Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Barcelone

 | 
Stéphane Michonneau

1re partie. Les lieux de la commémoration (I) : la mémoire libéral-provincialiste

Chapitre 4. Une mémoire révolutionnaire ?

Full text

1Le mythe de la révolution de 1868 qui renversa Isabelle II, la Gloriosa, survit longtemps à l’échec du Sexenio démocratique en 1875. 1868 demeure, qu’on le refuse ou qu’on le revendique, une référence indépassable de la mémoire politique espagnole. Or, le mythe de la Gloriosa, si puissamment instrumentalisé par les républicains de la fin du xixe siècle, se fonde sur les rêves d’un bouleversement radical de la société que les hommes du Sexenio tentèrent précisément de conjurer. Le problème est donc d’évaluer la politique symbolique entre 1868 et 1874 en faisant abstraction du mythe révolutionnaire postérieur de la Gloriosa. Autrement dit, la politique de mémoire du Sexenio fut-elle révolutionnaire ?

2À Barcelone, on distingue trois étapes successives. Dans un premier temps, le régime indéfini issu des événements révolutionnaires et reposant sur les figures tutélaires des généraux Serrano et Prim pose timidement les jalons de sa propre célébration. La Gloriosa se définit comme un repère des mémoires, sans pour autant reprendre à son compte l’héritage libéral radical de la première moitié du xixe siècle. Puis, de 1871 à 1873, deux politiques de mémoire antagonistes s’affirment alors que la nouvelle monarchie constitutionelle d’Amédée de Savoie cherche la stabilité : le monument à Prim cristallise le divorce entre d’un côté, les éléments d’une mémoire libérale, monarchique et impérialiste et de l’autre, une mémoire purement républicaine et révolutionnaire. En 1874 enfin, alors que la Première République vient d’être proclamée, les contours d’une mémoire alliant libéralisme modéré et monarchisme se dessine nettement, traduction sur le plan symbolique du glissement des élites barcelonaises vers la solution élaborée par Cánovas del Castillo en faveur d’une restauration des Bourbons. La renaissance opportune du monument aux conquêtes africaines scelle cette réconciliation issue d’un compromis entre le libéralisme d’État et le libéral-provincialisme catalan. En 1875, le rétablissement d’Alphonse XII sur le trône n’amène de ce point de vue aucun changement qui n’ait été déjà posé en 1874. La Restauration ne fait que consolider pacifiquement les fondements de cette mémoire, substrat d’une alliance politique objective entre la classe dirigeante barcelonaise et le nouveau régime qui durera jusqu’à la décennie suivante.

3Ainsi, l’expression d’une mémoire démocratique et populaire se réduit à peu de chose ; elle est toutefois suffisamment concrète pour que les élites barcelonaises aient clairement perçu le danger qu’elle représentait pour l’assise de leur pouvoir social. Il faut prendre les élites de la Restauration au mot quand elles s’épouvantent au simple souvenir de « l’anarchie républicaine » : elles se réfèrent là tout autant au spectre du désordre social qu’à la perspective d’un bouleversement des mémoires.

1868 : une révolution qui ne dit pas son nom

  • 1 Marició Janué I Miret, 1992, p. 20 et Arturo Masriera, Barcelona, Isabela y Revolucionaria, Eepiso (...)

4Du soulèvement de Barcelone, le 29 septembre 1868, à l’assassinat de Prim, le 27 décembre 1870, le nouveau régime établit donc les repères de sa propre commémoration. Treize jours après le pronunciamento de l’Amiral Topete à Cadix se forme la Junta revolucionaria provisional. La foule se dirige des Ramblas vers la place Sant-Jaume aux cris de « À bas la dynastie ! » et « Vive la souveraineté nationale ! » tout en acclamant le général Prim. Les insurgés investissent les bâtiments de la Députation et de l’Hôtel de ville et brûlent les portraits d’Isabelle II. Même scène au Liceu et à l’Évêché. Une procession se dirige ensuite sous un portrait de Prim vers la Capitainerie générale où se constitue la Junte révolutionnaire. Le lendemain, alors que Barcelone est toute à la fête, la Junte décide de remettre en place les plaques honorant les progressistes Madoz et Prim que la municipalité précédente avait fait enlever du salon du Conseil des Cent. Un seul nom de rue est changé sur le moment, contrairement à ce qu’affirment plusieurs auteurs1. Parmi les nombreuses mesures que prend la Junte, on compte, le 1er octobre, la dissolution de l’ancienne municipalité et de la Députation. Le lendemain, la foule détruit le piédestal du monument à Ferdinand le Catholique, place Royale, dans l’allégresse générale. Le 3, la Junte ordonne la démolition de la Citadelle et de la caserne des Drassanes. Le 10 octobre, une Junta definitiva est élue au suffrage universel direct et s’installe le 27. Mais cette fois-ci les monarchistes progressistes détiennent la majorité : la tension qui en résulte entre la municipalité et la junte minera l’action de la municipalité en matière symbolique.

  • 2 AA, CMP, 30/10/1868 et 09/12/1868. A Dip., Exp. 3318, 1868 et A. Dip. Ll 963, 30/10/1868.

5Les premières mesures reflètent encore l’unanimité des premiers jours. Le 30 octobre 1868, la municipalité provisoire rend un hommage insistant aux « martyrs de la liberté », Ventura et Mas, deux officiers fusillés après l’échec du pronunciamento démocrate de San Gil, en juin 1866. Le 7 novembre 1868, une procession civico-religieuse rassemble tous les membres de la municipalité et de la Députation au cimetière de l’Est où des couronnes sont déposées sur la tombe des héros. On projette alors d’élever un monument à tous les martyrs de la liberté2. Trois mois plus tard, les résultats des élections au suffrage universel aux Cortes constituantes donnent à la coalition pro-gouvernementale une avance confortable (236 sièges sur 341) mais la poussée républicaine est notable sur tout le pourtour méditerranéen, notamment à Barcelone. La proposition de changements de noms de rue du 26 janvier 1869 reflète ce nouvel état de force politique : República remplace Cristina, le nom de la mère d’Isabelle, Libertad remplace Fernando (VII), Alcolea, du nom de la bataille qui vit capituler les troupes isabellines, remplace Isabel II, Comercio remplace Palacio, Nacional remplace Real et Pueblo remplace Rey.

  • 3 Il n’y a pas si longtemps, en 1856, le Bienio progresista avait imposé les noms des généraux libér (...)

6Certains républicains trouvent la proposition timorée : il manque par exemple « Souveraineté populaire » ou « Prim ». Mais les progressistes opposent trois arguments contre la républicanisation des noms de rue. Premièrement, la discussion est prématurée car les Cortes n’ont pas encore statué sur la nature du régime. Effectivement, alors que les républicains croyaient que la chute d’Isabelle II suffirait à proclamer de facto la république, la Constitution proclamée le 1er juin 1869 tranche finalement en faveur d’une monarchie constitutionnelle. Contre les républicains, les monarchistes aussi en appellent à la tradition : « Finalement, ce ne sont pas les contemporains mais la postérité qui doit sanctionner les changements de noms de rue », déclare le conseiller Ruiz, monarchiste progressiste. La proposition est en effet discréditée par l’habitude qu’ont eue les progressistes d’inaugurer leurs courts règnes politiques par des changements de la nomenclature urbaine considérés comme abusifs3. Enfin, les monarchistes se réfèrent à la tradition libéral-provincialiste : ils s’étonnent de voir supprimer des noms référents à la Couronne d’Aragon, comme la place du Roi où se trouve l’ancien Palais-Royal des comtes de Barcelone. De même, doit-on abattre la statue de Jaume Ier qui trône sur la façade de l’Hôtel de ville ? Au plan symbolique, les monarchistes s’inspirent de l’interprétation libéral-provincialiste de Balaguer, ce qui laisse les républicains dans l’embarras : certains veulent respecter la statue de Jaume Ier ; d’autres veulent l’abattre. Ces débats révèlent très tôt les divisions internes au bloc révolutionnaire, surtout au cours de l’été 1869 après que la Constitution opte pour la monarchie.

  • 4 AA, CMP, 29/01/1869, 01/02/1869, 06/02/1869 et 11/02/1869.

7Au cours de l’année 1869, les divisions se creusent à l’occasion de deux conflits symboliques : tout d’abord, le projet de monument aux Cortes ; ensuite, le premier anniversaire de la Gloriosa, en septembre 1869. L’objet de la proposition républicaine du 6 février 1869 est de solenniser l’ouverture des Cortes Constituantes qui se réunit le 11 du même mois. On prévoit alors d’entamer la construction d’une colonne commémorative et de planter un arbre de la Liberté place de l’Égalité, en référence aux principes de 1789. Pour le progressiste Francesc Rius i Taulet, le meilleur emplacement de la colonne serait le croisement de la rue Cádiz et du pg. Sant-Joan afin de mieux souligner la filiation de l’assemblée présente avec celle de 1812. Cet acte lui paraît « digne de la patrie des braves Padilla, Maldonado, Daoiz et Velarde », c’est-à-dire des Comuneros de Castille et des héros du Dos de Mayo 1808 à Madrid. Le dictamen du 11 février 1869 choisit finalement l’emplacement de la Citadelle dont la destruction est la principale revendication de l’équipe municipale démocratique. Mais après cet accord, le monument aux Cortes tombe dans l’oubli4. La ville plante bien en grande pompe un arbre de la liberté sur la place de l’Université (encore dépourvue de bâtiments) mais comble d’ironie, un décret municipal accorde qu’en l’absence de rite commémoratif propre à la République, on applique les dispositions relatives « aux anniversaires et naissances des personnes royales ! » L’arbre, mal protégé par les grilles qui avaient servi place Royale à entourer le piédestal de la statue équestre de Ferdinand le Catholique, finit par mourir l’année suivante. Sinistre présage.

8Quant à l’anniversaire de la Gloriosa, chacun aurait voulu qu’il soit une célébration de l’unité révolutionnaire à l’image de la fête de la Fédération de 1790. L’insurrection républicaine des Barcelonais provoquée à l’automne 1869 par l’attente frustrée d’une république, implique la suspension des garanties constitutionnelles et le rétablissement de l’ordre manu militari. La municipalité est dès lors obligée de célébrer l’anniversaire en espace clos : une plaque commémorative est fixée aux murs de la salle du Conseil des Cent. On y trouve inscrites les expressions de « Chute des Bourbons », « Proclamation des droits inaliénables de la personne » (qu’on se garde bien de détailler), « Souveraineté nationale », « Révolution de 1868 » et « Municipalité populaire de 1869 » et même, « Liberté de culte ». En définitive, le régime démocratique se retrouve dans l’impasse, incapable de répondre aux attentes de la foule révolutionnaire. Les proclamations de principe inscrites sur la plaque, en contradiction avec la réalité de l’état de siège, se dénoncent elles-mêmes. Le confinement de la manifestation traduit l’incapacité des autorités à gérer l’univers symbolique de la Révolution et à en projeter ses principes de manière concrète dans l’espace urbain. La Gloriosa échoue à rassembler et à instituer les repères de sa propre naissance. Elle ne parvient pas à se dire révolutionnaire, à figurer symboliquement la rupture avec l’ancien régime.

Prim, un monument pour les conservateurs

  • 5 AA, CMP, 3/1/1871, 10/1/1871, 13/1/1871. La place du Peuple redevient celle du Roi. Celle du Comme (...)
  • 6 A Dip., Ll 963, 1871, Monumento al General Prim.

9Au cours des années qui suivent, le fossé entre des ordres symboliques distincts s’accuse. Le conflit s’aiguise à la mort du général Prim, le père de la monarchie constitutionnelle en place, le 27 décembre 1870. On a vu que le projet de monument aux guerres d’Afrique avait préparé le terrain du culte au général Prim : c’est cette filiation de départ qui explique la tonalité franchement conservatrice du nouveau projet de statue équestre. Deux membres progressistes de la défunte Junte révolutionnaire proposent en effet de former une commission rassemblant tous les libéraux autour d’un projet monumental dédié à l’instigateur de la Gloriosa. Lors de la première réunion de la commission, le 7 janvier 1871, l’absence des délégués républicains fait scandale. Trois jours plus tard, les conseillers monarchistes lancent un réquisitoire d’une rare violence contre leurs anciens alliés, allant même jusqu’à approuver, sous l’effet de la colère, le remplacement de la rue de la République par la rue Prim et la place du Peuple par la place du Roi5. Le 21 janvier, la souscription tirée à deux mille exemplaires ne s’adresse qu’aux « entités et centres libéraux et monarchistes6 ». Le divorce semble consommé.

  • 7 AA, CMP 13/1/1871, 19/2/1872 et 17/12/1872.

10Seule la correspondance entre l’architecte municipal, Miguel Garriga Roca, et l’architecte de l’État et du gouvernement civil, Salvador Maluquer, nous renseigne sur la nature du monument dont il ne reste aucune autre trace. Le projet fait mention d’un monument équestre accompagné de huit groupes en granit et en marbre figurant les forces armées et les blasons des provinces d’Espagne. On sait de plus que la cérémonie de pose de la première pierre faisait partie du programme de voyage d’Amédée Ier à Barcelone en septembre. Le gouvernement approuve et suggère d’utiliser comme emplacement le futur croisement du pg. Sant-Joan et du pg. de la Aduana, au centre des terrains de la Citadelle que Prim a concédé, à Barcelone. Il n’est pas encore question d’y construire un parc. Ce projet monumental est inspiré par une vision conservatrice qui tend à éclipser l’homme d’État au profit du militaire. Parmi les faits de la vie de Prim, la commission retient en priorité les hauts faits d’armes et les manœuvres diplomatiques. Le mythe du général libéral et patriote l’emporte sur celle du révolutionnaire de la Gloriosa. Ce qui ne manque pas de frapper l’observateur, c’est l’intense personnification du culte de la patrie autour du valeureux militaire. En outre, on voit bien que le choix d’une statue équestre et les attributs nationaux qu’on lui destine assimilent Prim à un quasi-monarque. Où se trouve la figure du roi Amédée ? On mesure combien le culte d’État a besoin du général victorieux pour fonder sa fragile légitimité, car ce dernier synthétise finalement le principe de souveraineté populaire et celui de la souveraineté monarchique. Enfin, l’identification de la nation et du chef militaire conduit le monument à exalter des valeurs guerrières. De manière significative, l’architecte du gouvernement civil confond ce monument Prim avec celui aux guerres d’Afrique de 1860, comme si le monument au héros de la Gloriosa se confondait avec le monument au conquérant. La substitution est si parfaite que les nouveaux noms de rue que choisit d’imposer la municipalité entre 1871 et 1872 ne se réfèrent qu’à des souvenirs de conquête : Tetuan, Almogàvers ou Méndez Nuñez, le vainqueur de la bataille navale de Callao sur le Pérou en mai 18667. Après la chute de la République, on comprend que la Restauration n’ait pas de mal à reprendre cet héritage de mémoire.

À gauche, pas de monuments républicains

  • 8 AA, CMP, 18/2/1873 et 27/2/1873. Voir également Mercedes Nieto de Sangenís, 1974, p. 3233.

11À l’opposé, les républicains tentent de fonder une autre mémoire. L’extrême brièveté de l’expérience républicaine, de février 1873 à janvier 1874, compromet les chances de voir une contre-mémoire démocratique s’ancrer profondément. Plus encore, le caractère accidentel de l’instauration de la Première République et sa nature problématique (république fédérale ou pas ?) rendent un éventuel symbolisme républicain nécessairement confus et incohérent. La seule initiative notable est un projet pour un monument à la République, place Junqueras, dont la pose de la première pierre coïnciderait avec le défilé militaire du 21 février, place de la Constitution (anciennement place Sant-Jaume8).

  • 9 Cité par Jaume Fabre, Josep M. Huertas, 1982, p. 39.

12Au régime républicain revient cependant une certaine laïcisation de l’espace public. Un décret de la nouvelle municipalité républicaine fédérale présidée par Ildefons Cerdà indique que, « parce qu’ils ne sont pas correctement nommés et dans le but de leur faire perdre la coloration religieuse qu’ils ont aujourd’hui, on changera les noms des saints par d’autres noms plus adéquats qui symbolisent l’époque actuelle9 ». En fait, la question de l’usage des rues à des fins religieuses s’est posée dès les lendemains de la Gloriosa. Parmi les mesures prises par la Junte révolutionnaire, on compte l’enlèvement des images religieuses des rues et l’interdiction de tout acte religieux dans l’espace public. Ces initiatives répondent à un excès de prudence, dans l’attente que la Constitution juge définitivement du statut de la religion catholique. L’autorisation du culte protestant en lieux clos et la reconnaissance de la liberté de culte par la Loi fondamentale confortent l’accord du 18 mai 1869 qui assimile la procession religieuse à une banale manifestation ou à une réunion publique. Au cours de l’expérience amadéenne, le conservatisme du régime s’accentue et redonne plus de liberté à l’expression publique du culte catholique : le 12 avril 1870, un accord municipal autorise la procession de la Fête-Dieu au nom de la tradition. Pour l’anniversaire de l’assassinat de Prim, en décembre 1872, la municipalité limite la célébration à une messe dite à la cathédrale. En 1873, la Première République ne fait donc que renforcer des dispositions légales antérieures. Il n’en reste pas moins que la tonalité antireligieuse de la mémoire républicaine reflète l’anticléricalisme latent des masses républicaines fédéralistes. La mémoire qui s’ébauche ici ouvre la voie à une très lente laïcisation de l’univers symbolique à Barcelone.

13Au total, existe-t-il une politique de mémoire révolutionnaire ? Probablement pas. Les initiatives de la Gloriosa se caractérisent surtout par une certaine impossibilité à se dire révolutionnaire, de signifier symboliquement la rupture du temps. Le projet monumental aux Cortes trahit les divisions politiques du bloc révolutionnaire. Étonnamment, la mémoire révolutionnaire ne désire pas s’appuyer sur les souvenirs des triomphes antérieurs du libéralisme en 1812, 1820, 1835, 1840 ou 1854. Dès qu’en juin 1869 s’établit la monarchie constitutionnelle, le fragile univers symbolique de la Gloriosa se brise : son versant républicain et fédéral doit tout réinventer sans rompre avec la mémoire libérale, mais elle n’en a guère le loisir. Le versant libéral-monarchiste sait trouver dans Prim la figure conciliatrice d’une aspiration politique modérée alliée à un rêve de grandeur coloniale. Prim est la plateforme sur laquelle se construit l’alliance d’une fraction des élites libérales barcelonaises avec un nouveau régime monarchique bourbonien.

Dès 1874, deux monuments scellent le pacte de la Restauration

  • 10 Dans un premier temps, la municipalité se contente de rendre des hommages insistants à la lutte an (...)

14Le 3 janvier 1874, le général Pavía se soulève et dissout les Cortes républicaines sans qu’aucune résistance ne lui soit opposée. Une année durant exactement, une république intérimaire prépare la restauration d’Alphonse XII. Formellement, le régime est une république dépourvue de constitution puisque celle-ci est suspendue. Le maire Miguel González Sugrañes, élu démocratiquement le 24 août 1873, démissionne aussitôt. Le capitaine général Martínez Campos désigne à sa place Francesc Rius i Taulet et nomme des conseillers acquis à la cause monarchiste. Dans les jours qui suivent, l’armée doit affronter plusieurs groupes armés de combattants fédéralistes, notamment à Sarrià où résiste Juan Martí, el Xich de les Barraquetes, à la tête de 1500 hommes. Les combats très meurtriers se soldent par la victoire des troupes gouvernementales. L’instabilité de ce régime de transition n’empêche pourtant pas Rius i Taulet de lancer bon nombre d’initiatives en matière de mémoire. non seulement l’essentiel des mesures développe ce qu’avaient dessiné les autorités pré-républicaines, entre janvier 1871 et février 1873 mais surtout, Rius s’emploie à renouer les fils de la mémoire libéral-provincialiste. À la fin de 1874, alors que se concrétise la future restauration de la monarchie, deux initiatives d’importance structurent la politique de mémoire pour longtemps : la première vise à promouvoir le monument aux guerres d’Afrique, véritable point de rencontre de la bourgeoisie barcelonaise avec Cánovas del Castillo, l’instigateur de la Restauration. La seconde lance le projet d’un monument gigantesque dédié à Christophe Colomb : dans un registre différent de la première, elle poursuit un objectif politique identique10.

  • 11 AA, Exp 149, 1875, Lligall 18 : Antonio Rovira i Rabassa, 1875 ; Agusto Font i Carreras, 1875 ; Mi (...)

15La proposition du monument aux guerres d’Afrique, émise le 11 novembre 1874, regrette l’absence à Barcelone de « monuments qui rappellent à ses habitants les gloires anciennes et contemporaines de la nation ». Le texte souligne la nécessité de recourir à une nouvelle forme de légitimation par le monument commémoratif pour défendre une nationalisation inachevée en Espagne. Très vite, on rédige les bases d’un concours pour élever un édifice de plus de 25 mètres de hauteur au centre de la place de l’Ensanche qu’on avait baptisée quelques mois plus tôt du nom de Tetuan, en référence à la principale victoire gagnée en Afrique du nord en 1860. Les travaux d’urbanisation de la place octogonale commencent immédiatement. La Restauration ne retarde en rien cette extrême précipitation. Les archives conservent par chance les mémoires explicatifs des trois projets monumentaux retenus par le jury en juillet 187511. La colonne triomphale par exemple, élément commun aux trois projets, s’inspire de la colonne trajane à Rome et de la colonne Vendôme à Paris ou de celle de Trafalgar à Londres. Le monument désire s’imposer comme le repère essentiel de la nouvelle Barcelone, dominant son environnement et proposant à son visiteur d’embrasser d’un coup d’œil l’ensemble de la cité. De plus, le monument est traité tant dans sa fonction décorative et artistique que symbolique, « un riche décor artistique pour embellir les villes populeuses », selon Rovira i Rabassa. La ville est embellie et le monument est son joyau. Enfin, les trois projets sont surchargés de symboles. La colonne est saturée de phrases édifiantes, de dates, de noms de bataille et de généraux. On pense lui adjoindre la reproduction des textes du traité de paix, les morceaux choisis des harangues militaires, les débats parlementaires de la déclaration de guerre, les commentaires du chroniqueur Víctor Balaguer, etc. Le monument, plus qu’un livre d’histoire, est un centre d’archives.

16La conception d’ensemble est donc celle d’un didactisme pesant. Le projet finalement retenu, celui de Rovira i Rabassa, affiche clairement les valeurs du militarisme et du colonialisme. non seulement le monument propose une généalogie complète de l’événement marocain mais il lui confère de plus une profondeur historique en l’intégrant à la Reconquête dont la guerre de 1860 marquerait l’apogée. Dans la veine provincialiste, l’architecte a soin d’exalter la geste catalane des Volontaires catalans et de Prim, né à Reus, dans le sud du Principat. Le nouveau projet de monument d’Afrique n’a d’intérêt qu’en ce qu’il illustre clairement les termes d’un pacte de gouvernement entre la monarchie et la bourgeoisie barcelonaise fondé sur l’exaltation de l’armée et de la conquête. Il institue du même coup la puissance militaire au cœur de l’identité nationale.

17Ce même mois de novembre 1874, alors que bruissent les rumeurs de la Restauration, trois conseillers conservateurs proposent d’élever un monument à Colomb sur la place qui termine les Ramblas, face à la mer. Situé en bordure de la caserne des Drassanes, le terre-plein vierge de toute construction porte depuis juin 1870 le nom de la Junte révolutionnaire. Lorsque le 9 janvier 1875 Alphonse XII arrive à Barcelone, il débarque à cet endroit précis que la municipalité a pris soin de rebaptiser « place de la Paix ». Cette entrée maritime va à l’encontre de l’usage qui veut que le monarque entre à Barcelone par la route de Madrid. Le conseil municipal le 18 décembre accepte avec enthousiaisme la proposition d’un monument à Colomb : les conseillers décident alors de constituer une junte exécutive, d’ouvrir une souscription et de fixer à 25 m la hauteur minimale du monument. Après le monument d’Afrique, le monument à Colomb se présente comme le second projet colossal de Barcelone.

18Barcelone est la première cité espagnole à rendre hommage au découvreur. En décembre 1875, la province de Huelva lance à son tour le projet d’un monument élevé au couvent de la Rábida mais il faut attendre 1877 pour que Madrid veuille bien se doter d’un semblable édifice, élevé à l’occasion des noces d’Alphonse XII, le 23 janvier 1878. Que les débuts du nouveau régime correspondent à la floraison d’initiatives quasiment simultanées autour de Christophe Colomb n’a rien de fortuit. Du reste, le jeune monarque s’intéresse à ce culte naissant et y consacre un discours à la première session du congrès des américanistes célébré à Madrid en 1881. Pour l’heure, les requêtes adressées au roi par les commissions de Huelva et de Barcelone sont édifiantes : fidèles à l’historiographie libérale, leurs auteurs font la part belle aux Rois Catholiques et à leurs descendants dans la réalisation de cette « épopée nationale ». Mais Barcelone ajoute une touche provincialiste qui la différencie.

  • 12 Miguel Rodríguez, 2004.
  • 13 A. Dip, Ll1387, Monumento Colón, « Diputación provincial de Huelva ».
  • 14 Ibid., fol. 67.

19Miguel Rodríguez a mis en relief les principales différences entre les deux projets andalou et catalan12 : si Huelva privilégie une perspective uniquement castillane de l’histoire au profit du culte d’Isabelle Ire, Barcelone rappelle que le principe d’unité nationale se fonde sur la volonté souveraine de deux royaumes distincts par le caractère et l’histoire. Pour les Andalous en effet, la découverte du nouveau monde que Colomb « offrit à la Castille » répond à Covadonga, la bataille mythique que le Roi chrétien Pelayo remporta contre l’envahisseur musulman13. Pour les Catalans, Colomb donne ces terres nouvelles « au trône d’Espagne de ces monarques qui, en joignant leurs cœurs pour toujours, unirent deux couronnes et lièrent l’amour et l’histoire de deux peuples, l’un grand par ses dynasties de rois sages et saints, l’autre fort par la trempe de ses Comtes en prudence et vertu indépassables14 ». De plus, le sens donné à l’expédition de Colomb diffère sensiblement. Pour la commission de Huelva, Colomb ouvre l’Amérique « aux Lumières de l’Évangile et de la civilisation ». La découverte du Génois ne peut être inspirée que par Dieu et naturellement relayée par les hommes d’Église comme Juan Pérez de Marchena, prieur de la Rábida. Certes, les motivations de « la foi et du patriotisme » ne sont pas absentes du discours catalan mais singulièrement amoindries. Le mémoire de la Commission exécutive exalte plutôt l’impérialisme marchand, les richesses ramenées d’outre-mer et la puissance navale.

20Comme toujours, le provincialisme revendique pour la Catalogne une place dans l’histoire espagnole mais la tonalité est moins religieuse que capitaliste, moins mystique qu’économique. Barcelone rappelle avec insistance qu’elle fut le lieu où Colomb se présenta aux monarques au retour de son premier voyage. Le nouveau Monde apparut alors comme « l’arche virginale d’immenses trésors », la Terre promise du commerce et de l’industrie. Le culte à Colomb prend ici des allures de réception triomphale de ceux qu’on appelle à Barcelone les Indianos, ces émigrés qui font fortune à Cuba et reviennent en Catalogne, les bras chargés d’or, investir leur argent dans l’industrie textile. Il est certain qu’après les crises des années soixante, l’attente de la prospérité pèse beaucoup dans le soutien de la bourgeoisie catalane au régime d’ordre que promet la monarchie restaurée. Colomb cristallise cet espoir de renouveau en même temps que le monument à l’Afrique cristallise celui d’une politique coloniale musclée. Tel que le présente la commission barcelonaise, le monument à Colomb est une pièce supplémentaire du gage de fidélité de la bourgeoisie capitaliste à la nouvelle monarchie.

21Monument d’Afrique et monument à Colomb sont les deux faces d’un même projet de société : ordre public, reconquête coloniale, prospérité économique, fierté provinciale, respect de la religion. C’est ce que Josep Fontana a résumé par l’expression d’industrialisme catalan. L’avenir des monuments à l’Afrique et à Colomb est entièrement conditionné par l’évolution des engagements réciproques des élites locales et de la Couronne. Pour l’heure, le nouveau régime se veut le règne de la stabilité contre tout ce que le Sexenio a pu léguer à l’Espagne. Le pari réussi de la Restauration résulte en grande partie de sa capacité à intégrer des forces politiques et sociales qui se trouvaient exclues de la monarchie avant 1868. Pour l’heure, les classes productrices catalanes se sentent satisfaites et comprises : l’ordre public règne, la paix de Zanjón rétablit la paix à Cuba en 1878, une formidable décennie de prospérité économique commence, époque caractérisée par la « fièvre de l’Or ». Ces années sont également celle de l’hégémonie de la lecture libéral-provincialiste de l’histoire à Barcelone, en réponse au discours inaudible de la nation révolutionnaire et républicaine.

Notes

1 Marició Janué I Miret, 1992, p. 20 et Arturo Masriera, Barcelona, Isabela y Revolucionaria, Eepisodios, anecdotas, documentos, Barcelona, Políglota, 1930, p. 226 commettent à ce sujet une légère erreur.

2 AA, CMP, 30/10/1868 et 09/12/1868. A Dip., Exp. 3318, 1868 et A. Dip. Ll 963, 30/10/1868.

3 Il n’y a pas si longtemps, en 1856, le Bienio progresista avait imposé les noms des généraux libéraux Zurbano, Dulce, Torrijos, Duque de la Victoria (Espartero) ainsi que le souvenir du martyr de la cause libérale, le général Lacy exécuté en 1817. Le nom de l’Union Libérale fut attribué à une nouvelle percée perpendiculaire aux Ramblas (rue Unió). En 1867 encore, le retour de narváez entraîne la modification de plusieurs noms de rue.

4 AA, CMP, 29/01/1869, 01/02/1869, 06/02/1869 et 11/02/1869.

5 AA, CMP, 3/1/1871, 10/1/1871, 13/1/1871. La place du Peuple redevient celle du Roi. Celle du Commerce retrouve le nom du Palais. Voir également AA, exp 4498, 1871, Monumento Prim.

6 A Dip., Ll 963, 1871, Monumento al General Prim.

7 AA, CMP 13/1/1871, 19/2/1872 et 17/12/1872.

8 AA, CMP, 18/2/1873 et 27/2/1873. Voir également Mercedes Nieto de Sangenís, 1974, p. 3233.

9 Cité par Jaume Fabre, Josep M. Huertas, 1982, p. 39.

10 Dans un premier temps, la municipalité se contente de rendre des hommages insistants à la lutte anticarliste afin de réaffirmer l’ancrage de sa tradition libérale : festivités à l’occasion de la levée du siège de Bilbao en mai 1874 ; baptême de l’actuelle avenue Paral. lel du nom du Marquis del Duero mort le 27 juin lors de la prise d’Estella, la capitale carliste ; inauguration d’un monument temporaire à la Paix devant la caserne des Drassanes. La Diagonal prend le nom d’Agustín de Argüelles, célèbre chef de file progressiste qui fut l’un des rédacteurs de la Constitution de 1812.

11 AA, Exp 149, 1875, Lligall 18 : Antonio Rovira i Rabassa, 1875 ; Agusto Font i Carreras, 1875 ; Miguel Garriga Roca, 1876.

12 Miguel Rodríguez, 2004.

13 A. Dip, Ll1387, Monumento Colón, « Diputación provincial de Huelva ».

14 Ibid., fol. 67.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Terms of use: http://www.openedition.org/6540