Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les négociants européens et le monde

 | 
Virginie Chaillou-Atrous
, 
Jean-François Klein
, 
Antoine Resche

Administrer le commerce : consuls et négociants italiens en Méditerranée orientale au XIXe siècle

Fabrice Jesné

Résumé

Comme la plupart des pays européens, les États italiens préunitaires aussi bien que l’Italie unifiée recrutaient des marchands locaux pour défendre les intérêts de leurs ressortissants à l’étranger. Ce n’est que dans les localités majeures que des fonctionnaires spécialisés étaient envoyés en tant que consuls. Les consules electi aussi bien que missi servant les États italiens avaient affaire à des marchands « nationaux » dont l’identité était souvent bien plus méditerranéenne qu’européenne, comme le montre l’exemple de Salomone Fernandez, un marchand juif de Salonique qui fut aussi consul de Toscane puis d’Italie.

As most European countries, preunitarian Italian States as well as unified Italy recruited local merchants to defend the interests of their nationals abroad. Specialized civil servants were sent as consular officers only in the major localities. Italian consules electi as well as consules missi had to deal with “national” merchants whose identity was often much more Mediterranean as European, which can be stressed by the example of Salomone Fernandez, a Salonician jewish merchant and consul of Tuscany and then of Italy.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au cours du XIXe siècle, la mondialisation de l’institution consulaire accompagne celle du commerce européen1. La facilitation du commerce des « nationaux » sur lesquels il a juridiction constitue en effet l’une des principales attributions du consul2. Pendant longtemps, les consuls ont été eux-mêmes des marchands ; au XIXe siècle, cependant, la figure du consul-fonctionnaire tend à se généraliser : afin de garantir la neutralité de ces agents vis-à-vis de leurs administrés, les États commanditaires souhaitent de plus en plus souvent interdire à leurs consuls de pratiquer eux-mêmes le commerce. La chronologie de cette évolution du métier de consul varie cependant en fonction des différents États.

L’étude des consuls italiens et de leurs administrés marchands invite dès lors à s’interroger sur la dichotomie entre les « Européens » et les « autres ». Les marchands européens auraient été les acteurs d’une « mise en connexion » du monde ; dans le monde méditerranéen, la mise en connexion...

Auteur

Membre du CRHIA de Nantes, Fabrice Jesné est directeur des études pour les époques moderne et contemporaine à l’École française de Rome. Spécialiste de la présence italienne en Méditerranée à l’époque contemporaine, il étudie ce phénomène notamment à l’aune de l’activité consulaire des différents États italiens.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540