Version classiqueVersion mobile

La figure de l'ambassadeur entre mondes éloignés

 | 
Nicolas Drocourt

Les ambassadeurs chez les chroniqueurs arméniens du XIIIe siècle

Isabelle Augé

Résumé

La situation des Arméniens les met en contact avec de nombreux peuples et ils sont souvent obligés de négocier avec les puissances voisines ou plus lointaines pour assurer leur survie. L’historien s’attend à ce que la figure de l’ambassadeur soit très présente dans les sources arméniennes. Or, il s’aperçoit, à l’examen attentif de celles-ci, que les mentions sont finalement relativement ténues. Le matériau relevé, même médiocre en quantité, est traité ici selon trois axes. La première partie fait une analyse sémantique, relevant les termes utilisés par les chroniqueurs, en tentant de déceler, parmi ceux-ci, des variantes d’acception. Le bilan montre que les chroniqueurs emploient plus volontiers tel ou tel terme sans qu’il soit vraiment possible d’en retirer un enseignement définitif. L’analyse sociale des ambassadeurs cités dans les sources, réalisée en seconde partie, donne des résultats plus probants, permettant de dresser un portrait assez fidèle de ces personnages, souvent issus d’un milieu aristocratique, toujours bien choisis. Enfin, la présentation s’attache à développer quelques cas précis de délégations, avec leurs vicissitudes, pour tenter de mettre en exergue certaines constantes dans les modalités de déplacement.

Texte intégral

1Lorsque l’on évoque, au XIIIe siècle, l’Arménie et les Arméniens, on peut faire référence au petit royaume arménien de Cilicie, créé à l’extrême fin du XIIe siècle, ou bien à ce que l’on désigne comme la Grande Arménie, où la situation politico-militaire est beaucoup plus complexe. Au début du XIIIe siècle, on y reviendra plus en détail dans notre développement, les populations arméniennes de ce secteur sont sous la suzeraineté de leurs voisins géorgiens, alors en pleine gloire (règne de Thamar entre 1184 et 1213) et ont réussi à récupérer un certain nombre de places importantes, comme Ani ou Kars. Les Géorgiens ont confié le pouvoir, dans ce secteur, à une famille de princes arméniens, les frères Zakarian, qui sont connus, entre autres, pour être de grands fondateurs et donateurs pour les monastères de Grande Arménie. La situation est assez stable et figée jusqu’à l’arrivée des Mongols qui font leurs premiers raids dans le sud Caucase vers 1220, puis s’emparent de la Grande Arménie dans les années 1230-1240. Seul résiste encore le petit royaume arménien de Cilicie pris en tenaille entre la puissance montante des Mamluks (prise de Hoṙomkla en 1292 par exemple) et l’Empire mongol.

2Ce rappel très rapide, dans les limites de la période considérée pour cette étude, montre à quel point la situation est complexe pour les Arméniens et laisse présager de leur part des négociations nombreuses, des alliances fluctuantes, et donc des échanges d’ambassades.

  • 1 Melik-Ōhanǰanyan K. (éd.), Patmut‘iwn Hayoc‘ (Histoire d’Arménie), Erevan, 1961 [ensuite Kirakos Ga (...)
  • 2 Ališan Ł. (éd.), Hawak‘umn patmut‘ean (Compilation historique), Venise, 1862; Thomson R.-W. (trad.) (...)

3Pour ce qui concerne maintenant les sources, il faut en premier lieu présenter deux chroniqueurs fort proches et contemporains, vivant en Grande Arménie mais en lien avec la Cilicie, Kirakos Ganjakec‘i1 et Vardan dit l’Oriental (Arewelc‘i)2, tous deux élèves d’un grand savant arménien Yovhannēs Vanakan, tous deux morts en 1271. Kirakos est, des deux, le plus intéressant pour nous, celui qui évoque le plus d’événements en liaison avec le problème traité. Né dans la ville de Ganjak il a d’abord étudié dans l’école du monastère de Nor Getik, que l’on désigne également sous le nom de Gošavank‘ (car il a été fondé par le savant arménien Mxit‘ ar Goš) puis à Xoranašat. Lorsque ce bâtiment fut détruit par les Mongols, Kirakos et son maître Yovhannēs Vanakan s’enfuirent et continuèrent à enseigner jusqu’à leur captivité aux mains des Mongols qui débute en 1236. Après s’être échappé, Kirakos retourne à Nor Getik et y rédige une histoire à l’architecture complexe, mais qui se révèle intéressante à partir du moment où son auteur devient lui-même témoin oculaire, comme il l’indique en écrivant :

  • 3 Kirakos Ganjakec‘i, p. 154.

« Ce qui, jusqu’ici, a été écrit dans cette histoire, nous l’avons compilé, avec de gros efforts, à partir des écrits antérieurs. Ce qui, maintenant, se déroule sur la scène de l’histoire, vient de nous, comme témoin, soit auriculaire, soit oculaire3. »

4Nous avons choisi de commencer notre étude de son texte à ce point précis.

  • 4 ŠAhnazareanc‘ K. (éd.), Patmut‘iwn nahangin Sisakan (Histoire de la province de Sisakan), 2 vol., P (...)

5Pour ce qui concerne la Grande Arménie, dans la seconde moitié du XIIIe siècle est conservée l’histoire de Step‘anos Orbelian4. L’objet de son étude est bien circonscrit, il s’en est tenu à une province arménienne, celle de Siwnik‘, dirigée par sa famille et dont il est évêque. Si les éditeurs modernes lui ont donné pour titre Histoire de la province de Siwnik‘, l’auteur lui-même avait intitulé son ouvrage Livre des souvenirs, souvenirs oraux comme écrits puisqu’il insère, dans son ouvrage, un nombre important de documents originaux, chartes ou textes épigraphiques recopiés par lui sur les murs des monastères. Son histoire est malheureusement très régionale et s’intéresse surtout aux rapports arméno-arméniens, aux affaires de son évêché et de sa famille, la famille princière des Orbelian.

  • 5 Blake R. P., Frye R. N., « History of the Nation of the Archers (The Mongols) by Grigor of Akanc, H (...)
  • 6 Smbatay Sparapeti taregirk‘ (Chronique du connétable Smbat), Venise, 1956 ; Dedeyan G. (introd., tr (...)
  • 7 Plusieurs textes ont été, de manière plus ou moins formelle, attribués au connétable Smbat, frère d (...)

6Les deux autres auteurs considérés interviennent eux en Cilicie. Le premier est Grigor d’Akner5, peut-être supérieur de ce monastère cilicien. Né en 1250, il rapporte, dans son ouvrage, les événements des années 1230-1270 aussi bien en Cilicie qu’en Grande Arménie. Enfin vient la chronique attribuée au connétable Smbat, frère du roi d’Arménie Het‘ um Ier dont une partie a été traduite en français par Gérard Dédéyan6. Il faut se reporter à son introduction pour se faire une idée exacte de cet écrit qui nous intéresse ici pour la période qui va de la fin du XIIe siècle à 12727.

7Nous allons donc, à travers la lecture de ces quelques ouvrages, chercher à relever les mentions d’ambassades et d’ambassadeurs pour donner une première analyse globale en nous interrogeant en premier lieu sur la fréquence des mentions, le vocabulaire employé, puis en faisant une typologie des ambassadeurs présents dans les sources avant de nous arrêter en dernier point sur l’accueil qui leur est réservé, tel qu’il apparaît sous la plume des chroniqueurs arméniens.

UN INTÉRÊT MÉDIOCRE PORTÉ AUX AMBASSADEURS

8C’est le premier élément qui ressort à la lecture des sources. Alors que l’on s’attendrait à une profusion d’informations, on se rend très vite compte que les indices sont en fait très ténus. Tous les auteurs, tout d’abord, utilisent très souvent des tournures particulières pour désigner les ambassades ou les envois de délégués qui les dispensent de mentionner ne serait-ce qu’un nom commun ou un terme générique désignant les délégués.

9On peut donner un exemple, tiré de l’œuvre de Kirakos de Ganjak, lorsqu’il rapporte comment le futur roi Lewon envoya une ambassade à Rome, auprès du pape et de l’empereur, pour obtenir l’investiture assortie d’une couronne royale.

10L’auteur écrit :

Image 100000000000011A0000000FDB4D0D0D.jpgImage 100000000000019D0000000FBFBFEF9D.jpgImage 10000000000000580000000F20942CEF.jpg

  • 8 Kirakos Ganjakec‘i, p. 156. Sur l’affaire du couronnement de Lewon et les relations avec la papauté (...)

11, ce qui signifie : « Et il envoya [des messagers ou des messages] dans la très célèbre ville de Rome, à l’empereur autocrate et au pape, afin qu’ils lui donnent l’investiture et une couronne royale8. » On est en effet surpris par le grand nombre d’occurrences de ce type de tournures, comme si les auteurs n’accordaient absolument aucune importance aux modalités d’acheminement des informations ou des demandes.

  • 9 Pour cela ont été utilisés les instruments de travail suivants : Calfa A., Baṙgirk‘ hay-gałłiarēn ((...)

12Malgré ce constat pessimiste, il arrive cependant que soient mentionnés les personnages envoyés, même si ce n’est souvent que par des termes très généraux, en l’absence totale de l’indication de leur identité. Il est alors possible d’établir une liste des termes rencontrés dans les différentes chroniques, en donnant une idée de leur fréquence, des préférences de tel ou tel auteur, des nuances de sens9

13Le terme qui revient le plus fréquemment est celui de

Image 100000000000002C0000000F3B0BBAF0.jpg

14C’est le seul terme utilisé par les quatre chroniqueurs au moins une fois. La traduction donnée dans le dictionnaire arménien français le plus souvent utilisé est « ambassadeur ». De ce mot en sont dérivés d’autres comme

Image 10000000000000500000000FEAE8DDE7.jpg

15qui signifie ambassade.

16Kirakos de Ganjak, qui est celui qui cite le plus fréquemment des ambassades ou des ambassadeurs emploie également, a priori sans distinction particulière, le terme de

Image 100000000000003D0000000F5F79F6E0.jpg

17(traduction dans le même dictionnaire : oracle, parole, sentence, message, ordonnance, conseil, avis) et son dérivé

Image 10000000000000570000000F8CD75174.jpg

18(messager, député, envoyé, délégué, ambassadeur, diplomate). Ces deux termes sont des termes anciens, que l’on trouve dans la littérature arménienne dès ses origines, au Ve siècle.

19Au-delà, les autres termes utilisés ne le sont pas de manière systématique et n’apparaissent que rarement et sous la plume d’un seul chroniqueur : le connétable Smbat emploie ainsi

Image 10000000000000590000000F96644F4A.jpg

20mot dérivé de

Image 10000000000000350000000F43D51170.jpg

21dont le sens premier est ange, mais qui signifie également messager, envoyé, ambassadeur, délégué, député… C’est le correspondant exact de ἄγγελος, qui apporte une nouvelle, messager, messagère. Il emploie également

Image 100000000000003E0000000F1963E64D.jpg

22qui signifie porteur de bonnes nouvelles

Image 10000000000000440000000FE65D2BF4.jpg

23[Évangile], dans un contexte dans lequel en effet, le message du roi d’Arménie Het‘ um au sultan Mamluk est porteur d’une bonne nouvelle.

24Grigor d’Akner emploie, lui, presque à l’exclusion de tout autre terme, hormis despan, le terme de

Image 10000000000000170000000F6F456306.jpg

25Ce terme ne se trouve que dans le dictionnaire de moyen arménien où l’on indique qu’il vient du turc.

26Step‘anos Ōrbēlean lui est le seul à employer le terme de

Image 10000000000000300000000F4829E387.jpg

27qui peut signifier député, ambassadeur, mais aussi huissier, lecteur, nonce. Le personnage ainsi désigné est en général, un ecclésiastique.

28Pour conclure sur ce point, l’étude des formules et des termes est finalement pauvre en informations. Le peu d’intérêt porté aux ambassadeurs se marque d’abord par le fait que l’on cherche à éviter, par de tournures grammaticales, de les citer. Lorsqu’on le fait, les termes employés ne laissent pas transparaître une véritable typologie ou une quelconque hiérarchie. On utilise en général le terme qui semble le plus approprié qui est celui de despan, hors de tout contexte même si, parfois, on affine : dans un contexte uniquement chrétien apparaît le terme de newirak, quand la nouvelle est bonne on peut également employer le terme idoine de awetawor, mais ce ne sont que des nuances peu signifiantes.

29Bien entendu, ce premier constat implique une connaissance très superficielle du milieu des ambassadeurs. Nous allons tout de même tenter de présenter ceux que nous connaissons un peu moins mal pour définir leurs contours sociaux.

LES AMBASSADEURS CITÉS DANS LES SOURCES

30Il convient tout d’abord de dresser la liste des personnages nommément cités : au total, la moisson est, là encore, bien maigre puisque Kirakos Ganjakec‘ i, de loin le plus disert, cite en tout et pour tout cinq personnages, alors que dans les autres sources, on en recense uniquement deux.

  • 10 Erevan, 1987-1992.

31Une prise de connaissance rapide de l’identité des personnages et de leur qualité montre que, bien entendu, la quasi-totalité des ambassadeurs nettement identifiés sont des personnages de haut rang. Une grande partie d’entre eux interviennent dans les relations arméno-mongoles, dès lors qu’il s’agit de négocier des alliances. Kirakos Ganjakec‘ i narre ainsi l’intervention de Grigor Tła (qui signifie « l’Enfant ») qui est envoyé par Awag, fils du prince Iwanē auprès du chef mongol appelé par le chroniqueur arménien Č‘armału (qui se trouvait près du lac Sewan) pour négocier une reddition. Ce personnage n’est pas inconnu des sources puisqu’il est présenté en détail par le même Kirakos Ganjakec‘ i lorsqu’il s’attarde sur la construction du monastère de Nor Getik (ou Gošavank‘) dans laquelle Grigor a joué un rôle. D’après les informations données, le prince arménien Iwanē confia sa maison et son fils, Awag, à un certain Grigor, surnommé Tła, fils de Smbat, fils du grand Vaxtang, gouverneur du pays d’Axc‘ar. Ce personnage demanda alors à Awag de lui céder le monastère pour en faire le lieu de son dernier repos et y fit construire une église, comme nous l’apprend Kirakos en ces termes : « Il construisit une merveilleuse église, avec trois autels, près du gawit‘ de l’église, édifiée d’une manière étonnante et il consacra cette église au nom de saint Grigor. » Le bâtiment dont il est ici question est l’église dédiée à saint Grégoire l’Illuminateur. Une inscription datée de 1237, relevée sur cette dernière, mentionne en effet Grigor, fils de Smpat10.

  • 11 Voir Grigor d’Akner, op. cit. n. 5, p. 368 : « Ensuite, le roi des Arméniens ayant demandé conseil (...)
  • 12 Chronique du connétable Smbat, op. cit., p. 249 ; Dedeyan G. (trad.), La chronique attribuée au con (...)

32Lorsque l’affaire est plus importante, le souverain du royaume arménien de Cilicie peut décider de se déplacer lui-même ou d’envoyer un proche, comme il le fait en 1247 en la personne de son frère, le connétable (sparapet) Smbat. Son fils, prénommé Lewon, est lui aussi envoyé auprès de l’Ilkhan Abaga pour régler un problème délicat que le roi lui-même n’est pas parvenu à résoudre. Lors de la grande bataille de Mari, en 1266, le sultan Baybars a fait prisonnier le fils du roi Het‘ um, futur Lewon II. Il accepte de le libérer seulement contre l’élargissement d’un mamluk prisonnier des Mongols, un certain Sunqur al-Ashqar et charge les Arméniens de la négociation11. Ayant appris cela le roi se rend lui-même auprès des Mongols, en vain. Il décide alors de faire intervenir son neveu qui, apparemment plus habile dans la négociation, obtient gain de cause. Le Pseudo-Smbat s’arrête longuement sur cette affaire qui met en jeu des échanges de prisonniers avec échange d’otages préalable12.

33Des Arméniens sont également utilisés comme ambassadeurs par les souverains mongols dès lors qu’ils se sont soumis à lui. Kirakos de Ganjak narre ainsi l’histoire de Pṙoš, prince de Jraberd, proche du khan Hulagu qui l’envoie, accompagné d’autres messagers, négocier auprès du calife lors du sac de Bagdad par les Mongols en 1258. À la fin de son récit, le chroniqueur le présente en détail :

  • 13 Kirakos Ganjakec‘i, p. 380 et 384.

« Et tout cela m’a été raconté par le prince Hasan, que l’on appelle Pṙoš, fils du pieux Vasak, fils d’Hałbak, frère de Papak‘ et Mkdem, père de Mkdem et de Papak‘, d’Hasan et de Vasak, qui fut témoin oculaire et auriculaire et qui jouissait de beaucoup de considération auprès du khan13. »

34Ce prince de Jraberd, aussi dans la province d’Arc‘ax, est à situer sur le même plan que Grigor Tła ; ce n’est pas un personnage de premier plan mais il appartient quand même à une certaine noblesse.

  • 14 Vardan, op. cit., p. 155; Thomson R. W. (trad.), art. cité, p. 220.
  • 15 Diwan hay vimagrut‘yan, t. VI, op. cit., no 140a. L’inscription, en lettres rouges peintes, se trou (...)
  • 16 Kirakos Ganjakec‘i, p. 363, (...)
  • 17 Sur ces questions, voir Aigle D., « De la “non-négociation” à l’alliance inaboutie. Réflexions sur (...)

35Ce n’est pas le cas d’un autre personnage à étudier dans cette rubrique, à savoir Šnorhawor, cité par le chroniqueur Vardan l’Oriental. Au chapitre 96 de son ouvrage, ce dernier nous explique comment il s’est rendu auprès du khan Hulagu, en 713 de l’ère arménienne (1264), à la demande du souverain mongol. Ce dernier lui a envoyé Šnorhawor pour qu’il le conduise ainsi que les prêtres qui l’accompagnent, assurant son transport sur ses propres deniers et avec ses chevaux. La visite de Vardan a un but religieux, certainement l’apologie du christianisme et la présentation de sa doctrine au souverain14. Si Vardan ne dit rien sur Šnorhawor, Kirakos Ganjakec‘i qui consacre, lui aussi, quelques lignes au déplacement de son ami, est plus explicite. Alors qu’il s’arrête sur les modalités du recensement entrepris en Arménie par un certain Arghoun, sur l’ordre du grand khan, il mentionne le nom de riches personnages qui ne furent pas inquiétés par les Mongols, Umek, et les fils de Saravan, Šnorhawor et Mkrtič‘. Umek est un personnage bien connu, qui apparaît notamment à de nombreuses reprises dans les sources épigraphiques, comme le patron du monastère de Gošavank‘ qu’il a acheté, nous dit une inscription, pour 40 000 ducats rouges15. Il est présenté comme un riche marchand de Kars et, d’après Kirakos, il en était de même pour Šnorhawor qu’il qualifie de riche et opulent16. À travers ces deux derniers exemples il est loisible de se rendre compte du grand soin apporté par les Mongols au choix de leurs ambassadeurs, familiers des personnes avec lesquelles ils sont censés négocier17.

  • 18 Kirakos Ganjakec‘i, p. 370 et 376. Chronique du connétable Smbat, op. cit., p. 230 ; Dedeyan G. (tr (...)

36Enfin, il semble que le khan Batu, de Russie méridionale, aie également eu à son service des Arméniens, parmi lesquels le prêtre Barseł qui a rejoint le roi Het‘ um, en route pour rencontrer le khan Mongke. Le personnage, mentionné à la fois par le Pseudo-Smbat et par Kirakos Ganjakec‘i18 a certainement été choisi pour sa bonne connaissance de la route puisque le Pseudo-Smbat prend soin de préciser qu’il « avait souvent fait route par le même itinéraire ». D’après Kirakos, le roi renvoie ensuite le personnage auprès du khan Batu pour obtenir de lui un sauf-conduit sur le modèle de celui que lui avait fait Mongke.

  • 19 Kirakos Ganjakec‘i, p. 249 et 251.

37Les personnages nommément cités par les chroniqueurs arméniens sont donc en très petit nombre. Ce sont, pour les envoyés des Arméniens, de très hauts personnages, pris souvent dans l’entourage royal ou princier. Les Mongols quant à eux, lorsqu’ils négocient avec les Arméniens, semblent soucieux de leur envoyer certains de leurs compatriotes passés à leur service. L’intérêt qu’ils portent à leurs choix se retrouve également dans l’histoire personnelle de Kirakos Ganjakec‘i qui est fait prisonnier par eux en 1236, en compagnie de son maître spirituel, Yovhannēs Vanakan. Le chroniqueur arménien précise qu’ils le prirent avec eux « pour les besoins de la correspondance, pour écrire les lettres et les lire ». Plus tard, les Mongols refusent de le libérer en avançant cette explication : « Celui-là nous est utile pour écrire les lettres et pour la lecture ; ainsi, même si vous nous donnez beaucoup d’argent, nous ne le relâcherons pas19. »

38Kirakos s’échappe d’ailleurs peu de temps après. Même si, avec l’étude de son cas, nous ne sommes pas vraiment dans le cas d’ambassadeurs, la question rejoint le problème général posé puisque des personnages comme Kirakos étaient certainement utilisés pour la traduction du courrier diplomatique transporté par les ambassadeurs. Nous allons maintenant nous arrêter dans un dernier point sur les grandes lignes de force que l’on peut dégager concernant les échanges d’ambassades.

LES ÉCHANGES D’AMBASSADES : QUELQUES LIGNES DE FORCE

39Dans la plupart des cas recensés dans les sources arméniennes du XIIIe siècle, les échanges d’ambassades se font dans un contexte militaire : il s’agit de négocier une reddition ou une alliance militaire, de menacer un adversaire d’invasion ou encore d’échanger des prisonniers. On est encore une fois étonné du peu de détails concernant les itinéraires, les modalités de déplacement, les documents confiés… Il est presque impossible de dire quoi que ce soit sur les messages envoyés, la part de l’oralité dans la négociation, bref, toutes ces problématiques qui intéressent les historiens de la diplomatie. Les chroniqueurs sont bien avares de renseignements et donnent simplement quelques lumières sur la réception faite aux ambassadeurs, insistant d’ailleurs surtout sur les cas inhabituels, exagérant dans les deux sens, par une magnifique réception ou par des affronts caractérisés. Nous présenterons les choses en les groupant en fonction des protagonistes concernés, arméniens et Mongols, Mongols et souverains islamiques (Saldjûkides et Mamluks) et, enfin, Arméniens et souverains des pays d’islam.

  • 20 L’intérêt reconnu des sources arméniennes pour l’histoire des Mongols est ancien. Nous pouvons sign (...)
  • 21 Pour un rappel du contexte général, voir Mutafian C., « Le siècle mongol (1220-1320), planche de sa (...)

40Dans le cas des relations arméno-mongoles20, un grand tournant est marqué par la victoire des Mongols sur les Saldjûkides de Rum, en 1243. Dès lors, il est clair pour le souverain de Cilicie que l’alliance mongole est inévitable et les échanges d’ambassades, qui ont pour but de négocier une alliance, même si elle reste déséquilibrée, se passent en général dans un contexte pacifique. Le roi, dès qu’il apprend la défaite du sultan, envoie des messagers aux Mongols21. Kirakos écrit ainsi :

« Le roi Het‘um, qui régnait sur la Cilicie et les environs, quand il vit que le sultan avait été vaincu par eux (les Mongols), leur envoya des messagers avec des présents convenables pour conclure avec eux un traité de paix et leur faire soumission. Eux (les messagers), arrivés à la grande porte, se présentèrent à Bač‘u-Nowin, à Eltinay Xat‘ un, femme de Čarmałun et à d’autres grands, par l’intermédiaire du prince ǰalal. Et lorsqu’ils eurent entendu les messages du roi et vu les cadeaux, ils lui demandèrent de remettre entre leurs mains la mère du sultan, sa femme et sa fille qui avaient trouvé refuge chez lui. »

41Nul doute que Bač‘u cherche alors à éprouver la sincérité de la démarche du souverain arménien qui livre les femmes à contrecœur, au dire de Kirakos. Le roi ayant ainsi fait preuve de bonne foi, ses messagers sont alors particulièrement bien traités :

« Ils traitèrent avec de grands honneurs les messagers du roi et leur assignèrent des pensions (le terme utilisé est celui de

Image 10000000000000210000000F765AE5C2.jpg

  • 22 Kirakos Ganjakec‘i, p. 285.

/ṙočik qui est également utilisé pour traduire celui de roga) à eux et à leurs chevaux, durant l’hiver, afin que, le printemps venu, ils rentrent dans leur pays22. »

42Les ambassadeurs, apparemment pris par l’hiver et obligés de séjourner sur place se voient donc assigner des revenus pour subsister et nourrir leurs chevaux pendant ce laps de temps. Lorsque les visites prennent un tour plus officiel encore, mettant en scène les proches du roi ou le roi lui-même, alors les chroniqueurs emploient des termes laudatifs insistant sur la bonne réception qui leur est faite, sans que l’on apprenne grand-chose. Le seul épisode dissonant, pour ce qui concerne les ambassadeurs voyageant entre monde arménien et le monde Mongol, est le sort réservé aux ambassadeurs mongols venus à Ani pour demander la reddition de la ville. Voici comment Kirakos, toujours, rapporte l’événement :

  • 23 Il s’agit de Šahnšah II (1227-1261), fils de Zakarē. Sur cette période et cet épisode en particulie (...)
  • 24 Kirakos Ganjakec‘i, p. 258.

« Čarmałun envoya des messagers pour qu’ils (les habitants d’Ani) se soumettent à lui. Mais ceux qui étaient les plus importants de la ville ne voulurent pas donner de réponse au message sans en référer au prince Šahnšah23, car la ville était sous son pouvoir. Mais la foule de la ville et le peuple mirent à mort les messagers24. »

  • 25 Voir l’ensemble de l’article de Drocourt N., « L’ambassadeur maltraité. Autour de quelques cas de n (...)

43Ce cas est un cas un peu particulier puisque le prince est absent et les habitants de la ville ne parviennent pas à se contenir, victimes peut-être de l’histoire particulière de la ville d’Ani, qui changea si souvent de mains, à partir de sa prise par les Byzantins en 1045. Les habitants semblent excédés et la foule déborde les notables locaux qui, eux, essayaient a priori de temporiser. Quoi qu’il en soit, le massacre des messagers aboutit à une prise violente de la ville assortie d’un massacre parallèle de ses habitants. Comme le remarque Nicolas Drocourt dans l’article qu’il a consacré au non-respect de l’immunité diplomatique dans la sphère byzantine, la maltraitance faite à un ambassadeur est souvent synonyme de casus belli25. Comme dans le cas des sources étudiées par Nicolas Drocourt, cet épisode est singulier, rapporté par le chroniqueur du fait même de son caractère exceptionnel, en particulier dans le cadre des relations arméno-mongoles. Par contre, on retrouve, mais de manière très atténuée, des mauvais traitements (plutôt verbaux) faits aux ambassadeurs dans le cadre des relations entre Mongols et souverains des pays d’islam, insultes et autres moqueries sur lesquelles les chroniqueurs arméniens aiment à s’étendre.

  • 26 Le terme employé est celui de (...)
  • 27 (...)
  • 28 Kirakos Ganjakec‘i, p. 279.
  • 29 Ibid., p. 281.

44C’est la chronique de Kirakos qui est la plus complète à ce sujet puisqu’elle rapporte trois cas. Le premier exemple est relatif au sac de la ville de Karin/Theodosiopolis par les Mongols en 1242. La ville est alors sous la domination du sultan d’Iconium et le général mongol envoie des messagers pour proposer aux habitants de se soumettre. Loin de se plier à cette invitation, les habitants « traitèrent les envoyés26 avec mépris27 et, du haut de leurs remparts, ils les insultaient28 ». Ce sont encore les envoyés du sultan de Rûm Ghiyaseddin Kayhosrev II (1237-1246) qui tentent de faire sortir Bač‘u de ses gonds lorsqu’il le rencontre dans les plaines de l’Arménie et de l’Ałuanie. Il envoie messager après messager pour l’exciter au combat. On peut d’ailleurs déduire de la lecture du texte que ce type de provocations et d’envoi de messagers dans un contexte belliqueux se faisait uniquement sans doute à l’oral. Malgré les rodomontades réitérées du sultan, par l’intermédiaire des ambassadeurs, le chef mongol ne se fâche pas et se contente de répondre : « Vous vous êtes beaucoup vantés ! Maintenant que la victoire soit à celui que Dieu choisira29. » C’est à peu près le même type de rapports qui ressort de la narration des prolégomènes au sac de Bagdad en 1258. Le khan envoie alors des messagers au calife pour que celui-ci se soumette et paie tribut. Alors, écrit Kirakos :

  • 30 Ibid., p. 380.

« Celui-ci répondit avec arrogance et dédain, se désignant lui-même comme ǰahangir (maître du monde), seigneur de la mer et de la terre, tirant gloire (de posséder) le drapeau de Mahomet. Et il ajoutait : “Il est ici, et si je le fais bouger, tu périras, toi et l’univers entier. Toi tu es un chien, et un turc, pourquoi te paierai-je le tribut ou me soumettrai-je à toi ?”. Alors Hulagu ne se fâcha pas à cause de cet affront et n’écrivit rien poussé par l’orgueil, mais il dit simplement ceci : “Dieu sait ce qu’il fait”30. »

45Ces deux épisodes et les quelques autres similaires que l’on retrouve dans les sources sont toujours construits de la même manière opposant des Mongols sereins et des souverains musulmans arrogants, cherchant à provoquer l’adversaire par l’envoi de messages insultants ou accueillant fort mal les envoyés du camp adverse. En ce sens, l’historiographie arménienne adopte très certainement un parti pris, les Arméniens ayant plutôt choisi le camp mongol. De plus les auteurs insistent sur la dimension religieuse des discussions et reflètent, là encore, leur inclination vers les Mongols qui, jusqu’à leur conversion, se montrèrent plutôt tolérants envers les chrétiens.

  • 31 Le verbe employé est celui de (...)

46Enfin, nos auteurs donnent quelques informations sur les ambassadeurs qui transitent entre le monde arménien et les souverains musulmans. L’exemple le plus significatif et le plus intéressant est celui donné là encore par Kirakos à propos du sultan d’Alep, al-Zâhir Ghâzi (1193-1215) qui envoie des messagers au roi Lewon nouvellement couronné pour le sommer de se soumettre à lui. Le roi donne alors l’ordre de promener les ambassadeurs31 en leur faisant croire que l’on allait à la rencontre du roi pendant que ce dernier attaquait directement le sultan sans autre forme de sommation. Ayant écrasé son adversaire, le roi Lewon s’empara en particulier des tentes qui formaient le camp de son adversaire et, poursuit Kirakos :

  • 32 Kirakos Ganjakec‘i, p. 161-162.

« Il demanda à ses soldats de dresser les tentes des infidèles, et de planter le drapeau à chacune des portes. Ensuite, il ordonna d’appeler les ambassadeurs. Et lorsqu’ils arrivèrent, ils virent les tentes et les pavillons de leurs armées et les drapeaux permettant de reconnaître chaque troupe. Ils furent frappés d’un grand étonnement car ils ne savaient pas ce qui s’était passé. Ensuite, lorsqu’ils l’apprirent, ils tombèrent aux pieds du roi, et demandèrent le salut de leur personne. Et le roi, les traitant avec humanité, leur fit grâce et les renvoya auprès de leur seigneur32. »

47Le souverain arménien s’est joué des ambassadeurs par deux fois, la première en attaquant leur maître par surprise, la seconde en mettant en scène les tentes ennemies. Le but ici était de les surprendre, de leur montrer qu’il avait écrasé son adversaire et pillé son camp, alors qu’ils pensaient encore que le combat n’était pas engagé, de manière certainement à ce que, une fois rentrés, encore impressionnés par la mise en scène, il fasse à leur maître un tableau un peu exagéré de la puissance du roi arménien. Ce dernier en tout cas, même si l’affaire pour laquelle ils étaient en déplacement a déjà été réglée à son avantage, les traite bien et les renvoie sans dommage auprès du sultan d’Alep.

48Ces quelques remarques sur les ambassadeurs dans les chroniques arméniennes du XIIIe siècle n’épuisent pas le sujet, un certain nombre d’auteurs mineurs ayant en effet été laissés de côté. Cependant, il faut conclure à une information plutôt mince et décevante, tant du point de vue d’une étude sémantique que prosopographique. Certes, quelques personnages retiennent l’attention, mais ils sont peu nombreux et les informations qui leur sont relatives sont ténues.

Notes

1 Melik-Ōhanǰanyan K. (éd.), Patmut‘iwn Hayoc‘ (Histoire d’Arménie), Erevan, 1961 [ensuite Kirakos Ganjakec‘i].

2 Ališan Ł. (éd.), Hawak‘umn patmut‘ean (Compilation historique), Venise, 1862; Thomson R.-W. (trad.), « The Historical Compilation of Vardan Arewelc’i », Dumbarton Oaks Papers, no 43, 1989, p. 125-226 [ensuite Vardan].

3 Kirakos Ganjakec‘i, p. 154.

4 ŠAhnazareanc‘ K. (éd.), Patmut‘iwn nahangin Sisakan (Histoire de la province de Sisakan), 2 vol., Paris, 1859.

5 Blake R. P., Frye R. N., « History of the Nation of the Archers (The Mongols) by Grigor of Akanc, Hitherto Ascribed to Matak’ia The Monk: The Armenian Text Edited with an English Translation and Notes », Harvard Journal of Asiatic Studies, no 12, 1949, p. 269-399. Voir sur cet auteur l’article de Akinean N., « Grigor K‘ahanay Aknerc‘i patmagir T‘at‘arac‘ Patmut‘ean 1250-1335 » (« L’Histoire des Tatars par le prêtre Grigor d’Akner »), Handes Amsoreay, 1948, p. 387-403.

6 Smbatay Sparapeti taregirk‘ (Chronique du connétable Smbat), Venise, 1956 ; Dedeyan G. (introd., trad. et notes), La chronique attribuée au connétable Smbat, Paris, 1980 (traduction partielle de l’édition de Venise).

7 Plusieurs textes ont été, de manière plus ou moins formelle, attribués au connétable Smbat, frère du roi d’Arménie Het‘ um Ier. En fait, il existe deux familles assez proches de textes, l’une représentée par un ensemble de manuscrits dont le premier a été découvert à Eǰmiacin, l’autre par un unique manuscrit conservé à Venise chez les pères Mxit‘ aristes. Sirapie Der Nersessian qui, la première, s’est intéressée à ces textes (Der Nersessian S., « The Armenian Chronicle of the Constable Smpad », Dumbarton Oaks Papers, no 13, 1959, p. 143-168) pensait que celui d’Eǰmiacin était un résumé de l’autre. Gérard Dédéyan a montré qu’il n’en était rien et que les deux textes dépendaient peut-être, mais de manière indépendante, d’un prototype commun perdu. Le texte le plus complet et le plus intéressant est en tout cas celui du manuscrit de Venise. Gérard Dédéyan explique encore, dans son introduction, qu’il est difficile d’en trouver l’auteur. Est-ce Smbat ? D’après lui, cela semble difficile à établir de manière formelle car les folios de début et de fin du manuscrit ont disparu. En fait, en se fondant surtout sur la langue de l’auteur, qui écrit dans un parfait arménien classique, le traducteur du texte pense plutôt que Smbat n’est pas l’auteur car, dans ses autres ouvrages, il utilise un arménien proche du dialecte cilicien. Gérard Dédéyan donne quelques hypothèses sur l’auteur possible du texte. D’après lui, il s’agit certainement d’un ecclésiastique proche du roi. Il suggère, mais sans certitude, Barseł, frère du connétable Smbat, supérieur de Drazark, archevêque de Sis et chancelier du royaume qui meurt en 1275. La première partie de l’ouvrage n’est qu’un résumé de la chronique de Matt‘ēos Uṙhayec‘i et de son continuateur Grigor Erec‘. Gérard Dédéyan commence sa traduction avec l’entrée de Manuel Comnène à Antioche en 1159.

8 Kirakos Ganjakec‘i, p. 156. Sur l’affaire du couronnement de Lewon et les relations avec la papauté voir Halfter P., Das Papsttum und die Armenier im frühen und hohen Mittelalter. Von den ersten Kontakten bis zur Fixierung der Kircheunion im Jahre 1198, Forschungen zur Kaiser und Papstgeschichte des Mittelalters. Beihefte zu J.-F. Böhmer, regesta imperii 15, Cologne-Weimar-Vienne, 1996.

9 Pour cela ont été utilisés les instruments de travail suivants : Calfa A., Baṙgirk‘ hay-gałłiarēn (Dictionnaire arménien-français), Lisbonne, 1991 (6e éd.) ; Nor Baṙgirk‘ haykazean lezwi (Nouveau dictionnaire de langue arménienne), 2 vol., Venise, 1836-1837, rééd. Erevan, 1979-1981 ; Łaza-Rean Ṙ. M., Avetisyan H. M., Miǰin hayereni baṙaran (Dictionnaire de moyen arménien), 2 vol. ,

10 Erevan, 1987-1992.

Avagyan S. A., Mǰanp‘oladyan H. Ṙ. (éd.), Diwan hay vimagrut‘yan (Corpus des inscriptions arméniennes), t. VI, Iǰevani šrǰan (Autour d’Iǰevan), Erevan, 1977, no 236. Le personnage se présente également dans une inscription qui se trouve à l’intérieur de l’église principale de Gošavank‘, la Sainte-Mère de Dieu, sur le mur semi-circulaire de l’abside principale, en ces termes : « Par la volonté de Dieu, moi, Grigor, heǰub [c’est-à-dire chambellan] de l’amir spasalar Awag, fils de Smbat, fils (lui-même) du grand Vaxtang, gouverneur du pays d’Axc‘ar, j’ai été recueilli par l’at‘abak Iwanē, il m’a nourri et m’a institué chef de sa maison et d’Awag. Et, comme je n’avais pas d’enfant, avec espoir, j’ai demandé cette église pour mon tombeau. Awag me la donna. Et les moines instituèrent cet autel pour célébrer continuellement mon âme dans le Christ. » Voir le texte, la traduction et le commentaire de cette inscription dans Augé I., « Gošavank‘ : un complexe monastique au regard des sources littéraires et épigraphiques », Le Museon, no 125, 2012, p. 335-365, ici p. 351-352.

11 Voir Grigor d’Akner, op. cit. n. 5, p. 368 : « Ensuite, le roi des Arméniens ayant demandé conseil à ses princes, envoya des ambassadeurs au sultan du Caire pour se renseigner au sujet de son fils Lewon et connaître la volonté du sultan, combien il fallait donner pour racheter son fils. […] Et lorsqu’il apprit l’arrivée des ambassadeurs, il [le sultan] se réjouit et dit : “Si vous voulez emmener Lewon à son père votre roi, mon cher ami est devenu esclave des T ‘ at‘ ars. Obtenezle par vos propres efforts. Si vous allez le demander aux T‘at‘ars, ils ne causeront pas de trouble. Ramenez-le, il s’appelle Słur, et prenez Lewon en échange”. »

12 Chronique du connétable Smbat, op. cit., p. 249 ; Dedeyan G. (trad.), La chronique attribuée au connétable Smbat, op. cit., p. 119.

13 Kirakos Ganjakec‘i, p. 380 et 384.

14 Vardan, op. cit., p. 155; Thomson R. W. (trad.), art. cité, p. 220.

15 Diwan hay vimagrut‘yan, t. VI, op. cit., no 140a. L’inscription, en lettres rouges peintes, se trouve dans l’église de la Sainte-Mère de Dieu, sur la partie supérieure de la conque absidiale.

16 Kirakos Ganjakec‘i, p. 363, Image 10000000000000780000000FAE2691F0.jpg (ǝnč‘awēt ew mecatun).

17 Sur ces questions, voir Aigle D., « De la “non-négociation” à l’alliance inaboutie. Réflexions sur la diplomatie entre les Mongols et l’Occident latin », Oriente Moderno, LXXXVIII, 2008, p. 395-436, ici p. 398 sq.

18 Kirakos Ganjakec‘i, p. 370 et 376. Chronique du connétable Smbat, op. cit., p. 230 ; Dedeyan G. (trad.), La chronique attribuée au connétable Smbat, op. cit., p. 99, voir la note 34.

19 Kirakos Ganjakec‘i, p. 249 et 251.

20 L’intérêt reconnu des sources arméniennes pour l’histoire des Mongols est ancien. Nous pouvons signaler l’article, en plusieurs livraisons, de Dulaurier E., « Les Mongols d’après les historiens arméniens. Fragments traduits sur les textes originaux », Journal Asiatique, 5e série, no XI, 1858, p. 192-255, 426-473 et 481-508, et Journal Asiatique, 5e série, no XVI, 1860, p. 273-322.

21 Pour un rappel du contexte général, voir Mutafian C., « Le siècle mongol (1220-1320), planche de salut ou coup de grâce ? », in Kevorkian R. H (dir.), Arménie entre Orient et Occident. Trois mille ans de civilisation, Paris, 1996, p. 174-183.

22 Kirakos Ganjakec‘i, p. 285.

23 Il s’agit de Šahnšah II (1227-1261), fils de Zakarē. Sur cette période et cet épisode en particulier, voir Bedrosian R., The Turco-Mongol Invasions and the Lords of Armenia in the 13-14th Centuries, Ph. D. dissertation Columbia University, 1979 (disponible en ligne sur le lien http://rbedrosian.com/dissert.html), p. 191-192.

24 Kirakos Ganjakec‘i, p. 258.

25 Voir l’ensemble de l’article de Drocourt N., « L’ambassadeur maltraité. Autour de quelques cas de non-respect de l’immunité diplomatique entre Byzance et ses voisins (VIIe-XIe siècle) », Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux, Actes du XLIe Congrès de la SHMESP (Lyon, 3-6 juin 2010), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 87-98, particulièrement la page 96.

26 Le terme employé est celui de Image 100000000000005C0000000F7D1EAD4F.jpg.

27 Image 10000000000000480000000F323A9659.jpg : déshonneur, ignominie, affront, mépris.

28 Kirakos Ganjakec‘i, p. 279.

29 Ibid., p. 281.

30 Ibid., p. 380.

31 Le verbe employé est celui de Image 10000000000000530000000FD2CEC498.jpg qui signifie « faire promener, faire tourner ».

32 Kirakos Ganjakec‘i, p. 161-162.

Auteur

Professeur des universités à l’université Paul-Valéry - Montpellier III, EA 4583 - CEMM (Centre d’Histoire Médiévale de Montpellier), elle est membre de l’Institut Universitaire de France. Spécialiste de l’Arménie médiévale, ses recherches ont d’abord porté sur les relations interecclésiales ; elle a notamment publié Églises en dialogue : Arméniens et Byzantins dans la seconde moitié du XIIe siècle (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium), vol. 633, Subsidia, t. 124, Louvain, 2011. Elle s’est récemment orientée vers l’étude du monachisme arménien à travers l’exploitation du très riche matériau épigraphique. Elle fait partie du groupe de recherche intitulé « La paix. Concepts, pratiques et systèmes politiques » dont les responsables sont Denise Aigle, Michele Bernardini, Sylvie Denoix et Abbès Zouache.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search