Version classiqueVersion mobile

Les travailleurs de l’innovation

 | 
Pierre Boisard
, 
Claude Didry
, 
Dima Younès

Quatrième partie. Recherche et innovation dans l’action syndicale

Perspectives : les enjeux du cluster Paris-Saclay

Christian Bessy

Texte intégral

  • 1  Issus du projet ANR « Portrait du chercheur en travailleur salarié » (2009-2013).

1L’originalité des textes regroupés dans cet ouvrage1 est de saisir les processus d’innovation à partir de l’activité de travailleurs, en sortant des dichotomies courantes entre recherche fondamentale et recherche appliquée, recherche publique et R & D privée. Ces contributions révèlent au contraire une tension constante entre exploration des possibles et exploitation des solutions stables qui se dégagent, en envisageant des formes d’organisation, des normes et des conventions permettant de maintenir cette tension en régulant ainsi les conflits d’intérêts entre les différents acteurs de l’innovation.

2Quels éclairages peut-on en tirer pour envisager les dynamiques de la recherche et de l’innovation que suscite la constitution de l’université Paris-Saclay, c’est-à-dire une « communauté d’universités et d’établissements » (COMUE) s’inscrivant dans un territoire croisant recherche publique et R & D privée, visant une dynamique d’innovation par de multiples « pôles de compétitivité » ?

  • 2 Les SATT, sociétés d’accélération du transfert de technologies, sont des sociétés par (...)

3Ce projet repose d’abord sur la constitution d’une université de taille mondiale, en mesure d’atteindre une place de premier rang dans le classement dit « de Shanghai ». En effet, ce classement réalisé par l’université Jia Tong se fonde sur un ensemble de critères parmi lesquels prévalent le nombre et la portée des publications produites par les institutions universitaires. Le renforcement de la recherche académique apparaît ainsi comme le principal motif du regroupement en cours, en concevant son potentiel innovant selon la logique classique du « transfert » dont témoigne la création d’une SATT2. La dimension du « cluster » est ici privilégiée, sans remettre en cause la distinction courante entre une recherche fondamentale située principalement du côté des institutions académiques et des organismes de recherche et une recherche plus appliquée, située plutôt du côté des laboratoires de grandes entreprises et de la création de start-up. Sans négliger cette orientation au cœur des politiques d’aménagement en cours, il convient cependant de nuancer cette logique du transfert, en envisageant la tension dynamique entre exploration et exploitation au cœur de l’analyse du travail innovant que présente cet ouvrage.

4On se propose ici de revenir sur les acquis de cet ouvrage pour voir en quoi ils trouvent un prolongement dans le programme ISIS (interactions entre science, innovation et société) soutenu par l’IDEX Paris-Saclay. Ce programme regroupe douze laboratoires de sciences sociales appartenant aux différents établissements de l’université Paris-Saclay avec, pour objectif principal, d’analyser l’émergence d’institutions du travail qui supportent de nouveaux modes de production des connaissances, en faisant varier les échelles d’analyse (entreprise ou groupe, communauté de pratiques ou épistémiques, cluster/pôle de compétitivité, système d’innovation national ou international), les regards disciplinaires et les méthodes d’investigation empiriques (en particulier l’aspect quantification).

5ISIS est structuré autour de quatre axes, dont un est consacré aux normes et régulations du travail scientifique, en mettant l’accent également sur la dimension territoriale avec l’étude du processus de « clustérisation » en cours sur Paris-Saclay. Les contributions regroupées dans cet ouvrage trouvent en effet un écho particulier dans cet axe de recherche, mais nous allons montrer qu’il en va de même, bien qu’à un degré moindre, pour les trois autres axes : innovation et entrepreneuriat, quantification, métrologie et gouvernance, sciences/technique et droit/justice.

L’évolution des normes et des modes d’organisation du travail scientifique

6Pour saisir les enjeux de Paris-Saclay dans leur totalité, il faut sortir de la seule dynamique universitaire, pour comprendre les changements dans l’organisation de la R & D dans les grandes entreprises. Ce retour sur les formes prises par le travail des ingénieurs et des chercheurs permet de dégager les articulations complexes entre exploration et exploitation qui se jouent dans le processus d’innovation.

7Le cas de Sciencelab dans TelecomGroup développé par Claude Didry et Dima Younès permet de montrer, à rebours d’une représentation de la R & D complètement contrainte par une logique marchande et financière de court terme, le poids de la tradition scientifique dans les innovations de rupture.

8La renommée et l’expertise de Sciencelab permettent de conforter l’organisation de la recherche par « domaine », de sauvegarder l’autonomie scientifique des chercheurs et leur mode d’évaluation par les pairs. Point subtil de l’analyse, cette autonomie souvent revendiquée a besoin aussi d’être encadrée afin de fournir des repères aux chercheurs pour coordonner leurs activités et pour les inciter à sortir de leur domaine de spécialisation et à acquérir d’autres compétences, en particulier en matière de management. Comme le montrent les auteurs, cette politique d’assurance de la recherche fondamentale permet à certaines équipes de participer dans un laps de temps relativement court à une innovation de rupture en matière de technologie sans fil. Mais cette participation pour répondre aux besoins du marché ne se fait pas sans médiation, en particulier sans l’engagement du manager du projet et les dispositifs d’enrôlement qu’il met en œuvre. Ce modèle d’innovation se distingue de celui basé sur la proximité des chercheurs et des ingénieurs avec le « marché ». L’étude de cas permet de montrer comment ces deux modèles d’innovation et de production des connaissances peuvent coexister au sein de la même organisation.

9La question de la coordination et de l’allocation des temps de travail entre les ingénieurs R & T et les développeurs de projet, est au cœur de la contribution de Hadrien Coutant qui examine comment est négocié le « temps » dans une entreprise aéronautique et comment s’articulent différentes temporalités (temps long de la R & T et le temps compté du développement et de la réalisation de l’avion).

10Ces contributions soulèvent les problèmes de coordination au sein de l’activité de R & D mais aussi avec les autres fonctions de l’entreprise. En mettant l’accent sur les différents jeux de catégorisation des chercheurs et des autres travailleurs de l’innovation, elle incite à aller plus loin dans l’analyse des processus de qualification et la façon dont ils structurent l’organisation. Cela suggère de repérer les formes organisationnelles de la R & D à partir de l’étude des carrières des chercheurs (passage dans différentes fonctions, activités de publication et de dépôt de brevet, d’animation et d’organisation). Avec la constitution d’une base de carrières de chercheurs, l’idée serait aussi de repérer les changements organisationnels dans la sphère académique ainsi que les passages entre les deux sphères : étude sur l’insertion professionnelle des doctorants, des spin-offs et des retours vers l’académie pour certains chercheurs du « privé ».

11Un des enjeux est alors d’engager une relecture des coopérations au cœur d’un cluster, en intégrant les initiatives propres à ces grandes entreprises. En effet, l’intensification de la concurrence, basée de plus en plus sur l’innovation, rend particulièrement cruciale la protection des ressources technologiques des entreprises dont la constitution s’appuie sur des formes d’organisation en réseau favorables à la mobilité des salariés. Bien que dépendantes de ces formes d’organisation en réseau pour constituer leurs actifs immatériels, les entreprises chercheraient néanmoins à en limiter les effets négatifs par des clauses contractuelles lorsque les réseaux augmentent trop fortement la mobilité professionnelle (inter-entreprises) des salariés et la circulation des informations et des connaissances, deux effets qui risquent de remettre en cause leur avance technologique par rapport à la concurrence.

12De ce point de vue, l’étude de cas présentée par Pierre Boisard, sur le développement et la production en masse d’une batterie au lithium embarquée sur les véhicules électriques, donne une bonne illustration des formes d’organisation de la coopération technologique en réseau. Les entreprises ont alors tout intérêt à faire en sorte que ces communautés de pratiques se développent. Ainsi, la recherche de protection du patrimoine technologique par l’employeur peut avoir un caractère formel et lui servir uniquement en cas de litiges, le cours de la pratique étant réglée par des règles plus informelles et qui sont ajustées au cas par cas.

13Une telle interrogation rejoint les travaux conduits en économie de l’innovation qui analysent les arbitrages effectués par les entreprises en matière de protection et de diffusion des connaissances technologiques. Ces arbitrages conduisent à mettre l’accent sur la « valeur » de chercheurs et d’ingénieurs pris dans une communauté de savoir « extérieure » à leur entreprise d’origine. Dans le même temps, ce souci de contrôle portant sur la « valeur » des chercheurs accompagne une ambition de réduction des coûts qui peut conduire les directions d’entreprise à une cécité étonnante à l’égard de l’engagement déployé par les travailleurs de l’innovation, comme le montre la contribution de T. Pardi. Finalement, la grande entreprise apparaît moins comme une structure hiérarchique imposant les choix des dirigeants, que comme un ensemble de ressources pour des salariés qui s’investissent avec passion dans l’innovation comme dans le cas de l’élaboration d’un moteur à deux temps industrialisable.

Innovation et entrepreneuriat dans un « cluster » : au-delà de la logique de transfert

14Cette analyse du travail innovant plutôt centrée sur des activités économiques privées semble a priori avoir peu de liens avec la constitution de l’université Paris-Saclay. Une des motivations principales de l’opération Paris-Saclay tient au souci de renforcer le rapprochement entre des acteurs académiques qui, bien que déjà présents sur le territoire, n’ont entretenu que des relations partielles, sans constituer un véritable ensemble intégré. Mais la création de l’université Paris-Saclay semble ainsi dessiner une configuration proche de celle de la Silicon Valley autour de l’université de Stanford, en engageant un double mouvement de recherche fondamentale fortement adossée aux établissements publics prestigieux d’enseignement et de recherche, et d’innovation à travers le soutien à la création d’entreprises. Cette orientation est bien appréhendée dans le programme ISIS par une recherche élaborée à partir des sciences de gestion, afin de dégager les dynamiques d’« innovation et de coordination dans un environnement high-tech ». La création de start-up et de spin-off académiques se retrouve alors au centre de la réflexion, à partir d’une analyse des modèles de gestion qui se prolonge par un retour sur les formes prises par la propriété intellectuelle. Un des enjeux est de sortir de la focalisation sur la définition de droits formels de propriété, pour envisager les pratiques d’open innovation et la création de « communs » qui impliquent l’élaboration de règles de coopération reposant sur des droits de propriété plus informels.

15Cet ensemble d’investigations trouve un écho dans les réflexions de Jean-Luc Beylat sur la place de la propriété intellectuelle dans les initiatives des établissements et des organismes de recherche, suggérant que l’ouverture des avancées issues de la recherche publique est la condition d’une dynamique économique véritable selon une logique d’open innovation. Il implique également une analyse du rôle des salariés dans les start-up et les spin-offs, telle que la mène Andrey Indukaev dans le cas de la Russie, afin de saisir toute l’ambivalence de cette dynamique au-delà du transfert censé mener de la recherche fondamentale à l’innovation de produits.

  • 3 Pôle de compétitivité en R & D automobile et transports publics.
  • 4 Pôle de compétitivité mondial des infrastructures du numérique et des métiers du l (...)

16Cette première lecture des transformations impulsées par la création d’une université de taille mondiale s’inscrit elle-même dans des politiques visant plus largement la création d’un cluster par le rapprochement des acteurs présents sur le territoire. En effet, on peut faire l’hypothèse que le site de Saclay ne se ramène pas à la prévalence d’un acteur public – l’université –, ou à celle d’une grande entreprise. De nombreuses entreprises multinationales – issues notamment des champions nationaux qui se sont constitués dans les années 1960 – y ont installé ou sont en train d’y installer des centres de recherche dont les coopérations sont soutenues par des initiatives publiques telles que les « pôles de compétitivité » comme, par exemple, Mové’o3 ou Systematic4. Cette situation contraste avec celle d’un cluster dominé par une industrie, voire une grande entreprise, comme dans le cas du district de l’aéronautique à Montréal que présente Philippe Barré. Elle nécessite cependant, comme dans le cas montréalais, une investigation sur le rôle des ressources publiques, tant du côté des institutions de recherche et d’enseignement, que de celui des structures incitatives (pôles de compétitivité), dans la mise au point de dispositifs innovants pour l’industrie.

  • 5  Grossetti M., Zuliani J.-M. et Guillaume R., « La spécialisation cognitive : les s (...)

17L’analyse de Philippe Barré vaut par sa démonstration montrant comment ces initiatives publiques s’appuient sur un réseau dense de relations interpersonnelles qui vont œuvrer à coordonner une foule d’acteurs aux intérêts divergents ; ce processus d’apprentissage collectif participe à la définition de conventions de valorisation des biens et des personnes, conventions qui assurent la coordination et stabilisent les anticipations des différents acteurs qui dépassent le noyau initial selon un processus de découplage. Cette analyse peut se rapprocher de travaux sur le cluster toulousain mettant en évidence ces processus de couplage-découplage dans l’accès et la valorisation des ressources5. Elle peut être mise en parallèle avec les travaux historiques sur les districts industriels ou encore plus récemment sur les pôles de compétitivité (voir l’étude de Florent Le Bot sur le pôle de compétitivité limousin autour de la céramique industrielle) qui se poursuivent aujourd’hui.

18On pourrait ainsi chercher à écrire une histoire longue de ces politiques et du « pôle Paris-Saclay » caractérisée par un certain volontarisme dont la nature a évolué, depuis l’aménagement du territoire orchestré par la DATAR jusqu’à l’introduction du « modèle du cluster » comme nouvel instrument de l’efficacité territoriale basée sur l’innovation et les bienfaits de la coordination horizontale. Même si les initiatives locales et l’autonomie des chercheurs sont valorisées, ces injonctions à la décentralisation ne sont pas moins contraintes par des procédures de contractualisation et des délais très stricts. Il importe alors d’analyser symétriquement les résistances de certaines communautés scientifiques, et leurs alliances avec d’autres collectifs (agriculteurs ou riverains car c’est bien aussi un modèle urbain qui est en jeu dans l’aménagement du plateau de Saclay).

  • 6  Sur ce point voir Younès D., « Choosing the Industry of an Indutrial Cluster in a (...)

19Pour bien comprendre la montée en puissance du « pôle Paris-Saclay », il est important de prendre en compte le rôle des grandes entreprises qui se sont implantées sur le plateau et qui cherchent à externaliser leur R & D (cas des Bell Labs) et à profiter de la réputation des grandes écoles d’ingénieur installées sur le plateau. Les coopérations privilégiées ici par les politiques publiques contribuent à susciter une dynamique large d’« exploration » allant au-delà de la recherche publique et de l’autonomie qu’y trouvent statutairement les chercheurs. Mais elles conduisent à se demander si ce volontarisme politique dans la clustérisation ne correspond pas finalement à un effet de vitrine en se ramenant aux initiatives de grandes entreprises nationales entretenant des relations fortes avec l’État, à même ainsi de peser sur ses politiques6.

Quantification, métrologie et gouvernance

20Tout en assumant la dynamique complexe résultant de l’articulation entre action publique et stratégie d’entreprise, les contributions présentées dans cet ouvrage mettent en évidence la part essentielle des travailleurs dans l’innovation et conduisent à revenir sur les catégories de travailleurs les plus au centre du processus d’innovation, dans l’entreprise et au-delà. Dans ce processus, la contribution d’Arnaud Mias et de Dima Younès permet de cerner plus finement les catégories professionnelles pertinentes pour appréhender les individus engagés dans les processus de recherche. En effet, cette contribution, qui part des données tirées de l’observation d’entreprise sur les emplois du temps de ses ingénieurs-experts, permet tout à la fois de construire une typologie et de réfléchir à la partition des activités de ces « experts » retenue par l’entreprise. Une telle analyse trouve un écho dans ISIS, à travers le projet de multiplier ce genre d’observations afin de consolider les résultats obtenus et de faire des comparaisons entre différents types d’organisation de recherche (et développement). Une autre possibilité, pour appréhender ces modes d’organisation et de production de connaissances, serait de construire une base de carrières de chercheurs, un sous-ensemble de cette base pouvant être construite à partir des laboratoires de recherche installés sur le cluster Saclay. Cette base de données pourrait permettre aussi d’appréhender les réseaux de relations des chercheurs à partir d’une analyse structurale de réseaux.

21Cela conduit à envisager une approche quantitative des salariés de l’innovation et, plus généralement, de la population active, tout en étant sensible aux procédures de constructions des données, et en particulier aux nomenclatures et catégories qui sont utilisées et qui ne sont jamais neutres, mais aussi aux usages politiques des statistiques ainsi construites dans les administrations et dans les entreprises.

22Une piste envisagée par ISIS serait donc de réaliser des enquêtes statistiques sur les conditions de travail des chercheurs et les risques psycho-sociaux ou sanitaires que l’on pourrait articuler avec des observations plus qualitatives. Ce type d’enquête pourrait être relié au poids pris par l’évaluation et les indicateurs de performances des chercheurs et des laboratoires (et des universités, ou encore des pôles de compétitivité), en examinant les effets de cette évaluation sur les dynamiques d’exploration.

Sciences/technologies et droit/justice

23Enfin, les dynamiques d’exploration qui se dégagent des contributions présentées ici conduisent à s’interroger sur la place du droit et des différentes formes de régulation dans leur organisation et, réciproquement, sur les effets des innovations qui en résultent sur les pratiques juridiques et judiciaires (nous pensons à la vidéosurveillance et au bracelet électronique).

24Suivant cette perspective, on peut s’intéresser aux normes de certification ou encore aux bonnes pratiques de laboratoire (BPL) qui constituent une forme de « soft law », comme le fait Erwan Lamy à propos des tests (non cliniques) effectués dans des laboratoires. À partir d’une série d’entretiens, il analyse les conséquences de l’introduction d’une procédure très stricte de déroulement des essais (« plan d’étude »), d’enregistrement et de traçabilité des données, permettant la réplication des résultats. Tout paraît accroître la rigueur de cette certification de la qualité, mais l’auteur montre bien les tensions avec l’activité d’exploration et le travail d’accommodation des chercheurs par rapport à ces BPL. Ces derniers doivent éviter ce qui est désigné par les protagonistes comme de la « surqualité », à savoir un excès de procédures qui risque d’avoir un effet bloquant pour les projets de l’industrie pharmaceutique ; mais l’approfondissement des connaissances en matière de tests peut conduire à remettre en cause les évidences partagées et transmises par apprentissage collectif dans un même milieu. Par ailleurs, il est important d’étudier ces artefacts cognitifs qui, bien que ne possédant en soi aucune normativité juridique, sont des instruments qui servent dans les opérations de qualification juridique (mise ou non sur le marché des médicaments).

25La démarche envisagée par Erwan Lamy correspond au souci de garantir la sécurité des consommateurs, mais elle vise également à établir la propriété intellectuelle revenant aux entreprises pharmaceutiques qui sont à l’origine des traitements soumis aux pratiques de certification qu’il analyse. C’est surtout ces questions de droits de propriété intellectuelle que l’axe « sciences/technique et droit/justice » dans le programme ISIS entend analyser dans le cadre de nouvelles formes de coopération scientifique et technologique. En effet, la configuration qui s’est installée au cours des années récentes est surtout marquée par les « systèmes ouverts » qui font passer d’une logique propriétaire à une logique de bien commun ou de cause commune, avec notamment les creative commons ou les open source licenses dans le domaine du logiciel ou des bio-technologies. Les tensions avec la logique propriétaire font apparaître de nombreuses arènes de discussion et de négociation où se jouent les cadres et les règles d’une nouvelle (auto) régulation des activités économiques.

Notes

1  Issus du projet ANR « Portrait du chercheur en travailleur salarié » (2009-2013).

2 Les SATT, sociétés d’accélération du transfert de technologies, sont des sociétés par actions simplifiées créées par plusieurs établissements de recherche publics dans le cadre du programme des investissements d’avenir.

3 Pôle de compétitivité en R & D automobile et transports publics.

4 Pôle de compétitivité mondial des infrastructures du numérique et des métiers du logiciel.

5  Grossetti M., Zuliani J.-M. et Guillaume R., « La spécialisation cognitive : les systèmes locaux de compétences », Les Annales de la recherche urbaine, no 101, 2006, p. 23-31.

6  Sur ce point voir Younès D., « Choosing the Industry of an Indutrial Cluster in a Globalizing City », Journal of Change Management, vol. 12, no 3, 2012, p. 339-353.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search