Version classiqueVersion mobile

La figure de l'ambassadeur entre mondes éloignés

 | 
Nicolas Drocourt

La figure de l’ambassadeur byzantin auprès des Ottomans dans la première moitié du XVe siècle

Élisabeth Malamut

Résumé

Le but de cet article est d’identifier ce personnage par sa naissance, sa formation, son environnement, ses capacités linguistiques et sa connaissance particulière des habitudes de cet étranger spécifique qu’est l’Ottoman et de s’interroger finalement sur les critères du choix de l’ambassadeur byzantin à la cour ottomane. Les principales personnalités étudiées dans cet article sont Dèmètrios Léontaris, ambassadeur auprès de Mehmed Ier, Théologos Khorax, natif de Philadelphie, qui devint un familier des sultans Mehmed Ier et Murad II et du grand vizir Bajezid, joua un rôle ambigu d’intermédiaire et fut suspecté par de nombreux Byzantins d’être un traître, Manuel Mélachrinos, Loukas Notaras et Sphrantzès, le fameux auteur des dernières heures de Constantinople, qui participèrent à l’ambassade de 1424, envoyée à Murad II dans la perspective d’un traité après une longue crise, et continuèrent de fréquenter la cour ottomane en différentes occasions pendant les dernières décennies, et d’autres personnalités moins connues, comme Manuel Stachitzès ou Paul Asanès qui représentait le parti proturc à la cour byzantine. Avec l’accession de Mehmed II en février 1451, les relations diplomatiques se tendirent et à l’aube de la Chute, les ambassadeurs n’étaient plus les bienvenus à la cour ottomane.

Texte intégral

1Dans le cadre des relations diplomatiques entre Byzance et les Ottomans dans la première moitié du XVe siècle ce sont davantage les règnes des sultans qu’il faut prendre en considération plutôt que ceux des empereurs byzantins, car les ambassades dépendaient le plus souvent des dispositions des sultans envers les Byzantins y compris pendant la crise de succession que connurent les Ottomans après leur défaite à Ankara face aux Mongols en 1402. Les sultans imposaient d’ailleurs souvent le choix de leurs interlocuteurs et c’est la raison pour laquelle l’étude de la figure de l’ambassadeur byzantin à la cour ottomane est digne d’intérêt. Elle permettra d’identifier ce personnage par sa naissance, sa formation, son environnement, ses capacités linguistiques et sa connaissance particulière des habitudes de cet étranger spécifique qu’est l’Ottoman. Parfois il y avait discordance entre l’ambassadeur attendu par le sultan et l’envoyé de l’empereur. Une telle situation tournait en général en défaveur des Byzantins comme nous le verrons. Quels furent alors les critères pour le choix de l’ambassadeur byzantin à la cour ottomane ? C’est la question à laquelle nous tenterons de répondre.

  • 1 Barker J. W., Manuel II Palaeologus (1391-1425). A Study in Late Byzantine Statesmanship, New Brun (...)

2Du règne de Suleyman nous ne connaissons aucune ambassade byzantine alors même que le traité de 1403 extrêmement favorable à Byzance a dû nécessiter plusieurs échanges diplomatiques. Dès le retour de Manuel II de son voyage en Occident, en juin 1403, son neveu Jean VII, auquel étaient revenues les négociations sur les clauses du traité, fut établi à Thessalonique recouvrée avec à ses côtés Dèmètrios Laskaris Léontaris, personnage sur lequel nous reviendrons1.

  • 2 Doukas XIX, 13, Grecu V. (éd.), Ducas, Istoria Turco-Bizantină (1341-1462), Bucarest, 1958, p. 131
  • 3 Doukas XX, 1, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 133.

3En 1413, lors de l’accession au trône ottoman du deuxième fils de Bayezid, Mehmed, Manuel envoya à Édirne (Andrinople) des ambassadeurs choisis parmi les plus nobles de ses archontes pour lui demander de tenir ses engagements en compensation de l’aide que lui avait fournie l’empereur contre Musa, aide qui lui avait finalement permis de le défaire à Djamurlu2. Ces ambassadeurs furent reçus honorablement par Mehmed Ier et il conclut avec eux des accords sous serment selon lesquels il leur cédait tous les forts du Pont-Euxin, les villages et les forts de Thessalie ainsi que ceux de Propontide3. Nous ne savons absolument pas quels étaient lesdits ambassadeurs haut placés et nobles.

  • 4 La version de Doukas (Doukas XXII, 4, Grecu V. [éd.], op. cit., p. 157) met en valeur le rôle de D (...)
  • 5 Panégyrique d’Isidore de Kiev, Lampros Sp. (éd.), Palaiologeia kai Peloponnèsiaka, t. III, Athènes (...)

4En octobre ( ?) 1416 se réfugièrent à Thessalonique le dernier prétendant et fils de Bayezid, Düzme Mustafa et son compagnon Djunayd, après avoir subi du sultan une défaite en Thrace. Mehmed entreprit le siège de Thessalonique et envoya l’un de ses émissaires demander aux autorités de la ville la livraison des deux fugitifs en vertu de l’alliance passée avec les Byzantins, faisant planer la menace d’une rupture des relations entre Constantinople et Édirne et plus encore celle de la conquête de Thessalonique et de la mise en esclavage de ses habitants. Dèmètrios Léontaris, selon Doukas, répondit en invoquant les liens de parenté unissant désormais l’empereur et « son fils », Mehmed, selon le serment juré de ce dernier. Il ne pouvait, selon la loi des Romains, livrer un fugitif (le frère de Mehmed qui plus est), qui avait trouvé refuge à la cour du souverain byzantin. Par ailleurs, Dèmètrios Léontaris se disait le serviteur de l’un et l’autre souverain et ne pouvait de ce fait prendre une décision de son chef. Il déclarait donc attendre les ordres de l’empereur à Constantinople4. C’est dans ces circonstances qu’arriva Jean VIII à Thessalonique (à la fin de l’automne) alors que Mehmed en faisait le siège5. Finalement les choses n’allèrent pas plus loin car Mehmed dut abandonner précipitamment le siège.

  • 6 Syméon de Thessalonique, Balfour D. (éd.), op. cit., p. 48, lignes 17-20.
  • 7 Doukas XVIII, 2, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 113 ; Barker J. W., Manuel II Palaeologus, op. cit.,(...)

5À ce point de notre propos, il convient d’examiner la personnalité de ce Dèmètrios Laskaris Léontaris qui eut un rôle important, puisqu’il gouvernait Thessalonique depuis 1408 au nom d’Andronic6, le fils de l’empereur Manuel II, après avoir secondé Jean VII, comme nous l’avons vu, dans les mêmes fonctions. Nous savons que ce fut successivement un familier de Jean VII, de Manuel II et de Jean VIII, donc un homme très proche du pouvoir. C’était également un conciliateur, comme en témoigne le rôle qu’il joua au moment de l’usurpation du trône en 1390 par Jean VII dont il faisait d’ailleurs partie de l’entourage à cette date. Enfin, il était réputé pour être « un homme sage et compétent dans les affaires militaires » et un administrateur7.

  • 8 Sphrantzès VII, 4, Maisano R. (éd.), p. 17 ; Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 25 : « Notre amb (...)
  • 9 Sphrantzès VII, 1-3, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 15-17 ; Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 2 (...)
  • 10 Octobre 1420 : Sphrantzès VII, 1-3, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 15-17. Comme il est d’usage, la (...)

6Malgré l’épisode de 1416, Dèmètrios Laskaris Léontaris a gardé de bonnes relations avec Mehmed et il fut reçu avec cordialité et honneur à Édirne au printemps 14218. Entre-temps, Mehmed avait dû faire une campagne en Orient et était passé par Constantinople pour que les Byzantins se chargent de son transport à travers les Détroits, comme c’était l’habitude. Or, la situation était en octobre 1420 encore assez tendue et certains du parti de la guerre dans la capitale voulaient profiter de son passage pour se saisir de Mehmed, ce que refusa absolument – » à cause des serments prêtés »– le vieil empereur Manuel II qui envoya pour accueillir le sultan ledit Dèmètrios Léontaris accompagné d’Isaakios Ange et du prôtostratôr Manuel Kantakouzènos, escortés d’une suite de nobles et de soldats9. À cette occasion Dèmètrios est qualifié de « très noble » et on rappellera que la dignité de premier écuyer (prôtostratôr) venait au troisième rang dans la hiérarchie aulique. Nous conclurons donc que l’ambassade envoyée au-devant de Mehmed Ier était la plus honorable qui fût et qu’en plus elle comptait un homme déjà bien éprouvé aux relations avec le sultan. Cette ambassade offrit des cadeaux à Mehmed et le conduisit au port d’embarquement, Diplokionion, où l’attendaient l’empereur Manuel et ses fils. Ils firent un bout de chemin ensemble devisant gaiement de bateau à bateau jusqu’à Skutari où leurs routes se séparèrent, l’un prenant la direction de Nicomédie, les autres retournant dans la Ville10. Il n’est donc pas étonnant de voir à nouveau notre Dèmètrios en ambassade, comme nous le disions, à Édirne en 1421 au retour de Mehmed de sa campagne anatolienne.

  • 11 Lequel ne tarda pas à être transféré à Mistra : Sphrantzès IV, 4, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 1 (...)
  • 12 Printemps 1421 : Sphrantzès VII, 4, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 16 ; Dölger F., Wirth P., Reges (...)
  • 13 Sphrantzès VII, 4, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 16.
  • 14 Sphrantzès VIII, 1-2, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 18.

7En 1416 Mehmed avait dû quitter précipitamment Thessalonique du fait du rebelle derviche Beddredin et s’était contenté des promesses des Byzantins de garder en otage Mustafa à Lemnos11 et Djunayd à Constantinople dans le monastère de la Pammakaristos. Les Byzantins savaient que Mehmed allait remettre ces affaires sur le tapis, même s’ils avaient donné leur promesse de les tenir prisonniers jusqu’à la mort du sultan. Ou même si Mehmed se contentait finalement de cet arrangement, il fallait en être sûr et le sonder12. Et qui d’autre réussirait mieux une telle mission que Dèmètrios Léontaris ? Les choses se déroulèrent autrement que prévu puisque Mehmed après avoir reçu l’ambassadeur lui dit qu’il allait se reposer quelque temps car il ne se sentait pas bien. Trois jours après, il mourait13. Cette mort néanmoins ne fut pas révélée immédiatement à Dèmètrios ni même aux courtisans, car il fallait faire venir d’Amasée son fils et successeur Murad en toute urgence et cacher le plus longtemps possible l’événement pour éviter toute usurpation. Donc, notre Dèmètrios Léontaris, logé dans les quartiers qui lui avaient été réservés, se demandait pourquoi il n’avait pas été gratifié d’une audience ; contrairement à l’habitude, il ne recevait par ailleurs aucun de ses messagers accoutumés de Constantinople, car les routes avaient été « secrètement » coupées. Finalement, il finit par regagner la capitale en passant par Messembria et annonça la mort de Mehmed14.

  • 15 Balivet M., Romanie byzantine et Pays de Rûm Turc. Histoire d’un espace d’imbrication gréco-turque (...)
  • 16 Doukas XXII, 7, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 161.
  • 17 Ibid.
  • 18 Doukas XXIII, 3, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 171.
  • 19 Sphrantzès VIII, 3, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 18 ; Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 26 : (...)
  • 20 Doukas XXIII, 4, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 173.

8Si Dèmètrios Léontaris joua le rôle d’ambassadeur attitré, un autre personnage s’introduisait dans le même temps au cœur de la cour ottomane, Théologos Korax. Ce dernier qui a déjà attiré l’attention des historiens mérite une mention particulière. On sait qu’il était issu de Philadelphie, la dernière ville d’Asie Mineure à être tombée entre les mains des Ottomans vers 1390 peut-être avec l’aide même de Manuel qui, à cette époque, servait dans l’armée de Bayezid et l’accompagnait dans ses interminables campagnes anatoliennes. En tout cas, Philadelphie s’était rendue volontairement, ce qui lui avait valu un sort particulièrement heureux, car –selon la loi de l’Islam– elle n’avait pas été détruite et son économie était prospère15. Sa population était depuis longtemps accoutumée à la présence des Turcs qui résidaient bien avant sa chute à l’intérieur de la ville. Aussi il n’est pas étonnant que ses habitants fussent entièrement bilingues à l’image de Théologos Korax de foi chrétienne. Cet archôn de Philadelphie avait déjà fait parler de lui lors de l’invasion des Mongols car il aurait eu un rôle peu honorable à cette époque en pactisant avec l’ennemi aux dépens de nombreux riches chrétiens qu’il aurait dénoncés aux Mongols pour payer le tribut en échange de la sauvegarde de la ville. Devant leur refus ou leur manque de moyens, Timur les aurait livrés aux flammes. De même, il aurait dénoncé l’évêque qui fut torturé et dut abjurer la foi chrétienne16. Cette réputation qui entachait l’honneur de Théologos Korax ne fut pas un obstacle à son avancement. En effet, parce qu’il connaissait le turc mieux que personne, l’empereur Manuel prit l’habitude de le joindre systématiquement aux ambassades auprès du sultan. Elles furent plus nombreuses que celles dont a gardé la mention, si l’on en croit Doukas : « Les ambassades étaient fréquentes et envoyées pour une raison ou pour une autre17. » Théologos Korax, l’interprète obligé, devint un familier de Mehmed Ier et de son grand vizir Bayezid, d’origine albanaise et ancien chrétien lui-même. C’est justement dans ce statut de « familier » des deux cours que son rôle devint ambigu. Il écoutait les Turcs et informait les Byzantins et, en retour, il livrait aux Turcs les informations sensibles concernant les Byzantins. En tout cas c’est ce qui se disait à la cour impériale où bien entendu il faisait des jaloux. En vérité son rôle était tellement important dans les relations avec les Ottomans que sa promotion avait été fulgurante et qu’il était devenu katholikos apokrisiarios soit ambassadeur général. C’est donc tout naturellement que Théologos Korax fut envoyé par Manuel II avec Lachanas Palaiologos à Bursa où résidait le nouveau sultan Murad II en réponse à l’ambassade venue à Constantinople annoncer officiellement la mort de Mehmed et son propre avènement18. Les ambassadeurs commencèrent par consoler le nouveau sultan de ce douloureux événement qu’était la mort de son père et à le congratuler en même temps de son avènement, comme c’était l’usage. Mais, à Constantinople, contre son for intérieur l’empereur Manuel II avait dû composer avec le parti de Jean VIII, qui jouait la carte de Düzme Mustafa, le frère de Mehmed, pour l’établir comme souverain de la partie européenne de l’Empire ottoman. Ceux-là voulaient le sortir de son exil et l’établir à la tête de la Thrace19. Aussi des conditions furent posées au sultan dès cette première ambassade de juin 1421 à Prusa : il fallait que Murad consente à livrer ses frères en otage à Byzance selon les dernières volontés du défunt sultan Mehmed20.

  • 21 Doukas XXIII, 7, 11-12, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 175.
  • 22 Doukas XXIV, 3-4, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 185, 186.
  • 23 Doukas XXIV, 10, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 195.

9La réponse négative de Murad transmise par le vizir Bayezid prétextait que des enfants musulmans ne devaient pas être élevés par des gavurs –de fait le sultan non seulement ne voulait pas donner ses frères en otage aux Byzantins, mais il voulait les éliminer– et la tension qui suivit cette première relation avec le nouveau souverain ottoman explique certainement l’effacement temporaire de Théologos de la scène diplomatique. La nouvelle politique de Constantinople, celle de la fermeté envers le sultan jusqu’à la guerre, n’était pas celle de Théologos Korax ni celle de Bayezid, l’ancien vizir de Mehmed reconduit dans ses fonctions par Murad. Par ailleurs, la confiance accordée par les Byzantins aux promesses de Düzme Mustafa et à son acolyte Djunayd, notamment pour la reddition de Gallipoli, entraînait nécessairement le changement de personnel diplomatique. Et c’est ainsi que Dèmètrios Léontaris revint sur la scène politique : il fut en charge des tractations avec Mustafa et lui fournit même l’apport de soldats byzantins pour la reprise de Gallipoli21. Qui donc mieux que Dèmètrios pouvait être l’intermédiaire obligé de Mustafa ? Du côté ottoman également il y eut un bouleversement dans la hiérarchie : Murad sur les conseils de ses chefs militaires envieux expédiait Bayezid en Thrace combattre Mustafa, l’envoyant sûrement à la mort22. Finalement les relations se gâtèrent entre Constantinople et Mustafa qui refusa de rendre aux Byzantins Gallipoli malgré sa promesse. En même temps, il s’établissait à Édirne et pouvait paraître comme le sultan légitime aux yeux de tous23.

  • 24 Doukas XXV, 1, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 201.
  • 25 Doukas XXV, 3, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 203.

10L’échec de la diplomatie de Jean VIII était probant et en même temps celui du personnel lié aux intérêts de Düzme Mustafa et après ces événements l’on n’entendit plus parler de Dèmètrios Léontaris sur la scène politique : il fut définitivement écarté. Manuel II devant cette catastrophe tentait de renouer les fils avec Murad et lui envoyait à Bursa « ses ambassadeurs » dont aucune source ne nous livre le nom24. Pourtant les revendications restaient identiques : la livraison des frères de Murad comme otages. À ce point de notre propos, il faut se demander quelle était la raison de cette persévérante requête et la réponse semble bien simple : Byzance voulait toujours, quoiqu’il arrive, avoir des cartes à jouer au cas où… Murad II confiait alors le poste d’ambassadeur auprès des Romains au vizir Ibrahim Djandarli, celui qui précisément était avec Bayezid au chevet de Mehmed et qui donc détenait depuis le règne précédent une haute position. Qualifié de « sage et droit », mais aussi de très perfide et « se faisant passer pour une brebis, alors qu’il n’était en réalité qu’un loup », il se détachait officiellement de la politique de son prédécesseur Bayezid, mais demandait l’aide des Byzantins contre Mustafa en faveur de Murad, refusait obstinément de livrer les frères de ce dernier aux Byzantins et ne pensait pas davantage livrer Gallipoli25. Manuel II resta sur ses positions et ne consentit pas à faire passer Murad de l’autre côté du Bosphore.

  • 26 Doukas XXVII, 6, 7, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 227, 229, voir Ganchou T., « Zampia Palaiologina  (...)
  • 27 Doukas XXVIII, 1, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 229.

11Finalement, les Byzantins furent pris à leur propre jeu, car Murad parvint à traverser le Bosphore grâce au Génois Giovanni Adorno, gouverneur de Nouvelle Phocée. Il reprit Gallipoli et s’établit à Édirne l’hiver 1421-1422, tandis que Mustafa était exécuté publiquement26. La politique ambiguë de Byzance avait abouti au contraire du but recherché : il y avait désormais un souverain ottoman fort dont le but était de conquérir ce qui restait de l’empire, en premier lieu la capitale, et qui non seulement n’avait aucune dette envers les empereurs byzantins, mais était furieux de leur appui à Düzme Mustafa. C’est en apprenant cette attaque imminente que Manuel II tenta une nouvelle fois la conciliation et envoya par conséquent Théologos Korax27.

  • 28 Doukas XXVIII, 2, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 231; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 33 (...)
  • 29 Sphrantzès X, 1, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 22 ; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 3 (...)
  • 30 Pour Dèmètrios Kantakouzènos Palaiologos, voir PLP, no 10962 et voir aussi Ganchou T., « Le mesazô (...)
  • 31 Doukas XXVIII, 3, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 231 ; Korax aurait prévenu les habitants autour de (...)
  • 32 Doukas XXII, 8, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 163.
  • 33 Doukas XXVIII, 4, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 233-235.

12Revenons sur ce personnage que l’on a vu en filigrane depuis l’avènement de Murad même si la politique de Jean VIII ne concordait pas du tout à son profil d’entregent avec la cour ottomane. Et pourtant, si l’on en croit Doukas, il était très cher à Murad II qui devait le connaître depuis longtemps –depuis le règne de son père Mehmed– et lui accordait une grande confiance : il fut pour cette raison l’envoyé officiel de Manuel comme on l’a vu lors de l’avènement de Murad en juin 1421. Devant la rumeur qui se précisait d’un siège de Constantinople, il fut à nouveau envoyé par Manuel en avril 1422 à Édirne. Rappelons que Manuel avait une vision des événements très différente de celle de son fils et qu’il n’avait pas été le supporter de Mustafa, loin de là. La ligne de partage entre le père et le fils n’était néanmoins pas toujours nette d’autant que Manuel était malade à cette époque. Cette ambassade de Théologos Korax auprès de Murad était-elle plus officieuse qu’officielle ? Est-ce que Jean VIII en avait été averti ? Toutes ces questions restent en suspens. D’autant que l’on apprend que Théologos Korax commençait à être fort décrié à cette époque et qu’il suscitait de par sa haute fonction beaucoup de jalousies. Quelque temps plus tard, peu avant le siège de Constantinople, c’est-à-dire avant le 10 juin 1422, une autre ambassade fut envoyée à Murad, conduite par Marc Iagaris et Lachanas Palaiologos : fut-elle envoyée par le vieil empereur ? Il est, en effet, bizarre que Théologos Korax n’y figure pas. Qui d’autre pouvait mieux amadouer et circonvenir Murad II ? On peut d’autant plus se le demander que Marc Iagaris était l’ambassadeur attitré et le familier de l’empereur Jean VIII comme nous le verrons. D’ailleurs cette ambassade se déroula très mal : les requêtes des Byzantins étaient toujours identiques concernant les frères de Murad et le résultat fut leur fin de non-recevoir : Murad ne voulut ni voir ni entendre les ambassadeurs byzantins. Mieux encore, il les garda prisonniers et ne les délivra que le 15 juin, à la veille des opérations, pour aller répandre la nouvelle : « Allez dire à l’empereur que j’arrive bientôt28. » Une autre ambassade arriva auprès de Murad juste après leur libération sans doute pour s’enquérir de leur absence prolongée, conduite par Dèmètrios Kantakouzènos, Matthaios Laskaris et Angélos Philomatès. Le choix de ces envoyés à ce moment critique n’était pas très judicieux puisque Dèmètrios Katantakouzènos était de ceux qui avaient embrassé le parti de Jean VIII dont il est dit l’exadelphos pour soutenir Mustafa contre Murad. Quant aux autres, ils ne sont guère connus, même si Matthaios Laskaris est dit avoir été un familier de Manuel II et Angélos Philomatès un érudit qui aurait déjà accompli une mission un peu auparavant pour conclure un traité d’amitié. En tout cas leur présence ne suffit pas à apaiser la colère de Murad qui les retint prisonniers jusqu’au bout en les amenant avec lui enchaînés sous les murs de Constantinople où il arriva le 20 juin29. On sait que Dèmètrios Kantakouzènos ne fut libéré qu’en 142430. Devant ces échecs répétés, Jean VIII dut consentir une fois de plus à laisser son père Manuel envoyer une ultime ambassade à Murad, un personnage que la cour ottomane connaissait si bien et appréciait tant : Théologos Korax. Il sortit de Constantinople et alla retrouver Murad dans sa tente au lieu-dit la Source, là où se trouvait la célèbre église de la Théotokos auprès de laquelle Murad avait planté sa tente. Et là que s’est-il dit ? Nous ne le savons pas exactement, mais il semble bien que Théologos ait conclu un pacte avec Murad : la ville sauve contre le poste de gouverneur. N’était-ce pas ainsi que s’était scellé quelque trente ans plus tôt le sort de Philadelphie et personne n’avait rien trouvé à y redire ? Au contraire les Grecs étaient heureux d’avoir gardé l’administration de leur ville. C’est ainsi qu’il faut considérer, me semble-t-il, Théologos Korax, un de ces Grecs chrétiens qui ne voyaient aucun inconvénient à se soumettre aux Turcs à partir du moment où la ville était sauvegardée et où eux-mêmes y voyaient un avantage certain. C’était évidemment oublier que Constantinople n’était pas Philadelphie, d’une part, et qu’il trahissait la confiance de ses souverains, d’autre part, car ce n’est pas en leur nom qu’il négociait, mais pour son propre intérêt. Les Constantinopolitains depuis longtemps envieux de son ascension se laissèrent donc vite convaincre par ce que leur rapporta « l’un de ses meilleurs amis », peut-être un membre de sa suite, en tout cas un Byzantin qui connaissait aussi la langue turque : « Si tu me garantis sous serment, aurait dit Korax à Murad, des accords selon lesquels je serai le souverain de la Ville, je te livre celle-ci31. » Ce devait être à peu de chose près l’accord passé entre Murad et Théologos Korax, que l’on prenait plaisir depuis longtemps à surnommer « thollogos32 » au lieu de Théologos : le bourbeux dans le discours plutôt que celui qui transmet la parole divine. Les événements alors se précipitèrent : après avoir rendu compte à Manuel II de l’échec de son ambassade et, alors qu’il sortait du monastère de la Péribleptos où le vieil empereur résidait, il commença par être pris à partie par certains nobles et les Gasmules. Puis intervint la garde crétoise qui l’arrêta et le jeta en prison. Il faut remarquer que l’empereur Manuel le défendit avec mollesse et ne s’opposa en aucune façon à ce qu’il fût soumis à la torture. Apparemment il livra ses secrets tandis que sa maison en livrait d’autres : on y trouva de la vaisselle d’or et d’argent et des habits brodés d’or qu’il aurait dérobés sur les cadeaux qu’il devait remettre au sultan comme ambassadeur. Il eut les yeux crevés et mourut au bout de trois jours33.

  • 34 Démètrius Cydonès, Correspondance, Loenertz R. J. (éd.), Cité du Vatican, Bibliothèque apostolique (...)
  • 35 Iorga N., Notes et extraits pour servir à l’histoire des Croisades au XVe siècle, I-IV, Paris, 189 (...)
  • 36 Doukas XXVIII, 5, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 235.

13Ce profil d’ambassadeur byzantin ne dénotait pas tellement au sein d’une ville dont beaucoup parmi la noblesse et le peuple étaient favorables aux Ottomans. Ceux-là avaient été épinglés autrefois par Dèmètrios Cydonès, plus récemment par Syméon de Thessalonique, qui dénonçaient ces Byzantins prompts à rejoindre l’ennemi, à partager avec eux maint banquet, à recevoir des cadeaux « comme salaire de leur trahison », à revenir dans la Ville en toute impunité et à « prêcher librement dans l’intérêt des Turcs34 ». Sans doute Théologos Korax suscitait-il trop de jalousies et puis le parti de la guerre mené par Jean VIII avait désormais plus d’influence. Par ailleurs, les Vénitiens également avaient eu à souffrir de Théologos Korax et de son fils, qui, selon eux, préféraient défendre leurs esclaves turcs au détriment des Vénitiens35. Toujours est-il que Murad fut extrêmement en colère et peiné quand il apprit la nouvelle de son horrible mort et à la cour ottomane on soupçonna immédiatement un certain Michel Pyllès, originaire d’Éphèse qui connaissait, dit-on, l’écriture grecque et arabe. Il aurait écrit à l’empereur pour accuser Théologos. On ne sait de quel empereur il s’agit, sans doute de Jean VIII. Quoi qu’il en soit, sa présence auprès de Murad témoigne là encore de ces Grecs chrétiens prompts à passer d’une cour à l’autre. Il fut torturé et contraint de se faire musulman36.

  • 37 Sur ce personnage et son mariage avec une princesse byzantine, voir Ganchou T., « Zampia Palaiolog (...)
  • 38 Doukas XXIX, 4, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 247 ; Chalkokondylès mentionne seulement Andronic com (...)
  • 39 Le 1er octobre 1422, le jour même de l’entrée officielle de Mustafa dans la capitale, voir Sphrant (...)

14Peu de temps après la mort de Théologos Korax et l’assaut général des Ottomans contre les murailles (22 août 1422), Murad II apprit que son jeune frère Mustafa prenait la tête de la révolte dans la région de Nicée et Nicomédie et s’avançait vers Bursa. Il leva donc le siège (6 septembre 1422). Les Byzantins, comme c’était leur habitude, prirent le parti de Mustafa contre Murad et le reçurent à Constantinople où il fit son entrée le 1er octobre 1422. Mais les choses n’allèrent pas selon la volonté des Byzantins et il finit par être fait prisonnier et exécuté par Murad après une courte campagne37. Ce soutien pour le concurrent de Murad coûta cher aux Byzantins qui, au printemps 1423, étaient menacés de perdre Thessalonique, la Morée et même Constantinople. Les Thessaloniciens, sans doute en accord avec le despote Andronic que sa maladie rendait incapable de gouverner désormais, envoyèrent une ambassade à Venise pour offrir leur ville à la Commune38 tandis que Jean VIII se rendait auprès du souverain hongrois. Le voyage du souverain devait durer quelques mois, aussi le despote Constantin avait-il été choisi comme régent à Constantinople, et nous savons quel rôle important jouait la reine-mère Hélène comme conseillère de ses fils depuis le retrait de Manuel II atteint d’hémiplégie39. Dans ce contexte, on comprend la composition de l’ambassade de février 1424 chargée de traiter à nouveau avec Murad.

  • 40 Sphrantzès XII, 4, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 26 ; Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 28 ; D (...)
  • 41 Necipoğlu N., Byzantium between the Ottomans and the Latins. Politics and Society in the Late Empi (...)
  • 42 Sphrantzès XII, 4, Maisano R. (éd.), p. 26; Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 28; Dölger F., Wi (...)

15Manuel Mélachrinos avait déjà été dépêché un peu auparavant auprès du sultan, peut-être même dès l’été 142340. Quel était donc le profil de cet homme spécialisé dans les affaires ottomanes qui était parvenu à convaincre le sultan de prêter oreille à des pourparlers de paix ? Les Mélachrinoi étaient une famille aristocratique de Thessalonique dont les membres sont bien représentés dans le document vénitien de 1425 qui énumère les cinquante-neuf archontes auxquels devait être attribué un salaire pour la défense de la ville contre les Ottomans41. Cette même année, un certain Jean Doukas Mélachrinos, déjà connu en 1415, est dit faire partie d’une ambassade à Venise pour obtenir des fonds. On peut supposer que Manuel Mélachrinos ait été remarqué par l’empereur Manuel II lors de ses voyages à Thessalonique et qu’il ait été l’un des archontes de la ville, pendant les années d’occupation ottomane (1387-1403), chargé des relations avec le sultan Bayezid. Les années suivantes, il aurait fait partie de l’entourage de Dèmètrios Laskaris Léontaris avant d’être au service de Manuel II à Constantinople. Ce n’est bien évidemment qu’une hypothèse plausible pour celui qui, selon Sphrantzès, avait été choisi parce qu’il avait auparavant rendu visite au sultan et lui avait communiqué le désir de conclure ce traité42.

  • 43 Ibid.
  • 44 Matschke K. P., « The Notaras Family and its Italian Connections », Dumbarton Oaks Papers, no 49, (...)

16À ses côtés, en février 1424, Loukas Notaras, selon Sphrantzès, avait été choisi « parce qu’il voulait en négocier les termes comme il fallait en raison de ses capacités en tant que négociateur de qualité43 ». Loukas Notaras qui devait son ascension à la réussite économique de son grand-père et plus encore par celle de son père, Nicolas Notaras, devait avoir une trentaine d’années et il avait hérité un an auparavant de toute la fortune de son père44. C’est juste le début de sa carrière politique qui allait durer trente ans.

  • 45 Sphrantzès XII, 4, Maisano R. (éd.), p. 26 ; Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 28 ; Dölger F., (...)
  • 46 Djuric I., Le crépuscule, op. cit., p. 236-237.
  • 47 Doukas XXVIII, 11, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 239.
  • 48 Doukas XXIX, 3, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 245-247.

17À côté de ces deux ambassadeurs figurait Sphrantzès, qui dit avoir été choisi à cause de « sa familiarité avec l’impératrice, une parente du sultan du côté de sa mère45 » et ensuite parce qu’il devait écrire des rapports officiels à l’empereur Jean VIII alors en visite à la cour de Sigismond. Sphrantzès était très proche du despote Constantin et de l’impératrice Hélène Dragas. De plus, il semble avoir eu une fonction de secrétaire de Manuel II et de Jean VIII. C’est très vraisemblablement à ce titre qu’il accompagna les deux personnages plus importants qu’étaient alors Mélachrinos et Loukas Notaras. Quant au traité lui-même qui suivit les négociations des ambassadeurs, il est possible qu’il ait été finalisé par Jean VIII à son retour. Difficile de savoir si les ambassadeurs ont marqué des points ou non. En effet, on considère ce traité généralement défavorable aux Byzantins46, mais il faut rappeler que Murad était en guerre contre Byzance, quand Jean VIII est parti en Hongrie le 15 novembre 1423 : Doukas dit qu’il n’était pas prêt à faire la paix car il nourrissait « une haine tenace » contre Jean VIII47. Les ambassadeurs sont parvenus à ce que Murad consente à sceller la paix, ce qui soulageait Constantinople d’un grand poids. Par ailleurs, il est certain que c’est Loukas Notaras qui apparaît comme le chef de l’ambassade quoiqu’en dise Sphrantzès. Son ascension est grande pendant ces années et être reconnu comme « négociateur de qualité », c’est lui donner le statut de plénipotentiaire alors que Sphrantzès apparaît plutôt comme le secrétaire de l’ambassadeur. D’ailleurs, quelque temps plus tard (hélas la date ne peut être précisée), Loukas Notaras est à nouveau envoyé à la cour de Murad, sans doute à Bursa, lors de la grande campagne du sultan en Asie Mineure et l’ambassadeur byzantin a alors le titre de mesazôn48.

  • 49 Sphrantzès XXI, 10, 13 ; XXV, 1, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 72, 90 ; Philippidès M. (trad.), o (...)
  • 50 Malamut É., « Ambassades byzantines en Occident (XIVe-XVe siècles) : nouvelles perspectives sur le (...)

18De son côté, Sphrantzès est désormais au service de Constantin et le suit en 1428 Morée où il mène pendant plusieurs années une carrière diplomatique. Il aura l’occasion en 1432 de servir d’ambassadeur du despote auprès de Jean VIII à Constantinople et du sultan à Édirne : quelques mois auparavant Turahan Bey avait détruit l’Hexamilion et investi la Morée. De même, en 1434, il se rend auprès de l’empereur, du sultan et du seigneur d’Athènes, Antonio Acciajuoli. En juin 1436, il est une nouvelle fois envoyé par Constantin auprès du sultan pour lui demander son soutien dans les luttes de pouvoir qui l’opposent à ses frères. Et c’est encore dans ce cadre de disputes internes que Sphrantzès est envoyé à la cour ottomane en octobre 144149. Il est donc complètement impliqué dans la politique des princes de Morée et la sauvegarde du Péloponnèse face aux Ottomans. À Constantinople, la politique de Jean VIII est désormais tournée vers l’Union et l’empereur déploie donc tous ses efforts en Occident auprès de la papauté et du concile de Bâle pour enfin se transférer avec une partie de sa cour et le patriarche à Ferrare, puis Florence. Cette diplomatie s’accompagne d’un staff d’ambassadeurs compétents, latinophones, souvent enclins au catholicisme50. Or, c’est un profil tout différent d’ambassadeur que l’on trouve pendant cette période à la cour ottomane.

  • 51 Cette lettre a été plusieurs fois éditée et commentée. D’abord datée de 1447, N. Oikonomidès a pro (...)
  • 52 Laurent V. (éd.), Les mémoires du grand ecclésiarque de l’Église de Constantinople, Sylvestre Syro (...)
  • 53 Necipoğlu N., Byzantium between the Ottomans and the Latins, op. cit., p. 279; pour Paul Asanès, v (...)
  • 54 Sphrantzès, XXIII, 7, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 82, Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 50.
  • 55 Des nouvelles alarmantes parviennent à Ferrare (mai 1438) : Les mémoires, op. cit., p. 273. Voir a (...)
  • 56 Les mémoires, op. cit., p. 544.
  • 57 Février 1440 : Doukas XXXI, 8, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 269 ; Chalcochondylas, Historiarum Lib (...)
  • 58 Juillet 1442 : Sphrantzès XXV, 4, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 90, Philippidès M. (trad.), op. c (...)
  • 59 Traité d’amitié avec Murad II : Chalcochondylas, Historiarum Libri Decem, op. cit., p. 307 ; Dölge (...)
  • 60 Réponse de Venise le 25 mai 1443, Dölger F., Wirth P., op. cit., no 3499; Nicol D. M., Byzantium a (...)

19Nous ne savons certes pas qui était ce Manuel Stachitzès envoyé en ambassade auprès de Murad et de son beylerbey de Roumélie, Saridja, auquel est adressée en avril 1432 une lettre de Jean VIII, un an après la grande peur des Constantinopolitains devant le blocus turc de la Ville l’hiver 1431. Par une lettre envoyée à son vizir Saridja-beg en avril 1432, Jean VIII tenta de renouer les contacts diplomatiques avec Murad II en s’enquérant de ses nouvelles, car « il n’avait pas, dit-il, entendu parler du sultan depuis longtemps51 ». Quelques années plus tard, un ambassadeur plus célèbre était envoyé au sultan. En effet, à l’automne 1437, Jean VIII envoya Paul Asanès annoncer à Murad qu’il allait en Italie assister en personne au Concile pour l’Union. Les vizirs du sultan auraient alors voulu dissuader l’empereur d’une telle entreprise : « Qu’est-ce qui pousse l’empereur à se rendre chez les Latins ? », auraient-ils dit en assurant que le sultan répondrait à toute demande de l’empereur auquel son amitié serait plus profitable que celle des Latins52. Il n’est de fait pas étonnant de voir Paul Asanès accomplir cette mission, car il était l’ami et futur beau-père du despote Dèmètrios Paléologue, qui était du parti proturc53. Sphrantzès, narrant lui aussi cette ambassade et l’attribuant par erreur à Andronic Iagaris, rappelle que Manuel II, contrairement à Jean VIII, avait été toujours prudent vis-à-vis du sultan ottoman et rapporte ces propos du vieil empereur : « Mon fils l’empereur a une stature d’empereur, mais non adaptée à l’instant présent. Car il a de grandes visions, de grands projets, de ceux dont on avait besoin aux temps anciens de nos ancêtres. Car aujourd’hui l’empire n’a pas besoin d’un empereur, mais d’un administrateur54. » Après le départ de Jean VIII, il s’en fallut de peu que Constantinople fût assiégée, mais le sultan finit par en abandonner l’idée sous la pression de son vizir Halîl Djandarlï55. On rappellera également que si le despote Constantin était régent, Paul Asanès était le « képhalè de Constantinople », ce qui dut jouer également dans les négociations avec Murad II56. Néanmoins, les relations étaient tendues et, dès son retour, Jean VIII envoya une ambassade à Murad pour apaiser ses craintes, ce dernier pensant à juste titre que les démarches de l’empereur byzantin en Italie pouvaient aboutir à une ligue antiturque57. Nous ne savons pas malheureusement quels furent les ambassadeurs byzantins : il pourrait bien s’agit de ce même Paul Asanès, qui semble avoir joué un rôle essentiel dans la diplomatie avec les Ottomans à cette époque et nous savons par ailleurs qu’il est mort d’une attaque d’apoplexie seulement à la fin de 1441. Chalkokondylès affirme que les Byzantins implorèrent la paix et demandèrent un traité. De plus, l’amitié du sultan avec le despote Dèmètrios se renforça et c’est alors que, malgré les bons offices de Sphrantzès, Dèmètrios persuada Murad d’envoyer une flotte d’intervention contre Constantin qui s’est finalement retrouvé bloqué à Lemnos58. On voit donc que le retour de Jean VIII de Florence coïncida avec une période troublée à Constantinople où les intrigues entre ses frères firent intervenir le sultan. Au début de l’an 1443, un traité d’amitié fut finalement conclu entre Byzance et le sultan alors que le pape annonçait l’ébranlement de la grande croisade au secours des Chrétiens d’Orient59. Peu de temps après, Jean VIII envoyait à Venise une ambassade annonçant que les Turcs ne respectaient pas les termes de la paix60. Il demandait l’aide contre les Turcs et notamment la levée d’une grande flotte vénitienne. Nous connaissons la suite, et la terrible défaite de Varna pour les Croisés conduits par le jeune Jagellon, qui y trouva la mort, et le voïvode Hunyadi.

  • 61 Sphrantzès XXIX, 3, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 100, Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 57; D (...)
  • 62 Voir ce qu’il en dit à la nouvelle de sa mort alors qu’il se trouve à la cour de Trébizonde : Sphr (...)
  • 63 Sphrantzès XXIX, 3, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 100, Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 57.

20La maladie de Jean VIII explique sans doute une faible activité diplomatique aussi bien en Orient qu’en Occident jusqu’à sa mort le 31 octobre 1448. Il semble d’ailleurs que les représailles de Murad se soient portées exclusivement sur la Morée. Et c’est donc le 6 décembre que Sphrantzès est envoyé à Édirne pour annoncer au sultan que Constantin a été choisi comme empereur par l’impératrice sa mère, les despotes, ses frères par droit de naissance et le peuple61. Le choix de Sphrantzès n’étonnera pas. Il connaissait le sultan Murad depuis les multiples ambassades qu’il avait accomplies au nom du despote Constantin et l’estimait comme un homme de compromis qui avait fini par s’entendre avec les Byzantins62. Le sultan approuva le choix, dit-il, et le renvoya avec honneur et des cadeaux63.

  • 64 Doukas XXXIII, 1, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 279 ; Chronika Sèmeiômata peri Konstantinou Palaiol (...)
  • 65 Voir le compte rendu de V. Laurent (Hofmann G., Epistolae pontificiae ad concilium Florentinum spe (...)

21Le 25 mars 1449, ayant débarqué à Constantinople à peine deux semaines auparavant, Constantin envoie à Murad des ambassadeurs pour l’apaiser, dit Doukas, en fait pour effacer la zone d’ombre entre eux deux depuis les événements du Péloponnèse (1444-1446). Apparemment, Constantin veut avoir de bons rapports avec le sultan. Il paraît que l’ambassade était conduite par Andronic Paléologue Iagaris64. Le choix du plénipotentiaire est curieux : il s’agit d’un spécialiste des affaires de l’Église, des tractations sur l’Union, qui accompagna Jean VIII à Ferrare-Florence en tant que second mésazôn. On peut se demander si c’était l’homme le plus habilité à négocier avec Murad, d’autant qu’aucune preuve n’est donnée de sa connaissance du turc65. On n’a pas de mention d’une autre ambassade de Constantin à Murad.

  • 66 Murad II est mort le 3 février 1451. Mehmed monte sur le trône le 18 février.
  • 67 Doukas XXXIII, 12, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 289 ; Chalcochondylas, Historiarum Libri Decem, op (...)
  • 68 Sphrantzès XXX, 5-6, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 106, 108 ; Philippidès M. (trad.), op. cit., p (...)

22En février 1451, peu de temps après l’avènement de Mehmed II, une ambassade byzantine arriva à Édirne66. Elle transmettait les condoléances et les félicitations au nouveau sultan et un traité de paix était conclu, témoignant de la sollicitude de Mehmed, qui accordait aux Byzantins les revenus des villages du Strymon, correspondant, selon Doukas, à 300 000 aspres pour l’entretien d’Orhan, prétendant au trône ottoman. Selon Chalkokondylès, Mehmed traita avec les Grecs et leur donna « le rivage de l’Asie », ce qui est invraisemblable. Il traita également avec les ambassadeurs du despote du Péloponnèse. Kritoboulos parle seulement d’un traité du sultan avec les Romains et le basileus Constantin67. Nous ne connaissons pas les noms des ambassadeurs, mais nous sommes sûrs qu’il ne s’agissait pas de Sphrantzès qui était alors à la cour de Trébizonde. Contrairement à son hôte, Jean Comnène de Trébizonde, il tenait Mehmed pour le pire ennemi des Chrétiens, prêt à marcher contre Constantinople68. Mais il n’y a pas de doute qu’il faisait partie de la minorité à le penser.

  • 69 Voir Malamut É., « Les ambassades du dernier empereur de Byzance », art. cité, p. 436-439. Voir au (...)
  • 70 Doukas XXXIV, 3, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 295.
  • 71 Voir Malamut É., « Les ambassades du dernier empereur de Byzance », art. cité, concernant les diff (...)
  • 72 Doukas XXXIV, 4, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 295.

23Constantin n’était pas dupe des promesses de Mehmed et envoyait Andronic Bryennios Léontaris à Venise, Ferrare, Rome et Naples pour demander de l’aide contre les Turcs69. Néanmoins on a toutes les raisons de penser que son staff n’était pas aussi spécialisé que l’étaient ceux de Manuel et de Jean VIII. Ainsi quand, à la fin de l’automne 1451, Constantin et, dit-on, le Sénat envoyèrent des ambassadeurs menacer le sultan de relâcher Orhan si les fonds pour son entretien n’étaient pas doublés, on n’imagine pas des gens bien insérés à la cour ottomane accepter de faire une telle démarche. Les ambassadeurs arrivèrent à Bursa, alors que le sultan était en campagne contre l’émir de Karaman. Le grand vizir, Halîl Djandarlï, qui traitait habituellement des affaires byzantines et était même soupçonné par les nouveaux conseillers de Mehmed d’être à la solde des Byzantins, répondit le premier, selon la coutume ottomane, aux ambassadeurs. Il ne mâcha pas ses mots et les traita de « gens sans intelligence » ! La menace d’ériger Orhan en souverain n’était plus de mise à l’heure de Mehmed ! Le sultan, quant à lui, dissimula sa colère et fit répondre qu’il recevrait les ambassadeurs à son retour à Édirne tout en se hâtant de conclure la paix avec l’émir de Karaman70. Donc, si les auteurs comme Sphrantzès et Doukas ont bien souligné que le nouveau souverain Mehmed avait des intentions guerrières, il n’en reste pas moins –Doukas en témoigne– que Constantin surestimait la force de la diplomatie byzantine à une époque où les souverains étrangers, y compris ceux à l’écoute des malheurs de Constantinople, étaient dans l’incapacité de fournir une aide quelconque, comme le roi d’Aragon, ou rechignaient à s’engager, comme Venise. La Hongrie avait même conclu une paix séparée avec Mehmed (septembre 145171). En tout cas, dès son retour à Édirne, la seule réponse donnée par Mehmed est la suppression de la rente fournie un an plus tôt72.

  • 73 Avant le 26 mars : Doukas XXXIV, 6, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 297 ; Critoboulos I, 7, 1-3, Rein (...)
  • 74 Balivet M., Romanie byzantine, op. cit., p. 98.
  • 75 Voir à ce sujet Barker J. W., Manuel II Paleologus, op. cit., p 142, n. 29.
  • 76 Doukas XXXIV, 6, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 299.
  • 77 Neshri dans Leunclavius, Historiae Musulmanae Turcorum…, Libri XVIII, Francfort, 1591, col. 577 (l (...)
  • 78 Doukas XL, 4, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 379.
  • 79 Runciman St., La chute, op. cit., p. 218-220 ; voir les témoignages de son exécution et celle de s (...)

24En revanche, quand il fallut trouver au printemps 1452 un ambassadeur chargé de supplier le sultan de ne pas entreprendre la construction de Rumeli Hisar, certainement le choix de Loukas Notaras eût été judicieux73. N’avait-il pas été cet admirable négociateur chargé de calmer la colère de Murad en 1424 ? Ne devait-il pas désormais calmer celle de Mehmed II ? Il était bien connu à la cour ottomane car lié d’amitié avec Halîl depuis une génération74. Il aurait rappelé qu’à l’époque le sultan (Bayezid ?) avait demandé à Manuel II l’autorisation de construire la forteresse à l’est du détroit, ce qui est difficile à croire75. D’ailleurs cette assertion de Doukas concernant la teneur des propos des ambassadeurs –dont il ne donne pas le nom– n’est guère plausible non plus. Néanmoins, Loukas Notaras –s’il s’agit bien de lui– évoqua certainement les traités passés avec les Romains par le grand-père et le père de l’empereur, comme le dit Kritoboulos, qui impliquaient de ne pas construire de forteresse à l’ouest du Bosphore. Mehmed aurait répondu, selon Doukas, que ce lieu ne devait en aucun cas être habité par les Byzantins et que par conséquent l’empereur ne pouvait interdire aucune construction. Il y eut sans doute une grande discussion entre l’ambassadeur byzantin et Mehmed II à l’issue de laquelle les futures ambassades byzantines n’étaient plus les bienvenues : « Celui qui viendra désormais au sujet de cette affaire, aurait dit Mehmed, sera écorché vif76. » Une source ottomane mentionne que Loukas Notaras aurait avoué plus tard qu’en se fiant à un mauvais réseau de renseignement, il aurait fait échouer cette ambassade77. On rappellera néanmoins qu’il était promis au lendemain de la conquête de Constantinople à en devenir le gouverneur : « Je pense te confier le gouvernement de cette ville dont tu prendras soin dans tous domaines ; je vais te porter dans un état de gloire encore plus grand que celui que tu avais du temps de l’empereur, ne sois pas démoralisé78 », propos qui témoigne de bonnes relations récentes, sans doute à partir des ambassades de Notaras auprès du sultan, même si un ensemble de circonstances en a décidé autrement et a fait de lui et de sa famille les martyrs du lendemain79.

  • 80 Doukas XXXIV, 9, 11, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 303-307.
  • 81 Philippidès M., Hanak W. K., The Siege and the Fall of Constantinople, op. cit., p. 395.
  • 82 Malamut É., « Les ambassades du dernier empereur de Byzance », art. cité, p. 437-438.

25Avec la construction de Rumeli Hisar les événements se précipitèrent : les ouvriers turcs se répandent dans la campagne autour de la Ville et les ambassades envoyées au sultan demandant de mettre des gardiens pour empêcher les dévastations des champs n’aboutissent à rien. Après le massacre des paysans à Épibatai en juin 1452 une ambassade est envoyée par Constantin auprès de Mehmed II lui annonçant la renonciation aux serments et aux traités, la défense de Constantinople et la fermeture des portes80. Pendant ce temps Mehmed, qui avait engagé le Hongrois Urbain, faisait avec lui l’inspection des murailles de Constantinople81. L’hiver 1452-1453, tandis que Mehmed et Urbain préparaient à Édirne l’assaut final de la Ville, Byzance continuait d’appeler au secours en Occident. L’empereur étant prêt à céder Sélymbria à Hunyadi et Lemnos aux Catalans contre vivres, armes et soldats82.

  • 83 Doukas XXXVIII, 18, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 345-346; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit.,(...)

26C’est au début avril que Mehmed déploya toutes ses forces autour de la Ville et ses canons. Les bombardements commencèrent et les remparts s’effondrèrent au niveau de la porte Saint-Romain. Selon Doukas, fin avril-début mai 1453, Constantin pris de panique envoya une ambassade à Mehmed le suppliant d’accepter un tribut même au-delà des moyens de la Ville et d’imposer toutes les conditions qu’il voudrait à la seule condition d’abandonner le siège et de laisser la Ville sauve. Ce que Mehmed aurait refusé. Il aurait proposé à Constantin la cession de la Ville en échange de la vie sauve pour lui et ses parents. Il pourrait se réfugier dans le Péloponnèse et ses frères dans d’autres provinces. Sinon, ils seraient passés au fil de l’épée avec tous les dignitaires et les habitants seraient la proie de son armée. Cette proposition de Mehmed va assez bien avec ce que l’on sait des habitudes des musulmans lors de la prise d’une ville83.

  • 84 Doukas XXXIX, 1 et 2, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 349-351; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit (...)

27Il y aurait eu une ultime ambassade de Mehmed, le 26 mai, la veille de l’ultime attaque, ce qui coïncide assez bien là encore avec ce que l’on sait de la loi islamique. Cette ambassade promettait la vie sauve à l’empereur, ses frères et les dignitaires pourvu qu’ils cèdent la ville et leur offrait de partir où ils voulaient avec leurs biens meubles. L’empereur aurait envoyé une ambassade en retour refusant ces conditions et répétant l’offre antérieure de payer un tribut et de céder toute possession en dehors de la Ville84.

  • 85 Chalcochondylas, Historiarum Libri Decem, op. cit., p. 391.

28Une autre version est proposée par Chalkokondylès selon laquelle Mehmed aurait envoyé un certain Ismail, fils d’un renégat grec et prince de Sinope, pour persuader l’empereur et ses proches qu’ils pouvaient encore sauver leur vie. Un ambassadeur byzantin aurait été à la suite envoyé auprès de Mehmed qui aurait affirmé que le siège serait levé, si l’empereur consentait à lui verser un tribut de 100 000 besants d’or annuel, ou alors le sultan offrait une autre solution, celle de quitter volontairement la ville lui et ses frères avec leurs biens meubles et il ne leur serait fait aucun mal, ce qui rejoint en partie ici le texte de Doukas85. D’aucuns ont dit que la somme exigée pour le tribut était bien trop élevée pour qu’il puisse s’agir d’une proposition sérieuse. En ce qui nous concerne, le texte de Chalkokondylès nous paraît digne de foi dans la mesure où il apporte des informations plus concrètes que celles de Doukas. De plus, il précise le profil de la dernière ambassade byzantine : il paraît que l’ambassadeur n’était ni illustre ni noble. Ce n’était donc pas Loukas Notaras ni même un archonte, sans doute un Génois.

Notes

1 Barker J. W., Manuel II Palaeologus (1391-1425). A Study in Late Byzantine Statesmanship, New Brunswick-New Jersey, 1969, p. 238-245; Prosopographisches Lexikon der Palaiologenzeit, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, Vienne 2001 [ensuite PLP], no 14676.

2 Doukas XIX, 13, Grecu V. (éd.), Ducas, Istoria Turco-Bizantină (1341-1462), Bucarest, 1958, p. 131.

3 Doukas XX, 1, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 133.

4 La version de Doukas (Doukas XXII, 4, Grecu V. [éd.], op. cit., p. 157) met en valeur le rôle de Dèmètrios Léontaris en éclipsant le rôle du jeune empereur Jean VIII pourtant présent à Thessalonique (voir ci-dessous) et ne se référant qu’à l’empereur Manuel II.

5 Panégyrique d’Isidore de Kiev, Lampros Sp. (éd.), Palaiologeia kai Peloponnèsiaka, t. III, Athènes, 1926, p. 173-174. La version des événements donnée par le panégyrique est très semblable à celle fournie par Doukas si ce n’est que l’empereur aurait apaisé l’esprit du sultan et délivré les habitants de Thessalonique en exilant le fugitif à Lemnos. D’autres témoignages confirment le passage de Jean VIII à Thessalonique : Sphrantzès IV, 4, Maisano R. (éd.), Giorgio Sfranze, Cronaca, Rome, 1990, p. 10, lignes 13-17 ; Philippidès M. (trad.), The Fall of the Byzantine Empire, A Chronicle by George Sphrantzes (1401-1477), Amherst, The University of Massachussets Press, 1980, p. 23 ; Syméon de Thessalonique, Balfour D. (éd.), Politico-historical Works of Symeon, Archbishop of Thessalonica, Vienne, 1979, p. 50. Voir Estangui Gomez R., « Un prostagma de Jean VIII Palaiologos mal daté : l’acte de Kutlumus no 47 : décembre 1432, 1447 ou 1416 », Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, no 60, 2010, p. 69-83 (en part. p. 78).

6 Syméon de Thessalonique, Balfour D. (éd.), op. cit., p. 48, lignes 17-20.

7 Doukas XVIII, 2, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 113 ; Barker J. W., Manuel II Palaeologus, op. cit., p. 245. Voir aussi l’autorité dont il fit preuve en 1411 quand les habitants de Thessalonique étaient près de se rallier au parti pro-ottoman : Syméon de Thessalonique, Balfour D. (éd.), op. cit., p. 49, 125-126.

8 Sphrantzès VII, 4, Maisano R. (éd.), p. 17 ; Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 25 : « Notre ambassadeur fut reçu avec grand honneur et affection » ; Dölger F., Wirth P., Regesten der Kaiserurkunden des oströmischen Reiches, t. 5 : Regesten von 1341-1453, Munich-Berlin 1965, no 3385 ; Barker J. W., Manuel II Palaeologus, op. cit., p. 353-354 et n. 100.

9 Sphrantzès VII, 1-3, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 15-17 ; Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 24-25 ; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 3384.

10 Octobre 1420 : Sphrantzès VII, 1-3, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 15-17. Comme il est d’usage, la Ville désigne Constantinople.

11 Lequel ne tarda pas à être transféré à Mistra : Sphrantzès IV, 4, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 10 ; Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 23.

12 Printemps 1421 : Sphrantzès VII, 4, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 16 ; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 3385.

13 Sphrantzès VII, 4, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 16.

14 Sphrantzès VIII, 1-2, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 18.

15 Balivet M., Romanie byzantine et Pays de Rûm Turc. Histoire d’un espace d’imbrication gréco-turque, Istanbul, Isis, 1994, p. 105-109.

16 Doukas XXII, 7, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 161.

17 Ibid.

18 Doukas XXIII, 3, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 171.

19 Sphrantzès VIII, 3, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 18 ; Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 26 : il paraît que le vieux Manuel à bout de force donna carte blanche à Jean VIII, même s’il était d’un avis contraire. Pour tous ces événements, voir Ganchou T., « Zampia Palaiologina Doria épouse du prétendant ottoman Muṣṭafā : un fils de Bāyezīd Ier (1421) ou de Meḥmed Ier (1422) ? », in Malamut É., Nicolaidès A. (dir.), Impératrices, princesses, aristocrates et saintes souveraines de l’Orient chrétien et musulman au Moyen Âge et au début des Temps modernes, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2014, p. 133-169 (ici p. 147-148).

20 Doukas XXIII, 4, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 173.

21 Doukas XXIII, 7, 11-12, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 175.

22 Doukas XXIV, 3-4, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 185, 186.

23 Doukas XXIV, 10, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 195.

24 Doukas XXV, 1, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 201.

25 Doukas XXV, 3, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 203.

26 Doukas XXVII, 6, 7, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 227, 229, voir Ganchou T., « Zampia Palaiologina », art. cité, p. 150, 162.

27 Doukas XXVIII, 1, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 229.

28 Doukas XXVIII, 2, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 231; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 3391.

29 Sphrantzès X, 1, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 22 ; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 3390.

30 Pour Dèmètrios Kantakouzènos Palaiologos, voir PLP, no 10962 et voir aussi Ganchou T., « Le mesazôn Démétrius Paléologue Cantacuzène a-t-il figuré parmi les défenseurs du siège de Constantinople (29 mai 1453) ? », Revue des études byzantines, no 52, 1994, p. 245-272.

31 Doukas XXVIII, 3, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 231 ; Korax aurait prévenu les habitants autour de Constantinople de l’attaque imminente de Murad, mais n’aurait rien dit aux citoyens pour que Murad bénéficiât de l’effet de surprise, voir Balivet M., Romanie byzantine, op. cit., p. 108.

32 Doukas XXII, 8, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 163.

33 Doukas XXVIII, 4, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 233-235.

34 Démètrius Cydonès, Correspondance, Loenertz R. J. (éd.), Cité du Vatican, Bibliothèque apostolique du Vatican, I-II, 1956-1960, t. I, p. 156, t. II, p. 249 ; Syméon de Thessalonique, Balfour D. (éd.), op. cit., p. 63, 178-179 ; Balivet M., Romanie byzantine, op. cit., p. 96.

35 Iorga N., Notes et extraits pour servir à l’histoire des Croisades au XVe siècle, I-IV, Paris, 1899-1915, t. I, 1899, p. 276 ; Thiriet F., Regestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie, t. II (1400-1430), Paris-La Haye, Mouton, 1959, no 1688 ; Barker J. W., Manuel II Palaeologus, op. cit., p. 363.

36 Doukas XXVIII, 5, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 235.

37 Sur ce personnage et son mariage avec une princesse byzantine, voir Ganchou T., « Zampia Palaiologina », art. cité.

38 Doukas XXIX, 4, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 247 ; Chalkokondylès mentionne seulement Andronic comme responsable de la cession de Thessalonique (Chalcochondylas, Historiarum Libri Decem, Bekker I. [éd.], Bonn, 1843, p. 205-206). Pour l’opposition de Syméon de Thessalonique et l’attitude du despote Andronic, voir Syméon de Thessalonique, Balfour D. (éd.), op. cit., p. 159-165.

39 Le 1er octobre 1422, le jour même de l’entrée officielle de Mustafa dans la capitale, voir Sphrantzès XI, 2, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 23 ; Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 27. Pour le rôle d’Hélène Dragas, voir Ducanić S., « Hélène Dragas, princesse serbe et impératrice de Byzance », in Malamut É., Nicolaidès A. (dir.), Impératrices, op. cit., p. 119-130.

40 Sphrantzès XII, 4, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 26 ; Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 28 ; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 3412. Pour ces événements, voir Djuric I., Le crépuscule de Byzance, Paris, Maisonneuve et Larose, 1996, p. 230.

41 Necipoğlu N., Byzantium between the Ottomans and the Latins. Politics and Society in the Late Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, append. II; Id., « The aristocracy in Late Byzantine Thessalonike: A case Study of the City’s Archontes (Late 14th and Early 15th Centuries) », Dumbarton Oaks Papers, no 57, 2004, p. 145 sq.; PLP, no 17659.

42 Sphrantzès XII, 4, Maisano R. (éd.), p. 26; Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 28; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 3413.

43 Ibid.

44 Matschke K. P., « The Notaras Family and its Italian Connections », Dumbarton Oaks Papers, no 49, 1995, p. 59-72 ; Ganchou T., « Le rachat des Notaras après la chute de Constantinople ou les “relations étrangères” de l’élite byzantine au XVe siècle », in Balard M., Ducellier A. (dir.), Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 162.

45 Sphrantzès XII, 4, Maisano R. (éd.), p. 26 ; Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 28 ; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 3413. On a beaucoup écrit sur l’allusion à la parenté de l’impératrice avec la mère de Murad II. J’observerai pour ma part que si nous ne savons pas qui est la mère de l’impératrice Hélène Dragas, en revanche nous connaissons le nom de la seconde épouse de son père le Seigneur de Serbie, Constantin Dragas, et donc de la belle-mère d’Hélène : il s’agit d’Eudocie de Trébizonde qui avait contracté auparavant un mariage avec un émir turc voisin de l’empire : Taccedin Pasa de Sinope. Or, nous avons dans cette région de Sinope-Kastamonu une dynastie turque, les Isfendiyarides qui furent très liés par mariage à la dynastie ottomane. Je soupçonne donc fort que ce soit bien là la parente de la mère de Murad II. L’hypothèse reste à conforter.

46 Djuric I., Le crépuscule, op. cit., p. 236-237.

47 Doukas XXVIII, 11, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 239.

48 Doukas XXIX, 3, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 245-247.

49 Sphrantzès XXI, 10, 13 ; XXV, 1, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 72, 90 ; Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 46, 69.

50 Malamut É., « Ambassades byzantines en Occident (XIVe-XVe siècles) : nouvelles perspectives sur les processus diplomatiques et leurs acteurs », Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux, Actes du XLIe Congrès de la SHMESP (Lyon, 3-6 juin 2010), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 247-252.

51 Cette lettre a été plusieurs fois éditée et commentée. D’abord datée de 1447, N. Oikonomidès a prouvé de façon certaine qu’elle datait de 1432 (Oikonomidès N., « On the Date of John VIII’s Letter to Saridja Beg [April 1432] », Byzantion, no 34, p. 105-109). Sur l’ensemble du contexte, voir Djuric I., Le crépuscule, op. cit., p. 298-299.

52 Laurent V. (éd.), Les mémoires du grand ecclésiarque de l’Église de Constantinople, Sylvestre Syropoulos, sur le concile de Florence, 1438-1439, p. 183 ; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 3475 (septembre-novembre, date du départ de Jean VIII en Italie).

53 Necipoğlu N., Byzantium between the Ottomans and the Latins, op. cit., p. 279; pour Paul Asanès, voir PLP, no 1518.

54 Sphrantzès, XXIII, 7, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 82, Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 50.

55 Des nouvelles alarmantes parviennent à Ferrare (mai 1438) : Les mémoires, op. cit., p. 273. Voir aussi Balivet M., Romanie byzantine, op. cit., p. 98 et n. 235.

56 Les mémoires, op. cit., p. 544.

57 Février 1440 : Doukas XXXI, 8, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 269 ; Chalcochondylas, Historiarum Libri Decem, op. cit., p. 305 ; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 3492.

58 Juillet 1442 : Sphrantzès XXV, 4, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 90, Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 53 ; Chalcochondylas, Historiarum Libri Decem, op. cit., p. 305-306.

59 Traité d’amitié avec Murad II : Chalcochondylas, Historiarum Libri Decem, op. cit., p. 307 ; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 3501 ; Djuric I., Le crépuscule, op. cit., p. 340.

60 Réponse de Venise le 25 mai 1443, Dölger F., Wirth P., op. cit., no 3499; Nicol D. M., Byzantium and Venice. A Study in Diplomatic and Cultural Relations, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 383.

61 Sphrantzès XXIX, 3, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 100, Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 57; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 3519. Sur la diplomatie à la veille de la chute de Constantinople, Malamut É., « Les ambassades du dernier empereur de Byzance », Mélanges Gilbert Dagron, Travaux et Mémoires, no 14, Paris, 2002, p. 429-448.

62 Voir ce qu’il en dit à la nouvelle de sa mort alors qu’il se trouve à la cour de Trébizonde : Sphrantzès XXX, 5, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 106, Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 59.

63 Sphrantzès XXIX, 3, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 100, Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 57.

64 Doukas XXXIII, 1, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 279 ; Chronika Sèmeiômata peri Konstantinou Palaiologou, Lampros Sp. (éd.), op. cit., IV, Athènes, 1930, p. 91; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 3524.

65 Voir le compte rendu de V. Laurent (Hofmann G., Epistolae pontificiae ad concilium Florentinum spectante Pars III, Rome, Institut pontifical oriental 1946), Revue des études byzantines, no 12, 1954, p. 284, au sujet de ce personnage où il est dit qu’il connaissait le turc aussi bien que le latin.

66 Murad II est mort le 3 février 1451. Mehmed monte sur le trône le 18 février.

67 Doukas XXXIII, 12, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 289 ; Chalcochondylas, Historiarum Libri Decem, op. cit., p. 376 ; Critoboulos Imbriotae, Historiae I, 5, 3, Reinsch D. R. (éd.), Berlin, 1983, p. 17 ; Dölger F., WIRTH P., Regesten, op. cit., no 3530.

68 Sphrantzès XXX, 5-6, Maisano R. (éd.), op. cit., p. 106, 108 ; Philippidès M. (trad.), op. cit., p. 59.

69 Voir Malamut É., « Les ambassades du dernier empereur de Byzance », art. cité, p. 436-439. Voir aussi Philippidès M., Hanak W. K., The Siege and the Fall of Constantinople in 1453: Historiography, Topography and Military Studies, Farhnam-Burlington, Ashgate, 2010, p. 361.

70 Doukas XXXIV, 3, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 295.

71 Voir Malamut É., « Les ambassades du dernier empereur de Byzance », art. cité, concernant les difficultés d’obtenir de l’aide de l’Occident (p. 440-443).

72 Doukas XXXIV, 4, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 295.

73 Avant le 26 mars : Doukas XXXIV, 6, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 297 ; Critoboulos I, 7, 1-3, Reinsch D. R. (éd.), op. cit., p. 19-20 ; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 3542 ; Runciman St., La chute de Constantinople 1453, Paris, Tallandier, 2007, p. 112.

74 Balivet M., Romanie byzantine, op. cit., p. 98.

75 Voir à ce sujet Barker J. W., Manuel II Paleologus, op. cit., p 142, n. 29.

76 Doukas XXXIV, 6, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 299.

77 Neshri dans Leunclavius, Historiae Musulmanae Turcorum…, Libri XVIII, Francfort, 1591, col. 577 (ligne 26) - col. 578 (ligne 15).

78 Doukas XL, 4, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 379.

79 Runciman St., La chute, op. cit., p. 218-220 ; voir les témoignages de son exécution et celle de ses fils dans Philippidès M., Hanak W. K., The Siege and the Fall of Constantinople, op. cit.

80 Doukas XXXIV, 9, 11, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 303-307.

81 Philippidès M., Hanak W. K., The Siege and the Fall of Constantinople, op. cit., p. 395.

82 Malamut É., « Les ambassades du dernier empereur de Byzance », art. cité, p. 437-438.

83 Doukas XXXVIII, 18, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 345-346; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 3553.

84 Doukas XXXIX, 1 et 2, Grecu V. (éd.), op. cit., p. 349-351; Dölger F., Wirth P., Regesten, op. cit., no 3554.

85 Chalcochondylas, Historiarum Libri Decem, op. cit., p. 391.

Auteur

Professeur à l’université d’Aix-Marseille, département d’Histoire, Centre Schuman, ses recherches portent sur l’histoire insulaire et urbaine, les relations politiques et culturelles de Byzance et la figure impériale. Elle a récemment coédité avec Mohamed Ouerfelli Villes méditerranéennes au Moyen Âge, Presses Universitaires de Provence, 2014, et, avec Andréas Nicolaïdès, Impératrices, princesses, aristocrates et saintes souveraines de l’Orient chrétien et musulman au Moyen Âge et au début des Temps modernes, Presses Universitaires de Provence, 2014.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search