Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs de l’innovation

 | 
Pierre Boisard
, 
Claude Didry
, 
Dima Younès

Deuxième partie. Qualifier le travail d’innovation

Enquête sur le céramiste en ingénieur

L’École de céramique de Sèvres, instrument de la reconfiguration de l’industrie, 1870-1940*

Florent Le Bot

Texte intégral

  • *  Je remercie Christian Bessy, Anne Bidois, Pierre Boisard, Guy Brucy, Claude Didry, Virgini (...)
  • 2  Émile Bourgeois, administrateur de la Manufacture nationale de céramique de Sèvres (1909-192 (...)

« L’un des plus illustres parmi mes prédécesseurs, [...] Brongniart [Alexandre], qui a administré la maison pendant quarante ans, [...] avait coutume de dire que la Manufacture de Sèvres devait être le Conservatoire des Arts céramiques français. Cette formule, je ne la crois plus suffisante. Sans doute, au lendemain de la Révolution, la Manufacture de Sèvres avait pour premier devoir [...] de conserver les traditions et les ouvriers [...]. Mais si l’on se contentait de conserver les traditions, on s’engourdirait dans l’effort acquis.
Le rôle d’un Conservatoire ne nous suffit donc plus. Il faut encore que Sèvres soit une Maison d’essais perpétuels et en outre une Maison d’enseignement [...]. Nous avons créé un Laboratoire d’essais, de toutes pièces, sans demander la moindre subvention à l’État [... Il] est encore imparfait, mais il rend déjà beaucoup de services [...]. Nous avons pu, de la même manière, développer en vue de notre enseignement l’école de céramique [...]. Nous n’avons pas le budget qu’il nous faudrait et pourtant notre École professionnelle de céramique n’a pas sa pareille, [...] nous fournissons à la France et à l’Étranger les ingénieurs-céramistes dont votre industrie a besoin2. (Applaudissements.) »

  • 3  Dewey J., Logique. La théorie de l’enquête, Paris, PUF, 1993 [1938].
  • 4  Par reconfiguration, nous entendons le changement progressif – sur plusieurs décennies – de (...)
  • 5  En reprenant sur ce terrain March J. G., « Exploration and Exploitation in Organizatio (...)

1L’industrie céramique bénéficie d’un processus de clustérisation avec l’institution à Limoges en 2004 du Pôle européen de la céramique qui rassemble entreprises, laboratoires, université et écoles autour de projets collectifs. En outre, depuis septembre 2010, le Centre européen de la céramique fédère des laboratoires de recherche, ainsi que l’École nationale supérieure de céramique industrielle (ENSCI). De fait, Limoges émerge en ce début de xxie siècle comme capitale européenne de la céramique technique alors que, des années 1850 à 1950, elle fut l’une des capitales mondiales de la porcelaine vaisselière. Bien qu’il y ait entre ces deux catégories de produits de notables différences, l’enquête que nous présentons3 permet de rétablir une certaine continuité historique. L’École de céramique créée à Sèvres en 1893, au sein de la Manufacture nationale, devenue ENSCI en 1927, habilitée à délivrer le titre d’ingénieur, n’a été installée à Limoges par la puissance publique qu’en 1979, dans le cadre de mesures de décentralisation. Nous allons montrer que cette École durant ses cinquante premières années d’existence, non seulement accompagne l’industrialisation du secteur, mais surtout contribue à sa réorientation de l’utilitaire à la dominante technique. Les ingénieurs issus de l’ENSCI figurent ces « travailleurs en chercheurs salariés » qui ont contribué aux reconfigurations de l’industrie céramique4, par l’« exploration » des propriétés de la matière que permet le laboratoire, en sortant de la routine d’une « exploitation » fixée sur les usages vaisseliers classiques de la porcelaine5.

  • 6  Lescure M. (dir.), La mobilisation du territoire. Les districts industriels en Europe occide (...)

2La céramique technique désigne, au sens strict, l’emploi de céramique pour ses propriétés physiques spécifiques (isolantes, mécaniques, thermiques, etc.). Céramique technique et sanitaire (par convention, nous emploierons désormais céramique technique y compris s’agissant de la seconde), toutes deux en expansion au xxsiècle (essor de l’hygiène, de l’électricité, du logement, etc.), se distinguent de la céramique vaisselière, fantaisie et décorative (porcelaine et faïence), plus ou moins artistique, tendanciellement en déclin. Comme nombre de secteurs traditionnels, cette industrie est longtemps restée dominée numériquement par de petites et moyennes entreprises (PME) regroupées, pour la plupart, dans des localités dédiées formant des districts industriels6, tels que Limoges pour la porcelaine ou Vierzon et sa région pour la faïence. Mentionnons par ailleurs Beauvais et l’Oise pour les produits de construction et les matériaux réfractaires, Châlons-sur-Saône pour les céramiques sanitaires (baignoire, lavabo, etc.) et les départements industriels du Nord et du Pas-de-Calais. À ces territoires productifs, il faut ajouter la Manufacture nationale de céramique de Sèvres qui a longtemps fait référence dans le secteur.

3« Conservatoire des Arts céramiques français » (dixit É. Bourgeois), la Manufacture créée en 1740, doit faire face à la fin du xixe siècle à des critiques mettant en cause sa pertinence. La création en son sein d’une école pour des emplois industriels fonde l’essentiel de la réponse à ces attaques. La constitution progressive d’un cursus d’ingénieur céramiste et de laboratoires d’essais au sein de la Manufacture ou dans son sillage, accompagne dans une configuration adaptée à l’économie de districts, les mutations de la céramique d’art vers la céramique technique. « Le rôle d’un Conservatoire ne nous suffit donc plus. Il faut encore que Sèvres soit une Maison d’essais perpétuels et en outre une Maison d’enseignement. » (Ibid.) L’engagement des organisations patronales, des associations professionnelles et des milieux scientifiques, aux côtés des pouvoirs publics, conforte ce souci commun d’explorer le potentiel technique de la céramique, qu’esquisse la création de cette école et, en son sein, d’un laboratoire.

  • 7  La notion de prise est empruntée à Bessy C. et Chateauraynaud F., Experts et faussaire (...)

4Ainsi, la céramique connaît, à l’époque contemporaine, un double mouvement : un processus d’industrialisation, à partir du milieu du xixe siècle, et un déploiement vers la céramique technique à partir du début du xxe. L’École de céramique de Sèvres accompagne ces mouvements de l’artisanat vers l’industrie et de l’art décoratif aux usages techniques. L’évolution de son offre de formation vers l’enseignement technique supérieur permet de dégager la figure de l’ingénieur céramiste acteur de ces développements productifs nouveaux. En prise avec l’objet et la matière7, mais délaissant le musée-bibliothèque du xixe siècle, celui-ci peut prendre appui sur le laboratoire et ses instruments, mis au profit commun, pour activer cette double dynamique.

Créer une école au sein de la Manufacture nationale de céramique de Sèvres

5Instituée à la fin du xixe siècle à la suite d’un débat mettant en cause la portée artistique de la production de Sèvres, l’École de céramique durant son premier quart de siècle d’existence amende en permanence sa formation en lien avec les besoins de l’industrie. Les cours scientifiques et techniques supplantent peu à peu les enseignements artistiques, tandis qu’un micromilieu d’enseignants et chercheurs, d’anciens élèves et acteurs des entreprises, d’industriels et représentants patronaux, élabore une culture partagée du processus productif.

1893-1907. Une école de céramique annexée à Sèvres

  • 8  Lechevallier-Chevignard G., La Manufacture de porcelaine de Sèvres, Paris, Ren (...)
  • 9  Ibid., p. 163.
  • 10  Association amicale des anciens élèves de l’École nationale supérieure de céramique de (...)

6Au lendemain de la guerre de 1870, la Manufacture eut à subir les assauts de parlementaires qui voyaient dans sa suppression une économie à réaliser – son budget ayant augmenté de plus de 65 % durant le Second Empire. La qualité des œuvres réalisées était également critiquée par les milieux artistiques. En outre, certains fabricants de céramique profitèrent de ce climat d’hostilité à l’égard de l’établissement public pour demander qu’une partie des fonds alloués à son entretien leur fût redistribuée afin de leur permettre d’entreprendre des essais et de perfectionner par leurs propres moyens les procédés de fabrication et de décoration. Le 26 juillet 1872, le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Jules Simon, chargea une commission de perfectionnement de « définir les principes fondamentaux de la céramique8 ». Celle-ci conclut en 1875 à la nécessité d’instituer une école afin d’assurer le recrutement d’artistes adaptés aux besoins de Sèvres9. L’École d’apprentissage de la Manufacture est créée en 1879. Son programme comprend le dessin géométrique et d’ornement, le dessin d’après la bosse et d’après nature, la composition, des conférences sur la fabrication et sur l’art décoratif, un enseignement professionnel en atelier pour la peinture, la décoration céramique et le modelage. Au terme de sept années – deux ans d’école primaire et cinq d’école spéciale –, un diplôme est délivré aux élèves après exécution d’un ouvrage céramique. L’engagement au sein de la Manufacture n’est toutefois pas de droit pour ces diplômés10.

  • 11  Journal officiel de la République française (JORF), Débats parlementaires. Chambre des (...)
  • 12  Lechevallier-Chevignard G., op. cit., t. 2, p. 25. D’après les Archives de la (...)

7Pour autant, les attaques concernant le budget de l’institution, la qualité de ses productions, sa place dans l’économie de la filière, y compris la concurrence de certains de ses produits avec ceux des firmes privées, ne désarmèrent pas. Le 27 mai 1890, la commission du budget de la Chambre des députés proposa que soit supprimée la subvention allouée à la Manufacture, ce qui revenait à en accepter la disparition. Le débat se poursuivit jusqu’à l’automne 1890, avec l’examen du budget des Beaux-Arts, et offrit une nouvelle occasion aux adversaires de Sèvres, et des manufactures nationales en général, de s’exprimer11. De leur côté, des porcelainiers du Limousin et du Berry se prononcèrent pour le maintien de Sèvres, dont le prestige rejaillissait, selon eux, sur l’ensemble de la production française. Leurs revendications portèrent néanmoins sur la mise à disposition des moyens de recherche de l’établissement et l’utilisation d’une partie du budget prévu pour celui-ci à la création, à Limoges et à Vierzon, d’écoles professionnelles pour ouvriers et contremaîtres12. De la suppression pure et simple, le débat glissait insensiblement vers une ouverture de l’établissement à des dimensions technologique et industrielle.

  • 13  AMS, carton U31, liasse 1, dossier 1, installations, 1894-1899.

8Finalement, le maintien de la subvention fut voté en contrepartie de la réorganisation en profondeur de la Manufacture. Un nouveau règlement adopté le 15 décembre 1891 créait deux directions placées sous l’autorité de l’administrateur de l’établissement, l’une pour l’art, l’autre pour les travaux techniques en charge des recherches scientifiques et de la fabrication. Par ailleurs, ce texte prévoyait la création d’une école d’application à la céramique dont l’ambition, différente de celle de l’école d’apprentissage, serait de former des collaborateurs pour l’industrie privée. Un arrêté du 10 juin 1893 en fixa les règles de fonctionnement. Accessible par voie de concours, l’enseignement en cinq années se divisait alors entre une section artistique et une section technique, avec une part d’enseignements mutualisés. Le 6 octobre 1893, un premier concours ouvrit les portes de cette école à deux élèves pour la section décorative et deux pour la section technique ; un cinquième élève, issu de l’école d’apprentissage, fut admis également à suivre les cours (section non précisée). L’établissement, faute de moyens et du fait d’un programme insuffisamment au point, ne fonctionna pas normalement durant sa première année. L’année scolaire 1894-1895 marqua un nouveau départ pour les cinq premiers admis, rejoints par trois nouveaux élèves en section décorative et quatre en section technique13. Il fallut cependant attendre un arrêté du 24 novembre 1907 pour que soit officialisée la dénomination « École de céramique annexée à la Manufacture nationale de Sèvres ».

  • 14 Source : Livre du cinquantenaire..., op. cit., p. 20.

Tableau 1. – Les études à l’École de céramique en 189414

Section d’art décoratif

Section technique

Dessin géométrique, relevés et tracés de profils

Géométrie et application

Dessin d’ornement et de figure

Projections, relevés et tracés de profil

Dessin, aquarelle et peinture d’après la plante

Notions scientifiques appliquées à la céramique

Modelage

Modelage

Composition décorative et stylisation

Travaux pratiques dans les ateliers

Travaux d’atelier

1898-1911. De l’art vers la technique : l’évolution des programmes

  • 15  Ibid., p. 46-47.

9Durant les vingt-cinq premières années, l’organisation des études et les contenus d’enseignement ne cessèrent d’évoluer sous l’influence des pratiques observées à l’étranger, et en vue de répondre aux besoins des élèves et aux sollicitations des milieux professionnels. L’enjeu résidait pour l’essentiel dans la part respective de l’artistique et du technique dans le cursus. S’agissant des quatre premiers diplômés de l’École en juillet 1899, l’un obtint un poste d’ingénieur chimiste dans une usine de carreaux céramiques, les trois autres trouvèrent à s’employer comme décorateurs. Un ancien de cette promotion, Raymond Keller, témoigne à l’occasion du cinquantenaire de l’École que les entreprises de porcelaine sont demeurées fermées à ces élèves, contrairement à celles de faïences, de sanitaires, de carreaux, de produits réfractaires, de grès chimiques, de briques et de tuiles15.

  • 16  Ibid., p. 21.

10Initialement, le volume des cours apparaît déséquilibré au profit du dessin, des compositions décoratives et du modelage. Une première réorganisation vient accroître la part des enseignements scientifiques et techniques dans la formation. Par un arrêté du 18 mars 1898, la durée des études est ramenée à quatre ans. Surtout, pour des raisons d’efficacité, la division en deux sections n’intervient plus qu’en troisième année, l’enseignement devenant conjoint durant les deux précédentes (tableau 2)16.

  • 17  Ibid., p. 24.
  • 18  AMS, carton U31, liasse 4, rapport présenté par V. Champier au nom de la commission au m (...)

11L’expérience aidant, la nature des emplois le plus fréquemment offerts à la sortie de Sèvres (des postes de chefs de fabrication et de directeurs d’usines) et les demandes des industriels, incitèrent l’École à orienter plus franchement son enseignement dans le sens de l’application technique au détriment de l’artistique. Un nouveau règlement publié par arrêté du 31 mars 1905, réorganisait les études en une section unique technique et artistique. La durée normale du cursus restait fixée à quatre ans, mais les élèves ayant obtenu le diplôme pouvaient être admis à une cinquième année afin d’exécuter des travaux pratiques dans les ateliers et les laboratoires. En 1906, était instituée en 3e année l’organisation de visites d’établissements industriels17. La partie technique de l’enseignement est encore approfondie par le règlement publié le 8 décembre 1911. Ce dernier fait suite au rapport en 1909 d’une commission d’évaluation du fonctionnement et des résultats de l’École constituée par le ministère et dirigée par Victor Champier, administrateur de l’École nationale des arts industriels de Roubaix18. Celui-ci mettait l’accent sur le volume horaire excessif de la formation, comportant 62 heures hebdomadaires réparties sur six jours.

Tableau 2. – Le programme des études de 1898 à l’École de céramique (Livre du cinquantenaire..., op. cit., p. 22-23

Cours de 1re et 2e années

Section d’art décoratif

3e année

4e année

Histoire des styles, éléments de composition décorative

Mathématiques et dessin géométrique

Histoire de la céramique et études au musée céramique

Études au musée céramique

Dessin d’imitation et aquarelle

Dessin d’imitation, aquarelle, études au musée, dessin géométrique, modelage

Dessin d’imitation, études d’après l’antique et le modèle vivant et études d’anatomie

Modelage

Modelage

Études d’aquarelles

Études générales de composition décorative

Étude de peinture céramique et de composition décorative

Exercices pratiques : tournage, moulage, réparage, fabrications des moules

Tournage, moulage, réparage, fabrications des moules, application des divers procédés céramiques

à la décoration de la porcelaine

Cours méthodique et développé de composition décorative

Cours de chimie et de technologie céramique

Composition de projets et applications de travaux pratiques à leur exécution

Cours de 1re et 2e années

Section technique

3e année

4e année

Histoire des styles, éléments de composition décorative

Études au musée céramique

Mathématiques et dessin géométrique

Études au musée céramique

Histoire de la céramique et études au musée céramique

Études au musée céramique

Dessin d’imitation et aquarelle

Dessin géométrique, dessin d’imitation et aquarelle, modelage

Dessin d’ornement, aquarelle, modelage

Modelage

Peinture céramique

Dessin géométrique, projets

Exercices pratiques : tournage, moulage, réparage, fabrications des moules

Fabrications générales, études pratiques

Fabrications générales, études pratiques

Cours de chimie et de technologie céramique

Travaux au laboratoire de chimie

Travaux au laboratoire de chimie

12Il soulignait aussi le niveau insuffisant des élèves dans le domaine du dessin à l’entrée et à la sortie de l’École et proposait d’y remédier par plus d’exigences en termes de prérequis et de contenus d’enseignements. En revanche, il insistait sur le rôle joué par Sèvres en matière technique :

  • 19 Livre du cinquantenaire..., op. cit., p. 6.

« Si l’enseignement artistique donne lieu aux critiques qui viennent d’être indiquées, l’enseignement technologique, en revanche, paraît donner des résultats moins négatifs. Au surplus, c’est vers ce côté de l’industrie céramique que les élèves de l’École semblent en majorité incliner leurs préférences. C’est dans cette voie qu’ils trouvent le plus aisément des situations. Depuis l’année 1900, on compte 35 élèves diplômés sortis de l’École de Sèvres. Sur ce nombre, il y en 26 qui occupent des postes de techniciens dans l’industrie et 9 seulement qui sont dessinateurs, professeurs ou décorateurs dans diverses manufactures19. »

13Le rapporteur ajoute :

  • 20  Idem.

« Peut-être devrait-on les pousser plus avant encore dans cette voie scientifique et les mettre à même de devenir de véritables chefs de fabrication, au courant des progrès incessants de l’industrie et capables de diriger une usine moderne de céramique dans les multiples développements de son organisme compliqué20. »

14Le programme de 1911 (tableau 3) répond à ces recommandations : une répartition plus précise et plus équilibrée des enseignements, une place mieux définie pour celui du dessin, une évolution assumée vers les dimensions techniques de la formation.

Tableau 3. – Le programme des études de 1911 à l’École de céramique (Livre du cinquantenaire..., op. cit., p. 27-30)

1re année et 2e année

3e année et 4e année

Mathématiques

Dessin d’imitation, aquarelle, études d’après l’antique, le modèle vivant, les animaux et la plante. Études des applications possibles en vue des procédés céramiques de décoration.

Chimie

Cours d’anatomie humaine et comparée.

Dessin d’imitation

Modelage.

Dessin géométrique

Cours et exercices de composition décorative pour la céramique.

Technologie céramique

Histoire de la céramique.

Modelage

Technique céramique en laboratoire : pâte et glaçure ; couleurs et émaux.

Composition céramique

Perfectionnement de la pratique des cuissons.

Manipulations de chimie

Projets techniques (étude et épures) :

– en 3e année : fonctionnement des appareils employés dans l’industrie ;

– en 4e année : ensembles d’installation.

Travaux pratiques de fabrication

Travaux pratiques : recherches de la forme d’un certain nombre de pièces et des conditions pratiques de leur réalisation ; leur fabrication ; la conception et l’exécution de leur décoration ; la conduite de leur cuisson.

Exercices sur l’emploi et l’application des couleurs, des émaux et des pâtes colorées

La cuisson des fours et des moufles et opérations accessoires

Voyages d’étude collectifs dans des centres ou des établissements industriels céramiques importants

En fin de 3e année, mission d’études individuelle dans un centre ou un établissement industriel céramique important, donnant lieu à la rédaction d’un rapport.

1908-1918. La jonction entre industriels et chercheurs enseignants

  • 21  Pinette M., « Notre bilan », in Association des anciens élèves de Sèvres, Bulletin (...)
  • 22  Ibid., p. 69.

15Créée le 1er janvier 1908, l’Association amicale des anciens élèves de l’École de céramique, en relation avec les groupements patronaux, et d’abord avec la fédération du secteur, l’Union céramique et chaufournière de France (UCCF), joue un rôle déterminant dans ces évolutions. Lors d’un banquet organisé par l’UCCF, Charles Guérineau, son secrétaire général, insiste sur la nécessité d’orienter les enseignements de l’École en fonction des besoins de l’industrie, en s’appuyant notamment sur l’Association des anciens élèves comme relais auprès de l’École et de sa tutelle. La légitimité de l’Association aux yeux de la direction de Sèvres se construit progressivement. Si, dès la fin de l’année 1913, le directeur invite le comité de l’Association à lui donner son impression sur les travaux des élèves, l’institutionnalisation de cette collaboration n’intervient qu’après la guerre, par la présence de l’Association dans les conseils ou les jurys de l’École21. Toutefois, le détail des effets concrets de cette participation aux instances de l’établissement nous échappe. Ainsi, ce n’est qu’au détour d’un témoignage que la pratique d’une « utilisation partielle des cours d’anatomie [programme 1911, tableau 3] à des leçons de législation ouvrière22 » nous est signalée. La prise en compte des besoins en entreprise va au-delà de ce qui est prévu dans les textes.

  • 23  Granger A., Notice sur les travaux scientifiques de M. Albert Granger, docteur ès (...)
  • 24  Les publications tirées de ces missions : La céramique en Allemagne et l’enseignement te (...)

16Tout cela se joue, non sur le terrain mi-clos des rapports institutionnels, mais dans le champ relativement ouvert de l’économie. La concurrence étrangère, et particulièrement allemande, se révèle être un puissant aiguillon pour ces réformes. L’activité d’Albert Granger permet d’en observer les conditions. Docteur ès sciences physiques de la faculté des sciences de Paris en 1898, celui-ci enseigne la technologie et la chimie de la céramique à l’École de 1894 à 1924, avant d’occuper une chaire du CNAM jusqu’en 193423. En 1912, il est chargé par le sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts d’une série de conférences techniques pour les fabricants de porcelaine de Limoges, à la demande de leur chambre syndicale. Sa distinction en tant que membre d’honneur de l’UCCF en 1914, puis de la chambre syndicale de la céramique et de la verrerie en 1921, éclaire ses liens avec les industriels et leurs organisations syndicales. Par ailleurs, il parcourt l’Europe (Autriche, Italie, Tchécoslovaquie, etc.) pour promouvoir Sèvres, entretenir des réseaux internationaux (il est fait membre d’honneur de la Ceramic society anglaise en 1921) et se tenir informé des innovations industrielles, scientifiques et techniques. En 1899, le ministre du Commerce le charge d’observer l’état de l’industrie céramique en Allemagne, puis en 1901, le fonctionnement de quelques laboratoires privés et officiels rendant des services aux industriels24.

  • 25  L’entreprise Guérineau s’est spécialisée dans la céramique architecturale de type (...)

17La guerre vient confirmer les faiblesses de l’industrie céramique française, de ses laboratoires et de ses formations par rapport à l’Allemagne. Par exemple, la fabrication des montres fusibles ou pyrométriques calées sur « l’échelle Seger », donnant une indication sur l’état de cuisson de la céramique, était monopolisée avant le conflit par une firme allemande. L’industriel C. Guérineau confia à Granger le soin de mener les études en vue de substituer une production française à celle d’outre-Rhin25. De même, la nécessité de la Défense nationale conduisit Sèvres à entreprendre la fabrication des pièces difficiles à façonner dans l’industrie privée. Son organisation qui ne permettait pas d’envisager une production intensive, orienta sa production vers ce qui réclamait un façonnage soigné (en particulier des grès pour l’industrie chimique) et pour laquelle les travaux de Granger, s’agissant des fours notamment, s’avérèrent cruciaux. De même, si, dès 1905, Granger étudie les matériaux réfractaires (déjà à la demande de Guérineau), c’est la guerre qui l’oblige à rechercher industriellement un moule de fabrication des creusets pour l’aluminothermie, dont l’Allemagne avait le monopole. Le processus de rapprochement engagé antérieurement à 1914, depuis au moins une décennie, entre les industriels, la Manufacture et son école, ses chercheurs et ses enseignants, encouragé par les syndicats patronaux, l’Association des anciens élèves et les pouvoirs publics, facilita la mobilisation de Sèvres pour l’effort de guerre. L’École en sortit profondément remaniée.

L’ingénieur céramiste, appui aux dynamiques d’innovation

18À la suite de la Grande Guerre, l’École de céramique se trouve enrôlée dans un double mouvement : l’institutionnalisation croissante des rapports entre l’État et le monde patronal ; la constitution d’un ordre de l’enseignement technique dans lequel celle-ci participe du supérieur. Former des ingénieurs céramistes devient l’enjeu, en vue de répondre à une palette de besoins industriels de plus en plus large.

1919-1933. Une école de l’enseignement technique supérieur

19Par arrêté du 13 mai 1919, l’École prend le titre d’École nationale de céramique. Celle-ci, assimilée aux écoles nationales d’Arts et Métiers, passe sous la tutelle de la direction de l’enseignement technique le 1er octobre 1926, tandis que la Manufacture demeure sous celle des Beaux-Arts. En 1927, une redéfinition de ses missions s’accompagne d’un changement de nom en « École nationale supérieure de céramique industrielle » (ENSCI). En 1933, cette dernière s’installe dans de nouveaux locaux à côté de ceux de la Manufacture. Trois édifices constituent la nouvelle école : l’un pour loger les élèves, les deux autres affectés à la formation :

  • 26  « L’inauguration de la nouvelle École nationale supérieure de céramique », La céramique, (...)

« Le second bâtiment comprend, outre les salles de cours, de conférence et de projection, les différents laboratoires où s’effectuent les travaux de chimie générale, de recherches et d’analyses, les essais de matières premières, de préparation de pâtes, de cuisson, de couleurs. Le troisième bâtiment représente une jolie petite usine en miniature et comporte des installations véritablement industrielles, quoique d’un format réduit, grâce auxquelles les élèves se familiarisent, dès leurs années d’études, avec les puissantes installations mécaniques des usines céramiques modernes26. »

20La céramique dispose ainsi d’un outil de formation qui se veut d’excellence en matière de techniques céramiques, résultat d’un demi-siècle d’évolution des réalités industrielles et de leur prise en compte.

  • 27  Le Bot F., « Pour l’art et pour la technique. Former à la céramique (France, 1840-1940)  (...)
  • 28  La céramique, op. cit., vol. XVII, no 312, janvier 1914, p. 19.
  • 29  Ibid., vol. XX, no 346, mars 1917, p. 68-69.
  • 30  Kuisel R. F., Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au (...)
  • 31  Le Bot F. et Perrin C., « Mobiliser l’industrie de la chaussure, mobiliser ses territoir (...)

21L’École s’inscrit désormais dans un complexe plus vaste, coordonné depuis Sèvres par l’Institut de la céramique française (ICF)27. Ce dernier résulte d’un projet initié avant la guerre par l’UCCF avec le soutien de l’État. Ainsi, lors du comité directeur de l’UCCF du 3 décembre 1913, la mise en place de ce « qu’on pourrait appeler Institut de mécanique appliqué et de céramique technique » est envisagée sur le modèle allemand, pays dans lequel des « écoles céramiques aident les fabricants28 ». Les leçons des missions de Granger en Allemagne ont été retenues. Les discussions s’accélèrent en 1917. Le chef du service technique de la céramique au ministère du Commerce promeut le projet devant plusieurs instances professionnelles29. Son ministre, Étienne Clémentel, personnage clé de l’organisation économique française durant la Grande Guerre, préconise la constitution d’une capacité de production moderne, fondée sur la technologie la plus récente, la standardisation, la fabrication en masse et sur une organisation de la recherche où se rejoindraient scientifiques et industriels30. Le ministre mène alors une politique visant à renforcer la coordination entre l’État et l’industrie par l’institution d’interlocuteurs représentatifs (création de la Confédération générale de la production française en 1919, de la Confédération générale de l’artisanat français en 1922). L’UCCF, devenue en 1917 le Syndicat des fabricants de céramique de France, avant de se transformer en Confédération des industries céramiques de France, groupant à partir de 1937 l’essentiel des fédérations et syndicats nationaux professionnels céramiques, participe de l’institutionnalisation et du renforcement de la représentation patronale durant l’entre-deux-guerres31.

  • 32  Son premier président est Jules Loebnitz, artisan de sa mise en œuvre et ancien présiden (...)
  • 33  Les ministères de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, du Commerce et de l’Industri (...)
  • 34  Ibid., titre I, art. 1er.
  • 35  Association des anciens élèves de Sèvres, Bulletin annuel, no 20, 1933, p. 67.

22L’ICF est créé à l’automne 1917 par le Syndicat des fabricants de produits céramiques de France32, reconnu d’utilité publique par la loi du 10 août 192033 et installé à Sèvres en mars 1922. Ses statuts le définissent en tant qu’« établissement d’enseignement supérieur libre », ayant « pour but de constituer ou d’élargir les cadres du personnel instruit d’ingénieurs, de contremaîtres ou d’ouvriers dont l’industrie céramique française a besoin et d’accroître les moyens techniques et artistiques propres à favoriser son développement et son extension à l’étranger34 ». L’ICF participe à la réorganisation de l’existant et à la création de nouvelles écoles ou de nouveaux cours dédiés à la céramique, notamment à la création des sections céramiques de l’École nationale professionnelle (ENP) de Vierzon en 1920 et de l’École pratique de commerce et d’industrie (EPCI) de Beauvais en 1935. Il s’agit selon les termes de l’un des responsables de l’Association des anciens élèves de Sèvres associée au projet, « de centraliser et d’organiser l’enseignement de la céramique à tous les degrés35 ».

23Dès 1920, l’École est placée sous l’influence de l’ICF. L’Institut est représenté au sein du conseil d’administration de la Manufacture puis, après la séparation de 1926, de l’École, pour laquelle il verse des subventions. Les deux entités partagent, au moins pour partie, leur personnel. Cette collaboration s’accompagne, de nouveau, d’un large remaniement des études à l’École pour tenir compte de l’assimilation désormais complète de celle-ci aux écoles des arts et métiers (tableau 4). La part des disciplines scientifiques et technologiques devient prédominante. Des cours d’hygiène, de législation ouvrière et de comptabilité industrielle sont officiellement inscrits au programme. Cette réorganisation avait pour premier impératif l’identification des connaissances exigées des candidats aux concours d’admission et, en second lieu, l’utilisation rationnelle des ateliers et du matériel important dont l’École disposait à la suite d’un aménagement financé en partie par l’ICF.

  • 36  Ibid., no 22, 1934, p. 32-32.

« [Il s’agissait] de donner aux jeunes gens, [...] la formation technique complète que doit posséder un ingénieur céramiste, accompagné des éléments de culture générale indispensables à un futur chef et encore du minimum d’éducation du goût dont ne peut se passer un technicien céramiste [...]. L’ensemble du résultat cherché a été obtenu par un dosage judicieux des cours théoriques, d’exercices d’application, de manipulations et de travaux pratiques entre lesquels on s’est efforcé d’établir un synchronisme profitable36. »

Tableau 4. – L’ENSCI : une école pour l’industrie (Bulletin de l’Association des anciens élèves, no 22, 1934, p. 37)

Répartition hebdomadaire des matières enseignées

Cours

1re année

2e année

3année

heures

heures

heures

Chimie

1,5

1,5

Technologie

1,5

1,5

1,5

Mathématiques

4,5

Mécanique-électricité

4

Histoire des styles

1,5/2 (?)

1,5/2 (?)

Composition décorative

1,5/2 (?)

Histoire de la Céramique

1

Hygiène et législation ouvrière

1

Comptabilité industrielle

1

Géologie minéralogie

1

Constructions civiles

1,5

1,5

Culture littéraire

1

1

1

Exercices pratiques et manipulations

Technologie appliquée

3

8

8

Mathématiques

1

1

Mécanique-électricité

4

Travaux pratiques

Laboratoire chimie

6

6

Laboratoire céramique

6

8

15

Atelier de fabrication

4

7

7

Modelage

3,5

Décoration céramique

1,5

Dessin

Dessin industriel

5

5

5

Dessin à vue

3

3

Études (d’après modèles)

12

12

10

Total

56

56

56

Former des ingénieurs

  • 37  Brucy G., « De Jules Ferry aux Trente Glorieuses : regard historique sur l’adéquation », (...)
  • 38  Association des anciens élèves de Sèvres, Annuaire, « Notice sur l’École nationale supér (...)

24L’appui de l’État à la constitution de l’ICF marque sa volonté, à travers la mise en place d’un ordre de l’enseignement technique et d’une hiérarchisation des diplômes, de favoriser une adéquation entre niveaux de formation et besoins de l’industrie37. S’il revient notamment à l’EPCI de Beauvais de former des ouvriers et des ouvriers qualifiés, à l’ENP de Vierzon des techniciens et des contremaîtres, l’ENSCI doit former des ingénieurs céramistes. La présentation de l’École dans l’annuaire 1939 éclaire cette logique : « Lorsque le nombre des spécialistes formés chaque année demeure strictement proportionné à l’évolution des besoins des branches industrielles considérées, comme c’est le cas à l’École nationale supérieure de céramique, le placement des élèves est aisé et les débouchés sont largement ouverts à leur activité38. » Ce raisonnement adéquationniste nourrit le projet de la direction de l’enseignement technique et de son directeur Hippolyte Luc (1934-1944), d’organiser l’enseignement technique, notamment céramique, de manière rationnelle et ordonnée. Il reste à vérifier, à partir de sources à repérer, la réalité de la « tutelle », selon le mot de Luc (document I), de l’ICF (à travers son comité d’enseignement) sur le dispositif de formation, le fonctionnement et les résultats effectifs de cet ensemble présenté en ordre : flux d’élèves et répartitions de ceux-ci en fonction des écoles, contenus des études, postes obtenus par les élèves à la sortie, etc. Les difficultés de l’ICF à collecter des souscriptions auprès des industriels, puis la taxe d’apprentissage (même si une part de ses ressources, que nous n’avons pu quantifier en l’état de la recherche, provient de subventions publiques), sont sans doute l’indice d’un écart entre planification envisagée et réalisations effectives. Il n’en demeure pas moins qu’une prise en compte des besoins de formation en relation avec les évolutions du secteur est à l’œuvre, tant du côté patronal que du côté de l’État, sous les encouragements des milieux enseignants et de la recherche, des associations d’anciens élèves et de professionnels. La réorganisation de l’École de céramique, à laquelle contribue l’ICF, participe de cette prise en compte.

  • 39  La céramique, op. cit., vol. XVII, no 317, juin 1914, p. 145. Également la der (...)
  • 40  « Commission des titres d’ingénieur. Liste des écoles publiques techniques ou reconnues (...)
  • 41  Grelon A. (dir.), Les ingénieurs de la crise. Titre et profession entre les deux (...)

25À partir de quelle date les élèves sortent-ils de l’École avec le titre d’ingénieur ? En la matière, la réponse n’est pas univoque. Dès avril 1914, C. Guérineau déclare : « La première promotion de l’École de céramique de Sèvres est sortie il y a dix ans. Les “ingénieurs céramistes” [...] est le titre que l’on peut demander de leur décerner pour les placer au rang des autres écoles techniques de l’État39. » Certains anciens élèves parmi les promotions les plus anciennes, se prévalent d’ailleurs de ce titre (annuaire 1939) qui de toute manière reste libre. À la suite de la réorganisation de 1919 (arrêté du 13 mai), il semble que l’École délivre le titre d’ingénieur céramiste ; mais c’est le décret du 6 décembre 1927, fixant le statut définitif de l’ENSCI, qui confirme son habilitation en la matière. Rappelons qu’il faut encore attendre la loi du 10 juillet 1934 pour que soit établie une commission des titres d’ingénieur, dont l’objet est de dresser chaque année la liste des établissements habilités. La première de ces listes comporte le nom de 88 établissements dont celui de l’ENSCI40. Les enjeux autour de la reconnaissance du titre d’ingénieur et de sa collation dépassent le terrain de la céramique, pour concerner à la fois l’offre en matière de formation des cadres de la société française et la définition des catégories socioprofessionnelles, en une période de crise économique exacerbant les concurrences41.

  • 42  Luc H., « Les arts du feu. L’enseignement technique », Les Arts du feu. Céramique, (...)

Document I. Une volonté de mise en ordre de l’enseignement technique de la céramique42

  • 43 Nous soulignons.

« Au sommet, l’Institut de céramique, association libre, où se rencontrent les industriels, les techniciens, les représentants de l’administration. Son domaine est à la fois de la technique et de l’enseignement. Il a pour celui-ci, son comité d’enseignement de la céramique française qui étend sa tutelle à travers toute la France, sur l’ensemble des écoles et des cours et veille à leur création, à leur organisation pédagogique et financière. Il a son laboratoire, car l’enseignement et la technique sont inséparables43, il a son bulletin où se reflète, classée, jugée, la production écrite de tous les pays, de toutes les langues, car il n’y a ni technique ni enseignement sans documentation.
Les ingénieurs céramistes sont formés à l’École supérieure de céramique de Sèvres, voisine et sœur de la Manufacture nationale [...]. Elle forme des techniciens instruits, aptes à la recherche, à l’organisation, capables d’une production moderne. Elle est, par eux, l’instrument du progrès.
L’École nationale professionnelle de Vierzon a une section de céramique que soutient et qu’utilise l’industrie berrichonne, si vivante [...]. On y prépare pour la technique et pour l’art, des adolescents capables de donner des contremaîtres, des chefs d’équipe, des chefs de bureau, de dessin. La fabrication et la décoration sont également enseignées à l’École des arts appliqués à l’industrie de Paris. L’École des beaux-arts de Limoges consacre depuis longtemps un cours à la décoration de la porcelaine, associée à l’École nationale professionnelle, elle peut former pour cette industrie d’excellents techniciens.
Quant à la céramique industrielle, on a créé pour elle une section spéciale à l’École pratique de Beauvais. Le carrelage est l’objet de cours professionnels dans plusieurs villes. Énumération trop rapide à laquelle il faut ajouter, pour la partie supérieure de la technique, le cours important du Conservatoire des arts et métiers, le laboratoire de la rue Pascal et, pour les problèmes si difficiles de la cuisson, l’institut de chauffe de la rue Michel-Ange. »

26Avec la réorganisation de 1927, le programme évolue dans le sens d’une diversification des enseignements spécialisés de façon à préparer des ingénieurs, non seulement pour les industries céramiques, mais aussi pour celles des silicates qui lui sont étroitement apparentées (verrerie, émaillerie, chaux et ciments).

  • 44  Association des anciens élèves de Sèvres, Annuaire, « Notice... », art. cité, p. 58.

« La spécialisation réalisée méthodiquement à l’École, dans la pratique d’un groupe suffisamment large de techniques industrielles permet [...] au jeune ingénieur [...] de rendre des services appréciables dès son entrée dans l’industrie [...]. Ce genre de formation spécialisée est [...] très apprécié des industriels et particulièrement favorable aux jeunes ingénieurs qui l’ont reçu, parce qu’ils peuvent accéder rapidement, [...] à des situations intéressantes44. »

  • 45  René Basquin, ancien élève (promotion 1925) de la section mécanique-dessin de l’École no (...)
  • 46  Livre du cinquantenaire, op. cit., p. 81.

27L’équipe enseignante se renouvelle, s’élargit au bénéfice de compétences accrues pour faire face aux besoins variés d’ingénieurs, avec l’arrivée de Basquin, professeur de dessin industriel45, de Bertoleaud en mécanique et électricité, de Boudier en constructions civiles, de Tellier en géologie et minéralogie, etc. Il s’agit de pourvoir aux nouveaux emplois d’une industrie céramique « prenant de jour en jour plus d’extension, grâce aux progrès techniques du feu ou de l’électricité46 ».

L’ingénieur sévrien, figure du « travailleur en chercheur salarié »

  • 47  Association des anciens élèves de Sèvres, Annuaire, 1939, op. cit.

28Entre 1893 et 1939, 272 élèves se sont inscrits à l’École de céramique, 56 n’ont pas été au terme du cursus, 30 sont en cours de formation en 1939 : au total, 186 diplômés sont sortis de l’École en un peu moins de 50 ans47. Les promotions sont réduites : entre 4 et 10 élèves par année. L’École a accueilli seulement 5 femmes, entre 1918 et 1922, dont 3 sont sorties diplômées. Cette limite en termes de mixité demanderait un examen spécifique pour lequel les archives nous font, pour l’heure, défaut.. Sur les 121 anciens élèves dont nous connaissons le lieu d’installation à la date de l’annuaire, 52 travaillent en région parisienne, 19 dans le Nord et 7 dans le Pas-de-Calais (dans la céramique pour sanitaires, les produits réfractaires, etc.), les autres sont dispersés en France. Remarquons qu’en 1939, les départements du Cher (Vierzon) et de la Haute-Vienne (Limoges), avec une forte spécialisation dans la porcelaine, n’accueillent respectivement que 2 et 1 ancien élève. Pierre de Groote, ingénieur céramiste (major de sa promotion en 1913) devenu sous-directeur de Sèvres, regrette que :

  • 48  Groote P. de, « Étude sur la crise de l’industrie porcelainière limousine », Céramique, (...)

« Depuis quarante-quatre ans que l’école existe [en fait quarante-deux], jamais un fabricant limousin n’a eu l’idée de faire instruire à Sèvres l’un de ses fils ou un jeune membre de sa famille destiné à le seconder plus tard, dans la direction de son entreprise. Extrêmement rares sont, d’autre part, les cas où les services d’un ancien élève de cette école aient été essayés ou utilisés par les fabricants de Limoges48. »

  • 49  Bulletin de la société française de céramique, no 106, janvier-mars 1975, p. 2

29De Groote est l’une de ces exceptions puisqu’il a dirigé les Établissements Haviland immédiatement après la guerre, avant d’enseigner à Sèvres49. Ses activités au sein de la principale firme de Limoges seraient à examiner. Quoi qu’il en soit, plutôt qu’un échec de l’École et de ses ingénieurs à séduire les porcelainiers, cette situation témoigne d’une industrie limougeaude en fin de cycle n’ayant pas encore adopté la culture professionnelle et les pratiques émergentes.

30Selon des chiffres de 1934, un peu plus de 6 % des anciens élèves seulement se rangent dans la catégorie « artisans céramistes d’art » (15 % de décorateurs en 1910). En revanche, 55 % se classent parmi les dirigeants et les ingénieurs de l’industrie céramique. L’ingénieur sévrien tel qu’il se dessine progressivement, est partie prenante du processus de mutation de l’industrie céramique qui, de l’art décoratif, se déploie vers la céramique technique, tout en renforçant ses liens avec les industries du silicate. Le processus de redéfinition du rôle de l’École s’ajuste à la reconfiguration de la branche. Mieux, il contribue à la dynamique d’innovation des entreprises, dans laquelle l’ingénieur sévrien figure le « travailleur en chercheur salarié ». « Ce que doit être un ingénieur » (document II), nous présente le sévrien doté des qualités « classiques » de l’ingénieur en charge de la bonne exécution des fabrications dont il est responsable. De manière également attendue, il doit œuvrer à l’adaptation technique permanente à l’industrie de progrès scientifiques continus. Mais il est aussi un chercheur en prise avec l’objet et la matière, un créateur de produits nouveaux et d’opportunités neuves de développement industriel. Le travail assigné à l’ingénieur sévrien consiste à enrichir le répertoire d’expertises dans lequel les industriels de la céramique et des Arts du feu peuvent puiser afin de le réinvestir dans l’évolution du produit et de son processus de production.

  • 50  Association des anciens élèves de Sèvres, Annuaire, « Notice... », art. cité, p. 58-60.

Document II. « Ce que doit être un ingénieur céramiste50 »

  • 51  Nous soulignons.

Dans l’application de ses techniques, l’ingénieur céramiste est avant tout un transformateur de matières. Il ne met pas simplement en œuvre, comme le constructeur ou le mécanicien, une matière déjà élaborée pour en établir des objets, des appareils, des machines ou un outillage. Son rôle essentiel pourrait alors être comparé à celui du métallurgiste ; comme ce dernier, l’ingénieur céramiste part de matières premières naturelles trouvées dans le sol, il les traite, les transforme selon les lois de la physico-chimie en les soumettant à l’action de la chaleur pour en constituer finalement, sous un état différent de leur état primitif, une matière nouvelle possédant des propriétés et des caractéristiques physiques, chimiques et mécaniques nettement définies. De cette matière ainsi élaborée doivent être, de plus en plus, produits des objets minutieusement manufacturés.
Les ingénieurs formés à l’École nationale supérieure de céramique étant destinés à constituer les cadres supérieurs des industries intéressées, doivent naturellement posséder les qualités et la compétence généralement exigées d’un ingénieur digne de ce titre. Ils doivent être non seulement aptes à assurer la bonne exécution des fabrications dont ils ont la charge, par la mise en œuvre des techniques connues et normalement en usage dans l’industrie, mais ils doivent, de plus, être capables de faire continuellement progresser ces techniques en les adaptant à l’évolution industrielle consécutive aux progrès scientifiques constamment réalisés. Ils doivent aussi pouvoir produire un effort de recherche et de création tendant à la mise au point de procédés nouveaux ou au perfectionnement des moyens de fabrication. Ils doivent être en mesure de procéder à des études de laboratoires, soit pour l’examen et le contrôle des matières premières ou des produits fabriqués, soit pour déterminer la cause de défauts ou de difficultés de fabrication, soit pour rechercher et mettre au point la matière d’un produit nouveau51.
Les établissements céramiques, les verreries, les émailleries sont pour l’essentiel, sauf quelques exceptions résultant de concentrations puissantes et bien organisées, des unités industrielles d’importance moyenne ou même modeste qui, pour cette raison, ne possèdent généralement pas un nombreux cadre d’ingénieurs. Il n’y a très fréquemment dans chaque usine ou entreprise qu’un seul ingénieur assumant la direction d’ensemble ou chargé seulement de toutes les questions techniques. Si l’usine est plus importante, elle emploie deux ou trois ingénieurs, quatre au maximum, l’un à la direction, les autres dans les services de fabrication. Il résulte de cette particularité des industries considérées que les ingénieurs formés par l’École nationale supérieure de céramique doivent être aptes à exercer leur activité, à la fois dans les services d’études et de recherches et dans ceux de fabrication, qu’ils doivent être à même de concevoir, aussi bien que d’exécuter.
Leur formation scolaire doit leur permettre, de plus, d’accéder ultérieurement, lorsque l’âge et l’expérience leur auront donné la maturité nécessaire, à des postes de direction dans lesquels ils auront à faire face à des préoccupations d’ordre commercial, comptable, social même, en plus de la fonction technique proprement dite.
De plus, un certain nombre des industries dans lesquelles les ingénieurs céramistes peuvent être employés comportent des productions dont la réalisation nécessite un certain sens esthétique. Pour cette raison, l’ingénieur céramiste doit être un homme au goût averti, capable de compréhension artistique ; il doit avoir reçu un minimum d’éducation esthétique, lui permettant de produire des objets manufacturés d’aspect harmonieux et d’un goût suffisant. »

De la conservation à l’exploration : l’irrésistible ascension des laboratoires

31L’évolution des instruments et des ressources à la disposition de l’enseignement, de la recherche et de l’entreprise, exploités en commun par le micromilieu qui s’est constitué autour, ou à côté, de l’École, favorise l’innovation technique et ouvre les possibles en matière de processus productifs et de nature des produits. Le laboratoire devient l’instrument privilégié de la reconfiguration de la filière d’une dominante vaisselière et artistique vers la céramique technique.

De l’appui du musée et de la bibliothèque à celui du laboratoire et du microscope

  • 52  Laurent S., L’art utile. Les écoles d’arts appliqués sous le Second Empire et la (...)
  • 53  Jacqué B., « Créer des motifs pour l’impression à Mulhouse au xixe siècle : la (...)
  • 54  Cf. la citation d’É. Bourgeois en début de contribution.

32L’enseignement de l’art par les modèles est un topos des milieux de l’enseignement artistique au xixe siècle52. La classe s’appuie sur les ressources du musée et de la bibliothèque. L’École de dessin de Mulhouse (1833) met à profit ses collections d’étoffes, puis son musée du dessin industriel (1857). À Limoges, l’École municipale des beaux-arts appliqués à l’industrie s’installe en 1868 dans les locaux du musée des Beaux-Arts dont les collections et la bibliothèque doivent contribuer à l’inspiration des élèves53. L’École de Sèvres émerge dans un lieu conçu comme conservatoire du goût et du savoir-faire français en matière de céramique54. Dès 1824, Brongniart a doté la Manufacture d’un musée de la céramique, régulièrement enrichi par la suite. Celle-ci conserve également une collection de modèles (les originaux en plâtre de toutes les pièces qui ont été exécutées dans ses ateliers), ainsi qu’une collection de peintures, dessins et gravures. La bibliothèque dispose d’un ensemble d’ouvrages sur la céramique et les arts décoratifs. L’exemple des moines copistes du Moyen Âge nous rappelle que copier pour apprendre, reproduire pour savoir-faire, est un héritage pédagogique ancien.

  • 55  Livre du cinquantenaire, op. cit., p. 105.

33Le laboratoire de chimie prend progressivement sa place dans le dispositif pédagogique, jusqu’à y occuper une position essentielle. Le programme de 1898 (tableau 2) permet d’observer ce glissement qui n’en est encore qu’à ses débuts : parmi l’histoire des styles, l’histoire de la céramique et les études au musée céramique, les travaux pratiques d’atelier (programme de 1894, tableau 1) se précisent (tournage, moulage, réparage, fabrications des moules), mais, surtout, les cours de chimie et de technologie céramique font leur apparition (1re et 2e années), de même que les travaux au laboratoire de chimie (3e et 4e années, section technique). Dans le programme de 1911 (tableau 3), le laboratoire occupe désormais une place centrale : manipulations de chimie, technique céramique en laboratoire, etc. Granger, qui enseigne à l’École durant trente ans, joue en la matière un rôle sans doute fondamental. Un de ses anciens élèves confirme que Granger « eut le grand mérite de comprendre que, seul professeur technique, l’avenir scientifique de l’École était entre ses mains et qu’il se devait d’élever sans cesse le niveau de son enseignement55 ».

  • 56  Cf. infra.
  • 57  Bertrand L., « Sur l’emploi en céramique des méthodes d’examen microscopique de la pétro (...)

34De fait, Granger participe d’un mouvement d’ensemble qui voit enseignants, pouvoirs publics et industriels prendre la mesure du laboratoire comme ressource pour l’enseignement, mais aussi pour l’entreprise. En 1920, la création d’une section céramique à l’ENP de Vierzon, grâce à l’engagement d’un industriel porcelainier, Marc Larchevêque, s’accompagne de l’aménagement au sein de l’ENP d’un laboratoire d’essais mécaniques (chimie, modes de cuisson, résistance) pour les travaux pratiques des élèves, mais également pour répondre aux demandes d’analyses et d’essais des entreprises56. Ces évolutions se déploient aussi à l’échelle instrumentale. En 1923, le professeur Léon Bertrand, lors d’un exposé devant les membres du Syndicat des fabricants de céramique de France sur l’utilité du microscope pour leur industrie, les invite à s’y convertir en s’appuyant sur les jeunes générations : « À l’heure où l’on se préoccupe de réorganiser la formation des ingénieurs céramistes sur des bases scientifiques, ma conviction est que cette technique devrait faire partie de leur formation, ainsi d’ailleurs que de sérieuses connaissances géologiques, pour le plus grand profit des industries céramiques57. » Formé et outillé de manière adéquate, « sur des bases scientifiques », dans un cadre propice, le laboratoire, l’ingénieur sévrien est appelé à concourir à un processus continu d’innovation.

35En 1933, lors de l’inauguration des nouveaux locaux de l’École de Sèvres, le laboratoire est installé au cœur du dispositif pédagogique :

  • 58  Souligné dans le texte.
  • 59  « Allocution de G. Lechevallier-Chevignard, directeur de l’École nationale sup (...)

« L’École [...] étant par sa définition même, consacrée à la formation d’ingénieurs58, c’est-à-dire d’hommes appelés à être à la fois des techniciens instruits et des chefs, avait pour mission d’initier ses élèves aux travaux infiniment variés de la céramique, lesquels [...] vont de la fabrication en grosses quantités des briques et des produits réfractaires à la patiente élaboration du vase le plus délicat de porcelaine. Il fallait donc que l’École pût enseigner, suivant un ordre logique, la chimie et la physique, montrer l’application de ces sciences à la céramique, susciter dans le travail du laboratoire le goût de la recherche et du progrès, développer l’esprit d’utilisation des principes exposés, donner aux jeunes gens la connaissance réelle, directe, des matières, des procédés et aussi du matériel qu’ils auraient à employer dans la suite, enfin leur assurer cette part de connaissances générales, de culture intellectuelle, artistique, morale même, sans la possession desquelles un homme ne peut prétendre diriger les autres, être un chef59. »

Laboratoires publics et privés appuis de l’industrie

  • 60  Charles Lauth (1836-1913) est à l’origine de la création en 1882 de l’École municipale d (...)
  • 61  Interview du directeur de la Manufacture de Sèvres T. Deck paru dans le journal L’égalit (...)
  • 62  Granger A., Notice sur les travaux scientifiques..., op. cit., p. 47.

36Dès la fin du xixe siècle, le lien entre laboratoire et entreprise se noue au cœur même de la Manufacture. Charles Lauth, directeur de 1879 à 1887, a pour mission en tant que chimiste d’en renouveler la production60. En 1880, assisté de Georges Vogt, son directeur de travaux techniques, il met au point une nouvelle céramique, la « dure nouvelle », composée de kaolin et de pegmatites, qui ouvre les possibilités de création des artistes de la Manufacture. Celle-ci propose également ses services aux firmes qui la sollicitent. Son successeur, Theodor Deck, rappelle que « la Manufacture de Sèvres n’est pas seulement un musée. Tous les industriels peuvent nous envoyer des terres à analyser, nous le faisons gratuitement, et ils savent ainsi, ce qu’ils peuvent produire. Nous leur indiquons le degré de cuisson, les couleurs à employer et la dureté de la pâte qu’ils obtiendront61 ». Brongniart avait établi, dans le but de se documenter sur les ressources de la France en matière premières, un service chargé aussi de répondre aux demandes d’examens de produits provenant des industriels ou des autres sections de la Manufacture. Ces études imposant un surcroît de travail au personnel, un laboratoire fut spécialement créé à cet effet en 1910. Les demandes extérieures avaient trait aux matières premières, aux propriétés, à la valeur et aux usages possibles des roches, à la fabrication de la céramique en général, ainsi qu’aux techniques de décoration. Les procédés de fabrication découverts ou appliqués à Sèvres étaient communiqués aux chimistes français qui le souhaitaient. Granger qui prend la direction du laboratoire d’essais et la conserve jusqu’en 1931 (alors même qu’il a quitté l’École pour le CNAM dès 1924), insiste sur le fait que ces travaux lui ont permis de « garder toujours un contact constant avec les industriels62 ». Avec la création de l’ICF, l’engagement du laboratoire d’essais de la Manufacture au service des entreprises se trouve renforcé.

  • 63  Boudouard O., « La Manufacture nationale de Sèvres. L’enseignement de la céramique (...)

« Il n’y a pas de barrière infranchissable entre le laboratoire et l’usine. Les deux ne peuvent pas, ne doivent pas s’ignorer, et c’est de leur union indissoluble que jaillit le progrès : la prospérité économique des nations y est étroitement liée. Soutenir le contraire, c’est se dresser contre l’évidence même des faits, c’est nier que l’essor de l’industrie au siècle dernier est dû uniquement au développement des sciences expérimentales63. »

  • 64  Grelon A., « Le développement des écoles d’ingénieurs en France face au modèle (...)
  • 65  Yeatman L., « Le laboratoire du syndicat des fabricants de produits céramiques de France (...)

37Cette citation résume bien l’état d’esprit des milieux engagés dans le développement des industries céramiques au début du xxe siècle. Le « modèle allemand », à la suite de la défaite de 1870, puis la référence anglaise, effet de l’Entente cordiale et de la Grande Guerre, « constituaient des stimulants puissants à l’idée de réforme64 ». Le laboratoire d’essais de la Ceramic society à Stoke-on-Trent et sa trentaine de chimistes fait notamment l’admiration des membres du syndicat patronal français. Munis de cet exemple, ceux-ci constituent leur propre laboratoire d’essais le 1er octobre 1919. D’abord créé dans le cadre du Comptoir des fabricants de produits réfractaires, groupement patronal adhérant au Syndicat des fabricants de céramique de France, le laboratoire passe sous la tutelle de ce dernier en 1922 car les demandes d’essais se multiplient, émanant de tous les secteurs de la branche et pas uniquement des fabricants de produits réfractaires65.

Les travaux de laboratoires au service du bien commun

  • 66  En 1895, la chambre syndicale des fabricants de porcelaine de Limoges sollicite la Socié (...)
  • 67  Dardot P. et Laval C., Commun. Essais sur la révolution au xxie siècle, Paris, La Découv (...)

38Les laboratoires ainsi constitués (laboratoire d’essais de la Manufacture, laboratoire de l’ENP de Vierzon, laboratoire d’essais du syndicat patronal, auxquels il faut ajouter le laboratoire d’essais du CNAM ou encore le laboratoire de l’École des mines66) sont des instruments au service du collectif industriel. La taille des entreprises du secteur (des PME) les oblige à mettre en commun des services dont elles n’ont pas les moyens d’assurer seules le financement ou à s’appuyer sur l’État pour le faire. Cette mise en commun permet de desserrer l’alternative privatisation/nationalisation des biens et mériterait d’être analysée dans la perspective d’une réflexion sur « le commun », d’actualité dans les sciences sociales. Ainsi, pourrait-on souscrire à la proposition suivante : « Le commun est à penser comme co-activité, et non comme co-appartenance, co-propriété ou co-possession67. » La création par les syndicats professionnels de centres de formation au profit de l’ensemble de la profession serait également à inscrire dans une perspective de commun, permettant de souligner que l’action historique des organisations patronales ne visait pas uniquement à se protéger de l’État ou des revendications des salariés, mais comportait également une dimension de coopération économique. Cette co-activité, ce commun, peut s’analyser comme l’un des ressorts des processus sociohistoriques sur lesquels porte l’enquête.

  • 68  Le Bot F., « De quoi la porcelaine de Limoges est-elle le nom ? L’affaire de la (...)
  • 69  Archives municipales de Limoges, 29S18, Syndicat national de la porcelaine, dossier « re (...)
  • 70  Centre d’animation régionale en matériau avancé, « Les céramiques industrielles. Applica (...)

39Cette force collective a contribué à l’innovation et à la reconfiguration de la branche à dominante vaisselière et décorative vers la céramique technique. Évoquons simplement ici un exemple développé par ailleurs68. En 1932, les porcelainiers de Limoges dénoncent comme contrefaçons de porcelaine, des pièces importées de Tchécoslovaquie dites en porcelite. Parmi les ressources mobilisées par le patronat pour lutter contre ces importations, figurent le laboratoire du CNAM de Granger, le laboratoire de l’ICF dirigé par le chimiste Pierre Brémond (ingénieur-docteur de l’EMPCI), le laboratoire de céramique de l’ENP de Vierzon sous la conduite de Larchevêque. Malgré des analyses très poussées dans ces laboratoires, à l’aide de médiations instrumentales et expérimentales (le four et la chaleur, les acides et les réactions chimiques), la contrefaçon ne peut être formellement démontrée et le règlement du litige passe alors par des négociations entre patrons français et tchécoslovaques. Néanmoins, ce travail collectif de prise sur l’objet et la matière permet aux chercheurs et aux industriels, chemin faisant, d’enrichir le répertoire d’expertise dans lequel ils peuvent puiser afin de le réinvestir dans l’évolution du produit et de son processus de production, contribuant au déploiement de la filière. Le travail de Larchevêque donne lieu par exemple à un compte rendu de 31 pages qui reprend notamment ses principaux résultats en matière mécanique et thermique69. Réunis dans le cadre d’une enquête à propos d’une supposée contrefaçon dans le domaine vaisselier, ceux-ci participent à l’élargissement des possibilités d’emploi de la céramique par l’industrie, car (c’est un document de 1999 qui nous l’apprend) « la variation des propriétés mécaniques avec la température est le principal obstacle limitant l’utilisation des céramiques70 ». Le travail de définition d’une contrefaçon est d’abord un apprentissage et une ouverture des possibles concernant le produit lui-même.

Conclusion

  • 71  Le Bot F., « Les ressorts du développement du district fougerais de la chaussure, xixe-xxe(...)

40Trois dynamiques méritent d’être distinguées. La formation et la recherche dans le domaine de la céramique s’institutionnalisent du fait d’efforts conjoints de l’État, des organisations patronales et des milieux scientifiques. Ces efforts débouchent sur la mise en place d’outils au profit du collectif (écoles et diplômes – dont celui d’ingénieur sévrien –, laboratoires et équipements communs) adaptés à des besoins de PME et de districts industriels. Ces communs (services collectifs, structures de formation et autres institutions) sortent les districts industriels de leurs routines71, en initiant un processus d’exploration des possibilités offertes par la céramique, notamment dans le domaine électrique. En ce sens, ces outils concourent à l’industrialisation et à la reconfiguration de la branche de la céramique vaisselière et décorative vers la céramique technique.

  • 72  Larivière J.-P., L’industrie à Limoges et dans la vallée limousine de la Vienne, Paris, PU (...)

41De ce point de vue, le cas emblématique de la firme Legrand reste à envisager. Constituée à Limoges en 1865 pour la porcelaine de table, la réalisation d’équipements électriques en porcelaine y débute en parallèle en 1919, pour y devenir exclusive en 1949 et être à la source de l’essor d’un groupe désormais spécialiste mondial en infrastructures électriques du bâtiment. C’est à travers l’utilisation du four que le glissement de l’une à l’autre des productions s’opère. La cuisson de petits objets pour l’appareillage électrique vient en effet combler les espaces vides dans le four entre les pièces de vaisselle72. L’action quotidienne du travailleur, à travers l’usage des instruments à sa disposition, participe de la recherche en entreprise et des transformations de la production et de la filière.

  • 73  Dewey J., Logique..., op. cit.

42L’ingénieur sévrien, dans une conformation toute pragmatiste, est en mesure de s’adapter aux nécessités des réorientations de l’industrie céramique. Qui plus est, son profil témoigne d’une évolution profonde de la culture professionnelle de la filière et de ses pratiques, dont il est loin cependant d’être l’unique acteur. Les Sévriens sont très peu employés à Limoges, mais leurs travaux y sont présentés et leurs expertises sollicitées, fertilisant l’industrie limougeaude et engageant sa progressive réorientation. Le parcours de professionnels tel qu’Albert Granger, scientifique et praticien, chercheur et enseignant, circulant en France et à l’étranger, entre milieux industriels et de l’enseignement technique, ayant l’oreille des pouvoirs publics et capable, peu ou prou, de prendre la mesure des besoins de l’industrie, est un vecteur essentiel de ce changement de culture. D’autres parcours, tels ceux de l’ingénieur sévrien de Groote ou encore du chimiste de Brémond, prolongent ce chemin. Finalement, la démonstration plaide elle-même pour une dimension pragmatiste de l’approche sociohistorienne, considérant que les fins recherchées par les hommes sont modifiées par les moyens que ceux-ci explorent, développent et mobilisent et, qu’en bonne pratique, l’enquête en sciences sociales doit savoir tenir compte de ce réajustement constant des fins et de leurs moyens, de la construction et reconstruction continue de l’expérience73.

Notes

2  Émile Bourgeois, administrateur de la Manufacture nationale de céramique de Sèvres (1909-1920), banquet de l’Union céramique et chaufournière de France, 2 avril 1914, La céramique, revue mensuelle illustrée, vol. XVII, no 317, juin 1914, p. 149. É. Bourgeois (1857-1934), professeur d’histoire à la Sorbonne, est administrateur de la Manufacture de 1909 à 1920, qu’il quitte pour rejoindre l’Académie des sciences morales et politiques. Il est alors remplacé par Georges Lechevallier-Chevignard. Papillon G. et Savreux M., Musée céramique de Sèvres, Paris, Henri Laurens, 1921, p. 173-174.

3  Dewey J., Logique. La théorie de l’enquête, Paris, PUF, 1993 [1938].

4  Par reconfiguration, nous entendons le changement progressif – sur plusieurs décennies – de spécialisation de l’industrie céramique, de la dominante vaisselière et décorative à la céramique technique. Ce terme de reconfiguration nous semble propre à s’inscrire dans un lexique d’histoire pragmatique qui motive également notre démarche.

5  En reprenant sur ce terrain March J. G., « Exploration and Exploitation in Organizational Learning », art. cité.

6  Lescure M. (dir.), La mobilisation du territoire. Les districts industriels en Europe occidentale du xviie au xxe siècle, Paris, CHEFF, 2006.

7  La notion de prise est empruntée à Bessy C. et Chateauraynaud F., Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Pétra, 2014 [1995].

8  Lechevallier-Chevignard G., La Manufacture de porcelaine de Sèvres, Paris, Renouard, 1908, t. 1, p. 161.

9  Ibid., p. 163.

10  Association amicale des anciens élèves de l’École nationale supérieure de céramique de Sèvres, Livre du cinquantenaire de l’École nationale supérieure de céramique de Sèvres, non précisé, 1943, p. 15-16.

11  Journal officiel de la République française (JORF), Débats parlementaires. Chambre des députés, séance du 24 novembre 1890, p. 2224-2241.

12  Lechevallier-Chevignard G., op. cit., t. 2, p. 25. D’après les Archives de la Manufacture nationale de Sèvres (AMS), carton U48, liasse 1, dossier de presse sur le projet de suppression, 1890.

13  AMS, carton U31, liasse 1, dossier 1, installations, 1894-1899.

14 Source : Livre du cinquantenaire..., op. cit., p. 20.

15  Ibid., p. 46-47.

16  Ibid., p. 21.

17  Ibid., p. 24.

18  AMS, carton U31, liasse 4, rapport présenté par V. Champier au nom de la commission au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. Copie manuscrite, 1909, 11 p.

19 Livre du cinquantenaire..., op. cit., p. 6.

20  Idem.

21  Pinette M., « Notre bilan », in Association des anciens élèves de Sèvres, Bulletin annuel, no 20, 1933, p. 67-72.

22  Ibid., p. 69.

23  Granger A., Notice sur les travaux scientifiques de M. Albert Granger, docteur ès sciences, chef des laboratoires d’essai à la Manufacture nationale de Sèvres, professeur de technologie de la céramique, du verre et du ciment à l’École de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris, Paris, Gauthier-Villars, 1924 ; « Note biographique : A. Granger 1867-1935 », Céramique, verrerie, émaillerie, avril 1935, p. 117, 159 ; « Notice A. Granger », in Livre du cinquantenaire..., op. cit., p. 104-106 ; Petrissand A., « Granger A. 1866-1935, chargé de cours de céramique, chaux et ciment (1924-1934) », in Fontanon C. et Grelon A. (dir.), Les professeurs du Conservatoire national des Arts et Métiers. Dictionnaire biographique, 1794-1955, Paris, INRP/CNAM, 1994, vol. 1, p. 582-583.

24  Les publications tirées de ces missions : La céramique en Allemagne et l’enseignement technique relatif à cette industrie, rapport présenté à M. le ministre du Commerce, de l’Industrie, des Postes et télégraphes, Paris, Imprimerie nationale, 1900 ; « Conférence faite à la chambre syndicale de la céramique et de la verrerie sur la situation de l’industrie céramique allemande », 1900 ; « Les laboratoires d’essais de l’industrie céramique en Allemagne, conférence faite à la chambre syndicale de la céramique et de la verrerie », 1901 ; Étude de quelques laboratoires industriels et des Écoles techniques supérieures en Allemagne, rapport présenté à M. le ministre du Commerce..., Paris, Imprimerie nationale, 1901 ; « L’enseignement de la chimie dans les écoles techniques supérieures en Allemagne », Revue générale de Chimie pure et appliquée, IV, 1901, p. 653.

25  L’entreprise Guérineau s’est spécialisée dans la céramique architecturale de type art nouveau, après s’être consacrée à la céramique décorative appliquée à la fumisterie (les cheminées). Cartier J. et Morisson H., La céramique architecturale des années 1900 dans le Beauvaisis. Catalogue d’exposition, Beauvais, musée départemental de l’Oise, 1980, p. 65.

26  « L’inauguration de la nouvelle École nationale supérieure de céramique », La céramique, revue mensuelle illustrée, vol. XXXVI, no 541, avril 1933, p. 78-83.

27  Le Bot F., « Pour l’art et pour la technique. Former à la céramique (France, 1840-1940) », Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines, no 2, 2014, p. 113-134.

28  La céramique, op. cit., vol. XVII, no 312, janvier 1914, p. 19.

29  Ibid., vol. XX, no 346, mars 1917, p. 68-69.

30  Kuisel R. F., Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xxe siècle, Paris, Gallimard, 1984.

31  Le Bot F. et Perrin C., « Mobiliser l’industrie de la chaussure, mobiliser ses territoires », Terrains & Travaux, no 19, 2011, p. 205-224.

32  Son premier président est Jules Loebnitz, artisan de sa mise en œuvre et ancien président de l’UCCF. La céramique, op. cit., vol. XX, no 357, décembre 1917, p. 210, séance du comité directeur du 7 novembre 1917. C. Guérineau est l’un de ses successeurs. Ibid., vol. XXVII, no 431, janvier 1924, p. 268.

33  Les ministères de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, du Commerce et de l’Industrie sont représentés au sein de son conseil d’administration. Les autres membres sont choisis parmi des industriels, des savants et des artistes du secteur. JORF, ICF, statuts, titre II, art. 4, 12 août 1920, p. 11710.

34  Ibid., titre I, art. 1er.

35  Association des anciens élèves de Sèvres, Bulletin annuel, no 20, 1933, p. 67.

36  Ibid., no 22, 1934, p. 32-32.

37  Brucy G., « De Jules Ferry aux Trente Glorieuses : regard historique sur l’adéquation », in Giret J.-F., Lopez A. et Rose J. (dir.), Des formations pour quels emplois ?, Paris, La Découverte, 2005, p. 25-46.

38  Association des anciens élèves de Sèvres, Annuaire, « Notice sur l’École nationale supérieure de céramique de Sèvres », 1939, p. 58.

39  La céramique, op. cit., vol. XVII, no 317, juin 1914, p. 145. Également la dernière phrase de la citation en exergue datant aussi d’avril 1914.

40  « Commission des titres d’ingénieur. Liste des écoles publiques techniques ou reconnues par l’État délivrant le titre d’ingénieur, et des écoles techniques privées ayant effectué le dépôt des diplômes d’ingénieur conformément à l’article 11, loi du 10 juillet 1934 », JORF, 26 juillet 1936, p. 7867.

41  Grelon A. (dir.), Les ingénieurs de la crise. Titre et profession entre les deux guerres, Paris, EHESS, 1986.

42  Luc H., « Les arts du feu. L’enseignement technique », Les Arts du feu. Céramique, verrerie, vitraux, émaux, revue mensuelle, no 1, mai 1938, p. 1.

43 Nous soulignons.

44  Association des anciens élèves de Sèvres, Annuaire, « Notice... », art. cité, p. 58.

45  René Basquin, ancien élève (promotion 1925) de la section mécanique-dessin de l’École normale de l’enseignement technique (ENET), dirige cette école devenue supérieure (ENSET) de 1957 à 1970. Son empreinte sur l’institution est durable. Le Bot F., « Quelle place pour l’ENET-ENSET-ENEP-ENS Cachan, 1891/1912-2012/2018 ? », in Le Bot F., Albe V., Bodé G., Brucy G. et Chatel É. (dir.), L’ENS Cachan. Le siècle d’une grande école pour les sciences, les techniques et la société, Rennes, PUR, 2013, p. 69-71.

46  Livre du cinquantenaire, op. cit., p. 81.

47  Association des anciens élèves de Sèvres, Annuaire, 1939, op. cit.

48  Groote P. de, « Étude sur la crise de l’industrie porcelainière limousine », Céramique, verrerie, émaillerie, novembre 1935, p. 388.

49  Bulletin de la société française de céramique, no 106, janvier-mars 1975, p. 2.

50  Association des anciens élèves de Sèvres, Annuaire, « Notice... », art. cité, p. 58-60.

51  Nous soulignons.

52  Laurent S., L’art utile. Les écoles d’arts appliqués sous le Second Empire et la Troisième République, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 127.

53  Jacqué B., « Créer des motifs pour l’impression à Mulhouse au xixe siècle : la formation et ses limites », in Lamard P. et Stoskopf N., Art et industrie, xviie-xxie siècle, Paris, Picard, 2013, p. 135-136.

54  Cf. la citation d’É. Bourgeois en début de contribution.

55  Livre du cinquantenaire, op. cit., p. 105.

56  Cf. infra.

57  Bertrand L., « Sur l’emploi en céramique des méthodes d’examen microscopique de la pétrographie dans l’étude de la structure des argiles et de leur transformation à la cuisson », La céramique, vol. XXVI, no 424, juin 1923, p. 190. Bertrand (1869-1947) est docteur ès sciences, professeur de pétrographie à la faculté des sciences de l’université de Paris et à l’École centrale des arts et manufactures de Paris.

58  Souligné dans le texte.

59  « Allocution de G. Lechevallier-Chevignard, directeur de l’École nationale supérieure de céramique de Sèvres », in « L’inauguration de la nouvelle École... », La céramique, vol. XXXVI, no 541, avril 1933, p. 80. Concernant la préoccupation de se donner des chefs : Cohen Y., Le siècle des chefs. Une histoire transnationale du commandement et de l’autorité, 1890-1940, Paris, Amsterdam, 2013.

60  Charles Lauth (1836-1913) est à l’origine de la création en 1882 de l’École municipale de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris, dont il prend la direction de 1897 à 1904. Granger y est chargé de conférences en 1898. Beyer V. et Schmitt J.-M., « Lauth C. », in Baechler C. et Kintz J.-P. (dir.), Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, Strasbourg, Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, vol. 23, 1994, p. 2246. L’EMPCI, en précurseur de Sèvres, installe les expériences de laboratoire au cœur de son programme d’enseignement qui vise à former des scientifiques pour l’industrie. Shinn T., « Des sciences industrielles aux sciences fondamentales. La mutation de l’École supérieure de physique et de chimie (1882-1970) », Revue française de sociologie, vol. XXII, no 2, 1981, p. 167-182.

61  Interview du directeur de la Manufacture de Sèvres T. Deck paru dans le journal L’égalité, 22 octobre 1890.

62  Granger A., Notice sur les travaux scientifiques..., op. cit., p. 47.

63  Boudouard O., « La Manufacture nationale de Sèvres. L’enseignement de la céramique en France », La céramique, vol. XXI, no 363, 1er juin 1918, p. 79.

64  Grelon A., « Le développement des écoles d’ingénieurs en France face au modèle allemand à la fin du xixe siècle », in Joly H., Formation des élites..., op. cit., p. 42.

65  Yeatman L., « Le laboratoire du syndicat des fabricants de produits céramiques de France », La céramique, vol. XXV, no 411, mai 1922, p. 1129-1132.

66  En 1895, la chambre syndicale des fabricants de porcelaine de Limoges sollicite la Société d’encouragement pour l’industrie nationale afin de faire procéder à une étude des pâtes et couvertes céramiques. Celle-ci confie cette mission à un adjoint d’Henry Le Chatelier au laboratoire de l’École des mines. Letté M., Henry Le Chatelier, 1850-1936, ou la science appliquée à l’industrie, Rennes, PUR, 2004, p. 90-91.

67  Dardot P. et Laval C., Commun. Essais sur la révolution au xxie siècle, Paris, La Découverte, 2014, p. 48.

68  Le Bot F., « De quoi la porcelaine de Limoges est-elle le nom ? L’affaire de la porcelite tchèque. Années 1930 », Entreprises et histoire, no 78, avril 2015, p. 89-99.

69  Archives municipales de Limoges, 29S18, Syndicat national de la porcelaine, dossier « renseignements fournis par M. Larchevêque », 1933. À propos de la résistance au choc, celui-ci signale que « depuis deux ans, M. le Dr Pierre Brémond, chef des laboratoires de l’ICF et de Sèvres, poursuit cette étude par l’emploi de ses ingénieuses méthodes scientifiques dont il a le secret, dans cette question extrêmement complexe où interviennent à la fois : cohésion, porosité, élasticité, forme de la pièce, le point et la violence du choc, etc. ». Souligné dans le texte, p. 35.

70  Centre d’animation régionale en matériau avancé, « Les céramiques industrielles. Applications industrielles et développements potentiels dans les Alpes-Maritimes. Rapport », octobre 1999, p. 38, [http://www.materiatech-carma.net/html/pdf/RapportCeramiquesIndustrielles_CARMA.pdf], consulté le 30 juin 2014.

71  Le Bot F., « Les ressorts du développement du district fougerais de la chaussure, xixe-xxe siècle », in Lescure M. (dir.), La mobilisation du territoire, op. cit., p. 139-166.

72  Larivière J.-P., L’industrie à Limoges et dans la vallée limousine de la Vienne, Paris, PUF, 1968, p. 144.

73  Dewey J., Logique..., op. cit.

Notes de fin

*  Je remercie Christian Bessy, Anne Bidois, Pierre Boisard, Guy Brucy, Claude Didry, Virginie Fonteneau, André Grelon, Catherine Kounelis, Alain P. Michel et Cédric Perrin pour leurs précieuses relectures. Un remerciement particulier aux étudiants du master en sciences sociales de l’ENS Cachan, Louis Bissières, Lucie Pallesi et Thomas Vonderscher.

Auteur

Florent Le Bot est historien à l’IDHES Évry, université d’Évry Val d’Essonne – université Paris-Saclay. Il a notamment publié avec C. Perrin, Les chemins de l’industrialisation en Espagne et en France. Les PME et le développement des territoires (xviiie-xxiè siècles), Bruxelles, P.I.E./Peter Lang, 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540