Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le chanteur Hésiode

 | 
Gérard Lambin

II. Le roman d’Hésiode

Texte intégral

Nec mihi sunt visae Clio Cliusque sorores
servanti pecudes vallibus, Ascra, tuis.
Usus opus movet hoc: vati parete perito.
Vera canam: coeptis, mater Amoris, ades!
Ovide, L’Art d’aimer.

1L’existence d’une question hésiodique ne pouvait que faciliter l’invention d’un roman d’Hésiode. Aussi les faits les moins discutables en apparence ont-ils été considérés plus d’une fois avec une certaine prudence :

  • 1 Gabriella Pironti, HÉSIODE, Théogonie, Paris (Belles Lettres), 2008, p. X-XI.

les éléments personnels peuvent aussi être lus comme des fictions qui trouveraient leur sens et leur fonction par rapport à la narration elle-même et n’auraient donc pas de réalité en dehors de celle-ci. Est-il nécessaire, par exemple, d’identifier avec un individu réel le berger nommé Hésiode auquel s’adressent les Muses ? Le début de la Théogonie permettant de réinterpréter l’anthroponyme Hésiode dans le sens de « celui qui émet la voix », tout chanteur pouvait ainsi, le temps de la récitation, assumer le rôle d’un poète divinement inspiré1.

2Le poète des Travaux et les jours n’était peut-être pas un berger faisant paître ses moutons « au pied du saint Hélicon ». Et le don qu’il aurait fait aux Muses après sa victoire de Chalcis ne permet pas d’affirmer qu’il les avait vues, d’une manière ou d’une autre, et croyait réellement à l’incarnation de celles qui lui auraient appris « un beau chant ». La pauvreté de leur légende, l’étrange incertitude quant à leur nombre, le fait qu’on les ait imaginées seulement dansant, chantant et faisant cortège à Apollon, semblent montrer, de plus, que ces gracieuses créatures avaient moins de réalité que, par exemple, les puissances anonymes et mystérieuses dont on sentait la présence en traversant un fleuve, et auxquelles il convenait d’adresser une prière (Travaux, v. 737-739).

3Mais, bien que le nom d’Hésiode n’apparaisse pas dans Les Travaux et les jours — peut en tenir lieu l’allusion, suffisamment précise, des vers 658-659 —, reprenons les faits qui y sont dits biographiques : dès le vers 10 l’existence de ce frère auquel le poète entend faire entendre des « vérités », un frère moins enclin à travailler qu’à recourir à des expédients pour vivre (vers 27-46 et 213-247) ; aucune mention de leur mère, mais l’évocation relativement précise de leur père, qui

Naviguait sur ses vaisseaux, parce qu’il désirait une vie d’aisance.

635

C’est lui qui, jadis, également vint ici, après l’achèvement d’une longue traversée,

En laissant derrière lui Cumè l’Eolienne, sur un noir vaisseau.

Il ne fuyait pas l’opulence, la richesse, la prospérité,

Mais la maudite pauvreté que Zeus donne aux hommes.

Il s’établit près de l’Hélicon, dans un misérable village,

640

Ascra, désagréable en hiver, pénible en été, jamais plaisant.

  • 2 Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, p. 889 a.

4Le nom de ce frère, Persès (Πέρσης), est pourtant embarrassant. D’abord parce qu’il ne pouvait désigner ou sembler désigner que le Perse — l’absence de la Perse et de ses habitants dans les poèmes hésiodiques, où ils n’avaient rien à faire, ne contredit pas cette affirmation. Ensuite parce qu’il semble n’avoir pas été très courant en Grèce, où l’on ne connaît, outre le fils de Persée, ancêtre éponyme des Perses, et le dieu, frère de Pallas et père d’Hécate, « qui se distinguait entre tous par son savoir » (Théogonie, v. 377 ; cf. v. 409), que sept Persès, du IVe siècle avant J.-C. au IIe siècle après, dont un à Thèbes, vers l’an 300 avant notre ère, et deux Persas, auxquels il faut toutefois ajouter les quatre Persès de Macédoine : nous renvoyons, sur ce point, au Lexicon of Greek Personal Names de P. M. Fraser et E. Matthews. Témoignent de cet embarras les tentatives faites pour « helléniser » le nom en y voyant un « arrangement de Περσεύς » (Perseus, autrement dit Persée) sur Πέρσαι, le nom des Perses2, ou un nom formé directement sur le thème de πέρθειν, πέρσις, etc., exprimant l’idée de détruire, et notamment de mettre à sac. Ainsi, pour Gregory Nagy,

  • 3 G. Nagy, Greek Mythology and Poetics, Ithaca et Londres (Cornell University Press), 1990, p. 74-75 (...)

the form Perses is a residual variant, through a split in declensional patterns, of Perseüs, and we may compare such other formal pairs as Fasses (Iliad XI 223) and Classical Kissús. Moreover, the form Perseüs is related to the compound formant persi- of the verb pértho ‘destroy’3.

  • 4 On peut voir encore Ian Rutherford, « Hesiod and the litterary Traditions of the Near East », dans (...)

5Le rapprochement avec πέρθειν a été privilégié par les érudits modernes, fussent-ils prompts à voir l’influence de la sagesse orientale sur Hésiode, notamment dans le mythe des cinq espèces d’or, d’argent, de bronze, etc.4, au point de leur faire oublier les Perses. Ce rapprochement a même permis à Philippe Rousseau d’estimer que

  • 5 Ph. Rousseau, « Instruire Persès : notes sur l’ouverture des Travaux d’Hésiode », dans Le Métier du (...)

Persès est un « destructeur de ville », comme Achille, Ulysse, Agamemnon, les Sept et les Épigones, etc. Son nom fait de lui virtuellement le héros d’une épopée du temps passé. Or c’est dans le présent [...] qu’Ego, l’aède, s’adresse à lui, après avoir prié Zeus d’y garantir par son action le règne du droit. Et c’est en fonction des besoins de ce présent dont l’essence ne sera définie que beaucoup plus loin dans le poème, aux vers 174-178, qu’est composée toute la parénèse. Si celle-ci n’est pas placée dans la bouche d’un Phénix ou d’un Chiron, c’est qu’elle ne vise pas à faire de Persès l’Achille auquel ces pédagogues avaient dispensé leur savoir dans une époque de légende mais, en dépit des inclinations naturelles symbolisées par son nom, le « héros », objet possible d’un de ces chants par lesquels les Muses consacrent le kleos des hommes, dans un temps qui n’est plus le temps des Héros5.

  • 6 Cf. le commentaire de Martin L. West (Oxford [Clarendon Press], 1978), p. 34, et Luciano Canfora, H (...)
  • 7 Cf. Jean-Louis Perpillou, Les Substantifs grecs en-εύς, Paris (Klincksieck), 1973, § 29, 246, 253 e (...)

6Pourtant, même si le rattachement du nom de Persès au thème, vraisemblablement indo-européen mais sans étymologie, signifiant « détruire » était démontré, et qu’il faille y voir un doublet de Perseus/Persée, ou bien le nom du père d’Hécate6, il n’en resterait pas moins qu’un grec pouvait difficilement n’y pas reconnaître d’abord, à tort ou a raison, le terme usuel désignant un homme du grand peuple asiatique. Faut-il redire, à ce propos, que le fils de Persée (Περσεύς, pourtant formé, vraisemblablement, sur le thème de πέρθειν et πέρσις7) était considéré comme l’ancêtre des Perses ?

  • 8 Selon Pierre Chantraine (op. cit., p. 528 a), ϰηφήν était « parfois employé par les Grecs pour dési (...)

7Mais il semble également que l’on puisse confirmer cette interprétation, si simple, de Perses en justifiant le choix de ce nom. « Ils [les Perses] étaient jadis appelés Kèphènes par les Grecs » (ἐκαλέοντο δὲ πάλαι ὑπò μὲν’Ελλήνων Κηφῆνες), assure Hérodote (VII, 61). Or, les κηφῆνες étaient en grec les faux-bourdons, ces insectes paresseux et gloutons qu’Hésiode évoque dans les Travaux (v. 303-306) comme dans la Théogonie (v. 594-599). Que cet autre nom des Perses les ait désignés comme des parasites8 ou, plus vraisemblablement, qu’il ait d’abord été celui d’un peuple étroitement associé aux Perses, comme les Mèdes, Hésiode pouvait donc profiter de l’équivalence entre Πέρσης et Κηφήν pour suggérer à la fois la paresse et le caractère étranger ou, pour mieux dire, l’altérité de son prétendu frère : parasite ou paresseux = faux-bourdon (ϰηφήν) = (au moins en apparence) Kèphène (Κηφήν) = Perse, l’étranger vivant dans un Orient encore mystérieux, et peut-être le seul, avec l’Egyptien, que les Grecs de l’époque archaïque n’aient pas trop méprisé.

8L’existence, en effet, de ce frère perse et faux-bourdon, de ce parasite étranger — et, surtout pour un Béotien, le Perse est un étranger lointain jusqu’à la conquête, par Cyrus, du littoral égéen, puis les guerres médiques —, est pour le moins sujette à caution, au point que le scholiaste des Travaux n’y croit déjà plus trop :

  • 9 Agostino Pertusi, Scholia vetera in Hesiodi Opéra et dies, Milan (Vita e pensiero), 1955, p. 17 (v. (...)

Ce qui concerne Persès est à prendre ou bien comme une réalité ou comme une fiction, supposée pour l’agrément du récit (ἤτοι ἱστοριϰῶς έϰληπτέον ἢ πλασματιϰῶς ϰαὶ ὑποθετικῶς διὰ τò εὐπρόσωπον τοῦ λόγου)9.

  • 10 F. G. Welcker, Theognidis reliquiae, Francfort-sur-le-Main (H. L. Broenner), 1826, p. LXXVII-LXXVII (...)

9Friedrich G. Welcker, également, il y a près de deux siècles, considère, en pensant d’abord au Curnos des Elégies de Théognis, qu’un personnage de ce genre facilitait l’exposition d’une poésie moralisatrice et d’exhortation10. Et Martin L. West admet lui-même que

  • 11 M. L. West, op. cit., p. 33.

the question arises, as it does not with the father, whether he his a figure of flesh and blood, and whether Hesiod’s accusations are to be taken at face value11.

10On a remarqué notamment les modifications qui affectent l’image de Persès, tantôt enrichi injustement, tantôt réduit à la misère par sa paresse ou son indolence, selon les préceptes exprimés. Car toute la partie du poème consacrée aux mises en garde et conseils à Persès se présente comme le discours qu’un « je » adresse à un « tu » nommément désigné à dix reprises (vers 10, 27, 213, 274, 286, 299, 397, 611, 633 et 641), celui qu’un aède, investi par la proximité des Muses (vers 2) de l’autorité qui doit imposer ses « vérités » (έτήτυμα, dans le vers 10), adresse à son auditoire en feignant de viser un interlocuteur à la fois proche et lointain, un frère et un Perse.

  • 12 Cf. Christos C. Tsagalis, « Poet and audience : from Homer to Hesiod », p. 112, et « Poetry and Poe (...)

11On insistera donc peut-être moins sur la présence d’un « je », sur la personnalisation de l’œuvre poétique et l’émergence du « moi », de l’auteur (ou du narrateur) en tant que tel, que sur l’apparition d’un interlocuteur purement humain. Le poète ne s’adresse plus seulement à la Muse, c’est-à-dire finalement lui-même, empli du souffle d’une haute inspiration, mais place devant lui un de ses semblables, un frère qui lui est cependant étranger, un autre à jamais différent, quoique proche12. Quelle meilleure manière, en effet, d’exprimer l’altérité que ce nom de Perse ? L’auditoire, ainsi incarné, correspond à la deuxième personne d’un possible dialogue, et non plus à la « non-personne » à quoi est réduit celui des poèmes homériques et même de la Théogonie. Il est présent dans l’œuvre ; il porte un nom ; il existe grâce à un personnage qui, vraisemblablement, n’a pas existé.

  • 13 Cf. Jean Bérard, ha Colonisation grecque de l’Italie méridionale et de la Sicile dans l’Antiquité, (...)

12Mais ce père venu, paraît-il, de Cumè ? On s’est parfois étonné, à juste titre, de cette émigration à rebours, d’Éolie en Béotie, évidemment sans rapport avec les entreprises auxquelles ont pu participer des gens de Cumè13 :

  • 14 Gregory Nagy, Greek Mythologg and Poetics, p. 73.

when Hesiod’s father traveled all the way to Askra from Kyme, thereby fleeingpenia ’poverty’(Works and Days 638), he was in effect reversing the conventional pattern of colonization as narrated in ktísis poetry14.

  • 15 Selon Marcel Detienne, les démêlés d’Hésiode et Persès s’expliqueraient même par la rareté des terr (...)

13Pourquoi ce retour à la terre, ou plus exactement ce changement de vie ayant apparemment fait d’un marin et commerçant, d’un armateur, un paysan ? Et qu’est devenu le « noir vaisseau » (v. 636) si, du moins, il lui appartenait ? Pourquoi n’être pas resté sur la rive orientale de la mer Égée, où il était plus facile de trouver de bonnes terres à cultiver15 ou de recommencer une vie d’armateur, afin de retrouver peut-être l’aisance perdue ?

  • 16 Éphore, 70 F 1 et 100 Jacoby.

14Ce retour, sans autre exemple connu, semble avoir déjà embarrassé l’historien Éphore de Cumè (IVe siècle avant J.-C.), pour qui le père d’Hésiode et de Persès serait parti à cause de ses dettes ou après avoir tué un proche16. On comprendrait mieux ainsi son exil dans le heu le moins fait pour trouver un remède à la « maudite pauvreté que Zeus donne aux hommes » : « un misérable village » moins intéressant par sa situation, « près de l’Hélicon » (vers 638-639), que par l’isolement qui en faisait un refuge.

  • 17 Gregory Nagy, op. cit., p. 72, et Robert Lamberton, Hesiod, New Haven et Londres (Yale University P (...)

15En parlant ainsi d’Ascra, nous ne faisions que répéter les propos d’Hésiode. Mais comment les concilier avec le début de son épitaphe d’Orchomène : « Ascra aux abondantes moissons » (Άσϰρη… πολυλήιος) — on verra bientôt cette épitaphe (1. a., § 14 ; 1. c. ; 2. b.) —, comment les concilier avec le fait, avéré, que la région d’Ascra est fertile et plutôt agréable, sauf au plus fort de l’été, car assez bien protégée des vents17 ?

16Ce père, à propos duquel nous avons dû accumuler les interrogations, est donc suspect, et l’on eut tort de trop se fier à l’impression de véracité laissée par le texte, à l’apparente sincérité d’un poète ayant appris à dire « bien des mensonges semblables aux réalités » (Théogonie, v. 27), ainsi qu’il le reconnaît indirectement.

17Mais Hésiode lui-même est suspect. On l’a vu en lisant sans a priori les vers 22 à 25 de la Théogonie. De plus, écrit Gregory Nagy,

  • 18 G. Nagy, Le Meilleur des Achéens. La fabrique du héros dans la poésie grecque archaïque (1979), tra (...)

Si [...] la tradition est bien le facteur essentiel dans l’intégrité esthétique d’un poème grec archaïque, il s’ensuit qu’il n’est pas nécessaire d’attribuer une Iliade ou une Odyssée à la créativité d’un génie unique, le poète Homère. Et je préfère suivre la même ligne de raisonnement dans le cas de la poésie hésiodique. Quelque unité que nous découvrions dans la Théogonie ou dans Les Travaux et les Jours, nous ne devons pas pour autant en tirer la certitude que nous venons tout juste de découvrir un « auteur » nommé Hésiode18.

18Et Richard P. Martin est allé plus loin, en s’appuyant sur les travaux de Gregory Nagy, mais aussi de Robert Lamberton et Mark Griffith :

  • 19 R. P. Martin, « Hesiod’s metanastic Poetics », Ramus, 21/1 (1992), p. 15-16 et 19, avec des citatio (...)

In short, abandoning the positivists’ search for the ’real’ Hesiod is crucial if we are to put poetics first. Then we might appreciate Hesiod as ’a mask for many anonymous voices, all trained, and trained well, over generations to Sound the same, to speak with the same identity, and to pass on the same traditions’, and we might explore further the way in which the ’autobiographical’ remarks of the poet ’always serve a specific and necessary function within the contexts in which they occur’. [...] I am suggesting, first of all, that even in its smallest details, especially those of the father’s career, the persona of Hesiod is a traditional way of framing the type of ’exhortation to wisdom’ poetry embodied in the WD19.

  • 20 On suivrait donc difficilement Jesper Svenbro (Laparole et le marbre, Lund, 1976, p. 63-64), qui pa (...)

19Comment croire, également, qu’un berger ou un paysan béotien « vivant aux champs » (cf. Théogonie, v. 26) ait pu acquérir la parfaite maîtrise d’une langue littéraire complexe, des techniques de la composition formulaire, d’un mètre dont le rythme correspondait mal à celui du grec, en bref de toutes les compétences requises par la poésie « épique », sans un maître et sans un long apprentissage20 ? Car la langue hésiodique est pratiquement celle d’Homère ; le poète béotien, dont le dialecte est une variante de l’éolien, s’exprime surtout en ionien :

  • 21 Gregory Nagy, Greek Mythology and Poetics, p. 63. Richard P. Martin va plus loin : « it remains ind (...)

not only does Hesiodic poetry implicitly claim to be like Homeric poetry, but it also shares its predominantly Ionic formal heritage21.

  • 22 Cf., notamment, A. Hoekstra, art. cit., p. 199, qui renvoie à Wilamowitz, Hesiodos Erga (1928), p.  (...)

20Mieux, il utilise une forme ionienne pour désigner le village où il aurait vécu, Ascrè (Άσκρη) et non Ascra (Άσϰρα), forme normale en éolien comme dans tous les autres dialectes, à l’exception de l’ionien. Son frère est également toujours Persès (Πέρσης) et non Persas (Πέρσας, avec le α long maintenu hors de l’ionien-attique). Et l’on a remarqué depuis longtemps la présence, dans les Travaux (v. 504), de ce mois annonciateur de gelées, le Lènaiôn (Ληναιών), équivalent ionien de celui que les Béotiens appelaient Boucatios (Βουκάτιος)22.

21Mais aussi où, comment, de qui aurait-il appris à célébrer « ce qui sera et ce qui était avant » et la « race des bienheureux qui sont à jamais », sans oublier les Muses (Théogonie, v. 32-34) ? Car Phèmios, à Ithaque, est « autodidacte » (Odyssée, XXII, v. 347) seulement parce que « le dieu, dans [son] cœur, des récits/De toute sorte a fait naître », et le rapprochement que l’on peut être tenté d’établir avec Archiloque ne vaut pas mieux : il conduirait plutôt à s’interroger en retour sur le vrai visage du prétendu soldat poète, dont la poésie est au demeurant tout autre, proche de ses racines populaires.

22Il faut également revenir au concours de Chalcis (Travaux, v. 654-659), et plus encore à la rencontre d’Hésiode et Homère à Délos, où les deux « chanteurs » (ἀοιδοὶ) auraient célébré « dans des hymnes neufs », en « cousant » leur chant (ῥάψαντες ἀοιδήν), « Phoibos Apollon au glaive d’or, qu’enfanta Lètô ».

23On aura reconnu le fragment 357 Merkelbach-West, provenant apparemment de Philochoros par l’intermédiaire des scholies au début de la deuxième Néméenne de Pindare. Le seul fait que nous devions à ces scholies de connaître un peu Cunaithos de Chios, l’« Homère » auquel est clairement attribuée la première partie de l’Hymne homérique à Apollon, aurait dû conduire à leur accorder plus d’attention, et d’abord à ne pas rejeter trop vite le fragment pour rester fidèle à l’image que l’on s’était fabriquée d’Hésiode.

  • 23 Scholia vetera in Pindari carmina, III. Scholia in Nemeonicas et Isthmionicas... (1927), recensuit (...)
  • 24 Platon, République, X, 600 d ; Lucien, Entretien avec Hésiode, 4.

24Mais la suite immédiate n’est pas moins importante : « Nicoclès affirme qu’Hésiode fut le premier à chanter des “rhapsodies” » (ῥαψῳδῆσαι·δέ φησι πρῶτον τòν’Ησίοδον· Νιϰοϰλῆς), ajoute le scholiaste23, décidément bien renseigné, en donnant à ses dires la caution d’un historien tardif mais distingué, Nicoclès de Sparte, le précepteur de l’empereur Julien. Autre image d’Hésiode, confirmée déjà par Platon, puis par Lucien24, celle d’un poète plus ou moins errant et d’un rhapsode, d’un « couseur de chants », à l’existence difficilement compatible avec les nécessités de la vie paysanne, loin d’une grande cité.

25Enfin la probable « signature » des vers 10, 43, 65 et 67 de la Théogonie (ὄσσαν ἱεῖσαι), si elle ne prouve pas l’étymologie faisant du poète un « Lance-voix », tend à confirmer que ce nom rare — le Lexicon of Greek personal Names n’en donne que six autres attestations, de 409 avant J.-C., à Athènes, au premier siècle de notre ère — a toute chance d’être un surnom d’artiste.

  • 25 F. Bader, « Le liage, 1a peausserie et les poètes-chanteurs Homère et Hésiode : la racine *seh2- “l (...)

26Va dans le même sens l’explication de Françoise Bader, d’après laquelle Ἡσίοδος et Ὅμηρος seraient des noms fonctionnels et volontairement hermétiques où auraient été employées « des formes archaïques, rarissimes et volontairement ambiguës, de la racine *seh2-“lier” appliquée à la composition poétique et musicale ». Mais Ἡσίοδος appartiendrait aussi, « comme kenning », à la famille de « par la vertu des jeux verbaux », tout en pouvant faire penser à ἥδεσθαι (« être réjoui »). Il désignerait donc à la fois celui qui compose en liant les épisodes et celui qui lance la « voie » poétique, voire celui qui s’y plaît, une forme phonétique proche et à double sens, puisqu’elle suppose un emploi métaphorique du nom de la voie, du chemin (ὁδóς), ayant, pour le second élément, été préférée à celle qui aurait désigné explicitement le chant (-αυδος, comme dans ἄναυδος, etc.)25.

27Préférera-t-on rapprocher’Hcuoôoç de ἥδεσθαι et ὁδóς, en y voyant avec Michael Meier-Brügger « der, welcher sich über Wege (Reisen ?) freut » ? Là encore, cet homme qui se plairait à cheminer semblerait désigné par un surnom plutôt que par un véritable nom.

  • 26 Cf. Glenn W. Most, HESIOD, I. Theogony, Works and Days, Testimonia, Cambridge, Mass., et Londres (H (...)

28Mais l’on pourrait également concilier la première explication avec la dernière en supposant que, devenu poète, Hésiode aurait « resémantisé son propre nom » en voulant voir et faire voir dans celui qui aimait la route celui qui, dès lors, lançait un chant ou sa voix26.

  • 27 Tous les e longs sont fermés en béotien (Michel Lejeune, Phonétique historique du mycénien et du gr (...)
  • 28 Sur la psilose ionienne, voir par exemple Michel Lejeune, op. cit., p. 281-282.

29Autre chose : quoi qu’il en soit de l’étymologie, on attendrait Εἰσίοδος plutôt que Hcuoôoç (cf. l’adjectif Είσιοδείων, dans l’inscription de Thespies)27. Ce poète béotien porte un nom qui pas béotien, sans pour autant être ionien (nous aurions Ἠσίοδος, sans aspiration28), un nom panhellénique en quelque sorte, ou bien attique, comme celui d’Homère (Ὅμηρος, au lieu d’Ὄμηρος ou Ὅμαρος, avec un & long).

  • 29 On peut voir aussi Christos C. Tsagalis, « Poetry and Poetics in the Hesiodic Corpus », p. 156, pou (...)

30La forte présence, dans Les Travaux et les jours, d’un « je » et d’un « tu » n’empêche donc pas ces personnes d’être essentiellement fictionnelles — un narrateur, un narrataire servant en quelque sorte de catalyseur — et d’introduire un rapport nouveau entre l’auteur et son public29. Car c’est entre eux que tout se joue, indépendamment des Muses, lesquelles n’apparaissent plus guère après le bel hymne qui leur est adressé au début de la Théogonie.

Le roman d’Hésiode

31Il ressort assez clairement de tout ce qui précède que vouloir parler d’un roman d’Hésiode n’est pas seulement chercher un pendant au roman d’Homère. Le roman apparaît dans les poèmes hésiodiques eux-mêmes, d’abord avec l’épiphanie des Muses, dont sont nés d’autres développements romanesques, dès la fin de l’Antiquité.

32Soumettons donc les faits prétendument autobiographiques à un doute méthodique. N’en gardons rien dont l’existence ne soit pas totalement assurée, en acceptant le risque d’une hypercritique, salutaire quand se sont accumulés tant d’études et de commentaires, inévitablement influencés par celles et ceux qui les avaient précédés. Plus de père, plus de frère, et même plus d’Hésiode, mais deux certitudes permettant de localiser approximativement la Théogonie et Tes Travaux et les jours dans l’espace et le temps :

  1. la poésie hésiodique est liée à la Grèce propre. À ce titre elle s’oppose à celle d’Homère, essentiellement ionienne et née de l’autre côté de la mer Égée ;

  2. elle date, au moins en partie, du temps des « rois » — « vénérables » et bienveillants, comme dans le prélude de la Théogonie, ou « mangeurs de présents » (δωροφάγοι, dans les Travaux, v. 39, 221 et 264), peu importe —, d’une époque où l’égalité des droits, l’isonomie (ισονομία), n’était pas entrée dans les faits, et surtout dans les esprits.

  • 30 Voir notamment la communication de S. Rabau au séminaire du CERC (Université de Paris III), « La Re (...)

33Voilà qui est peu, mais a le mérite d’échapper à une tendance à laquelle Sophie Rabau, notamment, a montré que cède volontiers le discours savant, où l’hypothèse érudite se distingue mal de la pure fiction30. Un seul exemple, emprunté à l’édition de Paul Mazon, parce qu’il correspond à la « vulgate » habituellement enseignée :

  • 31 P. Mazon, dans son édition d’Hésiode (1928), p. VII-VIII.

Le père d’Hésiode habitait Cumes, en Éolie. Il y avait pris une petite entreprise de cabotage. Il espérait ainsi gagner une fortune ; il s’était au contraire ruiné. Il avait alors traversé la mer Égée, et il était revenu au berceau de sa race, en Béotie. Là, on lui avait concédé sans doute quelques terres à défricher, au pied du versant sud de l’Hélicon, à Ascra. C’est là qu’Hésiode est né, et c’est là qu’il vivait, sur les champs qu’avec son frère Persès il avait héntés de son père. Il haïssait cette région, où le climat était rude et le travail ingrat31.

34Nous avons, à chaque fois, reproduit en italiques les passages où l’auteur est allé au-delà de ce que dit Hésiode. Ils correspondent environ au tiers du texte.

35Faut-il alors renoncer à parler du poète ? Il n’est pas téméraire de préciser les deux localisations indiquées :

    • 32 On peut voir pourtant, par exemple, Peter Von der Mühll, « Hesiods helikonische Musen », Museum Hel (...)

    le berceau de la poésie hésiodique est probablement la Béotie, l’Hélicon, dont il n’est pas question dans Homère, pouvant même n’être devenu la montagne des Muses que par la volonté d’Hésiode32. On se rappelle, à ce propos, l’inscription de Thespies (IG VII, 1785) ;

    • 33 La condamnation peut remonter, en fait, aux Alexandrins (Franco Montanari, « Ancient scholarship on (...)
    • 34 Plutarque, banquet des sept Sages, 153 f ; Scholia vetera in Hesiodi Opera et dies, p. 205-206 Pert (...)

    bien que les vers 654 à 662 des Travaux aient été condamnés par Plutarque, nous dit le scholiaste33, le même Plutarque, en faisant d’Amphidamas l’une des victimes de la guerre lélantine34, vraisemblablement dans les dernières décennies du VIIIe siècle, autorise peut-être à situer la composition du poème vers cette époque. Quoi qu’il en soit, elle ne peut guère être postérieure au milieu du VIIe siècle, puisque Sémonide d’Amorgos (fr. 6 West) s’inspire des vers 702 et 703 des Travaux.

36Tout le reste peut relever du roman. Mais c’est précisément à ce titre que vont retenir notre attention des textes trop souvent dédaignés, à commencer par le Certamen, autrement dit le Duel, la Rivalité d’Homère et d’Hésiode, quoique le titre donné par le manuscrit soit Sur Homère et Hésiode, leur famille et leur rivalité (Περί Ὁμήρου ϰαὶ Ἡσιόδου ϰαὶ τοῦ·γένους ϰαὶ τοῦ ἀγῶνος.αὐτῶν). De cette compilation, très vraisemblablement du IIe siècle après J.-C., en tout cas postérieure à la mort d’Hadrien (138), nous ne retenons que ce qui concerne Hésiode, en renvoyant pour le reste au Roman d’Homère.

1. a. Rivalité d’Homère et d’Hésiode, 1, 4-5 (début), 6-7 et 12-14 ( = p. 225-235 Allen, p. 34-42 Wilamowitz, p. 318-344 West) :

37[1] Tous les hommes désirent faire leurs compatriotes d’Homère et Hésiode, les poètes les plus divins. Hésiode, en nommant sa patrie, a écarté toute dispute. Il a dit que son père

S’installa près de l’Hélicon, dans un misérable village, Ascra,
désagréable en hiver, pénible en été, jamais plaisant.

38[4] Certains le disent [Homère] plus vieux qu’Hésiode, d’autres plus jeune et de la même famille. Ils donnent cette généalogie : d’Apollon et Thoosa, fille de Poséidon, naquit Linos, de Linos Piéros, de Piéros et de la nymphe Méthônè Oiagros, d’Oiagros et Calliope Orphée, d’Orphée Ortès, lequel engendra Harmonidès et celui-ci Philoterpès, père d’Euphèmos, père d’Épiphradès, père de Mêlanôpos, qui fut le père de Dios et d’Apellaios. De Dios et Pukimèdè, fille d’Apollon, naquirent Hésiode et Perses, et d’Apellaios Maiôn. D’une fille de Maiôn et du fleuve Mélès naquit Homère.

  • 35 Le texte est incertain.

39[5] Mais on prétend également que leur talent culmina en même temps, si bien qu’ils se rencontrèrent35 à Aulis, en Béotie, et rivalisèrent dans un concours. [...] [6] Vers la même époque [celle où Homère commençait une carrière de rhapsode] Ganuctôr, qui s’acquittait des cérémonies funèbres en l’honneur de son pire Amphidamas, un roi d’Eubée, invita tous les hommes qui se distinguaient par leur force et leur vélocité, mais aussi par leur talent, à concourir, en offrant en récompense de grands présents. Et eux [Hésiode et Homère], donc, qui s’étaient rencontrés par hasard, à ce que l’on dit, vinrent à Chalcis. Des notables chalcidiens siégeaient au jury du concours, parmi lesquels Panèdès, frère du défunt. Voici comment, assure-t-on, Hésiode l’emporta dans la lutte magnifique qui opposa les deux poètes : s’avançant vers le centre de l’assistance, il posa des questions, les unes après les autres, à Homère, lequel répondit. [7] Hésiode, donc, prend la parole :

Homère, fils de Mélès, qui des dieux tiens tes pensées,
Allons, dis-moi pour commencer ce qui vaut le mieux pour des mortels.

40Homère :

D’abord, ne pas naître est le mieux pour les êtres de la terre,
Et, pour celui qui naît, franchir au plus vite les portes d’Hadès.

41Hésiode, ensuite :

Eh bien, dis-moi également ceci, Homère très semblable aux dieux :
A ton avis, quelle est la plus belle chose à quoi pensent des mortels ?

42Et lui :

  • 36 Odyssée, IX, v. 6-11, avec quelques variantes. Allusions, notamment, de Platon (République, III, 39 (...)

Quand la joie règne parmi le peuple tout entier,
Que des invités, dans la demeure, écoutent un aède,
Assis les uns à la suite des autres, qu’auprès d’eux les tables sont couvertes
De pain et de viandes, et que, puisant du vin dans un cratère,
Un échanson le porte çà et là pour le verser dans les coupes,
Voilà, ce me semble, la plus belle chose à quoi penser
36

43[8] Ces vers qu’il avait prononcés furent, paraît-il, admirés par les Grecs à un point tel qu’ils les appelèrent des vers « d’or » et que, de nos jours encore, dans les sacrifices publics, tous en font des souhaits préalables aux dîners et libations.

44Mais Hésiode, incapable de supporter le succès d’Homère, se lança dans des questions énigmatiques, avec ces vers :

  • 37 Cf. Hésiode, Théogonie, v. 32 et surtout v. 38. Ce distique et sa réponse, avec d’importantes varia (...)

Allons, Muse, de ce qui est, de ce qui sera, de ce qui était avant37,
Ne chante rien, mais toi, pense à un autre chant.

Homère, qui voulait résoudre l’énigme par une réponse adaptée, dit :

Jamais, autour du tombeau de Zeus, des chevaux aux pieds retentissants
Ne briseront des chars en luttant pour la victoire.

45[9] Comme il y avait bien répondu, c’est dans des expressions incomplètes qu’Hésiode se lança : il dit des vers, plus nombreux, et demanda qu’à chacun, l’un après l’autre, il fût répondu de manière adéquate par Homère. Le premier est donc d’Hésiode, le suivant d’Homère. Mais il est arrivé qu’Hésiode usât de deux vers pour sa proposition :

  • 38 Cf Aristophane, Paix, v. 1280 et 1282-1283. Ces vers étaient donc bien connus dès avant 421. Une vi (...)

Ils prirent ensuite leur dîner, de la viande de bœuf et l’encolure des chevaux...
mouillée de sueur ils débarrassèrent, ça les attelages étaient rassasiés de la guerre38

Et les Phrygiens, les meilleurs qui soient sur les navires,...
— pour à des pirates enlever sur le rivage leur repas.

  • 39 Sont laissés de côté onze autres vers d’Hésiode, complétés avec à-propos par Homère.

……………….39

46[10] Homère avait bien répondu a tout. Hésiode passa donc à autre chose :

Précise cela seulement, je te le demande :
Combien étaient les Achéens qui vinrent à Ilion en même temps que les Atrides ?

47Il répondit ainsi, par un problème d’arithmétique :

  • 40 50 x 50 x 50 x 3 x 300 = 11 250 000.

Cinquante étaient les feux allumés ; sur chacun,
Cinquante broches ; dessus, cinquante pièces demande ;
Trois fois trois cents étaient les Achéens autour d’une pièce de viande
40.

48[11] Homère l’ayant emporté à chaque fois, Hésiode reprit, car il était jaloux :

Fils de Mélès, Homère, si les Muses ont pour toi de l’estime,
Comme on le dit, elles qui sont filles du grand Zeus, le très haut,
Dis, en l’adaptant à un mètre, ce qui pour des mortels
Vaut le mieux, et ce qui est le pire. Car j’ai envie de l’entendre.

49Et lui de répondre :

Hésiode, rejeton de Dios, ce que tu demandes, je consens
À le dire, et c’est bien volontiers que je parlerai.
Le plus précieux sera d’être la mesure du bonheur
Tour soi-même ; être celle du malheur sera le pire de tout.
Mais demande tout ce qui, encore, est cher à ton cœur.

50Suivent six autres grandes questions, auxquelles Homère répond avec autant de sagesse que de bonne grâce : « comment peut-on administrer au mieux les cités, en observant quels usages ? », « quel est, de tous, le bien le plus précieux à demander aux dieux ? », « es-tu capable de dire ce que la nature fait de meilleur dans l’espace le plus réduit ? », « que peuvent la justice et le courage ? », « qu’est-ce qui fait reconnaître la sagesse chez les hommes ? », « qu’est ce que l’on appelle le bonheur pour les humains ? ».

51[12] Après ces autres paroles, tous les Grecs demandèrent que la couronne fût pour Homère. Mais le roi Panèdès voulut que chacun des deux fît entendre ce qu’il y avait de plus beau dans son répertoire. Hésiode commença donc :

  • 41 Hésiode, Les Travaux et les jours, v. 383-392 (avec quelques variantes).

Lorsque se lèvent les Pléiades nées d’Atlas,
Commencez la moisson ; l’enfouissement, quand elles se coucheront.
Quarante nuits, quarante jours durant
Tilles sont invisibles, mais Tannée fait son tour,
Et elles commencent à réapparaître quand on aiguise le fer.
Voici la loi des plaines, que près de la mer
On habite ou dans les vallées creuses,
Loin de la houle marine, dans un gras pays : Semer sans vêtements, labourer sans vêtements,
Moissonner sans vêtements, à chaque fois au bon moment
41.

52Homère prit ensuite la parole :

  • 42 Traduction incertaine. On ne sait pas, en fait, ce que signifie précisément l’adjectif προθέλυμνoς.
  • 43 Iliade, XIII, v. 126-133 et 339-344.

Autour des deux Ajax se tenaient des bataillons
Solides. Arès les eût trouvés sans reproche s’il était survenu,
Ou bien Athènaiè, qui pousse les troupes. Car les meilleurs,
Et reconnus tels, attendaient les Troyens et le divin Hector,
Serrant la lance contre la lance, le bouclier contre le bouclier placé devant
42 ;
L’écu était contre l’écu, le casque contre le casque, l’homme contre l’homme ;
Les casques à crinière se touchaient de leurs cimiers éclatants
Quand les têtes se penchaient, tant ils se tenaient serrés les uns contre les autres.
La bataille meurtrière se hérissa des longues
javelines qu’ils tenaient, faites pour lacérer. Les yeux étaient éblouis
Par l’éclat du bronze jailli des casques brillants,
Des cuirasses nouvellement fourbies, des boucliers étincelants
De ceux qui s’avançaient d’un même pas. Bien intrépide le cœur
De qui, à ce moment, se fût réjoui en voyant leur effort, plutôt que de s’affliger
43.

53[13] Cela également valut à Homère l’admiration des Grecs et leurs louanges, pane que ses vers allaient au-delà de ce que l’on attendait. Ils demandèrent qu’on lui donnât la victoire, mais le roi couronna Hésiode : il était juste, dit-il, que l’emportât celui qui invitait aux travaux des champs et à la paix, non celui qui racontait des guerres et des massacres. C’est ainsi, dit-on, qu’Hésiode l’emporta et reçut un trépied de bronze qu’il consacra aux Muses, avec cette inscription :

Hésiode aux Muses de l’Hélicon l’a consacré
Après son chant victorieux, à Chalcis, du divin Homère.

54Après la fin du concours Hésiode s’’embarqua pour Delphes, afin de consulter l’oracle et dédier au dieu les prémices de sa victoire. Comme il s’avançait vers le temple, on dit que la prophétesse, prise d’un transport divin, déclara :

Bienheureux cet homme qui hante ma demeure,
Hésiode qu’ont honoré les Muses immortelles.
Sa gloire, assurément, sera partout où s’étend l’aurore.

Mais attention au bois joli de Zeus Néméen. C’est là que, pour toi, le terme mortel est fixé.

  • 44 Oinoè (Οἰνόη) est pour Thucydide (VIII, 98, 1 [cf. 2, 3, 4, mais aussi II, 18, 1 et 2 ; II, 19, 1]) (...)
  • 45 Le titre indiqué (ἐνηπόδω) est manifestement altéré. On veut lire souvent, après Carl Gôttling, Ήσι (...)

55[14] Après avoir entendu l’oracle Hésiode se tint éloigné du Péloponnèse, pensant que le dieu parlait du lieu qui, là-bas, est appelé Némée. Il vint à Oinoè, en Locride44, et s’installa chez Amphiphanès et Ganuctôr, les fils de Phègeus, sans s’aviser de la réalisation de l’oracle, ce lieu tout entier ayant été consacré officiellement à Zeus Néméen. Il séjourna encore un certain temps chez les gens d’Oinoè, puis les jeunes gens soupçonnèrent Hésiode d’entretenir une liaison avec leur saur et le tuèrent en le jetant dans la mer entre l’Eubée et la Locride. Mais son corps, après deux jours, fut ramené vers la terre par des dauphins, au moment où avait lieu certaine fête locale, la purification du Promontoire. Tous coururent au rivage et, reconnaissant ce corps, l’ensevelirent en montrant leur tristesse. Puis ils se mirent à la recherche des meurtriers. Ceux-ci, craignant la colère de leurs concitoyens, tirèrent à la mer un bateau de pêche et naviguèrent vers la Crète, mais au milieu de la traversée Zeus les frappa de sa foudre en les jetant dans les flots, affirme Alcidamas dans le Mouseion. Toutefois, si l’on en croit Ératosthène, dans...45, Ctiménos et Antiphos, les fils de Ganuctôr, le supprimèrent pour la raison qu’on a dite, et furent immolés aux dieux de l’hospitalité par le devin Euryclès. Quant à la jeune fille, la sœur de ceux qui ont été nommés, elle se pendit après son déshonneur. Elle avait été séduite par un étranger, compagnon de route d’Hésiode, un certain Dèmodès, qui, dit-il [Eratosthène], fut tué par les mêmes. Plus tard, les Orchoméniens, obéissant à un oracle, l’emportèrent [Hésiode ou plutôt ses restes] et l’enterrèrent chez eux. Ils gravèrent sur sa tombe :

  • 46 Cette épigramme, que nous retrouverons, serait de Mnasalcès de Sicyone (IIIe siècle avant J.-C.), d (...)

Ascra aux abondantes moissons est ma patrie, mais du mort que je suis
Les os ont la terre des Minyens dresseurs de chevaux pour gardienne.
Ci gît Hésiode, dont immense dans le monde est la gloire,
Si jugent les hommes grâce à la pierre de touche de la sagesse
46.

1. b. Souda, II, p. 592 Adler ( = T 1 Most)47 :

  • 47 Le rédacteur de la Souda s’inspire du Lexique, ou Catalogue des personnes célèbres dans les classes(...)
  • 48 La première olympiade ayant commencé, dit-on, en 776, il faudrait donc situer Hésiode, ou plutôt so (...)

56Hésiode : de Cumè. Jeune, il fut amené par son père, Dios, et sa mère, Pukimèdè, à Ascra, en Béotie. Sa généalogie : on le dit fils de Dios, fils d’Apellis, fils de Mélanôpos, dont certains affirment qu’il est le grand-père d’Homère, le père fondateur, ce qui ferait d’Homère, pour Hésiode, un cousin issu de germain, et de l’un et l’autre des descendants d’Atlas. Voici ses poèmes : la Théogonie, les Travaux et les jours, le Bouclier, le Catalogue des femmes à demi déesses (en cinq livres), la poésie funèbre en l’honneur d’un certain Grenouille [Βάτραχος], son bienaimé, Sur les Dactyles de l’Ida et beaucoup d’autres. Il est mort alors qu’il vivait en hôte chez Antiphos et Ctiménos, qui, une nuit, alors qu’ils croyaient supprimer le séducteur de leur sœur, tuèrent Hésiode involontairement. Il était, pour certains, plus vieux qu’Homère ; pour d’autres, son contemporain. Mais Porphyre et beaucoup d’autres le situent un siècle après, ce qui lui fait précéder la première olympiade de seulement trente-deux années48

1. c. Jean Tzetzès (XIIe siècle), Scholies aux Travaux d’Hésiode (p. 47-51 Wilamowitz ; cf. T 2 Most)49 :

  • 49 Les manuscrits offrent deux versions, avec de légères variantes. La source principale est Proclos ( (...)

57Hésiode, comme son frère Persès, avait pour parents Dios et Pukimèdè, des Éoliens de Cumè, gens pauvres auxquels leurs difficultés et leurs dettes avaient fait quitter leur patrie, Cumè, pour émigrer vers le territoire d’Ascra, une région de la Béotie pénible en hiver et dure en été, située vers le pied de l’Hélicon. Ils s’y établirent. Comme ces gens restaient aussi pauvres, il arrivait audit Hésiode de faire paître des moutons sur l’Hélicon. Et l’on dit que vinrent neuf femmes, les Muses, qui cueillirent des branches d’un laurier de l’Hélicon pour l’en nourrir. Ainsi fut-il empli de sagesse et de talent pour la poésie. Mais ce qu’il y a d’exact dans tout cela, de parfaitement conforme à la vérité, le voici : Hésiode était fils de Dios et Pukimèdè ; il gardait des bêtes auprès de l’Hélicon. Le reste a été inventé et est dit de manière passablement allégorique. Ou bien, en effet, tandis qu’il faisait paître, Hésiode gardait ses bêtes à proximité de l’Hélicon et, s’étant endormi, vit en rêve neuf femmes qui lui firent manger du laurier (le rêve montrait tout à fait que, lorsqu’on a eu en partage une éducation faite de peine et d’efforts, on créera des poèmes éternels) — cela, donc, ou bien Hésiode en a torale, de s’imposer les efforts de l’étude, pour venir à bout de la réalisation de son rêve, ou bien, alors qu’il faisait paître auprès de l’Hélicon, debout et éveillé, après avoir réfléchi et pane qu’il se trouvait en possession d’une intelligence exceptionnelle, il abandonna secrètement la simplicité d’une rude vie de berger, se jeta dans l’étude en en supportant les peines, et récolta une grande gloire. Il composa tant de livres dans lesquels je reconnais, moi, le morceau donné par les Muses et la science et les lauriers bavards de l’Hélicon, tressés partout, verdoyants, proclamant que l’homme vivant autrefois misérablement, l’obscur berger, est maintenant un demi-dieu dont la valeur et la formation font un maître. [...]

  • 50 Erreur pour Archippos. Celui-ci aurait été, de 1012 à 993 d’après Eusèbe et saint Jérôme (ou de 100 (...)

58Certains disent que sa maturité a coïncidé avec celle d’Homère, mais d’autres soutiennent qu’il est plus ancien que lui. Ceux qui soutiennent qu’il est plus ancien qu’Homère affirment qu’il exerça des responsabilités sous l’archontat d’Arxippos50, et Homère au terme [de cet archontat] (Arxippos était fils d’Acastos ; il gouverna les Athéniens pendant trente-cinq ans). Ceux qui les disent contemporains assurent qu’ils rivalisèrent dans un concours à la suite de la disparition d’Amphidamas, le roi d’Eubée, et qu’Hésiode fut vainqueur. Arbitraient les jeux et constituaient le jury le roi Panidès, frère d’Amphidamas, et les fils de ce dernier, Ganuctôr et les autres. On dit qu’ils se posèrent mutuellement beaucoup de questions, en vers improvisés, auxquelles ils répondirent, et que, de l’avis de tous, Homère était le meilleur. Pour finir, le roi Panidès leur dit de donner un choix des plus beaux de leurs vers. Homère dit d’abord ce passage, en laissant les nombreux vers qui le précèdent :

L’écu était contre l’écu, le casque contre le casque, l’homme contre l’homme ;
Les casques à crinière se touchaient de leurs cimiers éclatants
Quand les têtes se penchaient, tant ils se tenaient serrés les uns contre les autres,

  • 51 Cette hésitation de Tzetzès ou des copistes entre Panidès et Paneidès (au lieu de Panidès [Πανήδης] (...)

59et la suite. Hésiode, lui, choisit le lever des « Pléiades nées d’Atlas » et, comme Homère, continua jusqu’à ce qu’il eût dit nombre de ses vers. L’assistance tout entière, notables et soldats, donnait à nouveau, pour cela, la couronne à Homère, mais Paneidès51 estima qu’Hésiode était vainqueur parce qu’il incitait à la paix et aux travaux des champs, et non, comme Homère, aux guerres, aux massacres. Mais ce sont là des sottises des Modernes et des inventions nées de ce qu’ils échangeaient des questions et composaient d’après Homère des vers qui, ensuite, lui furent attribués.

  • 52 Denys (ou, pour être plus exact, Dionysios) de Samos, peut-être au IIe siècle de notre ère, qui fut (...)

60Le grand Homère, d’après ce que je pense, ou plutôt d’après ce que je sais avec la plus grande certitude, était beaucoup plus ancien qu’Hésiode, et, s’il avait causé une polémique à propos de ces dieux qui radotent, ceux-ci ne l’auraient pas empêché d’emporter les premiers prix et les couronnes. Mais le contemporain d’Hésiode était peut-être l’autre Homère, fils d’Euphrôn de Phocée ; c’est également lui qui serait cause de la polémique et, du fait de l’homonymie, on aurait inventé par erreur qu’il disait les vers de cet homme divin. Car il y a eu beaucoup d’autres Homères, qui ont pris ce nom par désir de rivaliser avec l’ancien. C’est ainsi qu’il y a un autre Homère plus jeune que cet Homère de Phocée. Il était le fils d’Andromachos, un homme de Byzance, et l’auteur de l’Histoire d’Eurypylos. Denys le Cyclographe52 dit qu’Homère l’Ancien a vécu à la fois au temps de l’expédition contre Thèbes et à celui de la prise d’Ilion. Cela me fait donc penser qu’il a précédé Hésiode de quatre cents ans. Car le philosophe Aristote, ou plutôt, je pense, celui qui a compilé les Tissages [τοὺς πέπλους], dit dans les Institutions d’Orchomène que Stésichore, le poète lyrique, était le fils d’Hésiode. Le lui avait donné Ctèmènè, soeur d’Amphiphanès et Ganuctôr et fille de Phègeus. Or, Stésichore était un contemporain du philosophe Pythagore et de Phalaris d’Agrigente.

  • 53 Hérodote ne dit évidemment rien de tel.

61D’autres l’estimaient postérieur à Homère de quatre cents ans, comme le dit également Hérodote53. Hésiode, donc, fut l’auteur de seize livres, et le vieil Homère de treize. La mort d’Hésiode eut lieu en Locride, de cette façon : après la victoire qu’il remporta, dit-on, à la suite de la mort d’Amphidamas, il se dirigea vers Delphes. Et lui fut rendu cet oracle :

Bienheureux cet homme qui hante ma demeure,
Hésiode qu’ont honoré les Muses immortelles.
Sa gloire, assurément, sera partout où s’étend l’aurore.
Mais attention au bois joli de Zeus Néméen.
C’est là que, pour toi, le terme mortel est fixé.

62Il se garda d’aller à Némée, dans le Péloponnèse, mais à Oinoè, en Locride, Amphiphanès et Ganuctôr, les fils de Phègeus, le supprimèrent et jetèrent dans la mer sous l’accusation d’avoir séduit leur sœur, Ctèménè, dont est né Stésichore : Oinoè avait été consacrée officiellement à Zeus Néméen. Mais après deux jours le corps fut porté vers le rivage par des dauphins entre la Locride et l’Eubée, et les Locriens l’ensevelirent à Némée d’Oinoè. Quant à ses meurtriers, ils s’embarquèrent sur un bateau pour tenter de s’échapper, et périrent dans une tempête. Plus tard, les Orchoméniens, en se conformant à un oracle, emportèrent les restes d’Hésiode et les ensevelirent au centre de leur place publique. Voici ce qu’ils gravèrent sur le monument :

Ascra aux abondantes moissons est ma patrie, mais du mort que je suis
Les os ont la terre des Minyens dresseurs de chevaux pour gardienne.
Ci gît Hésiode, dont immense dans le monde est la gloire,
Si jugent les hommes grâce à la pierre de touche de la sagesse.

Pindare est l’auteur d’une épitaphe :

  • 54 Le distique ne figure pas dans l’édition Teubner de Pindare, par Bruno Snell et Herwig Maehler, mai (...)

Salut à toi, qui deux fois as été jeune et deux fois as obtenu une sépulture,
Hésiode, qui possèdes toute la sagesse accordée aux hommes
54.

63Pausanias (IX, 31, 6) confirme sur ce dernier point l’incertitude de la tradition, dans le passage suivant immédiatement celui qui a été traduit dans le premier chapitre :

642. a. Autres contradictions dans la tradition concernant la mort d’Hésiode. Que les fils de Ganuctôr, Ctiménos et Antiphos, s’enfuirent de Naupacte pour aller à Molu cria à cause du meurtre d’Hésiode, et qu’ils y furent châtiés pour leur impiété envers Poséidon, tous s’accordent sur cela. Mais tantôt l’on dit que la saur des jeunes gens avait été déshonorée par un autre, Hésiode étant à tort estimé coupable de la faute, et tantôt qu’il en était l’auteur. Voilà donc à quel point divergent les avis sur Hésiode lui-même et sur ses vers.

65Restons avec Pausanias et la mort d’Hésiode, mort paraît-il brutale, comme celle de nombreux autres poètes (Linos, Sapphô, Archiloque, Stésichore, Ibycos, Eschyle, Euripide, voire Sophocle et Anacréon), et dont on a parlé davantage que de sa vie. Le périégète, qui a déjà vu sur l’Hélicon « des trépieds, dont un très ancien, remporté, dit-on, à Chalcis (sur l’Euripe) par Hésiode, le chanteur victorieux » (IX, 31, 3), ajoute à propos d’Orchomène, la rivale de Thèbes, en Béotie (IX, 38, 3-4) :

662. b. Tombeaux de Minyas et d’Hésiode. On assure que les restes d’Hésiode ont été recueillis de cette manière : une épidémie s’étant abattue sur les hommes et le bétail, ils [les habitants d’Orchomène] envoyèrent une délégation auprès du dieu. À cette délégation, dit-on, la Pythie répondit que transporter les restes d’Hésiode de Naupacte à Orchomène était pour eux le seul remède. Ils posèrent alors une seconde question : où, dans Naupacte, découvriraient-ils ces restes ? Cette fois, la Pythie leur dit qu’une corneille les leur indiquerait.

  • 55 Allusion railleuse de Lucien à cette corneille dans De la fin de Pérégrinos, 41.

67[4] C’est ainsi que les envoyés, qui s’en retournaient vers leur pays, virent, paraît-il, un rocher non loin de la route, et l’oiseau sur le rocheri55. Les restes d’Hésiode jurent trouvés dans un creux du rocher. On grava sur le monument cette épitaphe :

Ascra aux abondantes moissons est ma patrie, mais du mort que je suis
Les os ont la terre des Minyens dresseurs de chevaux pour gardienne.
Ci gît Hésiode, dont immense dans le monde est la gloire,
Si jugent les hommes grâce à la pierre de touche de la sagesse.

68Plutarque, dans le Banquet des sept Sages (162 c-e), est un autre témoin du travail de mythification suscité par la mort d’Hésiode :

692. c. Un homme, de Milet semble-t-il, avec lequel Hésiode partageait l’hospitalité de gens de Locride et qui vivait à ses côtés, avait en cachette des relations avec la fille de leur hôte. Lorsqu’il fut pris sur le fait, on soupçonna Hésiode d’être au courant depuis le début et d’avoir été complice en ne dénonçant pas la faute, alors qu’il n’était coupable de rien. Il fut injustement victime d’un moment de colère et d’une fausse accusation. Les frères de la jeune fille, en effet, l’assassinèrent en lui tendant une embuscade près du sanctuaire locrien de Zeus Néméen, et avec lui son compagnon, appelé Trôilos. Les corps furent jetés à la mer. Celui de Trôilos, emporté au large vers le fleuve Daphnos, fut arrêté par un écueil au milieu des flots, émergeant à peine, écueil qui a gardé jusqu’à nos jours le nom de Trôilos. Quant au corps d’Hésiode, dès qu’il ne fut plus sur la terre ferme une troupe de dauphins le reçut pour le mener au Promontoire, près de Molucreia. Or il se trouvait que, pour les Locriens, y avaient lieu la fête et l’assemblée des Promontoires, qu’ils organisent encore à présent, avec éclat, au même endroit. Lorsqu’’ils virent le corps ainsi amené, un étonnement bien naturel les précipita sur le rivage et, reconnaissant le mort, dont la fin était encore récente, ils donnèrent la priorité absolue à l’enquête sur le meurtre, du fait de la renommée d’Hésiode. Cela fut rapide, car on trouva les meurtriers. On les jeta vivants dans la mer et rasa leur maison. Hésiode, lui, fut enterré près du sanctuaire de Zeus Néméen. Mais les étrangers, pour la plupart, ne connaissent pas le tombeau. Il est gardé secret parce que les Orchoméniens, dit-on, pour se conformer à un oracle, voulaient emporter les restes et les ensevelir chez eux.

70Ajoutons ces deux passages du traité Quels sont les plus intelligents parmi les animaux ? (969 e et 984 d) :

712. d. On dit que le chien d’Hésiode le sage fit de même : il désigna les fils de Ganuctôr de Naupacte, qui étaient les responsables de la mort d’Hésiode.

72Mon cher, tu as rappelé toi-même fort à propos le cas d’Hésiode. Mais tu n’es pas allé jusqu’au bout de l’histoire : il fallait, après avoir parlé du chien, ne pas oublier les dauphins. Car ne débouchait sur rien l’indication donnée par le chien, en aboyant et se jetant à grands cris sur les meurtriers, si des dauphins n’avaient pas pris sur leur dos le mort, que ballottait la mer, vers le sanctuaire de Zeus Néméen, et, en le recueillant très volontiers l’un après l’autre, ne l’avaient pas déposé au Promontoire, en faisant savoir qu’il avait été égorgé.

  • 56 Voir aussi l’Anthologie palatine, VII, 52 à 54, et IX, 64 et 161.

73Le caractère plus ou moins tardif des textes cités n’empêche pas la légende d’être ancienne : Thucydide (III, 96, 1) dit déjà, en parlant d’Oinéôn et du sanctuaire de Zeus Néméen, que, d’après la tradition, « le poète Hésiode fut tué par les gens du lieu » et qu’« il lui avait été prédit que cela lui arriverait à Némée ». Et, sans revenir à l’épitaphe du poète, connue déjà grâce à Pausamas, la Rivalité d’Homère et d’Hésiode et Jean Tzetzès, voyons cette épigramme d’Alcée de Messénie (fin du IIIe siècle ou début du IIe siècle avant J.-C.), dans 1’Anthologie palatine, VII, 5556 :

2. e. Dans un bois ombreux de Locride le corps d’Hésiode
Par les Muses fut lavé, qui puisèrent à leurs fontaines.
Et elles élevèrent un tombeau. De lait les gardiens de chèvres
L’arrosèrent, en y mêlant le miel blond :
Telle, en effet, était aussi la voix qu’exhalait le vieillard,
Qui des neuf Muses avait goûté les ondes pures.

Comment est né le roman d’Hésiode

  • 57 Il suffit de renvoyer à l’article « romancer » des dictionnaires de Littré ou de Robert.

74Pas de roman sans romancement. Cela serait une évidence si « romancement » n’était absent de nos meilleurs dictionnaires, lacune d’autant moins surprenante que Sainte-Beuve s’excuse encore d’employer le verbe « romancer » au sens actuel (« écrire ou décrire de façon romanesque »), en rappelant toutefois le précédent créé par Obvier Patru, au XVIIe siècle57. Les Grecs aussi ont romancé, avant même d’écrire des romans. L’Odyssée en reste la meilleure preuve, mais la biographie, au plus tard dès le IVe siècle avant J.-C., fut un autre genre où le romancement a montré toute son efficacité. Car il ne s’agit pas seulement d’une pratique un peu honteuse, confinant au mensonge, d’une faiblesse ou d’une facilité à laquelle on céderait en laissant l’imagination l’emporter sur le savoir et la raison. Qu’en soit né un genre particulier, pour nous le plus important depuis le XIXe siècle, oblige à le considérer avec plus de respect.

  • 58 Cf. Élien, Histoire variée, X, 13.

75Et en effet romancer n’est pas farder la vérité ou la recouvrir d’oripeaux inutiles ; c’est chercher cette vérité, la chercher par d’autres voies que celles de la raison discursive, moins sûres mais plus séduisantes, qui rendent aux faits et personnages l’apparence du réel, et souvent les seules dont nous disposions. Critias, dans la seconde moitié du Ve siècle avant J.-C., voulut déjà faire revivre Archiloque d’après son œuvre poétique58, et les poèmes d’Hésiode fournissaient une matière, succinte mais apparemment sûre, d’autant plus remarquable que ceux d’Homère n’étaient pour ainsi dire d’aucune aide aux biographes.

76Tel fut le point de départ de ce que nous préférons appeler le roman d’Hésiode : quelques noms, quelques faits puisés dans la Théogonie et surtout les Travaux, dans d’autres œuvres également, comme celle dont fut tiré le fragment 357 Merkelbach-West. Il suffisait de laisser en quelque sorte germer et se développer les faits, réels ou prétendus : cette image botanique a le mérite de rendre assez bien compte de ce qui distingue essentiellement la pensée discursive — celle qui est à l’œuvre, notamment, dans les dialogues platoniciens —, articulée, discontinue, progressant de palier en palier, s’arrêtant à chaque fois pour s’assurer de la solidité d’un élément avant de lui en ajouter un autre, construisant la vérité grâce à une dialectique, de l’autre forme de pensée à laquelle nous devons le roman d’Hésiode.

  • 59 Thomas Gaisford, op. cit., p. 5-6.
  • 60 Pierre de Ronsard, « Chanson », v. 1, dans Le Premier Livre des Amours (1552).

77Cette autre forme de pensée, nous la trouvons, au Ve siècle de notre ère, chez le néoplatonicien Proclos59, que Jean Tzetzès a si souvent copié, malgré sa louable volonté de distinguer « ce qu’il y a d’exact..., de parfaitement conforme à la vérité », de ce qui « a été inventé et est dit de manière passablement allégorique » : les Muses, lit-on dans la Théogonie (v. 30-31), donnèrent au poète un « bâton » (σϰῆπτροv), plus précisément « un rameau de laurier florissant / Qu’elles avaient cueilli ». Mais pour Proclos, qui prétend interpréter rationnellement l’épisode, Hésiode vit peut-être en rêve « neuf femmes qui lui firent manger du laurier », et même le « lui firent manger morceau par morceau » (δάφνας αὐτῷ ψωμιζούσας), comme un jeune enfant. Le bâton symbolique est devenu nourriture, assurément prophétique et poétique, celle d’un homme au « gosier masche-laurier60 ».

  • 61 Traduction un peu inexacte, χρηματίζειv signifiant exactement « s’occuper d’affaires » (cf. χρῆμα), (...)

78La fonction fabulatrice à l’origine du romancement peut toutefois être influencée, voire orientée, par des préjugés de diverses origines, culturels, sociaux, religieux, etc. Le montre également Proclos, par l’importance qu’il attache à l’interprétation allégorique, notamment celle des « lauriers bavards de l’Hélicon... proclamant que l’homme vivant autrefois misérablement, l’obscur berger, est maintenant un demi-dieu dont la valeur et la formation font un maître »61 (ἡμίθεον χρηματίσαντα δι’ἀρετῆς ϰαὶ παιδεύσεως). Autre allégorie prétendue, celle du « morceau » ou de la « bouchée » dont se serait nourri Hésiode, « morceau » donné par les Muses mais aussi, maintenant, la science (Μουσῶν τε ϰαὶ γνώσεως... ψώμισμα),, qui est toujours acquise par l’effort et la peine : Proclos y insiste à plusieurs reprises.

79Le romancement a donc besoin de faits, réels ou supposés, qui puissent lui servir de point de départ ; il a besoin de faits qui ne soient pas achevés, définitifs, clos, mais restent ouverts à d’autres évolutions, comme la question du père d’Hésiode, anonyme dans les Travaux.

  • 62 Strabon, XIII, 3, 6 (les grands hommes de Cumè) : « et encore avant celui-ci [l’historien Ephore] l (...)
  • 63 D’après la première des Vies d’Homère attribuées à Plutarque (§ 2) et celle de Proclos (§ 4), qui v (...)

80C’est là que nous rencontrons un autre procédé, surprenant, presque choquant au premier abord, celui de la méprise, réelle ou feinte, parfois proche d’un simple jeu sur les mots. Dios, qui est aussi le père d’Hésiode pour le géographe Strabon — on pourrait même croire que, pour lui, cette indication provient du poète62 —, comme pour Éphore et, au Ve siècle avant J.-C., des historiens aussi réputés qu’Hellanicos, Damastès et Phérécyde63, doit en effet ce nom à une expression, peut-être familière ou plaisante, du vers 299 des Travaux : ἐργάζευ, Πέρση, δῖον γένος (« travaille, Persès, descendance divine »). L’adjectif ôïoç, pourtant usuel — la formule δῖov γένος est, au reste, accolée au nom d’Artémis dans l’Iliade, IX, v. 538 —, aurait été considéré comme ayant une valeur patronymique, en supposant donc un nom, Dios, de la même façon que l’adjectif Χῖος (« de Chios ») suppose celui de l’île et de la ville de Chios (Χίος).

81Mieux, l’invention de ce père, qui ne peut être postérieure au VIe siècle, puisque l’existence de Dios est considérée comme un fait historique dès le Ve, a entraîné ou, à tout le moins, grandement facilité l’invention de l’un des pères supposés d’Homère, Mélès — nous l’avons montré ailleurs —, en permettant aussi de faire d’Hésiode et Homère des cousins que leur ascendance rattachait à la grande ville éolienne de Cumè, et souvent au vieux poète Mélanôpos de Cumè, que nous connaissons un peu grâce à Pausanias :

3. a. Proclos, Vie d’Homère, § 4 (dans la Chrestomathie, p. 69 Severyns = p. 420 West) :

82Mais Hellanicos, Damastès et Phérécyde font remonter son origine [celle d’Homère] jusqu’à Orphée. D’après eux, Maiôn, le père d’Homère, et Dios, celui d’Hésiode, étaient fils d’Apellis, fils de Mélanôpos, fils d’Épiphradès, fils de Khariphèmos, fils de Philoterpès, fils d’Idmonidès, fils d’Eucléès, fils de Dôriôn, fils d’Orphée.

  • 64 Pausanias, V, 7, 8.

83Hésiode et Homère seraient donc les arrière-petits-fils de Mélanôpos, l’auteur d’un hymne sur les jeunes Hyperboréennes Ôpis et Hécaergè64, et les descendants à la dixième génération du mythique Orphée. Mais on a déjà vu que la Rivalité d’Homère et d’Hésiode (§ 4) donne une généalogie assez différente, et rappelons encore l’avis d’Éphore de Cumè, d’après une autre Vie d’Homère, attribuée à Plutarque :

3. b. [Plutarque], Sur Homère I, 2 (p. 1 Kindstrand = p. 404 West = 70 F 1Jacoby) :

84Éphore de Cumè, dans un ouvrage intitulé Histoire locale, s’efforce de montrer qu’il [Homère] était de Cumè. Apellès, Maiôn et Dios étaient, dit-il, des frères, appartenant à une famille de Cumè. Dios, à cause de ses dettes, émigra vers le bourg d’Ascra, en Béotie, où il épousa Pukimèdè et fut père d’Hésiode. Apellès mourut dans sa patrie, à Cumè, en laissant une fille du nom de Crithèis, qu’il confia à la tutelle de son frère Maiôn. Mais celui-ci viola ladite jeune fille et, craignant la condamnation de ses concitoyens pour ce qui s’était passé, la donna en mariage à quelqu’un de Smyrne, Phèmios, un maître d’école. Et elle, qui fréquentait les bassins à laver le linge, le long du Mélès, mit au monde Homère sur le bord du fleuve.

  • 65 Sur l’ensemble du problème : Jean-Pierre Levet, Le Vrai et le faux dam la pensée grecque archaïque,(...)
  • 66 Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante, Paris (Seuil), 1983, p (...)

85C’est, en revanche, pour autant que nous sachions, sans pouvoir trouver le même appui dans l’œuvre d’Hésiode que l’on inventa le personnage de Pukimèdè (Πυϰιμήδη), au nom trop clair, puisqu’il faisait du poète et de Persès les fils de Divin (Δῖος) et d’Intelligente (cf. l’adjectif πυϰιμήδης, « intelligent, pénétrant »). De tels noms obligent à poser le problème du degré de confiance que les Grecs attachaient à leurs historiens et biographes et, finalement, de l’idée qu’ils se faisaient de la vérité, souvent relative, ou incertaine, provisoire, commode, possible65, une « vérité » que, surtout, l’importance de la rhétonque, en dehors même des tribunaux et des assemblées, pouvait dispenser d’être vraie. Il suffisait qu’on pût y croire, ou faire semblant d’y croire. Paul Veyne l’a déjà rappelé66.

  • 67 Isocrate, À Nicoclès, 43.
  • 68 Platon, République, V, 466 c et Lois, IV, 718 e. Cf. Plutarque, Quels sont les plus intelligents pa (...)
  • 69 Platon, Charmide, 163 c, République, II, 363 a et Apologie, 41 a ; Hermésianax, Léontion, III, v. 2 (...)

86Divin, Intelligente, quels merveilleux parents ! Surtout pour le « maître des plus nombreux », qui aurait su « le plus de choses » (Héraclite, fr. 25 Conche), pour celui qui, dit Hérodote (II, 53), avec Homère a pourvu les Grecs d’une théogonie et nommé les dieux, en distinguant leurs fonctions et compétences, en précisant leur aspect, celui qui, avec Théognis et Phocylide, était le meilleur conseiller (Isocrate67). Et pour « Hésiode le sage » (Plutarque et déjà Platon68), le « réfléchi », le « noble Hésiode » que Socrate aurait placé sur le même plan qu’Orphée, Musée et Homère, le « maître de toute information » (Hermésianax, au IIIe siècle avant J.-C.)69. Mais ces parents, d’abord allégoriques, simplement destinés à combler un vide, semblent s’être lestés ensuite d’une réalité garantie par les meilleurs historiens.

  • 70 On verra plus loin (6. a.) une autre tradition.

87La mort d’Hésiode constituait cependant un plus grand vide, auquel on ne pouvait guère tenter de remédier en extrapolant à partir de son œuvre, comme on le fit peut-être à propos d’Archiloque, le soldat poète tué tout naturellement au combat, et plus sûrement à propos d’Anacréon, qui, après avoir tant chanté le vin né de la vigne, serait mort étouffé par un grain de raisin. Cela signifie-t-il que l’on ne disposait d’aucun élément ? Non pas, car l’existence d’un tombeau d’Hésiode à Orchomène, en Béotie, ne fait aucun doute. Nous savons même peut-être70 dans quelles circonstances les restes du poète y auraient été transférés : une épidémie suffisamment dramatique pour qu’on envoyât consulter l’oracle de Delphes, lequel répondit qu’il fallait placer la ville sous la protection d’Hésiode, ainsi élevé au rang de héros bienveillant, ce à quoi le prédestinait vraisemblablement sa douceur.

88Car, à la différence d’Homère, il « invitait aux travaux des champs et à la paix », et de miel était la voix qu’il exhalait : Alcée de Messénie en témoigne, ainsi qu’on vient de le voir, et Velleius Paterculus (ci-après, 5. a.) le dit « réputé pour la douceur très agréable de ses poèmes » (mollissima dulcedine carminum memorabilis). Quintilien (X, 1, 52), qui lui décerne la palme « dans le style intermédiaire » (in illo medio genere dicendi), parle également du « poli de ses mots et de leur arrangement » (leuitasque uerborum et compositionis). Il s’accorde ainsi avec Denys d’Halicarnasse, lequel fait d’Hésiode le meilleur représentant de la « composition élégante » (γλαφυρσύνθεσις) dans le domaine « épique », comme Sapphô et, après elle, Anacréon et Simonide dans la poésie lyrique, et Euripide dans la tragédie. Or cette « composition », ce style,

  • 71 Denys d’Halicamasse, De la Composition littéraire, 23, 4 ; cf. De l’imitation, 2, 2, et surtout Dém (...)

exige que tous les mots soient de belle sonorité, doux, sans raideur, purs, et est en quelque sorte ennemi des combinaisons rudes, aux sonorités contraires ; il se garde de toute audace, de toute prise de risque71.

89Enfin — ce témoignage est pourtant de loin le plus ancien, puisqu’il doit remonter à l’an 476 avant J.-C. — Bacchylide, dans la cinquième Épinicie (v. 107-109), parle de « l’homme de Béotie, Hésiode, serviteur des douces Muses » (Βοιωτòς ἀνὴρ..., γλυϰειᾶν | Ἡσιόδος πρόπολος | Μουσᾶν).

  • 72 D’après Pausanias, IX, 18, 5.
  • 73 Cf. La Chanson grecque dans l’Antiquité, Paris (CNRS Éditions), 1992, p. 39, 40, 44, 45-46 et 4950, (...)

90Que les Thébains, leurs rivaux de toujours, aient prétendu posséder le tombeau d’Hector, à la suite d’un oracle qui les avait convaincus d’aller chercher à Troie les cendres du héros72, ne pouvait, au demeurant, qu’inciter les Orchomémens à se trouver, eux aussi, un illustre protecteur, dont la précipitation dans la mer s’apparente à un rite d’immortalisation : on pense aux sauts de Britomartis (en Crète), de Sapphô (à Leucade), de Calycè (à Leucade également), de Céphalos (à Thoricos ou Leucade), de Ménalque amoureux d’Euhippè, et plus encore à celui d’Inô, la « Blanche-déesse » (Leucothéa)73.

91Mais existait ou avait existé un autre tombeau d’Hésiode, apparemment plus ancien que celui d’Orchomène. Il se trouvait en Locride occidentale ou, si l’on préfère, ozole, près du sanctuaire de Zeus Néméen, à Oinéôn, autrement dit à proximité du village actuel de Kastraki et à quelques kilomètres de Naupacte.

  • 74 Cf. Thucydide, II, 84, 4 et 86, 2, 3 et 5 ; cf. III, 102, 2.
  • 75 Pausanias, I, 44, 8.

92Autre lieu, tout proche, que l’on prétendait hésiodique : le Promontoire (Ῥίoν), ainsi qu’on appelait souvent, en abrégeant, le promontoire de Molucreion (Ῥίον Μολυκριϰόν)74, plus connu de nos jours sous le nom d’Antirrhion. C’est là que des dauphins auraient porté le corps du poète assassiné, comme ils auraient déposé Arion de Méthymne, vivant, au cap Ténare, et comme, surtout, l’un d’eux aurait emporté jusqu’à l’isthme de Corinthe le corps de Mélicerte, le fils d’Inô-Leucothéa, bientôt héroïsé sous le nom de Palaimôn75.

93Le roman d’Hésiode a donc pu s’appuyer sur un fait indiscutable, l’existence de ces deux tombeaux, qui doit expliquer la fable de la double vie d’Hésiode, dont témoigne le distique déjà cité (1. c.), généreusement attribué à Pindare : deux tombeaux supposent deux morts, et donc deux vies. Mais ces tombeaux étaient évidemment liés à l’héroïsation du poète, elle-même inséparable d’une mythification dont le caractère populaire, authentique, semble confirmé par l’importance des animaux (chien, corneille et surtout dauphins). On soupçonne toutefois la présence d’un autre élément ancien en la personne de Ganuctôr.

  • 76 Cf. N.J. Richardson, « The Contest of Homer and Hesiod and Alcidamas’ Mouseion », The Classical Qua (...)
  • 77 Friedrich Nietzsche, « Der Florentinische Tractat über Homer und Hesiod, ihr Geschlecht und ihren W (...)
  • 78 Deux des vers cités dans le § 7 (en fait un lieu commun), « D’abord, ne pas naître... les portes d’ (...)
  • 79 John P. Mahaffy, Flinders Petrie Papyri, Dublin (the Academy House), 1891, no XXV. Il est cité par (...)
  • 80 Traduction, avec les références, dans Le Roman d’Homère, chapitre III.

94Fils d’Amphidamas, le roi de Chalcis, et organisateur de ses funérailles, bien que le concours poétique soit présidé par son oncle, Panèdès, Ganuctôr est d’autant plus présent qu’il a un double, le Locrien fils de Phègeus et frère d’Amphiphanès. Il n’est même pas exclu que celui-ci soit premier, le fils d’Amphidamas ayant donc été inventé secondairement. On le croira d’autant plus volontiers que le concours de Chalcis peut avoir été imaginé assez tardivement, à l’époque hellénistique, quoiqu’on ait voulu le faire remonter jusqu’au VIe siècle76 et qu’on en ait plus souvent attribué l’invention, depuis Nietzsche77, à un disciple de Gorgias, le rhéteur Alcidamas d’Élée (fin du Ve siècle - première moitié du IVe siècle). On trouve en effet dans la Rivalité d’Homère et d’Hésiode (§ 14) une référence explicite au Mouseion de cet auteur78, et l’hypothèse a semblé confirmée par un papyrus du IIIe siècle avant J.-C.79, puis par un autre, découvert à Karanis, du IIe siècle de notre ère ou du début du IIIe80.

  • 81 On peut toutefois rappeler 1a présence d’un autre Ganuctôr, un chanteur, dans les Dionysiaques de N (...)

95Ce Ganuctôr est inconnu par ailleurs81, aussi bien que son père, Phègeus, cependant homonyme d’un héros troyen de l’Iliade (V, v. 11 et 15), ou son frère, Amphiphanès. Et son nom — apparemment un nom d’agent, comme Hector (Ἕϰτωρ), peut-être sur le thème de γάνυσθαι (« se réjouir, rayonner de joie ») — ne nous renseigne guère. Quoi qu’il en soit, Ganuctôr, d’après Alcidamas, aurait été, avec son frère, le meurtrier d’Hésiode, à moins, comme le pensait Ératosthène, que le crime n’eût été commis par ses fils, Ctimémos et Antiphos : telle est la version préférée par Plutarque et Pausanias.

96Analysons la légende. Elle se laisse décomposer en cinq actes :

  1. Hésiode aurait été reçu en hôte par des Locriens ;

  2. il aurait été ou paru être un séducteur, accusé d’avoir à la fois suborné la jeune fille de la maison et violé les lois de l’hospitalité ;

  3. les frères de la jeune fille auraient vengé ou cm venger l’honneur familial en le tuant, et surtout en le jetant dans la mer, mort ou vivant ;

  4. la véritable nature de cette précipitation, dont on connaît d’autres exemples illustres, à commencer par celui d’Inô-Leucothéa, est confirmée par ce qui semble presque un miracle : une troupe de dauphins ramène le corps vers le peuple assemblé pour une fête ;

  5. ainsi désigné comme un demi-dieu, Hésiode devient le héros protecteur des Locriens de Naupacte.

97C’est ici que nous retrouverons Ganuctôr. Admettons en effet, à titre d’hypothèse, que ce « Dispensateur de joie » — mais peu importe que cette étymologie soit exacte ou non — ait d’abord été un héros protecteur, et suivons ce fil conducteur. Nous pouvons alors tirer la légende vers l’Histoire, en reconstituant le processus de mythification :

  1. aurait existé à Naupacte un héros, Ganuctôr, censé veiller au bonheur des habitants, comme Hector, d’après l’oracle cité par Pausanias (IX, 18, 5), devait permettre aux Thébains de vivre « avec une abondance irréprochable » (σὺν ἀμύμον πλούτῳ) ;

  2. la poésie hésiodique a dû se répandre surtout, en Locride ozole comme ailleurs dans la Grèce centrale ou occidentale, au VIL siècle avant J.-C. ;

    • 82 Ont été cités ailleurs Ménélas, Hélène et Pénélope (L’Épopée. Genèse d’un genre littéraire en Grèce (...)

    le vieux héros, probablement sans légende et à l’efficacité duquel on ne croyait plus guère, a fini par devenir plus ou moins « oisif » comme d’autres, et même d’authentiques divinités, qui ont pu trouver un second emploi dans l’épopée82 ;

    • 83 La Chanson grecque dans l’Antiquité, p. 8-9.

    c’est donc assez naturellement que, particulièrement cher aux Locriens — on le comprendra mieux en songeant à la popularité dont Euripide a plus tard été l’objet à Athènes, mais également en Sicile, à Abdère et jusque chez les barbares parthes ou arméniens83 —, Hésiode a tendu à l’évincer, ce qui fut peut-être officialisé à l’occasion d’une fête célébré au Promontoire ;

  3. le poète thébain a donc pris la place du héros locrien, qui aurait peutêtre disparu dans la mer quand Hésiode en sortait symboliquement grâce aux dauphins, après un ϰαταποντισμός initiatique ou, en l’occurrence, héroïsant. On a tendu cependant à atténuer la responsabilité de Ganuctôr en la lui faisant partager avec un frère vraisemblablement inventé pour l’occasion, Amphiphanès, quand on ne l’en exonérait pas complètement en attribuant le crime à ses fils, non moins imaginaires, Ctiménos et Antiphos ;

    • 84 D’après Etienne de Byzance, article Μάταυρος ( = Stésichore, 9 Campbell). Le rédacteur de la Souda,(...)
    • 85 [Aristote], fr. 579 Gigon, cité par Jean Tzetzès dans ses Scholies aux Travaux (p. 50 Wilamowitz), (...)

    cependant la légende, restée vivante, a pu se développer dans une autre direction en permettant de rattacher Stésichore, parfois dit originaire de Matauros, une colonie locrienne du sud de l’Italie84, à Hésiode, ainsi devenu un héros locrien. L’idée était d’autant plus intéressante qu’elle permettait de rattacher une part de la poésie lyrique à Hésiode, celle que l’on devait pourtant à un auteur qui, dit le pseudo-Longin (Du Sublime, XIII, 3), avait puisé « à la source homérique ». Il suffisait, pour cela, de faire de la jeune fille séduite la mère de Stésichore, comme le compilateur des Institutions d’Orchomène dites d’Aristote, et peut-être Philochoros, vers la fin du IVe siècle avant J.-C. ou dans la première moitié du IIIe85.

98Ce n’est pas tout, car Ganuctôr, resté sans emploi, a pu être réutilisé d’une certaine manière, grâce à sa rencontre avec Hésiode, en donnant son nom à l’un des fils d’Amphidamas, au prix d’un transfert dans l’île d’Eubée.

Le nom d’Hésiode

99Les étymologies qui suivent, évidemment erronées, ont le mérite de montrer certaines des images que l’on put se faire d’Hésiode à l’époque byzantine.

4. a. Etymologicum Gudianum, 249, 49-53 Sturz, et Etymologicum Magnum, 438, 20 sq. ( = T 27 Most) :

  • 86 L’aède prétentieux et impie que les Muses punirent en le rendant infirme et en lui enlevant l’art d (...)

100Hésiode : en éolien, « celui qui parcourt la voie de bon augure (πορευόμενος.τὴν αἰσίαν ὁδòν) ». Il a écrit Les Travaux et les jours pour encourager à produire de quoi vivre et à établir des règles. Ou parce que sa marche fut heureuse (ὅτι αἰσίως ἐξάδισε). Il a en effet rencontré les Muses, qui ne l’ont pas traité comme Thamyris86. Pour cela aussi ilfut un excellent poète.

4. b. Etymologicum Magnum, 438, 24 sq. ( = T 28 Most) :

  • 87 Le manuscrit de Florence, que Thomas Gaisford n’a pas utilisé dans son édition de l’Etymologicum Ma (...)

101Hésiode : à cause du futur ἥσω (« j’enverrai ? ») et de τò ὁδός (« la route, le chemin »)87.

4. c. Scholies aux Travaux, v. 1 (II, p. 24, 1. 5-6 Gaisford = T 29 Most) :

  • 88 Verbe non attesté par ailleurs.

Hésiode vient de ἧσις « la joie », et de ɛἴδω, « je dis »88.

102Enfin, l’on n’a pas oublié que l’auteur de la Théogonie semble lui-même faire d’Hésiode le « Lance-chant ». Celui-ci aurait donc toujours été un poète heureux et qui rendait heureux. Autant qu’il était un doux poète, dont l’œuvre offrait un modèle de « composition élégante ». Autre fait notable, à mettre en rapport avec l’image que Platon, dans la République (X, 600 d), a donnée d’Hésiode et Homère, « allant de ville en ville chanter des “rhapsodies” » (ῥαψῳδεῖν... περιιόντας) : le rapport établi avec la marche et la route ou le chemin, encore que l’on puisse penser à une étymologie « populaire », ὁδός constituant un second élément tout prêt, sans les difficultés phonétiques entraînées par un rapprochement avec la famille de αύδή, ἀείδω, etc.

Le temps d’Hésiode

  • 89 Toutefois Cicéron, dans sa République (II, 20), fait de Stésichore le petit-fils que sa fille aurai (...)
  • 90 Felix Jacoby, DasMarmor Parium, Berlin (Weidmann), 1904, p. 11 (= T 15 Most).
  • 91 On trouvera d’autres textes, de moindre intérêt, parmi les testimonia rassemblés par Glenn W. Most, (...)

103On sait déjà, par la Souda et Jean Tzetzès, que l’on ne s’accordait pas sur l’époque du poète. Pausanias (IX, 30, 3) témoigne même des critiques suscitées, de la part des prétendus spécialistes, par toute tentative sérieuse de datation. Le développement légendaire que l’on vient de voir permettrait de le situer seulement une génération avant Stésichore, lequel serait né dans la trente-septième olympiade d’après la Souda, soit entre 632 et 62889, mais un document aussi important que le marbre de Paros fixe l’acmè d’Hésiode trois siècles plus tôt, entre 937 et 93590, ce qui s’accorde avec le jugement d’Hérodote (II, 53), pour lequel Hésiode et Homère auraient vécu tout au plus quatre siècles avant lui. Un tel écart surprendrait davantage si l’on n’en trouvait un plus grand encore dans le roman d’Homère. Il est toutefois remarquable en ce qu’il contraste avec la relative précision de certains renseignements ou prétendus renseignements trouvés dans l’œuvre. Même l’allusion aux jeux donnés à la mémoire d’Amphidamas, vraisemblablement à la fin du VIIIe siècle, n’a pas permis de dater, au moins approximativement, notre poète, comme si l’on ne pouvait pas ou ne voulait pas le situer dans le temps de l’Histoire. Ces jeux sont, au reste, oubliés par tous, à une exception près (5. f.), ainsi qu’on le pourra voir91 :

5. a. Velleius Paterculus, Histoire romaine, I, 7,1 (peu avant l’an 30 après J.-C.) :

104À cette époque [vers 820] appartint Hésiode, qu’environ cent vingt ans séparaient d’Homère. C’était un homme à l’esprit très distingué, réputé pour la douceur très agréable de ses poèmes, qui ne désirait rien plus que la détente et le calme, le plus proche d’un si grand homme [Homère] tant par l’époque que par le prestige de son œuvre. Il a évité le défaut dans lequel Homère était tombé : il a parlé de sa patrie et de ses parentsde sa patrie, très défavorablement, parce qu’il avait été mis à l’amende par elle.

5. b. Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XIV, 1, 3 :

105Tant le mal que se donnèrent les Anciens fut plus riche de résultats, ou leur activité mieux récompensée, il y a mille ans, aux commencements de l’écrit, quand Hésiode, le premier, fit connaître ses recommandations aux agriculteurs, et que nombreux furent ceux qui partagèrent le même intérêt !

5. c. Aulu-Gelle, Nuits attiques, III, 11,1-5 :

  • 92 Lucius Accius, le plus grand des tragiques romains, entre 170 et 86 avant J.-C.
  • 93 Il a vécu de 116 à 27 avant J.-C.

106On ne s’accorde pas sur l’époque d’Homère et d’Hésiode. Homère est né avant Hésiode d’après certains auteurs, dont Philochoros et Xénophane, après lui d’après d’autres auteurs, parmi lesquels le poète L. Accius92 et l’historien Éphore. Cependant Varron93, dans le premier livre des Portraits, dit qu’on ne sait pas bien lequel était l’aîné, mais qu’indiscutablement ils ont été contemporains, ce que montrerait l’inscription gravée sur le trépied déposé, selon la tradition, par Hésiode sur le mont Hélicon. Accius, dans son premier livre « didactique » recourt à des arguments bien légers pour montrer, croit-il, qu’Hésiode était l’aîné : « Homère —je cite —, quand il dit au début du poème qu’Achille est fils de Pélée, ne précise pas de qui il s’agit. Il l’aurait fait sans aucun doute s’il n’avait constaté qu’Hésiode l’avait dit. Même chose pour le Cyclope, surtout le fait qu’il n’ait qu’un œil : une telle particularité n’aurait pas été passée sous silence si elle n’avait pas également été connue grâce aux poèmes, antérieurs, d’Hésiode ».

5. d. Aulu-Gelle, Nuits attiques, XVII, 21, 3 :

  • 94 Rappelons que, selon la tradition, Rome aurait été fondée en 754/753.

107À propos d’Homère et Hésiode, presque tous les auteurs s’accordent à penser que leur époque est à peu près la même ou qu’Homère était passablement plus ancien, tous deux ayant cependant vécu avant la fondation de Rome94, du temps où les Silvii régnaient sur Albe, plus de cent soixante ans après la guerre de Troie selon Cassius, dans le premier livre des Annales, à propos d’Homère et d’Hésiode, mais environ cent soixante ans avant la fondation de Rome selon Cornelius Nepos, dans le premier livre de ses Chroniques, à propos d’Homère.

5. e. Clément d’Alexandrie, Stromates, I, 21,117 :

  • 95 Père d’Archippos, qu’il aurait précédé dans la même fonction de 1048 à 1012 d’après Eusèbe et saint (...)
  • 96 Habituellement datée de 1184/1183.

108D’après la chronique d’Euthyménès, ayant connu son apogée en même temps qu Hésiode, il [Homère] naquit au temps d’Acastos95, à Chios, environ deux cents ans après la prise de Troie96. C’est également l’avis d’Archémachos dans le livre III de son Histoire de l’Eubée, ce qui le fait aussi, comme Hésiode, plus jeune que le prophète Élisée.

5. f. Flavius Philostrate (première moitié du IIIe siècle après J.-C.), Héroïcos, 44, 3 (p. 57 L. de Lannoy) :

109Mais d’autres affirment que cent soixante années se sont écoulées, après Troie, jusqu’à Homère et Hésiode. C’est l’époque à laquelle ils chantèrent tous deux à Chalcis.

5. g. C. Julius Solinus (IIIe ou IVe siècle de notre ère), 40,17 :

110Entre lui [Homère] et le poète Hésiode, qui mourut au tout début de la première olympiade, cent trente-huit années se sont écoulées.

5. h. Eusèbe (vers 265 - vers 340), Chronique (d’après S. Jérôme), 119 F, 145 F, 151 F ( = T 23 Most) :

  1. Certains disent qu’Homère et Hésiode furent de ces temps [1017/1016].

  2. Hésiode est en grande réputation, assure Porphyre [en 809/808].

  3. Hésiode, d’après certains, connaît la gloire [en 767/766].

5. i. Jean Tzetzès, Chiliades, XIII, v. 649-650 :

  • 97 Soit entre 736 et 733 avant J.-C. Voir aussi, du même auteur, le texte 1. c.

Hésiode, lui, connut son apogée, d’après ce que j’ai trouvé chez d’autres auteurs, Pendant la onzième olympiade97.

La mort d’Hésiode

111Il en a déjà été question dans les textes 1. a. (§ 14), 1. b., 1. c., 2. a., 2. c. et 2. d., qui s’accordent, malgré quelques divergences, pour prêter au poète une fin brutale. Aristote et Plutarque connaissaient pourtant une autre légende, selon laquelle Hésiode serait mort, apparemment de façon plus banale, dans son village d’Ascra.

6. a. Plutarque, fr. 82 Sandbach ( = T 102 Most) :

112Plutarque rapporte que, à cette époque également, elle [Ascra] était inhabitée, pane que les Thespiens avaient fait disparaître ses habitants, dont les survivants avaient été recueillis par les gens d’Orchomène. C’est aussi pourquoi le dieu ordonna aux Orchoméniens de prendre les restes d’Hésiode et de les ensevelir chez eux. Ce que confirme Aristote dans son ouvrage Les Institutions d’Orchomène.

Conclusion

  • 98 Proclos, Chrestomathie, p. 72-73 Severyns = p. 422-423 West.
  • 99 Un autre exemple ancien : le chapitre que Pierre Waltz consacre à la vie d’Hésiode dans Hésiode et (...)

113Il serait inutile de souligner à nouveau les incertitudes et contradictions de la prétendue biographie hésiodique. Un fait, pourtant, reste remarquable : les romans d’Hésiode et d’Homère se sont appuyés l’un sur l’autre, et l’on a voulu le plus souvent dater le premier de ces poètes à partir du second. Que les auteurs du roman d’Homère aient voulu associer le « père fondateur » (1. b.) à Hésiode, si proche par la langue et la technique poétique, mais à l’existence apparemment mieux connue, au point d’en faire des cousins malgré la vive réaction de Proclos98, est compréhensible. La démarche inverse l’est, en revanche, beaucoup moins. En fait, on ne peut l’expliquer que par la force de la fonction fabulatrice, par cette tendance au romancement à laquelle n’échappent pas les érudits les plus distingués99. La biographie hésiodique ne pouvait pas rester uniquement historique ; il lui fallait une autre dimension. Les propos du poète lui-même la maintenaient dans des limites trop étroites, qu’il fallait dépasser ou ignorer : on a déjà vu ce qu’a fait Proclos du « rameau de laurier florissant », le « bâton » devenu nourriture.

Notes

1 Gabriella Pironti, HÉSIODE, Théogonie, Paris (Belles Lettres), 2008, p. X-XI.

2 Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, p. 889 a.

3 G. Nagy, Greek Mythology and Poetics, Ithaca et Londres (Cornell University Press), 1990, p. 74-75 (cf., encore, « Hesiod and the ancient biographical Traditions », dans le Brill’s Companion to Hesiod, Leyde et Boston [Brill], 2009, p. 310). Pour Françoise Bader, « On peut se demander si Πέρσης n’est pas une kenning, faite par un jeu de mots rapprochant Πέρσης, connu comme nom de Titan par l’auteur de la Théogonie (377), et πέρθε,.επερσα [...] “détruire, ravager, mettre à sac” » (« La Langue des dieux : hermétisme et autobiographie (II) », dans Les Études Classiques, 58 [1990], note 66, p. 243).

4 On peut voir encore Ian Rutherford, « Hesiod and the litterary Traditions of the Near East », dans le Brill’s Companion to Hesiod, p. 9-35.

5 Ph. Rousseau, « Instruire Persès : notes sur l’ouverture des Travaux d’Hésiode », dans Le Métier du mythe. Lectures d’Hésiode, sous la direction de Fabienne Biaise, Pierre Judet de La Combe et Philippe Rousseau, Lille (Presses Universitaires du Septentrion), 1996, p. 112-113. Cf., du même auteur, « Un Héritage disputé », dans La Conrponente autobiografica nella poesia Greca e Latina, Pise (Giardini), 1993, p. 48.

6 Cf. le commentaire de Martin L. West (Oxford [Clarendon Press], 1978), p. 34, et Luciano Canfora, Histoire de la littérature grecque d’Homère à Aristote (1986), traduction française, Paris (Desjonquères), 1994, p. 66-67. Christos C. Tsagalis pense même que « the use of the name Perses both for Hesiod’s brother and for Hecate’s father shows that if Hesiod and Perses represent the chief internal narrator and internal addressee respectively, then the ’Hymn to Hecate’ may well stand for another poetological strategy of the Hesiodic tradition to create for its audience recognizable links between its subject matter and its own performance conditions » (« Poet and audience : from Homer to Hesiod », dans La Poésie épique grecque : métamorphoses d’un genre littéraire, Genève [Fondation Hardt], 2006, p. 119).

7 Cf. Jean-Louis Perpillou, Les Substantifs grecs en-εύς, Paris (Klincksieck), 1973, § 29, 246, 253 et 265.

8 Selon Pierre Chantraine (op. cit., p. 528 a), ϰηφήν était « parfois employé par les Grecs pour désigner des barbares d’Asie ». Cf le Griechisches etymologisches Wörterhuch de Hjalmar Frisk, I (1960), p. 847.

9 Agostino Pertusi, Scholia vetera in Hesiodi Opéra et dies, Milan (Vita e pensiero), 1955, p. 17 (v. 27a) ; cf. p. 3.

10 F. G. Welcker, Theognidis reliquiae, Francfort-sur-le-Main (H. L. Broenner), 1826, p. LXXVII-LXXVIII : Hesiodus fratrem affatur, non magis nomine vero, quam persona, quamvis de hoc veteribus longe aliter visum.

11 M. L. West, op. cit., p. 33.

12 Cf. Christos C. Tsagalis, « Poet and audience : from Homer to Hesiod », p. 112, et « Poetry and Poetics in the Hesiodic Corpus », dans le Brill’s Companion to Hesiod, p. 157.

13 Cf. Jean Bérard, ha Colonisation grecque de l’Italie méridionale et de la Sicile dans l’Antiquité, L’histoire et la légende (1941), seconde édition, Paris (E. de Boccard), 1957, p. 48-49.

14 Gregory Nagy, Greek Mythologg and Poetics, p. 73.

15 Selon Marcel Detienne, les démêlés d’Hésiode et Persès s’expliqueraient même par la rareté des terres en Béotie (Crise agraire et attitude religieuse chez Hésiode, Bruxelles-Berchem [Latomus], 1963, p. 28).

16 Éphore, 70 F 1 et 100 Jacoby.

17 Gregory Nagy, op. cit., p. 72, et Robert Lamberton, Hesiod, New Haven et Londres (Yale University Press), 1988, p. 29-30. Cf. Plutarque, fragment 82 Sandbach, et, à nouveau, les vers dits d’Hègèsinous (= Pausanias, IX, 29,1).

18 G. Nagy, Le Meilleur des Achéens. La fabrique du héros dans la poésie grecque archaïque (1979), traduction française, Paris (Seuil), 1994, p. 28 ; cf p. 29 et 342-344.

19 R. P. Martin, « Hesiod’s metanastic Poetics », Ramus, 21/1 (1992), p. 15-16 et 19, avec des citations, respectivement, de Robert Lamberton, op. cit., p. 35 (cf p. 3, 24-25 et 63), et Mark Griffith, « Personality in Hesiod », ClassicalAntiquity, 2 (1983), p. 37.

20 On suivrait donc difficilement Jesper Svenbro (Laparole et le marbre, Lund, 1976, p. 63-64), qui paraît abuser de l’analogie avec les guslari de l’ancienne Yougoslavie.

21 Gregory Nagy, Greek Mythology and Poetics, p. 63. Richard P. Martin va plus loin : « it remains indisputable that Hesiod’s language is more Ionie than Homer’s », et « The mask of the Boeotian peasant in the WD becomes protective colouring for an Ionian poet, or any other who might wish to adopt it » (art. cit., p. 27 et 28). Cf. Arie Hoekstra, « Hésiode et la tradition orale », Mnemoyne, 10 (1957), p. 201-202, et Albio Cesare Cassio, « The Language of Hesiod and the Corpus Hesiodeum », dans le Brill’s Companion to Hesiod, p. 193, 198 et 201.

22 Cf., notamment, A. Hoekstra, art. cit., p. 199, qui renvoie à Wilamowitz, Hesiodos Erga (1928), p. 102-103.

23 Scholia vetera in Pindari carmina, III. Scholia in Nemeonicas et Isthmionicas... (1927), recensuit A. B. Drachmann, réimpression, Stuttgart et Leipzig (B. G. Teubner), 1997, p. 31, 1. 13.

24 Platon, République, X, 600 d ; Lucien, Entretien avec Hésiode, 4.

25 F. Bader, « Le liage, 1a peausserie et les poètes-chanteurs Homère et Hésiode : la racine *seh2- “lier” », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 85 (1990), p. 43-48.

26 Cf. Glenn W. Most, HESIOD, I. Theogony, Works and Days, Testimonia, Cambridge, Mass., et Londres (Harvard University Press), 2006, p. XV.

27 Tous les e longs sont fermés en béotien (Michel Lejeune, Phonétique historique du mycénien et du grec ancien, Paris [Klincksieck], 1972, p. 233 et 236-237).

28 Sur la psilose ionienne, voir par exemple Michel Lejeune, op. cit., p. 281-282.

29 On peut voir aussi Christos C. Tsagalis, « Poetry and Poetics in the Hesiodic Corpus », p. 156, pour qui « The “brother” relationship between Hesiod and Perses is a functional analogy serving the poetry’s admonitory nature ».

30 Voir notamment la communication de S. Rabau au séminaire du CERC (Université de Paris III), « La Représentation entre fiction et conjecture : le cas du discours philologique des Sciences de l’Antiquité », sur le site www.fabula.org., ou encore « Pour une poétique de l’interpolation », LHT, no 5 (même site).

31 P. Mazon, dans son édition d’Hésiode (1928), p. VII-VIII.

32 On peut voir pourtant, par exemple, Peter Von der Mühll, « Hesiods helikonische Musen », Museum Helveticum, 27 (1970), p. 197.

33 La condamnation peut remonter, en fait, aux Alexandrins (Franco Montanari, « Ancient scholarship on Hesiod », dans le Brill’s Companion to Hesiod, p. 315).

34 Plutarque, banquet des sept Sages, 153 f ; Scholia vetera in Hesiodi Opera et dies, p. 205-206 Pertusi (v. 650-662), où il est précisé qu’Amphidamas serait mort dans un combat naval. La condamnation de ces vers, parce qu’ils ne contiendraient « rien de bon » (οὐδὲν ἔχοντα.χρηστόν), paraît avoir pour origine l’erreur selon laquelle ils feraient allusion au prétendu concours entre Hésiode et Homère (cf. Paul Mazon, op. cit., p. 77-78).

35 Le texte est incertain.

36 Odyssée, IX, v. 6-11, avec quelques variantes. Allusions, notamment, de Platon (République, III, 390 a-b) et Aristote (Politique, VIII, 1338 a 21-30).

37 Cf. Hésiode, Théogonie, v. 32 et surtout v. 38. Ce distique et sa réponse, avec d’importantes variantes, sont également dans le concours opposant Hésiode à Leskhès dans le Banquet des sept Sages de Plutarque, 154 a.

38 Cf Aristophane, Paix, v. 1280 et 1282-1283. Ces vers étaient donc bien connus dès avant 421. Une virgule a été omise pour garder au premier vers son ambiguïté.

39 Sont laissés de côté onze autres vers d’Hésiode, complétés avec à-propos par Homère.

40 50 x 50 x 50 x 3 x 300 = 11 250 000.

41 Hésiode, Les Travaux et les jours, v. 383-392 (avec quelques variantes).

42 Traduction incertaine. On ne sait pas, en fait, ce que signifie précisément l’adjectif προθέλυμνoς.

43 Iliade, XIII, v. 126-133 et 339-344.

44 Oinoè (Οἰνόη) est pour Thucydide (VIII, 98, 1 [cf. 2, 3, 4, mais aussi II, 18, 1 et 2 ; II, 19, 1]) « une forteresse athénienne à la frontière de la Béotie ». Il doit donc s’agir ici de la ville que le même auteur (III, 95, 3 ; 98, 3 ; 102, 1) appelle Oinéôn (Οἰνεών). Celle-ci est toutefois en Locride occidentale, alors que notre auteur paraît la situer en Locride orientale, à proximité de l’Eubée.

45 Le titre indiqué (ἐνηπόδω) est manifestement altéré. On veut lire souvent, après Carl Gôttling, Ήσιόδῳ, « dans Hésiode ».

46 Cette épigramme, que nous retrouverons, serait de Mnasalcès de Sicyone (IIIe siècle avant J.-C.), d’après l’Anthologie palatine, VII, 54. Les gens d’Orchomène l’attribuaient toutefois à un certain Chersias, selon Pausanias, IX, 38,10.

47 Le rédacteur de la Souda s’inspire du Lexique, ou Catalogue des personnes célèbres dans les classes d’Hésychios de Milet (VIe siècle de notre ère)

48 La première olympiade ayant commencé, dit-on, en 776, il faudrait donc situer Hésiode, ou plutôt son acmè, vers 808.

49 Les manuscrits offrent deux versions, avec de légères variantes. La source principale est Proclos (Ve siècle après J.-C.), que J. Tzetzès s’est souvent contenté de copier (voir Thomas Gaisford, Poetae minores Graeci, II, Leipzig [1823], p. 5-9).

50 Erreur pour Archippos. Celui-ci aurait été, de 1012 à 993 d’après Eusèbe et saint Jérôme (ou de 1006 à 983, voire de 1032 à 992), le troisième des archontes perpétuels qui succédèrent au roi Codros, à Athènes. Cf. la Realencyclopädie, II, 1 (1895), col. 581-582.

51 Cette hésitation de Tzetzès ou des copistes entre Panidès et Paneidès (au lieu de Panidès [Πανήδης]) doit n’être pas sans rapport avec la prononciation du temps.

52 Denys (ou, pour être plus exact, Dionysios) de Samos, peut-être au IIe siècle de notre ère, qui fut à la fois un poète et un érudit spécialiste du cycle épique, d’où son surnom. Cf. l’article « Dionysios 110 » de la Realencyclpädie, V, 1 (1903), col. 932-933.

53 Hérodote ne dit évidemment rien de tel.

54 Le distique ne figure pas dans l’édition Teubner de Pindare, par Bruno Snell et Herwig Maehler, mais, par exemple dans celle d’Aimé Puech (PINDARE, IV, Isthmiques et fragments [1923], 3e édition, Paris [Belles Lettres], 1961, p. 237). Déjà cité par Aristote (fr. 578, 1 Gigon), il peut avoir été attribué à Pindare par Proclos. Cf. la Souda, article Τò Ήσιόδειον γῆρας ( = Aristote, fr. 578, 2 Gigon).

55 Allusion railleuse de Lucien à cette corneille dans De la fin de Pérégrinos, 41.

56 Voir aussi l’Anthologie palatine, VII, 52 à 54, et IX, 64 et 161.

57 Il suffit de renvoyer à l’article « romancer » des dictionnaires de Littré ou de Robert.

58 Cf. Élien, Histoire variée, X, 13.

59 Thomas Gaisford, op. cit., p. 5-6.

60 Pierre de Ronsard, « Chanson », v. 1, dans Le Premier Livre des Amours (1552).

61 Traduction un peu inexacte, χρηματίζειv signifiant exactement « s’occuper d’affaires » (cf. χρῆμα), c’est-à-dire « négocier officiellement », « traiter d’intérêts publics » et même « faire des affaires ». Les leçons d’Hésiode auraient donc été utiles dans le domaine pratique, voire social et politique. On pense au jugement d’Héraclite (fr. 25 Conche = 22 B 57 Diels-Kranz ; cf. fr. 21 = 22 B 40 D.-K.) faisant d’Hésiode « le maître [ou « l’instimteur »] des plus nombreux » (διδάσϰαλoς... πλείστων).

62 Strabon, XIII, 3, 6 (les grands hommes de Cumè) : « et encore avant celui-ci [l’historien Ephore] le poète Hésiode : lui-même a dit que son père, Dios, émigra en Béotie depuis Cumè, en Éolie ».

63 D’après la première des Vies d’Homère attribuées à Plutarque (§ 2) et celle de Proclos (§ 4), qui va être citée.

64 Pausanias, V, 7, 8.

65 Sur l’ensemble du problème : Jean-Pierre Levet, Le Vrai et le faux dam la pensée grecque archaïque, 1. Présentation générale, le vrai et le faux dans les épopées homériques, et Le Vrai et le faux dans la pensée grecque archaïque. D’Hésiode à la fin du Ve siècle, Paris (Belles Lettres), 1976 et 2008.

66 Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante, Paris (Seuil), 1983, p. 39.

67 Isocrate, À Nicoclès, 43.

68 Platon, République, V, 466 c et Lois, IV, 718 e. Cf. Plutarque, Quels sont les plus intelligents parmi les animaux ?, 969 e.

69 Platon, Charmide, 163 c, République, II, 363 a et Apologie, 41 a ; Hermésianax, Léontion, III, v. 22 (p. 98 Powell).

70 On verra plus loin (6. a.) une autre tradition.

71 Denys d’Halicamasse, De la Composition littéraire, 23, 4 ; cf. De l’imitation, 2, 2, et surtout Démosthène, 40, 1-11.

72 D’après Pausanias, IX, 18, 5.

73 Cf. La Chanson grecque dans l’Antiquité, Paris (CNRS Éditions), 1992, p. 39, 40, 44, 45-46 et 4950, et, sur cet aspect d’Hésiode, Gregory Nagy, Le Meilleur des Achéens, p. 341-342 et 344, et encore « Hesiod and the ancient biographical Tradition », p. 304-308.

74 Cf. Thucydide, II, 84, 4 et 86, 2, 3 et 5 ; cf. III, 102, 2.

75 Pausanias, I, 44, 8.

76 Cf. N.J. Richardson, « The Contest of Homer and Hesiod and Alcidamas’ Mouseion », The Classical Quarterly, 31 (1981), p. 1-10, pour lequel « It seems more likely that the legend is the product of earlier popular embroidery, at a time when speculation about these early poets’lives was becoming common » (p. 1).

77 Friedrich Nietzsche, « Der Florentinische Tractat über Homer und Hesiod, ihr Geschlecht und ihren Wettkampf », Rheinisches Museum, 25 (1870), p. 528-540, et 28 (1873), p. 211-249.

78 Deux des vers cités dans le § 7 (en fait un lieu commun), « D’abord, ne pas naître... les portes d’Hadès », proviennent également du Mouseion d’après Stobée (IV, 52, 22).

79 John P. Mahaffy, Flinders Petrie Papyri, Dublin (the Academy House), 1891, no XXV. Il est cité par Thomas W. Allen, p. 225, et par Wilamowitz, Vitae Homeri et Hesiodi, p. 45-47. Cf. ALCIDAMANTE, Orazioni e frammenti,... a cura di Guido Avezzù, Rome (« L’Erma » di Bretschneider), 1982, p. XXVII.

80 Traduction, avec les références, dans Le Roman d’Homère, chapitre III.

81 On peut toutefois rappeler 1a présence d’un autre Ganuctôr, un chanteur, dans les Dionysiaques de Nonnos de Panopolis, XL, v. 226.

82 Ont été cités ailleurs Ménélas, Hélène et Pénélope (L’Épopée. Genèse d’un genre littéraire en Grèce, Presses universitaires de Rennes, 1999, p. 136-144).

83 La Chanson grecque dans l’Antiquité, p. 8-9.

84 D’après Etienne de Byzance, article Μάταυρος ( = Stésichore, 9 Campbell). Le rédacteur de la Souda, article Στησίχορος (TV, p. 433 Adler), appelle la ville Matauna (Ματαυρία).

85 [Aristote], fr. 579 Gigon, cité par Jean Tzetzès dans ses Scholies aux Travaux (p. 50 Wilamowitz), et Philochoros, 328 F 213 Jacoby. Les sources hésitent, pour le nom de la jeune fille, entre Cluménè (« Célèbre »), ce qui est l’avis de Philochoros, et Ctèménè ou Ctiménè, doublet féminin de Ctiménos, ainsi que l’on appelait souvent l’un des frères meurtriers d’Hésiode.

86 L’aède prétentieux et impie que les Muses punirent en le rendant infirme et en lui enlevant l’art du « chant qu’aucun dieu n’a dit » (Iliade, II, v. 594-600).

87 Le manuscrit de Florence, que Thomas Gaisford n’a pas utilisé dans son édition de l’Etymologicum Magnum (Oxford, 1848), garde la trace d’une rédaction un peu plus complète (Emmanuel Miller, Mêlanges de littérature grecque contenant un grand nombre de textes inédits, Paris [Imprimerie impériale], 1868, p. 153).

88 Verbe non attesté par ailleurs.

89 Toutefois Cicéron, dans sa République (II, 20), fait de Stésichore le petit-fils que sa fille aurait donné à Hésiode. Ajoutons que, si Hésiode eut bien un fils d’après le scholiaste des Travaux (p. 92 [v. 271a] dans l’édition d’Agostino Pertusi = T 19 Most), il s’appelait Mnaséas (Μνασέας), et sa mère était soit Cluménè, comme le pensait Philochoros (cf. note 85), soit Archiépè.

90 Felix Jacoby, DasMarmor Parium, Berlin (Weidmann), 1904, p. 11 (= T 15 Most).

91 On trouvera d’autres textes, de moindre intérêt, parmi les testimonia rassemblés par Glenn W. Most, toujours dans le premier volume de son édition d’Hésiode.

92 Lucius Accius, le plus grand des tragiques romains, entre 170 et 86 avant J.-C.

93 Il a vécu de 116 à 27 avant J.-C.

94 Rappelons que, selon la tradition, Rome aurait été fondée en 754/753.

95 Père d’Archippos, qu’il aurait précédé dans la même fonction de 1048 à 1012 d’après Eusèbe et saint Jérôme (ou de 1041 à 1006, ou encore de 1071 à 1032).

96 Habituellement datée de 1184/1183.

97 Soit entre 736 et 733 avant J.-C. Voir aussi, du même auteur, le texte 1. c.

98 Proclos, Chrestomathie, p. 72-73 Severyns = p. 422-423 West.

99 Un autre exemple ancien : le chapitre que Pierre Waltz consacre à la vie d’Hésiode dans Hésiode et son poème moral (Bordeaux [imprimerie G. Gounouilhou], 1906, p. 21-34).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540