Version classiqueVersion mobile

La figure de l'ambassadeur entre mondes éloignés

 | 
Nicolas Drocourt

« Ambassadeurs », « émissaires » et autres. Vocabulaire et pratiques de la diplomatie au carrefour des langues (principautés de Valachie et de Moldavie, XVe-XVIe siècles)

Radu G. Păun

Résumé

Le présent article esquisse les traits généraux du vocabulaire et des pratiques diplomatiques en usage dans les principautés de Valachie et de Moldavie aux XVe-XVIe siècles. L’intérêt de ce terrain d’étude, très peu investi par la recherche historique, réside dans la spécificité des deux états, qui se situent au carrefour de plusieurs traditions politiques (byzantino-slave, occidentale, ottomane) et de plusieurs langues (grec, slavon d’église, latin, polonais, italien, turc ottoman). De ce fait, ils se sont trouvés au cœur de multiples processus de transferts culturels, dont les conséquences sur leur organisation politique, la diplomatie comprise, restent encore à investiguer. À l’aide de quelques études de cas, l’auteur soulève des questions et lance des hypothèses de travail concernant les motivations, les caractéristiques et le statut des émissaires diplomatiques, leur recrutement et hiérarchies ainsi que le traitement qu’ils recevaient de la part des cours étrangères. L’analyse du vocabulaire et l’incursion dans les pratiques diplomatiques sont redoublées par un aperçu critique des sources disponibles.

Texte intégral

  • 1 Ce travail est financé par grant CNCS - UEFISCDI, IDEI, PCE-2011-3-0309. Nous tenons à remercier ic (...)

1L’étude du vocabulaire et des pratiques diplomatiques n’a pas trouvé l’intérêt qu’elle mériterait chez les historiens des principautés de Valachie et de Moldavie, et ceci malgré la masse de travaux qui enrichissent chaque jour nos connaissances sur les relations internationales que les deux principautés ont entretenues au Moyen Âge tardif et à l’époque de la première modernité1. Dans ces conditions, nombre de questions de grande importance pour l’histoire diplomatique restent encore sans réponse. Pour quelles raisons et dans quelles circonstances les princes valaques et moldaves envoyaient-ils des missions diplomatiques auprès des cours étrangères ? Quel statut détenaient ces missions-là à leurs yeux et aux yeux des ceux qui les recevaient ? De quels pouvoirs et documents étaient munis les envoyés ? Qui étaient les personnages auxquels les princes confiaient des charges diplomatiques ? Comment étaient-ils accueillis et traités en pays étranger ? Comment étaient-ils censés négocier avec les puissances chez lesquelles ils étaient mandés ? Les mêmes questions se posent, bien sûr, pour ce qui est des missions que ces mêmes princes accueillaient à leurs propres cours, et ces questions-là restent essentielles pour une compréhension adéquate du statut que les deux pays ont détenu dans le contexte régional et européen.

  • 2 Je ne nommerai ici que les publications qui seront utilisées en ce qui suit, leur liste complète en (...)
  • 3 Quelques références bibliographiques sont fournies par Chaplais P., English Diplomatic Practice in (...)

2Il est bien évident qu’une démarche comme celle que nous proposons ici ne pourra pas prétendre à combler cette lacune. Certes, le matériel documentaire disponible est assez riche et varié2, mais l’organiser dans un corpus cohérent qui permette une approche sérielle et systématique sur la durée moyenne et longue n’est pas chose aisée, vu non seulement sa quantité, mais aussi la manière, parfois peu rigoureuse, dont une partie des sources a été publiée. De même, le nombre très important d’études ponctuelles en histoire des relations internationales oblige à un travail de documentation assez considérable. Dans ce travail, le manque d’approches comparatives et de synthèse concernant l’histoire diplomatique des deux principautés ne fait qu’alourdir la tâche de celui qui risque de s’y aventurer, car il devra tout commencer à zéro : construire une problématique, un corpus, une méthodologie, enfin, réaliser l’étude proprement dite, qui mobilise et entérine le savoir produit par une historiographie internationale en plein essor3.

3Dans ces circonstances, explorer les « figures de l’ambassadeur » ne s’avère pas un objectif à accomplir d’un seul coup, mais une entreprise à plusieurs étapes. Ceci explique le caractère assez général de la présente contribution qui, loin de proposer des conclusions définitives, se contente d’attirer l’attention sur certains points d’une problématique beaucoup plus vaste et lancer certaines hypothèses de travail, avec toute la prudence et les limites qu’une telle recherche exploratoire requiert. Le terrain ainsi balisé sera investi plus systématiquement dans les années à venir.

LANGUES ET LANGAGES

4Comme il est bien connu, le monde héritier de Byzance s’est souvent exprimé en termes empruntés à la culture byzantine, termes tantôt adaptés aux réalités locales, tantôt tout simplement calqués sur les mots grecs d’origine. Ainsi, un des mots désignant l’ambassadeur et, en général, presque tous les envoyés pour des affaires diplomatiques, est en vieux slavon

Image 100000000000004300000014952FC508.jpg

  • 4 Voir Bréhier L., Le monde byzantin. II. Les institutions de l’Empire byzantin, Paris, Albin Michel, (...)

5, adaptation du grec ἀποκρισιάριος, un des noms que les Byzantins donnaient aux envoyés ecclésiastiques et diplomatiques4. Cette adaptation est rendue encore plus transparente par le terme

Image 100000000000004B000000149303C33C.jpg

  • 5 Biliarsky I., Институциите на средновековна България. Второ българско царство, Sofia, Presses Unive (...)
  • 6 Voir Documenta Romaniae Historica. B. Ţara Românească, vol. I (1247-1500), éd. par P. P. Panaitescu(...)

6, que l’on retrouve dans les sources bulgares5 ou bien dans certains documents valaques du XVe siècle6. Alors qu’assez présent dans les documents slaves de Valachie et de Moldavie, ce terme n’a laissé aucun souvenir en langue roumaine. Un autre s’y est imposé, en revanche, qui provient toujours du vieux slavon et dont l’aire sémantique est encore plus large, à savoir

  • 7 Tout dépend de la rédaction (bulgare, serbe, russe, etc.) du slavon d’Église qu’on prend comme base (...)

Image 100000000000003500000014B0555294.jpg7

7(ou bien

Image 100000000000007300000014CB869700.jpg

8ou

  • 8 DANIČIĆ Dj., Рјечник књижевних, s. v. « (...)

Image 100000000000004A00000014C2227D15.jpg8

9), terme très souvent utilisé à son tour et qui veut dire « envoyé », « messager », du verbe

Image 100000000000004300000014E315CF51.jpg

10(ou bien

Image 100000000000003600000014504701AC.jpg

  • 9 Daničić Dj., Рјечник књижевних, s. v. « (...)

11), qui signifie « envoyer », « mander9 ». En effet, le mot roumain sol, qui fut courant jusqu’au XIXe siècle, lorsque des termes modernes d’origine néo-latine, surtout française, le remplacèrent, constitue une adaptation du slavon

  • 10 Si, dans le cas de la chancellerie valaque, on peut présumer qu’il s’agit d’un emprunt du slavon ec (...)

Image 100000000000002A00000014C71B4984.jpg10

  • 11 Voir Lewis B., Pellat Ch., Schlacht J. (dir.), The Encyclopaedia of Islam, vol. II, Leyde, Brill, 1 (...)

12En parallèle, sous l’influence de la terminologie et des pratiques ottomanes de la diplomatie, un autre mot a été aussi en usage, surtout au XVIIIe siècle : le turc elçi (en roumain elci), terme courant pour désigner le représentant d’un État étranger à Constantinople11.

  • 12 Daničić traduit les termes (...)
  • 13 Voir Bogdan D. P., Glosarul cuvintelor româneşti din documentele slavo-române, Bucarest, Institutul (...)
  • 14 Voir, entre autres, Bogdan D. P., Diplomatica slavo-română din secolele XIV şi XV, Bucarest, Imprim (...)

13Assez peu précis dans le slavon employé dans les chancelleries bulgare et serbe12, ces termes-là le furent tout autant dans ce qu’on appelle le slavo-roumain, à savoir cette langue mélangée, où le fond vieux slavon, de rédaction moyen bulgare ou serbe, selon le cas, a été graduellement enrichi d’éléments provenant du roumain parlé13. Le slavo-roumain fut employé comme langue d’Église, de chancellerie et de culture en Valachie et en Moldavie depuis leur fondation comme États, au XIVe siècle, et jusqu’au milieu du XVIIe siècle, lorsque le roumain l’emporta à jamais14.

  • 15 95 % d’après les calculs faits par Cazacu M., « La chancellerie des principautés valaque et moldave (...)

14Tout logiquement, l’immense majorité des sources produites dans les deux principautés est en slavon ou en slavo-roumain15. C’est bien le cas des actes internes émis par les deux chancelleries princières, dont l’utilité pour notre analyse est mince, car ils concernent prioritairement des affaires de terres (donations et confirmations de propriétés), des privilèges accordés par les princes régnants aux laïcs et aux monastères, ainsi que des confirmations des divers échanges entre particuliers. Les références aux missions diplomatiques et à leurs porteurs y sont absolument exceptionnelles.

  • 16 Voir Panaitescu P. P., Cronicile slavo-române din sec. XV-XVI publicate de Ion Bogdan, Bucarest, Ed (...)

15Des chroniques et annales slaves n’existent qu’en Moldavie, car les anciennes chroniques slaves de Valachie sont aujourd’hui perdues16. Dans tout ce corpus on ne trouve d’ailleurs qu’une poignée d’occurrences relatives aux missions diplomatiques et, dans la plupart des cas, tout détail utile pour entamer une analyse de vocabulaire fait défaut. Ainsi, la chronique intitulée

Image 1000000000000117000000144F42E511.jpg

16(« Narration abrégée sur les seigneurs [princes] moldaves », XVIe siècle), parle des émissaires

(Image 100000000000003F000000146E032BFB.jpg)

17envoyés par Ștefan le Grand (1457-1504), avec beaucoup de présents

(« Image 1000000000000075000000141A47A4F1.jpg »)

  • 17 Panaitescu P. P., Cronicile slavo-române, op. cit., p. 42 (texte original slavon) et p. 52 (traduct (...)

18, chez le roi de Pologne Jan Olbracht qui était entré en Moldavie sous le prétexte d’aller faire la guerre aux Ottomans17. De même, dans les annales rédigées par le moine Azarius (seconde moitié du XVIe siècle) on trouve un épisode où il est question de « l’émissaire de l’empereur (sultan) Soliman » (le Magnifique)

(« Image 100000000000007C0000001494EADC88.jpg »)

  • 18 Panaitescu P. P., Cronicile slavo-române, p. 134 et 146.

19, que l’éditeur traduit toujours par sol18. Il n’y a d’ailleurs qu’une seule situation qui semble suggérer une certaine différence entre les deux termes et entre les missions assignées aux acteurs sociaux ainsi nommés. Racontant le conflit qui opposa les princes de Moldavie (Bogdan dit « le Borgne », 1504-1517) et de Valachie (Radu le Grand, 1495-1508), les annales, anonymes, dites « de Bistriţa », font mention de l’intervention pacifique du moine Maxime Branković. La chronique dit que le prince valaque a envoyé comme émissaire

(Image 100000000000002C00000014B8C6C1C3.jpg)

20auprès de son ennemi moldave « le moine Maxime, fils de Despote, l’empereur serbe ». L’auteur désigne pourtant comme

Image 1000000000000040000000142E4E6239.jpg

  • 19 Les annales de Bistriţa ont été rédigées en deux étapes, entre 1473 et 1486, puis entre 1496 et 150 (...)

21les envoyés que le prince moldave a mandés auprès de celui valaque. En fait, la mission de ces derniers était d’une plus haute importance et responsabilité, car ils étaient censés déférer le serment solennel (sur les saintes Évangiles) du prince valaque et de tous les nobles (boyards) de celui-ci, serment par lequel ils devaient s’obliger à respecter les frontières entre les deux pays selon la coutume ancienne19.

  • 20 Voir Învăţăturile lui Neagoe Basarab către fiul său Theodosie, éd. critique par G. Mihăilă, Fl. Moi (...)
  • 21 Dans la version slave, le terme pour désigner tous les envoyés diplomatiques est le même, à savoir (...)

22L’exception à la « règle » vient pourtant de Valachie, et elle est représentée par les soi-disant Enseignements ou Conseils attribués, à tort ou à raison, au prince Neagoe Basarab (1512-1521) et adressés à son fils et successeur Theodosie, ouvrage qui ne cesse d’éveiller l’intérêt des spécialistes depuis plus d’un siècle20. Quoique peu révélateur sous l’angle de l’analyse de vocabulaire21, cet écrit s’avère d’un grand intérêt pour ce qui est de la perception des émissaires diplomatiques par les acteurs sociaux de l’époque, sujet qui mériterait une analyse à part. Pour la présente discussion, il suffit de dire que les Enseignements donnent un aperçu des situations concrètes que le terme général

Image 100000000000003C00000014C6B85AEC.jpg

  • 22 Cette partie n’existe plus dans la partie conservée du manuscrit slavon ; voir Învăţăturile lui Nea (...)
  • 23 Une différence est toutefois opérée – et elle est importante – entre les émissaires d’une puissance (...)

23et son correspondant roumain sol couvraient. Les émissaires, dit le prince, sont de plusieurs sortes : certains arrivent afin de conclure des alliances et les sceller par serment, certains autres pour négocier la paix, d’autres pour régler des affaires ponctuelles ; enfin, il y a ceux qui sont mandés tout simplement pour échanger de bons vœux (« pour l’amour et l’amitié22 »). Lesquels parmi eux seraient des vrais « ambassadeurs », cela reste difficile à établir ; le prince soutient toutefois qu’il convient de les honorer tous, sans exception : et ceux qui apportent de bonnes nouvelles et les autres ; et les grands et les petits, chacun selon son rang23.

  • 24 Voir, par exemple, Bojović B. I., L’idéologie monarchique dans les hagio-biographies dynastiques du (...)
  • 25 Gavril Protul, Viaţa şi traiul sfinţiei sale părintelui nostru Nifon, patriarhul Ţarigradului care (...)
  • 26 Restent – et cela mériterait une analyse à part – les traductions, d’abord en slavon d’Église et en (...)

24Pour revenir aux sources narratives, il faut aussi dire que les écrits hagiographiques originaux, souvent riches en informations historiques –comme c’est le cas des hagio-biographies des rois et archevêques serbes24– sont quasi inexistants en Valachie et en Moldavie, à une seule exception près : la Vie de saint Niphôn, rédigée en grec, soit en Valachie même, soit au Mont Athos25. Dans ce cas, cependant, la version considérée comme « canonique » a été éditée d’après des manuscrits du XVIIIe siècle (grecs et roumains, les seuls conservés26).

LE DÉFI DES SOURCES

  • 27 Voir, entre autres, Iorga N., Drumurile de comerţ creatoare ale statelor românești, Bucarest, Carte (...)
  • 28 Sur ce processus, qui s’accélère à partir de 1538, voir Gemil T., Românii şi otomanii în secolele X (...)
  • 29 Sur l’organisation des chancelleries des deux principautés, voir Grămadă N., « Cancelaria domnească (...)

25Prises comme elles étaient entre les mondes catholique et orthodoxe, dans un premier temps, puis entre les mondes chrétien en général et ottoman en pleine expansion, placées sur les routes de commerce qui liaient l’Orient à la Russie via les Balkans et la Pologne, et à l’Europe centrale et occidentale via la Transylvanie et la Hongrie27, la Valachie et la Moldavie ont développé une activité diplomatique assez soutenue, qui n’a pas cessé après leur intégration, de jure et de facto, dans le système politique ottoman28. De ce fait, à part des documents en vieux slave, les chancelleries moldave et valaque ont produit également des documents en latin et italien pour servir à la communication diplomatique avec les pays catholiques ; plus tard, en polonais et hongrois pour ce qui était des affaires à traiter avec ces deux puissances voisines, plus rarement en grec et, à partir d’un certain moment, même en turc29.

26Ces sources soulèvent cependant d’importants problèmes lorsqu’il s’agit d’étudier le vocabulaire diplomatique et surtout de préciser de manière concrète les significations de tel ou tel terme et le statut de telle ou telle mission diplomatique et de ses porteurs.

27Il y a d’abord la question des rapports, parfois très difficiles à cerner, entre l’original, ou les originaux, de certains documents et les copies exécutées à l’époque même ou bien ultérieurement, ainsi que de leur langue de rédaction. Le problème est de taille car, dans bon nombre de cas, les originaux sont aujourd’hui perdus, de sorte que le corpus de documents appelés « externes », sur lequel se fonde l’analyse d’histoire diplomatique, est constitué de copies réalisées, pour la plupart, par les chancelleries des États avec lesquels les deux principautés ont entretenu des relations.

  • 30 L’éditeur évite de se prononcer de manière tranchante là-dessus ; il présume l’existence d’un origi (...)
  • 31 Ibid., p. 342-347 (le 8 mai 1478), Hurmuzaki E., Documente, vol. VIII, no XXVII, p. 23-25. Pour ces (...)
  • 32 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 467.

28Ainsi, par exemple, la lettre (le 25 janvier 1475) par laquelle le prince moldave Ștefan le Grand annonçait aux monarques chrétiens sa victoire sur les Ottomans, n’est préservée que sous forme de copies en italien, réalisées apparemment d’après une autre traduction plus ancienne, toujours en italien. Il est difficile donc de savoir si l’original a été rédigé en latin ou en slavon30. De même, le message envoyé, le 8 mai 1478, par le même prince à Venise nous est parvenu seulement dans une version italienne, avec la mention « de greco in latinum transducta ». Cette note indique que la version italienne a été exécutée d’après une version latine, elle-même réalisée, selon le même document, d’après un original grec. Mais il est fort peu probable que ce soit ainsi, vu qu’aucun autre document en grec émis par la chancellerie de Ștefan n’est connu à ce jour. Il est donc plus plausible que la traduction en latin ait été réalisée d’après un original slave, tandis que la version en italien a été réalisée d’après le texte latin31. De telles traductions étaient parfois obligatoires, comme en témoigne une note de Marino Sanudo qui écrivait dans ses Diarii, au sujet d’une autre mission moldave à Venise, le 24 juillet 1503 : « Fo leto una lettera latina, ma gran barbarie32 ».

  • 33 Mihai Viteazul […] Documente externe, vol. I, no 148, p. 418, n. 34 (1600, avant le 13 février). No (...)

29Dans la pratique des négociations ce genre de « barbaries » risquait de compliquer encore plus la tâche des diplomates qui n’arrivaient plus à naviguer entre les versions en plusieurs langues du même document, comme l’attestent le témoignage de David Ungnad et Mihaly Székely, commissaires chargés par l’empereur Rodolphe II des affaires de Transylvanie et de Valachie. Contraints à travailler avec des textes en slavon, italien, latin et allemand, ils durent en informer leur maître : « Das Khumbt uns nun so depravato und corrupto sensu fur, das wir aus etlichen Punkhter den rehten Verstand gar niht gewunnen khinnen33. »

30Ce n’est pourtant pas là que réside le plus grand problème que les documents diplomatiques soulèvent pour ce qui est de l’étude du vocabulaire. Ceci vient de leur statut même : rédigés pour assurer la communication entre cultures différentes, ces documents, œuvres des professionnels, font souvent état plutôt du langage auquel les destinataires étaient déjà accoutumés que de la vision des choses qu’en avaient les émetteurs. En effet, le contact permanent avec les royaumes de Pologne et de Hongrie et, dans un second temps, avec l’Empire ottoman et le Saint-Empire, a engendré tout un processus de transfert des pratiques en usage à ces cours vers les principautés de Valachie et de Moldavie et les princes ont dû s’y conformer afin de pouvoir communiquer avec leurs voisins.

  • 34 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 266-269.

31Lorsque les termes sont bien explicités –ce qui arrive assez rarement, par ailleurs– il faut aussi se demander qui avait rédigé les documents et selon quel modèle. Ainsi, la copie latine –apparemment conforme à l’original, perdu– du traité d’alliance conclu entre le prince moldave Ștefan le Grand et les représentants du roi de Pologne, le 4 avril 1459, indique que les deux envoyés polonais étaient « cum plena et omnimoda facultate et potestate missi, cum literis credentialibus et pargameneis cum sigillo appenso serenissimi regis Poloniae, domini nostri gloriosissimi ambasiatores34. » Dans ce cas, il y a de fortes chances que la chancellerie moldave, habituée depuis longtemps avec les formules des documents polonais, ait suivi précisément les usages de la chancellerie du royaume voisin.

  • 35 Ibid., p. 318-319 (lettre au pape Sixte IV, le 29 novembre 1474) ; voir aussi Hurmuzaki E., Documen (...)
  • 36 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 355-356 (lettre au patriciat de Brașov [Kro (...)
  • 37 Sur ces échanges d’ambassades, voir Halevy M. A., « Les guerres d’Étienne le Grand et de Uzun-Hassa (...)
  • 38 En Angleterre, par exemple, le mot ambassiata, bien qu’apparu vers 1300, ne se généralisa qu’à part (...)
  • 39 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 311 (le 13 juillet, 1471), respectivement p (...)
  • 40 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 342-347 (le 8 mai 1478) ; Hurmuzaki E., Doc (...)

32Il faut d’ailleurs s’interroger sur le sens précis que Ștefan et son proche entourage accordaient au terme ambasiator que le prince utilise pour désigner d’abord l’émissaire de Venise auprès de soi-même et du khan Akkoyonlu Uzun Hassan35, ou bien pour qualifier ses propres envoyés auprès du voïévode de Transylvanie36, et surtout quelle différence voyaient-ils entre ceux-ci et les oratores que le même khan avait mandés en Moldavie37. Probablement aucune, est-on tenté de croire en pensant au cas des autres chancelleries d’Europe et aux auteurs de traités sur les ambassades qui employaient eux-mêmes ces deux termes de manière alternative38. Ainsi, par exemple, le même prince moldave désigne comme nuncio à la fois son envoyé à la cour de Pologne (et qui devait par ailleurs traiter des affaires fort importantes), celui du roi de Pologne en Moldavie et « unus homo cum letteris » qui l’informait des événements survenus à Mangoup39. De même, l’envoyé du même prince à Rome et Venise se recommande comme ambassador, alors que la chancellerie de la Sérénissime le désigne comme orator40.

  • 41 Dans l’Occident latin, les ambassadeurs étaient appelés constamment legati, et cela jusqu’au milieu (...)
  • 42 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 457-458 (1501) et p. 462-463. Dans sa répon (...)
  • 43 Hurmuzaki E., Documente, vol. XI, no XXIII, p. 18-19 (le 21 mars 1531). Il utilise le même mot pour (...)

33En fait, ici comme ailleurs, les différences restent difficilement perceptibles, au moins sur le terrain du vocabulaire, car l’imprécision était d’usage dans les documents émis par les chancelleries polonaise et hongroise aussi41. Dans la réponse que le roi de Pologne donnait à la legatio que Ștefan le Grand avait envoyée pour le féliciter à l’occasion du couronnement, les émissaires du prince moldave sont appelés tantôt nuncii, tantôt oratores42, tout comme dans une autre, trente ans plus tard, adressée au prince moldave Petru Rareș43.

  • 44 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 324-327 (lettre à ses envoyés à la cour de (...)
  • 45 Hurmuzaki E., Documente, vol. II/2, no CCCXII, p. 364-365. Voir aussi la lettre du roi Mathias Corv (...)
  • 46 Veress A., Acta et epistolae, op. cit., vol. I, no 13, p. 14-15 (le 18 juillet 1475).

34Le dossier des rapports entre le même Ștefan et la Hongrie témoigne de la même situation. Si le prince moldave appelle oratores les émissaires que le roi devait lui envoyer44, une liste de dépenses faites par le Trésor du royaume de Hongrie en 1494-1495 mentionne les dépenses concernant les oratores de Ștefan le Grand qui « venerunt in legatione45 ». Mais si les deux monarques désignent constamment leurs envoyés respectifs comme oratores et le pape en fait de même, un autre tiers, en l’occurrence Florius Reverella, lui-même orator du duc de Ferrare à la cour de Mathias, qualifie les envoyés de Stefan comme « ambassadori in questa dieta46 », ce qui suggère que, au moins pour certains observateurs, les deux termes désignaient la même réalité.

  • 47 Hurmuzaki E., Documente, vol. II/2, no XCIV, p. 124 (le 23 avril 1537).
  • 48 Ibid., no C, p. 132 (lettre du même au même, le 1er juin 1537) ; voir aussi no CCLXVI, p. 290 (comp (...)

35Il en est de même quant à la chancellerie habsbourgeoise. Par une lettre que Ferdinand Ier envoyait au prince moldave Petru Rareș (1527-1538 ; 1541-1546) dans la question des négociations entre la Moldavie et la Pologne, il invitait le prince à envoyer ses plénipotentiaires à Cracovie en les désignant tantôt comme nuntij, tantôt comme oratores47. Il arrive aussi souvent que les trois termes, nuncius, legatus et orator soient employés de manière alternative pour désigner la même réalité48.

  • 49 Voir, entre autres, Thiriet F., La Romanie vénitienne au Moyen Âge. Le développement et l’exploitat (...)
  • 50 Hurmuzaki E., Documente, vol. II/2, no CCIV, p. 237 (1475 et 1477), respectivement no CCLXXXIX, p.  (...)
  • 51 Hurmuzaki E., Documente, vol. VIII p. 38, nos XLVI et XLVII (en précisant que l’orator expose la su (...)
  • 52 Ibid., no LV, p. 45 (le 7 mars 1518). Voir, à ce propos, Neagoe M., « Despre politica externă a lui (...)

36Les documents émis par la république de Venise, dont l’intérêt pour les affaires du Sud-Est européen a toujours été fort important49, présentent le même tableau. Si certaines sources officielles de la Sérénissime appellent les émissaires mandés par Ștefan le Grand à Venise et à Rome oratores, certaines autres parlent de legatio alors que les émissaires eux-mêmes sont désignés comme nuncii50. Pour sa part, Marino Sanudo, qui avait accès pratiquement à tous les documents officiels de la République et possédait une excellente connaissance des pratiques et du vocabulaire diplomatiques, emploie souvent le mot ambassador comme synonyme d’orator pour désigner les émissaires des princes moldaves et valaques51. La synonymie des termes est clairement attestée par le diplôme de chevalier que le doge Leonardo Loredan accorda au Ragusain Jeronim Matjević, l’envoyé (« nuncius seu orator ») du prince de Valachie Neagoe Basarab52.

37L’analyse comparative des diverses versions en diverses langues du même document, si c’est le cas, ne mène pas trop loin non plus, car le degré de généralité des termes slaves est tel qu’il arrive à effacer toute nuance. Si le terme slave

Image 1000000000000048000000140083B359.jpg

38est constamment traduit en latin par legatio, l’émissaire lui-même

(Image 100000000000006700000014ED1C653A.jpg)

39est appelé en latin tantôt nuncio, tantôt legatus ou bien orator. Ainsi, par exemple, évoquant l’histoire des rapports entre soi-même et les rois de Pologne, le prince Ștefan le Grand rappelle au roi Alexandre les échanges d’émissaires qu’il a eu avec ses prédécesseurs. Dans la version en slavon de rédaction russe (« ruthenica ») du texte, le terme qui désigne l’émissaire est toujours

Image 100000000000002C00000014E175A258.jpg

40, alors que dans la version latine contemporaine du même document (« Interpretacio verbalis rutenice legacionis ») on emploie le mot nuncio ; de même, au slavon russe

Image 1000000000000055000000144152E44A.jpg

41correspond constamment le latin legacio/legatio (« nos misimus ad vestram caritatem nuncios

[Image 100000000000003300000014F08186B4.jpg]

42cum alijs legacionibus »

  • 53 Réciproquement, la lettre que Ștefan le Grand adressait au roi de Pologne, en 1481, est inventoriée (...)

[Image 1000000000000048000000141D75EB04.jpg53])

  • 54 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 483-487 (texte slavon), 492-495 (texte lati (...)

43Il ne peut pas être question d’un terme technique, vu que ces nuncios-là ont fait « contractum inter nos, pacem et quietam, et inscriptiones fecerunt et juramenta nobis jurarunt », ce qui dévoile une mission de haute importance54.

  • 55 Il s’agit des documents (des duplicatas des documents diplomatiques ou bien des brouillons en rouma (...)
  • 56 De même, dans une situation tout aussi importante, il parle de ses propres envoyés et de ceux du kh (...)

44L’imprécision des termes slaves s’est transmise au terme roumain correspondant, même si dans ce cas toute conclusion définitive doit tenir compte de la rareté des documents en langue roumaine, qui n’apparaissent que vers la fin de la période qui nous intéresse ici. Des études de cas peuvent pourtant être tentées. Nous disposons, par chance, d’une partie des archives personnelles, avec des documents en plusieurs langues, dont le roumain, du prince valaque Mihai dit « le Brave » (Mihai Viteazul, 1593-1601). Le dossier couvre la dernière partie de son activité (1599-1601), marquée par un intense échange d’émissaires avec les cours de Vienne et Prague, la Porte, l’Espagne et les États italiens impliqués dans « la longue guerre » contre l’Empire ottoman55. Dans les documents rédigés directement ou traduits en latin, le mot « ambassadeur » n’existe pas en tant que tel, alors que nuncius, legatus et orator sont utilisés de manière alternative. Ainsi, au moment des négociations avec la Porte, Mihai parle d’un legatus Turcicus et des missions transylvaine et polonaise comme des legationis, alors que deux lignes plus bas il appelle l’envoyé ottoman çaus (chausy). Étant bien connu que la Porte n’envoyait pas de « vrais » diplomates à l’étranger, mais plutôt des courriers qui ne pouvaient pas prendre des décisions par eux-mêmes, la mission du personnage respectif pouvait être fort difficilement entendue comme « légation » au sens occidental du terme56.

  • 57 Ibid., no 148, p. 412-414 (version roumaine) et p. 414-419 (version allemande et notes). La version (...)
  • 58 Ibid., p. 415. Dans le second cas, il emploie une formule elliptique : « L’empereur a mandé en Fran (...)
  • 59 Ibid., no 142, p. 387-389 (version latine), p. 391-393 (version roumaine), le 3 février 1600.

45Quelques (rares) documents sont conservés en plusieurs versions, dont au moins une en roumain. C’est bien le cas d’une synthèse des actions diplomatiques et négociations menées par les envoyés de Mihai à la cour impériale qui nous est parvenue en versions roumaine (faite spécialement pour le prince, apparemment selon un matériel en italien, et portant des annotations de sa main) et allemande, les deux contemporaines des événements57. Dans la version roumaine, Mihai se réfère aux « émissaires (solii) venus de Moscovie, de la part de l’empereur », formule traduite en allemand par « der Muschkhoviter hab durh seine Gesanten [c’est nous qui soulignons] Irer Mäjestat endpotten », et à ceux qui lui ont été envoyés par le pape et l’Espagne58. Dans un autre cas, on possède l’original latin d’une lettre de l’empereur Rodolphe II adressée à Mihai et la traduction roumaine contemporaine, avec les annotations de la main du prince59. Dans le texte roumain, les termes legatus et commissarios (se référant ici aux procurateurs de l’empereur chargés des affaires de Transylvanie) sont traduits de manière constante par sol/soli.

  • 60 Iorga N., « Documente nuoi », art. cité, p. 485-486 (« Responsio clementissima Suae Maiestatis per (...)

46Les documents roumains, par contre, montrent bien que les seuls termes que le prince et ses collaborateurs utilisaient pour exprimer ou traduire dans leur propre langue le caractère des diverses missions diplomatiques et de leurs agents sont sol, respectivement solie, sans aucune autre précision. Ainsi, pour donner un seul exemple, il nomme solie la mission, de très haute importance, qu’il avait envoyé auprès de Rodolphe II en 1599, alors que la chancellerie impériale, lorsqu’elle enregistra les documents la concernant la mit sous le nom de legatio60. Il semble donc bien évident que le prince et ses hommes, pour autant qu’ils étaient vraiment des natifs de la langue roumaine, concevaient les documents dans les termes –bien imprécis– de leur langue à eux, toute adaptation au vocabulaire des chancelleries habsbourgeoise, polonaise ou autre étant en fait un exercice de traduction. L’usage alternatif de plusieurs mots en latin pour désigner la même réalité ne faisait qu’alourdir leur tâche.

47Cet aperçu, qui ne peut aucunement se substituer à l’analyse systématique que tout ce matériel mériterait, montre toutefois assez clairement que seule l’étude du vocabulaire n’aide pas beaucoup à avancer dans la compréhension des catégories du langage et des pratiques de la diplomatie et d’autant moins à saisir les nuances que les diverses « figures » qu’empruntait un émissaire chargé d’affaires diplomatiques supposaient. Un changement de cap doit donc être tenté afin de comprendre qu’est-ce qu’un ambassadeur voulait dire pour les acteurs sociaux qui nous occupent ici, et ce changement consisterait à regarder de plus près les pratiques.

UN APERÇU DES PRATIQUES

  • 61 L’expression appartient à Péquignot S., « Figure et normes de comportement des ambassadeurs dans le (...)
  • 62 Mattingly G., Renaissance Diplomacy, op. cit., p. 35-36 ; Péquignot S., « Figure et normes de compo (...)
  • 63 Parmi les très rares cas, voir la lettre que Gregorius literatus (secrétaire), envoyé à la cour de (...)

48Pour ce faire, il faut considérer les documents liés aux et produits par les missions diplomatiques et leurs porteurs, et surtout ceux qu’on a appelés « pragmatiques61 », à savoir sauf-conduits, lettres de créance, instructions et procurations, ainsi que les journaux d’ambassade et la correspondance des envoyés diplomatiques avec leurs mandants. Dans les cas qui nous intéressent ici, certaines de ces sources (les journaux d’ambassade, par exemple) font complètement défaut, alors que certaines autres (instructions62 et procurations, correspondance des envoyés63) sont des pièces bien rares à trouver. Il reste à voir d’ailleurs lesquels de tels documents ont effectivement existé et sous quelle forme dans le cas des missions diplomatiques envoyées et reçues par les princes de Valachie et de Moldavie.

  • 64 Parmi les exceptions, on compte une lettre que deux grands boyards du prince valaque Vlad le Diable (...)

49À ce point, une incursion dans le riche dossier des relations entre les deux principautés et les villes saxonnes libres de Transylvanie, Brașov (Kronstadt) et Sibiu (Hermannstadt), qui ont longtemps fait figure de relais de communication de ces pays-là avec les princes de Transylvanie et les rois de Hongrie, peut s’avérer bien utile. Il faut observer d’abord que dans les documents rédigés en slavon, il arrive assez rarement que la qualité des émissaires réciproquement envoyés par les deux parties soit désignée par un terme particulier64. Plus encore, ce ne fut pas inhabituel du tout que les documents disent seulement que tel ou tel prince a « mandé » [quelqu’un] chez son interlocuteur pour traiter de certaines affaires. Cette formulation elliptique, courante dans les documents rédigés en slavon (

Image 100000000000004C00000014825F6E28.jpg

  • 65 Ainsi dans la lettre que les émissaires du prince valaque Basarab le Jeune auprès du roi de Hongrie (...)
  • 66 Le cas de la chronique de Mihail Moxa, première traduction en roumain des chroniques universelles b (...)

50–» mander chez65 ») a été ensuite reprise mot par mot en roumain66.

51Du reste, dans nombre de lettres adressées aux autorités saxonnes des deux villes il est dit « nous avons mandé notre homme » ou « notre homme fidèle

  • 67 Nicolaescu S., Documente slavo-române, p. 47 (lettre de Radu de Afumaţi, prince de Valachie, au pat (...)

Image 10000000000000510000001410D95CA1.jpg67

52chez vous ». Dans certains cas, le statut des personnes en question est aussi mentionné, ce qui permet d’en recomposer la hiérarchie telle qu’elle était conçue par les expéditeurs, à partir du « serviteur de Ma Seigneurie »

  • 68 DRH. D., no 188, p. 288 (Vlad le Diable aux patriciens de Brașov, 1431, novembre-décembre).

(« Image 100000000000008300000014FDEB16B7.jpg68 »)

53ou « notre fidèle serviteur »

  • 69 Ibid., no 192, p. 290-292 (Alexandru Aldea, prince de Valachie, aux mêmes, 1432, mai-juin) ; no 213 (...)

(« Image 100000000000006900000014B2087505.jpg69 »)

54, jusqu’au « fidèle boyard et serviteur de Ma Seigneurie »

  • 70 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 90-91, doc. LXVII (lettre de Vlad (...)

(« Image 100000000000008D00000014F641EA2A.jpgImage 1000000000000069000000142E975D4D.jpg70 »)

55ou « notre fidèle homme [membre] de notre Conseil [princier] »

  • 71 Nicolaescu S., Documente slavo-române, p. 66-67 (lettre de Radu Paisie [en fait, Radu de Afumaţi] a (...)

(« Image 10000000000000D700000014CDCAED2B.jpg71 »)

56, « notre fidèle boyard »

  • 72 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 122-123 (lettre de Basarab Laiotă (...)

(« Image 100000000000005E00000014F0B3777A.jpgImage 10000000000000410000001455D9E784.jpg72 »)

57, « notre honorable noble et officier »

  • 73 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 218-219 (lettre de Radu le Grand a (...)

(« Image 10000000000000E800000014D5984FDD.jpgImage 10000000000000490000001472F317AE.jpg73 »)

58, « notre fidèle et honorable et grand boyard »

  • 74 Ibid., p. 144 (Basarab le Jeune aux mêmes, 1478-1479).

(« Image 1000000000000072000000147FC21182.jpgImage 10000000000000820000001466024270.jpg74 »)

59, ou bien « le(s) très fidèle(s) et très honorable(s) boyard(s) de Ma Seigneurie »

  • 75 Ibid., p. 131 (le même aux mêmes, 1474-1477).

(« Image 10000000000000F000000014D0231AB7.jpg75 »).

60Deux choses ressortent clairement de ces formulations : la première est le souci d’identifier l’émissaire et préciser le rapport dans lequel celui-là se trouvait avec le prince (serviteur, noble et/ou conseiller, selon le cas) ; la seconde est l’accent mis sur sa fidélité à l’égard de celui qui l’a envoyé, ce qui devait aussi le recommander auprès du destinataire. Cela répond, en fait, aux Enseignements du prince Neagoe Basarab : le choix d’un émissaire diplomatique devait être précédé d’une longue et mûre réflexion, en sorte qu’il tombe sur un serviteur capable et habile

  • 76 Aussi, le choix devait-il être « objectif » sans privilégier les parents et amis du prince ou de qu (...)

(« Image 1000000000000129000000141E492CEB.jpg76 »).

  • 77 Parfois, seul le cadre général de la mission est présenté par écrit, alors que les détails devaient (...)

61L’historien aurait espéré que ces documents éclairent le rapport entre le statut de l’émissaire et l’importance de la mission qui lui a été confiée. Or, il n’en est rien, car la plupart gardent un silence quasi complet sur les buts concrets des discussions à porter et des négociations à mener, vu que celles-ci ne sortaient que très rarement de la sphère de l’oralité77. Ce fut sans doute de cette manière-là que l’entendit le prince valaque Vlad le Moine (Călugărul, 1482-1495) lorsqu’il invita les autorités de Brașov à lui envoyer « un homme de qualité (littéralement “bon”,

Image 10000000000000540000001438193F54.jpg”)

62pour qu’on se parle

(“Image 1000000000000067000000149038F830.jpg”)

  • 78 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 180-181 (lettre du prince valaque (...)
  • 79 Hurmuzaki E., Documente, vol. XV/1, no CCCCXXIX, p. 235 (lettre de Neagoe Basarab aux autorités de (...)

63, pour le bien de Votre Seigneurie et pour Votre Seigneurie78 ». En fait, l’émissaire était par-dessus tout chargé de transmettre les paroles du maître (« verbo nostro referenti79 ») ; il était à la fois un « porteur de paroles » et porte-parole de celui qui le mandait. Ainsi, par une lettre adressée aux autorités de Brașov, le prince valaque Basarab Laiotă (1473-1477, avec interruptions) faisait savoir qu’il leur avait envoyé ses hommes « avec des paroles que nous devions discuter avec Vos Seigneuries »

  • 80 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 119-120 ; p. 171 (« avec des parol (...)

(« Image 100000000000015B000000144FB3C253.jpg80 »).

  • 81 « Nos vraies et utiles [pour les affaires qui devaient être réglées] paroles » (« (...)

64Les paroles – « vraies » et « utiles81 »– appartenaient donc au maître ; à l’émissaire ne revenait que la tâche de les « remettre » au destinataire. D’ailleurs, comme le prince Neagoe le suggérait, le meilleur émissaire diplomatique était précisément l’homme qui « savait porter (en l’occurrence, transmettre) la parole

(Image 1000000000000028000000148AB9178F.jpg)

  • 82 Învăţăturile lui Neagoe Basarab […] Versiunea originală, op. cit., p. 290-291 ; voir aussi les obse (...)
  • 83 Azo de Bologne, Summa Codicis, cité par Queller D. E., « L’évolution du rôle de l’ambassadeur », ar (...)
  • 84 Selon l’expression (« lettera parlata ») de Carbone M., « Sul concetto di “nuntius” », Scritti giur (...)

65du maître », à savoir celui qui était capable « de [re]dire très bien (de manière très fidèle) et sans peur aucune ta propre parole, comme si c’était toi qui le dirais82 ». Il devait donc être, pour reprendre la fameuse définition du nuncius par le juriste Azo de Bologne (mort en 1230), une sorte de perroquet qui n’est rien de plus que « la voix du maître qui le dépêche » et dont il récite les paroles, tout en tenant lieu de lettre83 ou, encore mieux dit, en étant lui-même une « lettre parlée84 ».

66C’était toujours cette capacité de reproduire à l’identique le message confié par son mandant (en plus d’une fidélité déjà testée) qui recommandait l’émissaire à jouer le double du prince : « Il faut lui faire parfaite confiance –dit la lettre princière– car ce sont Mes véritables paroles »

  • 85 DRH. D., no 234, p. 331-332 (lettre de Vlad le Diable aux patriciens de Brașov, 1437-1446).

(« Image 1000000000000059000000144F69B12D.jpg85 »)

67ou « les véritables paroles de Ma Seigneurie »

  • 86 Nicolaescu S., Documente slavo-române, p. 26-27 (lettre de Theodosie au patriciat de Sibiu, 1521-15 (...)

(« Image 10000000000000AA000000140A19DCA5.jpg86 »)

68ou bien « des vraies paroles de la propre bouche de Ma Seigneurie »

  • 87 DRH. D., no 333, p. 453 (Vlad l’Empaleur aux mêmes, 1456, mai - 1459).

(« Image 100000000000008800000014D1C06493.jpgImage 100000000000001A00000014DB3AD653.jpg87 »)

69, « des paroles vraies et de conseil de Ma Seigneurie »

  • 88 Tocilescu G. G., 534 documente, p. 336 (Radu Paisie aux mêmes, 16 décembre, sans année).

(« Image 10000000000000950000001476D1492F.jpgImage 100000000000007B000000142FB2E485.jpg88 »).

70Les écoutant, ce sera donc « comme si vous [les] entendiez de ma propre bouche »

  • 89 DRH. D., no 213, p. 311-312 (Vlad le Diable aux mêmes, le 7 octobre 1434) ; no 231, p. 329 (le même (...)

(« Image 100000000000010A00000014D3B08BC5.jpg89 »)

71ou bien « comme si c’était Nous-même qui vous parlait »

  • 90 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 106-107 (le prince valaque Radu le (...)

(« Image 10000000000000B300000014A54669E8.jpg90 »)

72, ou encore « comme si on parlait d’une bouche à l’autre »

  • 91 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 122 (lettre de Basarab Laiotă au p (...)

(« Image 100000000000008E00000014A93A7153.jpgImage 100000000000006100000014231C395D.jpg91 ») ;

  • 92 ID., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 336-337. Les documents latins contiennent des for (...)

en un mot « comme si Nous-même, nous discutions ensemble avec Votre Grâce » (« Image 10000000000000E6000000140D840734.jpg92 »).

  • 93 Învăţăturile lui Neagoe Basarab, op. cit., p. 278.

73Ce fut précisément dans ce sens que Neagoe Basarab conseillait son successeur de bien écouter les paroles des envoyés d’un autre monarque et surtout de maîtriser ses réactions par rapport à ce qui était dit car « ces paroles-là ne sont pas leurs propres paroles, mais celles des maîtres et seigneurs qui les ont envoyés chez vous93 ». L’émissaire ne disait –ou bien il ne devait dire– rien de sa part, mais seulement ce dont il avait été instruit par son mandant. Tout ce que les envoyés diront –écrit Basarab Laiotă au patriciat de Brașov–» vous allez le croire, tout, mot pour mot (ou jusqu’au dernier mot), car c’était Nous qui les avons instruits à parler ainsi »

  • 94 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 119-120 (lettre de Basarab le Jeun (...)

(« Image 10000000000001BE00000014BBEA0C8C.jpgImage 100000000000003F00000014B8CFA85E.jpg94 »).

74On comprend alors pourquoi les instructions écrites s’avèrent tellement rares.

75Hormis l’intérêt pour les pratiques de la négociation, ces documents, très bien représentés dans notre corpus, en ont aussi un autre car ils sont, en fait, des lettres de créance. Le syntagme existe en tant que tel en slavon (

Image 100000000000004000000014FDE86ECB.jpgImage 1000000000000021000000142A1DE89E.jpg

76– littéralement « lettre de foi ») étant lié aux actions d’accorder, respectivement recevoir foi

(Image 100000000000001F00000014367CE629.jpg)

  • 95 Ibid., p. 267-269 (lettre des boyards du prince Basarab Laiotă au patriciat de Brașov, 1477). Ce do (...)
  • 96 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 144-145 (lettre de Basarab le Jeun (...)
  • 97 Ibid., p. 137-138 (le même aux mêmes, environ 1478) ; p. 145-146 (le même au prince de Transylvanie (...)

77, opération préliminaire à tout échange d’émissaires95. Dans une lettre que le prince valaque Basarab le Jeune (1477-1482, avec interruptions) envoie aux autorités de Brașov, il explique qu’il ne peut pas mander chez le prince de Transylvanie avant que celui-là n’émette lui-même une lettre de créance pour que ses hommes puissent s’y rendre librement96. Il s’agit donc d’une sorte de sauf-conduit qui s’accordait aussi aux marchands leur permettant de voyager librement dans le pays respectif97.

78Émissaires diplomatiques et marchands, ce n’est pas bizarre qu’ils apparaissent les uns à côté des autres et qu’ils soient concernés par le même genre de documents, car ils avaient en commun la mobilité, qui constituait l’essentiel de leur « métier ». Les accords conclus entre les deux principautés et les pays voisins en témoignent. Le traité entre le prince Bogdan II de Moldavie (1449-1451) et János Hunyadi, à l’époque gouverneur de la Hongrie, prévoit que les deux assument l’obligation de permettre la libre circulation des émissaires diplomatiques et des marchands et, en principe, de tous les gens « de bien »

(« Image 10000000000001470000001450362CD2.jpg »)

  • 98 DRH. D., no 300, p. 410-412 (le 11 février 1450) ; no 302, p. 413-415 (le 5 juillet 1450).
  • 99 Voir Corfus I., Documente […] XVI-XVII, no 13, p. 24 et 27 (les promesses du roi de Pologne exposée (...)

79dans leurs pays respectifs98. La même clause peut être retrouvée dans nombre de traités conclus par les princes moldaves avec les rois de Pologne99.

  • 100 Veress E., Acta et epistolae, I, p. 150-151 (la lettre dit : « Rogamus […] quatenus ipsa Regia Maie (...)
  • 101 Ibid., p. 301-302 (le 24 septembre 1540). Il s’agit d’une pratique réciproque ; voir ibid., p. 302 (...)
  • 102 Ou bien Credenzschreiben, comme c’est le cas de la lettre dont était muni l’émissaire de Mihai le B (...)
  • 103 Corfus I., Documente […] XVI-XVII, no 14, p. 28 : l’émissaire devait discuter avec le roi de Pologn (...)

80Les mêmes expressions et le même message se trouvent dans les actes latins du même corpus. Quant à ceux rédigés à l’intention des émissaires princiers envoyés en Hongrie, en Pologne ou chez les Habsbourg, ils sont enregistrés par les chancelleries respectives sous le nom de litterae credentialis. C’est bien le cas de la lettre que Pierre Rareș adressait au roi de Hongrie Ferdinand Ier, le 19 novembre 1527, enregistrée comme « litterae credentialis pro parte Theodosii Logofet nuntii ad eum missi ». Une fois de plus, le terme nuncius semble trompeur car l’émissaire moldave était en fait un consiliarius intimus du prince100. L’éphémère successeur de Petru, Ștefan dit « la Sauterelle » (Lăcustă, 1538-1541) emploie les mêmes formules : « Quicquid idem fidelis servitor noster nostro nomine protulerit Ser(enissi)mae M(aesta)ti V(ostr)ae, fidem indubiam adhibere dignetur Ser(enissi) ma Maiestas Vestra101. » La chancellerie habsbourgeoise enregistra toujours ce genre de lettres sous le nom de litteri credentialis ou bien literae creditoriae102, tout comme le fit la chancellerie de la couronne de Pologne103.

  • 104 Voir Péquignot S.,» Les instructions aux ambassadeurs des rois d’Aragon (XIIIe-XVe siècle). Jalons (...)

81Bouche et oreilles de son maître, l’émissaire muni de ce genre de documents peut être donc défini comme « prolongement » ou bien « extension non autonome » du corps du monarque qui l’envoyait et mandatait. Ce fut précisément ce statut qui lui donnait droit à des honneurs sur mesure104. Tout juste revenu de Constantinople, le prince Radu le Grand s’empresse d’informer le patriciat de Brașov de son retour et du fait qu’il avait « œuvré pour eux aussi » lors de son séjour dans la capitale impériale. Le porteur de ces bonnes nouvelles était un grand boyard du prince, qui est recommandé aux autorités du lieu « pour qu’il reçoive estime et générosité (littéralement “présent”, “don”) de la part de Votre Grâce »

  • 105 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 218-219 (1504).

(« Image 10000000000000E800000014773E164E.jpg105 »).

82De même, juste après avoir pris le pouvoir, le prince valaque Vlad dit « le Noyé » (1530-1532) envoie en mission à Brașov deux de ses boyards afin d’établir de bons rapports avec cette riche ville saxonne, en précisant : « Et Votre Grâce, accueillez-les avec bienveillance (littéralement “au nom du bien”,

[“Image 10000000000000A800000014493C01CD.jpg”])

83et accordez-leur tout l’honneur

  • 106 Tocilescu G. G., 534 documente […], p. 317-318 (sans date, vraisemblablement 1530).

(Image 100000000000002D00000014F0F66659.jpg)106. »

84Certains documents précisent même qu’il fallait honorer le messager comme si celui-là était le prince en personne, « comme si on honorait le visage de Ma Seigneurie »

  • 107 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 133-134 (lettre de Basarab le Jeun (...)

(« Image 10000000000000DF000000144EFAC203.jpgImage 1000000000000083000000141B7E5F1E.jpg107 »).

  • 108 Le même type de documents est aussi utilisé par des personnes privées, voir Bogdan I., Documentele (...)
  • 109 Comme ce fut le cas dans l’Occident médiéval; voir, entre autres, Behrens B., « Treatises on the Am (...)

85Il est bien évident, ici comme ailleurs, que tous les émissaires qui possédaient des lettres de créance de ce type n’étaient pas de « vrais » ambassadeurs108. Comment faire cependant la différence, faute d’accès au dossier complet d’une mission diplomatique et de sources normatives109 qui établissent des critères d’identification de divers types d’envoyés ? En effet, l’unique distinction que les sources valaques et moldaves proposent –et c’est le cas des Enseignements du prince Neagoe Basarab– s’opère entre « grands » et « petits » envoyés. S’agit-il là d’une distinction qui prend en compte le rang des émissaires ou bien le caractère de la mission que ceux-ci devaient accomplir ?

« GRANDS » ET « PETITS » ÉMISSAIRES

  • 110 Sur les relations des deux principautés avec la Pologne, voir, entre autres, Ciobanu V., Ţările Rom (...)
  • 111 Corfus I., Documente […] XVI-XVII, no 5, p. 9-10 (1542, après le 21 janvier). La même appellation e (...)

86À ce point, le corpus des documents concernant les relations des principautés de Valachie et de Moldavie avec les villes saxonnes de Transylvanie ne donne pas beaucoup de réponses. En revanche, le riche dossier des rapports avec la Pologne suggère quelques pistes de recherche110. Envoyé auprès du hetman de la Couronne polonaise en 1542, le secrétaire princier Avram de Bănila, un expert des relations avec la République, transmet au roi les excuses de son prince, Petru Rareș, qui n’avait pas pu envoyer des émissaires de haut rang (littéralement « grands émissaires », posli wielkie) à la cour de Pologne car les Ottomans le surveillaient de près111. Si le sens précis du syntagme « grands émissaires » employé par le diplomate moldave nous échappe, il est cependant assez peu probable qu’il fasse référence seulement au rang et à la dignité des envoyés. Tout au contraire, il est à supposer que certaines affaires, déjà entamées ou non par des envoyés « ordinaires », exigeaient la présence de ces « grands émissaires ».

  • 112 ID., Documente […] XVI-XVII, no 17, p. 33-38 (décembre 1555). À son tour, Jacob Vassilikos écrivait (...)
  • 113 Voir, par exemple, ibid., no 150, p. 292-294 (l’émissaire envoyé par le roi de Pologne chez le sult (...)

87Les sources connues permettent d’identifier au moins quelques-unes de ces affaires-là. Ainsi, dans son exposé devant le roi de Pologne, le même Avram de Bănila passe en revue les échanges d’émissaires qui avaient eu lieu entre son maître, cette fois-ci Alexandru Lăpușneanul, et le roi et souligne la présence des « grands émissaires » envoyés par ce dernier pour assister comme témoins au serment que le prince moldave devait prêter à l’occasion de la conclusion du traité entre les deux États112. Vu que le document en question est préservé seulement sous la forme d’une copie rédigée en polonais, il est permis de croire que ce syntagme-là reflète plutôt les usages de la chancellerie polonaise. Quoi qu’il en fût, il est certain cependant que l’expression fit carrière dans celle moldave aussi, actes slaves et roumains confondus. Il faut noter d’ailleurs que la chancellerie polonaise désigne souvent sous le même nom (posli wielkie) les émissaires envoyés à Constantinople pour renouveler les traités avec la Porte, mission d’importance capitale pour la République et qui n’était confiée qu’à des personnages de haut rang, qui agissaient non seulement comme ambassadeurs « ordinaires » mais comme procurateurs113.

  • 114 Hurmuzaki E., Documente, vol. II/2, no LII, p. 66 (1456). Il faut aussi s’interroger sur le sens de (...)
  • 115 Dans son sens restreint, le terme désignait d’habitude un messager de moindre importance, voir Quel (...)
  • 116 Hurmuzaki E., Documente, vol. II/1, p. 240-242 (le 7 janvier 1543). Pierre Chaplais attire l’attent (...)

88D’un autre côté, les actes latins fournissent certaines précisions supplémentaires concernant le statut diplomatique des émissaires. Ainsi, le prince moldave Petru Aron (1455-1457) écrit au roi de Pologne en précisant qu’il s’oblige à envoyer « nuncios nostros speciales […] cum muneribus seu donis » en signe d’hommage que lui, en qualité de vassal, devait à son seigneur114. Même si le terme employé (nuncios115) est très général, on comprend que les « nonces spéciaux » devaient correspondre aux « grands émissaires » constitués dans une véritable ambassade censée régler les rapports entre les deux États. De même, lorsque le prince valaque Radu Paisie (1535-1545) fait sa déclaration de soumission à Ferdinand Ier un traité est signé par les solennes oratores que le prince avait mandés à cet effet116.

  • 117 Ceux-ci étaient nommés credibiles legati ou legatos instructos, ibid., p. 56-58. Nous n’avons pas r (...)

89Il est donc raisonnable de considérer que des appellations comme « grand émissaire », « nonce spécial » ou bien orator solennis désignent des ambassadeurs et que leur statut diplomatique ne découlait pas seulement du rang et dignités détenus par les personnes en question mais aussi du caractère de la mission qui leur était confiée, des pouvoirs dont ils étaient investis et des responsabilités qu’ils devaient assumer. Or, représenter son souverain lors de la prestation du serment censé sceller un traité de paix et/ou d’alliance, n’était pas seulement un honneur mais un engagement personnel de haute importance. Dans des situations pareilles, qu’ils soient explicitement appelés ambassadeurs ou non dans les documents, les émissaires diplomatiques devenaient le double du prince, et ceci non pas parce qu’ils reproduisaient les paroles de celui-là et enregistraient la réponse de celui qui les recevait, mais parce qu’ils agissaient au nom et à la place de leur maître. Le passage du dicere à facere supposait donc un « supplément de confiance » dont l’expression manifeste était les lettres patentes de créance avec une clause de rato ou ratihabitio par laquelle l’émetteur s’engageait à accepter et à ratifier les actions que ses envoyés avaient accomplies en son nom117.

90Ce fut en cette qualité que le prince Ștefan le Grand considéra les envoyés du roi de Pologne dans la charte qu’il émit le 2 mars 1462. Par cet acte, le prince s’engageait à servir fidèlement la couronne de Pologne, conformément aux « lettres, serments et promesses »

(« Image 10000000000000B40000001434D4EF6E.jpg »)

91qui avaient été faits « entre Nous et entre les grands et honorables gens et conseillers du roi »

  • 118 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 291-294.

(« Image 10000000000000F90000001423A84945.jpg118 »).

  • 119 Corfus I., Documente […] XVI, no 81, p. 166 (le serment prêté par Alexandru Lăpușneanul au roi de P (...)
  • 120 Id., Documente […] XVI-XVII, no 12, p. 20-22 (lettre du roi de Pologne au prince Iliaș Rareș dans l (...)
  • 121 Le dossier du problème contient un nombre important de pièces qui mériteraient une analyse spéciale (...)

92Il est évident que les représentants du roi de Pologne nommés étaient des ambassadeurs munis de pleins pouvoirs, même si le document ne l’indique pas explicitement. D’ailleurs, dans pratiquement tous les actes ayant trait aux serments solennels qui devaient donner force juridique aux traités, les émetteurs prennent soin de préciser le statut social des émissaires diplomatiques qui y assistent comme témoins, même si parfois rien n’est dit sur leur statut diplomatique (nuncius, orator, legatus ou bien ambassador). Au XVIe siècle, ils sont appelés « puissants et de bonne souche conseillers » (« vielmoznich i urodznich pani119 ») ou bien « gens honorables » (« osoby zacne120 »), leur mission étant de s’assurer au nom de leurs maîtres que la prestation du serment et les documents diplomatiques émis à cette occasion étaient conformes aux « vieilles coutumes » qui régissaient les rapports entre les deux États121.

  • 122 Dans certains cas –très rares– les documents parlent explicitement d’ambassadeurs, tout en dévoilan (...)

93Cela porte à supposer que ces personnages-là peuvent être eux aussi identifiés avec des « grands émissaires » et qu’ils sont chargés d’accomplir des missions sur mesure, à savoir des ambassades122. Dans ce cas, le silence des documents ne peut être compensé que par une analyse systématique, tant du vocabulaire que des acteurs sociaux en question, analyse qui devra éclaircir le statut social précis des protagonistes (dignités, offices), leur position dans le système de pouvoirs d’origine et éventuellement leur carrière, ce qui exige en fait une étude comparée d’histoire sociale et diplomatique.

  • 123 Veress A., Documente, vol. I, p. 222 (lettre de Valentin Sauerman à Ferdinand Ier, le 5 juin 1562).
  • 124 Hurmuzaki E., Documente, vol. II/2, no CVI, p. 126-127. Il se peut aussi que ce refus fût un strata (...)

94Quant aux pouvoirs dont ces personnages étaient investis et les responsabilités qu’ils assumaient, cela est parfois indiqué par la manière dont ils sont qualifiés par ceux qui les envoient et/ou les reçoivent. Lorsque le prince de Moldavie Jacob Vassilikos (1561-1563) voulut prêter hommage au roi de Pologne par l’entremise de ses envoyés, la réponse, rapportée par le nonce de l’empereur Ferdinand Ier à Varsovie, fut la suivante : « Expectaturum Regem legatos alios, qui iam in itinere esse atque ampliori cum potestate agendi123. » Le roi attendait, sans doute aucun, ce genre de légats dont parlait le traité conclu entre Ștefan le Grand et le roi Casimir en 1459, à savoir « cum plena et omnimoda facultate et potestate missi, cum literis credentialibus et pergameneis cum sigillo apenso serenissimi Regis Poloniae Domini nostri gloriosissimi Ambassiatores124 ».

95En quoi ces « pleins pouvoirs » consistent-ils, cependant ? La réponse est fournie par le témoignage même des envoyés. Le 16 avril 1499, la chancellerie polonaise enregistre la significatoria des oratores moldaves Hârman et Ivanco qui acceptaient eux-mêmes et s’engageaient à faire accepter par Ștefan le Grand le traité entre la Moldavie et la Pologne. Le document est fort éloquent et nous le citons in extenso :

  • 125 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, no CLXXVII, p. 415-417.

« Nos Herman et Jwanko suprascripti promittimus vigore litterarum credencionalium, in fidem personarum nostrarum per eundem dominum nostrum ad ipsius majestatem datarum, et in fidem nostram christianam, quod ipse dominus Stephanus waywoda dominus noster omnes et singulos articulos suprascriptos acceptabit atque cum filio suo Bogdan necnon metropolitis, wladicis, boyaris et consiliarijs suis omnibus juramentum corporale in manibus oratorum prefati serenissimi domini Polonie regis prestando, secundum articulum de juramento superius contento, firmabit, et litteras desuper tam latinas quam ruthenas in pargameno scriptas iuxta vim, effectum et continenciam articulorum et conclusionum suprascriptarum, nichil mutando vel minuendo in forma, ut supra descriptum est, suo filijque, metropolitarum, wladicarum, boyarorum et omnium consiliariorum suorum predictorum sigillis subapensis munitas, eidem serenissimo domino Polonie regi dabit in effectum, tenendo et observandum omnia premissa sine omni fraude et dolo. Pro quorum omnium firmiori effectu et stabilitate, nos idem oratores litteras presentes sigillis nostris consignatas communivimus125. »

96On voit bien que les deux boyards moldaves ont agi en tant que procuratores de leur prince, même s’ils ne sont pas nommés ainsi, sur la base d’un mandat qui les autorisait à prendre des décisions définitives au nom et avec le consentement préalable de leur maître. La ratification du traité ainsi négocié et établi devait donc être pratiquement automatique.

  • 126 Voir, par exemple, Iorga N., Istoria românilor, vol. 5, Vitejii, éd. par C. Rezachevici, Bucarest, (...)
  • 127 Mihai Viteazul […] Documente externe, vol. I, no 14, p. 87-92 (original latin) et 92-99 (traduction (...)
  • 128 Ibid., no 16, p. 100-104 (original polonais), 105-110 (traduction roumaine), ici p. 102 et 106 (tém (...)
  • 129 Isopescu C., « Alcuni documenti inediti della fine del Cinquecento », Diplomatarium italicum, no 1, (...)
  • 130 Il convient de préciser ici que nous n’avons pas trouvé le terme procurator dans le corpus que nous (...)

97De l’avis presque général des historiens126, il en fut de même dans le cas du traité conclu entre Mihai le Brave et le prince de Transylvanie, Sigismond Báthory, le 15 mai 1595127, sauf que, dans ce cas-là, le prince valaque a accusé ses légats –après avoir lui-même accepté le traité –d’avoir dépassé les pouvoirs dont ils avaient été investis et agi pour leur propre intérêt à eux128 (dans la version latine du texte : « Non in quod in mandatis habebant, agebant, sed quod e re eourum erat, obtentis quibus privilegiis sibi129. ») La question exige pourtant un plus d’attention car, malgré le fait qu’ils se déclarent eux-mêmes munis de pleins pouvoirs (« cum plena et sufficienti instructione »), tout comme les représentants de Báthory (« ad transigendum specialiter ipsius Serenitati delegatis »), qu’ils prêtent serment de fidélité au nom du prince et du peuple valaque et qu’ils le scellent par leurs signatures et sceaux, ils ajoutent : « Idem et Michael Vaiuoda nunc constitutus et in futurum quoque pro tempori constituendi vaiuodae, vniuersique regni Transalpinensis ordines et status praestare debebant. » En d’autres mots, leur serment ne remplaçait pas celui du prince qui, théoriquement tout au moins, aurait pu ne pas le prêter et donc ne pas accepter le traité. Les douze boyards signataires n’étaient donc pas des procuratores aux pouvoirs illimités, leur action ne liait pas leur maître et celui-ci était sans doute le premier qui le savait130. Le fait d’avoir accepté le traité, dans le contexte fort difficile de la guerre contre l’Empire ottoman, semble indiquer que Mihai était prêt presque à tout pour obtenir l’aide de Báthory, à cette nuance près qu’il a tout de même pris la précaution minimale de ne pas accorder de pouvoirs illimités à ses ambassadeurs. Dans ces conditions, il se réservait le droit de rejeter, si les circonstances l’exigeaient, un traité qu’il aurait jugé trop défavorable.

  • 131 Învăţăturile lui Neagoe Basarab […] Versiunea originală, op. cit., p. 292-293. Dans la pratique dip (...)
  • 132 Voir, entre autres, Hurmuzaki E., Documente, vol. II/1, no CCCXLVII p. 371-372 (instructions de Jac (...)
  • 133 On instruit par écrit surtout lorsqu’il « peut y avoir matière à débat, à engagement de la parole r (...)

98Des témoignages comme celui des deux boyards de Ștefan le Grand, évoqué ci-dessus, sont très rares dans le corpus que nous avons parcouru. Tous aussi rares s’avèrent être les instructions écrites données aux envoyés diplomatiques, et ceci surtout au XVe siècle. Les Enseignements du prince Neagoe Basarab n’en disent mot non plus ; là, l’instruction de l’émissaire par son maître prend la forme d’un entretien dans lequel abondent les conseils d’ordre moral et religieux. L’auteur affirme d’ailleurs expressément que tout conseil et sagesse viennent de Dieu-Christ et de Sa Mère, en invitant à la fois le prince et son envoyé à se soumettre à une sorte de preparatio spirituelle du type monacal, la seule qui pouvait leur donner les lumières nécessaires pour mener à bien une mission diplomatique131. Plus on avance au XVIe siècle, plus les instructions écrites deviennent nombreuses, sans doute sous l’influence des pratiques diplomatiques en usage chez les puissances avec lesquelles la Valachie et la Moldavie se trouvaient en contact direct132. La place de l’oralité y reste pourtant considérable, ce qui fait qu’une partie des intentions politiques et des négociations elles-mêmes nous reste encore inconnue133.

  • 134 En polonais Pokucie, en ukrainien Покуття, sous-région en Galicie, aujourd’hui en Ukraine, entre le (...)
  • 135 Le document a été rédigé en trois exemplaires, un pour chaque partie impliquée dans l’affaire, voir(...)
  • 136 Dans l’exemplaire du roi de Hongrie les envoyés moldaves sont nommés oratores, investis « cum plena (...)

99Tel n’est pas toujours le cas lorsqu’on se penche sur les dossiers des réglementations des litiges, surtout des litiges de frontière, car là il arrive souvent que chaque document reprenne l’histoire des négociations menées à cet effet et précise la qualité des personnages qui y ont participé. Le cas du litige moldo-polonais concernant la région de Pocutie134, fut un des ceux bien compliqués, qui a exigé à un moment donné la médiation du roi de Hongrie, à l’époque Ladislas, le frère du roi de Pologne. Celui-ci prit son rôle au sérieux et « missit oratores et consiliarios suos […] cum plena et integra potestate, qui sua cura et diligentia effecerunt ». Le roi de Pologne en fit de même et manda ses consiliarios (sans autre précision) « cum sufficienti potestate et mandato simul cum prefatis oratoribus » du roi de Hongrie. Le prince moldave Bogdan le Borgne y envoya à son tour ses conseillers, investis, eux aussi, « cum plena et sufficienti potestate135 ». Tout le monde savait que la question était assez grave, en exigeant par conséquent des personnes bien instruites dans les affaires politiques et en même temps investies avec suffisamment de pouvoirs pour la mener à bien. De tous, cependant, seuls les émissaires du roi de Hongrie peuvent être considérés comme ambassadeurs (ici oratores), alors que les autres pourraient être qualifiés plutôt comme des « experts » chargés d’appliquer les traités en vigueur136.

  • 137 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 482-492 (le 22 novembre 1503).

100Quoi qu’il en fût, il est évident que faute de pleins pouvoirs ce genre d’affaire ne pouvait être réglé, comme ressort d’une lettre que Ștefan le Grand adressait au roi de Pologne, dans le même dossier de la Pocutie. Là, le prince attirait l’attention au roi que si l’affaire était restée sans solution pendant si longtemps, ce fut parce que les prédécesseurs du roi et celui-là même n’avaient jamais envoyés des émissaires investis de pleins pouvoirs pour la régler : « A vestra caritate nullus talis notabilis venit137. » Une telle affaire ne pouvait donc être traitée que par un notabilus, une personne « importante », qui connaissait bien le dossier en question et surtout qui était en droit d’agir au nom de son maître, en sorte que ses décisions soient reconnues non seulement par celui-ci mais aussi par l’autre partie impliquée dans le litige. Position « administrative » et pleins pouvoirs s’avèrent, une fois de plus, inséparables.

101Négocier et conclure des traités et régler des litiges de frontière ne sont assurément pas les seules missions qui puissent définir une ambassade. Le message adressé par le prince moldave Petru le Boiteux (1574-1591, avec interruptions) au roi de Pologne, à l’occasion de la cérémonie du couronnement de celui-ci, fait référence à la coutume d’échanger des émissaires à deux occasions particulières, pour féliciter un nouveau souverain et pour renouveler les traités entre deux États :

« Ea antiquitus inter Serenissimos Poloniae reges et Magnificos palatinos Moldaviae servata fuit consuetudo, ut missis oratoribus suis non solum palatinus novo regi congratuletur, verum etiam Suae Illustritatis pactorum foederumque, quae utrique provinciae sanctae intercedunt, confirmare exposceret. »

  • 138 Veress A., Documente, vol. III, p. 141-142 (le 3 octobre 1588). Le roi les appelle d’ailleurs legat (...)
  • 139 Hurmuzaki E., Documente, vol. II/3, no XCIV, p. 87-88 (le 1er juillet 1513) ; voir aussi no XCVI, p (...)
  • 140 Ibid., no CI, p. 93-94 (le 4 août 1513).

102À l’occasion du couronnement du nouveau roi, le prince moldave envoya à la cour polonaise une legatio dirigée par le « Magnifique » Ieremia Movilă, « supremum provinciae nostrae marschalcum », et par Bartolomeo Brutti, « magnum curiae nostrae magistrum, consiliarios nostros », en qualité, il est bien évident, d’ambassadeurs extraordinaires138. Le haut rang des deux oratores ici nommés n’indique pas seulement un souci de respecter l’étiquette, très importante à la cour de Pologne, mais peut aussi suggérer que ceux-ci étaient également chargés de certaines affaires bien plus concrètes. Dans le cas évoqué ci-dessus on ne peut que le supposer, faute d’autres informations. Dans d’autres cas, on en possède des preuves, comme il ressort des instructions données par le roi de Pologne à l’émissaire qui devait le représenter auprès du prince moldave Bogdan le Borgne à l’occasion de ses noces. Le rang de l’envoyé était conforme à la mission (legatio), car celui-ci était « marschalcus regni nostri et Leopoliensem capitaneus139 ». Après que le prince moldave eût exprimé son mécontentement à l’adresse d’un tel choix, car il était en mauvaises relations avec l’homme, le roi en choisit un autre dans la personne de Georges Krupski, châtelain de Bielcza et diplomate très expérimenté, ce qui montre une fois de plus que la mission en Moldavie ne se limitait pas du tout aux échanges de bons vœux140.

  • 141 Corfus I., Documente […] XVI, no 69, p. 141. Dans le texte polonais les émissaires sont appelés nun (...)
  • 142 Veress A., Documente, vol. I, p. 288-289 (« huius mensis die appulerunt huc duo legati Bogdani Mold (...)

103Il va de soi que ce genre de délégation ne pouvait pas être d’aspect et de dimensions ordinaires. Dans certaines situations, nous savons pertinemment qu’il s’agissait d’ambassades. C’est le cas de la délégation envoyée par Iliaș Rareș chez le roi de Pologne afin de sceller par serment le traditionnel traité d’alliance. Selon une liste de dépenses du Trésor de la Couronne, cette mission était dirigée par deux boyards de haut rang et comptait environ 40 personnes et 50 chevaux, ce qui a coûté au Trésor 160 florins durant la période (particulièrement longue) que les envoyés du prince moldave ont passée sur le territoire polonais (27 juillet - 18 octobre 1547141). Cette ambassade fut pourtant largement dépassée en grandeur et magnificence par celle envoyée par Bogdan Lăpușneanul (1568-1572), composée de « duo legati [Bogdani Moldaviae reguli,] quorum alter cancellarius, alter cubiculi praefectus dicitur, satis splendido comitatu, plus quam centum ornatissimi equitum142 ».

  • 143 Ibid., no 73, p. 150 (12 personnes et 17 chevaux), respectivement no 78, p. 154 (15 personnes, 19 c (...)
  • 144 Ibid., no 74, p. 150.
  • 145 Ibid., no 184, p. 353-354 (avec la description des présents).

104Dans d’autres cas, cependant, nous ignorons pratiquement tout du caractère de la mission en question, et là les listes de dépenses fournissent des informations précieuses, car il est possible de l’identifier par ses simples dimensions physiques et par le traitement qui était réservé à ses membres. S’il semble risqué de qualifier d’ambassades les missions envoyées par le même Iliaș Rareș en Pologne entre les 3-19 novembre 1550 et les 21-25 mai 1551, qui sont de dimensions plutôt moyennes143, il est parfaitement soutenable de le faire avec une autre, qui comptait 48 personnes et 74 chevaux et devait rester en Pologne plus d’un mois (15 novembre-16 décembre 1550144). La délégation (legatione) envoyée par Petru le Boiteux chez le roi Stefan Báthory (2-12 janvier 1583) rentre dans la même catégorie, vu qu’elle fut composée de grands boyards et d’un évêque, en tout 56 personnes (appelés nuncios) et 75 chevaux, ce qui a coûté à la Couronne 940 florins, les présents inclus145.

  • 146 Le mot mertic (ou mertig, du mot hongrois mérték qui veut dire « poids », « mesure »), signifie ici (...)
  • 147 Le document, daté 10-26 juillet 1600, est conservé en trois rédactions : original en hongrois, trad (...)
  • 148 Dans une première phase, les envoyés valaques et moldaves à la Porte sont désignés par les document (...)
  • 149 Mattingly G., « The First Resident Embassies: Mediaeval Italian Origins of Modern Diplomacy », Spec (...)

105Que des différences et des hiérarchies existaient et qu’elles étaient bien perçues par les acteurs sociaux de l’époque en témoigne la demande que le prince valaque Mihai le Brave adressa à la cour de Vienne pour que ses envoyés (en roumain soli) qui allaient y résider reçoivent une ration d’entretien et une pension (« mertic și cheltuială ») de la part de cette cour146 et qu’ils soient tenus en grande estime (« cinste mare ») par l’empereur lui-même et par son Conseil (« de către cinstitul împărat și de către tot svatul147 »). Là, le prince semble suivre le modèle qu’il connaissait le mieux, celui en usage à Constantinople, car le sultan accordait effectivement des rations de nourriture et payait une indemnité journalière aux ambassadeurs résidant à la Porte148. Mais, si on met en relation cette information avec une note marginale, de la main du prince celle-ci, qui qualifie l’ambassadeur d’Espagne à Vienne comme « l’envoyé qui réside auprès de l’empereur » (« solul care stă pe lângă împăratul »), on s’aperçoit qu’en fait, le prince valaque faisait bien la part des choses et désirait ni plus ni moins que d’avoir des ambassadeurs résidants auprès de la cour impériale, ce qui l’aurait mis au pied d’égalité avec n’importe quel souverain de l’Europe149.

REMARQUES FINALES

106Les exemples présentés ci-dessus apparaissent pour l’instant comme des parties plus ou moins disparates d’un tableau très ample et complexe qui attend encore d’être reconstitué. Ce ne sera qu’à travers une recherche systématique, qui prenne en compte tout le matériel disponible qu’elles pourront être articulées de manière cohérente et rendre compréhensible la complexité des échanges et la dynamique des pratiques diplomatiques dans lesquels les deux principautés ont été impliquées. À cette fin, il va falloir procéder par études de cas en reconstituant, tant que faire se peut, le dossier complet de chaque mission diplomatique et voir par qui et pourquoi a-t-elle été envoyée, quels sont l’identité et le statut des émissaires, l’accueil qui leur a été fait et par qui et aussi analyser le message que l’envoyé portait, ainsi que la réponse qu’il a reçue et les résultats concrets des négociations. Cela exige, en fait, de croiser toutes les sources disponibles afin d’en extraire des indications qui puissent aider à établir le caractère de telle ou telle mission et saisir la variété de situations concrètes que les mots slaves et roumains couvraient, ainsi que les mécanismes des processus de transfert de vocabulaire et de pratiques. C’est, en fait, l’histoire d’une profession qui est ici en jeu. Un répertoire de ces missions et de leur personnel est aussi à envisager, qui mettra à la disposition des historiens un instrument de travail de grande utilité pour l’étude de l’activité diplomatique dans cette partie de l’Europe, lieu de rencontre –et de confrontation– de plusieurs cultures et traditions politiques. Cela permettra aussi de mieux comprendre les mécanismes de la constitution du soi et de la perception de l’autre, des mécanismes qui ont une longue histoire et dont l’empreinte sur les identités modernes s’est avérée particulièrement durable.

Notes

1 Ce travail est financé par grant CNCS - UEFISCDI, IDEI, PCE-2011-3-0309. Nous tenons à remercier ici notre collègue Stéphane Péquignot (EPHE, Paris) qui nous a fait des suggestions très utiles et a mis à notre disposition certains de ses travaux encore inédits.

2 Je ne nommerai ici que les publications qui seront utilisées en ce qui suit, leur liste complète en étant beaucoup plus longue. Hurmuzaki E. de, Documente privitoare la istoria românilor [ensuite Hurmuzaki E., Documente]. Les volumes qui intéressent ici sont : vol. II/1 (1451-1575), Bucarest, Socec, 1891 ; II/2 (1451-1517), Bucarest, Socec, 1891 ; vol. II/3 (1518-1530), Bucarest, Socec, 1892 ; vol. II/5 (1552-1575), Bucarest, Socec, 1897 ; vol. VIII (1376-1650), Bucarest, Socec, 1894 ; vol. XI (1517-1612), Bucarest, Socec, 1900 ; vol. XV/1, (1358-1600), Bucarest, Socec, 1911 ; Supliment II/1 (1510-1600), Bucarest, Socec, 1893. Nicolaescu S., Documente slavo-române cu privire la relaţiile Ţării Româneşti şi Moldovei cu Ardealul în sec. XV şi XVI, Bucarest, L. Motzătzeanu, 1905 ; Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti cu Braşovul şi cu Ţara Ungurească în sec. XV şi XVI, vol. I (1413-1508), Bucarest, Carol Göbl, 1905 [ensuite Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti] ; ID., Documentele lui Ştefan cel Mare, vol. II, Hrisoave şicărţi domneşti, 1493-1503. Tractate, acte omagiale, solii, privilegii comerciale, salvconducte, scrisori, 1457-1503, Bucarest, Socec & Co., 1913 [ensuite Bogdan I., Documente […] Ştefan cel Mare] ; Tocilescu G. G., 534 documente istorice slavo-române din Ţara Românească şi Moldova privitoare la legăturile cu Ardealul. 1346-1603, Bucarest, Cartea Românească, 1931 ; Veress E., Acta et epistolae relationum Transylvaniae Hungariaeque cum Moldova et Valachia, vol. I (1468-1540), Budapest, S. Nyomda R. T. Nyomása - Kolozsvar, Fontes Rerum Transylvanicarum, 1914 ; Veress A., Documente privitoare la istoria Ardealului, Moldovei şi Ţării Româneşti. Acte şi scrisori, vol. I (1527-1572), Bucarest, Cartea Românească, 1929 ; vol. III (1585-1592), Bucarest, Cartea Românească, 1931 ; Corfus I., Documente privitoare la istoria României culese din arhivele polone. Secolul al XVI-lea, Bucarest, Editura Academiei RSR, 1979 [ensuite Corfus I., Documente […] XVI] ; ID., Documente privitoare la istoria României culese din arhivele polone. Secolele al XVI-lea şi al XVII-lea, Bucarest, Editura Academiei Române, 2001 [ensuite Corfus I., Documente […] XVI-XVII] ; Ardeleanu I., Mușat M. et al. (coord.), Mihai Viteazul în conştiinţa europeană. Documente, Mărturii, vol. I, Bucarest, Editura Academiei RSR, 1982 [ensuite Mihai Viteazul […] Documente externe] ; Documenta Romaniae Historica. D. Relaţii între Ţările Române, vol. I, Bucarest, Editura Academiei RSR, 1965 [ensuite DRH. D.].

3 Quelques références bibliographiques sont fournies par Chaplais P., English Diplomatic Practice in the Middle Ages, Londres, Hambledon and London, 2003. Voir aussi Péquignot S., « Les diplomaties occidentales, XIIe-XVe siècle », in Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux. Actes du XLIe Congrès de la SHMESP (Lyon, 3-6 juin 2010), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 47-66 ; ID., « Europäische Diplomatie im Spätmittelalter. Ein historiographischer Überblick », Zeitschrift für historische Forschung, no 39, 2012, p. 65-95.

4 Voir Bréhier L., Le monde byzantin. II. Les institutions de l’Empire byzantin, Paris, Albin Michel, 1970 (1re éd. 1949), p. 307-322 ; Kazhdan A. et al. (dir.), The Oxford Dictionary of Byzantium, vol. I, New York-Oxford, Oxford University Press, 1991, p. 136, s. v. « apokrisiarios », et p. 75, s. v. « ambassador ». Voir aussi Oikonomidès N., « Byzantine Diplomacy, A. D. 1204-1453: Means and Ends », in Shepard J., Franklin S. (dir.), Byzantine Diplomacy (Papers from the twenty-fourth Spring Symposium of Byzantine Studies, Cambridge, March 1990), Aldershot, Variorum, 1992, p. 73-88 (republié dans Oikonomidès N., Society, Culture and Politics in Byzantium, éd. par E. Zachariadou, Ashgate, Variorum, 2005); Emereau A., « Apocrisiaires et apocrisiariat », respectivement « Les apocrisiaires en Orient », Échos d’Orient, no 17, 1914, p. 289-297 et 542-548; Koev T., « Die Institution der Apokrisiarioi », Études balkaniques, no 14, 1978, p. 57-61; Protić Lj., « Поклисари », Гласник Етнографског Музеја в Београду, no 10, 1935, p. 94-99. Le terme a été aussi employé dans les actes des sultans ottomans rédigés an grec, après 1453, voir, par exemple, Gilliland Wright D., Mackay P. A., « When the Serenissima and the Gran Turco Made Love: the Peace Treaty of 1478 », Studi Veneziani, no 53, 2007, p. 261-277.

5 Biliarsky I., Институциите на средновековна България. Второ българско царство, Sofia, Presses Universitaires « St. Clément Ochridski », 1998, p. 389-391; ID., Word and Power in Mediaeval Bulgaria, Leyde, Brill, 2011, p. 28, s. v. « Image 10000000000000580000001494D34117.jpg ».

6 Voir Documenta Romaniae Historica. B. Ţara Românească, vol. I (1247-1500), éd. par P. P. Panaitescu et D. Mioc, Bucarest, Editura Academiei RSR, 1966, no 114, p. 197-198 (lettre du prince valaque Vlad l’Empaleur (Ţepeș) se référant aux envoyés de la ville saxonne de Brașov (Kronstadt), datée par les éditeurs entre 1457 et 1461). Voir aussi la lettre du prince Basarab le Jeune aux autorités de la même ville, Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile, p. 149-151 (il s’agit des envoyés qu’il devait mander au prince de Transylvanie et de ceux que celui-là devait expédier en retour ; lettre datée par l’éditeur décembre 1479). Voir aussi Sachelarie O., Stoicescu N. (dir.), Instituţii feudale din Ţările Române. Dicţionar, Bucarest, Editura Academiei RSR, 1988, p. 448-449.

7 Tout dépend de la rédaction (bulgare, serbe, russe, etc.) du slavon d’Église qu’on prend comme base de discussion ; voir, sur ce point, Picchio R., « Slave ecclésiastique, slavons et rédactions », To Honor Roman Jakobson. Essays on the Occasion of His Seventieth Birthday, vol. 3, La Haye et Paris, Mouton, 1967, p. 1527-1545. Dans la rédaction bulgare, la forme est Image 1000000000000031000000147486032C.jpg, voir Bonchev A., Речник на црковнославянския език, vol. II, Sofia, Национална библиотека « Св. Св. Кирил и Методий », 2012, s. v. L’auteur donne comme premier sens ἄγγελος tandis que le second en est πρεσβευτής. Logiquement, Image 100000000000004F00000014472806FE.jpg veut dire πρεσβεία ou legatio, ibid., s. v. « Image 10000000000000500000001428F59683.jpg ». Dans la rédaction serbe, on retrouve la forme Image 1000000000000049000000140DC721C6.jpg, Daničić Dj., Рјечник књижевних из старина српских, vol. II, Belgrade, Државна Штампанја, 1863, s. v. « Image 10000000000000480000001478CE3294.jpg » (qu’il traduit par legatus) et « Image 100000000000006C00000014C3D1EC08.jpg »(legatio). Dans la rédaction russe, le terme apparaît sous la forme Image 100000000000004300000014E8A8F6AA.jpg, von Miklosich Fr., Lexicon palaeoslovenicograeco-latinum, Vienne, Guilelmus Braumueller, 1862-1865, s. v. « Image 100000000000004400000014D2F9850C.jpg » (plusieurs sens inventoriés, dont legatus et πρεσβευτής), « Image 100000000000005F000000141536F9C0.jpg »(legatio) et « Image 100000000000007F0000001466DA6744.jpg »(legatio).

8 DANIČIĆ Dj., Рјечник књижевних, s. v. « Image 100000000000006C00000014F1EA1F00.jpg » (avec la version « Image 100000000000006A00000014E7A990A5.jpg »), d’où « Image 1000000000000074000000142FABDC0E.jpg » (traduit ici par missio) ; Von Miklosich Fr., Lexicon palaeoslovenico-graeco-latinum, s. v. « Image 100000000000007B0000001404D4351D.jpg » (legatus, mais aussi ἀπόστολος et πρεσβευτής) ; Skok P., Etimologijski rječnik hrvatskoga ili srpskoga jezika, vol. II, Zagreb, Académie yougoslave des sciences et des beaux-arts, 1972, s. v. « poslanik » (legatus).

9 Daničić Dj., Рјечник књижевних, s. v. « Image 10000000000000660000001457228557.jpg » ; Deschler J.-P., Manuel du slavon liturgique, vol. II, Dictionnaire slavon-français, Paris, Institut d’études slaves, 2003, s. v. « Image 1000000000000054000000144CF4B620.jpg ». Voir aussi Biliarsky I., Word and Power, p. 188, s. v. « Image 100000000000005C0000001495D18BA0.jpg » (« Image 10000000000000600000001475050F42.jpg ») ; Sachelarie O., Stoicescu N. (dir.), Instituţii feudale, p. 189 et 461-462.

10 Si, dans le cas de la chancellerie valaque, on peut présumer qu’il s’agit d’un emprunt du slavon ecclésiastique de rédaction bulgare, les choses ne sont pas si claires pour ce qui est de la chancellerie moldave où l’influence du vocabulaire diplomatique polonais a été assez importante aussi. Le terme existe sous la même forme et ayant le même sens en polonais, mais écrit en caractères latins : posoł ou poseł.

11 Voir Lewis B., Pellat Ch., Schlacht J. (dir.), The Encyclopaedia of Islam, vol. II, Leyde, Brill, 1991, p. 694, s. v. « elči ». Le terme était encore courant en bulgare à la fin du XIXe siècle, VON Miklosich Fr., Краткий словарь шести славянских языков (русского с церковнославянским, болгарского, сербского, чешского и польского), а также французский и немецкий, Saint-Pétersbourg et Moscou, Librairie de la Société M. O. Wolff - Vienne, Guillaume Braumüller, 1885, s. v. « посъланикъ » et « посълъ ».

12 Daničić traduit les termes Image 1000000000000049000000142F0302FA.jpg et Image 100000000000004600000014423B756B.jpg par legatus, alors que Image 100000000000006200000014CDABC4F2.jpg et Image 10000000000000630000001472848217.jpg ont selon lui le même sens, à savoir legatio, Daničić Dj., Рјечник књижевних, s. v. Miklosich en fait de même, VON Miklosich Fr., Lexicon palaeoslovenico-graeco-latinum, s. v. « Image 100000000000004200000014CB88238D.jpg », « Image 100000000000006000000014468728DE.jpg », « Image 100000000000004400000014CD7FAFBB.jpg », « Image 1000000000000062000000140222022C.jpg » et « Image 100000000000006F00000014276E3270.jpg » (les deux auteurs renvoient aux sources historiques). Voir aussi Pечник српскохрватскога књижевног језика, vol. IV, Novi Sad, Mатица Српска. Матица Хрватска, 1971, s. v. « поклисар » et « поклисарство ».

13 Voir Bogdan D. P., Glosarul cuvintelor româneşti din documentele slavo-române, Bucarest, Institutul de Studii şi Cercetări Balcanice, 1946 ; ID., Caracterul limbii textelor slavo-române, Bucarest, Școala de Arhivistică, 1946 ; Djamo-diaconiţă L., Limba documentelor slavone emise în Ţara Românească în secolele al XIV-lea - al XV-lea, Bucarest, Editura Academiei RSR, 1971 ; Mihăilă G., Dicţionar al limbii române vechi (sfârșitul sec. al X-lea - începutul sec. al XVI-lea), Bucarest, Editura enciclopedică, 1974 ; Olteanu P. et al., Slava veche și slavona românească, Bucarest, Editura didactică şi pedagogică, 1975 ; Bolocan Gh. (dir.), Dicţionarul elementelor românești din documentele slavoromâne 1374-1600, Bucarest, Editura Academiei RSR, 1981.

14 Voir, entre autres, Bogdan D. P., Diplomatica slavo-română din secolele XIV şi XV, Bucarest, Imprimeria Naţională, 1938; ID., « Diplomatica slavo-română », Documente privind istoria României. Introducere, vol. II, Bucarest, Editura Academiei RPR, 1956, p. 5-228; Nandriș G., « Slavonic Culture in the Roumanian Countries », Slavonic and East European Review, no 24, 1946, p. 160-171; Mihăilă G., « Apariţia scrierii slave și pătrunderea ei la Nordul Dunării. Răspândirea în Ţările Române a izvoarelor narative despre viaţa și activitatea fraţilor Constantin-Chiril și Metodie », ID., Contribuţii la istoria culturii și literaturii române vechi, Bucarest, Minerva, 1972, p. 9-78; Panaitescu P. P., Începuturile şi biruinţa scrisului în limba română, Bucarest, Editura Academiei RSR, 1965.

15 95 % d’après les calculs faits par Cazacu M., « La chancellerie des principautés valaque et moldave (XIVe-XVIIIe siècle) », in Hannick C. (dir.), Kanzleiwesen und Kanzleisprachen im östlichen Europa, Cologne-Weimar-Vienne, Bohlau, 1999, p. 91.

16 Voir Panaitescu P. P., Cronicile slavo-române din sec. XV-XVI publicate de Ion Bogdan, Bucarest, Editura Academiei RPR, 1959. Voir aussi MIHĂILĂ G., « Istoriografia românească veche (sec. al XVlea-începutul sec. al XVII-lea) în raport cu istoriografia bizantinăşi slavă », ID., Contribuţii la istoria culturii, op. cit., p. 104-164.

17 Panaitescu P. P., Cronicile slavo-române, op. cit., p. 42 (texte original slavon) et p. 52 (traduction roumaine, où le mot employé est sol). Le même épisode est à retrouver, pratiquement à l’identique, dans ce qu’on appelle les Annales de Putna II, voir ibid., p. 59 et 65, et, avec plus de détails, dans les annales dites « de Bistriţa », Bogdan I., Cronice inedite atingătoare de istoria romînilor, Bucarest, Socec & Comp., 1895, p. 44 et 59. Le terme est toujours le même.

18 Panaitescu P. P., Cronicile slavo-române, p. 134 et 146.

19 Les annales de Bistriţa ont été rédigées en deux étapes, entre 1473 et 1486, puis entre 1496 et 1504, ibid., p. 48 et 63. L’éditeur traduit les deux termes par sol. Sur cet épisode, voir Cristea O., PILAT L., « Le moine, la guerre et la paix : un épisode de la rivalité moldo-valaque au début du XVIe siècle », Medieval and Early Modern Studies for Central and Eastern Europe, no 1, 2009, p. 121-141.

20 Voir Învăţăturile lui Neagoe Basarab către fiul său Theodosie, éd. critique par G. Mihăilă, Fl. Moisil et D. Zamfirescu, Bucarest, Minerva, 1970 ; Învăţăturile lui Neagoe Basarab către fiul său Theodosie. Versiunea originală, éd. critique par G. Mihăilă, Bucarest, Roza Vânturilor, 1996. On en connaît deux versions du XVIe siècle dont une seule est publiée à ce jour : en slavon, incomplète par ailleurs, qui peut être datée, d’après les filigranes du papier, entre 1518-1538. La version grecque est particulièrement intéressante, car elle est attribuée au grand-duc de Moscou Vassilj IV (moine Varlaam, 1505-1533) qui l’aurait écrite à l’intention de son fils Ivan IV le Terrible (1533-1564). Cette version, également incomplète parce qu’adaptée aux besoins de la cause, se trouve dans la Bibliothèque Vallicelliana, à Rome, et reste aussi inédite ; voir Luca S., « Manoscritti greci dimenticati della Biblioteca Vallicelliana », Augustinianum, no 28, 1988, p. 661-702 ; Dumitriu-Snagov I., Monumenta Romaniae Vaticana. Manoscritti, Documenti, Cartes, Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1996, p. 89-94 ; Pippidi A., « Une découverte concernant les Enseignements de Neagoe Basarab », Revue des études roumaines, no 19-20, 1996, p. 239-244. Les autres versions, grecques et roumaines, datent des XVIIe-XVIIIe siècles. Celle en grec a été publiée par Grecu V., Învăţăturile lui Neagoe Basarab, domnul Ţării Româneşti (1512-1521). Versiunea grecească, Bucarest, Imprimeria Naţională, 1942. Leur analyse comparative ne pourra être entreprise qu’au moment où toutes seront publiées en éditions critiques.

21 Dans la version slave, le terme pour désigner tous les envoyés diplomatiques est le même, à savoir Image 1000000000000041000000145FDFA4AE.jpg.

22 Cette partie n’existe plus dans la partie conservée du manuscrit slavon ; voir Învăţăturile lui Neagoe Basarab […] Versiunea originală, op. cit., p. 285-297, respectivement Învăţăturile lui Neagoe Basarab, op. cit., p. 265-278.

23 Une différence est toutefois opérée – et elle est importante – entre les émissaires d’une puissance chrétienne (« qui croient dans notre Seigneur Jésus-Christ et dans sa Très-Pure Mère ») et ceux envoyés par les mécréants (« qui ne croient pas dans Jésus-Christ notre Dieu et dans Sa Très-Pure Mère »). Dans ce dernier cas, la prudence du monarque doit redoubler, ainsi que son sens de la dissimulation, car les « infidèles » (l’allusion aux Ottomans est transparente) n’ont pas d’intelligence et de sagesse ; ils ne savent qu’exiger. Vivre en paix avec eux n’est donc possible qu’en leur offrant des dons « pour les rassasier », voir ibid., p. 277. Voir, en général, Stoicescu N., « La politique de Neagoe Basarab et ses Préceptes pour son fils Teodosie », Revue roumaine d’histoire, no 9, 1970, p. 19-42.

24 Voir, par exemple, Bojović B. I., L’idéologie monarchique dans les hagio-biographies dynastiques du Moyen Âge serbe, Rome, Pontificio Istituto Orientale, 1995 ; Marianović-Dušanić S., Свети краљ. Култ Стефана Дечанског, Belgrade, Clio, 2007. Les Vies ont été éditées par Daničić Dj., Данило Други, Животи краљева и архиепископа српских, Belgrade, Svetozar Galca & com., 1866 (nouv. éd., Belgrade, Prosveta, 1988). Elles ont aussi circulé en Moldavie ; voir Mircea I. R., « Les Vies des rois et des archevêques serbes et leur circulation en Moldavie », Revue des études sud-est européennes, no 4, 1966, p. 394-412.

25 Gavril Protul, Viaţa şi traiul sfinţiei sale părintelui nostru Nifon, patriarhul Ţarigradului care au strălucit între multe patimi şi ispite în Ţarigrad şi în Ţara Muntenească, éd. par T. Simedrea, Bucarest, 1937. Une variante grecque est éditée par Grecu V., Viaţa Sfântului Nifon. O redacţie grecească inedită, Bucarest, Institutul de istorie naţională, 1944. Voir aussi Năsturel P. Ș., « Recherches sur les rédactions gréco-roumaines de la Vie de saint Niphon II, patriarche de Constantinople », Revue des études sud-est européennes, no 5, 1967, p. 41-77. Une autre version de la Vie de Niphôn, complètement différente, rédigée par un autre auteur et conservée dans un manuscrit du XVIe siècle a été éditée par Kakouros M. A., « Ἡ πρώτη ᾀσματικὴ ἀκολουθία (ca. 1514-1516) πρὸς τιμὴν τοῦ ἁγίου ΝήФωνος, ὁ ἐκεῖ περιεχόμενος Συναξαρικὸς Βίος καὶ οἱ νεώτερες ἀκολουθίες (19ος αἰ.) : ἱστορία τῆς παράδοσης καὶ τῆς λειτουργικῆς χρήσης τῶν κειμένων στὴν Ἱ. Μ. Διονυσίου ἀπὸ τὴν σύνταξή τους ἕως σήμερα. Μὲ τὴν editio princeps τῶν δύο μορФῶν τοῦ Συναξαρικοῦ Βίου (σὲ κριτικὴ ἔκδοση) », Ὁ Ἅγιος ΝήФων πατριάρχης Κωνσταντινουπόλεως (1508-2008). Τόμος ἐπετειακὸς ἐπὶ τῇ συμπληρώσει πεντακοσίων ἐτῶν ἀπὸ τῆς κοιμήσεως αὐτοῦ, Mont Athos, 2008, p. 272-345.

26 Restent – et cela mériterait une analyse à part – les traductions, d’abord en slavon d’Église et ensuite en roumain, des écrits hagiographiques et soi-disant « populaires » byzantino-slaves (Histoire d’Alexandre le Grand, Varlaam et Josaphat, etc.). Une approche comparative des diverses versions grecques, slaves et roumaines de ces textes apportera peut-être certains éclaircissements aux termes de la présente discussion ; voir Cartojan N., Cărţile populare în literatura românească, vol. I-II, éd. par Al. Chiriacescu, Bucarest, Editura Enciclopedică, 1974 (1re éd., Bucarest, Casa Şcoalelor, 1929) ; Mareș Al., « Moldova și cărţile populare în secolele al XV-lea-al XVII-lea », ID., Cărţile populare din secolele al XVI-lea - al XVIII-lea. Contribuţii filologice, Bucarest, Fundaţia naţională pentru știinţă și artă, 2006, p. 277-307. À partir de 1996, les versions roumaines de ces écrits sont publiées en éditions critiques dans la collection « Cele mai vechi cărţi populare în literatura română », sous la coordination de I. Gheţie et Al. Mareș.

27 Voir, entre autres, Iorga N., Drumurile de comerţ creatoare ale statelor românești, Bucarest, Cartea românească, 1928 ; Panaitescu P. P., « La route commerciale de Pologne à la mer Noire au Moyen Âge », Revista Istorică Română, no 2-3, 1933, p. 172-193 ; Brătianu Gh. I., Marea Neagră de la origini până la cucerirea otomană, éd. par V. Spinei, Bucarest, Meridiane, 1988 (2 vol. ) ; Papacostea Ş., « Începuturile politicii comerciale a Ţării Româneşti şi Moldovei (secolele XIV-XVI). Drum şi stat », Studii și Materiale de Istorie Medie, no 10, 1983, p. 10-25 ; ID., « Drumurile comerciale internaţionale și geneza statelor românești în viziunea lui Nicolae Iorga și în istoriografia zilelor noastre », Studii și Materiale de Istorie Medie, no 18, 2000, p. 45-56 ; Berindei M., « L’Empire ottoman et la “route moldave” avant la conquête de Chilia et de Cetatea Albă (1484) », Journal of Turkish Studies, no 10, 1986, p. 47-71 ; ID., « Contribution à l’étude du commerce ottoman des fourrures moscovites. La route moldavo-polonaise 1453-1700 », Cahiers du monde russe et soviétique, no 12, 1971, p. 393-409.

28 Sur ce processus, qui s’accélère à partir de 1538, voir Gemil T., Românii şi otomanii în secolele XIV-XVI, Bucarest, Editura Academiei Române, 1991 ; Maxim M., Ţările Române şi Înalta Poartă : Cadrul juridic al relaţiilor româno-otomane în evul mediu, Bucarest, Enciclopedică, 1993 ; Panaite V., Pace, război şi comerţ în Islam : Ţările Române şi dreptul otoman al popoarelor (secolele XV-XVIII), Bucarest, Polirom 2013 (1re éd., Bucarest, ALL, 1997) ; Id., The Ottoman Law of War and Peace : The Ottoman Empire and Tribute Payers, Boulder, Colorado, Columbia University Press, 2000.

29 Sur l’organisation des chancelleries des deux principautés, voir Grămadă N., « Cancelaria domnească în Moldova până la domnia lui Constantin Mavrocordat », Codrul Cosminului, no 9, 1935, p. 129-231 ; șImanschi L., Ignat G., « Constituirea cancelariei statului feudal moldovenesc », Anuarul Institutului de Istorie « A. D. Xenopol » Iași, no 9, 1972, p. 107-131 et no 10, 1973, p. 123-149 ; Bogdan D. P., « Cancelaria lui Mircea cel Mare », Revista de Istorie, no 39, 1986, p. 659-668, et p. 729-745 ; Cazacu M., « La chancellerie… », op. cit. Sur les langues des documents émis par les deux chancelleries, voir surtout Bogdan I., « Über die Sprache der ältesten moldauischer Urkunden », Jagić Festschrift. Zbornik u slavu Vatroslava Jagica, Berlin, Weidmannsche Buchhandlung, 1908, p. 369-377 ; Bogdan D. P., Diplomatica slavo-română din secolele XIV şi XV, op. cit. ; ID., Caracterul limbii textelor slavo-române, op. cit. ; ID., « Diplomatica slavo-română », Documente privind istoria României, op. cit., p. 66-71. Voir aussi Ciurea D., « Le scritture latine nei paesi romeni. Saggi di paleografia e di diplomatica », Ephemeris Dacoromana. Annuario della Scuola romena di Roma, no 9, 1940, p. 181-241 ; Manolescu R., « L’écriture latine en Valachie et en Moldavie au Moyen Âge », Revue roumaine d’histoire, no 25, 1986, p. 59-68 ; Paraschiv M., Documentele latine de cancelarie din Moldova (secolele XIV-XVIII). Studiu lingvistic şi stilistic, Iaşi, Junimea, 2004 ; Năsturel P. Ș., « Remarques sur les documents grecs des princes roumains », La paléographie grecque et byzantine, Paris, CNRS, 1977, p. 489-500. Sur les relations avec et les influences des pratiques des chancelleries byzantine, bulgare et serbe sur celles de Moldavie et de Valachie, voir, hormis les travaux de D. P. Bogdan cités ci-dessus, Iorga N., « Notes de diplomatique roumaine », Bulletin de la section historique de l’Académie roumaine, no 17, 1930, p. 114-141 ; Lascaris M., « Influences byzantines dans la diplomatique bulgare, serbe et slavo-roumaine », Byzantinoslavica, no 3, 1931, p. 500-510 ; Ionescu D., « Contribution à la recherche des influences byzantines dans la diplomatique roumaine », Revue historique du Sud-Est européen, no 11, 1934, p. 128-150 ; Ionescu-Nişcov T., « Contacts entre la diplomatique serbe et la chancellerie princière de la Valachie pendant les XIVe et XVe siècles », Bulletin de l’association internationale des études sud-est européennes, no 10, 1972, p. 274-288.

30 L’éditeur évite de se prononcer de manière tranchante là-dessus ; il présume l’existence d’un original slavon d’après lequel a été réalisée la traduction latine qui fut à la base des versions italiennes qu’on connaît aujourd’hui. Il remarque aussi l’existence de nombre de formules identiques dans les documents en latin et en slavon émis par la chancellerie princière, Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 219-323.

31 Ibid., p. 342-347 (le 8 mai 1478), Hurmuzaki E., Documente, vol. VIII, no XXVII, p. 23-25. Pour ces négociations, voir aussi Mihăilă G., « Importanţa politicăși literară a corespondenţei lui Ștefan cel Mare cu Veneţia », ID., Contribuţii la istoria culturii […], op. cit., p. 165 ; Niculescu A., « La diplomazia veneziana e il principe Ştefan cel Mare di Moldova durante la guerra contro i Turchi del 1463-1479 », in S. Graciotti (dir.), Italia e Romania. Due popoli e due storie a confronto (sec. XIVXVIII), Florence, Olschki, 1998, p. 98-139.

32 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 467.

33 Mihai Viteazul […] Documente externe, vol. I, no 148, p. 418, n. 34 (1600, avant le 13 février). Nous indiquons ici, et dans certaines des notes qui suivent, la datation de certains actes en débutant par l’année (mentionnée dans ledit acte) et en terminant par le(s) mois établi(s), pour ce(s) dernier(s), par les éditeurs desdits actes.

34 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 266-269.

35 Ibid., p. 318-319 (lettre au pape Sixte IV, le 29 novembre 1474) ; voir aussi Hurmuzaki E., Documente, vol. II/2, no CCII, p. 224. Les Vénitiens appelaient le même personnage nuncius, Hurmuzaki E., Documente, vol. VIII, no XIII, p. 5-6 (le 6 mars 1475).

36 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 355-356 (lettre au patriciat de Brașov [Kronstadt], le 22 janvier 1480).

37 Sur ces échanges d’ambassades, voir Halevy M. A., « Les guerres d’Étienne le Grand et de Uzun-Hassan contre Mahomet II, d’après la Chronique de la Turquie du candiote Elie Capsali (1523) », Studia et Acta Orientalia, no 1, 1958, p. 189-198 ; Von Palombini B., Bündniswerben Abendländischer Mächte um Persien 1453-1600, Wiesbaden, Franz Steiner, 1968.

38 En Angleterre, par exemple, le mot ambassiata, bien qu’apparu vers 1300, ne se généralisa qu’à partir des dernières décennies du XIVe siècle, sans cependant posséder un sens très spécifique. Similairement, le mot ambassiator ne pouvait pas désigner un simple porteur de lettres, mais indiquait à la fois le porteur d’un message oral et le chargé de négociations, Chaplais P., English Diplomatic Practice, op. cit., p. 153-154.

39 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 311 (le 13 juillet, 1471), respectivement p. 324-327 (lettre du prince à ses envoyés à la cour de Hongrie, le 20 juin 1475). Sur les événements de Mangoup, d’où venait l’épouse de Ștefan, Maria Asanina Paléologue, voir Gorovei Şt. S., Székely M.-M., Princeps omni laude maior. O istorie a lui Ştefan cel Mare, Sfânta Mănăstire Putna, 2005, p. 140-142.

40 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 342-347 (le 8 mai 1478) ; Hurmuzaki E., Documente, vol. VIII, no XXVII, p. 23-25.

41 Dans l’Occident latin, les ambassadeurs étaient appelés constamment legati, et cela jusqu’au milieu du XVIIe siècle. En revanche, le mot ambassador était employé surtout en milieu italien, étant de plus en plus réservé aux agents diplomatiques des puissances importantes, voir Mattingly G., Renaissance Diplomacy, New York, Dover Publications, 1988 (1re éd., Boston, Houghton Mifflin Company, 1955), p. 26. Sur l’usage, souvent imprécis, de certains termes, voir Queller D. E., « L’évolution du rôle de l’ambassadeur : les pleins pouvoirs et le traité de 1201 entre les Croisés et les Vénitiens », Le Moyen Âge, no 67, 1961, p. 481 ; ID., « Thirteenth-Century Diplomatic Envoys : Nuncii and Procuratores », Speculum, no 35, 1960, p. 210 ; Chaplais P., English Diplomatic Practice, op. cit. Voir aussi Biskup M., « Die polnische Diplomatie in der zweiten Hälfte des 15. und in den Anfangen des 16. Jahrhunderts », Jahrbücher für Geschichte Osteuropas, no 26, 1978, p. 172 (référence y est faite seulement à la terminologie latine).

42 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 457-458 (1501) et p. 462-463. Dans sa réponse à la demande de Ștefan de permettre le libre passage à ses émissaires en route vers Moscou, le roi de Pologne se réfère au nuntio palatini Moldaviae, alors que la délégation est appelée legatio/legacio, ibid., p. 381-382.

43 Hurmuzaki E., Documente, vol. XI, no XXIII, p. 18-19 (le 21 mars 1531). Il utilise le même mot pour désigner son propre envoyé ; voir aussi Hurmuzaki E., Documente, vol. II/3, no XXV, p. 22-23 (lettre du roi de Pologne au prince moldave Bogdan le Borgne, le 6 mai 1511).

44 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 324-327 (lettre à ses envoyés à la cour de Hongrie, le 20 juin 1475).

45 Hurmuzaki E., Documente, vol. II/2, no CCCXII, p. 364-365. Voir aussi la lettre du roi Mathias Corvin qui appelle l’émissaire de Ștefan le Grand nuncius et ajoute que celui-ci était un familiarius du prince moldave, Ibid., no VII, p. 5 (1470 ?).

46 Veress A., Acta et epistolae, op. cit., vol. I, no 13, p. 14-15 (le 18 juillet 1475).

47 Hurmuzaki E., Documente, vol. II/2, no XCIV, p. 124 (le 23 avril 1537).

48 Ibid., no C, p. 132 (lettre du même au même, le 1er juin 1537) ; voir aussi no CCLXVI, p. 290 (compte rendu des dires des envoyés moldaves à la cour habsbourgeoise ; la mission est appelée legatio/legacio alors que les émissaires sont des oratores, le 28 octobre 1552). Pour comparer, il faut rappeler ici que le fameux Busbecq, ambassadeur de la cour des Habsbourg à la Porte ottomane, est constamment désigné dans les documents de Vienne comme orator apud Turcham, ibid., no CCCXXVII, p. 403 (le 14 mars 1562). Dans les documents rédigés en allemand émis par la même chancellerie, le terme orator est constamment traduit par Gesandter ; voir la lettre du roi Maximilien à Ferdinand Ier qui appelle son propre envoyé en Moldavie tantôt Gesandter, tantôt orator, ibid., no CCCVI, p. 442 (le 3 octobre 1562). Christopher de Tauffenbach, le légat de l’empereur en Transylvanie, parle des « Moldawer und Walachen Gesandten », Hurmuzaki E., Documente, vol. XI, no XIX, p. 591 (le 16 janvier 1576).

49 Voir, entre autres, Thiriet F., La Romanie vénitienne au Moyen Âge. Le développement et l’exploitation du domaine colonial vénitien (XIIe-XVe siècle), Paris, De Boccard, 1959 ; Papacostea Ş., « Venise et les pays roumains au Moyen Âge », in Pertusi A. (dir.), Venezia e il Levante fino al secolo XV (Atti del I Convegno Internazionale di Storia della Civiltà Veneziana, Venise, 1-5 juin 1968), vol. I/2, Florence, Olschki, 1973, p. 599-624; Denize E., Ţările Române şi Veneţia. Relaţii politice (1441-1541). De la Iancu de Hunedoara la Petru Rareş, Bucarest, Albatros, 1995.

50 Hurmuzaki E., Documente, vol. II/2, no CCIV, p. 237 (1475 et 1477), respectivement no CCLXXXIX, p. 324 (1491).

51 Hurmuzaki E., Documente, vol. VIII p. 38, nos XLVI et XLVII (en précisant que l’orator expose la sua imbassada, les 20 et 21 décembre 1503). Voir aussi ibid., no LVI, p. 45 (« un ambasiador di Duca di Moldavia qual vien di Roma », le 24 juin 1519).

52 Ibid., no LV, p. 45 (le 7 mars 1518). Voir, à ce propos, Neagoe M., « Despre politica externă a lui Neagoe Basarab », Studii. Revistă de Istorie, no 19, 1966, p. 758 ; Stoicescu N., « La politique de Neagoe Basarab », art. cité, p. 31-32.

53 Réciproquement, la lettre que Ștefan le Grand adressait au roi de Pologne, en 1481, est inventoriée dans les archives polonaises comme Image 100000000000006000000014B2390C00.jpg, alors que l’émissaire du prince est appelé Image 10000000000000430000001427C47629.jpg (copie du XVIe ou XVIIe siècle), Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 365-367. Dans les documents plus tardifs rédigés en polonais les missions diplomatiques sont appelées poselsthwo, Corfus I., Documente […] XVI-XVII, p. 9-10 (la mission d’Avram de Bănila, envoyé par Petru Rareș au roi de Pologne, 1542, après le 21 janvier) ; ibid., p. 14-18 (lettre d’Iliaș Rareș au roi de Pologne, en polonais, le 14 juillet 1547. La mission est enregistrée en latin comme legatio alors que l’émissaire est consiliarius ; en polonais le terme employé est poselstwo) ; voir aussi p. 28-31 (lettre d’Alexandru Lăpușneanul au roi de Pologne, le 3 juillet 1555) ; p. 31-33 (réponse du roi « ad legationem Alexandri palatini Valachiae », le 8 août 1555).

54 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 483-487 (texte slavon), 492-495 (texte latin), le 22 novembre 1503. Dans sa réponse, le roi de Pologne s’adresse à l’orator du prince moldave et appelle sa mission legacio, Ibid., p. 495-496. Le nuncius pouvait tout de même prêter serment au nom de son maître ou recevoir le serment prêté par l’autre et conclure des traités dans des termes déjà approuvés par son mandant. De même, la négociation préliminaire d’un traité pouvait être conduite par un nuncius, mais toute décision qu’il aurait prise ne liait en rien son maître, voir Queller D. E., « Thirteenth-Century Diplomatic Envoys », art. cité, p. 202.

55 Il s’agit des documents (des duplicatas des documents diplomatiques ou bien des brouillons en roumain des actes rédigés en latin ou allemand) confisqués par le général impérial Giorgio Basta après l’assassinat du prince valaque. Une fois arrivés à Prague, ces actes ont été inventoriés par la chancellerie impériale, en latin, voir Iorga N., « Documente nuoi în mare parte românești privitoare la Petru Șchiopul și Mihai Viteazul », Analele Academiei Române. Memoriile Secţiei Istorice (2e série), no 20, 1898, p. 488. Sur la politique extérieure de ce prince, voir, entre autres, Panaitescu P. P., Mihai Viteazul, Bucarest, Fundaţia « Regele Carol I », 1936 ; Andreescu Şt., Restitutio Daciae, vol. III, Studii cu privire la Mihai Viteazul (1593-1601), Bucarest, Albatros, 1997.

56 De même, dans une situation tout aussi importante, il parle de ses propres envoyés et de ceux du khan tatar comme des nuncios (« etiam meos et Chani Tartarorum nuncios in utilissima Legatione constitutos »), voir Mihai Viteazul […] Documente externe, vol. I, no 226, p. 606-608 (mémoire à l’empereur Rodolphe II, le 17 janvier 1601).

57 Ibid., no 148, p. 412-414 (version roumaine) et p. 414-419 (version allemande et notes). La version allemande a été réalisée par le secrétaire des commissaires impériaux David Ungnad et Mihaly Székely d’après une traduction « serbe » (donc slave) du texte roumain, ce qui fait que les deux versions en question ne correspondent pas toujours, ibid., p. 417, n. 1. D’ailleurs, la traduction du roumain en slavon et ensuite en allemand a posé de gros problèmes aux commissaires impériaux (voir ci-dessus), à tel point qu’ils ont soutenu que ce mélange de langues a été voulu par le prince afin qu’il puisse retourner à sa faveur le sens de certaines prévisions inscrites dans le document.

58 Ibid., p. 415. Dans le second cas, il emploie une formule elliptique : « L’empereur a mandé en France, chez le pape, en Espagne et chez les grands » ; la version allemande révèle toutefois le statut de ces missions : Potschsaften, donc des ambassades, ibid., p. 413.

59 Ibid., no 142, p. 387-389 (version latine), p. 391-393 (version roumaine), le 3 février 1600.

60 Iorga N., « Documente nuoi », art. cité, p. 485-486 (« Responsio clementissima Suae Maiestatis per legatos Michaelis Vayvodae »). Voir aussi les instructions données par le même prince aux émissaires qu’il avait envoyés en Pologne, Mihai Viteazul […] Documente externe, vol. I, no 190, p. 513-514 (original roumain, 1600, avant le 28 juin). En même temps, nombre de sources indépendantes appellent les émissaires du prince valaque à Prague « ambassadeurs ». Antonio Cornazzani, l’envoyé du duc de Ferrare Ranuccio Ier à Prague (le 31 janvier 1601), parle des ambasciatori del Valacco, sans faire aucune différence entre ceux-ci – représentants d’un prince vassal – et ceux de la Moscovie et de la Pologne, eux aussi présents à la cour impériale au même moment, Pippidi A., « Au sujet d’une lettre de Michel le Brave », Revue roumaine d’histoire, no 32, 1993, p. 241, n. 12. Voir aussi Ciorănescu Al., Documente privitoare la istoria românilor, culese din arhivele din Simancas, Bucarest, Imprimeria naţională, 1940, p. 138 (« el Embaxador de Moldavia » [en fait de la Valachie], lettre d’Arnaldo Vanderboye à Philippe II d’Espagne, le 22 mars 1599) ; p. 140 (« el embaxador de Walachia en este Corte », le même au même, le 26 avril 1599).

61 L’expression appartient à Péquignot S., « Figure et normes de comportement des ambassadeurs dans les documents de la pratique. Un essai d’approche comparative (env. 1250 - env. 1440) », in Andretta S., Péquignot S., Waquet J.-C. (dir.), De l’ambassadeur. Les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier du Moyen Âge au début du XIXe siècle, Rome, Collection de l’École française de Rome, à paraître.

62 Mattingly G., Renaissance Diplomacy, op. cit., p. 35-36 ; Péquignot S., « Figure et normes de comportement », art. cité.

63 Parmi les très rares cas, voir la lettre que Gregorius literatus (secrétaire), envoyé à la cour de Hongrie, adresse à son maître, le prince moldave Ștefan le Grand, Hurmuzaki E., Documente, vol. XV/1, no CXXXIII, p. 77 (le 7 août 1471).

64 Parmi les exceptions, on compte une lettre que deux grands boyards du prince valaque Vlad le Diable (Dracul) adressaient aux autorités de Brașov et où la mission est désignée comme Image 100000000000005F0000001481619100.jpg, Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 261 (1442). Les actes latins n’y apportent pas beaucoup d’éclaircissements ; voir, toutefois, Hurmuzaki E., Documente, vol. XV/1, no CLXXII, p. 97 (l’envoyé du patriciat de la ville de Brașov à la cour valaque est appelé nuncius, lettre de Basarab Laiotă, le 15 juillet 1477). Dans le registre des dépenses de la ville de Brașov, les missions diplomatiques que les autorités du lieu avaient envoyées en Moldavie sont appelées legationes et les émissaires oratores, ibid., no DCCVII, p. 375 (1537-1540).

65 Ainsi dans la lettre que les émissaires du prince valaque Basarab le Jeune auprès du roi de Hongrie adressaient à leur maître, DRH. D., vol. I, p. 259, doc. 156 (1478).

66 Le cas de la chronique de Mihail Moxa, première traduction en roumain des chroniques universelles byzantino-slaves (1620) en est parlant. Pour Moxa « écrire à l’empereur » (« Image 100000000000005F0000001490D1CC5A.jpg ») est la même chose que « mander chez l’empereur » (« trimese la împăratul »), ce qui associe donc nettement mission diplomatique et lettre écrite, voir Moxa M., Cronica universală, éd. par G. Mihăilă, Bucarest, Minerva, 1989, p. 171 (texte roumain) et p. 301 (la version slave de la chronique de Manassès). La formule typique « mander chez » pour désigner une mission diplomatique, sans plus de précision, est aussi courante : « Murat manda chez lui » (« trimese la el »– il s’agit d’Ivan Šišman, le prince bulgare de Vidin), traduction exacte du slavon « Image 10000000000000940000001430B93395.jpg », ibid., p. 209 (texte roumain), respectivement, p. 345 (chronique slave des 1296-1413, pour laquelle voir Năstase D., « La version slave de la chronique byzantine perdue de Jean Chortasmenos [début du XVe siècle] », in E. Popescu, T. Teoteoi [dir.], Études byzantines et post-byzantines, vol. V, Bucarest, Editura Academiei Române, 2006, p. 321-363). Il faut préciser que dans la langue roumaine actuelle, ce genre d’expression elliptique n’est plus adéquat.

67 Nicolaescu S., Documente slavo-române, p. 47 (lettre de Radu de Afumaţi, prince de Valachie, au patriciat de Sibiu, le 23 juillet 1528-1529), p. 77 (Mircea le Pâtre [par erreur de lecture Marcu] aux mêmes, le 7 mai, sans année), p. 82 (les même aux mêmes, 1552-1554).

68 DRH. D., no 188, p. 288 (Vlad le Diable aux patriciens de Brașov, 1431, novembre-décembre).

69 Ibid., no 192, p. 290-292 (Alexandru Aldea, prince de Valachie, aux mêmes, 1432, mai-juin) ; no 213, p. 311-312 (Vlad le Diable aux mêmes, le 7 octobre 1434). Voir aussi Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 339-340 (Ștefan le Grand recommande son serviteur [servus noster fidelis] aux autorités de Brașov, le 5 juin 1476) ; VERESS E., Acta et epistolae, vol. I., p. 301-302 (lettre du prince moldave Ștefan Lăcustă à Ferdinand Ier, le 24 septembre 1540) ; Hurmuzaki E., Documente, vol. II/1, no CCCLXXVII, p. 403 (le prince de Moldavie Jacob Vassilikos recommande ses émissaires [fideles nobis dilectos], le 27 mars 1562) ; no CCCLXXXVIII, p. 419 (le même recommande son envoyé (fidelis noster) au prince de Transylvanie János Zsigmond Zápolya, le 13 mai 1562).

70 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 90-91, doc. LXVII (lettre de Vlad l’Empaleur au patriciat de Brașov, 1456-1459).

71 Nicolaescu S., Documente slavo-române, p. 66-67 (lettre de Radu Paisie [en fait, Radu de Afumaţi] aux autorités de Sibiu, le 12 août, sans année).

72 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 122-123 (lettre de Basarab Laiotă aux autorités de Brașov, 1475-1476). Voir aussi ID., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 305-308 (« nos fidèles boyards » [« Image 100000000000008F00000014778170BB.jpg »], lettre de Ștefan le Grand aux mêmes, le 28 juillet 1468).

73 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 218-219 (lettre de Radu le Grand au patriciat de Brașov, 1504).

74 Ibid., p. 144 (Basarab le Jeune aux mêmes, 1478-1479).

75 Ibid., p. 131 (le même aux mêmes, 1474-1477).

76 Aussi, le choix devait-il être « objectif » sans privilégier les parents et amis du prince ou de quelqu’un de ses conseillers, voir Învăţăturile lui Neagoe Basarab […] Versiunea originală, op. cit., p. 290-291. Certains textes byzantins recommandaient que les ambassadeurs soient choisis pour leur discernement et leur loyauté, voir Drocourt N., « La diplomatie médio-byzantine et l’Antiquité », Anabases, no 7, 2008, p. 83. Dans la pratique occidentale, il arrivait souvent que l’envoyé prête serment devant son maître avant de partir en mission. Quand il s’agissait d’une affaire secrète, la fidélité de l’envoyé s’avérait plus importante que son rang ou bien l’office détenu, Chaplais P., English Diplomatic Practice, op. cit., p. 164.

77 Parfois, seul le cadre général de la mission est présenté par écrit, alors que les détails devaient être communiqués oralement par l’émissaire : « Et amplius quid servus noster fidelis Watress ex parte nostra amiciciis vestris narraverit, fidem ei adibeatis creditivam », Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 340 (lettre de Ștefan le Grand au patriciat de Brașov, le 5 juin 1476). Voir aussi Corfus I., Documente […] XVI, no 123, p. 233-235 (lettre d’Alexandru Lăpușneanul au roi de Pologne, précisant que le destinataire doit faire confiance à l’envoyé « car celles-ci sont nos vraies paroles » [« bo iestih naszy prawdziwe rzeczy »], le 23 avril 1564) ; Mihai Viteazul […] Documente externe, no 40, p. 149-150 (lettre de Mihai le Brave, original en hongrois, le 5 janvier 1597). Parfois, on possède les réponses à ce que les émissaires diplomatiques avaient exposé oralement (« ad ea quae vivo illi sermone exposuerunt »– dans la version roumaine de l’époque : « care au grăit cu cuvântul lor »), voir ibid., no 142, p. 387-391 (versions hongroise et roumaine, le 3 février 1600).

78 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 180-181 (lettre du prince valaque Vlad le Moine [Călugărul] aux autorités de Brașov, datée par l’éditeur 1481, juillet-août).

79 Hurmuzaki E., Documente, vol. XV/1, no CCCCXXIX, p. 235 (lettre de Neagoe Basarab aux autorités de Sibiu, 1517). Comme ailleurs, la négociation a été longtemps conçue comme une conversation, un dialogue, autrement dit un échange de paroles, voir Péquignot S.,» Le travail de négociation à Barcelone au XVe siècle », Revue de synthèse, 6e série, no 133, 2012, p. 217-218.

80 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 119-120 ; p. 171 (« avec des paroles pour Votre Seigneurie » [« Image 10000000000000A30000001439F45420.jpg »], lettre de Basarab le Jeune aux patriciens de Braşov, 1480-1481). Voir aussi Nicolaescu S., Documente slavo-române, p. 28-32 (« nous avons envoyé nos paroles et nos hommes » [« Image 10000000000000B500000014419D2544.jpg »], lettre de Radu de Afumaţi au patriciat de Sibiu, le 1er février, sans année, probablement 1525).

81 « Nos vraies et utiles [pour les affaires qui devaient être réglées] paroles » (« Image 10000000000000BC00000014055A6C37.jpgImage 100000000000007F00000014C0E43B8F.jpg »), ibid., p. 26-27 (lettre du prince valaque Theodosie au patriciat de Sibiu, le 7 janvier 1521 ou 1522) ; voir aussi p. 47 (Radu de Afumaţi aux autorités de Brașov, le 23 juillet 1528-1529) ; Tocilescu G. G., 534 documente, p. 190 (« des paroles utiles de notre part » [« Image 100000000000004B0000001457A65B8A.jpgImage 100000000000006900000014BB1CBC83.jpg »], Radu le Grand aux mêmes, sans date) ; p. 335 (le prince valaque Radu Paisie aux mêmes, sans date).

82 Învăţăturile lui Neagoe Basarab […] Versiunea originală, op. cit., p. 290-291 ; voir aussi les observations de Chaplais P., English Diplomatic Practice, op. cit., p. 164.

83 Azo de Bologne, Summa Codicis, cité par Queller D. E., « L’évolution du rôle de l’ambassadeur », art. cité, p. 480. Baldo de Ubaldi le qualifiait de pica et organum de son maître, qui d’ailleurs parlait in ipso et per ipsum, cité par Gilli P., « La fonction d’ambassadeurs dans les traités juridiques italiens du XVe siècle : l’impossible représentation », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, no 121/1, 2009, p. 178.

84 Selon l’expression (« lettera parlata ») de Carbone M., « Sul concetto di “nuntius” », Scritti giuridici dedicati ed offerti à Giampetro Chironi nel xxxiii anno del suo insegnamento, Milan-Turin-Rome, Fratelli Bocca, 1915, p. 47-48.

85 DRH. D., no 234, p. 331-332 (lettre de Vlad le Diable aux patriciens de Brașov, 1437-1446).

86 Nicolaescu S., Documente slavo-române, p. 26-27 (lettre de Theodosie au patriciat de Sibiu, 1521-1522) ; DRH. D., no 188, p. 288 (Vlad le Diable aux patriciens de Brașov, 1431, novembre-décembre) ; Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 67 (Vlad l’Empaleur aux mêmes, 1456-1462) ; p. 138-139 (Basarab le Jeune aux mêmes, environ 1478).

87 DRH. D., no 333, p. 453 (Vlad l’Empaleur aux mêmes, 1456, mai - 1459).

88 Tocilescu G. G., 534 documente, p. 336 (Radu Paisie aux mêmes, 16 décembre, sans année).

89 DRH. D., no 213, p. 311-312 (Vlad le Diable aux mêmes, le 7 octobre 1434) ; no 231, p. 329 (le même aux mêmes, 1437-1446).

90 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 106-107 (le prince valaque Radu le Bel aux mêmes, 1463-1470, le 4 février). Il arrive assez souvent que les mêmes précisions soient incluses dans les litterae responsivae confiées aux émissaires qui avaient fini leur mission et rentraient chez eux ; ID., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 336-337 (lettre de Ștefan le Grand au patriciat de Brașov, le 1er novembre 1475).

91 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 122 (lettre de Basarab Laiotă au patriciat de Brașov, 1474-1476).

92 ID., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 336-337. Les documents latins contiennent des formules similaires : « Cetera lator presencium, videlicet Stoyka, dicat, cui velitis creditis, tamquem ab ore nostro prolatis », Hurmuzaki E., Documente, vol. XV/1, no LIII, p. 32 (lettre du prince moldave Ștefan Ier aux autorités de Brașov, le 28 mai 1445) ; no LXXVIII, p. 44 : « Quidquid nostri ex parte vobis dixerit, eidem fidem in omnibus hiis velitis adhibere creditivam, tamque nos ipsi nobis loqueremur propria in persona » (Petru Aron, prince de Moldavie, aux mêmes, le 12 août 1456) ; no LXXXVII, p. 49 : « Cuius verbis et dictis fidem creditivam velitis adhibere, tanquam ab ore nostro proprio prolatis » (Vlad l’Empaleur aux mêmes, le 13 juin 1458) ; no CXLVI, p. 84-85 : « Tamquam nobis ac si essemus propria in persona una vobiscum » (le même aux autorités de Sibiu, le 4 août 1475).

93 Învăţăturile lui Neagoe Basarab, op. cit., p. 278.

94 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 119-120 (lettre de Basarab le Jeune aux patriciens de Brașov, 1475) ; voir aussi p. 144-145, (le même aux mêmes, 1478-1479).

95 Ibid., p. 267-269 (lettre des boyards du prince Basarab Laiotă au patriciat de Brașov, 1477). Ce document était le résultat d’un serment qui engageait la foi et l’âme des émetteurs, voir ibid., p. 270-272 (lettre d’un boyard du prince Basarab le Jeune aux notables de Brașov, 1479-1480) ; p. 145-146 (le même prince prête serment « sur la foi et l’âme de Ma Seigneurie et sur la foi et l’âme des boyards de Ma Seigneurie » [« Image 100000000000018F000000148C6091D1.jpgImage 100000000000001D000000147183F131.jpg »], lettre au prince de Transylvanie, 1478-1479). Sur le contenu de ces lettres dans le monde latin, voir Mattingly G., Renaissance Diplomacy, op. cit., p. 33-34.

96 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 144-145 (lettre de Basarab le Jeune aux autorités de Brașov, 1478-1479).

97 Ibid., p. 137-138 (le même aux mêmes, environ 1478) ; p. 145-146 (le même au prince de Transylvanie, 1478-1479). Ce type de document semble assez rare et son usage n’est pas clairement établi, voir Bogdan D. P., « Diplomatica slavo-română », Documente privind istoria României, op. cit., p. 25-26. En Moldavie, il porte le nom de Image 10000000000000A500000014BD740C9C.jpg (ou Image 10000000000000A700000014755CA873.jpg)– littéralement « lettres de promesse », mais aussi « de serment » ou « de malédiction », ce qui fait référence aux sanctions spirituelles qui devaient frapper celui qui ne respectait pas la promesse faite ; voir, par exemple, Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 257-259 (le 13 septembre 1457) et p. 294-296 (le 25 janvier 1463). Dans un autre document, toujours du règne de Ștefan le Grand, le syntagme est Image 100000000000005F000000141B00375E.jpg qu’on peut traduire par literae creditoriae, forme beaucoup plus proche de Image 100000000000005B00000014FCB1B435.jpg employée en Valachie, ibid., p. 483 (le 22 novembre 1503).

98 DRH. D., no 300, p. 410-412 (le 11 février 1450) ; no 302, p. 413-415 (le 5 juillet 1450).

99 Voir Corfus I., Documente […] XVI-XVII, no 13, p. 24 et 27 (les promesses du roi de Pologne exposées devant les émissaires du prince moldave Iliaș Rareș) et no 84, p. 168 (le serment prêté par Alexandru Lăpușneanul au roi de Pologne, le 22 juin 1553). Cet engagement n’était pas toujours respecté ; en témoignent les litiges signalés par le prince moldave Petru Rareș au roi de Pologne, Corfus I., Documente […] XVI, no 56, p. 107-111 (1546). Nouveaux litiges sont dénoncés par le fils de Petru, Iliaș Rareș, ibid., no 76, p. 151-153 (lettre du roi de Pologne au prince, le 11 mai 1551). Cette fois-ci les vexations étaient réciproques.

100 Veress E., Acta et epistolae, I, p. 150-151 (la lettre dit : « Rogamus […] quatenus ipsa Regia Maiestas praedictos familiares nostros pie et clementer exaudire et relationem in (fidem) nostrum praestare dignetur). Voir aussi ibid., p. 228 (« Quatenus praenotatum famulum nostrum ipsa Maiestas Regia dignetur loco persoane nostrae pie exaudire, necnon dictis eiusdem fidem praestare indubiam. Ea enim dicet, quae ex mente nostro dicendo accepit », le même au même, le 15 juillet 1531).

101 Ibid., p. 301-302 (le 24 septembre 1540). Il s’agit d’une pratique réciproque ; voir ibid., p. 302 (le 14 octobre 1540) ; p. 303 (le 12 novembre 1540), etc. Lorsque Jacob Vassilikos recommande ses émissaires à l’empereur Ferdinand Ier, il précise : « Fidem que adhibere in omnibus, atque ipsi personae nostrae », Hurmuzaki E., Documente, vol. II/1, no CCCLXXXII, p. 403 (le 27 mars 1562).

102 Ou bien Credenzschreiben, comme c’est le cas de la lettre dont était muni l’émissaire de Mihai le Brave chez l’archiduc Maximilien, voir Mihai Viteazul […] Documente externe, vol. I, no 66, p. 209-210 (le 25 septembre 1598). Dans le cas de la mission envoyée par Ștefan le Jeune à Venise, l’ambassador du prince moldave y présenta, selon Sanudo, « la lettera di credenza qual si tradurà [elle n’était donc pas rédigée en italien], et uno breve di Papa, et una lettera dil orator nostro in Corte », Hurmuzaki E., Documente, vol. VIII, no LVI, p. 45 (le 24 juin 1519) ; voir aussi no LVII, p. 46 (le 12 juillet 1519).

103 Corfus I., Documente […] XVI-XVII, no 14, p. 28 : l’émissaire devait discuter avec le roi de Pologne « certis rebus et negotiis », au nom de son maître, « cujus dictis vestra maiestas fidem indubiam illi adhibere dignetur ». Le prince assure le roi : « Nihil aliud refert pro sua integritate, quam a nobis acceperit » (literae creditoriae d’Alexandru Lăpușneanul pour son envoyé chez le roi de Pologne, le 3 juillet 1555). Comme il a été remarqué, des lettres de créances étaient accordées à la fois aux nuncii et aux ambassiatores, surtout à partir du XVe siècle, voir Queller D. E., « Thirteenth-Century Diplomatic Envoys », art. cité, p. 202 ; Mattingly G., Renaissance Diplomacy, op. cit., p. 26 ; Chaplais P., English Diplomatic Practice, op. cit., p. 159.

104 Voir Péquignot S.,» Les instructions aux ambassadeurs des rois d’Aragon (XIIIe-XVe siècle). Jalons pour l’histoire de la fabrique d’une parole royale efficace », Cahiers d’études hispaniques médiévales, no 31, 2008, p. 18. Id., « Les ambassadeurs dans les miroirs des princes en Occident au Moyen Âge », in Andretta S., Péquignot S., Waquet J.-C. (dir.), Les écrits sur les ambassadeurs et l’art de négocier, op. cit. Théodore Métochités affirme dans son discours d’ambassade devant le roi serbe Stefan Miloutin que les honneurs dont l’envoyé de l’empereur byzantin devait jouir devaient être des honneurs impériaux car l’envoyé même était un reflet de l’autorité impériale, voir Kazhdan Al., « The notion of Byzantine diplomacy », in Shepard J., Franklin S. (dir.), Byzantine Diplomacy, op. cit., p. 9-10. Dans la canonistique des XIIIe-XIVe siècles, le légat du pape était effectivement considéré son alter ego, à tel point qu’il avait le droit de porter la pourpre pontificale lors de sa mission, Gilli P., « La fonction d’ambassadeurs », art. cité, p. 176 ; voir aussi Moeglin J.-M., « Introduction : heurs et malheurs de la négociation du Moyen Âge à l’époque moderne », in Ferrer I Mallol M. T., Sánchez Martínez M., Moeglin J.-M., Péquignot S. (dir.), Negociar en la Edad Media/Négocier au Moyen Âge, Barcelone, CSIC, 2005, p. 24.

105 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 218-219 (1504).

106 Tocilescu G. G., 534 documente […], p. 317-318 (sans date, vraisemblablement 1530).

107 Bogdan I., Documente privitoare la relaţiile Ţării Româneşti, p. 133-134 (lettre de Basarab le Jeune aux autorités de Brașov, 1477). Le cas de Basarab le Jeune est assez intéressant. Dans une lettre adressée aux mêmes il les invitait à ne pas persécuter mais honorer son émissaire (« Image 100000000000014900000014B6E9B38E.jpg ») comme s’ils avaient honoré lui-même (littéralement « le visage de Ma Seigneurie », « Image 10000000000000C700000014B89E04D6.jpg »). À ce moment-là, cependant, il n’était pas encore prince régnant et se trouvait à la cour de son protecteur, Ștefan le Grand, voir Tocilescu G. G., 534 documente, p. 102 (1477, avant le mois de novembre).

108 Le même type de documents est aussi utilisé par des personnes privées, voir Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 299 (les grands boyards de Moldavie écrivent aux autorités de Brașov : « Ut dignemi sibi fedem creditivam adhibere tanquam nobis, quia sunt verba nostra », le 10 juillet 1468) ; Hurmuzaki E., XV/1, no DCLII, p. 349-450 (lettre de quelques boyards moldaves aux autorités de la ville saxonne de Bistriţa, en Transylvanie, le 6 février 1530, en latin).

109 Comme ce fut le cas dans l’Occident médiéval; voir, entre autres, Behrens B., « Treatises on the Ambassador Written in the Fifteenth and Early Sixteenth Centuries », English Historical Review, no 204, 1936, p. 616-627; Queller D. E., The Office of Ambassador in the Middle Ages, Princeton, Princeton University Press, 1967; ID., « Thirteenth-Century Diplomatic Envoys », art. cité; Perrin J. W., « “Legatus” in Medieval Roman Law », Traditio, no 9, 1973, p. 357-378; Gilli P., « La fonction d’ambassadeurs », art. cité, p. 173-187.

110 Sur les relations des deux principautés avec la Pologne, voir, entre autres, Ciobanu V., Ţările Române și Polonia. Secolele XIV-XVI, Bucarest, Editura Academiei RSR, 1985 ; Czamańska I., Mołdawia i Wołoszczyzna wobec Polski, Węgier i Turcji w XIV i XV wieku. Średniowieczne narody i państwa, Poznań, Wydawnictwo Naukowe UAM, 1996.

111 Corfus I., Documente […] XVI-XVII, no 5, p. 9-10 (1542, après le 21 janvier). La même appellation est employée par Alexandru Lăpușneanul lorsqu’il demande au roi de Pologne des laissez-passer pour ses émissaires qui devaient se rendre à la cour de Ferdinand Ier de Habsbourg : Id., Documente […] XVI, no 82, p. 159-162 (lettre du roi au prince moldave, 1552).

112 ID., Documente […] XVI-XVII, no 17, p. 33-38 (décembre 1555). À son tour, Jacob Vassilikos écrivait au même monarque l’annonçant qu’il allait envoyer ses « hauts émissaires » pour renouveler le traité d’alliance, ID., Documente […] XVI, no 114, p. 211-220 (1563).

113 Voir, par exemple, ibid., no 150, p. 292-294 (l’émissaire envoyé par le roi de Pologne chez le sultan Selim II, le 4 juin 1567) ; ibid., no 199, p. 379-385 (instructions données à l’émissaire polonais à Constantinople, 1597). Sur les rapports entre ces deux États, voir Kołodziejczyk D., Ottoman-Polish Diplomatic Relations (15th-18th Century). An Annotated Edition of “Ahdnames” and Other Documents, Leyde, Brill, 2000.

114 Hurmuzaki E., Documente, vol. II/2, no LII, p. 66 (1456). Il faut aussi s’interroger sur le sens de l’appellation boyar specialis, qui apparaît quelques fois dans la correspondance des princes valaques avec les autorités des villes saxonnes de Transylvanie ; voir Hurmuzaki E., Documente, vol. XV/1, no CCIX, p. 116 (lettre de Basarab le Jeune au patriciat de Brașov, le 16 novembre 1480) ; no CXLVI, p. 84-85 (Vlad l’Empaleur recommande aux autorités de Sibiu le « nobilis Christian Porkolab noster boyar specialis », auquel il fallait faire confiance : « Tamquam nobis ac si essemus propria in persona una vobiscum », le 4 août 1475). S’agit-il d’une appellation qui souligne le statut particulier du personnage ou bien le caractère « spécial » de sa mission ?

115 Dans son sens restreint, le terme désignait d’habitude un messager de moindre importance, voir Queller D. E., « Thirteenth-Century Diplomatic Envoys », art. cité, p. 196-202. Là comme ailleurs, il semble évident qu’il n’est pas utilisé en tant que terme technique mais plutôt comme terme général, ce qui fut d’ailleurs le cas dans la diplomatie occidentale à partir des XIIIe-XIVe siècles, voir Chaplais P., English Diplomatic Practice, op. cit., p. 134 sqq. et p. 153 sqq. Nous ne disposons pas des détails sur la mission confiée au « nonce spécial » (peculiaris nuncius) que Mihai le Brave voulait envoyer chez Philippe III d’Espagne, Mihai Viteazul […] Documente externe, vol. I, no 141, p. 385-386 (le 2 février 1600).

116 Hurmuzaki E., Documente, vol. II/1, p. 240-242 (le 7 janvier 1543). Pierre Chaplais attire l’attention que l’adjectif solempnis, qui indique l’existence d’émissaire de haut rang et dignité, doit être interprété dans ce contexte comme synonyme de sublimis, mot employé pour désigner les nobles, même s’il admet qu’il est souvent très difficile de préciser quelle conjoncture exigeait l’envoi d’une « ambassade solennelle », Chaplais P., English Diplomatic Practice, op. cit., p. 155-156.

117 Ceux-ci étaient nommés credibiles legati ou legatos instructos, ibid., p. 56-58. Nous n’avons pas repéré ces deux appellations dans notre corpus. Lors des négociations de 1201 entre les Croisés et Venise, les négociateurs des Croisés étaient munis des parchemins vierges portant déjà les sceaux de leurs maîtres (blancs-seings), Queller D. E., « L’évolution du rôle de l’ambassadeur », art. cité, p. 486. Cette pratique continua aux siècles suivants, ID., « Diplomatic Personnel Employed by the Counts of Flanders in the Thirteenth Century », Revue belge de philologie et d’histoire, no 34, 1956, p. 68-98; Dickinson J. G., « “Blanks” and “Blank Charters” in the Fourteenth and Fifteenth Centuries », English Historical Review, no 260, 1951, p. 375-387. Il reste à voir si ce type de documents était en usage dans les principautés de Valachie et de Moldavie.

118 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 291-294.

119 Corfus I., Documente […] XVI, no 81, p. 166 (le serment prêté par Alexandru Lăpușneanul au roi de Pologne, le 22 juin 1553).

120 Id., Documente […] XVI-XVII, no 12, p. 20-22 (lettre du roi de Pologne au prince Iliaș Rareș dans la question du serment que celui-ci devait prêter, l’été 1547).

121 Le dossier du problème contient un nombre important de pièces qui mériteraient une analyse spéciale. Voir, entre autres, Hurmuzaki E., Documente, vol. II/3, no CCIV, p. 261-265 (Fedes cum Valachis, à savoir le prince moldave Ștefan le Jeune, 1517) ; ibid., no CCCCLXI, p. 725-732 (le traité de Petru Rareș avec le roi de Pologne, octobre 1526) ; Corfus I., Documente […] XVI, no 11, p. 14-18 (le traité de Ștefan la Sauterelle avec le même roi, le 18 avril 1539), etc. Le processus ne découlait pas toujours sans problème. Ainsi, le 14 juillet 1547, le prince Iliaș Rareș demandait au roi de prêter le serment habituel devant les représentants moldaves envoyés à cet effet et le mettre par écrit selon la coutume ancienne (« abys nam przysiagł i zapis dał po starodawnem obyczaiu »), ID., Documente […] XVI-XVII, no 10, p. 14-18. Le roi répondit que la tradition voulait que le prince le fasse en premier et que de toute manière les documents dont les envoyés moldaves étaient munis n’étaient pas conformes aux traités conclus entre leurs prédécesseurs respectifs, ibid., no 12, p. 20-22 (l’été 1547 ; voir aussi no 13, p. 22-27, le 15 septembre 1547). Alexandru Lăpușneanul a conclu deux séries de traités avec le même roi dans la double qualité de celui-ci de roi de Pologne et grand-duc de Lituanie, ID., Documente […] XVI, no 83, p. 162-166 (le 11 avril 1553) ; no 84, p. 166-178 (le 22 juin 1553) ; no 87, p. 183-188 (le 19 août 1553) ; no 88, p. 188 (le 20 août 1553) ; ID., Documente […] XVI-XVII, no 17, p. 33-38 (décembre 1555). Voir aussi Pippidi A., « Moldavie et Pologne : la fin de la vassalité », Acta Poloniae Historica, no 83, 2001, p. 59-78.

122 Dans certains cas –très rares– les documents parlent explicitement d’ambassadeurs, tout en dévoilant à la fois leur statut social et le but de leur mission. Lorsqu’il expose aux patriciens de Brașov ses relations avec le roi de Hongrie, Basarab le Jeune affirme avoir reçu les ambasiatores de celui-ci, à savoir des « homines et notabiles viros […] pro pactu et unione fienda », Hurmuzaki E., Documente, vol. XV/1, no CLXXVI, p. 99 (le 19 juin 1478).

123 Veress A., Documente, vol. I, p. 222 (lettre de Valentin Sauerman à Ferdinand Ier, le 5 juin 1562).

124 Hurmuzaki E., Documente, vol. II/2, no CVI, p. 126-127. Il se peut aussi que ce refus fût un stratagème du roi qui ne savait pas comment procéder avec un usurpateur, ce qui était bien le cas de notre personnage. Pour sa carrière, voir Falangas A., Jacques Vassilikos-Despote (Despot Vodă) : un Grec, voïévode de Moldavie. À la lumière des sources narratives roumaines des XVIe et XVIIe siècles, Bucarest, Omonia, 2009.

125 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, no CLXXVII, p. 415-417.

126 Voir, par exemple, Iorga N., Istoria românilor, vol. 5, Vitejii, éd. par C. Rezachevici, Bucarest, Enciclopedică, 1998 (1re éd., Bucarest, 1937), p. 273-274 ; Ionașcu I., « Mihai Viteazul și autorii tratatului de la Alba Iulia », Anuarul Institutului de Istorie Cluj-Napoca, no 5, 1962, p. 115-138.

127 Mihai Viteazul […] Documente externe, vol. I, no 14, p. 87-92 (original latin) et 92-99 (traduction roumaine et notes).

128 Ibid., no 16, p. 100-104 (original polonais), 105-110 (traduction roumaine), ici p. 102 et 106 (témoignage de Lubieniecki, l’émissaire du roi de Pologne à la cour valaque, le 27 juillet 1595).

129 Isopescu C., « Alcuni documenti inediti della fine del Cinquecento », Diplomatarium italicum, no 1, 1925, p. 396-398.

130 Il convient de préciser ici que nous n’avons pas trouvé le terme procurator dans le corpus que nous avons consulté, ni des documents qui puissent être qualifiés comme des procurations en bonne et due forme. Il se peut que cette absence soit le résultat d’un vice de documentation. D’un autre côté, il est évident que certains émissaires diplomatiques pouvaient agir comme procurateurs sans que les documents les appellent ainsi de manière explicite, comme c’est le cas que nous avons présenté ci-dessus.

131 Învăţăturile lui Neagoe Basarab […] Versiunea originală, op. cit., p. 292-293. Dans la pratique diplomatique byzantine les instructions orales étaient aussi monnaie courante ; voir Oikonomidès N., « Byzantine diplomacy, A. D. 1204-1453 », art. cité, p. 73-88 ; Mccormick M., « La lettre diplomatique byzantine du premier millénaire vue de l’Occident et l’énigme du papyrus de Paris », in Balard M., Malamut É., Spieser J.-M. (dir.), Byzance et le monde extérieur. Contacts, relations, échanges, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 135-149 ; Drocourt N., « La place de l’écrit dans les contacts diplomatiques du haut Moyen Âge. Le cas des relations entre Byzance et ses voisins (de la fin du VIIe siècle à 1204) », Autorité de l’écrit, recours à l’écrit et documents d’archives (Actes du XXXIXe Congrès de la SHMESP, Le Caire, 1er-4 mai 2008), Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, p. 29-31.

132 Voir, entre autres, Hurmuzaki E., Documente, vol. II/1, no CCCXLVII p. 371-372 (instructions de Jacob Vassilikos à son envoyé auprès de Ferdinand Ier, en latin, le 3 mars 1560) ; no CCCXCIX, p. 436 (le même à son envoyé chez le roi Maximilien, en français, probablement une copie, juin 1562) ; Corfus I., Documente […] XVI, no 61, p. 123-124 (Iliaș Rareș à son émissaire en Pologne, 1546, après le 3 septembre) ; ibid., no 85, p. 178-192 et no 124, p. 235-238 (Alexandru Lăpușneanul à ses émissaires en Pologne, les 29 juillet 1553 et 23 avril 1564) ; Mihai Viteazul […] Documente externe, vol. I, no 190, p. 513-514 (Mihai le Brave à ses émissaires en Pologne, en roumain, 1600, avant le 28 juin), etc.

133 On instruit par écrit surtout lorsqu’il « peut y avoir matière à débat, à engagement de la parole royale, à négociation ou à conclusion ». D’un autre côté, l’instruction orale pouvait être préférée pour des raisons de préservation du secret, Péquignot S., « Les instructions aux ambassadeurs », art. cité, p. 25. Ce fut sans doute pour ces mêmes raisons qu’Éginhard considérait « potius credendi homini quam cartae credendum indico », cité par Nelson J. L., « Messagers et intermédiaires en Occident et au-delà à l’époque carolingienne », in Dierkens A., Sansterre J.-M. (dir.), Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle, Genève, Droz, 2000, p. 403. D’ailleurs, en Italie médiévale, nuncius était pratiquement synonyme de secretus, Chaplais P., English Diplomatic Practice, op. cit., p. 160. Il faut aussi supposer que les deux types d’instructions, orales et écrites, ont été parfois utilisés conjointement pour une même mission diplomatique, Péquignot S.,» Les instructions aux ambassadeurs », art. cité, p. 25. En rendent compte nombre de lettres qui précisent qu’il y a des choses qui ne sont pas couchées par écrit et que l’émissaire devait exposer oralement, Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 316 (« Cetera quitquid lator presencium […] ore vestre serenitate oretenus alloquetour […] », lettre de Ștefan le Grand au roi de Pologne, le 13 juillet 1471) ; ibid., p. 340 (« Et amplius quid servus noster fidelis Watress ex parte nostra amiciciis vestris narraverit […] », le même au patriciat de Brașov, le 5 juin 1476). Voir aussi Corfus I., Documente […] XVI, no 123, p. 233-235 (lettre d’Alexandru Lăpușneanul au roi de Pologne, le 23 avril 1564) ; Mihai Viteazul […] Documente externe, vol. I, no 40, p. 149-150 (lettre de Mihai le Brave à l’archiduc Maximilien de Habsbourg, le 5 janvier 1597).

134 En polonais Pokucie, en ukrainien Покуття, sous-région en Galicie, aujourd’hui en Ukraine, entre les rivières Prouth et Tcheremoch (en ukrainien Черемош, en polonais Czeremosz). Sur le litige entre les princes moldaves et les rois de Pologne à ce sujet, voir, entre autres, Ciurea D., « Relaţiile externe ale Moldovei în secolul al XVI-lea », Anuarul Institutului de Istorie și Arheologie « A. D. Xenopol » Iași, no 10, 1973, p. 2-12 ; Biskup M., « Die polnische Diplomatie… », art. cité ; Ciobanu V., Ţările Romane și Polonia, op. cit.

135 Le document a été rédigé en trois exemplaires, un pour chaque partie impliquée dans l’affaire, voir Hurmuzaki E., Documente, vol. II/2, no CCCCLXXXI, p. 613 (l’exemplaire du roi de Pologne, 1510).

136 Dans l’exemplaire du roi de Hongrie les envoyés moldaves sont nommés oratores, investis « cum plena et omnimoda auctoritate et facultate ». Les émissaires du roi de Hongrie portent le même nom et constituent une legacion réunissant des personnes investies « cum plena nostra auctoritate et facultate », alors que les représentants du roi de Pologne sont tout simplement consiliarii, ibid., no CCCCLXXXIX, p. 624-625. Je propose d’identifier ces « conseillers » avec les comissarii ou deputati dont font état nombre de documents occidentaux et qui selon certains historiens étaient la même chose que les procuratores, donc des personnes nommées par lettres de procuration, Chaplais P., English Diplomatic Practice, op. cit., p. 154. Le terme comissarius, parfois synonyme de legatus ou orator, est d’ailleurs employé plus d’une fois par la chancellerie habsbourgeoise au XVIe siècle.

137 Bogdan I., Documentele […] Ștefan cel Mare, vol. II, p. 482-492 (le 22 novembre 1503).

138 Veress A., Documente, vol. III, p. 141-142 (le 3 octobre 1588). Le roi les appelle d’ailleurs legatos ad nos, ibid., p. 146 (le 2 décembre 1588).

139 Hurmuzaki E., Documente, vol. II/3, no XCIV, p. 87-88 (le 1er juillet 1513) ; voir aussi no XCVI, p. 89 (le 9 juillet 1513).

140 Ibid., no CI, p. 93-94 (le 4 août 1513).

141 Corfus I., Documente […] XVI, no 69, p. 141. Dans le texte polonais les émissaires sont appelés nuncty, visiblement un emprunt du latin.

142 Veress A., Documente, vol. I, p. 288-289 (« huius mensis die appulerunt huc duo legati Bogdani Moldaviae reguli, quorum alter cancellarius, alter cubiculi praefectus dicitur, satis splendido comitatu, plus quam centum ornatissimi equitum », le 31 janvier 1570). La description de la cérémonie, assez brève, est bien intéressante, car très rare. Cette délégation avait été précédée par une autre : 34 personnes et 46 chevaux, ce qui a couté au Trésor environ 100 florins, Corfus I., Documente […] XVI, no 156, p. 310-311 (6-18 février 1569).

143 Ibid., no 73, p. 150 (12 personnes et 17 chevaux), respectivement no 78, p. 154 (15 personnes, 19 chevaux ; en total 37 florins). Voir aussi ibid., no 75, p. 150 (6 personnes, 6 chevaux, 2-10 décembre 1550).

144 Ibid., no 74, p. 150.

145 Ibid., no 184, p. 353-354 (avec la description des présents).

146 Le mot mertic (ou mertig, du mot hongrois mérték qui veut dire « poids », « mesure »), signifie ici ration d’entretien (d’habitude en nature) pour les militaires et les serviteurs, voir Mihăilă G., Dicţionar al limbii române vechi, op. cit., p. 122, s. v. ; Instituţii feudale, op. cit., p. 333, s. v. En ce sens, mertic și cheltuială, veut dire plus que « Speis und Trank » (« nourriture et boissons »). Il correspond avec le terme ottoman tayn, repris lui aussi par le roumain. Il était courant d’ailleurs que les coûts d’entretien des envoyés diplomatiques soient couverts par celui qui les accueillait. Un registre de dépenses du roi de Hongrie (1525) fait état des sommes attribuées aux émissaires des princes valaque et moldave : ainsi le « nuncio domini Radwl wayde Transalpinensi » (Radu de Afumaţi, prince de Valachie) reçut 20 florins le 24 février et encore 32 le 3 mars, « pro expensis et conservacione equorum suorum », tandis que l’orator du prince de Moldavie qui « ad Regiam Maiestatem in legacionibus venerat » reçut environ 10 florins par jour, « ad conservacionem coquine et equorum suorum », Hurmuzaki E., Documente, vol. II/3, no CCCLX, p. 514-515 et 516-518 ; voir aussi ci-dessus (les dépenses faites par les autorités polonaises avec les délégations moldaves).

147 Le document, daté 10-26 juillet 1600, est conservé en trois rédactions : original en hongrois, traduction roumaine contemporaine et une traduction moderne en allemand, Mihai Viteazul […] Documente externe, vol. I, no 196, p. 522-524 (texte hongrois), p. 524-525 (texte roumain), p. 525-529 (texte allemand et notes des éditeurs). La version allemande est bien explicite : « Das Voivoden Botschafter am Hofe Seiner Majestät soll von Seiner Majestät mit Speis und Trank versehen, anch von Seiner Majestät und den Räthen geachtet und geehrt werden. » Voir aussi ibid., no 200D, p. 545-547 (original hongrois) et p. 552-553 (traduction roumaine).

148 Dans une première phase, les envoyés valaques et moldaves à la Porte sont désignés par les documents ottomans du XVIe siècle comme elçiyân, terme que les Ottomans employaient pour désigner tous les ambassadeurs des États étrangers à Constantinople. À partir de la seconde moitié du siècle, ils commencent à être appelés kethüda-i Bâb (« représentant à la Porte », titre assigné aussi aux représentants de tout haut dignitaire ottoman) ou bien kapu-kethüda, qu’on pourrait traduire comme « chargé d’affaires en chef ». Ces deux termes-là reflètent le changement intervenu dans les rapports de force entre la Porte et les deux principautés, considérées désormais comme faisant partie de l’Empire, Maxim M., Noi documente turcești privind Ţările Române și Înalta Poartă (1526-1602), Brăila, Istros, p. 47, n. 2. Dans sa qualité d’elçiyân, l’émissaire des princes valaques et moldaves avait droit aux gratifications et au tayn, tout comme c’était le cas des autres représentants des puissances étrangères à Constantinople, ibid., p. 46-47 (document du 3 août 1527). L’institution du kapu-kethüda, d’une importance exceptionnelle pour la compréhension des rapports entre les deux principautés et la Porte, attend encore l’étude systématique qu’elle mérite ; voir, pour l’instant, Condurachi, I. D., Soli și agenţi ai domnilor Moldovei la Poartă în secolul al XVII-lea, Bucarest, Cultura, 1920 ; Golimas A., Despre capuchehăile Moldovei și poruncile Porţii către Moldova până la 1829. Contribuţii la cunoașterea raporturilor de drept dintre Moldova și Turci, Iași, Tipografia « Ligii Culturale », 1943 ; Matei I., Reprezentanţii diplomatici (capuchehăi) ai Ţării Românești la Poarta otomană, éd. par N. Pienaru et T. Teoteoi, Bucarest, Editura Academiei Române, 2008.

149 Mattingly G., « The First Resident Embassies: Mediaeval Italian Origins of Modern Diplomacy », Speculum, no 12, 1937, p. 423-439; Id., Renaissance Diplomacy, op. cit., p. 55-71.

Auteur

Chargé de recherche au CNRS, Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen, EHESS, Paris, ses recherches portent sur l’histoire des élites politiques dans le monde gréco-roumain (XVIe-XVIIIe siècle), la théologie politique et les représentations du pouvoir dans le monde post-byzantin, les relations entre le mont Athos et le monde orthodoxe, les relations entre l’Europe chrétienne et le monde ottoman (XVe-XVIIe siècle). Avec Gábor Kármán, il a récemment publié Europe and the “Ottoman world”: Exchanges and Conflicts (16th to 17th centuries), Istanbul, Isis Press, 2013.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search