Version classiqueVersion mobile

La figure de l'ambassadeur entre mondes éloignés

 | 
Nicolas Drocourt

Résumés

Texte intégral

1Les envoyés pontificaux en Orient au XIIIe siècle : ambassadeurs ou missionnaires ?

2Thomas Tanase

3La papauté, habituée de longue date aux négociations avec l’Empire byzantin ou à l’organisation de la croisade, prit cependant l’habitude au XIIIe siècle de s’adresser aux souverains musulmans, du Maghreb à Bagdad ; elle fut même en mesure d’envoyer des ambassadeurs aux pouvoirs mongols jusqu’en Chine. Tous ces émissaires tenaient en principe le langage de la mission, portant avec eux des appels à la conversion, accompagnés parfois de considérations que l’on qualifierait aujourd’hui d’humanitaires. Et en même temps, il faut aussi dépasser quelque peu ce niveau dans l’analyse : le discours évangélisateur cachait aussi bien souvent une véritable diplomatie, dont un des objectifs était notamment de mettre la papauté en position centrale face aux différents pouvoirs laïcs européens, en imposant ses ambassadeurs comme les représentants officiels d’un Occident qui se voulait défini comme chrétienté unie autour du siège romain. La papauté put ainsi commencer à se proposer d’intégrer le monde tout entier à cet unique système, universel, globalisé : la christianisation devenait ainsi une romanisation, c’est-à-dire aussi une occidentalisation. Et audelà des intérêts plus politiques, l’invitation à se convertir à l’universalisme occidental, seul choix véritablement rationnel, pouvait ainsi devenir la norme du langage diplomatique des puissances occidentales.

4Les ambassadeurs chez les chroniqueurs arméniens du XIIIe siècle

5Isabelle Augé

6La situation des Arméniens les met en contact avec de nombreux peuples et ils sont souvent obligés de négocier avec les puissances voisines ou plus lointaines pour assurer leur survie. L’historien s’attend à ce que la figure de l’ambassadeur soit très présente dans les sources arméniennes. Or, il s’aperçoit, à l’examen attentif de celles-ci, que les mentions sont finalement relativement ténues. Le matériau relevé, même médiocre en quantité, est traité ici selon trois axes. La première partie fait une analyse sémantique, relevant les termes utilisés par les chroniqueurs, en tentant de déceler, parmi ceux-ci, des variantes d’acception. Le bilan montre que les chroniqueurs emploient plus volontiers tel ou tel terme sans qu’il soit vraiment possible d’en retirer un enseignement définitif. L’analyse sociale des ambassadeurs cités dans les sources, réalisée en seconde partie, donne des résultats plus probants, permettant de dresser un portrait assez fidèle de ces personnages, souvent issus d’un milieu aristocratique, toujours bien choisis. Enfin, la présentation s’attache à développer quelques cas précis de délégations, avec leurs vicissitudes, pour tenter de mettre en exergue certaines constantes dans les modalités de déplacement.

7« Ambassadeurs », « émissaires » et autres. Vocabulaire et pratiques de la diplomatie au carrefour des langues (principautés de Valachie et de Moldavie, XVe-XVIe siècles)

8Radu G. Păun

9Le présent article esquisse les traits généraux du vocabulaire et des pratiques diplomatiques en usage dans les principautés de Valachie et de Moldavie aux XVe-XVIe siècles. L’intérêt de ce terrain d’étude, très peu investi par la recherche historique, réside dans la spécificité des deux états, qui se situent au carrefour de plusieurs traditions politiques (byzantino-slave, occidentale, ottomane) et de plusieurs langues (grec, slavon d’église, latin, polonais, italien, turc ottoman). De ce fait, ils se sont trouvés au cœur de multiples processus de transferts culturels, dont les conséquences sur leur organisation politique, la diplomatie comprise, restent encore à investiguer. À l’aide de quelques études de cas, l’auteur soulève des questions et lance des hypothèses de travail concernant les motivations, les caractéristiques et le statut des émissaires diplomatiques, leur recrutement et hiérarchies ainsi que le traitement qu’ils recevaient de la part des cours étrangères. L’analyse du vocabulaire et l’incursion dans les pratiques diplomatiques sont redoublées par un aperçu critique des sources disponibles.

10La figure de l’ambassadeur byzantin auprès des Ottomans dans la première moitié du XVe siècle

11Élisabeth Malamut

12Le but de cet article est d’identifier ce personnage par sa naissance, sa formation, son environnement, ses capacités linguistiques et sa connaissance particulière des habitudes de cet étranger spécifique qu’est l’Ottoman et de s’interroger finalement sur les critères du choix de l’ambassadeur byzantin à la cour ottomane. Les principales personnalités étudiées dans cet article sont Dèmètrios Léontaris, ambassadeur auprès de Mehmed Ier, Théologos Khorax, natif de Philadelphie, qui devint un familier des sultans Mehmed Ier et Murad II et du grand vizir Bajezid, joua un rôle ambigu d’intermédiaire et fut suspecté par de nombreux Byzantins d’être un traître, Manuel Mélachrinos, Loukas Notaras et Sphrantzès, le fameux auteur des dernières heures de Constantinople, qui participèrent à l’ambassade de 1424, envoyée à Murad II dans la perspective d’un traité après une longue crise, et continuèrent de fréquenter la cour ottomane en différentes occasions pendant les dernières décennies, et d’autres personnalités moins connues, comme Manuel Stachitzès ou Paul Asanès qui représentait le parti proturc à la cour byzantine. Avec l’accession de Mehmed II en février 1451, les relations diplomatiques se tendirent et à l’aube de la Chute, les ambassadeurs n’étaient plus les bienvenus à la cour ottomane.

13Les ambassadeurs pisans dans le monde musulman (l’Égypte et le Maghreb, XIIe-XIVe siècle)

14Mohamed Ouerfelli

15Si les ambassadeurs musulmans envoyés à Pise restent mal représentés par la documentation, on peut en revanche mieux étudier les diplomates pisans se rendant en Égypte et au Maghreb, grâce notamment à une série de règlements, de recommandations et de lettres émanant de la chancellerie pisane. Ces divers documents, auxquels on ajoute les traités de paix et de commerce, apportent un certain nombre d’informations sur le personnel diplomatique et permettent de faire émerger quelques figures d’ambassadeurs pisans qui se sont illustrés tout au long de leur carrière. Il est question dans cette contribution d’appréhender d’abord le vocabulaire employé pour désigner l’ambassadeur, d’étudier ensuite les critères de son recrutement et le mode de son élection, ainsi que la question de sa rémunération. Quelles sont les règles fixées par la commune de Pise pour encadrer les missions diplomatiques, autrement dit quelles sont les limites des pouvoirs des ambassadeurs pisans se rendant en Égypte et au Maghreb ? Sont également examinées les origines sociales des ambassadeurs et leurs carrières.

16Des exemples d’ambassadeurs, qui se sont distingués par le succès des missions qui leur ont été confiées, illustrent ce point et apportent des éclairages complémentaires sur les négociations de paix.

17Les messagers du grand large. Ambassades et ambassadeurs entre mer Rouge et océan Indien (VIIIe-XVe siècle)

18Éric Vallet

19Des rives de la mer Rouge à celles de la mer de Chine, le monde de l’océan Indien est souvent présenté aujourd’hui comme une aire d’échanges continus et intenses tout au long du Moyen Âge. Si ce fait est indéniable du point de vue de l’histoire du commerce, il reste encore largement à explorer du point de vue politique et diplomatique. La présente étude se concentre plus particulièrement sur la circulation des ambassades et ambassadeurs entre les États de l’Islam arabique et proche-oriental bordant la mer Rouge (Égypte, Hejaz, Yémen) et ceux de l’Asie côtière méridionale et orientale. Longtemps marquées par des contacts ponctuels et discontinus, principalement ancrés dans l’imaginaire impérial de l’Islam des premiers siècles, ces relations diplomatiques indo-océaniques s’affirment de façon plus structurée au cours de la seconde moitié du XIIIe siècle, une période charnière à laquelle nous consacrerons la majeure partie de l’étude, en partant du cas peu étudié jusqu’à présent d’une ambassade ceylanaise envoyée vers l’Égypte en 1282-1283. L’observation approfondie de cet échange diplomatique sans lendemain permettra ensuite de prendre plus exactement la mesure des transformations à l’œuvre au cours des XIVe et XVe siècles, qui virent l’affirmation d’une nouvelle polarité mecquoise dans l’espace indo-océanique. De figures étrangères et exotiques, les messagers venus du large en viennent ainsi à prendre de nouveaux traits, ceux d’hommes pleinement intégrés au monde de l’Islam, tout en restant capables de jouer de l’entre-deux culturel et linguistique, dans le monde pluriel et divers de l’océan Indien prémoderne.

20Ambassadeurs musulmans à Venise jusqu’à la fin du XVIe siècle

21Maria Pia Pedani

22Au Moyen Âge, la ville de Venise avait des relations commerciales avec plusieurs pays musulmans. Les marchands vénitiens qui commerçaient en Orient étaient accompagnés et protégés par des consuls et des ambassadeurs envoyés par leur gouvernement. Cependant quand il y avait des problèmes internationaux, même les souverains islamiques envoyaient leurs représentants diplomatiques à Venise. Sur la base des documents conservés aux Archives d’État de Venise, il est possible de découvrir les noms des souverains qui ont envoyé leurs hommes à Venise et pour quelles raisons. Ils étaient, par exemple, les sultans mamelouks d’Égypte (1465 et 1476), Uzun Hasan émir du Ak Kuyunlu (1470-1475), le Tatar khan Ahmed (1476) et, surtout, les sultans ottomans (à partir de 1384) avec leurs gouverneurs provinciaux (beylerbeyi). Les Vénitiens recevaient ces diplomates de la meilleure façon : ils préparaient des appartements, organisaient des fêtes en leur honneur et les recevaient officiellement au palais ducal. En même temps ils restaient très prudents. Dans cette période, en Europe, il était facile de retrouver des escrocs qui prétendaient être des ambassadeurs envoyés par des souverains lointains et exotiques. Certains d’entre eux, comme frère Ludovico da Bologna (1460), réussi à tromper rois et papes. Les Vénitiens, qui avaient côtoyé les musulmans pendant plusieurs siècles, n’ont pas été dupes et l’aventure de frère Ludovico trouva son inévitable conclusion à Venise.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search