Version classiqueVersion mobile

Les Européens dans les ports en situation coloniale

 | 
Jean-François Klein
, 
Bruno Marnot

Les ports coloniaux des îles du Pacifique, miroirs déformants des sociétés européennes ?

Colonial Ports in Pacific Islands as Distorting Mirrors of European Societies

Claire Laux

Résumé

Les premiers voyageurs européens dans le Pacifique s’étonnent, eux qui viennent d’un monde en pleine urbanisation, de l’absence de villes et principalement de ports. Les premiers contacts entraînent le développement de cités portuaires. Mais l’urbanisation s’accompagne paradoxalement d’un effondrement démographique. Par le port de nouvelles formes de mortalité, des épidémies particulièrement dévastatrices en particulier s’introduisent dans les îles. Les ports coloniaux et leurs populations européennes ont alors très mauvaise presse que ce soit auprès des Océaniens, des voyageurs ou des missionnaires. Cette mauvaise réputation tient d’abord aux caractères propres aux Européens présents dans ces ports coloniaux océaniens : les colons installés succèdent aux aventuriers des premiers temps mais ne sont pas toujours plus recommandables. Il y a d’autre part un effet microcosme lié à l’insularité, à l’isolement et à la faiblesse des populations concernées qui fait que les sociabilités tout comme les conflits prennent des formes exacerbées.

Texte intégral

1Nous nous devons de commencer cette réflexion par deux remarques préliminaires. En premier lieu, il n’existe pas de tradition locale d’urbanisation dans le Pacifique où toutes les villes sont apparues pendant la période coloniale, ou précoloniale, et la quasi-totalité de ces villes sont des ports. Certaines villes comme Honiara, la capitale des Salomon, n’ont qu’une soixantaine d’années. La plupart de ces ports sont nés avec les premières implantations occidentales avant de se mettre à croître avec l’instauration de protectorats ou d’administrations coloniales. Ainsi Papeete bourgeonne dès les années 1820 comme port de relâche pour les baleiniers puis se développe avec l’installation des premiers temples protestants et des comptoirs commerciaux. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, Apia abritait les consulats des États-Unis, d’Allemagne et de Grande-Bretagne ainsi que les sociétés concessionnaires allemandes et les maisons de commerce néo-zélandaises et australiennes. Port Moresby, Rabaul et Honiara sont devenues des petits bourgs urbanisés. Suva, en revanche, grâce aux ressources que lui rapportait le sucre a pu, tout comme Nouméa, faire l’objet d’une planification urbaine plus organisée. Les ports coloniaux du Pacifique insulaire, quelle que soit leur taille, n’échappent pas en effet au fameux plan quadrangulaire en damier caractéristique de l’architecture urbaine coloniale. Honolulu, en revanche, connaît son développement bien avant la colonisation américaine et devient un grand port à l’échelle du Pacifique, accueillant chaque année des centaines de baleiniers, en un temps où San Francisco n’existait pas. À l’exception des « grandes » capitales urbaines comme Honolulu aux Hawaii ou Port Moresby en Papouasie Nouvelle-Guinée, et évidemment plus encore celles d’Australie et de Nouvelle-Zélande – mais l’échelle n’est pas la même –, les ports coloniaux du Pacifique ne dépassent pas durant la période coloniale, ni même ensuite, une taille moyenne – et ont conservé jusqu’à nos jours leur cachet de villes coloniales, Nouméa en est un bel exemple. Aujourd’hui encore, seulement 20 % de la population du Pacifique vit dans les villes et en Océanie la ville et le village demeurent étroitement liés : c’est sur leur opposition que paysans et citadins fondent la conscience qu’ils ont de leurs mondes respectifs. Or, les communautés européennes des mers du Sud durant cette période coloniale se distinguent notamment des populations d’origine par leur caractère citadin. Les Européens se concentrent dans les ports coloniaux. Ainsi, vers 1900, 90 % des Français des Établissements français d’Océanie sont regroupés à Tahiti et 90 % de ces Français de Tahiti habitent Papeete. Les ports coloniaux accaparent la majorité des Européens, même si ceux-ci ne sont pas nécessairement majoritaires dans les ports coloniaux. Cela est évidemment lié aux fonctions et aux activités de ces Européens : trafiquants, commerçants, baleiniers dans les premiers temps puis évidemment militaires, fonctionnaires et toutes les activités liées au secteur tertiaire… Les missionnaires sont en général mieux répartis dans la mesure où ils vont à la rencontre des populations océaniennes, ce qui n’empêche pas que le port colonial exerce aussi une fonction structurante essentielle dans les entreprises de christianisation puis pour les églises océaniennes.

2En règle générale, et c’est la seconde remarque, l’urbanisation des îles du Pacifique se limite à une seule véritable ville-port, création coloniale, siège de toutes les administrations impériales et lieu des relations extérieures. Ce port prend très vite une importance déterminante à la fois pour les populations autochtones et pour les colons européens. Quelques archipels comptent plusieurs pôles urbains, soit en raison de leur taille, soit de leur histoire : Hawaii évidemment (Honolulu à Oahu, Hilo dans l’île d’Hawaii, Lahaina sur l’île de Maui), la Papouasie, la Nouvelle-Guinée, ou Fidji ou encore le Vanuatu, en raison de son « double » passé colonial franco-britannique. Les ports-capitales ont, dès les débuts de leur histoire, rempli une triple fonction. La fonction portuaire est première : la ville naît des contacts avec l’Occident, le mouillage crée le port qui crée la ville. Ces ports servent donc de points de transit des marchandises d’importation et d’exportation mais aussi de portes d’entrée et de sortie du pays puisque dans une île, par définition, il n’y a pas de frontière terrestre. Ensuite, ils ont été et sont encore évidemment les points d’arrivée des étrangers, aventuriers, émigrés chinois, etc. Dans les îles, où des systèmes de plantations ou d’exploitations minières ont fait l’objet d’appels à de la main-d’œuvre extérieure, le phénomène a pris une ampleur considérable, les capitales faisant figure de plaques tournantes pour celle-ci. C’est souvent par elle que s’introduisent les nouveaux types de mortalité, les épidémies, etc. Enfin, les ports furent le siège des gouvernements coloniaux et évidemment le lieu des services administratifs et de toutes les institutions permettant le contrôle des populations locales. Ainsi à Papeete, l’état civil est institué pour les Océaniens en 1854.

3Mais à ce port colonial principal, il faut ajouter tout un réseau d’établissements annexes beaucoup plus modestes, aux fonctions urbaines sommaires. Il faut souligner la spécificité des hiérarchies des ports coloniaux dans les archipels avec ce port principal, qui assure les liaisons avec la métropole (entrées et sorties) et souvent de très nombreux petits ports secondaires dans les autres îles ou dans les parties éloignées de l’île principale qui sont reliés au port colonial principal par cabotage. Cette configuration est évidemment liée au caractère archipélagique de ces ensembles insulaires plus qu’à leur situation coloniale. La rupture de charge est donc maritime, à la différence des ports coloniaux continentaux où le transbordement vers l’hinterland se fait par des moyens divers (chemin de fer, route, cabotage, trafic fluvial). Le cabotage tient donc un rôle essentiel dans le système colonial archipélagique. Par les ports coloniaux secondaires, dévolus aux relations internes aux archipels, se fait la redistribution des marchandises à exporter vers la métropole. C’est le cas par exemple de Papeete où des goélettes apportent le coprah jusque dans les années 1870 ou des Salomon avec Honiara, le port de Guadalcanal, qui draine marchandises et surtout la main-d’œuvre venue de Malaita, etc. Le port colonial principal peut avoir un rayonnement plus large que les limites même de l’archipel, ainsi les Marquises encore aujourd’hui sont reliées à Papeete par un bâtiment au moins deux fois par mois. La forte concentration des populations européennes dans le port principal de l’île principale fait qu’il y a peu de redistribution de marchandises venues de métropole par les ports annexes mais cette redistribution, pour modeste qu’elle soit sur le plan quantitatif, n’en est pas moins fondamentale pour les quelques Européens concernés : pensons par exemple à l’attente du courrier, des médicaments ou tout simplement des bibles par les missionnaires…

4Ceci posé, le thème de cette réflexion est celui des ports coloniaux comme projections des sociétés européennes. Il semble alors logique de partir, une fois n’est pas coutume, des projections et des imaginaires, et de tenter d’expliquer comment des réalités des ports coloniaux océaniens on a pu en arriver à ces représentations souvent fort déformées. Cette articulation entre le réel et l’imaginaire joue un rôle particulièrement important dans l’histoire océanienne et modèle les paysages mêmes de ces ports. L’un des faits qui a marqué les premiers Européens de passage dans le Pacifique précolonial est l’absence de ville et principalement de ports : pour les premiers voyageurs, la non-urbanisation est signe de civilisations primitives car même si les civilisations européennes étaient encore très majoritairement rurales, les villes et plus spécifiquement les grandes villes, comme Londres, jouaient un rôle essentiel. Les récits de voyage vers d’autres contrées sont d’ailleurs fort souvent largement axés sur la description de villes, qu’il s’agisse de villes autochtones ou de créations européennes : Batavia, Mexico, Edo, Canton, etc.

5Par définition, le voyage dans le Pacifique océanien ne peut contenir ce type de rencontre. Les voyageurs n’ont donc pas le sentiment de rencontrer d’autres civilisations mais des « sauvages », dans la pleine acception du terme, c’est-à-dire des êtres primitifs dans un état préurbain au sens de « précivilisationnel » même si, selon les interprétations, cet « état de nature » est idéalisé ou au contraire diabolisé.

DES REGARDS DÉPRÉCIATIFS

6Or, les ports coloniaux d’Océanie, et d’une certaine manière tous les ports océaniens sont des ports coloniaux, ont en général assez mauvaise presse. Rares sont les descriptions qui en donnent une vision positive.

La méfiance des Océaniens

7Pour les Océaniens eux-mêmes, le port colonial apparaît comme un lieu de contact qui ne leur appartient pas. Pendant toute la période coloniale, les Européens présents dans les ports coloniaux jouissent d’une image ambiguë proche de celle qu’avaient les premiers voyageurs. Le port colonial représente pour les Océaniens à la fois une enclave occidentale dans l’île et le lieu par lequel les Européens contrôlent les archipels, le siège de tous leurs pouvoirs.

8Par le port sont par exemple introduits les nouveaux types de mortalité, en particulier les grandes épidémies. L’Atlas de la Polynésie française donne pour titre à la période des premiers contacts avec l’Occident et à ses prolongements : « Le temps de la mort importée ». Le scénario est toujours sensiblement le même : un ou plusieurs navires européens, souvent baleiniers ou santaliers débarquent dans un port, qui n’est parfois qu’une minuscule entité urbaine. À bord, un ou plusieurs marins malades et le port en question devient le point de départ d’une épidémie extrêmement meurtrière et dévastatrice. Les Océaniens ont alors le sentiment que la fin du monde est arrivée – ainsi qu’ils avaient appelé l’épidémie de variole de Nuku Hiva (Marquises) de 1863, épidémie importée du Pérou par l’aviso le Diamant. Ainsi à Papeete le 16 novembre 1918 arrive un vapeur, le Navua. Le médecin arraisonneur révèle dans l’équipage la présence de trois malades à la pathologie mal définie et apparemment peu grave. L’un des malades, un Tahitien, est débarqué et hospitalisé. Ordre est donné d’isoler les deux autres malades. Le 17 novembre, l’un des malades succombe brusquement avec des phénomènes d’asphyxie. Plusieurs cas se dévoilent ensuite parmi l’équipage du Navua puis, à terre, le médecin personnel du port est également atteint. L’épidémie de grippe espagnole, puisque c’est ce dont il s’agit, se répand ensuite à Tahiti et aux îles de la Société et fait plus de trois mille morts. Les populations européennes et chinoises, bien mieux immunisées par les grippes annuelles et autres maladies que les Polynésiens, y résistent beaucoup mieux. Chez ces derniers, l’épidémie est une véritable catastrophe. En revanche, parmi les Océaniens anciens combattants qui revenaient de Salonique, traités à la quinine, il n’y eut qu’un seul mort. L’impact de cette épidémie de grippe espagnole est en fait, selon les âges, de dix à vingt fois supérieur à celui qu’elle eût en France. Heureusement, la pointe de mortalité ne dura qu’un mois car sur plusieurs mois elle eût entraîné la disparition pure et simple de la population polynésienne. Cette « hypervulnérabilité » des Océaniens permet de comprendre pourquoi lorsqu’au XIXe siècle les épidémies se succédaient au rythme de deux ou trois par décennies, on a assisté à une véritable hécatombe.

9Par ailleurs, on retrouve dans les ports coloniaux, et souvent sous une forme exacerbée, tous les phénomènes touchant à une surmortalité spécifique des villes : alcoolisme, violence, délinquance, criminalité, prostitution évidemment, et aussi à l’époque contemporaine des taux de suicide particulièrement élevés puisque les tensions urbaines s’y conjuguent à l’ennui profond des paradis insulaires. Les Océaniens, au début de la colonisation, durent faire un effort d’imagination pour appréhender ces ports coloniaux qui correspondaient pour eux à un univers totalement nouveau, sans commune mesure avec ce qu’ils connaissaient jusque-là. Ce monde inconnu, ils ne purent évidemment le percevoir et l’analyser qu’en extrapolant à partir de notions et de catégories qui leur étaient familières. Ces ports coloniaux, quelle que soit la modestie de leur taille, apparaissent alors comme à la fois fascinants et effrayants.

10Le port n’en attire pas moins les autorités locales avant même les administrations coloniales : ainsi à Hawaii, dans les années 1810, le roi se fixe à Honolulu où se font les contacts avec les Européens et les Américains alors qu’auparavant sa cour était itinérante. Le pouvoir indigène se déplace donc vers le port avant même que celui-ci ne soit placé en situation coloniale. L’une des raisons principales est évidemment l’intérêt des chefs pour les marins européens, intérêt qui peut même les pousser à des kidnappings. Ce fut le cas, toujours aux îles Hawaii, avec les marins britanniques John Young et Isaac Davies qui devinrent ainsi des chefs importants, suivant Kamehameha à Honolulu quand la cour s’est sédentarisée, puis épousant des princesses hawaiiennes et furent à l’origine de très importantes dynasties métis.

La déception des visiteurs européens

11Aux yeux des voyageurs, le port colonial est le lieu de l’occidentalisation, de l’expansion de modes de vie européens sous ses aspects les plus brutaux. Il est à la fois le vecteur et le reflet de la disparition des sociétés océaniennes dans ce qu’elles peuvent avoir d’exotique voire de pittoresque. Le port devient pour le voyageur le symbole de la dégénérescence à la fois symbolique et réelle que l’Occident inflige aux insulaires. La déception du touriste français devant Honolulu, port occidental, dans L’île à hélice de Jules Verne en est un exemple : « Pas possible qu’on ait mangé ici le capitaine Cook ! »

  • 1 Mac Arthur N., Island populations of the Pacific, Honolulu, 1968, p. 262.
  • 2 Huetz de Lemps C., Les îles Hawaii : étude de géographie humaine, Bordeaux, 1977, vol. I, p. 148-1 (...)

12La mort apportée par les Occidentaux aux populations océaniennes est d’ailleurs l’un des leitmotive de ceux qui visitent ces paradis perdus en fin de siècle. Les premiers voyageurs, s’ils avaient noté l’absence de ville dans le Pacifique insulaire, ne s’en étaient pas moins émerveillés des fortes densités de populations qu’ils y avaient trouvées, surtout en Polynésie, puisque la Mélanésie était très peu densément peuplée, ce qui n’empêcha pas les populations d’avoir été également décimées par les chocs microbiens. Ainsi Cook évaluait en 1774 à 204 000 la population de Tahiti, Forster à 121 500. Les démographes actuels revoient à la baisse ces chiffres, allant de 35 000 pour Mac Arthur1, à 60 000 pour Rallu. Toujours est-il que face à cette impression de densité qui avait tant frappé les premiers découvreurs, le chiffre de 8 082 Polynésiens, auxquels il faut ajouter 475 étrangers, donné par le premier recensement organisé par l’administration française en 1848 ne pouvait que glacer. Dès 1850, un journal comme le Polynesian suppute qu’il ne restera que 100 Hawaiiens en 1930 alors que l’on peut estimer la population de l’archipel à environ 200 000 ou 250 000 lors de la visite de Cook2. On se trouve face à un schéma inédit et singulier dans lequel l’urbanisation accompagne non une croissance mais un effondrement de la population. Henry Adams, séjournant à Papeete écrit en 1891 à l’une de ses amies :

  • 3 Cité par Scemla J.-J., Le voyage en Polynésie, anthologie des voyageurs occidentaux de Cook à Sega (...)

« Je ne vois aucune utilité que ce soit à parler dans ce pays de moralité. La morale doit être une invention européenne car à peine fut-elle introduite ici par l’arrivée de trois navires anglais et français, il y a environ un siècle, que la population de l’île fut décimée en quinze ou vingt ans. Là où un peuple vicieux proliférait, les vertueux n’arrivent pas à vivre. Un quart de millions d’hommes magnifiques et dépravés prospéraient ici il y a un siècle. Aujourd’hui, environ dix mille indigènes délicats et soigneusement encadrés, des métis et des Européens, mènent une existence mélancolique et sont la proie de la consomption, des rhumatismes et de l’ennui3. »

  • 4 Victor Segalen (1878-1919), médecin de marine et écrivain, parcourt le Pacifique à bord de la Dura (...)
  • 5 Pierre Loti (1850-1923), de son vrai nom Julien Viaud, est issu d’une famille de Rochefort où les (...)

13On retrouve évidemment là l’idée très répandue et largement reprise, par exemple, par un Victor Segalen4 ou un Pierre Loti5, d’une morale européenne mortifère pour les « bons sauvages » océaniens qui s’épanouissaient pleinement dans l’état de nature. La ville, avec la sédentarisation et l’occidentalisation, fait des Océaniens, peuples fragiles et délicats, une race en voie de disparition ou, ce qui n’est pas mieux, d’assimilation et d’acculturation. On assiste alors à la mort symbolique ou réelle des Océaniens quand ils abandonnent leur état de nature pour devenir des citadins. Herman Melville puis Jacques London décrivent également ces phénomènes de sélection naturelle à propos des Marquises. Ainsi Jacques London en 1907 :

  • 6 Cité par Scemla J.-J., op. cit., p. 1083.

« Quand on approfondit la situation, on en arrive presque à conclure que la race blanche ne prospère que sur la pourriture et le vice. La sélection naturelle en fournit l’explication ; les blancs descendent de milliers de générations qui ont triomphé des guerres microbiennes. […] Les pauvres marquisiens n’ont pas subi une telle sélection6. »

Les anathèmes des missionnaires

14Sous la plume des missionnaires, les ports coloniaux sont souvent présentés comme les lieux de l’introduction de l’immoralisme de l’Occident auprès de purs Océaniens. C’est dans les ports que se trouvent véritablement face à face les influences des missionnaires avec les autres Européens. Et pour comprendre la violence du choc, il faut bien avoir conscience de la rupture d’équilibre, y compris sur le plan démographique, qu’entraîne l’arrivée de navires marchands. Ainsi le 20 novembre 1852, journée record, 131 baleiniers et 18 navires marchands, avec des équipages de 30 à 35 hommes par bateau, mouillent dans la rade du port de Honolulu alors que la ville compte à peine 11 400 âmes. C’est donc dans les rues et au grand dam des missionnaires, un vrai déferlement d’hommes brutaux, querelleurs, avides de boisson et de plaisirs, prompts à dépenser en particulier dans des amours vénales après des mois d’une existence extrêmement rude. Les missionnaires n’ont point tort de redouter les troubles de l’ordre public car ces équipages des navires marchands s’échauffent vite.

  • 7 Archives de pères maristes, Rome, dossier Bataillon, Grézel à Bataillon, Futuna, 6 août 1851.
  • 8 Dawes G., Père Laval, Canberra, 1976, p. 40.
  • 9 Archsscc/F, Rome, Gb 642B, H. Laval, Les épreuves d’une mission catholique ou la lutte du bien et (...)
  • 10 Archsscc/F, Rome, missions de l’Océanie, lettres autographes, vol II, no 137, Mgr Rouchouze à Bona (...)
  • 11 Voir en particulier PRO, Kew, 58, 15, fos 21 à 23, mémorandum sur le « consulship of the Sandwich (...)

15Mais si Honolulu est déjà au milieu du siècle un port occidental important, du moins à l’échelle du Pacifique, cette crainte des missionnaires à l’égard du port par où s’introduisent les vices occidentaux, englobe aussi de bien plus modestes entités. « Votre Grandeur apprendra sans doute avec peine que la Babylone du port lève de jour en jour le masque de son hypocrisie7 », écrit le père Grézel à Mgr Bataillon le 6 août 1851. Le port en question étant le minuscule havre de Sigave à Futuna, la comparaison semble quelque peu hyperbolique. Les missionnaires n’hésitent pas d’ailleurs à prendre les mesures qui s’imposent pour lutter contre ces influences néfastes : ainsi à Mangaréva, aux îles Gambier, le père Laval fait sonner les cloches pour que les femmes et les jeunes filles s’enferment chez elles dès qu’un navire entre dans le port8. Et, amateur de jeux de mots douteux, il décrit le port comme porte d’entrée « non de la civilisation mais de la syphilisation9 ». « Le contact avec les navires étrangers sera toujours la plaie des missions et la croix du missionnaire10 », résume Mgr Rouchouze en 1838. Dans la période précoloniale, les consuls dont la fonction est à la fois de défendre les intérêts commerciaux d’un pays et leurs ressortissants, se trouvent souvent pris entre deux feux. En 1837, cédant aux pressions insistantes de la puissante London Missionary Society, le Foreign Office crut résoudre le problème en nommant à Tahiti le révérend George Pritchard à cette charge11.

16Les ports coloniaux présentent également une version dégradée de l’action des missionnaires que ces derniers déplorent, ainsi les pasteurs de la LMS défendent-ils leurs confrères puritains de l’American Board très critiqués aux Hawaii :

  • 12 Missionary Magazine and Chronicle, 1865, p. 298.

« Among the traders, shipmasters, and travellers who have visited this islands some have made disparing statements respecting the missionaries; and a good deal of imperfect information is carried home by persons who have visited only the half-Europeanized ports, where the worst view of the condition of the natives is presented12. »

17Le cas des missionnaires et de leur affrontement avec les autres Occidentaux présents dans les îles illustre bien une dimension essentielle du port colonial, lieu d’affrontements et de concurrences entre les différents groupes d’Européens qui s’y retrouvent. Cela n’est certainement pas étranger à son image négative.

DES REPRÉSENTATIONS AUX RÉALITÉS DES SOCIÉTÉS EUROPÉENNES DANS LES PORTS COLONIAUX : LES EFFETS DÉFORMANTS DU MIROIR

18Le côté « déformant » du miroir, présent dans la plupart des sociétés coloniales, est donc accentué, d’une part, par les catégories d’Européens présents dans ces ports océaniens, d’autre part, par la petitesse de ces microcosmes insulaires et l’isolement dans lequel ces sociétés se trouvent confinées. Les phénomènes d’insularité, voire d’insularisme – comme tendance à expliquer tout ce qui se passe dans une île par l’insularité – poussent à l’extrême certains traits de ces sociétés.

Des groupes instables

  • 13 Au sein des navires baleiniers, par exemple, comme les prises sont mauvaises et par voie de conséq (...)
  • 14 Un bon exemple de ces aventuriers de la première période est Joseph Cabri (1779-1822), que l’on tr (...)

19Les Européens et plus largement les Occidentaux dans les ports coloniaux d’Océanie se caractérisent d’abord par ce qu’ils constituent une population mouvante, voire instable, du moins dans les premiers temps. Marins, déserteurs13, aventuriers14, trafiquants forment en effet les premières populations européennes de ces ports, ce sont par eux que se font les premiers métissages avec des Océaniennes, métissages qui d’ailleurs ne se limitent pas aux ports. Une bonne partie donc de cette population européenne n’est présente que pour un court séjour, parfois comme les baleiniers, selon des rythmes saisonniers, qui provoquent donc des déséquilibres importants dans les ports où ils stationnent. Les phoquiers et les baleiniers sont en effet parmi les Européens les plus présents dans le Pacifique et très vite s’y attache une légende que pérennise, à la fin du siècle, Hermann Melville. Chaque passage d’un baleinier déstabilise les sociétés insulaires et d’abord celle du port. Ainsi, en 1852 à Honolulu, la flambée de violence entraînée par la mort d’un marin arrêté pour ivresse et désordre public, et accidentellement tué par son gardien, oblige le gouverneur à proclamer l’état de siège. Avec le déferlement des baleiniers dans certaines îles, les amours libres et vénales prennent de plus en plus l’allure de la plus sordide des formes de prostitution dont les premières victimes sont évidemment les femmes des couches pauvres de la société. Ces relations entraînent aussi de facto la propagation de maladies sexuellement transmissibles.

20À côté de ces phoquiers et baleiniers, les ports du Pacifique accueillent un nombre croissant de beachcombers, terme que l’on peut approximativement traduire par « écumeurs des grèves » ou « peigneurs des plages ». Ils sont pour un quart des bagnards échappés d’Australie et pour une bonne partie des déserteurs de navires dans le Pacifique. D’autres encore se sont retrouvés sur un récif après le naufrage de leur navire, comme la Mathilde en 1792. En 1797, James Wilson, capitaine du Duff, en décrit deux rescapés, tout en montrant bien l’importance qu’ont ces premiers beachcombers pour les nouveaux arrivants européens ignorant la langue et les réalités océaniennes :

  • 15 Wilson J., Voyage des missionnaires à l’océan Pacifique, in Scemla J.-J., op. cit., p. 412-413.

« Nous avions reçu jusqu’alors que des informations peu satisfaisantes sur l’équipage de la Mathilde. À la fin, il arriva dans une pirogue deux hommes dont un en avait fait partie. C’étaient deux Suédois vêtus à la mode des Tahitiens avec les bras et les jambes tatoués. […] Ils parlaient passablement l’anglais, et comme ils savaient bien le tahitien, nous espérions qu’ils nous seraient très utiles15. »

  • 16 « Beachcombers », in 101 mots pour comprendre la Polynésie française, Nouméa, 2004.

21Tous ces hommes ont connu des conditions d’existence et de navigation très rudes. Un peu comme leurs homologues du Far West, ils sont souvent de misérable extraction. N’ayant jamais reçu pour eux-mêmes la moindre compassion, ils sont peu disposés à en accorder aux autres. Réfractaires à la discipline et à la morale, qu’ils considèrent comme des marques de faiblesse, ils sont capables de supporter de terribles privations, mais les compensent par une consommation immodérée d’alcool et l’abus de plaisirs et de violence quand les occasions se présentent16. Ils sont approximativement 2 000 dans le Pacifique insulaire vers 1850 et vivent des premiers petits trafics qui se mettent en place entre Océaniens et navires de passage. Souvent ils s’acculturent très vite, épousent une Océanienne et ne restent pas nécessairement dans le port.

Les mutations coloniales

22Dans un second temps toutefois, alors que le statut colonial de ces ports se fixe, les populations européennes s’y sédentarisent et se stabilisent. Un bon exemple d’aventurier qui incarne la transition entre ces deux périodes est Jacques-Antoine de Moerenhout (1796-1879).

  • 17 De Dekker P., Jacques-Antoine de Moerenhout, 1797-1879, ethnologue et consul, Papeete, Au vent des (...)

23Originaire des Flandres, il s’installe comme négociant à Papeete où il épouse une indigène, puis est nommé consul des États-Unis en 1835. En 1836, il tente vainement de protéger les pères Laval et Caret, finalement expulsés de Tahiti. Son énergique intervention lui vaut d’être relevé de ses fonctions. Il dénonce alors l’influence politique du pasteur Pritchard. Présenté comme consul de France par l’amiral Dupetit-Thouars en 1838, il reçoit du même coup la direction du gouvernement provisoire du protectorat en 1842 avec le titre de commissaire du roi. En 1843, il est relevé de ses fonctions, mais nommé directeur des Affaires indigènes, poste où il se rend fort utile par sa connaissance du pays et des hommes. Cependant l’hostilité que lui vouent les Britanniques, en particulier les pasteurs de la LMS, pousse la France à l’envoyer en Californie en 184517.

24Quoi qu’il en soit, à partir du milieu du XIXe siècle dans les ports coloniaux, les trafiquants sont remplacés par des commerçants qui ont pignon sur rue. Dans le même temps, certains Européens se fixent en dehors des ports. Ce sont les planteurs. C’est par eux que se fait désormais l’essentiel de la rencontre avec les Océaniens. Parfois d’ailleurs se développe une franche hostilité entre ces planteurs et les Européens des ports coloniaux. C’est le cas avec Stewart William (1820-1875), aventurier et homme d’affaires irlandais, beau-frère de Soarès, qui reçoit pour mission d’acquérir des terres à Tahiti et aux Marquises pour la Tahiti Cotton and Coffee Plantation Company. Il fonde la plus grande compagnie agricole de l’histoire de la Polynésie. Bien qu’ami intime du gouverneur de La Roncière, il est haï par les commerçants de Papeete. Ses dépenses excessives, sa mégalomanie et les malversations de son jeune frère leur permettent de le mettre dans une situation financière délicate. Des parasites dans ses plantations, le départ des premiers chinois de Tahiti et la fin de la guerre de Sécession achèvent de le conduire à la faillite en 1874. Il meurt, au terme d’une longue maladie, ruiné et abandonné de tous.

25Il y a là une vraie rupture qui ne correspond pas nécessairement de manière rigoureuse à l’adoption institutionnelle d’un statut colonial, même si le passage sous la domination coloniale de telle ou telle puissance entraîne l’installation dans ces ports de nouveaux européens comme les fonctionnaires coloniaux ou les militaires qui vont dans le sens de cette stabilisation des populations européennes, mais aussi de leur séparation bien plus nette avec les Océaniens. Beaucoup d’entre eux d’ailleurs s’installent avec leurs épouses européennes. Quand métissage il y a, il est de nature bien différente de celui des premiers temps : l’Européen « prend sa vahiné » et ne souhaite pas pérenniser son union avec elle, par des enfants en particulier. Si des enfants surviennent malgré tout, les Européens ne reconnaissent guère leur progéniture métisse. On passe d’un métissage d’acculturation à un métissage accidentel.

  • 18 Toullelan P.-Y., « Les colons français en Polynésie orientale », Bulletin de la Société d’études o (...)
  • 19 Toullelan P.-Y., « Les nouveaux venus », Encyclopédie de la Polynésie, t. 7, p. 92.
  • 20 Regnault J.-M., « Une zone d’instabilité : le Pacifique insulaire intertropical », Cahiers d’histo (...)

26Les observateurs occidentaux de ces jeunes sociétés coloniales ne tiennent guère les colons en haute estime. Le jugement n’a d’ailleurs pas beaucoup évolué par rapport à la première époque, celle des beachcombers. Pour beaucoup, ces premiers colons sont, tout comme leurs prédécesseurs, des aventuriers sans foi ni loi, des rebuts de l’Europe. Les premiers touristes qui parcourent le Pacifique à l’aube du XXe siècle grâce à d’importants moyens, portent des jugements impitoyables sur des populations de colons en lesquelles ils voient à la fois une honte pour la civilisation et une menace pour les malheureuses populations océaniennes, brutalisées, exploitées et dénaturées. De fait, ces petites communautés européennes où les analphabètes ne sont pas rares, se composent encore très majoritairement d’hommes jeunes et comptent un contingent important d’anciens marins portés sur la bouteille, penchant à l’origine de bien des échauffourées18. Pour s’être accrue, la population européenne ne s’est pas fondamentalement transformée. Ainsi dans les années 1880-1890, à Papeete, un tiers des colons a fait l’objet d’au moins une condamnation19 ! Du point de vue des Océaniens, très attachés à leur statut historique de « premiers occupants », ces populations « blanches », quelle que soit leur importance numérique – donc même en Australie ou en Nouvelle-Zélande – doivent toujours se considérer comme d’origine exogène et comme « invitées ». Bien des tensions actuelles trouvent leur origine dans ces différences de conception20. Nombre de colons soi-disant respectables sont donc d’anciens aventuriers et les agents de la colonisation dans les ports, militaires et administrateurs, ont bien souvent l’impression de ne pas pouvoir savoir à qui ils ont affaire. Ainsi à son arrivée à Nouméa le lieutenant Ruault constate-t-il que d’anciens forçats évadés parviennent souvent à se refaire une vertu en ville :

« Voilà une autre aventure, plus piquante encore. Un beau jour débarque à Nouméa un ingénieur très correct qui déclare être venu en Nouvelle-Calédonie fonder une entreprise qui devait contribuer au développement de la colonie. Il paraissait, en effet, d’après son train de vie, avoir des capitaux importants. Il fait visite aux autorités et aux notables, se présentant bien, il reçoit bon accueil partout. Au bout de quelques semaines il était fiancé à l’une des jeunes filles les mieux dotées de la ville. »

  • 21 Butel P. (dir.), Un officier et la conquête coloniale. Emmanuel Ruault (1878-1896), Pessac, Presse (...)

27Mais un forçat qui jouait de la musique au bal du gouverneur reconnut en lui un ancien bagnard évadé, ce qui aboutit à son arrestation21

Les « élites » européennes dans les ports coloniaux

  • 22 Tagupa W. E. H., « Missionary lamentations : early educational strategies in Tahiti, 1800-1840 », (...)
  • 23 Victor Raoulx (1842-1914) est un ancien matelot devenu l’un des symboles de promotion sociale dans (...)
  • 24 Charles Viénot (1838-1903) est envoyé à Papeete comme instituteur en 1865 pour l’ouverture d’une n (...)
  • 25 Auguste Goupil (1847-1921), célèbre colon français, consul du Chili, de la Suède et de la Norvège, (...)
  • 26 Louise Michel (1830-1905), institutrice anarchiste, grande figure de la Commune, surnommée la « Lo (...)
  • 27 François Cardella (1838-1917), chirurgien-major et pharmacien, est le plus important personnage po (...)

28La question de la formation et de la reproduction des élites européennes dans ces ports coloniaux insulaires se pose d’autant plus que l’isolement est important et le nombre de « blancs » limité. Elle semble tout d’abord préoccuper davantage les missionnaires que les agents de la colonisation. Les pasteurs protestants, en particulier, se sentent d’autant plus concernés que leurs familles constituent la base de ces élites. Dans les premiers temps de l’évangélisation, ils sont contraints, faute de moyens, d’envoyer leur progéniture au loin pour les études secondaires, mais par la suite, ils président à la fondation d’institutions locales d’élite, comme la South Seas Academy à Tahiti, où les enfants des missionnaires n’ont à côtoyer que quelques rejetons soigneusement choisis au sein de la noblesse polynésienne22. À Papeete, le sommet de la société est encore à l’aube du XXe siècle constitué d’une élite anglo-tahitienne, les colons britanniques, regroupés en communautés autour des pasteurs de la London Missionary Society, pratiquent le mariage avec des Polynésiennes, mais uniquement de très haut rang, dans de véritables stratégies sociales. Ainsi, Alexander Salmon, une année à peine après son arrivée en 1841, épouse la princesse Arii Oehau, alliance qui lui apporte de nombreuses terres, sur lesquelles il développe élevage et cultures d’exportation. Les colons britanniques brillent souvent par leur esprit d’entreprise, mais aussi par leur niveau d’instruction relativement plus élevé que celui des Français. On peut aussi évoquer l’école de Punahou, dans le centre de Honolulu, où furent formés nombre d’enfants de missionnaires et… Barak Obama. Quoi qu’il en soit, cette élite européenne est surtout composée d’officiers de marine en retraite comme Victor Raoulx23, de religieux comme le pasteur Vienot24, de planteurs-négociants comme Brander et évidemment les Balande, et de personnages atypiques comme l’avocat non diplômé Me Goupil25 à Tahiti, Louise Michel26 ou Cardella27. Les uns et les autres jouissent d’une certaine aisance financière et d’un niveau culturel bien supérieur à celui de leurs compatriotes et le port colonial apparaît pour tous ces hommes comme le lieu de leur promotion sociale. Et les sociabilités de ces élites sont proches de celles que l’on trouve dans d’autres ports coloniaux – mimétisme des comportements métropolitains par exemple – mais sous une forme exacerbée liée à l’isolement insulaire. La reconnaissance sociale liée aux réceptions chez les autorités coloniales, le gouverneur en particulier, devient d’autant plus importante que la plupart de ces hommes sont des hommes nouveaux.

CONCLUSION

  • 28 L’isolement est une notion très relative pour laquelle historiens et géographes ont cherché à étab (...)

29Si les ports du Pacifique insulaire se présentent par bien des aspects comme des miroirs déformants des sociétés européennes, la situation coloniale n’est que l’un des facteurs qui les façonnent. La taille des îles et des entités portuaires, le degré d’isolement28 ainsi que les relations avec les populations locales jouent également un rôle essentiel que l’on retrouve aussi en situation pionnière et non coloniale. Le statut colonial de certains ports conduit toutefois, avec l’installation pour des laps de temps relativement long de nouveaux groupes d’Européens, agents de la colonisation comme les militaires ou les administrateurs coloniaux, à une stabilisation de la société portuaire dans son ensemble ainsi qu’à une polarisation des sociabilités européennes autour des loisirs organisés par les représentants de l’ordre colonial (bal du gouverneur, cérémonies autour de la commémoration du 14 Juillet pour les îles sous tutelle française…). La séparation d’avec les populations océaniennes s’y fait plus nette, l’acculturation des marins et des aventuriers du temps des premiers contacts n’est plus qu’un souvenir. Dans le Pacifique comme ailleurs, le port colonial apparaît comme la vitrine d’une présence métropolitaine.

Notes

1 Mac Arthur N., Island populations of the Pacific, Honolulu, 1968, p. 262.

2 Huetz de Lemps C., Les îles Hawaii : étude de géographie humaine, Bordeaux, 1977, vol. I, p. 148-166.

3 Cité par Scemla J.-J., Le voyage en Polynésie, anthologie des voyageurs occidentaux de Cook à Segalen, Paris, Robert Laffont, 1994, p. 1081.

4 Victor Segalen (1878-1919), médecin de marine et écrivain, parcourt le Pacifique à bord de la Durance, aviso colonial. L’escale aux Marquises est déterminante en août 1903, puisqu’il y arrive trois mois après la mort de Gauguin, qu’il aurait énormément aimé rencontrer. Il est le premier à informer le grand public du décès du peintre dans un article intitulé « Gauguin dans son dernier décor », qui paraît dans le Mercure de France en juin 1904. À Papeete, lors de la liquidation de la succession de Gauguin, il acquiert plusieurs toiles et dessins de l’artiste. Rentré en France en 1904, il publie en 1907, à compte d’auteur au Mercure de France, son grand roman, Les Immémoriaux sous le pseudonyme de Max-Anély. Il s’illustre par la suite par les importantes contributions artistiques ou littéraires qu’il rapporte de ses voyages en Chine.

5 Pierre Loti (1850-1923), de son vrai nom Julien Viaud, est issu d’une famille de Rochefort où les marins sont nombreux ; il n’a que 22 ans lorsqu’il arrive à Tahiti en 1872, pour une escale avec la frégate le Flore, où il est tout jeune aspirant. Il vit ce séjour comme une sorte de pèlerinage sur les traces de son frère, Gustave, médecin de marine qui vécut trois ans à Tahiti et disparut prématurément à l’âge de 27 ans. Le Mariage de Loti obtient immédiatement un immense succès et les Parisiennes se saluent « à la Tahitienne » à la fin de leurs lettres pendant les quelques mois qui suivent la sortie du livre. Rarement ouvrage n’a reçu une critique aussi contrastée (« le plus grand écrivain du siècle », selon Claude Farrère, « un idiot », d’après André Breton) ; quoi qu’il en soit il a participé à la relance du mythe du paradis polynésien, inauguré par Bougainville un siècle auparavant.

6 Cité par Scemla J.-J., op. cit., p. 1083.

7 Archives de pères maristes, Rome, dossier Bataillon, Grézel à Bataillon, Futuna, 6 août 1851.

8 Dawes G., Père Laval, Canberra, 1976, p. 40.

9 Archsscc/F, Rome, Gb 642B, H. Laval, Les épreuves d’une mission catholique ou la lutte du bien et du mal en Océanie (histoire vraie).

10 Archsscc/F, Rome, missions de l’Océanie, lettres autographes, vol II, no 137, Mgr Rouchouze à Bonamie, Bonamie, 1838, 19 août.

11 Voir en particulier PRO, Kew, 58, 15, fos 21 à 23, mémorandum sur le « consulship of the Sandwich and Society Islands », janvier 1837 ; ainsi que PRO, Kew, FO, 58, 15, fos 27-28, Ellis à Blackhouse, Londres, 11 janvier 1837. Cette lettre expose les motifs qu’il y a à se féliciter du choix du Foreign Office. L’idée n’était en définitive pas très bonne puisque l’on sait que le bouillant missionnaire mêla tant et si bien les intérêts de l’Angleterre, ceux de Tahiti et ceux du protestantisme qu’il manqua d’entraîner la France et la Grande-Bretagne dans une guerre dont ni l’une ni l’autre ne voulait.

12 Missionary Magazine and Chronicle, 1865, p. 298.

13 Au sein des navires baleiniers, par exemple, comme les prises sont mauvaises et par voie de conséquence la paie incertaine, les haltes dans les ports insulaires peuvent devenir hémorragiques

14 Un bon exemple de ces aventuriers de la première période est Joseph Cabri (1779-1822), que l’on trouve aussi sous les noms de Kabris ou Cabry, matelot, aventurier, beachcomber originaire de Bordeaux et premier français à avoir vécu aux îles Marquises. Bel exemple de ces itinéraires, à la fois pittoresques et tragiques, d’aventuriers franco-britanniques dans le Pacifique, il s’embarque à 14 ans sur le corsaire d’État le Dumouriez, capitaine Renaud, est fait prisonnier par les Anglais et envoyé sur les pontons de Portsmouth où il demeure quinze mois. Après différentes aventures militaires, il s’embarque sur un baleinier britannique, « expédié pour faire des découvertes ». Il quitte Portsmouth en mai 1795, son navire fait naufrage aux Marquises, il en réchappe avec un Britannique dénommé Robert et ils aboutissent à Sainte-Christine. D’après Robert, ils auraient été débarqués là avant le naufrage par les matelots mutins car ils refusaient de participer à la révolte contre le capitaine. Il échappe à la mort et épouse la fille d’un chef, lequel lui fait faire différents tatouages honorifiques : sur le visage un demi-masque qui lui donne le titre de gendre, sur la paupière, le soleil qui en fait un juge, sur la poitrine le plastron qui en fait le commandant de la garde… Il décrit sa vie comme une existence familiale sereine entre son épouse et ses deux fils, au milieu des scènes de cannibalisme et des guerres tribales ! Cette sérénité est troublée, au bout de sept ans par le capitaine russe Krusenstern. En fait, ce dernier trouve un climat de tension ouverte entre les deux anciens complices, Robert et Cabri, rivaux auprès du roi et qui ne cessent de se dénigrer mutuellement. Langsdorf, compagnon de Krusenstern, fait du Français un portrait bien plus flatteur que de l’Anglais, à son avis davantage coupé des populations insulaires. Invité à dîner à bord par Krusenstern, Cabri est « enlevé », ce que le capitaine russe admet tout en rejetant la préméditation : on ne sait donc pas si cet « enlèvement » est le fruit du hasard, d’un désir de rapporter en Europe une « curiosité » ou de séparer deux ennemis mortels pour la paix de l’île. Durant le trajet, il fournit à Krusenstern des informations ethnographiques intéressantes. Débarqué au Kamtchatka en août 1804, il est présenté au tsar Alexandre Ier, devient maître de natation à Cronstadt, revient à Paris en 1817 où il rencontre Louis XVIII qui ne lui donne qu’une gratification insuffisante pour son retour dans sa nouvelle patrie des Marquises. Toujours avec en tête ce rêve de retour, il exhibe ses tatouages, tout en distribuant une petite brochure autobiographique, dans un petit théâtre bordelais puis parcourt les foires, jusqu’à sa mort. Malheureusement, on n’a jamais retrouvé de trace de sa descendance polynésienne.

15 Wilson J., Voyage des missionnaires à l’océan Pacifique, in Scemla J.-J., op. cit., p. 412-413.

16 « Beachcombers », in 101 mots pour comprendre la Polynésie française, Nouméa, 2004.

17 De Dekker P., Jacques-Antoine de Moerenhout, 1797-1879, ethnologue et consul, Papeete, Au vent des îles, 1997.

18 Toullelan P.-Y., « Les colons français en Polynésie orientale », Bulletin de la Société d’études océaniennes, no 221, 1981, p. 1165-1244.

19 Toullelan P.-Y., « Les nouveaux venus », Encyclopédie de la Polynésie, t. 7, p. 92.

20 Regnault J.-M., « Une zone d’instabilité : le Pacifique insulaire intertropical », Cahiers d’histoire immédiate, no 25, printemps 2004, p. 86-100 ; Finin G. A., Wesley-Smith A., « Coups, Conflicts and Crises : The New Pacific Way ? », East-West Center Working Papers, Pacific Islands Development Series, no 13, Honolulu, juin 2000, p. 1-28.

21 Butel P. (dir.), Un officier et la conquête coloniale. Emmanuel Ruault (1878-1896), Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2007.

22 Tagupa W. E. H., « Missionary lamentations : early educational strategies in Tahiti, 1800-1840 », Journal de la Société des océanistes, no 68, septembre 1980, p. 165-172.

23 Victor Raoulx (1842-1914) est un ancien matelot devenu l’un des symboles de promotion sociale dans les ports des Établissements français d’Océanie. Négociant et notable, il anime avec Cardella le « Parti français » opposé au « Parti protestant » du pasteur C. Vienot.

24 Charles Viénot (1838-1903) est envoyé à Papeete comme instituteur en 1865 pour l’ouverture d’une nouvelle école protestante, fortement appuyée par l’administration française qui tient à donner satisfaction à la partie réformée de la population. Nouveau leader de l’église évangélique de Tahiti et chef du « parti protestant » contre les « assimilationnistes » menés par Raoulx et Cardella, c’est un homme de valeur mais dont l’intransigeance frise le sectarisme. Son opposition aux missions catholiques le fait souvent accuser d’anglophilie.

25 Auguste Goupil (1847-1921), célèbre colon français, consul du Chili, de la Suède et de la Norvège, avocat défenseur, tout aussi travailleur qu’intelligent, Me Goupil tient une place à part dans la vie du Tahiti français d’avant la Grande Guerre. Ayant fait ses études à Londres et à Paris, il passe à Tahiti en 1867 après un séjour à San Francisco et aux Hawaii et décide de s’y fixer en 1869. Son cabinet est l’un des plus cotés de Papeete et il plaide les plus grosses affaires de l’époque. Il est par exemple l’avocat des Chinois de Tahiti quand on veut leur imposer une patente supplémentaire en tant qu’étrangers. Sa très bonne maîtrise de l’anglais en fait l’avocat attitré des maisons de commerce de la ville. Homme politique et journaliste, rédacteur de L’Océanie française à partir de 1887, il mène d’actives campagnes pour les causes qui lui sont chères, en particulier l’assimilation des populations indigènes. Il mène une vie des plus fastueuses et fait preuve de beaucoup de générosité en tant qu’homme et mécène.

26 Louise Michel (1830-1905), institutrice anarchiste, grande figure de la Commune, surnommée la « Louve rouge » par la presse versaillaise, fait partie du convoi de Communards embarqués sur le Virginie pour être déportés en Nouvelle-Calédonie. Durant ses quatre mois de traversée, elle sympathise avec Henri Rochefort et Nathalie Lemel, et pendant ses sept années en Nouvelle-Calédonie, où elle refuse de bénéficier d’un autre traitement que celui des hommes, elle cherche à instruire les Kanaks et, contrairement à nombre de Communards qui participent à la répression, elle prend leur défense lors de la grande révolte de 1878. Elle aurait même envoyé un morceau de son écharpe au chef meneur de la révolte. En 1879, elle obtient l’autorisation de s’installer à Nouméa comme institutrice, d’abord auprès des enfants de déportés puis dans une école de filles. Elle quitte l’île en 1880.

27 François Cardella (1838-1917), chirurgien-major et pharmacien, est le plus important personnage politique des Établissements français d’Océanie au tournant du siècle. Il arrive à Papeete en 1866 comme médecin auxiliaire sur la corvette Néréide. En 1869, il s’installe comme pharmacien à Papeete, profession qu’il continue d’exercer jusqu’à sa mort en 1917. Républicain convaincu, ami et conseiller du roi Pomaré V, il est l’un des artisans du rattachement de Tahiti à la France en 1880 et préside le Conseil Colonial de sa création à sa dissolution (1880-1886). En 1884, il fonde avec Raoulx et Martiny, l’hebdomadaire, Le Messager de Tahiti. En 1890, quand est créée la commune de Papeete, il en est élu maire, fonction qu’il occupe pendant 27 ans.

28 L’isolement est une notion très relative pour laquelle historiens et géographes ont cherché à établir des critères de mesures, toujours très imparfaits. L’indice d’isolement proposé par François Doumenge est calculé à partir du rapport entre la surface émergée de l’ensemble insulaire et une surface marine adjacente libre de toute terre assimilée à la zone économique exclusive dite des « deux cents milles » – notion récente mais qui peut être néanmoins opératoire pour se faire une idée du degré d’isolement de certaines îles.

Auteur

Historienne, professeure à Sciences-Po Bordeaux (LAM) et chargée de cours en histoire moderne et contemporaine à l’Institut Catholique de Paris, ses travaux portent sur les mondes océaniens aux XVIIIe et XIXe siècles.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search