Version classiqueVersion mobile

La figure de l'ambassadeur entre mondes éloignés

 | 
Nicolas Drocourt

Les messagers du grand large. Ambassades et ambassadeurs entre mer Rouge et océan Indien (VIIIe-XVe siècle)

Éric Vallet

Résumé

Des rives de la mer Rouge à celles de la mer de Chine, le monde de l’océan Indien est souvent présenté aujourd’hui comme une aire d’échanges continus et intenses tout au long du Moyen Âge. Si ce fait est indéniable du point de vue de l’histoire du commerce, il reste encore largement à explorer du point de vue politique et diplomatique. La présente étude se concentre plus particulièrement sur la circulation des ambassades et ambassadeurs entre les États de l’Islam arabique et proche-oriental bordant la mer Rouge (Égypte, Hejaz, Yémen) et ceux de l’Asie côtière méridionale et orientale. Longtemps marquées par des contacts ponctuels et discontinus, principalement ancrés dans l’imaginaire impérial de l’Islam des premiers siècles, ces relations diplomatiques indo-océaniques s’affirment de façon plus structurée au cours de la seconde moitié du XIIIe siècle, une période charnière à laquelle nous consacrerons la majeure partie de l’étude, en partant du cas peu étudié jusqu’à présent d’une ambassade ceylanaise envoyée vers l’Égypte en 1282-1283. L’observation approfondie de cet échange diplomatique sans lendemain permettra ensuite de prendre plus exactement la mesure des transformations à l’œuvre au cours des XIVe et XVe siècles, qui virent l’affirmation d’une nouvelle polarité mecquoise dans l’espace indo-océanique. De figures étrangères et exotiques, les messagers venus du large en viennent ainsi à prendre de nouveaux traits, ceux d’hommes pleinement intégrés au monde de l’Islam, tout en restant capables de jouer de l’entre-deux culturel et linguistique, dans le monde pluriel et divers de l’océan Indien prémoderne.

Texte intégral

  • 1 Dans le système de compte en vigueur au Yémen au début du XVe siècle, un lukk vaut 100000 dinars, s (...)
  • 2 Al-Malik al-Nāṣir Aḥmad b. al-Malik al-Ashraf Ismā‘ īl al-Rasūlī, souverain du Yémen (1400-1424).
  • 3 Ibn Al-Dayba‘, Qurrat al-‘uyūn fī akhbār al-Yaman al-maymūn, éd. Muḥammad al-Akwa‘, Le Caire, 1971- (...)

« L’envoyé (qāṣid) du maître de la Chine arriva [à Aden] avec trois impressionnants navires à bord desquels se trouvaient de précieux présents d’une valeur de 20 lukk d’or1. Lorsque l’envoyé se présenta devant al-Malik al-Nāṣir2, il ne baisa pas le sol devant lui mais lui dit : “Votre Seigneur, le souverain de la Chine vous salue. Et vous adjure d’être juste envers vos sujets.” [Al-Nāṣir] lui répondit : “Soyez le bienvenu. Quel grand plaisir vous nous faites en venant ici !” Il l’honora et le fit descendre dans le palais des hôtes (dār al-ḍiyāfa). Puis al-Nāṣir écrivit au maître de la Chine un message disant : “Qu’il soit fait selon votre volonté, ce pays est le vôtre.”
Ce discours de l’envoyé du roi de Chine à al-Malik al-Nāṣir, dénué de tout savoir-vivre et revêtu de grossièreté, confirme ce que l’on dit sur le fait que le roi de la Chine considère tout le monde comme son esclave. Il est évident qu’il y a chez eux de la bêtise et de l’ignorance de l’état du pays et de ses rois, même si la bonne éducation (adab) impose à quiconque prétend avoir atteint la maîtrise de soi de ne pas s’adresser à autrui autrement que d’une façon agréable et avec politesse3. »

  • 4 Par souci de simplicité, seule les dates en ère chrétienne sont données dans le corps du texte, sau (...)
  • 5 Sur les dates de l’arrivée des navires chinois à Aden, voir Ma Huan, Ying-yai Sheng-lan. The Overal (...)
  • 6 L’éditeur du texte ‘Abdallāh al-Ḥibshī indique p. 199 n. 1 que ce terme désignerait les selles de c (...)
  • 7 Al-Ḥāsib Al-Miṣrī, Al-Kitāb al-ẓāhirī, op. cit., p. 199.
  • 8 Dans cet article, l’abréviation « m. » introduit la date de mort d’un personnage, et l’abréviation (...)

1Janvier 14194 : une partie de la cinquième expédition menée sous la direction du grand eunuque Zheng He pour le compte de l’empereur Yongle (1402-1424) aborde pour la première fois le rivage d’Aden, à la pointe sud-ouest de l’Arabie5. C’est l’un des ports les plus occidentaux jamais atteints par des vaisseaux chinois. Les imposants « navires-trésors », que les textes arabes désignent parfois sous le nom de zunk (jonques), mouillent au large de la cité fortifiée, à l’abri de sa rade protégée des vents. Les ambassadeurs, accompagnés d’un somptueux présent, « composé de différentes sortes d’objets rares (anwā‘ altuḥaf), d’étoffes (thiyāb), de splendides velours (kamkhāt6) dorés, de musc excellent, de bois d’aloès, de nombreuses sortes de porcelaine7 », gagnent la résidence du sultan du Yémen, dans les premiers hauts plateaux montagneux de l’Arabie, à près de 150 km au nord, où ils sont reçus selon leur rang. Mais leur arrogance s’étale au grand jour : refusant de se prosterner selon l’usage devant le souverain qui les accueille, ils viennent au contraire réclamer sa soumission et l’envoi d’une ambassade en retour, chargée d’un présent qui pouvait avoir, aux yeux de la cour chinoise, valeur de tribut. Le sens du geste n’avait pas échappé aux élites lettrées du sultanat yéménite. Près d’un siècle plus tard, le savant et historien de Zabīd Ibn al-Dayba‘ (m. 15378), auteur de la citation traduite en ouverture de cette contribution, pouvait à bon droit gloser sur l’« ignorance » de l’état réel du monde dont avaient fait preuve le souverain chinois et ses envoyés. Certes, les navires chinois étaient revenus à deux autres reprises, en 1422 et 1433, passant même le détroit de Bab al-Mandab pour gagner Jedda et la Ville sainte de La Mecque lors de cette dernière expédition. Mais un siècle plus tard, ces grandes expéditions chinoises paraissaient aux yeux du savant yéménite, et de beaucoup d’autres, comme des manifestations de puissance excentriques et sans lendemain, étrangères à l’univers ordinaire des échanges diplomatiques dans l’océan Indien occidental.

  • 9 Voir par exemple pour l’époque Song, Hirth F. et Rockhill W. W. (trad.), Chau Ju-Kua: His Work on t (...)
  • 10 Voir Duyvendak J. J. L., China’s Discovery of Africa, Londres, 1949, p. 25-30.
  • 11 Pour des synthèses récentes en langues occidentales sur les expéditions dirigées par Zheng He, voir(...)

2Aden, La Mecque et le Da-Shi (« pays des Arabes ») faisaient depuis longtemps partie de l’horizon géographique des savants chinois9. Mais c’était là la première fois que s’exprimait la volonté d’une partie au moins de l’appareil d’État chinois d’entretenir des relations diplomatiques durables et régulières, par la voie maritime, avec des régions aussi éloignées de l’empire du Milieu. Longtemps, les régions du bassin occidental de l’océan Indien, de la Perse à l’Afrique de l’Est, du Deccan à l’Arabie, étaient restées en dehors de la diplomatie tributaire périodiquement renouvelée, revendiquée et même théorisée par la puissance chinoise. L’extension des voyages de la flotte chinoise commandée par Zheng He vers l’ouest, à Hormuz tout d’abord, à Aden, Jedda ou Malindi ensuite, marque de ce fait une rupture10. Cette poussée chinoise vers le Grand Ouest océanique est souvent interprétée comme le résultat de progrès techniques –des navires plus robustes, mieux guidés et plus sûrs qui auraient rendu possible ces grandes traversées– ou d’une spectaculaire poussée de l’expansionnisme naturel de l’empire du Milieu11. Nous proposerons plutôt d’y lire le résultat d’une lente évolution des systèmes diplomatiques de l’océan Indien, qui conduisit à l’intégration progressive et partielle de ses rives occidentales, orientales voire extrême-orientales dans un vaste ensemble plus ou moins unifié de relations non seulement économiques, mais également culturelles, religieuses et politiques.

  • 12 Dans une abondante littérature, on renverra tout particulièrement à la récente et monumentale démon (...)
  • 13 Ce point a particulièrement été mis en lumière dans l’aire étudiée par deux travaux majeurs, auxque (...)

3Si l’existence de flux commerciaux de la mer de Chine à la Méditerranée est avérée durant toute la période médiévale12, l’établissement de relations politiques et diplomatiques sur un espace aussi vaste, bien que la circulation y soit facilitée par l’existence de voies maritimes fréquentées, reste une question largement ouverte, obérée par de nombreuses incertitudes. Les dimensions culturelles de la diplomatie, surtout lorsqu’elle se déploie sur de longues distances, ne doivent en particulier pas être sous-estimées13 : l’envoi de messagers, d’émissaires ou d’ambassadeurs au loin relève tout autant, sinon plus de représentations erronées, arbitraires, voire fantasmatiques, de ce qu’il faudrait craindre ou espérer d’un roi ou d’un prince géographiquement éloigné, que de calculs politiques maîtrisés ou d’une connaissance géopolitique parfaite. L’étude des relations diplomatiques à une échelle aussi large que celle de l’océan Indien est donc un excellent révélateur des représentations politiques de l’espace, qui irriguaient, et parfois égaraient, ses différents pouvoirs riverains. Des siècles durant, c’est l’Inde du Sud qui avait constitué l’horizon ultime où l’empire du Milieu venait sporadiquement éprouver l’image de sa propre puissance. L’inclusion d’Aden, de Jedda ou de La Mecque dans l’orbe des territoires invités à se soumettre symboliquement à l’Empereur dans le premier tiers du XVe siècle marquait une rupture. Elle ouvrait, de façon certes éphémère, de nouvelles perspectives, et signifiait que l’espace politique des ambitions impériales chinoises n’était pas figé une fois pour toutes dans les frontières étroites d’une aire de « civilisation » (trop) bien délimitée.

  • 14 Wink A., Al-Hind. The Making of the Indo-Islamic World. Early Medieval India and the Expansion of I (...)

4S’il en est ainsi des contours mouvants et changeants de ce que l’on pourrait appeler « l’imaginaire global » de l’État chinois, il en va de même pour ce vaste archipel d’États, principautés et sultanats musulmans qui en vinrent progressivement à couvrir une grande partie des territoires côtiers de l’aire indo-océanique, d’Hormuz à Kilwa, d’Aden à Malacca. Le rôle de l’Islam comme facteur d’unification dans le vaste monde de l’océan Indien au cours du Moyen Âge a été depuis longtemps souligné, bien que de façon sans doute souvent trop unilatérale. Pour certains auteurs, l’essor de l’Islam aurait été inséparable de l’élaboration d’une réalité territoriale, intellectuelle et politique globalisée, un processus qu’André Wink a joliment désigné sous le nom de « fabrique du monde indo-islamique14 » : en décloisonnant des espaces jusque-là fermés sur eux-mêmes, en les reliant les uns aux autres par la grâce du commerce et de la déthésaurisation massive, les réseaux islamiques mercantiles alliés aux forces déferlantes des cavaliers turcs auraient redessiné puissamment l’organisation des territoires de l’Asie du Sud, les mettant sur la voie de cette unité que l’on désigne communément sous le nom d’« Inde ». Mais est-on si sûr que la diffusion des codes, des valeurs et des pratiques islamiques ait toujours constitué, dans l’aire indo-océanique, un facteur d’unification, et de globalisation ?

  • 15 Voir par exemple les remarques formulées par Subrahmanyam S., « On the Window that was India », in (...)
  • 16 Lombard D., Le carrefour javanais. Essai d’histoire globale, t. II : Les réseaux asiatiques, Paris,(...)
  • 17 Hodgson M. G. S., The Venture of Islam. Conscience and History in a World Civilization. 1. The Clas (...)

5On rappellera ainsi que les réseaux islamiques, qui étaient loin d’être uniformes d’un point de vue linguistique, culturel ou religieux, ne jouèrent jamais un rôle exclusif dans l’essor des économies de l’océan Indien15. Et que l’islamisation, ou plutôt le « stimulus islamique », pour reprendre l’expression heureuse de Denys Lombard16, compris comme l’installation de nouvelles populations musulmanes ou comme la conversion de populations locales à l’islam, ne saurait occulter un phénomène plus large et diffus qui consistait en l’adoption de codes politiques, de pratiques symboliques ou d’éléments de culture matérielle, en bref, d’une certaine conception du monde et de manières de vivre partagés dans l’ensemble de l’océan Indien, inspirées totalement ou partiellement par l’Islam. Cette « islamicisation », pour reprendre un néologisme parfois utilisé dans les productions scientifiques de langue anglaise depuis l’œuvre magistrale de Marshall G. Hodgson17, touchait donc des cercles qui allaient bien au-delà des seules communautés musulmanes, mais dans des proportions variables. Elle donna naissance à des pratiques politiques et culturelles mêlées, à des lieux possibles de rencontres et de contacts au plus haut niveau, non sans créer en même temps de nombreux malentendus, dont l’ambassade chinoise de 1419 citée plus haut offre un exemple. L’étude précise des pratiques diplomatiques à longue distance, que rendait possible le partage d’un même langage politique et symbolique, est ainsi en même temps un intéressant révélateur d’incompréhensions, de décalages ou d’écarts dans la façon de concevoir le monde, ses rapports de force et ses équilibres, ou ses déséquilibres.

6Cette contribution n’entend pas toutefois revenir en détail sur l’ensemble des manifestations diplomatiques observables dans cette région, mais se concentre plus particulièrement sur les liens politiques établis de façon réelle ou imaginée entre l’Asie du Sud (et secondairement du Sud-Est) et les régions les plus occidentales du Proche-Orient arabe, riveraines de la mer Rouge : le Yémen, le Hedjaz et l’Égypte, à partir de l’avènement de l’Islam au VIIe siècle. En raison des sources qui nous sont directement accessibles, elle s’appuiera principalement sur la documentation de langue arabe produite tout au long de la période, sans négliger les apports d’autres corpus lorsqu’ils étaient disponibles.

7Longtemps marquées par des contacts ponctuels et discontinus, principalement ancrés dans l’imaginaire impérial de l’Islam des premiers siècles, ces relations diplomatiques indo-océaniques s’affirment véritablement de façon plus structurée au cours de la seconde moitié du XIIIe siècle, une période charnière à laquelle nous consacrerons la majeure partie de l’étude, en partant du cas peu étudié jusqu’à présent d’une ambassade ceylanaise envoyée vers l’Égypte en 1282-1283. L’observation approfondie de cet échange diplomatique sans lendemain permettra ensuite de prendre plus exactement la mesure des transformations à l’œuvre au cours des XIVe et XVe siècles, qui virent l’affirmation d’une nouvelle polarité mecquoise dans l’espace indo-océanique. De figures étrangères et exotiques, les messagers venus du large en viennent ainsi à prendre de nouveaux traits, ceux d’hommes pleinement intégrés au monde de l’Islam, tout en restant capables de jouer de l’entre-deux culturel et linguistique, dans le monde pluriel et divers de l’océan Indien prémoderne.

LES PREMIÈRES AMBASSADES MARITIMES ENTRE MONDE ARABE, INDE ET CHINE : ENTRE MYTHE ET HISTOIRE (VIIE-XIIIE SIÈCLE)

  • 18 Voir notamment Fowden G., Art and the Umayyad Elite in Late Antique Syria. Quṣayr ‘Amra, Berkeley e (...)
  • 19 Miquel A., La géographie humaine jusqu’au milieu du XIe siècle, t. II, vol. 2, Géographie arabe et (...)

8L’avènement de l’Islam au VIIe siècle et la constitution rapide d’un empire contrôlant les deux mers bordières de l’Arabie, et une vaste langue de terre continue allant de l’Asie centrale à l’Andalousie, ne paraît pas avoir entraîné de changements significatifs dans le monde de l’océan Indien, du moins en un premier temps. Certes, l’Inde et la Chine s’inscrivirent très tôt dans l’horizon impérial des nouveaux maîtres de l’Orient. La fameuse fresque des rois, venus prêter hommage au calife sur l’une des parois du palais jordanien de Quṣayr ‘Amra, n’inclut-elle pas aux côtés du roi des rois sassanides, du basileus byzantin, du négus éthiopien, du roi des Wisigoths et du Khaqan des Turcs, l’empereur de Chine18 ? Mais l’expansion militaire en direction de la Chine et de l’Inde connut un coup d’arrêt durable après la première moitié du VIIIe siècle et fut presque exclusivement terrestre. L’océan Indien et ses régions riveraines étaient avant tout perçus comme un espace riche en merveilles (‘ajā’ib) et propice au commerce, plus que comme un ensemble à conquérir, soumettre ou dominer. Telle est l’image qui domine dans la littérature arabe classique, tout particulièrement dans les opus géographiques qui se multiplient à l’époque abbasside19.

  • 20 Hartwell R. M., Tribute missions to China 960-1126, Philadelphie, 1983, p. 195-205. Sur une période (...)
  • 21 Il en va ainsi pour la mission envoyée en 975 par He-li fo, roi des Da-Shi : on reconnaît sans mal (...)

9Des ambassades circulèrent entre l’Inde, la Chine et le Dâr al-Islâm, mais les sources à ce sujet ne permettent guère de connaître leur composition, leur fréquence, leurs itinéraires, leurs objets et leurs résultats. Les histoires dynastiques et les encyclopédies chinoises, très attentives à l’arrivée d’émissaires étrangers venus manifester leur soumission à l’empereur en déposant à ses pieds leur « tribut », constituent sans aucun doute l’ensemble le plus richement documenté pour la haute époque, même si leur interprétation n’est pas sans équivoques, en particulier pour la période qui va du VIIe au XIIIe siècle. Leur dépouillement pour les époques T’ang (618-907) et Song (960-1279) a permis de produire des listes volumineuses de ces ambassades, essentiellement identifiées par leur région de provenance. Entre 966 et 1116 par exemple, pas moins de 30 épisodes sont ainsi recensés, qui mentionnent l’arrivée de divers personnages depuis le Da-Shi, « pays des Arabes20 ». Mais cette désignation géographique, désespérément vague, ne permet guère de distinguer entre les envois de délégations depuis l’Égypte, dominée à cette époque par la dynastie fatimide, le Yémen, divisé entre diverses obédiences, ou l’Irak et l’Iran, passés entre les mains des Būyides au Xe siècle puis des Seljūqides au XIe siècle, tout en restant sous l’autorité formelle du califat abbasside21. À quelques exceptions près, les souverains expéditeurs ne sont jamais mentionnés.

10L’identité de ces « ambassadeurs » présents en Chine suscite également bien des interrogations sur la nature même de leurs « ambassades ». Tous ceux qui se présentent à la cour impériale chinoise sont loin d’être des envoyés officiels : il s’agit le plus souvent de simples marchands venus présenter au souverain un présent, afin d’attirer sur eux sa protection. Il n’est guère évident de savoir, à partir des seules sources chinoises, s’ils agissaient en leur nom propre ou avec un mandat explicite d’un calife ou d’un sultan proche-oriental.

  • 22 Bielenstein H., Diplomacy and Trade, op. cit., p. 356-359, 365-367.

11Enfin, dernière difficulté de taille, les sources chinoises des VIIe-XIIIe siècles, ne précisent que rarement l’itinéraire emprunté par ces « envoyés » : voie terrestre centrale-asiatique ou voie maritime indo-océanique ? Pour les trois premiers siècles de l’Islam en particulier, la voie maritime semble de fait n’avoir occupé qu’une place très secondaire. Il faut attendre le Xe siècle pour tenir des mentions explicites de messagers venus du grand large22.

  • 23 En 995, arrivée d’un cadeau (bois d’aloès) en provenance du Bilād al-Hind (Al-Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥ (...)
  • 24 Cette thèse fameuse, reprise depuis sans examen critique approfondi, se trouve formulée dans Lewis (...)
  • 25 Il est aussi possible que les enjeux commerciaux de l’activité des Fatimides en direction de l’océa (...)
  • 26 Voir Margariti R. E., Aden and the Indian Ocean. 150 Years in the life of a Medieval Arabian Port, (...)

12Dans l’autre sens, très rares sont les ambassades chinoises mentionnées dans les sources arabes et persanes avant le XIIIe siècle. Il en va de même pour celles venant des États de l’Asie du Sud et du Sud-Est, dont l’existence ne peut être que suggérée, à défaut d’être précisément attestée. Que penser, par exemple, de cette mention laconique de l’arrivée d’un « présent composé de bois d’aloès » à la cour fatimide du Caire en 995, sans plus de précisions23 ? S’agissait-il d’un cadeau diplomatique du Yémen voisin, ou d’États indo-océaniques plus éloignés ? Était-ce même le présent d’un souverain, ou d’un riche marchand revenant de l’Océan ? Ce silence des sources traitant de l’époque fatimide est d’autant plus parlant que ce régime est réputé avoir mené un « grand jeu » dans l’océan Indien occidental afin de détourner les flux du grand commerce maritime des rives du golfe, fidèles aux Abbassides, vers la mer Rouge, qui était en grande partie passée dans leur cercle d’influence24. Si les intentions des Fatimides étaient bien celles que les historiens leur prêtent d’ordinaire, il est étonnant que la diplomatie en direction de cette région n’occupe pas une place plus visible dans les sources traitant de cette époque25. Force est de constater l’absence quasi-totale de traces d’ambassades échangées entre l’Asie du Sud et de l’Est, et les pays bordiers de la mer Rouge jusqu’à la fin du XIIe siècle, aussi bien pour l’Égypte fatimide (969-1171), que pour le Yémen des Ṣulayhides et des Zuray‘ ides (1083-1183)26.

  • 27 Voir notamment Al-ṭabarī, Ta’rīkh al-rusul wa-l-mulūk, éd. De Goeje, I, p. 685 ; 1052-1053 ; et al-(...)

13La littérature et l’historiographie arabe des IXe-XIIIe siècles ne manquent pourtant pas de récits d’ambassades venues de l’Inde ou de la Chine, mais celles-ci se situent paradoxalement plutôt à l’époque préislamique. Dans le célèbre Livre des prophètes et des rois d’al-Ṭabarī (m. 923) comme chez le polygraphe irakien al-Mas‘ūdī (m. 956) –pourtant très intéressé par l’histoire indienne à laquelle il accorde une grande place– s’observe le même déséquilibre entre période préislamique et islamique27.

14Tous ces récits se présentent en outre sous des traits fortement stylisés et stéréotypés, dont le récit de l’ambassade envoyée par le roi de l’Inde au roi des rois sassanides Kisrā/Khusraw Anūshirwān (Chosroès Anouchirvan) constitue un bon exemple :

  • 28 Al-Masū‘ Dī, Les prairies d’or, op. cit., I, p. 233-234.

« Le roi de l’Inde écrivit ainsi à Anouchirvan : “Le roi de l’Inde, le plus grand des chefs (arkûn) de l’Orient, le possesseur du palais d’or aux portes de rubis et de perles, à son frère le roi de Perse, maître de la couronne et de l’étendard, Chosroès Anouchirvan”. Ses présents consistaient en mille manns d’agalloche indien qui fond au feu et reçoit des empreintes aussi clairement apparentes que dans la cire ; une coupe en rubis ponceau large d’un empan et remplie de perles ; dix manns de camphre de la grosseur d’une pistache et au-delà ; une esclave haute de sept empans [ou sept coudées], avec des cils descendant jusqu’aux joues : on croyait voir jaillir des éclairs de sa paupière, l’éclat de ses yeux s’alliait à la pureté de son teint, à la finesse de ses traits et à la perfection de sa personne, ses sourcils se touchaient et les tresses de ses cheveux tombaient jusqu’à terre. [Le roi de l’Inde envoya aussi] un tapis de peau de serpent, plus doux que la soie et plus qu’une étoffe à ramages. Sa lettre était écrite en caractères d’or pur, tracés sur l’écorce de l’arbre appelé pandanus (kādhī), qui est originaire de l’Inde et de la Chine ; c’est une des plus curieuses espèces du monde végétal, par la beauté de sa couleur et le parfum qu’il répand ; son écorce est plus mince que le papier de chine, et les rois de Chine et de l’Inde l’emploient pour leur correspondance28. »

  • 29 Voir Flood F. B., Objects of Translation. Material Culture and Medieval « Hindu-Muslim » Encounter,(...)
  • 30 Al-Ṭabarī, Ta’rīkh, op. cit., I, p. 1052-1053, trad. anglaise C. E. Bosworth dans The History of al (...)

15À l’instar de ce récit, toutes les descriptions d’ambassade indienne ou chinoise insistent sur les produits qui composaient les présents. La mention récurrente de la présence de soie, de perles et de pierres précieuses (notamment les rubis), de musc et de bois d’aloès dans les cadeaux diplomatiques envoyés depuis l’Inde, identifie cette région comme pourvoyeuse des produits les plus raffinés de l’Orient, une représentation extrêmement répandue à l’époque abbasside. Le caractère à la fois somptueux et mystérieux des écrits, lettres et messages accompagnant les ambassades est aussi souligné par nombre de ces anecdotes : ils renvoient ici plutôt à un autre stéréotype courant sur l’Inde, comme détentrice d’une sagesse supérieure29. C’est ainsi que chez al-Ṭabarī, il revient à une lettre du roi de l’Inde Furūmishā, écrite en « caractères indiens » et scellée, de prédire la déchéance du roi Kisrā/Khusraw Abarwīz et l’avènement de son fils Shīrūya en se fondant sur l’horoscope30.

16La portée idéologique de ces récits se référant à la période préislamique doit donc être fortement soulignée. En faisant de la possession des biens les plus précieux un signe de domination et d’hégémonie universelle, ils contribuent à renforcer une représentation commune de la domination des rois proche-orientaux sur les royaumes voisins, déjà présente à l’époque anté-islamique et prolongée avec l’avènement de l’Islam. Le passage le plus explicite à ce sujet se trouve sans doute dans le récit qu’al-Ṭabarī consacre aux rois du Yémen à l’époque préislamique (tubbā‘). L’un d’entre eux, Tibān As‘ad, plus connu sous le nom d’al-Rā’id (le Pionnier), qui aurait vécu à l’époque réculée de Bishtāsb et Ardashīr Bahman, est surtout connu pour avoir lancé ses troupes depuis le Yémen vers la Mésopotamie et le pays des Turcs. Ces premières victoires lui valurent une solide réputation :

  • 31 Al-Ṭabarī, Ta’rīkh al-rusul, trad. anglaise M. Perlmann, IV, p. 79-80.

« Les rois le considéraient avec respect, et lui envoyaient des présents. Un messager du roi de l’Inde vint à lui avec des cadeaux et des présents contenant de la soie, du musc, du bois d’aloès et d’autres produits précieux de l’Inde. [Al-Rā’id] vit des choses qu’il n’avait jamais vues auparavant et dit : “Tout ce que je vois peut-il se trouver dans votre pays ?” Le messager lui répondit : “Dieu vous bénisse, une partie se trouve dans notre pays, mais la plupart viennent de Chine.” Le messager décrivit alors la Chine au roi : sa grande étendue, sa fertilité, l’extension de ses frontières. Le roi se promit de la conquérir. Il partit à la tête des Himyarites le long de la côte, jusqu’à atteindre al-Rakā’ik et les porteurs de turbans noirs (?). Il envoya l’un de ses hommes –appelé Thābit– avec une importante troupe vers la Chine. Mais Thābit fut blessé, si bien que le roi se dirigea lui-même vers la Chine. Il tua ceux qui la défendaient et pilla tout ce qui s’y trouvait. On dit que son expédition en Chine, la durée de son séjour et son retour prirent sept années, et qu’il laissa au Tibet 12 000 cavaliers de Himyar. Ils devinrent les gens du Tibet et affirment de nos jours qu’ils sont Arabes. Ils sont de fait Arabes par leur constitution physique et la couleur de leur peau31. »

  • 32 Flood F. B., Objects of translation, op. cit., p. 26-37.

17À partir de l’avènement de l’Islam, l’affirmation de cette supériorité se nourrit en outre de la dénonciation de l’idolâtrie indienne, dont les symboles iconiques (statues ou objets relatifs aux cultes hindous) pris comme butin lors d’expéditions frontalières sont exhibés à Bagdad ou à La Mecque en signe de victoire sur les rois impies de l’Inde32.

  • 33 Fatimi S. Q., « Two Letters from the Mahārājā to the Khalīfah: a Study in the Early History of Isla (...)
  • 34 Ibn Al-Zubayr, Kitāb al-dhakhā’ir wa-l-tuḥaf, éd. M. Hamidullah, al-Fuwayt, Dā’irat al-maṭbū‘āt wal (...)
  • 35 Al-Hijjawi Al-Qaddumi, op. cit., p. 61-62 (§ 1-3).
  • 36 Ibid., § 8 (du roi de la Chine à Mu‘āwiya) ; 28 (d’un roi de l’Inde à Hārūn al-Rashīd) ; 29 (d’un r (...)
  • 37 Voir par exemple la mention d’ambassadeurs comme informateurs d’al-Bīrūnī dans Minorsky V., « On so (...)
  • 38 Ibid., p. 80.

18Ces représentations continuent d’être à l’œuvre en d’autres lieux et époques que l’Irak de l’âge abbasside classique. Le lettré andalou Ibn ‘Abd Rabbih (m. 940) rapporte ainsi dans son ‘Iqd al-farīd l’existence d’une lettre envoyée par le roi de l’Inde au calife ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz (717-720)33. Plus encore, le Livre des présents et des objets rares (Kitāb al-hadāyā wa-l-tuḥaf), un recueil d’anecdotes compilé en Égypte au début du XVe siècle à partir d’un recueil plus ancien datant de l’Égypte fatimide (XIe siècle), est révélateur de cette prégnance de l’imaginaire impérial « asiatiste » des rois de l’Anté-Islam34. Les trois récits par lequel débute l’ouvrage relatent l’arrivée de trois présents diplomatiques envoyés par les rois de Chine, de l’Inde et du Tibet, accompagnés de lettres, à la cour du Sassanide Kisrā/Khusraw Anūshirwān35. La place symbolique de ces anecdotes en ouverture du livre contraste avec la rareté des ambassades chinoises ou indiennes relatives à l’époque des califes dans la suite du recueil et leur absence totale pour la période fatimide, par ailleurs largement évoquée dans l’ouvrage36. Pourtant, à partir de la fin du Xe siècle, l’expansion ghaznévide dans le nord de l’Inde suscite un important renouveau de l’activité diplomatique entre princes hindous et souverains musulmans des régions frontalières, comme en témoignent les chroniques contemporaines en arabe et en persan, et jusqu’à l’œuvre maîtresse d’al-Bīrūnī sur l’Inde37. Mais la présentation de ces ambassades ne se départ guère des stéréotypes plus anciens : si la mention récurrente des éléphants, parmi les présents envoyés par les princes indiens, signifie une forme de soumission militaire, on retrouve encore dans le récit de l’ambassade du raja de Kalinjar à Maḥmūd de Ghazni en 1023 la mention de l’envoi d’un poème écrit en langue indienne (lughat-i hindavī) et le versement d’un riche tribut38.

19Au total, l’ambassade depuis l’Inde ou la Chine est clairement, dans les récits forgés et transmis en terre d’Islam entre les IXe et XIIIe siècles, un symbole et un signe de l’Islam triomphant. Elle n’est guère perçue comme un processus politique : les circonstances de l’envoi et de la réception de ces ambassades ne sont que rarement mentionnées ; l’identité des ambassadeurs, la langue, les itinéraires suivis, en bref, toutes les informations concrètes sur le déroulement des ambassades sont absents. Tout cela importait peu pour les mémorialistes et des chroniqueurs.

  • 39 Al-Ṭabarī, Ta’rīkh, op. cit., I, p. 403.

20Tout cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas eu d’échanges diplomatiques entre l’Asie du Sud et de l’Est et les grandes capitales du Proche-Orient au cours de cette période, mais, ceux-ci furent sans doute sporadiques et ponctuels. En dehors des zones frontalières du nord de l’Inde, la présence de communautés musulmanes importantes dans des ports de l’Asie méridionale et orientale s’était établie dans le cadre d’échanges locaux, qui ne rendaient pas toujours nécessaire l’établissement de relations diplomatiques entre souverains éloignés. Il est probable que des facteurs d’ordre religieux aient freiné également l’essor de relations pérennes. Comme l’indiquent les descriptions de l’Inde qui fleurirent au cours de la période abbasside, l’Inde restait perçue comme un ensemble politique complexe, essentiellement tourné sur lui-même : « Les habitants de l’Inde sont des hommes sages, qui se contentent de leur pays, s’en satisfont et n’aspirent pas à [s’emparer de] ce qui se trouve au-delà39. » C’est cet imaginaire à la fois politique, géographique et culturel que l’on voit ressurgir brusquement à la fin du XIIIe siècle, dans le nouveau contexte impérial de l’Égypte mamlūke, à l’occasion d’un épisode diplomatique inattendu.

CEYLAN - LE CAIRE 1283. SOURCES

  • 40 Al-Qalqashandī, Ṣubḥ al-a‘shā’fī ṣinā‘at al-inshā’, éd. M. ‘A. Ibrāhīm, Le Caire, Dār al-kutub alkh (...)
  • 41 Première mention chez Quatremère E. M., Mémoires géographiques et historiques sur l’Égypte, Paris, (...)
  • 42 Yajima H., « Some Aspects of the Egyptian Commercial Policy in the Baḥrī Mamlūk Period », Journal o (...)
  • 43 En particulier Labib S., Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, Wiesbaden, Franz Steiner Ve (...)

21Dans les abondants récits historiques composés en arabe durant la période mamlūke, toutes les ambassades reçues au Caire n’eurent pas droit aux mêmes honneurs que celle du roi de Ceylan, accueillie au cours du printemps 1283 avec force curiosité. Tout, dans cette ambassade, sortait de l’ordinaire, qu’il s’agisse de l’identité du mandataire, de la forme du message et de son enveloppe, de son écriture ou du chemin suivi par les émissaires. Tout cela justifiait que les chroniques s’en fassent largement l’écho, et même les recueils de chancellerie, qui, à l’instar du monumental Ṣubḥ al-a‘shā’ d’al-Qalqashandī (m. 1418), étaient avides de ces sortes de curiosité diplomatique40. Connu depuis longtemps41, cet épisode n’a que rarement été examiné en détail, à l’exception d’une étude érudite en japonais, que nous n’avons pu qu’exploiter partiellement42. L’existence de deux traditions textuelles, dans des versions légèrement divergentes, toutes deux issues de la chancellerie mamlūke, n’a pas été suffisamment soulignée, de même que le contexte dans lequel s’inscrit cet épisode, désormais mieux connu grâce à la riche documentation du Yémen rasūlide. Loin de révéler l’existence de contacts réguliers entre l’Égypte mamlūke et le monde de l’océan Indien, comme l’ont trop vite affirmé nombre de chercheurs43, cette ambassade sera ici analysée comme un cas exceptionnel, révélateur des transformations en cours dans le système de relations qui unissait le Proche-Orient et les régions riveraines de l’océan Indien.

22Le plus ancien récit émane d’un témoin de choix, le chef de la chancellerie mamlūke Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, dans sa chronique du règne du sultan al-Manṣūr Qalāwūn (1280-1290). Il se décompose en deux parties, une première décrivant –fait assez inhabituel– l’itinéraire précis suivi par ces envoyés jusqu’à Bagdad, une seconde rapportant l’audience et le contenu abrégé de la lettre du roi de Ceylan :

  • 44 La forme donnée ici (markab al-sīlānī et non al-markab al-sīlānī) donne plutôt à penser qu’il s’agi (...)
  • 45 Nous suivons ici les identifications de lieu proposées par Yajima H., « Some Aspects… », art. cité, (...)
  • 46 Littéralement, kitāb bi-khaṭṭ al-malik, ce qui peut simplement signifier qu’elle porte une marque d (...)
  • 47 IbnAbd Al-Ẓāhir, Tashrīf al-ayyām wa-l-‘uṣūr fī sīrat al-Malik al-Manṣūr, éd. M. Kāmil, Le Caire, (...)

« Récit de la venue des envoyés de l’Inde à la cour (abwāb) de notre maître le sultan.
En cette année-là se présenta un envoyé de la part d’Abū Nakba maître de Ceylan, roi de l’Inde. Il s’appelait le Ḥājj Abū ‘Uthmān et avait avec lui un compagnon. Ils dirent que leur souverain les avait envoyés par le chemin de Hormuz sur un navire ceylanais (markab al-sīlānī44) jusqu’au port de Hormuz, après avoir appareillé depuis Ceylan. Ils demeurèrent dix jours [à Hormuz] puis se rendirent à l’île d’al-Jāshk [Qishm]45, puis à Ashnās, puis à Kadr-i Bustān, puis Tawānah, puis Qays, Huzū, al-Ṣīr, Alān, al-Indrawī, Qal‘ at Aḥmad Nakr, Qal‘at al-Zanj, Qal‘at Nakhīlū, Nāband, Sīrāf, Bardāstān, Najūram, Abū Shar [Bushahr], Khawr al-Sadaf, Jazīrat Khārak, Jannāba, Mahruwān [Mahrūbān], Arḍ ‘Abādān, al-Muḥrizā, al-Ubulla, al-Baṣra, al-Jabīla, Dayr al-Dihdar, al-Maṭṭāra, puis al-Birrīya, al-Jawāhir, Umm ‘Ubayda, Barn Marya (?), al-Fārūth, Qaryat ‘Abd Allāh, Wāsiṭ, Abū Mu‘ayṭ, al-Mubāraka, Khayzurāna, Sābus, Jabbul, al-Nu‘māniyya, Fam al-Darb, al-Jadīda, al-Kīl, al-Madā’in, jusqu’ à Bagdad.
Lorsque ce messager se présenta devant notre maître le sultan, ils produisirent une lettre (kitāb) dans un écrin (ḥuqq) d’or, où se trouvait quelque chose d’enroulé (tawr) on dit qu’il s’agissait d’écorce de noix [des Indes]. Ils dirent : “C’est une lettre avec l’écriture du roi46”. On chercha quelqu’un pour la lire, mais on ne trouva personne. Ils furent interrogés sur son contenu et dirent : “Son contenu, c’est que Ceylan est l’Égypte (Miṣr) et l’Égypte est Ceylan, et que le sultan a abandonné l’alliance (muṣāḥaba) du souverain du Yémen sans hésiter (marratan waḥidatan) pour l’amour (maḥabba) du sultan”. Il dit : “Je veux un envoyé de la part du sultan qui vienne auprès de moi en compagnie de mon envoyé, et un envoyé qui soit posté à Aden. J’ai beaucoup de joyaux (jawāhir), de rubis (yāqūt) et de perles (lu’lu’). J’ai des navires, des pièces d’étoffes (al-qumāsh min al-bazz) et autres. J’ai du bois de brésil (baqam), de la cannelle (qirfa) et tout ce que le Kārim importe (kull mā tajlabu-hu al-Kārim) ; j’ai des lances dont j’ai fait pousser [le bois], et j’ai des éléphants (fuyūl). Si le sultan désire 20 navires (markab) chaque année, je peux les lui envoyer et des marchands du sultan peuvent être envoyés dans mon pays. Un envoyé du sultan du Yémen est venu me voir et j’ai répondu de mon amitié (maḥabba) pour notre maître le sultan. Moi, j’ai 27 forteresses dont les trésors sont remplis de joyaux, de rubis et de perles pêchées (mighāṣāt). Chaque fois qu’il en apparaît, elles sont pour moi.” Notre maître le sultan honora cet envoyé et le combla. Il écrivit une réponse et l’envoya [avec lui]47. »

  • 48 Baybars Al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra fī tārīkh al-hijra, éd. D. S. Richards, Beyrouth, Orient-Instit (...)

23Ce texte est repris presque mot pour mot par un autre haut dignitaire de l’État mamlūk, qui fut aussi l’un de ses éphémères sultans, Baybars al-Manṣūrī (m. 1325) qui se contente d’inverser l’ordre de présentation en commençant par l’ambassade puis en exposant, dans un second temps, l’itinéraire qui fut suivi par les envoyés48.

24Une tradition textuelle plus développée sur certains points apparaît toutefois notamment sous la main d’Ibn al-Furāt chroniqueur égyptien de la fin du XIVe siècle :

  • 49 Passage peu clair qui peut signifier que le maître de Ceylan entendait « protéger » le passage de s (...)
  • 50 Ibn Al-Furāt, Ta’rīkh al-duwal wa-l-mulūk, éd. C. K. Zurayq, Beyrouth, American Press, 1942, vol. V (...)

« Le 14 du même mois [muḥarram 682/14 avril 1283] arrivèrent, auprès de la noble cour (al-abwāb al-sharīfa) de la Citadelle, Amīn al-Dīn Abū ‘Uthmān et son compagnon le shaykh ‘Alī Lūkantī, envoyés (rusul) de l’Inde, et leurs hommes (ghilmān). On leur offrit l’hospitalité. Leur roi, qui s’appelait Abū Nakba, était le maître de Ceylan (Sīlān).
Le 26 du mois [26 avril 1283], on chercha quelqu’un pour traduire les lettres qui étaient arrivées de l’Inde par l’intermédiaire des envoyés, mais on ne put trouver personne. La forme extérieure (ṣūra) des lettres qu’ils avaient apportées était une plaque (ṣafīḥa) d’or fin d’une largeur de trois empans et d’une demi-coudée de longueur environ, ronde, enroulée [sur elle-même] (mudawwara ḥalqa) ; [elle contenait] à l’intérieur quelque chose qui ressemblait à des feuilles de palmiers vertes sur lesquelles on voyait une écriture ressemblant à l’écriture grecque (rūmī) ou copte. On demanda aux envoyés ce qu’il y avait dans leur lettre et ils présentèrent une feuille sur laquelle il était écrit que [le roi] avait dépêché son envoyé [mot illisible] et son compagnon pour qu’ils se rendent avec des présents (hadāyā) à la noble cour (al-bāb al-sharīf) ; qu’on lui avait dit qu’aucun chemin ne permettait de s’y rendre, qu’il leur avait répondu de faire le voyage par le chemin de Hurmūz. Ils précisèrent que le contenu de la lettre était le suivant, après le salut et les prières en faveur du sultan : que le pays de Ceylan était l’Égypte (Miṣr) et que le pays d’Égypte était Ceylan ; qu’il avait abandonné l’alliance (ṣuḥba) avec le maître du Yémen sans hésiter et souhaitait s’attacher l’amitié (maḥabba) du sultan – que Dieu prolonge son règne – ; qu’il demandait qu’un envoyé de notre maître le sultan lui fût dépêché en compagnie des émissaires (rusul) qu’il venait d’envoyer ; et qu’un autre soit envoyé à Aden pour attendre leur venue depuis cette région (l’Égypte ?) par cet itinéraire49. [Le roi de Ceylan ajoutait] : “J’ai des pierres précieuses, des perles et du rubis, des navires, des éléphants et de nombreuses pièces d’étoffes (qumāshāt min al-bazz) et autres, du bois de brésil, de la cannelle et tout ce dont a besoin le Kārim, ainsi que de nombreuses lances. Et si notre maître le sultan le requiert, je peux envoyer chaque année vingt navires pour que notre maître le sultan puisse envoyer des marchands vers [mon] pays.” [Il ajouta] que l’envoyé du maître du Yémen était venu au cours de cette année-là réclamer les présents (taqādim) et les éléphants (alfīla) pour qu’ils soient expédiés au Yémen et que le maître de Ceylan lui avait répondu [négativement], ne lui avait rien donné par amitié pour le sultan et qu’il avait déjà préparé les présents et les éléphants pour la cour de notre maître le sultan. Il rappela que dans le royaume de Ceylan, il y avait vingt-sept forteresses, des gisements de pierres précieuses, de rubis et de pêcheries [de perles exploitées] jour et nuit, et qu’il ne manquait de rien.
Voici la reproduction (ṣūra) de ce que les envoyés présentèrent comme se trouvant dans la lettre. Ils indiquèrent que nul n’était digne de la lire à voix haute (yaqra’) sinon le roi lui-même50. »

  • 51 Voir Northrup L., From Slave to Sultan: The Career of al-Manṣūr Qalāwūn and the Consolidation of Ma (...)
  • 52 Cahen Cl., La Syrie du Nord à l’époque des Croisades et la principauté franque d’Antioche, Paris, G (...)
  • 53 Björkmann W., Beiträge zur Geschichte der Staatskanzlei im mittelalterlichen Ägypten, Hambourg, 192 (...)
  • 54 Il le désigne sous le nom de Dhakhīrat al-kātib (Ibn al-Furāt, Ta’rīkh VIII, 58). Voir à ce sujet N (...)
  • 55 Le récit d’Ibn al-Furāt se trouve également repris et abrégé dans Al-Maqrīzī, Kitāb al-sulūk li-ma‘ (...)

25Cette version, riche de certains détails qui ne se trouvent pas dans le texte d’Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, s’appuie par conséquent sur une tradition indépendante de celle de l’historiographe officiel. Al-Qalqashandī, qui livre une copie de la lettre, au contenu exactement similaire de la version d’Ibn al-Furāt, mais sans le récit qui l’entoure, dit l’avoir tirée du livre de Muḥammad b. Mukarram (ou al-Mukarram), un personnage parfois identifié avec le célèbre Ibn Manẓūr (1233-1312), auteur du grand dictionnaire arabe Līsān al-‘Arab, qui aurait travaillé pour la chancellerie mamlūke pendant une grande partie de sa carrière, en particulier sous les règnes de Qalāwūn et de son fils Khalīl (1290-1293)51. Intitulé Tadhkirat al-labīb wa-nuzhat al-adīb, le recueil d’Ibn Mukarram contenait « tous les événements [connus] de la chancellerie (dīwān al-inšā’) égyptienne » à son époque, qu’il s’agisse de la production de lettres ou de diplômes, de l’évocation de batailles ou d’événements survenus dans le royaume. Il s’agissait en somme d’un véritable « journal de chancellerie » pour reprendre les mots de Claude Cahen52. L’ouvrage, malheureusement perdu aujourd’hui, fut consulté par al-Qalqashandī dans une version autographe53, ainsi que par Ibn al-Furāt, qui en fait un grand usage dans sa chronique de l’histoire égyptienne achevée à la fin du XIVe siècle54. Même si ce dernier ne cite pas explicitement de source pour ce passage, l’emprunt à ce témoin de première main que fut Ibn al-Mukarram ne fait pas de doute55.

  • 56 Voir Bauden F., « The Recovery of Mamluk Chancery Documents in an Unsuspected Place », in Levanoni (...)

26Quoi qu’il en soit, la lettre de Ceylan était selon toute apparence un cas très isolé dans toute la correspondance reçue par les sultans d’Égypte et fut conservée dans la mémoire administrative et littéraire de la chancellerie mamlūke en tant que telle. Chez al-Qalqashandī, elle en vient même à représenter le seul exemple survivant d’une lettre expédiée depuis toute l’Inde vers Le Caire. Les conditions de conservation des archives de la chancellerie peuvent expliquer en partie cette lacune56 – mais le caractère exceptionnel des ambassades entre l’Asie du Sud et l’Égypte y est aussi certainement pour beaucoup. Le récit qui est fait de l’ambassade de 1283 vise donc nettement à mettre en avant le caractère inédit de l’événement.

27En dehors de quelques détails, les deux versions du texte apparaissent à première vue très proches l’une de l’autre. L’une et l’autre mettent en avant les mêmes signes d’altérité : l’étui d’or entourant la lettre, son écriture inconnue, la richesse exubérante du souverain de Ceylan et sa reconnaissance de la supériorité islamique (tout au moins de celle du maître de l’Égypte). Nul ne sera vraiment surpris de retrouver ici quelques-uns des principaux topoï de l’échange diplomatique indo-islamique forgés dans la littérature arabe des premiers siècles. Toutefois, ce que la distance, la religion, la langue ou des codes scripturaires radicalement différents rendaient à première vue extraordinaire, était rendu possible par le jeu des ambassadeurs, capables de transformer un discours illisible en une parole royale aisément compréhensible pour le souverain mamlūk. C’est là une nouveauté majeure : les émissaires des maîtres de l’Inde ou de la Chine, dont la présence était jusque-là à peine évoquée, jouent dans cet épisode un rôle central, jusqu’à déplacer l’accent du récit, dans la version de Baybars al-Manṣūrī, de l’audience elle-même vers l’itinéraire que les deux hommes avaient suivi pour accéder jusqu’aux terres centrales de l’Islam, de la parole royale à la grande traversée de ses représentants.

28La raison de cette mise en avant des ambassadeurs apparaît de façon évidente dans les deux récits. Amīn al-Dīn Abū ‘Uthmān et ‘Alī Lūkantī, pourtant au service d’un prince « mécréant », présentaient tous les signes d’une islamité de bon aloi : l’un était ḥājj, un titre signifiant qu’il avait effectué le pèlerinage à La Mecque au moins une fois dans sa vie ; l’autre était désigné comme shaykh, ce qui renvoyait à son autorité en matière religieuse, qu’elle provienne de sa maîtrise de la Loi, ou de sa connaissance de la Voie (mystique). À défaut de savoir ou de pouvoir déchiffrer les mystérieuses lettres qui ressemblaient tant à du grec ou du copte, leur maîtrise de l’arabe était suffisante pour délivrer la substance du message du souverain qu’ils représentaient.

  • 57 Sen T., Buddhism, Diplomacy and Trade. The Realignment of Sino-Indian Relations, 600-1400, Delhi, M (...)
  • 58 Voir Chang Y., « The Ming Empire: Patron of Islam in China and Southeast-West Asia », Journal of th (...)
  • 59 On rapportera simplement ici à titre d’exemple le jugement du savant yéménite al-Janadī (m. 1331) s (...)

29Des envoyés musulmans représentant un prince qui n’appartenait pas au dār al-islām : l’épisode de 1283 n’était pas tout à fait une première, car des musulmans avaient déjà participé à des ambassades, envoyées par des entités d’Asie du Sud-Est vers la Chine aux XIe et XIIe siècles57. Aux XIVe et XVe siècles, le rôle des dignitaires musulmans, à l’instar du grand eunuque Zheng He, dans la politique étrangère des Ming est aussi un fait bien connu58. Mais il s’agit bel et bien de la première attestation d’une telle pratique en direction des terres centrales de l’Islam arabe, de l’Arabie et de l’Égypte en particulier. Aux yeux d’une grande partie des habitants de ces contrées, particulièrement des docteurs de la Loi, que des musulmans servent un prince non-musulmann demeurait une pratique répréhensible59. De fait, seules des circonstances exceptionnelles avaient rendu possible l’accréditation de tels ambassadeurs et la tenue d’une telle mission. C’est ce contexte, totalement absent des sources mamlūkes qui rapportent l’épisode de 1283, qu’il nous faut maintenant précisément restituer.

CEYLAN - LE CAIRE 1283. CONTEXTES

Un royaume en état de siège

  • 60 Partie du nom arabe commençant par Abū (« père de »).
  • 61 Sur ces épisodes: Mendis G. C., The Early History of Ceylon or the Indian Period of Ceylon History,(...)
  • 62 Chronological List of Inscriptions of the Pudukkottai State Arranged According to Dynasties, Sri Br (...)
  • 63 Voir le récit de cet événement dans la grande chronique sri-lankaise, le Mahāvamsa : « Then there a (...)

30Pour les témoins cairotes de l’ambassade de 1283, le nom du souverain srilankais Abū Nakbā était retranscrit selon la forme familière d’une kunya60, au sens quelque peu inquiétant et, d’une certaine façon, prémonitoire. Le terme nakba en arabe ne signifiait-il pas « calamité », « catastrophe » ? Il n’était en réalité que la lointaine déformation du nom de Bhuvanaikabāhu, premier du nom, qui régna sur Ceylan entre 1273 et 1284. Au moment où l’ambassade fut envoyée, Bhuvanaikabāhu Ier était un souverain en sursis. Placé à la tête d’un royaume cinghalais sur la défensive, il devait faire face à l’expansionnisme du pouvoir tamoul des Pāṇḍya, dynastie à la tête du royaume du Coromandel (Tamilnadu) qui contrôlait une grande partie du sud-est du subcontinent indien61. Dès le règne de Jaṭāvarman Sundara Pāṇḍya (1251-1268) et de Jaṭāvarman Vīra Pāṇḍya, une première expédition militaire envoyée vers Ceylan entre 1254 et 1256 avait infligé une défaite cinglante aux forces cinghalaises. Dans une inscription contemporaine, Vīra Pāṇḍya pouvait ainsi se vanter d’avoir « tué l’un des deux rois de Ceylan, capturé son armée, ses chars, ses trésors, son trône, sa couronne, ses colliers, ses bracelets, ses parasols, ses cauris et autres possessions royales ; [d’avoir] planté l’étendard Pāṇḍya aux deux poissons sur le Kōṇamalai et sur les hauts sommets du mont Trikūṭagiri [et d’avoir] reçu les éléphants en tribut de l’autre roi de Ceylan62 ». Cette campagne avait débouché sur l’installation d’un royaume tamoul dans le nord de l’île et sur la soumission du royaume cinghalais, replié sur le sud-ouest, à un régime tributaire. Pour les rois cinghalais, l’affaiblissement de leurs revenus tirés de la fiscalité agraire faisait de l’essor du commerce maritime, reposant notamment sur la vente de la cannelle, un nouvel enjeu. Abū Nakba/Bhubanaikabahū Ier espérait-il trouver auprès du lointain sultanat mamlūk de bons clients ? Quoi qu’il en soit de la réponse apportée par le maître du Caire –sur laquelle les auteurs ne s’attardent pas–, la tentative du petit roi ceylanais ne devait pas faire long feu. Peu de temps après, en 1284, le général Ārya Chakravartī, envoyé avec une armée par le roi du Coromandel Pāṇḍya Māravarman Kulaśekhara (1268-1310), soumettait l’ensemble de l’île, mettait fin au règne d’Abū Nakba/Bhuvanaikabāhu, allant même jusqu’à s’emparer de la Dent de Bouddha, précieuse relique qu’il rapporta triomphalement en butin de guerre vers Madurai, capitale des Pāṇḍya, située dans le sud de l’Inde63.

Le « grand jeu » du khān Qubilai

  • 64 Sen T., « The Yuan Khanate and India: Cross-Cultural Diplomacy in the Thirteenth and Fourteenth Cen (...)

31Un roi menacé en quête d’alliances : l’ambassade du Ḥājj Abū ‘Uthmān prend ainsi des allures de mission de la dernière chance. Il reste à comprendre toutefois pourquoi le roi ceylanais s’était tourné vers une lointaine puissance de l’Ouest. Pour en mesurer plus exactement encore sa portée, l’ambassade de 1283 ne doit pas seulement être replacée dans le contexte immédiat de l’expansionnisme des Pāṇḍya, mais également de l’intense activité diplomatique chinoise qui se déployait alors en Asie du Sud depuis les années 1270. Divers facteurs peuvent expliquer cette offensive qui n’avait pas dû échapper au petit roi de Ceylan. La conquête de la Chine du Sud en 1279 avait donné aux Yuan un accès direct aux mers du Sud, tandis que la rivalité durable entre le grand khān mongol Qubilai (1260-1294), nouveau maître de la Chine, et les descendants de Gengis Khān qui contrôlaient l’Asie centrale (Chagatāyides) rendait plus délicate l’usage de la voie terrestre eurasiatique. La voie maritime se trouvait ainsi privilégiée, notamment pour maintenir l’alliance entre la Chine mongole des Yuan et l’Ilkhānat mongol d’Iran. À partir de 1274, année où Qubilai lança une imposante expédition maritime contre le Japon, le grand khān développa en direction des régions maritimes une double politique, fondée à la fois sur l’intervention militaire directe (ou la menace d’intervention) et sur l’envoi de nombreuses missions diplomatiques. Selon le Yuanshi, chronique officielle de la dynastie Yuan, seize missions furent envoyées de la Chine vers l’Inde entre 1272 et 1296, pour la plupart en direction des régions méridionales du subcontinent, appelant en retour l’envoi de dix-huit ambassades depuis ces régions vers la cour impériale chinoise64.

  • 65 Voir à ce sujet notamment l’étude récente de Sen T., Buddhism, Diplomacy and Trade, op. cit.
  • 66 Sen T., « The Yuan Khanate », art. cité, p. 303.
  • 67 Rashīd Al-Dīn, The Successors of Genghis Khan, trad. J. A. Boyle, Columbia University Press, 1971, (...)

32Ces échanges s’inscrivaient pour une part dans une tradition millénaire de contacts officiels entre l’Inde et la Chine, liés à la diffusion du bouddhisme65. En témoignent les missions de Yiheimishi (Yighmish), un Ouïghour envoyé par Qubilai vers l’Asie du Sud pour plusieurs missions à caractère religieux : en 1284, il se rendit ainsi à Ceylan pour faire une offrande à la relique de Bouddha66. Mais, de façon générale, l’échange de ces ambassades relevait d’une « diplomatie tributaire », dans laquelle l’envoi de présents signifiait la soumission des royaumes de l’Asie du Sud et du Sud-Est à la majesté impériale chinoise. « [Qubilai] envoya des ambassadeurs par mer à la plupart des régions de l’Inde [pour les appeler] à se soumettre. Ils furent contraints de promettre cela et jusqu’à aujourd’hui, les ambassadeurs vont et viennent pour réaffirmer les termes de leur soumission », affirme le vizir persan Rashīd al-Dīn dans la grande chronique universelle qu’il rédigea au début du XIVe siècle. Du cœur de l’Iran, on suivait en effet avec attention la politique poursuivie par celui qui continuait d’être considéré comme le principal dépositaire du « mandat du Ciel67 ».

  • 68 Sur l’ensemble des ambassades de Yang Tingbi, voir ibid., p. 307-308.
  • 69 L’essor des revenus tirés de la fiscalité du commerce à Quanzhou est fulgurant au cours des années (...)

33Dès 1280, un émissaire de Qubilai, Yang Tingbi, se rendit jusqu’au port de Quilon (Kollam), situé non loin de la pointe sud du subcontinent indien, pour obtenir sa soumission, sans succès dans un premier temps. Les premières missions « de pacification » menées cette année-là conduisirent divers pays, comme le Champa, Java, Jiaozhi (Vietnam du Nord) ou le Coromandel à envoyer des ambassades tributaires auprès de la cour Yuan. Il ne fallut toutefois pas moins de deux autres missions de Yang Tingbi, en 1281 et 1282, pour que le souverain de Quilon accepte d’envoyer l’hommage qui était dû au grand khān. Les négociants de Quilon, organisés en associations marchandes, montrèrent moins de réticences, et même un certain empressement, à manifester leur reconnaissance de la suprématie mongole : au printemps 1282, Yang Tingbi rencontra des représentants des communautés marchandes chrétienne syriaque et musulmane, qui lui demandèrent l’autorisation d’envoyer leurs propres missions tributaires annuelles à la cour de Chine, indépendamment de celles du maître de Quilon68. Il ne fait guère de doute que l’afflux des marchands, observable dans le grand port de la Chine du Sud, Quanzhou, au cours des années 1280 fut directement encouragé par cette constellation de relations officielles établies sous l’aile de la puissance Yuan, de la mer de Chine à la baie de Quilon69.

  • 70 Yuanshi, 8, p. 148, cité par Sen T., « The Yuan Khanate and India », art. cité, p. 309.
  • 71 Yuanshi 97, p. 4669, cité par Sen T., « The Yuan Khanate and India », art. cité, p. 308.

34Il est toutefois frappant de constater que Ceylan est assez singulièrement absent de ce « grand jeu » yuan des années 1280. Le royaume de Bhuvanaikabāhu n’apparaît pas parmi les États tributaires. On relèvera qu’en 1273 déjà, Qubilai s’était adressé au maître Ilkhānide de l’Iran, Abaqa, pour obtenir des substances médicinales de Ceylan70, comme si le commerce de Ceylan était à cette date beaucoup plus tourné vers le golfe que vers l’Asie orientale. Sans doute la cour yuan considérait-elle également Ceylan comme partie intégrante du domaine paṇḍyā. « Seuls, parmi les nations étrangères au-delà des mers, le Ma‘bar [Coromandel] et Quilon sont capables d’imposer leur autorité à [d’autres] royaumes71 », indique le Yuanshi. Tel était l’ordre du monde. C’était un fait : pour le roi assiégé de Ceylan, le salut ne viendrait donc pas de Chine. À défaut du grand khān Qubilai ou de l’Ilkhān Abaqa, qui d’autre que le grand « roi victorieux » (al-malik al-manṣūr) Qalāwūn, sultan d’Égypte, aurait pu protéger le petit roi ceylanais grâce à l’ombre portée de sa puissance ? Alors que la Chine des Yuan déployait ses efforts pour reconstituer un réseau d’allégeances diplomatiques s’étendant jusqu’au sud du subcontinent indien, Abū Nakba, dans une logique assez similaire de celle qui conduisait les souverains des mers du Sud à envoyer un tribut régulier à l’empire du Milieu, demandait d’entrer dans l’orbe de l’Empire mamlūk. Ainsi s’esquissaient de façon inattendue deux ordres diplomatiques à dimension impériale, en acte ou en puissance, qui avaient le sud du subcontinent indien comme point de tangence, comme pivot ou comme horizon respectif.

De nouvelles ambitions rasūlides

35Toutefois, la demande de soutien ou d’appui contre la menace paṇḍyā ne constituait pas ouvertement la raison principale du message d’Abū Nakba/Bhuvanaikabāhu. Si le souverain de Ceylan se tournait ici vers la protection du sultan mamlūk, c’était, dit-il, pour mieux s’écarter de l’alliance avec le Yémen. À cette époque, l’Arabie du Sud était en effet entre les mains des Rasūlides, une dynastie indépendante des Mamlūks, au pouvoir solidement établi sur les montagnes et les plaines de la mer Rouge. On ne peut comprendre la manœuvre ceylanaise si l’on n’élucide pas le contexte géopolitique de l’océan Indien occidental des années 1280, lorsque le poids du Yémen se vit singulièrement renforcé.

36Revenons un instant au texte même du message de 1283. Il est aisé de relever que la différence principale entre les deux versions du message lui-même, tel que le rapportent Ibn ‘ Abd al-Ẓāhir et Ibn al-Furāt, porte justement sur le comportement du Yémen. Le premier de ces deux auteurs se contente d’exprimer le choix d’Abū Nakba en termes de préférence : il met en avant le prestige du souverain mamlūk, dont la force était suffisante pour susciter naturellement le désir ceylanais de se confier à son « amitié », plutôt qu’à celle du sultan du Yémen. Ibn al-Furāt est beaucoup plus précis sur la démarche des envoyés du maître de l’Arabie du Sud : lorsque ceux-ci se présentèrent devant le roi de Ceylan, ils ne réclamèrent rien moins que l’envoi d’« offrandes et d’éléphants » qui pouvaient signifier une forme de soumission ou, à tout le moins, d’établissement de relations commerciales privilégiées voire exclusives. Là où Ibn ‘Abd al-Ẓāhir se contentait de mettre en avant la supériorité naturelle du souverain mamlūk, ne paraissant pas concevoir que les menées yéménites puissent lui porter ombrage, Ibn al-Furāt, au contraire, soulignait l’ambition nouvelle du sultanat du Yémen, et mettait en lumière la tentative des ambassadeurs de Ceylan de s’appuyer sur la rivalité mamlūko-rasūlide pour emporter le soutien des maîtres de l’Égypte.

  • 72 Sur cet épisode, voir Smith G. R. et Porter V., « The Rasulids in Dhofar in the VIIth-VIIIth/XIIIth (...)

37Peut-on, à la suite d’Ibn al-Furāt, comprendre l’ambassade de 1283 comme la conséquence directe d’une offensive diplomatique du Yémen rasūlide contre lequel le petit roi de Ceylan venait solliciter l’appui des Mamlūks ? Le contexte immédiat invite à l’affirmer. Peu de temps auparavant, en 1279, les troupes du sultan rasūlide al-Muẓaffar Yūsuf s’étaient emparées du port de Ẓafār (Dhofar actuel, ouest du sultanat d’Oman), situé à plus de 1 000 km d’Aden, alors le principal port du royaume yéménite : l’événement avait fait grand bruit72. Le principal enjeu de cette conquête n’était autre que le contrôle des routes maritimes reliant le Yémen au golfe et à l’Inde du Nord. Tout était parti d’un incident diplomatique, lorsque le maître indépendant de Ẓafār, Sālim al-Ḥabūḍī, avait fait prisonnier des ambassadeurs rasūlides en route vers le golfe, et confisqué leurs présents peu de temps avant l’année 1278. Ces actes dignes « d’un brigand de grand chemin, et non d’un roi » avaient ulcéré l’énergique sultan du Yémen al-Muẓaffar Yūsuf (1250-1295). Une force imposante, navale et terrestre, partie de l’ouest de l’Arabie, s’était ainsi emparée en quelques mois de la cité fortifiée de Ẓafār, donnant au sultanat du Yémen une extension inédite vers l’est.

38La prise de Ẓafār eut sans aucun doute un important retentissement dans l’océan Indien occidental :

  • 73 Al-Khazrajī, Al-‘uqūd al-lu’lu’iyya fī ta’rīkh al-dawla al-rasūliyya, éd. Bā Sayūnī ‘Asil revue par (...)

« Lorsque le sultan [al-Muẓaffar Yūsuf] –Dieu le prenne en sa miséricorde– fit la conquête de la ville de Ẓafār, à la date que nous venons de mentionner et tua Sālim b. Idrīs, les régions lointaines (al-qaṣiyya) tremblèrent de crainte devant le sultan et il remplit de peur les cœurs des rois de Perse (mulūk Fāris), des souverains de l’Inde et de la Chine (aṣḥāb al-Hind wa al-Ṣīn) lorsqu’ils virent l’élévation de sa grandeur d’âme (‘ulūw himmati-hi) et la force de sa vengeance (‘aẓīm niqmati-hi). Le souverain de ‘Umān envoya en cadeau deux juments et deux lances (ramḥ) à l’émir Shams al-Dîn Azdamir alors qu’il se trouvait encore à Ẓafār. Des cadeaux du souverain de la Chine et du souverain de Baḥrayn parvinrent à Zabīd73. »

39Ce constat du chroniqueur officiel de la dynastie rasūlide, al-Khazrajī (m. 1409) présente certes tous les traits de la flagornerie courtisane. Faute de pouvoir, par d’autres attestations, confirmer ces réactions diplomatiques à la prise de Ẓafār, on peut au moins considérer ce texte comme un témoignage de la place qu’entendait occuper le souverain du Yémen dans le concert des puissances indo-océaniques, et de ses ambitions à la suite de cette conquête.

  • 74 Selon Ma Huan, interprète qui participa aux 4e, 6e et 7e expéditions chinoises sous le commandement (...)
  • 75 Voir Vallet É., L’Arabie marchande, op. cit., p. 613-616.
  • 76 Ibid., p. 253.

40Ẓafār jouait en effet un rôle de pivot entre les côtes de l’Inde et de l’Afrique de l’Est, l’entrée du golfe Persique et les rivages de l’Arabie occidentale. En raison du système des vents dans l’océan Indien, tout navire qui désirait relier Aden aux régions plus orientales était presque obligé de passer au large de Ẓafār, voire d’y mouiller durant les mois d’hiver. Ẓafār était en outre le port d’Arabie le plus rapidement accessible depuis l’Inde du Sud74. Il était enfin un important fournisseur de pur-sang arabes, recherchés par les marchands de l’Inde, comme l’atteste le témoignage quasi-contemporain de Marco Polo75. Souverain en guerre, Abū Nakba/Bhuvanaikabāhu avait, comme les autres princes d’Asie du Sud, un besoin crucial de ces chevaux arabes. La prise de Ẓafār bouleversa-t-elle les conditions de son approvisionnement ? Le Rasūlide essaya-t-il de profiter de sa position de force pour contraindre des navires ceylanais et autres, qui avaient l’habitude de relier Ẓafār, à se rendre plutôt à Aden ? Cela ne peut être confirmé de façon certaine, même si divers indices suggèrent l’augmentation du trafic à Aden à la fin du XIIIe siècle et la venue de navires plus nombreux de l’est de l’Océan76.

  • 77 Al-Khazrajī, Al-‘uqūd al-lu’lu’iyya, op. cit., I p. 234 (éd. al-Akwa‘) ; I, p. 330 (éd. al-Ḥibshī).
  • 78 Voir Vallet É., L’Arabie marchande, op. cit., p. 489-498.
  • 79 Voir Northrup L. S., From Slave to Sultan, op. cit., p. 150-151 et 294 ; Vallet É., L’Arabie marcha (...)

41La réaction des Mamlūks à la conquête de Ẓafār n’est pas connue. L’épisode n’apparaît pas dans les chroniques contemporaines de l’espace syro-égyptien. On sait toutefois par les sources yéménites que le sultan al-Muẓaffar Yūsuf envoya une lettre au sultan d’Égypte peu de temps après l’événement, dans laquelle il demandait notamment l’envoi d’un médecin égyptien vers la cité portuaire, au climat lourd et humide77. Cela témoigne sans équivoque de la bonne entente qui régnait alors entre Rasūlides et Mamlūks. Depuis les années 1260, l’établissement d’une véritable alliance entre les deux sultanats avait conduit à une situation de « souveraineté partagée » le long de la route des épices qui reliait le Yémen à l’Égypte78. Occupés sur d’autres fronts militaires, les Mamlūks avaient laissé le contrôle naval de la mer Rouge entre les mains des Rasūlides et ne cherchèrent guère à le leur disputer. Tout au plus se contentèrent-ils d’encourager les « négociants résidant dans le Yémen, l’Inde, la Chine et le Sind » à se rendre en Égypte et en Syrie, par un « sauf-conduit » universel que promulgua le sultan Qalāwūn en 128879. S’agissait-il d’une lointaine réplique au coup de force rasūlide dans l’océan Indien ? d’un écho tardif à la demande présentée en 1283 par les ambassadeurs du roi Abū Nakba/Bhuvanaikabāhu Ier ? Disposés à protéger les marchands qui se rendaient sur leur territoire, et à bénéficier de leur commerce, les Mamlūks n’étaient manifestement guère intéressés en revanche à maintenir un véritable réseau d’échanges diplomatiques dans l’aire indo-océanique. Deux sphères impériales face à face, Mongols Yuan de Chine contre Mamlūks d’Égypte : les envoyés d’Abū Nakba/Bhuvanaikabāhu Ier avaient peut-être rêvé d’un tel ordre du monde dans les mers du Sud. Mais il leur fallait bien admettre cette évidence : l’océan Indien occidental en cette fin de XIIIe siècle se réorganisait plutôt autour de la puissance nouvelle du Yémen rasūlide, devenu un intermédiaire obligé pour quiconque entendait se tourner vers ce véritable cœur du monde arabe qu’était devenu l’Égypte.

LE TEMPS DES ÉTATS COURTIERS. LINÉAMENTS D’UN ORDRE DIPLOMATIQUE FRAGMENTÉ (SECONDE MOITIÉ DU XIIIE SIÈCLE)

42Tout semble faire de l’ambassade de 1283 la tentative isolée, par certains aspects désespérée, d’un souverain aux abois. Elle ne fut d’ailleurs suivie d’aucun effet immédiat : les Mamlūks n’envoyèrent aucun navire vers Ceylan – ils n’en avaient d’ailleurs guère à cette date en mer Rouge. Sans doute les ambassadeurs repartirent-ils avec une réponse amène de Qalāwūn, mais quelques mois plus tard, Abū Nakba/Bhuvanaikabāhu Ier n’était de toute façon plus de ce monde.

43Cet échange diplomatique inattendu et sans lendemains apparaît pourtant comme un intéressant révélateur des transformations à l’œuvre dans l’organisation des relations politico-commerciales à l’échelle de l’océan Indien. Le dernier quart du XIIIe siècle représente en effet un moment singulier, où de façon concomitante, si ce n’est « connectée », la circulation des ambassades, accompagnées de présents plus ou moins fastueux, paraît s’intensifier, jusqu’à se répéter suffisamment pour se constituer en nouvelles « coutumes » ou « routines », susceptibles de donner naissance à des systèmes régionaux de relations diplomatiques pérennes. L’hypothèse que nous chercherons à étayer, à ce stade de la démonstration, est simple : c’est autour du Yémen rasūlide que se constitua le premier véritable réseau diplomatique durable reliant les régions riveraines de l’Océan et l’espace égypto-arabique à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle.

Le Yémen rasūlide, un incontournable courtier ?

44Le grand détour que les envoyés d’Abū Nakba/Bhuvanaikabāhu Ier effectuèrent pour gagner Le Caire montre amplement qu’il n’était pas si aisé de contourner le « verrou » d’Aden pour quiconque souhaitait emprunter la voie de la mer Rouge. Le partage d’une même foi, de mêmes valeurs et d’un univers culturel similaire ne suffisait pas à créer un vaste réseau islamique sans limites ni barrières. Tous les réseaux qui constituaient l’armature humaine des circulations indo-océaniques étaient aussi façonnés par le poids des ambitions politiques, des contraintes géoclimatiques et des fluctuations économiques.

45Aden était depuis la fin du Ier millénaire avant Jésus-Christ un lieu de mouillage privilégié entre océan Indien et mer Rouge. Mais le port n’avait pas toujours été un point de passage obligé. C’est en réalité à la fin du XIIe siècle, sous l’effet des menaces croisées sur les Lieux saints, manifestées par la brève expédition de Renaud de Châtillon et de ses hommes en mer Rouge en 1182, que le resserrement du contrôle sur la circulation en mer Rouge depuis ses accès nord et sud, était devenu un véritable enjeu pour les pouvoirs musulmans riverains, Ayyūbides, puis Rasūlides et Mamlūks. Aden s’était alors transformée en quelque sorte en un point de rupture de charge obligatoire : aucun navire venu de l’Est, de l’Inde, du golfe ou de la côte swahilie ne pouvait pénétrer directement en mer Rouge et devait s’y arrêter.

  • 80 Ibn Faḍl Allāh AL-‘Umârî, al-Ta‘rīf bi-l-muṣṭalaḥ al-sharīf, Le Caire, 1312 H., p. 48-49 ; Al-maqrī (...)
  • 81 Al-Maqrīzī, Al-sulūk, op. cit., II, p. 691-692. Voir Labib S., Handelsgeschichte Ägyptens, op. cit. (...)

46L’ambassade de 1283 révèle ainsi incidemment la volonté du Yémen de jouer le rôle d’un intermédiaire obligé. Cette idée s’était déjà suffisamment ancrée dans les esprits pour que les envoyés du roi de Ceylan soient contraints d’emprunter la route de Hurmuz à l’aller, et demandent que leur passage à Aden au retour soit protégé par la puissance mamlūke, en postant un représentant du sultan Qalāwūn dans le grand port de l’Arabie du Sud. D’autres devaient apprendre cette leçon à leurs dépens. Nulle puissance indienne ne pouvait impunément passer outre l’intermédiaire yéménite : plus encore que les ambassadeurs de Ceylan en 1283, les envoyés du sultan de Delhi Muḥammad Ibn Tughluq (r. 1325-1351) en firent les frais en 1330. Ils étaient arrivés à Aden avec un important présent, composé d’étoffes, de pierres précieuses et d’esclaves pour une valeur d’un million de dinars, destiné au sultan d’Égypte et au calife abbasside du Caire, auprès de qui le sultan de Delhi espérait obtenir une reconnaissance islamique de bon aloi. Assassinés dans des conditions obscures alors que leurs navires mouillaient dans le port d’Aden, les envoyés ne purent achever leur mission et le somptueux présent fut confisqué par le souverain du Yémen80. Si la responsabilité du Rasūlide dans l’assassinat est loin d’être avérée, la capture du présent montre bien qu’il refusait que s’établisse un lien diplomatique direct entre le sultanat de Delhi et le sultanat mamlūk. Lorsqu’en 1343, les sultans de Delhi décidèrent d’envoyer une autre mission en direction de l’Égypte, ils se résolurent ainsi à emprunter, comme les envoyés de Ceylan un demi-siècle plus tôt, la route du golfe Persique81.

47De la même manière qu’il était obligatoire en certains ports de l’Océan de recourir à un intermédiaire patenté pour effectuer des transactions commerciales lorsque l’on était étranger, certains pouvoirs semblent avoir joué ce rôle d’« États-courtiers » aux frontières du Dār al-Islām, très mouvantes il est vrai en cette fin de XIIIe siècle. Le Yémen en est un bon exemple, mais Quilon et le royaume pāṇḍya du Coromandel –où convergeaient à la fois les ambassadeurs du khān Qubilai, du sultan rasūlide ou des maîtres du golfe– remplirent également dans une certaine mesure cette fonction, en étant le point de tangence de ces ordres diplomatiques fragmentés qui virent le jour de façon plus ou moins durable dans la seconde moitié du XIIIe siècle.

Souverains, autorités portuaires, communautés musulmanes : des diplomaties parallèles institutionnalisées

  • 82 IbnAbd Al-Majīd, Bahjat al-zaman fī ta’rīkh al-Yaman, éd. ‘Abdallāh al-Ḥibshī et Muḥammad al-Sana (...)
  • 83 Vallet É., « Du système mercantile à l’ordre diplomatique : les ambassades entre Égypte mamlūke et (...)

48Il reste à comprendre comment le pouvoir rasūlide avait réussi à se placer dans une position aussi favorable et ce que ce processus nous révèle de la nature des relations diplomatiques dans l’espace indo-océanique de la seconde moitié du XIIIe siècle. En mer Rouge, les relations entre Mamlūks et Rasūlides, inaugurées dès les années 1260, prirent rapidement une tournure régulière et organisée. Comme l’indique le secrétaire de la chancellerie rasūlide Ibn ‘ Abd al-Majīd au début des années 1320 : « L’envoi des présents de cette sorte ne devait pas être retardé au-delà de deux ou trois ans ; il était en effet nécessaire pour affirmer l’affection et l’amité (al-mawadda wa-l-maḥabba), ainsi que la perpétuation du compagnonnage (ṣuḥba) qui avait été conclu [entre Rasūlides et Mamlūks]82. » Un tel « ordre diplomatique » mamlūko-rasūlide, avec quelques interruptions, devait subsister durant près de deux siècles83.

  • 84 Voir notamment à ce sujet Aubin J., « Les princes d’Ormuz du XIIIe au XVe siècle », Journal asiatiq (...)
  • 85 Voir Vallet É., « Mūsā b. al-Ḥasan al-Mawṣilī et la correspondance des sultans rasūlides du Yémen. (...)
  • 86 The Manuscript of al-Malik al-Afḍal, éd. en fac-similé et introd. G. Rex Smith and D. M. Varisco, L (...)
  • 87 Makhrama, Ta’rīkh thaghr ‘Adan, éd. O. Löfgren dans Arabische Texte zur Kenntnis der Stadt Aden (...)

49L’existence de telles relations pérennes est plus difficile à établir en ce qui concerne les États de l’océan Indien occidental. La diplomatie rasūlide reste sans conteste la mieux documentée, l’histoire des cités-États du golfe, Qays et Hurmuz, y compris diplomatique, n’étant éclairée à cette période que par des sources indirectes84. Même dans le cas yéménite toutefois, les attestations de l’activité diplomatique en direction de l’Asie du Sud restent assez disparates. Un formulaire de l’administration rasūlide, rédigé dans la seconde moitié du XIIIe siècle, peut-être par le secrétaire Mūsā b. al-Ḥasan al-Mawṣilī ou par son entourage85, mentionne quatre souverains de l’Inde parmi les destinataires « enregistrés » de la correspondance sultanienne : le maître de l’Inde (ṣāḥib al-Hind), sultan de Delhi ; les maîtres de Sumnāt (Somnath) et de Nahrawāla, dans la région du Gujarat ; les rois Pāṇḍya du Ṣūliyān, nom donné au Coromandel dans les documents rasūlides86. Toutefois, on ne trouve, dans les chroniques yéménites, presque aucune trace de l’accueil ou de l’envoi d’ambassades depuis ou vers ces différentes régions pour la seconde moitié du XIIIe siècle, qu’il s’agisse de récits d’ambassades ou de copies de lettres diplomatiques. Le seul récit mettant en scène un ambassadeur venant de l’Inde intervient dans un contexte historiographique à dimension fortement panégyrique : reçu par le premier sultan rasūlide al-Mansṣūur ‘Umar deux jours avant sa mort en 1249, un émissaire indien prédit que ce dernier serait « père de roi, grand-père de roi et [que] sa descendance sera faite de rois87 ». L’annonce intervient alors que la succession du premier des Rasūlides s’annonce délicate ; elle sert avant tout la légitimation de la lignée dynastique, mais le chroniqueur reste plus que vague sur l’identité de l’envoyé, tout autant que sur celle de son maître. Les Rasūlides étaient sans aucun doute en contact avec les différents souverains de l’Inde mentionnés dans le formulaire, mais la régularité de ces relations reste encore à prouver.

  • 88 Voir Chakravarti R., « Horse Trade and Piracy at Tana (Thana, Maharashtra, India): Gleanings from M (...)
  • 89 Anonyme, Nūr al-ma‘ārif fī nuẓum wa-qawānīn wa-a‘rāf al-Yaman fī al-‘ahd al-muẓaffarī al-wārif (Lum (...)
  • 90 Anonyme, Nūr al-ma‘ ārif, op. cit., II, p. 149.
  • 91 Ibid., I, p. 518.

50Tout autres étaient les relations des Rasūlides avec les autorités gouvernant différents ports de la côte occidentale et orientale de l’Inde, pour lesquelles les preuves de l’existence d’un dense réseau d’échanges officiels ne manquent pas. Le recueil d’archives sultaniennes rasūlides datant de la fin du XIIIe siècle, aujourd’hui désigné sous le nom de Nūr al-ma‘ārif, comprend ainsi deux allusions aux relations suivies que le sultanat entretenait avec le prince de Tāna, nom d’un port situé près de l’actuel Bombay qui paraît avoir également désigné dans les sources du XIIIe siècle la vaste région qui l’entourait, sous domination des Yādavas de Devagiri88. D’une part, il est spécifié dans la description des coutumes du port d’Aden, un document datable du début des années 1290, que « l’expédition du verre doré égyptien n’est autorisée à absolument personne qui voyagerait vers l’Abyssinie ou vers l’Inde car c’est un présent [réservé] pour le maître (ṣāḥib) de Tāna et pour d’autres89 », ce qui implique l’envoi régulier de tels cadeaux diplomatiques vers ce port de la côte occidentale de l’Inde. On sait par ailleurs que des envoyés de ce « maître » de Tāna (al-rusul min ṣāḥib Tāna) étaient présents dans la capitale rasūlide, Ta‘izz, en 1294, car ils apparaissent dans une liste de distribution royale de pâtisseries pour la fête du milieu du mois de sha‘bān, parmi tous les autres membres de la cour rasūlide90. En 1294 également, un document de l’Administration d’Aden évoque l’envoi de présents pour les maîtres (ṣāḥib) de trois ports du Malabar (sud de l’Inde), Hīlī (Ely), Manjalūr (Mangalore) et Fākanūr91. Les cadeaux étaient ici préparés par l’Administration d’Aden, sans que l’on sache précisément qui était chargé de les porter. Sans doute s’agissait-il de marchands-propriétaires de navire (nākhūdhā) venus dans le port d’Aden qui jouaient le rôle d’émissaires.

  • 92 Ibid.
  • 93 Sur la pratique des robes d’investiture aux XIIIe-XIVe siècles, voir notamment Hambly G., « From Ba (...)
  • 94 Voir « Shāh Bandar », EI², IX, p. 193-194 (A. Raymond et M. B. Hooker).
  • 95 Anonyme, Nūr al-ma ‘ ārif, op. cit., I, p. 515.

51Dans ce dernier document, on relèvera le caractère modeste des présents envoyés. Pour le maître de Mangalore, par exemple, étaient expédiés depuis Aden en 1294 un brocart (nasīj), un foulard doré et un manteau en soie92. Aux « maîtres » de Hīlī et Fākanūr étaient destinés des présents similaires, ce qui s’apparente plus à la pratique des robes d’honneur (khil‘a) qu’à celle des habituels présents diplomatiques (hadāyā)93. Mais quel était réellement le statut des destinataires ? Dans cette diplomatie portuaire, le terme de « maître », ṣāḥib, renvoie à des autorités parfois difficiles à cerner. En arabe, ṣāḥib désigne toute personne détentrice de l’autorité dans un territoire donné. Il peut ainsi s’appliquer aussi bien au sultan de Delhi qu’à un petit chef de tribu régnant sur un village ou même au cheikh soufi protégeant une localité de son aura spirituelle. Dans le cas des ports indiens, il n’est pas toujours certain que le terme de ṣāḥib renvoie à un souverain ; il pourrait également désigner un gouverneur ou un responsable du port, ce personnage que les textes arabo-persans de la fin du Moyen Âge nomment parfois shāhbandar ou ra’īs94. Un autre document préservé dans les archives de l’Administration d’Aden spécifie ainsi l’envoi, à une date inconnue, de deux robes brodées aux chefs musulmans (ra’īs pl. ru’asā’) de Fākanūr, simplement désignés comme « Muḥammad et son neveu ‘Alī95 » – un présent de nature assez similaire à celui qui était mentionné dans le document de 1294 pour le ṣāḥib de Fākanūr. Ru’asā’et ṣāḥib sont-ils ici des désignations interchangeables ?

  • 96 Voir plus haut.
  • 97 Anonyme, Nūr al-ma‘ ārif, op. cit., I, p. 515 et 519.
  • 98 Ibid., I, p. 519.

52Quels que soient ces usages sémantiques plus ou moins fixés, l’existence d’une véritable « diplomatie portuaire » dans l’océan Indien occidental de la seconde moitié du XIIIe siècle ne peut être contestée. Plus exactement devrait-on parler de « diplomaties portuaires » au pluriel, car on observe en plusieurs lieux l’existence d’échanges parallèles, établis depuis un même port à la fois par le maître indien du lieu et par la ou les personnes placées à la tête des communautés marchandes. À Quilon, au début des années 1280, les chefs des groupes marchands chrétien et musulman n’avaient-ils pas tenu à envoyer à l’empereur Yuan un présent tributaire distinct de celui du souverain hindou de la cité96 ? Un tel dédoublement diplomatique apparaît également clairement dans le cas du royaume pāṇḍyā où, à côté des relations officielles entretenues par les Rasūlides avec le souverain tamoul, l’expédition de présents (chevaux, robes d’honneur et étoffes précieuses) à son ministre (wazīr) musulman, Taqī al-Dīn ‘Abd al-Raḥmān al-Ṭībī, par l’intermédiaire d’un émissaire venu à Aden, est dûment enregistrée dans les archives rasūlides. Ce puissant vizir, frère du maître de l’île de Qays, contrôlait les réseaux de commerce qui reliaient le sud de l’Inde et le golfe, et le pouvoir rasūlide paraît soucieux d’avoir voulu entretenir les meilleures relations avec lui, au moins dans les années 129097. À la même époque, le vizir du maître de Sindābūr (Goa) était également l’objet de toutes les attentions rasūlides98. Dans toutes les régions que nous venons de citer, le contrôle du commerce maritime était en réalité presque totalement délégué par les souverains locaux à de puissants marchands, souvent musulmans : les présents relativement modestes qui leur étaient envoyés régulièrement par le pouvoir rasūlide servaient à entretenir des réseaux d’échange mutuellement profitables, selon un rituel symbolique familier aux hommes de l’Islam, la remise de robes d’honneur. Ces personnalités musulmanes, disposant d’un important pouvoir de contrôle sur le commerce des principaux ports de la côte indienne du sud, se trouvaient ainsi insérées dans des échanges annuels : elles constituaient un réseau diplomatique à part entière, distinct de celui des souverains.

  • 99 Abd Al-Razzāq Al-Samarqandī, Maṭla‘ al-sa‘ dayn, trad. E. Quatremère, Notices et extraits des manu (...)
  • 100 Lambourn E., « Khutba and Muslim Networks in the Indian Ocean (Part II) - Timurid and Ottoman Engag (...)

53Le récit de l’ambassade menée à Calicut, alors le plus grand port du Malabar, par ‘Abd al-Razzāq al-Samarqandī pour le compte du khaqān timūride de Hérat au début des années 1440 éclaire, à un siècle et demi d’intervalle, les malentendus qui pouvaient surgir de ce chevauchement complexe de relations diplomatiques de niveau inégal. C’est à la suite de la demande d’un envoyé venu de Calicut à la cour de Hérat que le secrétaire persan ‘Abd al-Razzāq al-Samarqandī avait été envoyé vers l’Inde du Sud. Dès son arrivée, après un voyage long de quelques milliers de kilomètres, il s’était présenté devant le Samorin, souverain indien de Calicut, avec « des chevaux, des pelisses, des robes tissues d’or, des bonnets tels que l’on distribue au moment de norouz99 ». Mais il ne reçut aucune marque d’attention de la part du prince, sans comprendre immédiatement les raisons de cet affront diplomatique. En réalité, comme l’explique Elizabeth Lambourn, « ‘ Abd al-Razzāq avait apporté les bons cadeaux, mais les avait présentés à la mauvaise personne100 ». La demande initiale d’établissement d’un échange diplomatique émanait non pas du Samorin lui-même, mais du « gouverneur », wālī, de la cité, c’est-à-dire du responsable du port, chef des marchands musulmans, qui avait coutume de solliciter et de recevoir ce type de présents de la part de puissances maritimes riveraines de l’océan Indien. Mais la remise d’une robe d’honneur, même accompagnée d’un cheval, ne pouvait être considérée par le Samorin comme un présent digne de son statut royal : ‘Abd al-Razzāq, pourtant ambassadeur du puissant souverain timūride, fut ainsi reçu avec un ostensible dédain, faute d’avoir utilisé le langage symbolique adéquat.

  • 101 Sur ce sujet, voir Vallet É., « Les sultans rasūlides du Yémen, protecteurs des communautés musulma (...)

54L’anecdote, bien que tardive, est une clé pour comprendre la situation que l’on voit émerger dans la documentation rasūlide dès la seconde moitié du XIIIe siècle, celle d’un « ordre diplomatique » multiple dans l’océan Indien occidental, juxtaposant au minimum un réseau d’échanges assez espacés entre puissances musulmanes et non-musulmanes riveraines de l’Océan –à l’instar de l’ambassade envoyée par le maître du Yémen à Ceylan au début des années 1280–, et un réseau d’échanges diplomatiques plus resserrés, réguliers, voire annuels avec des personnages, grands marchands ou armateurs, occupant des positions clés dans les grands ports de la côte indienne. À ces deux niveaux, il conviendrait d’ajouter un troisième, relevant d’une politique de patronage exercé, par les souverains de l’Arabie et du golfe, en direction des communautés musulmanes de l’Inde placées sous souveraineté non-musulmane. Cette politique de soutien de l’islam ultramarin nourrissait également une série d’échanges officiels, qu’Elizabeth Lambourn désigne de façon suggestive sous le nom de « réseaux de la khuṭba » (khuṭba-network). Le cas rasūlide est là encore le mieux connu grâce aux archives d’Aden : il y apparaît clairement que le sultanat du Yémen soutenait matériellement à la fin du XIIIe siècle un nombre important de juges et prédicateurs musulmans d’une quarantaine de localités indiennes, en échange de la proclamation du nom du souverain rasūlide lors de la prière et du sermon du vendredi (khuṭba) au sein de ces communautés101.

55Même si la documentation fait défaut à ce sujet, il est probable que l’activité diplomatique des principautés de Qays et d’Hormuz s’organisait également selon ce double, voire triple système, agençant des relations de nature différente entre souverains non-musulmans, autorités portuaires et autorités religieuses musulmanes. Un tel emboîtement des réseaux diplomatiques existait sans doute dès les XIe-XIIe siècles, avec s’affirmèrent sur un plan politico-commercial Aden et les cités-États du golfe dans l’aire indo-océanique, mais les renseignements à ce sujet manquent. La seconde moitié du XIIIe siècle apparaît comme le premier moment où émergent de façon claire des réseaux d’échange diplomatique aussi structurés entre autorités musulmanes et non-musulmanes de part et d’autre de l’océan Indien. Si les Rasūlides ne jouèrent pas ici un rôle exclusif, il apparaît clairement que leur implication dans la structuration de ces échanges sur la longue durée contribua à donner un poids plus important à certains réseaux actifs dans l’océan Indien au détriment d’autres.

Ambassadeurs et intermédiaires : le temps des réseaux arabes ?

56L’échange diplomatique, lorsqu’il se mue en un véritable ordre diplomatique stable et structuré, s’inscrit nécessairement dans des réseaux plus larges composés non seulement de marchands, mais aussi d’hommes de plume, d’hommes de loi et d’hommes de guerre, dont la circulation rendait possible le partage d’un même langage politique et de mêmes codes symboliques. Qui étaient les médiateurs de ces échanges diplomatiques tels qu’ils apparaissent dans les sources de la seconde moitié du XIIIe siècle et dans quelle mesure participaient-ils de ces plus larges réseaux ? Les données sont malheureusement trop rares et délicates d’interprétation pour apporter des conclusions fermes à ce sujet.

  • 102 Voir Kalus L. et Guillot Cl., « Réinterprétation des plus anciennes stèles funéraires islamiques no (...)
  • 103 Sur les dates du voyage d’Ibn Baṭṭūṭa, voir Hrbek I., « The Chronology of Ibn Battuta’s Travels », (...)
  • 104 Ibn Baṭṭūṭa, Tuhfat al-nuẓẓār, op. cit., IV, p. 170.
  • 105 Littéralement, le « port des prières », point de débarquement pour le pèlerinage au pic d’Adam, fré (...)
  • 106 Ibn Baṭṭūṭa, Tuhfat al-nuẓẓār, op. cit., IV, p. 170-172, 180-185.

57Le roi de Ceylan n’avait sans doute pas eu beaucoup à hésiter dans le choix de ses émissaires. Il les fallait musulmans, familiers de la langue arabe, pour que le contact puisse être établi avec la cour du Caire. Mais on ne sait malheureusement que peu de chose d’Amīn al-Dīn Abū ‘Uthmān et ‘Alī Lūkantī, qui n’apparaissent pas dans les sources en dehors du récit de l’ambassade de 1282. Les renseignements sur les communautés islamiques présentes à Ceylan à la fin du XIIIe siècle sont d’ailleurs rares. L’île comptait sans nul doute des musulmans mais ils n’ont guère laissé de traces102. Le principal témoignage provient de la description plus tardive laissée par Ibn Baṭṭūṭa qui passa dans l’île en 1344103. S’il ne rencontra aucun musulman dans le port de Minār Mandalī (Minneri Mandel) dans le nord de l’île, « à l’exception d’un Khorâçânien qui y était resté pour cause de maladie104 », il indique en revanche leur présence le long de l’itinéraire qui conduisait de la côte sud (port de Bandar Salāwāt) au sanctuaire du pic d’Adam105. Au regard des descriptions qu’Ibn Baṭṭūṭa laisse par ailleurs des communautés musulmanes du sud de l’Inde et des Maldives, la présence islamique à Ceylan paraît bien évanescente, et moins orientée par l’attrait des activités économiques et commerciales que par celle d’un pèlerinage réputé. Il est possible que les deux ambassadeurs choisis par Abū Nakba aient été issus de ce milieu pérégrin, auquel ascètes et soufis prenaient également une grande part106. Il reste quoi qu’il en soit difficile de les situer sur la carte des réseaux islamiques de l’océan Indien à la fin du XIIIe siècle.

  • 107 Anonyme, Nūr al-ma‘ ārif, op. cit., I, p. 519.
  • 108 Ibid., II, p. 149. On peut toutefois faire l’hypothèse qu’ils étaient musulmans puisqu’ils furent a (...)
  • 109 Ibn ḤāTim, Kitāb al-simṭ al-ghālī al-thaman fī akhbār al-mulūk min al-Ghuzz bi-l-Yaman, éd. G. Rex (...)
  • 110 Voir Vallet É., « Diplomatic Networks of Rasulid Yemen in Egypt (seventh-eighth/thirteenth-fourteen (...)
  • 111 Bā Makhrama, Ta’rīkh thaghr ‘Adan, op. cit., p. 178.

58Pour quelques noms qui sortent de l’ombre comme le Ḥājj Abū ‘Uthmān et ‘Alī Lukantī –, combien restent dans l’anonymat ? De l’« envoyé » (rasūl) de Taqī al-Dīn al-Ṭībī à Aden durant l’été 1294, les archives rasūlides n’ont pas retenu le nom107. Pas plus que ceux des envoyés du maître de Tāna venus à Ta‘izz au cours de la même année108. Même des circonstances exceptionnelles, comme l’arrestation d’ambassadeurs rasūlides en route pour le golfe par le maître de Ẓafār, Sālim al-Ḥabūḍī, en 1276-1277 ne poussèrent pas les auteurs à indiquer qui ils étaient : leur identité comptait manifestement peu au regard de leur fonction109. Même dans le cas des relations en mer Rouge, entre Yémen et Égypte, les sources rasūlides ne nous renseignent guère sur l’identité des émissaires envoyés de part et d’autre pour la seconde moitié du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle. Nous devons essentiellement aux sources syro-égyptiennes les quelques noms qui ont été conservés, et qui montrent qu’il s’agissait le plus souvent d’émirs familiers du souverain, mais pas toujours des personnages de premier plan110. En allait-il de même pour les émissaires officiels qui circulaient entre monde arabe et monde indien ? Plus que des dignitaires de premier rang, nous ferons plutôt l’hypothèse qu’il s’agissait plutôt d’hommes de l’entre-deux culturel et linguistique. La figure énigmatique de l’ambassadeur du souverain de l’Inde, prétendument venu en 1247 au Yémen alors que le sultan rasūlide était à l’article de la mort, en constitue en quelque sorte le paradigme : c’est en arabe que le chroniqueur lui fait prononcer son édifiante prédiction sur la postérité de la dynastie naissante, avant de déclamer deux vers en a‘jamī (qui peut renvoyer à la langue persane ou à toute autre langue non-familière aux locuteurs de l’arabe)111.

  • 112 Ibn ḥAjar Al-Asqalānī, Al-durar al-kāmina fī a ‘yān al-mi’a al-ṯāmina, éd. Sālim al-Karnūkī, Hayde (...)

59La fluidité linguistique entre arabe et persan est en effet caractéristique du monde indo-océanique occidental. Il apparaît clairement dans la documentation que nous venons d’évoquer que l’arabe restait sans conteste la langue dominante de la diplomatie portuaire, celle de ces réseaux marchands finement entremêlés. C’est en arabe que le pouvoir rasūlide s’adressait à eux ; en arabe également que le vizir Ṭībī des Pāndyā rédigeait, au moins en partie sa correspondance, comme le prouve la présence à ses côtés de Muḥammad b. Tamīm al-Iskandarānī, un secrétaire égyptien passé du Yémen au Coromandel où il servit Taqī al-Dīn al-Ṭībī, avant de revenir auprès de l’administration du sultan rasūlide al-Mu’ayyad Dāwūd (r. 1296-1321) : ses qualités littéraires et sa haute maîtrise de la langue arabe lui valurent une notice dans au moins un recueil biographique contemporain112. L’échange diplomatique entre les ports de l’Inde et l’Arabie était ici facilité par le partage d’une même culture de l’écrit, nourrie par la circulation de secrétaires arabophones entre l’Inde et les terres centrales de l’Islam.

  • 113 Anonyme, Nūr al-ma‘ārif, op. cit., I, p. 516. Voir aussi dans le récit de l’ambassade de l’Inde au (...)
  • 114 Voir par exemple à ce propos les indications rassemblées dans Alam M., « The Culture and Politics o (...)
  • 115 Ibn Baṭṭūṭa, Tuhfat al-nuẓẓār fī Gharā’ib al-amṣār wa-‘ajā’ib al-asfār, éd et trad. Defremery et Sa (...)

60L’usage de l’arabe était sans doute plus marginal si l’on passe à un niveau supérieur, celui des échanges entre souverains. Le maintien de missives diplomatiques dans les diverses langues de l’Inde constituait un obstacle certain au développement de relations nourries, comme le prouve la recherche –en vain !– d’un traducteur en 1282 pour déchiffrer la missive du roi de Ceylan. La présence d’interprètes (turjumān) est dans certains cas attestée, comme à Tāna dans les années 1290, dont un traducteur permanent, Muḥammad b. Rašīq ( ?) était honoré et pensionné par le pouvoir rasūlide113. Il est souvent rappelé que l’usage et le prestige du persan comme langue de communication « internationale » s’étaient également diffusés dans l’aire indo-océanique, une situation largement attestée entre les XVe et XVIIIe siècles114. Les débuts de ce mouvement de « persianisation » dans l’espace indo-océanique se laissent toutefois difficilement appréhender. Le recours à cet idiome est déjà répandu à l’époque où circule Ibn Baṭṭūṭa, dans les années 1340, jusqu’à l’île de Ceylan. Lorsque le voyageur maghrébin se rendit auprès du maître tamoul de Ceylan, Āyrī Chakravarti, pour lui demander un sauf-conduit (amān), il indique que le prince, bien que « mécréant » (kāfir), comprenait le persan et « goûtait fort ce qu’[Ibn Baṭṭūṭa] lui racontait touchant les rois et les pays étrangers115 ». Au début du XVe siècle, la célèbre stèle de Galle (sud-ouest de Ceylan), dressée pour commémorer le passage de l’expédition chinoise commandée par Zheng He, fut écrite en trois langues : chinois, tamoul et persan. Autant d’indices qui font de la langue persane aux XIVe et XVe siècles une langue de communication à part entière dans l’espace indo-océanique, connue plus ou moins superficiellement des élites insulaires.

61Mais cette réalité est-elle transposable au XIIIe siècle, avant l’expansion militaire du sultanat de Delhi à l’ensemble du sous-continent ? Dans quelle langue le Ḥājj Amīn al-Dīn Abū ‘Uthmān et le shaykh ‘Alī Lukantī avaient-ils communiqué avec le roi de Ceylan qui les envoyait ? Cela reste difficile à déterminer. Mais leur capacité à traduire (à adapter ?) le message de leur roi dans un langage arabe compréhensible par leurs interlocuteurs mamlūks ne fait en revanche guère de doute. Avec ces deux figures, émerge ainsi dans les sources arabes un type d’ambassadeur nouveau pour l’aire indo-océanique : des figures porteuses d’une islamité universelle, à la fois arabophones et persanophones, capables de déployer sur de très vastes distances une rhétorique de l’allégeance islamique et de l’intérêt commercial bien compris.

ENTRE LE CAIRE ET LA MECQUE, LES NOUVELLES POLARITÉS DE L’ISLAM INDO-OCÉANIQUE (1330-1430)

62Le siècle qui s’étend de 1330 à 1430 correspond à un long basculement à la fois des pratiques et des représentations diplomatiques, avec le déplacement ou l’extension de ce réseau de relations pérennes tissé par le pouvoir rasūlide vers l’Empire mamlūk et le sanctuaire mecquois. Cette évolution, qui s’opère progressivement, est achevée au cours de la première moitié du XVe siècle.

  • 116 Voir Jackson P., The Delhi Sultanate. A Political and Military History, Cambridge, Cambridge Univer (...)

63L’expansion rapide du sultanat de Delhi dans le sous-continent indien est le principal facteur à l’origine de cette évolution des échanges diplomatiques entre le monde indo-océanique et l’aire égypto-arabique. La territorialisation du pouvoir qui découle de la conquête de vastes espaces par les maîtres turcs de l’Inde aboutit rapidement à la formation de sultanats autonomes puis indépendants et parfois rivaux : Bengale dès 1336, Deccan Bahmanide en 1347, Gujarat. Même l’empire de Vijayanagara, bien que né en réaction à l’emprise islamique, se constitue à la même période selon des modes d’exercice du pouvoir très proches de celui des sultanats musulmans. L’accès aux ports et le contrôle des territoires côtiers deviennent un enjeu important pour ces États, dont l’approvisionnement en chevaux et en armes dépend largement de l’extérieur116.

  • 117 Al-Ḥāsib Al-Miṣrī, al-Kitāb al-ẓāhirī, op. cit., p. 86, 98.
  • 118 Al-Khazrajī, Al-‘ uqūd al-lu’lu’iyya, op. cit., II, p. 117-118 (éd. al-Akwa‘), p. 648 (éd. al-Ḥibsh (...)
  • 119 Ibid.
  • 120 Al-Ḥāsib Al-miṣrī, al-Kitāb al-ẓāhirī, op. cit., p. 103.
  • 121 Ibid., p. 103 et 123.
  • 122 Al-Khazrajī, Al-‘uqūd al-lu’lu’iyya, op. cit., II, p. 244 (éd. al-Akwa‘), p. 823 (éd. al-Ḥibshī).
  • 123 Al-Ḥāsib Al-Miṣrī, al-Kitāb al-ẓāhirī, op. cit., p. 115.

64Les denses réseaux d’échange portuaires observables pour la fin du XIIIe siècle entre l’Arabie et l’Inde s’en trouvent bouleversés. L’implication plus forte des États dans le commerce maritime se manifeste par l’établissement de relations diplomatiques interdynastiques nouvelles. Jusque-là discrètes sur le sujet, les chroniques du Yémen rasūlide évoquent plus volontiers les ambassades reçues des nouveaux pouvoirs indiens à partir du dernier tiers du XIVe siècle : réception d’un présent des sultans de Delhi en 1367-1368 et 1377-1378117, du maître de Cambay (Gujarat) en 1367118, du « roi du Sind » la même année119, du maître de Tāna en 1381-1382120, du Bengale en 1381-1382 et 1391-1392121, et même du maître de Ceylan en 1397-1398122. Des échanges formels avec des princes de la côte swahilie sont pour la première fois attestés : « Un présent (hadiyya) arriva de la terre des Zanj dans lequel se trouvaient des merveilles (‘ajā’ib) dont aucune n’avait pénétré auparavant sur la terre du Yémen, le 28 du mois de shawwāl 790 [29 octobre 1388]123 », relate de façon révélatrice la chronique officielle d’al-Ḥāsib al-Miṣrī. Les descriptions insistent toutefois à l’envi sur le caractère somptueux des présents envoyés, moins sur les conditions concrètes de l’échange, leurs acteurs, leur régularité.

  • 124 Ibid., p. 88; Al-Khazrajī, Al-‘uqūd al-lu’lu’iyya, op. cit., II, p. 120 (éd. al-Akwa‘), p. 652 (éd. (...)
  • 125 Traduction française et étude de cette lettre dans Vallet É., « Les sultans rasūlides du Yémen, pro (...)
  • 126 Voir Vallet É., L’Arabie marchande, op. cit., p. 289-295.
  • 127 Sur cette évolution, voir notamment Subrahmanyam S., « Of Imarat and Tijarat: Asian Merchants and S (...)

65Ces transformations du paysage étatique de l’Inde n’ont pas entièrement fait disparaître les cadres anciens de la diplomatie portuaire héritée du XIIIe siècle, qui subsiste notamment dans la région du Malabar et de Ceylan. Le cas du port de Calicut, à l’essor fulgurant à partir des années 1330, est révélateur du maintien d’échanges diplomatiques parallèles, noués à la fois avec le souverain indien de Calicut (Samorin) et les communautés marchandes islamiques. Si l’envoi de présents exotiques par le premier au sultan du Yémen est mentionné pour l’année 1369124, les liens entretenus avec la diaspora marchande musulmane de Calicut apparaissent de façon exceptionnellement détaillée grâce à la conservation d’une lettre de 1393 signée par six d’entre eux, qu’apporta leur représentant au sultan du Yémen al-Ashraf Ismā‘īl125. L’importance du maintien de ces liens avec les ports du sud de l’Inde est à mettre en rapport avec l’évolution des revenus du sultanat yéménite, dépendant plus étroitement encore à partir de la fin du XIVe siècle des revenus du commerce. C’est alors que le matjar sultanien, véritable réseau commercial au service du souverain rasūlide connaît un essor sans précédent, avec une implication plus forte dans le commerce du poivre et des épices126. La « mercantilisation » du sultanat yéménite n’est pas sans parallèles avec l’évolution des sultanats de l’Inde côtière à la même époque127.

  • 128 Al-Khazrajī, Al-‘uqūd al-lu’lu’iyya, op. cit., II, p. 234-235 (éd. al-Akwa‘), p. 809 (éd. al-Ḥibshī (...)
  • 129 Al-Khazrajī, Al-‘uqūd al-lu’lu’iyya, op. cit., II, p. 254 (éd. al-Akwa‘), p. 837 (éd. al-Ḥibshī).

66Au total, l’adaptation du Yémen aux nouvelles conditions politico-commerciales du subcontinent indien paraît nette au cours de la seconde moitié du XIVe siècle. Et ce n’est sans doute pas par hasard qu’en 1396 le Rasūlide ait accueilli à sa cour Kūjar Shāh, fils de Ẓafar Khān b. Fīrūz Shāh, réfugié après que son oncle eut pris le pouvoir par la force à Delhi128. Puis que le 2 avril 1400, une ambassade « accompagnée d’un présent important » et conduite par un certain Mufliḥ al-Dīn al-Turkī pour le compte du souverain de Delhi soit envoyée au Yémen129, dans un contexte dramatique pour ce qu’il subsistait du grand sultanat de l’Inde : en 1398, Delhi n’avait-elle pas été mise à sac par Tamerlan et ses troupes ? Dans ce paysage tourmenté, le Yémen rasūlide apparaissait encore à cette date comme un point de stabilité à l’échelle du bassin occidental de l’océan Indien.

  • 130 Al-Ḥāsib Al-Miṣrī, Al-Kitāb al-ẓāhirī, op. cit., p. 99 (khurūj al-sufarā’al-ashrafiyya).
  • 131 Voir The manuscript of al-Malik al-Afḍal, op. cit., p. 186-206, 211; The King’s Dictionary. The Ras (...)

67De façon révélatrice, seuls deux noms d’ambassadeurs apparaissent dans les sources yéménites dans ce contexte de renouveau des échanges entre Arabie et Inde. Le premier, le « qāḍī illustre » Badr al-Dīn Ḥasan al-‘Ajamī, conduisit la délégation envoyée par le sultan du Yémen auprès du maître de Delhi en 1378-1379130. Le second n’était autre que Mufliḥ al-Dīn al-Turkī. Un « Persan » (al-‘Ajamī) et un « Turc » (al-Turkī) : le maintien, voire le développement des contacts politico-commerciaux avec les États islamiques de l’Inde impliquait clairement le choix d’émissaires appartenant à l’aire turcophone et persanophone. Cet intérêt pour les langues de cette vaste aire éclate de façon spectaculaire dans le « manuscrit-bibliothèque » du sultan rasūlide al-Afḍal al-‘Abbās (1363-1377), anthologie de 151 textes copiés à sa demande entre 1372 et 1376. Parmi un ensemble divers de traités d’astronomie, de médecine, d’agronomie ou de documents administratifs, se trouve notamment un lexique en six langues (persan-arabe-turc-mongol-grec-arménien) aujourd’hui plus connu sous le nom de l’« hexaglotte rasūlide131 ».

  • 132 Sur ce personnage, voir Yajima H., « An official Merchant in the Reign of the Rasûlid Sultân al-Mal (...)
  • 133 Meloy J., Imperial Power and Maritime Trade: Mecca and Cairo in the Late Middle Ages, Chicago, Univ (...)

68Nulle personne n’est sans doute plus symbolique des nouveaux contours de la diplomatie indo-océanique au tournant du XIVe et du XVe siècle que Mufliḥ al-Dīn al-Turkī. Réfugié à la cour rasūlide après la conquête timouride du sultanat de Delhi, l’ancien ambassadeur de l’Inde se mit au service du sultan du Yémen pour qui il effectua plusieurs missions jusqu’en 1417 au Hedjaz et en Égypte, mêlant à la fois missions politiques, affaires commerciales pour le compte du sultan du Yémen, le tout enrobé dans une piété islamique ostentatoire, qui le vit dépenser des fortunes à La Mecque comme au Caire en aumônes et en rétribution de lecteurs du Coran132. Ce profil ne se distingue guère de celui des grands marchands ou des vizirs envoyés tout au long du XVe siècle par les divers sultanats de l’Inde à La Mecque, et qui y déployèrent tout à la fois un grand zèle religieux et un sens certain des affaires133.

  • 134 Voir Blauer B. H., Symbols of Authority in Medieval Islam. History, religion and Muslim Legitimacy (...)

69L’association entre dévotion islamique, révérence pour le sanctuaire mecquois et commerce d’État pourrait apparaître au premier abord comme excentrique. Elle constitue pourtant une clé essentielle pour comprendre les bouleversements de l’ordre diplomatique indo-océanique dans le premier tiers du XVe siècle. L’ébranlement timūride, s’il ne mit pas fin aux sultanats côtiers de l’Inde (Gujarat, Bengale, Deccan bahmanide), rendit nécessaire de réassurer les bases de leur pouvoir et de renforcer leur légitimité. Dans la situation bouleversée qui était celle du début du XVe siècle, on ne s’étonnera guère qu’ils se soient tournés vers l’ouest. Bien que lui-même durement affecté par la crise, l’Empire mamlūk avait tenu bon face à l’expansionnisme de Tamerlan. Depuis l’époque du sultan Muḥammad b. Tughluq Shāh (r. 1325-1351), l’habitude avait été prise par les souverains musulmans de Delhi de solliciter un diplôme d’investiture du calife abbasside du Caire134. Cet usage fut ensuite repris par les sultans du Bengale, du Deccan et du Gujarat au cours du XVe siècle.

  • 135 Vallet É., L’Arabie marchande, op. cit., p. 674-676.
  • 136 Ibid., p. 650-672 et Vallet É., « 1424. Les navires de Calicut se détournent d’Aden », in Histoire (...)
  • 137 Sur ces ambassades reçues au Caire à partir de 1411, voir par exemple les récits rapportés par le c (...)

70Plus encore que vers Le Caire, c’est toutefois vers La Mecque que ceux-ci tournèrent leur sollicitude. Dès 1406, le sultan du Bengale avait envoyé un somptueux présent à l’émir de la Cité sainte, le chérif Ḥasan b. ‘Ajlān (r. 1395-1426) par l’intermédiaire de son représentant le Nākhūḏā (patron de navire) Maḥmūd135. La construction d’une madrasa du Bengale en 1410 rendait pérenne le lien que le souverain bengalais entendait entretenir avec le Haram mecquois. La fin du monopole d’Aden sur la navigation entre océan Indien et mer Rouge à partir de 1424 rendait possible l’établissement de liaisons annuelles directes entre l’Inde et le port de Jedda, porte du Hedjaz136. D’exceptionnel, l’échange d’ambassades entre l’Empire mamlūk et les sultanats de l’Inde, mais aussi avec la Chine devenait courant, banal : un nouvel « ordre diplomatique » était né137. Il mêlait préoccupations politiques, religieuses et commerciales, inscrivant désormais l’échange diplomatique dans le cadre plus large d’une piété islamique volontiers exhibée par les nouveaux sultanats de l’Asie.

71Vue depuis l’Asie de l’Est, du Sud-Est ou du Sud, c’était La Mecque qui constituait désormais le point d’attraction le plus notable de l’Occident : c’est sa description qui clôt d’ailleurs le Ying-yai Sheng-lan de Ma Huan, interprète musulman au service de la flotte chinoise, qui fit peut-être partie de la délégation venue en 1433 honorer de sa présence le pays du « carré céleste » (la Ka‘ba) :

  • 138 Traduit d’après la version anglaise contenue dans MA Huan, Ying-yai sheng lan, op. cit., p. 177-178

« Dans la cinquième année de Hsüan-te, un ordre, qui provenait de notre Cour impériale et qui fut scrupuleusement obéi, indiquait que l’envoyé principal, le grand eunuque Cheng Ho et d’autres devaient partir pour les pays étrangers, afin d’y proclamer les commandements impériaux et de recueillir les honneurs dus. Lorsqu’une fraction de la flotte atteignit le pays de Ku-li [Calicut], le grand eunuque Hung vit que ce pays envoyait des hommes pour se rendre [à La Mecque]. Aussi choisit-il un interprète et d’autres, sept hommes en tout, et il les envoya avec une charge de musc, de la porcelaine et d’autres objets de ce genre ; ils se joignirent au navire de ce pays [de Calicut] et partirent là-bas. Il leur fallut un an pour y aller et en revenir. Ils achetèrent toutes sortes de produits extraordinaires, et des produits rares, ch’i-lin (?), des lions, des “poules-chameaux” (?) et bien d’autres choses. En outre, ils peignirent une représentation exacte de la “salle céleste” [la Ka‘ba] et s’en retournèrent à la capitale [Pékin]. Le roi du pays de Mo-ch’ieh [La Mecque] expédia aussi des envoyés qui apportèrent quelques marchandises locales, accompagnant les sept hommes –l’interprète [et les autres]– qui s’étaient initialement rendus là-bas ; ils présentèrent tous ces objets devant la Cour138. »

CONCLUSION

72Les derniers mots de Ma Huan ne sauraient mieux éclairer toute l’ambiguïté de la diplomatie des lointains. En envoyant des représentants auprès de la cour de Pékin, le « roi » de La Mecque paraissait s’insérer parfaitement dans un ensemble de codes et de représentations partagées : ses envoyés venaient avec des produits rares et étonnants ; le temple mecquois lui-même était déplacé au cœur de l’empire du Milieu, sous la forme d’une peinture précise, en un tribut symbolique porté aux pieds de l’empereur de Chine. Mais qui était au juste ce roi de La Mecque ? L’émir du lieu, simple chef de clan, au pouvoir souvent contesté, ou le sultan mamlūk dont les prétentions à dominer le Hejaz avaient été singulièrement renforcées dans les années précédant l’arrivée de la délégation chinoise dans la Cité sainte ? Dans cette mise en ordre du monde, qu’avaient cherché à produire les expéditions conduites par le grand eunuque Zheng He, un roi pouvait en cacher un autre, et les infinies variations du politique mal concorder avec une vision très hiérarchisée de l’état du monde.

73Au-delà des mésaventures d’un « imaginaire global » fluctuant, il nous a semblé néanmoins pouvoir isoler quelques moments clés dans la construction de systèmes diplomatiques reliant plus régulièrement et durablement les États de l’Asie du Sud (et secondairement de l’Est) à ceux du Proche-Orient : entre 1250 et 1330, avec le rôle pionnier de « l’État-courtier » rasūlide ; entre 1330 et 1430, avec l’émergence progressive de la centralité mecquoise, lieu par excellence d’une diplomatie à la fois religieuse et commerciale dont les manifestations nombreuses restent encore largement à étudier. Lorsque les Portugais pénétrèrent dans l’océan Indien, à partir de 1498, la vigueur des réactions de l’Empire mamlūk, rapidement relayées par la puissance ottomane, tout comme l’échec à établir un front de puissances islamiques uni contre les nouveaux venus sont aussi largement le produit de ces évolutions de la fin du Moyen Âge qui virent l’émergence d’un lieu-symbole de l’unité islamique indo-océanique, La Mecque, sans que se soit réellement imposé de nouvel ordre diplomatique impérial.

Annexes

1. L’océan Indien occidental au XIIIe siècle (carte É. Vallet).

2. Le parcours des ambassadeurs de Ceylan dans le golfe Persique (1282-1283) (carte É. Vallet d’après Yajima H., « Some Aspects… », art. cité, p. 10).

3. Le parcours des ambassadeurs de Ceylan en Irak (1282-1283) (carte É. Vallet d’après Yajima H., « Some Aspects… », art. cité, p. 27).

Notes

1 Dans le système de compte en vigueur au Yémen au début du XVe siècle, un lukk vaut 100000 dinars, soit 740 kg d’or (1 dinar de compte correspondant à 7,4 g d’or).

2 Al-Malik al-Nāṣir Aḥmad b. al-Malik al-Ashraf Ismā‘ īl al-Rasūlī, souverain du Yémen (1400-1424).

3 Ibn Al-Dayba‘, Qurrat al-‘uyūn fī akhbār al-Yaman al-maymūn, éd. Muḥammad al-Akwa‘, Le Caire, 1971-1977, II, p. 123-124.

4 Par souci de simplicité, seule les dates en ère chrétienne sont données dans le corps du texte, sauf dans le cas de traductions de source où les deux ères, hégirienne et chrétienne, sont mentionnées.

5 Sur les dates de l’arrivée des navires chinois à Aden, voir Ma Huan, Ying-yai Sheng-lan. The Overall Survey of the Ocean’s Shores, trad. anglaise J. V. G. Mills, Londres, Hakluyt Society, 1970, p. 13-14; Pelliot P., « Les grands voyages maritimes chinois au début du XVe siècle », T’oung Pao, 2e série, no 30, 1935, p. 322; Duyvendak J. J. L., « The True Dates of the Chinese Maritime Expeditions in the Early Fifteenth Century », T’oung Pao, no 34, 1939, p. 385-387; Yajima H., « Some aspects of the Indian Ocean Trade in the Beginning of the 15th Century - On the arrivals of Chen-Ho Expeditions to Aden », Journal of Asian and African Studies, no 8, 1974, p. 137-155; Chaudhuri K. N., « A Note on Ibn Taghrî Birdî’s Description of Chinese Ships in Aden and Jedda », Journal of the Royal Asiatic Society, no 1, 1989, p. 1-12. Le passage d’Ibn al-Dayba‘ se situe sous l’année 823/1420, mais il s’agit vraisemblablement d’une erreur car les navires étaient déjà revenus en Chine à cette date. La date de dhū al-ḥijja 821 de l’Hégire/janvier 1419, donnée dans la chronique officielle pour l’arrivée des navires à Aden correspond beaucoup mieux à ce que l’on sait de la chronologie des expéditions chinoises (Al-Ḥāsib Al-Miṣrī, Al-Kitāb al-ẓāhirī fī ta’rīkh al-dawla al-rasūliyya bi-l-Yaman, éd. ‘Abd Allāh al-Ḥibshī, Beyrouth, Dār Ibn Ḥazm, p. 199-200, anciennement connu sous le nom de Ta’rīkh al-dawla al-rasūliyya).

6 L’éditeur du texte ‘Abdallāh al-Ḥibshī indique p. 199 n. 1 que ce terme désignerait les selles de chevaux en dialecte yéménite. Le mot a toutefois une signification autre dans certains textes médiévaux, celui d’un velours de soie fine (Dozy R., Supplément aux dictionnaires arabes, Leyde, E. J. Brill, 1881, t. II, p. 495-496).

7 Al-Ḥāsib Al-Miṣrī, Al-Kitāb al-ẓāhirī, op. cit., p. 199.

8 Dans cet article, l’abréviation « m. » introduit la date de mort d’un personnage, et l’abréviation « r. » les dates de règne d’un souverain.

9 Voir par exemple pour l’époque Song, Hirth F. et Rockhill W. W. (trad.), Chau Ju-Kua: His Work on the Chinese and Arab Trade in the twelfth and thirteenth Centuries, entitled Chu-fran-chï, Saint-Pétersbourg, Imperial Academy of Sciences, 1911; et pour l’époque Yuan, Ptak R., « Images of Maritime Asia in Two Yuan Texts: Daoyi zhilue and Yiyu zhi » Journal of Sung-Yuan Studies, no 25, 1995, p. 47-75, repris dans Id., China and the Asian Seas, Aldershot, Variorum Reprints, 1998.

10 Voir Duyvendak J. J. L., China’s Discovery of Africa, Londres, 1949, p. 25-30.

11 Pour des synthèses récentes en langues occidentales sur les expéditions dirigées par Zheng He, voir Kerlouégan J., « De l’expansion au recentrement : la Chine et son monde », in Boucheron P. (dir.), Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard, 2009, p. 618-635 ; Ptak R., Die Maritime Seidenstrasse, Munich, C. H. Beck, 2007, p. 234-249. Sur les débats récents ou plus anciens à propos de l’expédition de Zheng He : Salmon Cl., Ptak R. (éd.), Zheng He. Images & Perceptions, Bilder & Wahrnehmungen, Wiesbaden, 2005.

12 Dans une abondante littérature, on renverra tout particulièrement à la récente et monumentale démonstration de Beaujard Ph., Les mondes de l’océan Indien, Paris, Armand Colin, 2013, en particulier le vol. 2 qui couvre la période médiévale (« Au cœur du système monde »).

13 Ce point a particulièrement été mis en lumière dans l’aire étudiée par deux travaux majeurs, auxquels cette contribution doit beaucoup : Allsen T., Culture and Conquest in Mongol Eurasia, Cambridge, Cambridge University Press, 2002 et Alam M., Subrahmanyam S., Indo-Persian Travels in the Age of Discoveries 1400-1800, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

14 Wink A., Al-Hind. The Making of the Indo-Islamic World. Early Medieval India and the Expansion of Islam. 7th-11th centuries, Leyde, Brill, 1990-2003.

15 Voir par exemple les remarques formulées par Subrahmanyam S., « On the Window that was India », in From the Tagus to the Ganges, Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 1-16.

16 Lombard D., Le carrefour javanais. Essai d’histoire globale, t. II : Les réseaux asiatiques, Paris, Ehess, 1990, p. 135 sqq.

17 Hodgson M. G. S., The Venture of Islam. Conscience and History in a World Civilization. 1. The Classical Age of Islam, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 1974, p. 57-60 (pour la définition du concept « Islamdom/islamicate »).

18 Voir notamment Fowden G., Art and the Umayyad Elite in Late Antique Syria. Quṣayr ‘Amra, Berkeley et Los Angeles, 2004, p. 197-226 (« The Six Kings »). La figuration hypothétique du roi de l’Inde sur cette fresque est également évoquée par Creswell K. A. C., Early Muslim Architecture, Oxford, Clarendon Press, 1932-1940, I, p. 263-264.

19 Miquel A., La géographie humaine jusqu’au milieu du XIe siècle, t. II, vol. 2, Géographie arabe et représentation du monde : la terre et l’étranger, Paris, Mouton & Co, rééd. EHESS, 2001.

20 Hartwell R. M., Tribute missions to China 960-1126, Philadelphie, 1983, p. 195-205. Sur une période plus étendue, voir également le répertoire de Bielenstein H., Diplomacy and Trade in the Chinese World (589-1276), Leyde-Boston, Brill, 2005, à manier toutefois avec précaution (voir la recension d’Étienne de la Vaissière dans T’oung Pao, no 93, 2007).

21 Il en va ainsi pour la mission envoyée en 975 par He-li fo, roi des Da-Shi : on reconnaît sans mal la transcription du terme khalîfa, calife, mais le Dâr al-Islâm oriental en comptait alors deux, un à Bagdad et l’autre au Caire (Hartwell R. M., Tribute missions, op. cit., p. 195).

22 Bielenstein H., Diplomacy and Trade, op. cit., p. 356-359, 365-367.

23 En 995, arrivée d’un cadeau (bois d’aloès) en provenance du Bilād al-Hind (Al-Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥunafā’bi-akhbār al-a‘imma al-faṭimiyyīn al-khulafā’, éd. J. al-Shayyal, Le Caire, 1967, I, p. 287). L’auteur ne mentionne aucun ambassadeur, émissaire, seul le cadeau est signalé. Je remercie David Bramoullé de m’avoir signalé cette référence.

24 Cette thèse fameuse, reprise depuis sans examen critique approfondi, se trouve formulée dans Lewis B., « The Fatimids and the Route to India », Revue de la faculté des sciences économiques d’Istanbul, no 1, 1948-1949, p. 50-54.

25 Il est aussi possible que les enjeux commerciaux de l’activité des Fatimides en direction de l’océan Indien aient été largement surévalués. Voir Bramoullé D., « La politique fatimide en mer Rouge entre idéologie et stratégie de survie », in Rougeulle A., Vallet É. (dir.), L’horizon Sharma. Essor du commerce islamique dans l’océan Indien occidental, Paris, Publications de la Sorbonne, sous presse.

26 Voir Margariti R. E., Aden and the Indian Ocean. 150 Years in the life of a Medieval Arabian Port, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2007, p. 145 : la documentation de la Geniza du Caire mentionne bien la venue de navires armés par des dignitaires des ports de l’Inde du Sud, mais les lettres de marchand n’évoquent pas, assez naturellement, d’échanges diplomatiques. Sur l’histoire de la principauté zuray‘ ide d’Aden, voir en particulier al-Shamrī, M. K. I., ‘Adan. Dirāsa fī aḥwālihā al-siyāsiyya wa-l-iqtiṣādiyya 476-627/1083-1229, Bassora, Markaz dirāsāt al-khalīj al-‘arabī, 1985 ; Aden, Jāmi‘at ‘Adan, 2004.

27 Voir notamment Al-ṭabarī, Ta’rīkh al-rusul wa-l-mulūk, éd. De Goeje, I, p. 685 ; 1052-1053 ; et al-masū‘ dī, Les prairies d’or, trad. française de Barbier de Meynard et Pavet de Courteille, revue et corrigée par C. Pellat, Paris, Société asiatique, 1962, I, p. 233-234, 648.

28 Al-Masū‘ Dī, Les prairies d’or, op. cit., I, p. 233-234.

29 Voir Flood F. B., Objects of Translation. Material Culture and Medieval « Hindu-Muslim » Encounter, Princeton University Press, 2009, p. 20-21.

30 Al-Ṭabarī, Ta’rīkh, op. cit., I, p. 1052-1053, trad. anglaise C. E. Bosworth dans The History of al-Ṭabarī. An Annotated Translation, New York, Suny, 1999, V p. 389-390.

31 Al-Ṭabarī, Ta’rīkh al-rusul, trad. anglaise M. Perlmann, IV, p. 79-80.

32 Flood F. B., Objects of translation, op. cit., p. 26-37.

33 Fatimi S. Q., « Two Letters from the Mahārājā to the Khalīfah: a Study in the Early History of Islam in the East », Islamic Studies, no 2, 1963, p. 126-128.

34 Ibn Al-Zubayr, Kitāb al-dhakhā’ir wa-l-tuḥaf, éd. M. Hamidullah, al-Fuwayt, Dā’irat al-maṭbū‘āt wal-nashr, 1959 (édition arabe); Al-Hijjāwī Al-Qaddūmī G. (trad. anglaise), Book of Gifts and Rarities. Kitāb al-Hadāyā wa al-Tuḥaf, Cambridge, Harvard University Press, Harvard Middle Eastern Monographs, XXIX, 1996, p. 1-52 pour la présentation de ce texte.

35 Al-Hijjawi Al-Qaddumi, op. cit., p. 61-62 (§ 1-3).

36 Ibid., § 8 (du roi de la Chine à Mu‘āwiya) ; 28 (d’un roi de l’Inde à Hārūn al-Rashīd) ; 29 (d’un roi de l’Inde au calife al-Ma’mūn) et 30 (réponse d’al-Ma’mūn) ; 38 (du roi de l’Inde au vizir al-Ḥasan b. Sahl) ; 39 (du calife al-Mutawakkil à un roi de l’Inde).

37 Voir par exemple la mention d’ambassadeurs comme informateurs d’al-Bīrūnī dans Minorsky V., « On some of Biruni’s informants », in Al-Biruni Commemoration, Volume A.H. 362 - A.H. 1362, Calcutta, Iran Society, 1951, p. 233-36 et l’évocation de ces ambassades dans Flood F. B., Objects of translation, op. cit., p. 79-87, 109-110.

38 Ibid., p. 80.

39 Al-Ṭabarī, Ta’rīkh, op. cit., I, p. 403.

40 Al-Qalqashandī, Ṣubḥ al-a‘shā’fī ṣinā‘at al-inshā’, éd. M. ‘A. Ibrāhīm, Le Caire, Dār al-kutub alkhadīwiyya, 1913-1920, VIII, p. 77.

41 Première mention chez Quatremère E. M., Mémoires géographiques et historiques sur l’Égypte, Paris, 1811, II, p. 284-286. Voir également Heyd W., Histoire du commerce au Levant, Leipzig, 1885-1886, I, p. 425-426.

42 Yajima H., « Some Aspects of the Egyptian Commercial Policy in the Baḥrī Mamlūk Period », Journal of Asian and African Studies, no 20, 1980, p. 1-105.

43 En particulier Labib S., Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, 1965, p. 83-84; Irwin R., The Middle East in the Middle Ages. The Early Mamluk Sultanate, 1259-1382, Southern Illinois University Press, 1986, p. 74.

44 La forme donnée ici (markab al-sīlānī et non al-markab al-sīlānī) donne plutôt à penser qu’il s’agissait d’un navire officiel du roi de Ceylan.

45 Nous suivons ici les identifications de lieu proposées par Yajima H., « Some Aspects… », art. cité, p. 10-29, qui permettent d’introduire de nombreuses corrections sur les textes édités existants. Voir les cartes 2 et 3.

46 Littéralement, kitāb bi-khaṭṭ al-malik, ce qui peut simplement signifier qu’elle porte une marque de validation de la main du roi.

47 IbnAbd Al-Ẓāhir, Tashrīf al-ayyām wa-l-‘uṣūr fī sīrat al-Malik al-Manṣūr, éd. M. Kāmil, Le Caire, ministère de la Culture, 1961, p. 50-52.

48 Baybars Al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra fī tārīkh al-hijra, éd. D. S. Richards, Beyrouth, Orient-Institut der DMG, 1998, p. 235.

49 Passage peu clair qui peut signifier que le maître de Ceylan entendait « protéger » le passage de ses envoyés à Aden par la présence d’un ambassadeur mamlūk.

50 Ibn Al-Furāt, Ta’rīkh al-duwal wa-l-mulūk, éd. C. K. Zurayq, Beyrouth, American Press, 1942, vol. VII, p. 261-262.

51 Voir Northrup L., From Slave to Sultan: The Career of al-Manṣūr Qalāwūn and the Consolidation of Mamluk Rule in Egypt and Syria (678-689 AH/1279-1290), Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1998, p. 36-37.

52 Cahen Cl., La Syrie du Nord à l’époque des Croisades et la principauté franque d’Antioche, Paris, Geuthner, 1940, p. 77.

53 Björkmann W., Beiträge zur Geschichte der Staatskanzlei im mittelalterlichen Ägypten, Hambourg, 1926, p. 77.

54 Il le désigne sous le nom de Dhakhīrat al-kātib (Ibn al-Furāt, Ta’rīkh VIII, 58). Voir à ce sujet Northrup L., From Slave to Sultan, op. cit., p. 36.

55 Le récit d’Ibn al-Furāt se trouve également repris et abrégé dans Al-Maqrīzī, Kitāb al-sulūk li-ma‘rifat duwal al-mulūk, éd. M. Ziyāda, Le Caire, Maktabat lajnat al-ta’līf wa-l-tarjama wa-l-nashr, 1939, I, p. 712-713. Une traduction française a été donnée de ce passage par Quatremère E., Histoire des sultans mamlūks, Paris, 1842, III, p. 59-60.

56 Voir Bauden F., « The Recovery of Mamluk Chancery Documents in an Unsuspected Place », in Levanoni A., Winter M. (dir.), The Mamluks in Egyptian and Syrian Politics and Society, Leyde-Boston, Brill, 2004, p. 59-76.

57 Sen T., Buddhism, Diplomacy and Trade. The Realignment of Sino-Indian Relations, 600-1400, Delhi, Manohar, 2004, p. 184-185.

58 Voir Chang Y., « The Ming Empire: Patron of Islam in China and Southeast-West Asia », Journal of the Malaysian Branch of the Royal Asiatic Society, no 61/2, 1988, p. 1-44.

59 On rapportera simplement ici à titre d’exemple le jugement du savant yéménite al-Janadī (m. 1331) sur le grand marchand Ibn Bakkāsh, parti s’installer dans la seconde moitié du XIIIe siècle, dans les terres des Pāṇḍya : « Dieu lui fit quitter Aden et habiter en Inde parmi les mécréants. Il fut serviteur (ghulām) d’un de leurs rois jusqu’à sa mort dans une situation (ḥāla) que l’on ne peut approuver. » (Al-sulūk fī ṭabaqāt al-‘ulamā’wa-l-mulūk, éd. M. al-Akwa‘, Sanaa, Wizārat al-i‘lām wa-l-thaqāfa, 1989, II, p. 227). Voir Vallet É., L’Arabie marchande, op. cit., p. 141.

60 Partie du nom arabe commençant par Abū (« père de »).

61 Sur ces épisodes: Mendis G. C., The Early History of Ceylon or the Indian Period of Ceylon History, Calcutta, 1951, p. 93-100; Majumdar R. C. (dir.), The Struggle for Empire, Bombay, Bharatiya Vidya Bhavan, 1957, p. 259 (The History and Culture of the Indian People, 5), p. 257-259; Nilakanta Sastri K. A., The Pāṇḍyan Kingdom from the Earliest Times to the Sixteenth Century, Londres, Luzac & Co, 1929, p. 175-176.

62 Chronological List of Inscriptions of the Pudukkottai State Arranged According to Dynasties, Sri Brihadamba State Press, 1929, no 366, cité par Nilakanta Sastri K. A., The Pāṇḍyan Kingdom, op. cit., p. 175-176.

63 Voir le récit de cet événement dans la grande chronique sri-lankaise, le Mahāvamsa : « Then there arose a famine in the land (Ceylon). Then the five brethren who governed the Pāndyan kingdom sent to this island, at the head of an army, a great minister of much power who was a chief among the Tamils known as Ariya Cakkavatti, albeit he was not an Ariya. And when he had landed and laid waste the country on every side he entered the great and noble fortress, the city of Subhagiri. And he took the venerable tooth-relic and all the solid wealth that was there and returned to the Pāndyan country. And there he gave the tooth relic unto the king Kulasêkhara who was even like unto a sun expanding the lotus-like race of the great Pāndyan kings. » (cité par Nilakanta Sastri K. A., The Pāṇḍyan Kingdom, op. cit., p. 184-185).

64 Sen T., « The Yuan Khanate and India: Cross-Cultural Diplomacy in the Thirteenth and Fourteenth Centuries », Asia Major, no 19, 2006, p. 302.

65 Voir à ce sujet notamment l’étude récente de Sen T., Buddhism, Diplomacy and Trade, op. cit.

66 Sen T., « The Yuan Khanate », art. cité, p. 303.

67 Rashīd Al-Dīn, The Successors of Genghis Khan, trad. J. A. Boyle, Columbia University Press, 1971, p. 272, cité par Sen T., « The Yuan Khanate and India », art. cité.

68 Sur l’ensemble des ambassades de Yang Tingbi, voir ibid., p. 307-308.

69 L’essor des revenus tirés de la fiscalité du commerce à Quanzhou est fulgurant au cours des années 1280, passant de 4 500 lingots d’argent en 1271 à 450 000 en 1286 (ibid., p. 312).

70 Yuanshi, 8, p. 148, cité par Sen T., « The Yuan Khanate and India », art. cité, p. 309.

71 Yuanshi 97, p. 4669, cité par Sen T., « The Yuan Khanate and India », art. cité, p. 308.

72 Sur cet épisode, voir Smith G. R. et Porter V., « The Rasulids in Dhofar in the VIIth-VIIIth/XIIIth-XIVth centuries », Journal of the Royal Asiatic Society, no 1, 1988, p. 26-44, repris dans Smith G. R., Studies in Medieval History of the Yemen and South Arabia, Londres, Variorum Reprints, 1997; Vallet É., L’Arabie marchande, op. cit., p. 608-623.

73 Al-Khazrajī, Al-‘uqūd al-lu’lu’iyya fī ta’rīkh al-dawla al-rasūliyya, éd. Bā Sayūnī ‘Asil revue par M. al-Akwa‘, Sanaa, Marka al-dirāsāt wa-l-buḥūth al-yamaniyya, 1983, I, p. 185; nouv. éd. ‘A. al-Ḥibshī, Sanaa, Maktabat al-Irshād, 2009, I, p. 263.

74 Selon Ma Huan, interprète qui participa aux 4e, 6e et 7e expéditions chinoises sous le commandement de Zheng He, il fallait par bon vent dix jours pour relier la côte du Malabar (Calicut) et Ẓafār, alors qu’il fallait un mois pour gagner Aden ou Hurmuz : Ma Huan, Ying-yai Sheng-lan, op. cit., p. 151, 154 et 165.

75 Voir Vallet É., L’Arabie marchande, op. cit., p. 613-616.

76 Ibid., p. 253.

77 Al-Khazrajī, Al-‘uqūd al-lu’lu’iyya, op. cit., I p. 234 (éd. al-Akwa‘) ; I, p. 330 (éd. al-Ḥibshī).

78 Voir Vallet É., L’Arabie marchande, op. cit., p. 489-498.

79 Voir Northrup L. S., From Slave to Sultan, op. cit., p. 150-151 et 294 ; Vallet É., L’Arabie marchande, op. cit., p. 497-498.

80 Ibn Faḍl Allāh AL-‘Umârî, al-Ta‘rīf bi-l-muṣṭalaḥ al-sharīf, Le Caire, 1312 H., p. 48-49 ; Al-maqrīzī, Al-sulūk, op. cit., II, 2, p. 322 ; Ibn ḥAġar, Al-durar al-kāmina, op. cit., III, p. 460-461 ; Al-qalqashandī, Ṣubḥ al-a‘ shā’, op. cit., VII, p. 372-373.

81 Al-Maqrīzī, Al-sulūk, op. cit., II, p. 691-692. Voir Labib S., Handelsgeschichte Ägyptens, op. cit., p. 94.

82 IbnAbd Al-Majīd, Bahjat al-zaman fī ta’rīkh al-Yaman, éd. ‘Abdallāh al-Ḥibshī et Muḥammad al-Sanabānī, Sanaa, 1988, p. 235.

83 Vallet É., « Du système mercantile à l’ordre diplomatique : les ambassades entre Égypte mamlūke et Yémen rasūlide (VIIe-IXe /XIIIe-XVe siècle) », in Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux, XLIe Congrès de la SHMESP, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 269-301.

84 Voir notamment à ce sujet Aubin J., « Les princes d’Ormuz du XIIIe au XVe siècle », Journal asiatique, no 241, 1953, p. 177-238 et Kauz R., « The Maritime Trade of Kish during the Mongol Period », in Komaroff L. (dir.), Beyond the Legacy of Gengis Khan, Leyde-Boston, Brill, 2006, p. 51-67.

85 Voir Vallet É., « Mūsā b. al-Ḥasan al-Mawṣilī et la correspondance des sultans rasūlides du Yémen. Genèse d’un ordre épistolaire », in Aigle D., Péquignot S. (dir.), La correspondance entre souverains, princes et cités-États. Approches croisées entre l’Orient musulman, l’Occident latin et Byzance (XIIIe début XVIe siècle), Turnhout, Brepols, 2013, p. 127-145.

86 The Manuscript of al-Malik al-Afḍal, éd. en fac-similé et introd. G. Rex Smith and D. M. Varisco, Londres, E. J. W. Gibb Memorial Trust, p. 390. Sur les relations des Rasūlides avec le royaume de Nahrawāla (Chaulukya) et de Ṣūliyān (Pāṇḍya), voir Vallet É., L’Arabie marchande, op. cit., p. 564-567, 573-577.

87 Makhrama, Ta’rīkh thaghr ‘Adan, éd. O. Löfgren dans Arabische Texte zur Kenntnis der Stadt Aden im Mittelalter, Leyde, Brill, 1950, II, p. 178.

88 Voir Chakravarti R., « Horse Trade and Piracy at Tana (Thana, Maharashtra, India): Gleanings from Marco Polo », Journal of the Economic and Social History of the Orient, no 34, 1991, p. 166-167.

89 Anonyme, Nūr al-ma‘ārif fī nuẓum wa-qawānīn wa-a‘rāf al-Yaman fī al-‘ahd al-muẓaffarī al-wārif (Lumière de la connaissance. Règles, lois et coutumes du Yémen sous le règne du sultan rasoulide al-Muẓaffar), éd. Muḥammad Ğāzim, Sanaa, CEFAS, 2003-2005, I, p. 498. L’Égypte et la Syrie mamlūkes étaient fameuses pour leurs verres émaillés et dorés. Voir Ward R. (dir.), Gilded and Enamelled Glass from the Middle East (Papers Given at the Conference « Gilded and Enamelled Glass from the Middle East », London, British Museum, 6-8 April 1995), Londres, British Museum Press, 1998.

90 Anonyme, Nūr al-ma‘ ārif, op. cit., II, p. 149.

91 Ibid., I, p. 518.

92 Ibid.

93 Sur la pratique des robes d’investiture aux XIIIe-XIVe siècles, voir notamment Hambly G., « From Bagdad to Bukhara, from Ghazna to Delhi: The khil‘ a Ceremony in the Transmission of Kingly Pomp and Circumstance », in Gordon S. (dir.), Robes and Honor: The Medieval World of Investiture, New York, Palgrave Macmillan, 2001, p. 193-222.

94 Voir « Shāh Bandar », EI², IX, p. 193-194 (A. Raymond et M. B. Hooker).

95 Anonyme, Nūr al-ma ‘ ārif, op. cit., I, p. 515.

96 Voir plus haut.

97 Anonyme, Nūr al-ma‘ ārif, op. cit., I, p. 515 et 519.

98 Ibid., I, p. 519.

99 Abd Al-Razzāq Al-Samarqandī, Maṭla‘ al-sa‘ dayn, trad. E. Quatremère, Notices et extraits des manuscrits de la bibliothèque du roi et autres bibliothèques, Paris, Imprimerie royale, vol. 14, 1843, p. 437.

100 Lambourn E., « Khutba and Muslim Networks in the Indian Ocean (Part II) - Timurid and Ottoman Engagements », in Hall K. (dir.), The Growth of Non-Western Cities: Primary and Secondary Urban Networking, C. 900-1900, Lanham MD, Lexington Books, 2011, p. 139.

101 Sur ce sujet, voir Vallet É., « Les sultans rasūlides du Yémen, protecteurs des communautés musulmanes de l’Inde (VIIe-VIIIe /XIIIe-XIVe siècle) », Annales islamologiques, no 41, 2007, p. 149-176 et Lambourn E., « India from Aden: Khuṭba and Muslim Urban Networks in Late Thirteenth Century India », in Hall K. R. (éd.), Secondary Cities and Urban Networking in the Indian Ocean Realm, c. 1400-1800, Lanham MD, Lexington Books, 2008, p. 55-98.

102 Voir Kalus L. et Guillot Cl., « Réinterprétation des plus anciennes stèles funéraires islamiques nousantariennes : III. Sri Lanka », Archipel, no 72, 2006, p. 15-68.

103 Sur les dates du voyage d’Ibn Baṭṭūṭa, voir Hrbek I., « The Chronology of Ibn Battuta’s Travels », Archiv Orientalni, no 30, 1962, p. 409-486.

104 Ibn Baṭṭūṭa, Tuhfat al-nuẓẓār, op. cit., IV, p. 170.

105 Littéralement, le « port des prières », point de débarquement pour le pèlerinage au pic d’Adam, fréquenté par des pèlerins de toute confession, y compris musulmane.

106 Ibn Baṭṭūṭa, Tuhfat al-nuẓẓār, op. cit., IV, p. 170-172, 180-185.

107 Anonyme, Nūr al-ma‘ ārif, op. cit., I, p. 519.

108 Ibid., II, p. 149. On peut toutefois faire l’hypothèse qu’ils étaient musulmans puisqu’ils furent associés aux festivités religieuses du milieu du mois de sha‘bān.

109 Ibn ḤāTim, Kitāb al-simṭ al-ghālī al-thaman fī akhbār al-mulūk min al-Ghuzz bi-l-Yaman, éd. G. Rex Smith sous le titre : The Ayyubids and Early Rasulids in the Yemen (567-694/1173-1295), Londres, E. J. W. Gibb Memorial, 1974, p. 506-507, repris par Al-Khazrajī, Al-‘uqūd al-lu’lu’iyya, op. cit., I, p. 181 (éd. al-Akwa‘) et p. 207 (éd. al-Ḥibshī).

110 Voir Vallet É., « Diplomatic Networks of Rasulid Yemen in Egypt (seventh-eighth/thirteenth-fourteenth centuries) », in Bauden F., Dekkiche M. (éd.), Mamluk Cairo. A Crossroad for Embassies, Leyde, Brill, sous presse.

111 Bā Makhrama, Ta’rīkh thaghr ‘Adan, op. cit., p. 178.

112 Ibn ḥAjar Al-Asqalānī, Al-durar al-kāmina fī a ‘yān al-mi’a al-ṯāmina, éd. Sālim al-Karnūkī, Hayderabad, Maṭba‘at majlis dā’irat al-ma‘ārif al-‘uṯmāniyya, 1929-1931, III, p. 412, no 1095.

113 Anonyme, Nūr al-ma‘ārif, op. cit., I, p. 516. Voir aussi dans le récit de l’ambassade de l’Inde au Yémen en 1247 (Bā Makhrama, Ta’rīkh ṮaGhr ‘Adan, loc. cit. supra).

114 Voir par exemple à ce propos les indications rassemblées dans Alam M., « The Culture and Politics of Persian in Precolonial Hindustan », in Pollock S. (dir.), Literary Cultures in History: Reconstruction from South Asia, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 2003, p. 131-198 et Subrahmanyam S., « Persianization and “Mercantilism” in Bay of Bengal History, 1400-1700 », in Lombard D., Prakash O. (dir.), Commerce and Culture in the Bay of Bengal, 1500-1800, New Delhi, Manohar, 1999, p. 47-85, repris dans Subrahmanyam S., From the Tagus to the Ganges. Explorations in Connected History, Dehli, Oxford University Press, 2005, p. 45-79.

115 Ibn Baṭṭūṭa, Tuhfat al-nuẓẓār fī Gharā’ib al-amṣār wa-‘ajā’ib al-asfār, éd et trad. Defremery et Sanguinetti, Paris, 1853-1859, IV, p. 168.

116 Voir Jackson P., The Delhi Sultanate. A Political and Military History, Cambridge, Cambridge University Press, 1999; Digby S., « Before Timur came: Provincialization of the Delhi Sultanate through the Fourteenth Century », Journal of the Economic and Social History of the Orient, no 47, 2004, p. 298-356; Vallet É., L’Arabie marchande, op. cit., p. 577-582.

117 Al-Ḥāsib Al-Miṣrī, al-Kitāb al-ẓāhirī, op. cit., p. 86, 98.

118 Al-Khazrajī, Al-‘ uqūd al-lu’lu’iyya, op. cit., II, p. 117-118 (éd. al-Akwa‘), p. 648 (éd. al-Ḥibshī).

119 Ibid.

120 Al-Ḥāsib Al-miṣrī, al-Kitāb al-ẓāhirī, op. cit., p. 103.

121 Ibid., p. 103 et 123.

122 Al-Khazrajī, Al-‘uqūd al-lu’lu’iyya, op. cit., II, p. 244 (éd. al-Akwa‘), p. 823 (éd. al-Ḥibshī).

123 Al-Ḥāsib Al-Miṣrī, al-Kitāb al-ẓāhirī, op. cit., p. 115.

124 Ibid., p. 88; Al-Khazrajī, Al-‘uqūd al-lu’lu’iyya, op. cit., II, p. 120 (éd. al-Akwa‘), p. 652 (éd. al-Ḥibshī).

125 Traduction française et étude de cette lettre dans Vallet É., « Les sultans rasūlides du Yémen, protecteurs des communautés musulmanes de l’Inde », art. cité, p. 169-171.

126 Voir Vallet É., L’Arabie marchande, op. cit., p. 289-295.

127 Sur cette évolution, voir notamment Subrahmanyam S., « Of Imarat and Tijarat: Asian Merchants and State Power in the Western Indian Ocean, 1400 to 1750 », Comparative Studies in Society and History, no 37, 1995, p. 750-780, et Id., « Persianization and “Mercantilism” in Bay of Bengal History, 1400-1700 », in Lombard D., Prakash O. (dir.), Commerce and Culture, op. cit., p. 47-85, repris dans Subrahmanyam S., From the Tagus to the Ganges, op. cit., p. 45-79.

128 Al-Khazrajī, Al-‘uqūd al-lu’lu’iyya, op. cit., II, p. 234-235 (éd. al-Akwa‘), p. 809 (éd. al-Ḥibshī).

129 Al-Khazrajī, Al-‘uqūd al-lu’lu’iyya, op. cit., II, p. 254 (éd. al-Akwa‘), p. 837 (éd. al-Ḥibshī).

130 Al-Ḥāsib Al-Miṣrī, Al-Kitāb al-ẓāhirī, op. cit., p. 99 (khurūj al-sufarā’al-ashrafiyya).

131 Voir The manuscript of al-Malik al-Afḍal, op. cit., p. 186-206, 211; The King’s Dictionary. The Rasulid Hexaglot: Fourteenth Century Vocabularies in Arabic, Persian, Turkic, Greek, Armenian and Mongol, éd. P. B. Golden, L. Ligeti et E. Schutz, Leyde, Brill, 2000 ; Grévin B., Le parchemin des cieux. Essai sur le Moyen Âge du langage, Paris, Seuil, 2012, p. 351-355.

132 Sur ce personnage, voir Yajima H., « An official Merchant in the Reign of the Rasûlid Sultân al-Malik al-Nâsir: Qadī Amīn al-Dīn Muflih al-Turkī », Shigaku (Historical Science of the Keio University at Tokyo), no 46, 1975, p. 81-98 et Vallet É., L’Arabie marchande, op. cit., p. 642-644 et 650.

133 Meloy J., Imperial Power and Maritime Trade: Mecca and Cairo in the Late Middle Ages, Chicago, University of Chicago Press, 2010, p. 194; Vallet É., L’Arabie marchande, op. cit., p. 675-676.

134 Voir Blauer B. H., Symbols of Authority in Medieval Islam. History, religion and Muslim Legitimacy in the Delhi Sultanate, I. B. Tauris, 2012, p. 110-115. L’envoi de robes d’honneur califales depuis Le Caire, accompagnées ou non de diplômes d’investiture est mentionné pour les années 1343, 1353, 1363, 1370 et 1375.

135 Vallet É., L’Arabie marchande, op. cit., p. 674-676.

136 Ibid., p. 650-672 et Vallet É., « 1424. Les navires de Calicut se détournent d’Aden », in Histoire du monde au XVe siècle, op. cit., p. 325-328.

137 Sur ces ambassades reçues au Caire à partir de 1411, voir par exemple les récits rapportés par le chroniqueur Ibn Iyās dans ses Badā’i‘al-zuhūr fī waqā’i‘al-duhūr, éd. M. Mustafa, Le Caire, 1963, III, p. 20, 62, 95, 153, 207, et pour un premier inventaire Labib S., Handelsgeschichte, op. cit., p. 396-401.

138 Traduit d’après la version anglaise contenue dans MA Huan, Ying-yai sheng lan, op. cit., p. 177-178.

Table des illustrations

Légende 1. L’océan Indien occidental au XIIIe siècle (carte É. Vallet).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/62186/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 2. Le parcours des ambassadeurs de Ceylan dans le golfe Persique (1282-1283) (carte É. Vallet d’après Yajima H., « Some Aspects… », art. cité, p. 10).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/62186/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 3. Le parcours des ambassadeurs de Ceylan en Irak (1282-1283) (carte É. Vallet d’après Yajima H., « Some Aspects… », art. cité, p. 27).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/62186/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

Auteur

Maître de conférences, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8167, « Orient et Méditerranée/Islam médiéval », il est membre de l’Institut Universitaire de France. Auteur de L’Arabie marchande. Pouvoir et commerce sous les sultans rasūlides du Yémen (626-858/1229-1454), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, il a récemment dirigé, avec Cyrille Aillet et Emmanuelle Tixier du Mesnil, Gouverner en Islam (Xe-XVe siècle), Paris, Atlande, 2014.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search