Version classiqueVersion mobile

Pouvoirs anciens, pouvoirs modernes de l'Afrique d'aujourd'hui

 | 
Bernard Salvaing

Deuxième partie. Pouvoirs anciens dans l'Afrique d'autrefois, pouvoirs nouveaux dans l'Afrique d'aujourd'hui

La reprise en compte par le Maroc indépendant des anciennes revendications territoriales

How did Independent Morocco endorse the ancient territorial claims of the ancient kingdom of Morocco?

Michel Catala

Résumé

L’auteur montre que ces premières revendications ne se fondent pas sur des arguments « occidentaux » de droit international ou de respect des frontières légalement établies par des traités. Elles s’appuient sur toute une série d’arguments historiques, géographiques et religieux : « C’est au nom de l’Islam et de l’arabisme que les Marocains réclament le Sahara. »
Ainsi la revendication est d’abord orchestrée par certains membres de l’Istiqlal, en particulier Allal el-Fassi qui « réclame tout le Sahara occidental d’où partirent au XIe siècle les Almoravides qui fondèrent Marrakech et allèrent repousser les Chrétiens d’Espagne au-delà de l’Andalousie ». L’article montre comment la monarchie marocaine, après une période initiale de grande prudence, est conduite à faire siennes ces idées, malgré les heurts avec la France qui défend une autre vision des frontières et de leur généalogie, et en particulier l’intégrité de la Mauritanie qu’elle a créée.

Texte intégral

LES REVENDICATIONS DU MAROC INDÉPENDANT SUR LE SAHARA OCCIDENTAL. ORIGINES ET ENJEUX 1956-1958

  • 1 La zone internationale de Tanger est réintégrée à son tour le 20 octobre 1956. Cette étude s’appui (...)
  • 2 Husson P., La question des frontières terrestres du Maroc, 1960, p. 45. Cette étude commanditée pa (...)
  • 3 El Alam, 28 mars 1956, cité par Julien C.-A., Le Maroc face aux impérialismes, Paris, Jeune Afriqu (...)

1Après une longue crise, la France reconnaît le droit du Maroc à l’indépendance le 6 novembre 1955. Le 7 mars 1956, le sultan proclame l’indépendance du royaume, après la signature d’un accord avec le nouveau gouvernement français présidé par Guy Mollet. Le 7 avril, l’Espagne renonce à sa tutelle sur la zone nord1. Ce retour à l’unité et à l’indépendance du pays n’empêche pas l’expression de revendications territoriales nouvelles, dans le contexte particulier de la décolonisation africaine et de la guerre d’Algérie. Allal el-Fassi, le leader spirituel du nationalisme marocain et de l’Istiqlal, réclame très tôt l’accomplissement du « grand Maroc ». Dès les 12 et 25 février 1956, le journal de l’Istiqlal, El Alam, publie des pétitions signées par des « habitants de Tindouf » qui affirment leur allégeance marocaine2. Allal el-Fassi prend position publiquement pour la première fois dans un discours à la « jeunesse istiqlalienne de Fès » : « Cette indépendance est encore incomplète et le demeurera tant qu’il y aura dans le pays une partie sous protectorat et influence étrangère3. » Il cite expressément le Sahara français :

  • 4 Discours d’Allal el-Fassi le 27 mars 1956, cité par Parodi A., alors ambassadeur à Rabat, dans une (...)

« Tant que le Sahara, de Tindouf à Attar, et les parties des confins algéro-marocains ne seront pas retournés au pays, notre indépendance demeurera boiteuse et notre premier devoir sera de poursuivre l’action pour libérer la patrie et l’unifier4. »

  • 5 Le PDI et l’Istiqlal récupèrent ces revendications lors de leurs congrès d’août 1956.

2Le 3 juillet 1956, dans une conférence de presse au Caire, Allal el-Fassi affirme que la frontière sud de l’Empire chérifien se situe à Saint-Louis du Sénégal, et inclut toute la Mauritanie dans son « grand Maroc ». Le 7 juillet 1956, El Alam publie une carte du vaste territoire réclamé par le leader nationaliste, dont les frontières vont désormais jusqu’à Tombouctou au Soudan et Adrar en Algérie5 !

3Cette émergence de revendications territoriales et d’une forme d’insatisfaction face aux conditions de l’indépendance de 1956 est révélatrice de l’expression du nationalisme marocain et de la volonté de maintenir la lutte contre les puissances coloniales, la France et l’Espagne, qui contrôlent toujours le Sahara occidental. Ces revendications sont progressivement prises en compte par le gouvernement marocain et par le roi, en s’appuyant sur l’action de l’Armée de libération au Sahara espagnol et en Mauritanie, et deviennent un axe majeur de la politique intérieure et extérieure du royaume en 1958.

AUX ORIGINES DES REVENDICATIONS D’ALLAL EL-FASSI

  • 6 En 1956, après l’indépendance, l’Espagne continue d’occuper militairement deux autres territoires (...)
  • 7 L’occupation est assurée en 1956 par environ 1 500 Espagnols, presque tous militaires, concentrés (...)

4La vaste zone désertique réclamée par Allal el-Fassi est sous double administration coloniale, française et espagnole. À l’ouest, l’Espagne possède là l’essentiel des colonies qui lui reste, l’Afrique occidentale espagnole. Le Sahara espagnol est divisé en deux territoires administratifs, le Seguia de Hamra, vaste rectangle désertique de 82 000 kilomètres carrés, autour de la légendaire Smara, et la colonie du Rio de Oro, 184 000 kilomètres carrés de désert étendu sur plus de 500 kilomètres le long de l’Atlantique6. La première implantation espagnole à Villa Cisneros (l’actuelle Dakhla) date de 1885. Les conventions de Paris de 1900 et de 1904, puis les traités de 1912 reconnaissent la possession de tous ces territoires par l’Espagne7. Côté français, il s’agit tout d’abord d’une vaste région au sud-ouest de l’Algérie, du sud de Colomb Béchar à Tindouf, de l’Hamada du Guir à l’Hamada du Draa, jusqu’à l’Iguidi. La Mauritanie fait également partie des revendications d’Allal el-Fassi. Jeune colonie fondée en 1921 pour contrôler le Sahara occidental, elle devient en 1946 l’un des huit territoires de l’Afrique occidentale française. C’est un immense pays de 1 031 000 kilomètres carrés, étiré sur plus de 1 000 kilomètres du fleuve Sénégal jusqu’à la frontière avec l’Algérie, un État charnière entre l’Afrique du Nord et l’Afrique noire. Sa partie septentrionale encadre le Sahara espagnol, de l’Adrar (Atar et Chinguetti) au sud du Rio de Oro, au Zemmour, sur le tropique du Cancer, jusqu’aux grands espaces plats du Yetti, à l’est du Seguiet espagnol, limitrophe de l’Algérie. Les revendications de l’Istiqlal s’étendent ensuite vers l’est jusqu’aux confins du Soudan (le Mali actuel) et de l’Algérie, vers l’Erg Chech et le Tanezrouft, véritable barrière naturelle qui sépare le Sahara occidental et le Sahara central des Touaregs et Tombouctou.

  • 8 Husson P., La question des frontières terrestres du Maroc, op. cit., p. 66.

5Au total, Allal el-Fassi réclame tout le Sahara occidental d’où partirent au XIe siècle les Almoravides qui fondèrent Marrakech et allèrent repousser les chrétiens d’Espagne au-delà de l’Andalousie… Ces premières revendications ne se fondent pas sur des arguments « occidentaux » de droit international ou de respect des frontières légalement établies par des traités. Elles s’appuient sur toute une série d’arguments historiques, géographiques et religieux : « C’est au nom de l’islam et de l’arabisme que les Marocains réclament le Sahara8. » D’après Allal el-Fassi et ses compagnons, le désert occidental appartient à la communauté des croyants et il est peuplé par des tribus arabo-berbères. Le roi du Maroc est donc leur seul souverain légitime. Car finalement, les Marocains peuvent toujours revendiquer l’ancienneté de leur présence dans la région par rapport aux Européens. Toutes les tentatives menées par les différentes dynasties marocaines pour s’implanter durablement dans le Sahara échouent si l’on s’en tient à une vision occidentale du contrôle territorial, et ce dès la période des Almohades, qui succèdent aux Almoravides au milieu du XIIe siècle. Du XIIIe au XVe siècle, sous les Mérinides, le territoire marocain se réduit progressivement et les sultans semblent perdre leur influence sur le territoire mauritanien actuel. Une parenthèse importante et symbolique a lieu à la fin du XVIe siècle. Le sultan Abd el Mansur se lance dans une éphémère conquête de Tombouctou en 1591 pour contrôler les pistes sahariennes. Il bat les forces de l’Empire songhaï et crée le pachalik marocain de Tombouctou et du Soudan occidental. Les produits de la vallée du fleuve Niger prennent alors le chemin des oasis marocaines puis de Marrakech par le circuit de caravanes sous forte escorte. Mais dès 1612 les pachas de Tombouctou se conduisent en princes indépendants et l’or du Mali cesse de parvenir jusqu’à Marrakech. Mais la suzeraineté marocaine reste et les pachas font allégeance aux sultans du Maroc. Les Alaouites, qui contrôlent l’Empire à partir de 1632, parviennent à étendre à nouveau l’autorité chérifienne jusqu’au fleuve Sénégal grâce au concours des émirs maures de l’Adrar, du Trarza et du Brakna, notamment sous le règne de Moulay Ismail (1672-1727). À l’est, les oasis du Touat sont soumises. Mais Tombouctou ne sera plus jamais reconquise, même si l’influence marocaine reste forte sur le Pachalik de Tombouctou toujours dirigé par les Armas, les descendants des troupes marocaines, jusqu’à leur éviction définitive en 1833.

  • 9 Pour une histoire des origines et du développement des Regueibat, voir Désiré-Vuillemin G., Histoi (...)

6À l’arrivée des Européens au XIXe siècle, l’influence marocaine s’est largement estompée et paraît très théorique à des yeux occidentaux. L’affaiblissement de l’Empire chérifien s’accompagne d’une perte d’influence dans tout le Sahara occidental. Le retour d’un Maroc indépendant en 1956, dans le cadre de la décolonisation française de l’Afrique, ouvre les appétits chérifiens sur le vaste désert, un espace potentiellement très riche et donc très convoité. Ce vaste territoire de près de 2 000 000 de kilomètres carrés dépasse les 700 000 habitants en 1956, qui se divisent entre populations noires des bords du fleuve Sénégal et surtout tribus nomades qui parcourent le reste du territoire. Au centre de la région se trouvent les parcours des tribus nomades Regueibat, qui étaient organisées en une confédération avant l’arrivée des Français. Ils dominent cette zone depuis leur brutale conversion de tribus maraboutiques en redoutables guerriers au XIXe siècle. Ce sont de grands nomades chameliers qui se déplacent continuellement. Ils sont au contact des conquérants Français et des Espagnols dès le début du siècle9, et ne sont qu’un élément de la population maure qui habite l’ensemble de la région couverte par les revendications marocaines. Le Sahara espagnol est habité principalement par des tribus Oued Delim et Tekna. Ce peuplement « maure » est assez homogène :

  • 10 Service historique de la Défense (SHD), Armée de terre, 5H 165, AOF-Mauritanie, dossier 1, « Étude (...)

« Du Sénégal à l’Oued Draa, du Cap Juby à l’Erg Chèch, de Tindouf à Timbedra, les milieux humains se présentent donc comme un bloc ayant en gros la même société hiérarchisée, la même langue, le même costume, le même habitat et des besoins à peu près semblables10. »

  • 11 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (CADN), Madrid, F, 252, lettre 929 du 3 octobre 1951 a (...)
  • 12 Un prêt de 16 milliards de francs CFA est demandé à la BIRD en 1957, et accordé en 1959.
  • 13 L’exportation du fer commence seulement onze ans plus tard, en 1963.

7Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la colonisation est surtout le signe du démarrage de l’exploitation économique du Sahara. Les Français se lancent dans la prospection des richesses naturelles de cet immense espace jugé prometteur. Les principales découvertes d’hydrocarbures ont lieu au nord-est du Sahara. Mais les recherches de pétrole sur la frontière algéro-marocaine, menées en 1954 et 1955, n’ont pas donné de résultats. Dès 1946, la direction des mines de l’AOF s’intéresse aux ressources géologiques de l’Adrar, en Mauritanie. Les premières prospections confirment la présence d’un immense gisement de fer, à proximité immédiate de Fort Gouraud et de la frontière du Rio de Oro, à 340 kilomètres de l’océan. Ce gisement apparaît dès le début des années 1950 comme extrêmement riche : une excellente teneur en métal, une exploitation facile à ciel ouvert, des réserves immenses (au moins 68 millions de tonnes !). La sidérurgie européenne, confrontée à une concurrence internationale très forte, trouve dans le fer mauritanien un complément de minerai indispensable à son développement. La Société anonyme des Mines de Fer de Mauritanie (Miferma), est créée en 1952. Les capitaux français sont majoritaires, d’ailleurs à la demande des diplomates du Quai-d’Orsay11. La Miferma doit construire d’énormes infrastructures : un port, une ville nouvelle pour loger le personnel, et surtout une ligne de chemin de fer pour évacuer le minerai. Il faut réunir le capital nécessaire12, tracer une voie ferrée, puis entreprendre les travaux13. Au sud, un gisement de cuivre exploitable à ciel ouvert est découvert à Akjoujt, en Mauritanie, près d’Atar. En 1953, à la frontière algéro-mauritanienne, près de Tindouf, un autre gisement de fer est découvert à Gara Djebilet.

8Aux droits historiques, essentiellement politiques et religieux, se sont donc rajoutés des intérêts économiques importants, qui viennent renforcer l’intérêt de la France et du Maroc pour le désert, dans le contexte incertain de la guerre d’Algérie et du devenir postcolonial de l’ensemble du Sahara.

LES MALADRESSES FRANÇAISES DANS LA GESTION DES CONFINS

9Le partage du Sahara occidental entre les deux puissances coloniales, la France et l’Espagne, est longtemps resté fictif. L’organisation mise en place par les Français n’aide guère à clarifier la situation territoriale des Confins, et a longtemps entretenu le maintien de l’influence marocaine.

  • 14 L’un des derniers rezzous Reguebat a lieu en 1928 et est arrêté avec difficulté à 1 800 kilomètres (...)

10Français et Espagnols ont attendu plus de trente ans avant d’occuper le Sahara occidental. Dès 1909, depuis l’occupation de l’Adrar, le fleuve Sénégal est protégé des incursions les plus dévastatrices des populations maures, les fameux Rezzou. Les Regueibats ont fait acte d’allégeance pour la première fois en 1909, mais repartent « en dissidence » dès 1912, avant de signer la paix en 1917. La menace d’une population encore très mal connue semble contenue, et les troupes françaises sont occupées ailleurs. Les années 1920 sont assez calmes, car sèches : les Regueibats doivent aller faire paître leurs troupeaux vers le sud, des territoires mieux contrôlés par les Français14. Mais les difficultés rencontrées par les aviateurs dans leur survol du désert entre le Maroc et Dakar alertent l’opinion sur l’existence de cette zone de non-droit. Au début des années 1930, lorsque l’armée française entreprend d’occuper et de pacifier définitivement le sud marocain, la question du contrôle du Sahara redevient d’actualité. Les reconnaissances méharistes se multiplient au départ de la Mauritanie et de l’Algérie. Les Regueibats, touchés par une grave sécheresse, n’offrent guère de résistance et se soumettent à Atar en Mauritanie dès 1933. Le poste militaire de Fort Gouraud est créé la même année. Les troupes de Giraud, venues du Maroc, poussent jusqu’à Tindouf en mars 1934. Le 7 avril, elles font leur jonction avec une maigre colonne mauritanienne au puits de Bel Guerdane, situé entre Aïn Ben Tili et Bir Moghrein. Dans le Rio de Oro voisin, les Espagnols en profitent pour établir des postes militaires à l’intérieur des terres. En 1937, toute la région est désormais sous le contrôle des Français et des Espagnols.

  • 15 SHD, 5H 165, AOF-Mauritanie, dossier 1, « Étude sur le territoire mauritanien au nord du 25e paral (...)

11Si la région est riche et potentiellement dangereuse, il convient d’en assurer la défense. Mais les spécificités de l’occupation ont rendu la situation très complexe. La conquête de Tindouf s’est faite depuis le Maroc, celle de Bir Moghrein depuis la Mauritanie, c’est-à-dire l’AOF. Pour sécuriser tout le Sahara occidental, la France décide de créer en 1933 un commandement unique pour réunir les forces algériennes, marocaines et mauritaniennes, qui dépendent alors de trois administrations différentes ! Le « commandement militaire des confins algéro-marocains » est chargé du commandement militaire et de l’action politique sur les territoires algériens de l’annexe de la Saoura (Tindouf) et la partie occidentale de l’annexe du Touat, sur les circonscriptions territoriales du Noun, du Bani et de Ktaoua à l’extrême sud du Maroc, et en Mauritanie, sur les territoires au nord du 25e parallèle. Ce commandement militaire se superpose aux frontières des trois pays, qui conservent en théorie leurs attributions politiques et administratives. Le commandant des confins est sous l’autorité du commandant de la région militaire d’Agadir, donc du résident général à Rabat, et le siège du commandement est à Tiznit. Plusieurs raisons expliquent cette dépendance : la conquête s’est effectuée en même temps que celle du Sud marocain, sous la direction du général Giraud, et par des troupes en majorité « marocaines » ; le Sud du Maroc reste la région non désertique la plus proche des confins ; le ravitaillement provient d’Agadir et les Regueibats fréquentent le marché de Goulimine, dans le Sud marocain15. Les Français reconnaissent donc une influence de fait du Maroc sur ces confins. Mais en pratique, ce commandement militaire a toute l’autorité politique sur la zone. Seul le Sud du Maroc est resté dès sa pacification sous le commandement direct des autorités locales.

  • 16 Ibid.

12Pourtant, dès 1934, l’Algérie et la Mauritanie veulent conserver leurs prérogatives. Le colonel Trinquet, premier commandant des confins, décide de baser ses maigres troupes à Tindouf. Pour l’inscription administrative des nomades, il décide que la majorité des Regueibats (les Lgouacem) s’inscriraient à Tindouf, en Algérie. La Mauritanie s’est gardé les plus nombreux, les Regueibats Sahel, mais qui s’inscrivent finalement majoritairement au Sahara espagnol16 !

  • 17 SHD, 5H 166, dossier 1, convention de Tindouf du 27 janvier 1949.

13En 1949, sous la pression de l’AOF, qui veut récupérer la gestion du nord de son territoire, l’organisation administrative évolue. Le « commandement militaire des confins algéro-mauritano-marocains », qui dépend toujours de Rabat à la demande du général Juin, ne conserve qu’une compétence militaire sur l’annexe de la Saoura (Tindouf), le territoire de Tiznit (Maroc) et la Mauritanie au nord du 25e parallèle. Au niveau politique et administratif, l’AOF et l’Algérie se voient reconnaître officiellement leur entière compétence, et une unité administrative est créée dans le nord de la Mauritanie, à Bir Moghrein, qui devient Fort Trinquet17 ! À la même époque, les Regueibats Lgouacem, toujours inscrits à Tindouf, mais qui vivaient plutôt entre le Seguiet espagnol et l’Algérie, semblent migrer vers le sud,

  • 18 SHD, 5H 165, AOF-Mauritanie, dossier 1, « Étude dur le territoire mauritanien au nord du 25e paral (...)

« où les pâturages offrent plus de régularité et où la nourriture est plus propre aux chameaux que dans le Seguiet […] Ces tribus, délaissant les régions algériennes et soudanaises, ont tendance à se rapprocher de la Mauritanie18 ».

  • 19 Ibid., « Synthèse trimestrielle de renseignements de la Mauritanie », le 5 juin 1957.

14Le mouvement s’accentue en 1956 et 1957, le Seguiet et Tindouf subissant une importante sécheresse. La migration des nomades déborde largement en direction du Zemmour, et au-delà vers l’Erg Chech19. Leur territoire, le trab ar Regeuibat, ne cesse de s’étendre depuis 1934…

15Cette confusion administrative, entretenue par la nomadisation des tribus, est rapidement perçue comme une difficulté. L’Algérie et la Mauritanie, représentées à Paris par le ministère de l’Intérieur et le ministère de la France d’outre-mer, continuent à réclamer en 1953 la suppression du commandement des confins, mais ils se heurtent au veto du ministre de la Défense nationale. En octobre 1954, Christian Fouchet, ministre des Affaires marocaines et tunisiennes, réclame à son tour la suppression des confins, mais pour des raisons politiques, cherchant à prévenir une future indépendance marocaine.

  • 20 SHD, 1R 361, dossier « Suppression du commandement des confins », lettre 270 du 20 octobre 1954, C (...)

« Il me paraît notamment que son organisation et son appellation actuelles laissent planer des doutes sur l’appartenance politique des différents territoires sur lesquels il s’étend, et pourraient fournir un jour des arguments aux partisans d’un rattachement pur et simple de l’ensemble de ces territoires à l’Empire chérifien. Il est évident que nous avons le plus grand intérêt à créer une situation aussi nette que possible à cet égard20. »

  • 21 SHD, 6R 22, compte rendu de la réunion du CCEM du 8 février 1956.
  • 22 SHD, 1R 361, lettre 1112 du 10 février 1956, le général Guillaume, chef de l’État-Major général, a (...)

16Les diplomates français anticipent les revendications d’Allal el-Fassi ! Mais pour des raisons de sécurité, et peut-être quelques arrière-pensées politiques, les militaires s’opposent encore à la suppression des confins. L’affaire surgit à nouveau en janvier 1956, lorsque les responsables français s’intéressent tout d’un coup aux conséquences possibles de l’indépendance du Maroc… Sur la sécurité de l’Algérie et de la Mauritanie ! Le 8 février 1956, après une nouvelle demande des Affaires étrangères, le comité des chefs d’état-major décide la suppression du commandement des confins21. Le décret de 1949 est aussitôt annulé, mais discrètement, alors que Français et Marocains négocient l’indépendance22. La France raye d’un coup de crayon l’influence marocaine sur le Sahara occidental ! Mais cette décision trop tardive ne peut qu’accélérer les revendications marocaines sur ces territoires, dans le contexte plus général du retour légitime de l’ensemble des territoires de l’Empire encore aux mains des Européens (notamment Ifni et la zone de Tarfaya).

LA « MENACE MAROCAINE » ET L’ACTION DE L’AL (ARMÉE DE LIBÉRATION)

17Allal el-Fassi veut assurer au Maroc une perspective d’expansion, comme si l’aventure extérieure et les rêves de conquêtes étaient les seuls capables de cimenter l’unité du peuple marocain :

  • 23 Julien C.-A., Le Maroc…, op. cit., p. 477.

« Ce en quoi Allal el-Fassi agit comme un incomparable levain des passions populaires, ce fut en offrant à un patriotisme longtemps refoulé un irrédentisme inassouvi23. »

18Cette belle phrase d’un partisan du Maroc libre ne dissimule pas la formidable capacité des dirigeants marocains à réclamer un destin impérial, à peine sorti de quarante-quatre ans de colonisation ! Il s’agit également pour le leader nationaliste de maintenir une ambition politique pour le pays, et les revendications sur le Sahara viennent s’intégrer dans une lutte d’influence pour représenter l’intérêt national aux yeux de la population marocaine. Le degré de proximité entre le leader nationaliste et le palais sur cette question reste à définir…

  • 24 Les effectifs de l’ALM se sont considérablement développés depuis décembre 1955, grâce notamment à (...)

19Depuis mars 1956, Mohammed V a confié l’organisation des Forces Armées Royales (FAR) à son fils aîné, Moulay Hassan, futur Hassan II, qui en est le premier chef d’état-major. Ces nouvelles troupes, formées en grande partie grâce à l’intégration des goums marocains, sont encadrées par des officiers français. Le prince les contrôle étroitement avec l’aide de son ami, le nouveau ministre de la Défense, Ahmed Guedira. Il souhaite en faire l’unique et puissante armée du pays, et veut obtenir le ralliement de l’Armée de Libération (AL), le bras armé de la lutte pour l’indépendance, toujours positionnée dans le Nord, où les régions d’Oujda et de Taza sont largement incontrôlées24. Mais l’Istiqlal, dirigé par Ben Barka souhaite au contraire garder le contrôle de ces soldats. L’objectif du jeune dirigeant est de faire pression sur la France tant que durent l’occupation militaire du pays et la guerre d’Algérie. Il s’agit également de disposer d’un instrument « révolutionnaire » pour entraîner le pays vers une évolution plus progressiste :

  • 25 Julien C.-A., op. cit., p. 478.

« Il rejetait sans vergogne dans les oubliettes du passé les anciens cadres du nationalisme pour se jeter, à corps perdu, dans la double lutte pour la primauté de l’Istiqlal et le contrôle de la vie politique et administrative du pays25. »

  • 26 Julien C.-A., op. cit., p. 486. D’après l’auteur, environ 10 000 membres de l’ALM se seraient rall (...)

20Le déplacement d’une partie des troupes de l’AL vers le désert du sud doit permettre d’accentuer la pression sur la France, et d’affirmer les revendications d’Allal el-Fassi et de contourner le risque de l’incorporation aux FAR. La plupart d’entre eux finissent par se rallier en juin et juillet 1956, en intégrant soit l’armée, soit l’administration marocaine26. Mais plusieurs milliers de combattants restent actifs, et des groupes armés entament leur descente vers Marrakech à partir du Moyen Atlas. Une bonne partie est arrivée dans le Grand Sud marocain dès mai 1956.

  • 27 SHD, 1R 369, dossier 4, télégramme du 7 juin 1956, CSTM Rabat à État-Major Paris.
  • 28 SHD, 14H56, dossier 1, lettre 324 du 18 juillet 1956, Gaston Defferre, ministre de la France d’out (...)

21Dans la nuit du 1er au 2 juin 1956, le poste d’Oumel Achar est attaqué par une centaine d’hommes de l’AL. Les pertes françaises sont lourdes : un officier tué, 6 hommes blessés, dont 1 grièvement, et 10 soldats musulmans portés disparus. Ce poste est à la corne de la frontière entre l’Algérie et le Maroc méridional, sur la rive droite du Draa. C’est le dernier poste marocain sur la route d’Agadir, à 150 kilomètres au nord de Tindouf. D’autres renseignements provenant du Commandement des troupes du Maroc confirment la présence de « bandes armées » le long du Draa, à peu près 800 hommes motorisés menaçant directement Tindouf27. Face à cette présence, le dispositif de défense français est bien faible et désorganisé : il n’y a, entre Colomb-Béchar et Atar, que trois compagnies sahariennes motorisées d’environ 200 hommes chacune, et deux compagnies de méharistes28 ! Le 27 juillet, Gaston Defferre, le ministre de la France d’outre-mer, est en Mauritanie pour présenter sa loi-cadre qui prépare l’autonomie des territoires de l’Afrique noire. Il en profite pour rassurer les élites mauritaniennes sur la volonté française de défendre la Mauritanie contre les revendications d’Allal el-Fassi :

  • 29 Le Monde, 29-30 juillet 1956, in DDF 1956, t. II, document 214, n. 1, p. 459.

« Certains leaders de partis politiques ont prétendu que le Maroc avait des droits sur la Mauritanie. Ceci est faux […] Il faut d’ailleurs que tout le monde sache que la France est décidée à défendre la Mauritanie et à empêcher toute action politique ou militaire contre la population de ce territoire29. »

22De son côté, l’état-major engage un vaste plan de renforcement de la frontière algéro-marocaine de Colomb-Béchar à Tindouf. La France défend « ses » territoires.

23Les responsables marocains restent d’une grande prudence face à la montée des revendications d’Allal el-Fassi après les incidents d’Oum Chafar, sans pouvoir les condamner, sous peine de laisser la défense de l’intérêt national à l’Istiqlal. Le prince Moulay Hassan, peut-être déjà sensible aux charmes sahariens, déclare le 26 juin 1956 au Caire que « le problème de Tindouf était au premier rang de ceux qui se posaient à la diplomatie marocaine ». Mais le gouvernement marocain s’en tient pendant plusieurs mois à la version donnée par Mohammed V, en recevant en juin les délégués d’Ifni venus lui présenter leurs hommages et leurs doléances :

  • 30 Husson P., La question des frontières terrestres du Maroc, op. cit., p. 48.

« Tous les territoires historiquement marocains doivent revenir au Maroc unifié, car leurs habitants sont unis par la langue, la religion et l’histoire30. »

  • 31 Les services américains recueillent d’autres propos de Mohammed V, « de sources sûres ». Il aurait (...)

24La phrase est suffisamment vague pour ne mécontenter personne, ni les colonisateurs, ni le peuple marocain, ni les partisans du « grand Maroc ». Les diplomates français savent qu’il existe des tensions entre le palais et l’Istiqlal, même si la sympathie du palais pour les revendications territoriales semble évidente31. Mais l’attitude officielle du Maroc reste suffisamment prudente pour ne mécontenter ni l’Espagne, ni la France.

  • 32 Ce sont ces chiffres qu’annonce le colonel Auriol de l’état-major particulier du ministre de la Dé (...)
  • 33 La « bande » est dispersée par l’aviation française, avec l’accord tacite des autorités espagnoles (...)
  • 34 CADN, Madrid, F, 253, télégramme 860-864 du 2 février 1957, Rabat à Paris.
  • 35 SHD, 5H 33, dossier 1, rapport de fin de commandement du général Bourgund, commandant supérieur de (...)

25Malgré tout, la situation s’aggrave progressivement dans le Sahara occidental. La pénétration marocaine s’intensifie, la présence de 1 200 à 1 500 hommes de l’AL dans le Sud se confirme, avec l’appui de 2 000 Regueibats ralliés32. Début janvier 1957, des éléments de l’AL attaquent le poste français de Choum, à une centaine de kilomètres au sud de Fort-Gouraud33 ! Un détachement français est attaqué le 12 janvier aux environs d’Atar, puis un accrochage « sérieux » a lieu à seulement 15 kilomètres de la ville : dix « rebelles » sont tués, trente-cinq sont faits prisonniers. Certains sont originaires de Goulimine, au sud du Maroc34. Un combat sévère oppose un « élément de l’AL » et les troupes françaises à Bir-Lahmar, au nord-est de Fort-Trinquet, en février 1957. Les Français comptent des pertes importantes, vingt morts, dont trois officiers, et quinze blessés, mais ils ne parviennent pas à « anéantir » les « bandes » qui se réfugient au Rio de Oro. Le Sahara espagnol tombe progressivement sous le contrôle de l’AL, excepté les villes côtières, durant l’été 1957. Elle installe des dépôts dans le Seguiet el Hamra et le Rio de Oro, et couvre la frontière mauritanienne avec des éléments plus légers35. L’AL disposerait en août de 2 000 hommes. Environ 6 000 Regueibats, qui ne sont pas tous armés, se seraient joints aux Marocains à cette date :

  • 36 SHD, 5H 165, dossier 1, « Étude géomilitaire de l’Adrar », 2e bureau de l’état-major de l’AOF, le (...)

« Actuellement, les événements du Maroc sont suivis avec beaucoup d’attention, les nouvelles colportées et commentées. Les nomades se rendant à Goulimine pour y vendre leurs chameaux sont l’objet d’une certaine propagande de l’Istiqlal, et reviennent plus ou moins “contaminés”. Le Maroc est actuellement le pôle d’attraction des esprits36. »

26Durant l’été 1957, la France est convaincue de la nécessité d’engager une opération militaire de « nettoyage » du Sahara espagnol, pour chasser l’AL vers le nord et préserver la Mauritanie et ses intérêts économiques. Il faudra attendre la guerre d’Ifni pour que l’Espagne se rallie à la position française.

LES REVENDICATIONS OFFICIELLES DE MOHAMMED V

  • 37 DDF 1956, t. III, document 220, note de la direction générale des Affaires marocaines et tunisienn (...)
  • 38 DDF 1957, t. I, document 45, 11 janvier 1957.
  • 39 Ibid., document 152, Lalouette à Maurice Faure, 20 février 1957.

27Dès 1957, plusieurs signes démontrent que le palais se rapproche des positions d’Allal el-Fassi. Le sultan a désigné un « représentant du Sahara » à l’Assemblée nationale consultative du Maroc37. Selon El Alam, Mohammed V aurait déclaré que « cette parcelle marocaine [la Mauritanie], objet de sa grande préoccupation, ne saurait être séparée de la nation marocaine38 ». Le 19 février 1957, Balafrej s’exprime pour la première fois sur les revendications sur le Sahara : les propos d’Allal el-Fassi sont certainement « excessifs », mais ses demandes reposent sur « des vérités historiques » et répondent à « un sentiment national39 ».

  • 40 DDF 1957, t. II, document 280, 22 octobre 1957, note de la direction des Affaires marocaines et tu (...)

28Mohammed V est confronté à une surenchère nationaliste et progressiste des principaux partis politiques, et à la montée du mécontentement de la population devant la récession économique et les mauvaises récoltes. En août 1957, à l’occasion de l’anniversaire de la déposition du sultan, un représentant du « Mouvement de résistance et de l’Armée de libération » réclame la libération totale du pays et le départ des troupes étrangères40. Dans un article de l’hebdomadaire Sahara marocain, Allal el-Fassi dénonce « les complots colonialistes » de la France et de l’Espagne. Pour le leader nationaliste, l’Espagne n’a aucun droit sur Ifni et sur le Sahara, la France la soutient contre les revendications marocaines. Si les deux pays ne négocient pas, l’Armée de Libération du Sahara réagira… L’avertissement est très clair :

  • 41 CADN, Madrid, F, 253, télégramme 6104-6110 du 30 août 1957, Rabat à Paris.

« Car l’avenir des rapports du Maroc avec l’Europe se joue au Sahara […] Nous préférons la collaboration à la rupture et l’entente à la querelle. Mais si nous nous trouvions obligés de nous servir uniquement de nos dents, nous ne pourrions que mordre41. »

29À l’automne 1957, la montée de la crise d’Ifni et le refus de l’Espagne de rétrocéder la zone sud du protectorat au Maroc poussent Rabat à rejoindre les positions nationalistes afin de faire pression sur la France et sur l’Espagne, que l’on commence à soupçonner (à juste titre) d’un rapprochement militaire pour expulser les forces de l’AL du Sahara. En effet, les deux armées ont préparé une opération combinée pour repousser l’AL vers le nord, baptisée « Écouvillon ». Les plans sont préparés durant l’automne. Ces préparatifs poussent les Marocains à rapprocher leurs points de vue. Dès le 16 octobre, Allal el-Fassi se félicite que

  • 42 Cité par Husson P., op. cit., p. 48.

« le gouvernement national a maintenant adopté le point de vue populaire, faisant sienne notre revendication sur la libération du Sahara. Nous sommes maintenant solidaires, le roi, le peuple et le gouvernement qui poursuit sa tâche dans la bonne direction et que nous appuyons42 ».

  • 43 Nous ne revenons pas ici sur l’opération militaire franco-espagnole qui permet de repousser l’AL a (...)
  • 44 DDF 1958, t. I, documents 139 et 262, 28 février et 17 avril 1958. Mohammed V réaffirme ses préten (...)
  • 45 DDF 1958, t. I, document 202, 19 mars 1958, Pineau à Alphand. L’ambassadeur français reçoit toute (...)
  • 46 D’après Chaffard G., Les carnets secrets de la décolonisation, Paris, Calmann-Lévy, 1965, p. 285, (...)

30Le 9 novembre, Balafrej déclare publiquement qu’il existe un Sahara marocain. Le lendemain, le ministère de l’Intérieur crée symboliquement une « direction des Affaires sahariennes et frontalières ». Il faut tout de même attendre l’exécution de l’opération « Écouvillon » en février 1958 par les armées françaises et espagnoles pour entendre Mohammed V s’emparer officiellement du thème des revendications marocaines sur le Sahara43. En voyage dans la région de Ouarzazate, il prononce un discours officiel à M’Hamid, au sud de Zagora, aux confins du désert, à égale distance de Colomb-Béchar et Tindouf… Il s’adresse à toutes les tribus sahariennes, « ses fidèles sujets du Sahara », qui réaffirment, « comme leurs ancêtres, […] leur fidélité au trône alaouite et leur attachement à la Nation marocaine, une et indivisible ». Le roi indique solennellement qu’il désire « le retour de notre Sahara dans le cadre du respect de nos droits historiques et selon la vocation de ses habitants44 ». Début mars, un diplomate marocain, Ahmed Laraki, est envoyé en mission à Washington et à New York pour préciser au département d’État et au secrétaire général des Nations Unies, le Norvégien Hammarskjöld, les revendications territoriales marocaines sur le Sahara, et le problème du Maroc méridional45. Le 28 mars, Mohammed V reçoit en audience publique quatre hauts responsables mauritaniens qui lui font acte d’allégeance et qui plaident, lors d’une conférence de presse, pour le rattachement de la Mauritanie au Maroc46.

CONCLUSION

31Il aura fallu deux ans pour que le Maroc s’empare officiellement des revendications sur le Sahara portées par Alla el-Fassi. La réaction militaire franco-espagnole, en mettant en échec la pénétration de l’AL permet finalement la récupération de la revendication et son affichage comme l’un des bases de la politique extérieure marocaine. Les Français constatent en 1958 que les thèses marocaines ont largement pénétré le Sahara et les populations nomades. Le rapport du cadi de Tombouctou, Mohammed Mahmoud, envoyé en mission dans le centre du Sahara par Max Lejeune en février 1958, éclaire l’ampleur des difficultés françaises dans la région :

  • 47 En fait, toute la partie occidentale de l’Algérie visée par les revendications d’Allal el-Fassi. S (...)

« La propagande marocaine a eu un retentissement en milieu saharien beaucoup plus grand qu’on ne le croit généralement. Les thèses d’Allal el-Fasi relatives aux droits historiques du Maroc sur le Sahara sont connues et approuvées, non seulement dans la région de Tindouf, mais même chez les Kounta du Touat, dans le Gourara et jusqu’à In Salah47 ! »

32Les notables n’étaient pas rassurés sur les intentions françaises : ils préparent l’avenir et préfèrent le Maroc à l’Algérie. Certes, le ralliement à la France et à l’Espagne des Regueibats qui n’ont pas suivi l’AL au Maroc se fait rapidement après l’opération « Écouvillon ». Certains militaires français s’interrogent déjà sur le sort des Regueibats et proposent des solutions originales, en dehors des États existants, relayant ainsi les premières expressions d’un sentiment indépendantiste au Sahara occidental.

  • 48 SHD, 5H 33, rapport de fin de mission du général Bourgund, rapport sur l’opération « Écouvillon », (...)

« Les Regueibats, soit au cours des pourparlers de ralliement, soit ultérieurement, ont exprimé unanimement leur désir de constituer un État regueibat distinct de la Mauritanie et orienté vers une autonomie analogue à celle promise au gouvernement mauritanien de Mokhtar Ould Daddah. Et d’en assurer l’édification et la défense avec l’aide de la France qui vient de démontrer sa suprématie militaire au Sahara occidental48. »

33Mais les autorités françaises n’ont jamais envisagé sérieusement la création d’un État regueibat dans le Sahara occidental. Politiquement, l’affaire est trop risquée. La Mauritanie ne l’accepterait pas, et le ministère de la France d’outre-mer est d’abord concentré sur la défense du jeune État mauritanien. Le 10 avril 1958, lors de la cérémonie officielle de ralliement des Regueibats à Fort-Gouraud, six cents guerriers défilent à dos de chameau devant Mokhtar Ould Daddah, pour prendre conscience de leur appartenance à la nation mauritanienne. La France privilégie cette option. L’indépendance de l’Algérie en 1962 compliquera encore le dossier, en engageant un conflit d’influence avec le Maroc sur toute la région. Mais il faudra encore attendre le retrait espagnol de 1975 pour qu’éclate véritablement la crise du Sahara occidental.

Notes

1 La zone internationale de Tanger est réintégrée à son tour le 20 octobre 1956. Cette étude s’appuie essentiellement sur des archives militaires et diplomatiques françaises.

2 Husson P., La question des frontières terrestres du Maroc, 1960, p. 45. Cette étude commanditée par le Quai-d’Orsay retrace l’historique de la question, une version française qui a le mérite de s’appuyer sur une documentation très riche. Notons que cette antériorité de Tindouf est reprise par le roi Hassan II dans ses entretiens avec Éric Laurent. Il déclare que le pacha de Tindouf a présenté son allégeance à Mohammed V en juin 1953 (Laurent É., Hassan II. La mémoire d’un roi, Paris, Plon, 1993, p. 82).

3 El Alam, 28 mars 1956, cité par Julien C.-A., Le Maroc face aux impérialismes, Paris, Jeune Afrique, 1978, p. 478, n. 98.

4 Discours d’Allal el-Fassi le 27 mars 1956, cité par Parodi A., alors ambassadeur à Rabat, dans une lettre à Christian Pineau, Documents diplomatiques français (DDF), 1958, t. I, document 262, 17 avril 1958.

5 Le PDI et l’Istiqlal récupèrent ces revendications lors de leurs congrès d’août 1956.

6 En 1956, après l’indépendance, l’Espagne continue d’occuper militairement deux autres territoires au sud du Maroc : la « zone de souveraineté » d’Ifni, petite enclave de 1 500 kilomètres carrés dans le Sud marocain, peuplée en 1956 par 34 115 habitants, dont seulement 2 111 Espagnols, et la zone méridionale de l’ancien protectorat espagnol au Maroc, territoire de 32 875 kilomètres carrés, au sud de l’Oued Draa, face aux îles Canaries, souvent appelée zone de Tarfaya, du nom de l’une de ses deux « villes », ou zone des Tekna, du nom de la principale tribu qui l’habite.

7 L’occupation est assurée en 1956 par environ 1 500 Espagnols, presque tous militaires, concentrés sur les trois villes de Tarfaya au nord, Villa Cisneros au centre et La Guerra au sud.

8 Husson P., La question des frontières terrestres du Maroc, op. cit., p. 66.

9 Pour une histoire des origines et du développement des Regueibat, voir Désiré-Vuillemin G., Histoire de la Mauritanie, des origines à l’indépendance, Paris, Karthala, 1997, p. 531-557, et Beslay F., Les Regueibat, de la paix française au Front Polisario, Paris, L’Harmattan, 1984.

10 Service historique de la Défense (SHD), Armée de terre, 5H 165, AOF-Mauritanie, dossier 1, « Étude sur le territoire mauritanien au nord du 25e parallèle », capitaine Fondacci, 1949.

11 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (CADN), Madrid, F, 252, lettre 929 du 3 octobre 1951 au ministère de la France d’outre-mer.

12 Un prêt de 16 milliards de francs CFA est demandé à la BIRD en 1957, et accordé en 1959.

13 L’exportation du fer commence seulement onze ans plus tard, en 1963.

14 L’un des derniers rezzous Reguebat a lieu en 1928 et est arrêté avec difficulté à 1 800 kilomètres de son point de départ !

15 SHD, 5H 165, AOF-Mauritanie, dossier 1, « Étude sur le territoire mauritanien au nord du 25e parallèle », capitaine Fondacci, 1949.

16 Ibid.

17 SHD, 5H 166, dossier 1, convention de Tindouf du 27 janvier 1949.

18 SHD, 5H 165, AOF-Mauritanie, dossier 1, « Étude dur le territoire mauritanien au nord du 25e parallèle », capitaine Fondacci, 1949.

19 Ibid., « Synthèse trimestrielle de renseignements de la Mauritanie », le 5 juin 1957.

20 SHD, 1R 361, dossier « Suppression du commandement des confins », lettre 270 du 20 octobre 1954, Christian Fouchet au ministre de la Défense nationale.

21 SHD, 6R 22, compte rendu de la réunion du CCEM du 8 février 1956.

22 SHD, 1R 361, lettre 1112 du 10 février 1956, le général Guillaume, chef de l’État-Major général, au ministre de la Défense nationale, et lettre 129 du 24 février 1956, le ministre des Affaire étrangères au ministre de la Défense nationale.

23 Julien C.-A., Le Maroc…, op. cit., p. 477.

24 Les effectifs de l’ALM se sont considérablement développés depuis décembre 1955, grâce notamment à de nombreuses désertions de soldats marocains de l’armée française. Les désertions « avec armes » sont estimées à 2 000 en juillet 1956. SHD, 3 H414, « Exposé sur la situation politico-militaire au Maroc », École supérieure de guerre, 26 juillet 1956, colonel de Ligniville, 2e bureau du commandement supérieur des troupes française au Maroc.

25 Julien C.-A., op. cit., p. 478.

26 Julien C.-A., op. cit., p. 486. D’après l’auteur, environ 10 000 membres de l’ALM se seraient ralliés à Mohammed V, soit les deux tiers des effectifs.

27 SHD, 1R 369, dossier 4, télégramme du 7 juin 1956, CSTM Rabat à État-Major Paris.

28 SHD, 14H56, dossier 1, lettre 324 du 18 juillet 1956, Gaston Defferre, ministre de la France d’outremer, à Maurice Bourgès-Maunoury, ministre de la Défense nationale. Au total, il n’y a pas plus d’un millier d’hommes pour surveiller 1 500 kilomètres de frontières.

29 Le Monde, 29-30 juillet 1956, in DDF 1956, t. II, document 214, n. 1, p. 459.

30 Husson P., La question des frontières terrestres du Maroc, op. cit., p. 48.

31 Les services américains recueillent d’autres propos de Mohammed V, « de sources sûres ». Il aurait déclaré en juillet 1956 que « son gouvernement ferait tous les efforts nécessaires pour restaurer la souveraineté du Maroc sur Ifni, le Rio de Oro, Mellila et Ceuta, le nord de la Mauritanie, et pour faire rectifier la frontière avec l’Algérie », Foreign Relations of United States (FRUS), 1955-1957, vol. XVIII, document 197, mémorandum de la CIA au département d’État, le 30 juillet 1956.

32 Ce sont ces chiffres qu’annonce le colonel Auriol de l’état-major particulier du ministre de la Défense nationale. L’évaluation du nombre de Regueïbats « rebelles » est aléatoire. Il est certain qu’un nombre important d’entre eux rejoignent l’AL dès 1956 et soutiennent la cause marocaine contre les colonisateurs. Les ralliements massifs datent plutôt de 1957.

33 La « bande » est dispersée par l’aviation française, avec l’accord tacite des autorités espagnoles… CADN, Madrid, F, 253, télégramme 85-88 du 21 janvier 1957, Madrid à Paris.

34 CADN, Madrid, F, 253, télégramme 860-864 du 2 février 1957, Rabat à Paris.

35 SHD, 5H 33, dossier 1, rapport de fin de commandement du général Bourgund, commandant supérieur des forces de l’AOF-Togo, mai 1958.

36 SHD, 5H 165, dossier 1, « Étude géomilitaire de l’Adrar », 2e bureau de l’état-major de l’AOF, le 21 août 1957.

37 DDF 1956, t. III, document 220, note de la direction générale des Affaires marocaines et tunisiennes, 22 novembre 1956. Un autre représentant est nommé pour Ifni.

38 DDF 1957, t. I, document 45, 11 janvier 1957.

39 Ibid., document 152, Lalouette à Maurice Faure, 20 février 1957.

40 DDF 1957, t. II, document 280, 22 octobre 1957, note de la direction des Affaires marocaines et tunisiennes.

41 CADN, Madrid, F, 253, télégramme 6104-6110 du 30 août 1957, Rabat à Paris.

42 Cité par Husson P., op. cit., p. 48.

43 Nous ne revenons pas ici sur l’opération militaire franco-espagnole qui permet de repousser l’AL au sud du Maroc. Pour davantage de précisions, voir Catala M., La France, l’Espagne et l’indépendance du Maroc, 1951-1958, Paris, Les Indes savantes, 2014.

44 DDF 1958, t. I, documents 139 et 262, 28 février et 17 avril 1958. Mohammed V réaffirme ses prétentions sur le Sahara devant les journalistes français le 6 mars 1958.

45 DDF 1958, t. I, document 202, 19 mars 1958, Pineau à Alphand. L’ambassadeur français reçoit toute une documentation sur les arguments juridiques qui plaident en faveur des droits de la France au Sahara.

46 D’après Chaffard G., Les carnets secrets de la décolonisation, Paris, Calmann-Lévy, 1965, p. 285, il s’agit des ministres de l’Enseignement et du Commerce du gouvernement de Nouakchott et de l’émir du Trarza.

47 En fait, toute la partie occidentale de l’Algérie visée par les revendications d’Allal el-Fassi. SHD, 1R 369, dossier 4, fiche de synthèse du rapport du Cadi de Tombouctou, mission effectuée de décembre 1957 à février 1958, 13 mai 1958.

48 SHD, 5H 33, rapport de fin de mission du général Bourgund, rapport sur l’opération « Écouvillon », rapport annexe sur l’activité du « bureau de politique opérationnelle », colonel Guilbaud.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine (CRHIA), il dirige l’Institut d’études européennes et globales à l’université de Nantes. Il a publié récemment La France et l’Espagne face à la décolonisation du Maroc. La fin du malentendu impérial, 1951-1958, Paris, Les Indes savantes, 2015, et, avec Stanislas Jeannesson et Anne-Sophie Lamblin Gourdin, L’Europe des citoyens et la citoyenneté européenne, Bruxelles, Peter Lang, coll. « DCIE », 6, 2015.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search