Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et navigation

 | 
Didier Poton
, 
Pierre Prétou

Troisième partie. Le baptême de la mer

Hagiographie chrétienne et pilotage des navires à la fin du Moyen Âge

Christian hagiography and sailing in the late Middle Ages

Jeanne-Marie Cocu

Résumé

Dans les sources hagiographiques de la fin du Moyen Âge, les saints comme Nicolas ou Yves interviennent pour sauver les fidèles menacés par des tempêtes. Ils apaisent les éléments déchainés grâce aux miracles. Certains pilotent des navires comme saint Brendan. Pourtant, les saints ne sont pas réellement des capitaines de navire car les voyages nautiques ressemblent davantage à des pérégrinations dans l’hagiographie de la fin du Moyen Âge.

In hagiographical sources of the late Middle Ages, the saints as Yves or Nicolas save the faithful threatened with storms. They soothe the unleashing elements thanks to miracles. Some of them navigate vessels like Brendan. Yet the saints are not really ship captains because the water trips are much like religious peregrinations in hagiographical sources of the late Middle Ages.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« O beate nicholae nos ad portum maris trahe. » Cette supplique, adressée à l’évêque de Myre sur un phylactère d’une enluminure du XVe siècle, est l’appel désespéré de chrétiens pris dans une tempête et qui se tournent vers celui qui pourra les sauver : le saint (fig. 1). Dès le Moyen Âge central en Occident, les saints sont invoqués par les fidèles pour obtenir un sauvetage, une protection, une guérison, ou même parfois un miracle exceptionnel comme une résurrection. Schématiquement, les saints sont ceux qui ont été déclarés sancti par l’Église catholique c’est-à-dire que leur vie chrétienne parfaite et leurs mérites personnels ont été officiellement reconnus lors d’un procès en canonisation. Ils sont inscrits au calendrier liturgique, célébrés lors des offices et leur mémoire est perpétuée par les textes hagiographiques lus dans les monastères et les couvents. On leur dédicace des paroisses, des églises ou de simples chapelles. Leur succès est tel qu’on peut parler « d’apogée de l...

Auteur

Académie de Poitiers

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540