelone et de griffons. Au sommet, Güell est figuré un écrit à la main, en référence à ses nombreux ouvrages de théorie économique. À ses pieds, une ruche symbolise le travail industriel mais aussi la société ordonnée et rationnelle de la fable de Mandeville.

  • 6 Ibid., p. 10.
  • 7 Comisión Ejecutiva del Monumento a Güell i Ferrer, 1883.
  • 8 L’Esquella de la Torratxa, 9/6/1888, « Inauguracions », n° 491, p. 354.

7La ferveur protectionniste s’étend jusqu’au choix des matériaux de construction qui, selon l’aveu des architectes et des sculpteurs, proviennent uniquement d’Espagne. L’architecte du monument López, Josep Oriol Mestres, précise ainsi que « le monument a été élevé avec des matériaux provenant du pays » et que « ceux qui ont contribué à sa construction sont bien catalans. […] [Quant à la statue], C’est la première dans son genre à avoir été fondue dans cette ville, et cette gloire appartient entièrement à l’ingénieur D. Francisco Usich, honneur de l’industrie de la patrie6 ». Pour le monument à Güell, la Commission exécutive réunit en 1883 au parc de la Citadelle une exposition des marbres espagnols, « puisque le monument doit se construire avec des marbres du pays7 ». Les cérémonies de pose de la première pierre et d’inauguration sont autant de manifestations protectionnistes et la déception est grande lorsque, au pied du monument Güell, le chef du gouvernement Sagasta s’abstient de tout commentaire favorable à l’industrie8.

8La commémoration qui se présente donc comme une forme particulière de mobilisation collective sert l’objectif des industrialistes et reflète la vive inquiétude de l’opinion publique. En outre, la cause protectionniste a l’avantage de fédérer des commémorations consacrées à la cause colonialiste. L’équation est risquée si l’on se souvient de l’anticolonialisme viscéral des classes populaires barcelonaises. Un document manuscrit du 25 juin 1882 signé par le président de la commission Güell, Jaime Fontrodona, élargit explicitement la cause industrialiste aux conquêtes coloniales. L’auteur retrace en effet l’histoire de la colonisation espagnole depuis Colomb. Il regrette amèrement que les conquêtes aient profité aux puissances rivales de l’Espagne. Au xixe siècle, l’appauvrissement de l’Espagne l’aurait laissé sans force lorsqu’il fallut lutter contre l’influence néfaste des Européens qui prêchaient la révolution et l’indépendance. Dans les terres antillaises de Cuba, les Catalans concentrèrent leurs efforts pour ne pas réitérer l’erreur. L’enrichissement des Indianos Güell et de López ou l’envoi de bataillons de volontaires catalans pour défendre les colonies avec l’argent des industriels en seraient les meilleures preuves. Cette richesse, par un juste effet de retour, a ensuite bénéficié à la métropole, de sorte que l’empire colonial et l’industrie catalane se soutiennent mutuellement sous l’égide des lois protectionnistes. On retrouve encore en 1883 une argumentation similaire à l’occasion d’un projet monumental pour l’évêque de Barcelone Urquinaona i Bidot dont les interventions au Sénat avaient servi la cause des industrialistes. Dans ce cas encore, la liste des promoteurs du monument recoupe celle des associations patronales instigatrices du combat protectionniste et des monuments à Güell et à López. Mais la campagne monumentale du début des années 1880 n’a pas pour seule fonction de renforcer la cohésion des élites barcelonaises : elle a également pour but de défendre un modèle social aristocratique pour la Catalogne et l’Espagne.

L’aristocratisation d’une société bourgeoise

  • 9 DdBCn, 11/02/1883. Joan Mañé i Flaquer, « Don Antonio López i López ».

9Les monuments López et Güell véhiculent une image aristocratique de la société. En effet, les élites barcelonaises ont souhaité ériger des monuments à des personnages hors du commun. Les commentaires soulignent le caractère exceptionnel de ces deux personnalités, leur noblesse de sang et leur distinction sociale. Joan Mañé i Flaquer, éditorialiste de El Diario de Barcelona, l’organe de presse conservateur, fait par exemple de López un « homme supérieur » appartenant à une « race supérieure ». Il s’en explique : « Nous l’aimions non pas comme un homme supérieur ou inférieur à ceux qui se trouvent dans une position analogue, mais comme un homme distinct ». En somme, « Antonio López fut toujours noble » et « le titre nobiliaire [qu’il reçut] ne fit que confirmer ce qui était déjà9 ».

  • 10 Juan José Lahuerta, 1993, p. 66 sq.

10La noblesse du caractère de Güell et López se manifeste tout particulièrement par l’évergétisme. On sait bien que le grand poète lyrique de la Renaixença catalane, Jacint verdaguer, a dédié son poème Atlàntida au propriétaire des navires transatlantiques où il officiait comme aumônier. On sait également que López fit appel à la fine fleur de l’architecture catalane – dont Antoni Gaudí –, pour construire son palais de Comillas. C’est aussi l’époque où Eusebi Güell s’érige en protecteur de Gaudí et se donne des airs de nouveau Laurent de Médicis dans une Barcelone industrielle et marchande. Le bénéfice social et symbolique du mécénat n’échappe pas au public bourgeois qui découvre dans ces années de la fièvre de l’Or les plaisirs de la consommation de masse des biens culturels. Juan José Lahuertas a justement souligné combien l’attitude du mécène, amant de la pièce unique et rare confectionnée exprès pour lui, se démarque du comportement de la bourgeoisie qui l’entoure10. À l’heure où l’activité artistique connaît une professionnalisation rapide et où le public argenté cherche à acquérir un capital culturel, le mécène conserve et revendique l’art unique, sans pareil, non pas consommé mais possédé. Le mécénat est bien l’outil que se donnent des fortunes exceptionnelles pour se distinguer des masses dont elles sont issues. Mais l’important réside bien plutôt dans le fait qu’une société entière ait été prête, enthousiaste même, à couronner ces princes d’un genre nouveau. Tout se passe comme si la bourgeoisie catalane, en pleine expansion, trouvait dans le principe de la distinction par l’évergétisme celui d’une société organiquement hiérarchisée autour du pater familias, à l’instar de la famille rurale dans la masia idéalisée. C’est pourquoi les éloges n’ont de cesse de vanter chez nos deux héros leurs qualités de bons pères de famille, de maris aimant et de fils reconnaissants. À travers ces cultes, on perçoit finalement l’anxiété d’une société bourgeoise à la recherche de son patriarcat, c’est-à-dire d’un principe stable d’organisation. López et Güell sont les nouveaux comtes que Barcelone s’est donnés à la fin du xixe siècle.

Du culte de l’argent au culte des lettres : d’une légitimation à l’autre

  • 11 PU, 25/09/1883, « Primeras piedras », p1.

11Les critiques de l’époque ont parfaitement saisi l’enjeu d’une aristocratisation de la bourgeoisie barcelonaise. Le quotidien républicain La Publicidad par exemple, lors de la pose de la première pierre du monument à López en septembre 1883, se moque des « administrateurs de l’argent » à l’origine de l’initiative. Contre une hiérarchie qui ferait du self made man le sommet de la pyramide des honneurs, la Publicidad rappelle que « le caractère de ses mérites [de López] n’atteint pas le brillant, la renommée ou le désintérêt des hommes d’état, des hommes de science ou des grands artistes11. Un an plus tard, alors que la crise économique s’abat sur Barcelone ainsi qu’une épidémie de fièvre jaune, le ton de la Publicidad vis-à-vis du “monument de l’opulence” » est encore plus acide :

  • 12 PU, 14/09/1884, J. Narciso Roca, « El monumento de la opulencia », p. 1.

« C’est une véritable honte pour la ville que ce monument érigé aux Dieux de l’argent, au génie marchand, à l’opulence banquière, au négoce chanceux et à la spéculation millionnaire […] alors que les monuments prévus en honneur des poètes et des chanteurs de la patrie catalane comme Aribau ou Clavé n’ont même pas deux pierres l’une au-dessus de l’autre, alors qu’on ne parle même plus du monument élevé au défenseur de l’indépendance de la Catalogne, au député Claris ni du monument destiné à garder les restes du chef de l’indépendance espagnole dans le Principat, le général Lacy, alors que pour faire avancer avec une lenteur incroyable les travaux du monument au génie qui découvrit les Amériques où s’enrichirent tant de Catalans, Barcelone a besoin de quémander de l’argent auprès des provinces et des villes de l’Espagne castillane, tellement appauvries et désolées par la possession du Nouveau Monde12. »

12L’auteur du pamphlet, Narcís roca, est un fédéraliste convaincu que l’indépendance de la Catalogne est liée à la libération des classes populaires opprimées. Son indignation a bien quelque résonance politique précise mais au-delà, c’est bien une certaine échelle de valeurs pour la collectivité qu’il défend : « Ce n’est pas de cette manière que la Catalogne parviendra à être un peuple, une nationalité, une entité morale et politique, littéraire et artistique » conclut-il. Contre des actes « d’une barbarie inculte », l’éditorialiste en appelle à une mémoire moralisée et normalisée par les choix de l’intelligentsia. Il exagère volontairement la critique du mode de vie de la nouvelle bourgeoisie afin de mieux lui proposer d’épouser d’autres critères de distinction sociale fondés sur l’art et la politique, sans préjuger de son appartenance nationale espagnole ou catalane. Cette critique acerbe est une incitation faite aux élites à se moderniser sur le modèle des classes dirigeantes des pays les plus avancés. Narcís roca pressent que le patronage que la société barcelonaise recherche ne sera consolidé qu’une fois acceptée la culture classique confectionnée par les intellectuels. Le culte à la Renaixença naît précisément de cette communion d’intérêt entre l’élite économique et l’élite artistique.

Aribau, père de la Renaixença [Ill. 10]

13En même temps que la bourgeoisie conservatrice voit en Güell et López les nouveaux patriarches de la société, l’intelligentsia désigne Aribau comme père de la Renaixença. La genèse du mythe d’Aribau montre de manière exemplaire la manière dont la Renaixença offre une production littéraire et artistique ajustée aux nécessités idéologiques et politiques d’un nouveau public cultivé. On a déjà dit que la Renaixença se fondait sur le mythe de son initiateur supposé, Bonaventura Carles Aribau et de la publication du poème Oda a la Pàtria dans les colonnes de El Vapor en août 1833. Les objections qu’apportent aujourd’hui à cette origine tant les historiens que les spécialistes de littérature catalane sont innombrables : on souligne le plus souvent le caractère anecdotique de la composition et son intention prosaïque (le poème est dédié au patron d’Aribau, le banquier Gaspar de remisa). De même, l’absence de la moindre conscience politique de la part de son auteur, le caractère exceptionnel que revêt cette poésie dans l’œuvre d’Aribau (on ne connaît de lui que six poésies écrites en catalan) confirment qu’il existe un écart entre les conditions de production de la Pàtria et l’usage postérieur qui en est fait. S’agissant de l’un des mythes fondateurs les plus puissants qu’a généré la Renaixença, comment pouvait-il en être autrement ?

14L’intérêt de ce mythe est qu’il articule le thème protectionniste et celui de la redécouverte de la littérature catalane. En effet, depuis 1826, Aribau sert la maison du banquier catalan remisa et poursuit parallèlement dans le journal El Corresponsal la défense des thèses protectionnistes. Entre 1819 et 1820, il acquiert à la Junta de comercio une formation en économie politique auprès d’Eudald Jaumendreu, théoricien notable de l’école protectionniste. Sa carrière se poursuit ensuite dans les sphères économiques de l’administration centrale, au Conseil d’agriculture et de commerce, au Trésor public et à l’Intendance générale de la Maison royale et du patrimoine. Une originalité de son activité littéraire réside dans l’écriture de poèmes économiques en castillan dans lesquels il met en vers les enseignements de Jaumendreu. Dès 1844, la Junte du commerce de Barcelone attribue une place d’honneur au portrait d’Aribau « en attention au zèle avec lequel celui-ci soutient les bons principes économiques et défend les intérêts de la province ». Parallèlement, le poème La Pàtria atteint le panthéon des lettres catalanes. En 1849, un article consacré à Aribau figure dans les Mémoires de Fèlix Torres Amat, l’auteur du Diccionari d’escriptors catalans. En 1858, dans un ouvrage intitulé Los trobadors nous, Antoni de Bofarull le place en tête de son anthologie de poésie catalane.

  • 13 AA, Exp. 1493, fol 45, 1883 et A. Dip., exp. 15, Ll 1939, 1884.
  • 14 AA, CMP, 22/01/1884.
  • 15 LR, 14/15/1884, p. 8064.

15Le décès d’Aribau en septembre 1862 accélère le processus de sa canonisation littéraire13. L’ateneu català lui attribue un prix spécial à l’occasion des Jeux Floraux de 1863, « pour encourager les chantres de nos gloires et confondre l’orgueil de ceux qui, en plus de vouloir détruire notre travail, voudraient nous enlever notre langue ». rappelons que la même année, víctor Balaguer dédie la principale avenue de Barcelone à Aribau. Lors d’une conférence nécrologique célébrée à l’Ateneu Barcelonès en 1877, les écrivains Manuel Milà i Fontanals, Manuel Angelón et Joaquim riera i Bertran rendent un vibrant hommage au « père de la Renaixença ». La même année, Lluís rigalt, directeur de l’école des beaux-arts, organise le transfert des restes d’Aribau dans une urne placée dans la chapelle du cimetière général. Aribau repose là aux côtés de l’historien et homme politique Antoni de Capmany. Toujours en 1877, l’Institut industrial de Catalunya fondé par Joan Güell ouvre une souscription afin d’ériger un monument. Après plusieurs années d’hésitation, une proposition municipale est adoptée en décembre 1882. L’action concertée de Carles Pirozzini, vice-président de la Commission exécutive, et du directeur de El Diario de Barcelona est décisive14. Deux ans plus tard, en décembre 1884, un monument définitif est inauguré au centre du mirador du parc de la Citadelle. Le monument est donc le fruit de la conjonction des efforts de deux milieux distincts entre 1877 et 1882 : les cercles protectionnistes d’une part, l’intelligentsia barcelonaise de l’autre15.

  • 16 C’est Güell qui fournit gratuitement le bloc de marbre provenant de sa propriété pour confectionne (...)
  • 17 LR, 14/12/1884, « Inauguració del monument a Aribau », p. 8093.
  • 18 Magí Sunyer, « Aribau, un mite discutit », in « La consolidació del mon burgès », Borja de Riquer, (...)

16La connexion entre protectionnisme et Renaixença ne met pas simplement en scène une collusion d’intérêts où des luttes d’ordre économique se dissimuleraient derrière des considérations littéraires annexes. On ne peut pas non plus réduire la Renaixença à une simple entreprise de justification idéologique du protectionnisme. Il n’empêche qu’un rapport d’analogie existe entre les deux qui conforme une culture de classe unie et une forme originale d’intégration collective. Si le mythe d’Aribau sert pleinement les intérêts du groupe conservateur dont on a constaté le dynamisme commémoratif16, politiquement, il est clairement libéral-provincialiste : pour Carles Pirozzini par exemple, Aribau « symbolise la chaîne unissant le régionalisme et la nationalité17 ». Mais au début des années 1880, cette vision est combattue par les tenants d’un catalanisme plus intégral : valentí Almirall, dans un article publié dans la revue moderniste l’Avenç en 1884, conteste la validité du mythe Aribau18. Son objection repose sur une argumentation que bon nombre de critiques littéraires reprirent par la suite : La Pàtria n’entre pas dans la catégorie de la poésie patriotique car l’usage du catalan comme langue littéraire ne correspond aucunement à une valorisation politique de la patrie. La dédicace au patron qui clôt La Pàtria souligne le caractère éminemment intime de la composition. Par contre, dans le reste de son œuvre littéraire, économique et politique, Aribau utilise la langue de la haute culture de son époque : le castillan. En définitive, Aribau ne serait pas le moins du monde intéressé par la récupération du prestige d’une ancienne langue de culture. Le catalan qu’Aribau désigne par les expressions de « chant des troubadours » et « langue limousine » fonctionnerait tout au plus comme un point de cristallisation des souvenirs : les anciens fueros, les faits héroïques de quelques monarques, une image romantique finalement très conventionnelle du passé médiéval de la Catalogne.

17Pour Almirall, le monument à Aribau ne célèbre pas la Renaixença mais une personnalité discutable dont les engagements politiques et idéologiques reflètent ceux des classes dirigeantes barcelonaises. Pour lui, « le monument à la renaissance catalane ne pourra se faire que le jour où le caractère de notre peuple aura réussi à se régénérer, et cela, selon toute apparence, est un long chemin » conclut-il. Cette critique acerbe montre la vitalité et le dynamisme nouveau du catalanisme radical de valentí Almirall. Ce courant politique progressiste cherche dans Josep Anselm Clavé un autre père fondateur.

Clavé, l’autre Renaixença ? [Ill. 13]

  • 19 AA, Exp1857, reg 223, fol 153, 1883. voir également AA, CMP, 13/09/1883, 06/11/1888 et 09/05/1889.

18Josep Anselm Clavé passe pour être l’Aribau de la chanson populaire. Son culte qui passe le plus souvent inaperçu est l’une des rares commémorations barcelonaises à durer jusqu’à la guerre civile de 1936-193919. Cette exceptionnelle longévité s’explique par la place considérable qu’occupent les formations chorales dans la formation de la culture nationale catalane. Clavé, sensibilisé aux problèmes de la condition ouvrière par son origine artisanale et sa formation idéologique républicaine mâtinée de socialisme utopique, entreprend vers 1845 d’organiser les loisirs populaires en créant un premier orchestre, L’Aurora. En 1850, il fonde la première société chorale espagnole, La Fraternidad, dont le nom indique bien la vocation mutualiste. Aux premiers concerts au théâtre de l’Odéon en 1851 font suite les représentations régulières dans les jardins de loisirs du pg. de Gràcia, au parc d’attraction Champs Elysées. De retour d’une déportation causée par son implication politique dans la révolution libérale de 1854, Clavé fonde la Société Euterpe et multiplie les concerts dans les jardins du même nom. Son journal, El Eco de Euterpe, contribue à structurer le champ d’activité chorale en Catalogne. Le répertoire de Clavé intègre aussi bien des œuvres d’avant-garde – il introduit Wagner en Catalogne avec le « chant des Pèlerins » de Tannhäuser – que des compositions propres et des réinterprétations de chansons populaires. En 1867, les Chœurs de Clavé rassemblent 40 000 ouvriers dans 106 entités chorales. Durant le Sexenio, Clavé retrouve la scène politique : il est notamment un polémiste apprécié des colonnes de El Estado Catalán où collabore valentí Almirall. Après avoir occupé un poste de responsabilité au sein du républicanisme espagnol, il meurt peu après le coup d’état du général Pavía, le 24 février 1874.

  • 20 IC, 20/4/1881, « Clavé », n° 29, p. 230.

19Aussitôt après le décès de Clavé s’ouvre une souscription pour l’édification au cimetière d’un monument funéraire, suivant un projet de l’architecte vilaseca i Domènech. Le transfert des cendres a lieu le 8 octobre 187620. Il faut attendre 1883 pour l’initiative d’un monument. Les hommes qui composent la Commission exécutive appartiennent tous au groupe des intellectuels renaissants au sein duquel on distingue deux tendances : d’une part, les dramaturges Conrat roure et Frederic Soler, – Pitarra –, forment l’ancienne colla dels xarons des années 1860, un groupe d’étudiants bohêmes partisans d’une Renaixença populaire et progressiste. On y trouve également rosendo Arús, figure centrale de la maçonnerie barcelonaise et ardent militant fédéraliste et riera i Bertran, ancien maire de Gérone et député républicain en 1873. Ici, la tonalité est républicaine, proche du catalanisme progressiste de valentí Almirall. De l’autre, Angel Guimerà et le romancier Narcís Oller, José rodoreda, l’écrivain et collaborateur à La Renaixença, la revue catalaniste fondée en 1871 qui défend un projet catalaniste culturaliste davantage que politique. Oller par exemple, le Zola catalan, affiche un libéralisme modéré et son catalanisme l’éloigne du progressisme de ses compagnons. De fait, le culte à Clavé réunit un groupe disparate d’intellectuels aux idéologies diverses. Cette double origine reflète la convergence des initiatives prises en faveur d’un front catalaniste uni avec notamment, la formation du Centre català en 1882 et la convocation du second Congrès catalaniste l’année suivante et la rédaction du Memorial de Greuges, premier acte du catalanisme politique, en 1885. Mais l’échec politique du Memorial accroît les tensions au Centre català : d’un côté, Almirall accentue le régionalisme laïc et refuse tout séparatisme. De l’autre, le groupe de La Renaixença se rapproche des catholiques conservateurs mais aussi traditionalistes représentés à vic par Jaume Collell et son journal La Veu de Montserrat, le poète Jacint verdaguer, l’évêque Josep Torras i Bages et l’avocat Narcís verdaguer i Callís, célèbre défenseur du droit catalan. La scission de La Lliga de Catalunya du Centre català, survenue en 1887, consomme le divorce définitif entre les tendances progressiste et conservatrice du catalanisme.

  • 21 LR, 25/11/1888, Joaquim Riera i Bertran, « Dos monuments populars », p. 7091. Voir aussi A. Dip., (...)

20En entraînant dans son sillage la plupart des organisations catalanistes, la jeune Lliga de Catalunya fait avorter le projet d’Almirall et ouvre la voie à l’hégémonie du catalanisme conservateur. Lors de l’inauguration du monument Clavé en novembre 1888, la Lliga de Catalunya est présente mais le représentant de la Commission exécutive est Pitarra qui ne cache pas ses sympathies pour Almirall. Même si Joaquim riera i Bertran défend dans La Renaixença le point de vue d’une trêve21, le culte à Clavé échoue à constituer une plateforme d’entente car l’enjeu est majeur : il s’agit de la conquête des masses populaires à la raison catalaniste.

  • 22 Ibid.
  • 23 LR, 25/11/1888, « Joseph Anselm Clavé », p. 7088-7091.

21Le culte à Clavé repose sur le mythe d’un hommage populaire. La réthorique catalaniste tend à faire croire à une adhésion populaire massive, ce que dément cruellement l’échec de la souscription auprès des ouvriers ou bien la quasi absence de délégations ouvrières à la cérémonie d’inauguration. Les innombrables concerts et les représentations théâtrales n’ont jamais réussi à couvrir le coût du monument, loin s’en faut, ce qui nécessite l’intervention de la municipalité et de la Députation. Celle-ci est probablement motivée par la valeur disciplinaire que les autorités reconnaissent aux multiples associations chorales auprès des masses ouvrières. Pour la Commission exécutive du monument, Clavé est « l’agent civilisateur » qui permet de « moraliser et d’instruire la classe ouvrière22 ». Les Chœurs de Clavé y sont présentés comme les instruments d’une conquête des masses et une digue contre le socialisme et l’anarchisme. Joaquim riera i Bertran pense que « même si demain les courants socialistes qui perturbent si profondément les ouvriers des autres pays répandaient ici leur mauvaise influence, le nom de Clavé serait encore un nom vénérable et le monument élevé à sa mémoire resterait digne du respect populaire23 ».

22La commémoration, tout comme le concert choral, est une pratique sociale susceptible de contenir les forces destructrices qui menacent l’harmonie sociale et politique menacée. Par là, ce culte aux accents populistes contribue à organiser la nouvelle communauté régionale autour de valeurs stables et à fortifier en chantant l’individualité d’un peuple. Les promoteurs du monument croient à l’effet vertueux du chant qui détourne l’ouvrier du vice et de la luxure, de l’abrutissement et de l’inculture. La « révolution moralisatrice » aurait ainsi permis que gagnent « les chants romantiques plein de tendresse et de spiritualité sur les chants de café si lubriques et furieux ». Pour riera i Bertran, Clavé est le « grand rédempteur » de la société et le nouveau chantre de la patrie. Ses chansons évoquent :

  • 24 Ibid.

« le vent de nos champs, l’arôme de nos fleurs, la chaleur de notre sol, la rumeur des remous de nos rivières, les chansons des braves pêcheurs de nos poétiques villages marins, les accents de la tenora qui rythme en cadence la sardane ampurdane, la résonance des vallées profondes de Montseny et de Montserrat ; bref, la patrie, avec ses chants, ses amours, ses joies, ses aspirations et ses tristesses, couronnée des joyaux de la poésie, de la musique, des arts et des sentiments24 ».

  • 25 Josep Termes i Teresa Abelló, « Estructura i vida social », in Jaume Sobrequés, 1996, p. 181.
  • 26 Joan-Lluís Marfany, 1995, p. 307-321.
  • 27 LR, 24/9/1883, « Clavé-López », p. 5703 ; IC, 20/4/1881, « J. Güell i Ferrer » et sur la même page (...)

23Pour le catalanisme, l’idéalisation du monde champêtre a pour fonction de reconstruire un monde harmonieux exempt de toute conflictualité sociale. Josep Termes a noté justement que les chansons de Clavé évoquent un monde absolument étranger aux réalités de la vie ouvrière urbaine25 et qu’elles proposent la résurrection miraculeuse d’un paradis perdu, la réactivation temporaire d’une communauté désormais dissoute. Joan-Lluís Marfany a montré combien les Chœurs de Clavé structurent une communauté nationale à l’unisson de ses fantasmes de cohésion26. Pour Josep Maria Fradera, la mythification du monde rural et sa progressive conversion en représentation idéale de l’identité collective correspond à une véritable fuite du réel, comme si la Renaixença était réfractaire à l’expression du contexte social qui l’a vu naître. Au total, la figure de Clavé conjure les tensions du présent. Soigneusement vidée de son contenu révolutionnaire, la figure est curieusement associée à López dans une même cérémonie commémorative. Quant à l’emplacement de la statue, elle se situe dans l’alignement exact du monument Güell, sur la Rambla Catalunya. Ces coïncidences ne sont pas fortuites car le culte à Clavé est mis sous tutelle. Aux yeux des commentateurs en tous cas, ces rapprochements ont du sens et la presse fleurit d’articles s’efforçant d’établir des parallèles risqués entre les vies de ces personnages27.

24Pour Barcelone, Clavé vaut moins comme philanthrope que comme « agent civilisateur ». Son culte n’est autre que l’expression d’une prise de conscience par des élites politiques et culturelles catalanes, de l’urgence d’imposer une certaine discipline sociale aux classes ouvrières. Ainsi, la Renaixença ne résulte pas seulement d’un échange croisé d’intérêts entre la bourgeoisie économique et l’intelligentsia ; elle relève aussi d’une entreprise de disciplinarisation du corps social en vue d’instaurer une culture nationale. À ce titre, Clavé est peut-être moins « l’Aribau des pauvres » que l’outil de conformation culturelle et idéologique des classes populaires de Barcelone. Ainsi, le monopole d’usage de l’espace public par les tenants du libéral-provincialisme souffre peu d’exceptions. Toutefois, l’étude des pratiques commémoratives réserve des surprises : les manifestations du culte à Clavé n’ont cessé d’innover. Leurs rites annoncent la remise en cause d’un modèle de référence au passé qui ne met en scène que les élites de la ville. C’est uniquement à ce niveau que le culte à Clavé annonce une forme de démocratisation de la mémoire, caractéristique du premier xxe siècle.

Notes

1 Narcís Oller, 1980, vol. 1, p. 71.

2 L’Institut industrial de Barcelona, fondé en 1848, est l’un des creusets du capitalisme industriel catalan. La cause protectionniste lui donne l’essentiel de sa vigueur. Il fusionne en 1879 avec le Fomento de producción nacional, fondé en 1869 : la nouvelle association porte le nom de Instituto de fomento del trabajo nacional.

3 Pour le monument Güell : AA, Exp 242, Serie B, 1879 ; Exp 1414, Ll 24, fol 64, 1881 ; Exp 1890, fol 48, reg 139, 1883 et A. Dip., Ll 1387. voir également AA, CMP 04/04/1879, 22/12/1881, 16/05/1882, 12/08/1884, 03/02/1885, 31/03/1885, 07/12/1886, 18/01/1887 et 03/07/1888. Pour le monument López, AA, Exp. 1557 A, L1, reg 21, 1882. voir également AA, CMP, 22/05/1883, 05/06/1883, 30/10/1883, 04/11/1888, 09/05/1889.

4 Le Fomento de la producción española, créé en 1876, fusionne en 1889 avec l’Instituto de fomento del trabajo nacional pour devenir simplement le Fomento del tabajo nacional, héritière de toutes les associations de producteurs précédentes.

5 Homenaje que la Ciudad de Barcelona. rinde al Excmo. Sr. don Antonio López i López, 1883, p. 21. Voir aussi : José Oriol Mestres, 1884.

6 Ibid., p. 10.

7 Comisión Ejecutiva del Monumento a Güell i Ferrer, 1883.

8 L’Esquella de la Torratxa, 9/6/1888, « Inauguracions », n° 491, p. 354.

9 DdBCn, 11/02/1883. Joan Mañé i Flaquer, « Don Antonio López i López ».

10 Juan José Lahuerta, 1993, p. 66 sq.

11 PU, 25/09/1883, « Primeras piedras », p1.

12 PU, 14/09/1884, J. Narciso Roca, « El monumento de la opulencia », p. 1.

13 AA, Exp. 1493, fol 45, 1883 et A. Dip., exp. 15, Ll 1939, 1884.

14 AA, CMP, 22/01/1884.

15 LR, 14/15/1884, p. 8064.

16 C’est Güell qui fournit gratuitement le bloc de marbre provenant de sa propriété pour confectionner le piédestal.

17 LR, 14/12/1884, « Inauguració del monument a Aribau », p. 8093.

18 Magí Sunyer, « Aribau, un mite discutit », in « La consolidació del mon burgès », Borja de Riquer, 1996, p. 290-291.

19 AA, Exp1857, reg 223, fol 153, 1883. voir également AA, CMP, 13/09/1883, 06/11/1888 et 09/05/1889.

20 IC, 20/4/1881, « Clavé », n° 29, p. 230.

21 LR, 25/11/1888, Joaquim Riera i Bertran, « Dos monuments populars », p. 7091. Voir aussi A. Dip., Exp 27, Ll 1940. La demande de souscription soumise le 26 novembre 1886 est rejetée en janvier 1889.

22 Ibid.

23 LR, 25/11/1888, « Joseph Anselm Clavé », p. 7088-7091.

24 Ibid.

25 Josep Termes i Teresa Abelló, « Estructura i vida social », in Jaume Sobrequés, 1996, p. 181.

26 Joan-Lluís Marfany, 1995, p. 307-321.

27 LR, 24/9/1883, « Clavé-López », p. 5703 ; IC, 20/4/1881, « J. Güell i Ferrer » et sur la même page « Clavé », p. 230 ; LR, 25/11/1888, Joaquim Riera i Bertran, » Dos monuments populars », p. 7091.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540