Versión clásicaVersión móvil

Les Européens dans les ports en situation coloniale

 | 
Jean-François Klein
, 
Bruno Marnot

Les ports coloniaux comme lieux de pénétration et de pratique de la médecine européenne

Colonial Ports as Areas of Penetration and Experience of European Medicine

Pierre Guillaume

Resumen

Le thème de cette contribution est à la convergence de mes travaux sur le monde colonial et sur la santé publique. C’est la médecine navale qui est à l’origine de la médecine coloniale. Elle a inspiré de nombreux ouvrages, traités et revues, inscrits dans les banques de données gallica et medica aussi riches que confuses. Les villes portuaires sont des lieux de concentration des populations d’origine européenne, des marins comme des coloniaux, les uns et les autres pris en charge en priorité par la médecine moderne. Celle-ci privilégie durablement la prévention à défaut de pouvoir soigner des maux comme la fièvre jaune. L’équipement sanitaire de ces villes portuaires est complexe avec leurs dispensaires et hôpitaux urbains où blancs et indigènes sont rigoureusement séparés et diversement traités et les stations climatiques qui permettent aux plus favorisés d’échapper aux rigueurs du climat tropical, le rapatriement sanitaire restant l’échappatoire la plus sûre.

Texto completo

1Mon propos est l’expression d’une évidence : c’est par les ports que les Européens sont arrivés dans les territoires qui devinrent des colonies, emmenant médecins ou officiers de santé ; c’est sur les sites portuaires qu’ils s’implantèrent pour commercer ; c’est là aussi qu’ils affrontèrent la maladie dont la redoutable fièvre jaune si souvent mortelle. De ces évidences découle le fait que la médecine tropicale fut d’abord une médecine navale avec pour but de protéger les équipages et, accessoirement, les passagers, esclaves à l’âge de la traite, immigrants ensuite, troupes au temps des conflits et, in fine, touristes, vecteurs potentiels de maladies exotiques. Les organismes sanitaires dans les ports eurent dès l’origine une double vocation : soigner les populations implantées dans les ports ou au moins certaines d’entre elles d’origine européenne, et prévenir les épidémies importées.

  • 1 Guillaume P., « Médecine et monde colonial », in Singaravelou P. (dir.), L’Empire des géographes, (...)
  • 2 Léonard J., Les officiers de santé de la marine française de 1814 à 1835, Paris, C. Klincksieck, 1 (...)
  • 3 Guillaume P. (dir.), Identités caraïbes, Paris, CTHS, 2001.

2Comme en témoigne ma contribution à l’ouvrage dirigé par P. Singaravelou1, jadis éveillée par l’ouvrage pionnier de J. Léonard2, ma curiosité pour les rapports entre médecine et expansion coloniale n’est pas récente. Je les ai abordés dans un certain nombre de travaux et notamment dans le livre que j’ai dirigé sur les Identités caraïbes3. Je l’ai surtout traité, à la demande de B. Marnot, à un séminaire du Centre d’Études des Mondes Moderne et Contemporain où j’ai proposé un texte sur « Villes portuaires et santé publique ».

3Pour répondre néanmoins aux curiosités légitimes de ceux qui me lisent, j’ai retenu des interrogations qui ont porté sur différents points, tout en négligeant, à tort bien sûr, quantité d’autres. J’ai certes fait du tourisme dans bien des pays tropicaux, en Asie du Sud-Est voire en Polynésie mais je ne me suis interrogé sur les problèmes de santé publique que pour les Antilles ; pour le reste du monde mon approche n’est que livresque. Portant sur un domaine ainsi bien délimité, j’ai retenu un certain nombre de thèmes que j’aurais aimé traiter si ma documentation avait été suffisante.

  • 4 21 références dans la table des matières des Archives de médecine navale avec notamment, dans le v (...)

4Une plongée dans la banque de données Gallica est d’abord euphorisante puisque tout mot-clef retenu ouvre la voie à plusieurs centaines dans le meilleur des cas, mais généralement à plusieurs milliers de références. L’euphorie retombe avec le constat que ces références sont proposées dans le plus grand désordre et qu’il suffit pour qu’elles défilent que le titre de l’article ou de l’ouvrage comporte, dans le meilleur des cas, le mot « colonie » ou celui de « maladie » et, dans le pire, le plus fréquent, ni l’un ni l’autre. Aucune tentative faite pour préciser mes demandes n’a abouti. On ne peut conclure qu’à la mise en mémoire de textes disparates, qu’à la transcription informatique d’une bibliothèque ayant échappé à toute logique de classement. La seule vertu, mais elle est majeure, de Gallica est de donner accès sans expédition à la Bibliothèque nationale de France à des textes préidentifiés mais la banque de données ne propose pas de bibliographie sur le thème de recherche retenu. La seule méthode possible est donc de partir de la documentation dont on constate l’existence sans prétendre trouver les moyens d’éclairer des questions qui n’ont pas retenu l’attention des observateurs. Un exemple pour être plus clair : c’est par milliers que l’on trouve partout des pages sur la fièvre jaune dont les poussées ont frappé les esprits4 mais c’est vainement que l’on cherche des études touchant la main-d’œuvre portuaire qui, après avoir été composée d’esclaves, l’a été de gens de peu et, de plus, de couleur.

  • 5 On trouvera une analyse détaillée de la mise en place d’une législation internationale dans l’ouvr (...)

5Ce préambule se veut une explication des choix qui dictent ici mon propos ; il ne veut pas être une redite de l’histoire des dispositions tant nationales qu’internationales adoptées au XIXe siècle pour limiter les risques de contagion depuis la loi française du 3 mars 1822 fixant les règles de la mise en quarantaine des navires, équipages et passagers, et depuis les dispositions adoptées par la Conférence sanitaire internationale de 1846 suivie notamment de celles de Constantinople en 1866 et de Vienne en 1874 créant un droit sanitaire nouveau5. Il ne sera pas non plus évocation des épidémies qui ont frappé les ports et leur environnement depuis la peste de Marseille de 1720 restée tristement célèbre et moins encore le choléra qui a certes franchi les frontières, mais les terrestres comme les maritimes.

  • 6 Les wharfs sont définis comme « des appontements perpendiculaires à la rive », métalliques ou en b (...)
  • 7 Longtemps terreur des passagers qui ne pouvaient échapper au mal de mer, l’Aranui de dernière géné (...)

6Une première approche de la bibliographie fait apparaître l’abondance des travaux consacrés à la vie, et il est plus juste de dire à la survie dans les pays tropicaux. Ce sont des mises en garde contre les dangers courus et des aperçus des moyens de les limiter, sans vain espoir de les écarter, toute cette littérature étant, jusqu’à la mise au point des vaccins, peu optimiste. Elle comporte de nombreuses revues destinées à ceux qui œuvrent dans les colonies tropicales, avant tout médecins mais aussi responsables divers, ingénieurs ou administrateurs ou encore officiers des troupes coloniales et des marines militaire et de commerce. Nombre de ces travaux ne tiennent pas les promesses que leurs titres suggèrent. J’en prendrai pour exemples le livre ayant pour titre L’exploitation des ports maritimes d’un certain Jacob de Cordemoy et la revue Le Génie colonial. Revue d’architecture, construction, matériel et travaux publics aux colonies. Le premier ignore totalement les ports coloniaux, la seconde prolixe sur les engins de levage les plus variés, en donne de remarquables dessins ou photos, mais sans un seul mot pour les hommes qui les utilisent. Ces absences dans des travaux fort diserts ne sont pas sans signification : la banalité de manutentions à dos d’homme, et parfois de femmes, interdisait qu’elles retiennent l’attention d’ingénieurs à l’affût d’innovations techniques nombreuses dans les ports européens, et ne suscitait évidemment pas la commisération des employeurs. Je n’en garde pas moins le souvenir des dockers de Jakarta courant, en juillet 1991, sur les simples planches qui reliaient au quai les goélettes venues de toutes les îles de tout l’archipel philippin. Cette médiocrité des équipements coloniaux s’explique certes par l’indifférence des patrons aux risques imposés à une main-d’œuvre que l’abondance des bras inemployés rendait facile à remplacer, mais n’est pas non plus sans rappeler l’état de certains ports métropolitains comme celui de Bordeaux où les quais verticaux, seuls propres à l’accostage des navires, restaient très courts et où, tant que la marine à voile fut importante, c’est-à-dire jusqu’à la fin du siècle, la pratique était d’arrimer les bateaux à des corps-morts au milieu du fleuve et d’amener à la berge les marchandises sur des gabarres. Le seul équipement original de bien des ports des côtes africaines était constitué par des wharfs6, longues jetées qui enjambaient la barre et dont les grues permettaient le transfert sur des pirogues de mer montées par des autochtones des passagers comme des marchandises. Bien d’autres territoires tropicaux n’étaient pas mieux pourvus et n’offraient que leurs rades plus ou moins protégées. C’est ainsi dans la rade de Saint-Pierre que de nombreux bateaux furent détruits par l’explosion de la montagne Pelée en 1902 et leurs carcasses se visitent aujourd’hui comme des curiosités touristiques. En Polynésie, le cargo mixte Aranui7, pourtant de faible tonnage, qui dessert depuis Papeete les îles Tuamotu et les Marquises ne peut y aborder, et tout doit donc être transbordé comme il y a un siècle, sauf les touristes qui ont choisi l’avion.

  • 8 Les Archives de médecine navale et coloniale ont été publiées de 1864 à 1945.
  • 9 Revue publiée tous les deux mois entre 1904 et 1939 par la Société de médecine et d’hygiène tropic (...)
  • 10 Cette note a pour auteurs Weiner B. et Flahaut J., Histoire des sciences médicales, t. 33, no 3, 1 (...)

7Publiées à partir de 1864 les Archives de médecine navale et coloniale8 recueillent les textes des médecins et hygiénistes impliqués dans la diffusion en mer et outre-mer des pratiques inspirées par les développements d’une médecine marquée par les travaux de Claude Bernard, avant de l’être par ceux de Pasteur et de Koch qui marqueront aussi les débuts de l’École de santé navale ouverte à Bordeaux en 1884. Donnée comme publiée, indiquée en couverture, « sous les auspices de M. le ministre de la Marine et des Colonies » cette revue a un caractère semi-officiel et elle affirme le lien de dépendance entre une nouvelle médecine coloniale et une médecine navale reconnue. La Revue de médecine et d’hygiène9, paraissant tous les deux mois à partir de 1881, montre une certaine émancipation de la médecine tropicale, donc coloniale, par rapport à la médecine navale, tandis que son titre est affirmation de l’étroitesse des liens entre hygiène et médecine. Ces revues montrent qui sont les maîtres à penser de cette médecine navale et coloniale et un nom apparaît souvent, celui d’Alexandre Kermorgant (1843-1920)10 dont le destin est apparu comme suffisamment exemplaire pour justifier une note biographique lue en 1998 à une séance de la Société française d’histoire de la médecine. Fils d’un charpentier devenu commis aux écritures, Alexandre Kermorgant passe néanmoins le baccalauréat ès sciences à Brest en 1861 et entre alors à l’École de santé navale de Brest pour en sortir en 1863 comme aide-chirurgien. Il embarque alors sur une frégate engagée dans la guerre du Mexique. En 1866, il passe le concours de chirurgien puis réembarque pour un périple de trois ans l’emmenant notamment en Nouvelle-Calédonie. Il séjourne ensuite à Montpellier pour y préparer sa thèse de doctorat en médecine à partir d’observations faites pendant son voyage, notamment sur les maladies des Européens sous les tropiques. Il poursuit ensuite une carrière qui le mène aux fonctions d’inspecteur général du Service de santé des troupes coloniales en 1906, après avoir été fait commandeur de la Légion d’honneur en 1901. Après la publication de multiples rapports et articles, Alexandre Kermorgant publie en 1911 un ouvrage intitulé simplement Hygiène coloniale qui livre les conclusions de sa longue expérience. Il est de longue date un auteur de référence à qui ses confrères demandent notamment, comme le fait Gustave Reynaud en 1903, de préfacer leurs propres œuvres. Un article du docteur Humbert Boucher, publié dans la revue de médecine et d’hygiène tropicales et traitant « des maladies des coloniaux observées à Vichy », donne une idée très sombre de leur état :

« C’est à juste titre que la station de Vichy a été qualifiée de port de salut des coloniaux. Y suivre une cure thermale au cours d’un congé en France, représente indubitablement un élément de durée dans la carrière coloniale, quelle que soit la fonction occupée. S’il est une existence active et complexe, dans laquelle la santé importe, c’est indubitablement la carrière coloniale. Le personnel s’y renouvelle vite et, conséquemment les habitudes si chères à la vie métropolitaine, jouent un rôle moindre. Enfin les situations trop souvent médiocres et nullement en rapport avec leurs qualités d’action sont offertes en France aux coloniaux non fortunés et leur font un devoir de se maintenir le corps et le cerveau actifs. Ces qualités ne représentent-elles pas un véritable acquis financier et social ? […]
Les coloniaux constituent en outre un matériel d’observation clinique très apparente. Au début et à la fin de la saison thermale de Vichy, lorsque la foule est peu dense dans le vieux parc, on peut facilement reconnaître les paludéens anémiques au teint terreux, les vieux diarrhéiques amaigris et déshydratés, les hépatiques au teint jaunâtre, les dysentériques aux traits tirés. L’on suit facilement au cours des promenades leur retour rapide à la santé. Les conversations facilement liées dans la ville d’eau permettent encore à l’observateur non averti de constater en même temps la transformation morale de nos coloniaux. Nous n’observons pas à Vichy les périodes aiguës des maladies qui sont une contre-indication à la cure thermale. »

8Ce texte, comme tous les témoignages contemporains, ne laisse guère de doute sur la nocivité des colonies et encore ne sont pas pris en compte ici les ravages faits par les poussées épidémiques tant de choléra que, plus encore, de fièvre jaune contre lesquelles le thermalisme ne peut prétendre à la moindre efficacité. Gustave Reynaud, dans son ouvrage déjà cité, dit ce que doit être le dispositif permettant de combattre sur place la maladie, le rapatriement en métropole n’étant évidemment que l’ultime mesure de sauvegarde réservée aux malades européens. Reynaud passe en revue des dispensaires auxquels les indigènes ont accès grâce à l’assistance médicale indigène apparue dès 1896 à Madagascar puis progressivement étendue à tous les territoires, en dernier lieu à l’AEF en 1908. Y sont données par des médecins français ou par des infirmiers indigènes des consultations « à tout venant », y sont distribués pansements et médicaments, notamment de la quinine dans les pays à fièvre et les petites opérations d’urgence sont pratiquées sur place. Peu prolixe sur les dispensaires dont on imagine sans peine qu’ils sont fort sommaires, Reynaud l’est davantage sur les « hôpitaux-hospices ». Il fixe d’abord les choses en écrivant que :

« la ville coloniale mixte aura un hôpital pour Européens et un hôpital pour indigène si elle est considérable (Hanoï, Saigon). Elle aura un hôpital mixte si sa population est peu nombreuse. [Pour l’hôpital européen] il est nécessaire qu’il soit situé hors de la ville, sur un monticule, sous le vent de la ville, à distance des quartiers indigènes, des abattoirs, des cimetières, etc. Il est non moins nécessaire que l’état du sol permette l’installation de jardins et de pelouses. La surface nécessaire est de 100 mètres carrés au moins par lit ».

9De telles précautions ne sont pas de mises pour les hôpitaux indigènes, « l’indigène ayant moins à souffrir de l’atmosphère chaude dans laquelle il a toujours vécu ». Au fil du texte donc, on y verra l’hôpital de Hanoï et on apprend que dans l’hôpital européen les officiers bénéficient d’un pavillon qui leur est réservé. Différence de localisation des hôpitaux européens et indigènes, différence aussi d’architecture, comme le montrent les photos de l’ouvrage de Reynaud avec l’exemple de Saigon où l’hôpital européen est un harmonieux bâtiment à étage avec larges baies et balcons, entouré d’une végétation luxuriante. Ce cadre soigné a évidemment pour but de soigner le moral comme le physique des pensionnaires. La vue proposée d’un hôpital indigène qui est celui de Libreville, à l’époque au Congo français, est toute autre : on y voit trois baraquements avec d’étroites fenêtres et, un peu à l’écart, une bâtisse sans doute pour les toilettes, le tout dispersé dans une brousse inculte. Les consignes données pour la construction expliquent cette médiocrité :

« Le mode de construction et le mobilier ne seront pas aussi recherchés et luxueux que ceux des hôpitaux des Européens habitués à plus de confort. Lorsque les ressources financières ne permettent pas d’édifier des pavillons en maçonnerie, en pierres ou briques et fer, de construction coûteuse on se contentera au début de cases en planche, en paille, en torchis, en bambous, recouvertes en chaume ou en feuille de palmier, mais toujours édifiées à une certaine hauteur au-dessus du sol sur des pilotis ou sur un terre-plein, et toujours munies d’un plancher et de vérandas, suffisamment isolées les unes des autres. On pourra ainsi, au besoin, brûler ou détruire un des pavillons s’il est contaminé […] Le mobilier se composera d’une simple couchette en fer ou en bois avec fond en rotin, recouvert d’une natte ; une couverture et un matelas en crin végétal compléteront le couchage […] Le matériel de salle sera encore plus sommaire que celui des hôpitaux européens ; quelques gobelets en verre, des assiettes en faïence, quelques pots à tisane, des fourchettes ou des baguettes de bois, quelques cuillers en seront les éléments principaux. »

10Toujours d’après Reynaud, le dernier élément de sauvegarde de la santé des Européens est ce qu’il appelle sanatorium, en 1903, ou plus généralement station sanitaire, qui peut être maritime ou d’altitude. Ces dernières sont les plus répandues avec pour but de soustraire les Européens, au moins temporairement, aux rigueurs du climat, d’éviter leur rapatriement en métropole ou le permettre dans les meilleures conditions. Adrien Proust, dans son ouvrage classique Essai sur l’hygiène internationale fait un inventaire de ces stations d’altitude existant dans toutes les colonies européennes tropicales. En Indochine, c’est à Dalat que la station d’altitude a été implantée ; elle offre aujourd’hui encore, à quelque 1 500 mètres d’altitude, le spectacle assez étonnant d’une petite ville métropolitaine reliée à Saigon de longue date par un chemin de fer et vouée à l’exode saisonnier des familles européennes. L’empereur Bao Daï y a fait édifier sa propre résidence d’été. Tout y était fait pour rappeler la métropole tant dans la construction des maisons que celle des édifices publics. Réservé à des privilégiés, le séjour dans ce type de localité était un remède efficace contre les maladies endémiques des villes portuaires et, on peut le supposer, contre le mal du pays.

11Sans doute est-on tenté d’en arriver à la conclusion que les ports coloniaux permettent la survie à condition d’avoir la sagesse et les moyens de les fuir à la saison la plus malsaine, tandis qu’avec leurs théâtres et autres salles de concert, pour ne parler que des plaisirs avouables, ils offrent des divertissements pendant les semaines les plus rudes. Rappelons que fuir la ville était déjà le moyen d’éviter sa nocivité au temps où Montaigne était maire de Bordeaux et longtemps encore pendant les siècles suivants.

  • 11 Céline L.-F., Voyage au bout de la nuit, Paris, Gallimard, « Folio », 1952 (rééd.), p. 132.

12Même avec la caution de Céline écrivant que l’hôpital était le seul monument du port africain où le sort l’avait jeté11, on ne saurait bien sûr ramener l’activité des villes portuaires à leur seule vocation sanitaire hospitalière. Il est toutefois évident qu’au moins dans le cadre des colonies françaises, seules les villes portuaires ont réuni une population d’origine européenne importante. Depuis la décolonisation, cette population de « colonisateurs » est la parente pauvre de l’historiographie sociale. Cependant, si l’on admet que la colonisation a été la grande aventure de la seconde moitié du XIXe siècle, qu’elle a permis l’accomplissement de destins individuels hors du commun, qu’elle a aussi participé à l’épanouissement d’une nouvelle civilisation technicienne, elle justifie que l’historien s’y intéresse sans pour autant adhérer aux idéologies qui l’ont justifiée en son temps ou a posteriori.

Notas

1 Guillaume P., « Médecine et monde colonial », in Singaravelou P. (dir.), L’Empire des géographes, Paris, Belin, 2008, p. 212-218

2 Léonard J., Les officiers de santé de la marine française de 1814 à 1835, Paris, C. Klincksieck, 1967.

3 Guillaume P. (dir.), Identités caraïbes, Paris, CTHS, 2001.

4 21 références dans la table des matières des Archives de médecine navale avec notamment, dans le volume 23, p. 463, une note sur « la fièvre jaune en Martinique », dans le volume 50, p. 395,» une étiologie de la fièvre jaune », etc.

5 On trouvera une analyse détaillée de la mise en place d’une législation internationale dans l’ouvrage classique de Proust A., Essai sur l’hygiène internationale, ses applications contre la peste, la fièvre jaune et le choléra asiatique, Paris, 1873.

6 Les wharfs sont définis comme « des appontements perpendiculaires à la rive », métalliques ou en bois, auxquels les navires accostent d’un côté ou de l’autre.

7 Longtemps terreur des passagers qui ne pouvaient échapper au mal de mer, l’Aranui de dernière génération peut transporter plus de 2 000 tonnes de marchandises et environ 180 passagers dans des cabines confortables. Voir catalogue Kuoni, 2013.

8 Les Archives de médecine navale et coloniale ont été publiées de 1864 à 1945.

9 Revue publiée tous les deux mois entre 1904 et 1939 par la Société de médecine et d’hygiène tropicale.

10 Cette note a pour auteurs Weiner B. et Flahaut J., Histoire des sciences médicales, t. 33, no 3, 1999.

11 Céline L.-F., Voyage au bout de la nuit, Paris, Gallimard, « Folio », 1952 (rééd.), p. 132.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search