Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Barcelone

 | 
Stéphane Michonneau

1re partie. Les lieux de la commémoration (I) : la mémoire libéral-provincialiste

Chapitre 2. Víctor Balaguer, le faiseur de mémoire

Texte intégral

  • 1 Avec A Barcelona de Jacint Verdaguer, couronné en 1883 aux Jeux Floraux.

1C’est en qualité de chroniqueur officiel de Barcelone que la municipalité confie à Víctor Balaguer la réalisation d’une monographie des noms de rues de la capitale : Las calles de Barcelona. La nouveauté du livre ne réside pas dans l’objet d’étude car il existe déjà à l’époque toute une lignée d’histoires urbaines de Barcelone, notamment celle que Avel.lí Pi i Arimon a fait paraître entre 1850 et 1854 : Barcelona antigua y moderna. En outre, la renaissance artistique catalane qui commence vers 1830, la Renaixença, a consacré Barcelone comme thème ou décor de nombreuses œuvres : des drames historiques, des romans historiques et des compositions poétiques1. Le regard porté sur la ville, largement historicisé, tend à en idéaliser le passé.

  • 2 AA, CMP, 13/11/1863, 19/12/1836, 26/01/1864, 28/10/1864, 06/02/1865, 12/12/1865.

2La commande de la municipalité, le 25 octobre 1863, a un double objectif : d’une part, le travail doit présenter la première nomenclature exhaustive des noms de rue, de leurs origines et de leurs changements par souci administratif d’une meilleure connaissance de la ville. D’autre part, Balaguer est chargé de proposer au conseil municipal des noms nouveaux pour l’Ensanche dont le plan vient d’être approuvé. En effet, Cerdà désigne les avenues qu’il projette par des numéros et des lettres selon un système de dénomination rationnel en vogue aux États-Unis. Dénommer l’Ensanche, c’est donc briser l’uniformité que le plan Cerdà s’est efforcé d’imposer : comme le monument, le nom de rue a une fonction ordonnatrice destinée à donner un sens à la ville. Le 13 novembre 1863, le conseil municipal approuve les propositions de Balaguer, à trois nuances près. L’œuvre réalisée en un mois seulement ne subit que peu de modifications dans les mois qui suivent2. De même, leur adoption par les services d’urbanisme est immédiate, comme en témoignent plusieurs plans de 1865. Ce sont là les indices d’un succès qui ne se démentira pas au cours des décennies suivantes. C’est seulement en décembre 1866 que paraît Las calles de Barcelona sous forme de volumes brochés, alors que Balaguer est en exil en Avignon.

Balaguer, un historien ?

  • 3 Josep Fontana, 1988, p. 426.
  • 4 Víctor Balaguer, 1867, p. 10.

3L’œuvre de Balaguer est le plus souvent durement jugée par nos contemporains. Josep Fontana écrit que « il exerça une certaine influence dans la divulgation populaire et littéraire du passé historique catalan mais qu’il n’avait ni rigueur érudite ni aucune sorte de qualité scientifique3 ». Le défaut n’échappe pas aux intellectuels renaissants et c’est en grande partie contre les élucubrations balagueriennes qu’Antoni de Bofarull entreprend son œuvre capitale : Historia crítica de Cataluña, première histoire de ton positiviste publiée en 1878. Mais Balaguer, piètre historien, nous intéresse justement comme le premier grand faiseur de mémoire de notre histoire particulière. Dans le prologue de son Historia de Cataluña y de la Corona de Aragón, parue entre 1860 et 1863, Balaguer reconnaît : « Peut-être fais-je mal d’intituler Histoire cette pauvre œuvre qui est la mienne4… » Pour Josep Maria Fradera, l’avertissement doit être pris au sérieux, tout comme le sous-titre de son ouvrage :

« [histoire] Écrite pour l’instruction du peuple, lui rappelant les grands faits de ses antécédents en vertu, patriotisme et faits armes, afin de propager parmi toutes les classes l’amour du pays et la mémoire de ses gloires passées ».

4La formule est riche de sens à double titre : d’une part, par le contenu fortement didactique de la proposition. Ce n’est certes pas une originalité au sein d’une historiographie qui se donne pour objectif fondamental la configuration de la mémoire nationale. Comme la plupart des ouvrages de son genre, celui-ci sert à illustrer l’avènement nécessaire de la nation dans l’humanité dont le règne contemporain d’Isabelle II représenterait l’aboutissement. En outre, l’éducation des masses aide la divulgation d’un substrat idéologique d’inspiration libérale. Gloire, vertu, patriotisme et faits d’armes sont les composantes traditionnelles d’un récit qui se veut et se pense comme exemplaire. Le livre d’histoire est avant tout une illustration sinon une démonstration et les valeurs types de l’individualisme bourgeois y gagnent une forme définitive. D’autre part, ce titre contient une double référence au souvenir. C’est caractéristique d’une attitude balaguerienne à mi-chemin entre l’histoire érudite et la fiction littéraire. Selon sa propre expression, l’auteur avoue en effet privilégier les « légendes historico-fantastiques » ou encore, « les compositions historico-poétiques ». Son œuvre consacre donc la consolidation d’un genre littéraire mixte, à cheval entre littérature et histoire, où l’évocation légendaire des épisodes passés compte plus que l’exactitude de leur présentation. Le propos se situe dans la perspective romantique qui attribue à la poésie une supériorité cognitive sur les sciences historiques.

  • 5 Joan Palomas, 2004. on peut citer aussi : F. Gras i Elias, Siluetes d’escriptors catalans del segl (...)

5Plus qu’un historien, Víctor Balaguer est donc bien un faiseur de mythes. Mais il n’est pas un cas isolé dans la Barcelone des années 1860. Bon nombre d’écrivains, d’historiens même, ont franchi allègrement la frontière imprécise qui sépare l’histoire de la littérature. L’histoire romancée, ou la littérature historique comme on le voudra, remporte un succès trop important pour qu’une génération romantique avide de reconnaissance puisse l’ignorer. Jaume tió ou Antoni de Bofarull, par exemple, font œuvre de dramaturge historicisant. Le processus de recréation de l’histoire atteint son apogée avec Víctor Balaguer qui développe un talent hors du commun pour mêler histoire et légende, archéologie et géographie, folklore et tradition. L’entreprise est grandement facilitée par l’éclectisme des intellectuels renaissants : écrivains, poètes, journalistes, historiens mais aussi juristes, hommes politiques, universitaires. Ce trait hérité des Lumières n’est pas encore battu en brèche par la division du travail qu’accompagne la timide professionnalisation des métiers de la pensée (les Bofarull, l’oncle et le neveu, sont archivistes par exemple). La vie de Balaguer [ill. 4] illustre admirablement ce trait : on le trouve poète à ses débuts, puis collaborateur d’un quotidien politique, El Constitucional en 1841, et d’une revue littéraire, El Genio en 1844. À Madrid, il dirige une collection de romans et, par la même occasion, traduit les romantiques français. Il est célèbre pour les conférences qu’il donne à la Sociedad Filomática qui lui font obtenir le poste envié de chroniqueur de la ville de Barcelone en 1852. Il est aussi auteur dramatique : Vilfredo el Veloso, en 1848, Ausias March et Don Juan de Serrallonga en 1858 s’inspirent de thèmes historiques, le succès de cette dernière œuvre le conduisant d’ailleurs à en élaborer une version romanesque en 1859, La bandera de la muerte. Ses succès mettent en valeur son œuvre poétique réunie dans Lo trobador de Montserrat en 1861, Esperances i records en 1866. Balaguer ne dédaigne pas les recherches plus historiennes : Bellezas de la historia de Aragón en 1853, l’Historia de Cataluña comme on l’a déjà dit, mais aussi une Historia política y literaria de los trovadores en 1865. Il est aussi journaliste lorsque El telégrafo l’envoie en 1859 sur le front des guerres d’Italie5. Chef de file du progressisme barcelonais, il renonce cette même année à son titre de membre de l’Académie des belles-lettres pour se consacrer à la politique. Par suite de l’échec du pronunciamento du général Prim, il doit s’exiler en France de juin 1866 à octobre 1867. Il fait connaissance de Frédéric Mistral et du mouvement félibrige provençal. Acteur enthousiaste de la révolution de 1868 qui renverse Isabelle II, il s’installe à nouveau à Madrid et fait partie de la délégation qui ramène en Espagne le nouveau souverain, Amédée de Savoie. Mais en 1870, la mort de Prim, l’homme fort du nouveau régime, marque un tournant dans sa carrière : il est un homme de cour et assume des charges ministérielles sous la restauration des Bourbons, à partir de 1875. Quatre fois ministre d’outre-mer, une fois de Fomento, directeur général des communications du royaume, président du tribunal des Comptes, il est fidèle à Práxedes Sagasta, chef de file du parti libéral. Son idéal monarchique lui fait accepter le système politique établi par Antonio Cánovas del Castillo en 1875 : il se fait élire député de sa ville d’origine, Vilanova i la Geltrù, sans interruption à partir de 1869. Víctor Balaguer incarne le prototype des hommes de la Renaixença.

6Dans un article publié dans La Violeta de Oro en 1851, le bouillonnant Víctor Balaguer reprend la proposition de restauration des Jeux Floraux que Joaquim rubió i ors avait formulé en 1839 dans le Diario de Barcelona. L’année suivante, il lance la campagne qui conduit à négocier le patronage de la municipalité. L’idée est enfin défendue en 1854 par Antoni de Bofarull dans deux articles aux titres éloquents du Diario de Barcelona : « Restablecimientos de los Juegos Florales » et « Amor al país ». La première célébration des joutes poétiques médiévales a lieu en 1859 dans le Saló de Cent de l’Hôtel de ville, sous la direction de Manuel Milà i Fontanals : on y opte pour l’usage exclusif du catalan, y compris lors du fameux discours d’inauguration en présence du gouverneur. Balaguer, ardent défenseur de ces joutes poétiques, obtient un titre de maître en Gai Saber en 1861. La réunion annuelle devient au cours des années soixante l’institution phare où s’articulent les multiples propositions, prises de positions et initiatives provincialistes des décennies précédentes. Le programme des Jeux Floraux s’inscrit dans le cadre d’une reconstruction idéologique conservatrice et catholique définie dans les années quarante autour de Pau Piferrer qui en appelait à une régénération sociale et morale par la foi, la littérature, l’histoire, l’art et la tradition. Balaguer a beau fonder en 1854 La Corona de Aragón, puis diriger en 1856 conjointement avec son ami Cutchet El Conceller, ses initiatives pèsent peu par rapport à la rénovation des vieilles options conservatrices liées à des personnalités comme Pròsper de Bofarull, Joaquim roca i Cornet, ramon Martí d’Eixalà ou Jaume Balmes et le très conservateur Diario de Barcelona, dirigé par Joan Mañé i Flaquer, qui règne sur ce monde. De toute manière, des ponts existent entre ces pôles idéologiques, comme en témoigne la cérémonie officielle du transfert des cendres d’Antoni de Capmany, le fameux député de la Catalogne aux Cortes de Cadix, en juillet 1857. C’est Víctor Balaguer qui écrit la chronique de l’événement, mettant en valeur l’héritage commun que représente « le restaurateur des gloires catalanes » pour les générations à venir. Les jeux résonnent donc progressivement de toutes les inquiétudes, des convictions et des opinions les plus diverses sur des sujets d’actualité. Ils concrétisent l’existence d’une opinion publique bourgeoise et devient un lieu central de l’exercice de la nouvelle urbanità, au même titre que le Cercle du Liceu.

Las calles de Barcelona, une œuvre typique de la Renaixença

7La restauration des Jeux Floraux se donne deux objectifs fondamentaux : la redécouverte d’une langue et le recouvrement de la mémoire historique catalane. Entre les Jeux Floraux et Las calles de Barcelona, il existe de nombreuses correspondances. D’abord, les Jeux réintroduisent au cœur de la sociabilité barcelonaise une langue qui en était exclue. La cérémonie permet d’actualiser un usage linguistique au-delà de la stricte poésie et de la littérature, avec une intention clairement programmatique. On pourrait s’étonner d’inclure dans ce mouvement Las calles de Barcelona qui est rédigé en castillan. Il n’y a pourtant ici aucune contradiction aux yeux des Barcelonais de l’époque. En effet, le mouvement renaissant a construit le mythe d’un renouveau littéraire ayant pour origine la publication d’un poème d’Aribau en 1833, L’Oda a la Pàtria, et pour point culminant la restauration en 1859 des joutes poétiques. Au-delà de cette chronologie conventionnelle, l’enjeu est bien l’usage du catalan comme langue de haute culture, alors que le castillan continue d’être le véhicule de toute communication formelle ou culturelle à l’intérieur de la classe dirigeante barcelonaise. L’historien Joan Cortada témoigne en 1860 dans Cataluña y los catalanes de cette situation de diglossie caractéristique de la haute société catalane :

  • 6 Joan Cortada, 1860, 62 p.

« notre langue maternelle est le catalan. C’est la première [langue] que nous apprenons ; c’est la seule dont nous fassions usage jusqu’à ce qu’on nous envoie à l’école et de ce point de vue, si pendant plusieurs heures du jour nous parlons, lisons et écrivons en castillan, pendant le reste de la journée, nous faisons tout le reste en catalan6. »

8Le romantisme ambiant qui, certes, favorise un intérêt déjà ancien pour la langue comme élément de cohésion entre passé et présent, ne conduit pas nécessairement la sensibilité provincialiste à désirer unanimement l’usage cultivé du catalan. Autrement dit, les Jeux Floraux ne remettent pas en question le prestige de la langue officielle castillane comme instrument de communication dans les corporations municipales et les institutions de culture. C’est pourquoi Balaguer peut écrire en castillan.

  • 7 Josep Maria Fradera, 1992, p. 158.

9Ensuite, les Jeux sont un programme de recouvrement de la mémoire perdue. Effectivement, la consolidation des Jeux comme plate-forme légitimante du provincialisme aboutit à une rapide standardisation d’un modèle littéraire homogène et historicisant. L’harmonie placide de la fête provient de la très haute cohérence thématique des textes proposés parmi lesquels on reconnaît cinq types : la religion, l’amour troubadour, le patriotisme espagnol, la mythification de la campagne et l’historicisme médiévalisant7. L’histoire se détache comme le domaine de prédilection de l’inspiration floresque et finit par imprégner les expressions proprement littéraires que privilégie la Renaixença. De fait, on souligne rarement combien la Renaixença s’apparente à une opération de mémoire. Le mot même suggère le renouveau d’un ancien passé glorieux. Dans son essence, la Renaixença se présente comme la continuation d’une histoire accidentellement interrompue, l’imitation, la défense et la récupération d’une culture en voie d’extinction. Elle estime œuvrer contre l’oubli d’une langue, d’un droit, d’une histoire. L’oubli est ici associé à la décadence et inversement, la mémoire à l’apogée, si bien que la remémoration est au principe même de la régénération. Dans une lettre que Balaguer adresse à la municipalité en octobre 1863, l’auteur s’inscrit dans cette lignée :

  • 8 Jaume Fabre, Josep M. Huertas, 1982, p. 42.

« Comme on le dit en public, le moment approche de devoir baptiser les rues qui formeront la nouvelle Barcelone ; il n’y a pas de meilleure occasion de sauver de l’oubli dans lequel sont tombés par malchance certaines glorieuses entreprises, certains personnages célèbres qui ont été et seront toujours la gloire de la Catalogne8. »

10Mais en revivifiant la mémoire, la Renaixença opère au sein de la culture catalane des choix drastiques, des sélections sévères qui aboutissent à définir un champ littéraire et symbolique cohérent. Son combat consiste à imposer cette culture revisitée au cœur de la sphère publique catalane, soit en marginalisant les expressions concurrentes de la culture catalane, la culture populaire en particulier, soit en intégrant certains de ses apports. Las calles de Barcelona s’inscrit parfaitement dans le paradoxe d’une résurrection sélective et orientée : d’abord, Balaguer avantage les hommages rendus aux personnages et aux événements. Il contribue ainsi à la modernisation des critères de nomination urbaine, lesquels, suivant l’usage médiéval, usaient préférentiellement de noms religieux, topographiques, familiaux ou professionels. Ensuite, Balaguer reste insensible au charme de l’ancienne nomenclature, pourtant signe tangible d’une présence médiévale dans la ville. Dans l’article « Allada » (aillade), il écrit :

  • 9 Víctor Balaguer, 1865, vol. I, p. 55,

« Il faut bien tenir compte que l’imposition de noms, en particulier s’agissant de rues anciennes, répond la plupart du temps à un fait privé et insignifiant, au pur hasard ou bien au caprice, et parfois même au mouvement des passions mesquines et destructrices9. »

  • 10 Ibid., p. 371,

11Plus loin, il dénonce sans répit les noms anciens hérités, ces « noms ridicules et mesquins » qui sont légion à Barcelone et que l’auteur censure et rectifie. La seule mention de « vulgairement dénommée » suffit à discréditer un nom, comme si l’appellation populaire n’était pas digne de considération. Mais il suffit qu’un nom de tradition libérale ait été affecté par une restauration conservatrice en 1814, 1823 ou 1838, et le même Balaguer se fait défenseur de la tradition10 !

  • 11 Llorens Prats et alii, 1982, p. 17.

12Entre l’avis des bonnes gens et l’usage populaire : deux poids, deux mesures. Ainsi, l’œuvre de Balaguer est un populisme culturel. Elle repose en fin de compte sur une franche hostilité envers la culture populaire en langue autochtone en cherchant à corriger cette dernière d’impuretés définies selon des critères spécifiques. L’anthropologue Llorens Prats remarque à juste titre que la Renaixença met en scène un divorce caractéristique entre le peuple et sa culture car le premier serait porteur inconscient de valeurs culturelles qui ne procèdent pas de lui et dont il ne comprend ni la valeur ni la beauté. Selon ses propres besoins, le peuple les transformerait, les adapterait, et finirait par les dénaturer. L’intellectuel renaissant aurait alors pour tâche de débusquer la pureté originelle de produits hybrides et de restituer dans leur intégrité des objets pervertis par l’usage populaire11. Il va sans dire que ce processus implique une sélection, rejetant tout ce qui ne correspond pas aux présupposés de la culture dominante. La culture hautement élaborée qui en ressort est ensuite restituée au peuple, mais associée à des valeurs symboliques qu’elle n’avait pas auparavant.

Faire de Barcelone un livre d’histoire grandeur nature

13Balaguer propose devant le conseil municipal d’édifier une œuvre durable, « historique et harmonieuse », et veille à la cohérence interne de son système de dénomination. Mais quelle est la nature des choix opérés ? Pour désigner d’une expression l’idéologie qui préside à Las calles de Barcelona et, au-delà, à la Renaixença, nous parlerons volontiers de libéral-provincialisme. D’une part, il procède d’un libéralisme politique radical dont la Catalogne serait l’incarnation en Espagne. Ainsi, le patriotisme libéral espagnol est servi par le nom des grandes victoires et des héros libéraux : Lacy, le martyr de la cause libérale assassiné en 1817 par Ferdinand VII ; Vergara, l’accord de paix de 1839 qui mit fin à la première guerre civile ; Duque de la Victoria, c’est-à-dire Espartero. De même, les rues font hommage aux amis progressistes de Balaguer : Pascual Madoz, le député catalan qui devint gouverneur civil de Barcelone en 1854 à la faveur d’un pronunciamento progressiste puis ministre des finances du bienio liberal (1854-1856), Manuel Llauder, capitaine général de Catalogne qui succéda au sinistre Comte d’Espagne en 1832, ou encore Gualdras – ou Wad-ras –, célèbre bataille que remporta en 1860 son ami le général Prim. D’un autre côté, l’idéologie de Balaguer procède d’un provincialisme convaincu qui fait de nombreuses références à l’histoire du Principat : les grandes gestes de l’impérialisme catalan du Moyen-Âge (naples, Sicile, Sardaigne, Corse, Calabre, Provence), ses conquérants les plus remarquables (roger de Flor, roger de Lauria, Entenza, l’amiral Vilamarí, Llansa, etc.), les anciennes institutions de la couronne d’Aragon dont Barcelone fut la capitale (conseil des Cent, députation, parlement, Cortes Catalanes, Concellers), les composantes territoriales de la couronne d’Aragon (Aragon, Valence, Majorque) sans oublier le roussillon, terre d’origine des comtes de Barcelone, conquise par la France en 1659. Une place de choix est réservée aux « défenseurs des libertés catalanes », lors de quatre événements majeurs que sont : le soulèvement contre Jean II (Príncipe de Viana), la révolte de 1640 contre Philippe IV (Claris, tamarit, Fontanella), le siège de Barcelone qui conclut la guerre de Succession d’Espagne en 1714 (Casanova, Villaroel, Pujades) et la guerre d’Indépendance menée contre napoléon (El Bruc, Bailén et le général Castaños, tarragona, le général Mansó, Gérone et le général Alvárez de Castro). Enfin, de nombreux hommes de lettres et de sciences locaux sont évoqués : Ausias March, Muntaner, Aribau et Balmes entre autres.

  • 12 Víctor Balaguer, 1867, vol. 1, p. 11 sq.
  • 13 Víctor Balaguer, 1865, p. 12,
  • 14 Ibid., p. 15.
  • 15 Víctor Balaguer, 1853, p. 3.

14Un grave contresens consiste à croire que les rues de Barcelone racontent une histoire nationale catalane. Au contraire, Balaguer choisit résolument le critère d’une histoire nationale espagnole en cherchant à souligner l’importance majeure qu’y joua la Catalogne. Son propos est de remettre en cause la primauté castillane dans l’histoire nationale. Dans l’introduction de son Historia de Cataluña, il explique que « Pour les historiens, en général, la Castille, c’est l’Espagne. […] Ils écrivent très satisfaits d’eux-mêmes l’histoire de la Castille, croyant écrire celle de l’Espagne. C’est une grave erreur12. » Mais quelle est la place que Balaguer revendique pour la Catalogne en Espagne ? En premier lieu, dans la plus grande tradition de l’historiographie libérale du xixe siècle, l’histoire de la Catalogne se confondrait avec celle de la liberté. L’amour de la liberté serait si viscéralement ancré dans le caractère catalan que les périodes de sa pleine jouissance correspondraient à celles de l’apogée de la Catalogne. Inversement, l’absence de liberté implique la décadence du Principat. C’est ainsi qu’en 1469, après le mariage des rois Catholiques qui associa la Couronne de Castille et celle d’Aragon, les libertés furent « brisées, détruites par la main du bourreau » et « Barcelone dépérit avec elles, comme si cette ville ne pouvait vivre qu’en respirant l’air de la liberté13 ». En Espagne, Barcelone est donc toujours le premier rempart des libertés. Ainsi, pendant le siège que soutint Barcelone contre Philippe V en 1714, « comme cela était arrivé d’autres fois, Barcelone fut le dernier bastion où se regroupèrent autour de l’étendard de la liberté les défenseurs de cette cause14 ». Faisant du Catalan un Espagnol par excellence, Balaguer écrit ailleurs : « L’histoire de la Catalogne est aussi, à ne pas en douter, l’histoire de la liberté en Espagne15. »

15En second lieu, Balaguer défend l’idée que la Catalogne fut une nation souveraine et libre, au même titre que la Castille :

  • 16 Ibid., p. 3.

« Il est nécessaire de comprendre […] que l’histoire de la Catalogne n’est pas celle d’une simple contrée, d’une province ou d’un peuple quelconque, mais celle de tout un pays, de toute une nation, de toute une monarchie, monarchie aussi influente que respectée, aussi respectée que puissante, aussi puissante que grande16. »

16La Couronne d’Aragon présenterait la particularité d’unir des nations différentes entre elles, sans toucher au principe de liberté qui fonde le caractère national catalan, c’est-à-dire sa nationalité. Balaguer avance ici une conception originale de l’État fondée sur le principe fédératif noué par la conclusion d’un pacte originel entre le souverain et le peuple et garanti par les institutions médiévales catalanes. on ne s’étonnera pas de voir baptiser les trois premières avenues de l’Ensanche des noms de Corts Catalanes, Diputació et Consell de Cent. De même, pour Balaguer, les défenseurs des institutions catalanes sont ceux des libertés espagnoles selon une interprétation conforme avec l’historiographie libérale de son époque qui considérait les Comuneros de Castille (1521) comme les premiers défenseurs des libertés espagnoles.

  • 17 Modesto Lafuente, 1883, t.1, p. XLVI.

17Avec ses collègues, Balaguer partage aussi l’idée que le droit et les institutions juridiques sont la traduction concrète des formes de vie d’un peuple, une conviction qui n’est pas étrangère à la formation juridique de la plupart des historiens espagnols du xixe siècle. Pour Modesto Lafuente par exemple, le Michelet espagnol qui publia à partir de 1850 la célèbre Histoire générale de l’Espagne, la place considérable de l’histoire institutionnelle se justifie car « l’histoire politique du Moyen-Âge de l’Espagne se trouve comme résumée et symbolisée dans ses codes17 ». L’approche de l’historiographie libérale suggère donc une identification entre l’ordonnancement juridique de la société et la construction de l’État, de sorte que l’État se réduit à un état juridique des choses. Selon la même logique qui veut que fueros, codes et lois expriment la nation, la Constitution libérale de 1812 est considérée à la fois comme le point d’aboutissement des législations antérieures et le point de départ de la nation espagnole. L’histoire de l’Espagne ne peut être que celle de la constitution de la nation espagnole, dans la double acception de construction d’un État et de définition d’une Loi fondamentale. L’étude des institutions médiévales offre donc à Balaguer l’occasion de trouver les racines de l’État-nation espagnol conforme à ses souhaits.

18La tonalité provincialiste de la pensée balaguerienne réside enfin dans la conviction que concentration des pouvoirs, absolutisme et centralisation vont de pair. Il n’est pas inutile de rappeler que dans les années 1860 l’historiographie isabelline aborde généralement le problème de la centralisation sous trois angles idéologiques : premièrement, pour la majorité des historiens libéraux, le foralisme fut le signe de la résistance féodale à l’État unifié et national. Les fueros auraient été un obstacle aux avancées du libéralisme. Deuxièmement, le libéralisme considère l’égalité des citoyens comme le fondement de la liberté. Le centralisme du nouvel État libéral est encouragé au nom de l’unité civile et politique. Une vision plus nuancée veut que la centralisation ne touche pas aux libertés du tiers-État que les Cortes ou le Conseil des Cent auraient représentées. Mais pour ces libéraux progressistes, il n’y a pas de sens à maintenir ces anciennes institutions « démocratiques » dans un État qui reconnaît comme fondement la liberté et la représentation nationale. Autrement dit, à quoi servent des Cortes catalanes s’il existe les Cortes à Madrid ? troisièmement, les historiens proches du mouvement démocratique et fédéral estiment que l’État centralisateur et uniformisateur est antinaturel et antihistorique. Pour eux, l’organisation fédérale est indiscutable parce que fondée sur une loi naturelle. Seule une fédération de peuples redonnerait la cohérence nécessaire à l’État libéral espagnol. L’abolition des fueros serait compensée par la pleine et entière souveraineté que gagneraient les entités fédératives appelées à composer le nouvel État.

  • 18 Víctor Balaguer, Lluís Cutchet, 1858, p. 394.
  • 19 Víctor Balaguer, 1865, p. 16.

19Balaguer défend une quatrième option. Selon lui, l’intérêt des fueros réside dans le pacte, c’est-à-dire le compromis entre deux souverainetés égales : le monarque et son peuple d’abord, deux monarchies entre elles ensuite. L’absolutisme aurait brisé le premier couple par la violence. Dans le second que symbolise l’union des rois Catholiques, la Castille aurait trompé la Catalogne18. Dès lors, il n’est pas étonnant que la dynastie des Habsbourg soit accusée de tous les maux qu’entraîne la centralisation. Pour Balaguer, le point culminant de ce processus liberticide est atteint par la dynastie des Bourbons : pire encore qu’olivares face à Pau Claris en 1640, il y a Philippe V face à rafael Casanova en 1714. En ce sens, les révoltes catalanes des xviie et xviiie siècles sont, à la lumière de critères libéral provincialistes, les preuves supplémentaires de la farouche espagnolité de la Catalogne. Du coup, le chroniqueur s’insurge contre « les historiens de cour, les chroniqueurs tisseurs de mensonges qui ont appelé rébellions les révoltes catalanes, tout cela parce que les Catalans n’ont jamais voulu être les réalistes du roi mais toujours les réalistes de la liberté19 ».

  • 20 Ibid. p. 16.
  • 21 José Marie Jover Zamora, 1984, p. 4.

20La chronologie balaguerienne exalte le Moyen-Âge, condamne les âges obscurs de l’époque moderne pour mieux souligner l’importance du xixe siècle, de la révolution libérale et de la Renaixença. Le médiévalisme du libéral-provincialisme n’est pas à proprement parler une originalité car partout en Europe, le Moyen-Âge semble contenir les origines de l’État-nation en construction. L’attention presque obsessionnelle portée au Moyen-Âge chrétien plonge les siècles antiques et les sept siècles de domination musulmane dans l’oubli et le mépris. Avec le temps, le médiévalisme permet de mythifier des valeurs bourgeoises qu’il fallait doter de continuité historique : l’héroïsme, l’amour du travail, le respect des hiérarchies sociales, la ferveur religieuse, etc. En Catalogne, il entretient des rêves d’indépendance passée mais sans exprimer le désir enfoui d’une séparation d’avec l’Espagne. En fait, sa mémoire correspond aussi à l’évocation d’un âge d’or où la classe dirigeante était supposée dominer de manière exclusive et incontestée un pays qui échappait à la confrontation de classes née de la révolution industrielle. Si bien que la nostalgie médiévale n’est en rien incompatible avec l’expression la plus sincère du nationalisme espagnol. À l’autre extrémité de la chronologie du malheur, la guerre d’Indépendance annonce la résurrection catalane. « Pour la première fois alors, la Catalogne fit cause commune avec tout le reste de l’Espagne » écrit Balaguer20. L’auteur dessine là la perspective d’une réconciliation historique entre des entités poursuivant un objectif identique : la révolution libérale. Les Cortes de Cadix en 1812, acte fondateur de la révolution libérale, restitueraient l’équilibre des souverainetés entre le peuple et la monarchie que l’absolutisme avait rompu. Si Balaguer insiste sur les événements locaux du conflit (El Bruc, Gérone, tarragone, etc.), saluant néanmoins Bailén et le Dos de Mayo madrilène, c’est que l’apport catalan à la « cause nationale » est évident. En définitive, la guerre d’Indépendance constitue pour Balaguer le « symbole historique de l’unité du peuple espagnol21 », l’acte de naissance du sentiment national.

21En 1952, dans La Gaceta Municipal, un journaliste innocent se plaignit de la difficulté qu’il avait à retenir les noms de rues de l’Ensanche. Il ignorait que ces derniers étaient le fruit de la réflexion de Balaguer. Pour aider ses lecteurs à se retrouver dans la ville, il inventa alors un poème mnêmotechnique qui permettait de relier facilement ces noms étranges et inconnus : « Barcelone est la capitale de Catalogne/par le vœu de ses Cortes Catalanes/de sa Diputación/et de son Conseil des Cent/tous distingués par les [quatre] barres d’Aragon/pareil qu’à Valence/et qu’à Majorque/quand la Provence/le Roussillon/et la Corse/étaient catalanes. » tout naturellement, il proposait un récit historique qui reprenait terme à terme l’histoire que Víctor Balaguer avait voulu qu’il retienne. La formidable efficacité de la politique de mémoire libéral-provincialiste se mesure à cette anecdote.

22Las calles de Barcelona nous donne une formidable leçon d’histoire appliquée. Son optique est globalement celle de l’historiographie libérale du temps d’Isabelle II. Libérale, la conception de Balaguer l’est sans hésiter : l’histoire de la Catalogne est celle de la réalisation d’un principe démocratique inaltérable porté par les classes moyennes, marchandes et artisanales. Provincialiste, l’histoire de Balaguer se veut une défense du particularisme compris comme un outil de liberté. Les institutions médiévales sont le garde-fou des tendances autoritaires de l’absolutisme. La concentration du pouvoir dans les mains d’un seul va de pair avec la centralisation tellement décriée. Balaguer réexamine la place occupée par la Catalogne en Espagne et revendique pour elle une égalité de traitement, sinon une primauté, dans la construction de la nation espagnole. Ainsi, l’utilisation de la toponymie urbaine comme instrument conventionnel d’organisation symbolique de la communauté est l’application directe d’une volonté de conformer l’identité collective à la vision et aux attentes de la classe dirigeante catalane. nulle part le projet nationalisateur n’a trouvé avocat plus conscient de ses enjeux qu’en Balaguer.

23Tiraillée entre sa croyance en des valeurs cosmopolites et européennes, typiques du libéralisme, et son ancrage décidément local, la position de Balaguer est intenable. Selon Josep Maria Fradera, la culture de classe de la première bourgeoisie barcelonaise est en effet prise entre deux feux : une culture libérale promue par l’État espagnol dont elle cherche à se différencier, et une culture populaire vivace qu’elle tâche de contrôler. Les relations doublement conflictuelles qu’elle entretient avec l’État et les classes inférieures la conduisent à élaborer une culture propre à deux visages qu’on a appelé « le double patriotisme ». Cette tension est appelée à marquer profondément la structure de l’identité collective catalane, au point qu’elle est sans doute l’une des caractéristiques majeures de la culture nationale.

Notes

1 Avec A Barcelona de Jacint Verdaguer, couronné en 1883 aux Jeux Floraux.

2 AA, CMP, 13/11/1863, 19/12/1836, 26/01/1864, 28/10/1864, 06/02/1865, 12/12/1865.

3 Josep Fontana, 1988, p. 426.

4 Víctor Balaguer, 1867, p. 10.

5 Joan Palomas, 2004. on peut citer aussi : F. Gras i Elias, Siluetes d’escriptors catalans del segle xix, Barcelona, 1909, p. 65-84 ; C. Capdevilla, « Les grans figures del renaixement de Catalunya : Víctor Balaguer », in Revista de Catalunya, 1924, p. 576-592 ; J. Vicens Vives, Industrials i polítics del segle xix, Barcelona, Vicens Vives Ed., 1994, p. 427-432 ; M. Q. Queralt, Víctor Balaguer i Cirera, Barcelona, 1984, et du même auteur, « Víctor Balaguer i Cirera », in La nostra gent, Barcelona, 1988, vol. 2, p. 294-299 ; H. Hina, Castilla y Cataluña en el debate cultural, Barcelona, Ed. Península, 1986, p. 102-107 ; Martí de riquer et alii, Història de la literatura catalana, Barcelona, Ariel, 1986, vol. 7, p. 181-186.

6 Joan Cortada, 1860, 62 p.

7 Josep Maria Fradera, 1992, p. 158.

8 Jaume Fabre, Josep M. Huertas, 1982, p. 42.

9 Víctor Balaguer, 1865, vol. I, p. 55,

10 Ibid., p. 371,

11 Llorens Prats et alii, 1982, p. 17.

12 Víctor Balaguer, 1867, vol. 1, p. 11 sq.

13 Víctor Balaguer, 1865, p. 12,

14 Ibid., p. 15.

15 Víctor Balaguer, 1853, p. 3.

16 Ibid., p. 3.

17 Modesto Lafuente, 1883, t.1, p. XLVI.

18 Víctor Balaguer, Lluís Cutchet, 1858, p. 394.

19 Víctor Balaguer, 1865, p. 16.

20 Ibid. p. 16.

21 José Marie Jover Zamora, 1984, p. 4.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540