Version classiqueVersion mobile

La figure de l'ambassadeur entre mondes éloignés

 | 
Nicolas Drocourt

Conclusions

John Tolan

Texte intégral

  • 1 Tolan J., « Au-delà des mythes de la coexistence interreligieuse : contacts et frictions quotidien (...)

1Nous assistons, depuis quelques décennies, à une vague (pour ne pas dire une déferlante) d’études sur les relations interculturelles, l’image de l’autre, les croisements et les métissages. Reflets sans doute de nos préoccupations actuelles, tant en Europe qu’en Amérique du Nord, à propos de l’immigration, de la mixité sociale, ou du multiculturalisme, tout comme du racisme et du repli identitaire. En effet, on peut avoir l’impression que jamais le Moyen Âge n’a été autant d’actualité. Il y a, par exemple, un véritable « choc de mémoires » concernant l’interaction des juifs, chrétiens et musulmans en Espagne médiévale. Pour certains, ce serait surtout une histoire d’affrontements, de heurts, de mépris et de dédain : la « reconquista » ne serait qu’une variété locale du conflit global entre croisés et djihadistes déjà embarqués dans un « choc des civilisations ». Pour contrer cette caricature grossière, d’autres historiens et essayistes ont érigé un mythe bien plus sympathique, quoique souvent tout aussi simplificateur : celui de l’Espagne médiévale comme terrain d’entente entre trois cultures qui s’admiraient et se respectaient, véritable âge d’or de l’entente cordiale entre religions et cultures1. À côté du choc de ces images médiatisées, de nombreuses études historiques mettent en lumière une situation bien plus nuancée : un enchevêtrement complexe de groupes sociaux, religieux et linguistiques, dont les relations sont régulées par des normes écrites et non écrites.

  • 2 Clément F., Tolan J., Wilgaux J. (dir.), Espaces d’échanges en Méditerranée : Antiquité et Moyen  (...)
  • 3 C’est le programme « Relmin. Le statut légal des minorités religieuses dans l’espace euro-méditerr (...)

2La vision civilisationnelle cède donc le pas à celle de multiples groupes changeants et instables, définis tantôt sur des bases professionnelles ou sociales, tantôt sur des bases linguistiques ou culturelles, tantôt sur l’appartenance religieuse. Ces questions sont au cœur des réflexions de l’historiographie actuelle et sont bien inscrites dans le travail mené collectivement depuis quelques années à Nantes. Nous nous sommes intéressés entre autres aux espaces des échanges dans le monde méditerranéen antique et médiéval : en particulier, dans un colloque en 2004, aux lieux de culte, à la place du marché et au port, trois lieux emblématiques vecteurs d’échanges2. Depuis 2010, dans le cadre d’un programme financé par le Conseil européen de la recherche, nous étudions les cadres légaux qui réglementent (ou qui tentent de le faire) la place des minorités religieuses dans les sociétés médiévales3.

  • 4 On pourrait citer, entre autres travaux récents, Ducos J., Henriet P. (dir.), Passages. Déplacemen (...)
  • 5 Becker A., Drocourt N. (dir.), Ambassadeurs et ambassades au cœur des relations diplomatiques : Ro (...)

3Si les lieux d’échanges et leur encadrement légal restent des éléments essentiels pour les comprendre, l’historiographie récente s’intéresse bien entendu aux acteurs et à leur rôle de vecteurs de connaissances : les marchands, missionnaires, mercenaires, pèlerins, exilés, fugitifs, traducteurs, transfuges, renégats, etc.4 Parmi ces figures de « passeurs », l’ambassadeur joue un rôle tout particulier de représentant d’un prince auprès d’un autre. Le livre que vous avez dans les mains fait suite à d’autres travaux sur la figure d’ambassadeur : notamment un colloque organisé à Metz en 2010 sur la place de l’ambassadeur dans la longue durée de l’histoire romaine, de l’antiquité classique au haut Moyen Âge, ainsi que la thèse de Nicolas Drocourt qui traite des ambassadeurs étrangers dans le monde médio-byzantin5. L’actuel livre prend la suite chronologique de ces études pour étudier la figure de l’ambassadeur entre le XIe et le XVIe siècle, en Occident latin, dans le monde byzantin et orthodoxe, et dans le monde musulman.

  • 6 Maillard Cl., Les papes et le Maghreb aux XIIIe et XIVe siècles. Étude des lettres pontificales de (...)

4Les études réunies ici confirment que la documentation à propos des ambassades et des ambassadeurs est à la fois riche, lacunaire, et disparate. Il y a d’abord un certain nombre de textes narratifs qui mettent en scène des ambassades : relations écrites par des ambassadeurs eux-mêmes, chroniques, textes hagiographiques, etc. À cela s’ajoutent des textes normatifs qui règlent l’envoi ou la réception d’ambassadeur. Ensuite figurent des lettres, dont certaines étaient portées par des ambassadeurs, d’autres préparaient une ambassade ou y faisaient suite. On pourrait citer par exemple le riche corpus épistolaire pontifical conservé au Vatican, dont parle Thomas Tanase, avec par exemple toute une série de lettres aux souverains de Maghreb qui ont fait l’objet d’une étude récente de Clara Maillard6.

5Déjà, comme Nicolas Drocourt l’indique dès l’introduction, se pose la question de la terminologie, pour savoir de quoi et de qui on parle. Si en effet on trouve le terme ambassador en latin, il n’est qu’un des termes parmi d’autres, plus ou moins synonymes (missus, legatus, nuntius, orator). En arabe on trouve rasūl ou safīr, en grec presbys, presbeutès, apostolos ou encore apokrisiarios, qui donne apoklysar ou poklysar dans les langues slaves. Radu Păun note la grande variété de termes dans la diplomatie des principautés de Valachie et de Moldavie aux XVe et XVIe siècles, ce qui découle à la fois de la grande diversité linguistique des sources et des diverses réalités regroupées sous ces termes. Comme le remarque Isabelle Augé au terme de son étude de la terminologie utilisée par les auteurs arméniens, la multiplicité des vocables pour désigner la personne envoyée suggère que ces auteurs s’intéressent peu à ces personnes, préférant mettre en avant la volonté du souverain dont ils seraient les simples porte-parole. Certains de ses termes mettent en avant sa parole, d’autres le fait qu’il est envoyé par le maître qu’il représente. En effet, l’ambassadeur doit en théorie représenter le maître (prince, commune, etc.) qui est loin. Il parle pour son maître, doit être en quelque sorte ses « bouche et oreilles », comme nous le rappelle Radu Păun. Parfois il porte des lettres écrites de son souverain : son rôle peut être réduit plus ou moins à celui du postier qui transmet une lettre et qui rapporte le cas échéant une réponse. Mais souvent, l’essentiel du message qu’il porte est livré oralement : il doit élaborer et expliquer le contenu de lettres éventuelles, entendre la réaction de ses hôtes, négocier au nom de son souverain.

6Sous l’appellation d’ambassade on trouve des réalités bien diverses. Des légations imposantes (comme celle envoyée par des Almoravides à Pise en 1133, qui a besoin de deux galées pour l’acheminer, comme le souligne Mohamed Ouerfelli), à des individus bien modestes. Parfois on voit des échanges réguliers d’ambassadeurs (c’est le cas pour les Rasūlides du Yémen et les Mamlûks au XIIIe siècle, comme le montre Éric Vallet). Et l’ambassadeur n’est souvent pas qu’ambassadeur : il peut être également marchand, voire missionnaire. L’ambassadeur avait parfois un statut ambigu ou incertain. Représentait-il vraiment le prince dont il prétendait être l’envoyé ? Toute une série de mesures, comme des lettres patentes, étaient mises en place pour le garantir. Parfois on le soupçonnait d’être espion de son maître, à tort ou à raison. Au contraire, il pouvait être suspecté de passer à l’ennemi : Théologos Korax était soupçonné d’avoir donné des informations compromettantes aux Ottomans ; ces accusations lui valurent la mort.

7Il y avait le problème de langue à résoudre, problème d’autant plus grand que les partenaires négociants étaient éloignés les uns des autres. On peut choisir des envoyés qui parlent la langue du souverain : c’est le cas de certains ambassadeurs pisans arabophones (Mohamed Ouerfelli) ou d’un Théologos Korax, ambassadeur byzantin qui parle le turc (Élisabeth Malamut). Certaines langues (le latin, le grec, l’arabe ou le perse) étaient de moyens privilégiés d’échanges diplomatiques : ainsi les lettres mystérieuses du souverain ceylanais Bhuvanaikabāhu Ier, que personne dans la cour yéménite ne pouvait lire, étaient interprétées par les ambassadeurs (musulmans et arabophones) qui les avaient apportées. Le dernier exemple relève d’une stratégie courante, celle d’envoyer comme ambassadeur quelqu’un disposant non seulement des connaissances de la langue des hôtes, mais aussi parfois une religion commune : c’était déjà le cas, par exemple, du chrétien Recemundus, envoyé par les Umayyades de Cordoue auprès des Ottoniens puis des Byzantins au milieu du Xe siècle, ou de chrétiens orientaux envoyés plus tard à la papauté par les Mongols.

  • 7 Voir Tolan J., « Veneratio Sarracenorum : dévotion commune entre musulmans et chrétiens selon Burc (...)

8Les buts des missions sont aussi variés : tisser ou consolider des liens commerciaux, comme c’est le cas pour de nombreuses missions pisanes auprès de souverains musulmans (Mohamed Ouerfelli) ; on pourrait en dire autant, du reste, pour les Génois, Vénitiens, Catalans et autres. Parfois, on cherche à tisser des alliances politiques et militaires pour étendre son pouvoir ou pour éviter la guerre : on note ainsi l’activité fébrile de la diplomatie byzantine dans un vain effort d’éviter la conquête ottomane de Constantinople (Élisabeth Malamut) ; on sent une fébrilité similaire à Venise après 1453, alors que les doges cherchent à la fois des appuis pour affaiblir les Ottomans (notamment en explorant la piste d’une alliance safavide) et tentent de tisser des liens directs avec la Sublime Porte (Maria Pia Pedani). On pourrait aussi citer l’exemple du souverain ceylanais Bhuvanaikabāhu Ier, que les chroniqueurs arabes rebaptisent Abû Nakbâ, « Père de la Catastrophe », dont les tentatives de tisser une alliance avec les lointains Mamlûks n’évitèrent en rien la défaite et la mort face aux armées tamoules (Éric Vallet). Souvent, l’essentiel de la communication se passe à l’oral et nous peinons à comprendre, à travers les sources, les buts des échanges diplomatiques et les résultats concrets : c’est le cas, par exemple, de la relation que fait Burchard de Strasbourg de la mission diplomatique que lui avait confiée l’empereur Frédéric Ier Barberousse auprès de Saladin : Burchard donne maints détails sur son périple en Syrie et en Égypte, sur les villes qu’il visite et les sanctuaires que fréquentent chrétiens et musulmans, mais ne dit mot ni sur Saladin, ni sur les pourparlers qu’il aurait menés auprès de lui7.

  • 8 Mauss M., « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », L’année (...)

9Mais l’ambassade est aussi une mise en scène théâtrale avec un message symbolique souvent important. Impossible pour l’historien, bien entendu, de séparer la performance « réelle » de la description qu’en font nos sources, qui épousent en général soit la perspective de l’hôte, soit celle de l’ambassadeur. Il faut faire bonne figure et bonne impression : les attentions qu’on accorde à l’ambassadeur seraient le reflet à la fois de la puissance et de la magnificence de l’hôte et de son respect et amitié pour le souverain lointain. Inversement, la tenue vestimentaire de l’ambassadeur, la taille de son entourage, son comportement, sont autant de manifestations de la puissance du souverain qui l’envoie. Ici les échanges de présents jouent un rôle primordial, à la fois pour sceller l’alliance et pour montrer la richesse du donateur. Nous avons l’impression souvent d’être dans des échanges de dons et contre-dons « agonistiques », pour reprendre la grille de lecture classique de Marcel Mauss : mais si pour Mauss le don exprime une supériorité du donateur par rapport au destinataire, dans ces échanges ce n’est pas toujours si net, me semble-t-il8.

10En effet, ces échanges de présents montrent un élément d’ambiguïté dans ces relations diplomatiques. Comment savoir s’il s’agit d’échanges entre alliés mis sur pied d’égalité ou d’actes de soumission symboliques à une autorité supérieure ? Depuis l’antiquité, textes et représentations plastiques mettent souvent en scène l’apport d’offrandes à un souverain par des représentants de peuples soumis ; on le retrouve, par exemple, dans les fresques du palais umayyade de Qusayr ‘ Amr, comme nous le rappelle Éric Vallet. L’apport de présents par un ambassadeur et son respect des usages de déférence peuvent être interprétés comme autant de signes de sa soumission (et donc celle de son maître) au pouvoir de l’hôte. D’autant plus quand celui-ci relève d’un pouvoir qui se veut universel : empereur romain, pape, calife. C’est peut-être pour cette raison que certains envoyés refusent de respecter certains rites d’usage, comme la prosternation, au risque d’offusquer leurs hôtes (c’est le cas de l’ambassadeur chinois au Yémen en 1419, rapporté par Éric Vallet).

11Au total, au-delà des buts pratiques de ces ambassades (tisser des liens commerciaux ou des alliances politiques et militaires, etc.), ces dernières jouent un rôle clef dans l’expression du pouvoir du prince : aussi bien pour celui qui envoie les ambassadeurs que pour celui qui les reçoit. Au Moyen Âge comme aujourd’hui, la puissance d’un État ou d’un prince s’exprime entre autres par sa capacité de se faire représenter, avec éclat, dans des lieux lointains. Et, peutêtre plus important (avant l’ère de la télévision et d’Internet), son aptitude à se montrer à ses sujets comme hôte qui reçoit les hommages de pouvoirs étrangers, voisins ou lointains d’ailleurs, dans un rituel solennisé célébrant les liens entre les deux puissances et surtout la magnificence et la légitimité de celui qui reçoit. Sur ce plan, l’échange d’ambassades et d’ambassadeurs entre partenaires diplomatiques éloignés ne semble rien avoir de singulier par rapport aux échanges entre partenaires proches sur le plan géographique. Autrement dit, la grande distance entre lesdits partenaires ne modifie pas les règles du jeu de la représentation diplomatique.

12Ces réflexions font partie, comme l’a noté Nicolas Drocourt dans l’introduction, de travaux collectifs en cours. Ici ont été privilégiées les ambassades qui impliquaient des longs voyages entre cours distantes : en partie ce choix était dicté par les sources, car on relate davantage un voyage vers une capitale éloignée que chez un voisin bien connu – ce qui, en soi, constitue bien une spécificité attachée aux ambassadeurs étudiés.

13Dans la continuité des travaux ici réunis, des pistes de recherche méritent d’être davantage appréhendées. Si des personnes autres que celles assurant les fonctions officielles d’ambassadeurs (marchands, pèlerins, personnes spécialisées dans l’échange ou le rachat de captifs, etc.) peuvent faire le lien entre deux États, et que les souverains peuvent aussi se voir en personne le cas échéant, la question des liens de proximité entre souverains et ambassadeurs se doit d’être toujours analysée de près. Il faudrait aussi essayer de débusquer la figure de l’ambassadeur dans d’autres types de sources que celles issues des pratiques diplomatiques. Des textes légaux, par exemple : dans quelle mesure retrouve-t-on une définition d’un statut d’ambassadeur ou assimilé ? Quels sont les dispositifs pour assurer son immunité et sa protection ? Quels documents sont exhibés pour certifier qu’il représente vraiment le prince qui l’envoie ? Ces questions autour de l’immunité des représentants officiels ont été moins abordées de front dans le présent travail ; toutefois plusieurs articles, dont celui d’Isabelle Augé, démontrent que, même pour ceux envoyés au loin, l’atteinte à leur personne demeurait rare.

14Enfin, la question reste ouverte de l’impact des ambassades à la fois sur la pratique de la paix (ou de guerre) et plus largement sur les échanges culturels. En introduction, quelques exemples bien connus ont été cités : Henri Aristippe et Burgonde de Pise, qui rapportèrent de Constantinople des manuscrits d’œuvres qui eurent un impact fort sur le développement intellectuel de l’Europe latine. Maria Pia Pedani mentionne, pour la fin de la période, le cas d’un ambassadeur hafside accueilli à Venise et porteurs de manuscrits écrits par Averroès, ou encore les cas répétés d’animaux échangés par la voie diplomatique entre la Sérénissime et ses partenaires musulmans. On pourrait citer d’autres exemples aussi célèbres que les émissaires et intermédiaires italiens du XIIe siècle évoqués plus haut, comme en témoignent les échanges entre Constantinople et Cordoue deux siècles plus tôt. Ils permettent l’arrivée à Cordoue d’un célèbre manuscrit du De Materia medica de Dioscoride et des artistes mosaïstes qui orneront la grande mosquée de la capitale umayyade. Mais au-delà de ces quelques exemples célèbres, à quel point peut-on apercevoir le mouvement de textes, d’idées, de techniques entre cultures ? Comment évaluer le rôle joué par les ambassadeurs dans ces échanges ? Autant de questions qui peuvent suggérer de pistes pour de nombreuses recherches à venir.

Notes

1 Tolan J., « Au-delà des mythes de la coexistence interreligieuse : contacts et frictions quotidiens d’après des sources juridiques de l’Espagne médiévale », Cahiers de la Méditerranée, no 86, 2013, p. 225-236.

2 Clément F., Tolan J., Wilgaux J. (dir.), Espaces d’échanges en Méditerranée : Antiquité et Moyen Âge, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

3 C’est le programme « Relmin. Le statut légal des minorités religieuses dans l’espace euro-méditerranéen (Ve-XVe siècle) » ; voir www.relmin.eu.

4 On pourrait citer, entre autres travaux récents, Ducos J., Henriet P. (dir.), Passages. Déplacements des hommes, circulation des textes et identités dans l’Occident médiéval, Actes du colloque de Bordeaux, 2-3 février 2007, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2013.

5 Becker A., Drocourt N. (dir.), Ambassadeurs et ambassades au cœur des relations diplomatiques : Rome, Occident Médiéval, Byzance (VIIIe siècle avant J.-C.-XIIe siècle après J.-C.), Metz, Presses Universitaires de Lorraine, 2012 ; Drocourt N., Ambassades, ambassadeurs et délégations d’étrangers dans l’Empire byzantin du VIIIe siècle au début du XIIIe siècle, thèse sous la direction d’A. Ducellier, 4 vol. , université de Toulouse - Le Mirail, 2006, étude qui sera en partie publiée début 2015 : Id., Diplomatie sur le Bosphore. Les ambassadeurs étrangers dans l’Empire byzantin des années 640 à 1204, 2 vol. , Louvain, Peeters.

6 Maillard Cl., Les papes et le Maghreb aux XIIIe et XIVe siècles. Étude des lettres pontificales de 1199 à 1419, Turnhout, Brepols, 2014.

7 Voir Tolan J., « Veneratio Sarracenorum : dévotion commune entre musulmans et chrétiens selon Burchard de Strasbourg, ambassadeur de Frédéric Barberousse auprès de Saladin (vers 1175) », inId., L’Europe latine et le monde arabe au Moyen Âge cultures en conflit et en convergence, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 97-108.

8 Mauss M., « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », L’année sociologique, 2e série, I, 1923, repris dans Id., Sociologie et Anthropologie, Paris, 1999, p. 143-273.

Auteur

Formé à Yale, à Chicago puis à l’EHESS de Paris, il est professeur d’histoire à l’université de Nantes. Historien du monde méditerranéen médiéval, il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages dont Les Sarrasins (Flammarion/Aubier, 2003), Le Saint chez le sultan (Seuil, 2007) et L’Europe latine et le monde arabe au Moyen Âge (PUR, 2009). Il est actuellement membre de l’Academia Europaea et directeur, au Conseil européen de recherche, du programme « Relmin. Le statut légal des minorités religieuses dans l’espace euro-méditerranéen (Ve-XVe siècle) ».

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search