Version classiqueVersion mobile

La figure de l'ambassadeur entre mondes éloignés

 | 
Nicolas Drocourt

Les ambassadeurs pisans dans le monde musulman (l’Égypte et le Maghreb, XIIe-XIVe siècle)

Mohamed Ouerfelli

Résumé

Si les ambassadeurs musulmans envoyés à Pise restent mal représentés par la documentation, on peut en revanche mieux étudier les diplomates pisans se rendant en Égypte et au Maghreb, grâce notamment à une série de règlements, de recommandations et de lettres émanant de la chancellerie pisane. Ces divers documents, auxquels on ajoute les traités de paix et de commerce, apportent un certain nombre d’informations sur le personnel diplomatique et permettent de faire émerger quelques figures d’ambassadeurs pisans qui se sont illustrés tout au long de leur carrière. Il est question dans cette contribution d’appréhender d’abord le vocabulaire employé pour désigner l’ambassadeur, d’étudier ensuite les critères de son recrutement et le mode de son élection, ainsi que la question de sa rémunération. Quelles sont les règles fixées par la commune de Pise pour encadrer les missions diplomatiques, autrement dit quelles sont les limites des pouvoirs des ambassadeurs pisans se rendant en Égypte et au Maghreb ? Sont également examinées les origines sociales des ambassadeurs et leurs carrières.

Texte intégral

  • 1 Amari M., I diplomi arabi del Regio archivio fiorentino, Florence, 1863-1867, 2 vol. 
  • 2 Mas Latrie L. de, Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations des C (...)
  • 3 Wansbrough J. E., « A Mamluk letter of 877/1473 », Bulletin of the School of Oriental and African S (...)
  • 4 Bensaci M., Pise et le Maghrib au Moyen Âge, thèse de doctorat, université Paris X, 1979 ; Id., « F (...)
  • 5 Valerian D., Bougie, port méditerranéen, 1067-1510, Rome, École française de Rome, 2006 ; Id., Les (...)
  • 6 Bauden F., « Les relations diplomatiques entre les sultans mamelouks circassiens et les autres pouv (...)
  • 7 On peut citer d’autres travaux ponctuels sur cette question, notamment sur le Maghreb : Banti O., « (...)
  • 8 Ferrer Mallol M. T., Moeglin J.-M., Péquignot S., Sánchez Martínez M. (dir.), Negociar en la Edad M (...)

1Depuis les publications de Michele Amari1 et de Louis de Mas Latrie2 sur les relations entre le monde musulman, l’Égypte et le Maghreb en particulier, et les villes maritimes italiennes, les travaux de John E. Wansbrough3, de Mekkia Bensaci4, de Dominique Valérian5 et de Frédéric Bauden6 ont permis de mieux comprendre l’évolution de ces rapports diplomatiques et commerciaux entre les deux rives de la Méditerranée7. Pourtant, les zones d’ombre demeurent et nécessitent que l’on revienne sur cette problématique, aujourd’hui en plein renouvellement historiographique, comme le montrent de nombreuses et récentes publications8. La question du personnel diplomatique, entre autres celle de l’ambassadeur, mérite des recherches approfondies. Pour appréhender cette figure porteuse de paix, à travers l’exemple pisan, il convient de réexaminer les documents et de les replacer dans un contexte méditerranéen mouvant.

  • 9 Idris H. R., La Berbérie orientale sous les Zirides, Xe-XIIe siècle, Paris, 1959, t. I, p. 286-290  (...)
  • 10 Gentile M. L. (éd.), Gli annales pisani di Bernardo Marangone, Bologne, 1930 (Rerum Italicarum Scri (...)
  • 11 Salvatori E., « Il Mediterraneo di Ranieri… », art. cité, p. 329 ; Ouerfelli M., « Les enjeux comme (...)
  • 12 Bensaci M., Pise et le Maghrib au Moyen Âge, op. cit. ; Banti O., « I trattati tra Pisa e Tunisi da (...)
  • 13 Doumerc B., Venise et l’émirat hafside de Tunis (1231-1535), Paris, L’Harmattan, 1999, p. 18-19.

2À la fin du XIe siècle, la commune de Pise accentue sa supériorité maritime aux dépens des puissances musulmanes de la Méditerranée occidentale, en menant une série d’attaques contre le littoral andalou et maghrébin, dont la plus spectaculaire est la prise de Mahdia en 10879. Les Pisans comptent mettre à profit ces succès pour conquérir de nouveaux marchés, mais leur force de frappe connaît des difficultés dès les années 1140, liées à la concurrence génoise et surtout à la guerre avec Lucques10. Les options militaires sont progressivement abandonnées au bénéfice d’une diplomatie dynamique fondée sur la négociation et les échanges commerciaux11. C’est dans ce cadre que Pise a été parmi les premières cités italiennes à entretenir des relations diplomatiques avancées avec le monde musulman12. Elle a été suivie par d’autres villes telles que Gênes, Venise ou Florence13.

  • 14 Voir les travaux de Queller D. E., The Office of the Ambassador in the Middle Ages, Princeton-New J (...)

3Pour consolider ces nouvelles formes de relation et assurer la continuité des rapports entre les deux rives de la Méditerranée, il était important de mobiliser toute une administration chargée de rédiger la correspondance et les traités, de réglementer le travail du personnel diplomatique et de garantir les moyens nécessaires à la réalisation de la paix. À la tête de ce personnel se distingue la figure de l’ambassadeur, porteur de la parole de sa commune ou de son souverain14.

4Après avoir examiné les termes employés pour désigner l’ambassadeur dans les textes, et en particulier dans les traités de paix et la correspondance diplomatique, j’aborderai la question de son élection par les autorités pisanes et des règles qui encadraient ses missions. Par exemple, des limites étaient-elles fixées aux pouvoirs des ambassadeurs se rendant dans le monde musulman ? Il sera également question des origines sociales des ambassadeurs, de leurs carrières ; quelques cas de diplomates distingués par le succès de leurs missions viendront illustrer cette étude.

NUNCIUS, MISSATICUS, LEGATUS ET AMBAXIADOR

  • 15 Amari M., I diplomi arabi del Regio archivio fiorentino, op. cit., no 1/2, p. 239-240 (ensuite, les (...)
  • 16 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 2/2, p. 241 et no 6/2, p. 255.
  • 17 Bonaini F., Statuti inediti della città di Pisa dal XII al XIV secolo, Florence, 1854, t. I, p. 75;(...)
  • 18 Amari M., I diplomi arabi, no 28/2, p. 292 ; Mas Latrie L. de, Traités, op. cit., no 6, p. 31.

5Le vocabulaire employé aussi bien dans les documents arabes que dans les textes latins et italiens pour désigner un ambassadeur, mérite d’être appréhendé pour cerner les évolutions possibles du discours diplomatique dans les chancelleries. Le premier document qui nous est parvenu est un traité de paix conclu entre le roi de Valence Abū ‘Abd’Allāh Muhammad Ibn Sa‘ īd et la commune de Pise par l’intermédiaire de l’ambassadeur Oberto Bottaccio, le 16 janvier 115015. Ce dernier, qui était accompagné d’une importante délégation, est qualifié de legatus, un terme que l’on rencontre à plusieurs reprises dans les échanges épistolaires ou les traités de paix et de commerce16. Le Breve Pisani Comunis de 1287 emploie les trois termes d’ambaxiatori, de legato et de nuntio17 ; ce dernier terme est également attesté en 1234 dans le traité de paix et de commerce entre Pise et les Hafsides18.

  • 19 Bonaini F., Statuti inediti della città di Pisa, op. cit., t. I, p. 7 ; Banti O. (éd.), I brevi dei (...)
  • 20 Amari M., I diploma arabi, no 7/2, p. 257.
  • 21 Ibid., no 5/1, p. 19; no 30/1, p. 100; no 46/1, p. 230.
  • 22 Ibid., no 21/1, p. 66.

6D’autres termes sont également utilisés tels que missaticus que l’on rencontre pour la première fois en 1162 dans le Breve Consulum Pisanae Civitatis19 et en 1173 dans un traité de paix conclu entre Saladin et la commune de Pise, par l’intermédiaire d’Ildebrando20. Les accords ou les lettres en double version emploient tantôt le terme missaticus, tantôt celui de legatus, l’équivalent de l’arabe rasūl, terme le plus couramment utilisé pour désigner un ambassadeur21. Dans certains cas, ce dernier n’est pas qualifié de rasūl, comme dans celui d’Abū al-Tayyib, envoyé par Pise à Tunis et mentionné dans une lettre expédiée par le gouverneur almohade de l’Ifrīqiya aux autorités pisanes, le 23 mars 120222. Il ne s’agit sans doute pas d’une mission capitale, mais plutôt d’un intermédiaire chargé par la commune de Pise de transmettre une lettre aux autorités almohades de Tunis. Abū al-Tayyib est vraisemblablement un homme d’affaires juif, ayant des intérêts à Pise comme au Maghreb, d’où le choix de lui confier la transmission de cette lettre.

  • 23 Queller D. E., The Office of the Ambassador, op. cit., p. 60-84.
  • 24 Amari M., I diploma arabi, no 11/2, p. 265.
  • 25 Ibid., no 34/1, p. 125 et no 35/2, p. 319.

7Mais le terme le plus souvent utilisé est celui d’ambasciatore ou ambasciadore23 ; on le trouve pour la première fois en 1179 dans une lettre adressée par al-Malik al-‘Ādil à l’archevêque de Pise24. Il demeure jusqu’à la fin du XIVe siècle, aux côtés du terme arabe rasūl celui qu’on emploie le plus fréquemment pour désigner les ambassadeurs pisans se rendant dans les cours de Tunis ou du Caire25.

L’ENCADREMENT DES MISSIONS DIPLOMATIQUES

8Le renforcement de la présence pisane dans la Méditerranée occidentale a entraîné une activité diplomatique intense et des allers-retours du personnel diplomatique entre les deux rives pour mener à bien les négociations de paix. Les échanges épistolaires et diplomatiques s’accélèrent notamment à partir de la seconde moitié du XIIe siècle. Mais la quasi-totalité des ambassades sont pisanes, présentes à la cour du sultan pour négocier un traité de paix et de commerce, à l’exception de deux exemples, où l’on constate l’envoi d’un ambassadeur pour se rendre à Pise.

  • 26 Gentile M. L. (éd.), Gli annales pisani di Bernardo Marangone, op. cit., p. 9 ; Ouerfelli M., « Per (...)
  • 27 Ouerfelli M., « Personnel diplomatique et modalités de négociations », art. cité, p. 122.

9Le premier est maghrébin : en 1133, le souverain almoravide ‘ Alī Ibn Yūsuf Ibn Tāšfīn (1106-1146), confie à l’amiral de sa flotte Ibn Maymūn la mission d’aller à Pise pour conclure un traité de paix pour dix ans avec les autorités locales26. La délégation almoravide est, semble-t-il, imposante, puisqu’elle a effectué le voyage à bord de deux galées27.

  • 28 Achagius Optimen ou Acacius nomine Optimen ; Amari M., I diplomi arabi, op. cit., nos 8 et 9/2, p.  (...)
  • 29 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., nos 8 et 9/2, p. 262 et 263.
  • 30 Ibid., no 8/2, p. 262.
  • 31 Ibid., no 8/2, p. 262.

10Le second exemple est égyptien et date de 1173 ; un certain Hāğ ‘Uthmān28, dont on ne sait pas s’il est marchand ou homme politique et quels sont ses liens avec Saladin, est envoyé à Pise en qualité de missus, accompagné d’une délégation et muni de deux lettres, l’une de Saladin et l’autre de son neveu Taqiy al-Dīn ‘Umar Ibn Šāhinšāh29. L’objet de cette ambassade, selon le contenu des deux lettres, est d’informer les autorités pisanes de la prise par des galées pisanes du navire d’un certain Ruggero de Gênes, transportant une cargaison de 225 cantars d’alun pour le compte du frère du sultan ayyoubide, Šams al-Dawla, en vue de les commercialiser en terre chrétienne. Le navire est capturé au large de la Provence et emmené à Pise avec sa cargaison30. Saladin indique dans sa missive que le dit Ruggero est un fidèle de son frère, et « l’un des nôtres ». La mission de Hāğ ‘Uthmān consiste donc, une fois arrivé à Pise, à demander la libération de Ruggero et de ses compagnons, ainsi que la restitution du chargement d’alun31.

  • 32 Valérian D., « Les agents de la diplomatie des souverains maghrébins », art. cité, p. 894-896.

11Ces deux exemples de missions diplomatiques rendues à Pise n’impliquent pas forcément l’absence quasi totale d’ambassades musulmanes envoyées vers Pise ; c’est sans doute le hasard de la documentation, dans la mesure où des documents attestent la présence d’ambassadeurs maghrébins à Gênes jusqu’au XIVe siècle et surtout dans les pays de la couronne d’Aragon32.

12Si les ambassadeurs musulmans envoyés à Pise restent mal connus et mal représentés par la documentation, souvent discrète sur cette question, on peut en revanche mieux cerner les ambassadeurs pisans, grâce notamment à des traités de paix, à des textes législatifs, à une série de règlements, de recommandations et de lettres émanant de la chancellerie pisane, qui permettent de récolter un certain nombre d’informations sur le personnel diplomatique et de faire émerger quelques figures d’ambassadeurs pisans qui se sont illustrés tout au long de leur carrière. L’Égypte et le Maghreb présentent d’importantes similitudes concernant la stratégie adoptée par la commune de Pise pour conquérir de nouveaux marchés, ainsi qu’au niveau de la configuration et de l’organisation des missions diplomatiques, même si les enjeux commerciaux n’étaient pas tout à fait les mêmes.

  • 33 Les premiers textes ou règlements sur les ambassadeurs à Venise datent de la seconde moitié du XIII(...)
  • 34 Bonaini F., Statuti inediti della città di Pisa, op. cit., t. I, p. 7 ; I brevi dei consoli del Com (...)

13Pour se donner les moyens nécessaires à la réalisation de sa politique d’expansion dans la Méditerranée, la commune de Pise a produit dès le XIIe siècle des textes législatifs sur le choix et l’élection des ambassadeurs, ainsi que sur l’encadrement de leur mission diplomatique à l’étranger33. Le Breve Consulum Pisanae Civitatis de 1162 souligne que les consuls ne pourront envoyer d’ambassadeurs au-delà de Gênes ou de Civitavecchia s’ils ne sont pas choisis et élus par les Sages de la commune34.

  • 35 Volpe G., « Studi sulle istituzioni comunali a Pisa (città e contado, consoli e podestà), sec. XII- (...)
  • 36 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 2/2, p. 241 et no 6/p. 255.
  • 37 Ibid., no 3/2, p. 248: Et iterum vobis notum facimus, de otimo balsamo quod requisistis, ampullam u (...)

14Si les textes du XIIe siècle ne précisent pas les modes de désignation ou d’élection des ambassadeurs envoyés par la commune pour négocier la paix avec al-Andalus, le Maghreb ou l’Égypte, ils insistent en revanche sur la nécessité de défendre les intérêts des marchands pisans. L’archevêque apparaît le plus souvent dans la documentation ; les souverains étrangers lui adressent leurs correspondances35. Les deux missives du vizir al-‘Abbās, au nom du calife fatimide en 1154 et la lettre du sultan de Tunis Abū Khorassan en 1157 sont destinées en premier lieu à l’archevêque Villano36. Aidé par les consuls, il supervise et chapeaute la constitution des ambassades, notamment pendant le XIIe siècle. Avec les Anciens, il signe les lettres de missions. On peut aisément observer l’importance de ce personnage à travers les réponses du gouvernement égyptien, où son nom est cité en premier lieu. Les présents les plus importants lui sont destinés, tels qu’une ampoule de baume de la meilleure qualité pour la cathédrale37.

  • 38 Ouerfelli M., « Les traités de paix et de commerce entre Pise et l’Égypte au Moyen Âge », art. cité (...)
  • 39 La commune peut aussi dédommager les ambassadeurs et les notaires qui les accompagnent en cas de pe (...)

15À partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, les indications sur le processus de mise en place des missions diplomatiques et du personnel choisi pour les effectuer deviennent plus précises. Les textes législatifs déterminent les critères de choix, le mode d’élection et le salaire des ambassadeurs envoyés pour négocier ou pour finaliser des accords de paix et de commerce avec les puissances étrangères38. D’après les Brevi del Comuni e del popolo di Pisa de 1287, les Anciens fixent le salaire de l’ambassadeur ; celui-ci touche d’autres indemnités telles que les frais de bouche ; c’est donc la commune qui prend en charge toutes les dépenses liées à l’envoi d’ambassadeurs à l’étranger39.

  • 40 Bonaini F., Statuti inediti della città di Pisa, op. cit., t. I, p. 75-76 ; I brevi del Comune e de (...)

16Deux procédures étaient en vigueur pour élire les ambassadeurs de la République ; la première se fait par les Anciens, le podestat et les capitaines. Elle est vraisemblablement réservée aux diplomates se rendant dans le monde latin pour des missions de moindre importance. L’élection en revanche des ambassadeurs ad partes Garbi, Romanie, Ultramare, Spanie et Sardinee, qui concerne les régions les plus stratégiques pour le commerce et les intérêts pisans, se fait par une assemblée beaucoup plus importante. Elle regroupe le conseil des capitaines, des soldats, des sénateurs, le conseil des Anciens, le conseil des Mineurs et des Majeurs, les douze du peuple, les trois consuls des marchands, le conseil des capitaines et celui des prieurs des sept arts40.

  • 41 Archivio di Stato di Pisa, Atti Publici, Cartaceo, 11 septembre 1378.

17L’ambassadeur choisi et élu reçoit sa lettre de nomination et un certain nombre d’instructions nécessaires à l’accomplissement de sa tâche. C’est ce qui ressort par exemple de quatre documents rédigés par le scribe de la chancellerie pisane, dans lesquels Ranieri di Piero Bullia de’Gualandi est nommé, le 11 septembre 1378, en qualité d’ambassadeur, auprès du sultan hafside de Tunis, Abū al-‘Abbās, de l’émir de Bougie, Abū ‘Abd’Allāh et de celui de Bône, Abū ‘ Abd’Allāh, fils d’Abū Yahya41.

  • 42 Amari M., I diplomi, op. cit., no 32/2, p. 313.

« Facimus, constituimus et ordinamus sindicum et procuratorem, egregium et nobilem militem dominum Raynerium filium condam bone memorie domini Peri Bullie de Gualandis, civem pisanum […] at faciendum, iniendum, reddendum, recipiendum et iurandum, una simul cum excellentissimo et gloriosissimo domino, domino.. inclito rege Buone, […] veram, puram, bonam et perpetuam pacem et concordiam42. »

  • 43 Bonaini F., Statuti inediti della città di Pisa, op. cit., t. I, p. 76; I brevi del Comune e del po (...)

18Les sages se chargent de la rédaction de la mission du diplomate choisi, qui fait l’objet d’une discussion devant les Anciens et le Podestat. Le motif de l’envoi de l’ambassade et le sujet des négociations doivent être inscrits dans un cahier parmi les actes de la commune par un notaire de la chancellerie. De même, l’ambassadeur est tenu de faire mettre par écrit sur le même cahier la réponse des autorités avec lesquelles il a engagé des négociations43.

  • 44 Bonaini F., Statuti inediti della città di Pisa dal XII al XIV secolo, Florence, 1857, t. III, p. 3 (...)
  • 45 Ibid., t. I, p. 77; I brevi del Comune e del popolo di Pisa dell’anno 1287, op. cit., p. 56-57.
  • 46 Ibid., t. I, p. 75; I brevi del Comune e del popolo di Pisa dell’anno 1287, op. cit., p. 56.
  • 47 Queller D. E., Early Venetian Legislation on Ambassadors, op. cit., p. 13.

19À cette réglementation stricte des missions diplomatiques, s’en ajoutent d’autres, qui insistent sur l’engagement des consuls à respecter les traités de paix signés entre la commune et les puissances étrangères44, sur l’interdiction d’envoyer une nouvelle ambassade tant que la première n’est pas rentrée à Pise, et d’envoyer des lettres ou des ambassades qui porteraient atteinte aux intérêts de la cité toscane45. Il n’est pas permis également d’envoyer des ambassades pour des affaires privées, sauf si les personnes impliquées en assument la totalité des frais46, disposition que l’on retrouve dans la législation vénitienne concernant son personnel diplomatique47.

  • 48 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 30/1, p. 100-101 ; Mas Latrie L. de, Traités de paix et de (...)

20Dans le cadre de ces échanges diplomatiques, les envoyés pisans doivent être munis de mandats ou de procuration, qui permettent aux autorités musulmanes de les identifier en qualité de représentants de la commune de Pise. Les traités de paix mentionnent la présence de ces lettres, écrites en latin, voire en italien, apportées par les ambassadeurs. Avant toute négociation, la chancellerie du sultan hafside engage tout un travail de traduction, d’identification et de vérification, afin d’authentifier les documents apportés par l’ambassadeur et de s’assurer de son identité48.

  • 49 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 34/1, p. 125 ; Mas Latrie L. de, Traités de paix et de comm (...)

« Il a présenté une procuration écrite en latin (‘ağmī), qu’il a été invité à lire dans l’heureux dīwān de la capitale susdite avec l’autorisation du responsable, le šeykh […] al-‘Abbās Ahmad Ibn Tafrāghīn […] Des marchands chrétiens, leurs consuls et leur prêtre, aidés par les traducteurs musulmans, ont déclaré qu’il s’agissait bien d’une procuration authentique et qu’il n’y avait pas de doute qu’ils utilisaient ce modèle entre eux49. »

  • 50 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 27/1, p. 81 et no 23/2, p. 284.
  • 51 Gentile M. L. (éd.), Gli annales pisani di Bernardo Marangone, op. cit., p. 38-39 ; Mas Latrie L. d (...)

21En plus des procurations, la chancellerie pisane délivre également à son personnel diplomatique des lettres de recommandation. En 1215, Ranuccio di Benedetto del Vernaccio, envoyé en Égypte, se présente devant al-Malik al-Kāmil, frère du sultan al-‘Ādil, muni d’une lettre dans laquelle la république de Pise le recommande. Elle demande de lui réserver un bon accueil, d’assurer sa protection, de lui faciliter le travail et de subvenir à ses besoins pendant son séjour en Égypte50. Ces lettres indiquent également les limites des pouvoirs des ambassadeurs : en 1166, Cocco Griffi est envoyé au Maghreb pour négocier un traité de paix et de commerce avec le sultan almohade Abū Ya‘qūb Yūsuf, et, en même temps, il est chargé de récupérer les naufragés de galées pisanes échouées sur les côtes de Bougie après une tempête51.

  • 52 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 4/1, p. 14 et no 16/2, p. 273.

22De même, une lettre envoyée par le prince des Baléares, Ishāq Ibn Muhammad Ibn ‘ Alī, aux autorités pisanes en 1184, pour confirmer la signature d’un traité de paix, indique que l’ambassadeur pisan Sigiero di Uguccionnello de Gualandi avait des instructions précises pour signer le traité dans les termes voulus et exigés par la commune52. Certains ambassadeurs avaient les pleins pouvoirs pour conclure des accords, comme Ranieri Bottacci, d’autres n’étaient habilités qu’à compléter les traités déjà jurés. Les ambassadeurs devaient en général répéter les instructions contenues dans les lettres dont ils étaient porteurs, s’y ajoutaient parfois des instructions orales.

  • 53 Ibid., no 2/2, p. 241-245.
  • 54 Ibid., no 20/2, p. 280.
  • 55 Ibid., no 2/2, p. 280-281.

23Les ambassadeurs se rendant en Égypte, notamment pendant le XIIe siècle, semblent avoir eu des pouvoirs assez importants ; ils prononcent des serments engageant la République, tel celui de Ranieri Bottacci et de ses trois compagnons en 115453. Les instructions données en 1207 par l’archevêque Ubaldo et le podestat Gherardo Curtevechie à Marzucco Taperti révèlent que la commune de Pise peut parfois fixer des limites précises aux négociations ; elle dresse alors la liste de ses demandes et de ses exigences pour conclure la paix54. Ainsi Marzucco Taperti est notamment chargé d’obtenir la libération de prisonniers pisans, de demander la restitution des privilèges et des biens confisqués aux Pisans, et enfin de confirmer les accords de paix55.

  • 56 Ibid., no 21/2, p. 282 ; Otten-Froux C., Les Pisans en Orient de la première croisade à 1406, op. c (...)

24La commune de Pise laisse toutefois la liberté au négociateur de faire valoir son habileté et son talent pour obtenir davantage de concessions pour consolider les intérêts de la République. En 1208, al-Malik al-Kāmil adresse une lettre aux consuls et aux Anciens de Pise, dans laquelle il annonce le succès de la mission de l’ambassadeur Taperti ; les autorités égyptiennes lui ont réservé un bon accueil et ont répondu favorablement à ses demandes56.

QUELQUES FIGURES D’AMBASSADEURS

  • 57 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 30/1, p. 109-110.
  • 58 Ibid., no 30/2, p. 303.

25Si l’on se penche sur un certain nombre d’exemples pour préciser un peu plus le portrait de l’ambassadeur pisan, s’il y en a un, il faut dire qu’il n’y avait pas de règles précises pour recruter des ambassadeurs ; ces derniers changent en fonction des missions qui leur sont confiées et du contexte précis dictant l’envoi d’une ambassade. Quelques critères doivent cependant être pris en compte pour garantir le succès de la mission, parmi lesquels figure celui de la connaissance du pays où l’ambassadeur est envoyé. Les personnes disposant de réseaux de connaissances et de liens avec l’Égypte ou le Maghreb, leur facilitant la tâche de mener les négociations, sont souvent sollicitées pour être à la tête des ambassades. Le critère linguistique joue également en faveur des personnes maîtrisant la langue arabe. Le traité de paix et de commerce signé entre les Hafsides et les Pisans, le 16 mai 1353, indique que Ranieri Porcellino connaît l’arabe et qu’il a lui-même traduit en latin les accords négociés avec le sultan hafside Abū Ishāq Ibrāhīm57. La maîtrise de la langue du pays et des situations locales, en dépit de la présence permanente de traducteurs, ne pouvait que l’aider et lui faciliter la tâche dans les négociations. Cet ambassadeur, qualifié par la version latine du traité de mercator pisanus, est un homme d’affaires ; il a des intérêts commerciaux importants avec l’Ifrīqiya et il est habitué à fréquenter les ports maghrébins58.

  • 59 Bensaci M., Pise et le Maghrib au Moyen Âge, op. cit., p. 290-291, a dressé une liste des ambassade (...)

26De la liste des ambassadeurs pisans ayant effectué des missions diplomatiques dans le monde musulman59, ressortent trois groupes, qui se distinguent à la fois par leur appartenance sociale, mais aussi par la nature des missions qu’ils ont accomplies.

27Les premières ambassades sur lesquelles nous sommes renseignés montrent que les diplomates sont issus des milieux du pouvoir, c’est-à-dire qu’ils sont proches de l’archevêque et qu’ils participent à la gestion des affaires de la commune. Parmi les grandes figures de la diplomatie pisane, notamment pendant le XIIe siècle, se détache celle de la famille Bottacci. Elle a joué un rôle de premier plan dans la configuration des stratégies d’expansion de la commune et l’émergence d’une diplomatie pisane fondée sur le dynamisme et les négociations tous azimuts.

  • 60 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 1/2, p. 239-240.
  • 61 Ouerfelli M., « Personnel diplomatique et modalités des négociations entre la commune de Pise et le (...)
  • 62 Scalfati S., « Ranieri Bottacci », Dizionario biografico degli Italiani, Rome, 1983, t. 13, p. 387.
  • 63 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 2/2, p. 241-245.
  • 64 Otten-froux C., Les Pisans en Orient de la première croisade à 1406, op. cit., p. 57.
  • 65 Heyd W., Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, éd. et trad. Raynaud F., Leipzig, 1885, t. I, (...)

28Le premier Bottacci, Oberto, apparaît dans les documents au milieu du XIIe siècle ; il signe avec le roi de Valence, le 16 janvier 1150, un traité de paix60. Ranieri Bottaci est le plus connu61 ; fils de Bernardo, il est né probablement dans la première décennie du XIIe siècle. Il occupe la fonction de consul en 1137, 1146, 1153 et 116162. Son activité diplomatique commence en 1153, lorsqu’il est envoyé comme ambassadeur plénipotentiaire en Égypte, auprès du calife fatimide al-Zāfir Bi’Amri’Allāh, avec des lettres de l’archevêque Villano et des consuls de Pise63. L’objectif de cette mission est de rétablir de bonnes relations avec les Fatimides, détériorées à cause d’un acte de piraterie commis par des Pisans à l’encontre de marchands musulmans au large des côtes égyptiennes64. Elle a été couronnée de succès, puisque Ranieri Bottacci a réussi à renouveler les accords de paix, à obtenir des privilèges pour les marchands pisans résidant en Égypte et à apaiser les tensions entre ses compatriotes et les Égyptiens. En conclusion de sa mission en Orient, Bottacci fait un détour par la Terre sainte, afin d’accomplir le pèlerinage aux lieux saints. À Jérusalem, il rencontre son compatriote Ranieri Scaccieri, déjà réputé pour sa piété, futur saint et patron de la commune, avec qui il fait le voyage retour. Mais avant d’embarquer, il se rend à Antioche, négocie avec les autorités locales et aurait réussi à y obtenir de nouveaux privilèges aux marchands pisans65.

  • 66 Heyd W., Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, op. cit., t. I, p. 2012.
  • 67 Müller G., Documenti sulle relazione delle città toscane con l’Oriente cristiano e con i Turchi fin (...)
  • 68 Sa famille est impliquée aussi dans les activités commerciales ; Cristiani E., Nobilità e popolo ne (...)
  • 69 Mas Latrie L. de, Traités de paix et de commerce, op. cit., p. 22 : il est qualifié dans la chroniq (...)
  • 70 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., nos 5 et 7/2, p. 252-254 et p. 257-261.
  • 71 Ibid., no 27/1, p. 82 et no 23/2, p. 284.

29Ces succès diplomatiques en appellent d’autres, car Bottacci est désormais considéré comme l’homme des missions diplomatiques les plus difficiles. En octobre 1161, il est envoyé à Constantinople en qualité d’ambassadeur plénipotentiaire auprès de Manuel Ier Comnène, avec le consul Cocco Griffi, à bord de deux galées66. Sa mission, très délicate, consistait à défendre les intérêts commerciaux de Pise dans l’Empire byzantin, sérieusement menacés par la concurrence génoise. L’empereur byzantin voulait à tout prix contraindre les Pisans, en revenant sur un certain nombre de privilèges accordés, à renoncer à leur alliance avec Frédéric Ier Barberousse. Ne pouvant pas prendre cette décision seul, c’est-à-dire rompre l’alliance de Pise avec les Hohenstaufen, Bottacci préfère interrompre les négociations. Il rentre à Pise en laissant son collègue Cocco Griffi à Constantinople, dans l’espoir de pouvoir reprendre les pourparlers postérieurement67. Ce dernier fait partie de ce groupe de diplomates ayant exercé des fonctions importantes au sein du gouvernement de la ville68. Après avoir été consul à Pise et ambassadeur à Constantinople, il fut encore chargé de diverses négociations et fut notamment envoyé auprès du calife almohade en 1166, afin de négocier un traité de paix et de commerce69. D’autres consuls ont également été choisis en qualité d’ambassadeur au Maghreb ou en Égypte. Ildebrando, qualifié de miles, missaticus magnus, consul pisanensis, s’y est rendu à deux reprises, en 1156 et 1173, muni des pleins pouvoirs, pour négocier la paix avec les Ayyoubides70. De même, en 1215, Ranuccino di Benedetto del Vernaccio est nommé à la tête d’une ambassade arrivée au Caire pour conclure des accords de paix et de commerce avec l’Ayyoubide al-Malik al-Kāmil ; il porte le titre de consul71.

  • 72 Ibid., no 34/2, p. 317-318.
  • 73 Ibid., no 37/1, p. 166 et no 38, p. 336.

30On peut ajouter à ce groupe quelques figures intellectuelles sur lesquelles s’appuie le pouvoir pour effectuer des missions diplomatiques ponctuelles. En 1393, Niccolò Lanfreducci, doctor di legge, est nommé à la tête d’une ambassade chargée de rétablir les relations avec les Hafsides et de négocier un traité de paix et de commerce72. Florence, qui prend la relève de Pise, envoie également des intellectuels tel Carlo Federighi, qualifié par le document arabe de philosophe et par la version italienne de doctore, rendu en Égypte auprès du sultan Barsbay73.

31Le deuxième groupe d’ambassadeurs pisans est, quant à lui, constitué de familles du popolo et surtout de familles marchandes qui ont fait fortune dans le commerce maritime. Les membres de ces familles ont des intérêts avec les pays du Maghreb et l’Égypte. Cette tendance se dégage nettement à partir du XIVe siècle : les ambassadeurs élus et envoyés dans le monde musulman, plus particulièrement au Maghreb, sont majoritairement issus de grandes familles marchandes.

  • 74 La famille des Alliata ou Aglata contrôle une partie du commerce avec le Maghreb et la Sardaigne, e (...)
  • 75 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 32/1, p. 116.
  • 76 Ouerfelli M., « Personnels diplomatique et modalités des négociations », art. cité, p. 129-131.
  • 77 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 30/2, p. 303.

32Les Agliata et les Campo sont deux grandes familles qui ont fait fortune dans le commerce international74. Filippo Agliata et Andrea del Campo ont servi la commune en qualité d’ambassadeurs en 1366 et 1397 auprès du souverain hafside75. Leur familiarité avec le Maghreb, les affaires qu’ils mènent et les réseaux dont ils disposent leur donnent les moyens nécessaires pour peser sur les orientations politiques et commerciales de Pise et sur ses rapports avec le Maghreb76. De nombreux ambassadeurs sont expressément qualifiés dans les traités et des lettres de marchands. C’est le cas de Ranieri Porcellino, civis et mercator pisanus, fils de feu Francesco Porcellino, ambaxiator, sindicus et procurator pisani comunis77.

  • 78 Ibid., no 21/1, p. 65-68.

33Le dernier groupe d’ambassadeurs est en revanche disparate ; il se compose d’un petit nombre d’individus envoyés de manière ponctuelle dans le monde musulman pour négocier la paix ou simplement pour transmettre un message de la commune. C’est le cas d’Abū al-Tayyib chargé en 1202 de transmettre une lettre pisane au gouverneur almohade de Tunis ‘Abd al-Rahmān Ibn’Abī Hafs78. L’exemple d’Abū Tamīm Maymūn Ibn Guglielmo est particulièrement intéressant. Il ressort de la lettre de 1157 envoyée par le sultan de Tunis ‘ Abd’Allāh Ibn Ḵhurāsān aux autorités pisanes que ce singulier ambassadeur était chargé de négocier et de ratifier un traité de paix et de commerce avec le sultan, manifestement plein de respect pour le personnage. Il le qualifie de šaykh illustre et de ra’īs :

  • 79 Ibid., no 1/1, p. 1-6 et no 6/2, p. 255-256 ; Mas Latrie L. de, Traités de paix, op. cit., no 2, p. (...)

« Nous avons reçu les gracieuses lettres que vous nous avez envoyées par le šeykh illustre, le ra’īs Abū Tamīm Ibn Guglielmo, votre ambassadeur, homme d’une grande prudence et habileté […]. Nous louons votre sagesse de nous avoir envoyé un tel homme, qui s’est occupé avec une intelligence et un dévouement infatigables de ce qui était contenu dans votre lettre, et de tout ce qui concerne l’honneur et les intérêts de votre commune79. »

  • 80 Idris H. R., La Berbérie orientale sous les Zirides, Xe-XIIe siècle, op. cit., t. II, p. 681.
  • 81 Ouerfelli M., « Personnels diplomatique et modalités des négociations », art. cité, p. 128.

34Si des doutes subsistent sur l’identité de ce personnage –nous ne savons pas exactement s’il est maghrébin vivant à Pise, juif, chrétien ou converti– ses talents de négociateur montrent néanmoins qu’il s’agit d’un notable issu de l’entourage du prince80. Le qualificatif ra’īs, terme précis, indique que cet homme est probablement un amiral ou un armateur rompu aux coutumes des milieux marchands81.

  • 82 Timim, fils de Tamim, roi d’Afrique, porte-parole de la cité de Pise.
  • 83 Idris H. R., La Berbérie orientale sous les Zirides, Xe-XIIe siècle, op. cit., t. I, p. 289-290.

35Il ne s’agit pas du seul exemple d’un personnage vraisemblablement d’origine maghrébine travaillant au service de Pise ; il en existe d’autres, notamment un certain « Timinum Timini regis Africae filium, publicum preconem pisanae civitatis82 », qui prête serment au nom de Pise lors du traité conclu en 1126 avec Amalfi83. Il s’agit peut-être d’un fils de Tamim, prince ziride qui gouvernait l’Ifrīqiya, et qui aurait pu être capturé lors de la prise de Mahdia en 1087. Par ailleurs Tamim a eu de nombreuses concubines chrétiennes et il laissa une centaine d’enfants à sa mort. Il est toutefois difficile d’apporter des précisions sur la généalogie et le parcours de ces personnages, faute de documents.

36Dès le XIIe siècle, la commune de Pise a mobilisé ses élites politiques, qui participent au gouvernement consulaire et à l’administration de la cité, pour construire une diplomatie cohérente, en parallèle avec sa politique d’expansion dans la Méditerranée et sa volonté constante de conquérir de nouveaux marchés, indispensables à la prospérité de son commerce.

37Cette stratégie de domination a été concluante au départ, dans la mesure où Pise a été l’une des premières villes à avoir signé des traités de paix avec le Maghreb et l’Égypte et à avoir obtenu d’importants privilèges commerciaux. Le rôle du personnel diplomatique, notamment les ambassadeurs, a été décisif dans la réussite des négociations avec les pays du monde musulman. De nombreuses familles de la noblesse, ainsi que celles du popolo se sont illustrées en donnant de grandes figures d’ambassadeurs. Artisans des stratégies politiques et économiques de la cité toscane depuis le XIIe siècle, ils ont accompli des missions diplomatiques difficiles, et ont négocié de nombreux traités avec l’Égypte, le Maghreb, mais aussi avec d’autres États en Méditerranée. Mais à partir du XIVe siècle, cette stratégie dynamique se relâche progressivement ; la rivalité génoise et la bataille de la Meloria ont raison de cette puissance pisane, rétrogradée au second plan. Elle laisse finalement la place à Florence, qui envoie ses ambassadeurs négocier des accords de paix aussi bien avec l’Égypte qu’avec les Hafsides et les Mérinides.

Notes

1 Amari M., I diplomi arabi del Regio archivio fiorentino, Florence, 1863-1867, 2 vol. 

2 Mas Latrie L. de, Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations des Chrétiens avec les Arabes de l’Afrique septentrionale au Moyen Âge, Paris, 1866.

3 Wansbrough J. E., « A Mamluk letter of 877/1473 », Bulletin of the School of Oriental and African Studies [ensuite BSOAS], no 24/2, 1961, p. 200-213; Id., « A Mamluk Ambassador to Venice in 913/1507 », BSOAS, 26/3, 1963, p. 503-530; Id., « A Mamluk Commercial Treaty concluded with the Republic of Florence », in Stern S. M. (dir.), Documents from Islamic Chanceries, Cambridge, Massachussets, 1965, p. 39-79; ID., « The Safe-Conduct in Muslim Chancery Practice », BSOAS, 34, 1971, p. 20-35; Id., Lingua Franca in the Mediterranean, Richmond, Curzon Press, 1996.

4 Bensaci M., Pise et le Maghrib au Moyen Âge, thèse de doctorat, université Paris X, 1979 ; Id., « Familles et individualités pisanes en relation avec le Maghrib », Les Cahiers de Tunisie, no 113-114, 1980, p. 57-75.

5 Valerian D., Bougie, port méditerranéen, 1067-1510, Rome, École française de Rome, 2006 ; Id., Les sources italiennes de l’histoire du Maghreb médiéval, Paris, Bouchène, 2006 ; Id., « Les agents de la diplomatie des souverains maghrébins avec le monde chrétien (XIIe-XVe siècle) », Anuario de Estudios Medievales, no 38/2, 2008, p. 885-900.

6 Bauden F., « Les relations diplomatiques entre les sultans mamelouks circassiens et les autres pouvoirs du dâr al-islâm : l’apport du ms. ar. 4440 (BnF, Paris) », Annales islamologiques, no 41, 2007, p. 1-29 ; Id., « Due trattati di pace conclusi nel dodicesimo secolo tra i Banū Ġāniya, signori delle isole Baleari, e il comune di Genova », in Martinez de Castilla N. (dir.), Documentos y manuscritos arabes del Occidente musulman medieval, Madrid, 2011, p. 33-86.

7 On peut citer d’autres travaux ponctuels sur cette question, notamment sur le Maghreb : Banti O., « I trattati tra Pisa e Tunisi dal XII al XIV secolo. Lineamenti di storia dei rapporti tra Pisa e il Maghreb », in L’Italia ed i paesi mediterranei. Vie di communicazione e scambi commerciali e culturali al tempo delle Reppubliche Marinare, Pise, 1988, p. 43-74 ; Buresi P., « Les plaintes de l’archevêque : chronique des premiers échanges épistolaires entre Pise et le gouverneur almohade de Tunis (1182) », in Documentos y manuscritos arabes, op. cit., p. 87-120.

8 Ferrer Mallol M. T., Moeglin J.-M., Péquignot S., Sánchez Martínez M. (dir.), Negociar en la Edad Media (Négocier au Moyen Âge), Barcelone, 2005 ; Aigle D., Buresi P. (dir.), Les relations diplomatiques entre le monde musulman et l’Occident latin (XIIe-XVIe siècle), Oriente Moderno, no 88/2, 2008 ; Péquignot S., Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), Madrid, 2009 ; Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux, XLIe Congrès de la SHMESP, Lyon, 3-6 juin 2010, Publications de la Sorbonne, 2011 ; Bresc H., Rāġib Y., Le sultan mérinide Abū l-Hasan ‘ Alī et Jacques III de Majorque. Du traité de paix au pacte secret, Le Caire, IFAO (Cahiers des Annales islamologiques 32), 2011 ; Malamut É., Ouerfelli M. (dir.), Les échanges en Méditerranée médiévale. Marqueurs, réseaux, circulations, contacts, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2012 ; Aigle D., Péquignot S. (dir.), La correspondance entre souverains, princes et cités-États. Approches croisées entre l’Orient musulman, l’Occident latin et Byzance (XIIIe -début XVIe siècle), Turnhout, Brepols, 2013.

9 Idris H. R., La Berbérie orientale sous les Zirides, Xe-XIIe siècle, Paris, 1959, t. I, p. 286-290 ; Jehel G., Les Génois en Méditerranée occidentale (fin XIe - début XIVe siècle). Ébauche d’une stratégie pour un empire, Amiens, université d’Amiens, 1993, p. 18 ; ID., L’Italie et le Maghreb au Moyen Âge. Conflits et échanges du VIIe au XVe siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 2001, p. 41-42 ; Picard Ch., La mer et les musulmans d’Occident au Moyen Âge, VIIIe-XIIIe siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 1997, p. 72-74.

10 Gentile M. L. (éd.), Gli annales pisani di Bernardo Marangone, Bologne, 1930 (Rerum Italicarum Scriptores, VI/2), p. 11-12 ; Salvatori E., « Il Mediterraneo di Ranieri : alcune considerazioni su una fonte agiografica pisana del XII secolo », in Rossetti G. (éd.), Profili istituzionali della santità medioevale : culti importati, culti esportati e culti autoctoni nella circolazione mediterranea ed europea, Pise, 2010, p. 327-328.

11 Salvatori E., « Il Mediterraneo di Ranieri… », art. cité, p. 329 ; Ouerfelli M., « Les enjeux commerciaux dans les traités de paix et de commerce entre Pise et les États du Maghreb au Moyen Âge (XIIe-XIVe siècle) », in Nef A. (dir.), Les territoires de la Méditerranée, XIe-XVIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, p. 205-206.

12 Bensaci M., Pise et le Maghrib au Moyen Âge, op. cit. ; Banti O., « I trattati tra Pisa e Tunisi dal XII al XIV secolo. Lineamenti di storia dei rapporti tra Pisa e il Maghreb », art. cité, p. 43-74. Sur l’Égypte, voir Otten-froux C., Les Pisans en Orient de la première croisade à 1406, thèse de doctorat inédite, université Paris 1, 1981 ; Jacoby D., « Les Italiens en Égypte aux XIIe et XIIIe siècles : du comptoir à la colonie ? », in Balard M., Ducellier A. (dir.), Coloniser au Moyen Âge, Paris, Armand Colin, 1995, p. 76-89 ; Ouerfelli M., « Les traités de paix et de commerce entre Pise et l’Égypte au Moyen Âge », L’autorité de l’écrit au Moyen Âge (Orient-Occident), XXXIXe Congrès de la SHMESP, Le Caire, 30 avril-5mai 2008, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, p. 45-57.

13 Doumerc B., Venise et l’émirat hafside de Tunis (1231-1535), Paris, L’Harmattan, 1999, p. 18-19.

14 Voir les travaux de Queller D. E., The Office of the Ambassador in the Middle Ages, Princeton-New Jersey, Princeton University Press, 1967 ; Drocourt N., « Ambassadeurs étrangers à Constantinople : moyens de contacts, d’échanges et de connaissances partielles du monde byzantin (VIIIe-XIIe siècle) », in Clément F., Tolan J., Wilgaux J. (dir.), Espaces d’échanges en Méditerranée. Antiquité et Moyen Âge, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 107-134 ; ID., « L’ambassadeur maltraité : autour de quelques cas de non-respect de l’immunité diplomatique entre Byzance et ses voisins (VIIe-XIe siècle) », in Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux, op. cit., p. 87-98 ; Valerian D., « Les agents de la diplomatie des souverains maghrébins avec le monde chrétien », art. cité ; Ouerfelli M., « Personnel diplomatique et modalités de négociations entre la commune de Pise et les États du Maghreb (1133-1397) », in Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux, op. cit., p. 119-132 ; Coulon D., « Lluis Sirvent (vers 1387-1444), homme d’affaires, ambassadeur et promoteur de lignes de grand commerce barcelonais », in Les échanges en Méditerranée médiévale, op. cit., p. 215-239.

15 Amari M., I diplomi arabi del Regio archivio fiorentino, op. cit., no 1/2, p. 239-240 (ensuite, les documents seront cités par leur numéro suivi de celui de leur série : 1 pour les documents arabes, 2 pour les documents latins ou italiens) ; une source hagiographique de la même époque qualifie Ranieri Bottacci de nostra legationem ; Salvatori E., « Il Mediterraneo di Ranieri », art. cité, p. 331, note 45.

16 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 2/2, p. 241 et no 6/2, p. 255.

17 Bonaini F., Statuti inediti della città di Pisa dal XII al XIV secolo, Florence, 1854, t. I, p. 75; Ghignoli A. (éd.), I brevi del Comune e del popolo di Pisa dell’anno 1287, Rome, Istituto Storico Italiano per il Medioevo, 1998, p. 54. Sur ce terme, voir les développements de Queller D. E., The Office of the Ambassador, op. cit., p. 3-25.

18 Amari M., I diplomi arabi, no 28/2, p. 292 ; Mas Latrie L. de, Traités, op. cit., no 6, p. 31.

19 Bonaini F., Statuti inediti della città di Pisa, op. cit., t. I, p. 7 ; Banti O. (éd.), I brevi dei consoli del Comune di Pisa degli anni 1162 e 1164, Rome, Istituto Storico Italiano per il Medioevo, 1997, p. 54.

20 Amari M., I diploma arabi, no 7/2, p. 257.

21 Ibid., no 5/1, p. 19; no 30/1, p. 100; no 46/1, p. 230.

22 Ibid., no 21/1, p. 66.

23 Queller D. E., The Office of the Ambassador, op. cit., p. 60-84.

24 Amari M., I diploma arabi, no 11/2, p. 265.

25 Ibid., no 34/1, p. 125 et no 35/2, p. 319.

26 Gentile M. L. (éd.), Gli annales pisani di Bernardo Marangone, op. cit., p. 9 ; Ouerfelli M., « Personnel diplomatique et modalités des négociations », art. cité, p. 122.

27 Ouerfelli M., « Personnel diplomatique et modalités de négociations », art. cité, p. 122.

28 Achagius Optimen ou Acacius nomine Optimen ; Amari M., I diplomi arabi, op. cit., nos 8 et 9/2, p. 262 et 263 ; Ouerfelli M., « Les traités de paix et de commerce entre Pise et l’Égypte au Moyen Âge », art. cité, p. 52.

29 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., nos 8 et 9/2, p. 262 et 263.

30 Ibid., no 8/2, p. 262.

31 Ibid., no 8/2, p. 262.

32 Valérian D., « Les agents de la diplomatie des souverains maghrébins », art. cité, p. 894-896.

33 Les premiers textes ou règlements sur les ambassadeurs à Venise datent de la seconde moitié du XIIIe siècle ; Queller D. E., Early Venetian Legislation on Ambassadors, Genève, 1966.

34 Bonaini F., Statuti inediti della città di Pisa, op. cit., t. I, p. 7 ; I brevi dei consoli del Comune di Pisa degli anni 1162 e 1164, op. cit., p. 54.

35 Volpe G., « Studi sulle istituzioni comunali a Pisa (città e contado, consoli e podestà), sec. XII-XIII », Annali della R. Scuola Normale di Pisa, 1902, p. 188-193.

36 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 2/2, p. 241 et no 6/p. 255.

37 Ibid., no 3/2, p. 248: Et iterum vobis notum facimus, de otimo balsamo quod requisistis, ampullam unam nuntio vestro tradidimus; no 5/2, p. 253: Et de balsamo quod questi fuistis pro vestra eclesia, pro vestro amore una ampulla bona et munda.

38 Ouerfelli M., « Les traités de paix et de commerce entre Pise et l’Égypte au Moyen Âge », art. cité, p. 54.

39 La commune peut aussi dédommager les ambassadeurs et les notaires qui les accompagnent en cas de perte de leurs montures ; Bonaini F., Statuti inediti della città di Pisa, op. cit., t. I, p. 84 ; I brevi del Comune e del popolo di Pisa dell’anno 1287, op. cit., p. 63-64.

40 Bonaini F., Statuti inediti della città di Pisa, op. cit., t. I, p. 75-76 ; I brevi del Comune e del popolo di Pisa dell’anno 1287, op. cit., p. 54-55.

41 Archivio di Stato di Pisa, Atti Publici, Cartaceo, 11 septembre 1378.

42 Amari M., I diplomi, op. cit., no 32/2, p. 313.

43 Bonaini F., Statuti inediti della città di Pisa, op. cit., t. I, p. 76; I brevi del Comune e del popolo di Pisa dell’anno 1287, op. cit., p. 55-56.

44 Bonaini F., Statuti inediti della città di Pisa dal XII al XIV secolo, Florence, 1857, t. III, p. 36 (Brevi consulum curiae mercatorum pisanae civitatis, année 1305).

45 Ibid., t. I, p. 77; I brevi del Comune e del popolo di Pisa dell’anno 1287, op. cit., p. 56-57.

46 Ibid., t. I, p. 75; I brevi del Comune e del popolo di Pisa dell’anno 1287, op. cit., p. 56.

47 Queller D. E., Early Venetian Legislation on Ambassadors, op. cit., p. 13.

48 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 30/1, p. 100-101 ; Mas Latrie L. de, Traités de paix et de commerce, op. cit., no 15, p. 56.

49 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 34/1, p. 125 ; Mas Latrie L. de, Traités de paix et de commerce, op. cit., no 17, p. 72 : on trouve exactement la même procédure pour identifier les documents apportés par l’ambassadeur avant chaque négociation de paix.

50 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 27/1, p. 81 et no 23/2, p. 284.

51 Gentile M. L. (éd.), Gli annales pisani di Bernardo Marangone, op. cit., p. 38-39 ; Mas Latrie L. de, Traités de paix, op. cit., p. 22.

52 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 4/1, p. 14 et no 16/2, p. 273.

53 Ibid., no 2/2, p. 241-245.

54 Ibid., no 20/2, p. 280.

55 Ibid., no 2/2, p. 280-281.

56 Ibid., no 21/2, p. 282 ; Otten-Froux C., Les Pisans en Orient de la première croisade à 1406, op. cit., p. 161.

57 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 30/1, p. 109-110.

58 Ibid., no 30/2, p. 303.

59 Bensaci M., Pise et le Maghrib au Moyen Âge, op. cit., p. 290-291, a dressé une liste des ambassadeurs pisans présents au Maghreb entre le XIIe et le XIVe siècle ; Id., « Familles et individualités pisanes en relation avec le Maghrib », art. cité, p. 57-75.

60 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 1/2, p. 239-240.

61 Ouerfelli M., « Personnel diplomatique et modalités des négociations entre la commune de Pise et les États du Maghreb (1133-1397) », art. cité, p. 129.

62 Scalfati S., « Ranieri Bottacci », Dizionario biografico degli Italiani, Rome, 1983, t. 13, p. 387.

63 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 2/2, p. 241-245.

64 Otten-froux C., Les Pisans en Orient de la première croisade à 1406, op. cit., p. 57.

65 Heyd W., Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, éd. et trad. Raynaud F., Leipzig, 1885, t. I, p. 393 ; Salvatori E., « Il Mediterraneo di Ranieri », op. cit., p. 332, note 49.

66 Heyd W., Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, op. cit., t. I, p. 2012.

67 Müller G., Documenti sulle relazione delle città toscane con l’Oriente cristiano e con i Turchi fino all’anno MDXXXI, Florence, 1879, p. XXVIII-XXIX et doc. no 8, p. 10 ; Heyd W., Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, op. cit., t. I, p. 212-213.

68 Sa famille est impliquée aussi dans les activités commerciales ; Cristiani E., Nobilità e popolo nel comune di Pisa, dalle origini del podestariato alla signoria dei Donoratico, Naples, 1962, p. 461 ; Luzzatti G., « Famiglie nobili e famiglie mercantile a Pisa e in Toscana nell Basso Medioevo », Rivista storica italiana, no 86, fasc. III, 1974, p. 441-459.

69 Mas Latrie L. de, Traités de paix et de commerce, op. cit., p. 22 : il est qualifié dans la chronique de Bernardo Marangone de consul legatus ; Gentile M. L. (éd.), Gli annales pisani di Bernardo Marangone, op. cit., p. 40.

70 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., nos 5 et 7/2, p. 252-254 et p. 257-261.

71 Ibid., no 27/1, p. 82 et no 23/2, p. 284.

72 Ibid., no 34/2, p. 317-318.

73 Ibid., no 37/1, p. 166 et no 38, p. 336.

74 La famille des Alliata ou Aglata contrôle une partie du commerce avec le Maghreb et la Sardaigne, en particulier Betto, un des membres les plus importants ; Mas Latrie L. de, Traités de paix et de commerce, op. cit., no 13, p. 48-49 ; Cristiani E., Nobilità, op. cit., p. 443-444 ; ID., « Alliata Betto », Dizionario biografico degli Italiani, Rome, 1960, t. I, p. 496 ; Tangheroni M., Gli Alliata. Una famiglia pisana del Medioevo, Padoue, 1969 ; Poisson J.-M., « Élites urbaines coloniales et autochtones dans la Sardaigne pisane (XIIe-XIIIe siècles) », in Les élites urbaines au Moyen Âge, XVIIe Congrès de la SHMESP (Rome, mai 1996), Paris-Rome, 1997, p. 170-171. Les Campo sont également engagés dans le commerce avec les pays du Maghreb ; Cristiani E., Nobilità, op. cit., p. 450. Bundo de Campo, installé à Messine, fait des affaires avec Palerme et Bougie ; Vanno de Campo était impliqué dans le commerce du vin avec Tunis et la Sardaigne depuis Palerme ; Bensaci M., « Familles », op. cit., p. 65. Sur d’autres membres de cette famille installés en Sicile, voir Petralia G., Banchieri e famiglie mercantili nel Mediterraneo aragonese. L’emigrazione dei Pisani in Sicilia nel Quattrocento, Pise, 1989, p. 156-159.

75 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 32/1, p. 116.

76 Ouerfelli M., « Personnels diplomatique et modalités des négociations », art. cité, p. 129-131.

77 Amari M., I diplomi arabi, op. cit., no 30/2, p. 303.

78 Ibid., no 21/1, p. 65-68.

79 Ibid., no 1/1, p. 1-6 et no 6/2, p. 255-256 ; Mas Latrie L. de, Traités de paix, op. cit., no 2, p. 23-26.

80 Idris H. R., La Berbérie orientale sous les Zirides, Xe-XIIe siècle, op. cit., t. II, p. 681.

81 Ouerfelli M., « Personnels diplomatique et modalités des négociations », art. cité, p. 128.

82 Timim, fils de Tamim, roi d’Afrique, porte-parole de la cité de Pise.

83 Idris H. R., La Berbérie orientale sous les Zirides, Xe-XIIe siècle, op. cit., t. I, p. 289-290.

Auteur

Maître de conférences en histoire médiévale à l’université d’Aix-Marseille, il est spécialiste de l’histoire des relations diplomatiques et commerciales en Méditerranée au Moyen Âge. Il a notamment publié Le sucre : production, commercialisation et usages dans la Méditerranée médiévale, Leyde-Boston, Brill, coll. « The Medieval Mediterranean », 71, 2008. Il a coédité avec Élisabeth Malamut Les échanges en Méditerranée médiévale. Marqueurs, réseaux, circulations, contacts, Presses Universitaires de Provence, 2012 ainsi que Villes méditerranéennes au Moyen Âge, Presses Universitaires de Provence, 2014.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search