Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le chanteur Hésiode

 | 
Gérard Lambin

Conclusion générale

Texte intégral

Britannicus
Ne m’as-tu point flatté d’une fausse espérance ? Puis-je sur ton récit fonder quelque assurance, Narcisse ?

Narcisse
Oui. Mais, seigneur, ce n’est pas en ces lieux Qu’il faut développer ce mystère à vos yeux. Sortons. Qu’attendez-vous ?
Jean Racine.

1Il est une solution bien meilleure que celle adoptée jadis par Maurice Croiset ou Pierre Waltz, et qui permet de laisser à Hésiode aussi bien la Théogonie que Les Travaux et les jours, mais également le Bouclier et les fragments. Cette solution, qui ne condamne ni ne sacrifie rien, est proche de celle apportée à la question homérique dans Homère le Compagnon. Elle reprend aussi, en les développant et justifiant, les conclusions auxquelles Gregory Nagy, notamment, est arrivé déjà.

2Admettons en effet qu’Hésiode soit un nom collectif. La dualité du je et du il ne fait plus difficulté, le poète de la Théogonie ayant simplement voulu affirmer son ambition d’aller au-delà de ce dont se contentaient les autres poètes ainsi nommés. Il s’est distingué d’Hésiode tout en restant Hésiode ; le je était aussi un il, aussi bien que le tu ne faisait qu’un avec le vous, parce que le poète restait fidèle à la manière hésiodique, tout en voulant aller plus loin (ou plus haut) que ses prédécesseurs, comme il restait attaché aux sources populaires de la poésie béotienne. Car

  • 1 Robert Lamberton, Hesiod, New Haven et Londres (Yale University Press), 1988, p. 34.

we are dealing here with a body of pœtry whose relationship to tradition is strikingly different from that of subsequent pœtry1.

  • 2 Cf. John Pinsent, « Bœotian Epic », dans les Actes du troisième congrès international sur la Béotie (...)

3Il semble donc que la Béotie ait connu, au VIIIe siècle avant J.-C., une vie poétique aussi brillante qu’au temps de Corinne ou Pindare. Faut-il parler d’une école béotienne2 ? Probablement, à condition de ne pas donner un sens trop étroit au mot « école ». Car l’unité de l’« école » était peut-être moins liée à la forme ou l’inspiration qu’à l’origine des poètes, tous héritiers d’une antique poésie pastorale, dont l’existence n’est pas plus douteuse en Béotie que dans les autres lieux de la Grèce archaïque. La suite de notre étude l’a confirmé : derrière la poésie hésiodique se profile assez clairement une poésie, très différente de grandes œuvres telles que la Théogonie ou les Travaux, dont les thèmes usuels doivent avoir été proches de ceux qu’ont repris les poètes bucoliques.

4Même l’auteur de la Théogonie, l’Hésiode qui veut dépasser Hésiode, ne renie pas les « pâtres vivant aux champs ». Il reste l’un d’eux en ce que sa formation première — le mot a sans doute quelque chose d’excessif — fut celle d’un poète populaire, d’un chanteur au sens le plus ordinaire du terme. Aussi parlerons-nous d’une différence de degré, grâce à laquelle on put passer du chant rustique, dont tout berger un peu doué maîtrisait les formes simples, au bel canto (le « beau chant » de la Théogonie, v. 22, le « chant éclatant » des Travaux, v. 659), qui appela presque immanquablement une inspiration plus haute.

  • 3 Poétique, 1449 a 27-28.
  • 4 Il en a déjà été question dans Homère le Compagnon, Paris (CNRS Éditions), 1995, p. 58-61.

5Ce qui caractérisait ce bd canto ? D’abord un mètre assez rigide, mal adapté au rythme naturel du grec — Aristote le remarquait déjà3 —, celui que l’on devait employer pour chanter les grands dans les cours des roitelets mycéniens, bien que son origine reste discutée4. À ce vers noble, l’hexamètre dactylique, convenaient surtout les « paroles », les « mots » (cm)) déclamés, voire psalmodiés au son de la phorminx ou d’un instrument de ce genre, comme la cithare évoquée indirectement dans la Théogonie (v. 95). D’où le nom de la poésie épique, poésie « de mots » mieux faite pour l’éloge, le rappel des hauts faits, la généalogie des dieux et des hommes, la légende, le discours moral ou sapiential, et même le blâme, que pour l’évocation des amours agrestes ou de la vie pastorale.

  • 5 Voir surtout Richard Janko, Homer, Hesiod and the Hymns. Diachronic Development in epic Diction, Ca (...)

6Mais non moins caractéristique était la langue, à laquelle le bel canto devait assurément une grande part de son éclat. Or, cette langue hésiodique, qui est aussi la langue homérique — nous simplifions à peine, tant il faut les examiner de près, en se livrant de préférence à des études statistiques, pour percevoir leurs différences5 —, est une langue littéraire et panhellénique, où se mêlent essentiellement des éléments éoliens et surtout ioniens, plus différente encore du dialecte parlé au cœur de la Béotie que celle de la lyrique chorale. Et ce poète béotien porte un nom qui n’est pas béotien (on attendrait, encore une fois, Eἰσίοδος plutôt que ’Hσίοδος), un nom qui, cependant, n’est pas ionien, à cause de l’aspiration, mais panhellénique ou bien attique, comme celui d’Homère.

7Il est surprenant qu’on ne s’en soit pas étonné, comme si l’influence et donc l’antériorité d’Homère allaient de soi, comme s’il était naturel, pour un poète-paysan béotien, d’imiter la langue et la manière du supposé « père fondateur » de la grande poésie ionienne.

He had listened to pœtry in the Ionian hexameter style in such quantity and with such attention that he had become able to compose it himself,

  • 6 Dans les Prolegomena de son commentaire des Travaux (Oxford [Clarendon Press], 1978), p. 31 ; cf. p (...)

8estime ainsi Martin L. West6, en ajoutant qu’existaient peut-être déjà, dans la région de Thespies, une certaine « activité rhapsodique », voire des compétitions poétiques.

9Imagine-t-on pourtant un pâtre berrichon empruntant avec succès, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, la langue et l’inspiration de Racine ou Bossuet ? L’écart devait n’être pas moins grand entre la poésie épique et les chansons pastorales de Béotie, quelque vingt-cinq siècles plus tôt.

  • 7 « La Question homérique. Pour une réouverture du débat », Revue des Études Grecques, 103 (1990), p. (...)

10Une première hypothèse trouve un appui dans le roman hésiodique : ce père venu de Cumè ne serait-il pas, en fait, un père spirituel ? Ne représenterait-il pas celui ou ceux qui firent connaître à de modestes poètes locaux la grande poésie à laquelle est attaché le nom d’Homère ? Cette importation d’une poésie venue de la rive orientale de la mer Égée ne va pas, toutefois, sans difficulté. D’abord parce qu’elle ne rend pas très bien compte de la formation, du long apprentissage auquel dut se soumettre Hésiode pour maîtriser parfaitement une langue si particulière et les techniques de la composition formulaire. Ensuite parce que l’antériorité des poèmes homériques, le plus souvent reçue comme une évidence, a pu être mise en cause dès l’Antiquité (cf. les textes 1. a., § 4 ; 1. b. ; 1. c. ; 5. c.). Alain Ballabriga croit même que le texte homérique est, inversement, tributaire de la Théogonie dans une demi-douzaine de passages7. Encore ne faut-il pas oublier que ces rencontres et quelques autres — parfois des citations littérales, dont nous avons signalé un certain nombre dans les notes aux passages traduits — pourraient également s’expliquer par deux emprunts parallèles à une même source.

11Une seconde hypothèse aura donc notre préférence. Elle consiste à supposer

121. que la Béotie a connu à l’époque mycénienne, comme le reste de la Grèce, une vie artistique et littéraire portant l’empreinte à la fois de la tradition indo-européenne et de la tradition minœnne ;

  • 8 Ses habitants auraient émigré en si grand nombre vers l’Éolie, mais également l’Ionie, que, dès les (...)

132. que même le dépeuplement de la Béotie, dès avant ce qu’il est convenu d’appeler les siècles obscurs8, ne fit pas disparaître toute vie poétique, pas plus qu’elle ne la réduisit à de maigres productions populaires ;

143. que ce qui restait de la grande poésie garda, aussi fidèlement que la poésie des émigrants partis vers l’Asie, la langue, le mètre, les techniques de composition des maîtres anciens. Peut-être faut-il ajouter que

  • 9 Pierre Guillon, La Béotie antique, Paris (Belles Lettres), 1948, p. 58.

les sanctuaires béotiens et les familles sacerdotales ont eu leur part dans la tradition du mètre et du style dactylique, le style savant des hymnes et des prières avant d’être celui de l’épopée : ils ont pu pour le moins contribuer à en fixer et à en transmettre l’usage, le rythme et le vocabulaire propres, étrangers à la langue usuelle9 ;

  • 10 Michel Lejeune, Phonétique historique du mycénien et du grec ancien, Paris (Klincksieck), 1972, § 2 (...)

154. que, malgré la distance et les difficultés de l’époque, des échanges subsistèrent entre les deux rives de la mer Égée, qui permirent aux deux « écoles », européenne et asiatique, de ne pas trop diverger. Leur langue, surtout, resta panhellénique, grâce, en particulier, à la commune adoption, si fréquente, du trait le plus visible du dialecte ionien, l’évolution du a long vers un e long ouvert (noté η), évolution qui n’est pas encore achevée dans l’ionien d’Amorgos, Naxos ou Céos au VIIe et même au VIe siècle avant J.-C., mais plus ancienne dans l’ionien d’Asie, comme dans celui de l’Attique et de l’île d’Eubée10, qui toutes deux ont pu jouer un rôle déterminant.

  • 11 A. Hœkstra, art. cit., p. 212-225 (cf. p. 209); J. A. Notopoulos, « Homer, Hesiod and the Achaean h (...)
  • 12 Cf. Carlo O. Pavese, art. cit., p. 81-82 et 87.

16Le premier point est quasi certain, et les deux suivants plus que probables — on ne peut mieux faire, à leur propos, que de renvoyer à l’article un peu ancien d’Arie Hœkstra, sur Hésiode et la tradition orale, et à celui que James A. Notopoulos a consacré à la survivance de la poésie populaire « achéenne »11. Seul le dernier reste hypothétique, encore qu’il n’ait rien d’invraisemblable et que l’on puisse invoquer à nouveau l’origine prétendument cuméenne de la famille d’Hésiode. Car il paraît difficile d’admettre que les œuvres épiques non homériques, composées dans le dialecte de leur auteur et de leurs premiers auditeurs, auraient dû leur coloration ionienne à une « édition » faite, à Athènes, vers la fin du VIe siècle12. Mais surtout nous pouvons maintenant rendre compte de tout le développement de la poésie hésiodique.

17Admettons en effet la survie, en Béotie, entre le XIe et le VIIIe siècle, d’une grande poésie. Des chanteurs, des aèdes subsistaient donc, capables de glorifier aussi bien les héros de jadis que les dieux ou les « rois » évoqués, sous des jours bien différents, dans les Travaux comme dans la Théogonie. Et, qu’ils fussent uniquement des poètes, à la libre inspiration, ou, ce qui est plus vraisemblable, des chantres à la solde des grands — on peut imaginer aussi des « rois »-poètes, comme Achille dans l’Iliade (IX, v. 186-191), ou, à une autre époque, le duc d’Aquitaine Guilhem IX (1071 - 1126), premier troubadour et premier poète en langue vulgaire de l’Europe médiévale —, ils pouvaient former des disciples, transmettre un art d’autant plus précieux que les temps lui étaient moins favorables.

  • 13 Cf. Françoise Bader, « Persée, ΠEPΘΩ et l’expression archaïque du temps en indo-européen », Bulleti (...)

18Ces poètes, héritiers d’une antique tradition qu’ils entendaient servir avec fidélité, étaient par là même anonymes. Un nom collectif suffisait à les désigner : ’Hσίοδος Ils étaient la tradition, ils étaient Hésiode comme les aèdes ioniens, et jusqu’à l’Homéride Cunaithos de Chios, vers la fin du VIe siècle, étaient Homère. Le cousinage que leur prête le roman hésiodique était donc bien réel : Hésiode et Homère appartenaient à la même famille, dont les deux branches commençaient pourtant à s’écarter — deux cousins, non pas deux frères ou un père et son fils. L’un était le Compagnon — ainsi comprenons-nous ’ʹOμηρος —, l’autre Celui-qui-lance-la-voix (ou le-chant) ou Celui-qui-aime-la-route (ou le-voyage). Malgré l’appui que paraît donner à la première explication l’auteur de la Théogonie, on préférera probablement la seconde, meilleure du point de vue phonétique et morphologique (un composé de dépendance progressif du type de τερψίμζροτος, « qui charme les mortels », avec pour premier élément le thème de ἥδομαι, élargi en *-ti- ou en *-s-i-13). La confirme l’image donnée du chanteur, qui est aussi un rhapsode, dans le fragment 357 Merkelbach-West, image elle-même confirmée par Platon, puis Lucien et l’historien Nicoclès de Sparte.

19Car le chanteur Hésiode aimait la route et les voyages. Sans être pour autant un poète errant, il lui arrivait d’aller à Délos, à Aulis, à Chalcis, à Naupacte — on aura reconnu des villes citées dans le roman hésiodique et, pour trois d’entre elles, dans l’œuvre même — ; il lui arrivait de montrer son talent à l’occasion d’une fête, dont il rehaussait l’éclat, voire de participer à un concours poétique, comme encore Ion, dans le dialogue de Platon qui porte son nom.

20La rencontre d’Hésiode et Homère à Délos, surtout, est remarquable, pour ne rien dire de leur prétendue rivalité. Elle montre que les deux traditions, de l’école européenne et de l’école asiatique — de ceux qui étaient restés, de ceux qui étaient partis ; de ceux qui chantaient l’audace d’entreprendre et de ceux qui préféraient une vie rustique et plus sûre —, pouvaient être appréciées au même endroit, au même moment, et s’influencer mutuellement. Elle montre également que les deux chanteurs pouvaient se produire loin de chez eux, où pourtant devait les retenir habituellement leur service auprès d’un « roi » ou d’une coterie d’aristocrates assez comparables à ceux de l’Odyssée : on ne va chercher ailleurs que les δημιοεργοί, ceux qui travaillent dans l’intérêt de la population, devins, médecins, ouvriers du bois, mais aussi chanteurs inspirés, lit-on dans le même poème (XVII, v. 382-386).

  • 14 Martin L. West préfère aussi le croire dans son commentaire des Travaux (p. 32), alors qu’Albin Les (...)

21Cela dit aussi l’importance acquise par les poètes ayant pu s’élever au-dessus du quotidien, jusqu’aux sommets où soufflent, non pas l’esprit, mais les Muses (cf. Théogonie, v. 31). Car elles sont ce qui attire vers le haut — l’Hélicon et même l’Olympe —, la noble inspiration de ceux que ne comble pas le chant d’une réalité trop plate. Elles sont également celles qui savent, et des formatrices — ce rôle pédagogique est affirmé dans la Théogonie (v. 22 ; cf. v. 27-28) comme dans les Travaux (v. 662) —, des formatrices qui enseignent aux meilleurs à chanter « un beau chant », « un hymne qu’aucun dieu n’a dit ». Ce qui fait d’un grand poète un δημιοεργóς que l’on peut faire venir de loin, parce qu’il ne pratique pas seulement un art d’agrément, pour quelques privilégiés, c’est donc à la fois son inspiration et sa formation. Or, cette formation, il ne pouvait la devoir, concrètement, qu’à un autre poète, devenu un maître à tous les sens du terme14.

  • 15 L’Épopée. Genèse d’un genre littéraire en Grèce, Presses universitaires de Rennes, 1999, notamment (...)

22Le rôle social des chanteurs, dans un monde où la division du travail restait faible, était ainsi d’autant plus important que, non contents d’apaiser les chagrins, de faire oublier les soucis par la douceur de leur voix, ils étaient les détenteurs du savoir — savoir concernant les dieux, les héros, les « rois » et autres grands, mais aussi la vie de chacun, dès lors ennoblie — et de la technique permettant de donner au savoir l’écrin qui lui convenait. Gardiens d’une culture longtemps menacée, ils prolongeaient l’action des clercs indo-européens, dont nous avons parlé ailleurs15.

23Encore faut-il souligner une différence, probablement liée à la situation de la Béotie, dépeuplée, appauvrie, entre le XIe siècle (et même la seconde moitié du XIIe) et le IXe : aucune trace d’un compagnonnage poétique comparable à celui que l’Ionie a connu — celui des aèdes, c’est-à-dire Homère, puis de leurs héritiers directs, les Homérides. L’existence, vers la fin du IIIe siècle avant J.-C., d’une association hésiodique pour les sacrifices aux Muses héliconiennes, ou, plus littéralement, de « cosacrificateurs hésiodiques » (συνθύται ’Hσιóδειοι), n’y change rien : ces « cosacrificateurs » avaient simplement mis leur association sous le patronage du plus illustre — croyaient-ils — de leurs compatriotes. La grande poésie n’a probablement jamais eu, en Béotie, même au VIIIe siècle, l’importance qu’elle a pu trouver de l’autre côté de la mer Égée. Elle paraît, surtout, avoir été le fait de poètes indépendants, isolés géographiquement mais volontiers montrant leur talent loin de chez eux, et liés par une même tradition, que plus d’un se chargea de transmettre.

  • 16 Il faut donc nuancer le jugement de Marie-Christine Leclerc (La Parole chez Hésiode, Paris [Belles (...)

24Tel fut le chanteur Hésiode, clairement distingué d’Homère et pourtant si proche, pas seulement par la langue et la technique poétique. Tous deux étaient des figures tutélaires, immédiatement reconnaissables à leur « empreinte » (χαραϰτήρ), et tous deux étaient des « chanteurs » : cela est dit clairement dans le premier vers du fragment 357 Merkelbach-West, dont les deuxième et troisième vers associent les deux poètes dans une même célébration d’Apollon. Tous deux, enfin, maintenaient un lien entre l’Europe et l’Asie, le monde d’avant l’émigration et celui d’après16.

  • 17 Cf. L’Épopée, p. 187.

25La poésie de l’un reposait toutefois sur un substrat : la poésie populaire, et surtout pastorale, de Béotie. Est-ce à cela qu’elle devait sa douceur, attestée par Alcée de Messénie, Velleius Paterculus, Quintilien et Denys d’Halicarnasse ? Peut-être en partie. Rien de tel, en revanche, pour la poésie de l’autre, née parmi des hommes venus d’un peu toute la Grèce, obligés d’inventer une nouvelle manière de vivre ensemble, de trouver aussi une mythologie nouvelle, héroïque et non plus seulement divine, intégrant une histoire traumatisante, sur quoi reposent les récits de la colère d’Achille et du retour d’Ulysse, et pouvant constituer une sorte d’enveloppe protectrice, plus proche et solide que celle des mythes anciens17.

  • 18 Cf., à nouveau, L’Épopée, p. 159-160.
  • 19 Thomas A. Sinclair, HESIOD, Works and Days, Londres (Macmillan & co), 1932, p. 6, qui s’appuie sur (...)

26La poésie d’Homère ne pouvait être que novatrice ; celle, au contraire, d’Hésiode, qui n’avait jamais pris le large et condamnait les aventures lointaines, qui était resté au cœur de la Béotie, en devenant le poète de la Grèce « profonde », était la poésie d’un mainteneur, pour des hommes qui entendaient rester fidèles à leur terre et à leur vie passée : est-ce un hasard si les habitants de la principale ville béotienne, Thèbes, choisirent pour protecteur Hector, dont le nom (’ʹEϰτωρ, également attesté comme substantif ; cf. ἔχειν, futur ἔξειν, ἑϰτóς, etc., avec un suffixe de nom d’agent) doit signifier, précisément, le Mainteneur18, et si des δημοῦχοι, littéralement des « mainteneurs du peuple » (cf. δῆμος et, à nouveau, ἔχειν), ont succédé aux « rois » de Thespies19 ? Hésiode se voulait d’abord le gardien de l’antique tradition mythologique, cependant complétée et rationalisée. Sa Théogonie, dit Paul Mazon, apparaît très clairement

  • 20 P. Mazon, dans son édition d’Hésiode (Paris [Belles Lettres], 1928), p. 24.

comme un effort de synthèse, souvent naïf et maladroit, assez proche même parfois d’une simple compilation, et où l’auteur n’est pas arrivé à fondre les traditions qu’il avait recueillies20.

  • 21 Cf. Ettore Cingano, « The Hesiodic Corpus », dans le Brill’s Companion to Hesiod, Leyde et Boston ( (...)
  • 22 Cf., par exemple, John Pinsent, art. cit., p. 123.
  • 23 Cf Jean-Pierre Vernant, « Le Mythe hésiodique des races. Essai d’analyse structurale » (1960) et «  (...)

27Même esprit conservateur, au sens plein du terme, dans le Catalogue des femmes, mieux connu grâce aux découvertes papyrologiques du XXe siècle, ou d’autres œuvres telles que le Bouclier, les Grandes Éhoées (si elles ne se confondent pas avec le Catalogue des femmes), l’Astronomie, les Dactyles de l’Ida, les Préceptes de Chiron ou la Mélampodie21. Hésiode et son public aimaient, assurément, les catalogues et généalogies22, tout ce qui permettait de rattacher le présent à un passé resté proche, avec lequel nul exil n’avait rompu la continuité, mais également les dits et faits prétendus éternels. Les Travaux et les jours n’avaient-ils pas aussi pour but de pérenniser des vérités, parfois modestes, qui resteraient telles aussi longtemps que l’actuelle espèce de fer n’aurait pas été remplacée par une autre, celle du temps où les hommes naîtraient avec les tempes blanches23 ?

  • 24 Pseudo-Hesiodeia, Leyde (E. J. Brill), 1960, p. 498 ; cf. p. 524 et 609. Martin L. West estime tout (...)

28L’hésiodisme peut-il cependant être mieux daté ? La période, difficilement récusable, allant du VIIIe siècle au début du VIe est vraisemblablement encore trop étroite. Car Hésiode, un Hésiode plus rustique, existait avant la Théogonie — cela ressort des vers 22 et 23 —, dont une large partie, au moins, est antérieure aux vers 656 à 659 des Travaux. Et les interpolations souvent dénoncées, les incertitudes concernant la fin des deux grands poèmes hésiodiques, s’expliquent mieux si l’on admet que l’hésiodisme domina longuement la vie littéraire en Béotie et peut-être ailleurs, notamment dans la Thessalie voisine, où de riches propriétaires terriens, des « rois », pouvaient apprécier déjà la poésie, comme ils devaient le faire au temps de Simonide et Anacréon. Jacques Schwartz estime, au reste, que « Le Catalogue des femmes acheva sa croissance entre 506 et 476 a. C.24 ».

  • 25 Martin L. West, Commentaire des Travaux, p. 41, 43, 46 et 59.

29Inutile, en effet, de supposer, avec Friedrich August Wolf (l’auteur des Prolegomena ad Homerum, en 1795), que nous a été transmise sous le nom d’Hésiode une compilation de différents poèmes, entachée par les interpolations de rhapsodes. Mais il ne suffit pas, pour expliquer les difficultés relevées par la critique (ou l’hypercritique) du XIXe siècle et du début du XXe, de rappeler le caractère oral des compositions hésiodiques et homériques, ni le fait que le poète peut s’être arrêté à plusieurs reprises, en considérant son œuvre achevée, avant de la reprendre et compléter25. La Théogonie et les Travaux sont bien plutôt des poèmes qui, s’ils ont eu un premier auteur, très présent — le je de la Théogonie et celui qui aurait consacré le trépied reçu à Chalcis —, sont restés des œuvres collectives, que tout poète hésiodique pouvait reprendre et modifier. D’abord pour l’enrichir, mais également pour répondre aux nécessités de l’interprétation rhapsodique.

  • 26 Cela se comprendrait encore mieux en admettant « l’unité d’école des rédacteurs de la fin de la Thé (...)
  • 27 Rappelons que les éhoées (ήοῖαι) étaient ainsi appelées à cause de leur début, répété pour introdui (...)
  • 28 Cf. l’argument du Bouclier, par exemple dans l’édition de Friedrich Solmsen (Oxford [Clarendon Pres (...)
  • 29 « Il y a donc enchaînement de deux morceaux sans rapport direct, il y a liaison extérieure, inorgan (...)

30On sait, en effet, que les derniers vers de la Théogonie sont aussi les premiers du Catalogue des femmes, que le début du Bouclier est emprunté au livre IV du même Catalogue des femmes, manifestement très apprécié. Rien de surprenant à cela. Le chanteur Hésiode, le rhapsode Hésiode, lorsqu’il se produisait, choisissait dans un vaste corpus un morceau convenant au public et aux circonstances. Il pouvait aussi rattacher deux morceaux pour chanter, par exemple, à la fois les immortelles entrées au lit de simples mortels (Théogonie, v. 965-1020) et des femmes « à demi déesses » (1. b.) : une « couture » y suffisait (Théogonie, v. 1021-1022 = fr. 1, v. 1-2 Merkelbach-West)26. Rien ne l’empêchait enfin de donner un récital plus original en rapprochant un morceau connu, par exemple l’« éhoée27 » d’Alcmène, et l’imitation d’un autre morceau connu, mais d’Homère, la description du bouclier d’Achille, dans le chant XVIII de l’Iliade28, qui devient le bouclier d’Héraclès, le fils d’Alcmène29. Belle occasion, assurément, de montrer que le chanteur de la vieille Grèce pouvait rivaliser avec celui de l’Ionie.

31Faut-il aller plus loin ? Il se pourrait que l’on soit amené à revenir sur l’origine béotienne, exclusivement béotienne, de l’hésiodisme. Naupacte et surtout Chalcis, en Eubée, sont en effet des villes où l’on situerait une école hésiodique plus vraisemblablement qu’à Thespies, Orchomène, Thèbes ou Ascra. L’opposition entre les poésies hésiodique et homérique peut également avoir été moins tranchée qu’on ne l’a cru. Jacques Schwartz estime ainsi que

  • 30 J. Schwartz, op. cit., p. 49; cf. p. 503-508.

Catalogue des Vaisseaux et Catalogue des prétendants, tous deux dans le cours du VIe siècle, viennent d’une même école « hésiodique » qui avait fini par s’établir à Chalcis30,

  • 31 Op. cit., p. 507.

32avant de se demander « si l’école de Chalcis n’était pas plutôt une école “homérique”, ne dédaignant, toutefois, pas de toucher à Hésiode31 ».

  • 32 On trouvera donc Jacques Schwartz aventureux lorsqu’il parle de « l’école “hésiodique” dont l’insta (...)

33Encore faut-il rappeler que nous ne possédons aucun témoignage prouvant l’existence d’écoles hésiodiques comparables à celles auxquelles reste attaché le nom des Homérides, que ce soit à Chalcis, à Naupacte, ou même en Béotie32.

***

34Nous conclurons cette conclusion par un détour du côté de Platon, République, II, 377 b-d :

Πρῶτον δὴ ἡμῖν, ώς ἔοικεν, ἐπιστατητέον τοῖς μυθοποιοῖς, ϰαὶ ὃν μὲν ἂν ϰαλòν [μῦθον] ποιήσωσιν, ἐγϰριτέον, ὅν δ’ἄν μή, ἀποϰριτέον. Τούς δ’έγϰριθέντας πείσομεν τὰς τροφούς τε ϰαὶ μητέρας λέγειν τοῖς παισίν, ϰαὶ πλάττειν τὰς ψυχὰς αὐτῶν τοῖς μύθοις πολὺ μᾶλλον ἢ τὰ σώματα ταῖς χερίν ὧν δὲ νῦν λέγουσι τοὺς πολλοὺς έϰδλητέον. — Ποίους δή ; ἔφη. —’Εν τοῖς μείζοσιν, ἦν δ’ἐγώ, μύθοις ὀψόμεθα ϰαὶ τοὺς ἐλάττους. Δεῖ γὰρ δὴ τòν αὐτòν τύπον εἶναι ϰαὶ ταὐτòν δύνασθαι τούς τε μείζους ϰαὶ τοὺς ἐλάττους.’ʹH οὑϰ οἴει ; —’ʹΕγωγε, ἔφη· ἀλλ’οὐϰ ἐννοῶ οὐδὲ τοὺς μείζους τίνας λέγεις. — Οὕς’Ησίοδός τε, εἶπον, ϰαὶ ῞Ομηρος ήμῖν έλεγέτην ϰαὶ οἱ ἄλλοι ποιηταί. Οὗτοι γάρ που μύθους τοῖς ἀνθρώποις ψευδεῖς συντιθέντες ἔλεγόν τε ϰαὶ λέγουσι.

  • 33 Pour ce modelage du corps on peut voir le premier Alcibiade, 121 d, et les Lois, VII, 789 e.

(Socrate) — Donc nous devons d’abord, semble-t-il, avoir l’ail sur ceux qui composent des histoires : en composent-ils une bonne ? Il faut la retenir ; en composent-ils une qui ne l’est pas ? Il faut l’exclure. Celles qui auront été retenues, nous persuaderons les nourrices et les mères de les raconter aux enfants, d’en modeler l’âme par leurs histoires bien plus qu’elles n’en modèlent le corps avec leurs mains33. Mais la plupart de celles qu’elles racontent à présent sont à rejeter. (Adimante) — Lesquelles ? (S.) — Observer les grandes histoires est également observer celles qui leur sont inférieures : inévitablement, leur modèle est le même et, grandes ou petites, elles ont le même effet. N’est-ce pas ton avis ? (A.) — Si, mais je ne vois pas, cette fois, quelles sont les grandes histoires dont tu parles. (S.) — Celles qu’Hésiode et Homère nous ont racontées tous deux, ainsi que les autres poètes. Car, je suppose, ce sont eux les auteurs des histoires fictives qu’ils racontaient et racontent toujours.

35Les derniers mots de ce dialogue, dont nous avons légèrement forcé le sens en ajoutant l’adverbe « toujours », paraissent n’avoir guère retenu l’attention, comme si Platon parlait encore des histoires racontées jadis ou maintenant par les mères et nourrices, ou comme s’il s’agissait de celles qu’on lisait et lit toujours. Le texte est pourtant clair : Hésiode et Homère, ici liés par le duel (ἐλεγέτην), ont composé de grandes histoires, et ces grandes histoires, ils les disaient. Mieux, ils les disent. Car rien n’autorise à soutenir que le dernier verbe, au présent, concerne uniquement les autres poètes. Les deux vieux chanteurs seraient donc toujours vivants ; ils diraient toujours l’Iliade, l’Odyssée, la Théogonie, Tes Travaux et les jours et d’autres poèmes.

36Cette constatation mérite mieux qu’un silence gêné. Et l’on ne doit pas s’en débarrasser, ou croire s’en débarrasser, en recourant à quelque artifice de traduction. Platon, fait bien d’Hésiode et Homère des poètes dont il convient de parler à la fois à l’imparfait (ἔλεγον) et au présent (λέγουσι). Faut-il s’en étonner ? Non pas, car tout problème disparaît pour qui veut bien nous suivre. Nom collectif comme ῞Oμηρος, ’Hσίοδος peut encore désigner, dans la première moitié du IVe siècle avant J.-C., le poète, chanteur ou rhapsode — peu importe le mot — ayant fait siennes une manière et une inspiration rattachées par la tradition, avec plus ou moins de sûreté, à un berger d’Ascra. Hésiode est encore un auteur du présent grâce aux confrères d’ion qui, à la différence de ce dernier, étendent leur compétence à l’autre école « épique », celle du continent européen.

  • 34 Cf. Homère le Compagnon, Paris (CNRS Éditions), 1995, p. 133-134.
  • 35 Platon, Ion, 533 d - 535 a.

37Mais Thucydide (III, 104, 3-6), lorsqu’il donnait le nom d’Homère à l’auteur de l’hymne délien, ajoutait-il foi à une fiction devenue vraie, à un roman devenu biographie, peut-être moins d’un siècle après la composition, par Cunaithos, des deux passages cités (Hymne homérique à Apollon, v. 146-150 et 165-172), ou disait-il indirectement que Cunaithos et bien d’autres étaient Homère ? Et ne montre-t-il pas que ce dernier était toujours vivant et présent de son temps en donnant un texte si différent de celui que nous ont transmis les manuscrits des Hymnes homériques34 ? Homère, fut-il incarné par un rhapsode du Ve siècle, pouvait toujours modifier son œuvre à l’occasion d’une reprise. D’où l’importance de l’inspiration, même indépendamment de la théorie platonicienne de la chaîne aimantée, en quelque sorte, reliant l’auditeur à la Muse par l’intermédiaire du rhapsode35 : inutile à un simple récitant — ce qu’étaient toutefois la plupart des rhapsodes —, elle était indispensable à qui voulait être Homère ou Hésiode.

38C’est redire à quel point peut être problématique, en Grèce, la notion d’authenticité, avec cette conséquence pratique que l’on ne saurait véritablement parler d’interpolations à propos des poèmes homériques ou hésiodiques. Il suffisait qu’apparût la figure tutélaire dite Hésiode ou Homère. Elle seule importait, au point que l’auteur réel ne se nomme jamais dans ces poèmes, osant à peine dire « je ». Mais constater le caractère problématique de la notion d’authenticité revient à faire entendre que la notion de vénté est elle aussi problématique, qu’il y a des vérités plus vraies que d’autres, ou un peu fausses, l’erreur et la vérité n’étant plus deux pôles opposés, sans rien entre eux.

39On comprend donc mieux pourquoi, combattant le relativisme des sophistes, Platon bannissait les poètes de la cité idéale : leurs histoires, au demeurant plus d’une fois condamnables au point de vue moral, s’éloignaient et, par là, éloignaient d’un degré supplémentaire de la réalité absolue, éternelle, immuable des Idées, ou plutôt des « formes ». Et elles étaient souvent fictives, pour ne pas dire fausses, trompeuses (ψευδεῖς), celles d’Hésiode et Homère l’étant même au second degré, en tant que fictions d’auteurs fictifs.

Notes

1 Robert Lamberton, Hesiod, New Haven et Londres (Yale University Press), 1988, p. 34.

2 Cf. John Pinsent, « Bœotian Epic », dans les Actes du troisième congrès international sur la Béotie antique, Amsterdam (J. C. Gieben), 1985, p. 121-122.

3 Poétique, 1449 a 27-28.

4 Il en a déjà été question dans Homère le Compagnon, Paris (CNRS Éditions), 1995, p. 58-61.

5 Voir surtout Richard Janko, Homer, Hesiod and the Hymns. Diachronic Development in epic Diction, Cambridge University Press, 1982. Cf. Arie Hœkstra, « Hésiode et la tradition orale », Mnemosyne, 10 (1957), p. 202-210, Gregory Nagy, Greek Mythology and Pœtics, Ithaca et Londres (Cornell University Press), 1990, p. 61-63, et Carlo O. Pavese, « The Rhapsodic Epic Pœms as Oral and Independant Pœms », Harvard Studies in Classical Philology, 98 (1998), p. 67-68 et 74-80. Le digamma est ainsi négligé dans 17,2 % des cas dans l’Iliade (entre 7 et 27,7 % selon les chants) et 17,9 % des cas dans l’Odyssée (entre 5,7 et 31 %), alors que ces moyennes sont respectivement de 33,7 % pour la Théogonie et 37,9 % pour les Travaux.

6 Dans les Prolegomena de son commentaire des Travaux (Oxford [Clarendon Press], 1978), p. 31 ; cf. p. 32.

7 « La Question homérique. Pour une réouverture du débat », Revue des Études Grecques, 103 (1990), p. 22-25.

8 Ses habitants auraient émigré en si grand nombre vers l’Éolie, mais également l’Ionie, que, dès les environs de 1150 avant J.-C., il n’y devait pas rester plus d’une dizaine de villages habités (Henri Van Effenterre, Les Béotiens. Aux frontières de l’Athènes antique, Paris [Errance], 1989, p. 50 ; cf. Michel B. Sakellariou, La Migration grecque en Ionie, Athènes [Collection de l’Institut français d’Athènes, 17], 1958, p. 242, et Robert J. Buck, A History of Bœotia, Edmonton [University of Alberta Press], 1979, p. 169).

9 Pierre Guillon, La Béotie antique, Paris (Belles Lettres), 1948, p. 58.

10 Michel Lejeune, Phonétique historique du mycénien et du grec ancien, Paris (Klincksieck), 1972, § 249.

11 A. Hœkstra, art. cit., p. 212-225 (cf. p. 209); J. A. Notopoulos, « Homer, Hesiod and the Achaean heritage of oral pœtry », Hesperia, 29 (1960), p. 177-197. Carlo O. Pavese parle encore d’une tradition rhapsodique « more or less diffused in almost all Greek countries, wherever there were Greeks, or [...] from Cyprus to Ischia, from Thrace to Cyrene » (art. cit., p. 73-74; cf. P.87).

12 Cf. Carlo O. Pavese, art. cit., p. 81-82 et 87.

13 Cf. Françoise Bader, « Persée, ΠEPΘΩ et l’expression archaïque du temps en indo-européen », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 69 (1974), p. 7 et 45-53.

14 Martin L. West préfère aussi le croire dans son commentaire des Travaux (p. 32), alors qu’Albin Lesky, dans son Histoire de la littérature grecque (p. 92 de la traduction anglaise), pense à des rhapsodes errants. Mais, pour l’un et l’autre, Hésiode aurait été initié à une poésie qu’il faut bien dire étrangère, celles des Ioniens, dont l’influence à l’époque archaïque a souvent été surestimée (cf. James A. Notopoulos, art. cit., p. 183-184 et 186).

15 L’Épopée. Genèse d’un genre littéraire en Grèce, Presses universitaires de Rennes, 1999, notamment p. 49-55.

16 Il faut donc nuancer le jugement de Marie-Christine Leclerc (La Parole chez Hésiode, Paris [Belles Lettres], 1993, p. 307), pour laquelle Hésiode « se détache tout à fait de l’aède homérique, courroie de transmission des Muses ou amuseur de banquet ».

17 Cf. L’Épopée, p. 187.

18 Cf., à nouveau, L’Épopée, p. 159-160.

19 Thomas A. Sinclair, HESIOD, Works and Days, Londres (Macmillan & co), 1932, p. 6, qui s’appuie sur Diodore de Sicile, IV, 29, 4.

20 P. Mazon, dans son édition d’Hésiode (Paris [Belles Lettres], 1928), p. 24.

21 Cf. Ettore Cingano, « The Hesiodic Corpus », dans le Brill’s Companion to Hesiod, Leyde et Boston (Brill), 2009, notamment p. 94 et 96.

22 Cf., par exemple, John Pinsent, art. cit., p. 123.

23 Cf Jean-Pierre Vernant, « Le Mythe hésiodique des races. Essai d’analyse structurale » (1960) et « Le Mythe hésiodique des races. Sur un essai de mise au point » (1966), dans Mythe et pensée chez les Grecs, réédition, Paris (La Découverte/Poche), 1996, p. 40, 42 et 71-74.

24 Pseudo-Hesiodeia, Leyde (E. J. Brill), 1960, p. 498 ; cf. p. 524 et 609. Martin L. West estime toutefois que ce Catalogue a vraisemblablement été composé entre 580 et 520 avant J.-C. (The Hesiodic Catalogue of Women. Its Nature, Structure, and Origins, Oxford [Clarendon press], 1985, p. 136).

25 Martin L. West, Commentaire des Travaux, p. 41, 43, 46 et 59.

26 Cela se comprendrait encore mieux en admettant « l’unité d’école des rédacteurs de la fin de la Théogonie et du Catalogue des femmes » (Jacques Schwartz, op. cit., p. 515). « Certains » ajoutaient également la Prédiction par les oiseaux (’Oρνιθομαντεíα) aux derniers vers des Travaux, d’après la scholie au vers 828 de ce poème (p. 259 Pertusi = T 80 Most).

27 Rappelons que les éhoées (ήοῖαι) étaient ainsi appelées à cause de leur début, répété pour introduire chaque belle dame, ἢ οἵη), « ou telle que ».

28 Cf. l’argument du Bouclier, par exemple dans l’édition de Friedrich Solmsen (Oxford [Clarendon Press], 1990), p. 86-87.

29 « Il y a donc enchaînement de deux morceaux sans rapport direct, il y a liaison extérieure, inorganique, de disparates », constate Bernhard A. Van Groningen, La Composition littéraire archaïque grecque. Procédés et réalisations, Amsterdam (N.V. Noord-Hollandsche Uitgevers Maatschappij), 1958, p. 120 ; cf. p. 121.

30 J. Schwartz, op. cit., p. 49; cf. p. 503-508.

31 Op. cit., p. 507.

32 On trouvera donc Jacques Schwartz aventureux lorsqu’il parle de « l’école “hésiodique” dont l’installation en territoire éolien (Thessalie, Béotie, Troade) se fait sentir tant dans la production “hésiodique” que dans certaines parties de l’Iliade », et qui « essaima, à un moment qui se place sûrement après la rédaction de la partie principale de la Théogonie et peut-être avant les dernières interpolations de l’Iliade (tel le Catalogue des Vaisseaux), à Rhodes puis à Chypre » (op. cit., p. 527-528).

33 Pour ce modelage du corps on peut voir le premier Alcibiade, 121 d, et les Lois, VII, 789 e.

34 Cf. Homère le Compagnon, Paris (CNRS Éditions), 1995, p. 133-134.

35 Platon, Ion, 533 d - 535 a.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540