Version classiqueVersion mobile

La figure de l'ambassadeur entre mondes éloignés

 | 
Nicolas Drocourt

Introduction

Nicolas Drocourt

Texte intégral

  • 1 Le lecteur trouvera de plus amples informations sur le site électronique de l’IFAO : http://www.if (...)
  • 2 Elle fait suite à une thématique étudiée dans le plan quadriennal précédent de l’IFAO, et ayant dé (...)

1Le présent ouvrage rassemble les versions écrites des communications présentées lors d’une journée d’études qui s’est tenue à Nantes le vendredi 8 juin 2012. Cette manifestation scientifique avait pour titre « La figure de l’ambassadeur entre mondes éloignés (Orient islamique, Occident latin et Orient chrétien, XIe-XVIe siècle). Premières approches » et s’inscrivait dans le cadre d’un programme de recherches dirigé par l’IFAO (Institut Français d’Archéologie Orientale, Le Caire). Ce programme ayant pour intitulé « La paix : concepts, pratiques et systèmes politiques » est un des rares programmes, sinon le seul, qui dans le domaine des sciences humaines, et plus précisément des sciences historiques, se propose d’étudier la paix en tant que sujet à part entière1. Perspective historiographique novatrice au sein de laquelle un axe de travail réunit les quatre organisateurs de la journée d’études nantaise : Denise Aigle (École pratique des hautes études), Frédéric Bauden (université de Liège), Stéphane Péquignot (École pratique des hautes études) et Nicolas Drocourt (université de Nantes). Cet axe a pour ambition de comprendre et d’analyser la communication diplomatique entre Orient islamique, Occident latin et Orient chrétien entre les XIe et XVIe siècles2. Le présent volume est donc issu de la première rencontre de ce nouveau programme et de la thématique des « communications diplomatiques ». Il a paru opportun aux organisateurs de cette rencontre de débuter les travaux et réflexions autour de la figure de l’ambassadeur et ce pour plusieurs raisons qu’il convient de présenter.

  • 3 Voir plus bas pour cette question.
  • 4 Voir Mattingly G., Renaissance Diplomacy, Londres, Jonathan Cape, 1955; Anderson M. S., The Rise o (...)
  • 5 Voir les remarques de Péquignot S., « Les diplomaties occidentales et le mouvement du monde », in (...)

2D’abord et avant tout car l’ambassadeur est un acteur aux premières loges de l’activité diplomatique, ce qui peut sembler une lapalissade. Il n’est toutefois ni le seul, ni même celui qui, nécessairement, oriente les choix diplomatiques en matière de politique extérieure du souverain qu’il représente. Cependant, il apparaît dans nombre de nos sources comme un protagoniste de ces contacts officiels. Nous entendrons ici le terme d’ambassadeur au sens large, celui d’un représentant officiel d’un souverain auprès d’un autre, ou d’une entité politique souveraine (cité-État notamment). Une telle définition ne saurait pourtant oublier ou nier deux éléments importants. D’une part le fait que des différences hiérarchiques séparent assurément les simples courriers ou messagers des ambassadeurs plénipotentiaires3. D’autre part, la fin de la période considérée est caractérisée par l’apparition progressive d’ambassadeurs siégeant de manière permanente auprès des souverains les accueillants4. Ce fait est désormais bien connu, et nous rappellerons qu’il n’éclipse nullement, dans un premier temps du moins, la pratique de l’envoi de représentants officiels temporaires, ni qu’il remette en cause du tout au tout de vieilles habitudes en place dans les pratiques diplomatiques5.

  • 6 Dans une étude précédente, issue elle aussi d’un colloque international, l’ambassadeur avait été é (...)
  • 7 Pibiri E., Poisson G. (dir.), Le diplomate en question (XVe-XVIIIe siècle), Lausanne, 2010, où l’o (...)
  • 8 Péquignot S., Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Arag (...)
  • 9 A priori lointains car ces entités peuvent avoir des frontières communes deux à deux et rendre la (...)

3Il paraît donc indispensable à l’historien des contacts diplomatiques de se saisir de cette figure de la diplomatie, sans pour autant omettre le rôle ou la place des autres acteurs. Si ces dernières années de multiples travaux ont en grande partie renouvelé notre compréhension des pratiques diplomatiques médiévales, les ambassadeurs méritent une attention accrue –comme ils l’ont reçue pour des périodes antérieures6 ou postérieures7– et même s’il est vrai que plusieurs historiens leur ont déjà accordé un intérêt à la hauteur de la documentation les concernant pour la fin du Moyen Âge8. L’accent sera porté ici sur l’analyse d’ambassadeurs circulant entre espaces a priori lointains les uns des autres, ceux-là même recouvrant l’Orient islamique, l’Occident latin et l’Orient chrétien9.

  • 10 La route de Samarkand au temps de Tamerlan. Relation de voyage de l’ambassade de Castille à la cou (...)
  • 11 Pero Tafur, Andanças e viajes, édité et traduit par M. A. Pérez Priego, Madrid, Fundación José Ant (...)
  • 12 Bertrandon de La Broquière, Le Voyage d’Orient. Espion en Turquie, mis en français moderne par H. (...)
  • 13 Guillaume de Rubrouck, Voyage dans l’Empire mongol, 1253-1255, traduction et commentaire de Cl.-Cl (...)
  • 14 On lira aussi les portraits dressés, pour le XVIe siècle, par Bois J.-P., La paix. Histoire politi (...)
  • 15 Ainsi, entre autres exemples, un Jacques de Helly : Gardette Ph., « Jacques de Helly, figure de l’ (...)
  • 16 Valérian D., « Les agents de la diplomatie des souverains maghrébins avec le monde chrétien (XIIe- (...)

4Évidemment quelques noms émergent de notre documentation et peuvent presque faire figure d’ambassadeurs « célèbres » pour la période et les espaces considérés. Notons qu’ils concernent plutôt la seconde partie de l’espacetemps envisagé. Il faut songer ainsi à Ruy Gonzáles de Clavijo envoyé auprès de Tamerlan, au nom du roi de Castille, entre 1403 et 140510, ou encore à un autre Espagnol, Pero Tafur, rencontrant les empereurs de Trébizonde et de Constantinople plus d’une trentaine d’années après (1437-1438)11. Pensons encore à un Bertrandon de la Broquière, à peu près au même moment, en 1432-1433, quoique davantage sous le sceau du secret et au nom du duc de Bourgogne, observateur, pour ne pas dire espion, des territoires mamelouks et ottomans12. D’autres illustres itinérants aux fonctions diplomatiques pourraient être encore évoqués, comme un Guillaume de Rubrouck, envoyé du roi de France Louis IX auprès du grand khan mongol dans le but de mettre en place une entente contre les musulmans13. La connaissance précise que nous en avons est aussi et d’abord liée au fait que ces hommes ont laissé des témoignages relativement longs et précis de leurs ambassades, missions ou déplacements14. Rappelons au passage que ces ambassadeurs ne sont pas les seuls voyageurs de ce temps à parcourir des milliers de kilomètres, à braver les dangers et risques tant maritimes que terrestres. Des chevaliers occidentaux chrétiens peuvent s’engager au service des Turcs15 ; des pèlerins des trois monothéismes suivent des routes désormais pluriséculaires dans cette Méditerranée « plus qu’entière » (Fernand Braudel) ; prisonniers et esclaves sont aussi des itinérants évidents en cet espace. Notons d’ailleurs qu’il a été démontré combien des hommes n’étant pas des ambassadeurs au sens strict pouvaient avoir occupé une place majeure dans les relations entre monde chrétien et princes maghrébins16. En outre, derrière l’ambassadeur un autre profil peut apparaître, celui du missionnaire, comme les cas des Franciscains Guillaume de Rubrouck et Jean de Plan-Carpin en témoignent. Au point d’ailleurs que pour ces derniers, comme pour d’autres, la frontière est ténue entre deux qualités et fonctions que nos esprits modernes voudraient sans doute trop rigoureusement séparer.

  • 17 Sur cette question, on se reportera au travail du même historien : « Une lettre en latin inédite d (...)

5Les éléments propres à la fonction d’ambassadeur et le définissant comme tel relevaient précisément des interrogations et pistes de réflexions proposées aux participants de la journée d’études du 8 juin 2012. Les études regroupées dans le présent volume s’y attellent de manière globale, sans prétention à aucune exhaustivité et tout en tenant compte des spécificités des États, principautés et sociétés traités par les contributeurs. Mener une mission diplomatique n’empêche nullement d’assumer d’autres fonctions au même moment. Cette problématique est du reste au cœur de la réflexion menée, dans ce volume, par Thomas Tanase (« Les envoyés pontificaux en Orient au XIIIe siècle : ambassadeurs ou missionnaires ? »17). Elle rejoint celle de Mohamed Ouerfelli (« Les ambassadeurs pisans dans le monde musulman [L’Égypte et le Maghreb, XIIe-XIVe siècle] ») qui étudie, entre autres aspects, les liens entre intérêts commerciaux et activités diplomatiques des envoyés pisans. L’étude des ambassadeurs musulmans envoyés à Venise jusqu’au début du XVIe siècle est inséparable de celle du réseau commercial tissé par la Sérénissime – point qu’aborde Maria Pia Pedani (« Muslim Ambassadors to Venice up to the 16th century »).

  • 18 Voir Queller D. E., The Office of Ambassador in the Middle Ages, Princeton, 1967, passim, et voir (...)

6La question de la terminologie employée dans les sources, qu’elles qu’en soient la nature et la portée, est un autre point fondamental des présentes analyses. Si elle est en filigrane de l’ensemble des études qui suivent, elle a particulièrement retenu l’attention de Radu Pãun (« “Ambassadeurs”, “émissaires” et autres. Vocabulaire et pratiques de la diplomatie au carrefour des langues [principautés de Valachie et de Moldavie, XVe-XVIe siècles] ») et d’Isabelle Augé (« Les ambassadeurs chez les chroniqueurs arméniens du XIIIe siècle »). Les différents termes employés dans les sources normatives ou narratives pour désigner une même réalité, celle de l’ambassadeur entendue donc dans son acception la plus large, invitent en effet à sonder les liens éventuels entre choix desdits termes et niveaux de pouvoir ou d’accréditation des représentants diplomatiques. L’interrogation paraît d’autant plus pertinente qu’il est établi combien, au cœur de la période appréhendée ici et dans le monde latin et occidental chrétien en particulier, une terminologie plus précise qu’auparavant, semble-t-il, se met en place. Elle permet ainsi de distinguer le nuncius de l’orator, le legatus de l’ambaxiator et ses dérivés en langues vernaculaires18. De telles distinctions –dans l’usage des termes désignant les ambassadeurs comme dans les pouvoirs reconnus à ces derniers– existent-elles au même moment dans les deux autres sphères de notre espace de réflexion, l’Orient islamique et l’Orient chrétien ?

  • 19 Comme le démontre Péquignot S., Au nom du roi…, op. cit., p. 174-175. Même constat, avec une plus (...)

7Des questions sans doute d’autant plus légitimes qu’elles invitent à opérer une autre distinction, de nature documentaire. Pour en rester à l’Occident chrétien il semble en effet qu’il faille séparer textes normatifs et juridiques d’un côté, enclins à souligner de plus en plus des hiérarchies au sein de ces différents qualificatifs, et documentation pratique ou textes narratifs. Dans ces derniers, à l’instar des sources dont on dispose pour le couronne d’Aragon par exemple, « les termes se côtoient, s’additionnent et se recoupent bien souvent pour désigner les mêmes hommes19 ».

  • 20 De telles ressources documentaires permettent la constitution d’une prosopographie des hommes en q (...)
  • 21 La part de relations personnelles entre acteurs du jeu diplomatique a pu d’ailleurs être considéré (...)

8À défaut de saisir une hiérarchie réelle et figée entre représentants officiels, la multiplicité des sources dont les historiens disposent pour la période considérée permet de noter que nombre des ambassadeurs sont nommément cités dans les sources. C’est là un fait qui tranche en partie avec les siècles précédents d’une part, et qui permet, d’autre part, d’approcher au plus près des origines sociales, comme des responsabilités politiques au moment de leur mission, des ambassadeurs en question. Nombre de travaux ont déjà mis en évidence dans quelle mesure émissaires officiels et ambassadeurs relèvent d’une élite sociale, politique ou encore marchande, et cet aspect ne saurait être mis de côté aujourd’hui ni dans des études futures20. Ce constat des ambassadeurs comme membres des élites de leur temps est porteur de plusieurs conséquences. L’une d’elle concerne l’idée et la réalité de réseaux au sein desquels ces hommes gravitent21. La proximité sociale, politique ou économique facilite leurs relations entre eux, tout comme elle leur permet des contacts étroits avec d’autres représentants de ces élites. C’est notamment sous cet angle qu’Éric Vallet traite ici de certains « messagers du grand large » circulant dans les espaces maritimes qu’il étudie (« Les messagers du grand large. Ambassades et ambassadeurs entre mer Rouge et océan Indien [VIIIe-XVe siècle] »).

  • 22 Andretta S., Péquignot S., Waquet J.-Cl. (dir.), De l’ambassadeur. Les écrits relatifs à l’ambassa (...)
  • 23 Nizam Oul-Moulk, Siasset Nameh, Traité de gouvernement composé pour le sultan Melik-Châh, trad. Ch (...)
  • 24 Sur cette thématique, on lira en particulier Spitzbarth A. B., Ambassades et ambassadeurs…, p. 225(...)

9Les critères du choix des ambassadeurs relèvent eux aussi des éléments que la rencontre nantaise souhaitait éclairer. D’une certaine manière, ils peuvent être cernés par le biais d’un portrait quasi « idéal » que dressent certains auteurs, ou que l’on repère dans des écrits du type « Miroirs des princes » et conseils de gouvernement22. On peut ici penser, entre autres textes, au Siasset-Nameh écrit en persan par Nizâm al-Mulk. Ce vizir du sultan seldjoukide à la fin du XIe siècle préconise par exemple de confier la charge d’ambassadeur « à un homme ayant l’habitude de servir les princes […] possédant des connaissances dans toutes les sciences […] [homme] prévoyant et ayant une bonne physionomie […] [de préférence] âgé et instruit ». Bien plus, Nizâm al-Mulk recommande au prince de confier une mission « à l’un de ses familiers » pour des questions de confiance, sans pour autant négliger le fait que d’envoyer un homme « courageux, bon cavalier et guerrier renommé » rendra son choix encore plus exemplaire. Le vizir rappelle à l’occasion que l’ambassadeur est image du prince auprès d’un autre, renforçant dans notre lecture, s’il en était besoin, les enjeux multiples du choix d’un homme plutôt qu’un autre23. De tels portraits idéalisés et rhétoriques doivent être confrontés avec une littérature tirée de l’observation des realia, et les chroniqueurs, notamment, peuvent permettre cette confrontation24.

  • 25 La langue grecque peut être choisie, parmi d’autres, comme langue de la chancellerie ottomane lors (...)
  • 26 Sur la dimension intellectuelle des ambassadeurs d’époque médio-byzantine, voir Koutrakou N., « Lo (...)
  • 27 Voir ainsi, dans le cas de l’Occident chrétien, l’exemple donné au XVe siècle par les Médicis à Fl (...)
  • 28 Voir Péquignot S., « Les diplomaties occidentales, XIIIe-XVe siècle », art. cité, p. 60 ; Moeglin (...)

10Cependant ces critères légitimant la désignation d’un représentant officiel au détriment d’un autre ne sont pas toujours évoqués dans la documentation, quand bien même elle devient plus large en fin de période ici considérée. Aux critères « classiques », en ce sens qu’ils sont répétés (proximité avec le prince qu’ils représentent, élite sociale à laquelle ils appartiennent, âge avancé) s’en ajoutent d’autres moins ouvertement annoncées (comme la maîtrise de la langue des partenaires rencontrés ou l’expérience répétée de missions diplomatiques). Il convient assurément de tous les prendre en considération. Là encore ils apparaissent en arrière-plan de l’ensemble des travaux qui suivent, ou au premier plan dans certains cas : dans quelle mesure, par exemple, la connaissance de la langue turque apparaît comme un argument de poids dans le choix de tel ou tel émissaire byzantin négociant avec les Ottomans25 ? C’est là une des questions soulevées par Élisabeth Malamut (« La figure de l’ambassadeur byzantin auprès des Ottomans dans la première moitié du XVe siècle »), sans esquiver pour autant d’autres éléments de sélection en lien avec des circonstances politiques particulières26. La question demeure ouverte, en outre, du mode de désignation des ambassadeurs, au-delà des seuls critères évoqués ici. Si l’on observe une place croissante dévolue à des délibérations communes, dans le cadre d’un conseil par exemple, le souverain y reste le plus souvent présent – quand ce n’est pas lui qui décide seul27. Non sans liens avec le choix des hommes, la diplomatie au long cours appréhendée ici trouve-t-elle confirmation des formes de spécialisation qui semble devoir être relevée pour la fin de la période28 ? Autrement dit, un même homme remplit-il plusieurs missions au nom d’une même cour dans ce cadre ?

11Dans tous les cas, les ambassadeurs désignés pour occuper cette charge savent qu’ils devront braver les risques de déplacements d’autant plus longs que les espaces qu’ils traversent sont vastes. Il faut ici insister sur cette donnée, concernant au premier chef lesdits représentants diplomatiques entre cours nécessairement éloignées mais rapprochant, le temps d’un contact diplomatique, Orient islamique, Occident et Orient chrétiens – voire d’autres espaces comme ceux indiens et chinois appréhendés par Éric Vallet.

12De ce fait, leur charge peut s’avérer autrement plus périlleuse que nombre d’autres ambassadeurs aux déplacements plus limités au sein même de ces trois espaces, ou pour ceux qui sont proches de fait, ainsi Ottomans et Byzantins dans les décennies précédant la prise de Constantinople par les Turcs.

  • 29 Voir Kintzinger M., « Cum salvo conductu. Geleit im westeuropäischen Spätmittelalter », in Gesandt (...)
  • 30 On peut se rapporter en particulier, pour la fin de la période, à l’étude de Wijfels A., « Le stat (...)

13Cet aspect rejoint celui du droit dont disposent les uns et les autres durant ces déplacements. Non seulement droit de négociation et/ou de conclusion d’un accord, mais aussi du droit d’immunité protégeant théoriquement ces mêmes hommes. Si l’histoire médiévale, comme d’autres périodes plus anciennes ou récentes, administrent l’exemple d’ambassadeurs maltraités durant leur mission, l’immunité n’y fut toutefois pas un vain mot. Plusieurs travaux récents tendent à le démontrer, dans l’héritage des pratiques juridiques romaines, en Occident chrétien, à Byzance comme en terres d’Islam29. Là encore la question méritait d’être rappelée, entre autres, pour cerner au plus près les ambassadeurs des études qui vont suivre. Il semble certain que cette immunité soit de plus en plus précisément définie, de manière théorique tout du moins, laissant entendre sur ce point une évolution sur l’ensemble de la période considérée30. Le fait est d’importance car une telle sécurité officielle pour des ambassadeurs parcourant de grandes distances ne peut, a priori, que faciliter et même inciter le déplacement du plus grand nombre.

  • 31 Poumarède G., « Le “vilain et sale assassinat” d’Antonio Rincon et Cesare Fregoso (1541). Un incid (...)

14Cependant, il reste évident qu’en dépit d’un arsenal juridique de plus en plus précis et complet, certaines circonstances défavorables entourant la mission de représentants officiels peuvent conduire au pire pour ces derniers. Au XVIe siècle en particulier, l’assassinat sur décision semble-t-il de l’empereur Charles Quint de deux ambassadeurs de François Ier sur le chemin vers la Sublime Porte en demeure un exemple symptomatique. Il constitue même un cas d’école pour les juristes et diplomates de la première modernité et audelà31.

  • 32 Kappler Cl., « Introduction », dans Guillaume de Rubrouck, Voyage dans l’Empire mongol…, op. cit.,(...)

15Du XIe au XVIe siècle, de tels exemples conduisent à un constat et à une interrogation. Le constat est celui permettant de souligner à quel point l’ambassadeur n’est pas qu’un simple itinérant entre cours, ni un témoin des choix diplomatiques des souverains, mais bien un acteur de tout premier plan lors de ces contacts, et une victime quelquefois. L’interrogation, elle, à la suite de ces cas demeure toujours la même pour les historiens : quelles sont les suites et conséquences à l’atteinte des ambassadeurs ? À lire les textes, une réparation s’impose pour le souverain ainsi bafoué en la personne de ses représentants officiels. Ce principe semble en effet clairement admis, y compris pour ceux entrant sur la scène internationale ici considérée durant cette période, et à défaut de voir défini avec clarté un droit « international », qui émerge de manière plus nette à l’époque moderne, mais dont les bases et certains principes sont déjà en place à l’époque précédente. Il n’est qu’à rappeler les reproches mongols aux interrogations occidentales visant à comprendre l’intrusion mongole en Europe orientale au début du XIIIe siècle : elle aurait été justifiée, répond le grand khan Güyük au pape après l’ambassade de Plan Carpin, par la mise à mort d’envoyés mongols par des princes chrétiens32.

  • 33 On lira en particulier La correspondance entre souverains, princes et cités-États …, op. cit ; voi (...)

16La nature des droits dont disposent émissaires officiels et ambassadeurs – droits issus des pratiques mais consignés le plus souvent à l’écrit, dans des codes ou textes juridiques – invite à rappeler la place et la manipulation de documents écrits dans le cadre de l’activité diplomatique. Là encore, plusieurs travaux récents ont mis en exergue cette dimension qui joue sur nos propres perceptions et analyses des relations diplomatiques, lorsque lesdits documents ont pu se transmettre jusqu’à nous33. À lire nos textes, comme à regarder les images reproduisant ambassades et ambassadeurs, les écrits scandent différentes étapes du va-et-vient diplomatique entre Orient islamique, Occident latin et Orient chrétien. Là encore, leur étude s’impose, associés qu’ils sont aux hommes qui les produisent et les transportent, dans une dimension diachronique et comparative dans l’espace. Les longues distances que parcourent ces ambassadeurs conduisent-elles à l’usage, ou non, de documents singuliers et/ou distincts de leurs homologues adressés à des destinataires plus proches ? Produisent-elles des documents spécifiques – songeons par exemple à des relations d’ambassade, comme les cas de Liutprand de Crémone à la toute veille de notre période stricte ou plus tard de Ruy Gonzáles de Clavijo peuvent inciter à le penser ? Autrement dit, les ambassades au loin conduisent-elles à des mises en récit singulières de la diplomatie ?

17Enfin, et non sans liens avec cette culture écrite des ambassadeurs, c’est un autre pan de la culture intellectuelle de ces derniers que la journée d’études nantaise souhaitait sonder. Cette place de l’écrit, en effet et sans omettre la part orale des tractations, renforce et illustre à la fois l’envergure intellectuelle de nos ambassadeurs. Relevant des élites intellectuelles comme politiques, sociales ou marchandes, se déplaçant sur de grandes distances, médiateurs entre souverains de par leur fonction même, les ambassadeurs doivent en dernier lieu être entrevus dans le rôle de premier plan qu’ils ont pu jouer dans d’éventuels transferts de savoirs, échanges et/ou transferts culturels (intellectuels, artistiques) voire à des formes d’acculturation. Par leur correspondance, leurs rapports ou relations de mission ou encore les informations qu’ont pu glaner des chroniqueurs à leur contact, ils ont souvent été dès leur époque des sources de premier ordre dans la connaissance de l’Autre. Une contribution à la construction de la figure d’altérité qui nous en dit certainement autant sur les Autres qu’ils rencontrent et décrivent que sur eux-mêmes et leur propre culture – et ce, à leur corps défendant.

  • 34 Le fait est notamment bien établi pour les relations entre Byzance et l’Occident chrétien, et le r (...)
  • 35 Voir Drocourt N., « Les contacts diplomatiques entre Byzance et ses voisins (VIIe-XIIe siècle) : b (...)
  • 36 On lira les contributions rassemblées dans Rousseau A. (dir.), Sur les traces de Busbecq et du got (...)
  • 37 Berger A., « Die Akustische Dimension des Kaiserzeremoniells. Gesang, Orgelspiel und Automaten », (...)

18Dans une certaine mesure ambassadeurs et intermédiaires diplomatiques ont souvent été de grands passeurs de savoirs, de connaissances (intellectuelles ou techniques) entre cultures34. On peut ainsi rappeler les rôles d’un Henri Aristippe ou d’un Burgonde de Pise, au XIIe siècle, entre Byzance et l’Occident chrétien – le premier rapportant de Constantinople une version grecque de ce qui deviendra l’Almageste de Ptolémée (vingt ans avant la diffusion d’un manuscrit arabe de ce même texte en Occident), le second transmettant, lui, le Digeste du Corpus Iuris Civilis de Justinien, base d’un intérêt indéniable et croissant pour le renouveau du droit romain dans la construction juridique des États occidentaux35. De portée moins intellectuelle, mais tout aussi significative sur la place des ambassadeurs dans l’échange culturel, il faut aussi évoquer un Ogier Ghiselin de Busbecq ambassadeur de Ferdinand Ier de Habsbourg auprès de la Sublime Porte qui rapporte de Turquie et introduit en Europe chrétienne le lilas, l’acacia et, peut-être, la tulipe36. À la tout extrême fin de la période, Thomas Dallam est lui chargé par la reine d’Angleterre Élisabeth Ire de transmettre à Murad III un orgue agrémenté d’une horloge mécanique à personnages, orgue qui sera construit dans une pièce de Topkapi pour l’occasion37.

19Autant d’éléments qui, espérons-le, contribueront à rendre encore plus captivante la lecture des essais qui vont suivre.

Notes

1 Le lecteur trouvera de plus amples informations sur le site électronique de l’IFAO : http://www.ifao.egnet.net/axes-2012/rencontres-conflits/2012-paix-concepts/ (dernier accès : juillet 2013).

2 Elle fait suite à une thématique étudiée dans le plan quadriennal précédent de l’IFAO, et ayant débouché sur des travaux publiés, voir Aigle D., Péquignot S. (dir.), La correspondance entre souverains, princes et cités-États. Approches croisées entre l’Orient musulman, l’Occident latin et Byzance (XIIIe-début XVIe siècle), Turnhout, Brepols, 2013.

3 Voir plus bas pour cette question.

4 Voir Mattingly G., Renaissance Diplomacy, Londres, Jonathan Cape, 1955; Anderson M. S., The Rise of Modern Diplomacy (1450-1919), Londres - New York, Longman, 1993.

5 Voir les remarques de Péquignot S., « Les diplomaties occidentales et le mouvement du monde », in Boucheron P. (dir.), Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard, 2009, p. 709-723, ici p. 712-713 ; Id., « Les diplomaties occidentales, XIIIe-XVe siècle », in Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux, Actes du XLIe Congrès de la SHMESP, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 47-66, ici p. 54-55, 59 et 65.

6 Dans une étude précédente, issue elle aussi d’un colloque international, l’ambassadeur avait été étudié pour lui-même et ce dans la longue durée de l’histoire romaine, de l’Antiquité classique jusqu’au haut Moyen Âge : Becker A., Drocourt N. (dir.), Ambassadeurs et ambassades au cœur des relations diplomatiques. Rome - Occident médiéval - Byzance (VIIIe siècle avant J.-C.- XIIe siècle après J.-C.), Metz, Presses Universitaires de Lorraine, 2012. Le présent volume s’inscrit dans la continuité de ces premiers travaux messins. Voir aussi Becker A., Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, modalités, Paris, De Boccard, 2013, p. 100-141; Nechaeva E., Embassies - Negotiations - Gifts. Systems of East Roman Diplomacy in Late Antiquity, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2014, p. 117-141.

7 Pibiri E., Poisson G. (dir.), Le diplomate en question (XVe-XVIIIe siècle), Lausanne, 2010, où l’on trouvera de nombreuses références bibliographiques à l’issue de chacune des contributions.

8 Péquignot S., Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), Madrid, 2009, p. 171-251 ; Pibiri E., En voyage pour Monseigneur : ambassadeurs, officiers et messagers à la cour de Savoie (XIVe-XVe siècles), Lausanne, 2011 ; Spitzbarth A. B., Ambassades et ambassadeurs de Philippe le Bon, troisième duc valois de Bourgogne (1419-1467), Turnhout, Brepols, 2013. Pour les XVe et XVIe siècles, on lira en particulier les contributions de Jean-Marie Moeglin, Anne-Brigitte Spitzbarth, Eva Pibiri, Aureliano Martini et Klara Hübner dans Le diplomate en question…, op. cit. De nombreux travaux collectifs sur la diplomatie tardo-médiévale méritent d’être cités car ils ont intégré logiquement dans leurs réflexions les ambassadeurs, on retiendra en particulier Schwinges R. C., Wriedt K. (dir.), Gesandtschafts-und Botenwesen im spätmittelalterlichen Europa, Ostfildern, Thorbecke, 2003, et Zey Cl., Märtl CL. (dir.), Aus der Frühzeit europäischer Diplomatie - Zum geistlichen und weltlichen Gesandtschaftswesen vom 12. Bis zum 15. Jahrhundert, Zurich, Chronos, 2008.

9 A priori lointains car ces entités peuvent avoir des frontières communes deux à deux et rendre la distance réelle parcourue par les ambassadeurs relativement courte.

10 La route de Samarkand au temps de Tamerlan. Relation de voyage de l’ambassade de Castille à la cour de Timour Beg par Ruy González de Clavijo, 1403-1406, traduite et commentée par L. Kehren, Paris, Imprimerie nationale, 1990.

11 Pero Tafur, Andanças e viajes, édité et traduit par M. A. Pérez Priego, Madrid, Fundación José Antonio de Castro, 2009.

12 Bertrandon de La Broquière, Le Voyage d’Orient. Espion en Turquie, mis en français moderne par H. Basso, Toulouse, Anacharsis, 2010.

13 Guillaume de Rubrouck, Voyage dans l’Empire mongol, 1253-1255, traduction et commentaire de Cl.-Cl. et R. Kappler, Paris, Imprimerie nationale, 1997.

14 On lira aussi les portraits dressés, pour le XVIe siècle, par Bois J.-P., La paix. Histoire politique et militaire, Paris, Perrin, 2012, p. 101-110.

15 Ainsi, entre autres exemples, un Jacques de Helly : Gardette Ph., « Jacques de Helly, figure de l’entre-deux culturel au lendemain de la défaite de Nicopolis », Erytheia, no 24, 2003, p. 111-124.

16 Valérian D., « Les agents de la diplomatie des souverains maghrébins avec le monde chrétien (XIIe-XVe siècle) », Anuario de estudios medievales, no 38, 2008, p. 886-900, mettant en exergue le rôle de marchands, de juifs ou de membres des ordres militaires.

17 Sur cette question, on se reportera au travail du même historien : « Une lettre en latin inédite de l’Ilkhan Abaqa au pape Nicolas III : Croisade ou mission ? », in Aigle D., Buresi P. (dir.), Les relations diplomatiques entre le monde musulman et l’Occident latin (XIIe-XVIe siècle), Oriente moderno, no 88, 2008, p. 333-347.

18 Voir Queller D. E., The Office of Ambassador in the Middle Ages, Princeton, 1967, passim, et voir p. 60 sqq. pour ses analyses autour des termes d’ambaxiator/ambaxator et leurs dérivés ; Chaplais P., English Diplomatic Practice, Londres, Hambledon, 2003, p. 152 sqq. ; Péquignot S., Au nom du roi…, op. cit., p. 173 sqq. ; voir aussi, pour le domaine byzantin, Mergiali-Sahas S., « AByzantine Ambassador to the West and his Office during the Fourteenth Centuries : A Profile », Byzantinische Zeitschrift, no 94, 2001, p. 588-604, ici p. 589-593 ; pour le domaine des langues arabe et turque, on partira des notices « elči », « rasūl » et « safīr » dans l’Encyclopédie de l’Islam (2e éd.), Leyde, 1960-2006, respectivement t. II, p. 711, t. VIII, p. 470 et 838-843.

19 Comme le démontre Péquignot S., Au nom du roi…, op. cit., p. 174-175. Même constat, avec une plus grande confusion toutefois dans l’usage de termes différents désignant un même envoyé officiel dans les textes normatifs, dans la documentation grecque et latine pour désigner ou qualifier les ambassadeurs étrangers accueillis dans le monde byzantin, au moins jusqu’au XIIe siècle : Drocourt N., Diplomatie sur le Bosphore. Les ambassadeurs étrangers dans l’Empire byzantin des années 640 à 1204, 2 vol. , Louvain, Peeters, vol. I, p. 17 sqq., et p. 263 sqq., à paraître.

20 De telles ressources documentaires permettent la constitution d’une prosopographie des hommes en question ; à ce titre, une banque de données consultable en ligne devrait prochainement être disponible, incrémentée sous la direction de D. Aigle, Fr. Bauden, S. Péquignot et N. Drocourt.

21 La part de relations personnelles entre acteurs du jeu diplomatique a pu d’ailleurs être considérée comme symptomatique de la diplomatie médiévale, tout du moins en Occident chrétien : Moeglin J.-M., « Conclusions. Existe-t-il un ordre diplomatique médiéval ? », in Les relations diplomatiques au Moyen Âge, op. cit., p. 303-317, ici p. 312-313.

22 Andretta S., Péquignot S., Waquet J.-Cl. (dir.), De l’ambassadeur. Les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier du Moyen Âge au début du XIXe siècle, Rome, Collection de l’École française de Rome, à paraître.

23 Nizam Oul-Moulk, Siasset Nameh, Traité de gouvernement composé pour le sultan Melik-Châh, trad. Ch. Schefer, Paris, 1893, p. 132-133.

24 Sur cette thématique, on lira en particulier Spitzbarth A. B., Ambassades et ambassadeurs…, p. 225 sqq., qui note d’ailleurs, p. 234, combien, en Occident chrétien les traités sur les ambassadeurs et leurs fonctions font défaut jusqu’à la fin du Moyen Âge inclus, alors qu’ils se multiplient à partir du XVIe siècle.

25 La langue grecque peut être choisie, parmi d’autres, comme langue de la chancellerie ottomane lorsque celle-ci communique à l’écrit avec ses correspondants chrétiens, voir Lazzarini I., « Écrire à l’autre. Contacts, réseaux et codes de communication entre les cours italiennes, Byzance et le monde musulman aux XIVe et XVe siècles », in La correspondance entre souverains, princes et cités-États…, op. cit., p. 165-194, ici p. 172, n. 30 et p. 175-176.

26 Sur la dimension intellectuelle des ambassadeurs d’époque médio-byzantine, voir Koutrakou N., « Logos and Pathos between Peace and War: Rhetoric as a Tool of Diplomacy in Middle Byzantine Period », Thesaurismata, no 25, 1995, p. 7-20.

27 Voir ainsi, dans le cas de l’Occident chrétien, l’exemple donné au XVe siècle par les Médicis à Florence : Péquignot S., « Les diplomaties occidentales et le mouvement du monde », art. cité, p. 715.

28 Voir Péquignot S., « Les diplomaties occidentales, XIIIe-XVe siècle », art. cité, p. 60 ; Moeglin J.-M., « La place des messagers et des ambassadeurs dans la diplomatie princière à la fin du Moyen Âge », in Le diplomate en question, op. cit., p. 27-28.

29 Voir Kintzinger M., « Cum salvo conductu. Geleit im westeuropäischen Spätmittelalter », in Gesandtschafts-und Botenwesen im spätmittelalterlichen Europa, op. cit., p. 313-363. Voir aussi les remarques pour la fin du Moyen Âge de Péquignot S., « Les diplomaties occidentales et le mouvement du monde », art. cité, p. 710-711 ; Veinstein G., « Les fondements juridiques de la diplomatie ottomane en Europe », Oriente moderno, no 88, 2008, p. 509-522 ; pour une période antérieure et des cas reliant les trois entités (Occident latin, Byzance, Islam), voir Drocourt N., « La mort de l’ambassadeur. Faits, causes, enjeux (VIIe-XIIe siècle) », Revue des études byzantines, 71, 2013, p. 67-104, en particulier p. 85-86, 97 sqq.

30 On peut se rapporter en particulier, pour la fin de la période, à l’étude de Wijfels A., « Le statut juridique des ambassadeurs dans la doctrine du XVIe siècle », Publication du Centre d’études bourguignonnes, no 32, 1992, p. 127-140 ; voir, plus largement, Frey L. S., Frey M. L., The History of Diplomatic Immunity, Columbus, Ohio State University Press, 1999.

31 Poumarède G., « Le “vilain et sale assassinat” d’Antonio Rincon et Cesare Fregoso (1541). Un incident diplomatique exemplaire ? », in Bély L., Poumarède G. (dir.), L’incident diplomatique, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, A. Pedone, 2010, p. 7-44.

32 Kappler Cl., « Introduction », dans Guillaume de Rubrouck, Voyage dans l’Empire mongol…, op. cit., p. 43 et ses références. Que cette mise à mort d’envoyés mongols soit vraie ou fausse importe peu, mais le fait que cela soit apporté comme argument dans les discussions diplomatiques porte sens.

33 On lira en particulier La correspondance entre souverains, princes et cités-États …, op. cit ; voir aussi, plus largement, Péquignot S., « Les diplomaties occidentales, XIIIe-XVe siècle », art. cité, p. 48-49.

34 Le fait est notamment bien établi pour les relations entre Byzance et l’Occident chrétien, et le rôle de premier plan joué par des ambassadeurs byzantins qui sont d’abord des savants ou de grands intellectuels : voir J. W. Barker, « Emperors, Embassies and Scholars : Diplomacy and the Transmission of Byzantine Humanism to Renaissance Italy », in Angelov D. G. (dir.), Church and Society in Late Byzantium, Kalamazoo, Medieval Institute Publications, 2009, p. 158-179.

35 Voir Drocourt N., « Les contacts diplomatiques entre Byzance et ses voisins (VIIe-XIIe siècle) : barrière ou pont culturel ? », in Malamut É., Ouerfelli M. (dir.), Les échanges en Méditerranée médiévale. Marqueurs, réseaux, circulations, contacts, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2012, p. 241-270, ici p. 259 ; ID., « Quelques aspects du rôle des ambassadeurs dans les transferts culturels entre Byzance et ses voisins (VIIe-XIIe siècle) », in Abdellatif R., Benimay., König D., Ruchaud E. (dir.), Acteurs des transferts culturels en Méditerranée médiévale, Munich, 2012, p. 31-47, ici p. 38-39.

36 On lira les contributions rassemblées dans Rousseau A. (dir.), Sur les traces de Busbecq et du gotique, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1991, notamment celle d’Hubert Le Bourdelles, « À la découverte de Busbecq inconnu », p. 15-26, ici, p. 20-21. Les transferts culturels assurés vers l’Occident chrétien par cet ambassadeur sont aussi de nature savante et intellectuelle puisqu’il transmet plus de deux cents manuscrits grecs depuis la capitale ottomane, dont le fameux manuscrit du De materia medica de Dioscoride encore aujourd’hui à la Bibliothèque de Vienne (Cod. med. gr. 1) : ibid., p. 61-63. Ces faits sont consignés dans ses Lettres turques, véritable récit de ses séjours diplomatiques dans l’Empire ottoman (en 1554-1555 et 1555-1562), où l’on note d’autres traits de curiosité de l’ambassadeur, de son intérêt pour la langue gotique parlée en Crimée à ses propos quasi ethnographiques dans sa description des Turcs (récits publiés dans les années 1581-1589, voir Ogier Ghiselin de Busbecq, Les lettres turques, trad. D. Arrighi, Paris, Honoré Champion, 2010).

37 Berger A., « Die Akustische Dimension des Kaiserzeremoniells. Gesang, Orgelspiel und Automaten », in Bauer F. A. (dir.), Visualisierungen von Herrschaft, Frühmittelalterliche Residenzen Gestalt und Zeremoniell, (Byzas, no 5), Istanbul, 2006, p. 63-77, ici p. 74 avec les références.

Auteur

Maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Nantes et membre du CRHIA, ses recherches portent sur la diplomatie médio-byzantine. Il a coédité avec Audrey Becker Ambassadeurs et ambassades au cœur des relations diplomatiques. Rome - Occident médiéval - Byzance (VIIIe siècle avant J.-C. - XIIe siècle après J.-C.), Metz, Presses Universitaires de Lorraine, 2012. Il publiera en 2015 Diplomatie sur le Bosphore. Les ambassadeurs étrangers dans l’Empire byzantin, des années 640 à 1204, Louvain, Peeters, 2 vol. ">Maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Nantes et membre du CRHIA, ses recherches portent sur la diplomatie médio-byzantine. Il a coédité avec Audrey Becker Ambassadeurs et ambassades au cœur des relations diplomatiques. Rome - Occident médiéval - Byzance (VIIIe siècle avant J.-C. - XIIe siècle après J.-C.), Metz, Presses Universitaires de Lorraine, 2012. Il publiera en 2015 Diplomatie sur le Bosphore. Les ambassadeurs étrangers dans l’Empire byzantin, des années 640 à 1204, Louvain, Peeters, 2 vol.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search