Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les négociants européens et le monde

 | 
Virginie Chaillou-Atrous
, 
Jean-François Klein
, 
Antoine Resche

Quelques réflexions sur les négociants basques et l’outre-mer américain (1778-1923)

Alexandre Fernandez

Résumé

S’intéresser aux connexions avec l’outre-mer américain des négociants basques, de la fin du XVIIIe siècle aux lendemains de la Première Guerre mondiale, c’est d’abord souligner que la libéralisation du commerce avec l’Amérique décidée par la monarchie en 1778 n’a pas pu leur profiter, tout au moins relativement à leurs confrères d’autres ports du Cantabrique et de Méditerranée. C’est ensuite montrer que si de part et d’autre de l’Atlantique, hommes et capitaux ont largement circulé, dans les deux sens, si l’Amérique (Cuba, le Mexique, plus tard l’Argentine) a bien été un champ d’expérience (capitaux accumulés par Indianos), la fin de l’Empire en 1898 consacre, malgré le souhait de quelques-uns, la « péninsularisation » des stratégies d’investissement.

Trade liberalization with America in 1778 did not profit to Basque merchants–at least with respect to the merchants of Santander and Mediterranean Ports. In the second half of XIXth century, men and capital had widely translated on both sides of Atlantic, specially with Cuba, Mexico, later with Argentina. The fortune of Indianos could find use as in building or industry. But, in the beginning of XXth Century, even if some try to maintain the level of the relationship with Latin America, most of investments are looking to the Iberian Peninsula.

Texte intégral

  • 1 Il s’agit ici de cibler notre étude sur les ressortissants espagnols des trois provinces du Guipúz (...)
  • 2 Selon García-Baquero A., Cádiz y el Atlantico, 1717-1778, Séville, Estudios hispanoamericanos, 197 (...)
  • 3 Hussey R. D., The Caracas Company, 1728-1784, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1934, p. (...)
  • 4 Garate Ojanguren M., Comercio ultramarino e Ilustración : la Real Compañía de La Habana, Vitoria, D (...)
  • 5 Garate Ojanguren M., « Comercio, burguesía y acumulaciones de capital en el País Vasco (1700-1841)  (...)

1Peut-être davantage que leurs confrères d’autres ports cantabriques les négociants biscayens et guipuzcoans avaient-ils participé de l’économie-monde impériale1. Sans doute, sous le régime du monopole le trafic ne pouvait-il s’opérer qu’à partir de Séville puis, après 1717, de Cadix : d’où l’importance de la présence de négociants basques dans ces ports d’Andalousie2. Cependant, ceux de Saint-Sébastien avaient obtenu en 1728 la création de la Compañía de Caracas3. Assurément, celle-ci s’inscrivait dans le cadre institutionnel d’Ancien Régime : une compagnie à privilège royal, chargée d’enrayer la contrebande sur les côtes du Venezuela et l’approvisionnement de l’Espagne en cacao et autres denrées coloniales et dont les bateaux devaient toucher Cadix et s’y acquitter des droits correspondants avant d’aller décharger leur cargaison à Saint-Sébastien ou dans le port voisin de Pasajes. Le fret de retour étant constitué non seulement de farine castillane et de fer basque mais également de produits manufacturés – notamment français, arrivés au Pays basque, conformément aux fueros des territoires basques, en franchise douanière – la Compañía de Caracas était sans doute l’un des principaux acteurs du commerce de transit entre l’Europe et l’Amérique espagnole où la demande explosait. Une bonne conjoncture dont la bourgeoisie commerciale basque entendait bien tirer profit. Or, en cette matière, les résultats ne furent pas à la hauteur des espérances. La Compañía de La Habana, parut pouvoir dupliquer celle de Caracas – actionnaires guipuzcoans, marins de Getaria, siège à Saint-Sébastien – mais l’éventail de ses activités moins large bien qu’important – l’approvisionnement en tabac de la manufacture royale de Séville – la confinait4. Surtout, les négociants de Bilbao ne furent jamais vraiment en mesure, malgré des sollicitations réitérées durant les années 1735-1737, d’obtenir la création à leur profit d’une Compañía de Buenos Aires : ils se heurtèrent à la triple opposition de Cadix, de Lima et du gouvernement à Madrid5. Sans doute, peut-on considérer qu’il n’y avait là, entre élites de différentes places, que jeu de pressions auprès du politique : une partie assez habituelle somme toute. Or, l’enjeu serait tout autre, quarante ans plus tard. En 1778 le Règlement de libre commerce proclamait la fin du monopole commercial gaditan. Déjà en 1765, une première brèche avait eu lieu lorsque les îles des Caraïbes avaient été autorisées à commercer entre elles et avec neuf ports de la péninsule (outre Cadix et Séville, Malaga, Alicante, Carthagène, Barcelone, La Corogne, Gijón et Santander). Cette fois-ci les dispositions libérales étaient étendues au littoral pacifique et au Rio de la Plata et paraissaient devoir être comprises comme une règle générale… avec des exceptions : les ports mexicains et ceux du Venezuela, d’une part ; les ports basques de ce côté-ci de l’Atlantique, d’autre part. Or, si en 1789, le Mexique et le Venezuela étaient intégrés au régime général, Bilbao et même Saint-Sébastien – maintenant que la Compañía de Caracas avait été dissoute – demeureraient écartés de la possibilité du commerce direct avec l’Amérique.

  • 6 Fernández de Pinedo E., La emigración vasca a América, siglos XIX y XX, Oviedo, Jucar, 1993 ; Valda (...)
  • 7 Clarence-Smith W. G., « The Economic Dynamics of Spanish Colonialism in the Nineteenth and Twentiet (...)
  • 8 Bahamonde Á., Cayuela J. G., Hacer las Américas. Las élites coloniales españolas en el siglo XIX, M (...)
  • 9 Un chapitre entier est bien consacré au très riche et très puissant « clan de los Zulueta » : ibid (...)

2Ainsi, la libéralisation générale du commerce avec l’Amérique devait signifier, a contrario, pour les négociants biscayens et guipuzcoans le relâchement des connexions établies de longue date. Assurément, toutes les relations entre les Basques et les vastes territoires américains, qui ne sauraient se réduire aux seuls échanges entre négociants de part et d’autre de l’Atlantique, n’ont pas été également affectées. Au demeurant, malgré de précieux travaux6, bien des éléments manquent pour espérer pouvoir présenter ici une véritable « histoire connectée » entre le Pays basque et les outre-mers américains véritablement transcontinentale7. Sans doute, la très belle étude d’Angel Bahamonde et José Cayuela sur les élites hispano-cubaines s’inscrivait-elle, avant l’heure, dans une problématique d’histoire connectée8 ; mais les Basques – marchandises, hommes ou capitaux – qu’ils soient saisis à La Havane ou à Bilbao, y sont peu présents9.

3Malgré tout, en confessant d’emblée et un point de vue quelque peu « bascocentré » et un niveau d’analyse sans doute trop général, il est sans doute loisible, dans le cadre d’une journée d’étude exploratoire, de proposer une réflexion sur l’évolution, sur un long siècle, des stratégies de six générations de négociants (et commerçants) biscayens et guipuzcoans. Les trois premières ayant eu à composer jusqu’en 1841 avec un régime commercial pénalisant vis-à-vis de leurs confrères des autres ports de la péninsule et à vendre et à acheter dans un contexte géopolitique mondial particulièrement bouleversé (guerres, contre la France [1793-1795] puis, surtout contre l’Angleterre et sa puissante flotte ; révoltes, interruptions des relations commerciales, puis indépendances de l’Amérique continentale).

  • 10 Marnot B., La mondialisation au XIXe siècle, Paris, Armand Colin, 2012.

4À grands traits, l’industrialisation est le contexte marquant des générations suivantes : industrialisation des transports et de l’économie maritime à l’échelle globale10, celle de la Ría de Bilbao bien sûr, mais aussi celle du Mexique de Porfirio Díaz et celle de l’Argentine, génératrices d’accumulation de capital et d’investissements. Comment enfin, 1898, n’aurait-il pas fait réagir les hommes d’affaires basques et infléchir leur géoéconomie ?

COMMERCER AVEC LES ANTILLES, AVANT ET APRÈS 1841

  • 11 Delgado J. M., « El modelo catalán dentro del sistema de libre comercio », inFontana J. et al. (dir (...)
  • 12 Soldevilla Orja C., La emigración de Cantabria a América : hombres, mercadurias y capitales, Santan (...)
  • 13 Ruiz de Gordejuela J., Vasconavarros en México, op. cit., p. 119.
  • 14 Fernandez A., « L’empire économique des Britanniques en Amérique latine au XIXe siècle », inLaux C. (...)
  • 15 Fernandez A., « La création de l’échelon provincial en Espagne (1833) : les cités marchandes, le “p (...)

5La fin du XVIIIe siècle marqua pour la bourgeoisie commerciale basque l’entrée dans une profonde crise de transition. Le modèle économique traditionnel – exportations de fer basque et de laine castillane, importations de produits manufacturés d’Europe – qui avait soutenu sa prospérité, se délitait, en même temps que le circuit américain, qui aurait pu assurer un très prometteur régime de substitution, lui était légalement fermé. Durant près d’un demi-siècle les marchands de Bilbao et ceux de Saint-Sébastien réitérèrent avec constance les pétitions auprès de la monarchie pour obtenir le libre accès aux ports américains. Sans doute, les indépendances changèrent-elles la donne à la fin des années 1820. Mais, entre-temps, les négociants basques avaient dû céder du terrain à leurs concurrents, notamment catalans11 et santandérins12 – les bateaux affrétés à Bilbao, par exemple, devant transiter par Santander. En outre, les ressentiments politiques – les Espagnols furent expulsés du Mexique en 1827-1829 par exemple13 – et l’agressivité commerciale des Britanniques se combinant14, l’ouverture de ces marchés américains nouveaux pouvait se révéler à bien des égards illusoire. Plus que jamais, l’objectif principal était donc d’accéder à ce qui restait du marché colonial, Cuba et Porto Rico (les Philippines ne paraissent pas avoir intéressé les Basques au même titre que les Catalans). Or, l’État, liant consubstantiellement l’autorisation du libre commerce au transfert des douanes, de l’intérieur aux limites avec la Castille, sur la côte, demeura inflexible, alors même que les bourgeoisies commerciales de Bilbao et de Saint-Sébastien ne pouvaient obtenir le consentement de leurs assemblées provinciales respectives – dominées par les élites rurales des jauntxos – à ce transfert15. La question fut tranchée par le sort des armes : la défaite de ces dernières à l’issue de la première guerre carliste aboutissant à la réforme du régime fiscal (1839) et au transfert des douanes (1841).

  • 16 Fernandez A., Trajectoires industrielles de la Biscaye et du Guipúzcoa, XIXe-XXIe siècle, Pessac, M (...)
  • 17 Fernández de Pinedo E., « Burguesía autóctona, proteccionismo e industrialización el País Vasco en (...)
  • 18 Madoz P., Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España y sus posesiones de Ultramar, t. X (...)
  • 19 Madoz P., Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España y sus posesiones de Ultramar, t. I (...)
  • 20 Fernández de Pinedo E., La emigración vasca…, op. cit., p. 46-47.
  • 21 Fernández de Pinedo N., « Comercio exterior y fiscalidad : Cuba (1794-1860) », Bilbao, Universidad (...)
  • 22 Maluquer de Motes J., « El mercado colonial antillano en el siglo XIX », inNadal J. et Tortella G. (...)
  • 23 Fernández de Pinedo E., « La recuperación del comercio español con América a mediados del siglo XIX (...)

6Le transfert de 1841 allait permettre de poser les fondements d’un modèle économique nouveau en Biscaye et en Guipúzcoa, davantage industriel que commercial16. Cependant, pour l’heure, l’accès au commerce ultramarin avait permis et allait permettre encore une bonne vingtaine d’années aux bourgeoisies basques en quelque sorte de se maintenir à flot par gros temps. Indirectement, via Santander jusque-là, directement désormais, les échanges de produits alimentaires avec ce qui restait de l’empire « remplaçaient » en partie les marchés en perdition de la laine et du fer17. En l’espèce, le changement institutionnel eut plus d’importance à Saint-Sébastien qu’à Bilbao, où le commerce ultramarin ne concernait, selon l’enquête générale dirigée par Pascual Madoz, que « quelques maisons commerciales parmi les plus puissantes18 », dont les liens avec Santander, conservés après 1841, étaient plus forts : ainsi, en 1832, par exemple, les importations en valeur du port biscayen avaient été constituées à 14 % par des produits coloniaux (cacao, cannelle, sucre) ; vers la fin des années 1840, rapporté il est vrai à un plus fort volume, le commerce avec l’Amérique ne représentait en valeur que 12 % des entrées et 9 % des exportations (armes et uniformes pour la garnison de Cuba notamment). Les Antilles, pour des commerçants guipuzcoans qui ne seraient plus obligés désormais de passer par leurs confrères bayonnais ou bordelais19, étaient un territoire économique de toute première importance : en valeur, près de la moitié des importations et plus du cinquième des exportations de Saint-Sébastien vers 1846, tandis que Pasajes devenait un port d’embarquement des émigrés de tout l’arrière-pays jusqu’en Aragon, et que dans la vallée du Deba, Oñate en particulier se faisait une spécialité de la fabrication de clous et serrures pour le marché cubain et portoricain20. À l’heure où le maintien de Cuba permettait les bases de la reconstruction de la marine marchande espagnole et de reconstituer des itinéraires triangulaires avec les nouvelles républiques du Rio de la Plata21 et compensait ainsi le déficit de la balance commerciale du pays avec la Grande-Bretagne et la France22, les Basques semblent avoir participé du mouvement de récupération des relations avec l’Amérique des années 1830-186023.

  • 24 Fernández de Pinedo E., « Burguesía autóctona… », p. 216.
  • 25 Fernández de Pinedo E., La emigración vasca…, op. cit., p. 44.

7Le commerce direct avec l’Amérique de Saint-Sébastien et même de Bilbao (en 1867, 10 % des importations et la moitié des exportations24) mais aussi celui de Bermeo et Lequeitio en Biscaye, de Pasajes et Deva en Guipúzcoa, crût de 1841 à 1867. Or cette Amérique était bien, essentiellement, le marché protégé de Cuba et de Porto-Rico. À bien des égards, la structure des trafics présentait davantage de traits communs avec ce qui avait été la structure des échanges de la Compañía de Caracas qu’avec le commerce moderne que pratiquaient déjà à la même époque Catalans, Majorquins, Valenciens et Santandérins25. Or, la Révolution libérale de 1868 et les compromis négociés avec les Cubains à l’issue de la guerre des Dix Ans (1878) modifiaient les règles d’un jeu dont le commerce basque allait être sinon exclu en tous les cas repoussé en marge. Ce qui ne signifiait point le retrait de la partie américaine des négociants de Saint-Sébastien, et a fortiori de ceux de Bilbao. Ce qui signifiait seulement que les cartes du jeu seraient, bien davantage que les échanges de marchandises, les transferts de capitaux.

HOMMES ET CAPITAUX DE PART ET D’AUTRE DE L’ATLANTIQUE

  • 26 Fernández de Pinedo E., « Los movimientos migratorios vascos, en especial hacia América », in Españ (...)
  • 27 Fernández de Pinedo E., La emigración vasca…, op. cit., p. 57.
  • 28 Ruiz de Gordejuela J., Vasconavarros en México, op. cit., p. 121.
  • 29 Rodrigo Y Alharilla M., « Un voyage avec retour : les Catalans aux Antilles (1830-1900) », p. 43-60
  • 30 Fradera J. M. (dir.), Catalunya i Ultramar. Poder i negoci a les colonies espanyoles (1750-1014), B (...)
  • 31 Fradera J. M., Colonías para después de un imperio, Barcelone, Ediciones Bellaterra, 2005, p. 619, (...)

8On sait l’importance de l’émigration basque vers le Nouveau Monde. Un phénomène ancien, perdurant les trois premiers quarts du XIXe siècle, avant de s’amplifier au temps de l’émigration de masse26, vers l’Argentine et l’Uruguay notamment. Étant entendu que les immigrants basques se sont répartis, avec plus ou moins de bonheur à tous les échelons de l’échelle sociale, peut-on repérer une spécialisation commerçante des Basques en Amérique ? À la fin du XVIIIe siècle, sur 51 commerçants dont on connaît l’origine à Buenos Aires, si 9 sont Catalans, 17 sont Basques27 ; la moitié des Basques dont on connaît la profession à Mexico dans les années 1820 serait constituée d’« hommes d’affaires (hombres de negocios)28 » ; à la fin du siècle encore, presque tous les jeunes émigrants de Bermeo vers l’Uruguay se destinent à une carrière commerciale ; en revanche, comme l’indique ici même Martín Rodrigo Alharilla, il n’y aurait eu qu’à peine plus de 5 % de négociants basques à Cuba à la fin des années 184029. Au demeurant, même dans la Grande Île, si leur rôle économique, social et politique – celui des Zulueta par exemple – n’était pas celui du « parti catalan30 », il était plus que proportionnel à leur poids relatif au sein même de l’oligarchie cubaine, dont ils sont une part constituante non négligeable et, dans la plupart des cas, fort conservatrice31.

  • 32 L’étude des réseaux familiaux basques et navarrais doit beaucoup à José María Imizcoz qui a renouv (...)

9Une part notable de ces Basques ont bien entendu fait souche en Amérique. Cependant, ce qui nous intéresse ici est de rappeler combien le mécanisme de l’économie des réseaux familiaux de part et d’autre de l’Atlantique, que José María Imizcoz a étudié pour le XVIIIe siècle32, a pu jouer encore au XIXe siècle. Le jeune migrant est accueilli à La Havane, à Caracas, à Veracruz ou à Buenos Aires, par un parent (c’est le phénomène de « l’émigration en chaîne ») qui le place immédiatement au comptoir (escritorio) de la maison commerciale et lui ouvre un réseau de relations commerciales et mondaines. L’endogamie, très forte, fonctionne là aussi de part et d’autre de l’Atlantique.

  • 33 Fernandez A., « Les affaires, le sang et le pouvoir : les Ybarra de Bilbao de la fin du XVIIIe sièc (...)
  • 34 Ruiz de Gordejuela J., Vasconavarros en México, op. cit., p. 423.
  • 35 Ruiz de Gordejuela J., Vasconavarros en México, op. cit., p. 119.
  • 36 Valdaliso J. M., « Comerciantes e industriales en México, banqueros e industriales en Vizcaya. Unas (...)
  • 37 García Ruiz J. L., « Antonio Basagoiti Arteta », inTorres E. (dir.), Los 100 Empresarios Españoles (...)

10Moins que jamais, en effet, l’Atlantique, en ce cœur du XIXe siècle, ne saurait être vu comme un obstacle. Jeune, on le traverse d’est en ouest, pour aller y consolider les positions de la maison commerciale familiale et y faire sa fortune personnelle ; on peut y aller également s’enquérir d’une épouse – comme en Biscaye, liens de sang et liens d’affaires sont étroitement articulées33 : ainsi, deux fils du fondateur de la dynastie Ybarra, Gabriel et Juan, épousèrent deux filles nées respectivement à Puebla et à Maracaïbo d’entrepreneurs basques émigrés et de l’aristocratie créole34. Fortune faite, c’est d’ouest en est que ceux que l’on se plaît à appeler en Espagne les « indianos » le traversent. Ainsi, mais l’ouvrage de Gordejuela présente plusieurs cas semblables quoique moins spectaculaires : Manuel Retegui ou Julián Pemartí rentrés après un demi-siècle passé en Nouvelle Espagne/Mexique35. Ainsi, deux générations plus tard, Daniel et Enrique Aresti Torre, originaires de l’Alava, émigrent respectivement à 18 et 15 ans au Mexique en 1866, ils s’y marient avec des créoles d’ascendance basque, y fondent une maison de commerce et, à un peu plus de trente ans, fortune faite, décident de revenir à Bilbao pour y poursuivre leur carrière d’hommes d’affaires et donner à celle-ci un exceptionnel éclat (Enrique, qui entrera en politique, sera anobli par Alphonse XIII36). Le biscayen Antonio Basagoiti Arteta, présente un cas un peu différent. Né en 1848, à bien des égards, sa « trajectoire vaut comme paradigme de la carrière des “indianos” qui triomphèrent au Mexique37 ». Émigrant à 20 ans, après un passage par Cadix, installé chez un parent de Veracruz dont les réseaux solides lui permettent d’épouser une nièce de Manuel Ibáñez, l’un des plus importants capitalistes espagnols du Mexique (les Ibáñez sont originaires des Asturies) ; durant les années 1880 et 1890, entre Veracruz et Mexico, Antonio Basagoiti devint l’un des piliers du capitalisme mexicain, tout à la fois négociant – cuirs et peaux, habillement – industriel – diverses filières du textile, mais aussi des mines et le cinquième du capital des Aciéries de Monterrey – et banquier – une maison de banque avec les Ibáñez et d’autres industriels et négociants basques les Zaldo, avant d’intégrer le conseil d’administration du Banco Mercantil de Méjico, puis du Banco Nacional de Méjico. À ce stade, la dynamique transatlantique de Basagoiti va atteindre un niveau exceptionnel avec la création en 1900 du Banco Hispano Americano… mais c’est à Madrid que le siège de cette entité fut installé.

  • 38 Fernández C., « Transferencias de capitales antillanos a Europa. Los patrimonios de Pedro Juan de Z (...)
  • 39 Bahamonde Á. et Cayuela J., Hacer las Américas…, op. cit., p. 53.
  • 40 Ibid., p. 149.

11Il est encore très difficile d’évaluer avec précision l’ampleur des mouvements de capitaux dans un sens et dans l’autre. Comme l’ont montré Angel Bahamonde et José Cayuela, il est sûr que le transfert de capitaux accumulés en Amérique – en l’occurrence, dans l’économie du sucre cubaine (dont la traite38) – fut un phénomène globalement continu. Au moins deux phases peuvent être distinguées : jusqu’en 1868, ces capitaux se placent d’abord, dans l’ordre, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en France, et seulement ensuite dans la métropole péninsulaire (un peu plus de 10 %) ; à la fin des années 1880, alors même que le volume de ces transferts a considérablement augmenté, l’Espagne en accueille près de la moitié39. Mais avant comme après 1868, la place de Bilbao n’en accueillit que fort peu, 4,3 %, derrière Barcelone et Madrid (entre 35 % et 40 % chacune, davantage tourné vers l’industrie dans la cité catalane, vers les placements immobiliers et financiers dans la capitale de l’État), Cadix et Santander (entre 10 % et 11 % chacune40).

  • 41 Valdaliso J. M., « Los orígenes del capital invertido en la industrialización de Vizcaya, 1879-1913 (...)
  • 42 Rodrigo Y Alharilla M., « ¿Mas costes que beneficios ? La España liberal y la perla de las Antillas (...)
  • 43 Fernández de Pinedo E., La emigración vasca, op. cit., p. 112.
  • 44 Ibid., p. 112.
  • 45 Valdaliso J. M., « Comerciantes e industriales en México, banqueros e industriales en Vizcaya… », a (...)

12On sait néanmoins que des capitaux cubains participèrent à la création du Banco de Bilbao en 1857 et de la Compañía de Ferrocarriles Bilbao-Tudela quelque temps plus tard, à celle de l’entreprise sidérurgique La Vizcaya en 188241. Assurément, les indianos n’ont eu en Biscaye et Guipúzcoa ni le poids économique ni le rôle social qu’ils ont pu avoir dans d’autres régions cantabriques ou en Catalogne42. Toutefois, si l’on en croit le consul britannique à Bilbao cité par Fernández de Pinedo, ils sont bien présents en 1888 parmi les investisseurs de la place, notamment dans l’immobilier43. Le natif de Valmaseda (Biscaye), Marcos Arean Bermejillo, de retour de Mexico en 1886, fonda dans sa ville natale ce qui allait devenir la plus grande fabrique de bérets et chapeaux du pays44. D’autres cas, ceux de Martínez de Pinillos et des frères Aresti Torre par exemple, témoignent également de ce mouvement : ces derniers, dont nous avons déjà parlé, regroupent les fonds de sept autres récents immigrés du Mexique pour fonder en 1885 une première société industrielle, Sociedad Plomos y Estaños Laminados et une première papeterie Papelera del Cadagua, à l’origine de la Papelera Española, le grand œuvre industriel de Enrique (20 millions de pesetas de capital à la création en 190145).

  • 46 Ruiz de Gordejuela J., Vasconavarros en México, op. cit., parle de « saignée économique » de Cuba d (...)
  • 47 C’est l’une des conclusions de Bahamonde A. et Cayuela J., Hacer las Américas…, op. cit., p. 351 s (...)
  • 48 Valdaliso J. M., « Grupos empresariales e inversión de capitales en Vizcaya, 1886-1903 », Revista d (...)

13Autant d’exemples, et les études disponibles en signalent quelques autres, qui confirment bien que le transfert de capitaux accumulés en Amérique vers la péninsule – et Ruiz de Gordejuela insiste bien sur le fait que l’on ne saurait, malgré certains usages, parler de « rapatriement » de capitaux46 – n’a pas attendu le déclenchement de la deuxième guerre de Cuba et la perte de la perle des Antilles pour atteindre un niveau influant l’environnement économique des places qu’il touchait47 ; en Biscaye tout au moins, il se serait agi d’y investir plutôt l’épargne courante, en attendant l’issue du conflit48. Ce qui ne signifie point que la signature du traité de Paris n’ait pas contribué bien entendu à précipiter et intensifier le mouvement, comme le signale l’effervescence boursière de Bilbao en 1899-1901.

  • 49 L’Empire africain – Ceuta et Melilla, le Rio de Oro, le Rio Muni, et la zone qui allait être mise (...)

14Quelles stratégies entrepreneuriales maintenant que l’Espagne avait dû abandonner presque tout ce qui restait de son empire colonial49 ? Même si le bilan mesuré en termes d’investissements et de placements de capitaux originaires des Antilles dans les cités basques avait été positif, les négociants basques qui avaient été – nous l’avons dit – bien moins « connectés » que leurs confrères des autres places cantabriques, de Cadix ou de Barcelone à l’économie coloniale, en seraient moins affectés (en retournant l’adage populaire « ¡Más se perdió en la Guerra de Cuba ! », on pourrait s’exclamer : menos se perdió aquí). En tout état de cause, les horizons américains ne s’évanouirent pas soudainement. D’une certaine manière bien au contraire.

  • 50 Valdaliso J. M., Los navieros vascos y la marina mercante en España, Bilbao, Instituto Vasco de Adm (...)
  • 51 Ibid., p. 256 sq.

15Bien sûr les indianos installés au Pays basque devaient contribuer à perpétuer les relations. Un mémoire du Centro de la Unión Ibero-Americana en Vizcaya des années 1910, fait état de près d’une centaine de négociants, hommes d’affaires et industriels provenant d’Amérique, parmi lesquels 15 de Cuba et Porto Rico, 22 du Mexique et… plus de la moitié de la seule Argentine50. En effet, en ce début de vingtième siècle l’outre-mer américain, c’était désormais davantage le cône sud – en plein essor (l’Anglo South American Bank plaça à Bilbao des sommes importantes, le Banco Español du Río de la Plata y ouvrit l’une de ses six succursales51) – que les Antilles perdues, ou même que le Mexique où allait éclater la révolution.

  • 52 Valdaliso J. M., « Los orígenes del capital invertido en la industrialización de Vizcaya, 1879-1913 (...)
  • 53 de Lazurtegui J., España ante el Hemisfero de Occidente, 3 vol., Bilbao, Imprenta Echeguren y Zulai (...)
  • 54 Valdaliso J. M., Los navieros vascos…, op. cit.

16Entre 1886 et 1913, ce furent 37 indianos qui fondèrent à Bilbao 84 sociétés pour un capital de 239 millions de pesetas, soit 4,6 % des sociétés constituées, mais 18 % du capital total investi dans la place52. Ce n’est pas négligeable et c’est un témoignage de l’attractivité de Bilbao auprès des capitaux américains disponibles. Une attractivité qu’il convenait bien entendu de conserver, en même temps qu’il s’agissait d’amplifier les mouvements de marchandises et de capitaux du Pays basque vers l’Amérique : à Bilbao par exemple Julio de Lazurtegui, figure notable de la place, entreprit de prendre la tête d’un véritable mouvement militant pour le renforcement des liens avec l’hémisphère occidental ibérique53. Le début du XXe siècle vit le renforcement des relations commerciales avec l’Amérique du Sud, où les immigrés basques et les entreprises qu’ils avaient pu y monter faisaient office de réserve de clientèle. De nouvelles lignes régulières pour Montevideo et Buenos Aires, pour Veracruz, furent ouvertes. Mais la valeur des marchandises transportées ne pouvait se comparer ni à Bordeaux ni même à Barcelone54, alors même que le trafic global du port de Bilbao était en plein essor, comme celui de Saint-Sébastien-Pasajes.

  • 55 Fernandez A., « Bordeaux et Bilbao, des villes atlantiques au vingtième siècle ? », inSaupin G. (di (...)
  • 56 Rodrigo Y Alharilla M., « ¿Mas costes que beneficios ? La España liberal y la perla de las Antillas (...)
  • 57 Rodrigo Y Alharilla M., Los marqueses de Comillas, 1817-1925, Antonio y Claudio López, Madrid, Lid, (...)

17En fait, si le territoire atlantique demeurait sans doute l’un des champs d’expression des armateurs et négociants basques, il s’en fallait de beaucoup pour que ce fût là leur véritable horizon d’attente (y compris dans le cas d’indianos désormais installés en Biscaye ou en Guipúzcoa55). L’avait-il jamais été ? Ainsi, lors de l’opération de financement de la guerre de Cuba, les capitalistes de La Havane, de Madrid, de Barcelone, à leur mesure ceux de Santander, avaient souscrit à l’emprunt lancé par le chef du gouvernement Cánovas del Castillo, pas ceux de Bilbao, que l’on ne voit pas davantage impliqués dans la création du Banco Hispano-Colonial, domicilié à Barcelone56. Il n’y eut point ici de personnalités comme les marquis de Comillas57, et l’on sait combien les grands noms de l’oligarchie biscayenne (Ybarra, etc.) ont participé, pour reprendre les termes de Tuñón de Lara, du fonctionnement du bloc social, politique et économique hégémonique de l’État espagnol.

18Dans une bonne mesure, les capitaux américains – les capitaux des bascocubains « rapatriés », les capitaux argentins ou autres procédant de l’accumulation réalisée un peu partout sur le continent – se mêlèrent aux capitaux procédant de l’accumulation réalisée en Biscaye ou au Guipúzcoa – intensifiée durant la Première Guerre mondiale – pour trouver à s’investir, principalement, dans la péninsule (au point que l’on parle même d’une vizcainización de tout le quart nord-ouest de celle-ci), le véritable territoire stratégique des hommes d’affaires basques désormais, comme en témoigne, parmi d’autres exemples, la création par le groupe Sota y Aznar, du complexe sidérurgique d’Altos Hornos del Mediterráneo à Sagonte en 1923.

Notes

1 Il s’agit ici de cibler notre étude sur les ressortissants espagnols des trois provinces du Guipúzcoa, de la Biscaye et de l’Alava.

2 Selon García-Baquero A., Cádiz y el Atlantico, 1717-1778, Séville, Estudios hispanoamericanos, 1976, p. 466-467, les ressortissants basques constituaient près de 15 % des inscrits sur le registre des chargements pour les Indes au milieu du XVIIIe siècle.

3 Hussey R. D., The Caracas Company, 1728-1784, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1934, p. 305-317.

4 Garate Ojanguren M., Comercio ultramarino e Ilustración : la Real Compañía de La Habana, Vitoria, Departamento de Cultura del Gobierno Vasco, 1993.

5 Garate Ojanguren M., « Comercio, burguesía y acumulaciones de capital en el País Vasco (1700-1841) », Ekonomiaz, no 9-10, 1988, p. 45 sq.

6 Fernández de Pinedo E., La emigración vasca a América, siglos XIX y XX, Oviedo, Jucar, 1993 ; Valdaliso J. M., « Los orígenes del capital invertido en la industrialización de Vizcaya, 1879-1913 », Revista de Historia Industrial, 4, 1993, p. 159-172 ; Cerutti M., « Empresarios de origen vasco en el norte de México entre Monterrey y el Bravo (1850-1915) », inGarritz Ruiz A. (dir.), Los vascos en las regiones de México, siglos XVI-XX, 6 vol., Mexico, UNAM, 1996-2002 ; Garate Ojanguren M., « Circuitos comerciales y financieros entre México y Europa (1800-1850) : la participación vasca », inYuste López C. (dir.), El comercio exterior de México, 1713-1850, Mexico, UNAM-Universidad Veracruz, 2000 ; « Comerciantes e industriales en México, banqueros e industriales en Vizcaya. Unas notas sobre los indianos Aresti, López de Letona, Hernández Mendichaga y Maiz », Illes i Emperis, 2002, p. 51-66 ; Cerutti M., Valdaliso J. M., « Bilbao y Monterrey (1870-1914). Empresariado, industria y desarrollo regional en la periferia », Historia Mexicana, 52, 4, 2003, p. 905-940 ; RUIZ de Gordejuela J., Vasconavarros en México, Madrid, Lid, 2012.

7 Clarence-Smith W. G., « The Economic Dynamics of Spanish Colonialism in the Nineteenth and Twentieth Centuries », Itinerario, 15, 1, 1991, p. 71-90; Fernandez A., « D’un empire espagnol, l’autre: les stratégies d’une “histoire connectée”? », in Conocer, controlar y gobernar. Estrategias de los imperios ibéricos (1800-1936), Madrid, Casa de Velázquez, 25-28 juin 2012, inédit.

8 Bahamonde Á., Cayuela J. G., Hacer las Américas. Las élites coloniales españolas en el siglo XIX, Madrid, Alianza, 1992.

9 Un chapitre entier est bien consacré au très riche et très puissant « clan de los Zulueta » : ibid., p. 222-277, mais les auteurs montrent que le plus emblématique, Julian (mort en 1878), bien que natif de l’Alava, a établi sa fortune à partir des ressources que lui offrait à Cadix, à La Havane, mais aussi à Londres et à Liverpool, la branche gaditane du clan.

10 Marnot B., La mondialisation au XIXe siècle, Paris, Armand Colin, 2012.

11 Delgado J. M., « El modelo catalán dentro del sistema de libre comercio », inFontana J. et al. (dir.), El comercio libre entre España y América Latina, 1765-1824, Madrid, Fundación Banco Exterior, 1987, p. 53-70.

12 Soldevilla Orja C., La emigración de Cantabria a América : hombres, mercadurias y capitales, Santander, Libreria Estudios, 1996.

13 Ruiz de Gordejuela J., Vasconavarros en México, op. cit., p. 119.

14 Fernandez A., « L’empire économique des Britanniques en Amérique latine au XIXe siècle », inLaux C. (dir.), Le monde britannique de 1815 à 1931, Ellipses, 2009, p. 165-176.

15 Fernandez A., « La création de l’échelon provincial en Espagne (1833) : les cités marchandes, le “plat pays” et la formation des “provinces basques” », inMondot J. et Loupès P. (textes réunis par), Provinciales. Hommage à Anne-Marie Cocula, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2009, p. 783-796.

16 Fernandez A., Trajectoires industrielles de la Biscaye et du Guipúzcoa, XIXe-XXIe siècle, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, à paraître en 2016.

17 Fernández de Pinedo E., « Burguesía autóctona, proteccionismo e industrialización el País Vasco en el siglo XIX », inCerruti M. et Vellinga M., Burguesía e industria en América latina y Europa Meridional, Madrid, Alianza Editorial, 1989, p. 203-229.

18 Madoz P., Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España y sus posesiones de Ultramar, t. XVI, notice « Vizcaya », p. 386. Emiliano Fernández de Pinedo précise que neuf des quatorze principaux bourgeois de Bilbao commerçaient en 1849 avec l’Amérique : « Burguesía autóctona… », p. 217.

19 Madoz P., Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España y sus posesiones de Ultramar, t. IX, notice « Guipúzcoa », p. 105, Madrid, 1847.

20 Fernández de Pinedo E., La emigración vasca…, op. cit., p. 46-47.

21 Fernández de Pinedo N., « Comercio exterior y fiscalidad : Cuba (1794-1860) », Bilbao, Universidad del País Vasco, 2002, p. 265, cité par Rodrigo Y Alharilla M., « ¿Mas costes que beneficios ? La España liberal y la perla de las Antillas », inCano G. et Delgado A. (dir.), De Tartessos a Manila. Siete estudios coloniales y poscoloniales, Valence, Universitat de Valencia, 2008, p. 136.

22 Maluquer de Motes J., « El mercado colonial antillano en el siglo XIX », inNadal J. et Tortella G. (dir.), Agricultura, comercio colonial y crecimiento económico en la España contemporanea, Barcelone, Ariel, 1974, p. 325-355.

23 Fernández de Pinedo E., « La recuperación del comercio español con América a mediados del siglo XIX », in Antiguo Régimen y liberalismo. Homenaje a Miguel Artola, Madrid, Alianza, 1994, vol. 1, p. 51-66.

24 Fernández de Pinedo E., « Burguesía autóctona… », p. 216.

25 Fernández de Pinedo E., La emigración vasca…, op. cit., p. 44.

26 Fernández de Pinedo E., « Los movimientos migratorios vascos, en especial hacia América », in Españoles hacia América. La emigración en masa, 1880-1930, Madrid, 1988, p. 109.

27 Fernández de Pinedo E., La emigración vasca…, op. cit., p. 57.

28 Ruiz de Gordejuela J., Vasconavarros en México, op. cit., p. 121.

29 Rodrigo Y Alharilla M., « Un voyage avec retour : les Catalans aux Antilles (1830-1900) », p. 43-60.

30 Fradera J. M. (dir.), Catalunya i Ultramar. Poder i negoci a les colonies espanyoles (1750-1014), Barcelone, Museu Marítim, 1995 ; Fradera J. M., Colonías para después de un imperio, Barcelone, Ediciones Bellaterra, 2005, p. 619.

31 Fradera J. M., Colonías para después de un imperio, Barcelone, Ediciones Bellaterra, 2005, p. 619, évoque à leur sujet une véritable « panique sociale » à l’idée de quelque réforme que ce soit.

32 L’étude des réseaux familiaux basques et navarrais doit beaucoup à José María Imizcoz qui a renouvelé la méthodologie et les problématiques : l’émigration, loin de couper les liens avec le pays, construit une série d’extensions dans l’Empire tout entier ; extensions qui continuent de fonctionner en système avec le lieu d’origine ; ce dernier, le centre, alimente les extensions en hommes, facilitant leur reproduction biologique, gère leurs ressources relationnelles locales, assure la fourniture des marqueurs sociaux pertinents qui exigent ratification par la communauté d’origine ; il profite largement en retour des subventions que les branches lui envoient (y compris restauration ou constructions) et des réseaux d’influence tissés à l’extérieur pour prendre la direction de la société locale en déplaçant les anciennes élites économiques et politiques qui n’ont pas pris le tournant de l’émigration (Imizcoz J. M. et Oliveri Korta O., Economía domestica y redes sociales en el Antiguo Regimen, Madrid, Sílex, 2010).

33 Fernandez A., « Les affaires, le sang et le pouvoir : les Ybarra de Bilbao de la fin du XVIIIe siècle au début du XXe siècle », inCoste L. (dir.), Liens de sang, liens de pouvoir. Les élites dirigeantes urbaines en Europe occidentale et dans les colonies européennes (fin XVe-fin XIXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 277-288.

34 Ruiz de Gordejuela J., Vasconavarros en México, op. cit., p. 423.

35 Ruiz de Gordejuela J., Vasconavarros en México, op. cit., p. 119.

36 Valdaliso J. M., « Comerciantes e industriales en México, banqueros e industriales en Vizcaya. Unas notas sobre los indianos Aresti, López de Letona, Hernández Mendichaga y Maiz », Illes i Emperis, 2002, p. 51-66 ; Ruiz de Gordejuela J., Vasconavarros en México, op. cit., p. 425 sq.

37 García Ruiz J. L., « Antonio Basagoiti Arteta », inTorres E. (dir.), Los 100 Empresarios Españoles del siglo XX, Madrid, Lid, p. 57-61.

38 Fernández C., « Transferencias de capitales antillanos a Europa. Los patrimonios de Pedro Juan de Zulueta y Ceballos y Pedro José de Zulueta y Madariaga, 1823-1877 », Historia Social, 44-47, 1988, p. 139-163.

39 Bahamonde Á. et Cayuela J., Hacer las Américas…, op. cit., p. 53.

40 Ibid., p. 149.

41 Valdaliso J. M., « Los orígenes del capital invertido en la industrialización de Vizcaya, 1879-1913 », Revista de Historia Industrial, 4, 1993, p. 159-172.

42 Rodrigo Y Alharilla M., « ¿Mas costes que beneficios ? La España liberal y la perla de las Antillas », inCano G. et Delgado A. (dir.), De Tartessos a Manila. Siete estudios coloniales y poscoloniales, Valence, Universitat de Valencia, 2008, p. 120-151 : dans la section consacrée aux indianos, sur plus de vingt références en notes, pas une seule sur les indianos dans les provinces basques.

43 Fernández de Pinedo E., La emigración vasca, op. cit., p. 112.

44 Ibid., p. 112.

45 Valdaliso J. M., « Comerciantes e industriales en México, banqueros e industriales en Vizcaya… », art. cité.

46 Ruiz de Gordejuela J., Vasconavarros en México, op. cit., parle de « saignée économique » de Cuba dès le milieu des années 1890, du Mexique en 1907-1908 et à partir du déclenchement de la révolution en 1910, p. 444 sq.

47 C’est l’une des conclusions de Bahamonde A. et Cayuela J., Hacer las Américas…, op. cit., p. 351 sq.

48 Valdaliso J. M., « Grupos empresariales e inversión de capitales en Vizcaya, 1886-1903 », Revista de Historia Económica, VI, 1, 1988, p. 11-40.

49 L’Empire africain – Ceuta et Melilla, le Rio de Oro, le Rio Muni, et la zone qui allait être mise sous protectorat dans le Nord marocain – ne serait à bien des égards, et surtout d’un point de vue économique, qu’une illusion (Fernandez A., « Empire espagnol, Empire portugais à l’époque contemporaine. Destins divergents des outre-mer ibériques », inKlein J.-Fr. et Laux Cl. [dir.], Les sociétés coloniales à l’âge des empires : Afrique, Antilles, Asie [années 1850 - années 1950], Paris, Ellipses, 2012, p. 15-35) : au reste, les Basques n’y participèrent presque pas.

50 Valdaliso J. M., Los navieros vascos y la marina mercante en España, Bilbao, Instituto Vasco de Admisitración Pública, 1991, p. 112.

51 Ibid., p. 256 sq.

52 Valdaliso J. M., « Los orígenes del capital invertido en la industrialización de Vizcaya, 1879-1913 », Revista de Historia Industrial, 4, 1993, p. 159-172.

53 de Lazurtegui J., España ante el Hemisfero de Occidente, 3 vol., Bilbao, Imprenta Echeguren y Zulaica, 1924 ; de Gondra M. V., El Bilbao de Julio de Lazurtegui : la acertada visión del futuro industrial y commercial adelantada po un bilbaíno del XIX, Bilbao, Cámara Oficial de Comercio y Navegación de Bilbao, 1984.

54 Valdaliso J. M., Los navieros vascos…, op. cit.

55 Fernandez A., « Bordeaux et Bilbao, des villes atlantiques au vingtième siècle ? », inSaupin G. (dir.), Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 137-150.

56 Rodrigo Y Alharilla M., « ¿Mas costes que beneficios ? La España liberal y la perla de las Antillas », inCano G. et Delgado A. (dir.), De Tartessos a Manila. Siete estudios coloniales y poscoloniales, Valence, Universitat de Valencia, 2008, p. 129.

57 Rodrigo Y Alharilla M., Los marqueses de Comillas, 1817-1925, Antonio y Claudio López, Madrid, Lid, 2000.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site